Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1"

Transcription

1 ASAC 008 Halifax, Nouvelle-Écosse Jacques Sain-Pierre (Professeur Tiulaire) Chawki Mouelhi (Éudian au Ph.D.) Faculé des sciences de l adminisraion Universié Laval Sélecion de porefeuilles e prédicibilié des rendemens via la durée de l avanage concurreniel En enan compe de la dynamique concurrenielle e de la circulaion bidirecionnelle de l informaion, cee recherche examine le conenu informaionnel e le pouvoir prédicif de la durée de l avanage concurreniel sur les rendemens boursiers. INTRODUCTION La finance e la sraégie on éé, pendan longemps, développées en oue indépendance, de elle sore qu on parle d une dichoomie enre les deux disciplines. L analyse sraégique a essayé de fournir des réponses aux quesions suivanes : Quels son les avanages concurreniels possédés par l enreprise? Combien du emps von-ils durer? Commen peu-on, dans un univers compéiif, les proéger, les conserver ou les ransformer? Touefois, elle n a pas essayé de les quanifier. L imporance accrue de l approche de la créaion de valeur a consiué le poin de dépar du processus de convergence enre l analyse financière e l analyse sraégique, ou de manière plus large, enre finance e sraégie Rappapor e Mauboussin (00) on consaé que l analyse de la sraégie concurrenielle es la clé d une analyse consisane de la valeur acionnariale. D après ces aueurs, les invesisseurs on besoin d aniciper les variaions dans la dynamique de créaion de valeur des firmes. Ces variaions permeen de réviser les différens déerminans de la valeur, don la durée de l avanage concurreniel de la firme (CAP : «Compeiive Advanage Period»). Il convien de signaler que dans un marché financier efficien, le concep de la durée de l avanage concurreniel es éroiemen lié à la valeur inrinsèque. En effe, dans un el marché, ous les acifs son évalués par l uilisaion de rois déerminans : Le rendemen, le risque e la période duran laquelle la firme aura un rendemen sur son capial supérieur à son coû du capial, i.e. la durée de l avanage concurreniel. Alors que les deux premiers déerminans on éé expliciemen uilisés dans la consrucion de porefeuilles d acions à ravers le cadre habiuel rendemen-risque, la durée de l avanage concurreniel de la firme a éé complèemen ignorée. En praique, la plupar des firmes uilisen pour leurs plans sraégiques, une période de prévision rès coure. Celle-ci es habiuellemen différene de la durée esimée de leur avanage concurreniel. Une elle praique augmene considérablemen le pourcenage de la valeur erminale dans la valeur inrinsèque de la firme, de elle sore que le calcul de cee valeur devien hauemen sensible aux hypohèses de croissance implicies au-delà de la période de prévision qui son incorporées dans la valeur erminale. Plusieurs éudes on monré héoriquemen que le concep de la durée de l avanage concurreniel se manifese clairemen dans le mécanisme de créaion de valeur. Ces éudes reposen esseniellemen sur la Nous remercions M. Richard Grizzei de Sern Sewar & Co., New York e M. Carl Simard de SockPoiner, Monréal pour nous avoir fourni des données, les Professeurs Gilles Bernier e Séphane Chréien de l Universié Laval pour leurs commenaires e le LABVAL pour nous avoir fourni du financemen.

2 perinence de la CAP comme mesure approchée de l avanage concurreniel durable de la firme e sur l hypohèse de la circulaion bidirecionnelle de l informaion (Mauboussin e Johnson (997), Booh (998), Mills (998), Brealy e Myers (000), Rappapor e Mauboussin (00), Mills e Dahlhoff (003)). Selon ces aueurs, une mesure issue du marché boursier comme la MICAP (Marke Implied Compeiive Advanage Period), pourrai êre un bon indicaeur de la CAP. Touefois, ces éudes ne son pas sories de leur cadre héorique, e à nore connaissance, il n y a aucune éude qui a abordé empiriquemen la perinence de la CAP quan à sa conribuion dans la sélecion de porefeuilles. Dès lors, l objecif de la présene recherche consise à mesurer e à analyser le conenu informaionnel e la capacié prédicive de la variaion du MICAP quan à la créaion de valeur boursière. Ce ravail sera subdivisé en quare secions : Dans une première secion, nous donnons les diverses définiions de la CAP. Dans la deuxième, nous présenons une revue de la liéraure concernan les principales éudes effecuées sur la CAP. La méhode du calcul du MICAP, l échanillon, la période d éude, la méhodologie e les hypohèses de cee recherche son présenées dans la roisième secion. Les résulas e leur analyse son rapporés dans la quarième secion, suivie d une conclusion.. Qu es ce que la durée de l avanage concurreniel? La durée de l avanage concurreniel es considérée par plusieurs aueurs comme éan le meilleur indicaeur de la performance fuure de la firme. En effe, un avanage concurreniel durable crée des barrières puissanes auour de l acivié de la firme, ce qui lui perme d écarer les concurrens e de réaliser des performances économiques supérieures sur une longue période. Ains la clé du succès à long erme d une firme es largemen déerminée par sa capacié de saisir un avanage concurreniel, mais aussi de le conserver. La noion de durée de l avanage concurreniel a éé inroduie depuis plus de quarane ans par Modigliani e Miller (96). Il s agi de l inervalle de emps duran lequel la firme présene un aux de rendemen sur ses invesissemens addiionnels qui excède son coû marginal du capial. Les forces concurrenielles conduiron les rendemens vers le coû de capial à ravers le emps, i.e. vers un équilibre concurreniel el que décri dans les manuels d économie indusrielle.. La durée de l avanage concurreniel : une revue de la liéraure Il convien de signaler que les éudes en finance sur la durée de l avanage concurreniel ne son pas rès nombreuses. C es grâce à celles de Mauboussin e Johnson (997) e Rappapor e Mauboussin (00) que cee noion a éé mise en lumière. Mauboussin e Johnson (997) on consaé qu une grande parie de la performance des acions des firmes américaines es due aux anicipaions du marché sur la CAP de ces firmes. D après les deux aueurs la CAP représene un indicaeur de performance couran e fuur de la firme. Auremen d la longueur e le changemen relaif de la CAP peuven avoir un impac subsaniel sur la valeur de l acion e sur la créaion de valeur pour les acionnaires. Une éude de Boson Consuling Group (000) monre que l écar, enre la valeur marchande e la valeur fondamenale des firmes les plus performanes au monde, a considérablemen augmené. BCG a appelé ce écar «la prime d anicipaion». En effe, ce écar es perçu comme éan les anicipaions du marché concernan les opporuniés de croissance fuure de la firme. Auremen d on prévoi que les firmes, avec des «primes d anicipaions» élevées auron une bonne performance dans le fuur proche e éloigné. En effe, les invesisseurs anicipen que de elles firmes seron capables de générer des flux monéaires libérés qui ne son pas encore jusifiés par leurs acifs en place. Pour Rappapor e Mauboussin (00) la valeur marchande de l acion incorpore l anicipaion du marché quan à la vraie durée de l avanage concurreniel de la firme. Les deux aueurs on consaé que les «primes d anicipaions»

3 élevées son dues esseniellemen à la vision rès longue du marché e que la plupar des firmes on besoin d au moins dix ans de créaion de valeur pour jusifier leur prix couran. Mills e Dahlhoff (003) on consaé que la différence de la «prime d anicipaions» à ravers les firmes s explique par le concep de la CAP. En effe, ils on considéré que l approche par l avanage concurreniel es parfaiemen appropriée pour déerminer la vraie valeur des firmes. Selon la héorie financière, seule la firme qui dispose d un avanage concurreniel par rappor à ses concurrenes es capable de générer des rendemens supérieurs. Les deux aueurs on consaé que l éude de Mauboussin e Rappapor (00) a enrichi considérablemen le déba sur la perinence du CAP. D après Mills e Dahlhoff (003), si les hypohèses de Mauboussin e Rappapor (00) son vraies, alors la CAP peu êre uile pour la prise des décisions d invesissemen. En plus, elle peu êre un indicaeur perinen pour les dirigeans en les aidans à mieux comprendre commen les marchés financiers apprécien l avanage concurreniel de leurs firmes. Touefois, les deux aueurs on menionné que la faiblesse majeure de ce nouveau concep réside dans le fai qu il n exise aucune évidence empirique qui prouve la relaion enre la CAP e la valeur de la firme. Dans son éude annuelle sur les firmes créarices de la valeur, BCG (003) a analysé les performances financières e boursières de plus de 5000 firmes, les plus performanes au monde, afin d idenifier les déerminans de leur succès. Les résulas de cee éude on monré que dans les indusries en récession, seules les firmes possédan un avanage concurreniel durable (donc une CAP longue) son encore capables de créer de la valeur pour les acionnaires. Sur le plan praique, le concep de la CAP gagne de plus en plus d inérê chez les analyses insiuionnels e les gesionnaires de fonds de placemen. À ire d exemples, aux Éas-Unis, Morningsar Inc., propriéaire d Ibboson Associaes Inc., une des plus imporanes sociéés d informaions financières au monde, uilise mainenan, expliciemen, le concep de CAP, sous le nom de «moa», dans sa méhodologie de recherche pour évaluer les enreprises. Il en es de même de Rochdale Securiies LLC de New York qui uilise ce concep pour ses cliens insiuionnels. Au Canada, Sockpoiner, qui fourni de l informaion financière à plus de 300 analyses financiers, uilise expliciemen ce concep. 3. Méhodologie e hypohèses de recherche 3.. Méhode de calcul du MICAP Pour calculer la MICAP d une firme, on se base sur la formule de Modigliani e Miller (96). Les équaions e, ci-dessous, représenen le poin de dépar de nore méhode. Dans l équaion, on considère l IICAP (Inrinsic Implied Compeiive Advanage Period) comme éan la durée de l avanage concurreniel de la firme. On a supposé que l IICAP des firmes es égal à 0 ans e ceci en se référan à Mauboussin e Johnson (997). Le aux de rendemen inerne moyen aendu sur les nouveaux invesissemens sraégiques (R), qui sera un inran dans l équaion, es une inconnue mahémaique qui es obenue en résolvan l équaion () après avoir enré les aures valeurs, c'es-à-dire la valeur inrinsèque (VI), le bénéfice d exploiaion ne après impôs (BENAI), le coû moyen pondéré du capial (WACC) e le monan à êre invesi chaque année dans les nouveaux projes (I). Dans l équaion (), on uilise la valeur marchande de la firme (VM), oue chose égale par ailleurs, pour calculer la MICAP de la firme. BENAI I ( R WACC) IICAP VI = + WACC WACC ( + WACC) VM BENAI I ( R WACC) MICAP = + WACC WACC ( + WACC ) () () Dans ces deux équaions, on suppose que la différence enre la valeur inrinsèque e la valeur marchande de la firme es due à la différence enre l IICAP e de la MICAP. Enfin, il convien de signaler que nore méhode de calcul du MICAP se base esseniellemen sur l hypohèse de la convergence du 3

4 rendemen marginal du capial invesi vers le coû marginal du capial. Cee hypohèse consiue l élémen de base de la définiion de la durée de l avanage concurreniel. Rappelons, que cee dernière correspond à l année anicipée de la dispariion de l avanage concurreniel de la firme, de elle sore qu à cee dae le rendemen marginal sur le capial es égal au coû marginal du capial e la valeur économique ajouée (VÉA) de la firme aein son maximum. Bien que la convergence du rendemen marginal sur le capial vers le coû marginal du capial puisse s effecuer de plusieurs façons, on a choisi la convergence linéaire afin de simplifier les calculs. 3.. Hypohèses de recherche Une firme qui a une MICAP élevée es une firme qui dispose d un avanage concurreniel durable. C es l anicipaion du marché quan à l avanage concurreniel fuur des firmes qui explique en bonne parie les écars des MICAP des différens ires. Il fau bien comprendre que la MICAP es une mesure de la compéiivié d une firme elle qu anicipée par le marché. Ce qui nous condui à l inerrogaion la plus imporane : Commen la MICAP, qui n es aure qu une anicipaion du marché quan à la durée de l avanage concurreniel d une firme, pourrai êre un bon indicaeur de la performance courane e fuure e nous servir dans la consrucion de porefeuilles? Dans ce qui su on va répondre à cee quesion à ravers les rois voles suivans : () D abord, il convien de signaler que plusieurs aures indicaeurs issus du marché on éé uilisés, depuis longemps, pour la sélecion des ires ayan le meilleur poeniel de rendemen. Par exemple, le raio cours-bénéfice, le momenum, le marke-o-book, le q de Tobin ec. L avanage du MICAP réside dans le fai qu il uilise plusieurs données à la fois. Pris isolémen, la valeur marchande d un ire, son coû de capial, son BENAI, son aux de rendemen implicie, ec., ne signifien pas grand-chose. Cependan, réunis ensemble, la MICAP donne une meilleure image, une synhèse de la siuaion. () Ensuie, la MICAP es foremen liée au concep de l avanage concurreniel durable. En effe, une firme qui possède un avanage concurreniel durable présene normalemen une CAP longue e vice versa. L avanage concurreniel durable es devenu pour les praiciens une quesion cenrale, non seulemen pour comprendre e expliquer l héérogénéié des performances des firmes, mais aussi pour prédire leurs perspecives de croissance. Selon Besanko, Dranove e Shanley (996), un avanage concurreniel perme à la firme de réaliser des performances supérieures à la moyenne de son indusrie. C es dans un el cadre, que plusieurs aueurs, comme Mueller (986), Geroski e Jacquemin (988), Schohl (990), Droucopoulos e Lianos (993), Goddard e Wilson (996) on consaé empiriquemen que l avanage concurreniel es un bon indicaeur de la performance fuure de la firme. Bien qu il soi difficile de quanifier parfaiemen l avanage concurreniel d une firme, on peu dire que la MICAP es un bon indicaeur de celui-ci. Dès lors, plus la MICAP d une acion es élevée, plus les anicipaions des invesisseurs face à ce ire son favorables. Ains l acion sera généralemen rès prisée par le marché. (3) Enfin, on peu avancer l hypohèse de la circulaion bidirecionnelle de l informaion e ses conséquences sur les décisions des dirigeans des firmes (Sunder (989), Bommel (997), Dow e Goron (997), Dye e Sridhar (00), Luo (005), ec.). Selon cee hypohèse, l informaion circule dans les deux sens, de la firme vers le marché des capiaux e de celui-ci vers la firme. C es à ce dernier sens qu on s inéresse le plus pour expliquer la possibilié qu un indicaeur issu du marché pourrai êre un bon indicaeur des rendemens poeniels des ires. Le modèle de la CAP de Rappapor e Mauboussin (00) repose largemen sur l hypohèse de la circulaion bidirecionnelle de l informaion. D après Mills e Dahlhoff (003), il y a quare éapes dans le modèle de la CAP de Rappapor e Mauboussin (00): () calculer la MICAP à parir de la valeur marchande courane de l acion, () comparer la MICAP avec l IICAP, (3) analyser soigneusemen ou écar posiif ou négaif e (4) prendre, selon le résula de cee analyse, les décisions adéquaes pour mainenir ou améliorer cee durée de l avanage concurreniel. 4

5 C es à ce momen là que l informaion issue du marché aura un impac, d abord sur la prise de décisions par les dirigeans des firmes e par la suie sur les rendemens poeniels des ires financiers. La logique de Mills e Dahlhoff (003) repose sur le fai que dans un marché efficien, le niveau des cours des ires reflèe les anicipaions conjuguées des invesisseurs quan à la capacié des firmes de saisir un avanage concurreniel e de le conserver pendan une période de emps bien déerminée (CAP). Auremen d le marché s aend à ce que les firmes à MICAP élevé réalisen des performances économiques supérieures. Touefois, il ne fau pas oublier que les invesisseurs récompensen les firmes à l avance. En effe, si les aenes des invesisseurs ne se confirmen pas dans la réalié, la déérioraion de la performance au marché des ires concernés sera ceraine. C es la âche des dirigeans de saisfaire les aenes du marché, ils doiven non seulemen accroîre la compéiivié de leur firme, mais, ils doiven auss mere en considéraion les informaions issues du marché lors de la prise de décisions. Ains les hypohèses à eser dans ce ravail son les suivanes : H : Les acions à fore variaion posiive du MICAP auron un meilleur rendemen. H : La variaion du MICAP es une variable perinene en ermes de conenu informaionnel pour expliquer la performance financière courane de la firme. H 3 : La variaion du MICAP es une variable perinene en ermes de capacié prédicive quan à la valeur boursière L échanillon e la période d éude Nore éude concerne la période 000 à 004. Après avoir exclus, comme dans la plupar des éudes empiriques, pour conserver l homogénéié de l échanillon, les firmes des seceurs d aciviés Finance, Assurance e l Immobilier (-Digi SIC: 60-67) de la base de données iniiale de Sern & Sewar (005), on a sélecionné un échanillon aléaoire de 80 firmes. Le ableau classe les firmes de l échanillon par seceur d acivié sur la base du code SIC -Digi. Les bases de données de Sern & Sewar (005), Compusa, Daasream e SockPoiner on éé uilisées pour exraire les données nécessaires à l éude empirique. La aille de l échanillon es limiée en raison () de l imporance du raiemen qu il fau apporer à chaque firme pour générer les données, () de la méhodologie de la mesure du MICAP qui exige au dépar, comme il se do d avoir des firmes qui on un rendemen marginal sur leur capial supérieur à leur coû marginal du capial Méhodologie de recherche Pour eser l hypohèse on a poursuivi les éapes suivanes : - ère éape : Pour chacune des années 000 à 004, la MICAP de chacune des 80 firmes a éé calculée, selon la méhode présenée précédemmen. - ème éape : Les firmes son classées par ordre croissan non pas de leur MICAP, mais de leur variaion de MICAP. La jusificaion es la suivane : En classan les firmes par ordre de MICAP, les firmes qui appariennen aux seceurs à faible croissance ne feron jamais parie des porefeuilles à MICAP élevé. Or, parmi ces firmes il y en a cerainemen plusieurs don les acions consiuen un bon acha. Ains en sélecionnan les firmes sur la base de la variaion du MICAP, les porefeuilles à fores e faibles variaions du MICAP seron consiués des firmes apparenan à des indusries de oues caégories. -3 ème éape : À chaque fin d années 00, 00, 003 e 004, cinq porefeuilles son formés à parir des 80 firmes de nore échanillon de la manière suivane : le premier porefeuille conien les 6 firmes ayan les plus faibles variaions du MICAP e le cinquième porefeuille, les 6 firmes ayan les plus fores variaions posiives du MICAP. - 4 ème éape : Pour chacune des années 00 à 005, le rendemen annuel de chaque firme de nore échanillon a éé calculé, comme sui : 5

6 P + P D R = (3) Pi, Avec, R, : Le rendemen annuel du ire i pour l année. - i - P i, : Le prix de fermeure à la dernière journée de ransacions de décembre du ire i pour l année. - D i, : Dividende annuel du ire i pour l année. Nous avons considéré rois sraégies d invesissemen. La première sraégie es la sraégie «Acha-déenion». Cee sraégie consise à acheer un des 5 porefeuilles (sélecionné sur la base de la MICAP) à une année X e à le conserver pendan Y année(s). Éan donné que nore éude s éend sur une période de 4 années (00 005), on peu dénombrer sur cee période 0 horizons de déenion. Nous avons calculé le rendemen annuel moyen qu un invesisseur aurai pu réaliser en appliquan cee sraégie sur chacun des 0 horizons envisageables. La deuxième sraégie es la sraégie «Ré-sélecion chaque année». Cee sraégie consise, par exemple à acheer le porefeuille 5 consiué en décembre 00, à le conserver un an, puis à l échanger en décembre 00 conre le nouveau porefeuille à plus fore variaion du MICAP consiué en décembre 00, ec. Par conséquen, les firmes composan le porefeuille 5 en décembre 00 ne son pas nécessairemen les mêmes que celles qui consiuen le porefeuille 5 en décembre 00. Encore une fois, nous avons calculé le rendemen annuel moyen qu un invesisseur aurai pu réaliser en appliquan cee sraégie sur chacun des 0 horizons envisageables. La roisième sraégie consise simplemen à «l acha de l indice S&P 500». Nous avons calculé le rendemen réalisé par l indice sur chacun des 0 horizons envisageables duran la période 00 à 005. Par la suie, nous ferons références aux sraégies «Acha-Déenion» e «Ré-sélecion chaque année» par l appellaion sraégie e, respecivemen. Pour eser l hypohèse, on a procédé comme sui : En premier lieu, on a uilisé la méhodologie de rangs pour examiner la relaion qui peu exiser enre la MICAP e ceraines mesures de la performance courane de la firme. L avanage de cee méhode réside dans le fai qu elle perme d analyser la corrélaion de MICAP avec les aures indicaeurs de performance sans passer par des ess saisiques. Pour cela, on a sélecionné les hui indicaeurs de performance suivans : - ROC : Le rendemen sur le capial invesi. - EVAC : La valeur économique ajouée normée par le capial invesi au débu. - MVAC : La valeur marchande ajouée normée par le capial invesi au débu. - EVAC : La variaion de la valeur économique ajouée normée par le capial invesi au débu. - MVAC : La variaion de la valeur marchande ajouée normée par le capial invesi au débu. - ROA : Le rendemen sur l acif. - ROE : Le rendemen sur les fonds propres. - VENTES en % : La variaion des venes en pourcenage. En second lieu, on a examiné les coefficiens de corrélaion de Pearson enre la MICAP e les indicaeurs de performance sélecionnés, en enan compe des données groupées («pooled daa»). 6

7 Pour eser l hypohèse 3, on a poursuivi les éapes suivanes : - ère éape : D abord, on a classé les firmes par ordre croissan de leur MICAP. Ensuie, on a consru pour chaque année, cinq porefeuilles : le er porefeuille conien les 6 firmes ayan les plus faibles MICAP, il s agi du er quinile, soi 0% de l échanillon, le 5 ème porefeuille (5 ème quinile) conien les 6 firmes ayan les plus fores MICAP. Le ème porefeuille, le 3 ème porefeuille e le 4 ème son formés des 6 firmes chacun ayan des MICAP inermédiaires. Enfin, on a examiné pour chaque porefeuille, le rendemen annuel fuur moyen, le bêa moyen, la aille moyenne mesurée par la valeur marchande de fonds propres, le raio valeur marchande / valeur compable (VM/VC) e le raio Bénéfices / Cours. - ème éape : Afin d examiner l effe join du MICAP avec les aures variables (bêa, aille, VM / VC e le raio Bénéfice / Cours), on a uilisé l approche bidimensionnelle des variaions dans les rendemens annuels fuurs moyens. Cee méhode perme de vérifier si les firmes à MICAP élevée réalisen des performances supérieures par rappor aux firmes à MICAP faible, après avoir conrôlé l effe des aures variables. Par exemple, pour la MICAP e le bêa, on a commencé par classer (par ordre croissan) les firmes en quariles basés sur leur bêa.ensuie, chaque quarile a éé divisé, à son our, en 4 porefeuilles en se basan sur l ordre croissan des MICAP. Enfin, on a examiné les rendemens annuels fuurs moyens des porefeuilles formés selon bêa e MICAP. - 3 ème éape : D abord, on a examiné les coefficiens de corrélaion de Pearson enre la variable dépendane (le rendemen annuel fuur) e les variables explicaives (la MICAP e les variables de conrôle) en enan compe des données groupées. Par la suie, on a effecué les régressions sur données de panel des modèles suivans : Modèle : RENDAF α BETAi, Modèle : RENDAF α MICAPi, Modèle 3 : RENDAF α BETAi, + β MICAPi, Modèle 4 : RENDAF α Ln( VM ) Modèle 5 : RENDAF α ( VM / VC) Modèle 6 : RENDAF α MICAPi, + α Ln( VM ) Modèle 7 : RENDAF α MICAPi, + α ( VM / VC) Modèle 8 : RENDAF α Ln( VM ) + α ( VM / VC) Modèle 9 : RENDAF α MICAPi, + α Ln( VM ) + α 3 ( VM / VC) Modèle 0 : RENDAF α ( B / C) Modèle : RENDAF α MICAPi, + α ( B / C) Modèle : RENDAF α MICAPi, + α Ln( VM ) + α 3 ( B / C) Modèle 3 : RENDAF + α BETA + α MICAP + α Ln( VM ) + α VM / VC + α B C ( ) 5 ( ) / Avec, - RENDAF : Le rendemen annuel fuur, il es mesuré par le rendemen oal d une année. - MICAP : La variaion du MICAP (i.e. MICAP = MICAP MICAP ) - VM/VC : Le raio valeur marchande des fonds propres / valeur compable des fonds propres - B/C : Le raio bénéfice/cours. - ln(vm) : Le log népérien de la valeur marchande des fonds propres - BETA : Le risque sysémaique. 7

8 4. Résulas e inerpréaions 4.. Résulas des ess de l hypohèse : Le ableau rappore les résulas de la sraégie, c'es-à-dire la sraégie «Acha-déenion». Il indique les rendemens annuels moyens des cinq porefeuilles pour les 0 horizons possibles. Le ableau 3 présene les résulas de la sraégie, c'es-à-dire la sraégie «Ré-sélecion chaque année». Il indique les rendemens annuels moyens des cinq porefeuilles pour les 0 horizons envisageables. Le ableau 4 présene les ess de différences enre les rendemens de ces cinq porefeuilles (données groupées). Les ess de différence de la moyenne (-es) e de la médiane (Wilcoxon-es) son rapporés, respecivemen, aux colonnes e 3 du ableau. Ces ess monren une différence significaive de la moyenne e de la médiane des rendemens du porefeuille versus les rendemens des porefeuilles 4 e 5, des rendemens du porefeuille versus les rendemens des porefeuilles 4 e 5, e les rendemens du porefeuille 3 versus les rendemens du porefeuille 5. À parir des résulas obenus pour les rois sraégies d invesissemen, c'es-à-dire les rendemens annuels moyens des cinq porefeuilles pour les 0 horizons possibles, on peu répondre aux quesions suivanes : () Quesion : Es-ce que l applicaion de la sraégie ou de la sraégie par l acha de porefeuilles à fore MICAP génère un rendemen supérieur à ce qui aurai éé réalisé à l aide de porefeuilles à faible MICAP? () Quesion : Es-ce que la performance générée à l aide des porefeuilles à fore MICAP selon la sraégie a éé supérieure à celle obenue par la sraégie? (3) Quesion 3 : Es-ce que la performance réalisée à l aide des porefeuilles à fore MICAP (que ce soi par la sraégie ou la sraégie ) a éé supérieure à celle de l indice S & P 500? D abord, pour répondre à la quesion, on uilise un es simple qui consise à vérifier sur combien d horizons la performance des porefeuilles à plus fores MICAP a éé supérieure à celle des porefeuilles à plus faibles MICAP e ce, pour chacune des deux sraégies. Les ableaux 5 e 6 présenen les résulas de ce es pour la sraégie e la sraégie, respecivemen. Les résulas de ce premier es monren que la performance des porefeuilles à fores MICAP end à surpasser la performance des porefeuilles à faibles MICAP e cec pour les deux sraégies. Par exemple, selon la sraégie, la performance des porefeuilles à plus fores MICAP (porefeuille 5) a surpassé la performance des porefeuilles à plus faibles MICAP (porefeuille ) sur 9 des 0 horizons envisageables duran la période En oure, ce résula es meilleur pour la sraégie puisqu on a rouvé que pour ous les horizons envisageables (0/0), la performance des porefeuilles 5 a dépassé celle des porefeuilles. D une manière générale, on remarque que les résulas de la sraégie son plus inéressans que ceux de la sraégie. En effe, selon la sraégie la performance des porefeuilles de rang supérieur quan à la MICAP a surpassé la performance des porefeuilles de rang inférieur, 95 fois sur 00 cas possibles. Alors que pour la sraégie, le même résula a éé vérifié 90 fois sur les 00 cas possibles. Ces résulas supporen l hypohèse que nous avons énoncée précédemmen : Les acions à fore variaion posiive du MICAP auron un meilleur rendemen. Ensuie, pour répondre à la quesion, on a opposé les porefeuilles 3 à 5 (puisque ce son les porefeuilles qui on le mieux performé) de la sraégie e la sraégie sur chacun des 6 horizons envisageables duran la période (éan donné que les quare horizons d une seule année son ideniques pour les deux sraégies). Dans le ableau 7, on présene les résulas de cee comparaison. À parir de ce es, on peu dire que la sraégie a éé plus performane que la sraégie sur la majeure parie des horizons éudiés. Ce résula es pariculièremen vrai pour les porefeuilles 4 e 5. En oure, en examinan, les rendemens moyens des porefeuilles à 5 sur les 0 horizons possibles pour les deux sraégies, on a consaé que la sraégie a éé plus performane que la sraégie pour les porefeuilles 4 e 5, il s agi des porefeuilles à fore MICAP. Quan à elle, la sraégie a éé plus performane que la sraégie pour les porefeuilles e, c'es-à-dire pour les porefeuilles à faible MICAP. Pour le porefeuille 3 la performance moyenne de deux sraégies a éé presque idenique. À la lumière de ces 8

9 résulas, on peu dire, ceeris paribus, qu un invesisseur aurai inérê à appliquer la sraégie en achean les porefeuilles à fore MICAP, c'es-à-dire les porefeuilles 4 e 5. Enfin, pour répondre à la quesion 3, on a opposé les sraégies e à la roisième sraégie (acha du S&P 500). En effe, on a comparé la performance des porefeuilles à 5 sélecionnés sur la base de la première e la deuxième sraégie avec la performance du S&P 500 sur les 0 horizons considérés. Le ableau 8 présene les résulas de cee comparaison. D après ces résulas, on remarque que la performance des porefeuilles à fore variaion du MICAP, pour les sraégies e, a surpassé celle du S&P 500 de façon assez sysémaique. Ceci es pariculièremen vrai dans le cas des porefeuilles 4 e 5 qui on surpassé la performance de l indice 0 fois sur les 0 horizons considérés. 4.. Résulas des ess de l hypohèse : Le ableau 9 présene les résulas synhéiques de la méhodologie de rangs. Dans une première éape, on a divisé les 80 firmes classées selon l ordre décroissan de leur MICAP moyenne en quare quariles. Dans une deuxième éape, on a calculé le pourcenage des firmes, classées selon l ordre décroissan des aures indicaeurs de performance e qui appariennen au même quarile issu du classemen selon la MICAP moyenne. Par exemple, pour le rendemen sur le capial invesi (ROC), le 0% de la deuxième colonne signifie que 4 firmes parmi les 0 firmes du er quarile du classemen des firmes en ordre décroissan de leur ROC moyen, appariennen au er quarile issu du classemen des firmes selon l ordre décroissan de leur MICAP moyenne. Les résulas du ableau 9 monren que la MVAC es la plus reliée à la MICAP. En effe, le pourcenage des firmes, classées selon l ordre décroissan de leur MVAC moyenne, e qui appariennen aux mêmes quariles issus du classemen des firmes, selon l ordre décroissan de leur MICAP moyenne, es sysémaiquemen plus élevé par rappor aux pourcenages des aures indicaeurs de performance. Un aure indicaeur de performance es, lui auss relié à la MICAP, il s agi de la MVAC. Un examen minuieux des résulas du ableau 9 monre qu il exise une relaion enre la MICAP e la EVAC. Touefois, cee relaion semble êre moins imporane que celles de la MICAP avec la MVAC, ou encore de la MICAP avec la MVAC. Pour les aures indicaeurs de performance, les résulas du ableau 9 ne permeen pas de irer de conclusions quan à l exisence d une relaion enre ces indicaeurs e la MICAP. L uilisaion d un es saisique à savoir le coefficien de corrélaion de Pearson s avère, dans un el cas, indispensable. Pour cela, on a déerminé les coefficiens de corrélaion de la MICAP e les indicaeurs de performance sélecionnés (données groupées). Les résulas (non présenés ici en raison des conraines de pages) monren que la MICAP es corrélée négaivemen e significaivemen au seuil de % avec le ROC. Le coefficien de corrélaion es égal à -5,7%. Une associaion négaive e significaive au seuil de % es aussi rouvée enre la MICAP e l EVAC, avec un coefficien de corrélaion de - 7,6%. Les résulas indiquen des associaions négaives mais non significaives enre la MICAP e les aures indicaeurs de performance (MVAC, EVAC, ROA, ROE e VENTES en %). Par conre, on a rouvé une relaion posiive e significaive au seuil de % enre la MICAP e la MVAC, soi un coefficien de corrélaion de 5,4%. Un el résula signifie que la MICAP présene un conenu informaionnel imporan pour expliquer la variaion annuelle de la performance au marché de la firme, mesurée par la MVAC. Ces résulas permeen d acceper l hypohèse. En effe, la relaion posiive e significaive enre la MICAP e la MVAC e les relaions négaives e significaives enre la MICAP e le ROC, d une par, e enre la MICAP e l EVAC, d aure par, peuven êre expliquées par le fai que la compéiivié d une firme présene deux dimensions (Porer (985)) : Une première dimension d ordre quaniaif. Dans un el cas, la compéiivié es assimilée à la renabilié. E une deuxième dimension, d ordre qualiaif, qui exprime une capacié ou encore une poenialié de croissance. Si on considère que la MVAC es une mesure approximaive des poenialiés de croissance des firmes, on peu dire que c es la deuxième dimension de la compéiivié qui l empore par rappor à la première dimension. Auremen d le marché apprécie la durée de l avanage concurreniel de la firme en donnan plus d imporance à ses 9

10 poenialiés de croissance, pluô qu à la renabilié de son acivié courane. Ains d après les résulas de la méhode de rangs e les coefficiens de corrélaion de Pearson on peu dire que la MICAP es une variable perinene en ermes de conenu informaionnel pour expliquer la performance financière courane de la firme. En guise de conclusion, l hypohèse es accepée Résulas des ess de l hypohèse 3 : Le ableau 0 présene les caracérisiques des cinq porefeuilles consiués selon la MICAP moyenne. On remarque que la MICAP moyenne es posiivemen reliée au rendemen annuel fuur moyen. Ce dernier es une foncion croissane monoone de la MICAP. En effe, le porefeuille de rang supérieur affiche oujours le rendemen annuel fuur moyen le plus élevé. D après les résulas du ableau 0, il semble que la relaion posiive enre le rendemen annuel fuur moyen e la MICAP moyenne es indépendane de l effe des aures variables reconnues dans la liéraure financière pour avoir un pouvoir explicaif e prédicif imporan sur les rendemens poeniels des firmes (le bêa, le raio VM/VC, le raio B/C e la aille). Par exemple, les résulas de la dernière colonne du ableau 0 monren que la aille moyenne (i.e. Ln(VM) moyen) décroî sysémaiquemen enre le porefeuille e le porefeuille 3, en passan de 9,30 à 8,440. Mais, ceci n implique pas l exisence d une relaion négaive enre la MICAP moyenne e la aille moyenne, puisque cee dernière recommence à croîre enre le porefeuille 3 e le porefeuille 5, en passan de 8,440 à 8,683. Pour mieux examiner l effe join de la MICAP e les variables de conrôle, on a uilisé l approche bidimensionnelle. Celle-c consise à analyser la relaion qui peu exiser enre le rendemen annuel fuur moyen e la MICAP moyenne après avoir conrôlé l effe des aures variables, à savoir, le bêa moyen, le raio VM/VC moyen, le raio B/C moyen e la aille moyenne. Les résulas de ces éudes bidimensionnelles, présenés dans les ableaux,, 3 e 4, on indiqué que la relaion posiive enre le rendemen annuel fuur moyen e la MICAP moyenne persise même après avoir conrôlé l effe des aures variables. Par exemple, le ableau 4 monre qu après avoir conrôlé l effe du raio B/C, la relaion posiive enre les rendemens annuels fuurs moyens e la MICAP moyenne es robuse. En effe, indépendammen du niveau du raio B/C dans les porefeuilles consiués, on remarque que le 4 ème quarile présene oujours le rendemen annuel fuur moyen le plus élevé par rappor à ceux des quariles de rang inférieur. Ceci es vrai aussi pour le 3 ème quarile par rappor au er quarile e par rappor au ème quarile. À ire d exemple, pour le porefeuille à faible-b/c e le porefeuille à B/C-3, le rendemen annuel fuur moyen es une foncion croissane monoone de la MICAP moyenne. Pour eser la robusesse de cee relaion posiive enre la MICAP moyenne e les rendemens annuels fuurs moyens, on a examiné, en premier lieu, les coefficiens de corrélaion de la variable dépendane (RENDAF) e les variables explicaives (la MICAP e les variables de conrôle) en enan compe des données groupées (résulas non présenés ici faue d espace). Les principaux résulas on indiqué que le RENDAF es corrélé posiivemen e significaivemen au seuil de % avec la MICAP. Le coefficien de corrélaion es égal à 6,6%. Une associaion posiive e significaive au seuil de % es aussi rouvée enre le RENDAF e le B/C. Par conre, on a consaé que le RENDAF es corrélé négaivemen e significaivemen au seuil de % avec la aille (ln(vm)). On a remarqué aussi une corrélaion posiive mais non significaive enre le RENDAF e le BETA, e une corrélaion négaive e significaive au seuil de 0% enre le RENDAF e le VM/VC. Les résulas on indiqué une associaion négaive mais non significaive enre la MICAP e le VM/VC, d une par, e enre la MICAP e le B/C, de l aure par, avec des coefficiens de corrélaion de -9,0 % e -3,4% respecivemen. On a consaé aussi une corrélaion posiive mais non significaive enre la MICAP e le BETA, avec un coefficien de corrélaion de 7,65%. Par conre, la MICAP es corrélée négaivemen e significaivemen au seuil de 0% avec la aille. 0

11 En second lieu, on a régressé sur données de panel les modèles à 3. Le ableau 5 rappore les résulas de ces régressions. Pour le modèle, les résulas monren que le bêa présene un pouvoir prédicif faible des rendemens annuels fuurs. En effe, le R ajusé obenu es rès faible, soi 0,3%. Ce résula ne rejee pas oalemen le MÉDAF, mais signifie que l exposiion au risque de marché, représenée par le coefficien bêa dans le MÉDAF, n es pas le seul faceur explicaif des renabiliés boursières. Lorsqu on a régressé la MICAP, seule, sur les rendemens annuels fuurs (modèle ), on a rouvé un coefficien posiif e significaif au seuil de %. Le R ajusé obenu es neemen plus élevé que celui du modèle, soi 6,8%. Dans le modèle 3, on a régressé le bêa e la MICAP ensemble sur les rendemens annuels fuurs. On a rouvé des coefficiens posiifs e significaifs au seuil de 5% pour le bêa e au seuil de % pour la MICAP, le R ajusé a enregisré une faible amélioraion par rappor au modèle, en passan de 6,8% à 6,86%. Les résulas des modèles, e 3 monren que la MICAP es un faceur explicaif des rendemens boursiers fuurs neemen meilleur que le bêa. Pour esimer conjoinemen le pouvoir explicaif de la aille e la MICAP, on a régressé dans le modèle 6, ces deux variables sur les rendemens annuels fuurs. Les résulas monren que le coefficien de la aille es négaif e significaif au seuil de %, alors que le coefficien de la MICAP es posiif e significaif au seuil de %. En plus, le R ajusé obenu es neemen plus élevé, soi 9,9%. La régression du raio VM/VC e la MICAP sur les rendemens annuels fuurs (modèle 7) donne un R ajusé égal à 7,08%. Touefois, le coefficien du raio VM/VC es oujours négaif e non significaif, alors que le coefficien du MICAP a conservé son signe posiif e sa significaion au seuil de %. Dans le modèle 9, on a regroupé les rois variables explicaives ensemble, c'es-à-dire, la MICAP, la aille e le raio VM/VC. Les résulas monren qu il n y a pas des changemens au niveau des signes e de la significaion des coefficiens de ces rois variables. Ce qui signifie que les deux premières variables (la MICAP e la aille) son oujours des faceurs explicaifs des rendemens annuels fuurs. Alors que le raio VM/VC ne semble pas avoir un pouvoir prédicif des rendemens espérés. Le R ajusé obenu pour le modèle 9, es à l ordre de 9,43. L inroducion de la MICAP e le raio B/C dans un même modèle de régression (modèle ) perme d obenir un R ajusé imporan soi,33%. Les coefficiens de deux variables son oujours posiifs e significaifs au seuil de %. Dans le modèle, on a régressé la aille, le raio B/C e la MICAP sur les rendemens annuels fuurs. Les résulas monren que les coefficiens des rois variables affichen les signes aendus e garden leur significaion au seuil de %. En oure, le R ajusé obenu es le plus élevé jusqu à mainenan, soi,5%.enfin, on a régressé le modèle global (modèle 3), qui englobe les cinq variables explicaives. On a obenu un R ajusé de 3,4%, c'es-à-dire légèremen supérieur à celui du modèle, soi,5%, ainsi qu à celui du modèle, soi,33%. En oure, on sai que le modèle englobe rois variables explicaives e le modèle englobe uniquemen deux variables explicaives. Ains on peu dire que le R ajusé élevé du modèle global peu êre dû au nombre élevé des variables explicaives, puisque économériquemen le R augmene avec le nombre de variables explicaives dans le modèle. Dans ce modèle global, ous les coefficiens affichen les signes aendus, mais au niveau de la significaion on remarque que seul le coefficien du raio VM/VC n es pas significaif. D après les résulas de ces 3 modèles de régression sur des données de panel, on peu conclure que l hypohèse 3 es accepée. En effe, la MICAP es une variable perinene en ermes de capacié prédicive quan au rendemen boursier fuur. Même après avoir conrôlé pour l effe des aures variables comme le bêa, le raio VM/VC, le raio B/C e la aille, on a consaé que la MICAP conserve oujours sa capacié prédicive e explicaive des rendemens annuels fuurs. CONCLUSION Porer (985), dans son modèle de l avanage concurreniel, affirme qu il ne fau pas confondre avanage concurreniel durable e posiion dominane sur le marché. Seul le premier es garan d'une performance supérieure e durable dans une indusrie. En effe, un avanage concurreniel durable crée des

12 barrières puissanes auour de l acivié de la firme, ce qui lui perme, non seulemen, de faire face avec succès aux forces de la concurrence, mais aussi de creuser l écar sur ses concurrens e de résiser aux périodes économiques difficiles dans son seceur. Dans les indusries foremen concurrenielles, un avanage concurreniel durable n es pas facile à repérer par les invesisseurs. Le problème réside dans la difficulé de mesurer parfaiemen un avanage concurreniel durable e de enir compe de son aspec qualiaif. Conrairemen aux aures mesures de performance, un avanage concurreniel durable ne peu pas êre rédui direcemen à une formule ou un rappor. Dans cee recherche, on a quanifié l avanage concurreniel durable de la firme dans le cadre de son équilibre économique concurreniel, via le concep de la durée de l avanage concurreniel. Il s agi d un concep for inéressan dans le processus de la créaion de valeur (Rappapor (986)), mais il es souven négligé par les invesisseurs. Les raisons de cee ignorance son sans doue dues à la difficulé de l évaluer. Pour plusieurs aueurs, l explicaion la plus perinene de l héérogénéié des performances des firmes es fondée sur le concep de la durée de l avanage concurreniel. Nore logique dans ce ravail s es basé sur les quare poins suivans : () Dans un marché financier efficien, les cours des ires reflèen oues les informaions disponibles, y compris les avanages concurreniels durables e les anicipaions conjuguées des invesisseurs quan aux perspecives fuures des firmes dans le cadre de leur équilibre économique concurreniel, () l avanage concurreniel durable es considéré par plusieurs aueurs comme éan le meilleur indicaeur de la performance fuure de la firme, (3) la clé de succès à long erme d une firme es largemen déerminée par sa capacié de saisir un avanage concurreniel e de le conserver, auremen di d avoir une durée de l avanage concurreniel longue e de la mainenir, (4) l hypohèse de la circulaion bidirecionnelle de l informaion e ses conséquences sur les décisions des dirigeans des firmes. Ains nore objecif dans cee recherche éai de calculer la durée de l avanage concurreniel impliquée par le marché (MICAP) e d analyser son conenu informaionnel e sa capacié prédicive quan aux rendemens boursiers. Mais face à l impossibilié de déerminer une MICAP relaive à l indusrie, ainsi que sa sandardisaion, on a éudié cee variable en ermes de sa variaion annuelle pluô qu en ermes de son niveau bru. À nore connaissance, aucune éude ne s es proposé d analyser empiriquemen la perinence de la MICAP comme indicaeur de la performance courane e fuure de la firme. En uilisan la formule de Modigliani e Miller (96) e en se basan sur l hypohèse de la convergence du rendemen marginal du capial invesi vers le coû marginal du capial, donc de l exisence des équilibres concurreniels, on a calculé les MICAP d un échanillon de 80 firmes apparenan à la base de données Sern e Sewar (005) sur la période Sur le plan méhodologique, on a chois en premier lieu, d analyser rois sraégies d invesissemen : La sraégie «Acha-déenion», la sraégie «Ré-sélecion chaque année» e la sraégie d acha de l indice S&P 500. Pour cela, on a classé les firmes selon l ordre croissan de leurs MICAP e on a consiué cinq porefeuilles à la fin de chaque année : 00, 00, 003 e 004. On a comparé les rendemens de ces porefeuilles par l inermédiaire de plusieurs ess. Les résulas on monré que les acions à MICAP élevée on un meilleur rendemen que les acions à MICAP faible e que la performance des porefeuilles à MICAP élevée a surpassé celle de l indice S&P 500 de façon assez sysémaique. En deuxième lieu, on a uilisé la méhodologie de rangs e les coefficiens de corrélaion pour analyser la relaion de la MICAP avec les indicaeurs de performance sélecionnés. Les résulas de cee analyse rapporen l exisence d une associaion posiive e significaive enre la MICAP e la MVAC. Les résulas indiquen aussi des relaions négaives e significaives enre la MICAP e cerains indicaeurs de performance comme le ROC e l EVAC. En lian ces résulas avec l exisence des deux dimensions de la compéiivié, une dimension quaniaive e une dimension qualiaive, il semble que la MICAP présene un conenu informaionnel quan à la dimension qualiaive, à savoir les poenialiés de croissance de la firme ( MVAC). En roisième lieu, on a analysé les caracérisiques des cinq porefeuilles consiués selon la MICAP moyenne e on a effecué des analyses bidimensionnelles des variaions dans les RENDAF moyens afin d examiner l effe join de la MICAP avec les aures variables de conrôle : BETA, VM/VC, B/C e ln(vm). Pour eser la capacié prédicive de la MICAP,

13 on a examiné les coefficiens de corrélaion de la variable dépendane (le RENDAF) e les variables explicaives (la MICAP e les variables de conrôle) e on a régressé sur données de panel reize modèles. Les résulas on monré que la MICAP présene un pouvoir prédicif imporan quan à la créaion de valeur boursière, même en présence des variables de conrôle. Brefs, els son les principaux résulas de ce ravail. Ceres les résulas seraien plus généralisables si nous avions pu inclure oues les firmes non financières de la base de données Sern e Sewar (005). Touefois, l indisponibilié de ceraines données e la quanié considérable de emps nécessaire pour calculer les MICAP de chaque firme, nous on empêchés de réaliser un el objecif. L applicaion de cee éude dans le conexe canadien e l analyse du phénomène de la persisance des rendemens économiques supérieurs pour les firmes ayan des MICAP élevées pourraien êre l obje de recherches fuures. Tableau : Classemen des firmes de l échanillon sur la base du code SIC -Digi -Digi SIC Seceur d acivié Nombre de firmes Pourcenage (%) 5-7 Consrucion Indusriel 37 46, Transpor, Communicaions e 8,5 Équipemen Publics 50-5 Commerce de Gros 3 3, Commerce de Déail 4 7, Service 4 5 Toal Tableau : Les rendemens annuels moyens des 5 porefeuilles sur les 0 horizons possibles pour la sraégie Période de déenion Porefeuille (faible- MICAP) Porefeuille Porefeuille3 Porefeuille4 Porefeuille5 (fore- MICAP) Fin 00-Fin 00 Fin 00-Fin 003 Fin 00-Fin 004 Fin 00- Fin 005-0,038 0,0864 0,069 0,039-0,0 0,0964 0,0468 0,0075-0,0706 0,6 0,0669 0,048-0,064 0,35 0,038 0,0509 0,049 0,079 0,48 0,0996 Fin 00-Fin 003 Fin 00-Fin 004 Fin 00-Fin 005 Fin 003-Fin 004 Fin 003-Fin 005 0,0 0,736 0,47 0,90 0,64 0,498 0,00 0,749 0,40 0,0995 0,98 0,458 0,033 0,84 0,83 0,3778 0,80 0,458 0,990 0,36 0,48 0,3089 0,340 0,35 0,43 Fin 004-Fin 005-0,056 0,0397 0,0900 0,095 0,344 Tableau 3 : Les rendemens annuels moyens des 5 porefeuilles sur les 0 horizons possibles pour la sraégie Période de déenion Porefeuille (faible- MICAP) Porefeuille Porefeuille3 Porefeuille4 Porefeuille5 (fore- MICAP) Fin 00-Fin 00 Fin 00-Fin 003 Fin 00-Fin 004 Fin 00-Fin 005-0,038 0,0869 0,060 0,055-0,0 0,0593 0,077 0,004-0,0706 0,0984 0,0647 0,0433-0,064 0,64 0,4 0,0900 0,049 0,97 0,640 0,40 Fin 00-Fin 003 Fin 00-Fin 004 Fin 00-Fin 005 Fin 003-Fin 004 Fin 003-Fin 005 0,0 0,688 0,0 0,90 0,033 0,498 0,94 0,577 0,40 0,089 0,98 0,390 0,058 0,84 0,353 0,3778 0,853 0,55 0,990 0,534 0,48 0,30 0,860 0,35 0,84 Fin 004-Fin 005-0,056 0,0397 0,0900 0,095 0,344 3

14 Tableau 4: Tess de différence sur les rendemens des cinq porefeuilles (données groupées) -es : p-value de Wilcoxon-es: p-value différence de moyenne de différence de médiane Porefeuille vs Porefeuille 0,647 0,687 Porefeuille vs Porefeuille 3 0,640 0,4443 Porefeuille vs Porefeuille 4 0,006*** 0,05** Porefeuille vs Porefeuille 5 0,0004*** 0,008*** Porefeuille vs Porefeuille 3 0,345 0,7369 Porefeuille vs Porefeuille 4 0,033** 0,055* Porefeuille vs Porefeuille 5 0,003*** 0,0** Porefeuille 3 vs Porefeuille 4 0,34 0,59 Porefeuille 3 vs Porefeuille 5 0,0770* 0,036** Porefeuille 4 vs Porefeuille 5 0,30 0,4703 (***), (**), (*) Saisiquemen significaifs, respecivemen, à %, 5% e 0%. Tableau 5: Comparaison de la performance des porefeuilles de la sraégie (Acha-déenion) Porefeuille ( j ) Porefeuille 5 Porefeuille 4 Porefeuille3 Porefeuille Porefeuille Porefeuille ( i ) Porefeuille 5-8/0 9/0 0/0 9/0 Porefeuille 4-0/0 0/0 0/0 Porefeuille 3-0/0 8/0 Porefeuille - 6/0 Porefeuille - Tableau 6 : Comparaison de la performance des porefeuilles de la sraégie (Ré-sélecion chaque année) Porefeuille (j) Porefeuille 5 Porefeuille 4 Porefeuille3 Porefeuille Porefeuille Porefeuille (i) Porefeuille 5-0/0 0/0 0/0 0/0 Porefeuille 4-0/0 0/0 0/0 Porefeuille 3-0/0 9/0 Porefeuille - 6/0 Porefeuille - Tableau 7: La comparaison de la performance des porefeuilles consiués selon la sraégie e Porefeuille (j) de la sraégie Porefeuille 5 Porefeuille 4 Porefeuille 3 Porefeuille (i) de la sraégie Porefeuille 5 6/6 6/6 6/6 Porefeuille 4 /6 6/6 6/6 Porefeuille 3 /6 /6 3/6 Tableau 8: La comparaison de la performance des porefeuilles de la sraégie e avec l indice S & P 500 Sraégie Porefeuilles «x» vs S & P 500 Sraégie 5/0 4/0 7/0 5/0 9/0 3 0/0 0/0 4 0/0 0/0 5 0/0 4

15 Tableau 9: Résulas synhéiques de la méhodologie de rangs ROC EVAC MVAC EVAC MVAC ROA ROE VENTES er quarile 0% 0% 30% 30% 35% 5% 5% 5% ème quarile 5% 5% 0% 0% 35% 0% 0% 40% 3 ème quarile 0% 30% 30% 5% 30% 5% 0% 5% 4 ème quarile 5% 0% 0% 0% 40% 0% 0% 0% er e ème quariles 47,5% 47,5% 5,5% 4,5% 6,5% 47,5% 45% 35% er, ème e 3 ème quariles 68,33% 7,66% 73,33% 7,66% 80% 68,33% 7,66% 70% Tableau 0: Caracérisiques des porefeuilles consiués selon la MICAP moyenne MICAP moyenne RENDAF moyen en % VM/VC moyen β moyen B/C moyen Ln(VM) moyen Faible- MICAP -9,550 6,635 3,368 0,537 0,055 9,30 MICAP- -3,065 9,66 5,87 0,665 0,06 9,07 MICAP-3 0,083,454 3,30 0,57 0,063 8,440 MICAP-4 3,80 7,585 5,450 0,658 0,055 8,550 Fore- MICAP 0,656,840,460 0,754 0,053 8,683 Moyenne 0,6 3,635 3,739 0,637 0,058 8,786 RENDAF es le rendemen annuel fuur, (i.e. RENDAF (+)), la MICAP es la variaion du MICAP, VM/VC es le raio valeur marchande des fonds propres par rappor à la valeur compable des fonds propres, le B/C es le raio bénéfice/cours, ln(vm) es le log népérien de la valeur marchande des fonds propres en M$ e BETA es le risque sysémaique. Tableau : Rendemens annuels moyens des porefeuilles consiués selon Bêa e MICAP Faible- Bêa Bêa - Bêa -3 Fore - Bêa Toal Faible- MICAP 0,093 0,04 0,07 0,08 0,083 MICAP- 0,09 0,098 0,08 0,08 0,095 MICAP-3 0,05 0,34 0,9 0,3 0,6 Fore- MICAP 0,5 0,58 0,48 0,64 0,06 Toal 0,0 0,04 0,57 0,73 Tableau : Rendemens annuels moyens des porefeuilles consiués selon VM/VC e MICAP Faible- VM/VC VM/VC - VM/VC -3 Fore VM/VC Toal Faible- MICAP 0,09 0,46 0,035 0,008 0,070 MICAP- 0,70 0,30 0,0 0,056 0,094 MICAP-3 0,07 0,85 0,80 0,094 0,66 Fore- MICAP 0,95 0,84 0,300 0,4 0,05 Toal 0,66 0,6 0,34 0,075 Tableau 3 : Rendemens annuels moyens des porefeuilles consiués selon Taille e MICAP Faible- ln(vm) Ln(VM) - Ln(VM) -3 Fore ln(vm) Toal Faible- MICAP 0,090 0,78 0,049 0,060 0,094 MICAP- 0,90 0,3 0,047 0,00 0,095 MICAP-3 0,74 0,69 0, 0,7 0,48 Fore- MICAP 0,53 0,40 0,34 0,03 0,08 Toal 0,77 0,79 0,3 0,075 Tableau 4 : Rendemens annuels moyens des porefeuilles consiués selon B/C e MICAP Faible- B/C B/C - B/C -3 Fore B/C Toal Faible- MICAP 0,09 0,00 0,0 0,7 0,08 MICAP- 0,097 0,08 0,090 0,39 0,088 MICAP-3 0,45 0,8 0,0 0,8 0,66 Fore- MICAP 0,85 0,70 0,55 0,8 0,0 Toal 0,4 0,54 0,097 0,80 5

16 Tableau 5 : Les régressions sur données de panel (*) Modèles Consane β MICAP Ln(VM) VM/VC B/C R ajusé F-es ,0335 0,354*** -0,03 3,7809*** 0,434*** 3,5356*** 0,404*** 3,748*** 3,58*** -0,0646-0,08 3,044***,737*** 0,666** 0,39** 0,69** 0,0034*** 0,0037*** 0,008*** 0,0034*** 0,008*** 0,0037*** 0,0030*** 0,009*** -0,448*** -0,3869*** -0,407*** -0,3854*** -0,34*** -0,365*** -0,009-0,003-0,0007-0,0003 0,0000 3,4777*** 3,766***,068**,330*** 0,3% 6,8% 6,86% 3,35% 0,66% 9,9% 7,08% 3,93% 9,43% 4,07%,33%,5% 3,4% 5,** 9,4***,85*** 53,3***,8 35,58*** 0,08*** 6,64*** 3,64*** 4,3*** 9,37*** 6,0*** 6,64*** RENDAF es le rendemen annuel fuur, MICAP es la variaion du MICAP, VM/VC es le raio valeur marchande des fonds propres par rappor à la valeur compable des fonds propres, le B/C es le raio bénéfice/cours, ln(vm) es le log népérien de la valeur marchande des fonds propres en M$ e BETA es le risque sysémaique. (***), (**), (*) Saisiquemen significaifs, respecivemen, à %, 5% e 0%. (*) Le es de Hausman révèle que le modèle à effes fixes es supérieur au modèle à effes aléaoires. Les coefficiens esimés son donc ceux acquis avec le premier modèle. En plus, nous avons inclus des variables binaires représenan chacune une année de la période d éude afin d éliminer l effe emps, pouvan exiser le cas échéan. BIBLIOGRAPHIE - Barney, J. (99). Firm resources and susained compeiive advanage. Journal of Managemen, 7, Besanko, D., Dranove, D. & Shanley, M. (996). The economics of sraegy. John Wiley & Sons, Inc., New York. 3- Bommel, J. (997). Messages from marke o managemen: The case of IPO s. Working paper, INSEAD. 4- Boson Consuling Group. (000). New Perspecives on value creaion. BCG repor. 5- Boson Consuling Group. (00). Dealing wih invesors expecaions. BCG repor. 6- Boson Consuling Group. (003). The Value Creaors: A sudy of he world s op performers. BCG repor. 7- Damodaran, A. (006). Finance d enreprise: Théorie e praique. Tradui par Hirigoyen, G., De Boeck Universié. 8- Dow, J. & Goron, G. (997). Sock marke efficiency and economic efficiency: Is here a connecion? Journal of Finance, 5 (3), Droucopoulos, V. & Lianos, T.P. (993). The persisence of profis in he Greek manufacuring indusry. Inerna. Rev. Appl. Econom, 7, Dye, R.A. & Sridhar, S. (00). Resource allocaion effecs of price reacions o disclosures. Conemporary Accouning Research, 9 (3), Fama, E. (976). Foundaions of finance. New York: Basic Books. - Gerosk P.A. & Jacquemin, A. (988). The persisence of profis: A European comparison. The Econom. J.: The J. Royal econom. Sociey, 98, Goddard, J.A. & Wilson, J.O.S. (996). Persisence of profis for UK manufacuring and service secor firms. Service Indusries J., Hamel, G. & Prahalad, C.K. (994). Compeing for he fuure. Boson, Harvard Business School Press. 5- Jahnke, G., Klaffke, S. & Oppenheimer, H. (987). Price-Earnings Raios and securiy performance. Journal of Porfolio Managemen, Fall,

17 6- Luo, Y. (005). Do insiders learn from ousiders? Evidence from mergers and acquisiions. The Journal of Finance, LX (4). 7- Mauboussin, M. (997). Thoughs on valuaion. Credi Suisse Equiy Research,. 8- Mauboussin M.: (998). Why sraegy maers? Credi Suisse Equiy Research, Mauboussin, M. & Barholdson, K. (00). Measuring he moa:. Assessing he magniude and susainabiliy of value creaion. Credi Suisse Equiy Research, Mauboussin, M. & Schay, A. (00). Thoughs on valuaion II. Credi Suisse Equiy Research, 3. - Mauboussin, M. & Johnson, P. (997). Compeiive advanage period CAP: The negleced value driver. Financial Managemen, 6(), Mc-Gahan, A. (999). Compeiion, sraegy and business. California Managemen Review, 4(3). 3- Mills, R.W. & Dahlhoff, J.U. (003). Compeiive advanage period (CAP) analysis: Looking a share price and firm value from a differen perspecive. Henley Cenre for Value Improvemen, Henley Discussion Paper, Mills, R. (997). Compeiive advanage period. Manager Updae, 9(). 5- Mills, R. (994). Finance, sraegy and sraegic value analysis. Lechlade: Mars Business Associaes. 6- Mills, R. (998). The dynamics of shareholder value. Lechlade: Mars Business Associaes. 7- Modiglian F. & Miller, M.H. (96). Dividend policy, growh, and he valuaion of shares. Journal of Business, 34, Mueller, D.C. (986). Profis in he long run. Cambridge Universiy Press, Cambridge. 9- Porer, M.E. (980). Compeiive sraegy echniques for analyzing indusries and compeiors. New York, NY, Free Press. 30- Porer, M.E. (985). Compeiive advanage: Creaing and susaining superior performance. New York, Free Press. 3- Rappapor, A. (998). Creaing shareholders value: A guide for managers and invesors. New York: Free Press. 3- Rappapor, A. (986). Creaing shareholder value: The new sandard for business performance. The Free Press. 33- Rappapor, A. & Mauboussin, M.J. (00). Expecaions invesing: Reading sock prices for beer reurns. Harvard Business School Press. 34- Rappapor, A. (987). Sock marke signals o managers. Harvard Business Review, Nov Dec, Schohl, F. (990). Persisence of profis in he long run: A criical exension of some recen findings. Inerna. J. Indus. Organ, 8, Sinha, R. (006). Corporae governance and shareholder value analysis. Global Business Review, 7(). 37- Sewar, G.B. (99). The ques for value: A guide for senior managers. Harper Business. 38- Sunder, S. (989). Proof ha in an efficien marke, even sudies can provide no sysemaic guidance for revision of accouning sandards and disclosure policy for he purpose of maximizing shareholder wealh. Conemporary Accouning Research, 5, (), Tobin, J. (969). A general equilibrium approach o moneary heory. Journal of Money, Credi and Banking,,, Tseng, K.C. (988). Low price, price-earnings raio, marke value, and abnormal reurns. Financial Review, 3(3), Wiggins, R. & Ruefl T.W. (00). Susained compeiive advanage: Temporal dynamics and he Incidence and persisence of superior economic performance. Organizaion Science, 3(), Wigmore, B.A. (99). How can we explain he growh of he S&P 500 in he 980s? Goldman Sachs Inernal Research. 43- Yook, K.C. & McCabe, G.M. (00). MVA and he cross-secion of expeced sock reurns. Journal of Porfolio Managemen, 7(3),

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS LA PERTINENCE DES ACTIS INCORPORELS AVEC LES IRS Gaëlle LENORMAND-TOUCHAIS IREJE Universié de Breagne-Sud (rance) Lionel TOUCHAIS CREM-IAE de Rennes Universié de Rennes1 (rance) RESUME : Ce aricle s inerroge

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

DIPLÔME SPECIAL EN MANAGEMENT. EVALUATION DES ACTIONS Analyse fondamentale. 22 Décembre 2005

DIPLÔME SPECIAL EN MANAGEMENT. EVALUATION DES ACTIONS Analyse fondamentale. 22 Décembre 2005 DIPLÔME SPECIAL EN MANAGEMENT EVALUATION DES ACTIONS Analyse fondamenale Décembre 005 Brigie CHANOINE Chargée de cours Déparemen Finance ICHEC Brigie.chanoine@ichec.be Drois réservés Diplôme Spécial en

Plus en détail

Le système d incitation basé sur la valeur économique ajoutée : Un remède à la manipulation comptable? Jihene El Ouakdi* Jacques Saint-Pierre**

Le système d incitation basé sur la valeur économique ajoutée : Un remède à la manipulation comptable? Jihene El Ouakdi* Jacques Saint-Pierre** Le sysème d inciaion basé sur la valeur économique ajouée : Un remède à la manipulaion compable? Par Jihene El Ouakdi* Jacques Sain-Pierre** * Éudiane au Ph.D. Déparemen de finance e assurance Faculé des

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

L impact de l endettement sur la profitabilité Une étude empirique sur données françaises en panel

L impact de l endettement sur la profitabilité Une étude empirique sur données françaises en panel L impac de l endeemen sur la profiabilié Une éude empirique sur données françaises en panel Mazen KEBEWAR Univercié d Orléans (France) Universié d Alep (Syrie) Résumé: Ce aricle a pour objecif d analyser

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1 Crise de change e poliique monéaire opimale dans un modèle de roisième généraion : le rôle de la prime de risque Vincen Bouvaier Je iens à remercier vivemen Chrisian Bordes e Thérèse Chevallier pour leurs

Plus en détail

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1 Parick McGuire +41 61 28 8921 parick.mcguire@bis.org Eli Remolona +852 2878 715 eli.remolona@bis.org Kosas Tsasaronis +41 61 28 882 ksasaronis@bis.org Fonds spéculaifs : évoluion de l exposiion au risque

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

L impact de l activisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Investisseurs Institutionnels.

L impact de l activisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Investisseurs Institutionnels. L impac de l acivisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Invesisseurs Insiuionnels. Fabrice HERVE * Docoran * Je iens à remercier ou pariculièremen Anne Lavigne e Consanin Mellios

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

L effet des activités hors bilan sur la rentabilité et la volatilité des revenus des banques canadiennes

L effet des activités hors bilan sur la rentabilité et la volatilité des revenus des banques canadiennes L effe des aciviés hors bilan sur la renabilié e la volailié des revenus des banques canadiennes Nicolas Pellerin * Déparemen des Sciences Adminisraives Universié du Québec en Ouaouais Essai du D.E.S.S.

Plus en détail

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE 1 Origines e principes de base de l analyse echnique 2 Les ouils de l analyse graphique radiionnelle 3 Les ouils de l analyse saisique A) LES ORIGINES ET

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire DPEE

Plus en détail

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015 zzz UNE APPROCHE CONCEPTUELLE DE L APPROPRIATION DES SYSTEMES D INFORMATION MOBILES (SIM) PAR LES UTILISATEURS OUEST AFRICAINS AU TRAVERS D UNE METHODE DELPHI Marc BIDAN & Béchir ABBA GONI Thème n 5 PLAN

Plus en détail

CHAPITRE III LA PREVISION

CHAPITRE III LA PREVISION CHAPITRE III LA PREVISION Prévoir ce qui va se passer dans le fuur es d'une imporance capiale pour la plupar des enreprises. En effe, la producion es selon le ype d'acivié un processus plus ou moins long,

Plus en détail

Claudio Araujo, CERDI 1

Claudio Araujo, CERDI 1 0/09/03 Macroéconomérie I. Naissance de la modélisaion macroéconomérique : Cowles Commission and London chool Economics Claudio Arauo CERDI, Universié d Auvergne Clermon-Ferrand, France www.cerdi.org hp://www.cerdi.org/claudio-arauo/perso/

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003 GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, aoû 2003 Thomas JEANJEAN 2 Cahier de recherche du CEREG n 2003-13 Résumé : Depuis une vingaine d années, la noion d accruals discréionnaires

Plus en détail

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE 009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, 1948-008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE DE LA FORME FAIBLE Thi Hong Van HOANG Efficience informaionnelle des marchés de l or

Plus en détail

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants?

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants? Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 28 février 2015 De l inscripion à la publicaion des résulas en ligne à l Universié de Lomé : quels impacs sur l adopion des TIC chez les éudians? Halourou MAMAN, Universié

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Écart de production et inflation en France

Écart de production et inflation en France L obje de la présene éude es d apprécier l incidence sur l inflaion d une modificaion de l écar de PIB. Les qualiés explicaives e prédicives des six indicaeurs d écar de producion calculés pour la France

Plus en détail

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise N 150 21 juille 2010 France : la consommaion privée bridée par la faiblesse des revenus en sorie de crise La consommaion des ménages en France a neemen freiné depuis la crise financière. La récession qui

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1 Les Généraeurs de Scénarios Économiques : quelle uilisaion en assurance? 1 Alaeddine FALEH 2 Frédéric PLANCHET 3 Didier RULLIERE 4 ISFA- Universié Lyon I 5 Caisse des Dépôs e Consignaions 6 RÉSUMÉ Dans

Plus en détail

CAHIER DE RECHERCHE : 2008-02 E2. Relation entre notation sociale et structure financière des. entreprises : une étude empirique.

CAHIER DE RECHERCHE : 2008-02 E2. Relation entre notation sociale et structure financière des. entreprises : une étude empirique. CAHIER DE RECHERCHE : 2008-02 E2 Relaion enre noaion sociale e srucure financière des enreprises : une éude empirique. GIRERD-POTIN Isabelle, LOUVET Pascal, GARCES-JIMENEZ Sonia Unié Mixe de Recherche

Plus en détail

Gestion Actif Passif et Solvabilité

Gestion Actif Passif et Solvabilité Gesion Acif Passif e Solvabilié Charles Descure & Crisiano Borean Generali France 7/9 Boulevard Haussmann 759 Paris Tel. : +33 58 38 86 84 +33 58 38 86 64 Fax. : +33 58 38 8 cdescure@generali.fr cborean@generali.fr

Plus en détail

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation?

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation? La monnaie es-elle un bon indicaeur de la producion e de l inflaion? Marin Charron* Ocobre 2002 Documen de ravail du Minisère des Finances 2002-04 Minisère des Finances Direcion des poliiques économique

Plus en détail

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis N o 11F0027MIF au caalogue N o 016 ISSN: 1703-0412 ISBN: 0-662-89622-X Documen de recherche Série de documens de recherche sur l'analyse économique (AE) Répercussions du ravail auonome sur la croissance

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES

CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES Thomas Jeanjean To cie his version: Thomas Jeanjean. CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES. 22ÈME

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes.

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes. Sous-évaluaion des prix d opions par le modèle de Black & Scholes. Mise en évidence par une dynamique combinan mouvemen brownien e processus à saus. Marc Debersé ocobre 6 Résumé S il es bien connu que

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés COMPARAISONS INTERNATIONALES Renabilié e profiabilié du capial : le cas de six pays indusrialisés Arnaud Sylvain* On compare sur la période 1965-1999 les rendemens brus du capial aux Éas-Unis, au Japon

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations

Question 1: Analyse et évaluation des obligations Quesion 1: Analyse e évaluaion des obligaions (31 poins) Vous ravaillez dans le déparemen des invesissemens obligaaires pour une compagnie d assurance-vie. Vous avez créé le ableau ci-dessous conenan des

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

Quels sont les liens entre monnaie et inflation?

Quels sont les liens entre monnaie et inflation? 6 mai 9 - N 16 Quels son les liens enre monnaie e inflaion? RECHERCHE ECONOMIQUE Rédaceur : Sylvain Broyer Il es éviden que le risque inflaionnise par l économie es inexisan aujourd hui. Mais il se pose

Plus en détail

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché français Dominique epin To cie his version: Dominique epin. L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché

Plus en détail

L impact des conditions financières sur la décision d investissement

L impact des conditions financières sur la décision d investissement INVESTISSEMENT L impac des condiions financières sur la décision d invesissemen Fabienne Rosenwald* Depuis une dizaine d années es apparu un regain d inérê pour l éude des liens enre les décisions d invesissemen

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon Crise Financière, Poliique de Déflaion, Poliique D anicipaions e Ciblage des Taux Longs au japon SOUMARE Ibrahima Universié de Rouen Haue Normandie (France) Laboraoire CARE (Cenre d Analyse e de Recherche

Plus en détail

SECONDE PARTIE ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE DE LIQUIDITÉ. La Liquidité - De la Microstructure à la Gestion du Risque de Liquidité

SECONDE PARTIE ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE DE LIQUIDITÉ. La Liquidité - De la Microstructure à la Gestion du Risque de Liquidité SECONDE PARTIE ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE DE LIQUIDITÉ Erwan Le Saou - Novembre 2000. 169 Au cours de la première parie de cee hèse, nous avons mis en relief l aspec «microsrucurel» de la liquidié.

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement La siuaion financière des sociéés non financières en France 199- Baisse du aux d épargne e recours accru à l endeemen Jean-Luc CAYSSIALS Direcion des Enreprises Observaoire des Enreprises Olivier VIGNA

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale 5 3. Avanage comparaif des exporaions de crevees d élevage: une évaluaion globale Dans la présene secion nous appliquons le cadre d évaluaion exposé ci-dessus pour évaluer l avanage comparaif des principaux

Plus en détail

L effet richesse en France et aux États-Unis

L effet richesse en France et aux États-Unis L effe richesse en France e aux Éas-Unis Cécile CHATAIGNAULT David THESMAR Division Synhèse conjoncurelle Pierre-Olivier BEFFY Brieuc MONFORT Division Croissance e poliiques macroéconomiques Enre ocobre

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

"Modèles Macroéconomiques"

Modèles Macroéconomiques QUELLES SONT LES VARIABLES QUI AFFECTENT LES SECTEURS DU SPI 1? "Modèles Macroéconomiques" Professeur Jean-Chrisian Lambele Assisan : Alexander Mihailov ABSTRACT La présene éude uilise le modèle à faceurs

Plus en détail

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée.

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée. Relaion enre la Volailié Implicie e la Volailié Réalisée. Le cas des séries avec la coinégraion fracionnaire. Rappor de Recherche Présené par : Mario Vázquez Velasco Direceur de Recherche : Benoî Perron

Plus en détail

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne Documens de Travail du Cenre d Economie de la Sorbonne D un muliple condiionnel en assurance de porefeuille : CAViaR pour les gesionnaires? Benjamin HAMIDI, Emmanuel JURCZENKO, Berrand MAILLET 2009.33

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

Quelle convergence pour les primes de risque sur les marchés boursiers? Une analyse sur des données internationales de 1984 à 2007

Quelle convergence pour les primes de risque sur les marchés boursiers? Une analyse sur des données internationales de 1984 à 2007 Quelle convergence pour les primes de risque sur les marchés boursiers? Une analyse sur des données inernaionales de 1984 à 2007 Rafik ABDESSELAM 1, Sylvie LECARPENTIER-MOYAL 2, Paricia RENOU-MAISSANT

Plus en détail

La BCE réagit-elle au prix des actifs financiers?

La BCE réagit-elle au prix des actifs financiers? La BCE réagi-elle au prix des acifs financiers? Dominique Pepin To cie his version: Dominique Pepin. La BCE réagi-elle au prix des acifs financiers?. 010. HAL Id: hal-0096366 hps://hal.archives-ouveres.fr/hal-0096366

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie Condiions Générales Valan Noe d Informaion Assurance Vie DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. Epargne évoluion es un conra individuel d assurance sur la vie de ype mulisuppors, exprimé en euros e/ou

Plus en détail

Productivité Globale des Facteurs et Croissance dans un contexte de Changement Institutionnel : Le cas du Venezuela (1942-2002)

Productivité Globale des Facteurs et Croissance dans un contexte de Changement Institutionnel : Le cas du Venezuela (1942-2002) Producivié Globale des Faceurs e Croissance dans un conexe de Changemen Insiuionnel : Alejandro Quijada * Aoû 2004 Résumé Le Venezuela es le dixième produceur e le sixième exporaeur mondial de pérole.

Plus en détail

Essai sur les Modèles du Taux de Change. Incorporant la Règle de Taylor

Essai sur les Modèles du Taux de Change. Incorporant la Règle de Taylor Universié de Monréal Essai sur les Modèles du Taux de Change Incorporan la Règle de Taylor Par Houria Aoufi Sous la direcion de Mme Marine Carrasco Déparemen des Sciences Économiques Faculé des ars e des

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également.

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également. ÉTUDE DE COURBES PARAMÉTRÉES 39 6. Éude de courbes paramérées 6.. Définiions Remarques La courbe (C) n es pas nécessairemen le graphe d une foncion ; c es pourquoi on parle de courbe paramérée e non pas

Plus en détail

( ) et est alors représenté par le graphe ci-

( ) et est alors représenté par le graphe ci- LE SIGNAL SINUSOIDAL : PRODUCTION ET OBSERVATION Le bu de ce premier TP es d une par la prise en main du maériel nécessaire pour l observaion des ondes lors de la prochaine séance (uilisaion de l oscilloscope),

Plus en détail

pour un régime de rentiers

pour un régime de rentiers Les Crières normes d allocaion IFRS en assurance d acifs pour un régime de reniers 1 er juille 2004 Frédéric PLANCHET Acuaire associé Pierre THEROND Acuaire 1 er juille 2004 Page 1 Conexe (1) La déerminaion

Plus en détail