RETOUR AU TRAVAIL Stratégies de soutien du superviseur lorsque la santé mentale joue un rôle dans le retour de l employé au travail

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RETOUR AU TRAVAIL Stratégies de soutien du superviseur lorsque la santé mentale joue un rôle dans le retour de l employé au travail"

Transcription

1 RÉSUMÉ : Facteurs et stratégies visant à aider les infirmières et infirmiers en santé au travail à appuyer le superviseur dans les cas de retour au travail d'employés qui ont eu des problèmes de santé mentale. RETOUR AU TRAVAIL Stratégies de soutien du superviseur lorsque la santé mentale joue un rôle dans le retour de l employé au travail L'auteure souligne que les sources principales du présent article sont le Centre pour la santé mentale en milieu de travail de la Great-West et l initiative «La santé mentale au travail». Le Centre pour la santé mentale consacre sa connaissance des problèmes de santé mentale à l élaboration de plans d action rentables pour les employeurs canadiens. La santé mentale au travail, initiative de l Association canadienne pour la santé mentale (division de l Ontario), aide les organismes à gérer leur devoir de conception d aménagements pour les employés ayant des incapacités mentales, telles la dépression et l angoisse, en milieu de travail. Soumis par Mary Ann Baynton, M.S.S., travailleuse sociale autorisée, directrice des programmes du Centre pour la santé mentale en milieu de travail de la Great-West. Au fil des ans, on m a confié la tâche d aider les infirmières en santé du travail (IST) à relever les défis que comporte le processus de retour au travail et de conception d aménagements lorsque la santé mentale d un employé est en cause. Il peut s'agir d'une période difficile dans le milieu de travail, surtout si le superviseur a des réserves sur l'employé concerné. L IST peut alors jouer un rôle précieux, étant généralement la plus qualifiée pour fournir, tant au superviseur qu'à l'employé, des services intégrés de santé et sécurité au travail. L une des difficultés qui peut toutefois se poser dans la plupart des milieux de travail est que l IST n'a aucune autorité sur le superviseur; celui-ci n est donc pas obligé de s adresser à elle pour obtenir des conseils et des stratégies visant à répondre à ses besoins et à ceux de l employé qui retourne au travail. De nombreuses IST estiment que, durant cette période, leur rôle consiste davantage à administrer les politiques

2 existantes qu à travailler avec les directeurs et les superviseurs à la préservation, à la promotion et au rétablissement de la santé, de la sécurité et du bien-être. En revanche, dans un cas récent, il semble qu'on ait conféré à l IST le pouvoir d agir dès le retour au travail d un employé qui avait eu un problème de santé mentale. Jeanne (nom fictif) avait de l expérience et a bien compris son rôle dans le processus de retour au travail et de conception d aménagements. On a fait appel à mes services à titre de consultante auprès de Jeanne, et j'ai été immédiatement impressionnée par ses connaissances et son professionnalisme dans ses interactions avec le vice-président et les spécialistes en ressources humaines de l entreprise. Dans tous les aspects de la santé et de la sécurité au travail, elle a agi conformément à sa formation, à son expertise et à ses capacités. Lorsque nous nous sommes rencontrées en tête-à-tête pour discuter de façon plus approfondie du retour au travail de l'employé concerné, Jeanne m'a dit qu elle était venue bien près de mettre fin à son mandat auprès de l entreprise. Malgré la vaste expérience de Jeanne, la direction ne l'appuyait pas entièrement dans ses efforts pour contribuer à favoriser et à appuyer un milieu de travail mentalement sain. Jeanne pouvait citer plusieurs cas précis où la direction avait fait échec au processus et, particulièrement, aux besoins du personnel. Jeanne sentait qu elle avait les mains liées et que, malgré toute sa formation, son rôle consistait surtout à faire appliquer les politiques en place et à veiller à ce les employés remplissent les bons formulaires actions qu'elle jugeait contre-intuitives par rapport à son objectif consistant à aider les employés qui avaient du mal, en raison de leur maladie, à observer les règles et la réglementation. Elle a conclu que les cadres supérieurs de l entreprise n avaient pas la formation nécessaire pour répondre aux besoins précis des employés ayant des problèmes de santé mentale au travail. Notre entretien a indiqué que l équipe de direction n avait jamais reçu de formation structurée en gestion de la santé mentale en milieu de travail et que ses réactions résultaient de son manque de connaissances et de compréhension. L équipe de direction ne connaissait ni les mesures qu'elle pourrait prendre pour encourager un milieu de travail plus sain mentalement ni la façon d aider les employés à

3 bien vivre leur retour au travail après une absence reliée à des problèmes de santé mentale. Jeanne a tenu auprès des cadres supérieurs une séance de formation consacrée non seulement aux besoins des employés, mais aussi aux facteurs de stress que subissent généralement les directeurs dans ces situations. Elle voulait que les cadres supérieurs comprennent le coût émotionnel qu assument les responsables de la gestion des problèmes de santé mentale au travail, ainsi que la nécessité pour l entreprise de faire une priorité, pour l ensemble du personnel, de tous les aspects de la santé et du bienêtre. La formation dispensée comprenait des stratégies pratiques en matière de santé mentale au travail que les directeurs pouvaient mettre immédiatement en place avec leur personnel. Échaudée par les résultats précédents, Jeanne était pessimiste. Toutefois, les directeurs acceptant les nouvelles stratégies avec enthousiasme, elle a décidé de poursuivre son mandat auprès de l entreprise. Dans son appel aux fins de suivi, elle a dit : «C est vrai que lorsque l on en sait davantage, on en fait davantage.» Dans un autre cas, une haute dirigeante a déclaré qu un employé la harcelait au point qu elle se sentait visée personnellement et en danger. Elle avait dit à son interlocutrice des ressources humaines qu elle craignait de traiter avec cet employé sur quelque sujet que ce soit. Comme tout ne concordait pas, l interlocutrice en question a consulté l IST de l entreprise qui, à la suite d un examen plus poussé, a conclu que la directrice éprouvait des problèmes de santé mentale, dont la paranoïa. Cette affection l amenait à croire que l employé en question voulait lui causer du tort. L IST l'a incitée à consulter un médecin et, une fois le diagnostic posé, lui a donné le soutien dont elle avait besoin pour redevenir efficace dans son poste et dans ses interactions avec son personnel. Une autre IST se préoccupait de ce qu elle appelait la «médicalisation des problèmes de rendement». Les directeurs lui envoyaient des employés, ne sachant que faire avec ces derniers et ne voyant aucun rapport entre leur manque de productivité et les techniques de gestion employées. L IST a découvert qu un bon nombre de ces employés n avaient pas les connaissances, les compétences ou les ressources nécessaires pour exercer adéquatement leurs fonctions. Par conséquent, elle encourageait ces employés à retourner voir leurs directeurs pour leur demander les ressources et le soutien qu'exigeait leur réussite au travail.

4 Encore un autre cas : le problème n'était pas que le superviseur présumait une maladie d un employé, mais qu'il ne pouvait déterminer quand l employé était malade. Il prenait alors des mesures disciplinaires, alors qu il était évident pour l IST que l'employé en question était atteint d un trouble de santé mentale. Pour résoudre de telles situations, le Global Business and Economic Roundtable on Mental Health and Addiction a introduit la notion appelée Exclure les sanctions (traduction libre de Rule out Rule). En cas d absentéisme ou de rendement déficient d un employé, le superviseur doit, avant de prendre des mesures disciplinaires, envisager la possibilité que le problème soit d ordre médical. Un trouble de santé mentale a fréquemment des répercussions sur le comportement, l apparence et le rendement de l employé : retards fréquents, échéances non respectées, conflits interpersonnels et erreurs multiples. Souvent, le superviseur conclut alors, à tort, à une mauvaise attitude de l employé. Reprenons notre exemple. L IST a montré au superviseur qu il peut observer des signes et des symptômes de troubles de l humeur, comme l angoisse et la dépression. Avant d imposer des mesures disciplinaires progressives, le superviseur a été incité à faire part à l employé de ses observations et de ses inquiétudes plus précisément à indiquer qu'il se préoccupait du changement de comportement et de rendement de l'employé. L IST a montré au superviseur à user d exemples précis et concrets et à s exprimer de façon objective en évitant de juger ou de blâmer l'employé. Travailler à l obtention des meilleurs résultats Certaines IST ont fait état de cas où l on a travaillé fort pour aider des employés à élaborer des plans de retour au travail qui tiennent compte de leurs soucis en matière de santé mentale, mais où les plans ont échoué lorsque les employés ont été exposés aux facteurs de stress dans leur milieu de travail. Quel que soit l auteur du plan de retour au travail, c est souvent au superviseur qu il incombe de le mettre en place avec succès. Pour lui, cela consiste fréquemment à concilier les exigences de l entreprise, des collègues et de l employé qui reprend le travail avec ses propres responsabilités. Pour cette raison, de nombreuses IST jugent que le superviseur joue un rôle crucial dans la réussite du retour au travail et dans le fait qu il doit veiller à ce que le rôle de l IST ne soit pas complètement négligé ou ignoré.

5 Stratégies de mise en œuvre d un plan efficace de retour au travail Obtenir le soutien de la haute direction au superviseur pour qu il participe à la conception des aménagements à accorder aux employés. Préconiser une formation adéquate du superviseur qui travaille avec des employés en détresse, afin qu il décèle les signes et les symptômes de maladie mentale au travail et qu il trouve des solutions de maintien de la productivité. Recommander ou fournir de l information au superviseur pour qu il soit conscient de ses réactions face à des comportements émotifs tels que les pleurs, la colère, la frustration et la «tactique du silence». Cette sensibilisation lui permet de mieux réagir dans des périodes de stress. Faire participer le superviseur dès le départ à l analyse de stratégies d aménagement qui prennent en compte les réalités du milieu de travail et de la dynamique de groupe. Veiller à ce que le superviseur reçoive le soutien nécessaire pour gérer les situations stressantes. Ce soutien est accordé par téléphone au moyen de nombreux programmes d aide aux employés (PAE). On peut informer le superviseur du soutien offert et l inciter à y recourir par l entremise des ressources humaines, d un programme de santé au travail ou du mentorat. Prendre les dispositions nécessaires afin que le superviseur et l employé se rencontrent pour discuter du plan de retour au travail avant le retour au travail. L entretien peut porter, notamment, sur la mise en place de ce plan, sur les difficultés prévues, le cas échéant, et sur les soutiens pouvant être offerts. Conseils de communication pour traiter avec des employés pouvant avoir des problèmes de santé mentale Voici des stratégies précises qui ont fait leurs preuves dans la gestion de ces situations et conversations parfois difficiles. Vous pouvez appliquer vous-même certaines de ces stratégies ou en faire part aux superviseurs. Dans la section «Gestion du rendement» du site Web du Centre pour la santé mentale en milieu de travail, vous trouverez un complément d information sur les stratégies de communication efficaces, notamment une feuille de travail contenant les renseignements ci-dessous destinés aux superviseurs.

6 Écouter pour comprendre. Écouter pour comprendre, cela signifie que vous tentez sincèrement de comprendre non seulement ce que la personne dit, mais surtout ce qu elle veut dire. Lorsqu une personne est en détresse ou a un problème de santé mentale, il arrive souvent que ses propos ne correspondent pas vraiment à ce qu elle veut réellement dire. Vous avez une bien meilleure chance de comprendre son point de vue si vous la mettez en confiance et si vous lui donnez le temps d articuler ses propos, puis d en clarifier ou d en corriger le sens. Ce que nous entendons provoque parfois en nous une réaction émotive. Lorsque nous écoutons les autres, nous risquons d être distraits par notre propre «bavardage interne», qui peut comprendre des jugements, des opinions et des réactions à ce que l'on nous dit. Lorsque nous écoutons pour comprendre, nous nous concentrons sur la personne et sur ses préoccupations, non les nôtres. Nous sommes attentifs à ses problèmes et besoins sous-jacents, de sorte que nous sommes mieux préparés pour amorcer une discussion sur les solutions. Distinguer acceptation et accord. Comme les besoins et les perceptions varient d une personne à l autre, vivre et travailler en société sera toujours source de conflits. Une écoute attentive peut nous aider à mieux résoudre les problèmes et à trouver des solutions répondant mieux aux besoins de chacun. Écoutez d'abord et acceptez ce que vous entendez, même si vous n êtes pas d accord, avant d exprimer votre point de vue. Si vous acceptez que les perceptions d un tiers sont valables pour lui, même si vous ne voyez pas les choses de la même façon, il sent que vous l écoutez et est lui-même, par conséquent, mieux disposé à vous écouter. Accepter les pensées et les sentiments d un tiers vous laisse quand même les possibilités suivantes : être en accord ou en désaccord avec son point de vue ou ses actions; lui dire que vous devez refuser sa demande, mais que vous êtes prêt à chercher d autres façons de répondre à son besoin; en dire davantage sur le sujet discuté. Communiquer sans juger. Souvent, lorsque nous écoutons ce que l on nous dit, nous avons une réaction émotive et nous posons des jugements ou formulons des hypothèses sur l intention et la signification du message. Souvent, ces jugements nous amènent à répondre d une façon qui est cause de méfiance et de conflits. Pour éviter un risque d impasse dans des entretiens délicats, nous pouvons :

7 mettre en sourdine notre dialogue interne et demeurer concentré sur ce que l on nous dit; demeurer calmes et neutraliser nos émotions; écouter et accepter des perspectives différentes des nôtres; passer du jugement à la curiosité en posant des questions afin de mieux comprendre; énoncer nos observations et notre expérience à l aide d exemples précis; énoncer nos perspectives, nos besoins et nos désirs; reformuler le problème au moyen d un énoncé commun et objectif. Résoudre les problèmes selon les besoins. Les besoins sont à l origine des émotions, des pensées, des comportements. La plupart des problèmes et des conflits en milieu de travail (comme ailleurs) résultent de besoins non satisfaits. Première étape : définir les besoins de toutes les parties. Deuxième étape : collaborer avec créativité à l élaboration de stratégies possibles pour que les besoins les plus importants de toutes les parties soient couverts d une façon mutuellement satisfaisante. Troisième étape : confirmer l accord, dissiper tout malentendu et, au besoin, discuter d un processus de gestion des problèmes futurs. Dernière étape : consigner l'accord dans un document et en remettre une copie à chacune des parties. Cette méthode est particulièrement efficace lorsque l employé a des problèmes de concentration, de perception ou de mémoire. Le rôle de l IST en tant que pourvoyeur de santé et de bien-être en milieu de travail à l échelle du Canada est plus important que jamais auparavant. Nous nous réjouissons qu un nombre croissant de ressources soient élaborées et offertes au public. Elles aident l ensemble des milieux de travail et vous aideront à atteindre l objectif visé. Pour répondre à des besoins changeants, des intervenants mettent régulièrement des initiatives sur pied, tel le Centre pour la santé mentale en milieu de travail de la Great-West. Consultez fréquemment le site Web du Centre pour y trouver de nouvelles ressources qui y sont ajoutées afin de fournir aux organismes des outils et des stratégies qui favorisent l amélioration des connaissances et de la

8 compréhension. Pour continuer à vous attaquer au problème majeur que représente la santé mentale au travail, il est essentiel que vous mettiez vos compétences et votre formation à profit dans l utilisation de ces ressources et d autres ressources. Prochain article Notre prochain article portera sur la façon dont l infirmière ou l infirmier en santé du travail peut soutenir le milieu de travail en amenant l employé à élaborer son propre plan de retour au travail. Mary Ann Baynton, de la société Mary Ann Baynton & Associates Consulting, est la directrice des programmes du Centre pour la santé mentale en milieu de travail de la Great-West, ressource publique financée par La Great-West, compagnie d assurancevie. Elle est également consultante auprès de La santé mentale au travail, initiative primée de l Association canadienne pour la santé mentale, qui fournit formation et consultation aux employeurs. Spécialisée dans le domaine de la santé mentale en milieu de travail, elle offre des services de consultation individuelle pour le retour au travail, des services de consultation en gestion, des initiatives de formation et de sensibilisation ainsi que des services d évaluation et de mise en place de stratégies en milieu de travail destinées à renforcer la santé mentale, le moral et la motivation. Références Le Centre pour la santé mentale en milieu de travail de la Great-West : La santé mentale au travail :

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1 Enquête de PSMT Qu est-ce que PSMT? Protégeons la santé mentale au travail est un ensemble exhaustif de ressources uniques, fondées sur des données probantes, qui ont été conçues dans le but d évaluer

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

de l invalidité Pour un retour au travail en santé

de l invalidité Pour un retour au travail en santé Services de gestion de l invalidité Pour un retour au travail en santé Nous visons un retour au travail en santé pour permettre à nos clients de continuer se concentrer sur leur entreprise Dans une petite

Plus en détail

Travailler efficacement avec votre avocate ou avocat

Travailler efficacement avec votre avocate ou avocat Travailler efficacement avec votre avocate ou avocat (Traduction du webinaire www.lawhelpontario.org/videos/webcast.132633- Working_Effectively_With_Your_Lawyer) Travailler avec une avocate ou un avocat

Plus en détail

Stratégies pour développer et appuyer les échanges axés sur l apprentissage

Stratégies pour développer et appuyer les échanges axés sur l apprentissage Stratégies pour développer et appuyer les échanges axés sur l apprentissage Nicole de Korte et Armand Gagné Direction des politiques et des normes en matière d enseignement Objectifs de la séance d aujourd

Plus en détail

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 1 er juillet 2013 SECTION : Programme NUMÉRO : PG301 PAGES : 6 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines

Plus en détail

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Ce Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance a été adapté, avec la permission de Quantum Transformation Technologies, de son Governance & Managerial

Plus en détail

Principes sur lesquels l APEX s appuie pour promouvoir la santé, le rendement et la productivité des cadres

Principes sur lesquels l APEX s appuie pour promouvoir la santé, le rendement et la productivité des cadres 28 janvier 2011 Recommandations sur la santé, le rendement et la productivité des cadres supérieurs présentées par l Association professionnelle des cadres supérieurs de la fonction publique du Canada

Plus en détail

Compagnonnage en milieu de travail

Compagnonnage en milieu de travail Programme d apprentissage en milieu de travail Compagnonnage en milieu de travail Outil de référence pour compagne et compagnon Technicien et technicienne de véhicules récréatifs Note Dans le but d alléger

Plus en détail

L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ

L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ Les grandes lignes du programme À l intention des gestionnaires du Mouvement Desjardins UNE APPROCHE NOVATRICE Le Mouvement Desjardins est soucieux

Plus en détail

INTRODUCTION AU PROGRAMME D ASSURANCE DE LA QUALITÉ

INTRODUCTION AU PROGRAMME D ASSURANCE DE LA QUALITÉ JUIN 2009 INTRODUCTION AU PROGRAMME D ASSURANCE DE LA QUALITÉ Placez dans l onglet no 5 de votre classeur des ressources des membres Le programme d assurance de la qualité de l Ordre des ergothérapeutes

Plus en détail

Programme d accompagnement du personnel enseignant en début de carrière

Programme d accompagnement du personnel enseignant en début de carrière Programme d accompagnement du personnel enseignant en début de carrière L identification du programme I : insertion M: mentorat A : accompagnement J : jeune E : enseignant JE : représente la personne avant

Plus en détail

Guide de l employeur sur les prestations d invalidité

Guide de l employeur sur les prestations d invalidité Assurance invalidité Guide de l employeur sur les prestations d invalidité À propos de Co -operators En 1945, des cultivateurs de blé de la Saskatchewan mettaient sur pied une coopérative d assurance,

Plus en détail

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES Numéro du document : 0903-07 Adoptée par la résolution : 60 0903 En date du : 2 septembre 2003 Modifiée par la résolution : En date du

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

GUIDE DE STAGE. AEC- Développeur-intégrateur SharePoint. Stage du mardi 3 septembre 2013 au vendredi 4 octobre 2013

GUIDE DE STAGE. AEC- Développeur-intégrateur SharePoint. Stage du mardi 3 septembre 2013 au vendredi 4 octobre 2013 GUIDE DE STAGE AEC- Développeur-intégrateur SharePoint Stage du mardi 3 septembre 2013 au vendredi 4 octobre 2013 Le présent guide a été conçu pour servir de référence aux entreprises acceptant de recevoir,

Plus en détail

Helsana Business Health

Helsana Business Health Helsana Business Health Une prestation complémentaire pour les entreprises Aide les entreprises à gérer la question de la santé Augmente le bien-être et réduit l absentéisme Permet de se préparer avec

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

Programme contre le diabète. Aidez vos employés à prendre leur santé en main

Programme contre le diabète. Aidez vos employés à prendre leur santé en main Aidez vos employés à prendre leur santé en main Programme contre le diabète CibleSANTÉ Financière Sun Life Si la tendance se maintient, un Canadien sur trois sera diabétique ou prédiabétique d ici 2020

Plus en détail

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9 Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) 371.9 Un travail collectif : Renseignements aux parents d élèves ayant des besoins spéciaux ISBN 0-7711-3999-9 1. Éducation

Plus en détail

Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale

Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale Les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale ont souvent un triste état de santé buccodentaire.. Selon certains

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

Stage RésoLP 2012. Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon

Stage RésoLP 2012. Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon Stage RésoLP 2012 Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon Celui qui acquiert les compétences définies par le programme à chaque niveau du cursus et dans chaque APSA :la «C.A.» avec son versant «moteur» et son

Plus en détail

Helsana Case Management

Helsana Case Management «Après mon accident de voiture, j ai tout de suite su que mon avenir professionnel serait remis en question. Cela m a encore plus affecté que l accident lui-même. Helsana Case Management Grâce au case

Plus en détail

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE ANNEXE A MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE MISE À JOUR EN AOÛT 2015 MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE 1. Les outils

Plus en détail

Gestion de l invalidité : Gestion pour le mieux-être

Gestion de l invalidité : Gestion pour le mieux-être Gestion de l invalidité : Gestion pour le mieux-être 75 % 20 % 12 semaines 1 an Plus longtemps un employé s absente du travail, moins il a de chances d y retourner. Après 12 semaines d absence, 75 % des

Plus en détail

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain Présentation des résultats de l enquête auprès des salariés Sommaire A- La démarche 1. Méthodologie de l

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins

Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins Sommaire de gestion À la demande du Groupe de travail national sur

Plus en détail

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Introduction Ce document est un complément au Code d Éthique et de Conduite Professionnelle

Plus en détail

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Rôle dans le système de gestion de la qualité Qu est ce que l évaluation? Pourquoi réaliser une L évaluation est un élément important des 12 points essentiels.

Plus en détail

Document pour l auto-évaluation. Section D

Document pour l auto-évaluation. Section D Document pour l auto-évaluation Section D Section D Document pour l auto-évaluation Instructions pour utiliser le Document pour l auto-évaluation... Document pour l auto-évaluation... -D-1- -D-2- Document

Plus en détail

Cultiver l esprit d équipe

Cultiver l esprit d équipe Cultiver l esprit d équipe Les objectifs : Promouvoir une prise de conscience de la nécessité de travailler en équipe et de cultiver les liens entre les personnes pour consolider l esprit d équipe Fournir

Plus en détail

Formulaire d appréciation de la performance

Formulaire d appréciation de la performance Formulaire d appréciation de la performance Personnel en période de probation ou d essai et personnel temporaire Nom et prénom de l employé(e) Numéro d employé (Matricule) Titre Unité administrative Date

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013 Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles CATÉGORIE : Ressources humaines SURVEILLANCE : juin 2014 Adopté : 17 avril 2007 Dernière révision : 25 janvier 2013 Révisée le : 20 septembre 2013 Le Centre de santé

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

Sondage 2011 des Garanties collectives sur la satisfaction des consultants des Groupes nationaux

Sondage 2011 des Garanties collectives sur la satisfaction des consultants des Groupes nationaux Sondage 2011 des Garanties collectives sur la satisfaction des consultants des Groupes nationaux Le sondage Merci pour votre opinion C est notre deuxième sondage à l intention des consultants (le premier

Plus en détail

La gestion de la performance. au cœur de la réussite. Présentation générale

La gestion de la performance. au cœur de la réussite. Présentation générale La gestion de la performance au cœur de la réussite. Présentation générale La gestion de la performance au cœur de la réussite. Au sein de Watson, nous savons que la réussite mondiale de notre entreprise

Plus en détail

Rapport sur le Sommet sur l intimidation

Rapport sur le Sommet sur l intimidation Rapport sur le Sommet sur l intimidation Éducation et Développement de la petite enfance Message du ministre Au nom du ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance, je suis heureux

Plus en détail

Guide de l employeur

Guide de l employeur L ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES un partenariat entre les employeurs et le Cégep Guide de l employeur Planifiez votre relève, embauchez un stagiaire! Guide de l employeur Service de recherche et de développement

Plus en détail

PRÉPARATION D UNE ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE

PRÉPARATION D UNE ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE PRÉPARATION D UNE ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE Formulaire des gestionnaires Janvier 2013 Guide du participant Page 1 Page 2 Rédaction d une évaluation du rendement Table des matières Introduction... 5

Plus en détail

CONTRAT DE FORMATEUR CERTIFIE DU CNVC. Préambule

CONTRAT DE FORMATEUR CERTIFIE DU CNVC. Préambule CONTRAT DE FORMATEUR CERTIFIE DU CNVC Préambule L intention de ce contrat est de favoriser une compréhension mutuelle sur les différentes possibilités d interactions entre le Centre pour la Communication

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF

PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF 00 Introduction Qu est-ce qu un profil de compétences? Les compétences sont des manifestations comportementales spécifiques des connaissances, des

Plus en détail

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses Cet outil a pour but de présenter dix questions d entrevue typiques et le type de réponse qui constitue une réponse concise et réfléchie. Ces questions sont parmi les plus difficiles posées en entrevue.

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

Bulletin d information de sécurité n 06/ Octobre 2015. Thème : La gestion du stress et de la fatigue dans l ATC.

Bulletin d information de sécurité n 06/ Octobre 2015. Thème : La gestion du stress et de la fatigue dans l ATC. Bulletin d information de sécurité n 06/ Octobre 2015. Thème : La gestion du stress et de la fatigue dans l ATC. 1-Introduction Ce bulletin d information de sécurité a pour objet de sensibiliser le personnel

Plus en détail

ÉVALUATION PERSONNELLE

ÉVALUATION PERSONNELLE ÉVALUATION PERSONNELLE Agent (e) de développement NOM : ÉVALUÉ PAR : DATE : PROFIL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES PERSONNELLES Ces compétences permettent au personnel d atteindre un équilibre et de se ressources

Plus en détail

Grille d évaluation des comportements en stage

Grille d évaluation des comportements en stage Programme : Session : Nom du stagiaire : Grille d évaluation des comportements en stage Entreprise / Organisation : Nom du superviseur de stage : Fonction / Titre : Évaluation du stagiaire (cochez) : Préliminaire

Plus en détail

EXCLUSION ET PÉRIODE PROBATOIRE

EXCLUSION ET PÉRIODE PROBATOIRE EXCLUSION ET PÉRIODE PROBATOIRE Vous venez de prendre connaissance de vos résultats de la session et on vous annonce que vous êtes exclue ou exclu de votre programme d études! Ceci indique que vous ne

Plus en détail

Bienvenue Corinne Dulac

Bienvenue Corinne Dulac Bienvenue Corinne Dulac Coach Certifiée ICI Paris Particuliers - Entreprises 11 rue Clos Aubert 45750 Saint-Pryvé-Saint-Mesmin 06.21.33.57.13 happy.attitude.coaching@gmail.fr @ happy-attitude-coaching.com

Plus en détail

POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES»

POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES» POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES» Année 2010-2011 Répondante pour les organismes de Saint-Laurent A/S

Plus en détail

Promotion de la réussite du personnel. Outil de planification des accommodements visant à promouvoir la réussite au travail

Promotion de la réussite du personnel. Outil de planification des accommodements visant à promouvoir la réussite au travail Promotion de du personnel Outil de planification des accommodements visant à promouvoir au travail Promotion de du personnel Outil de planification des accommodements visant à promouvoir au travail Table

Plus en détail

dans les programmes d'apprentissage au Canada : les raisons expliquant l'abandon et suggestions visant à amélioration la diplomation, FCA-CAF, 2011.

dans les programmes d'apprentissage au Canada : les raisons expliquant l'abandon et suggestions visant à amélioration la diplomation, FCA-CAF, 2011. INTRODUCTION Le Forum canadien sur l'apprentissage Canadian Apprenticeship Forum (FCA-CAF) est un organisme inclusif et national qui rassemble tous les intervenants de la communauté de l apprentissage

Plus en détail

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Introduction Des employés engagés et productifs ont à cœur la réussite de leur employeur. Par leur attitude et leur confiance en eux,

Plus en détail

Carrière & Leadership

Carrière & Leadership Carrière & Leadership www.100jours.ca Carrière & Leadership est un cabinet-conseil dont la mission est d accompagner les cadres supérieurs et intermédiaires... hors de leur zone de confort. Notre service

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

ORTHOPHONISTES AYANT RECOURS AU PERSONNEL DE SOUTIEN

ORTHOPHONISTES AYANT RECOURS AU PERSONNEL DE SOUTIEN ÉNONCÉ DE PRINCIPE ORTHOPHONISTES AYANT RECOURS AU PERSONNEL DE SOUTIEN DATE D APPROBATION: octobre 2007 NOUVELLE MISE EN PAGE: mai 2014 Les tâches que l orthophoniste assigne au personnel de soutien,

Plus en détail

À quoi vous attendre si vous devez présenter une demande de règlement

À quoi vous attendre si vous devez présenter une demande de règlement À quoi vous attendre si vous devez présenter une demande de règlement Votre assurance protection du revenu RBC Assurances reconnaît qu une maladie ou une blessure invalidante peut poser des défis sur les

Plus en détail

Savoir optimiser la relation entraîneur-athlète: un travail continu. Madeleine Hallé Novembre 2014

Savoir optimiser la relation entraîneur-athlète: un travail continu. Madeleine Hallé Novembre 2014 Savoir optimiser la relation entraîneur-athlète: un travail continu Madeleine Hallé Novembre 2014 Relation? Lien, rapport ò Entre au moins 2 personnes, ò Qui prend différentes natures, ( amitié, performance,

Plus en détail

Entretien professionnel : Guide de l évalué

Entretien professionnel : Guide de l évalué Entretien professionnel : Guide de l évalué REFERENCES JURIDIQUES Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale notamment l article 76-1,

Plus en détail

Sun Life. Programme d aide aux employés. Pour aider votre entreprise à mieux performer.

Sun Life. Programme d aide aux employés. Pour aider votre entreprise à mieux performer. Sun Life Programme d aide aux employés Des services professionnels et confidentiels pour aider à résoudre les problèmes susceptibles de nuire à la performance au travail. Pour aider votre entreprise à

Plus en détail

Version finale de la ligne directrice E-15, Actuaire désigné : Dispositions législatives, qualifications et examen par des pairs

Version finale de la ligne directrice E-15, Actuaire désigné : Dispositions législatives, qualifications et examen par des pairs Référence : Ligne directrice à l intention des SAV et SM Le 11 septembre 2012 Destinataires : Sociétés d assurances fédérales et succursales canadiennes de sociétés d assurances étrangères, y compris les

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Santé mentale: Prévenir, Gérer l absence et Favoriser le retour au travail

Santé mentale: Prévenir, Gérer l absence et Favoriser le retour au travail Santé mentale: Prévenir, Gérer l absence et Favoriser le retour au travail Michèle Parent, MScA, CRHA Vice-présidente adjointe, Invalidité groupe, Québec et Est de l Ontario 1er décembre 2014 PRÉVENIR,

Plus en détail

RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions

RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions C. Benoist, Chef du personnel FAI D. Pouchard, Chargé de Mission Afpa Transitions Les étapes de la mise en œuvre de la

Plus en détail

Solutions de gestion des problèmes de santé mentale au travail

Solutions de gestion des problèmes de santé mentale au travail Solutions de gestion des problèmes de santé mentale au travail Chaque année, 1 Canadien sur 5 doit composer avec un problème de santé mentale, comparativement à 1 sur 25 pour les maladies cardiaques et

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

PROCESSUS DÉTAILLÉ DE PRÉSENTATION DES DEMANDES DE RÈGLEMENT INVALIDITÉ Source: Financière Sun Life PDF5670-F 03-12 nj-mp-an

PROCESSUS DÉTAILLÉ DE PRÉSENTATION DES DEMANDES DE RÈGLEMENT INVALIDITÉ Source: Financière Sun Life PDF5670-F 03-12 nj-mp-an PROCESSUS DÉTAILLÉ DE PRÉSENTATION DES DEMANDES DE RÈGLEMENT INVALIDITÉ Source: Financière Sun Life PDF5670-F 03-12 nj-mp-an Il arrive couramment que des employés ne puissent plus travailler en raison

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES Le présent plan n est pas un document indépendant. Il faut le considérer dans le contexte du Plan d urgence de la ville de Moncton. 1 Préambule Le

Plus en détail

LE DROIT À L AVOCAT POUR LES DEMANDEURS D ASILE

LE DROIT À L AVOCAT POUR LES DEMANDEURS D ASILE LE DROIT À L AVOCAT POUR LES DEMANDEURS D ASILE Vous avez une audience devant la CISR (Commission de l'immigration et du statut de réfugié) pour faire entendre votre demande d asile/demande de refuge,

Plus en détail

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes Examen des pratiques de gestion du risque Principes, observations et prochaines étapes Contexte Le présent document n est pas une ligne directrice. Il a pour objet de communiquer les principes de base

Plus en détail

Calendrier du Programme de formation automne 2015

Calendrier du Programme de formation automne 2015 Calendrier du Programme de formation automne 2015 Atelier Série sur le leadership (présidents) Le rôle du président dans la planification stratégique un atelier interactif La responsabilité des administrateurs

Plus en détail

A quel type d'intervenant convient-il de s'adresser selon les difficultés rencontrées?

A quel type d'intervenant convient-il de s'adresser selon les difficultés rencontrées? Direction générale de l'enseignement postobligatoire La fin du contrat d apprentissage A-t-on le droit de mettre fin à un contrat d apprentissage? Dans le présent document, le terme «apprenti» s entend

Plus en détail

QUE PENSEZ-VOUS DE VOTRE CLUB? Un outil indispensable pour évaluer les clubs

QUE PENSEZ-VOUS DE VOTRE CLUB? Un outil indispensable pour évaluer les clubs GUIDE ADMINISTRATIF QUE PENSEZ-VOUS DE VOTRE CLUB? Un outil indispensable pour évaluer les clubs QUE PENSEZ-VOUS DE VOTRE CLUB? Un outil indispensable pour évaluer les clubs - Guide administratif Vous

Plus en détail

Services d orientation pour adultes

Services d orientation pour adultes Services d orientation pour adultes Le c.o. pour adultes est le spécialiste de la relation entre l individu, le travail et la formation. Se réorienter Trouver un travail à sa mesure Faire le point sur

Plus en détail

Préambule. dynamiser = passif à actif, motiver = donner (trouver, affecter) du sens aux actions, manager = mobiliser des ressources autour d'un projet

Préambule. dynamiser = passif à actif, motiver = donner (trouver, affecter) du sens aux actions, manager = mobiliser des ressources autour d'un projet Préambule Ces fiches ont été réalisées comme supports de travail sur le thème : Produire avec plaisir contexte entreprise Je vous les propose gratuitement, pour un usage personnel. Si vous souhaitez les

Plus en détail

Réunions et entretiens

Réunions et entretiens Réunions et entretiens Quelques conseils! Introduction Notre métier de consultant s inscrit essentiellement dans une dynamique relationnelle entre les divers acteurs de l entreprise concernés par les Systèmes

Plus en détail

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques Anne M. Marchetti Programme Aperçu général de la gestion des risques, de l évaluation des risques et du contrôle interne Contexte actuel Contrôle interne

Plus en détail

Titel. Subtitel + auteur

Titel. Subtitel + auteur Titel Subtitel + auteur 1 Les nouvelles obligations en matière de prévention du stress, du burnout, de la violence et du harcèlement au travail 2 Introduction Les risques psychosociaux étaient auparavant

Plus en détail

Coaching Identifier et valoriser ses propres potentiels et ceux des autres

Coaching Identifier et valoriser ses propres potentiels et ceux des autres Identifier et valoriser ses propres potentiels et ceux des autres Thèmes du dossier Gestion Personnel Direction Succès & carrière Communication Marketing & Vente Finances IT & Office Avantages immédiats

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

POLITIQUE DE SANTÉ ET MIEUX-ÊTRE

POLITIQUE DE SANTÉ ET MIEUX-ÊTRE POLITIQUE DE SANTÉ ET MIEUX-ÊTRE AU TRAVAIL POUR UN ENGAGEMENT COLLECTIF DANS LA MISE EN ŒUVRE DE PRATIQUES FAVORABLES À LA SANTÉ EN MILIEU DE TRAVAIL JUIN 2011 Dernières modifications adoptées le 12 novembre

Plus en détail

Maladie d Alzheimer Ce que la famille peut faire

Maladie d Alzheimer Ce que la famille peut faire Maladie d Alzheimer Ce que la famille peut faire Ce que la famille peut faire La diagnostic de la maladie d Alzheimer peut s avérer bouleversant pour la personne concernée et pour ses proches. Vous vous

Plus en détail

QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives

QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives 1 Domaine et application 1.1 Objectif QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives Fournir une méthode efficace et uniforme d aborder les problèmes, les plaintes, les suggestions et les anomalies concernant

Plus en détail

LE SERVICE À LA CLIENTÈLE

LE SERVICE À LA CLIENTÈLE Niveau 1 2 2.2 L enseignement du ski est une question de relations humaines. Pour les clients, une expérience mémorable à la montagne repose d abord sur la relation qu ils établiront avec leur moniteur,

Plus en détail

Programme d aide. Guide à l intention des employés* et des membres de leur famille. homewoodsante.com

Programme d aide. Guide à l intention des employés* et des membres de leur famille. homewoodsante.com Programme d aide Guide à l intention des employés* et des membres de leur famille homewoodsante.com Au sujet de votre Programme d aide Votre Programme d aide est un service professionnel offrant counselling,

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Étapes d élaboration d une formation en compétences essentielles (CE) ou en anglais langue seconde (ALS) propre à l entreprise

Étapes d élaboration d une formation en compétences essentielles (CE) ou en anglais langue seconde (ALS) propre à l entreprise Étapes d élaboration d une formation en compétences essentielles (CE) ou en anglais langue seconde (ALS) propre à l entreprise Vous souhaitez commencer à mettre en œuvre une formation en CE, mais vous

Plus en détail

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Développement durable des ressouces naturelles et de l énergie Les Premières Nations font partie intégrante de l avenir des ressources naturelles

Plus en détail

Guide d utilisation du journal de stage

Guide d utilisation du journal de stage Guide d utilisation du journal de stage À l intention des candidats à l exercice de la profession Table des matières Présentation du journal de stage 2 Aperçu des étapes à suivre 2 Étape 1 - Commencer

Plus en détail