RUPTURES & anticipation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RUPTURES & anticipation"

Transcription

1 programme LE rendez-vous annuel des métiers du risque et des assurances de l entreprise Deauville 8, 9 et 10 février RUPTURES & anticipation AMRAE / 20 ans d expertise des métiers du risque

2 OBJECTIFS & DEROULEMENT GENERAL 3 L AMRAE organise depuis 20 ans le rendez-vous incontournable des métiers du risque où se retrouvent tous les acteurs de la gestion des risques et des assurances : Responsables Risques et assurance en entreprise, assureurs, réassureurs, experts, courtiers, avocats, consultants et aussi étudiants, universitaires. Echanges, réflexions et partage d expérience durant 3 jours pour : Développer de nouvelles stratégies et techniques pour la gestion des risques Apporter des réponses pratiques aux problèmes de prévention, de protection et de financement Informer de l évolution et des tendances du marché de l assurance, du rôle des différents acteurs Renforcer la fonction de gestionnaire des risques au sein des entreprises Offrir une enceinte professionnelle créatrice d échanges entre tous ceux qui sont concernés par les progrès de la gestion des risques. Déroulement des 3 jours Mercredi 8 février Jeudi 9 février Vendredi 10 février 9h00 10h00 12h00 14h00 18h15 Ouverture Accueil Sessions de Formation Voir p4 Cocktail déjeunatoire Ouverture Plénière Session Plénière Voir p5 9h00 10H30 11H00 12H30 15h00 17h00 17h15 18h15 Session Ateliers A01-A11 Voir p8 Pause Session Ateliers B01-B11 Voir p13 Déjeuner Session Ateliers C01-C11 Voir p18 Session Spéciale Etat du Marché Voir p22 9h00 10h30 11h00 13h00 Sessions Partenaires Voir p24 Table Ronde Risk Management en Europe Pause Session Plénière Clôture Voir p25 Buffet déjeunatoire 20h00 Soirée AMRAE

3 4 sessions de Formation Mercredi 8 fevrier OUVERTURE AMRAE Formation propose cette année encore aux participants des Rencontres, huit sessions de formation animées par les Présidents de Commissions de l AMRAE. Ces sessions vous apporteront les éléments fondamentaux pour comprendre la matière, acquérir les bases et répondre aux 20 questions clés à se poser pour appréhender sereinement ces sujets. - 10h00 à 12h00 - SF01 SF02 SF03 SF04 SF05 SF06 SF07 SF08 Flottes Automobiles : l auto-assurance, comment faire? Modérateur Bernard GROSCHTERN, Autolia Services Intervenant Philippe FAUQUEUX, VAN AMEYDE FRANCE Salle Pandora Assurance des chantiers complexes : points clefs pour comprendre l assurance des travaux sur existants Modérateur Pascal DESSUET, SOCIETE GENERALE Intervenant Joanna MUSIAL, AON FRANCE Salle Tootsie Les défis de l ERM : vers la maturité Modérateur Julien CAMUS, SCHLUMBERGER Intervenant Jean-Paul LOUISOT, CARM Institute Salle Falstaff Programmes internationaux : l essentiel Modérateur Zaïella AISSAOUI, YVES ROCHER Intervenant Nadia COTE, ACE EUROPE Salle James Bond Cartographier les risques RC Modérateur Patrick LEROY, ROQUETTE FRERES Intervenant Jason CRUMLEY, GRAS SAVOYE Salle Gilda Business Intelligence SERVICES : le B.A. BA Modérateur Géraldine SUTRA Intervenant Stéphane ROSENWALD, RV CONSEIL Salle SCARLETT Animer un atelier de cartographie des risques Modérateur Max GIUMELLI, VIRBAC Intervenant Lionel d HARCOURT, ARENGI Salle Batman Comprendre le process d expertise Modérateur Jean-Christophe RODIER, CNIM Intervenant Yves LEGOUX, Compagnie des Experts Agréés salle KANE

4 session Pleniere 5 Mercredi 8 fevrier RUPTURES & anticipation - Début de session 14h00 - Ouverture des 20 e Rencontres Gilbert Canameras Président de l AMRAE - table ronde - L AMRAE et ses partenaires institutionnels : 20 ans de relation et de coopération Maya ATIG Sous Directeur des Assurances Direction du Trésor Bernard SPITZ Président, Fédération Française des Sociétés d Assurances, FFSA Session Pleniere Special ANNIVERSAIRE Avec la participation de Dominique SIZES Président, Chambre Syndicale des Courtiers d Assurance, CSCA - Pause 16h00 / 16h40 - Greg CASE Président & CEO, AON Corp. - table ronde - Marché de l Assurance - 20 ans : Ruptures et anticipation Jean-Laurent GRANIER Directeur Général de la Région Méditerranée et Amérique Latine Président Directeur Général AXA Global P&C Membre du Comité de Direction Général du Groupe AXA Evan GREENBERG Chairman & CEO, ACE ltd Avec les interventions de Christian HINSCH Chairman, HDI GERLING Denis KESSLER Président Directeur Général, SCOR SE Axel THEIS CEO, ALLIANZ GLOBAL CORPORATE & SPECIALTY - 18h15 Fin de session -

5 6 sessions d ATELIERS Grilles des ateliers L objectif des sessions d ateliers est d être au plus près de l actualité et des problématiques de vos business ainsi que des enjeux de votre métier. 33 ateliers répartis sur 3 créneaux horaires vous sont proposés : les sessions A de 9h00 à 10h30 ; les sessions B de 11h00 à 12h30 ; les sessions C de 15h00 à 17h00. Et la Session Spéciale «Etat du Marché» de 17h15 à 18h15 A01 A02 A03 Salle gilda Financement des risques catastrophiques : nouvelle vie de l Alternative Risk Transfer? Martine HECQ Salle Gatsby Protéger son image de marque : mythe ou réalité Sophie MAGUER Salle Falstaff Communication externe de la gestion des risques Sophie MAUVIEUX Session A 9h00 à 10h30 Salle Scarlett Risk manager : promouvoir et valoriser sa fonction François HÜBSCH Salle Lexington Sortir les «grands risques» du code des assurances (?) Marc de POMMEREAU Salle Pandora Retraites : nécessité et danger pour l entreprise David BLATTER A07 A08 A09 A04 A05 Salle Tootsie L entreprise et ses dirigeants face aux nouveaux enjeux européens : vers un durcissement de la responsabilité? Patrick LEROY Salle Harry Potter Gestion de sinistres : Retour d expérience sur Fukushima Gaëtan LEFEVRE Salle Kane Quelle(s) place(s) pour le risk management dans un projet de transformation SI? François BEAUME Salle Batman Intelligence économique : un outil d anticipation pour les risk managers Paul-Vincent VALTAT A10 A11 A06 Salle James Bond Comment intégrer la gestion des risques à la stratégie de l entreprise Frédéric DESITTER B01 Salle James Bond Nouvelle stratégie d utilisation de sa captive : quelles diversifications? Frédéric DHERS - Pause 10h30 / 11h00 - Session B 11h00 à 12h30 Salle Scarlett Fusion Acquisition : quelle valeur ajoutée du risk-manager? Rachel BALMADIER B07 B02 Salle Lexington Réforme des cat nat : ce qui va changer (ou pas) Jean-Pierre MEFFRE Salle Gilda Appréhender la fiscalité des programmes internationaux Zaïella AISSAOUI B08 B03 Salle Kane L influence de l ERM sur la notation financière et extra-financière Martine VULLIERME Salle Falstaff Risque souverain : impacts pour l entreprise Freddi GODET DES MARAIS B09 B04 Salle Gatsby Savoir évaluer l efficacité de l ERM et savoir la communiquer Annie BRESSAC Salle Pandora Accréditation et pilotage des fournisseurs Eric LEGRAND B10 B05 Salle Harry Potter Risque client dans un pays en crise Christine GILGUY Salle Batman Rencontres avec FERMA : les thèmes d actualités Michel DENNERY B11 B06 Salle Tootsie Les nouveaux risques de la cybercriminalité Laurent BARBAGLI

6 sessions d ATELIERS 7 Grilles des ateliers C01 C02 C03 C04 Salle Lexington Solvabilité II et les captives : vers les piliers 2 et 3 Philippe VIENOT Salle Gatsby L assurance tous risques est-elle encore une réalité? Than Danh DUONG Salle Kane ERM : Vision comparée en fonction des secteurs d activités (Assurances, Banque, Industrie/services) François MALAN Salle Tootsie La politique de continuité d activité : vos PCA à l épreuve des ruptures Martine VERDEAU Session C 15h00 à 17h00 Salle Gilda Environnement : de l identification des risques à la gestion de sinistres Stéphane RICHARD Salle Falstaff Articulation des acteurs internes de la maitrise des risques : quelle efficience? Philippe HELLICH Salle Harry Potter Cartographie de la Supply Chain et des (inter)dépendances Julien CAMUS Salle Scarlett Requalification en faute inexcusable : de la prévention à la protection Anne-Claire MANIEZ C06 C07 C08 C09 C05 Salle James Bond Assurance des grands chantiers : limites de capacités Pascal DESSUET Salle Batman Brésil : Risques et solutions Nadine BARRERE-COUCHON C10 17h15 à 18h15 Salle Lexington Session spéciale - Etat du Marché Anne-Marie Fournier Intervenants : Jeff MOGHRABI, ACE EUROPE Philippe JOUVELOT, AXA CORPORATE SOLUTIONS Paolo RIBOTTA, XL INSURANCE COMPANY LIMITED Thierry VAN SANTEN, ALLIANZ GLOBAL CORPORATE & SPECIALTY

7 8 SESSION ATELIERs a 9H00 / 10H30 A01 Financement des risques catastrophiques : nouvelle vie de l Alternative Risk Transfer? Modérateur Martine HECQ, GDF SUEZ responsable Special Lines & Outils Captifs Intervenants Carlos BIRR MEZA, ERDF chef du Département Assurances Marine CHARBONNIER, GRAS SAVOYE directeur ART Dans la conjoncture et les marchés actuels, quelles sont les possibilités de financements alternatifs des risques de nature catastrophique? En quoi sont-ils innovants? Quels risques et quels profils de risques y sont éligibles? Quels avantages et quelles contraintes y compris par rapport aux marchés de l assurance et de la réassurance traditionnelles en terme d efficacité, qualité, sécurité, prix, capacité? Quel avenir? Quelle création de valeur? Nous présenterons un état des lieux concret de ces nouvelles possibilités de transferts alternatifs en particulier des Insurance-Linked Securities ILS (*) et assimilés, leurs conditions : mise en place, pricing, point d attachement... ainsi que l appétit des nouveaux marchés. Nous illustrerons ces éléments par un cas réel : le cat bond ERDF Pylon 2 (*) titres assurantiels A02 Protéger son image de marque : mythe ou réalité Modérateur Sophie MAGUER, EURO DISNEY ASSOCIES S.C.A. risk Manager Intervenants Thomas ARRAGNETI, DELOITTE CONSEIL associé France HANNIET, ORANGINA SCHWEPPES GROUP Group Risk and Compliance Manager Luc de LAENDER, GRAS SAVOYE directeur du Département Relation Clients et Développement de la Direction des Grandes Entreprises Alexander MAHNKE, SIEMENS ceo Of the Insurance Business Même si la réputation reste un actif immatériel, difficile à valoriser, elle constitue aujourd hui un véritable actif pour chaque société, et il est donc nécessaire de l intégrer dans la démarche de gestion des risques, à l identique des risques plus connus et de ce fait mieux gérés. Il est très difficile de protéger son image de marque dans un environnement mondialisé, d une rapidité extrême en matière de circulation de l information et dont les Systèmes d Information ne cessent de nous exposer aux dangers. Que représente le patrimoine de sa marque? Pouvons-nous réellement la protéger via de la protection managériale (plan de communication...), de la protection assurantielle (souscription) ou encore de la protection financière (via l interprétation de normes)?

8 SESSION ATELIERs a 9 9H00 / 10H30 Transparence et communication externe sur les risques Communication externe sur les risques : transparence, oui... mais jusqu où? A03 Modérateur Sophie MAUVIEUX, GEMALTO Group Risk & Insurance Manager Intervenants Max GIUMELLI, VIRBAC directeur Gestion des Risques Alain MOUROT, CHARTIS secrétaire Général Emmanuelle TRAN THANH TAM, ACYAN présidente Les obligations de transparence incitent les entreprises à instaurer une véritable communication sur leurs risques et leur gestion. Au-delà des exigences réglementaires, les crises financières, économiques et sociales poussent toutes le parties prenantes, qu elles soient actionnaires, agences de notation, assureurs, autorités ou encore clients à attendre des entreprises encore plus d informations quand elles communiquent sur leurs risques. Quelles sont les motivations des acteurs de la communication externe dans une entreprise? Jusqu où les entreprises vont-elles aujourd hui en matière de transparence sur leurs risques? Quels sont les risques et les limites d une sur-communication ou d une communication a minima? Quels sont les enjeux d une telle transparence pour l entreprise? Comment finalement adopter une communication répondant aux attentes des différentes parties prenantes et protectrice des intérêts de l entreprise? Quel rôle doit jouer le risk-manager dans la communication externe sur les risques? Pour répondre à ces questions et d autres encore, un panel d experts partagera avec vous leurs expériences et leurs pratiques en dégageant les avantages et les inconvénients d une communication transparente sur les risques en «temps calme», mais également en «temps de crise». La communication interne sur la gestion des risques ne sera pas traitée ici car l atelier B04 y est consacré L entreprise et ses dirigeants face aux nouveaux enjeux européens : vers un durcissement de la responsabilité? Modérateur Patrick LEROY, ROQUETTE FRERES risk Manager Intervenants Fabienne BOTTLING, ZURICH juriste Sinistres Responsabilité Civile et Lignes Financières Sarah XERRI-HANOTTE, HMN & PARTNERS avocat Joanne CHARBIT, AON consulty Manager L entreprise et ses dirigeants - quels sont les nouveaux enjeux européens en matière de responsabilité? Après avoir analysé les sources de mises en causes de l entreprise et de ses dirigeants en France & en Europe, nous étudierons, à travers des exemples concrets, l évolution des champs d indemnisation sur ce périmètre, et notamment en Angleterre. Quelles sont les mises en causes des personnes morales ou physiques? Concernent-elles la RC générale ou la RC MS? Quelles sont les solutions assurantielles, leurs problématiques et leurs éventuelles limites? Enfin nous nous interrogerons sur le rôle du risk manager - de la prévention des risques opérationnels à la formation des dirigeants et administrateurs. A04 Gestion de sinistres : Retour d expérience sur Fukushima A05 Modérateur Gaëtan LEFEVRE, CMI Risk Group & Insurance Manager président de BELRIM Intervenants Tommaso CAPURSO, SNCB HOLDING ingénieur Civil Dominique DEBRAY, AXA CORPORATE SOLUTIONS ingénieur Sinistres Michel JOSSET, FAURECIA responsable Assurances Prévention et Immobilier Quelles leçons tirer d un sinistre majeur que votre entreprise soit impliquée ou impactée? Comment réajuster les curseurs de votre Gestion de risques / Plan de Continuité d Activité / Communication interne et externe? Comment faire passer des messages auprès des directions, des opérationnels malgré ces expériences douloureuses?

9 10 SESSION ATELIERs a 9H00 / 10H30 A06 Comment intégrer la gestion des risques à la stratégie de l entreprise? Modérateur Frédéric DESITTER, AMRAE administrateur Intervenants Gilles PROUST, ARENGI associé Président Olivier SORBA, LAGARDERE directeur des Risques et du Contrôle Interne Pour aller au-delà du simple exercice de conformité, le Management des Risques doit s ancrer dans les modes de fonctionnement de l entreprise et gagner une place à part entière dans ses processus de pilotage. A ce titre se pose la question des liens entre Management des Risques et stratégie de l entreprise. Comment intégrer la stratégie dans le process et les outils du Management des Risques? Comment connecter de façon étroite stratégie de l entreprise et Management des Risques? Quelle organisation et quelle gouvernance pour s assurer de ce lien indispensable? Quels leviers pour le Risk Manager afin de s imposer comme un partenaire incontournable?... A07 Risk manager : promouvoir et valoriser sa fonction Modérateur François HÜBSCH, MICHELIN directeur Assurance Groupe Intervenants Sébastien ALLAIRE, DELOITTE CONSEIL associé Risk Services Caroline AUBRY, UNIVERSITE TOULOUSE III maître de Conférence - Laboratoire Gestion et Cognition Brigitte BOUQUOT, THALES directeur des Assurances et de la Gestion des Risques Hervé PEYTAVIN, MBDA directeur du Management des Risques La pertinence d une cartographie ou l optimisation du traitement des risques sont des éléments difficilement démontrables et chiffrables. Comment arriver à démontrer que sa fonction, son expertise, ses talents de négociateur, challenger sont des atouts pour l entreprise? Comment peut-on valoriser les fonctions du risk-management alors que la sinistralité existe? Témoignages de Directeur des Assurances et/ou Directeur des Risques.

10 SESSION ATELIERS A 11 JEUDI 9 FEVRIER 9H00 / 10H30 sortir les «grands risques» du code des assurances? DéBUT À A08 Modérateur Marc de POMMEREAU, GdF suez EnErGiE services directeur des assurances Intervenants Catherine COGNET, axa corporate solutions responsable souscription Bernadette CRUSILLEAU, siaci saint HonorE directeur indemnisation Jérôme KULLMAN, institut des assurances de paris professeur à l université paris dauphine Luc MAYAUX professeur à l université Lyon iii La législation française, contrairement à la tendance européenne, protège les Grands Risques (Entreprises de très grandes tailles) en les faisant bénéficier ou en leur faisant subir des dispositions d un code des assurances issu de la loi de 1930 plutôt élaborée pour les «petits» assurés. Serait-il opportun de sortir les Grands Risques du code des Assurances, en tout ou en partie? Quels seraient les avantages et inconvénients pour ces grandes entreprises à négocier et exécuter leur contrat d assurance suivant le régime de droit commun du contrat? Seraient-elles vraiment perdantes? Quelles répercutions une telle modification pourrait-elle avoir, notamment à l égard des courtiers? retraites : nécessité et danger pour l entreprise A09 Modérateur David BLATTER, reunica responsable du management des risques Intervenants Chloé BAER, HsBc relationship manager, HsBc Global asset management Léopold LARIOS, EdEnrEd (tickets restaurants) risk manager Solenn QUEAU, siaci saint HonorE director of retirement practice Les entreprises ont l obligation de provisionner les retraites de leurs salariés. C est une nécessité qui leur permet de répondre à la loi mais aussi de fidéliser leurs salariés ou encore d attirer des talents. Le poids économique de ces provisions devient problématique voire dangereux pour la pérennité de l entreprise. Quelles solutions de financement avons-nous à disposition? Comment trouver le bon équilibre? Au cours de cet atelier vous bénéficierez tout d abord d un rappel succinct des règlements concernant la retraite obligatoire (de base et complémentaire) et non obligatoire en France. Nous aborderons ensuite, les solutions de financement à la disposition des entreprises françaises et des risques financiers associés en fonction des produits. Le focus sera ensuite mis sur la gouvernance des risques associés par le risk manager d un groupe international qui est confronté à ce sujet. Enfin nous traiterons de tous les risques transverses et indirects générés par la gestion des retraites. L ensemble de la présentation sera bien évidemment agrémenté d exemples concrêts d entreprise qui ont eu ces problèmes à gérer.

11 12 SESSION ATELIERs a 9H00 / 10H30 A10 Quelle(s) place(s) pour le risk management dans un projet de transformation SI? Modérateur François BEAUME, DALKIA Responsable Risk Management Intervenants Pascal LOINTIER, CLUSIF président Sébastien RIMBERT, ERNST & YOUNG ET ASSOCIES senior Manager A quel moment le risk-manager doit-il s impliquer dans un projet de Système d information? Faut-il intégrer la gestion des risques dans la conception d un Enterprise Ressource Planning? Quelles relations avec le Responsable de la Sécurité des Systèmes d information? A11 Intelligence économique : un outil d anticipation pour les risk managers Modérateur Paul-Vincent VALTAT, PORTS DE PARIS Délégué pour la Défense et la Sécurité, Respondable Mission prévention Sécurité Sûreté Intervenants Philippe LE NAOUR, AIR FRANCE responsable Planning Stratégique et Intelligence Economique Xavier LEONETTI, GENDARMERIE NATIONALE capitaine - Responsable de l Intelligence Economique Stéphane ROSENWALD, RV CONSEIL président Comment l intelligence économique peut prévenir les risques, interpréter les signaux faibles et être un véritable «poste à l avant-garde» du risk manager? Comment ces fonctions travaillent-elles intelligemment ensemble? Quelles sont les facteurs clés de succès pour que l intelligence économique soit un véritable outil d anticipation des risk managers?

12 SESSION ATELIERs B 13 - Pause 10h30 / 11h00-11H00 / 12H30 Nouvelle stratégie d utilisation de sa captive : quelles diversifications? Stratégie, Valeur, opportunités et indicateurs dans une démarche de captivation de risques Modérateur Frédéric DHERS, VEOLIA ENVIRONNEMENT Directeur Assurances et Risk Management Intervenants Hugh ROSENBAUM, TOWERSWATSON retired Principal Fabrice FRERE, AON GLOBAL RISK CONSULTINGLE managing Director Les restrictions de budget des entreprises, l accroissement des primes et la volonté de maîtriser l ensemble du processus de financement des risques favorisent-ils les diversifications d utilisation de sa captive? Quelles innovations? Quel profil de risque? Quelles modalités de mise en œuvre? Peut-on tout faire avec sa captive? B01 Réforme des cat nat : ce qui va changer (ou pas) Modérateur Jean-Pierre MEFFRE, CREDIT AGRICOLE ASSURANCES directeur Risques Assurables & Réassurance internationale Intervenants Gérard LANCNER, AMRAE délégué Général Pierre MICHEL, CAISSE CENTRALE DE REASSURANCE directeur Général Adjoint Stéphane PENET, FFSA directeur des assurances de biens et de responsabilité Sébastien RASPILLER, DIRECTION GENERALE DU TRESOR chef du bureau Marché et Produits d Assurances Présentation des grandes lignes de la réforme et ce qu en attend plus précisément l Etat. Cette réforme ne met-elle pas en péril la large mutualisation des risques apportée par le Régime Français des Cat Nat? L approche «personnalisée» qui est proposée ne va-t-elle pas multiplier les risques de conflits entre les assurés et les assureurs? Comment les assureurs vont-ils appréhender une approche tarifaire personnalisée des risques naturels? La politique de souscription des Grands Risques ne va-t-elle pas devenir plus restrictive/sélective? La réforme place au centre la préoccupation de la prévention ; Comment les assureurs vont-il intégrer celle-ci? Doit-on s attendre à ce que des règles de prévention des risques naturels soient édictées comme en Incendie? Cette réforme ne met-elle pas un terme à la spécificité de l approche française de l assurance des périls naturels? Qu en est-il chez nos voisins? Comment la réassurance apportée par la CCR accompagnera-t-elle cette réforme? Est-ce le début d une ouverture vers l intervention d autres acteurs du marché de la réassurance? B02

13 14 SESSION ATELIERs B 11H00 / 12H30 B03 L influence de l ERM sur la notation financière et extra-financière Modérateur Martine VULLIERME, VEOLIA ENVIRONNEMENT directeur des Risques du Groupe Intervenants Julien DUCLOY, MARSH RISK CONSULTING practice leader ERM Lofti ELBARHDADI, STANDARD AND POOR S directeur Assurances Geneviève FERONE, VEOLIA ENVIRONNEMENT directrice du Développement Durable Un dispositif ERM efficace peut-il être pris en compte par les agences de notation, dans les primes par les assureurs ou encore par les analystes financiers? Si oui, comment? Avec quelles certitudes? B04 Savoir évaluer l efficacité de l ERM et savoir la communiquer en interne Modérateur Annie BRESSAC, LES APPRENTIS D AUTEUIL directeur audit et contrôle interne Intervenants Pascal GALIBERT, EUROCOPTER Enterprise Risk Manager Dominique PAGEAUD, ERNST & YOUNG ET ASSOCIES associé Didier VIDAL, ALCATEL LUCENT directeur Risques et Assurances Mise à l ordre du jour par les évolutions légales, notamment celles relatives aux comités d audit, l évaluation de l efficacité de l ERM est un sujet d actualité pour beaucoup d organisations qui n avaient pas jusqu ici un dispositif suffisamment mature pour se poser cette question. Sujet d actualité donc, mais aussi sujet complexe. En effet, au delà de la conformité aux référentiels et bonnes pratiques, comment peut-on définir «l efficacité» de l ERM? Existet-il des critères universels applicables à toutes les organisations et à toutes leurs parties prenantes? L efficacité perçue n est-elle pas liée aux spécificités de l ERM de chaque entreprise? Peut-on alors fonder cette évaluation sur des éléments objectifs? La communication externe sur la gestion des risques ne sera pas traitée ici car l atelier A03 y est consacré B05 Risque client dans un pays en crise Modérateur Christine GILGUY, MOCI journaliste Intervenants Jean-Claude ASFOUR consultant en Commerce et Financement internationaux Jean-Didier CLEMENCON, AFDCC président de l AFDCC, Credit Manager chez Bull Thierry GRAFFIN, COFACE Directeur Adjoint Arbitrages Philippe PUIGVENTOS, DIOT CREDIT directeur Général Associé Développement commercial et recouvrement peuvent parfois être difficile à concilier notamment lorsque les clients sont dans des pays connaissant une instabilité politique ou économique. En prenant comme exemple le printemps arabe de 2011, nous chercherons à donner des bonnes pratiques pour limiter l encours client.

14 SESSION ATELIERs B 15 11H00 / 12H30 Les nouveaux risques de la cybercriminalité B06 Modérateur Laurent BARBAGLI, LAFARGE directeur des Risques et des Assurances Intervenants Guillaume de CHATELLUS, GENERALI directeur des Risques Entreprise Province Eric FREYSSINET Lieutenant Colonel Eric de SEREVILLE, NOVIASERV rssi, Président du cercle Fortitude Luc VIGNANCOUR, MARSH SA directeur Adjoint Département Finpro Espionnage industriel, risques liés à la dématérialisation ( s, archives électroniques, valeur probante des enregistrements, perquisitions électroniques), protection des données personnelles et de la confidentialité liées à l évolution du monde digital, prises de contrôles illégales des systèmes, augmentation du nombre de hackers, accroissement des moyens de transmission Après avoir établi un panorama des vulnérabilités de l entreprise, nous chercherons à donner des clés pour prévenir et protéger les risques liés à la cybercriminalité. Fusion Acquisition : quelle valeur ajoutée du risk manager? Modérateur Rachel BALMADIER, COMPAGNIE DES ALPES directeur du Contrôle Interne, des Risques et Assurances Intervenants Franck BARON, INTERNATIONAL SOS General Manager Nicolas MASON, OBERTHUR TECHNOLOGIES responsable Assurances Groupe Charles de MOMBYNES, ZURICH INSURANCE souscripteur Dépt. Financial Lines Hugues SCALBERT, GIDE LOYRETTE NOUEL associé Dépt. Fusions-Acquisitions Au sein des entreprises, la décision de fusionner ou d acquérir une autre entité est d abord une décision prise au niveau de la Direction Générale en fonction d une appréciation risques / opportunités. En premier lieu, cette évaluation est donc mise en perspective avec la stratégie globale de l entreprise. La deuxième phase («due diligence») permet d analyser en détail des coûts potentiels, dont certains resteront aléatoires ; ce qui revient à définir une liste de risques de pertes financières et à mettre en place des garanties de passif et/ou à souscrire des contrats d assurance. A-t-on pour autant élaboré une cartographie des risques? A-t-on pour autant maîtrisé les risques? Quid du risk manager? Quelle peut être sa valeur ajoutée? Lui faut-il des compétences particulières? Quel est son rôle dans ces opérations, au-delà de la mise en place de garanties? A quel moment est-il opportun qu il y participe? B07

15 16 SESSION ATELIERs B 11H00 / 12H30 B08 Appréhender la fiscalité des programmes internationaux Modérateur Zaïella AISSAOUI, YVES ROCHER responsable Assurance Groupe Intervenants Frédérique BANNES, LIBERTY MUTUAL INSURANCE EUROPE Ltd directrice Juridique et Sinistres Jean-Michel GEY, MARSH SA directeur de la Practice Multinationale Anne QUENEDEY, SALANS avocat Associé Les réglementations s intensifient partout dans le monde et peuvent ainsi peser fortement sur le développement des activités à l international et plus particulièrement sur le choix des moyens et/ou outils utilisés pour leurs protections. Après un rappel de facteurs-clés pour la mise en œuvre de programmes internationaux et un exposé des récentes modifications réglementaires internationales, nous chercherons à en comprendre les aspects réglementaires à prendre en compte, les aspects fiscaux qui en découlent et illustrerons à l aide d exemples le traitement des sinistres. Il s agira de soulever les principales questions et éviter ainsi quelques pièges. B09 Risque souverain : impacts pour l entreprise Modérateur Freddi GODET DES MARAIS, AMRAE membre Honoraire Intervenants Guy-Antoine de de LA ROCHEFOUCAULD, LLOYD S directeur pour la France Isabelle GIRARDET, EULER HERMES transactional Cover Director Ludovic SUBRAN, EULER HERMES chef Economiste et Directeur de la Recherche Le risque pays, et un de ses corollaires le risque souverain, englobe l ensemble des aléas qui peuvent affecter un investisseur industriel ou financier, un banquier, un commerçant dans le traitement de son activité dans un pays à risque. Dans un contexte dégradé, des entreprises saines peuvent être entraînées dans l inconnu, avec un chapelet de tourments (risques de contrepartie, de transferts, de non-paiement, de credit crunch ). Ce contexte perturbe, pousse à différer projets et investissements. Mesure-t-on vraiment l impact des dépréciations des pays sur les activités des entreprises? Le risk-manager peut-il agir, prévenir ou limiter les impacts? Si oui, comment? Les dettes souveraines ne sont-elles pas simplement la résultante d une dimension financière liée à la dette publique? N est-ce pas d abord le modèle de croissance des Etats et la capacité de ceux-ci à disposer de liquidités qui sont en cause?

16 SESSION ATELIERs B 17 11H00 / 12H30 Accréditation et pilotage des fournisseurs B10 Modérateur Eric LEGRAND, MUTUELLE NATIONALE DES HOSPITALIERS responsable de la Gestion des Risques et du Contrôle Interne Intervenants Christine CANTOURNET, FROMAGERIES BEL SA directrice Risques Groupe, Assurances & Immobilier Nicolas DHUIN, DHUIN avocat à la cour, spécialiste en droit de la sous-traitance François MARTIN LEFEVRE, AXYNERGIE spécialiste en contrat de sous-traitance informatique Dans une réglementation accrue de la maîtrise des risques, comment l entreprise Dans une réglementation accrue de la maîtrise des risques, comment l entreprise dépendante de fournisseurs critiques peut s assurer (réellement) de la continuité de leurs activités? Comment bien connaître son fournisseur et le fournisseur de mon fournisseur? Quels sont les éléments essentiels à négocier et obtenir pour s assurer de l efficacité de leur Plan de Continuité d Activité? Et lorsque tout le monde a la même obligation (ex : Solvency 2), comment faire? Rencontres avec FERMA : les thèmes d actualités Atelier en anglais B11 Modérateur Michel DENNERY, GDF-SUEZ directeur du Management des Risques Intervenants Jorge LUZZI, FERMA président Pierre SONIGO, FERMA secrétaire Général FERMA : Quels sont les sujets en cours au niveau européen? Sur quels thèmes pouvonsnous, devons nous agir? Quelles sont les actions de FERMA? Comment échangent les associations européennes? Quelle place de FERMA en tant que représentant du risk management au niveau européen? Les projets de Directive en cours Guidance pour l application de la 8 ème Directive Livre vert sur la 9 ème directive en matière de Coporate Govenance Solvency II Directive fonds de pension Droit des consommateurs et Collective redress (plainte en nom collectif) Environnemental Liability & Damage (ELD) Le risk management en Europe Nouvelles des associations nationales Information des entreprises non Européennes en matière de risk management

17 18 SESSION ATELIERs C 15H00 / 17H00 C01 Solvabilité II et les captives : vers les piliers 2 et 3 Modérateur Philippe VIENOT, BNP PARIBAS risk Manager Intervenants Franck CHEVALIER, ERNST & YOUNG ACTUAIRES CONSEIL président Helen STACK PETIT, AREVA insurance Manager / Captive Management Domenica ULRICH, ZURICH spécialiste ART Stéphane YVON, EDF ASSURANCES risques Industriels et Internationaux La mise en œuvre de Solvabilité II approche et de nombreuses entreprises ne savent toujours pas comment faire. Après un rapide panorama des résultats de QIS5 (notamment sur les captives) et des nouvelles propositions de calendrier, nous chercherons à comprendre les obligations des piliers 2 et 3 sur l organisation et le fonctionnement des captives. C02 L assurance tous risques est-elle encore une réalité? Modérateur Thanh danh DUONG, ARCELOR MITTAL senior Manager Intervenants Paolo CRESTANI, GRAS SAVOYE directeur des Marchés et des Placements Etienne de VARAX, HDI-GERLING directeur Responsabilité Civile Juliette GELPI, SCHNEIDER ELECTRIC SERVICES INTERNATIONAL adjoint au Directeur des Risques et Assurances Comparatif entre l Assurance Tous Risques et l assurance en Périls Dénommés : Quelle est la meilleure option pour l Assuré (entre Tous Risques et Périls Dénommés) en termes de couverture et compréhension des garanties (distinction entre grande entreprise disposant d experts internes en assurance et les PME qui ne les ont pas)? Quelles branches d assurance sont concernées par ce choix entre Tous Risques et Périls Dénommés? Quelles sont nos recommandations aux entreprises (distinction PME/Grande entreprises?) sur le choix du type de couverture? C03 ERM : vision comparée en fonction des secteurs activités (Assurances, Banque, Industrie/services) Modérateur François MALAN, NEXITY directeur de la Gestion des Risques Intervenants Marc AZOUZ, AON GLOBAL RISK CONSULTING directeur Stéphanie de KETELAERE, BANQUE DE FRANCE consultant en Gestion de Risque Ignacio GONZALEZ-NUNEZ, EUTELSAT chief Risk Officer Thomas COLIN, MALAKOFF MEDERIC directeur des Risques L organisation du processus de gestion des risques (ERM) n est pas un modèle unique ou figé. Nous verrons à travers le retour d expérience de spécialistes de la gestion des risques dans le domaine bancaire, de l assurance et de l Industrie, quel dispositif est mis en place dans chacun de ces secteurs et comment il a et va évoluer dans le temps. Nous tenterons de faire ressortir les similitudes et les éléments de différenciation afin de permettre aux participants de s en servir pour enrichir leur propre dispositif ERM.

18 SESSION ATELIERs C 19 15H00 / 17H00 La politique de continuité d activité : vos PCA à l épreuve des ruptures C04 Modérateur Martine VERDEAU, ELIOR Responsable Juridique Assurances, Achats et Marques Intervenants Jason CRUMLEY, GRAS SAVOYE Directeur Maurice DHOOGE, SCHNEIDER ELECTRIC SERVICES Directeur de la Sûreté Philippe LABEY, SB ALLIANCE (GROUPE BONGRAIN) Directeur des Risques et des Assurances Les entreprises mettent en place des plans de continuité d activité afin qu un sinistre, de quelque nature ou ampleur qu il soit, n ait pas de trop grandes répercussions sur l entreprise. Quels sont les critères et les moyens nécessaires pour un Plan de Continuité d Activité efficace? Comment tirer des leçons et réajuster des Plan de Continuité d Activité suite à des sinistres notamment ceux de 2011? Comment intégrer la communication pour éviter un risque d image en plus du sinistre? Quelle adéquation entre la politique de continuité d activité et le plan mis en œuvre? Assurance des grands chantiers : limites de capacités C05 Modérateur Pascal DESSUET, SOCIETE GENERALE Responsable des Assurances pour les Affaires Immobilières Intervenants Jacques JESSENNE, SOCOTEC Agrégé des Faculté de Droit - Professeur à l Université de Paris II André LAVALLEE, AON FRANCE Directeur Technique de AON France et Deputy General Manager AON BENFIELD FAC EMEA Hugues PERINET-MARQUET, UNIVERSITÉ PANTHÉON-ASSAS (PARIS II) Agrégé des Faculté de Droit - Professeur à l Université de Paris II La réalisation de grands projets de construction de type Immeuble de Grande Hauteur, pose un certain nombre de problèmes liés à l assurance: Quelle doit être la place et le rôle dévolu au contrôle technique par exemple? Par ailleurs, notre régime d assurance construction obligatoire interdisant les plafonnements de garantie quels qu ils soient, dans le domaine de l habitation, est-il compatible avec les grands projets incluant notamment une part significative destinée à l habitation, voire entièrement dédiés à l habitation, dont le montant excède les capacités du marché de la réassurance: quelles solutions imaginer tant au niveau de l ingénierie juridique que financière?

19 20 SESSION ATELIERs C 15H00 / 17H00 C06 Environnement : de l identification des risques à la gestion de sinistres Modérateur Stéphane RICHARD, L OREAL responsable Prévention des Risques Industriels Intervenants Christoph MOCKLINGHOFF, MARSH SA directeur Département Risques Environnementaux Katell POULIQUEN, CHARTIS Expert en sinistres Responsabilité Civile / Risques d Entreprise Ariane THOMAS, L OREAL directrice Environnement à la Direction Générale des Opérations Comment une entreprise peut réellement identifier, évaluer ses risques environnementaux conformément à l ELD (Environnemental Liability Directive)? Si un sinistre survient malgré des mesures de prévention et de protection, comment peut-elle le gérer au mieux? Les outils proposés par les assureurs/ courtiers sont-ils un bon moyen de mieux gérer ce «risque environnement»? Pourquoi les contrats d assurance RC générale ne suffisent pas? C07 Articulation des acteurs internes de la maîtrise des risques : quelle efficience? Modérateur Philippe HELLICH, DANONE vp Risks, Control & Audit Intervenants Pierre BOURGOIN, France TELECOM directeur de l Audit et du Contrôle des Risques Xavier BRéGOU, YVES ROCHER directeur Risques & Audit Alain CHONÉ, GUERBET corporate Risk Manager Jean-Pierre HOTTIN, PWC associé Les obligations de gouvernance mais aussi l optimisation des coûts conduisent les entreprises à réfléchir à la coordination des acteurs internes de la maîtrise des risques. Quels sont les rôles respectifs des acteurs de la maîtrise des risques dans une entreprise? Et quels sont les acteurs pertinents à impliquer au-delà des 3 «lignes de défense» bien connues? Jusqu où les entreprises vont-elles dans la coordination, voire dans l intégration de ces acteurs? Quels sont les enjeux d une telle coordination pour l entreprise, et pour son Comité d audit? Quels sont les risques et les limites du travail en commun? Quels sont les facteurs culturels et organisationnels à prendre en compte pour choisir l organisation idéale? Et qui doit ou peut prendre l initiative de cela? Enfin, comment les acteurs externes de la maîtrise des risques, comme les commissaires aux comptes ou les organismes de régulation, peuvent-ils être associés à ces démarches?

20 SESSION ATELIERs C 21 15H00 / 17H00 Cartographie de la Supply Chain et des (inter)dépendances C08 Modérateur Julien CAMUS, SCHLUMBERGER deputy Risk & Insurance Manager Intervenants Jean-Pierre CHANTEAU, SCHNEIDER ELECTRIC SERVICES international industry BU Purchasing VP Céline LE BARS, IPSEN directeur de la Gestion des Risques et des Assurances Christian KERT, député Aix en Provence Patrick NAIM, ELSEWARE président Directeur Général Les catastrophes naturelles récentes ont révélé de nombreuses défaillances dans la chaine logistique notamment sur la connaissance de la composition des produits, leur localisation et leur utilisation. Comment connaître le cadencement des pièces, leurs origines, la composition exhaustive de nos produits? Comment cartographier précisément les interdépendances des fournisseurs? Comment déceler et évaluer rapidement une possible rupture d approvisionnement? Requalification en faute inexcusable : de la prévention à la protection C09 Modérateur Anne-Claire MANIEZ, BOUYGUES TELECOM responsable du Département Assurances Intervenants Stéphane CHOISEZ, NGO JUNG avocat à la Cour Bernard LE FLOUR, LAFARGE drh Bertrand LOTTE, SMABPT responsable de département, Direction des Règlements Marie PUECH-ROOS, MARSH SA managing Director - Département RC Les obligations de gouvernance mais aussi l optimisation des coûts conduisent les entreprises à réfléchir à la coordination des acteurs internes de la maîtrise des risques. Quelles sont les rôles respectifs des acteurs de la maîtrise des risques dans une entreprise? Et quels sont les acteurs pertinents à impliquer au-delà des 3 «lignes de défense» bien connues? Jusqu où les entreprises vont-elles dans la coordination, voire dans l intégration de ces acteurs? Quels sont les enjeux d une telle coordination pour l entreprise, et pour son Comité d audit? Quels sont les risques et les limites du travail en commun? Quels sont les facteurs culturels et organisationnels à prendre en compte pour choisir l organisation idéale? Et qui doit ou peut prendre l initiative de cela? Enfin, comment les acteurs externes de la maîtrise des risques, comme les commissaires aux comptes ou les organismes de régulation, peuvent-ils être associés à ces démarches?

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

MUTUELLES DE SANTE JOURNEE D'INFORMATION SOLVABILITE II

MUTUELLES DE SANTE JOURNEE D'INFORMATION SOLVABILITE II MUTUELLES DE SANTE JOURNEE D'INFORMATION SOLVABILITE II JEUDI 20 MARS 2014 Les défis du Pilier 2 : Contrôle Interne et ORSA Manifestation organisée par en partenariat avec Le déblocage du processus européen

Plus en détail

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN 2 UNE CARTE À JOUER? Grâce à leurs aptitudes, les experts comptables et conseils fiscaux sont tout désignés

Plus en détail

Atelier B01. Nouvelle stratégie d utilisation de captives : quelles diversifications?

Atelier B01. Nouvelle stratégie d utilisation de captives : quelles diversifications? Atelier B01 Nouvelle stratégie d utilisation de captives : quelles diversifications? 1 Atelier B01 Intervenants Hugh ROSENBAUM Towers Watson Retired Principal Fabrice FRERE Aon Global Risk Consulting (Luxembourg)

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

LexisNexis Compliance Assurance

LexisNexis Compliance Assurance LexisNexis Compliance Assurance La nouvelle solution opérationnelle pour piloter et sécuriser votre gestion de la conformité Exhaustivité des normes assurance Diagnostic et aide à la décision Tableaux

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS 2009 CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS SE DISTINGUER PAR LES COMPETENCES Signe Distinctif accompagne les cabinets d avocats pour développer de nouvelles compétences professionnelles indispensables

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL BTS TRANSPORT ET PRESTATIONS LOGISTIQUES

RÉFÉRENTIEL BTS TRANSPORT ET PRESTATIONS LOGISTIQUES RÉFÉRENTIEL BTS TRANSPORT ET PRESTATIONS LOGISTIQUES INSTITUT NEMO 36/38 avenue Pierre Brossolette 92240 MALAKOFF Tel : 01 79 41 13 40 Fax : 01 49 85 00 04 n VERT : 0800 80 40 22 Nouveau référentiel applicable

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

Formation et conseil en réassurance

Formation et conseil en réassurance Formation et conseil en réassurance Formation personnalisée Formation-conseil Strada Conseil, spécialiste reconnu des secteurs de l assurance et de la réassurance depuis 2002, complète sa gamme de prestations

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES DIRECTIONS JURIDIQUES

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES DIRECTIONS JURIDIQUES 2009 CATALOGUE DE FORMATION POUR LES DIRECTIONS JURIDIQUES SE DISTINGUER PAR LES COMPETENCES Signe Distinctif accompagne les directions juridiques pour développer de nouvelles compétences professionnelles

Plus en détail

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010)

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) 1 ère année UE 1 GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE niveau M : 180 heures 20 ECTS coefficient

Plus en détail

LOIS HAMON ET MACRON, ALLIANCES À L ACHAT, ATTENTES RSE

LOIS HAMON ET MACRON, ALLIANCES À L ACHAT, ATTENTES RSE SÉMINAIRES THÉMATIQUES // LOIS HAMON ET MACRON, ALLIANCES À L ACHAT, ATTENTES RSE Nouvelle donne pour les coopératives agricoles et agroalimentaires? 2 juin 2015 24 septembre 2015 paris 2 E OBJECTIFS >

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

Piloter le contrôle permanent

Piloter le contrôle permanent Piloter le contrôle permanent Un cadre règlementaire en permanente évolution L évolution des réglementations oblige les institutions financières à revoir leur dispositif de contrôle Secteur bancaire CRBF

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Qu attendent les sociétés de conseil et les banques d affaires (M&A) des Experts Comptables? M. Matthieu Cassone

Qu attendent les sociétés de conseil et les banques d affaires (M&A) des Experts Comptables? M. Matthieu Cassone Qu attendent les sociétés de conseil et les banques d affaires M. Matthieu Cassone I. Tour d horizon i. Une Boutique M&A c est quoi? a. Des Experts en quoi? b. Quel est leur modèle économique? II. Méthodologie

Plus en détail

PREDICA - ASSURANCES COLLECTIVES. Construisons ensemble votre projet de retraite collective

PREDICA - ASSURANCES COLLECTIVES. Construisons ensemble votre projet de retraite collective PREDICA - ASSURANCES COLLECTIVES Construisons ensemble votre projet de retraite collective Indemnités de fin de carrière, financement d une rente viagère ou d un complément de retraite, quel que soit le

Plus en détail

Mise en conformité de vos régimes santé, et prévoyance, êtes-vous prêts!

Mise en conformité de vos régimes santé, et prévoyance, êtes-vous prêts! GRAS SAVOYE I CONSEIL & COURTAGE EN ASSURANCES Mise en conformité de vos régimes santé, et prévoyance, êtes-vous prêts! Votre entreprise dispose d un régime complémentaire de protection sociale (frais

Plus en détail

Mon Master à l ESTIM

Mon Master à l ESTIM Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique L Ecole Supérieure des Technologies d Informatique et de Management Mon Master à l ESTIM Livret des études «A l ESTIM Business School

Plus en détail

Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : jurisprudentielles les plus significatives, impactant la relation au travail.

Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : jurisprudentielles les plus significatives, impactant la relation au travail. Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : Identifier les apports des réformes législatives, règlementaires ainsi que les évolutions jurisprudentielles les plus significatives, impactant

Plus en détail

Aon Benfield Conseil et courtage en réassurance. Nos compétences à votre service

Aon Benfield Conseil et courtage en réassurance. Nos compétences à votre service Aon Benfield Conseil et courtage en réassurance Nos compétences à votre service Quelles que soient votre taille et vos activités : un service optimal et de qualité Aon Benfield, leader mondial et N 1 en

Plus en détail

Atelier B 06. Les nouveaux risques de la cybercriminalité

Atelier B 06. Les nouveaux risques de la cybercriminalité Atelier B 06 Les nouveaux risques de la cybercriminalité 1 Atelier Cybercriminalité Intervenants Eric Freyssinet Etienne de Séréville Luc Vignancour Guillaume de Chatellus Modérateur Laurent Barbagli Pôle

Plus en détail

Atelier C4. «ERM dans la croissance : de la stratégie à sa mise en œuvre»

Atelier C4. «ERM dans la croissance : de la stratégie à sa mise en œuvre» Atelier C4 «ERM dans la croissance : de la stratégie à sa mise en œuvre» Intervenants Alain AUBIGNAT Franck BARON Marc PAASCH Group Risk Manager General manager risk management and insurance International

Plus en détail

SEMINAIRES SPECIFIQUES

SEMINAIRES SPECIFIQUES 57, bd Abdelmoumen Résidence Al Hadi n B15 Tél 022 47 06 13 /15 - Fax 022 47 06 78/91 mailacf@acf.ma SEMINAIRES SPECIFIQUES AUX ENTREPRISES D ASSURANCES ET DE REASSURANCE MUTUELLES ET CAISSES DE RETRAITE.

Plus en détail

Risk Control and Business Innovation How to Build a Sustainable Financial Industry?

Risk Control and Business Innovation How to Build a Sustainable Financial Industry? 1 2 nd nd SINO-FRENCH FINANCIAL FORUM Risk Control and Business Innovation How to Build a Sustainable Financial Industry? «Contrôle des risques et innovation produit : Exemple d organisation d un Asset

Plus en détail

Associer nos savoir-faire

Associer nos savoir-faire MAC-ERCI International, cabinet spécialisé en recrutement, évaluation et gestion des compétences, a été créé début 2007. En croissance depuis notre création, nous n avons de cesse de nous remettre en question

Plus en détail

PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT

PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT DANS UN ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE MARQUÉ PAR UNE FORTE MONTÉE DES RISQUES, LA CAPACITÉ À ANTICIPER ET À «METTRE SOUS TENSION» L ENSEMBLE

Plus en détail

Le réseau du Groupe Primonial : des conseillers dédiés pour des solutions sur-mesure

Le réseau du Groupe Primonial : des conseillers dédiés pour des solutions sur-mesure Le réseau du Groupe Primonial : des conseillers dédiés pour des solutions sur-mesure ANDRÉ CAMO PRÉSIDENT DE GROUPE PRIMONIAL «NOTRE INDÉPENDANCE CAPITALISTIQUE GARANTIT NOTRE INDÉPENDANCE D ESPRIT. NOUS

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

Le Rôle du Courtier de Réassurance Jeudi 25 septembre 2014 Auditorium de la F.F.S.A.

Le Rôle du Courtier de Réassurance Jeudi 25 septembre 2014 Auditorium de la F.F.S.A. Conférence Sup de Ré 2014 Le Rôle du Courtier de Réassurance Jeudi 25 septembre 2014 Auditorium de la F.F.S.A. SUP DE RE septembre 2014 «Le rôle du courtier de réassurance» - le point de vue de la cédante

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

L'assurance en Inde et Particularismes du pays. Mercredi 30 novembre 2011

L'assurance en Inde et Particularismes du pays. Mercredi 30 novembre 2011 Association pour le Management des Risques et des Assurances de l Entreprise L'assurance en Inde et Particularismes du pays Mercredi 30 novembre 2011 Intervenants Francis Van den Neste, Roquettes Fréres

Plus en détail

EXCESS RC PME - PMI. Georges BORKOWSKI. Février 2006. ACE Europe

EXCESS RC PME - PMI. Georges BORKOWSKI. Février 2006. ACE Europe EXCESS RC PME - PMI Georges BORKOWSKI Février 2006 ACE Europe ACE Group Début des années 1980, crise de la Responsabilité Civile aux USA 1985 : création d ACE, Assureur spécialisé en Excess 1999 : acquisition

Plus en détail

Gouvernance et communication financière

Gouvernance et communication financière COLLECTION QUESTIONS DE GOUVERNANCE Gouvernance et communication financière Yves Brissy Didier Guigou Alain Mourot Préface Alain Viandier Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-54204-2 Sommaire Les auteurs...

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Les Formules de l ENFI

Les Formules de l ENFI Les Formules de l ENFI Conseillers en Gestion de Patrimoine tous les trimoines et à pa de s re ai nn io performances. inées aux gest formations dest compétences et er de e pp m lo m ve ga dé Une soucieux

Plus en détail

CONSEIL EN GESTION DE PATRIMOINE INDEPENDANT. En toute indépendance, Des prestations adaptées à vos objectifs

CONSEIL EN GESTION DE PATRIMOINE INDEPENDANT. En toute indépendance, Des prestations adaptées à vos objectifs CONSEIL EN GESTION DE PATRIMOINE INDEPENDANT En toute indépendance, Des prestations adaptées à vos objectifs Au service de l organisation de votre patrimoine Au service de la performance de votre patrimoine

Plus en détail

QBE France. Votre partenaire en gestion de risques

QBE France. Votre partenaire en gestion de risques QBE France Votre partenaire en gestion de risques QBE, un savoir-faire reconnu et des équipes professionnelles à l écoute des entreprises et des courtiers QBE, un leader mondial de l assurance et de la

Plus en détail

DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL CONSULTING

DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL CONSULTING Consulting DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL CONSULTING Un véritable expert pour réussir votre développement international Développement International Consulting / SAS / Siège :70, rue LAURISTON, 75116 PARIS

Plus en détail

CRPI Assurances. Conseils. Une autre vision de l Assurance ANNUAIRE DES FORMATIONS

CRPI Assurances. Conseils. Une autre vision de l Assurance ANNUAIRE DES FORMATIONS CRPI Assurances Conseils Une autre vision de l Assurance ANNUAIRE DES FORMATIONS SOMMAIRE Présentation du cabinet CRPI Nos techniques d animation Nos Formations Descriptif de nos formations Formations

Plus en détail

COMPTE ÉPARGNE TEMPS Parce que le temps est une vraie valeur

COMPTE ÉPARGNE TEMPS Parce que le temps est une vraie valeur COMPTE ÉPARGNE TEMPS Parce que le temps est une vraie valeur Nous confier votre Compte Épargne Temps, c est gagner bien plus que du temps. Le Compte Épargne Temps est pour l entreprise une véritable opportunité.

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Capital Humain et Performance RH

Capital Humain et Performance RH Capital Humain et Performance RH Le bien-être performant, potentiel d avenir pour l entreprise Qualité de Vie et Santé au Travail Qualité de Vie et Santé au Travail, une opportunité pour se préparer aux

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

Atelier A05. Gestion de sinistres: Retour d expérience sur FUKUSHIMA

Atelier A05. Gestion de sinistres: Retour d expérience sur FUKUSHIMA Atelier A05 Gestion de sinistres: Retour d expérience sur FUKUSHIMA 1 Atelier A05 Intervenants Dominique DEBRAY Michel JOSSET Juriste Inspecteur Expert, Gestion sinistres Dommages et Fraude auprès de Axa

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

Opération Management & Compétitivité

Opération Management & Compétitivité Opération Management & Présentation par AQM - BN 1 Sommaire Présentation de l AQM L action collective management et compétitivité. Processus et déroulement. Les intervenants. Les étapes de formation et

Plus en détail

RECRUTEMENT. Orchidée vous apporte son expérience et ses outils pour vous aider à recruter vos futurs collaborateurs.

RECRUTEMENT. Orchidée vous apporte son expérience et ses outils pour vous aider à recruter vos futurs collaborateurs. RECRUTEMENT Orchidée vous apporte son expérience et ses outils pour vous aider à recruter vos futurs collaborateurs. Nous sommes au service des clients et des candidats afin de mettre en adéquation les

Plus en détail

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting Mathis BAKARY 11/01/2013 Sommaire I. Présentation... 3 1. Activités... 3 2. Objectifs... 4 3. Localisation en Europe... 4 4. Localisation en France... 5 II. Stratégie...

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Aprecialis Actuariat conseil

Aprecialis Actuariat conseil Actuariat conseil des prestations adaptées Les domaines Aprecialis intervient sur la totalité de la technique assurantielle, en individuel ou collectif : En assurances de personnes : assurance vie en uros

Plus en détail

S C P I. Société Civile de Placement Immobilier VOISIN SAS

S C P I. Société Civile de Placement Immobilier VOISIN SAS Société de gestion de portefeuille, agrément Autorité des Marchés Financiers (AMF) N GP.14000026 en date du 22 juillet 2014, 15 Place Grangier, 21000 DIJON, 03 80 30 20 40, au capital de 349 400, RCS DIJON

Plus en détail

LE MASTER IN HOSPITALITY MANAGEMENT

LE MASTER IN HOSPITALITY MANAGEMENT LE MASTER IN HOSPITALITY MANAGEMENT 1 semestre à Avignon : Validation des crédits ECTS Fin de la formation à l University Collège de Birmingham Délivrance du Master par l Université de Birmingham (Angleterre)

Plus en détail

Catalogue de formation 2012

Catalogue de formation 2012 Catalogue de formation 2012 www.h-conseil.com H comme Humain H Conseil est une société de conseil et de formation basée à Saint Nazaire et opérant partout, aussi bien en France qu à l étranger. La conviction

Plus en détail

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

Les entreprises qui considèrent la supply chain comme un atout stratégique génèrent une rentabilité accrue de 30%

Les entreprises qui considèrent la supply chain comme un atout stratégique génèrent une rentabilité accrue de 30% ! Direction Communication 63 rue de Villiers, 92200 Neuilly-sur-Seine Tél. 01 56 57 58 59, Fax 01 56 57 81 80 Communiqué de presse "#$%&'%(!)! *+",!-./0$1!"#2/3&2/%,!45!67!68!99!:7,!;1/1$1

Plus en détail

Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ

Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ 1 LA GESTION DES RISQUES : La formalisation de règles de gestion et de techniques de mesure du risque 2 COSO un

Plus en détail

«Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes

«Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes «Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes Résultats du sondage Caroline ALBANET-SAROCCHI Associé et Directeur Général

Plus en détail

Comment mieux évaluer les risques industriels par la mesure du capital immatériel???

Comment mieux évaluer les risques industriels par la mesure du capital immatériel??? Comment mieux évaluer les risques industriels par la mesure du capital immatériel??? GENERALI : Un acteur engagé et responsable FFSA 26/01/2010 " Le secteur de l assurance est concerné par tous les sujets

Plus en détail

L'expertise pour structurer L'innovation pour exceller

L'expertise pour structurer L'innovation pour exceller L'expertise pour structurer L'innovation pour exceller LA BANQUE POSTALE STRUCTURED ASSET MANAGEMENT : ACTEUR MAJEUR DE LA GESTION STRUCTURÉE 2007 a été l année d une nouvelle impulsion dans la vie de

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 Les propositions et les programmes des différentes manifestations vous seront adressés par mail ou par courrier au plus tard un mois avant le début de la formation.

Plus en détail

Rsa Corporate Finance. Visitez notre site web www.groupe-rsa.com

Rsa Corporate Finance. Visitez notre site web www.groupe-rsa.com Rsa Corporate Finance Visitez notre site web www.groupe-rsa.com La puissance d un réseau mondial doté d une forte implantation nationale Le Groupe Rsa, membre du du 9 ème réseau mondial Crowe Horwath International

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle

LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle enjeux Comment accroître la qualité de vos services tout en maîtrisant vos coûts? Equinox Consulting vous accompagne aussi bien dans la définition

Plus en détail

COOPÉRATIVES AGRICOLES ET FINANCEMENTS SÉMINAIRES THÉMATIQUES // 13 OCTOBRE I PARIS 2 E

COOPÉRATIVES AGRICOLES ET FINANCEMENTS SÉMINAIRES THÉMATIQUES // 13 OCTOBRE I PARIS 2 E SÉMINAIRES THÉMATIQUES // COOPÉRATIVES AGRICOLES ET FINANCEMENTS Quels besoins et moyens pour financer les stratégies de croissance sur les marchés français et internationaux? 13 OCTOBRE I PARIS 2 E INTERVENANTS

Plus en détail

PLATUM Consulting. Solutions RH.

PLATUM Consulting. Solutions RH. PLATUM Consulting. Solutions RH. Abdel BENSIDHOUM Directeur général Myriam BOUMLIH Direction commerciale Sacha NATHAN Directeur du développement Vous vous interrogez sur vos choix stratégiques liés à l

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

I N V I T A T I O N Cycle de formation

I N V I T A T I O N Cycle de formation I N V I T A T I O N Cycle de formation Comprendre les conditions de financement des PME post-crise De 8h30 à 14h - CGPME 75 19 rue de l Amiral d Estaing 75116 Paris OBJECTIF DU SEMINAIRE : Les PME sont

Plus en détail

Atelier A12. Gestion du contentieux de sinistre Quelles parties prenantes?

Atelier A12. Gestion du contentieux de sinistre Quelles parties prenantes? Atelier A12 Gestion du contentieux de sinistre Quelles parties prenantes? Intervenants Stefano TASSO Directeur département Sinistres stefano.tasso@fmglobal.com André LAVALLEE Directeur Technique et Sinistres

Plus en détail

Klépierre. Nos engagements pour un Développement Durable

Klépierre. Nos engagements pour un Développement Durable Klépierre Nos engagements pour un Développement Durable Notre vision Notre métier Nos valeurs Nos 10 engagements Editorial Notre Groupe est porté par une puissante dynamique. Si aujourd hui de solides

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières)

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières) Gestion des Risques Nos métiers par activité La Gestion des Risques consiste principalement à maîtriser et à contrôler l ensemble des risques de Crédit Agricole CIB afin de minimiser le coût du risque

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

COMMENT LES FINANCES INFLUENCENT-ELLES LES ACTIVITÉS D UNE MUTUELLE?

COMMENT LES FINANCES INFLUENCENT-ELLES LES ACTIVITÉS D UNE MUTUELLE? COMMENT LES FINANCES INFLUENCENT-ELLES LES ACTIVITÉS D UNE MUTUELLE? Présenté au Cercle finance du Québec Par Sylvain Fauchon, FCAS, FICA Chef de la direction Le 1 er octobre 2014 PROMUTUEL ASSURANCE 1852

Plus en détail

L Accompagnement Durable

L Accompagnement Durable L Accompagnement Durable Notre objectif: contribuer à la performance de l entreprise créatrice de valeur 1 Sept 2012 L Accompagnement Durable Notre Offre Le coaching systémique global d une organisation

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

Journée. Jeudi 15 octobre 2015. de l. «Contrats Informatiques : les. clés des nouveaux modèles Maîtrise d oeuvre de projets, les clouds, l Agile»

Journée. Jeudi 15 octobre 2015. de l. «Contrats Informatiques : les. clés des nouveaux modèles Maîtrise d oeuvre de projets, les clouds, l Agile» Contrats Informatiques : Les clés des nouveaux modèles Maîtrise d oeuvre de projets, les clouds, l Agile Jeudi 15 octobre 2015 L AFDIT est heureuse de vous faire part de la tenue de son prochain colloque

Plus en détail

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution Les secteurs qui recrutent Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution On trouve des diplômés des écoles de commerce dans tous les secteurs d activité. C est l avantage qu offrent

Plus en détail

L expert-conseil en action

L expert-conseil en action L expert-conseil en action c est Un cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes créé par Maurice Soued et Ketty Soued il y a plus de 20 ans. Une vingtaine de collaborateurs expérimentés

Plus en détail

M&A Advisory Les enjeux d une recherche de capitaux

M&A Advisory Les enjeux d une recherche de capitaux 11 octobre 2011 M&A Advisory Les enjeux d une recherche de capitaux Deloitte Conseil Finance membre du CCIF agrément n C05B000 0 M&A Advisory - Un leader du conseil en fusions et acquisitions 2010 Deloitte

Plus en détail

Formation de dirigeant de PME

Formation de dirigeant de PME Formation Dirigeant de PME Public : Cette formation est centrée sur le chef d entreprise ou futur chef d entreprise qui a besoin de s approprier ou de perfectionner les outils du management global d entreprise

Plus en détail

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet Campus TKPF Centre de compétences Synthèse du projet 1 UN ESPACE D INFORMATION, D ORIENTATION, D ACCOMPAGNEMENT & DE VALORISATION DE SON PARCOURS PROFESSIONNEL UNE INGENIERIE INTEGREE DU SYSTEME FORMATION

Plus en détail

INNOVER LA FINANCE A VOS COTES

INNOVER LA FINANCE A VOS COTES INNOVER LA FINANCE A VOS COTES SOMMAIRE QUI SOMMES NOUS? NOS VALEURS MODELE ET STRATEGIE D ENTREPRISE POSITIONNEMENT ET AVANTAGE STRATEGIQUE NOS DOMAINES D EXPERTISE QUI SOMMES NOUS? CIRA FINANCE est un

Plus en détail

PARCOURS DIPLOMANTS & CERTIFIANTS

PARCOURS DIPLOMANTS & CERTIFIANTS ÉCOLE NATIONALE DU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER enfi.fr PARCOURS DIPLOMANTS & CERTIFIANTS Donnez un nouvel élan à votre projet professionnel avec les formations de l ENFI ÉCOLE NATIONALE DU FINANCEMENT

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

LE RÉASSUREUR DES MUTUELLES

LE RÉASSUREUR DES MUTUELLES LE RÉASSUREUR DES MUTUELLES Mission : la des mutuelles MutRé a pour mission de conforter le développement des mutuelles et des acteurs de l économie sociale en leur proposant : des couvertures de réassurance

Plus en détail

Une fonction Achats. créatrice de valeurs AUDIT ACCOMPAGNEMENT & ASSISTANCE STRATÉGIE ACHAT FORMATION EN ACHAT & MARCHÉS PUBLICS

Une fonction Achats. créatrice de valeurs AUDIT ACCOMPAGNEMENT & ASSISTANCE STRATÉGIE ACHAT FORMATION EN ACHAT & MARCHÉS PUBLICS Une fonction Achats créatrice de valeurs AUDIT ACCOMPAGNEMENT & ASSISTANCE STRATÉGIE ACHAT FORMATION EN ACHAT & MARCHÉS PUBLICS «Heureusement, la commande publique n est pas qu une question publique» L

Plus en détail

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION ACTIVITE et TACHES

Plus en détail

Réduisez les coûts de gestion de votre flotte automobile

Réduisez les coûts de gestion de votre flotte automobile GRAS SAVOYE I CONSEIL & COURTAGE EN ASSURANCES Réduisez les coûts de gestion de votre flotte automobile Une approche unique de votre métier, nourrie de la connaissance opérationnelle des risques et problématiques

Plus en détail

Dossier de presse Baromètre Social Institutionnel. Avril 2009

Dossier de presse Baromètre Social Institutionnel. Avril 2009 Dossier de presse Baromètre Social Institutionnel Avril 2009 SOMMAIRE I. LE PROJET : «LE BAROMÈTRE SOCIAL INSTITUTIONNEL» P. 3 II. LA MISE EN PLACE P. 4 III. LES THÈMES ABORDÉS P. 5 IV. LA CONCRÉTISATION

Plus en détail

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité II, contrats responsables, normes IFRS, fiscalité : conséquences de ces normes sur le devenir des opérateurs et des couvertures

Plus en détail

Expertise comptable 4 ateliers «performants»

Expertise comptable 4 ateliers «performants» Expertise comptable 4 ateliers «performants» Atelier 1 Expert-Comptable, Stratège. Cycle de vie de l entreprise et business plan. Notre première mission d Expert-Performant : accompagner les dirigeants

Plus en détail

expertise complète pour vos projets

expertise complète pour vos projets Choisissez une expertise complète pour vos projets d entrepreneur > Une vision globale pour bien assurer >toute l entreprise et la vie privée. > ASSURANCES DE PERSONNES ASSURANCES DES BIENS Obligations

Plus en détail

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil Politique d emploi des personnes handicapées : le diagnosticconseil Ce document s adresse particulièrement aux établissements, entreprises et groupes de plus de 250 salariés qui souhaitent s engager dans

Plus en détail

Jeudi 16 juin 2011 à partir de 10h00 CESCOM Metz-Technopôle. Business Forum 2011. www.business-forum.fr. Entreprise. Compétitivité

Jeudi 16 juin 2011 à partir de 10h00 CESCOM Metz-Technopôle. Business Forum 2011. www.business-forum.fr. Entreprise. Compétitivité Jeudi 16 juin 2011 à partir de 10h00 CESCOM Metz-Technopôle Business Forum 2011 www.business-forum.fr Entreprise & Compétitivité Après le succès de sa première édition en 2010, le Centre d Affaires CESCOM

Plus en détail