Analyse de structures de données et d algorithmes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse de structures de données et d algorithmes"

Transcription

1 Uiversité Paris 3 Istitut Galilée Master Math-Ifo Aalyse de structures de doées et d algorithmes Polycopié Christia Lavault

2

3 Table des matières Combiatoire et déombremet. Permutatios, arragemets et combiaisos Applicatios au déombremet d esembles fiis Rappels Formules d exclusio-iclusio et applicatios Maipulatio de suites et de sommes Suites, sommes et opérateurs Méthodes usuelles de sommatio Maipulatio de sommes multiples Relatios de récurrece 3 2. Rappels et gééralités Exemples de relatios de récurrece Classificatio Equatios de récurrece liéaires Récurreces liéaires homogèes à coefficiets costats Récurreces liéaires géérales à coefficiets costats Récurreces liéaires à coefficiets variables Equatios de récurrece o liéaires Récurreces de partitio et chagemet de variable Trasformatio du domaie Séries géératrices et applicatios Séries géératrices L aeau des séries formelles Développemet e série au voisiage de l origie Foctios géératrices ordiaires et expoetielles Développemet e série des fractios ratioelles Décompositio e élémets simples Développemet au voisiage de l origie Cas de racies multiples Applicatios aux équatios de récurrece Récurreces liéaires homogèes à cœfficiets costats Récurreces liéaires géérales à cœfficiets costats Récurreces liéaires à cœfficiets variables Récurreces complètes Aalyse e moyee d algorithmes Gééralités i

4 ii TABLE DES MATIÈRES Utilisatio des séries géératrices Comportemets asymptotiques 5 4. Foctios domiées, égligeables, équivaletes Critères de comportemet asymptotique Coditios suffisates Échelle de comparaiso et développemet asymptotique Approximatios asymptotiques Ecadremets de sommes partielles Asymptotique des séries géératrices Approximatios asymptotiques des récurreces liéaires Calcul direct du terme asymptotique domiat Méthode géérale pour les fractios ratioelles Bores du rayo de covergece Méthode géérale d aalyse asymptotique des coefficiets Formule d Euler-Maclauri Formule sommatoire d Euler-Maclauri et applicatios Développemet asymptotique des ombres harmoiques Développemet asymptotique complet de la factorielle Approximatios asymptotiques Développemet asymptotique des ombres de Catala Développemets asymptotiques bivariés Deux méthodes asymptotiques Le «reboutemet» ou Bootstrappig Méthode de Laplace borer les queues, approcher et étedre T.D. Combiatoire et déombremet 7 T.D. Combiatoire et déombremet 7 Correctio du T.D T.D. 2 Relatios de récurrece 83 T.D. 2 Relatios de récurrece 83 Correctio du T.D T.D. 3 Séries géératrices, asymptotique 99 T.D. 3 Séries géératrices, asymptotique 99 Correctio du T.D. 3 3 A Itégrale de Stieljes 4 B Nombres et foctios spéciaux 43 B. Les ombres de Stirlig B.. Les ombres de Stirlig de première espèce B..2 Les ombres de Stirlig de secode espèce B..3 les ombres de Stirlig de secode espèce

5 TABLE DES MATIÈRES iii B..4 Les ombres de Bell B..5 Les ombres euléries B.2 Les ombres et polyômes de Beroulli B.3 La foctio Gamma B.3. Développemet asymptotique de Γ(z B.3.2 La foctio Gamma troquée γ(z, r B.4 La foctio zêta de Riema B.4. Les ombres harmoiques B.4.2 Gééralisatio à la foctio ζ(s B.4.3 Développemet asymptotique de ζ(s B.5 Les séries de Dirichlet B.6 Les foctios arithmétiques B.6. La foctio totiet d Euler φ( C Exames, Devoirs éocés et corrigés 45 Bibliographie 205

6

7 Chapitre Combiatoire et déombremet Das la suite, o étudie des outils et techiques permettat de compter (ou de déombrer des esembles fiis et leurs sous-esembles, si possible sas éumérer tous leurs élémets.. Permutatios, arragemets et combiaisos Défiitio.. Ue permutatio σ d u esemble fii E est ue bijectio de E das E. L esemble des permutatios d u esemble à élémets est oté S et S =! Remarques..2. E idetifiat E et {,..., } [], ue permutatio σ est défiie par ue bijectio [] [] qui détermie u ordre total das E doé par la suite σ(, σ(2,..., σ(. 2. O peut motrer que S =! par iductio, e décomptat le ombre de choix possibles pour σ( das [] (soit, puis, σ( état doé das [], le ombre de choix possibles pour σ(2 das [] \ {σ(} (soit, etc. [Faire ce raisoemet par iductio, i.e. par récurrece.] Défiitio..3 (i U arragemet d ordre (0 d u esemble fii E tel que E = est u sous-esemble totalemet ordoé de E ayat élémets. A désige le ombre d arragemets d ordre (0 d u esemble à élémets. (ii Ue combiaiso d ordre (0 d u esemble fii E tel que E = est u sousesemble de E ayat élémets. ( désige le ombre de combiaisos d ordre (0 d u esemble à élémets ; les ( (0 sot ommés les coefficiets biomiaux. Exemple..4 Soit E = {a, b, c}. (a, b, c, (a, c, b, (b, a, c, (b, c, a, (c, a, b, (c, b, a, sot les 3! = 6 permutatios de E. (a, b, (b, a, (a, c, (c, a, (b, c, (c, b sot les A 2 3 = 6 arragemets d ordre 2 de E. {a, b}, {a, c}, {b, c} sot les ( 3 2 = 3 combiaisos d ordre 2 de E. Remarques..5. Le plus souvet, o ote A = ( ( +, où est appelée la factorielle descedate de à l ordre (0 avec 0 =. Cette otatio permet de simplifier les preuves de bie des idetités sur les (. O ote de même ( + ( +, où 0 = la factorielle motate de à l ordre (0. (Voir l exercice du T.D..

8 2 COMBINATOIRE ET DÉNOMBREMENT 2. Les combiaisos sot o ordoées, alors que les arragemets sot ordoés [vérifier]. Doc, chaque combiaiso d ordre doe aissace à! arragemets et [vérifier] A = =! (. U arragemet d ordre est caractérisé par ue ijectio ϕ : [] [] et ue combiaiso d ordre est caractérisée par l image d ue ijectio [] []. Comme! ijectios différetes ot la même image, o retrouve l idetité A =! ( [vérifier]. 3. Pour tout N, o a o par défiitio de A, A = = ( = ; 2 o par covetio, 0! =, doc, A = =! et A 0 = 0 = ( ( = 0 = [vérifier]. 4. Comme coséquece de 3, o a efi pour tout, A = =! (! et ( =! =!!(!. O peut résumer simplemet les otios précédetes das le tableau., où la metio avec/sas remise revoie à u modèle d ures utilisé e combiatoire des probabilités. avec répétitio avec remise sas répétitio sas remise avec ordre = ( ( + sas ordre ( + =! ( =! Tab.. Arragemets et combiaisos avec/sas répétitio. Propositio..6 Les coefficiets biomiaux vérifiet les relatios de récurrece suivates ( et etiers positifs (i (ii (iii (iv ( ( ( ( = = = ( ( + ( ( ( = ( pour 0. pour,. pour,. et, pour r C, Z, ( r ( r + = (.

9 .. PERMUTATIONS, ARRANGEMENTS ET COMBINAISONS 3 Démostratio : (i La relatio (i découle immédiatemet de la défiitio..3, des remarques..5 et du tableau.. (ii Pour prouver (ii, choisissos e E, où E = N, et séparos les ( combiaisos d ordre de E e deux esembles disjoits E et E 2 : E est l esemble des combiaisos de E e coteat pas e : E = ( ; E 2 est l esemble des combiaisos de E qui cotieet e : E 2 = (. Les deux esembles E et E 2 état disjoits, o a bie l idetité (ii. (iii-(iv se démotret par applicatio directe de la défiitio..3 (remarques..5. Remarques..7. À l aide du triagle de Pascal, c est-à-dire la règle de récurrece de l idetité (ii, o peut calculer les coefficiets biomiaux ( successifs. 2. La défiitio des coefficiets biomiaux se gééralise à toute valeur réelle ou complexe de (otée x et tout etier, positif ou égatif (voir l exercice du T.D.., sous la forme [vérifier] ( x x! si N 0 si / N. 3. À partir de cette défiitio gééralisée, les idetité (ii, (iii et (iv de la propositio..6 s étedet aturellemet à tout = z C et Z (avec 0 pour (iii. (Voir l exercice du T.D.. 4. Avec la formule du biôme de la propositio..8 qui suit, les quatre idetités de la propositio..6 sot fodametales ; elles permettet de démotrer la plupart des relatios biomiales avec sommatio et/ou produit des coefficiets, avec des termes supérieurs égatifs, etc. Propositio..8 (Formule du biôme Soit A u aeau, a, b A permutables (i.e. tels que ab = ba et N, alors (a + b = =0 ( a b. Démostratio : Par iductio sur. O pose (B base et (I étape iductive. (B Si = 0, (a + b 0 = ( ( 0 0 =. Si =, a + b = ( 0 a + b. (I Supposos la formule vérifiée à l ordre >, etier quelcoque (hypothèse de récurrece. Alors, e utilisat l égalité (a + b + = (a + b (a + b, o obtiet (a + b + = = ( =0 ( a a + b + = ( =0 ( a b + a + b + =0 ( a b + + ( b +. Soit, (a + b + = ( a = (( + ( a + b + ( b +.

10 4 COMBINATOIRE ET DÉNOMBREMENT Comme ( ( + 0 = ( 0 = ( + = ( = (remarques..5 et que ( + ( = + (propositio..6, (ii, o a bie + ( + (a + b + = a + b. =0 Corollaire..9 Soit, N ((i-(ii, puis Z et = z R ou C ((iii-(v, selo les cas. (i (iii (iv (v =0 =p ( = 2. (ii ( p = ( + p + ( ( z + z + + = ( ( s t = ( s + t ( ( = 0. =0 pour, p N (puis = z C. pour z C, Z. pour s, t C, Z. Démostratio : D après la formule du biôme, (i et (ii sot évidetes : =0 ( = ( + = 2 et ( ( = ( = 0. Les relatios (iii et (iv se démotret par iductio sur z etier e utilisat, par exemple, l idetité (ii de la propositio..6 (triagle de Pascal [vérifier]. Elles s étedet, esuite seulemet, à des valeurs réelles ou complexes (voir les exercices et 2 du T.D.. Attetio aux idices et bores de sommatio. Si l o remplace par u ombre réel ou complexe, les relatios (iii, (iv et (v restet vraies. Mais il faut alors compredre chaque sommatio comme ue additio fiie de termes (z peut aussi teir le rôle d ue idétermiée. Pour z C et m N, (iii, par exemple, doit s iterpréter e fait comme la somme ( z + p + =0 ( ( ( z z z m = p p p ( z m. p + La relatio (v se omme la formule de covolutio de Vadermode. la plupart des idetités fodametales comportat des produits et/ou des sommes de produits de coefficiets biomiaux s e déduiset. Pour s, t, N, la formule de Vadermode peut se prouver par iductio ou, plus directemet, e cosidérat le produit de covolutio des séries géératrices exprimat la relatio foctioelle (+z s (+ z t = (+z s+t. La gééralisatio de la covolutio de Vadermode à s, t C s effectue esuite comme pour (iii et (iv (voir remarque ci-dessus et remarque , chapitre 3. Remarques..0. L idetité (i est aussi ue coséquece immédiate de la défiitio du ombre de combiaisos d ordre (0 d u esemble à élémets.

11 .2. APPLICATIONS AU DÉNOMBREMENT D ENSEMBLES FINIS 5 2. Par ailleurs, o peut aussi gééraliser la formule du biôme (propositio..8 aux valeurs réelles ou complexes de l exposat. Grâce au théorème de Taylor, (a + b α (α R s écrit comme u développemet e série au voisiage de l origie (i.e. pour b/a <. Aisi, pour z C et z < [vérifier], ( + z α = 0 ( α z, où ( α α!. Sous cette forme gééralisée, elle se omme la formule de Newto. (Voir l exercice 2.3 du T.D. et le du chapitre 3..2 Applicatios au déombremet d esembles fiis.2. Rappels Défiitio.2. Soit E u esemble fii et A E. La foctio caractéristique de A est la foctio χ A : E {0, } défiie par { si x A χ A (x 0 sio. Exemple.2.2 Pour tout sous-esemble A de E, A = e E χ A(e. E effet, cosidéros χ A comme ue foctio à valeurs das {0, } N et o das {0, } B (où B est l algèbre de Boole à deux élémets 0 et. Puisque e A χ A (e =, alors χ A (e = = A. e E e A.2.2 Formules d exclusio-iclusio et applicatios Propositio.2.3 Soit A et B deux esembles de cardial A = et B = m. (i Le ombre d applicatios de A das B est m. (ii Le ombre d ijectios de A das B est A m = m =! ( m si m et 0 sio. (iii Le ombre de surjectios de A das B est S(, m = 0 si < m! si = m 0 j m ( m j( m j j si > m. Démostratio : Attetio aux rôles respectifs de et m, e particulier e (ii. (i Il y a m choix possibles pour l image de chaque élémet a,..., a de A, et doc u ombre de choix total (d applicatios de m m m = m } {{ }. fois [À titre d exercice, o pourra faire la démostratio par iductio sur.] (ii Voir la remarque (Attetio! m joue ici le rôle de et celui de. (iii Les deux premiers cas ( m sot triviaux [Pourquoi?] ; le seul cas demadat ue preuve est celui où > m. O peut raisoer, par exemple, sur u modèle d ures : le ombre de surjectios S(, m correspod au

12 6 COMBINATOIRE ET DÉNOMBREMENT ombre de répartitios de boules das exactemet m ures o vides. Le calcul peut se faire directemet ou bie par l itermédiaire d ue relatio de récurrece vérifiée par les S(, m. O obtiet aisi S(, m = 0 j m ( j ( m j (m j = 0 j m ( m j ( m j (Voir l exercice 9 du T.D. 2 pour ue démostratio combiatoire et l exercice 8 du T.D. 3 pour ue résolutio aalytique directe. Défiitio.2.4 Ue combiaiso (avec répétitios d ordre (0 d u esemble E à élémets est u esemble o ordoé de élémets qui appartieet tous à E, mais dot certais peuvet être répétés u ombre quelcoque de fois. U esemble dot certais élémets peuvet être répétés u ombre quelcoque de fois est appelé u multi-esemble. La différece etre ue combiaiso et u arragemet avec répétitios est la suivate. La combiaiso est u multi-esemble o ordoé d élémets, évetuellemet répétés, tadis que l arragemet est ue suite ordoée (Voir le tableau.. Exemple.2.5 Das {a, b, c}, les arragemets disticts d ordre 3 aba et baa correspodet à la même combiaiso d ordre 3 : {a, a, b}. Deux combiaisos peuvet différer soit par leurs élémets, soit par le ombre de répétitios, soit par les deux. Ue combiaiso avec répétitio d ordre d élémets de E = [] cotiedra par exemple occurreces de i, 2 occurreces de i 2,..., p occurreces de i p, avec i j pour tout j, et + + p =. ( Théorème.2.6 Le ombre de partitios d u esemble E à élémets e p classes A,,..., p..., A p ayat chacue i élémets, avec! i =, est! p!. Si i p i = et i N, o ote Sio, o ote par covetio ( i p,..., p ( = 0.,..., p =!! p!. j. Démostratio : Posos A =,..., A p = p ( i N et supposos que i p i =. E supposat A fixé, les élémets de A peuvet être choisis das E de ( faços distictes. Les 2 élémets de A 2 = E \ A peuvet esuite être choisis das E de ( 2 faços distictes, et aisi de suite. Peser à u esemble E coteat + + p = élémets, d où l o effectue p tirages sas remise de i élémet chacu : le premier tirage comporte élémets, le secod 2 élémets, etc., jusqu au p-ième et derier tirage qui comporte p élémets. E raisoat aisi par iductio sur p, o a par coséquet [vérifier]

13 .3. MANIPULATION DE SUITES ET DE SOMMES 7 (,..., p = ( ( ( ( p p = =!!(! (! 2!( 2! ( 2! 3!( 2 3! p! p!!! p!. Corollaire.2.7 Sous les hypothèses du théorème.2.6, (,..., p P p i= i= = p, avec i 0 ( i p. Propositio.2.8 (Formule du multiôme Soit A u aeau et a, a 2,..., a p A permutables (i.e. tels que a i a j = a j a i, pour tout les etiers i < j p et N. Alors, pour i 0 ( i p, ( (a + a a p = (a (a 2 2 (a p p.,..., p P p i= i= ( Les ombres sot appelés les coefficiets multiomiaux.,..., p Exemple.2.9 (x + y + z 4 = = 0 p,q,r 4 p+q+r=4 0 p,q,r 4 p+q+r=4 ( p + q + r p, q, r x p y q z r = ( ( p + q + r q + r q + r r 0 p,q,r 4 p+q+r=4 x p y q z r. (p + q + r! p! q! r! x p y q z r Le triôme (x + y + z 4 est doc u polyôme de degré 4, symétrique e ses trois variables. [Vérifier cette propriété e le calculat par la formule du multiôme, puis e effectuat le produit (x + y + z 4 = (x + y + z 2 (x + y + z 2.].3 Maipulatio de suites et de sommes.3. Suites, sommes et opérateurs Défiitio.3. Soit I N. Ue suite est ue applicatio u : I C. Par covetio, o peut la prologer e ue applicatio d ue partie de Z das C e posat u = 0 si < 0 (ou bie < 0 Z si l o a besoi de faire commecer les suites à 0 0. La suite est otée u ou (u I et so -ième terme u. Quatre opérateurs se défiisset sur ue suite u.

14 8 COMBINATOIRE ET DÉNOMBREMENT. E, l opérateur prédécesseur, est défiie par (Eu u et (Eu 0 0 ; 2. l opérateur produit ( est défiie par (u v u v et (u v 0 u 0 v 0 ; 3., l opérateur différece, est défiie par ( u u u = ( (Id Eu u 0, = Id E Σ, l opérateur de sommatio, est défiie par (Σu i=0 u i. ( (Id Eu et, comme ( u 0 = Das l espace vectoriel ormé E = (C,, ue série est u couple costitué d ue suite (u ( I d élémets de E et de la suite S = 0 i u i, dite somme partielle de la série. Remarques.3.2 O pourra vérifier que est liéaire (i.e. pour tout λ, µ C, (λu + µv = λ u + µ v et motrer les trois égalités ci-dessous (coséqueces immédiates des défiitios des trois opérateurs. i (u v = ( u v + (Eu ( v, ii Σ [ = Σ ] = Id, [ ] iii Σ ( u v = u v Σ (Eu ( v ( sommatio par parties das le discret. (Voir l exercice 6 du T.D., où l opérateur est défii différemmet. Exemple.3.3. Soit fixé, posos u = (, alors, ( u = (. [Pourquoi?] 2. Récurrece fodametale des arragemets (cf. remarque..6 et propositio..5, exercices du T.D Méthodes usuelles de sommatio La maipulatio des sommes fiies, selo la défiitio.3., est extrêmemet usitée mais écessite l emploi de quelques techiques fodametales Sommatio par parties das le discret L évaluatio de ombreuses sommes fiies, se prête bie à l utilisatio de la techique dite de sommatio par parties (das le discret aisi ommée par aalogie étroite avec la méthode classique d itégratio par partie. Exemple.3.4 Évaluatio de l idetité harmoique La suite harmoique H est défiie par H /i (Cette otatio est systématiquemet utilisée ; H est alors ommé le -ième ombre i harmoique. Pour tout > 0, o a ( H = /. Effectuos ue sommatio par parties avec u = + et v = H. Sachat que ( u = pour tout, o obtiet [vérifier] ( ( ΣH = Σ ( u H = u H Σ (Eu (H, d où (ΣH = ( + H (Σ / = ( + H et doc H = ( + H. 0 Cette formule se omme l idetité harmoique (cf. exercice 6 du T.D..

15 .3. MANIPULATION DE SUITES ET DE SOMMES Sommatio d Abel Cosidéros la somme fiie du produit de deux termes positifs E posat A 0 = 0 et A = j a b = = a j, o obtiet la relatio (A A b = A (b b + + A b. a b. A b A b + E fait, la Sommatio d Abel se ramèe à ue sommatio par parties das le discret. Das ue itégrale de Stieljes, elle pred la simple forme d ue itégratio par partie classique (voir le chapitre 4, partie 4.5., théorèmes 4.5. et 4.5.3, sur la formule sommatoire d Euler-Maclauri. Exemple.3.5 Évaluatio de la somme 0 ( H. m Par défiitio, H i /i, le -ième ombre harmoique. Tout d abord, remarquos que, et m (m fixé sot ici supposés etiers et positifs. Comme ( 0 =, le cas où m = 0 se ramèe à l idetité harmoique, précédemmet calculée à l exemple.3.3. Posos A = H et A 0 = H 0 = 0, doc a = / et b = ( m. O peut appliquer la Sommatio d Abel. a b = ( = (( ( ( + H + H. m m m m Le développemet de l idetité s effectue esuite par applicatios ( successives des idetités (ii et (iii de la propositio..6 (pour commecer, par exemple, ( m = ( m m et ( m + ( m = m. Doc, ( = ( ( H + H, m m m m = ce qui permet de faire apparaître la somme cherchée. Cette idetité est valide pour m. Or o sait que pour m =, o retrouve l idetité harmoique. Doc, e posat m = m + et e factorisat, o obtiet la somme cherchée pour tout etier fixé m 0. (L exercice 6 du T.D. offre u autre exemple d applicatio de la Sommatio d Abel. C est l ue des (très ombreuses démostratios de l idetité harmoique Sommatio par perturbatio Cosidéros la somme fiie S = a. La perturbatio de cette somme cosiste à faire apparaître 0 S + de deux maière distictes e isolat so derier terme a + et so premier terme a 0. La relatio s obtiet comme suit, S + a + = a = a = a a +. + a

16 0 COMBINATOIRE ET DÉNOMBREMENT S il est possible d exprimer cette derière somme comme ue foctio simple de S, l équatio obteue permet d obteir rapidemet S comme solutio. La méthode de sommatio par perturbatio foctioe parfaitemet das les cas les plus courats. Mais l expressio de la somme e foctio de S est cepedat i toujours possible, i toujours évidete (cf. l exercice 6 du T.D., à ouveau, pour ue autre démostatio de l idetité harmoique par perturbatio. Exemple.3.6 Soit S = αx (α et x réels 0. Par applicatio directe de la relatio de 0 perturbatio sur S, o a immédiatemet S + αx + = αx αx +. Or 0 Par coséquet, S + αx + = αx S et, pour x, o retrouve la relatio bie coue S = 0 (Si x =, l expressio iitiale doe S = α( Maipulatio de sommes multiples αx = α x+ x. αx + = x S. Les termes d ue somme fiie peuvet se oter à l aide de deux ou plusieurs idices. C est aisi le cas de la somme a i b j = a b + a b 2 + a b 3 + a 2 b + a 2 b 2 + a 2 b 3 + a 3 b + a 3 b 2 + a 3 b 3. i,j 3 Les règles de maipulatio de ces sommes multiples e sot pas très compliquées, mais il faut u peu de rigueur das leur appplicatio. Exemple.3.7 Idetité de Lagrage (a j b a b j 2 = a 2 b 2 j< 2 a b. Le calcul direct du premier membre est fastidieux. Notos doc S (a j b a b j 2 et S j< <j (a b j a j b 2. Les idices j et jouet u rôle symétrique. Par coséquet, o a évidemmet S = S [vérifier]. Au lieu de S, calculos alors (beaucoup plus rapidemet la valeur de 2S = S + S. 2S = (a j b a b j 2 = (a j b a b j 2 (a j b a b j 2. j j, j= Comme la secode somme du membre de droite est ulle, la somme restate doe 2S = a 2 jb 2 + a 2 b 2 j 2 a j b a b j = j, j j, a 2 jb 2 + j, j a 2 b 2 j 2 j a j b a b j

17 .3. MANIPULATION DE SUITES ET DE SOMMES 2S = 2 a 2 b a b Noter que l idetité de Lagrage offre immédiatemet e prime l iégalité de Cauchy [Pourquoi?], 2 a b a 2 b 2.

18

19 Chapitre 2 Relatios de récurrece Ce chapitre traite des relatios et équatios de récurrece. Il développe e particulier quelques méthodes élémetaires de résolutio d équatios récurretes simples. 2. Rappels et gééralités 2.. Exemples de relatios de récurrece 2... Suite de Fiboacci La suite de Fiboacci (F ( N, où F est le -ième ombre de Fiboacci, est défiie par la relatio de récurrece F = F + F 2 si 2, avec F 0 = 0 et F = Nombre d arbres biaires à œuds Défiitio 2.. U arbre biaire B = r, B g, B d étiqueté par l alphabet {r} (la racie de B est défii récursivemet par base (B : l arbre vide est u arbre biaire, i.e. B ; étape iductive (I : si B g et B d sot des arbres biaires, alors B = r, B g, B d est aussi u arbre biaire. O défiit de la même maière le ombre (B de œuds d u arbre biaire à partir de l arbre vide et de B = r, B g, B d : (B a aucu œud et ( = 0 ; (I (B = + (B g + (B d. Lemme 2..2 Le ombre b d arbres biaires ayat œuds est b = b b. =0 Démostratio : (Par iductio sur (B b 0 = (seul l arbre vide a aucu œud. (I L égalité du lemme 2..2 proviet du fait qu u arbre biaire ayat > 0 œuds e peut s obteir que ssi o cosidère tous les arbres biaires possibles de la défiitio 2.. ; i.e., de la forme B = r, B g, B d, où B g possède œuds et B d possède ( œuds (avec 0 [Pourquoi?]. Il existe doc b possibilités pour B g et b choix possibles pour B d, soit b b choix possibles pour B, et ce, pour tout = 0,,...,.

20 4 RELATIONS DE RÉCURRENCE Recherche dichotomique La recherche dichotomique de la première occurrece d u élémet d ue liste ordoée L de logueur cosiste à scider L e deux sous-listes de logueur /2 et /2, puis à effectuer ue recherche récursive. Das le pire des cas, la complexité e temps (i.e. le ombre de comparaisos à effectuer, T max (, vérifie l équatio de récurrece 2..2 Classificatio T max ( = T max ( /2 + si et T max (0 =. Les équatios de récurrece se présetet toutes sous la forme géérale ( u = f {u 0, u,..., u }, J N, (2. avec des coditios iitiales permettat de démarrer la récurrece. Typiquemet, les variable u i de (2. sot des valeurs priset par ue suite, c est-à-dire ue foctio de N ou de Z das C (voir le chapitre, défiitio.3.. Ces relatios se ommet aussi équatios aux différeces ; ce sot les équivalets discrets des équatios différetielles. Das la suite, aussi bie pour les équatios de récurrece liéaires à coefficiets costats ou variables ( 2.2 que pour les récurreces o liéaires ( 2.3, ous ous boros souvet au corps C des complexes. Les coefficiets costats sot doc a priori des complexes o uls et les coefficiets variables des foctios à valeurs das C. E effet, C est u corps algébriquemet clos, i.e. tout polyôme o costat à ue idétermiée de C[X] possède au mois ue racie das C (théorème de d Alembert-Gauss. Autremet dit, tout polyôme à ue idétermiée et de degré d de C[X] se décompose e u produit uique de d polyômes de degré [Pourquoi?]. Les diverses méthodes de résolutio s appliquet doc aturellemet das C sauf pour certaies récurreces o liéaires. Les équatios de récurrece se classet selo trois critères (et sous-critères.. La foctio f peut être ue combiaiso liéaire, qui peut avoir des coefficiets costats (exemples et 3 ci-dessus ou variables ; la récurrece est alors liéaire ; u polyôme (exemple 2 ci-dessus ; la récurrece est polyomiale. 2. Caractérisatio de l esemble des u p utiles pour calculer u (J est l esemble des idices de ces u p. Si l o a besoi de u,..., u, J { } et la récurrece est dite d ordre (exemples et 3 ci-dessus, respectivemet d ordre 2 et ; Si l o a besoi de u 0,..., u, J = { } et o dit que la récurrece est complète (exemple 2 ci-dessus ; Si l o a besoi que de u /a, avec a N costat (a >, J = { a } et la récurrece est dite de partitio (exemple 3 ci-dessus : diviser pour règer. 3. La foctio f comporte ou o des paramètres et variables autres que les u i, i <. Si f e déped que des u i, i <, la récurrece est homogèe (exemples et 2 ci-dessus ; Si f déped d autres ( termes que les u i, la récurrece est o homogèe, le plus souvet de la forme u Soit v = f = f ( {v p p < } {u p p < } + g(, où g( est le secod membre (exemple 3 ci-dessus., J N, ue équatio de récurrece. Résoudre cette équatio cosiste à trouver ue suite (u ( N telle que pour tout J, u =

21 2.2. EQUATIONS DE RÉCURRENCE LINÉAIRES 5 ( f {u p p < }. O s itéressera par ailleurs aux solutios qui vérifiet des coditios iitiales doées par u esemble de valeurs {a i ( I u = a. i I N}. Ue suite vérifie les coditios iitiales e questio si ( Propositio 2..3 Soit v = f {v p p < } ue équatio de récurrece. Supposos f partout défiie. Alors l équatio de récurrece admet au mois ue solutio u qui est défiie de maière uique ssi (i f est ue récurrece complète et u 0 est doée ; (ii f est ue récurrece d ordre et u 0,..., u sot doées ( valeurs iitiales sot fixées ; (iii f est ue récurrece de partitio de la forme v = f(v /a et tous les u j sot doés, das le cas où j < a, ou das celui où j a avec a e divisat pas j. Démostratio : La preuve de l existece d au mois ue solutio u à l équatio de récurrece v peut s effectuer par iductio das les trois cas (i, (ii et (iii. L uicité se démotre simplemet das les cas (i et (ii [Commet?], mais elle est plus difficile à prouver das le cas (iii [Pourquoi?]. E combiat les clauses (i et (ii, o obtiet des coditios écessaires et suffisates d existece et d uicité des solutios pour les récurreces d ordre et les récurreces complètes. Remarques 2..4 La coditio d uicité de la solutio des récurreces de partitio est assez cotraigate. Das la pratique, o l obtiet soit e restreigat le domaie à ue partie de N seulemet, soit e aalysat le comportemet asymptotique de la solutio quad (sous la forme d u équivalet, d u ordre de gradeur e O( ou e Θ(, etc. Das ce derier cas, il faut évidemmet faire des hypothèses plus restrictives sur les foctios f(u /a et g(, secod membre g( de la récurrece de partitio de f : sa foctio de coût. Ces hypothèses sot heureusemet presque toujours vérifiées par les foctios de complexité des algorithmes ; les exceptios sot rarissimes (voir la propositio 2.3. et les chapitres 3 et 4 pour l aalyse de complexité d algorithmes classiques. Exemple Soit la récurrece de partitio u = b u /a + g(. Supposos u doée, alors u est défiie de maière uique sur E a = { = a N}. O résout cette récurrece e posat v = u a, ce qui permet de se ramèer à ue récurrece liéaire d ordre [vérifier]. 2. Soit la récurrece de partitio u = 2u /2 pour > et u =. Alors, u est uiquemet détermiée sur E 2 = { = 2 N}. Mais, tadis que u 2 = 2 est détermiée de maière uique, pour = 2 p avec p impair o a u = 2 u p et u est détermiée qu au coefficiet u p près [Pourquoi?]. 2.2 Equatios de récurrece liéaires 2.2. Récurreces liéaires homogèes à coefficiets costats Ue récurrece liéaire homogèe d ordre à coefficiets costats est de la forme ( u = a u + + a u. (2.2

22 6 RELATIONS DE RÉCURRENCE Méthode du polyôme caractéristique Défiitio 2.2. Das C[X], le polyôme caractéristique de l équatio (2.2 s écrit P (x x a x a x a, et l équatio caractéristique de la récurrece (2.2 est défiie par x a x a x a = (x r m (x r 2 m2 (x r p mp = 0, où les r j C ( j p sot les p zéros de P, chacu état compté avec so ordre de multiplicité m j tel que j p m j =. Propositio L esemble des solutio de l équatio (2.2, récurrece liéaire d ordre, costitue u espace vectoriel de dimesio sur C. La forme des solutios déped des zéros du polyôme P et de leurs ordres de multiplicité respectifs. (i Si P (x a racies simples distictes r,..., r, alors les suites (ri ( N et i =, 2,..., formet ue base de l espace vectoriel des solutios de (2.2. La solutio de (2.2 est doc u = λ i ri, où les λ i sot détermiés de maière uique par les valeurs iitiales u 0,..., u. i (ii Si P (x admet les racies r j (j =, 2,..., p, avec p, la racie r j ayat pour ordre de multiplicité m j tel que j =, 2,..., p et p j= m j =, alors les suites { (r ( ( j, r j,..., m j rj } j =,..., p, N formet ue base de l espace vectoriel des solutios de (2.2. La solutio uique de (2.2 est doc de la forme u = de degré m j. j p Q j ( r j, où Q j ( est u polyôme e Remarques (i est u cas particulier de (ii avec p = et m j = : les racies y sot deux à deux distictes, doc d ordre de multiplicité (ou racies simples. [Vérifier les solutios de la propositio das les cas (i et (ii.] Lemme Si r est racie d ordre m de P (x, alors r est aussi racie de P (r, P (r,... et P (m (r, où P ( (r est la dérivée d ordre de P e x = r. Exemple Soit la récurrece de la suite de Fiboacci, F = F + F 2 pour 2, avec F 0 = 0 et F =. So équatio caractéristique est r 2 r = 0 qui a pour racies simples r = et r 2 = 5 2 [vérifier]. La solutio géérale est doc de la forme F = λ r + λ 2 r2. Les valeurs iitiales de la suite détermiet celles de λ et λ 2 : pour = 0, λ + λ 2 = 0 et, pour =, λ r + λ 2 r 2 =. Par suite, λ = / 5 et λ 2 = / 5. O ote traditioellemet φ et 5 2 φ = φ. Le -ième terme de la suite de Fiboacci est doc [vérifier] F = (φ φ. 5

23 2.2. EQUATIONS DE RÉCURRENCE LINÉAIRES 7 2. Soit la récurrece t 3t 4t 2 = 0 pour 2, avec t 0 = 0 et t =. So équatio caractéristique est r 2 3r 4 = 0, dot les racies simples sot et 4 ; sa solutio géérale est doc t = λ ( + λ 2 4. Les valeurs de λ et λ 2 état fouries par les coditios iitiales, λ = /5 et λ 2 = /5 [vérifier]. Fialemet, t = 4 5 ( 5 3. Soit la récurrece u = 5u 8u 2 + 4u 3 pour 3, avec u 0 = 0, u = et u 2 = 2. So équatio caractéristique est r 3 5r 2 + 8r 4 = (r (r 2 2 = 0, dot les racies sot (simple et 2 (de multiplicité 2 [vérifier]. La solutio géérale de la récurrece est doc u = λ + µ 2 + µ 2 2. Les valeurs de λ, et des µ i sot doées par les coditios iitiales : λ = 2, µ = 2 et µ 2 = /2 [vérifier]. Par coséquet, u = Méthode matricielle. Résolutio d u système d équatios de récurrece liéaires Soit le système de deux récurreces liéaires simultaées homogèes d ordre suivat, { u = au + bv v = cu + dv, où a, b, c, d C. L écriture matricielle du système de récurreces liéaires est évidemmet ( ( ( u a b u = v c d v ( = M u0. v 0 Pour le préset système, M est la matrice d u edomorphisme f d u espace vectoriel E de dimesio 2 sur C, représeté das ue base B de E. Les valeurs propres λ i de M sot les racies du polyôme caractéristique P (λ C[X], où I est la matrice idetité de l aeau des matrices carrées sur le corps C : P (λ = det(m λi = a λ b c d λ. Sas détailler les (deux coditios écessaires et suffisates de diagoalisatio de f, et doc de la matrice M, rappelos que la matrice diagoale D de M, si elle existe, est détermiée par les valeurs propres λ i C de f (i.e. de M. La matrice diagoale D = P MP est semblable à M, où P est la matrice de passage de la base B de E das la base des vecteurs propres associés aux λ i. Ici, dim C E = 2 et les deux valeurs propres (λ et λ 2 peuvet être égales (ue valeur propre complexe double ou distictes (deux valeurs propres complexes simples. Das ce derier cas, M est diagoalisable das C, corps algébriquemet clos. Quoi qu il e soit, ( D λ = 0 0 λ, 2 avec M = P D P [vérifier]. D où les valeurs de u et v, ( ( u = P D P u0. v v 0.

24 8 RELATIONS DE RÉCURRENCE 2. Résolutio d ue équatio de récurrece liéaire Soit la récurrece liéaire homogèe d ordre à coefficiets costats suivate, u = a u + a u. Elle peut s écrire sous forme matricielle [vérifier] u a a 2 a a u u. = u u u u u u 2 = M. = M u 2. u u E raisoat comme das le cas du système de récurreces simultaées ci-dessus, le calcul des valeurs propres distictes λ i de M ( i, permet de diagoaliser M das la base de ses vecteurs propres via sa matrice de passage P (voir la défiitio et la méthode das le cas précédet. O obtiet doc, comme ci-dessus [vérifier], λ λ 2 0 M = P P 0 0 λ Soit, e écrivat la matrice diagoale D de M, λ λ 2 0 D =......, 0 0 λ u u. = P D P u + qui costitue la solutio de l équatio récurrete iitiale. u u Remarques La méthode matricielle e s applique qu à des récurreces liéaires d ordre quelcoque, homogèes et à coefficiets costats das u corps. Elle s utilise essetiellemet pour résoudre des systèmes de récurreces simultaées, comme das le premier cas Récurreces liéaires géérales à coefficiets costats Ue équatio de récurrece liéaire géérale, o homogèe, d ordre, à coefficiets costats est de la forme u = a u + + a u + f(. (2.3 Propositio L esemble des solutios de l équatio (2.3, récurrece liéaire o homogèe d ordre, est u espace affie de dimesio sur C. L espace vectoriel associé est l esemble des solutios de l équatio homogèe (2.2 correspodate.. u,

25 2.2. EQUATIONS DE RÉCURRENCE LINÉAIRES Méthode des coefficiets idétermiés Pour obteir la solutio géérale de (2.3, il suffit d exhiber ue solutio particulière v de (2.3, puis de résoudre l équatio homogèe associée (2.2 de solutio géérale w. La solutio u de la récurrece (2.3 s obtiet alors sous la forme u = v + w, les coefficiets de w état détermiés par les coditios iitiales [Pourquoi?]. Cette méthode de résolutio est idetique à celle utilisée pour les équatio différetielles liéaires o homogèes à coefficiets costats. Das les deux cas, la difficulté réside das l absece de méthode stadard pour trouver ue solutio particulière v de l équatio géérale sauf pour certaies classes de foctios f( simples du type de celles cosidérées au (méthode du polyôme caractéristique. Exemple Soit l équatio de récurrece u = 2u + pour, avec u 0 =. O peut voir que v = 2 est ue solutio particulière de cette équatio [vérifier]. Comme l équatio homogèe associée s écrit w = 2w, sa solutio est de la forme w = λ2 [vérifier]. La solutio géérale de la récurrece est doc u = λ2 +v et, e teat compte de u 0 = et v 0 = 0, o obtiet λ = [vérifier]. Fialemet, u = = Méthode du polyôme caractéristique Cette méthode s applique lorsque le secod membre f( de l équatio géérale o homogèe (2.3 l est de la forme (simple f( = b i P i (, où P i ( est u polyôme e de C[X] et b i C est o ul. i= Propositio Soit la relatio de récurrece défiie pour tout par u = a u + + a u + l b i P i (, (2.4 i= où les b i 0 sot tous disticts et P i ( est u polyôme e de degré d i. Alors, u est solutio d ue récurrece liéaire homogèe d ordre q = + u = c u + + c q u q. So polyôme caractéristique est P (x = x q c x q c q et s écrit l (d i + : i= l P (x = (x a x a (x b i di+ = i= p l (x r j mj (x b i di+, j= i= où les r j C ( j p sot les p zéros de P, chacu état compté avec so ordre de multiplicité m j ( j p m j =. D après la propositio 2.2.7, la solutio uique de l équatio récurrete (2.4 est doc de la forme u = Q j ( rj, où r j est ue racie d ordre de multiplicité m j du polyôme caractéristique P (x j p et Q j ( est u polyôme de degré m j.

26 20 RELATIONS DE RÉCURRENCE Démostratio : (Idée de la preuve Cosidéros u exemple simple d équatio de récurrece de la forme (2.4, u = αu + β, où α, β 0. Cette récurrece est liéaire, o homogèe d ordre, à coefficiets costats. O peut se rameer aisémet à ue récurrece liéaire homogèe d ordre 2 e écrivat l équatio de deux maières différetes faisat chacue apparaître β +, puis e simplifiat esuite par soustractio ces deux équatios : u + = αu + β + βu = αβu + β + ( β u + βu = αu αβu. Soit u + = (α + βu αβu. L équatio récurrete obteue est bie liéaire homogèe d ordre 2, et so polyôme caractéristique est r 2 (α + βr + αβ = (r α(r β [vérifier]. Ses solutios sot doc de la forme géérale coue dot la solutio uique déped d ue valeur iitiale de la récurrece... Si α β, u = c α + c 2 β (2 racies simples. Si α = β, u = c α + c 2 α ( racie d ordre 2. (La propositio est évidemmet plus logue et plus difficile à démotrer das le cas d ue équatio récurrete de la forme (2.4, mais l idée de base est similaire. Exemple La récurrece u = 2u pour, avec u 0 = 0 est de la forme (2.4. Les coditios de la propositio sot vérifiées. Ici, l = 2, b =, P ( = et b 2 = 2, P 2 ( = ; le degré de P ( est et celui de P 2 ( est 0. L équatio caractéristique s écrit (r 2(r 2 (r 2 = 0 [vérifier] et ses racies sot et 2, chacue de multiplicité 2. La solutio géérale de la récurrece est doc de la forme u = λ + λ 2 + µ 2 + µ 2 2. À partir de la récurrece, o sait de plus que u = 3, u 2 = 2 et u 3 = 35 ; le calcul des λ j et des µ j s esuit. D où la solutio [vérifier], Méthode des facteurs sommats u = Si la méthode est très simple elle e s applique cepedat qu aux équatios de récurrece liéaires d ordre, homogèes ou o. E outre, la gééralisatio de cette méthode aux équatios récurretes o homogèes ou/et à coefficiets variables s avère souvet d utilisatio malaisée (cf. exercice du devoir d octobre Deux exemples suffiset à saisir le pricipe de la méthode des facteurs sommats. Exemple Soit la récurrece 2. Cosidéros à ouveau l équatio récurrete (2.4 de la propositio u = αu + β, où α, β 0.

27 2.2. EQUATIONS DE RÉCURRENCE LINÉAIRES 2 La méthode des facteurs sommats cosiste à écrire la récurrece pour αu, α 2 u 2, etc., jusqu à α u, où u est la valeur iitiale coue (ici u 0 par exemple, et doc =, puis de sommer... u = αu + β ( α 0 αu = α 2 u 2 + αβ ( α α u = α u 0 + α β. ( α Si α β, o obtiet e sommat et e simplifiat das les deux membres [vérifier], u = α u 0 + α β = α u 0 + β (α/β =0 u = α u 0 + β (α/β α/β. Si α = β, u = α u 0 + α et, das les deux cas, o retrouve la solutio de l équatio récurrete (2.4 de la propositio Soit la récurrece u = 2u + pour > 0, avec u 0 = 2. O réécrit la récurrece pour 2u, 2 2 u 2, etc., jusqu à u = 2 u E sommat et e simplifiat les deux membres des équatios obteues, il viet [vérifier] =0 u = (. =0 Le seul calcul à effectuer reste celui de la somme. Ce type de somme fiie peut se calculer de ombreuses maières, par parties, par perturbatio, par Sommatio d Abel, etc. (cf. exercices 6 et 8., T.D.. Ici, la somme vaut 2 /2 = (voir l exercice 8. du T.D.. Fialemet, après simplificatios [vérifier], =0 u = Récurreces liéaires à coefficiets variables La forme géérale de ce type d équatios récurretes est a( u = b( u + c(,, où a( et b( e sot pas idetiquemet ulles (sio la récurrece est pas défiie. Sas perte de gééralité, o peut doc supposer que a( = (sio, o divisat par a( 0 et se ramèer aisi à la forme u = b( u + c(, > 0. Cette classe de récurreces se résout essetiellemet grâce aux séries géératrices (voir le chapitre 3. O peut aussi utiliser la méthode des facteurs sommats pour certais types de récurreces liéaires d ordre où la foctio c( est simple (cf. exemple 2.2. ci-dessus. Plus gééralemet, o cherche surtout à évaluer rapidemet ( ϕ(, ordre ( de gradeur asymptotique de la solutio quad : u ϕ(, u = O ϕ( ou u = Θ ϕ( (voir le chapitre 4.

28 22 RELATIONS DE RÉCURRENCE 2.3 Equatios de récurrece o liéaires 2.3. Récurreces de partitio et chagemet de variable Ces récurreces apparaisset e particulier das les aalyses de complexité d algorithmes du type diviser pour réger où o scide u problème de taille e b sous-problèmes de taille /a (a, b etiers > 0, le surcoût de la créatio et de la résolutio état oté c(. O a alors, pour >, la récurrece u = b u /a + c(. Pour résoudre cette classe d équatio, o restreit le domaie aux etiers de la forme a et o effectue le chagemet de variable v = u a. O a doc u a = b u a + c(a, soit v = b v +c(a, ce qui ous ramèe à ue récurece liéaire o homogèe d ordre (cf Par la méthode des facteurs sommats, o peut alors obteir facilemet v = v 0 b + b j c(a j+. j= Soit, comme = a et doc = log a (, u = v 0 b log a ( + log a ( j= b j c(/a j. (2.5 La résolutio s arrête ici (e (2.5, faute d hypothèse supplémetaire sur la foctio c(... [Pourquoi?]. La propositio 2.3. qui suit restreit la classe des foctios c( de maière à permettre u calcul asymptotique de u selo les valeurs relatives de b et c(a. Propositio 2.3. Soit u = b u /a + c(, avec a, 0 N et b R (a 2, b > 0 et 0 et soit E = { N log a (/ 0 N} = { N ( N = 0 a }. Supposos de plus que u est mootoe croissate pour 0 et que la foctio de coût c : E R + est multiplicative (i.e., c(xy = c(x c(y, x, y E. Alors, quad, u = Θ ( log a c(a si b < c(a, Θ ( log a b log a si b = c(a, Θ ( log a b si b > c(a. Démostratio : (Idée À partir de la formule (2.5 démotrée ci-dessus, et e teat compte du fait que la foctio c( est multiplicative (cf. l exercice 8.2 du T.D. 2, u s écrit u = v 0 b log a ( + log a ( j= b j c( c(a j, Le terme asymptotique domiat e O se calcule esuite e distiguat les trois cas : b < c(a, b = c(a et b > c(a. (La démostratio complète est l objet de l exercice 8.2 du T.D. 2. L hypothèse additioelle de croissace mootoe de u à partir d ue certaie valeur 0 permet d obteir u résultat plus fi, l ordre de gradeur asymptotique exact de u (e Θ(. Le cas où la foctio de surcoût c( est u moôme de la forme c p (c R, p N est u cas particulier importat de cette propositio (cf. l exercice 8.3 du T.D. 2.

29 2.3. EQUATIONS DE RÉCURRENCE NON LINÉAIRES 23 Remarques Das ces récurreces de partitio, la solutio obteue est valide que pour la restrictio du domaie aux etiers de la forme = a [Pourquoi?]. Iévitablemet, ces solutios sot doc a priori approchées ; ce sot des approximatios asymptotiques (pour :, O( ou Θ( (cf. les chapitres 2 et 3. Des solutios valides sas restrictio peuvet cepedat être obteues moyeat des hypothèses plus fortes sur u. Plus précisémet, la solutio u est valide pour tout etier N et o pour la restrictio du domaie aux etiers de la forme = a seulemet sous les hypothèses suivates (coditios écessaires et suffisates :. Sous la forme d ue récurrece de partitio, la suite (u est mootoe o décroissate pour 0 ( 0 N quelcoque. ( 2. Si la solutio u peut s écrire u = Θ f( (e ordre de gradeur asymptotique exact quad, alors la foctio f( doit être lisse, i.e. (par défiitio ( ( λ R + f(λ = O f(. Exemple Ue classe de foctios de complexité lisses : {f( = α p log q ( + β}, où α, β, p et q, sot des réels quelcoques [vérifier]. C est le cas pour les foctios log, log(, 3/2 log 3 (, 2, log 3, etc., où log est la foctio logarithme de base quelcoque [vérifier. Pourquoi de telles foctios lisses sot-elles écessaires?] Trasformatio du domaie Chagemet de variable Motros u exemple de ce type de trasformatio où l o effectue u chagemet de variable pour déduire la solutio exacte d ue récurrece liée aux fractios cotiues. a = E itérat cette récurrece, o obtiet + a pour > 0, avec a 0 =. (2.6 a 0 = a = + = 2 a 2 = a 3 = + + = = = = 3 5 a 4 = = = 5 8

30 24 RELATIONS DE RÉCURRENCE et aisi de suite... À partir de ces valeurs iitiales, o recoaît les ombres de Fiboacci, ce qui suggère ue solutio de la forme a = b /b. E la substituat das (2.6, il viet [vérifier] b b = Divisos les deux membres par b, b = pour >, avec b 0 = b =. + b 2 b b + b 2 pour > 0, avec b 0 = b =. D où la valeur b = F + [vérifier], dot o tire la solutio de (2.6, a = F F +. Aisi, quad croît, a se rapproche toujours plus de /φ = 2/( + 5 = 0, [vérifier] et ce, par valeur iférieure et supérieure selo la parité de : a > /φ pour pair et a < /φ pour impair (a 0 =, a = 0, 5, a 2 = 0, , a 3 = 0, 6, a 4 = 0, 625, etc. [vérifier]. Remarques Fractios cotiues et ombres réels Soit u ombre complexe x. x est u ombre ratioel s il existe deux etiers ratioels p et q 0 tels que qx = p : forme x = p/q, x est u ombre irratioel s il est pas ratioel : 2. x est algébrique s il est solutio d ue équatio polyomiale à coefficiets ratioels : 2, i, cos(π/ ( N. x est trascedat s il est pas algébrique : π, e, etc.. O ote [0 ] [0 ] la fractio cotiue ifiie qui représete le ombre irratioel /φ. De même, + /φ = [ ] est la fractio cotiue du ombre irratioel φ =, [vérifier]. 2. La fractio cotiue du ombre irratioel 2 peut s écrire sous la forme d ue récurrece du type (2.7 a = 2 + a pour >, et a 0 =. (2.7 Il e est de même pour la fractio cotiue qui représete le ombre irratioel φ 2, où φ = + 5 2, qui peut s écrire sous la forme de récurreces de type (2.8 avec φ 2 = ( a = 3 pour >, et a 0 = ou ecore a a = 3a pour >, et a 0 =. (2.8 a = La forme géérale (2.9 d ue récurrece de fractio cotiue est doc a = αa β a pour >, et a 0 =. (2.9 (D autres récurreces o liéaires sot proposées à l exercice 4 du T.D. 2.

31 2.3. EQUATIONS DE RÉCURRENCE NON LINÉAIRES Répertoire La méthode du répertoire cosiste à détermier ue famille de foctios bie coues, similaires à celle que l o recherche, et à les combier pour obteir ue solutio exacte. Cette techique s applique au premier chef aux récurreces liéaires : relâcher les coditios iitiales de la récurrece e itroduisat u terme foctioel ; substituer des foctios coues das la récurrece iitiale afi d e déduire des idetités semblables à la récurrece ; former des combiaisos liéaires de ces idetités afi d e tirer ue équatio idetique à la récurrece iitiale. Cosidéros par exemple la récurrece a = ( a a 2 + pour >, avec a 0 =, a = 2. (2.0 Itroduisos la quatité f( das le membre droit de (2.0 afi de résoudre a = ( a a 2 + f( pour > ; f( =, a 0 =, et a = 2. Pour y parveir, o ijecte das (2.0 divers a possibles et o costruit u répertoire des récurreces que l o sait résoudre e examiat les f( correspodats et e oubliat mometaémet les coditios iitiales. Pour l exemple de la récurrece (2.0, o aboutit à la table suivate. a f( = a ( a + a La première lige dit que a = est solutio avec f( = 2 (et les coditios iitiales a 0 =, a = ; la deuxième lige dit que a = est solutio avec f( = (et les coditios iitiales a 0 = 0, a = ; efi, la derière lige dit que a = 2 est solutio avec f( = + (et les coditios iitiales a 0 = 0, a = [vérifier]. O obtiet d autres solutios par combiaisos liéaires des précédetes. Si l o soustrait la troisième lige de la première, o e déduit que a = 2 est solutio avec f( = (et les coditios iitiales a 0 =, a = 0. O obtiet aisi deux solutios correspodat à f( = que l o combie pour obteir les boes valeurs iitiales et, fialemet, a = [vérifier]. Cette méthode par répertoire est utilisée par D. Kuth et A. Schöhage pour résoudre la récurrece vérifiée par la complexité e moyee du tri rapide ou Quicsort. (Voir le T.D. 2, exercice 5, pour l aalyse e moyee du Quicsort et [9, p. 2-24] pour la méthode du répertoire Reboutemet ( Bootstrappig Il est parfois possible de devier la solutio approchée d ue récurrece. La méthode de reboutemet cosiste alors à cotraidre cette solutio approchée de maière à e obteir ue ouvelle, plus précise (voir le chapitre 4, 4.6., sur le reboutemet comme méthode asymptotique. Calculer les valeurs umériques à l aide de la récurrece. Devier la forme approchée de la solutio.

32 26 RELATIONS DE RÉCURRENCE Appliquer la récurrece à sa solutio approchée. E déduire des bores plus proches de la solutio. Preos comme exemple la récurrece de Fiboacci, a = a + a 2 + pour >, avec a 0 =, a =. O remarque tout d abord que a est croissate, doc a > a 2 et, par suite, a > 2a 2. Par iductio, sur, o voit que a > 2 /2, doc a a ue croissace au mois expoetielle [vérifier]. Par ailleurs, l iégalité a > a 2 implique a < 2a, c est-à-dire, par iductio, a < 2. Le terme a est doc boré par deux foctios de croissace expoetielle [vérifier]. Il est doc aturel de peser à ue solutio de la forme a c 0 α, où 2 < α < 2. D après la récurrece iitiale, α doit vérifier l équatio α 2 α = 0, doc α = φ ou φ [vérifier]. Ue fois α determiée, il suffit de reveir à la récurrece et d utiliser les valeurs iitiales pour calculer les coefficiets corrects Perturbatio Le pricipe cosiste ici à trouver ue solutio approchée d ue récurrece doée e résolvat ue récurrece plus simple et très voisie. Cette méthode est typique d ue approche géérale qui cosiste à extraire la partie domiate de la récurrece, résoudre la récurrece aisi obteue, puis comparer ses solutios à celles de la récurrece iitiale. Cette techique s apparete aux méthodes par perturbatio utilisées e aalyse umérique. Modifier légéremet la récurrece pour e obteir ue que l o sait résoudre. Obteir ue récurrece décrivat l écart etre la récurrece modifiée et la récurrece iitiale. Borer les écarts. Soit par exemple la récurrece a = 2a + a 2 pour >, avec a 0 =, a = 2. (2. Il semble raisoable de supposer que le derier terme de (2., e / 2, apporte qu ue faible cotributio à la récurrece, d où a 2a. O doit doc s atttedre à ue croissace du type a 2. Pour préciser ce poit, cosidéros la suite b = 2b pour >, avec b 0 =, (2.2 c est-à-dire b = 2, et comparos les récurreces (2. et (2.2 à l aide du quotiet D après (2. [vérifier], ρ = a b = a 2. ρ + = ρ ρ pour > 0, avec ρ 0 =. Il est clair que la suite (ρ est croissate [vérifier]. Pour prouver qu elle est majorée, o remarque [vérifier] que ( ρ + ρ pour 0,

Dénombrement - Combinatoire Cours

Dénombrement - Combinatoire Cours Déombremet - Combiatoire Cours La combiatoire (ou aalyse combiatoire) étudie commet compter des objets. Elle fourit des méthodes de déombremet particulièremet utiles e probabilité. U des pricipaux exemples

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Logique, esembles et applicatios Exercices de Jea-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-fracefr * très facile ** facile *** difficulté moyee **** difficile ***** très difficile I :

Plus en détail

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1)

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1) Uiversités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Aalyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 3 : Foctios d ue variable réelle (1) 1 Lagage topologique das R Défiitio 1 Soit a u poit de R. U esemble V R est u voisiage de a s

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 6 [ 02475 ] [correction] Si n est un entier 2, le rationnel H n =

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 6 [ 02475 ] [correction] Si n est un entier 2, le rationnel H n = [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 1 juillet 14 Eocés 1 Nombres réels Ratioels et irratioels Exercice 1 [ 9 ] [correctio] Motrer que la somme d u ombre ratioel et d u ombre irratioel est u ombre irratioel.

Plus en détail

Loi binomiale. Niveau : Première S + SUP (Convergence) Prérequis : Variable aléatoire, espérance, variance, théorème limite central, loi de Poisson

Loi binomiale. Niveau : Première S + SUP (Convergence) Prérequis : Variable aléatoire, espérance, variance, théorème limite central, loi de Poisson 4 L E Ç O N Loi biomiale Niveau : Première S + SUP (Covergece) Prérequis : Variable aléatoire, espérace, variace, théorème limite cetral, loi de Poisso 1 Loi de Beroulli Défiitio 41 Loi de Beroulli Soit

Plus en détail

Sciences Po Option Mathématiques

Sciences Po Option Mathématiques Scieces Po Optio Mathématiques Epreue 3 Vrai-Fau Questio FAUX La suite ( u ) état géométrique de raiso différete de, o a classiquemet, pour tout etier aturel : où q est la raiso de la suite ( u ) Ici,

Plus en détail

Limites des Suites numériques

Limites des Suites numériques Chapitre 2 Limites des Suites umériques Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Limite fiie ou ifiie d ue suite. Limites et comparaiso. Opératios sur les ites. Comportemet

Plus en détail

Correction CCP maths 1 MP

Correction CCP maths 1 MP mai 4 Avertissemet : Il subsiste certaiemet quelques coquilles... Exercice : ue itégrale double Correctio CCP maths MP Pour calculer cette itégrale, o effectue le chagemet de variable e coordoées polaires

Plus en détail

CHAPITRE 2 SÉRIES ENTIÈRES

CHAPITRE 2 SÉRIES ENTIÈRES CHAPITRE 2 SÉRIES ENTIÈRES 2. Séries etières Défiitio 2.. O appelle série etière toute série de foctios ( ) f dot le terme gééral est de la forme f ()=a, où (a ) désige ue suite réelle ou complee et R.

Plus en détail

SESSION DE 2004 CA/PLP

SESSION DE 2004 CA/PLP SESSION DE 4 CA/PLP CONCOURS EXTERNE Sectio : MATHÉMATIQUES SCIENCES PHYSIQUES COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES Durée : 4 heures L usage des calculatrices de poche est autorisø (coformømet au directives de

Plus en détail

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1 Premières propriétés des ombres réels 2 Suites umériques 3 Suites mootoes : à faire 4 Séries umériques 4. Notio de série. Défiitio 4.. Soit (u ) ue suite de ombres réels ou complexes. Pour N N, o ote S

Plus en détail

Inégalités souvent rencontrées

Inégalités souvent rencontrées Iégalités souvet recotrées Recotres Putam 004 Uiversité de Sherbrooke Jea-Philippe Mori Théorie Certaies iégalités sot deveues célèbres e raiso de leur grade utilité Elles sot aussi souvet au coeur de

Plus en détail

1 Mesure et intégrale

1 Mesure et intégrale 1 Mesure et itégrale 1.1 Tribu boréliee et foctios mesurables Soit =[a, b] u itervalle (le cas où b = ou a = est pas exclu) et F ue famille de sous-esembles de. OditqueF est ue tribu sur si les coditios

Plus en détail

On obtient la formule de Pascal en prenant le cardinal :

On obtient la formule de Pascal en prenant le cardinal : Colles du 3 ovembre 014 Solutio de la questio de cours 1. (i) Soit E u esemble de cardial. L esemble (E) peut alors être partitioé comme suit : (E) (E), où (E) est l esemble des parties de E de cardial.

Plus en détail

FONCTION EXPONENTIELLE

FONCTION EXPONENTIELLE FONCTION EXPONENTIELLE I. RAPPELS : METHODE D EULER Si f est ue foctio dérivable e x 0, o sait que f(x 0 + h) a pour approximatio affie f(x 0 ) + f '(x 0 )h O peut doc sur de "petits" itervalles, approcher

Plus en détail

Séries entières. Chap. 09 : cours complet.

Séries entières. Chap. 09 : cours complet. Séries etières Chap 9 : cours complet Rayo de covergece et somme d ue série etière Défiitio : série etière réelle ou complee Théorème : lemme d Abel Théorème : itervalle des valeurs positives où ue série

Plus en détail

EXERCICES : DÉNOMBREMENT

EXERCICES : DÉNOMBREMENT Chapitre 7 ECE 1 - Grad Nouméa - 015 EXERCICES : DÉNOMBREMENT LISTES / ARRANGEMENTS Exercice 1 : Le code ativol Pour so vélo, Toto possède u ativol a code. Le code est ue successio de trois chiffres compris

Plus en détail

Exercices - Variables aléatoires discrètes : corrigé. Variables discrètes finies - Exercices pratiques

Exercices - Variables aléatoires discrètes : corrigé. Variables discrètes finies - Exercices pratiques Variables discrètes fiies - Exercices pratiques Exercice - Loi d u dé truqué - L2/ECS -. X pred ses valeurs das {,..., 6}. Par hypothèse, il existe u réel a tel que P (X k) ka. Maiteat, puisque P X est

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1 [htt://m.cgeduuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Eocés 1 Déombremet Exercice 1 [ 01529 ] [correctio] Soiet E et F deux esembles fiis de cardiaux resectifs et. Combie y a-t-il d ijectios de E das F?

Plus en détail

Séries réelles ou complexes

Séries réelles ou complexes 6 Séries réelles ou complexes Comme pour le chapitre 3, les suites cosidérées sot a priori complexes et les résultats classiques sur les foctios cotiues ou dérivables d ue variable réelle sot supposés

Plus en détail

Exo7. Déterminants. = 4(b + c)(c + a)(a + b). c + a c + b 2c Correction. b + a 2b b + c. Exercice 2 ** X a b c a X c b b c X a c b a X

Exo7. Déterminants. = 4(b + c)(c + a)(a + b). c + a c + b 2c Correction. b + a 2b b + c. Exercice 2 ** X a b c a X c b b c X a c b a X Exo7 Détermiats Exercices de Jea-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-fracefr * très facile ** facile *** difficulté moyee **** difficile ***** très difficile I : Icotourable T : pour

Plus en détail

Dénombrement. Introduction. 1 Cardinaux d'ensembles nis. ECE3 Lycée Carnot. 12 novembre 2010. 1.1 Quelques dénitions

Dénombrement. Introduction. 1 Cardinaux d'ensembles nis. ECE3 Lycée Carnot. 12 novembre 2010. 1.1 Quelques dénitions Déombremet ECE3 Lycée Carot 12 ovembre 2010 Itroductio La combiatoire, sciece du déombremet, sert comme so om l'idique à compter. Il e s'agit bie etedu pas de reveir au stade du CP et d'appredre à compter

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Séries etières Eercices de Jea-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-fracefr * très facile ** facile *** difficulté moyee **** difficile ***** très difficile I : Icotourable Eercice

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1. Exercice 7 [ 02253 ] [Correction] Soient (u n ) et (v n ) deux suites telles que

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1. Exercice 7 [ 02253 ] [Correction] Soient (u n ) et (v n ) deux suites telles que [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 6 octobre 05 Eocés Suites umériques Covergece de suites Exercice [ 047 ] [Correctio] Soiet u ) et v ) deux suites réelles covergeat vers l et l avec l < l. Motrer

Plus en détail

I- Rappel I-1. Types de tirages : Soit un ensemble fini E contenant n éléments. On considère l'épreuve suivante : " tirer p éléments de E ".

I- Rappel I-1. Types de tirages : Soit un ensemble fini E contenant n éléments. On considère l'épreuve suivante :  tirer p éléments de E . Cours de termiales Probabilités sur u esemble fii Mr ABIDI F I- Rappel I- Types de tirages : Soit u esemble fii E coteat élémets O cosidère l'épreuve suivate : " tirer p élémets de E " Type de tirages

Plus en détail

AVANT PROPOS. Cet ouvrage pourra intéresser également les enseignants de ce niveau.

AVANT PROPOS. Cet ouvrage pourra intéresser également les enseignants de ce niveau. AVANT PROPOS Cet ouvrage propose aux élèves de classes termiales (fraçais) S (spécialité math) des rappels et des complémets de cours assez complet, aisi que des problèmes et des exercices corrigés. Les

Plus en détail

DIDIER AUROUX POLYTECH NICE-SOPHIA MAM5 - OPTION IMAFA 2010-2011

DIDIER AUROUX POLYTECH NICE-SOPHIA MAM5 - OPTION IMAFA 2010-2011 MÉTHODES NUMÉRIQUES POUR LE PRICING D OPTIONS DIDIER AUROUX POLYTECH NICE-SOPHIA MAM5 - OPTION IMAFA 2010-2011 Table des matières 1 Notatios et équatio de Black-Scholes 2 11 Notatios 2 12 Équatio de Black-Scholes

Plus en détail

Correction des exercices sur la nature ondulatoire de la lumière

Correction des exercices sur la nature ondulatoire de la lumière CORRECTION EXERCICES TS /5 CHAPITRE 3 Correctio des exercices sur la ature odulatoire de la lumière Correctio exercice : idice d u verre et réfractio. La radiatio = 530 m est verte et la radiatio = 680

Plus en détail

Correction HEC III 2007

Correction HEC III 2007 HEC III 7 Voie Écoomique Correctio Page Correctio HEC III 7 Voie écoomique La correctio comporte 9 pages. Eercice. Par dé itio est ue valeur propre de t si et seulemet si est ue valeur propre de T: Et

Plus en détail

PROBABILITÉS. A cette expérience aléatoire, on associe l ensemble des résultats possibles appelé univers. Ses éléments sont appelés éventualités.

PROBABILITÉS. A cette expérience aléatoire, on associe l ensemble des résultats possibles appelé univers. Ses éléments sont appelés éventualités. PROBABILITÉS I. PROBABILITÉS ( RAPPELS) a. Expérieces aléatoires et modèles Le lacer d ue pièce de moaie, le lacer d u dé sot des expérieces aléatoires, car avat de les effectuer, o e peut pas prévoir

Plus en détail

1 Programme de l agrégation interne

1 Programme de l agrégation interne Séries umériques Programme de l agrégatio itere Partie 0b : Séries de ombres réels ou complexes Séries à termes positifs La série coverge si et seulemet si la suite des sommes partielles est borée Étude

Plus en détail

14 Chapitre 14. Théorème du point fixe

14 Chapitre 14. Théorème du point fixe Chapitre 14 Chapitre 14. Théorème du poit fixe Si l o examie de plus près les méthodes de Lagrage et de Newto, étudiées au chapitre précédet, elles revieet das leur pricipe à remplacer la résolutio de

Plus en détail

Mots de longueur donnée à base de P lettres, et fonction génératrice

Mots de longueur donnée à base de P lettres, et fonction génératrice Mots de logueur doée à base de lettres, et foctio géératrice Cosidéros les mots de logueur à base de lettres, avec etier positif. ) Combie existe-t-il de tels mots? La première lettre du mot est l ue des

Plus en détail

09 G 18bis AR Durée: 4 heures Séries : S1-S3 - Coeff. 8.. Epreuve du 1 er groupe

09 G 18bis AR Durée: 4 heures Séries : S1-S3 - Coeff. 8.. Epreuve du 1 er groupe UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR 1/ 9 OFFICE DU BACCALAUREAT BP 5005-DAKAR-Fa-Séégal Serveur Vocal: 68 05 59 Téléfax (1) 864 67 39 - Tél : 84 95 9-84 65 81 M A T H E M A T I Q U E S 09 G 18bis AR Durée:

Plus en détail

Dénombrement. 1 Dénombrer des listes 2 1.1 Permutation... 2 1.2 Arrangement... 3 1.3 p-liste... 4

Dénombrement. 1 Dénombrer des listes 2 1.1 Permutation... 2 1.2 Arrangement... 3 1.3 p-liste... 4 1 Déombremet Table des matières 1 Déombrer des listes 2 1.1 Permutatio................................ 2 1.2 Arragemet............................... 3 1.3 -liste.................................... 4

Plus en détail

Lycée Fénelon Sainte-Marie Préparation Science-Po/Prépa HEC

Lycée Fénelon Sainte-Marie Préparation Science-Po/Prépa HEC Lycée Féelo aite-marie Préparatio ciece-po/prépa HEC Foctios Versio du juillet 05 Eercice d degré : racies et coefficiets O rappelle que si l équatio a + b + c = 0 ( a 0 ) adet deu racies α et β (évetuelleet

Plus en détail

Détermination des champs électriques et magnétiques. statiques par la méthode de séparation de variables

Détermination des champs électriques et magnétiques. statiques par la méthode de séparation de variables Détermiatio es champs électriques et magétiques statiques par la méthoe e séparatio e variables Chapitre III Détermiatio es champs électriques et magétiques statiques par la méthoe e séparatio e variables

Plus en détail

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h Etrée à Scieces Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h A P M E P Les calculatrices sot autorisées Exercice Vrai-Faux 8 poits Pour chacue des affirmatios suivates,

Plus en détail

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES 1 ) POSITION DU PROBLÈME - VOCABULAIRE A ) DÉFINITION SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES O cosidère deux variables statistiques umériques x et y observées sur ue même populatio de idividus. O ote x 1

Plus en détail

Etude de la fonction ζ de Riemann

Etude de la fonction ζ de Riemann Etude de la foctio ζ de Riema ) Défiitio Pour x réel doé, la série de terme gééral,, coverge si et seulemet si x >. x La foctio zeta de Riema est la foctio défiie sur ], [ par : ( x > ), = x. Remarque.

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES II

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES II CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE PARIS DIRECTION DE L ENSEIGNEMENT Directio des Admissios et cocours ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON CONCOURS

Plus en détail

II. Permutations sans répétitions et notation factorielle

II. Permutations sans répétitions et notation factorielle février 2012 ORRIGE II. Permutatios sas répétitios et otatio factorielle Aalyse combiatoire 4 ème - 1 I. Itroductio Les différets modèles mathématiques costruits pour étudier les phéomèes où iterviet le

Plus en détail

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1)

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1) Corrigé ESSEC III 008 par Pierre Veuillez Das certaies situatios paris sportifs, ivestissemets fiaciers..., o est ameé à miser de l arget de faço répétée sur des paris à espérace favorable. O se propose

Plus en détail

Suites et séries numériques

Suites et séries numériques Maths MP Cours Table des matières Suites et séries umériques Quelques prélimiaires. Les yeux fermés........................................... De quoi parle-t-o?........................................3

Plus en détail

Exo7. Fractions rationnelles. 1 Fractions rationnelles. 2 Décompositions en éléments simples. Corrections de Léa Blanc-Centi.

Exo7. Fractions rationnelles. 1 Fractions rationnelles. 2 Décompositions en éléments simples. Corrections de Léa Blanc-Centi. Exo7 Fractios ratioelles Correctios de Léa Blac-Ceti. Fractios ratioelles Exercice Existe-t-il ue fractio ratioelle F telle que ( F() ) = ( + ) 3? Idicatio Correctio Vidéo [006964] Exercice Soit F = P

Plus en détail

École de technologie supérieure

École de technologie supérieure École de techologie supérieure Mat 165-04 Algèbre liéaire et aalyse vectorielle A-015 Michel Beaudi michel.beaudi@etsmtl.ca Liste d exercices à faire e T.P./Caledrier des évaluatios Itroductio au cours

Plus en détail

Suites et séries de fonctions

Suites et séries de fonctions [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 3 avril 5 Eocés Suites et séries de foctios Propriétés de la limite d ue suite de foctios Eercice [ 868 ] [correctio] Etablir que la limite simple d ue suite de

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités coditioelles - Suites géométriques - foctios epoetielles Calculatrice autorisée Termiale ES123 Eercice 1 : 5 poits Partie A : Ue agece de locatio

Plus en détail

Chapitre 1: Récursivité

Chapitre 1: Récursivité Chapitre 1: Récursivité 1 Rappel : la otio de foctio Cette sectio est u bref rappel de la otio de foctio e iformatique, et so utilisatio e Pytho 11 Défiitio E iformatique, ue foctio est ue routie qui retoure

Plus en détail

La classification de données quantitatives avec SPAD

La classification de données quantitatives avec SPAD La classificatio de doées quatitatives avec SPAD SPAD effectue toujours ue ACP de la matrice des doées quatitatives X " p avat de faire la classificatio des idividus. Les méthodes de classificatio s appliquet

Plus en détail

Promenades aléatoires : vers les chaînes de Markov

Promenades aléatoires : vers les chaînes de Markov AME Dossier : Matrices et suites 545 romeades aléatoires : vers les chaîes de Markov ierre Griho (*) Cet article propose ue mise e perspective de la otio de promeade ou de marche aléatoire itroduite das

Plus en détail

Racine nième Corrigés d exercices

Racine nième Corrigés d exercices Racie ième Corrigés d eercices Page 9 : N 8, 8, 8, 86, 88, 89, 9, 9, 9, 97 Page 6 : N, Page 6 : N Page 67 : N 8 Page 6 : N N 8 page 9 6 6 6 6 6 ( ) = = = = = = = = ( ) = = = = = = ( ) 8 = 8 = = = = = =

Plus en détail

Université de Provence 2011 2012. Planche 6. Nombres réels. Suites réelles. Nombres réels.

Université de Provence 2011 2012. Planche 6. Nombres réels. Suites réelles. Nombres réels. Uiversité de Provece 011 01 Mathématiques Géérales I Plache 6 Nombres réels Suites réelles Nombres réels Exercice 1 Mettre sous forme irréductible p/q les ratioels suivats (les chiffres souligés se répètet

Plus en détail

Soit E un ensemble. On appelle classe de parties de E un sous-ensemble non vide de P(E).

Soit E un ensemble. On appelle classe de parties de E un sous-ensemble non vide de P(E). Chapitre 1 Tribus 1.1 Défiitios Soit E u esemble. O appelle classe de parties de E u sous-esemble o vide de P(E). Défiitio 1.1.1. Ue tribu A sur E est u sous-esemble o vide de P(E) tel que : (i) la partie

Plus en détail

Exercice I ( non spé ) 1/ u 1 = 3 4. 2 3 u 2 4 + 3 9. 19 4 2/ Soit P la propriété : u n + 4. > 0 pour n 1. P est vraie au rang 1 car u 1

Exercice I ( non spé ) 1/ u 1 = 3 4. 2 3 u 2 4 + 3 9. 19 4 2/ Soit P la propriété : u n + 4. > 0 pour n 1. P est vraie au rang 1 car u 1 Bac blac TS Correctio Exercice I ( Spé ) / émotros par récurrece que 5x y = pour tout etier aturel 5x y = 5 8 = La propriété est doc vraie au rag = Supposos que la propriété est vraie jusqu au rag, o a

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Exo7 Topologie Exercices de Jea-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-fracefr * très facile ** facile *** difficulté moyee **** difficile ***** très difficile I : Icotourable Exercice **

Plus en détail

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire Séquece 5 La foctio logarithme épérie Objectifs de la séquece Itroduire ue ouvelle foctio : la foctio logarithme épérie. Coaître les propriétés de cette foctio : sa dérivée, ses variatios, sa courbe, sa

Plus en détail

Bac Blanc Terminale L - Février 2015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale L - Février 2015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures) Exercice 1 (5 poits) Bac Blac Termiale L - Février 015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures) Questio 1 : La populatio d'ue ville baisse de 1 % tous les as pedat 10 as. Elle est doc multipliée

Plus en détail

Dénombrement. ECE3 Lycée Carnot. 30 novembre 2011

Dénombrement. ECE3 Lycée Carnot. 30 novembre 2011 Déombremet ECE Lycée Carot 0 ovembre 2011 Itroductio La combiatoire, sciece du déombremet, sert comme so om l idique à comter Il e s agit bie etedu as de reveir au stade du CP et d aredre à comter sur

Plus en détail

B) CHAÎNES DE SOLIDES

B) CHAÎNES DE SOLIDES Chaîes de solides B) CHAÎNES DE SOLIDES Objectifs Cette théorie a pour but d'aalyser les comportemets statique et ciématique d'u mécaisme à partir d'u modèle défii par le schéma ciématique du mécaisme.

Plus en détail

Remise à Niveau Mathématiques

Remise à Niveau Mathématiques Mathématiques RAN - Calcul et raisoemet Remise à Niveau Mathématiques Première partie : Calcul et raisoemet Exercices Page sur 9 RAN Calcul et raisoemet Ex - Rev 04 Mathématiques RAN - Calcul et raisoemet

Plus en détail

Développement d une fonction en série entière. Exemples et applications

Développement d une fonction en série entière. Exemples et applications Développemet d ue foctio e série etière Exemples et applicatios Das ce chapitre, K désigera R ou C B(; R) désigera la boule ouverte de cetre et de rayo R > 1 Gééralités Défiitio 1 Soit f ue applicatio

Plus en détail

1/ ETUDE ASYMPTOTIQUE D'UNE MARCHE ALEATOIRE ENTRE DEUX ETATS

1/ ETUDE ASYMPTOTIQUE D'UNE MARCHE ALEATOIRE ENTRE DEUX ETATS CHAPITRE 4 MATRICES ET SUITES 1/ ETUDE ASYMPTOTIQUE D'UNE MARCHE ALEATOIRE ENTRE DEUX ETATS 11/ Présetatio et modélisatio O cosidère u système ui peut se trouver soit das u état A, soit das u état, et

Plus en détail

Chapitre 4 Lois discrètes

Chapitre 4 Lois discrètes Chapitre 4 Lois discrètes 1. Loi de Beroulli Ue variable aléatoire X est ue variable de Beroulli si elle e pred que les valeurs 0 et 1 avec des probabilités o ulles. P(X = 1) = p, P(X = 0) = 1 p = q, avec

Plus en détail

Les Nombres Parfaits.

Les Nombres Parfaits. Les Nombres Parfaits. Agathe CAGE, Matthieu CABAUSSEL, David LABROUSSE (2 de Lycée MONTAIGNE BORDEAUX) et Alexadre DEVERT, Pierre Damie DESSARPS (TS Lycée SUD MEDOC LETAILLAN MEDOC) La première partie

Plus en détail

TD1. Dénombrements, opérations sur les ensembles.

TD1. Dénombrements, opérations sur les ensembles. Uiversité Pierre & Marie Curie Licece de Mathématiques L3 UE LM345 Probabilités élémetaires Aée 2014 15 TD1. Déombremets, opératios sur les esembles. 1. Combie de faços y a-t-il de classer 10 persoes à

Plus en détail

Feuille 2 : dérivabilité, théorème de Rolle et des accroissements finis, étude des variations

Feuille 2 : dérivabilité, théorème de Rolle et des accroissements finis, étude des variations UPMC 1M001 Aalyse et algèbre pour les scieces 013-014 Feuille : dérivabilité, théorème de Rolle et des accroissemets fiis, étude des variatios Les eercices sas ( ) sot des applicatios directes du cours.

Plus en détail

Approximation de la solution d une équation différentielle ordinaire avec impulsions qui dépendent de l état

Approximation de la solution d une équation différentielle ordinaire avec impulsions qui dépendent de l état Approximatio de la solutio d ue équatio différetielle ordiaire avec impulsios qui dépedet de l état F. Dubeau A. Ouasafi A. Sakat CRM-276 Jauary 21 Départemet de mathématiques et d iformatique, Uiversité

Plus en détail

x +1 + ln. Donner la valeur exacte affichée par cet algorithme lorsque l utilisateur entre la valeur n =3.

x +1 + ln. Donner la valeur exacte affichée par cet algorithme lorsque l utilisateur entre la valeur n =3. EXERCICE 3 (6 poits ) (Commu à tous les cadidats) Il est possible de traiter la partie C sas avoir traité la partie B Partie A O désige par f la foctio défiie sur l itervalle [, + [ par Détermier la limite

Plus en détail

Séries entières. Plan de cours

Séries entières. Plan de cours 5 Séries etières «U mathématicie qui est pas aussi quelque peu poète e sera jamais u mathématicie complet.» Extrait d ue lettre de Karl Weierstrass à Sophie Kowalevski (883) Pla de cours I Rayo de covergece

Plus en détail

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi mars 204 MATHEMATIQUES durée de l'épreuve : 3h - coefficiet 2 Le sujet est uméroté de à 5. L'aexe est à redre avec la copie. L'exercice Vrai-Faux est oté sur 8,

Plus en détail

Dénombrement. Chapitre 1. Objectifs du chapitre. 1.1 Entiers naturels et raisonnement par récurrence

Dénombrement. Chapitre 1. Objectifs du chapitre. 1.1 Entiers naturels et raisonnement par récurrence Chapitre 1 Déombremet Objectifs du chapitre 1. A travers l axiomatisatio de Peao de N, rappeller les pricipes de récurrece forte et faible. 2. Défiir la otio de cardial et les opératios sur les cardiaux.

Plus en détail

Mathématiques. Terminale S Corrigés des exercices. Rédaction : Laurent Beroul Isabelle Tenaud Sébastien Cario. Coordination : Sébastien Cario

Mathématiques. Terminale S Corrigés des exercices. Rédaction : Laurent Beroul Isabelle Tenaud Sébastien Cario. Coordination : Sébastien Cario Mathématiques Termiale S Corrigés des eercices Rédactio : Lauret Beroul Isabelle Teaud Sébastie Cario Coordiatio : Sébastie Cario Ce cours est la propriété du Ced Les images et tetes itégrés à ce cours

Plus en détail

Chapitre 16 : Espaces vectoriels

Chapitre 16 : Espaces vectoriels PCSI Préparatio des Khôlles -4 Chapitre 6 : Espaces vectoriels Exercice type Soit E=R[X] et F ={P E, P(X)=XP (X)+P()}, motrer que F est u sous-espace vectoriel de E. : O a bie F E. Si P =est le polyôme

Plus en détail

N hésitez pas à demander l aide pédagogique par voie d Internet.

N hésitez pas à demander l aide pédagogique par voie d Internet. Uité de mise à iveau UMN0 Cette première uité de mise à iveau a pour ut de vous remettre das le ai du calcul littéral e faisat appel à des coaissaces idispesales pour aorder le cycle complet des UMN. Nous

Plus en détail

Codes détecteurs et correcteurs d erreurs

Codes détecteurs et correcteurs d erreurs Codes détecteurs et correcteurs d erreurs Lorsque des doées umériques sot stockées ou trasmises, des perturbatios (par exemple électromagétiques) peuvet les edommager. Les codes détecteurs et correcteurs

Plus en détail

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES. ITS Voie B Option Économie. MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures)

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES. ITS Voie B Option Économie. MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures) ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DE STATISTIQUE ET D ÉCONOMIE APPLIQUÉE ENSEA ABIDJAN AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES ITS Voie B Optio Écoomie MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures)

Plus en détail

/RJLTXHERROpHQQH. Symbole (norme IEC 1 ) x

/RJLTXHERROpHQQH. Symbole (norme IEC 1 ) x /RJLTXHERROpHQQH I. Défiitios I.. Variable biaire O appelle variable biaire (ou logique), ue variable preat ses valeurs das l esemble {0, }. Eemple : état d u iterrupteur, d u bouto poussoir, la présece

Plus en détail

On admet que l ensemble des nombres des réels est inclus dans un ensemble plus grand constitué de nombres complexes.

On admet que l ensemble des nombres des réels est inclus dans un ensemble plus grand constitué de nombres complexes. Chapitre 1 Nombres complexes Le buts du chapitres sot : Cosolider les aquis de termiale, Savoir maipuler les ombres complexes, e particulier la factorisatio par l agle de moitié. Avoir des otios sur le

Plus en détail

Comportement d'une suite

Comportement d'une suite Comportemet d'ue suite I) Approche de "ses de variatio et de ite d'ue suite" : 7 Soit la suite ( ) telle que = 5 ( + ) 2 Représetos graphiquemet la suite das u pla mui d' u repère. Il suffit de placer

Plus en détail

Table des matières. Aller à la page suivante

Table des matières. Aller à la page suivante CHAPITRE 3. SÉRIES NUMÉRIQUES Chapitre 3 Séries umériques 3. Préparatio Défiitio 3..2 O appelle série de terme gééral u et o ote u (qui se lit «série de terme gééral u»), où (u ) N R N, la suite de terme

Plus en détail

CLASSE DE TECHNOLOGIE, PHYSIQUE ET CHIMIE (TPC) ALGÈBRE LINÉAIRE ET GÉOMÉTRIE

CLASSE DE TECHNOLOGIE, PHYSIQUE ET CHIMIE (TPC) ALGÈBRE LINÉAIRE ET GÉOMÉTRIE CLASSE DE TECHNOLOGIE, PHYSIQUE ET CHIMIE (TPC) PROGRAMME (A partir de Septembre 2) MATHEMATIQUES Secode aée (Ce ouveau programme présete des modificatios par rapport à l'acie programme) ALGÈBRE LINÉAIRE

Plus en détail

Correction Bac ES France juin 2010

Correction Bac ES France juin 2010 Correctio Bac ES Frace jui 010 Exercice 1 (4 poits) (Commu à tous les cadidats) Pour ue meilleure compréhesio, les réposes serot justifiées das ce corrigé. Questio 1 Le ombre 3 est solutio de l équatio

Plus en détail

MA401 : Probabilités TD3

MA401 : Probabilités TD3 MA : Probabilités Exercice Ue compagie aériee étudie la réservatio sur l u de ses vols. Ue place doée est libre le jour d ouverture de la réservatio et so état évolue chaque jour jusqu à la fermeture de

Plus en détail

Chapitre 1 : Les notions de base

Chapitre 1 : Les notions de base Chapitre : Les otios de base Itroductio I Comparer des gradeurs A) Les pourcetages B) Taux de variatio, coefficiet multiplicateur, idice C) Importace du ses de la comparaiso ) Raisoemet sur les taux de

Plus en détail

Qu est-ce qu un bon énoncé de bac? Analyse de l exercice de spécialité de TS de Pondichéry 2013 Jacques Lubczanski

Qu est-ce qu un bon énoncé de bac? Analyse de l exercice de spécialité de TS de Pondichéry 2013 Jacques Lubczanski Dossier : Actualité de l Aalyse e Lycée 447 Qu est-ce qu u bo éocé de bac? Aalyse de l exercice de spécialité de TS de Podichéry 2013 Jacques Lubczaski «Podichéry est tombé!» : cela ressemble à l aoce

Plus en détail

Université Mohammed V - Agdal Faculté des Sciences Département de Mathématiques et Informatique Avenue Ibn Batouta, B.P.

Université Mohammed V - Agdal Faculté des Sciences Département de Mathématiques et Informatique Avenue Ibn Batouta, B.P. Uiversité Mohammed V - Agdal Faculté des Scieces Départemet de Mathématiques et Iformatique Aveue Ib Batouta, B.P. 04 Rabat, Maroc Filière DEUG : Scieces Mathématiques et Iformatique (SMI) et Scieces Mathématiques

Plus en détail

20. Algorithmique & Mathématiques

20. Algorithmique & Mathématiques L'éditeur L'éditeur permet à l'utilisateur de saisir les liges de codes d'u programme ou de défiir des foctios. Remarque : O peut saisir directemet des istructios das la cosole Scilab, mais il est plus

Plus en détail

4 Approximation des fonctions

4 Approximation des fonctions 4 Approximatio des foctios Ue foctio f arbitraire défiie sur u itervalle I et à valeur das IR peut être représetée par so graphe, ou de maière équivalete par la doée de l esemble de ses valeurs f(t) pour

Plus en détail

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. u k

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. u k SÉRIES NUMÉRIQUES K désige le corps R ou C. Gééralités. Défiitios Défiitio. Série Soit (u ) 0 ue suite umérique (i.e. à valeurs das K). O appelle série de terme gééral u la suite (S ) 0 où 0, S = u k Cette

Plus en détail

SÉRIES DE FONCTIONS SUITES ET PC*2. 13 octobre octobre octobre 2004

SÉRIES DE FONCTIONS SUITES ET PC*2. 13 octobre octobre octobre 2004 3 octobre 2004 Exemple 2. O se doe a I et q C(I, K). L équatio différetielle liéaire : y (x) q(x) y(x) = 0 avec les coditios y(a) = α, y (a) = β SUITES ET SÉRIES DE FONCTIONS PC*2 3 octobre 2004 Admet

Plus en détail

BANQUE ÉPREUVE ORALE DE MATHÉMATIQUES SESSION 2015

BANQUE ÉPREUVE ORALE DE MATHÉMATIQUES SESSION 2015 CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES FILIÈRE MP BANQUE ÉPREUVE ORALE DE MATHÉMATIQUES SESSION 5 avec corrigés V. Bellecave, J.-L. Artigue, P. Berger, J.-P. Bourgade, S. Calmet, A. Calvez, D. Cleet, J. Esteba,

Plus en détail

Intégration et probabilités ENS Paris, 2012-2013. TD (20)13 Lois des grands nombres, théorème central limite. Corrigé :

Intégration et probabilités ENS Paris, 2012-2013. TD (20)13 Lois des grands nombres, théorème central limite. Corrigé : Itégratio et probabilités EN Paris, 202-203 TD 203 Lois des grads ombres, théorème cetral limite. Corrigé Lois des grads ombres Exercice. Calculer e cet leços Détermier les limites suivates : x +... +

Plus en détail

Chapitre 1. Dénombrement

Chapitre 1. Dénombrement Chapitre Déombremet Itroductio Lorsque l o compte les objets d ue collectio, o attribue à la collectio so cardial, c est à dire le ombre d objets qu elle cotiet. Par exemple u Picasso, u Rembrat et u Degas

Plus en détail

PROJET DE MONTE CARLO SUJET 1: LE PRICING

PROJET DE MONTE CARLO SUJET 1: LE PRICING LE Age KHOURI Nadie M MMD PROJE DE MONE ARLO SUJE : LE PRIING Selim ZOUGHLAMI QUESION : Supposos d abord que X est u mouvemet browie W t G([ 0, ]) Alors W0 G( 0 ) suit ue loi N(0,0) et doc W 0ps 0 Esuite,

Plus en détail

Corrigé de Mathématique éco HEC

Corrigé de Mathématique éco HEC Corrigé de Mathématique éco HEC EXERCICE Hypothèses. M 3 R est l espace vectoriel des matrices carrées d ordre 3 à coefficiets réels. A M 3 R : s A 3 A,j, s A 3 A,j, s 3 A 3 somme des coefficiets des liges

Plus en détail

Probabilités. Poly des exercices. Prépa HEC Saint-Jean de Douai. Springer-Verlag ECS1 2007-2008. 4 septembre 2008

Probabilités. Poly des exercices. Prépa HEC Saint-Jean de Douai. Springer-Verlag ECS1 2007-2008. 4 septembre 2008 Prépa HEC Sait-Jea de Douai Probabilités Poly des exercices ECS1 2007-2008 Christia Skiada 4 septembre 2008 Spriger-Verlag Berli Heidelberg NewYork Lodo Paris Tokyo Hog Kog Barceloa Budapest Préface Voici

Plus en détail

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil.

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil. Qu appelle-t-o éclipse? Éclipser sigifie «cacher». Vus depuis la Terre, deu corps célestes peuvet être éclipsés : la Lue et le Soleil. LES ÉCLIPSES Pour qu il ait éclipse, les cetres de la Terre, de la

Plus en détail

I. (2 points) III. (2 points)

I. (2 points) III. (2 points) ère S Cotrôle du vedredi 7 mars 05 (0 mi) Préom : Nom : Note : / 0 II ( poits) Soit ABC u triagle isocèle e A tel que AB AC 8 cm et BC 5 cm O ote I le milieu de [AC] Calculer BI (valeur exacte) I ( poits)

Plus en détail

Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie 7 mars 2014

Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie 7 mars 2014 Durée : 4 heures Baccalauréat S Nouvelle-Calédoie 7 mars 2014 A. P. M. E. P. EXERCICE 1 Commu à tous les cadidats 4 poits Cet exercice est u QCM questioaire à choix multiple. Pour chaque questio, ue seule

Plus en détail