Dans cette directive, «autorisé(s) ou autorisée(s)» signifie autorisé(s) ou autorisée(s) en vertu de la Loi sur les terres publiques;

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dans cette directive, «autorisé(s) ou autorisée(s)» signifie autorisé(s) ou autorisée(s) en vertu de la Loi sur les terres publiques;"

Transcription

1 Ontario Ministère des Richesses naturelles Objet CAMPS COMMERCIAUX ÉLOIGNÉS Rédigé par - Direction Terres et Eau Section Gestion des terres Directive TP Remplace la directive intitulée Titre inchangé Numéro GT En date du 25 septembre sur DÉFINITIONS Dans cette directive, «autorisé(s) ou autorisée(s)» signifie autorisé(s) ou autorisée(s) en vertu de la Loi sur les terres publiques; «utilisations avec prélèvement» s entend des activités de récolte des ressources naturelles (p. e. la pêche et la chasse); «eploitant en défaut» s entend d un eploitant qui enfreint les modalités et les conditions d un permis d utilisation des terres ou d un bail visant un camp éloigné situé n importe où en Ontario; «eploitant admissible» s entend d une personne âgée d au moins 18 ans ou d une société admissible à détenir un bien-fonds en Ontario, a) qui est titulaire d un permis valide d eploitation d un établissement éloigné; b) qui soumet des preuves selon lesquelles un permis valide d eploitation d un établissement éloigné lui sera délivré lorsqu elle aura obtenu un site du MRN; «processus d aliénation des terres de la Couronne du MRN/MDECT» s entend d une méthode d aliénation convenue localement, qui comprend la participation locale par le ministère des Richesses naturelles et le ministère du Développement économique, du Commerce et du Tourisme; «utilisations sans prélèvement» s entend d activités qui n ont pas pour but de récolter des ressources naturelles (p. e. observation/photographie de la faune, canotage, ski, ou jouissance paisible de la nature); «eploitant» s entend d une personne titulaire d un permis d eploitation d un établissement éloigné en vertu du Règlement 1037 pris en application de la Loi sur le tourisme; «camp éloigné» s entend d un camp éloigné de type A ou de type B; «camp éloigné de type A» s entend de toute unité louée fie ou portable qui est éloignée d une base d eploitation et qui n est accessible que par avion, par bateau ou par sentiers forestiers, et qui n est utilisé qu à des fins commerciales, mais ne comprend pas les camps éloignés de type B; «camp éloigné de type B» s entend d un groupe d installations temporaires situées sur des terres de la Couronne pour fournir un logement au clients de l eploitant d un site à vocation unique (p. e. la chasse à l ours du printemps) pour une courte durée non récurrente (les camps éloignés de type B étaient autrefois visés par des permis d utilisation des terres (PUT) limités); «base d eploitation» s entend d un établissement touristique autorisé d un transporteur aérien autorisé par l Office des transports du Canada et Transports Canada, qui est situé en Ontario ou à partir duquel une entreprise de services touristiques maintient des installations de communication, de transport et la tenue complète des dossiers administratifs.

2 2 sur INTRODUCTION L économie de l Ontario jouit d une saine industrie touristique. Le MRN continuera d offrir des sites de camps éloignés à diverses fins d utilisations avec prélèvement et/ou sans prélèvement, conformément au principes de l utilisation durable, des plans d aménagement du territoire et du processus d aliénation des terres de la Couronne du MRN et du MDECT. 3.0 ORIENTATION DU PROGRAMME 3.1 Application Cette directive s applique à l échelle provinciale à l autorisation de l eploitation de camps éloignés sur des terres de la Couronne. 3.2 Principes directeurs L établissement de camps éloignés sur des terres de la Couronne doit être autorisé. 3.3 But Fournir l assise territoriale nécessaire pour des installations qui permettent de tirer profit de possibilités durables d utilisations avec prélèvement et d utilisations sans prélèvement au fins du développement du tourisme commercial, en partenariat avec le ministère du Développement économique, du Commerce et du Tourisme. 3.4 Objectifs de la directive et stratégies A) Veiller à ce que l affectation de sites de camps éloignés soit effectuée de façon coordonnée et en consultation avec d autres organismes. Le MDECT est un partenaire dans la gestion des sites de camps éloignés et sera consulté avant l autorisation ou l annulation de tout permis d eploitation d un site de camp éloigné. Toutefois, le MRN ne doit pas appliquer les normes et les lignes directrices du MDECT au moyen de documents de tenure du MRN (c.-à-d. que le MRN n annulera pas un permis d utilisation des terres au motif de non-conformité au eigences du MDECT). On tiendra des consultations avec les associations locales de l industrie du tourisme et les responsables des bureau locau du MRN, du ministère de l Environnement et de l Énergie (MEE), du ministère du Développement économique, du Commerce et du Tourisme (MDECT) et du ministère du Développement du Nord et des Mines (MDNM) lors de changements imminents susceptibles de soulever des questions préoccupantes pour le gouvernement et pour l industrie du tourisme (p. e. tau de location, types de tenures disponibles, etc., ou des questions locales, par eemple lors de la construction de nouvelles routes dans des zones auparavant inaccessibles).

3 3 sur 12 Au fins de l approbation d ouvrages, le MRN tiendra compte des normes d autres organismes de réglementation (p. e. les restrictions du MDECT concernant les dimensions). B) Assurer la continuité de la disponibilité à long terme de camps éloignés de type A, et délivrer des permis d occupation/utilisation des terres qui sont compatibles avec les besoins des eploitants. À ces fins, le Ministère maintiendra son influence sur les camps éloignés autorisés, en conservant les titres de propriété tout en délivrant des permis d occupation/utilisation des terres pouvant durer jusqu à 20 ans dans le cas de bau de la Couronne visant des camps éloignés de type A, afin de fournir au eploitants des titres à long terme susceptibles d enregistrement, pour faciliter la sécurité des affaires, le financement hypothécaire et l investissement de capitau. C) Satisfaire au besoins en matière de sites à vocation commerciale unique de courte durée non récurrente (p. e. chasse à l ours du printemps). Pour ce faire, le Ministère autorisera l eploitation de camps éloignés de type B, le cas échéant, conformément au processus habituels du MRN en matière d aliénation. D) Contribuer à la croissance économique à la faveur de l eploitation d installations touristiques, conformément au pratiques de développement durable. À ces fins, le Ministère appuiera le MDECT à titre d organisme responsable de la commercialisation de possibilités touristiques et en assurant la disponibilité de sites déterminés au préalable, conformément au pratiques établies en matière d aliénation de terres publiques. E) Assurer la souplesse des directives afin de faciliter l eploitation de diverses possibilités touristiques. Pour ce faire, le Ministère fournira des sites de camps éloignés au fins d utilisations avec et sans prélèvement, en mettant des sites de camps éloignés de type A et de type B à la disposition d eploitants, le cas échéant. Sous réserve des lois régissant la chasse et la pêche, les camps éloignés peuvent être utilisés à des fins d utilisations avec et sans prélèvement, à l appréciation de l eploitant, à moins qu une entente antérieure ait été conclue avec l eploitant.

4 4 sur 12 F) Décourager la sous-eploitation des possibilités touristiques dans les camps éloignés. Cet objectif sera atteint par l annulation des permis visant des camps éloignés qui ne sont pas utilisés pendant une année ou plus, à moins de circonstances eceptionnelles (p. e. maladie, fermeture prévue afin de réduire les pressions de la pêche, etc.), par la surveillance de la conformité au modalités et conditions du permis d utilisation des terres, et par des décisions de renouvellement des engagements (p. e. proroger l échéance du permis d eploitation d un camp éloigné de type A). G) Assurer la gestion efficace des déchets. Cet objectif sera atteint en eigeant des eploitants qu ils transportent leurs déchets sur un lieu d enfouissement agréé par le ministère de l Environnement et de l Énergie (MEE). H) Établir des normes d aliénation pour les camps éloignés de types A et B. L aliénation des camps éloignés de types A et B sera régie par l article 4.0 de la présente directive (Lignes directrices sur la gestion). I) Contribuer à la durabilité écologique des ressources naturelles locales. Cet objectif sera atteint en répartissant et en gérant ces sites comme il se doit. 4.0 LIGNES DIRECTRICES SUR LA GESTION 4.1 Lignes directrices sur la gestion des camps éloignés de types A Aliénation Les zones destinées à des camps éloignés de type A sont habituellement déterminées au préalable par le chef de district, conformément au processus d aliénation établis (p. e. MRN 26). Les chefs de district doivent veiller à ce que les eploitants éventuels soient au courant des activités de gestion des ressources menées dans le secteur. Dans les cas où c est possible, des sites de rechange peuvent remplacer les sites eistants au fins de la gestion (p. e. pour alléger les pressions de la pêche/chasse dans les zones faisant l objet d une récolte ecessive). Lorsqu il n est pas possible d autoriser des sites de rechange, il peut être nécessaire de fermer les sites eistants afin d abaisser les pressions à un niveau acceptable. On peut envisager de donner à l eploitant déplacé le droit de premier refus de tout autre site qui devient disponible dans le secteur, avant d offrir le site au public. Les eploitants déplacés peuvent être informés au sujet des lacs et des zones des terres de la Couronne qui ont été désignés comme pouvant se prêter à l eploitation de camps commerciau éloignés.

5 5 sur 12 Les nouveau sites prévus pour des camps éloignés ne doivent pas être offerts au eploitants de camps éloignés qui sont en violation des modalités et conditions de leur permis Méthodes d aliénation Normalement, les camps éloignés de type A seront aliénés en faveur des eploitants admissibles conformément au processus d aliénation des terres publiques du MRN/MDECT. Entre autres choses, ces processus d aliénation doivent tenir compte des Directives sur l aménagement du territoire du district, et d autres plans pertinents de gestion des ressources (p. e. plan de gestion des pêches). Se reporter également à la Directive TP Processus d eamen des demandes et d aliénation des terres Admissibilité des demandeurs Tout eploitant admissible qui n est pas en défaut. NOTA : Pour être admissible à un permis d eploitation d un établissement éloigné (c.-à-d. pour devenir un «eploitant admissible», le demandeur doit maintenir une base d eploitation en Ontario Dimensions du site En règle générale, le site autorisé aura une superficie de 0,5 hectare. Outre la superficie terrestre, tout lot de grève occupé par des installations d amarrage doit également être autorisé. (L autorisation d installations d amarrage est traitée précisément dans la Directive TP ) Permis d utilisation des terres Tant la zone sèche que le lot de grève secondaire, le cas échéant, doivent être autorisés. Voici les options possibles d autorisation de camps éloignés : (i) permis d utilisation des terres ne s appliquant qu à une zone sèche; (ii) bail de la Couronne ne s appliquant qu à une zone sèche; (iii) permis d utilisation des terres s appliquant à la fois à un lot de grève et à une zone sèche; (iv) bail de la Couronne s appliquant à une zone sèche et permis d utilisation des terres s appliquant à un lot de grève; (v) bail de la Couronne s appliquant à une zone sèche et bail s appliquant à un lot de grève. La décision concernant le type de document d autorisation à délivrer sera prise par le chef de district, à la suite d une discussion avec l eploitant.

6 6 sur Durée La durée de l autorisation d utilisation des terres pour un camp éloigné de type A sera : a) de 10 ans dans le cas d un permis d utilisation des terres (y compris la délivrance d un permis annuel d utilisation des terres pour di années consécutives), à moins que l eploitant et le MRN ne conviennent de durées plus courtes; b) de 20 ans dans le cas d un bail de la Couronne, à moins que l eploitant et le MRN ne conviennent de durées plus courtes Améliorations Toutes les améliorations et tous les travau de construction, de modification, etc. doivent être approuvés au moyen d un permis de travail. Bien que les chefs de district soient chargés d approuver toutes les améliorations (p. e. le nombre, la taille, etc.), il faut tenir compte de tout règlement ou politique du gouvernement en vigueur (p. e. normes liées à la délivrance de permis du MDECT, directives du service de santé, Code du bâtiment de l Ontario*). Les eigences du MRN peuvent être plus strictes que les normes établies par d autres autorités (p. e. en ce qui concerne la taille des bâtiments) mais elles ne doivent pas entrer en conflit avec ces normes. La taille de tout bâtiment utilisé à des fins d hébergement doit être décidée en fonction des circonstances du site en question. L installation de camps composés de tentes ou de cabines est acceptable pourvu que les tentes ou les cabines soient composées de matériels de bonne qualité et qu elles soient dûment entretenues. Les ouvrages de polyéthylène ne doivent pas être autorisés. Les eploitants seront responsables de l enlèvement de toutes les améliorations, y compris les quais, à la fin de la période autorisée. * Les eigences du Code du bâtiment de l Ontario ne relèvent pas du MRN; toutefois, il faut rappeler à chaque promoteur de projet que tous les bâtiments sont assujettis à cette législation (Voir TP ) Conditions et clauses restrictives additionnelles à énoncer dans les bau ou les permis d utilisation des terres Les modalités et les conditions des documents de tenure n auront trait qu au programmes du ministère des Richesses naturelles.

7 7 sur 12 Des conditions pertinentes peuvent être imposées et énoncées dans le bail ou le permis d utilisation des terres lorsque l état des populations de gibier ou de poisson est tel que les pressions de la chasse ou de la pêche à la ligne eercées dans le camp éloigné devraient être limitées dans le temps, ou que l utilisation du camp pour certaines activités de chasse/pêche à la ligne devrait être interdite. Ces restrictions doivent être précisées en imposant des conditions pertinentes au permis d utilisation des terres. Les conditions suivantes peuvent être imposées, s il y a lieu : (a) (b) (c) (d) (e) Le (titulaire de permis/preneur à bail) demandera un permis de travail du ministère des Richesses naturelles pour construire un camp éloigné sur le site décrit, au plus tard le (J/M/A). L utilisation de ce (site/lieu) pour l hébergement (de pêcheurs à la ligne/chasseurs) est interdite. L utilisation de ce (site/lieu) pour l hébergement de (pêcheurs à la ligne/chasseurs) est interdite, sauf durant la période de (jour, mois, année, à jour, mois, année), inclusivement. Le (titulaire de permis/preneur à bail) utilisera le (site/lieu) à des fins commerciales d hébergement des clients chaque année de la durée de ce permis et, à la demande d un employé du ministère des Richesses naturelles, fournira au chef de district une preuve satisfaisante que le (site/lieu) a été utilisé comme prévu. Lorsqu il est déterminé que le (titulaire de permis/preneur à bail) ne respecte pas les modalités et conditions de ce (permis d utilisation des terres/bail) et qu un ordre d eécution est décerné par le ministère des Ressources naturelles pour remédier à toute violation, le (titulaire de permis/preneur à bail) s engage par les présentes à rembourser toute dépense raisonnable engagée par le Ministère pour inspecter les mesures entreprises par le (titulaire de permis/preneur à bail) pour remédier à la ou au violations. (La méthode utilisée pour effectuer ces inspections sera celle qui est la plus raisonnable sur le plan financier et logique tout en respectant les politiques du MRN.) Lorsqu on ajoute au permis d utilisation des terres des conditions propres à des sites particuliers, il faut s assurer qu elles ne sont pas déjà imprimées au préalable sur le permis. Pour en assurer l applicabilité, ces conditions doivent être incluses et citées en tant qu annee au permis, ou incorporées dans le tete du bail Inspections Des inspections périodiques seront effectuées pour déterminer si les camps éloignés sont eploités conformément au modalités et conditions des documents de tenure. Lorsqu ils entreprennent des inspections en vue de l aliénation de sites de camps éloignés, les membres du personnel devraient consulter leurs homologues du MDECT, du MEE et du

8 8 sur 12 service de santé local, afin de proposer des inspections concertées comme mesure de réduction des coûts Non-conformité au modalités et conditions Sous réserve de circonstances particulières prépondérantes (p. e. maladie, conditions climatiques inclémentes, etc.), conformément au modalités et conditions des documents d autorisation d utilisation des terres, les permis d utilisation des terres ou les bau des eploitants dont les sites ne sont pas améliorés (p. e. lorsque les eigences en matière de bâtiments ne sont pas respectées, ou lorsque les ouvrages d amélioration prévus n ont pas été construits dans un délai d un an), ou ne sont pas utilisés durant plus d une saison d eploitation seront annulés. Lorsqu un eploitant manque à un engagement de rembourser au Ministère toute dépense engagée pour des inspections additionnelles, ou qu il refuse d enlever les améliorations du site, le Ministère traitera les améliorations comme des occupations non autorisées des terres publiques (se reporter à la Directive TP ), après avoir suivi tout processus établi dans le document de tenure. S il s agit là du plan d action recommandé, on obtiendra les conseils du personnel de la Direction des services juridiques. Un ordre d entreprendre des mesures correctives dans les 30 jours suivant une inspection (ou dans un délai plus long, si le superviseur régional l estime nécessaire) sera communiqué par écrit à l eploitant dont le camp éloigné s avérera non conforme au modalités et conditions du permis ou du bail en cause. Si les violations ne sont pas dûment corrigées à la satisfaction du Ministère dans les 60 jours ou dans le délai plus long prescrit dans le document d autorisation d occupation/utilisation des terres, ou avant une troisième inspection par le Ministère, le chef de district entreprendra l annulation du permis/bail conformément au processus énoncé dans le document, le cas échéant. Le personnel local avisera les autres organismes concernés (p. e. le MDECT, le MEE) de toute infraction connue à leur mandat. Le MRN ne doit pas participer à l application de la législation d autres organismes, ni directement, ni en imposant des conditions dans les documents formant titre (c.-à-d. qu il ne faut pas utiliser les documents d autorisation d utilisation des terres pour faire appliquer la législation ou les eigences d autres organismes) Cession/transfert Le MRN ne consentira à la délivrance d un permis d utilisation des terres à un nouvel eploitant, ou à la cession d un bail que lorsque toutes les violations antérieures auront été résolues à la satisfaction du Ministère. L eception à cette règle est le cas où le nouvel eploitant serait la meilleure personne pour résoudre les violations.

9 9 sur Lignes directrices sur la gestion des camps éloignés de type B Les camps éloignés de type B visent des utilisations de sites non récurrentes uniquement. Le personnel de l équipe locale doit s assurer que les utilisations des sites sont temporaires et que l eploitant comprend parfaitement qu il s agit d une entente ponctuelle uniquement. Dans l éventualité où l eploitant serait intéressé à eploiter le site au cours des années subséquentes, il devra présenter une nouvelle demande. Un eploitant qui souhaite être certain d un renouvellement devrait tenter d obtenir une autorisation d eploitation d un camp éloigné de type A, en suivant la procédure énoncée à la partie A. Il se peut que le MRN ait imposé des conditions moins restrictives dans le cas du processus d eamen d une demande relative à un camp éloigné de type B, sachant qu il s agissait d une utilisation à objet unique qui prendrait fin dans un très bref délai Sélection des sites Les sites devraient être affectés en fonction de facteurs tels que le potentiel de ressources, les conflits éventuels avec les résidants, et la proimité d autres établissements touristiques autorisés. Les rives des lacs de Trout Lake peuvent être utilisées, à l appréciation du chef de district Aliénation Réactive, en fonction des demandes Admissibilité des demandeurs Tout eploitant admissible qui n est pas en défaut. NOTA : Pour être admissible à un permis d eploitation d un établissement éloigné (c.-à-d. pour devenir un «eploitant admissible»), le demandeur doit maintenir une base d eploitation en Ontario Dimensions Le site autorisé ne doit pas avoir une superficie supérieure à 0,5 hectare Permis d utilisation des terres Durée L eploitation de camps éloignés de type B ne sera autorisée qu au moyen d un permis d utilisation des terres, délivré pour une fin unique. Durée de l activité de l eploitant qui a été approuvée (p. e. saison de la chasse à l ours), en plus d une semaine avant et d une semaine après, afin de permettre l établissement, le démontage et l enlèvement des ouvrages.

10 10 sur Redevance La redevance pour chaque site sera calculée conformément à la Directive TP (voir la rubrique «Partie d année») Inspections Il se peut qu il ne soit pas nécessaire d effectuer des inspections préalables de sites particuliers. Les responsables régionau devraient utiliser des cartes de contrôle et des photographies aériennes et discuter avec le personnel local en cas de conflits éventuels Conditions à appliquer Ouvrages - tentes et unités de camping mobiles uniquement - structures de polyéthylène interdites - quais flottants uniquement (ou assurance que le quai sera enlevé à l epiration du permis) - tous les ouvrages doivent être enlevés dans le délai fié dans le PUT. Déchets - tous les déchets doivent être enlevés et transportés à un site d enfouissement autorisé, à l epiration du permis d utilisation des terres. Autres conditions - à l appréciation du chef de district.

11 11 sur Résumé des lignes directrices sur la gestion des camps éloignés Ci-après est présenté un résumé des différences administratives entre les camps éloignés de type A et les camps éloignés de type B, pour des raisons de commodité uniquement. Pour des références eactes, se reporter au articles 4.0, 4.1, et 4.2. signifie que l énoncé s applique à ce type de camp UTILISATIONS ADMISSIBLES Utilisations précisées uniquement Toute utilisation légitime conforme à la présente directive Type A Type B RESTRICTIONS EN MATIÈRE D ADMISSIBILITÉ violations non réglées absence de permis d établissement de camp éloigné DOCUMENT D AUTORISATION D UTILISATION DES TERRES Bail de la Couronne (ma. 20 ans) Permis d utilisation des terres (ma. 10 ans) Permis d utilisation des terres (1 semaine avant à 1 semaine après la fin approuvée) APPROBATIONS REQUISES Service de santé MEE MDECT EXIGENCES EN MATIÈRE D INSPECTION préalable à l aliénation surveillance périodique postérieure à l aliénation SÉLECTION DU SITE présélection réactive dimensions 0,5 ha 0,5 ha AMÉLIORATIONS PERMISES Quais flottants Quais permanents Cabines permanentes Tentes

12 12 sur RÉFÉRENCES 5.1 Lois Loi sur le tourisme Règlement 1037, RRO 1990, pris en application de la Loi sur le tourisme 5.2 Renvois à d autres directives sur les TP TP (POL et PRO) Occupations non autorisées Contrôle et enlèvement TP (POL) Code du bâtiment de l Ontario TP (POL et PRO) Aliénation de lots de grève TP (POL) Directive sur la location de terres de la Couronne

Objet SURVEILLANCE DE LA CONFORMITÉ POSTÉRIEURE AUX ALIÉNATIONS

Objet SURVEILLANCE DE LA CONFORMITÉ POSTÉRIEURE AUX ALIÉNATIONS Ontario Ministère des Richesses naturelles Objet SURVEILLANCE DE LA CONFORMITÉ POSTÉRIEURE AUX ALIÉNATIONS Directive TP 9.01.02 Rédigé par - Direction Terres et Eaux Section Gestion des terres Remplace

Plus en détail

Objet CONSENTEMENT À UNE CESSION, AU TRANSFERT, À UNE HYPOTHÈQUE OU À UNE CHARGE CONCERNANT DES DOCUMENTS DE LA COURONNE OU DU MINISTÈRE

Objet CONSENTEMENT À UNE CESSION, AU TRANSFERT, À UNE HYPOTHÈQUE OU À UNE CHARGE CONCERNANT DES DOCUMENTS DE LA COURONNE OU DU MINISTÈRE Ontario Ministère des Richesses naturelles Objet CONSENTEMENT À UNE CESSION, AU TRANSFERT, À UNE HYPOTHÈQUE OU À UNE CHARGE CONCERNANT DES DOCUMENTS DE LA COURONNE OU DU MINISTÈRE Politique TP 2.05.01

Plus en détail

Objet CESSIONS DE POUVOIR DE VENDRE

Objet CESSIONS DE POUVOIR DE VENDRE Ministère des Richesses naturelles Ontario Objet CESSIONS DE POUVOIR DE VENDRE Rédigé par - Direction Terres et Eaux Remplace la directive intitulée Défaut de paiement hypothécaire Enregistrement d actes

Plus en détail

RÉHABILITATION VOLONTAIRE DES RISQUES MINIERS

RÉHABILITATION VOLONTAIRE DES RISQUES MINIERS RÉHABILITATION VOLONTAIRE DES RISQUES MINIERS Le ministère du Développement du Nord et des Mines (MDNM) se fait un devoir de réduire les effets des activités d exploration et d exploitation des ressources

Plus en détail

COMITÉ D EXAMEN DES DEMANDES DE TERRES

COMITÉ D EXAMEN DES DEMANDES DE TERRES Énergie, Mines et Ressources Direction de la gestion des terres 300, rue Main, bureau 320 Whitehorse (Yukon) Y1A 2B5 667-5215; téléc. : 667-3214 www.emr.gov.yk.ca COMITÉ D EXAMEN DES DEMANDES DE TERRES

Plus en détail

Procédure PL 3.03.04 Date de publication 27 septembre 2013. Objet. Rédigée par Direction du patrimoine naturel, des terres et des espaces protégés

Procédure PL 3.03.04 Date de publication 27 septembre 2013. Objet. Rédigée par Direction du patrimoine naturel, des terres et des espaces protégés Ministère des Ressources Naturelles Objet Permis de travail article 14 de la Loi sur les terres Rédigée par Direction du patrimoine naturel, des terres et des espaces protégés Section Terres et ressources

Plus en détail

Demandes de permis : régions nouvellement désignées. Ressources en pétrole et en agrégats

Demandes de permis : régions nouvellement désignées. Ressources en pétrole et en agrégats Objet : Politique n o : Nouvelle : Ministry of Natural Resources Ministère des Richesses naturelles Demandes de permis : régions nouvellement désignées R.A. 2.01.01 Révisée Rédigé par Direction : Section

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

ENTENTE SUR LA MOBILITÉ DES SAGES-FEMMES AU CANADA. entre. Le College of Midwives of British Columbia

ENTENTE SUR LA MOBILITÉ DES SAGES-FEMMES AU CANADA. entre. Le College of Midwives of British Columbia ENTENTE SUR LA MOBILITÉ DES SAGES-FEMMES AU CANADA entre Le College of Midwives of British Columbia et L Alberta Midwifery Health Disciplines Committee et Le College of Midwives of Manitoba et L Ordre

Plus en détail

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier)

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) PARTIE I DEMANDE EN RÉPONSE À L AVIS DE POSSIBILITÉ D ENTENTE À TERME FIXE SUIVANT

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

FORMULAIRE RECOMMANDÉ PROMESSE DE LOCATION COMMERCIALE

FORMULAIRE RECOMMANDÉ PROMESSE DE LOCATION COMMERCIALE FORMULAIRE RECOMMANDÉ PROMESSE DE LOCATION COMMERCIALE 1. IDENTIFICATION DES PARTIES NOM, ADRESSE, NUMÉRO DE TÉLÉPHONE ET COURRIEL DU LOCATAIRE 1 ET, LE CAS ÉCHÉANT, DE SON REPRÉSENTANT, LIEN AVEC LE LOCATAIRE

Plus en détail

ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants

ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants SOCIÉTÉ CANADIENNE D HYPOTHÈQUES ET DE LOGEMENT ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants À titre d organisme national responsable de l

Plus en détail

Vu la loi n 94/01 du 20 janvier 1994 portant régime des forêts, de la faune et de la Pêche ;

Vu la loi n 94/01 du 20 janvier 1994 portant régime des forêts, de la faune et de la Pêche ; MODELE DE CONVENTION DEFINITIVE DE GESTION D UNE FORET COMMUNAUTAIRE (Extrait du manuel des procédures d attribution et de gestion des forêts communautaires 2009) REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX - TRAVAIL

Plus en détail

Division Politiques Section Politiques des pêches Numéro FI 2.06.04

Division Politiques Section Politiques des pêches Numéro FI 2.06.04 Objet Rédigé par - Ministère Richesses naturelles Direction générale Biodiversité Remplace la directive intitulée inchangé Division Politiques Section Politiques des pêches Numéro FI 2.06.04 Directive

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

FONDS POUR L AMÉLIORATION DES INSTALLATIONS D APPRENTISSAGE (FAIA)

FONDS POUR L AMÉLIORATION DES INSTALLATIONS D APPRENTISSAGE (FAIA) FONDS POUR L AMÉLIORATION DES INSTALLATIONS D APPRENTISSAGE (FAIA) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LES BÉNÉFICIAIRES 2015-2016 Remarque : L état des revenus et des dépenses

Plus en détail

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES EXTÉRIEURES

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES EXTÉRIEURES Personne-ressource : Paige Ward Avocate générale et vice-présidente, Politiques Téléphone : 416 943-5838 Courriel : pward@mfda.ca APA-0040 Le 20 mai 2005 AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

Plus en détail

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit des lignes directrices à l intention des courtiers membres

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

TP 6.01.02 1.0 DÉFINITIONS. Dans cette directive,

TP 6.01.02 1.0 DÉFINITIONS. Dans cette directive, Ontario Ministère des Richesses naturelles Objet Directive sur la location des terres de la Rédigé par Direction Terres et Eaux Remplace la directive intitulée Titre inchangé Section Gestion des terres

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

ENTRE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DE L ÉNERGIE ATOMIQUE, un organisme incorporé constitué par la Loi sur le contrôle de l énergie atomique,

ENTRE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DE L ÉNERGIE ATOMIQUE, un organisme incorporé constitué par la Loi sur le contrôle de l énergie atomique, Page 1 de 3 ENTENTE FAITE EN DUPLICATA LE 4 E JOUR DE FÉVRIER 1985 ENTRE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DE L ÉNERGIE ATOMIQUE, un organisme incorporé constitué par la Loi sur le contrôle de l énergie atomique,

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire 1. Définitions Chercheur principal le candidat principal d une demande de subvention ou de bourse qui a été approuvée

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

Objet DIRECTIVE SUR LA LIBRE UTILISATION

Objet DIRECTIVE SUR LA LIBRE UTILISATION Ontario Ministère des Richesses naturelles Objet DIRECTIVE SUR LA LIBRE UTILISATION Rédigé par Direction Terres et Eaux Section Gestion des terres Directive TP 3.03.01 Remplace la directive intitulée Titre

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

1.8.1 Compétences du personnel Introduction

1.8.1 Compétences du personnel Introduction Page 1 de 7 1.8.1 Compétences du personnel Introduction La présente section vise à garantir la transparence et l équité du processus d embauche pour tous les postes. Elle s applique aux offices de services

Plus en détail

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PARTIE I INTERPRÉTATION 1. (1) Sauf indication contraire, les mots et expressions utilisés dans le présent règlement ont le sens qui leur est donné dans la Loi

Plus en détail

Les rapports d inspection

Les rapports d inspection Introduction Les rapports d inspection et la Loi sur l accès à l information municipale et la protection de la vie privée Projet conjoint de la ville de Newmarket et du Bureau du commissaire à l information

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Droit d auteur, utilisation équitable et salle de classe

Droit d auteur, utilisation équitable et salle de classe Droit d auteur, utilisation équitable et salle de classe Ce que le personnel enseignant peut faire et ce qu il ne peut pas faire Janvier 2015 Au sujet de cette présentation Cette présentation : 1. explique

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DES AGENTS DE COMMERCIALISATION DE GAZ

CODE DE CONDUITE DES AGENTS DE COMMERCIALISATION DE GAZ CODE DE CONDUITE DES AGENTS DE COMMERCIALISATION DE GAZ Règles prescrites conformément à la partie III de la Loi de 1998 sur la Commission de l énergie de l Ontario Commission de l énergie de l Ontario

Plus en détail

Que le règlement portant le numéro 177 soit et est adopté par le conseil et qu il soit statué et décrété par ce règlement ce qui suit.

Que le règlement portant le numéro 177 soit et est adopté par le conseil et qu il soit statué et décrété par ce règlement ce qui suit. PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-MARC-DE-FIGUERY RÈGLEMENT #177 DÉCRÉTANT LES RÈGLES DE CONTRÔLE ET DE SUIVI BUDGÉTAIRES ATTENDU QU en vertu du deuxième alinéa de l article 960.1 du Code municipal

Plus en détail

CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES

CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES Index A n o 9 CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES Fondement législatif Articles 650, 651 et 654 de la Loi sur les sociétés d assurances (la «Loi») Définitions

Plus en détail

Perte de superficies ayant fait l objet de traitements sylvicoles

Perte de superficies ayant fait l objet de traitements sylvicoles OBJET : Perte de superficies ayant fait l objet de traitements sylvicoles Numéro de la politique : FMB 017 2006 Numéro du dossier : 836 00 0003 Date d entrée en vigueur : 1 er septembre 2006 Date de révision

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE Section I : Dispositions générales 1. But La Ville de Kirkland établit par la présente politique des règles en matière de gestion contractuelle afin de favoriser la transparence,

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Communiqué Juin 2011 Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Les provinces du Québec et de l Ontario ont adopté l

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

CADRE CANADIEN RELATIF AU DROIT D EXERCICE

CADRE CANADIEN RELATIF AU DROIT D EXERCICE NÉGOCIATION D ENTENTES INTERNATIONALES DE RECONNAISSANCE MUTUELLE Définition des principaux aspects à prendre en considération Cette section définit et interprète les principaux aspects à prendre en considération

Plus en détail

le conseil municipal de la Ville de Sainte-Anne

le conseil municipal de la Ville de Sainte-Anne VILLE DE SAINTE-ANNE-DE-BELLEVUE PROVINCE DE QUÉBEC RÈGLEMENT NUMÉRO 763 RELATIF AUX PROJETS PARTICULIERS DE CONSTRUCTION, DE MODIFICATION OU D OCCUPATION D UN IMMEUBLE APPLICABLES À LA ZONE H-8. ATTENDU

Plus en détail

RÈGLEMENT N 3 DÉTERMINANT LES CONDITIONS D ADMISSION DANS LES PROGRAMMES D ÉTUDES AU CÉGEP GÉRALD-GODIN

RÈGLEMENT N 3 DÉTERMINANT LES CONDITIONS D ADMISSION DANS LES PROGRAMMES D ÉTUDES AU CÉGEP GÉRALD-GODIN RÈGLEMENT N 3 DÉTERMINANT LES CONDITIONS D ADMISSION DANS LES PROGRAMMES D ÉTUDES AU CÉGEP GÉRALD-GODIN Adopté par le Conseil d administration le 10 février 2015 (résolution n CA-015-0915) Déposé au ministère

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE LIMITÉE

MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE LIMITÉE Le 26 février 2015 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE LIMITÉE Le conseil d administration (le «conseil») est responsable de la gérance de La Société Canadian Tire Limitée (la «Société»).

Plus en détail

Les formes d organisation de l entreprise au Canada

Les formes d organisation de l entreprise au Canada Les formes d organisation de l entreprise au Canada Plusieurs formes d organisation de l entreprise peuvent être mises à contribution pour gérer une entreprise au Canada, chacune comportant ses propres

Plus en détail

Modèles d'autorité du logement MODÈLE DEUX - COMMISSION DU LOGEMENT INDÉPENDANTE DOTÉE D UN CONSEIL D ADMINISTRATION. Assemblée des Premières Nations

Modèles d'autorité du logement MODÈLE DEUX - COMMISSION DU LOGEMENT INDÉPENDANTE DOTÉE D UN CONSEIL D ADMINISTRATION. Assemblée des Premières Nations Modèles d'autorité du logement MODÈLE DEUX - COMMISSION DU LOGEMENT INDÉPENDANTE DOTÉE D UN CONSEIL D ADMINISTRATION Assemblée des Premières Nations Mai 2012 TABLE DES MATIÈRES MODÈLE DEUX COMMISSION DU

Plus en détail

ATTENDU QU un comité d urbanisme a été constitué, conformément aux articles 146 et 147 de la Loi sur l aménagement et l urbanisme (LRQ, ch. A-19.

ATTENDU QU un comité d urbanisme a été constitué, conformément aux articles 146 et 147 de la Loi sur l aménagement et l urbanisme (LRQ, ch. A-19. PROVINCE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE BOILEAU MRC PAPINEAU RÈGLEMENT NUMÉRO 01-065 RÈGLEMENT SUR LES DÉROGATIONS MINEURES AUX RÈGLEMENTS D URBANISME ATTENDU QUE la Municipalité de Boileau a adopté un règlement

Plus en détail

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012 Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 10 août 2005 RAPPEL PLAN

Plus en détail

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES DES ARCHITECTES ENTRE L'ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES DES ARCHITECTES ENTRE L'ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES DES ARCHITECTES ENTRE L'ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC ET L'ORDRE DES ARCHITECTES DE FRANCE ARRANGEMENT EN VUE DE LA

Plus en détail

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE Loi sur l Assemblée nationale (chapitre A-23.1, a. 124.3) CHAPITRE I APPLICATION 1. Les présentes

Plus en détail

CONSERVATION DES DOCUMENTS AU CANADA PAR LES IMPORTATEURS

CONSERVATION DES DOCUMENTS AU CANADA PAR LES IMPORTATEURS Ottawa, le 4 septembre 2008 MÉMORANDUM D17-1-21 En résumé CONSERVATION DES DOCUMENTS AU CANADA PAR LES IMPORTATEURS 1. Ce mémorandum était antérieurement intitulé, mémorandum D17-1-21, Tenue des livres

Plus en détail

PROTÉGÉ A. Vérification des programmes des voyageurs fiables

PROTÉGÉ A. Vérification des programmes des voyageurs fiables PROTÉGÉ A Vérification des programmes des voyageurs fiables Decembre 2012 TABLE DES MATIÈRES 1.0 INTRODUCTION... 2 2.0 IMPORTANCE DE LA VÉRIFICATION... 2 3.0 ÉNONCÉ D ASSURANCE... 2 4.0 OPINION DE L ÉQUIPE

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES Section Page

TABLE DES MATIÈRES Section Page TABLE DES MATIÈRES Section Page Définitions... 3 Introduction... 4 Description du programme... 4 Champ d application et portée... 5 Directive 1 : Processus de sélection des fournisseurs de services...

Plus en détail

ATTENDU QU avis de motion a été régulièrement donné le 13 novembre 2007;

ATTENDU QU avis de motion a été régulièrement donné le 13 novembre 2007; VILLE DE SAINT-CÉSAIRE MRC DE ROUVILLE PROVINCE DE QUÉBEC Règlement numéro 122 décrétant les règles de contrôle et de suivi budgétaires. ATTENDU QU en vertu du deuxième alinéa de l article 477 de la Loi

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse

Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse LIGNES DIRECTRICES et CRITERES pour l utilisation des locaux scolaires selon un modèle de site central Fonction Le

Plus en détail

La présente politique s applique à tous les clients, les membres du personnel et les bénévoles de SDT.

La présente politique s applique à tous les clients, les membres du personnel et les bénévoles de SDT. Timiskaming Home Support/Soutien à domicile) POLITIQUE Titre : Politique de traitement des Date d entrée en vigueur : le 7 juillet 2010 plaintes Approuvée par le : Conseil Date de révision : le 7 juillet

Plus en détail

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302*

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Transports Canada Transport Canada TP 14693F (05/2007) Aviation civile Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Imprimé au Canada Veuillez acheminer vos commentaires, vos commandes

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvée par le Conseil d administration le 28 août 2012 CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d aider le Conseil à s acquitter de ses responsabilités

Plus en détail

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie 2014-R-01 du 3 juillet 2014 1. Contexte L analyse des pratiques et des conventions observées sur le marché de

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Le comité de gouvernance et d éthique («comité») est un comité du conseil d administration de Groupe SNC-Lavalin inc. («Société») qui aide le conseil

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvé par le Conseil d'administration le 26 août 2014 CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d'aider le Conseil d'administration à s'acquitter de ses

Plus en détail

ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE VISANT À FACILITER LA MOBILITÉ DES INGÉNIEURS ENTRE L IRLANDE ET LE CANADA

ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE VISANT À FACILITER LA MOBILITÉ DES INGÉNIEURS ENTRE L IRLANDE ET LE CANADA ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE VISANT À FACILITER LA MOBILITÉ DES INGÉNIEURS ENTRE L IRLANDE ET LE CANADA (Ébauche, novembre 2007) 1 PARTIES 1.1 L Institution of Engineers of Ireland (Engineers Ireland)

Plus en détail

POLITIQUE VENTE ET SERVICE D ALCOOL À L UNIVERSITÉ

POLITIQUE VENTE ET SERVICE D ALCOOL À L UNIVERSITÉ Date d entrée en vigueur : 15 mars 2011 Origine : Vice-rectorat aux services Remplace/amende : 23 septembre 2002 Numéro de référence : VPS-3 Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture.

Plus en détail

GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA

GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA PRÉPARATION DES DÉCLARATIONS FISCALES GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA Des conseils simples pour réclamer des crédits de taxe sur intrants à l égard de transactions effectuées au moyen

Plus en détail

AU PROGRAMME DE CRÉDIT D IMPÔT POUR CAPITAL DE RISQUE DE PETITES ENTREPRISES

AU PROGRAMME DE CRÉDIT D IMPÔT POUR CAPITAL DE RISQUE DE PETITES ENTREPRISES Emploi et Économie GUIDE D ACCÈS AU PROGRAMME DE CRÉDIT D IMPÔT POUR CAPITAL DE RISQUE DE PETITES ENTREPRISES établi conformément aux articles s. 11.13 à 11.17 de la Loi de l impôt sur le revenu (Manitoba)

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 VERSION OFFICIELLE POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 Par la résolution no C-163-06-14 Service des ressources financières www.csp.qc.ca TABLE DES MATIÈRES 1. But de

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TABLEAU COMPARATIF DISPOSITIONS GÉNÉRALES TABLEAU COMPARATIF DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS GÉNÉRALES DU SERVICE DE DISTRIBUTION 8.1.1 DROIT AU TARIF LE PLUS AVANTAGEUX Le client a le droit de bénéficier du tarif le plus avantageux, selon

Plus en détail

Destinataire : Sociétés pétrolières et gazières relevant de l Office national de l énergie et parties intéressées

Destinataire : Sociétés pétrolières et gazières relevant de l Office national de l énergie et parties intéressées Dossier : Ad GA RG OPR 0301 Destinataire : Sociétés pétrolières et gazières relevant de l Office national de l énergie et parties intéressées Avis de projet de modification réglementaire (APMR) 2011-01

Plus en détail

Charte de l audit interne

Charte de l audit interne Charte de l audit interne Adoptée par le Comité d audit le 24 mai 2012 Mise à jour : 19 mai 2016 CORPORATION DE L ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES DE MONTRÉAL CHARTE DE L AUDIT INTERNE 1. ÉNONCÉ DE

Plus en détail

VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU DU MDP ET DE L AC)

VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU DU MDP ET DE L AC) AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA FORMATION SUPPLÉMENTAIRE DE L ORGANISME D AUTORÉGLEMENTATION DU COURTAGE IMMOBILIER DU QUÉBEC

POLITIQUE SUR LA FORMATION SUPPLÉMENTAIRE DE L ORGANISME D AUTORÉGLEMENTATION DU COURTAGE IMMOBILIER DU QUÉBEC POLITIQUE SUR LA FORMATION SUPPLÉMENTAIRE DE L ORGANISME D AUTORÉGLEMENTATION DU COURTAGE IMMOBILIER DU QUÉBEC SECTION I MOTIFS ET OBJET 1. La présente Politique sur la formation supplémentaire est justifiée

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DES ACCÈS SUR LES SITES ET LES ÉQUIPEMENTS EXPLOITÉS PAR L'AMT

POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DES ACCÈS SUR LES SITES ET LES ÉQUIPEMENTS EXPLOITÉS PAR L'AMT LES SITES ET LES ÉQUIPEMENTS EXPLOITÉS PAR L'AMT ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 7 FÉVRIER 2014 PAR VOIE DE RÉSOLUTION N O 14-CA(AMT)-15 Politique relative à la gestion des accès sur les sites

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

Le droit des Autochtones au Canada Introduction

Le droit des Autochtones au Canada Introduction Le droit des Autochtones au Canada Introduction Les questions relatives au droit des Autochtones peuvent avoir des incidences sur tous les aspects des affaires traitées aux quatre coins du Canada. Avant

Plus en détail

Durée - Dix ans à compter de la date de délivrance. Quantité - 1 200 GWh par année

Durée - Dix ans à compter de la date de délivrance. Quantité - 1 200 GWh par année Dossier : 6200-D059-1 Le 16 mai 2002 M me Mary Breitling Dynegy Power Marketing, Inc. Suite 5800 1000 Louisiana Street Houston, Texas 77002-5050 U.S.A. Télécopieur : (713) 507-6504 Madame, Demande de permis

Plus en détail

CO 2 SOLUTIONS INC. MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DES RESSOURCES HUMAINES

CO 2 SOLUTIONS INC. MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DES RESSOURCES HUMAINES CO 2 SOLUTIONS INC. MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DES RESSOURCES HUMAINES 1. OBJET Le Comité de gouvernance et de rémunération (le «Comité») est un comité permanent du Conseil d administration de

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE

RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE Adopté le 29 juin 2009 par le conseil d'administration (275 e assemblée résolution n o 2321) Modifié le 21 avril 2015 par le conseil d administration (310 e assemblée

Plus en détail

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO)

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LA PÉRIODE ALLANT DU 1ER AVRIL 2015 AU 31 MARS 2016 1 PROGRAMME

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE PROGRAMME DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SCOLARITÉ DES INFIRMIÈRES ENTENTE DE SERVICES EN RETOUR

MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE PROGRAMME DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SCOLARITÉ DES INFIRMIÈRES ENTENTE DE SERVICES EN RETOUR MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE PROGRAMME DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SCOLARITÉ DES INFIRMIÈRES ENTENTE DE SERVICES EN RETOUR AVEC LA COURONNE DU CHEF DE LA PROVINCE D ONTARIO, REPRÉSENTÉE

Plus en détail

Document de travail de l ACPM. Propositions visant à modifier le Règlement sur la surveillance du pari mutuel 2014

Document de travail de l ACPM. Propositions visant à modifier le Règlement sur la surveillance du pari mutuel 2014 Document de travail de l ACPM Propositions visant à modifier le Règlement sur la surveillance du pari mutuel 2014 Recommandations Les documents de travail jouent un rôle important dans l élaboration du

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

Plus en détail

PRENANT APPUI sur les liens de coopération qui unissent le Québec et le Vietnam, particulièrement en matière d adoption internationale;

PRENANT APPUI sur les liens de coopération qui unissent le Québec et le Vietnam, particulièrement en matière d adoption internationale; ENTENTE DE COOPÉRATION ENTRE L AUTORITÉ CENTRALE VIETNAMIENNE ET L AUTORITÉ CENTRALE QUÉBÉCOISE CONCERNANT LES PROCÉDURES ADMINISTRATIVES APPLICABLES EN MATIÈRE D ADOPTION INTERNATIONALE Le ministère de

Plus en détail

TJX Canada. Politiques sur les Normes d accessibilité intégrées. Plan d accessibilité pluriannuel

TJX Canada. Politiques sur les Normes d accessibilité intégrées. Plan d accessibilité pluriannuel TJX Canada Politiques sur les Normes d accessibilité intégrées et Plan d accessibilité pluriannuel 2014 Table des matières 1. Objet.. 3 2. Champ d application et responsabilités... 3 3. Énoncé de politique

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

TNO LAC-WALKER ET RIVIÈRE-NIPISSIS

TNO LAC-WALKER ET RIVIÈRE-NIPISSIS MRC de Sept-Rivières 106, rue Napoléon, bureau 400, Sept-Îles (Qc) G4R 3L7 T 418 962-1900 F 418 962-3365 info@mrc.septrivieres.qc.ca www.mrc.septrivieres.qc.ca TNO LAC-WALKER ET RIVIÈRE-NIPISSIS Résumé

Plus en détail

ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE

ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE entre L INSTITUTE AND FACULTY OF ACTUARIES et L INSTITUT CANADIEN DES ACTUAIRES DOCUMENT 213103 TABLE DES MATIÈRES 1. CONTEXTE 3 2. CONDITIONS CONVENUES 4 3. FONDEMENTS

Plus en détail

NORME 5 NORMES ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION

NORME 5 NORMES ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION NORME 5 NORME ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION Bien que cette Norme apparaisse dans le Code canadien de sécurité pour les transporteurs routiers, il est important de noter qu'elle s'applique à tous les

Plus en détail

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013 Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles CATÉGORIE : Ressources humaines SURVEILLANCE : juin 2014 Adopté : 17 avril 2007 Dernière révision : 25 janvier 2013 Révisée le : 20 septembre 2013 Le Centre de santé

Plus en détail

Attendu que. Attendu que. La Partie italienne a exprimé sa disponibilité à financer la réalisation du projet susnommé;

Attendu que. Attendu que. La Partie italienne a exprimé sa disponibilité à financer la réalisation du projet susnommé; PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE ITALIENNE ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE TUNISIENNE CONCERNANT LE PROJET FONDS D ETUDES ET D EXPERTISE Le Gouvernement de la République Italienne,

Plus en détail

PGIC CESSION DES DROITS DONNÉS PAR CONTRAT ET APPROBATION («CESSION») FEUILLE D INSTRUCTIONS ET LISTE DE VÉRIFICATION

PGIC CESSION DES DROITS DONNÉS PAR CONTRAT ET APPROBATION («CESSION») FEUILLE D INSTRUCTIONS ET LISTE DE VÉRIFICATION PGIC CESSION DES DROITS DONNÉS PAR CONTRAT ET APPROBATION («CESSION») FEUILLE D INSTRUCTIONS ET LISTE DE VÉRIFICATION 1) Le demandeur doit préparer la Cession selon le format ci-joint et remettre quatre

Plus en détail

LANCEMENT D UN PROGRAMME DE FORMATION DE NOUVEAUX NÉGOCIATEURS APPEL DE CANDIDATURES

LANCEMENT D UN PROGRAMME DE FORMATION DE NOUVEAUX NÉGOCIATEURS APPEL DE CANDIDATURES Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE 108-15 Le 11 septembre 2015

Plus en détail