Par Robert Kohler. N.b. : un établissement peut bénéficier de la présence de plusieurs espèces animales

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Par Robert Kohler. N.b. : un établissement peut bénéficier de la présence de plusieurs espèces animales"

Transcription

1 L enquête de 2010 sur la présence animale dans les maisons de retraite en France Par Robert Kohler Nous avons contacté par téléphone structures par téléphone au courant de l année 2010 afin de connaître de manière précise le taux de présence animale dans les maisons de retraite. Le tableau ci-après détaille la présence animale, à savoir, chiens, chats, oiseaux, poissons et autres espèces dans les structures que nous avons interrogé : N.b. : un établissement peut bénéficier de la présence de plusieurs espèces animales Tableau 1 - La présence animale dans les maisons de retraite en France en 2010 L un des objectifs de notre enquête portait sur la présence de chiens dans les maisons de retraite et nous relevons 765 établissements qui bénéficient de cette présence, soit près de 10% des structures interrogées ; toutefois, nous précisons que ce sont 953 chiens qui se trouvent dans 765 structures et chats dans établissements ; en ce qui concerne les aquariums et volières les pluri-possessions demeurent rares, cependant un établissement peut bénéficier de la présence de plusieurs espèces animales. La présence féline se trouve la plus importante dans l ensemble des maisons de retraite avec un taux de 18%, et de 37% à l intérieur des seules structures affichant une présence permanente d un animal. Ces chiffres sont respectivement de 9,90% et de 20% pour les chiens. Nous trouvons une présence constante d un animal dans établissements, soit 31% des structures interrogées.

2 Tableau 2 - Taux de possession par espèces animal Figure 1 Proportion des espèces animales dans les établissements ayant une présence permanente d animaux Carte 1 Présence de chiens dans les maisons de retraite (en nombre) Carte 2 - Présence de chats dans les maisons de retraite (en nombre) Carte 3 - Présence d'oiseaux dans les maisons de retraite (en nombre) Carte 4 - Présence de poissons dans les maisons de retraite (en nombre)

3 Ce sont les départements des Alpes-Maritimes, du Nord et de Loire-Atlantique qui affichent le niveau de possession canine le plus élevé avec respectivement 31, 28 et 24 chiens dans les maisons de retraite de ces départements. Par contre, ce sont les institutions des Yvelines, de l Oise et de la Meuse qui présentent le taux de possession le plus élevé par rapport au nombre de structures avec 22% et 19% - pour les deux derniers. Tableau 3 - Classement de la présence des chiens et des chats en maison de retraite

4 Tableau 4 - Classement de la présence des oiseaux, poissons et autres animaux en maison de retraite

5 Nous détaillons dans le tableau suivant les espèces animales qui se trouvent répertoriées sous la colonne «autres» dans le tableau ci-dessus, en précisant qu un établissement peut disposer de plusieurs espèces animales. La présence de lapins dans 138 établissements, ainsi que de nombreux animaux de basse-cour tels que les poules, coqs, canards ou tourterelles démontre le maintien d un lien avec la ruralité d où se trouvent très certainement originaire les usagers de ces structures. D ailleurs, la carte ci-dessous nous indique que c est dans les départements du grand quart Nord-Ouest de la France, et quelque peu de manière transversale, que l on trouve ces types d animaux. Carte 5 - Détail des espèces animales, hors chiens, chats, oiseaux et poissons Tableau 5 Détail des espèces animales, hors chiens, chats, oiseaux et poissons)

6 Taille des structures accueillant des chiens de manière permanente Figure 2 - Tailles moyennes des structures et présence animale permanente D une manière générale, nous pouvons énoncer une présence animale dans les structures d une capacité comprise entre 50 à 79 lits quelles que soient les espèces animales. Le contrôle des animaux D une manière générale les animaux que nous trouvons dans les maisons de retraite de manière permanente sont placés sous le contrôle direct de la structure. La question de la possession animale des usagers s estompe progressivement et nous émettons l hypothèse qu elle se raréfiera encore dans les années à venir. En effet, nous accueillons dans les établissements d hébergement des personnes de plus en plus âgées et de plus en plus dépendantes ; la question de l animal familier ne se pose plus que rarement aujourd hui au moment de l admission de nos usagers parce que leur degré de dépendance ne leur permet plus, pour une grande majorité, de posséder un animal depuis un certain temps déjà. Etablissements privés Etablissements publics Total Animaux sous le contrôle de l établissement Animaux sous le contrôle du résident Tableau 6 - Contrôle des animaux à demeure dans une institution (structures ou usagers)

7 Les chiens visiteurs Dans notre enquête, nous avons interrogé les structures sur les visites sporadiques de chiens, soit au travers d animaux visiteurs association ou initiative privée ou d animaux accompagnant par intermittence les familles lors de visites. Nous constatons qu une majorité des structures autorise aujourd hui, de manière habituelle et sans règlementation particulière, l accès des animaux accompagnant les familles lors des visites à leurs proches c est un fait important et qui confirme un mouvement sociétal. Cette pratique s observe dans 55% des institutions publiques ou associatives, et même dans 65% des établissements commerciaux. Ainsi, nous relevons que institutions publiques autorisent cette présence animale ponctuelle, de même que institutions privées, soit 58% de l ensemble des structures. Cette question particulière de la présence animale accompagnant les visiteurs dans les institutions médico-sociales s avérait être un sujet tabou il y a encore une dizaine d années et il démontre aujourd hui l ampleur d un mouvement qui s est propagé de manière silencieuse et spontanée. Tableau 7 - Nombre d'animaux accompagnant de manière sporadique les familles lors des visites et nombre de chiens visiteurs De la même façon, nous relevons un développement significatif de l activité de chiens visiteurs, soit au travers d associations spécialisées, soit au travers de projets personnels, au cours des cinq dernières années. Aujourd hui, ce sont 915 activités de médiation qui se déroulent de manière régulière dans les maisons de retraite en France ce chiffre dépasse le nombre de chiens à demeure dans les établissements.

8 Les évolutions entre 2005 et 2010 Nous avons réalisé en 2005 une première enquête sur la présence animale dans les maisons de retraite en France, ce qui nous permet d analyser l évolution durant les 5 dernières années. Au travers de données brutes, nous constatons une légère diminution du nombre total de chiens dans les maisons de retraite en France au cours de la période étudiée moins 7 unités. Cependant, le fort développement des activités de chiens visiteurs, que nous retrouvons aujourd hui dans 915 établissements en France, vient atténuer ce premier chiffre. Nous pouvons émettre l hypothèse d un doublement des activités de médiation animale au moyen du chien, entre 2005 et 2010, au travers de ce dernier élément ; notre expérience de terrain confirme cette tendance. Pour la gente féline, nous observons une progression de 37% du taux de possession au cours des 5 dernières années avec un nombre d établissements d accueil qui passe de à cet essor s élève de 48% dans les structures privés et de 26% dans les structures publiques. Au sein des structures privées ce sont les établissements commerciaux qui se démarquent avec un taux de possession de 24% - soit 439 établissements sur les établissements commerciaux interrogés. C est l évolution du nombre de chat qui caractérise le mieux le recours à la médiation animale dans les maisons de retraite ces dernières années en fonction de plusieurs éléments. Tout d abord, le chat est considéré comme le second compagnon de l homme après le chien et sa seule présence apporte de la tranquillité et de la sérénité dans un environnement anxiogène, nonobstant les aspects affectifs auprès des personnes âgées. Ensuite, ses caractéristiques naturelles à l exemple de la taille, l autonomie et la propreté en font un compagnon idéal dans l environnement clos des institutions. Enfin, l introduction d un chat dans une maison de retraite nécessite nettement moins de prérequis que le chien avec une plus grande flexibilité et une moindre contrainte dans la gestion de sa présence en milieu institutionnel. Dans tous les cas, cette progression démontre l intérêt du «vivant» auprès des personnes en situation de dépendance et scelle les fondements de la médiation animale auprès de ce public. Le chat peut devenir un tremplin à d autres activités à visée de médiation et de mieux être physique et psychique.

9 Nous émettons l hypothèse que la baisse du nombre de volières moins 30 unités en 5 ans - se trouve très certainement influencée par la grippe aviaire, mais également par une présence plus importante d autres espèces animales. Nous trouvons la présence d oiseaux dans 7,40% des structures publiques, alors que le secteur commercial qui se démarque dans la présence de chiens et de chats n affiche qu un taux de présence d oiseaux de 6,33%. Dans le contexte actuel, cette catégorie animale devrait poursuivre sa régression. Nous relevons une progression des aquariums de 100 unités au cours de la période observée. Nous trouvons des poissons dans 487 établissements, soit 6% des structures nationales. Cette progression s observe plutôt dans le secteur privé avec une évolution du nombre d aquariums de 51%, contre uniquement 5% dans le public. A l intérieur des structures privées, ce sont les associations qui se démarquent avec un taux de possession de 7,58%, pour seulement 5,03% dans les établissements commerciaux. L ensemble des «autres animaux» évolue de l ordre de 12% avec des différentiels significatifs au niveau des lapins 138 contre 63, soit une évolution de 119% - des poules et des canards ensemble 108, contre 163, soit une diminution de 51%. Cette catégorie particulière répond à des phénomènes de mode mais également à l environnement architectural particulier de certaines structures, notamment rural les moutons, chèvres et chevaux, par exemple. Type d animaux Nombre en 2005 Nombre en 2010 Différentiel Chiens Chats Oiseaux Aquariums (poissons) Autres Tableau 8 - Evolution de la présence animale permanente dans les maisons de retraite entre 2005 et 2010

10 Figure 3 - Evolution de la présence animale dans les maisons de retraite entre 2005 et 2010 D une manière globale, la présence animale permanente augmente de 8% au cours des cinq dernières années établissements en 2010, contre en Nous relevons également une évolution de la pluri-possession animale au sein des établissements, ce qui explique l augmentation du différentiel d animaux (+510 unités entre 2005 et 2010, soit une progression de 15%). Cette évolution constante est le premier fait marquant de notre enquête. Dans l étude de 2010, nous avons intégré le recensement de la présence animale de manière ponctuelle dans les maisons de retraite, soit par le biais d association de chiens visiteurs, soit par la venue d animaux des familles lors des visites à leurs proches hébergés. Ainsi, nous relevons que 915 maisons de retraite bénéficient aujourd hui d une présence animale par le truchement d une association d animaux visiteurs, soit près de 12% des institutions contactées ; cette pratique se trouvait à ses balbutiements en 2005 et la rareté des expériences dans ce domaine ne nous a pas fait intégrer cette donnée dans la première enquête. Mais l élément le plus étonnant repose sur la venue d animaux familiers dans les maisons de retraite lors des visites de familles, amis ou proches ; ainsi, nous dénombrons cette pratique dans établissements en France, soit dans 58% des structures interrogées. Les pictogrammes interdisant l accès aux chiens disparaissent progressivement des portes d entrées des maisons de retraite, alors que cette interdiction était courante il y a à peine une dizaine d années. Les animaux visiteurs d associations et des familles, venus renforcer la présence animale dans les maisons de retraite, représentent le second fait marquant de notre enquête.

11 D une manière générale, nous pouvons énoncer une présence animale de manière sporadique ou constante dans maisons de retraite en France, soit 70% des établissements interrogés dans notre enquête. Au vue des éléments en notre possession, nous pouvons affirmer le développement de ce phénomène au cours des cinq dernières années. Dans notre enquête de 2005, seuls établissements nous ont signalé une présence animale. Cette progression de la présence animale, de manière ponctuelle ou permanente, de 143% en 5 années représente le troisième fait marquant de notre enquête. Cette enquête a été réalisée dans le cadre d une thèse en droit et management des structures sanitaires, sous la direction de Marie-France CALLU, IFROSS, Faculté de droit, Université Jean Moulin Lyon 3 (juillet 2011). Cet ouvrage est disponible (676 pages) : Association 4 pattes pour un sourire (maison de retraite La Roselière) 4, Rue Jules Verne KUNHEIM Prix ,50 de frais de port Vous pouvez contacter l auteur pour toutes questions

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015 1 Introduction Au début de l année 2015, l EHPAD La Vasselière a réalisé une enquête de satisfaction auprès des résidents et des familles. Celle-ci s est articulée autour de 6 thèmes : Situation personnelle

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE 2001 Ce profil est appuyé par les données issues du recensement de Statistique Canada pour les années 1991, 1996 et 2001. UNE POPULATION HAUTEMENT

Plus en détail

Choisy-le-Roi, le 15 avril 2014

Choisy-le-Roi, le 15 avril 2014 Choisy-le-Roi, le 15 avril 2014 Espace d information et de conseil sur l emploi, l orientation, la formation et la création d entreprise, la Cité des métiers accueille depuis le 10 mars les Val-de- Marnais,

Plus en détail

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation Agissant en harmonie avec les principaux acteurs du secteur de l accompagnement des personnes âgées En phase avec les évolutions

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

Loueur en meublés Chambre d hôtes - Gîte

Loueur en meublés Chambre d hôtes - Gîte Loueur en meublés Chambre d hôtes - Gîte 2014-2015 Sommaire Sommaire 2 Synthèse 6 Présentation de la profession 8 1. Définition... 8 2. Accès à la profession... 8 a. Conditions d ouverture... 8 b. Demande

Plus en détail

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale A la Conférence Internationale sur la Population et le Développement, tenue au Caire en 1994, 179 pays ont approuvé un Programme d action qui

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

Objectifs d'insertion en emploi 2006-2017 Population autochtone, région du Québec Notes de lecture, calculs et résultats

Objectifs d'insertion en emploi 2006-2017 Population autochtone, région du Québec Notes de lecture, calculs et résultats Commission de développement des ressources humaines des Premières Nations du Québec (EDRHA de l'apnql) Collectif des services d'emploi et de formation de 29 communautés de Premières nations et de 4 centres

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

72f. Établir la liste des dépenses et les chiffrer. Fiche Pratique 7 Établir un budget prévisionnel

72f. Établir la liste des dépenses et les chiffrer. Fiche Pratique 7 Établir un budget prévisionnel Fiche Pratique 7 Établir un budget prévisionnel Établir un budget est une étape indispensable pour aborder sereinement un projet et rechercher des soutiens financiers auprès de partenaires privés et publics.

Plus en détail

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi Chapitre 4 Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi 4.1 Ensemble des participants Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 616 (18 %) étaient des personnes

Plus en détail

SYNTHESE DE L ENQUETE DE SATISFACTION sur la qualité de l accueil et sur les services des bibliothèques Doc INSA et les Humanités

SYNTHESE DE L ENQUETE DE SATISFACTION sur la qualité de l accueil et sur les services des bibliothèques Doc INSA et les Humanités SYNTHESE DE L ENQUETE DE SATISFACTION sur la qualité de l accueil et sur les services des bibliothèques Doc INSA et les Humanités Synthèse des résultats de l enquête menée par le Groupe accueil des bibliothèques

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE. École : Jean XXIII

PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE. École : Jean XXIII PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE École : Jean XXIII L école et son milieu Population de 1000 habitants; clientèle en 2012 2013 de 92 élèves; un indice de défavorisation de 9; un projet école aux couleurs

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Management du tourisme et des loisirs, spécialité e-commercialisation des produits touristiques de l Université de Corse Pasquale

Plus en détail

par la suite, ont reçu d autre(s) aide(s) pour se développer ou se restructurer (27 entreprises depuis 2007 ; 6 entreprises

par la suite, ont reçu d autre(s) aide(s) pour se développer ou se restructurer (27 entreprises depuis 2007 ; 6 entreprises 6 INDUSTRIE, commerce ET SERVICES n 32 juin 213 ENTREPRISES EN RELATION AVEC UN ORGANISME DE PROMOTION économique : RÉSULTATS DE L ENQUÊTE 212 Selon l enquête 212 de l Office cantonal de la statistique

Plus en détail

DÉCOUVREZ LE SITE INTERNET DU GHAM : www.gham.fr

DÉCOUVREZ LE SITE INTERNET DU GHAM : www.gham.fr DÉCOUVREZ LE SITE INTERNET DU GHAM : www.gham.fr 1 INTRODUCTION Le GHAM fait aujourd hui un bon en avant avec la mise en ligne de son site internet. Nous répondons maintenant à un besoin urgent de communication

Plus en détail

Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35

Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35 Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35 Méthodologie Ce Baromètre est mis en place par la Chambre Régionale de Commerce et d Industrie de Bourgogne,

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

L application de la Psu : premiers éléments de bilan. Comité partenarial petite enfance, Le 25 septembre 2015

L application de la Psu : premiers éléments de bilan. Comité partenarial petite enfance, Le 25 septembre 2015 L application de la Psu : premiers éléments de bilan Comité partenarial petite enfance, Le 25 septembre 2015 1. Réaliser un premier constat après un an de mise en œuvre des ajustements de la Psu Un meilleur

Plus en détail

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution Les secteurs qui recrutent Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution On trouve des diplômés des écoles de commerce dans tous les secteurs d activité. C est l avantage qu offrent

Plus en détail

Enquête sur l accessibilité des droits des personnes en situation de handicap

Enquête sur l accessibilité des droits des personnes en situation de handicap Enquête sur l accessibilité des droits des personnes en situation de handicap Nous avons envoyé nos questionnaires à 697 associations susceptibles de fournir une information ou un accompagnement aux personnes

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

Mesdames et Messieurs les Actionnaires,

Mesdames et Messieurs les Actionnaires, Comme anticipé, les travaux de rénovation des chambres de l aile Palace impactent les résultats du premier semestre 2013. Toutefois, la saison estivale s avère excellente! Mesdames et Messieurs les Actionnaires,

Plus en détail

VIVRE AVEC CONFIANCE.

VIVRE AVEC CONFIANCE. VIVRE AVEC CONFIANCE. Pour mieux vous démontrer le rôle de l assurance-vie au sein de cette stratégie, nous utiliserons des illustrations comportant les éléments suivants : une compagnie (OPCO), une société

Plus en détail

Versions 7.1.0.2 7.2.1

Versions 7.1.0.2 7.2.1 Versions 7.1.0.2 7.2.1 Septembre 2012 Dernières évolutions 1. Loi de Finances rectificative 2012 Impacts edixit... 2 1.1. Transmission Droits de mutation à titre gratuit... 2 1.2. Contribution exceptionnelle

Plus en détail

jeunes parlent de leur Mission Locale! Quand Région Provence-Alpes-Côte d Azur Enquête de satisfaction des usagers des Missions Locales

jeunes parlent de leur Mission Locale! Quand Région Provence-Alpes-Côte d Azur Enquête de satisfaction des usagers des Missions Locales 5000 Quand jeunes parlent de leur Mission Locale! La première enquête de Satisfaction réalisée par l ARDML et les 29 Missions Locales de Provence-Alpes-Côte d Azur. SOMMAIRE CONTEXTE SATISFACTION GLOBALE

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

Diplômés de Dauphine : 95% en poste et une rémunération en forte hausse

Diplômés de Dauphine : 95% en poste et une rémunération en forte hausse Communiqué de presse Enquête 2011 Apec / Université Paris-Dauphine sur l insertion professionnelle Diplômés de Dauphine : 95% en poste et une rémunération en forte hausse Paris, le 12 mai 2011 Pour la

Plus en détail

Date de diffusion publique : 4 septembre, 2012

Date de diffusion publique : 4 septembre, 2012 En règle générale, les Canadiens sont confiants de pouvoir reconnaître les signes d une urgence médicale, mais ils sont moins certains d avoir les compétences nécessaires pour intervenir. Quatre Canadiens

Plus en détail

Les personnes avec incapacité et le marché du travail Synthèse de la recherche

Les personnes avec incapacité et le marché du travail Synthèse de la recherche Les personnes avec incapacité et le marché du travail Synthèse de la recherche PRÉSENTATION Cette recherche 1 avait pour but de mieux connaître la situation de la population avec incapacité sur le marché

Plus en détail

FICHE D INSCRIPTION (offre réservée aux particuliers possédant un hébergement dans le LOT )

FICHE D INSCRIPTION (offre réservée aux particuliers possédant un hébergement dans le LOT ) FICHE D INSCRIPTION (offre réservée aux particuliers possédant un hébergement dans le LOT ) L-HOTE.COM GITE-LOT.INFO Pour inscrire votre hébergement sur notre site, merci de nous retourner le présent document

Plus en détail

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Laure BERTHELEMY Mars 2013 L enquête : Le développement de l usage des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) au sein

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES PAGE 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 3.00 ÉVALUATION DU RISQUE... 3 3.01 Demande d ouverture de crédit...

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES DIRECTIONS JURIDIQUES

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES DIRECTIONS JURIDIQUES 2009 CATALOGUE DE FORMATION POUR LES DIRECTIONS JURIDIQUES SE DISTINGUER PAR LES COMPETENCES Signe Distinctif accompagne les directions juridiques pour développer de nouvelles compétences professionnelles

Plus en détail

Sondage sur le site Web du BSIF de 2014

Sondage sur le site Web du BSIF de 2014 1 Sondage sur le site Web du BSIF de 2014 Sommaire Le 31 mars 2014 Préparé pour le Bureau du surintendant des institutions financières information@osfi-bsif.gc.ca This summary is also available in English.

Plus en détail

OLIVIER BOCQUET ARTHUR ESTABLET JOFFREY SAADA

OLIVIER BOCQUET ARTHUR ESTABLET JOFFREY SAADA OLIVIER BOCQUET ARTHUR ESTABLET JOFFREY SAADA FING «Si j ai une donnée sur vous, vous l avez aussi. Et vous en faites ce qui a du sens pour vous» À travers cette phrase, la FING fixe plusieurs objectifs

Plus en détail

LES ENTREPRISES A L HEURE DE LA MOBILITÉ

LES ENTREPRISES A L HEURE DE LA MOBILITÉ Marketing Services LES ENTREPRISES A L HEURE DE LA MOBILITÉ Une étude réalisée en collaboration avec ! Objectif L ÉTUDE Ø Faire le point sur l utilisation des terminaux mobiles en entreprise par des populations

Plus en détail

ETUDE D USAGE D ALPHALIRE

ETUDE D USAGE D ALPHALIRE ETUDE D USAGE D ALPHALIRE Festival du premier roman de Chambéry-Savoie Festival du premier roman de Chambéry, 237 carré Curial, 73 000 Chambéry Directrice : Véronique Bourlon (veroniquebourlon@festivalpremierroman.com)

Plus en détail

Information Economique

Information Economique Information Economique L ACTIVITE DE L HOTELLERIE en AVEYRON Analyse de données, saisons 211 et 212 L Observatoire mensuel d activité ACTISCOPE TOURISME est un outil qui a pour but de permettre aux différents

Plus en détail

Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France

Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France Juillet 2015 - Occurrence pour CCMO mutuelle Sommaire Contexte et méthodologie 3 1. Préparation

Plus en détail

Arts visuels et design

Arts visuels et design Arts visuels et design Après les études, les nouveaux diplômés HES en arts visuels et en design travaillent avant tout dans le secteur des services privés, principalement au sein d ateliers de graphisme

Plus en détail

BILAN INTERMEDIAIRE DISPOSITIF JEUNES SUNDGAU

BILAN INTERMEDIAIRE DISPOSITIF JEUNES SUNDGAU A.L.S.A. ASSOCIATION POUR LE LOGEMENT DES SANS-ABRI 39 Rue Thierstein - BP 1371-68070 Mulhouse Cedex Tél. : 03 89 32 13 62 Fax. : 03 89 43 76 63 www.alsa68.org BILAN INTERMEDIAIRE DISPOSITIF JEUNES SUNDGAU

Plus en détail

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 Ce document se veut une analyse succincte des indicateurs se rapportant à

Plus en détail

Affaire suivie par Stéphanie LELEU Stagiaire IRA de Bastia. ENQUETE DE SATISFACTION DES USAGERS DES SERVICES DE LA PREFECTURE DE l HERAULT

Affaire suivie par Stéphanie LELEU Stagiaire IRA de Bastia. ENQUETE DE SATISFACTION DES USAGERS DES SERVICES DE LA PREFECTURE DE l HERAULT Affaire suivie par Stéphanie LELEU Stagiaire IRA de Bastia ENQUETE DE SATISFACTION DES USAGERS DES SERVICES DE LA PREFECTURE DE l HERAULT Du 19 au 3 novembre 212 La Préfecture de l Hérault est engagée

Plus en détail

Les critères d identification des pays les moins avancés

Les critères d identification des pays les moins avancés Les critères d identification des pays les moins avancés Vue d ensemble Ce document reprend les éléments présentés sur le site du Comité des politiques de développement http://www.un.org/en/development/desa/policy/cdp/ldc/ldc_criteria.shtml

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

ENQUETE REMUNERATION DES ACTUAIRES EN 2011

ENQUETE REMUNERATION DES ACTUAIRES EN 2011 ENQUETE REMUNERATION DES ACTUAIRES EN 2011 Département Carrières Conférence du 25 janvier 2013 Eclairer les risques, tracer l avenir 1 OBJECTIF INITIAL : Apporter des éléments de rémunération aux membres

Plus en détail

Présentation PLUS D'INFOS. Crédits ECTS : 60

Présentation PLUS D'INFOS. Crédits ECTS : 60 LICENCE PROFESSIONNELLE INTERVENTION SOCIALE : ACCOMPAGNEMENT DE PUBLICS SPÉCIFIQUES PARCOURS GESTIONNAIRE EN INTERVENTION SANITAIRE ET SOCIALE EN GÉRONTOLOGIE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme :

Plus en détail

Quelles nouveautés & quelles solutions pour réduire son impôt?

Quelles nouveautés & quelles solutions pour réduire son impôt? Quelles nouveautés & quelles solutions pour réduire son impôt? La Loi de Finances pour 2013 a introduit de nombreuses modifications concernant l ISF : le barème d imposition a été entièrement repensé,

Plus en détail

ENQUETE. Droit Individuel à la Formation : Quelle Réalité pour les Salariés?

ENQUETE. Droit Individuel à la Formation : Quelle Réalité pour les Salariés? ENQUETE Droit Individuel à la Formation : Quelle Réalité pour les Salariés? Enquête menée d Octobre 2010 à Mars 2011 auprès de 1400 salariés. Extrait de l analyse réalisée par Jean-Pierre Willems, expert

Plus en détail

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification formation qualification motivation emploi Devenez Technicien conseil en prestations familiales La Caisse d'allocations familiales de Paris vous propose une formation une qualification un emploi La Caf

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1.

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1. Préparation à Solvabilité II Analyse des réponses au questionnaire sur la préparation des organismes d assurance 18 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Principaux résultats... 3 3 Ce que

Plus en détail

Licence professionnelle Management des collectivités territoriales et de leurs établissements publics

Licence professionnelle Management des collectivités territoriales et de leurs établissements publics Promotion / Enquête à 3 mois du diplôme Site : Clermont-Ferrand Licence professionnelle Management des collectivités territoriales et de leurs établissements publics Objectif de cette licence professionnelle

Plus en détail

CHARTE DE LA RESIDENCE DE BON-SEJOUR

CHARTE DE LA RESIDENCE DE BON-SEJOUR CHARTE DE LA RESIDENCE DE BON-SEJOUR (Fondation de la Commune de Versoix pour le logement et l accueil des personnes âgées) «Sur des valeurs de Respect de l individu, de Dignité de la personne humaine,

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

chos Tourisme Enquête auprès des touristes ayant demandé des brochures au C.R.T. Bulletin de l Observatoire Régional du Tourisme de Champagne-Ardenne

chos Tourisme Enquête auprès des touristes ayant demandé des brochures au C.R.T. Bulletin de l Observatoire Régional du Tourisme de Champagne-Ardenne N 125 - Décembre 2013 chos Tourisme Bulletin de l Observatoire Régional du Tourisme de Champagne-Ardenne Enquête auprès des touristes ayant demandé des brochures au C.R.T. Photo : Festival Mondial de Théâtres

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

(Du 1 er juillet 2013)

(Du 1 er juillet 2013) Réponse du Conseil communal au Conseil général à l interpellation n 13-601 du groupe socialiste par M. Baptiste Hurni & consorts, intitulée «Pour un retour des poubelles publiques dans les rues de notre

Plus en détail

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Etude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises Résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Méthodologie Deux enquêtes téléphoniques auprès

Plus en détail

Enquête de satisfaction Épargnants 2013 BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Enquête de satisfaction Épargnants 2013 BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS Enquête de satisfaction Épargnants 2013 BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS Enquête de satisfaction épargnants 2013 Renforcer la qualité des relations entretenues avec

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

Carte à requête sur les structures d accueil pour personnes âgées

Carte à requête sur les structures d accueil pour personnes âgées Carte à requête sur les structures d accueil pour personnes âgées Description Cette carte à requête présente l ensemble de l offre en structures d accueil pour les personnes âgées en 2010. L Île-de-France

Plus en détail

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2)

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2) Les informations présentées dans ce document ont été regroupées par Paul Martel, coordonnateur régional dans le cadre du Plan d action gouvernemental pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 18 - Mai 2013 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 401 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC

EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC Septembre 2013 Cette synthèse fait suite à la procédure d évaluation du Master en Management HEC, réalisée au semestre d automne 2011,et incluant

Plus en détail

LES LIEUX de placement pour enfants et adolescents sont souvent. Les lieux de placement collectif en France. Chapitre 8

LES LIEUX de placement pour enfants et adolescents sont souvent. Les lieux de placement collectif en France. Chapitre 8 Chapitre 8 Les lieux de placement collectif en France LES LIEUX de placement pour enfants et adolescents sont souvent désignés par le terme générique d «internat spécialisé». Le nombre d enfants séparés

Plus en détail

Etude Assurance emprunteur : connaissance de la réforme

Etude Assurance emprunteur : connaissance de la réforme Juin 2011 MACIF PRESENTATION DES RESULTATS N 23976 Elodie Van Cuyck Le Millénaire 2 35 rue de la Gare 75019 Paris Tél : 01 45 84 14 44 Fax : 01 45 85 59 39 Etude Assurance emprunteur : connaissance de

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

La place en crèche d entreprise :

La place en crèche d entreprise : La place en crèche d entreprise : Comment facilite-t-elle la conciliation vie familiale et vie professionnelle des salariés-parents? Direction Marketing Communication Etudes www.babilou.com Note méthodologique

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management du logement social de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section

Plus en détail

ENQUÊTE SUR L'IMPACT ECONOMIQUE DU FESTIVAL MONDIAL DES THEATRES DE MARIONNETTES ENQUÊTE CHALANDS

ENQUÊTE SUR L'IMPACT ECONOMIQUE DU FESTIVAL MONDIAL DES THEATRES DE MARIONNETTES ENQUÊTE CHALANDS Le 11 décembre 2006 ENQUÊTE SUR L'IMPACT ECONOMIQUE DU FESTIVAL MONDIAL DES THEATRES DE MARIONNETTES ENQUÊTE CHALANDS Enquête réalisée par questionnaire direct auprès des visiteurs pendant la période du

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor Etude statistique des données fournies par Médiafor L observatoire des métiers de la presse réalise une photographie

Plus en détail

D O S S I E R D E C A N D I D AT U R E

D O S S I E R D E C A N D I D AT U R E Diplôme d Université Etude de la Francophonie et de la Mondialisation Année universitaire 2005-2006 D O S S I E R D E C A N D I D AT U R E Date limite de dépôt des dossiers : Mercredi 22 février 2006 novembre

Plus en détail

Rapport Enquête de Conjoncture 1 er et 2 ème trimestres 2013

Rapport Enquête de Conjoncture 1 er et 2 ème trimestres 2013 Rapport Enquête de Conjoncture 1 er et 2 ème trimestres 15, rue Maréchal Foch 56100 Lorient I Tél 0820 220 440 I Fax 02 97 21 88 85 I Email contact@fymconseil.com I Site www.fymconseil.com SA au capital

Plus en détail

ENQUÊTE JEUNES DIPLÔMÉS PROMOTION 2013

ENQUÊTE JEUNES DIPLÔMÉS PROMOTION 2013 ENQUÊTE JEUNES DIPLÔMÉS PROMOTION 2013 ENQUÊTE JEUNES DIPLÔMÉS 2014 PROMOTION 2013 SYNTHÈSE DES RÉSULTATS L enquête Jeunes Diplômés 2014 sur la promotion 2013 a été réalisée conjointement par des chercheurs

Plus en détail

L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures

L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures Sondage Ifop pour la Fédération nationale de la presse spécialisée Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Guillaume

Plus en détail

Enquête sur les attentes et besoins des personnes en situation de handicap vis-à-vis des Services d Aide à la Personne

Enquête sur les attentes et besoins des personnes en situation de handicap vis-à-vis des Services d Aide à la Personne Ce questionnaire est aussi disponible en ligne sur le site : www.handirhoneservices.org Ou par flash code : Vous pouvez être aidé au remplissage par téléphone au : 06 52 16 34 84 Enquête sur les attentes

Plus en détail

Tests KILT en cours _Pays Basque

Tests KILT en cours _Pays Basque Tests KILT en cours _Pays Basque l Institut Culturel Basque a testé trois outils du module 1.1 (clés de compréhension anthropologique et sociologique) : «Habiter un territoire : une question de regard»

Plus en détail

Enquête 1 er emploi 2012

Enquête 1 er emploi 2012 Enquête 1 er emploi 2012 Filières initiale et externe Enquête réalisée en Avril-Mai 2013 auprès de la promotion 2012 Filières Initiale et Externe (appelées FI dans la suite de l enquête) Nombre de diplômés

Plus en détail

Jeux de hasard juillet 2009

Jeux de hasard juillet 2009 juillet 2009 Les recettes nettes tirées des loteries, des appareils de loterie vidéo (ALV), des casinos et des machines à sous à l extérieur des casinos gérés par l État ont augmenté de façon soutenue,

Plus en détail

Introduction. L enquête

Introduction. L enquête Enquête sur le mal- être et la détresse psychologique des personnes sourdes, malentendantes, devenues sourdes et/ou acouphéniques : Analyse des résultats du point de vue des personnes devenant sourdes

Plus en détail

Observatoire Orange Terrafemina

Observatoire Orange Terrafemina Observatoire Orange Terrafemina Vague 7 M-Commerce : Quand le mobile réinvente le shopping n 1100905 Juillet 2011 Etude réalisée conformément à la norme internationale ISO 20252 2, rue de Choiseul CS 70215

Plus en détail

Les Orientations Médico- Sociales Adultes

Les Orientations Médico- Sociales Adultes Les Orientations Médico- Sociales Adultes 22/10/2013 MDPH 59 1 mdph59 Compétences et Missions de la CDAPH Orientation de la personne en situation de handicap Désignation des types d établissements ou services

Plus en détail

Mesure de la satisfaction des usagers de la MDPH. Questionnaire test

Mesure de la satisfaction des usagers de la MDPH. Questionnaire test Mesure de la satisfaction des usagers de la MDPH Questionnaire test COMMENT UTILISER LE QUESTIONNAIRE? Objectif et finalité de la démarche Ce questionnaire s adresse à tous les usagers de la Maison départementale

Plus en détail

Le Réseau des Petites Avenues. Présentation 4 février 2010

Le Réseau des Petites Avenues. Présentation 4 février 2010 Le Réseau des Petites Avenues Présentation 4 février 2010 Petites histoires des Petites Avenues Issu de L Avenue, maison d hébergement jeunesse. Le but: cesser le phénomène des portes tournantes. Trouver

Plus en détail

MERE DE 3 ENFANTS estimation de votre pension (second degré)

MERE DE 3 ENFANTS estimation de votre pension (second degré) MERE DE 3 ENFANTS estimation de votre pension (second degré) Les fonctionnaires, mères de trois enfants bénéficient du départ anticipé (possibilité de partir quand elles le veulent). Pour le calcul de

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMES DE MASTER 2 PROFESSIONNEL PROMOTION 2006/2007

LE DEVENIR DES DIPLOMES DE MASTER 2 PROFESSIONNEL PROMOTION 2006/2007 LE DEVENIR DES DIPLOMES DE MASTER 2 PROFESSIONNEL PROMOTION 2006/2007 Méthodologie Les informations présentées dans ce document sont issues de l enquête d insertion réalisée auprès des diplômés de Master

Plus en détail

Étudiant. 1er cycle 4359 21% 3.76 64% 22.7 3.3 2e cycle 1846 22% 2.61 76% 29.6 3.0

Étudiant. 1er cycle 4359 21% 3.76 64% 22.7 3.3 2e cycle 1846 22% 2.61 76% 29.6 3.0 INTRODUCTION Dans l'objectif de mieux connaître les habitudes de déplacement de ses étudiants et de son personnel, l'école Polytechnique de Montréal lançait à l automne 2011 la deuxième édition de l'enquête

Plus en détail

Horaires. B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de l information et de la communication

Horaires. B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de l information et de la communication ANNEXE III Horaires Première année* Horaires Modules Numéro Heures Total A. Institutions et réseaux A1 30 A2 50 120 A3 40 B. Publics B1 30 B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Janvier 2013. Un point culminant en 2009

Janvier 2013. Un point culminant en 2009 Janvier 2013 Claude MALLEMANCHE Depuis janvier 2009, près de dix mille demandes d immatriculation d auto-entreprise ont été déposées en Limousin. Trois créateurs sur quatre déclarent qu ils n auraient

Plus en détail

A. Les déplacements. 1. La mobilité. Partie 3 Infrastructures et déplacements. A - Contexte national

A. Les déplacements. 1. La mobilité. Partie 3 Infrastructures et déplacements. A - Contexte national A. Les déplacements 1. La mobilité A - Contexte national Avec les enjeux liés à l'environnement et au changement climatique, les déplacements sont au cœur des préoccupations : indispensable à nos modes

Plus en détail

M W Q O c t o b r e 2 0 1 0

M W Q O c t o b r e 2 0 1 0 Certification ISO 9001 Enquête «entrants» et «sortants» M W Q O c t o b r e 2 0 1 0 MWQ/MESURER/Enquêtes sur la certification/2010/iso 9001 1 1. Introduction Le document «Baromètre Qualité Bilan 2008»

Plus en détail

Prestations de soins et d assistance dispensées par les proches : temps investi et évaluation monétaire

Prestations de soins et d assistance dispensées par les proches : temps investi et évaluation monétaire BUREAU D ETUDES DE POLITIQUE DU TRAVAIL ET DE POLITIQUE SOCIALE BASS SA KONSUMSTRASSE 20. CH-3007 BERNE. TEL +41 (0)31 380 60 80. FAX +41 (0)31 398 33 63 INFO@BUEROBASS.CH. WWW.BUEROBASS.CH Prestations

Plus en détail