ACTUALITÉ Maroc Telecom

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACTUALITÉ Maroc Telecom"

Transcription

1 ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom enrichi ses Forfais Mobiles en offran, au même prix, davanage d heures grauies vers le naional e l inernaional e plus de volume de éléchargemen : 10H 30H 3 Go 4 Go 3 Go 8 Go 12 Go 20 Go 1 30 Go Numéros illimiés grauis SMS - MMS Accès au programme Fidélio : large caalogue de réducions en réengagemen Enrichissemen de l Illimié Mobile de Maroc Telecom à parir de juin 2015 Pour sa clienèle Pospayée e Professionnelle, Maroc Telecom enrichi sa gamme «Illimié Mobile» e lance deux nouvelles formules : L illimié Mobile Naional L illimié Mobile Naional e Inernaional Le Tou Illimié Mobile Illimié vers ou le naional Illimié vers le naional e l inernaional zone1 Illimiés vers le naional e l inernaional zone1 125 vers l inernaional 125 vers les aures zones inernaionales SMS illimiés vers ou le naional 150 vers les aures zones inernaionales SMS illimié vers ou le naional 3 Go 12 Go Illimié

2 Enrichissemen du Forfais Liberé à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom fusionne e enrichi ses Forfais Liberé en offran, au même prix, davanage d heures grauies vers le naional e l inernaional, plus de volume de éléchargemens e de SMS. 3H 8H 1 Go 5H 300 SMS 500 SMS 500 SMS 1 numéro illimié graui MT - 1 numéro illimié graui MT Chaines TV 99 Enrichissemen des Forfais Mobile PRO* à parir du 1 er juin 2015 Pour le marché Professionnel, Maroc Telecom lance un nouveau forfai 8H e enrichi sa gamme exisane par des heures de communicaion e des volumes de éléchargemens supplémenaires. 8H 10H 30H SMS SMS 1 Go 8 Go 12 Go 20 Go 30 Go 1 numéro illimié graui - Pass Inerne 3G : 1Go à 25 2Go 4Go à Enrichissemen des Forfais Mobiles Enreprise** à parir du mois de juin 2015 Maroc Telecom enrichi les forfais Mobiles business en ajouan, au même prix, des heures de communicaion supplémenaires vers le naional e l inernaional e un volume supplémenaire d inerne 3G. 10 H 30 H 34H 85H 52H 165H SMS + Inra floe 8 Go 12 Go 20 Go 30 Go 40 Go 50 Go Pass Inerne 3G : 1Go à 25 2Go 4Go à * Le marché Professionnels pour Maroc Telecom es consiué principalemen des professions libérales, des commerçans, des arisans e des TPE ** Le marché «Enreprise» regroupe les PME-PMI, les colleciviés locales, les Grands Compes publics e privés.

3 Mobile Prépayé Recharge permanene (x4) à parir du 15 mai 2015 Au lieu de la double e de la riple recharge, Maroc Telecom lance la recharge permanene x4 (4 fois le monan de la recharge en crédi de communicaion) à parir de 5 valable 1 an. Refone des Pass Permanen 50 e 100 à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom revoie ses Pass Permanens 50 e 100 en augmenan les heures de communicaions e les volumes de éléchargemen : Pass 50 = 50 de communicaion 1H SMS 4H 400 SMS 200 Mo 1 Go Valable 1 an Valable 14 jours Pass 100 = 100 de communicaion 5H H SMS 3 Go Valable 1 an Valable 1 mois Promoion recharge (x7) 10 jours de promoion duran le mois de juin 2015 Maroc Telecom offre la sepuple recharge (7 fois le monan de la recharge en crédi de communicaion) e des volumes SMS bonus sur oues les recharges à parir de 5. Pass Jawal Excepionnel 28 jours de promoion duran le mois de juin 2015 Pass 5 = 5 de communicaion + 10 min + 10 SMS + 10Mo, valable 7 jours Pass 10 = 10 de communicaion + 30 min + 30 SMS + 30 Mo, valable 7 jours Pass 20 = 20 de communicaion + 1H30 min SMS Mo, valable 7 jours Pass 30 = 30 de communicaion + 2H30 min SMS Mo, valable 7 jours Pass 50 = 50 de communicaion + 4H SMS + 1 Go, valable 14 jours

4 Fixe e Inerne Promoion packs Fixe e Inerne du 1 er juin au 31 juille 2015 Maroc Telecom offre une réducion de 50% sur les packs Fixe, Inerne e MT Box pour ou nouvel engagemen ou réengagemen. Promoion grauié sur opions arifaires du Fixe du 1 er juin au 31 juille 2015 Maroc Telecom offre pour oue nouvelle souscripion aux opions Fixe Enreprises e Pro, la grauié des frais d abonnemen pendan 2 mois. Enrichissemen de la gamme ForfaiFix Pro e Enreprise à parir de juin 2015 Maroc Telecom enrichi les ForfaiFix Pro e Enreprise en ajouan, au même prix, des heures de communicaion supplémenaires vers le naional e l inernaional. 10H 30H 17H 45H 22H 55H 28H 70H 34H 85H 38H 100H 52H 165H 57H 185H 67H 210H 1 300H Pour plus d informaions, suivre nore acualié commerciale sur : hp://www.iam.ma/groupe/insiuionnel/acualies/pages/evenemensecommercial.aspx

5 ACTUALITÉ RÉGLEMENTAIRE ANRT : Enquêe annuelle sur l usage des TIC au Maroc Les évoluions observées en 2014 pour les principaux indicaeurs de l équipemen en TIC des individus e des ménages au Maroc on confirmé les endances observées depuis quelques années. 94,1% des individus son équipés en éléphonie mobile. 13% d enre eux son muli-équipés, un pourcenage en baisse de 4 poins par rappor à Parmi les individus équipés en éléphone mobile, 38,2% possèden un smarphone en Le parc esimé de smarphones es de 9,4 millions, en hausse de 15,7% comparé à Près de 41% des individus non équipés en éléphone mobile on l inenion d en acquérir au cours des 12 prochains mois. Parmi ceux-ci, 43% souhaien acquérir un smarphone. L équipemen en éléphonie fixe s inscri en baisse, avec un peu plus de 24% de ménages équipés en Le principal frein évoqué par les ménages non équipés es le manque d uilié du fai de l équipemen en éléphonie mobile. La proporion des ménages équipés d un ordinaeur coninue d augmener ou comme le niveau d équipemen en accès Inerne à domicile. Ainsi, plus d un ménage sur deux dispose d un ordinaeur en 2014, en hausse de 6 poins par rappor à 2013, soi 3,8 millions de ménages équipés. 41% des ménages son muli-équipés, avec 27% des ménages qui déclaren posséder deux appareils e 14% qui on au minimum 3 ordinaeurs. Les ablees représenen désormais 15% du parc d ordinaeurs, conre 51,7% d ordinaeurs porables. Le aux de pénéraion d Inerne dans les ménages a aein 50,4% en 2014 soi une hausse de 5 poins par rappor à Le Maroc compe en 2014, près de 17,3 millions d inernaues soi 1 million de plus qu en 2013, ce qui représene 56,8% de la populaion marocaine. Une grande majorié des inernaues (84%) es consiuée par les jeunes siués dans la ranche d âge de ans. hp://www.anr.ma/sies/defaul/files/cp-enquee-tic-2014-fr.pdf

6 ACTUALITÉ MACRO Réunion rimesrielle du Conseil de Bank Al Maghrib Juin 2015 Le Conseil de Bank Al-Maghrib a enu sa réunion rimesrielle mardi 16 juin Lors de cee réunion, le Conseil a examiné e approuvé le Rappor annuel sur la siuaion économique, monéaire e financière du pays ainsi que sur les aciviés de la Banque au ire de l exercice Au niveau naional, les données publiées le 4 juin selon la nouvelle année de base 2007, qui se subsiue désormais à 1998, indiquen une croissance de 2,4% en 2014, résula d un repli de 2,5% de la valeur ajouée agricole e d une progression de 3,1% du PIB non agricole. Pour 2015, la croissance se siuerai auour de 5%, irée par une hausse de près de 15% de la valeur ajouée agricole, alors que le ryhme des aciviés non agricoles devrai s accélérer légèremen pour avoisiner 3,5%. Dans ces condiions, l inflaion s es éablie à 1,7% en avril après 1,5% au premier rimesre, résula esseniellemen d une accéléraion des prix des produis alimenaires à prix volailes de 2,4% à 3,3%. Tenan compe de l ensemble de ces évoluions, de l effe du relèvemen du SMIG devan enrer en vigueur en juille e de l évoluion prévue du cours du pérole sur le marché inernaional, l inflaion devrai reser en ligne avec l objecif de sabilié des prix. Elle s éablirai à 1,5% en 2015 e à 1,4% en moyenne sur les six prochains rimesres. Dans ce conexe caracérisé par une prévision cenrale d inflaion en ligne avec l objecif de sabilié des prix mais enourée encore d inceriudes liées sur le plan exerne en pariculier à l évoluion à moyen erme du cours du pérole, le Conseil a décidé de mainenir inchangé le aux direceur à 2,5%, ou en coninuan à suivre de près l ensemble de ces évoluions. hp://www.bkam.ma/ FMI : Communiqué de presse Les services du FMI achèven leur visie au Maroc relaive à la deuxième revue de l accord LPL L économie se redresse e les perspecives macroéconomiques son favorables, mais resen exposées à des risques exérieurs imporans. Après avoir raleni en 2014, la croissance devrai s éablir auour de 5 % en 2015, porée par une bonne producion agricole e une accéléraion progressive de l acivié dans les aures seceurs. La posiion exérieure s es améliorée, grâce à la baisse des prix du pérole e à la fore performance des exporaions des seceurs émergens. Le défici des ransacions exérieures couranes s es rédui à 5,6 % du PIB en 2014 e devrai coninuer de baisser pour avoisiner 3 % du PIB en Les réserves de change on coninué d augmener. Le défici budgéaire a coninué de diminuer, en pariculier en raison des mesures prises par le gouvernemen pour réduire les dépenses publiques. La dee publique a augmené, mais, à environ 65 % du PIB, elle rese viable. L inflaion demeure faible, à 1,5%. Cependan, des effors imporans resen à fournir pour diminuer le chômage, en pariculier des jeunes. hp://www.imf.org/exernal/french/np/sec/pr/2015/pr15263f.hm Maroc Telecom es un opéraeur global de élécommunicaions au Maroc, leader sur l'ensemble de ses segmens d'aciviés, Fixe, Mobile e Inerne. Maroc Telecom es coé simulanémen à Casablanca e à Paris depuis décembre 2004 e ses acionnaires de référence son la Sociéé de Paricipaion dans les Télécommunicaion(SPT*) (53%) e le Royaume du Maroc (30%). *SPT es une sociéé de droi marocain conrôlée par Eisala. Relaions invesisseurs Conacs Relaions presse

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise N 150 21 juille 2010 France : la consommaion privée bridée par la faiblesse des revenus en sorie de crise La consommaion des ménages en France a neemen freiné depuis la crise financière. La récession qui

Plus en détail

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015 zzz UNE APPROCHE CONCEPTUELLE DE L APPROPRIATION DES SYSTEMES D INFORMATION MOBILES (SIM) PAR LES UTILISATEURS OUEST AFRICAINS AU TRAVERS D UNE METHODE DELPHI Marc BIDAN & Béchir ABBA GONI Thème n 5 PLAN

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

L évolution actuelle du crédit à l habitat en France est-elle soutenable?

L évolution actuelle du crédit à l habitat en France est-elle soutenable? L évoluion acuelle du crédi à l habia en rance es-elle souenable? rédéric WILHELM Direcion des Éudes e Saisiques monéaires Service des Analyses e Saisiques monéaires Le dynamisme acuel du crédi à l habia

Plus en détail

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis N o 11F0027MIF au caalogue N o 016 ISSN: 1703-0412 ISBN: 0-662-89622-X Documen de recherche Série de documens de recherche sur l'analyse économique (AE) Répercussions du ravail auonome sur la croissance

Plus en détail

Le retour de l effet boule de neige

Le retour de l effet boule de neige Bureau fédéral du Plan /10/HJB/bd/2824 Le reour de l effe boule de neige Exposé à l Insiu Belge des Finances Publiques le 4 juin 2010 Henri BOGAERT C es en 1981 que j ai rédigé une noe don le ire imagé

Plus en détail

L effet richesse en France et aux États-Unis

L effet richesse en France et aux États-Unis L effe richesse en France e aux Éas-Unis Cécile CHATAIGNAULT David THESMAR Division Synhèse conjoncurelle Pierre-Olivier BEFFY Brieuc MONFORT Division Croissance e poliiques macroéconomiques Enre ocobre

Plus en détail

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE Équilibre de long erme, dynamique e hysérèse Anoine Bouvere Docoran à l OFCE Henri Serdyniak Direceur du Déparemen économie de la mondialisaion de l OFCE Professeur associé

Plus en détail

Votre habitation ou votre entreprise se situe dans une zone non éligible ou mal desservie par l ADSL? Un véritable fournisseur d accès Internet

Votre habitation ou votre entreprise se situe dans une zone non éligible ou mal desservie par l ADSL? Un véritable fournisseur d accès Internet Informaions e souscripions : 0 800 66 55 55 (appel graui depuis un pose fixe, selon les condiions arifaires de vore opéraeur) Inerne Saellie L Inerne Hau-Débi venu du ciel à parir de 24,90V/mois Vore habiaion

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie Condiions Générales Valan Noe d Informaion Assurance Vie DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. Epargne évoluion es un conra individuel d assurance sur la vie de ype mulisuppors, exprimé en euros e/ou

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL EXERCICE 2014

RAPPORT ANNUEL EXERCICE 2014 RAORT ANNUEL EXERCICE 2014 A - IDENTITÉ DE L'ASSOCIATION C.E.R. Code de l'associaion Nom adresse DE NORMANDIE 3 5 08 a HOTO CLUB SOTTEVILLE 15 rue de la gare B111 76300 Soeville Les Rouen Indiquez ci-dessous

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination Formaion Manager ses équipes : Comprendre e exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Idenifier ses compéences managériales de cadre de la foncion publique Déerminer les

Plus en détail

Les enjeux budgétaires de la crise financière

Les enjeux budgétaires de la crise financière Les enjeux budgéaires de la crise financière Berrand Blancheon Professeur de sciences économiques Direceur de la Faculé d Economie, Gesion e AES Universié Monesquieu- Bordeaux 4 GREThA Crisina Badarau-Semenescu

Plus en détail

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés COMPARAISONS INTERNATIONALES Renabilié e profiabilié du capial : le cas de six pays indusrialisés Arnaud Sylvain* On compare sur la période 1965-1999 les rendemens brus du capial aux Éas-Unis, au Japon

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion : Les marchés publics d'assurances (Ref : 3397) Maîrisez le cadre légal spécifique e les ouils permean une meilleure gesion des marchés publics d'assurances OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Plus en détail

Groupe International Fiduciaire. pour l Expertise comptable et le Commissariat aux comptes

Groupe International Fiduciaire. pour l Expertise comptable et le Commissariat aux comptes Groupe Inernaional Fiduciaire pour l Experise compable e le Commissaria aux compes L imporan es de ne jamais arrêer de se poser des quesions Alber EINSTEIN QUI SOMMES-NOUS? DES HOMMES > Une ÉQUIPE solidaire

Plus en détail

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD LA COUCHE PHYSIQUE 1 FONCTIONS GENERALES Cee couche es chargée de la conversion enre bis informaiques e signaux physiques Foncions principales de la couche physique : définiion des caracérisiques de la

Plus en détail

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer,

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer, En France, l invesissemen des enreprises reparira--il en 2014? Jean-François Eudeline Yaëlle Gorin Gabriel Sklénard Adrien Zakharchouk Déparemen de la conjoncure Pour 2014, le ryhme de la reprise économique

Plus en détail

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1 Parick McGuire +41 61 28 8921 parick.mcguire@bis.org Eli Remolona +852 2878 715 eli.remolona@bis.org Kosas Tsasaronis +41 61 28 882 ksasaronis@bis.org Fonds spéculaifs : évoluion de l exposiion au risque

Plus en détail

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants?

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants? Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 28 février 2015 De l inscripion à la publicaion des résulas en ligne à l Universié de Lomé : quels impacs sur l adopion des TIC chez les éudians? Halourou MAMAN, Universié

Plus en détail

SRE. Construit l'avenir

SRE. Construit l'avenir SRE Consrui l'avenir Le mo du Présiden, Créé en 1944, le Groupe FLORIOT es le 1 er Groupe régional indépendan parimonial de Bâimen, Travaux Publics e Maisons Individuelles en région Rhône-Alpes. La force

Plus en détail

Vous vous installez en france? Société Générale vous accompagne (1)

Vous vous installez en france? Société Générale vous accompagne (1) Parenaria Sociéé Générale Execuive relocaions Vous vous insallez en france? Sociéé Générale vous accompagne (1) offre valable jusqu au 29/02/2012 offre valable jusqu au 29/02/2012 offre valable jusqu au

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire DPEE

Plus en détail

Partie 1. L'utilisation des statistiques économiques

Partie 1. L'utilisation des statistiques économiques Parie. L'uilisaion des saisiques économiques Enseignan A. Direr Licence 2, er semesre 2008-9 Universié Pierre Mendès France Cours de macroéconomie suie Nous avons vu dans l'inroducion que l'uilisaion des

Plus en détail

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES NOVEMBRE 2009 1 SOMMAIRE Taux d alphabéisme des adules ou Taux d analphabéisme.... 3 Nombre d adules analphabèes... 5 Taux bru d accès (TBA) en première

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques Cenre d Analyse Théorique e de Traiemen des données économiques CATT WP No. 9. January 2011 L IMPACT DU TAUX DE CHANGE SUR LES EXPORTATIONS DE L ALLEMAGNE ET DE LA FRANCE HORS ZONE EURO Serge REY CATT-UPPA

Plus en détail

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM Documen de ravail 2015 17 FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN Mahilde Le Moigne OFCE e ENS ULM Xavier Rago Présiden OFCE e chercheur CNRS Juin 2015 France e Allemagne : Une hisoire

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

DOCUMENT DE RÉFÉRENCE. * Personne n est imprévisible. Nobody s Unpredictable

DOCUMENT DE RÉFÉRENCE. * Personne n est imprévisible. Nobody s Unpredictable 12 DOCUMENT DE RÉFÉRENCE * Personne n es imprévisible Nobody s Unpredicable NOBODY S UNPREDICTABLE* «Nobody s Unpredicable» es la signaure publiciaire d Ipsos. Parce que les cliens de nos cliens son de

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE AU SECTEUR REEL AU SENEGAL

TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE AU SECTEUR REEL AU SENEGAL REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Direcion des Saisiques Economiques e de la Compabilié

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail Dossier Évaluer la producivié globale des faceurs : l appor d une mesure de la qualié du capial e du ravail Pierre-Yves Cabannes, Alexis Monau, Pierre-Alain Pionnier* L esimaion e la prévision de la croissance

Plus en détail

Les Comptes Nationaux Trimestriels

Les Comptes Nationaux Trimestriels REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Parie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Faherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire Séquence 2 Pourcenages Sommaire Pré-requis Évoluions e pourcenages Évoluions successives, évoluion réciproque Complémen sur calcularices e ableur Synhèse du cours Exercices d approfondissemen 1 1 Pré-requis

Plus en détail

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS CEDRIC TAPSOBA Diplômé IDS Inern/ CARE Regional Program Coordinaor and Gender Specialiy Service from USAID zzz WA-WASH Program Tel: 70 77 73 03/

Plus en détail

Crise économique et crise du système de retraite au Cameroun. Economic crisis and crisis of the pension system in Cameroon

Crise économique et crise du système de retraite au Cameroun. Economic crisis and crisis of the pension system in Cameroon Crise économique e crise du sysème de reraie au Cameroun Kemeze Francis Hypolie PhD candidae in Applied Agriculural Economics and Policy, Universiy of Ghana, Legon Email: kefrhy@gmail.com Résumé : Proégé

Plus en détail

Guide pratique de l evolution professionnelle. Prevenir les discriminations et favoriser l egalite de traitement

Guide pratique de l evolution professionnelle. Prevenir les discriminations et favoriser l egalite de traitement Guide praique de l evoluion professionnelle Prevenir les discriminaions e favoriser l egalie de raiemen Réalisé en parenaria avec Pee Sone pee.sone@jusdifferen.eu hp://www.jusdifferen.eu/ SOMMAIRE Inroducion...p.

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché français Dominique epin To cie his version: Dominique epin. L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché

Plus en détail

Assemblée Générale Ordinaïre Humanis Prévoyance. 30 juin 2015. Furs. Lieu de réunïon: Espaces Cap 15 1/13 Quai de Grenelle 75015 PARIS

Assemblée Générale Ordinaïre Humanis Prévoyance. 30 juin 2015. Furs. Lieu de réunïon: Espaces Cap 15 1/13 Quai de Grenelle 75015 PARIS 30 juin 205 Lieu de réunïon: Espaces Cap 5 /3 Quai de Grenelle 7505 PARS Réunions préparaoires: - Collège Adhérens: 30juin - h00 - Collège Paricipans: 30juin - 0h30 Assemblée Générale Ordinaire: 4h30 Déjeuner:

Plus en détail

Commerce électronique et dynamique des prix : une application à la vente en ligne de CD

Commerce électronique et dynamique des prix : une application à la vente en ligne de CD Commerce élecronique e dynamique des prix : une applicaion à la vene en ligne de CD Sophie Larribeau (CREREG, THEMA, Rennes 1) e Thierry PENARD (CREREG, Rennes 1) Mai 2001 Résumé : En France, le commerce

Plus en détail

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE DM SSI: AQUISITION DE l INFORMATION ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE Pores Laérales Coulissanes de monospace PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Mise en siuaion Les fabricans d'auomobiles, face à une concurrence

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

Productivité Globale des Facteurs et Croissance dans un contexte de Changement Institutionnel : Le cas du Venezuela (1942-2002)

Productivité Globale des Facteurs et Croissance dans un contexte de Changement Institutionnel : Le cas du Venezuela (1942-2002) Producivié Globale des Faceurs e Croissance dans un conexe de Changemen Insiuionnel : Alejandro Quijada * Aoû 2004 Résumé Le Venezuela es le dixième produceur e le sixième exporaeur mondial de pérole.

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE. Dossier technique

PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE. Dossier technique PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE Dossier echnique SOMMAIRE Inroducion Présenaion en images des différens élémens Principe de foncionnemen e rôle des différens élémens Diagramme sagial Mise en

Plus en détail

Institut Supérieur de Gestion

Institut Supérieur de Gestion UNIVERSITE DE TUNIS Insiu Supérieur de Gesion 4 EME ANNEE SCIENCES COMPTABLES COURS MARCHES FINANCIER ET EVALUATION DES ACTIFS NOTES DE COURS : MOUNIR BEN SASSI YOUSSEF ZEKRI CHAPITRE 1 : LE MARCHE FINANCIER

Plus en détail

LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON

LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON Ibrahima Soumare To cie his version: Ibrahima Soumare. LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

BILAN DE LA CONCERTATION AVANT ENQUÊTE PUBLIQUE

BILAN DE LA CONCERTATION AVANT ENQUÊTE PUBLIQUE BILAN DE LA CONCERTATION AVANT ENQUÊTE PUBLIQUE AVRIL 2015 BILAN DE LA CONCERTATION AVANT ENQUÊTE PUBLIQUE - AVRIL 2015 SOMMAIRE 04 INTRODUCTION Une conceraion au plus près du errain 06 LE PROJET EN BREF

Plus en détail

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale 5 3. Avanage comparaif des exporaions de crevees d élevage: une évaluaion globale Dans la présene secion nous appliquons le cadre d évaluaion exposé ci-dessus pour évaluer l avanage comparaif des principaux

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

Pilotage technique d un régime de rentes viagères : identification et mesure des risques, allocation d actif, suivi actuariel.

Pilotage technique d un régime de rentes viagères : identification et mesure des risques, allocation d actif, suivi actuariel. Piloage echnique d un régime de renes viagères : idenificaion e mesure des risques, allocaion d acif, suivi acuariel. Frédéric Planche To cie his version: Frédéric Planche. Piloage echnique d un régime

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion assurance-vie e récupéraion: Quand e Commen récupérer? (Ref : 3087) La maîrise de la récupéraion des conras d'assurances-vie requalifiés en donaion OBJECTIFS Appréhender la naure d un conra d

Plus en détail

Mal desservi par l ADSL, vous recherchez une connexion Internet vraiment rapide?

Mal desservi par l ADSL, vous recherchez une connexion Internet vraiment rapide? Appelez-ns : Inerne Saellie 09 69 360 360 (appel non suraxé) La puissance du Hau-Débi, par en France Dès 90 19/mois Mal desservi par l ADSL, vs recherchez une connexion Inerne vraimen rapide? Avec l Inerne

Plus en détail

11 ème réunion du Comité des Zones Humides Méditerranéennes 5 juillet 2012, Bucarest, Roumanie

11 ème réunion du Comité des Zones Humides Méditerranéennes 5 juillet 2012, Bucarest, Roumanie 11 ème réunion du Comié des Zones Humides Médierranéennes 5 juille 2012, Bucares, Roumanie Doc MWC11.04 Plan de Travail Sraégique MedWe 2012-2015 L'Info MWC11.02 a analysé le niveau de réalisaion du plan

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Indusrielles pour l Ingénieur Cenre d Inérê 6 : CONVERTIR l'énergie Compéences : MODELISER, RESOUDRE CONVERSION ELECTROMECANIQUE - Machine à couran coninu en régime dynamique Procédés de piloage

Plus en détail

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon Crise Financière, Poliique de Déflaion, Poliique D anicipaions e Ciblage des Taux Longs au japon SOUMARE Ibrahima Universié de Rouen Haue Normandie (France) Laboraoire CARE (Cenre d Analyse e de Recherche

Plus en détail

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse Déparemen fédéral de l'inérieur DFI Office fédéral de la saisique OFS Rappor de méodes 4 Economie naionale Neucâel, Juin 203 Des données de la recerce e développemen aux agrégas de la compabilié naionale

Plus en détail

L impact des contraintes financières. dans la décision d investissement

L impact des contraintes financières. dans la décision d investissement INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES Série des documens de ravail de la Direcion des Eudes e Synhèses Économiques G 9907 L impac des conraines financières dans la décision d invesissemen

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa No 996 3 Décembre La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques : une analyse dynamique Fabrice Capoën Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 96-3 SOMMAIRE Résumé...5 Summary...7. La problémaique...9

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION. Auto-formation à distance, tutorée par téléphone :

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION. Auto-formation à distance, tutorée par téléphone : Anglais : 20 heures d auo-formaion à disance (Ref : MG37) Tuora par éléphone Anglais pour projes scienifiques e echniques, spécifique à vore seceur d acivié SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Ere à

Plus en détail

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie Taux de change e Inflaion: une analyse en modèle VAR du canal du aux de change : Cas de la Tunisie Samia Jebali 1 Tahar Moulahi** Mohamed Slim Mouha*** Résumé La Tunisie connais depuis cinq ans une dépréciaion

Plus en détail

Méthodologie de l Indice Ethical Europe Equity. (Ethical Europe Equity Index)

Méthodologie de l Indice Ethical Europe Equity. (Ethical Europe Equity Index) Méhodologie de l Indice Ehical Europe Equiy (Ehical Europe Equiy Inde) Version 1.3 en dae du 19 Mars 2014 1 Sommaire Inroducion 1. Descripion de l Indice 1.1. Tickers e ISIN 1.2. Valeur iniiale 1.3. Disribuion

Plus en détail

Distributeur automatique de café

Distributeur automatique de café BACCALAUREAT GENERAL Session 2002 Série S Sciences de l Ingénieur ETUDE D UN SYSTEME PLURITECHNIQUE Coefficien : 6 Durée de l épreuve : 4 heures Son auorisés les calcularices élecroniques e le maériel

Plus en détail

SOMMAIRE SOLUTIONS DE TELEPHONIE MOBILE SOLUTIONS DE TELEPHONIE FIXE. SOLUTIONS INTERNET - ADSL PRO - Hébergement de site web - Internet 3G +

SOMMAIRE SOLUTIONS DE TELEPHONIE MOBILE SOLUTIONS DE TELEPHONIE FIXE. SOLUTIONS INTERNET - ADSL PRO - Hébergement de site web - Internet 3G + SOMMAIRE SOLUTIONS DE TELEPHONIE MOBILE SOLUTIONS DE TELEPHONIE FIXE SOLUTIONS INTERNET - ADSL PRO - Hébergement de site web - Internet 3G + LES OFFRES TOUT-EN-UN - MT BOX Pro : la Triple Play pour les

Plus en détail

L orientation de la politique monétaire à l aune du taux d intérêt «naturel» : une application à la zone euro

L orientation de la politique monétaire à l aune du taux d intérêt «naturel» : une application à la zone euro L orienaion de la poliique monéaire à l aune du aux d inérê «naurel» : une applicaion à la zone euro Le regain d inérê récen pour le concep de aux d inérê «naurel», inrodui par Wicksell au débu du XX e

Plus en détail

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES?

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? CHAPITRE RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? Les réponses de la poliique monéaire aux chocs d inflaion mondiaux on varié d un pays à l aure Le degré d exposiion

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche e Oscilloscope objecif de ce TP es d apprendre à uiliser, ie. à régler, deux des appareils les plus courammen uilisés : le e l oscilloscope. Pour cela vous serez amené(e) à uiliser e à associer de nouveaux

Plus en détail

BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES

BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES DT 07/2002 Ressources Humaines e Libéralisaion : une approche sraégique Cas du seceur élecrique en Afrique subsaharienne Samuel AMBAPOUR

Plus en détail

ETUDE DES DIFFERENTES COMMANDES DU SYSTEME. 1 - Commande manuelle par BP "marche-arrêt" (2 sens de marche)

ETUDE DES DIFFERENTES COMMANDES DU SYSTEME. 1 - Commande manuelle par BP marche-arrêt (2 sens de marche) BS Mainenance Indusrielle Elecroechnique Eude d un mone charge Moeur asynchrone deux sens de roaion e 2 viesses enroulemens séparés Rappels emporisaions Présenaion es manuenions dans un grand magasin son

Plus en détail

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflaion: Cas de la Nouvelle Zélande Résumé : La nouvelle Zélande es le pays ayan la plus grande expérience en poliique du ciblage d inflaion. Cee poliique a

Plus en détail

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE INTRODUCTION L'oscilloscope es le plus polyvalen des appareils de mesures élecroniques. Il peu permere simulanémen de visualiser

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance Méhodes financières e allocaion d acifs en assurance - Norber GAURON (JWA Acuaires, Paris) - Frédéric PLANCHE (Universié Lyon, Laboraoire SAF) - Pierre HEROND (JWA Acuaires, Lyon) 2005. (WP 2025) Laboraoire

Plus en détail

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS Coaching - accompagnemen personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agens e les cadres dans le développemen de leur poeniel OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Le coaching es une démarche s'inscrivan dans

Plus en détail

UNIVERSITÉ D ORLÉANS. THÈSE présentée par :

UNIVERSITÉ D ORLÉANS. THÈSE présentée par : UNIVERSITÉ D ORLÉANS ÉCOLE DOCTORALE SCIENCES DE L HOMME ET DE LA SOCIETÉ LABORATOIRE D ECONOMIE D ORLEANS THÈSE présenée par : Issiaka SOMBIÉ souenue le : 5 décembre 2013 à 14h00 pour obenir le grade

Plus en détail

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers Capire 9 Conrôle des risques immobiliers e marcés financiers Les indices de prix immobiliers ne son pas uniquemen des indicaeurs consruis dans un bu descripif, mais peuven servir de référence pour le conrôle

Plus en détail