C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques"

Transcription

1 C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques

2 Fiche technique Ensemble : 7245 répondants France : 1015 répondants Allemagne : 1050 répondants Espagne : 1067 répondants Pologne : 1011 répondants Grèce : 1033 répondants Grande-Bretagne : 1061 répondants Italie : 1008 répondants Du 2 au 15 mai 2012 Échantillon interrogé par Internet Méthode des quotas : sexe, âge, profession de l interviewé, catégorie d agglomération et région Comme pour toute enquête quantitative, cette étude présente des résultats soumis aux marges d'erreur inhérentes aux lois statistiques. Ce rapport a été élaboré dans le respect de la norme internationale ISO «Etudes de marché, études sociales et d opinion». 2

3 C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Partie 1 Les Européens fragilisés par la crise 3

4 Le niveau de crainte face aux risques sociaux et économiques a subjectivement fortement progressé au sein de l UE Question : Par rapport à il y a 5 ans, avez-vous aujourd hui le sentiment d avoir plus, moins ou ni plus ni moins Beaucoup plus % Un peu plus % Ni plus ni moins % Un peu moins % Beaucoup moins % De risques de connaître des difficultés financières s/t plus % s/t moins% De risques de basculer dans la précarité De risques de perdre votre emploi De risques de connaître des difficultés d ordre familial

5 Le sentiment de protection face aux risques sociaux et économiques a beaucoup régressé au sein de l UE Question : Et globalement, par rapport à il y a 5 ans, avez-vous le sentiment d être mieux protégé face à ces risques? Beaucoup mieux % Un peu mieux % Ni mieux, ni moins bien % Un peu moins bien % Beaucoup moins bien % EUROPE s/t mieux 28 % s/tmoins bien 47 %

6 Les Européens sont préoccupés par de très nombreux risques Question : Parmi les risques suivants, quels sont les trois qui vous inquiètent le plus? Les risques financiers Les risques médicaux Les risques de chômage Les risques de la route Les risques d agression ou de vol Les risques naturels Les risques d attentat Les risques alimentaires Les risques informatiques Les risques industriels Les risques d accidents domestiques 23% 19% 16% 15% 14% 8% 44% 40% 39% 37% 32% Total supérieur à 100 car trois réponses possibles 6

7 Le niveau d exposition ressenti face aux risques est élevé Question : Comment quantifiez-vous chacun des risques suivants pour vous-même : sur une échelle de 0 à 10, 0 signifiant une survenue très improbable des événements et 10 une survenue extrêmement probable, les notes intermédiaires vous servant à nuancer votre jugement. Les risquesde la route Les risques de chômage Les risques d agression ou de vol Les risques financiers Les risques informatiques Les risques médicaux Les risques d accidents domestiques Les risques alimentaires Les risques naturels Les risques industriels Les risques d attentat s/t probable (note de 6 à 10) EUROPE 19% 18% 28% 40% 38% 37% 34% 33% 32% 51% 51% Niveau de préoccupation **** **** **** ** * *** ** *** * * * 7

8 Le niveau de préoccupation des Européens face aux risques est fort Question : Et plus précisément, pour chacun des événements suivants, diriez-vous que sa survenue possible vous préoccupe actuellement de façon très, plutôt, plutôt pas ou pas du tout importante? Une maladie grave concernant une personne de votre foyer Une maladie grave vous concernant Le décès d'un membre de votre foyer Un accident corporel impliquant une personne de votre foyer s/t importante EUROPE 76% 75% 72% 72% Un accident corporel vous impliquant 69% Une perte d autonomie concernant une personne de votre foyer Une perte d autonomie vous concernant Une invalidité permanente concernant une personne de votre foyer Une incapacité temporaire concernant une personne de votre foyer Le cambriolage de votre logement ou la détérioration de vos effets personnels Une invalidité permanente vous concernant Une incapacité temporaire vous concernant La perte de votre emploi La perte de son emploi par votre conjoint La destruction ou le vol de votre véhicule La destruction de votre logement Un divorce ou une séparation 69% 68% 67% 66% 65% 65% 62% 57% 55% 52% 51% 39% 8

9 De très nombreux Européens ont le sentiment de ne bénéficier d aucune forme de protection face aux risques de la vie Question : Et en prévision de chacun de ces événements, quelle(s) solution(s) avez-vous privilégié? s/t aucune protection* EUROPE Un divorce ou une séparation La perte de son emploi par votre conjoint Le décès d'un membre de votre foyer Une perte d autonomie concernant une personne de votre foyer La perte de votre emploi Une invalidité permanente concernant une personne de votre foyer Une maladie grave concernant une personne de votre foyer Une incapacité temporaire concernant une personne de votre foyer Une perte d autonomie vous concernant Une incapacité temporaire vous concernant Une invalidité permanente vous concernant Un accident corporel impliquant une personne de votre foyer Une maladie grave vous concernant Un accident corporel vous impliquant Le cambriolage de votre logement ou la détérioration de vos effets personnels La destruction de votre logement La destruction ou le vol de votre véhicule 56% 55% 55% 54% 49% 49% 49% 47% 36% 33% 32% 30% 74% 65% 63% 58% 57% * Ce sous-total correspond aux réponses suivantes: Aucune on verra bien je m'adapterai le moment venu Aucune mes proches m'aideront le moment venu Les autres réponses proposées étaient: Je suis couvert(e) par l'etat % Je fais attention je crois aux vertus de la prévention (ex : conduire prudemment, surveiller sa santé, etc.) Je suis couvert(e), je suis assuré(e) pour une prestation financière % Je suis couvert(e), je suis assuré(e) en nature (services à la personne soutien psychologique, etc.) J'épargne, j'ai de l'argent de côté 9

10 C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Partie 2 Des modèles d appréhension du risque très hétérogènes au sein de l Europe 10

11 Au sein de l ensemble de l Union Européenne, le rapport à la prise de risque est très partagé Question : Selon vous le risque c est Plutôt un danger à éviter Plutôt un stimulant 49% 51% 11

12 Le terme même de risque renvoie à des valeurs très différentes : le danger, le courage, l inconscience Question : Quel sont les trois mots qui vous viennent à l esprit quand vous entendez le mot «risque»? EUROPE La confiance La chance L'ambition Le courage s/t positif 12% 30% 37% 49% 75% Le danger L'inconscience La fatalité La peur s/t négatif 12% 33% 40% 70% 85% 12

13 La majorité des Européens expriment une aversion à la prise de risque dès lors qu elle met en jeu leur argent Question : Vous disposez d'un montant de 100 et l'on vous propose de choisir l'une des trois loteries suivantes, reposant sur le résultat d'un lancer de dé, avec une mise de 100. Quelle loterie parmi les suivantes préférez-vous?* RISQUOPHILE Le gain possible est la mise (100 ) : on gagne si le dé fait 6 14% acceptent le contrat NEUTRE Le gain possible est la mise (100 ) : on gagne si le dé fait 5 ou 6. 35% acceptent le contrat RISQUOPHOBE Le gain possible est la mise (100 ) + 50 : on gagne si le dé fait3,4,5ou6. 51% acceptent le contrat * pour les pays hors zone euro, la monnaie nationale a été utilisée et les valeurs converties 13 13

14 Pour eux-mêmes, les Européens considèrent que pour réussir, il vaut mieux éviter de prendre des risques Question : Avez-vous le sentiment que pour réussir, il vaut mieux Plutôt prendre beaucoup de risques Plutôt faire attention à ne pas prendre trop de risques 56% 44% 14

15 mais la nécessité de prendre des risques est une valeur qu une majorité souhaite transmettre : un pari pour l avenir? Question : Pour vous personnellement, aujourd hui, que vaut-il mieux enseigner à un enfant? Que dans la vie il vaut mieux faire très attention à ne pas prendre de risque s'il y a un prix à payer en cas d'échec Que dans la vie il faut savoir prendre des risques quitte à en payer le prix si on échoue

16 Qu est-ce qui détermine le rapport à la prise de risque? Le sentiment d exposition Le niveau de protection ressenti Le rapport à la prise de risque La capacité à faire face financièrement aux conséquences du risque La perception de l évolution du système de protection Le niveau de préoccupation 16

17 Apparemment, aucun facteur pris isolément n explique le rapport à la prise de risque Sentiment d exposition élevé la prise de risque peut être refusée la prise de risque peut être valorisée Sentiment de protection élevé La prise de risque peut être refusée la prise de risque peut être valorisée Perception positive de l évolution de la protection la prise de risque peut être refusée la prise de risque peut être valorisée 17 17

18 ... en réalité, c est le niveau de préoccupation qui est le plus déterminant Le niveau de préoccupation face aux risques : Un indicateur construit sur les perceptions des Européens face à 17 risques de la vie Plus le sentiment de préoccupation est faible, plus la prise de risque est valorisée Plus le sentiment de préoccupation est fort, plus la prise de risque est dévalorisée 18

19 C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Partie 3 Focus sur les pays 19

20 Le niveau de valorisation du risque pays par pays Préoccupation face aux risques Valorisation de la prise de risque 20

21 C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Les Grecs 21

22 Mis à part le chômage qui suscitent des craintes très fortes, les autres risques sont devenus«secondaires» pour les Grecs un sentimentd exposition élevé face aux risques Des préoccupations plus faibles qu ailleurs, mis à part le chômage : 70% considèrent probable d être confrontés à un risque de chômage(contre 51% au global) 52% considèrent probable d être confronté à un risque financier de perte de patrimoine(contre 38% au global) un système de protection qui a perdu en efficacité 69% des Grecs s estiment moins bien protégés face aux risques socio-économiques qu avant la crise (contre 47% des Européens) 70% se disent préoccupés par les risques de chômage(contre 57% des Européens) 61% seulement se disent préoccupés par les risques de maladie grave(contre 74% des Européens) 44% seulement se disent préoccupés par les risques d incapacité temporaire les concernant(contre 62% des Européens) 44% seulement se disent préoccupés par les risques de perte d autonomie(contre 68% au global). 43% seulement se disent préoccupés par les risques de destruction ou de vol de leur véhicule(contre 52% au global). 22

23 Laprisederisqueestvalorisée:latentationdejouerletoutpourle tout La prise de risque devient pour bon nombre de Grecs «une chance à saisir» 77% des Grecs considèrent que le risque est plutôt un stimulant(contre 49% des Européens) 68% desgrecspensentaumot«chance»quandonleurparlederisque(contre37%auglobal) 51% pensent à«l ambition»(contre 30% au global) 80% ont le sentiment d être des personnes qui prennent des risques(contre 70% au global) 71% des Grecs déclarent qu il vaut mieux enseigner à un enfant qu il faut prendre des risques quitte à en payerleprixsionéchoue(contre56%auglobal) 23

24 C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Les Polonais 24

25 Les Polonais se montrent moins préoccupés que la moyenne des Européens et semblent avoir confiance dans le dynamisme économique de leur pays Un sentiment d exposition très modéré Les Polonais affichent un sentiment d exposition très modéré face au risque. Les Polonais se montrent moins pessimistes que des pays comme la France, l Italie et la Grèce: 3/11, c est le nombre moyen de risques face auxquels ils estiment probable d être confrontés (contre 4/11 au global) Peu protégés face aux accidents de la vie, les Polonais semblent considérer avoir été protégés par le dynamisme économique du pays 58% des Polonais estiment être au moins aussi bien protégés face aux risques socioéconomiques qu il y a 5 ans (contre 47% des Européens) Un niveau de préoccupation relativement faible par rapport à la moyenne européenne 7/17, c est le nombre moyen de risques qui les préoccupent (contre 11/17 au global) 43% seulement se disent préoccupés par le risque de perte de leur emploi (contre57% des Européens) 42%seulement disent préoccupés par le risque de perte d emploi de leur conjoint (contre 55% au global). 40% seulement se disent préoccupés par un risque de de perte d autonomie les concernant(contre 68% des Européens) 38% seulement se disent préoccupés par une invalidité permanente les concernant(contre 65% des Européens) 25

26 PourlesPolonais :laprisederisqueestvaloriséeetsembleêtreun moteur de l ascension sociale La prise de risque est positivée 61% des Polonais estiment que pour réussir il vaut mieux prendre beaucoup de risques(contre 44% au global) 58% des Polonais considèrent que la prise de risque est un stimulant(contre 49% pour l ensemble) 64% pensentau«courage»quandonleurparlederisque(contre49%auglobal) 43% pensentà«lachance»quandonleurparlederisque(contre37%auglobal) et plus spécifiquement par les catégories socioprofessionnelles les plus modestes 60% des revenus les plus modestes considèrent le risque comme un stimulant(contre 58% pour l ensemble des Polonais) 72% des revenus les plus modestes considèrent qu il faut enseigner à un enfant qu il faut prendre des risques quitte à en payer le prix(contre 68% pour l ensemble des Polonais) 26

27 C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Les Britanniques 27

28 Les Britanniques se montrent moins préoccupés que la moyenne des Européens par les risques de la vie et considèrent plus souvent avoir la capacité financière de faire face Un sentiment d exposition relativement faible Un niveau de préoccupation plutôt inférieur à la moyenne européenne 2/11, c est le nombre moyen de risques auxquels ils estiment probables d être confrontés (contre 4/11 en moyenne au global) 32% seulement estiment probable d être confrontés à un risque de chômage (contre 51% pour l ensemble) 22% seulement estiment probable d être confrontés à un risque financier (contre 38% pour l ensemble) Le sentiment que le système de protection acontinué à fonctionner comme avant est majoritaire 29%,seulement des Britanniques estiment être moins bien protégés qu il y a 5 ans face aux risques socioéconomiques (contre 47% au global) 8/17, c est le nombre moyen de risques qui les préoccupent (contre 11/17 au global) 42% se disent préoccupés par le risque de perte de leur emploi (contre57% des Européens) 33% disent préoccupés par le risque de perte d emploi de leur conjoint (contre 55% au global). 61% se disent préoccupés par un risque de de perte d autonomie les concernant(contre 68% des Européens) 54% se disent préoccupés par une invalidité permanente les concernant(contre 65% des Européens) 28

29 Toutefois, si les Britanniques valorisent la prise de risque, c est de façon plus pondérée qu en Grèce et en Pologne Le rapport à la prise de risque est modéré. Elle ne fait pas l objet d un rejet 57% des Britanniques considèrent qu il faut enseigner à un enfant qu il faut prendre des risques quitte à en payer le prix(contre 56% pour l ensemble des Polonais) 48% des Britanniques estiment que le risque est un stimulant, c est plus qu en France (seulement 38%), en Espagne(34%) on encore en Italie(42%) 61% desbritanniquespensentà«lachance»quandonleurparlederisque(contre37%auglobal) 22% pensentà«laconfiance»quandonleurparlederisque(contre12%auglobal) 29

30 C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Les Espagnols 30

31 Les Espagnols affichent un très fort sentiment de préoccupation, notamment face au chômage Un sentiment d exposition un peu plus modéré que lamoyennesaufencequiconcernelechômage 59% considèrent probable d être confrontés à un risque de chômage(contre 51% au global) mais 35% seulement considèrent probable d être confronté à un risque financier de perte de patrimoine (contre 38% au global) et 38% seulement considèrent probable d être confronté à un risque d agression ou de vol(contre 40% au global) Mais les Espagnols sont très inquiets des évolutions en cours : un basculement possible 48% des estiment être moins bien protégés face aux risques (contre 47% au global, 64% considèrent avoir plus de chance de perdre leur emploi qu ilya5ans(contre56%auglobal), et71% debasculerdanslaprécarité(contre63%auglobal). Un fort niveau de préoccupation par rapport à la moyenne européenne 13/17, c est le nombre moyen de risques qui les préoccupent(contre 11/17 au global) 64% sedisentpréoccupésparlerisquedepertedeleur emploi(contre 57% des Européens) 64%disent préoccupés par le risque de perte d emploi de leur conjoint(contre 55% au global). 83% se disent préoccupés par un risque de maladie grave les concernant(contre 74% des Européens) 78% se disent préoccupés par une invalidité permanente les concernant(contre 65% des Européens) 31

32 Les Espagnols se montrent très partagés face à la prise de risque :entrel aversionetla«tentation»grecque Le rapport à la prise de risque est très ambivalent 65% des Espagnols considèrent que le risque est plutôt un danger à éviter(contre 51% des Européens) 78% desespagnolspensentaumot«danger»(contre70%auglobal) 36% seulementpensentà«lapeur»quandonleurparlederisque(contre33%auglobal) 70% considèrentqu ilfautprendredesrisquesquitteàenpayerleprixsil onéchoue(contre56%auglobal) 55% déclarent que pour réussir, il faut prendre beaucoup de risques(contre 44% au global) 32

33 C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Les Français 33

34 Les Français s estiment très fragiles face aux risques malgré un système de protection perçu comme efficace Un sentiment d exposition aux risques élevé Un fort niveau de préoccupation 65% considèrent probable d être confrontés à un risque d accident de la route(contre 51% au global) 54% considèrent probable d être confronté à un risque d agression ou de vol(contre 40% au global) 40% considèrent probable de perdre leur patrimoine (contre 38% au global) Un système de protection pourtant perçu comme efficace 63% des Français s estiment aussi bien voire mieux protégés qu avant la crise (contre 53% des Européens) 7 sur 17, c est le nombre moyen de risques face auxquels ils s estiment assurés (la moyenne européenne est de 4 sur 17) 75% se disent préoccupés par les risques de maladie grave(contre 74% des Européens) 71% se disent préoccupés par la perte d autonomie (contre 68% des Européens) 67% se disent préoccupés par les risques d invalidité (contre 64% au global). 50% se disent préoccupés par la possibilité de perdre leuremploi(contre57%auglobalsoitunpeumoins) Les mécanismes de protection socio-économiques restent considérés comme efficaces 34

35 Le rapport au risque des Français: entre répulsion et fascination La prise de risque est plus perçue comme un danger à éviter mais la prise de risque fascine les Français 62% des Français considèrent que le risque est plutôt un danger à éviter(contre 51% des Européens) 79% desfrançaispensentaumot«danger»(contre70%au global) et43% à la «peur» quand on leur parle de risque (contre 33% au global) Seuls 58% des Français déclarent prendre des risques (contre 70% au global) 86% jugent positif qu un homme prenne des risques (contre 82% des Européens) 50% jugent positif qu un père de famille prenne des risques(contre 43% des Européens) 38% jugent positif qu une mère de famille prenne des risques(contre 34% des Européens) Seuls 52% des Français déclarent qu il vaut mieux enseigner à un enfant qu ilfautprendredes risques quitte à enpayer le prix si on échoue(contre 56% au global) 35 35

36 C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Les Italiens 36

37 Les Italiens expriment de très fortes craintes face aux risques de lavie Un sentiment d exposition très fort Un très fort niveau de préoccupation 69% considèrent probable d être confrontés à un risque de chômage(contre 51% au global) 66% considèrent probable d être confrontés à un risque d accident de la route(contre 51% au global) 55% considèrent probable d être confronté à un risque d agression ou de vol(contre 40% au global) 52% considèrent probable de perdre leur patrimoine (contre 38% au global) 92% se disent préoccupés par le risque d un accident corporel les impliquant de façon importante (contre 69% des Européens) 92% se disent préoccupés par le risque de maladie grave pour eux-mêmes(contre 74% des Européens) 82% se disent préoccupés par le risque de perdre son emploi pour leur conjoint(contre 55% des Européens) 78% se disent préoccupés par le risque de perdre son emploi(contre 57% des Européens Un système de protection dont la perte d efficacité ressentie les inquiète 73% des Italiens s estiment moins bien protégés qu avant la crise (contre 53% des Européens) 14 sur 17, c est le nombre moyen de risques face auxquels ils estiment n avoir aucune protection (la moyenne européenne est de 11 sur 17) 37

38 Mais contrairement aux Grecs qui s estiment aussi très fragilisés, les Italiens rejettent massivement la prise de risque La prise de risque est un danger que les Italiens refusent 73% desitaliensestimentquepourréussir,ilvautmieuxfaireattentionànepasprendretropderisques(contre56%au global) 58% des Italiens considèrent que le risque est plutôt un danger à éviter(contre 51% des Européens) 54% desitalienspensentqu ilfautenseigneràunenfantqu ilvautmieuxfairetrèsattentionànepasprendrederisques s ilyaunprixàpayerencasd échec(contre44%auglobal) 53% desitalienspensentà«l inconscience»quandonleurparlederisque(contre39%auglobal) 26% seulementdesitalienspensentà«lachance»quandonleurparlederisque(contre37%auglobal) 23% seulementdesitalienspensentà«l ambition»quandonleurparlederisque(contre30%auglobal) 38

39 C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Les Allemands 39

40 Les Allemands sont parmi ceux qui se considèrent les moins exposés et les mieux protégés: ils sont pourtant très inquiets Un sentiment d exposition relativement faible Un fort niveau de préoccupation par rapport à la moyenne européenne 30% seulement considèrent probable d être confrontés à un risque de chômage(contre 51% au global) 30% seulement considèrent probable d être confronté à un risque financier de perte de patrimoine(contre 38% au global) Un système de protection considéré comme plutôt plus efficace que la moyenne 13/17, c est le nombre moyen de risques qui les préoccupent(contre 11/17 au global) 88% sedisentpréoccupésparlesrisquesdedécèsd un membre du foyer(contre72% des Européens) 81% disent préoccupés par les risques d un accident corporel les impliquant(contre 69% au global). 75% se disent préoccupés par les risques de cambriolage de leur logement(contre 64% des Européens) 69% des Allemands s estiment mieux ou aussi bien protégés qu avant la crise(contre 53% des Européens) 40

41 Le rapport au risque des Allemands: une aversion très forte La prise de risque est très majoritairement rejetée, plus que n importe où en Europe 57% des Allemands considèrent que le risque est plutôt un danger à éviter(contre 51% des Européens) 59% desallemandspensentaumot«inconscience»(contre40%auglobal) 22% seulementpensentà«lachance»quandonleurparlederisque(contre37%auglobal) 72% considèrent qu il vaut mieux enseigner à un enfant qu il faut faire très attention et ne pas prendre de risquess ilyaunprixàpayerencasd échec(contre44%auglobal) 63% déclarentquepourréussir,ilvautmieuxfaireattentionànepasprendretropderisques (contre 56% au global) 41

42 Deux modèles qui s opposent : le grec et l allemand Sentiment d exposition au risque très FAIBLE Une protection ressentie comme FORTE AMELIORATION des mécanismes de protection socio-économiques -Niveau de préoccupation FORT La prise de risque doit être EVITEE Allemagne Grèce Sentiment d exposition au risque très FORT Une protection ressentie comme FAIBLE DETERIORATION DETERIORATIONdes mécanismes de protection socio-économiques -Niveau de préoccupation FAIBLE sauf pour le chômage 42

43 C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Partie 4 L impact des différences culturelles et sociologiques sur le rapport à la prise de risques 43

44 Quel est l impact des différences culturelles et sociologiques sur le rapport au risque? L âge La parentalit é Le rapport à la prise de risque Le sexe Le niveau d éducation Le niveau de revenu 44

45 L acceptation sociale du risque varie en fonction du statut de l individu Question : Selon vous, est-il très positif, plutôt positif, plutôt négatif ou très négatif qu un individu prenne des risque s il est : S/T Positif 45

46 L impact des critères sociologiques sur la prise de risque Les facteurs de valorisation du risque L âge : valorisé jusqu à 50 ans / dévalorisé après 50 ans. Le sexe : plus valorisé par les hommes que par les femmes Le niveau de diplôme : la valorisation progresse avec le niveau d études mais ces facteurs jouent moins fortement dans les pays où le risque est le plus valorisé La Grèce : la valorisation est un phénomène global quel que soit l âge, la prise de risque est systématiquement valorisée les femmes valorisent très majoritairement le risque La Pologne: la prise de risque comme ascenseur social valorisé par les catégories socioprofessionnelles plus modestes valorisé par toutes les classes d âge valorisé par les moins diplômés 46

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jean-Bernard LAINÉ Co-Directeur du Pôle Banque Assurances Services Industrie / jean-bernard.laine@csa.eu / 01 44 94 59 43 Yves-Marie CANN Directeur d études au Pôle

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise Frédéric ALBERT f.albert@institut-think www.institut-think.com

Plus en détail

Les Français et l assurance Prévoyance

Les Français et l assurance Prévoyance Les Français et l assurance Prévoyance Protection financière de leurs proches en cas de coup dur : les Français sont préoccupés mais ne passent pas à l acte Méthodologie Échantillon 959 individus âgés

Plus en détail

Les Français et l économie Les journées de l économie 2014. Patrick Haas 13 novembre 2014

Les Français et l économie Les journées de l économie 2014. Patrick Haas 13 novembre 2014 Les Français et l économie Les journées de l économie 2014 Patrick Haas 13 novembre 2014 Rappel de la méthodologie Échantillon Mode de recueil Dates de terrain 959 individus âgés de 18 ans et plus Interviews

Plus en détail

BVA / Orange / Forum d Avignon. Les Français et la culture numérique

BVA / Orange / Forum d Avignon. Les Français et la culture numérique Octobre 2010 BVA / Orange / Forum d Avignon Les Français et la culture numérique Ce sondage est réalisé par pour et le et sera présenté lors du du 4 au 6 novembre Contact BVA : Céline Bracq Directrice

Plus en détail

La Banque Postale / CNP Assurances

La Banque Postale / CNP Assurances La Banque Postale / CNP Assurances Baromètre Prévoyance Vague 1 Santé Contacts TNS Sofres Département Finance Frédéric CHASSAGNE / Fabienne CADENAT / Michaël PERGAMENT 01.40.92. 45.37 / 31.17 / 46.72 42IG98

Plus en détail

Les Français et le handicap visuel

Les Français et le handicap visuel Janvier 015 Enquête TNS Sofres pour la Fédération des Aveugles de France Rapport de résultats 48UA53 Rappel méthodologique Echantillon Enquête réalisée par téléphone auprès d un échantillon de 1005 personnes

Plus en détail

Les Français et le pouvoir d achat

Les Français et le pouvoir d achat Contacts CSA Pôle Opinion Corporate : Jérôme Sainte-Marie, Directeur général adjoint Yves-Marie Cann, Directeur d études Les Français et le pouvoir d achat Sondage CSA pour Cofidis Septembre 2012 Sommaire

Plus en détail

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* Note détaillée Baromètre européen du rapport aux paiements Des pratiques uniformisées en Europe? Sondage Harris Interactive pour Crédit Agricole Cards & Payments Enquête réalisée en ligne du 19 au 29 septembre

Plus en détail

Baromètre européen du rapport aux paiements - Vague 1

Baromètre européen du rapport aux paiements - Vague 1 Baromètre européen du rapport aux paiements - Vague Des pratiques uniformisées en Europe? Septembre 04 Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Marine Rey, Chargée

Plus en détail

Baromètre BVA Santé. Vieillissement & Silver économie - Vague 1 - pour Orange Healthcare et MNH

Baromètre BVA Santé. Vieillissement & Silver économie - Vague 1 - pour Orange Healthcare et MNH Baromètre BVA Vieillissement & Silver économie - Vague 1 - pour Orange Healthcare et MNH en partenariat avec le Figaro avec le concours scientifique de la Chaire de Sciences Po Fiche technique Recueil

Plus en détail

Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance

Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance Baromètre Prévoyance 2ème Vague Dépendance Novembre 2008 Contacts TNS Sofres Département Finance Frédéric CHASSAGNE / Michaël PERGAMENT / Marie FAITOT 01.40.92. 45.37 / 46.72 / 44.41 42MV13 Département

Plus en détail

Regards croisés sur l intérim

Regards croisés sur l intérim octobre 2012 Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi Regards croisés sur l intérim Regards croisés sur l intérim L Observatoire des Métiers et de l Emploi s est vu confier, depuis 2008,

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE Edition 2013 Perception du risque et comportement d investissement (point 5) 16 octobre 2013 Pourquoi un Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale?

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE Edition 2014 Perception du risque et comportement d investissement 3 décembre 2014 Pourquoi un Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale? Parce

Plus en détail

Agence Thomas Marko & Associés. Du 3 au 8 septembre 2010.

Agence Thomas Marko & Associés. Du 3 au 8 septembre 2010. Octobre 00 Nobody s Unpredictable Sondage effectué pour : Agence Thomas Marko & Associés Echantillon : 000 personnes, constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de

Plus en détail

Les Français et l accessibilité Rapport des résultats

Les Français et l accessibilité Rapport des résultats Les Français et l accessibilité Rapport des résultats Mediaprism Tour Cristal 7 quai André Citroën - 75015 Paris Tél. : 01 53 29 10 00 www.mediaprism.com 20 septembre 2013 Contexte et objectifs de l enquête

Plus en détail

Les jeunes et les métiers de l industrie

Les jeunes et les métiers de l industrie Novembre 2013 Institut Lilly N 111442 Contacts : Damien Philippot / Esteban Pratviel 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A - B - C - D - Le

Plus en détail

LesFurets.com. Levée d embargo immédiate. Etude réalisée par. pour. Publiée le 13 octobre 2015

LesFurets.com. Levée d embargo immédiate. Etude réalisée par. pour. Publiée le 13 octobre 2015 LesFurets.com Etude réalisée par pour Publiée le 13 octobre 2015 Levée d embargo immédiate Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français interrogés par Internet les 10 et 11

Plus en détail

Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants

Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants n 0900922 V3 Juillet 2009 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01

Plus en détail

Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA)

Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA) Note détaillée L image des ambulanciers Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA) Enquête réalisée en ligne du 17 au 19 septembre 2013. Echantillon de 985 personnes

Plus en détail

Les Français et les délais de livraison

Les Français et les délais de livraison Les Français et les délais de livraison Mai 2015 Contact : Frédéric MICHEAU Directeur des études d opinion Tel : 01 78 94 90 00 Email : fmicheau@opinion-way.com 1 La méthodologie La méthodologie Echantillon

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice.

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice. Délégation interministérielle à la Famille ENQUÊTE SALARIÉS Baromètre de l Observatoire de la parentalité en entreprise, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la famille et l Union nationale

Plus en détail

les travailleurs non-salari

les travailleurs non-salari Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salari salariés, s, la crise et l assurancel pour Note méthodologique Etude réalisée

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement 2011 (point 3)

Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement 2011 (point 3) Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement (point 3) 12 octobre 2010 Pourquoi un Observatoire UFF-IFOP de la Clientèle Patrimoniale? Parce

Plus en détail

La culture financière des Français

La culture financière des Français C entr e de Recher c h e po u r l E t u d e et l Obser va t i o n des Co n d it io n s de V ie Département Conditions de vie et aspirations La culture financière des Français Etude réalisée à la demande

Plus en détail

Image des infirmiers et des infirmières

Image des infirmiers et des infirmières Image des infirmiers et des infirmières Sondage réalisé par pour Publié le 12 mai 2015 dans le Parisien-Aujourd hui en France Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français interrogés

Plus en détail

Médicis, la mutuelle retraite des indépendants :

Médicis, la mutuelle retraite des indépendants : Le commerce en France : 750 000 entrepreneurs 2 millions de personnes 343 milliards d euros de chiffre d affaires Médicis, la mutuelle retraite des indépendants : 167 000 adhérents La plus grande organisation

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

Qualité et accessibilité des soins de santé : qu en pensent les Français?

Qualité et accessibilité des soins de santé : qu en pensent les Français? ét udes et résultats N o 866 février 14 Qualité et accessibilité des soins de santé : qu en pensent les Français? Les Français sont plutôt satisfaits de la qualité générale des soins de santé, par rapport

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique. Les Français, leur épargne et leur retraite

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique. Les Français, leur épargne et leur retraite CECOP Centre d études et de connaissances sur l opinion publique Les Français, leur épargne et leur retraite FD/EP N 113015 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Esteban Pratviel Département Opinion et Stratégies

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

Les Français et l assurance santé

Les Français et l assurance santé Mai 2013 Contacts : 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français et l assurance santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon :

Plus en détail

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Résultats du premier Observatoire des femmes et l assurance Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Fiche méthodologique Cible : Hommes et femmes âgés

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE Une enquête /CSA pour Le Cercle des épargnants Note d analyse Février 2009 S.A. au capital de 38.112,25 euros Siège

Plus en détail

Les Français et les paris sportifs à l occasion de la Coupe du Monde de Football 2010. Juin 2010

Les Français et les paris sportifs à l occasion de la Coupe du Monde de Football 2010. Juin 2010 Les Français et les paris sportifs à l occasion de la Coupe du Monde de Football 2010 Juin 2010 Méthodologie page 2 Méthodologie Étude réalisée auprès d un échantillon de 1011 personnes, représentatif

Plus en détail

Les perceptions des Français sur les évolutions du système de santé

Les perceptions des Français sur les évolutions du système de santé Les perceptions des Français sur les évolutions du système de santé Sondage Viavoice pour le CISS - Octobre 2010 MIEUX COMPRENDRE L OPINION POUR AGIR INSTITUT VIAVOICE Contacts : Arnaud ZEGIERMAN Aurélie

Plus en détail

«LES FRANÇAIS & LA PROTECTION DES DONNÉES PERSONNELLES» Etude de l Institut CSA pour Orange. Février 2014

«LES FRANÇAIS & LA PROTECTION DES DONNÉES PERSONNELLES» Etude de l Institut CSA pour Orange. Février 2014 «LES FRANÇAIS & LA PROTECTION DES DONNÉES PERSONNELLES» Etude de l Institut CSA pour Orange Février 2014 La fiche technique du sondage Echantillon de 1002 individus âgés de 18 ans et plus représentatif

Plus en détail

Echantillon interrogé en ligne sur système CAWI (Computer Assistance for Web Interview)

Echantillon interrogé en ligne sur système CAWI (Computer Assistance for Web Interview) Les idées reçues sur la sécurité informatique Contact : OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris http://www.opinion-way.com Juillet 2014 1 Méthodologie Méthodologie Echantillon de représentatif

Plus en détail

Tablette tactile : la nouvelle nounou?

Tablette tactile : la nouvelle nounou? Observatoire Orange - Terrafemina Tablette tactile : la nouvelle nounou? Sondage de l institut CSA Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour Orange et Terrafemina la 13 ème vague d un baromètre

Plus en détail

Les Français, l Ecole et le métier d enseignant

Les Français, l Ecole et le métier d enseignant Les Français, l Ecole et le métier d enseignant Quel regard aujourd hui? Date Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle au

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

Baromètre du paiement électronique Vague 2

Baromètre du paiement électronique Vague 2 pour Baromètre du paiement électronique Vague 2 Frédéric Micheau Directeur adjoint Département Opinion et Stratégies d entreprise frederic.micheau@ifop.com Janvier 2012 Laurent Houitte Directeur Marketing

Plus en détail

Mardi 15 octobre 2013 00h00

Mardi 15 octobre 2013 00h00 Communiqué de presse Sondage CSA - Europ Assistance 7 ème baromètre Santé & Société Les opinions des Américains sur leurs systèmes de santé se dégradent tandis que celles des Européens restent très hétérogènes

Plus en détail

Comment partager sans se sur-exposer?

Comment partager sans se sur-exposer? Comment partager sans se sur-exposer? Conférence de presse Mercredi 12 décembre 2012 Méthodologie de l enquête 1 Echantillon Mode de recueil Dates de terrain 1554 individus âgés de 13 ans et plus Interrogation

Plus en détail

Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie

Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie Mieux comprendre l opinion pour agir Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie Octobre 2008 Institut Viavoice Contact : Arnaud ZEGIERMAN LD : 01 40 54 13 71

Plus en détail

La perception des porteurs de carte sur les nouveaux dispositifs d authentification lors des paiements en ligne

La perception des porteurs de carte sur les nouveaux dispositifs d authentification lors des paiements en ligne La perception des porteurs de carte sur les nouveaux dispositifs d authentification lors des paiements en ligne Harris Interactive 03/2011 1 Méthodologie d enquête Enquête réalisée en ligne du 15 au 25

Plus en détail

UNEDIC Perceptions et compréhensions de l indemnisation de l Assurance chômage par les Demandeurs d Emploi

UNEDIC Perceptions et compréhensions de l indemnisation de l Assurance chômage par les Demandeurs d Emploi UNEDIC Perceptions et compréhensions de l indemnisation de l Assurance chômage par les Demandeurs d Emploi SYNTHESE DE L ETUDE QUANTITATIVE L Unedic a souhaité disposer d une étude permettant de cerner

Plus en détail

Regards croisés sur l auto-entrepreunariat

Regards croisés sur l auto-entrepreunariat Regards croisés sur l auto-entrepreunariat Septembre 2013 Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention complète suivante : «Sondage OpinionWay pour l Union des Auto-Entrepreneurs

Plus en détail

Les Français et les soins palliatifs. Janvier 2011

Les Français et les soins palliatifs. Janvier 2011 Les Français et les soins palliatifs Janvier 2011 A Méthodologie page 2 Méthodologie Étude réalisée auprès d un échantillon de 1015 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 et plus.

Plus en détail

Les salariés du secteur privé face à la généralisation de la complémentaire santé collective

Les salariés du secteur privé face à la généralisation de la complémentaire santé collective Les salariés du secteur privé face à la généralisation de la santé collective Etude réalisée pour Swiss Life France Contact Ifop : Frédéric Dabi / François KRAUS Directeur d études d opinion 01 72 34 94

Plus en détail

Banques nouvelle génération : les Français sont-ils prêts pour le tout digital?

Banques nouvelle génération : les Français sont-ils prêts pour le tout digital? Observatoire Orange Terrafemina vague 15 Banques nouvelle génération : les Français sont-ils prêts pour le tout digital? Sondage de l institut CSA Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour

Plus en détail

Observatoire de l Auto-Entrepreneur

Observatoire de l Auto-Entrepreneur Observatoire de l Auto-Entrepreneur Avec la participation de : Vague 8 - Juin 2012 Contexte Plus de 3 ans après le lancement du régime de l Auto-Entrepreneur, plus d un million d autoentreprises ont été

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Les préoccupations des enseignants en 2014

Les préoccupations des enseignants en 2014 Les préoccupations des enseignants en 204 Une profession en quête de valorisation Date Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

Les Français et les sites de rencontre

Les Français et les sites de rencontre 13 février 2012 Présentation des résultats N 110 080 Contacts : François Kraus francois.kraus@ifop.com 01 72 34 94 64 / 06 61 00 37 76 Les Français et les sites de rencontre Sondage réalisé à l occasion

Plus en détail

Les Français et la remise en question

Les Français et la remise en question Les Français et la remise en question Contact : Bruno Jeanbart Directeur du département Opinion Tel : 01 78 94 89 87 Email : bjeanbart@opinion- way.com 15 place de la République 75003 Paris Mai 2013 A

Plus en détail

L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures

L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures Sondage Ifop pour la Fédération nationale de la presse spécialisée Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Guillaume

Plus en détail

Les Français et les retraites Volet 4 : la santé

Les Français et les retraites Volet 4 : la santé Les Français et les retraites Volet 4 : la santé Sondage réalisé par pour et Publié le jeudi 11 décembre 2014 Levée d embargo le mercredi 10 décembre 23H00 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès

Plus en détail

EUROBAROMETRE Spécial 355 «PAUVRETE ET EXCLUSION SOCIALE» Pauvreté et exclusion sociale. Terrain : août septembre 2010 Publication : décembre 2010

EUROBAROMETRE Spécial 355 «PAUVRETE ET EXCLUSION SOCIALE» Pauvreté et exclusion sociale. Terrain : août septembre 2010 Publication : décembre 2010 Eurobaromètre Eurobaromètre spé Eurobaromètre spécial 355 EUROBAROMETRE Spécial 355 «PAUVRETE ET EXCLUSION SOCIALE» Commission Européenne Pauvreté et exclusion sociale Rapport Eurobaromètre spécial 355

Plus en détail

La question RH du mois «Les salariés français, la charge et l addiction au travail»

La question RH du mois «Les salariés français, la charge et l addiction au travail» La question RH du mois «Les salariés français, la charge et l addiction au travail» Juillet 2015 Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention complète suivante : «Sondage

Plus en détail

Note d analyse. Les Français et la protection sociale. Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française

Note d analyse. Les Français et la protection sociale. Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française Note d analyse Les Français et la protection sociale Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française Enquête réalisée en ligne par l'institut Harris Interactive du 1 er au 6 février 2012. Echantillon

Plus en détail

Etude OpinionWay pour Axys Consultants Les Réseaux Sociaux d Entreprise : degré d appropriation & bénéfices perçus par les utilisateurs

Etude OpinionWay pour Axys Consultants Les Réseaux Sociaux d Entreprise : degré d appropriation & bénéfices perçus par les utilisateurs Octobre 2014 Etude OpinionWay pour Axys Consultants Les Réseaux Sociaux d Entreprise : degré d appropriation & bénéfices perçus par les utilisateurs Méthodologie de l étude Étude réalisée auprès d un échantillon

Plus en détail

Les Français et l Europe

Les Français et l Europe Les Français et l Europe Avec Avril 205 Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle au Département Politique Opinion Gaspard

Plus en détail

Observatoire de l Auto-Entrepreneur

Observatoire de l Auto-Entrepreneur Observatoire de l Auto-Entrepreneur La vision des Français sur l Auto-Entreprise 5 ème édition - Mai 2011 Nouveau Dispositif 2011/ 2012 Comprendre les auto-entrepreneurs comme un groupe social à part entière

Plus en détail

Les Français ais et à la consommation

Les Français ais et à la consommation Les Français ais et le crédit à la consommation Introduction Crédit Agricole Consumer Finance, acteur majeur du crédit à la consommation en Europe, publie un sondage réalisé par Opinionway sur les Français

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques - Juillet 2010 Méthodologie Méthodologie : Cette étude a été menée dans le cadre de l'omcapi, l'enquête périodique multi-clients de l'ifop, réalisée

Plus en détail

Les Français, les entreprises et la bourse

Les Français, les entreprises et la bourse Les Français, les entreprises et la bourse Etude auprès des Français OpinionWay 15 place de la République 75 003 Paris Mai 2014 Méthodologie Méthodologie Echantillon de dont : 1070 représentatives de la

Plus en détail

Le Baromètre de l économie. BVA - BFM - La Tribune - The Phone House

Le Baromètre de l économie. BVA - BFM - La Tribune - The Phone House Mai 2008 Le Baromètre de l économie BVA - BFM - La Tribune - The Phone House Les indices de confiance BVA - BFM - La Tribune - The Phone House Impact de la crise financière internationale sur l attitude

Plus en détail

L observatoire «Entreprise et Santé»

L observatoire «Entreprise et Santé» LA SOCIÉTÉ D ÉTUDES ET DE CONSEIL L observatoire «Entreprise et Santé» Viavoice Harmonie Mutuelle en partenariat avec Le Figaro et France Info Enquête auprès des salariés et des dirigeants d entreprise

Plus en détail

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français Résultats d enquête Tour Cristal 7 quai André Citroën 75 015 Paris 23 octobre 2014 Quelques mots sur la méthodologie de l enquête

Plus en détail

LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE

LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE 201 LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE Jérôme JAFFRÉ Directeur du Centre d Études et de Connaissances sur l Opinion Publique Jean-Pierre GAILLARD Président du Cercle des Epargnants Philippe CREVEL Secrétaire

Plus en détail

«J aime ma boîte» Etude auprès des salariés français. Septembre 2014

«J aime ma boîte» Etude auprès des salariés français. Septembre 2014 «J aime ma boîte» Etude auprès des français Septembre 2014 A Méthodologie 2 Méthodologie ü Echantillon de 938, issus d un échantillon de 2055 personnes, représentatif de la population française âgée de

Plus en détail

LES FRANÇAIS, LEUR ÉPARGNE & LEUR RETRAITE

LES FRANÇAIS, LEUR ÉPARGNE & LEUR RETRAITE LES FRANÇAIS, LEUR ÉPARGNE & LEUR RETRAITE 1 Jérôme JAFFRÉ Directeur du Centre d Études et de Connaissances sur l Opinion Publique JeanPierre THOMAS Président du Cercle de l'epargne Philippe CREVEL Directeur

Plus en détail

Baromètre 2012 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet "salariés-parents" - 3 avril 2012

Baromètre 2012 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet salariés-parents - 3 avril 2012 Baromètre 2012 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale - Résultats du Volet "salariés-parents" - 3 avril 2012 Sommaire Note technique 3 Synthèse des enseignements 4 La conciliation

Plus en détail

Enquête bien-être au travail des salariés

Enquête bien-être au travail des salariés Présentation petit déjeuner RH & Com Linking http://labrh.opinion-way.com Enquête bien-être au travail des salariés Décembre 2012 Note méthodologique Echantillon représentatif de 1014 salariés français

Plus en détail

BAROMÈTRE EUROPÉEN DU RAPPORT AUX PAIEMENTS

BAROMÈTRE EUROPÉEN DU RAPPORT AUX PAIEMENTS BAROMÈTRE EUROPÉEN DU RAPPORT AUX PAIEMENTS @ 02/03 BERNARD NOËL Directeur général de Crédit Agricole Cards & Payments Toute période de mutations conjugue des avancées décisives avec des facteurs d incertitude.

Plus en détail

Les Français et la fraude fiscale

Les Français et la fraude fiscale Les Français et la fraude fiscale Institut CSA pour Atlantico Mai 2013 Fiche technique Sondage exclusif CSA / Atlantico réalisé par Internet du 14 au 16 mai 2013. Echantillon national représentatif de

Plus en détail

Les pratiques des 9-16 ans sur Internet

Les pratiques des 9-16 ans sur Internet Les pratiques des 9-16 ans sur Internet Regards croisés entre parents et enfants! - Principaux résultats -! Décembre 2012! Arnaud ZEGIERMAN Directeur associé az@institut-viavoice.com Aurélien PREUD HOMME

Plus en détail

Les palmarès du bonheur professionnel

Les palmarès du bonheur professionnel Les palmarès du bonheur professionnel Viavoice Le Nouvel Observateur Octobre 2013 Viavoice Paris. Études Viavoice & conseil 9 rue Huysmans, 75 006 Mieux Paris. comprendre + 33 (0)1 40 l opinion 54 13 90

Plus en détail

Comment les Français gèrent l eau dans leurs foyers?

Comment les Français gèrent l eau dans leurs foyers? Comment les Français gèrent l eau dans leurs foyers? Mai 2015 Sondage réalisé par pour Fiche technique Recueil Echantillon Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français recrutés par Access Panel

Plus en détail

Sondage de l institut CSA

Sondage de l institut CSA Observatoire Orange Terrafemina édition hors-série Journée de la femme digitale Sondage de l institut CSA En partenariat avec l SOUS EMBARGO JUSQU AU VENDREDI 8 MARS 2013 1 Fiche technique du sondage L

Plus en détail

Les Français et la photo de profil pour les applications de rencontre

Les Français et la photo de profil pour les applications de rencontre Les Français et la photo de profil pour les applications de rencontre Contact : Frédéric Micheau Directeur des études d opinion Directeur de département 15, place de la République 75003 PARIS Tel : 01

Plus en détail

S ONDAGE SUR LA SCOLARIS ATION E N MILIE U ORDINAIRE DES ENFANTS E N S ITUATION DE HANDICAP EN ELEMENTAIRE ET AU COLLEGE

S ONDAGE SUR LA SCOLARIS ATION E N MILIE U ORDINAIRE DES ENFANTS E N S ITUATION DE HANDICAP EN ELEMENTAIRE ET AU COLLEGE S ONDAGE SUR LA SCOLARIS ATION E N MILIE U ORDINAIRE DES ENFANTS E N S ITUATION DE HANDICAP EN ELEMENTAIRE ET AU COLLEGE - Sondage de l'institut CSA - - Note des principaux enseignements - N 1001198 Février

Plus en détail

FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise

FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise 35 rue de la gare 75019 Paris Tél : 01 45 84 14 44 Fax : 01 45 85 59 39 pour Les Français

Plus en détail

La colocation vue par les propriétaires

La colocation vue par les propriétaires La colocation vue par les propriétaires Institut CSA pour Weroom Mars 2015 Fiche technique Interrogation Echantillon national représentatif de propriétaires, composé de 1000 personnes âgées de 18 ans et

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2

Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2 Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2 Juin 2014 Contact - BVA Opinion Erwan LESTROHAN, directeur d études erwan.lestrohan@bva.fr - 01 71 16 90 9 Victor CHAPUIS, chargé d études Victor.chapuis@bva.fr

Plus en détail

LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011. BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études

LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011. BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011 BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études Méthodologie Recueil Enquête réalisée par l Institut BVA

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

«Ne laissons pas le psoriasis s installer entre nous» Psoriasis : état des lieux des connaissances et représentations des Français

«Ne laissons pas le psoriasis s installer entre nous» Psoriasis : état des lieux des connaissances et représentations des Français «Ne laissons pas le psoriasis s installer entre nous» Psoriasis : état des lieux des connaissances et représentations des Français Résultats de l étude Enquête Ipsos - Juillet 011 Etude élaborée dans le

Plus en détail

Les Français ais et l assurance l

Les Français ais et l assurance l Mai 2013 Contacts: 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français ais et l assurance l santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon

Plus en détail

Publicité: Le retour en grâce?

Publicité: Le retour en grâce? Publicité: Le retour en grâce? Pour la première fois depuis 2004, les Français, qui font preuve de maturité, sont moins critiques à l'égard de la publicité. Mais ils en attendent beaucoup. Septembre 2012

Plus en détail

«Séniors et adaptation du logement»

«Séniors et adaptation du logement» «Séniors et adaptation du logement» APPROCHE QUALITATIVE & BENCH MARK Etude réalisée en dpt 37 et 71 SYNTHESE DE L ETUDE POUR LA PRESSE MARS 2015 15 rue de Bellefond, 75009 Paris // www.adjuvance.fr //

Plus en détail