CONQUÉRIR DE NOUVEAUX CLIENTS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONQUÉRIR DE NOUVEAUX CLIENTS"

Transcription

1 Training vente Pascal PY CONQUÉRIR DE NOUVEAUX CLIENTS Deuxième édition Éditions d Organisation, 2003, 2005 ISBN :

2 Chapitre 3 Concevoir et mettre en œuvre votre plan de prospection Qui, de l acheteur ou du vendeur, va à la rencontre de l autre? La question est d importance, tant il est vrai qu acheteurs et vendeurs se recherchent et s attirent mutuellement. Le principe de la double attraction Si le vendeur prospecte, l acheteur le fait tout autant. L un et l autre font d ailleurs usage de ce même terme pour désigner leur recherche de partenaires commerciaux. La vérité est que commerciaux et acheteurs se recherchent, s attirent ou se rejettent. Les acheteurs ressentent autant le besoin de nouveaux fournisseurs que les commerciaux ont besoin de nouveaux clients. C est dire les forces d attraction et de répulsion qui se conjuguent ou se contrarient. Des forces qui les rapprochent ou les éloignent. Ignorer ces 2 aspects, c est risquer de ruiner les chances d optimiser notre stratégie de prospection. Sous l angle attraction/répulsion, reconnaissons que l enjeu réside, à l image de la séduction homme/femme, dans l intérêt que chacun des protagonistes présente pour l autre. En clair, prospect et vendeur, sont l un comme l autre tout à la fois inté- 29

3 Conquérir de nouveaux clients ressant et intéressé. Tel client m intéresse et je suis intéressant pour lui et inversement. Poursuivons le raisonnement. De notre point de vue de commercial, il nous faut reconnaître que certains prospects nous intéressent plus que d autres. Les raisons de ces différences d intérêt sont multiples. Par exemple, le potentiel d un prospect nous promet un chiffre d affaires plus ou moins attrayant. Quelquefois, c est sa proximité géographique qui nous séduit parce que cela facilite les contacts et réduit les coûts commerciaux. A contrario l éloignement d un prospect nous en écarte en rendant élevé l investissement (temps et déplacements) nécessaire à sa conquête. Ou encore le prospect est un client phare. Véritable référence dans la profession il excite notre appétit, quelle que soit la modestie de son potentiel. Ici, ce qui est intéressant pour nous autres, c est moins le supplément de chiffre d affaires qu il peut générer que la référence qu il constitue au regard de nos autres clients. Ainsi, les fournisseurs des magasins de bricolage recherchent particulièrement le référencement des grandes centrales d achats des grandes enseignes. Ils y voient là, outre le chiffre d affaires qu ils en espèrent, un effet de halo auprès des autres clients du secteur (ce qui apparaît bon aux grands pensent-ils, doit être convoité par les plus modestes). Il existe d autres paramètres, telle que la perméabilité du prospect (facilité d obtenir de lui une première commande), sa solvabilité, etc. qui sont autant de facteurs qui sous-tendent le plus ou moins fort intérêt que nous lui portons. En retour, nos prospects sont plus ou moins intéressés par ce que nous proposons. Il serait erroné de croire qu ils sont passifs et nous attendent bras croisés. Quand l un d entre eux téléphone pour demander des informations à un fournisseur potentiel, sa démarche n est pas neutre ni vide de sens. Ce mouvement porte la marque de son intérêt. Le prestige du fournisseur, sa compétitivité, sa maîtrise technologique, son savoir-faire, sa capacité à résoudre les problèmes de l acheteur, etc., sont autant de facteurs d attraction. Des facteurs qui, joints à d autres, 30

4 Concevoir et mettre en œuvre votre plan de prospection conduisent les acheteurs à se rapprocher spontanément de leurs sources d approvisionnement. Partant de ces observations, il devient évident que la force de la double attraction rapprochant vendeurs et prospects, est éminemment variable. En effet, quatre grands cas se présentent. Chacun d entre eux est déterminé par le niveau d intérêt que porte un protagoniste à l autre. Ajoutons que leur chance d aboutir est proportionnelle à la réciprocité et à l intensité de l intérêt qu ils se portent. Un schéma vaudra mieux qu un plus long discours. Le tableau qui suit (figure 8) illustre bien cette conjugaison des intérêts entre vendeurs et prospects : intérêts - EFFORTS à la charge du prospect réussite certaine EFFORTS considérables réussite improbable PROSPECT intérêts + EFFORTS faibles et partagés réussite certaine EFFORTS à la charge du vendeur réussite incertaine Selon le degré d intérêt du vendeur et du prospect la répartition de la charge de l effort varie VENDEUR intérêts + intérêts - Figure 8 : Répartition de la charge des efforts entre vendeurs et prospects La dialectique de l effort entre prospects et vendeurs Voyons maintenant quelles conclusions tirer de cette approche et comment l exploiter. Selon que leur intérêt est ou non réciproque, l effort que vendeur et prospect fourniront pour établir une relation commerciale sera d une part, plus ou moins intense, et d autre part, plus ou moins partagé. Arrivés à cette étape de notre raisonnement, force est de reconnaître qu il se dégage un paramètre central. Ce paramètre est 31

5 Conquérir de nouveaux clients celui de l effort que chacun est prêt à fournir et qui explique la plus ou moins grande facilité avec laquelle vendeurs et prospects se lient. Dans mon livre «Manager ses clients 1» je fais une large place à ce concept d effort, tant il est essentiel pour fonder les stratégies de visites. Cette problématique, rapportée à l échelle du commercial et à son souci d établir un plan de contacts avec ses prospects, nous conduit à observer la nécessité de mesurer les efforts accomplis par ceux-ci pour pouvoir définir les siens en retour. Le vendeur a en effet tout intérêt à calquer ses efforts sur ceux de son prospect. Plus le prospect est disposé à travailler avec le vendeur, plus celui-ci doit faire d effort pour l y aider. Si nous appelons Ev l effort du vendeur et celui du prospect, cette stratégie peut se résumer en la forme d une équation : Evaluez l effort de vos prospects () Pour définir le vôtre (Ev) A l aide d une grille multicritères d évaluation Ev = dont il suffit de pouvoir apprécier le terme pour quantifier Ev. Pour cela, il nous faut mettre au point une grille d évaluation de l effort des prospects. Les efforts accomplis par les prospects se manifestent sous de nombreux aspects et en maintes occasions. Nous recevoir sans difficultés, prendre l initiative du contact (être demandeur), accepter un nouveau fournisseur, etc. sont autant de messages d effort exprimés par les prospects. Comment les apprécier? Un nouveau client qui entre dans une banque pour ouvrir un compte-chèques, fait incontestablement plus d efforts que tel autre qui attend d être démarché. Considérer en valeur absolue le simple appel téléphonique d un prospect inconnu ne semble pas constituer de sa part un intense effort. Mais comparativement à d autres, cette attitude est exceptionnellement positive. Elle sous-entend de sa part une certaine disposition à «passer 1. Pascal PY, «Méthodes et astuces pour... Manager ses clients», Éditions d Organisation, Paris

6 Concevoir et mettre en œuvre votre plan de prospection commande». Cette disposition diffère de celle, fort négative, du prospect dont la secrétaire fait barrage à toute demande de rendez-vous. Autrement dit, les signaux d effort des clients cibles sont à apprécier en valeur relative. Il nous faut hiérarchiser les clients que nous souhaitons conquérir à partir de leur plus ou moins grande disposition à travailler avec nous. Le système de notation retenu par notre logiciel STRAGEOR 1 apparaît bien adapté. On le met en place dans les entreprises en raison de sa fiabilité et de sa facilité d emploi. Il est à quatre niveaux, correspondant à une échelle de l effort présumé, reflétant aussi bien sa disposition à travailler avec nous que l intérêt que nous avons à le voir ce faire : 10 = Excellent effort (ou disposition maximale de l un ou l autre à travailler ensemble) L évaluation se fait sur 4 niveaux 7 = Assez bon effort (disposition de l un ou l autre à travailler ensemble moyenne) 4 = Effort modeste (ou disposition de l un ou l autre à travailler ensemble médiocre) 1 = Effort nul (ou disposition de l un ou l autre à travailler ensemble faible) La grille d efforts des prospects comporte dix critères. Chacun de ces critères est l indice d un certain travail ou une présomption de l intérêt du prospect pour La grille comporte 10 critères qui permettent de saisir l effort sous différents aspects nous ou du nôtre pour lui. De plus amples développements n ont pas leur place ici. Le lecteur désireux d approfondir ce point trouvera abondance d explications dans mon ouvrage cidessus cité. Pour illustrer mon propos, je présente ci-après 10 exemples de critères constitutifs d une grille d évaluation d effort type Le logiciel STRAGEOR permet de gérer un portefeuille de clients et de prospects et de définir la stratégie optimale de visites. 2. «Manager ses clients», Op. cit. 33

7 Conquérir de nouveaux clients 1. Le spectre de décision La décision de choisir ou d évincer un fournisseur est plus ou moins complexe, selon les organisations. Dans les faits, cette complexité varie de façon proportionnelle au nombre d intervenants dans le processus de décision. Dans certains cas l acheteur réunit tous les pouvoirs pour arrêter son choix ou le modifier. Dans d autres cas, il ne fait que gérer les approvisionnements. Pour ce faire, il doit scrupuleusement respecter les stipulations techniques d utilisateurs ou de décideurs. Il est également des cas où une commission référence les fournisseurs pour une période donnée. Nous conviendrons que plus le nombre de décideurs ou d intervenants est élevé, plus le client conquis est stable, en raison de la difficulté à remettre en cause une décision collégiale. A contrario, des pouvoirs discrétionnaires, réunis en une seule main, permettent le revirement, sans préavis, des bonnes dispositions du décideur. Par conséquent un décideur unique est toujours plus aisé à convaincre qu un spectre composé de plusieurs décideurs. Il ne connaît aucune entrave à sa décision et ne doit solliciter l accord de quiconque. Pour cette raison, en situation de prospection, un seul interlocuteur offre une meilleure disposition à devenir un nouveau client que si la décision se dilue au sein de l organisation. La cotation est la suivante : Spectre Indice d effort un décideur 10 deux décideurs 7 trois décideurs 4 au-delà 1 2. Les attitudes affectives L accueil plus ou moins chaleureux que réservent les prospects conduit, consciemment ou inconsciemment, le vendeur à opérer des choix de visites. Evaluer l attitude affective des interlocuteurs et leur degré de coopération, permet de rationaliser au 34

8 Concevoir et mettre en œuvre votre plan de prospection mieux l appréciation de cet élément. L échelle des comportements en matière affective est étendue. Quatre niveaux d attitude ont été retenus. Prospect froid, réservé et inamical. Il ne consent pas aisément à recevoir le vendeur. Il ne lui accorde aucun avantage, ni facilité. Peu d échanges d informations. Prospect plutôt négatif. Indice d efforts = 1 Relations très professionnelles, simples et cordiales. Les échanges affectifs sont limités. Les rencontres se bornent à l utile et au nécessaire. Prospect neutre. Indice d efforts = 4 Relations plutôt chaleureuses. L interlocuteur donne de son temps, consent aisément à fixer un rendez-vous, facilite la tâche du commercial. Les échanges d informations sont assez riches. Prospect plutôt favorable. Indice d efforts = 7 Relations franchement amicales et positives. L interlocuteur participe à la veille technologique et marketing du vendeur. L informe sur la concurrence. Lui donne ses prix et... sa préférence. Acquis au vendeur. Prospect extrêmement favorable. Indice d efforts = 10 Le commercial doit toutefois avoir conscience de devoir relativiser la cotation de cet indice d efforts. Les premiers contacts avec les prospects sont en effet d ordinaire plus distants et réservés qu ils ne le sont avec les «habitués». C est pourquoi il s efforcera d apprécier les attitudes affectives et le degré de coopération d un prospect comparativement aux membres de la même plate-forme. Attitudes affectives Indice d efforts Enjouées, favorables 10 Ouvertes, intéressées 7 Neutres, passives 4 Froides, réfractaires 1 35

9 Conquérir de nouveaux clients 3. Le potentiel Il faut se rendre à l évidence et admettre qu un prospect, sans potentiel, a moins à offrir qu un autre dont les moyens et les besoins sont très développés. Il est important de repérer l effort futur que pourrait faire ce prospect en intégrant le portefeuille. En fait de potentiel, le vendeur est appelé à évaluer ce futur au regard de ses autres clients en compte. Potentiel Gros potentiel Assez bon potentiel Potentiel moyen Faible potentiel Indice d efforts L appréciation, par le prospect, de ses fournisseurs habituels La satisfaction est mère de la fidélité. En vertu de ce bon principe, la propension d un prospect à changer de fournisseur est inversement proportionnelle à la satisfaction actuelle qu il en a. C est pourquoi nous retiendrons la cotation suivante : Satisfaction fournisseurs actuels Pas satisfait Peu satisfait Satisfait Très satisfait Indice d efforts Potentiel Le mode d administration des commandes La gestion des commandes est un indice révélateur de la plus ou moins grande disposition d un acheteur à «travailler» avec un fournisseur. De ce point de vue, certains clients font d importants efforts de nature à sécuriser le chargé de clientèle. Il en va ainsi des ordres de livraisons programmées ou encore des approvisionnements en flux tendus. A l opposé, il en est d autres qui exigent une offre dûment chiffrée par les fournisseurs préalablement à toute commande. La procédure d appel d offres au moins-disant avoue une attitude ouverte et neutre à l endroit de tout fournisseur. Elle reflète l absence d efforts 36

10 Concevoir et mettre en œuvre votre plan de prospection particuliers envers l un d entre eux. Entre ces deux extrêmes, certaines entreprises commandent au «coup par coup», à l occasion de la visite du commercial. D autres, sans aller jusqu à programmer leurs commandes, intègrent la référence des articles de leurs fournisseurs sur ordinateur ou tiennent un stock permanent de marchandises. Ceci sous-entend une meilleure disposition que la précédente. Pour nous résumer, nous retiendrons les cotations suivantes. Convenons que plus un prospect fait le choix d un mode de fonctionnement qui l engage avec son fournisseur, plus difficile sera la possibilité de l en faire changer. Il ressort de cette observation la cotation de l effort suivant. Mode d administration des commandes Sur devis au moins-disant Au coup par coup, sur visite Tenue en stock, approvisionnements informatisés Flux tendus ou livraisons programmées Indice d efforts Nombre de concurrents, fournisseurs de produits ou solutions voisines En situation de prospection, l expérience montre que la disposition d un prospect à admettre un nouveau fournisseur est (en règle générale) en proportion du nombre de sources d approvisionnement déjà référencées. Le recours à un fournisseur exclusif est l indice d une faible disposition à en intégrer un second. La présence de nombreux opérateurs laisse entendre une bonne probabilité d ouverture à un de plus... (quand il y en a pour 3 il y en a pour 4!). Par exemple, à l occasion d une mission de réflexion et de mise au point des stratégies de contacts de prospection que j ai menée chez RVI, devenu depuis VOLVO, il est apparu que les transporteurs dont le parc était équipé d une seule marque de camion, étaient quasi imperméables à l introduction d une seconde marque. En revanche, les parcs composés 37

11 Conquérir de nouveaux clients de plusieurs marques étaient des cibles à privilégier, car davantage ouverts à l idée d en ajouter une de plus. Nombre de fournisseurs concernant mon métier Nombreux fournisseurs Trois fournisseurs Deux fournisseurs Fournisseur unique Indice d efforts Le degré d engagement des prospects Certains produits sont plus impliquants que d autres. Nous l avons dit plus haut, un PEA ou une assurance vie engagent pour 8 ans, une Carte bleue pour 2 ans, un compte-chèque pour 1 heure! Il est clair que plus un prospect est engagé avec son fournisseur par les produits ou solutions qu il achète, plus grand est son attachement. Cela a pour corollaire obligé une disposition à en changer plus ou moins grande. Quelques questions sur la nature des produits consommés ou solutions retenues suffiront à coter l effort du prospect 1. Degré d engagement du prospect par les produits ou solutions Pas engagé Peu engagé Plutôt engagé Très engagé Indice d efforts L image dont jouit le fournisseur (prospecteur) auprès du prospect La réputation, la notoriété, les qualités reconnues (réelles ou subjectives), les recommandations, etc., sont autant d images qui conditionnent en partie la disposition d un prospect à ouvrir ses portes et à donner une suite favorable aux offres qui lui sont adressées. Il en découle la cotation suivante. 1. Nous reviendrons au chapitre 21 sur cette importante problématique de la propension plus ou moins grande que les prospects ont à changer de fournisseur. 38

12 Concevoir et mettre en œuvre votre plan de prospection Image du fournisseur chez le prospect Excellente image Image positive Image neutre ou inconnue Mauvaise image Indice d efforts La localisation géographique du prospect Nul n est prophète en son pays, dit-on. Et pourtant, tout indique que les rapports de voisinage facilitent la prospection. De là le succès et la multiplication des technopôles, creusets d opportunités technologiques et économiques, qui assurent le rapprochement des savoir-faire et des moyens. Communications facilitées, coût des transports allégé, croissance par réciprocité des échanges, etc., sont autant d atouts qui conduisent les prospects à donner une prime à l argument proximité. L indice d effort lui est proportionnel. Degré d éloignement du prospect Proximité immédiate Même ville Aux frontières du secteur Hors limite du secteur Indice d efforts La bonne adéquation du produit offert aux besoins du prospect Voici venu l ultime critère. Ici nous retiendrons le croisement du principe de pertinence avec celui de crédibilité, tous deux examinés précédemment à propos de la stratégie de prospection. Une offre faite à un prospect est, à ses yeux, plus ou moins crédible et plus ou moins bien adaptée à la satisfaction de ses besoins. L offre perd en crédibilité en s éloignant des marchés traditionnels sur lesquels le produit bénéficie d une réputation et de nombreuses références. Elle gagne au contraire en crédibilité en s en rapprochant. Mais, éloigné ou non de son marché traditionnel, un produit dispose de caractéristiques, de performances, qui le rendent plus ou moins propre à satisfaire intrinsèquement les besoins du prospect. Un imprimeur, spécialisé dans l impression 39

13 Conquérir de nouveaux clients en continu, sera plus compétitif pour l impression de liasses de factures informatiques que pour l édition de livres. Quoi qu il en soit, il sera mieux perçu (crédible) par les entreprises (son marché traditionnel) que par les éditeurs ou les agences de publicité (marché éloigné). En s inspirant librement de la modélisation que fait Igor Ansoff 1 de ce problème, on retiendra, ici, les quatre principales situations de prospection, selon le marché sur lequel le vendeur opère et le degré d adaptation de son produit à la satisfaction des besoins des prospects. Crédibilité Elevée Faible Pertinence Forte Faible A=10 B=7 C=4 D=1 En A, le prospect appartient au segment de marché sur lequel le fournisseur prétendant opère habituellement et auprès duquel il est crédible. De plus, l offre qui lui est faite est convenablement adaptée. Il en découle la présomption d un indice d efforts maximal de sa part (cotation 10). Par exemple, une banque de dépôts spécialisée sur le créneau des petites entreprises fait une offre de financement d investissements, à taux réduits, aux PME. En D, à l opposé, le prospect appartient à un secteur auquel le vendeur est peu accoutumé et aux yeux duquel il est peu crédible. La technologie dont il dispose est en outre mal adaptée. L offre du vendeur n est assortie d aucun avantage compétitif. La disposition du prospect à consentir à un ordre d achat devient très faible (cotation 1). Par exemple une banque d affaires qui offre des produits d ingénierie financière aux particuliers. Entre ces deux extrêmes, on peut s accorder à reconnaître que, fort d une technologie bien adaptée (pertinente), le vendeur sera plus crédible aux yeux d un prospect en situation B (cotation 7) qu il ne le sera en C. 1. Op. cité 40

14 Concevoir et mettre en œuvre votre plan de prospection En B, la technologie du prospecteur est bien adaptée aux besoins du prospect. Mais ce dernier appartient à un secteur où cette technologie n est pas encore employée ou pas reconnue (voire inconnue). Exemple, la sous-traitance de la gestion des archives à un pays dont la main-d œuvre est bon marché (cotation 7). En C, le fait d opérer sur son marché traditionnel ne compense pas complètement la mauvaise adaptation de la technologie proposée (cotation 4). L addition des points obtenus par chaque prospect pour les dix critères (figure 9) donne la mesure () de sa propension à se laisser convaincre de devenir un client. En possession des différents des prospects, le vendeur va devoir répartir son effort Ev en réponse. Afin d évaluer l effort de chacun des prospects de sa plateforme de prospection, une première visite ou contact téléphonique d évaluation s impose. Les personnes jointes ne seront pas, de préférence des décideurs. Une assistante, une hôtesse chargée de l accueil ou la plaquette de présentation de l entreprise suffisent souvent à coter la plupart des éléments de cette grille. Le chapitre 4 nous donne l opportunité de reparler de cette recherche documentaire. Au préalable, je vous invite à concevoir votre grille d évaluation d efforts de vos prospects. Ce travail accompli, nous allons examiner comment utiliser cette grille pour bâtir le plan de prospection. Application à votre entreprise Chaque métier a sa spécificité. La prospection dans votre entreprise n échappe pas à cette règle. En vous inspirant de la grille ci-dessous développée et en prenant en compte les particularités de votre secteur d activités, mettez au point votre grille d évaluation de l effort de vos prospects. 41

15 Conquérir de nouveaux clients Prospection Table d évaluation des efforts prospects Spectre prises de décisions Attitudes affectives coopération du prospect Potentiel virtuel «p» Satisfait des fournisseurs actuels Nombre de fournisseurs concurrents *1 décideur 10 * très favorables 10 * P=1 10 * pas du tout 10 * plus de trois 10 *2 décideurs 7 * positives 7 * P=2 7 * un peu 7 * trois 7 *3 décideurs 4 * neutres 4 * P=3 4 * satisfait 4 * deux 4 *4 et plus 1 * défavorables 1 * P=4 1 * très satisfait 1 * un 1 Image de votre société Mode de gestion actuel des commandes Eloignement géographique FILO : le prospect est acheteur de Adaptation technologie au marché * devis appel Techn. * excellente * voisin 10 * produits FIFO 10 Bien Mal A=10 d offres Marché * connue 7 * coup par coup 7 * proximité 7 * produits FILO 7 Trad. A C B=7 * inconnue 4 * sur référencement 4 * limite secteur 4 * produits LIFO 4 New B D C=4 * mauvaise 1 * programmées 1 * hors limite 1 * produits LILO 1 D=1 Figure 9 : Table d évaluation des efforts prospects 42

16 Concevoir et mettre en œuvre votre plan de prospection Dans votre métier, quels pourraient être les critères d évaluation de l effort de vos prospects? Prospection Table d évaluation des efforts prospects * 10 * 10 * 10 7 * 7 7 * 7 * 7 4 * 4 * 4 * 4 * 4 1 * 1 * 1 * 1 * 1 10 * 10 * 10 * * * 4 * 4 * * 1 * Figure 10 : Table d évaluation des efforts à obtenir de vos prospects 43

17 Conquérir de nouveaux clients Bâtissez votre plan de prospection Il est peu de situations de prospection, en Business to Business, qui ne nécessitent pas de devoir rencontrer de nombreuses fois des clients cibles avant de les voir basculer. Les entreprises que nous convoitons ont leurs solutions et leurs fournisseurs. Elles ne nous attendent pas et c est d ailleurs bien dommage! Point ne serait besoin pour vous de lire ce livre et pour moi de l écrire. Les choses étant ce qu elles sont, nous allons devoir établir un plan de contacts, autrement dit allouer un budget prévisionnel de visites à chaque cible espérée. Voyons comment nous y prendre. 2 stratégies envisageables d efforts pour le vendeur : proportionnels ou inversement proportionnels Dûment munis de notre grille d évaluation, une tournée des popotes s impose. Cette tournée auprès de nos prospects permet de jauger leurs efforts respectifs. Nous disposerons ainsi, en bonne place dans notre fichier prospects, de la note d effort de chacun. Partant de cette note, deux stratégies s offrent à nous. La première serait de fournir un effort de vente inversement proportionnel. Autrement dit, moins un prospect montrerait de disposition à travailler pour nous, plus nous ferions d efforts à son endroit pour le conquérir... A ceux qui empruntent cette voie, je souhaite bonne chance. Gros est à parier qu ils jetteront l éponge avant peu, las de se casser le nez... Le risque est en effet grand qu ils s enlisent dans des visites auprès de cibles si peu disposées à devenir clients qu elles ne le deviennent jamais! Aux autres je préconise la stratégie inverse et, comme nous en sommes convenus plus haut, le commercial doit calquer ses efforts sur ceux de son prospect. Plus le prospect est disposé à travailler avec le vendeur plus celui-ci doit faire d effort Ev pour l y aider. Cette stratégie que nous résumions précédemment par une simple équation : Ev =, peut également être représentée graphiquement de la manière suivante (figure 11) 44

18 Concevoir et mettre en œuvre votre plan de prospection efforts client efforts vendeur Ev Figure 11 : Graphe des efforts client/vendeur Ainsi, portés par des vents favorables, ils prendront vite et facilement ce qui est à prendre... L expérience montre que la vente nécessite de saisir les opportunités quand elles se présentent. Un prospect désireux d être client en est une à ne pas laisser passer. Reste à convertir concrètement, en quantité de visites, les efforts (la disposition à travailler avec vous) que vous prêtez à vos prospects. Rien n est plus aisé. Pour ce faire, il vous faut totaliser l ensemble des notes d efforts obtenues par la plate-forme de vos prospects. Il vous reste à faire pour chacun d eux le rapport entre son effort individuel et l effort collectif total. Multipliez alors le résultat obtenu par le nombre total de visites annuellement prévues pour la prospection. Par exemple, un prospect dont l effort est évalué à 48 (pour un maximum possible de 100) au sein d une plate-forme de prospection dégageant une somme d efforts de 720 (tous prospects confondus), fournit un effort relatif de 48 / 720, soit 6,6 % de l effort total. Le prospecteur qui entend optimiser ses contacts, devra consacrer à cette cible 6,6 % des contacts qu il réserve à la prospection (capital annuel de contacts de prospection). Ainsi, prévoyant pour l année 80 démarches de prospection, ce n est pas moins de 6,6 % de 80, soit 5 visites qui seront allouées à ce prospect. A défaut d être parvenu à le convaincre, ces cinq visites faites, il appartiendra au vendeur de décider de maintenir cette cible dans son fichier ou de l en retirer. L exemple donné dans le tableau suivant (figure 12), portant sur 15 prospects, facilitera la compréhension du calcul, au demeurant fort simple. 45

19 Conquérir de nouveaux clients Détermination de l effort de contacts par prospect en raison de leur disposition à travailler avec un nouveau fournisseur Nom prospect «P» pot Spectre décision Attitudes affectives Satisfait actuel Nb Fourni actuel Mode cde Achat FILOU Notre image Proximité géograph. Position «TPM» prospect «Er» % contacts P ,41 % 9 P ,03 % 8 P ,56 % 15 P ,65 % 7 P ,16 % 10 P ,56 % 15 P ,69 % 17 P ,54 % 10 P ,77 % 4 P ,79 % 9 P ,03 % 8 P ,41 % 9 P ,92 % 11 P ,05 % 13 P ,43 % 13 contacts prévus ,00 % 158 Figure 12 : Exemple de calcul du nombre de contacts à répartir entre 15 prospects 46

20 Concevoir et mettre en œuvre votre plan de prospection Partant de ce calcul d allocation de visites, effectué pour chaque prospect, le commercial dispose de tous les éléments nécessaires à la mise au point de son plan d actions. Ce dernier matérialise les prévisions de visites à effectuer auprès de chacun des prospects de la plate-forme, et cela dans le temps et dans l espace. Dans le temps, les visites seront réparties par période (jour, semaine ou mois). Pour équilibrer la charge de travail par période, Planifiez votre prospection par mois et lieux par prospect Suivez les écarts et rattrapez votre retard compte sera tenu de la durée d un entretien, des temps de déplacement, des autres tâches à accomplir, etc. Il veillera à suivre son plan prévisionnel en y portant périodiquement les visites effectivement faites. Les écarts seront surveillés et alloués sur la période suivante, pour endiguer les retards et éviter les dérapages incontrôlés. Dans l espace, le plan d actions devient plan de tournées (figure 13). Il regroupera prospects et clients. Afin de limiter les pertes de temps et les trajets inutiles, ce regroupement sera élaboré par grappes géographiques 1. PROSPECTS VISITES prévues 1 er trim. JANV prévu JANV réalisé JANV écart FEV prévu FEV réalisé FEV écart MARS prévu MARS réalisé MARS écart Sté SAMSON MERCIER PYROL Etc. ECART total Figure 13 : Exemple de plan de prospection sur un trimestre et gestion des écarts 1. Pour une étude plus poussée des plans de tournées, vous pouvez consulter avec intérêt l ouvrage de René MOULINIER, «L organisation efficace des circuits de visites et de prospection.» Editions Pratiques, Annecy-Le-Vieux. 47

CONQUÉRIR DE NOUVEAUX CLIENTS

CONQUÉRIR DE NOUVEAUX CLIENTS Training vente Pascal PY CONQUÉRIR DE NOUVEAUX CLIENTS Deuxième édition Éditions d Organisation, 2003, 2005 ISBN : 2-7081-3421-3 Introduction Conquérir de nouveaux clients nécessite un entretien, faceà-face

Plus en détail

LE PLAN D ACTIONS COMMERCIALES DU VENDEUR

LE PLAN D ACTIONS COMMERCIALES DU VENDEUR Training vente Pascal PY LE PLAN D ACTIONS COMMERCIALES DU VENDEUR, 2006 ISBN : 2-7081-3628-3 Sommaire Avertissement... 13 Introduction... 15 Première partie LE CIBLAGE Définir les clients et prospects

Plus en détail

Le Plan d Actions du Commercial

Le Plan d Actions du Commercial Efficacité commerciale Pascal Py Le Plan d Actions du Commercial Le concevoir, le rédiger..., 2014 ISBN : 978-2-212-55986-6 Sommaire Avertissement... 12 Introduction... 13 Partie 1 Le ciblage 1. Le ciblage

Plus en détail

Les domaines d application du marketing. Marketing des achats. Marketing industriel

Les domaines d application du marketing. Marketing des achats. Marketing industriel Les domaines d application du marketing Marketing des achats Marketing industriel Ecole Doctorale-Université Pascal Paoli - 1 - Sommaire Introduction I. Analogies entre achat et marketing II. La démarche

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Le cloud computing : vue d ensemble Les sociétés de services du monde entier travaillent dans un environnement en pleine

Plus en détail

Conquérir de nouveaux clients

Conquérir de nouveaux clients Pascal PY Conquérir de nouveaux clients Troisième édition Éditions d Organisation, 2003, 2005, 2009 ISBN : 978-2-212-54212-7 Sommaire Avertissement... 13 Introduction... 15 Première partie De la suspicion

Plus en détail

GUIDE EN ENTREPRENEURIAT

GUIDE EN ENTREPRENEURIAT PLACE À LA JEUNESSE GUIDE EN ENTREPRENEURIAT Le document présent vous présente un aperçu général de ce qu est l entreprenariat. Certaines autres notions seront nécessaires à la complétion du cas académique

Plus en détail

Organisation et planification des activités administratives. 4. Organisation et amélioration des activités administratives

Organisation et planification des activités administratives. 4. Organisation et amélioration des activités administratives cterrier.com 1/15 04/01/2011 Organisation et planification des activités administratives Auteur : C. Terrier ; mailto:webmaster@cterrier.com ; http://www.cterrier.com Utilisation : Reproduction libre pour

Plus en détail

Colloque conseil SFER. Évaluation des prestations de conseil :

Colloque conseil SFER. Évaluation des prestations de conseil : Colloque conseil SFER 14 &15 octobre 2010 Évaluation des prestations de conseil : Mesurer la capacité d une organisation à satisfaire les besoins de conseil de l ensemble de ses clients Philippe BOULLET

Plus en détail

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 16 I. COMPÉTENCES C1. PROSPECTER C11. Élaborer un projet de prospection C12. Organiser une opération de prospection C13. Réaliser une opération de prospection C14. Analyser

Plus en détail

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 9. Leçon n 9 : les coûts variables et le seuil de rentabilité

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 9. Leçon n 9 : les coûts variables et le seuil de rentabilité Leçon n 9 : les coûts variables et le seuil de rentabilité 1 Marge Seuil Zone sur Coûts coûts de de rentabilité profi pertes variables xes ts M = m x Q PLAN DE LA LEÇON : 1.LES COÛTS VARIABLES : OBJECTIFS

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ CV315 SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ 1. Identifier les objectifs commerciaux Les 4 objectifs clés du commercial L esprit de conquête, clé de la performance La psychologie du vendeur face à l acheteur 2.

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

Une stratégie structurée de financement des entreprises Partie 2 : La proposition de financement

Une stratégie structurée de financement des entreprises Partie 2 : La proposition de financement Une stratégie structurée de financement des entreprises Partie 2 : La proposition de financement Par MARK EIKELAND, CGA Assembler les pièces du puzzle Utilisation et sources des fonds Garantie proposée

Plus en détail

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes Préface Toute personne est un jour confrontée à devoir prendre une décision, qu il s agisse de l étudiant qui réfléchit à son orientation académique, du chercheur qui doit privilégier une option scientifique

Plus en détail

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises.

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Relation client PME PMI attention danger! Résumé La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Nous essaierons de montrer, dans cet article, que la relation client

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

COMMENT EXTERNALISER SA e-logistique?

COMMENT EXTERNALISER SA e-logistique? COMMENT EXTERNALISER SA e-logistique? Lorraine La logistique, maillon essentiel du e-commerce, a un impact direct sur la satisfaction du client. Néanmoins, face à l accumulation des commandes, nombre d

Plus en détail

Grille d évaluation des forces et faiblesses de la PME

Grille d évaluation des forces et faiblesses de la PME Grille d évaluation des forces et faiblesses de la PME Attention! Seules les côtes + et ++ désignent des domaines satisfaisants de la gestion et les véritables points forts de l entreprise. La côte +/-

Plus en détail

Étude : les PME à l heure du Cloud

Étude : les PME à l heure du Cloud Étude : les PME à l heure du Cloud Synthèse des principaux enseignements 27 avril 2012 1 FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Echantillon : 301 entreprises de 20 à 499 salariés. Représentativité assurée par des

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

MC1: Communication et accueil à la clientèle

MC1: Communication et accueil à la clientèle 30 METIERS DE L ACCUEIL ET DU MARKETING MC1: Communication et accueil à la clientèle - Donner une image positive de son entreprise et développer ses capacités à informer et à communiquer avec un public

Plus en détail

Rapport de stage professionnel d expertise comptable sous le thème

Rapport de stage professionnel d expertise comptable sous le thème Rapport de stage professionnel d expertise comptable sous le thème CONCEPTION D UN MANUEL D ORGANISATION COMPTABLE 1. Conception d un manuel d organisation comptable 1.1. Cadre légal Le manuel d organisation

Plus en détail

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

JLD Consulting STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE

JLD Consulting STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE FORMATION EN ACHATS STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE , cabinet conseil spécialisé en stratégie, organisation d entreprise vous assiste dans vos choix stratégiques et vous accompagne dans

Plus en détail

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010)

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Les associations, souvent financées par des fonds publics doivent aujourd hui faire face à une diminution

Plus en détail

COMPTE-RENDU UTILISATION JEU D ENTREPRISE KALYPSO ANNEE 2013/2014

COMPTE-RENDU UTILISATION JEU D ENTREPRISE KALYPSO ANNEE 2013/2014 COMPTE-RENDU UTILISATION JEU D ENTREPRISE KALYPSO ANNEE 2013/2014 Contexte Jeu choisi 34 étudiants de DCG3 Jeu KALYPSO proposé par la société ARKHE Chaque équipe gère une société qui fabrique 3 modèles

Plus en détail

Comment déterminer le prix de vos produits et services?

Comment déterminer le prix de vos produits et services? Comment déterminer le prix de vos produits et services? http://www.proactive-marketing.fr Comment déterminer le prix de vos produits/services? Premier point Tout d'abord il faut savoir que nous sommes

Plus en détail

E-learning Les 12 erreurs fatales

E-learning Les 12 erreurs fatales E-learning Les 12 erreurs fatales Erreur 1 Penser qu un projet e-learning est avant tout un projet technique S il y a bien une erreur classique qui se répète de projet e-learning en projet e-learning,

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 Dans un contexte marqué par un repli général des taux d intérêt (d une fin d année à l autre, les taux directeurs ont baissé de près de 300 points

Plus en détail

Etudes de Marché à l Internationale

Etudes de Marché à l Internationale Etudes de Marché à l Internationale Hofstede / Mesurer la culture via 5 indices : - Individualisme vs. Collectivisme - Masculinité vs. Féminité - Incertainty avoidance - Power distance - Court terme vs.

Plus en détail

Ø Dans un plan marketing deux types d objectifs doivent être fixés :

Ø Dans un plan marketing deux types d objectifs doivent être fixés : 2- La démarche du plan marketing Le plan marketing traduit la stratégie marketing choisie par la firme pour atteindre les objectifs fixés pour un couple produit-marché (ou pour un DAS). Il doit être en

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document:

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 22.4.2015 SWD(2015) 88 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Rapport de la Commission au Parlement

Plus en détail

L ACCUEIL PHYSIQUE ET TELEPHONIQUE

L ACCUEIL PHYSIQUE ET TELEPHONIQUE L ACCUEIL PHYSIQUE ET TELEPHONIQUE 800 HT/jour Prendre conscience de l'importance et des enjeux d'un accueil physique et téléphonique de qualité Maîtriser les techniques de communication pour optimiser

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

Guide du Tuteur Banque et Assurance

Guide du Tuteur Banque et Assurance Guide du Tuteur Banque et Assurance QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Conquérir un prospect coûte beaucoup plus cher que de fidéliser un client. C est la raison pour laquelle un grand nombre d entreprises orientent leur stratégie autour des services proposés à leurs clients.

Plus en détail

Chronique Gouvernance et Économie Hugues Lacroix, CA, MBA, IAS.A LA GESTION DES RISQUES 1. DES EXEMPLES QUI FRAPPENT

Chronique Gouvernance et Économie Hugues Lacroix, CA, MBA, IAS.A LA GESTION DES RISQUES 1. DES EXEMPLES QUI FRAPPENT Chronique Gouvernance et Économie Hugues Lacroix, CA, MBA, IAS.A LA GESTION DES RISQUES 1. DES EXEMPLES QUI FRAPPENT Spécial catastrophe ou simple malheur! Ce ne sont pas les exemples d évènements inusités

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Conseils pour la rédaction du CV et la préparation à l entrevue. par Stéphan Fournier, conseiller carrière au Mouvement Desjardins

Conseils pour la rédaction du CV et la préparation à l entrevue. par Stéphan Fournier, conseiller carrière au Mouvement Desjardins Conseils pour la rédaction du CV et la préparation à l entrevue par Stéphan Fournier, conseiller carrière au Mouvement Desjardins Les facteurs de succès de votre démarche Tout en reconnaissant que votre

Plus en détail

MANAGEMENT ET GESTION DES ENTREPRISES (épreuve n 299) ANNEE 2010. Epreuve conçue par HEC. Voie Technologique. Technologique 775 10,00 3,70

MANAGEMENT ET GESTION DES ENTREPRISES (épreuve n 299) ANNEE 2010. Epreuve conçue par HEC. Voie Technologique. Technologique 775 10,00 3,70 MANAGEMENT ET GESTION DES ENTREPRISES (épreuve n 299) ANNEE 2010 Epreuve conçue par HEC Voie Technologique NBRE CANDIDATS MOYENNES ECARTS-TYPE RESULTATS GLOBAUX 775 10,00 3,70 VOIES PREPARATOIRES Technologique

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

Guide Tuteur Commerce et Distribution

Guide Tuteur Commerce et Distribution Guide Tuteur Commerce et Distribution QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

JLD Consulting STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE

JLD Consulting STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE FORMATION EN LOGISTIQUE STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE , cabinet conseil spécialisé en stratégie, organisation d entreprise vous assiste dans vos choix stratégiques et vous accompagne

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 Cadre 47/2 : enchaînements dans le carré central La direction technique de la fédération vous propose une série de fiches dédiées au cadre 47/2. Les situations de jeu proposées

Plus en détail

!"#$%#"&'()'%#)(&*+',#'-.-*/01',2&34"$0)*&"3'1-*51((1'#3' 1361#'7"#$'(2"$8)3&-)*&"3'9!

!#$%#&'()'%#)(&*+',#'-.-*/01',2&34$0)*&3'1-*51((1'#3' 1361#'7#$'(2$8)3&-)*&3'9! !"#$%#"&'()'%#)(&*+',#'-.-*/01',2&34"$0)*&"3'1-*51((1'#3' 1361#'7"#$'(2"$8)3&-)*&"3'9! Présentation de la ressource Propriétés Intitulé court Formation concernée Matière Thème Question de gestion Intitulé

Plus en détail

LE PLAN D ACTIONS COMMERCIALES DU VENDEUR

LE PLAN D ACTIONS COMMERCIALES DU VENDEUR Training vente Pascal PY LE PLAN D ACTIONS COMMERCIALES DU VENDEUR, 2006 ISBN : 2-7081-3628-3 Introduction Que signifie, pour un vendeur, concevoir et mettre en œuvre un Plan d Actions Commerciales? Périodiquement

Plus en détail

Les outils du manager commercial

Les outils du manager commercial OBJECTIFS Améliorer sa force de conviction et asseoir son leadership sur son équipe de collaborateurs mais aussi dans sa relation-clientèle Saisir l importance de la dimension relationnelle comportementale

Plus en détail

LA MESURE DE LA PERFORMANCE

LA MESURE DE LA PERFORMANCE LA MESURE DE LA PERFORMANCE Pour tout projet commercial, le manageur doit prévoir, dès la conception, un suivi des actions commerciales mises en œuvre. Un des rôles du manageur est en effet de contrôler,

Plus en détail

Faire accepter son prix à ses clients

Faire accepter son prix à ses clients Pascal PY Faire accepter son prix à ses clients Le Pricing Power Troisième édition, 2002, 2007, 2010 ISBN : 978-2-212-54751-1 Chapitre 11 Comment répondre à l objection «C est cher!» Cette fois la messe

Plus en détail

Améliorer la logistique : des outils simples, de nouvelles organisations

Améliorer la logistique : des outils simples, de nouvelles organisations N 2-2003 Fiche n 671 Mots clés! Approvisionnement! Logistique! Nouvelles technologies Améliorer la logistique : des outils simples, de nouvelles organisations Introduction Depuis plusieurs années, de nouvelles

Plus en détail

1. QU'EST CE QUE LE TABLEAU DE BORD D UN PROJET?

1. QU'EST CE QUE LE TABLEAU DE BORD D UN PROJET? 1. QU'EST CE QUE LE TABLEAU DE BORD D UN PROJET?... 1 2. LES TABLEAUX DE BORD, OUTILS DE PILOTAGE... 2 3. LES TABLEAUX DE BORD : OUTILS DE DIALOGUE A L'INTERIEUR DE L'ORGANISATION... 3 4. LA PRESENTATION

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

La démarche marketing

La démarche marketing La démarche marketing «Ça, c est encore du marketing!» Marc-Alexandre Legrain Source : La boîte à culture Sommaire I. Découvrir le Marketing Etape 1 : A quoi sert le Marketing? Etape 2 : La démarche Marketing

Plus en détail

ASSEMBLÉE 36 e SESSION

ASSEMBLÉE 36 e SESSION Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL A36-DP-AD/2 Point 49 20/9/07 ASSEMBLÉE 36 e SESSION COMMISSION ADMINISTRATIVE Point 49 : Budgets pour 2008, 2009 et 2010 PROTECTION DU POUVOIR

Plus en détail

E T U D E D E F A I S A B I L I T E DE PROJET

E T U D E D E F A I S A B I L I T E DE PROJET E T U D E D E F A I S A B I L I T E DE PROJET AIDE & METHODE 1 SOMMAIRE 1/ PRESENTATION GENERALE DU PROJET Les grandes lignes du projet Historique et motivations 2/ PRESENTATION DU CREATEUR Le créateur

Plus en détail

MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE

MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE République française MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE ARRÊTÉ portant création et fixant les conditions de délivrance du certificat de spécialisation «responsable technico-commercial en vins et

Plus en détail

LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING)

LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING) LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING) Finalité de la démarche Optimiser les performances futures de profit du produit sur l ensemble de son cycle de vie. Prérequis Connaissance élémentaire de la problématique

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA MESURE ET L ANALYSE DU RISQUE D EXPLOITATION

CHAPITRE 2 LA MESURE ET L ANALYSE DU RISQUE D EXPLOITATION CHAPITRE 2 LA MESURE ET L ANALYSE DU RISQUE D EXPLOITATION 42 NOTES DE COURS CHAPITRE 2 43 1. INTRODUCTION Au premier chapitre, nous avons étudié le rendement de l exploitation. Nous avons également introduit

Plus en détail

LA FORCE DE VENTE INTERNATIONALE D UNE MULTINATIONALE INTRODUCTION

LA FORCE DE VENTE INTERNATIONALE D UNE MULTINATIONALE INTRODUCTION LA FORCE DE VENTE INTERNATIONALE D UNE MULTINATIONALE INTRODUCTION Une société multinationale est une société qui produit des effets économiques dans plusieurs pays. C'est-à-dire que, soit les actionnaires

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LE COMMERCE D'ESPÈCES SAUVAGES SUR L'INTERNET

ENQUÊTE SUR LE COMMERCE D'ESPÈCES SAUVAGES SUR L'INTERNET 1 ENQUÊTE SUR LE COMMERCE D'ESPÈCES SAUVAGES SUR L'INTERNET Introduction L Internet a révolutionné notre façon d échanger des idées, des informations et des marchandises. Tout naturellement, cette technique

Plus en détail

Présentation. Eleven Business. La Parade Niepce 104 1600 rte des milles 13090 Aix-en-Provence. Tél : 06.64.92.19.83 contact@eleven-business.

Présentation. Eleven Business. La Parade Niepce 104 1600 rte des milles 13090 Aix-en-Provence. Tél : 06.64.92.19.83 contact@eleven-business. Présentation Eleven Business La Parade Niepce 104 1600 rte des milles 13090 Aix-en-Provence Tél : 06.64.92.19.83 contact@eleven-business.com www.eleven-business.com Sommaire Sommaire... 2 1. Eleven Business...

Plus en détail

COMPTE-RENDU UTILISATION JEU D ENTREPRISE BILBOKET ANNÉE 2012/2013

COMPTE-RENDU UTILISATION JEU D ENTREPRISE BILBOKET ANNÉE 2012/2013 COMPTE-RENDU UTILISATION JEU D ENTREPRISE BILBOKET ANNÉE 2012/2013 Contexte Jeu choisi Le synopsis 30 étudiants de DCG3 Jeu BILBOKET proposé par la société ARKHE. Chaque équipe gère une société qui fabrique

Plus en détail

COMMENT CHOISIR UN PRESTATAIRE WEB?

COMMENT CHOISIR UN PRESTATAIRE WEB? COMMENT CHOISIR UN PRESTATAIRE WEB? Lorraine Lorsqu une entreprise décide de créer son site web, elle fait généralement appel à un ou plusieurs prestataires spécialisés. Néanmoins, face à la diversité

Plus en détail

TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300!

TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300! TURBOS Jour TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300! PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRéSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL Société Générale propose une nouvelle génération de Turbos,

Plus en détail

La Commission de la concurrence (ci-après: Comco) a adopté le 21 octobre 2002 une

La Commission de la concurrence (ci-après: Comco) a adopté le 21 octobre 2002 une Wettbewerbskommission WEKO Commission de la concurrence COMCO Commissione della concorrenza COMCO Competition Commission COMCO Note explicative de la Commission de la concurrence se rapportant à la Communication

Plus en détail

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ 2 GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET «Le système européen de crédits d apprentissage pour l enseignement et la formation professionnels (ECVET) est un cadre technique pour le transfert,

Plus en détail

LA MÉTHODOLOGIE. 1 re phase : créer un groupe de consultation et de travail. 2 e phase : définir besoins et contraintes

LA MÉTHODOLOGIE. 1 re phase : créer un groupe de consultation et de travail. 2 e phase : définir besoins et contraintes LA MÉTHODOLOGIE Choisir une solution informatique pour le traitement de la paye implique de respecter une méthodologie de travail afin de pouvoir comparer efficacement les différents produits existants

Plus en détail

Petit guide pour choisir une solution CRM

Petit guide pour choisir une solution CRM Petit guide pour choisir une solution CRM Trouvez la solution qui vous convient» Nos clients sont plus performants. www.update.com Avant-propos Le CRM est en passe de devenir le principal logiciel de l

Plus en détail

LE PETIT GUIDE POUR RÉDIGER DES ARTICLES DE QUALITÉ

LE PETIT GUIDE POUR RÉDIGER DES ARTICLES DE QUALITÉ LE PETIT GUIDE POUR RÉDIGER DES ARTICLES DE QUALITÉ PAR YANNICK MÉRIGUET - 2015 TABLE DES MATIÈRES LES REMARQUES GÉNÉRALES 2 LES TYPES D ARTICLES 2 LES STRUCTURES D UN ARTICLE QUI MARCHE 3 EXEMPLES PRATIQUES

Plus en détail

10 - FRANCE TÉLÉCOM FICHE D IDENTITÉ DE L ENTREPRISE PRÉSENTATION DE LA SITUATION

10 - FRANCE TÉLÉCOM FICHE D IDENTITÉ DE L ENTREPRISE PRÉSENTATION DE LA SITUATION 10 - FRANCE TÉLÉCOM 5 FICHE D IDENTITÉ DE L ENTREPRISE Opérateur connu de téléphonie, France Télécom apporte ses services à la plupart des foyers et des entreprises françaises. La diversité de ses métiers

Plus en détail

Sommaire des cours de la 1ère année du BTS AG PME-PMI

Sommaire des cours de la 1ère année du BTS AG PME-PMI Matières 0186 TE Culture générale et expression 3516 TG Management des entreprises 3517 TG Économie générale 3518 TG Droit 3601 TG Gestion relation clientèle 3602 TG Gestion relation fournisseurs 3604

Plus en détail

Livret 13. Mise à jour février 2008. Département Tertiaire

Livret 13. Mise à jour février 2008. Département Tertiaire Élaborer mon étude de marché Livret 13 Quantifier mon chiffre d affaires prévisionnel Mise à jour février 2008 Département Tertiaire Avertissement au lecteur La présente leçon fait l'objet d'une protection

Plus en détail

COMMENT CHOISIR UN PRESTATAIRE WEB?

COMMENT CHOISIR UN PRESTATAIRE WEB? COMMENT CHOISIR UN PRESTATAIRE WEB? Pourquoi faire appel à un prestataire? Les compétences du web Au stade de la réflexion Lors de la création du site Mise en ligne et exploitation du site Qui sont les

Plus en détail

Yves Lasfargue. Télétravail et conditions de vie Les fondements de la réussite

Yves Lasfargue. Télétravail et conditions de vie Les fondements de la réussite Yves Lasfargue Télétravail et conditions de vie Les fondements de la réussite Plus le nombre de jours de télétravail par semaine est élevé, plus les télétravailleurs estiment que les relations avec les

Plus en détail

Transcription médicale: comment faire le bon choix

Transcription médicale: comment faire le bon choix Transcription médicale: comment faire le bon choix La réduction des coûts et l optimisation des investissements sont des préoccupations majeures pour tout entrepreneur qui se respecte. À travers ce document,

Plus en détail

Développez. votre entreprise. avec Sage SalesLogix

Développez. votre entreprise. avec Sage SalesLogix Développez votre entreprise avec Sage SalesLogix Prospectez, fidélisez, développez Sage SalesLogix est la solution de gestion de la relation client puissante et sécurisée qui vous offre une vision complète

Plus en détail

Le logiciel de gestion intégré conçu pour les PME du Bâtiment. www.absyscyborg.com

Le logiciel de gestion intégré conçu pour les PME du Bâtiment. www.absyscyborg.com Le logiciel de gestion intégré conçu pour les PME du Bâtiment Beaucoup plus qu un logiciel de suivi de chantier, NaviBat est un véritable outil de pilotage. Navibat n est pas qu un simple logiciel de suivi

Plus en détail

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965)

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) Objectif du fonds Réalisation de l objectif Continuité de l exploitation Rôles et responsabilités L objectif

Plus en détail

PRISE EN COMPTE ET EVALUATION DES RISQUES TECHNIQUES ET FINANCIERS DANS LES REPONSES A APPEL D OFFRE

PRISE EN COMPTE ET EVALUATION DES RISQUES TECHNIQUES ET FINANCIERS DANS LES REPONSES A APPEL D OFFRE PRISE EN COMPTE ET EVALUATION DES RISQUES TECHNIQUES ET FINANCIERS DANS LES REPONSES A APPEL D OFFRE Xavier Ameye Assetsman 2 bis, passage Roche 78000 Versailles Résumé Ce document présente l apport des

Plus en détail

Contrats à long terme

Contrats à long terme CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 99-10 Contrats à long terme 1. Définition et champ d'application des contrats à long terme 2. Constatation des produits et des charges. 3. Inventaire des produits

Plus en détail

La gestion globale des contenus d entreprise

La gestion globale des contenus d entreprise Gonzague Chastenet de Géry La gestion globale des contenus d entreprise Le projet ECM, une nouvelle approche de la gestion de l information é d i t i o n s Les Editions de l ADBS publient des ouvrages

Plus en détail

CHAPITRE 15 LES RELATIONS ENTRE PRODUCTEURS ET DISTRIBUTEURS.

CHAPITRE 15 LES RELATIONS ENTRE PRODUCTEURS ET DISTRIBUTEURS. CHAPITRE 15 LES RELATIONS ENTRE PRODUCTEURS ET DISTRIBUTEURS. Le choix de la stratégie de distribution s effectue dans le cadre d une réflexion stratégique générale, car il conditionne toute l organisation

Plus en détail

Gestion des stocks. quantité économique de commande recomplétement calendaire gestion à point de commande. Gestion de production

Gestion des stocks. quantité économique de commande recomplétement calendaire gestion à point de commande. Gestion de production GESTION DES STOCKS Gestion des stocks Le stock et ses fonctions les politiques de gestion des stocks : objectifs, contraintes et décisions quelques modèles classiques de gestion des stocks quantité économique

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2013 ISBN : 978-2-212-55610-0

Groupe Eyrolles, 2013 ISBN : 978-2-212-55610-0 Groupe Eyrolles, 2013 ISBN : 978-2-212-55610-0 2 e partie Quelle est votre Valeur ajoutée professionnelle? Notre message aux jeunes diplômés? Venez chez nous développer votre employabilité. Pierre Puig,

Plus en détail

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE Les relations au sein de l entreprise tendent à se complexifier depuis quelques années. L ouverture internationale multiplie en effet le

Plus en détail

Créer un site internet?

Créer un site internet? WebexpR Communication digitale des PME 249 rue Irène Joliot Curie 60610 La Croix Saint Ouen contact@webexpr.fr Créer un site internet? Qui? Quoi? Pour qui? Pourquoi? Quand? Comment? Combien? Rédaction

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

REFLEXIONS DE LA CGPME

REFLEXIONS DE LA CGPME DROIT DE LA CONSOMMATION REFLEXIONS DE LA CGPME Réponse à la consultation publique sur le Livre Vert relatif à la révision de l acquis communautaire en matière de protection des consommateurs Le 8 février

Plus en détail

DIRECTIVE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE

DIRECTIVE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme

Plus en détail

Réussir. un projet de site web. 6 e édition. Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3

Réussir. un projet de site web. 6 e édition. Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3 N i c o l a s C h u Réussir un projet de site web 6 e édition Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3 annexe D Les indicateurs de pilotage

Plus en détail

CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI

CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES REGION TOULOUSE MIDI-PYRENEES Julien DUFFAU, Expert-Comptable Les facteurs de croissance et de compétitivité de nos PME se déplacent aujourd

Plus en détail

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif?

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Kim McPhail et Anastasia Vakos* L e système canadien de transfert des paiements de grande valeur (STPGV) sert à effectuer les paiements

Plus en détail

L ESSENTIEL DE LA GESTION BUDGÉTAIRE

L ESSENTIEL DE LA GESTION BUDGÉTAIRE DIDIER LECLÈRE L ESSENTIEL DE LA GESTION BUDGÉTAIRE LES ESSENTIELS DE LA FINANCE, 1944, 2012 ISBN : 978-2-212-55334-5 Chapitre 4 Le budget des approvisionnements l ESSENTIEL Le budget des achats est lié

Plus en détail