«Chaque enfant qu on enseigne est un homme qu on gagne». Victor Hugo, Sénateur de la République. A Tom et Hugo.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Chaque enfant qu on enseigne est un homme qu on gagne». Victor Hugo, Sénateur de la République. A Tom et Hugo."

Transcription

1 «Chaque enfant qu on enseigne est un homme qu on gagne». Victor Hugo, Sénateur de la République A Tom et Hugo. 1

2 Si le thème de l éducation s est invité lors de la campagne présidentielle de 2012, c est que le diagnostic sur notre système éducatif est partagé sur l ensemble des bancs politiques. Notre école devrait être plus efficace et équitable. Notre système scolaire exige une réforme profonde permettant à chacun des enfants de France de pouvoir s intégrer sur le marché du travail. L actuelle majorité a fait de la refondation de l école l un de ses objectifs prioritaires. Les résultats qu elle obtiendra dans ce domaine seront un des marqueurs décisifs de son action durant le quinquennat, car des expériences étrangères démontrent que des résultats peuvent être obtenus en moins de cinq ans lorsque les axes de réforme choisis sont pertinents. C est au niveau des acquis précoces et du soutien professionnel des enseignants que se trouvent les clés de la performance du système éducatif. Notre collègue et ami, Jean-Claude Carle, à l occasion du débat sur le projet de loi de refondation de l école, formulera dans un esprit républicain, des propositions constructives, guidées par le désir de réussite de tous les élèves et l intérêt supérieur de la nation. Jean-Claude Gaudin Ancien Ministre Sénateur-Maire de Marseille Président du groupe UMP du Sénat 2

3 Sommaire Préambule... 4 Les acquis précoces : le gage d une scolarité réussie... 8 A. Réorienter vers le début des apprentissages les moyens alloués au système éducatif... 9 B. Prévenir l accroissement des inégalités et la construction de la grande difficulté scolaire plutôt que d y remédier C. Reconstruire le cycle des apprentissages fondamentaux pour renforcer les acquisitions précoces D. La maîtrise des compétences fondamentales, seule clé d accès à l enseignement général et aux diplômes du supérieur E. Augmenter l intensité de travail des élèves grâce à l individualisation des enseignements F. Interdire le redoublement précoce, un moyen stratégique de la lutte contre le décrochage scolaire G. Faire de l apprentissage de la lecture une priorité nationale H. Trois mères de famille et l introduction de l apprentissage d une langue étrangère dès le cours préparatoire Soutenir professionnellement les enseignants, le levier le plus efficace pour améliorer la performance de notre système éducatif A. La refondation de l école doit être moins organisationnelle que pédagogique.. 39 B. Construire une formation répondant aux besoins des enseignants C. Un distributeur de solutions, le tuteur D. Apporter un soutien renforcé aux élèves les plus en difficulté E. Expérimenter pour progresser F. Aborder la question du salaire des enseignants sous un angle constructif Quelques pistes offertes par la recherche au décideur public

4 Préambule L école, c est la République au coin de la rue. Comment le législateur peut-il aider cette institution de proximité qui renferme les leviers les plus puissants de l intelligence nationale et de la croissance de demain à trouver la place qui doit être la sienne? Du haut de l Etat, la réforme susceptible d avoir un impact sur le niveau de performance des élèves n a pas encore été trouvée. Et ce n est pas faute de bonnes volontés s étant attelées à en chercher la formule. La performance de l élève est la somme de dizaines de facteurs, massifs ou imperceptibles. Niveau d études des parents, hygiène de vie des enfants, langue parlée à la maison, niveau de langage à l entrée en maternelle, nombre de frères et sœurs; la plupart de ces facteurs ont un point commun : ils sont difficiles à changer. Faudrait-il pour autant se détourner de toute ambition pour l école française, alors que se multiplient dans celle de nombreux pays voisins et lointains les succès de mobilisations pour la réussite de tous les élèves? En s inspirant des résultats des projets de recherche scientifiquement valables et des exemples de réformes étrangères, la France peut s appuyer sur quelques certitudes. Le destin scolaire d un élève est déjà déterminé lorsqu il fête ses 7 ans. 95% des élèves peuvent réussir. L enseignement reçu quotidiennement en classe peut compenser l ensemble des autres facteurs du niveau de l élève. C est donc à ce travail quotidien du maître avec chacun des élèves de sa classe, au plus jeune âge, que tient le potentiel d efficacité et d équité d un système éducatif. Une réforme dont la vocation serait la réussite de tous les élèves serait toute entière tournée vers ce travail du maître. Avec un écueil : l extrême diversité des besoins des élèves, et donc des enseignants, suivant 4

5 les départements, les circonscriptions, les quartiers, les écoles, et même à l intérieur des classes. Le fantasme d unité de la République doit en la matière rester un principe. Il ne doit pas conduire l Etat à appréhender globalement l enseignement comme un système unifié. Chaque année, chaque maître est confronté à des problématiques quotidiennes bien spécifiques, et c est à l aider à les surmonter que doit œuvrer la République. Des fausses pistes pédagogiques, des contraintes inappropriées, une grande instabilité des conditions de travail et l absence d objectifs pragmatiques définis s appuyant sur des moyens aisément appropriables de repérage des besoins des élèves et de leurs progrès : voilà l offre de services mise aujourd hui à disposition des enseignants par l Etat. La marge de manœuvre est donc immense. Convaincre que 95% des élèves peuvent réussir dans chaque classe Le premier pas, c est la diffusion d un message. Favoriser la réussite de 95% des enfants, c est n admettre qu un ou deux élèves en difficulté par classe en fin d année scolaire. Ce sont parfois 10 élèves qui quittent une classe en juin sans disposer des acquis qui leur permettraient de poursuivre leur scolarité. Ce sont les 20% d élèves qui sortiront du système scolaire sans disposer des compétences nécessaires à une insertion professionnelle et sociale satisfaisante. Le déterminisme est total. Si une réponse d ordre parascolaire est la seule utile pour un à deux élèves par classe, la réponse pédagogique aux difficultés des élèves doit les conduire tous à acquérir les fondamentaux. Cette réponse relève du seul travail de l enseignant. 5

6 Rechercher les solutions aux questions pédagogiques que se posent les enseignants, par l expérimentation Armés de cette conviction étayée par les résultats de la recherche expérimentale et les réformes étrangères réussies, les enseignants voient leur responsabilité, et souvent leur culpabilité, s accroître. Ce regain d exigence est stérile, voire nocif si les enseignants ne sont pas guidés pour trouver les réponses pédagogiques à la difficulté scolaire. Ce champ constitue un domaine de recherche à part entière depuis plus de vingt ans dans les pays anglo-saxons, et plus récemment dans de nombreux pays émergents désormais dotés de systèmes scolaires plus performants et plus équitables que le nôtre. Les pistes sont donc nombreuses et la méthode à adopter parfaitement établie. Seule l expérimentation doit sanctionner les idées, principes, techniques et autres bonnes pratiques promues par la doxa de l éducation nationale. Une conception définitive et lumineuse des bonnes pratiques d enseignement de la lecture? Les enseignants n en seront informés que s il est établi qu elle a pour effet d augmenter le niveau des élèves. Les positions idéologiques sur la pédagogie rongent l inconscient collectif de l éducation nationale. Les centres de recherche existent. Ils pourraient prendre en charge l évaluation de nombreuses expérimentations et permettre de construire une base de connaissances pratiques qui élève notre pays au rang des plus exigeants vis-àvis de son système scolaire. Capitaliser les connaissances établies et les mettre à disposition des enseignants Si de nombreux projets expérimentaux sont souhaitables, pour répondre à autant de questions que se posent les enseignants à la conquête de la réussite de 95% de leurs élèves, la recherche a toutefois déjà tracé des chemins qui permettraient de progresser considérablement. Souvent, les enseignants n y ont pas accès. Et les ressources pédagogiques à leur disposition sont, à quelques exceptions près, exemptes de toute validation empirique et dénuées de toute référence théorique sérieuse. 6

7 Il faut construire ce pont entre l enseignant et la science disponible sur son quotidien, dès la formation initiale et tout au long de sa carrière. L enjeu dépasse les clivages partisans. L école n est ni de droite, ni de gauche, elle appartient à la nation toute entière. Optimiser l efficacité pour tous, c est préparer la croissance de demain, c est pérenniser notre modèle social et c est garantir la cohésion de la nation. Il faut réunir l ensemble de la communauté nationale autour d une ambition unique, la réussite de tous. Une réflexion s impose sur la mise en place d une nouvelle organisation institutionnelle permettant d aborder de manière transversale les questions de la famille, de l école et de la ville. La prochaine étape de la décentralisation devra permettre de passer d une structure de compétences séparées à une structure de compétences partagées. Elle devra permettre de passer de la culture de la circulaire à celle du contrat. 7

8 Les acquis précoces : le gage d une scolarité réussie «Apprenez-leur à lire, à écrire et à compter. Ce n est pas seulement utile : c est la base de tout» Charles Péguy 8

9 A. Réorienter vers le début des apprentissages les moyens alloués au système éducatif L école maternelle et l école élémentaire ont été les grandes absentes des réformes du système éducatif français. L efficacité d un système éducatif doit s apprécier à l aune du pourcentage de ses élèves non diplômés et de celui de son élite. D une part car les coûts sociaux afférents aux sorties sans qualification, en termes de minima sociaux, d'allocations chômage, de tentatives de correction de l'illettrisme et d endiguement de la délinquance sont extrêmement élevés et pèsent in fine sur la pérennisation du modèle social d un pays. D autre part car l importance quantitative de l élite facilite la recherche de croissance et la pérennisation d un secteur public de haut niveau. En conséquence, tous les pays qui ont cherché à améliorer la performance de leur système éducatif ont investi à deux niveaux : la petite enfance car elle est le terreau du décrochage scolaire et l université car l excellence est un générateur de croissance. En France, pendant vingt ans, nous avons investi massivement sur le collège et le lycée et nous avons laissé s appauvrir l école maternelle, l école élémentaire et l enseignement supérieur. Sous l action du Président de la République Nicolas Sarkozy, l enseignement supérieur a été revalorisé. La réforme de l enseignement supérieur peut être critiquée mais il est incontestable que des moyens ont été mis au service de l élite française. En période de crise, les moyens dont nous disposons n étant pas illimités, l enjeu est aujourd hui de réorienter budgétairement les moyens mis au service du collège et du lycée vers la petite enfance. 9

10 Depuis de trop nombreuses années, l école élémentaire et l école maternelle ont été les grandes absentes des réformes du système éducatif français. Conséquence historique du primat du baccalauréat Napoléonien et des exigences des corporatismes, l octroi de moyens s est toujours fait aux dépens de l école primaire. C est ce qu illustrent, dans notre pays, les différences de taux d encadrement entre l école primaire, où il est de 18,7 élèves par enseignant, et le second degré, ou il est de 12,3 élèves par enseignant. La Finlande, qui dispose d un des systèmes éducatifs les plus performants, fait exactement le contraire. Notre école primaire est l une des moins bien dotée financièrement des pays de l OCDE. C est ce qu illustre également la différence d investissement annuel que l état consent pour un élève du premier degré, qui est de euros et un élève du second degré, qui atteint euros. Les pays de l OCDE les plus performants font exactement le contraire. C est enfin ce qu illustre la différence de traitement salarial qui existe entre enseignants du premier degré et ceux du second degré. Il est temps de prendre conscience du rôle crucial des enseignants du premier degré dans notre pays et de remédier à cette injustice salariale. La France a le second degré le plus onéreux et l un des premiers degrés les plus pauvres des pays de l OCDE. Ainsi, le système éducatif français souffre plus d une mauvaise répartition des moyens alloués que d un manque d investissement. Avec plus de 130 milliards d euros engagés dans l éducation chaque année, ce qui représente un investissement de plus de deux mille euros par français et de plus de huit mille 10

11 euros par élève, nous investissons plus dans notre école que les pays les plus performants en ce domaine et pourtant nos résultats ne cessent de se dégrader. Par ailleurs, dans les pays riches de l OCDE ou la question majeure est de savoir comment passer de la démocratisation de l accès à l éducation à la démocratisation de la réussite pour tous les élèves, le niveau d investissement n est pas corrélé à la performance globale du système éducatif. C est la manière dont les ressources vont être investies qui est déterminante. La question majeure est de savoir comment passer de la démocratisation de l accès à l éducation à la démocratisation de la réussite de tous les élèves. Il faut revenir sur le choix historique qui a été fait en faveur du baccalauréat, et réorienter nos moyens vers le premier degré. Les travaux de James Heckman, lauréat du prix Nobel d économie, démontrent que l éducation de la petite enfance est le secteur le plus rentable des secteurs d investissement du système éducatif. Le retour sur investissement serait de huit dollars pour chaque dollar investi dans l enseignement pré primaire. En effet, les compétences acquises précocement par les élèves les préparent à une réussite scolaire qui leur assurera de meilleurs débouchés professionnels et des revenus plus élevés qui se traduiront pour l Etat par des recettes fiscales supplémentaires et des transferts sociaux moindres. Mais, la petite enfance n est pas seulement un investissement présentant un bon rapport coûtefficacité. Elle est largement reconnue comme la période appropriée pour poser les fondations du succès de tous les élèves et lutter efficacement contre les inégalités sociales. 11

12 B. Prévenir l accroissement des inégalités et la construction de la grande difficulté scolaire plutôt que d y remédier Depuis plus de vingt ans, les études internationales PISA et PIRLS soulignent l évolution inquiétante de notre système éducatif. Elles montrent d abord que l école française n arrive pas à endiguer la grande difficulté scolaire, qui continue de croître. Ainsi, chaque année, ce sont jeunes qui sortent de notre système éducatif sans aucun diplôme, induisant les conséquences économiques et sociales que nous connaissons. Depuis vingt ans nous savons que l école primaire est en échec. Ces évaluations internationales, parfois contestées, sont confirmées par nos études nationales qui montrent depuis plus d une décennie qu il y a une surreprésentation de nos élèves dans la catégorie des élèves en difficulté et inversement une sousreprésentation des élèves performants. Ainsi, le rapport Ferrier remis à Ségolène Royal en 1997 estimait «entre 21% et 35% la proportion d élèves qui, à l entrée au collège ne maîtrise pas le niveau minimal des compétences de base en lecture ou en calcul». Dix ans plus tard, le rapport du Haut Conseil de l Education estimait qu à l issue du primaire, 40% d élèves n avaient pas «les capacités qui leur permettraient d accéder à l autonomie». Les évaluations internationales montrent également que les politiques éducatives mises en œuvre ces vingt dernières années dans notre pays ont contribué à aggraver le caractère inégalitaire de notre école car les résultats scolaires de nos élèves sont de plus en plus corrélés à leur origine socio-économique. En 2009, l écart de score entre un élève de milieu socio- 12

13 économique privilégié et un élève de milieu socioéconomique moins privilégié, en compréhension de l écrit à 15 ans, est de l ordre de deux années d études. Pour de nombreux pays, les résultats de ces évaluations internationales ont fait l effet d un électrochoc et ont eu pour conséquence une véritable réflexion nationale allant jusqu à remettre en cause les fondements de leur système éducatif. La lutte contre le décrochage et les inégalités scolaires doit commencer dès la maternelle. En France, faute de comprendre qu il vaut mieux prévenir que remédier, les politiques publiques éducatives ont multiplié les palliatifs tardifs, coûteux et inefficaces. Tant que nous n aurons pas pris conscience collectivement que la lutte contre le décrochage et les inégalités scolaires doit commencer dès la maternelle, nous pourrons multiplier les réformes concernant les dispositifs d aides aux élèves en difficultés, notre système demeurera inefficace et inéquitable. Les inégalités scolaires apparaissent très tôt. Les travaux menés par l Institut de Recherche sur l Education (IREDU) ont permis de montrer qu il existe une différence de performance très importante entre les élèves dès l entrée au CP. L école maternelle, dont le rôle est limité à prendre soin des élèves, ne contribue pas à résorber les inégalités initiales qui peuvent exister entres les élèves. Dès lors, les écarts scolaires initiaux ne vont cesser de se creuser durant toute la scolarité. C est ainsi, qu en termes de vocabulaire, il peut y avoir entre élèves de milieux sociaux différents des écarts pouvant atteindre jusqu à mots à l issue du CE1, c est-àdire l équivalent de 5 années d enseignement. 13

14 Ces années ne pourront jamais être rattrapées par l enfant issu d un milieu défavorisé car, comme l affirme le rapport du Haut Conseil de l Education sur l école primaire de 2007, l école élémentaire, et donc a fortiori le collège, ne permet pas de réduire les difficultés repérées au début de la scolarité obligatoire. Le problème du collège, ce sont les élèves qui y entrent, chaque année, sans maîtriser les compétences fondamentales. Dès lors, les 20% d une génération d élèves qui entrent chaque année au collège avec des lacunes sont définitivement engagés dans la spirale du décrochage scolaire. Par conséquent, le premier problème du collège aujourd hui n est pas de savoir s il doit être unique ou multiple mais celui des élèves qui y entrent, chaque année, sans maîtriser les compétences fondamentales. Ce sont ces élèves qui, faute d avoir bénéficié d un enseignement leur permettant de maîtriser les compétences fondamentales, sont les perturbateurs de tout un système. Depuis des années, c est la faiblesse de notre premier degré qui est à l origine de la constitution de la grande difficulté et des inégalités scolaires. Pourtant notre système à tout misé qualitativement et budgétairement sur les autres étapes de la scolarité. Dès lors, l attention de l exécutif et de la représentation nationale doit être toute entière tournée vers l amélioration de la qualité des enseignements dispensés durant le cycle des apprentissages fondamentaux. 14

15 C. Reconstruire le cycle des apprentissages fondamentaux pour renforcer les acquisitions précoces La grande section de maternelle doit être intégrée à l école élémentaire et l école doit être rendue obligatoire à cinq ans. L objectif assigné à la politique des cycles est de permettre à chaque élève de pouvoir progresser à son rythme, les objectifs sur les acquisitions étant pluriannuels. Si le souhait de cette organisation de l enseignement scolaire est partagé, celle-ci n a pourtant jamais été réellement mise en œuvre. Redoublement en milieu de cycle, absence de coordination entre les enseignants, absence de continuité et de cohérence pédagogique du travail des élèves sont autant d éléments démontrant que le bon parti de la politique des cycles n a pas été tiré. La question est donc de savoir pourquoi depuis le vote de la loi Jospin en 1989, l organisation des apprentissages fondamentaux en cycle n est toujours pas assimilée. D un point de vue organisationnel, comme le fait remarquer le rapport du Haut Conseil de l Education de 2007 sur l école primaire, l incohérence entre la nomenclature traditionnelle des classes et l organisation du cycle des apprentissages fondamentaux (GS, CP et CE1) n a pas été de nature à faciliter sa mise en œuvre. En effet, il est à cheval sur l école maternelle et l école élémentaire et sa première année n est pas obligatoire. Il est évident que cette organisation ne facilite ni la compréhension des parents, ni la coordination pédagogique du travail des enseignants, ni le respect de la volonté du législateur de permettre à l élève de progresser à son rythme au sein d un cycle pédagogiquement cohérent. 15

16 L expression «primarisation de l école maternelle» relève d une analyse erronée et dangereuse pour l avenir de milliers d enfants de notre pays. Afin de permettre une meilleure cohérence de ce cycle, la grande section de maternelle devrait être intégrée à l école élémentaire. Le choix d intégrer la grande section de maternelle à l école primaire plutôt que de reconstruire un cycle comprenant la petite section, la moyenne section et la grande section de maternelle est conforme à la volonté initiale du législateur qui souhaitait faire de cette classe le premier lieu d apprentissage des savoirs fondamentaux, et conforme aux enseignements de la recherche en éducation qui insistent sur les bénéfices des acquis précoces. L intégration de la grande section de maternelle à l école primaire aurait pour conséquence de rendre l école obligatoire à cinq ans. Par ailleurs, l intégration de la grande section de maternelle à l école primaire permettrait de renforcer la coordination pédagogique entre les différentes classes composant ce cycle. Aujourd hui, malgré l obligation qui leur en est faite, les enseignants de grande section de maternelle ne participent que très rarement aux conseils tenus pour le cycle des apprentissages fondamentaux. Cependant, dans plusieurs rapports, l inspection générale de l éducation nationale dénonce et entend lutter contre la «primarisation de l école maternelle». L expression relève d une analyse erronée et dangereuse pour l avenir de milliers d enfants de notre pays. Les nombreux tenants de cette posture soutiennent que l anticipation des apprentissages exercerait une pression intolérable sur les élèves et conduirait à les mettre en difficulté. Ils prônent la pérennisation d une maternelle où les séquences d apprentissage sont extrêmement réduites, parfois jusqu à une trentaine de minutes 16

17 L illettrisme des élèves et l isolement professionnel de certains enseignants trouvent leur source dans le déficit des apprentissages précoces. hebdomadaires, comme le constatait Alain Bentolila dans son rapport sur la maternelle remis à Xavier Darcos en Ne cherchons pas plus loin la cause de l impossibilité d une réforme ambitieuse des apprentissages précoces. Faute de renforcer l intensité des apprentissages précoces, les enseignants de CP continueront de voir arriver chaque année dans leurs classes des milliers d enfants incapables de distinguer les sons de notre langage oral. Il sera très difficile pour les enseignants de CP de leur enseigner la lecture dans les temps impartis. L illettrisme des élèves et l isolement professionnel de certains enseignants trouvent là leur source. Par ailleurs, il faudrait également, par souci de cohérence, procéder à une nouvelle appellation des classes de l école primaire. Ainsi depuis plusieurs années le système scolaire s accommode d un cours élémentaire première année (CE1) qui est en réalité la troisième année du cycle des apprentissages fondamentaux et d un cours élémentaire deuxième année (CE2) qui est en réalité la première année du cycle des approfondissements. L efficience d une véritable organisation de l école primaire en cycles exige une dénomination claire des classes composant les cycles. Dans cette nouvelle nomenclature des classes, l école maternelle serait composée de deux années d enseignements dénommées cours des apprentissages premiers première année (CAP1) et cours des apprentissages premiers deuxième année (CAP2) composant le cycle des apprentissages premiers de l école maternelle. L école primaire serait composée de six années, les trois premières seraient dénommées : cours des apprentissages fondamentaux première année (CAF1), cours des apprentissages fondamentaux 17

18 18 deuxième année (CAF2), cours des apprentissages fondamentaux troisième année (CAF3) et composeraient le cycle des apprentissages fondamentaux. Les trois dernières années seraient dénommées : cours des approfondissements première année (CA1), cours des approfondissements deuxième année (CA2), cours des approfondissements troisième année (CA3) et composeraient le cycle des approfondissements.

19 D. La maîtrise précoce des compétences fondamentales, seule clé d accès à l enseignement général et aux diplômes du supérieur La France à un taux de sorties sans diplôme anormalement élevé pour un pays qui entend demeurer une grande puissance mondiale. Trois objectifs fondamentaux sont assignés à notre système éducatif. Le premier est de garantir que 100% des élèves soient diplômés à l issue de leur scolarité. Le deuxième est d assurer que 80% d une classe d âge accède à un niveau baccalauréat. Le troisième est de conduire 50% d une classe d âge à un diplôme de l enseignement supérieur. Les politiques éducatives menées ces dernières années n ont permis la réalisation d aucun de ces trois objectifs. Aujourd hui, la France a un taux de sorties sans diplôme qui est anormalement élevé pour un pays qui entend demeurer une grande puissance mondiale. Les sorties de notre système éducatif peuvent ainsi être résumées : 20% des élèves sont sans diplôme, 40% obtiennent les seuls CAP, BEP et baccalauréat, 15% sont diplômés bac +2, 25% sont diplômés bac +3 et plus. En conséquence, pour pallier le manque de qualification, les transferts sociaux sont extrêmement élevés. Le taux d accès au baccalauréat est bien en dessous de l objectif fixé en 1985 par Jean-Pierre Chevènement, de 80% d une génération au baccalauréat, même s il tend à s en rapprocher grâce à une professionnalisation du baccalauréat à marche forcée. Ainsi, ce sont moins de 40% des élèves d une génération qui obtiennent le baccalauréat général dans notre pays. 19

20 Enfin, avec 42% d élèves diplômés, nous sommes bien en deçà de l objectif stratégique de 50% d une génération diplômée du supérieur quand plusieurs de nos partenaires économiques affichent des taux supérieurs à 60%. Notre trop faible part d étudiants ne nous permet pas de préparer notre croissance future. Le premier objectif assigné à l école doit être la maîtrise des compétences fondamentales par 95% des élèves. L amélioration de la performance d un système éducatif ne peut être pensée que de manière globale et cohérente. L école est une continuité et les objectifs que nous lui assignons ne peuvent être compris isolément. Le premier objectif assigné à l école doit être la maîtrise des compétences fondamentales par 95% des élèves. Il faut réunir la communauté éducative autour de cette ambition nationale. Les 5% restants sont le taux incompressible de grande difficulté scolaire dont doit s accommoder tout système éducatif. Sans la réalisation de cet objectif, la concrétisation des objectifs de 80% d une génération diplômée du baccalauréat ou de 50% d une génération diplômée du supérieur est strictement impossible, sauf à déprécier les diplômes délivrés. L analyse des flux d élèves dans le secondaire et le supérieur montre l influence des types de baccalauréat sur la poursuite et la réussite des études supérieures. Il s avère que les taux de poursuite d études sont nettement plus faibles à l issue des baccalauréats professionnels qu à l issue des baccalauréats généraux et technologiques. Si ce taux atteint quasiment 98% pour les bacheliers généraux, il est de 44% pour les bacheliers professionnels et les sorties sans diplôme de l enseignement supérieur sont nettement plus importantes à l issue des baccalauréats professionnels (70%) qu à l issue des baccalauréats généraux (11%). 20

21 Les pays présentant les taux de diplomation dans le supérieur les plus élevés sont ceux qui investissent davantage lors des enseignements précoces. Or depuis 1995, si nous assistons à une augmentation importante de la part du nombre de bacheliers professionnels (+16 points), nous assistons dans le même temps à une diminution importante de la part du nombre de bacheliers généraux (-8 points). En conséquence, si la tendance se poursuit, ce n est pas parce que nous augmenterons le taux de réussite au baccalauréat grâce à la professionnalisation que nous nous rapprocherons de la concrétisation de l objectif final assigné à notre système éducatif qui est de voir 50% des élèves d une génération diplômés du supérieur. C est donc bien en amont qu il faut analyser comment cet objectif peut être réalisé. S il ne faut pas négliger le problème majeur de l orientation qui s effectue à la fin du collège dans notre pays, influencée dans la plupart des cas par les échecs successifs des élèves, il faut surtout s interroger sur la capacité de notre enseignement précoce à offrir les bases d un enseignement général à tous les élèves. Les pays présentant les taux de diplomation dans le supérieur les plus élevés sont également ceux qui présentent les plus haut taux d encadrement et qui investissent davantage par enfant lors des enseignements précoces. En tenant compte de l impact majeur des acquis précoces sur le destin scolaire des élèves, les politiques éducatives qu ils ont mises en œuvre ont contribué à renforcer l intensité de travail des jeunes élèves. 21

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Olivier Lefebvre* Sur 100 jeunes entrés en 6 e en 1995, 44 sont désormais titulaires d un diplôme de l enseignement supérieur.

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

Vaincre la pauvreté par la formation La position de Caritas sur le rôle de la politique de formation dans la prévention de la pauvreté

Vaincre la pauvreté par la formation La position de Caritas sur le rôle de la politique de formation dans la prévention de la pauvreté Vaincre la pauvreté par la formation La position de Caritas sur le rôle de la politique de formation dans la prévention de la pauvreté Prise de position de Caritas_ juillet 2011 Risques de pauvreté élevés

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques Evaluation des des élèves en CM2 Constats et perspectives pédagogiques pour les écoles de l Hérault

Plus en détail

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES Synthèse de quelques éléments d observation Marc Thiébaud Septembre 2002 Remarque préliminaire Cette synthèse

Plus en détail

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental Bruxelles, le 13 mai 2002 Circulaire n 108 OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental En sa séance du 27 mars 2001, le Parlement de la Communauté française a adopté le décret

Plus en détail

Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante

Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante Direction du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle de article déjà publié d la série ins e e part naires Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante compte environ

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

Présentation du Pacte (support Prezi) Texte à l intention des directions Septembre 2015

Présentation du Pacte (support Prezi) Texte à l intention des directions Septembre 2015 Présentation du Pacte (support Prezi) Texte à l intention des directions Septembre 2015 Préambule Ce document a pour objectif de fournir un outil aux directions, en vue de présenter le processus du Pacte

Plus en détail

6 Les missions de l enseignement scolaire

6 Les missions de l enseignement scolaire Les dossiers de l enseignement scolaire 2009 L enseignement scolaire en France Sommaire 4 Les grands principes 5 L organisation de la scolarité 6 Les domaines de compétence 6 Les missions de l enseignement

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

LE CHEMINEMENT SCOLAIRE DE L ÉLÈVE

LE CHEMINEMENT SCOLAIRE DE L ÉLÈVE LE CHEMINEMENT SCOLAIRE DE L ÉLÈVE Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions 1) Comment se fait le partage des responsabilités en matière de

Plus en détail

Les partis politiques se prononcent sur les enjeux liés aux troubles d apprentissage

Les partis politiques se prononcent sur les enjeux liés aux troubles d apprentissage L association québécoise des troubles d apprentissage (AQETA) profite du déclenchement de la campagne électorale provinciale pour rappeler aux partis politiques l importance de la question des troubles

Plus en détail

L illettrisme, une question scolaire. Marie-France Bishop Pr Université de Cergy Pontoise Didactique du Français

L illettrisme, une question scolaire. Marie-France Bishop Pr Université de Cergy Pontoise Didactique du Français L illettrisme, une question scolaire Marie-France Bishop Pr Université de Cergy Pontoise Didactique du Français Quelques points de discussion Des chiffres pour poser le problème Manifestations et causes

Plus en détail

LE SUIVI INDIVIDUALISÉ DES ÉLÈVES : UNE AMBITION À CONCILIER AVEC L ORGANISATION DU SYSTÈME ÉDUCATIF

LE SUIVI INDIVIDUALISÉ DES ÉLÈVES : UNE AMBITION À CONCILIER AVEC L ORGANISATION DU SYSTÈME ÉDUCATIF ENTITÉS ET POLITIQUES PUBLIQUES LE SUIVI INDIVIDUALISÉ DES ÉLÈVES : UNE AMBITION À CONCILIER AVEC L ORGANISATION DU SYSTÈME ÉDUCATIF Rapport public thématique Synthèse Mars 2015 g AVERTISSEMENT Cette synthèse

Plus en détail

REPERES POUR LA FORMATION EN SECONDE PROFESSIONNELLE DES METIERS DE LA RELATION AUX CLIENTS ET AUX USAGERS

REPERES POUR LA FORMATION EN SECONDE PROFESSIONNELLE DES METIERS DE LA RELATION AUX CLIENTS ET AUX USAGERS REPERES POUR LA FORMATION EN SECONDE PROFESSIONNELLE DES METIERS DE LA RELATION AUX CLIENTS ET AUX USAGERS Année 2011 / 2012 Véronique MONMARON Bruno CHARMOILLE IEN Economie et Gestion Martine GIONTA Elisabeth

Plus en détail

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions Éléments de réponse 1) L

Plus en détail

Madame Anne Bernard - Centre Régional du Libre Examen de Bruxelles. Madame Emilie Dupont - Pouvoir Organisateur de la Ville de Bruxelles

Madame Anne Bernard - Centre Régional du Libre Examen de Bruxelles. Madame Emilie Dupont - Pouvoir Organisateur de la Ville de Bruxelles Séminaire de réflexion du 28/09/2011 Comment faire face à la pénurie d enseignants? La pénurie d enseignants est un sujet récurrent en particulier dans la région bruxelloise. De nombreuses questions gravitent

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Formations n S.0.01.04.02.c03/1/2 n S.0.01.04.02.c03/2/2 Opérateur : ULB-ULg-UMH

Formations n S.0.01.04.02.c03/1/2 n S.0.01.04.02.c03/2/2 Opérateur : ULB-ULg-UMH IFC Formations n S.0.01.04.02.c03/1/2 n S.0.01.04.02.c03/2/2 Opérateur : ULB-ULg-UMH Préparer la transition secondaire-université dans les cours de mathématiques Présentation générale Stéphanie BRIDOUX

Plus en détail

La Formation des Enseignants. Contribution dans le cadre de la concertation «Refondons l Ecole»

La Formation des Enseignants. Contribution dans le cadre de la concertation «Refondons l Ecole» La Formation des Enseignants Contribution dans le cadre de la concertation «Refondons l Ecole» 1 Avant-propos Le président de la République a fait de la refondation de l Ecole une priorité de son action.

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

I. Présentation du Programme de Réussite éducative (PRE)

I. Présentation du Programme de Réussite éducative (PRE) Compte-rendu Le programme de réussite éducative : finalités, modalités de mise en œuvre et articulation Le 20 septembre 2005 2 ème journée du cycle de qualification «L ACTION EDUCATIVE EN DIRECTION DES

Plus en détail

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle Repères revendicatifs Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle La CGT propose Un droit à l éducation permanente pour une formation émancipatrice tout au long de la vie. Ce droit

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Projet Pédagogique de l Ecole:

Projet Pédagogique de l Ecole: Projet Pédagogique de l Ecole: Organisation de l école et du temps de classe : L'école accueille des enfants de 2ans1/2 à 11 ans, c'est-à-dire de la maternelle jusqu à l entrée au collège. L école fonctionne

Plus en détail

Pour l École de l égalité, Intégration des élèves handicapés

Pour l École de l égalité, Intégration des élèves handicapés novembre 2007 Secrétariat National à la Santé Pour l École de l égalité, Intégration des élèves handicapés Sommaire Introduction 3 I. Les accessibilités 4 a. Les moyens matériels 4 b. Les moyens humains

Plus en détail

Faire apprendre Piloter Accompagner les évolutions

Faire apprendre Piloter Accompagner les évolutions Projet de Circonscription BASSE-TERRE En déclinaison du projet Académique, la circonscription se fixe comme objectif, d améliorer la réussite des élèves. Il s agit de donner à chaque élève une formation

Plus en détail

Le directeur et ses missions Référentiels de compétences

Le directeur et ses missions Référentiels de compétences Le directeur et ses missions Référentiels de compétences Le directeur d école doit être en mesure d assurer des missions de trois ordres : missions pédagogiques, missions administratives, missions sociales.

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE)

CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE) 1 CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE) Préambule Les établissements scolaires membres du réseau de l enseignement français à l étranger dispensent un enseignement à programme français ouvert

Plus en détail

Organisation et gestion de données cycle 3

Organisation et gestion de données cycle 3 Organisation et gestion de données cycle 3 Clarifier les enjeux de cet enseignement Formation d enseignants de cycle 3 Circonscription de Grenoble 2 Positionnement de la pratique. En classe, comment travaillez-

Plus en détail

Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion

Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion Fiche Action 1 : Action sur la levée des freins et des difficultés pouvant constituer un frein à une reprise d emploi ou de formation Fiche

Plus en détail

Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence

Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence 2009-2012 PROGRAMME D URGENCE Ensemble pour l école de la réussite 2009-2012 ESPACE 1 ESPACE 2 ESPACE 3 ESPACE 4 Rendre effective l obligation de

Plus en détail

Réforme du lycée et enseignement scientifique

Réforme du lycée et enseignement scientifique 72 D. DUVERNEY Réforme du lycée et enseignement scientifique Daniel Duverney Les grandes orientations de la réforme du lycée proposée par le ministère Chatel ont été dévoilées au public fin novembre 2009,

Plus en détail

P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R»

P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R» P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R» Parler Apprendre Réfléchir Lire Ensemble pour Réussir Pascal BRESSOUX et Michel ZORMAN Laboratoire

Plus en détail

Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné

Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné "S'il n'y avait pas l'enfant à élever, à protéger, à instruire et à transformer en homme pour demain, l'homme d'aujourd'hui deviendrait un non-sens et

Plus en détail

Le système scolaire finlandais

Le système scolaire finlandais Le système scolaire finlandais Législation des années 1970 Particularités du système Résultats obtenus Statistiques Avant les années 1970: jardin d enfants école primaire obligatoire gratuite enseignement

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

SYNTHESE DE L ATELIER «EDUCATION»

SYNTHESE DE L ATELIER «EDUCATION» COMITE DE STRASBOURG SYNTHESE DE L ATELIER «EDUCATION» Méthodologie et base de réflexion : Avec près d une quarantaine de participants, d horizons, d âges, d engagements et de professions différents nous

Plus en détail

Faut-il développer la scolarisation à deux ans?

Faut-il développer la scolarisation à deux ans? Faut-il développer la scolarisation à deux ans? 01 L école maternelle française est fréquemment citée comme l un des points forts de notre système éducatif et la pression de certaines familles est aujourd'hui

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Préparation Concours psychomotricien- Toulouse

Préparation Concours psychomotricien- Toulouse Cours CAPITOLE -11, rue du Sénéchal 31000-Toulouse - : 05.61.21.60.64 - www.courscapitole.com- contact@courscapitole.com SOMMAIRE : Préparation Concours psychomotricien- Toulouse I. Le concours de psychomotricien

Plus en détail

De l accompagnement personnalisé en Seconde

De l accompagnement personnalisé en Seconde De l accompagnement personnalisé en Seconde David ROBERT Résumé Les heures d aide individualisée disparaissent avec la réforme et les modules disparaissent ou deviennent éventuellement des heures dédoublées

Plus en détail

Évaluation des élèves du CP à la 3 e

Évaluation des élèves du CP à la 3 e Évaluation des élèves du CP à la 3 e Un livret scolaire plus simple, un brevet plus complet Dossier de presse Mercredi 30 septembre 2015 1 Table des matières Le nouveau livret scolaire 4 Aujourd hui,

Plus en détail

2. Le Droit Individuel à la Formation (DIF)

2. Le Droit Individuel à la Formation (DIF) La société de la connaissance et l apprentissage tout au long de la vie : 2. Le Droit Individuel à la Formation (DIF) Le Luxembourg doit s engager plus concrètement dans la voie ouverte par l Union Européenne

Plus en détail

Module 6 heures. Rappel 2 I. Les points de passage obligés 4 II. Les ressources et points d appui 9

Module 6 heures. Rappel 2 I. Les points de passage obligés 4 II. Les ressources et points d appui 9 Module 6 heures Rappel 2 I. Les points de passage obligés 4 II. Les ressources et points d appui 9 VADE-MECUM - Découverte professionnelle - Module 6 heures 1 Rappel Le module de découverte professionnelle

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE JANVIER 2014 INTRODUCTION Le CAMO pour personnes handicapées souhaitait établir un portrait de la situation de la formation des personnes

Plus en détail

Les projets de piscine 2012-2016

Les projets de piscine 2012-2016 Les projets de piscine 2012-2016 1. Le cadre institutionnel Article L. 112-1 à L. 112-5 du code de l éducation Article L. 122-1-1 du code l éducation Article D 122-1, D 122-2, D 122-3 et article annexe

Plus en détail

SOMMAIRE ENSEIGNER : UNE AMBITION POUR SOI, UNE AMBITION POUR LA FRANCE CONCOURS DE RECRUTEMENT 2014 : LES RÉPONSES À VOS QUESTIONS

SOMMAIRE ENSEIGNER : UNE AMBITION POUR SOI, UNE AMBITION POUR LA FRANCE CONCOURS DE RECRUTEMENT 2014 : LES RÉPONSES À VOS QUESTIONS SOMMAIRE ENSEIGNER : UNE AMBITION POUR SOI, UNE AMBITION POUR LA FRANCE DEVENIR ENSEIGNANT : LES NOUVEAUTÉS ENQUÊTE : LES FRANÇAIS ET LE MÉTIER D ENSEIGNANT CONCOURS DE RECRUTEMENT 2014 : LES RÉPONSES

Plus en détail

Formation professionnelle en France : une perspective de l OCDE

Formation professionnelle en France : une perspective de l OCDE Formation professionnelle en France : une perspective de l OCDE Assurer une formation professionnelle de qualité est déterminant pour bien préparer les jeunes au monde du travail et améliorer les compétences

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

DOMAINES INDICATEURS DONNEES CHIFFREES COMMENTAIRES

DOMAINES INDICATEURS DONNEES CHIFFREES COMMENTAIRES I - ANALYSE DE SITUATION DOMAINES INDICATEURS DONNEES CHIFFREES COMMENTAIRES STRUCTURES PEDAGOGIQUES : 21 divisions LV1 : anglais, allemand, russe allemand section européenne en 4 ème et 3 ème. LV2 : anglais,

Plus en détail

Pour une école obligatoire forte

Pour une école obligatoire forte PDC suisse Pour une école obligatoire forte Dégager les potentiels de formation des enfants, encourager la performance et le respect et l épanouissement, exiger le respect de règles et de valeurs Document

Plus en détail

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org Avril 2014 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris

Plus en détail

INVESTIR POUR L AVENIR

INVESTIR POUR L AVENIR Employers in Education THE EUROPEAN FEDERATION OF EDUCATION EMPLOYERS INVESTIR POUR L AVENIR Déclaration conjointe sur l éducation, la formation et la recherche La présente déclaration conjointe a pour

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) 1- Introduction 2- Domaine d action 3- L apport théorique

Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) 1- Introduction 2- Domaine d action 3- L apport théorique Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) Raquel Partemi rpartemi@logos.uncu.edu.ar María Cristina Azcona sanchere@speedy.com.ar Noemí Jiménez castellotejimenez@yahoo.com.ar

Plus en détail

LA POLITIQUE NUMERIQUE

LA POLITIQUE NUMERIQUE N 14 Infos Thématiques LA POLITIQUE NUMERIQUE Face à la révolution numérique, qui bouleverse l économie mais aussi la société et le quotidien des Français, le gouvernement a engagé depuis 18 mois une action

Plus en détail

En quoi les nouveaux programmes pour l'école maternelle sont-ils nouveaux?

En quoi les nouveaux programmes pour l'école maternelle sont-ils nouveaux? En quoi les nouveaux programmes pour l'école maternelle sont-ils nouveaux? Viviane BOUYSSE Inspectrice générale de l éducation nationale Toulouse 28 mars 2015 JOURNEE ACADEMIQUE AGEEM «Nouveaux programmes»?

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

Note complémentaire n 4 : essai de simulation d usage du compte en fonction des statuts

Note complémentaire n 4 : essai de simulation d usage du compte en fonction des statuts Note complémentaire n 4 : essai de simulation d usage du compte en fonction des statuts [1] Pour illustrer la mise en œuvre du compte au long de la vie, la mission IGAS a procédé à une simulation de son

Plus en détail

Contribution aux Assises de l Enseignement Supérieur et de la Recherche

Contribution aux Assises de l Enseignement Supérieur et de la Recherche L Union Nationale des Etudiants en Gestion, créée en 2003 est une organisation étudiante ayant vocation à représenter les étudiants de la filière Gestion, en fédérant les BDE des IAE, IUT, UFR et Instituts

Plus en détail

DISPOSITIF «ASCENSEUR POUR LA REUSSITE» DOSSIER DE PRESSE. Lundi 6 juin 2011

DISPOSITIF «ASCENSEUR POUR LA REUSSITE» DOSSIER DE PRESSE. Lundi 6 juin 2011 DISPOSITIF «ASCENSEUR POUR LA REUSSITE» DOSSIER DE PRESSE Lundi 6 juin 2011 SOMMAIRE Communiqué de presse Le dispositif «Ascenseur pour la réussite» en détails Contexte : les grandes écoles et l ouverture

Plus en détail

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance Appel à projets 2011 Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire En partenariat avec le ministère de l Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative Avec

Plus en détail

Donner aux jeunes adultes l opportunité de rattraper une formation professionnelle et d obtenir un diplôme

Donner aux jeunes adultes l opportunité de rattraper une formation professionnelle et d obtenir un diplôme Berufsbildungsprojekte Dr. Emil Wettstein GmbH Girhaldenweg 8, 8048 Zürich T +41 (0)44 350 55 15, F +41 (0)44 350 55 16 ewettstein@bbprojekte.ch Donner aux jeunes adultes l opportunité de rattraper une

Plus en détail

Rapport sur l offre de formation «licence»

Rapport sur l offre de formation «licence» Section des Formations et des diplômes Rapport sur l offre de formation «licence» de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E - 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

Favoriser l intégration des Bac Pro en 1 ère année STS

Favoriser l intégration des Bac Pro en 1 ère année STS Lycée G. Colomb 70 Lure Accompagner les élèves en difficulté Favoriser l intégration des Bac Pro en 1 ère année STS Rapport final - Résumé du projet : Améliorer l intégration des étudiants issus de baccalauréat

Plus en détail

SEPTEMBRE 2011 : LES 6 POINTS DE TENSION

SEPTEMBRE 2011 : LES 6 POINTS DE TENSION SEPTEMBRE 2011 : LES 6 POINTS DE TENSION DE LA RENTREE SCOLAIRE Par Daniel Bloch, ancien recteur d académie, ancien président de l Université de Grenoble Le 5 septembre 2011 Au lieu de s attacher à atteindre

Plus en détail

La grande difficulté scolaire, rapport au savoir et accompagnement des jeunes, des élèves

La grande difficulté scolaire, rapport au savoir et accompagnement des jeunes, des élèves Centre Alain Savary INRP / vendredi 8 avril 2011 Séminaire «questions vives du partenariat et réussite éducative» La grande difficulté scolaire, rapport au savoir et accompagnement des jeunes, des élèves

Plus en détail

Vers un Projet Éducatif de Territoire (PEdT)

Vers un Projet Éducatif de Territoire (PEdT) Ville de BESANÇON Direction ÉDUCATION Vers un Projet Éducatif de Territoire (PEdT) La réforme des rythmes scolaires impactera la politique éducative municipale dans les domaines scolaire, périscolaire

Plus en détail

La baisse des sorties sans qualification

La baisse des sorties sans qualification note d information 1.12 AOÛT Les sorties sans qualification n ont cessé de baisser au cours des trente dernières années. En 1975, un quart des élèves d une même génération interrompait ses études au collège

Plus en détail

Les Retraites en France

Les Retraites en France Les Retraites en France Pour une Réforme Durable Strategie I Conseil I Digital I Technologie I Operations Une réforme en profondeur Alors que la réforme des retraites fait à nouveau l actualité, il apparaît

Plus en détail

Les rythmes scolaires en Europe

Les rythmes scolaires en Europe Les rythmes scolaires en Europe Quelques éléments de comparaison Cette note s appuie sur les données d Eurydice qui concernent une trentaine de pays européens. Elle se limite aux 5 premières années d enseignement

Plus en détail

Master Droit de l entreprise

Master Droit de l entreprise Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Droit de l entreprise Institut catholique de Lille - ICL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

FICHE PRESSE MISE EN PLACE DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES À STRASBOURG

FICHE PRESSE MISE EN PLACE DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES À STRASBOURG Strasbourg, le 22 novembre 2013 FICHE PRESSE MISE EN PLACE DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES À STRASBOURG La Ville de Strasbourg entend mettre en place la réforme des rythmes scolaires avec le souci

Plus en détail

La réussite éducative

La réussite éducative La réussite éducative Sommaire Éditorial de Dominique Dubois...3 Réussir à l école...4 La réussite éducative...6 La mise en place d un projet local de réussite éducative...7 Les équipes pluridisciplinaires

Plus en détail

Projet d établissement Collège Eugène BELGRAND 10130 Ervy-Le_Châtel

Projet d établissement Collège Eugène BELGRAND 10130 Ervy-Le_Châtel Projet d établissement Collège Eugène BELGRAND 10130 Ervy-Le_Châtel Présentation. Axe 1 : Les élèves, leur scolarité (Axe 2 du projet académique) : Garantir une réussite scolaire pour tous, Prendre en

Plus en détail

L emploi du temps à l école maternelle

L emploi du temps à l école maternelle Groupe école maternelle L emploi du temps à l école maternelle Groupe g Groupe école maternelle / commission gestion du temps / I.BURIGNAT, E.TRESALLET, V.DARGES, H.LELOUP, A.SEVESTRE 1 Groupe école maternelle

Plus en détail

ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE

ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE Dans un contexte économique général difficile caractérisé, notamment, par une croissance faible, les entreprises de la restauration rapide sont confrontées à

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

La réforme des 2012-2014

La réforme des 2012-2014 La réforme des 2012-2014 Éditorial p 3 Une réforme au bénéfice des enfants p 4 La méthode nantaise : la concertation et le dialogue p 6 Les nouveaux rythmes de la rentrée 2013 p 8 Évaluation de la réforme

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

LA SCOLARITÉ EN FRANCE

LA SCOLARITÉ EN FRANCE P.R.I.P.I Programme Régional pour l Intégration des Populations Immigrées C.A.S.N.A.V Centre Académique pour la Scolarisation des Nouveaux Arrivants et des enfants du Voyage LA SCOLARITÉ EN FRANCE Document

Plus en détail

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif La recherche du lauréat du prix Nobel de Sciences économiques James Heckman et sa pertinence pour les communautés francophones en milieu

Plus en détail

L apprentissage précoce des langues étrangères en Allemagne

L apprentissage précoce des langues étrangères en Allemagne (salon de l éducation, novembre 2003) L apprentissage précoce des langues étrangères en Allemagne Ulrich Reyher (Discours pour le Salon de l Education le 22 novembre 2003) Bonjour mesdames et messieurs,

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON Synthèse des débats rédigée par : 10 mai 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Lyon, le 10 mai 2012, un forum participatif

Plus en détail

Renforcer les compétences de base en apprentissage

Renforcer les compétences de base en apprentissage Version 2 : 20 juillet 2012 CARTE de référencement DES PRATIQUES Renforcer les compétences de base en apprentissage à la Rentrée 1.1.B préparatoire à l entrée au cfa 1.1.A Différenciation dans le groupe

Plus en détail

Cours CAPITOLE -11, rue du Sénéchal 31000-Toulouse - : 05.61.21.60.64 - www.courscapitole.com- contact@courscapitole.com

Cours CAPITOLE -11, rue du Sénéchal 31000-Toulouse - : 05.61.21.60.64 - www.courscapitole.com- contact@courscapitole.com Cours CAPITOLE -11, rue du Sénéchal 31000-Toulouse - : 05.61.21.60.64 - www.courscapitole.com- contact@courscapitole.com Préparation Concours manipulateur en électroradiologie Toulouse SOMMAIRE : I. Le

Plus en détail

Réglementation des stages: ne pas confondre post cursus et hors cursus

Réglementation des stages: ne pas confondre post cursus et hors cursus NOTE n 95 - Fondation Jean-Jaurès - 6 juin 2011 - page 1 des stages: Ne pas confondre stages stages Philippe Quéré* * Président de l association Interfaces Compétences Les nombreux abus engendrés par la

Plus en détail

«Coûts pour la société de l absence de formation avec focus sur la validation des acquis et interruption d apprentissage», mars 2012

«Coûts pour la société de l absence de formation avec focus sur la validation des acquis et interruption d apprentissage», mars 2012 Haute école spécialisée bernoise, Travail social «Coûts pour la société de l absence de formation avec focus sur la validation des acquis et interruption d apprentissage», mars 2012 Résumé de l étude La

Plus en détail

LA JEUNESSE, UNE PRIORITE TRANSVERSALE

LA JEUNESSE, UNE PRIORITE TRANSVERSALE 1 Cadre de référence LA JEUNESSE, UNE PRIORITE TRANSVERSALE août 2014 1 Le comité interministériel de la jeunesse du 21 février 2013 conçoit la jeunesse comme une priorité transversale de l action gouvernementale.

Plus en détail