Construire le document unique. d évaluation. des risques professionnels

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Construire le document unique. d évaluation. des risques professionnels"

Transcription

1 Construire le document unique d évaluation des risques professionnels Ce guide a pour objet de résumer les obligations réglementaires, et de proposer une organisation pour faciliter la réalisation et l actualisation du document unique de recensement des risques professionnels dans le but de prévenir et maîtriser ces risques. Adapté aux spécificités des risques en milieu hospitalier, ce guide s adresse aux professionnels des établissements de santé, et plus particulièrement - à l employeur - aux personnes qui contribuent à l élaboration du document unique sur les risques professionnels - aux médecins du travail - aux gestionnaires de risques. Les conseils tirés de l'expérience sont signalés en italique et précédés d un bloc note Version 1 novembre 2006 Impression RéQua Tel : Réqua GdR - Document unique risques professionnels Page 1

2 Selon les chiffres publiés par l Insee, il y a eu en 2003, accidents du travail en France, et décès au travail. Tout employeur ayant une obligation générale de sécurité et de protection de la santé des travailleurs doit prendre toutes les mesures nécessaires, et plus particulièrement, il doit développer une démarche globale de prévention des risques professionnels, favoriser les actions d information et de formation. L évaluation a priori des risques constitue un des principaux leviers de progrès de la démarche de prévention des risques professionnels au sein de l entreprise. Elle constitue un moyen essentiel de préserver la santé et la sécurité des travailleurs sous la forme d un diagnostic en amont, systématique et exhaustif des facteurs de risques auxquels les personnels peuvent être exposés. Dans le code du travail, la gestion des risques professionnels repose sur trois principes fondamentaux : - l obligation générale de sécurité de tout employeur - les principes de prévention - le principe général d une évaluation des risques (art R230-1). Quelques définitions : La sécurité se définit comme l absence de risque inacceptable. Le risque est la combinaison de la probabilité d un événement et de ses conséquences. Le terme risque est généralement utilisé uniquement lorsqu il existe au moins la possibilité de conséquences négatives. Le danger est la capacité intrinsèque d un équipement, d une substance, ou d une méthode de travail, de causer un dommage. C est un état : une source potentielle de risques Schématisation du risque Pour être soumis à un risque, il faut les 3 éléments : le danger, la cible, et une exposition au danger. Ex : Lors de manipulations contenant des produits toxiques, il y a risque de brûlures ou d intoxication si l agent ne se protège pas avec des gants et un masque. DANGER Ex : Matières inflammables, ou toxiques RISQUE EXPOSITION Ex : manipulation de matières dangereuses CIBLE : Professionnel non protégé (gants, masques) Pour éviter l accident, il faut modifier un des 3 éléments : supprimer le produit dangereux (ex : substitution par un produit «non toxique», changement de pratique ), Ou se protéger systématiquement (ex : identifier des moyens de protection efficace, informer le personnel du danger, définir le champs de la protection par une procédure éventuellement), Ou éviter de manipuler les substances (ex : achat d un automate, sous-traitance ). Réqua - GdR Document unique p. 2

3 Les méthodes de gestion des risques : Les méthodes d analyse des risques a priori permettent de prévenir la survenue d un risque, ou de s organiser pour en limiter les conséquences, avant que l incident ne survienne. L objectif est d améliorer le fonctionnement en consolidant la maîtrise des risques avérés mais également en pointant l'apparition de risques à effets différés ou l émergence de nouveaux risques, en particulier ceux liés aux nouvelles organisations. Ces méthodes développées dans des secteurs où la sécurité doit être maximum (sûreté nucléaire, aéronautique, militaire, ), sont transposables à la prévention des risques au travail. Ce sont par exemple : - Des visites de risques : à partir d un éventail de situations de travail risquées, le «visiteur» évalue avec des personnels, les conditions d exposition à ces risques sur le poste de travail, par entretien individuel, consultation de documents, statistiques d accidents - Méthodes type HACCP : repérage des dangers dans le déroulement d une tâche, évaluer les dangers, mettre en place une surveillance par des indicateurs sur les points critiques pour cibler les dangers à maîtriser. - AMDEC : Analyse des modes de défaillance et étude de leur criticité sur l ensemble d une fonction ou d une responsabilité professionnelle, pour élaborer des consignes permettant de minimiser les risques - Analyse préliminaire des risques : Méthode d identification des dangers (substances, équipements, méthodes) et des situations d exposition aux dangers, pour évaluer la criticité des dangers, puis anéantir ou réduire les risques identifiés. D autres méthodes de gestion des risques à posteriori permettent de comprendre comment et pourquoi l incident est arrivé, afin de modifier le déroulement des opérations et éviter qu il ne se reproduise : - Arbre des causes de défaillances : identifier clairement l enchaînement des évènements qui ont conduit à un incident ou accident pour agir sur la cause essentielle, sans s arrêter à la cause qui paraît la plus évidente - Méthodes de résolution de problèmes : Décrire précisément l enchaînement des faits, les actions des acteurs pour cerner le moment où il y a eu mise en danger et s organiser autrement pour maîtriser le risque en cas de circonstances similaires. Réqua - GdR Document unique p. 3

4 Les principes fondamentaux de sécurité au travail : Tout employeur a une obligation générale de sécurité et de protection de la santé des travailleurs. (Art L230-2 du code du travail). Pour y parvenir, il s appuie sur les principes généraux de prévention : - Éviter les risques - Évaluer les risques qui ne peuvent être évités - Combattre les risques à la source - Adapter le travail à l homme (conception des postes de travail ) - Tenir compte de l évolution de la technique - Remplacer ce qui est dangereux par ce qui est pas ou moins dangereux - Planifier la prévention en cohérence avec la technique, l organisation du travail, les relations sociales les facteurs ambiants - Prendre des mesures de protection collective en priorité sur la protection individuelle Les résultats de l évaluation des risques devront être transcrits sur un document unique, dans le souci de répondre à trois exigences : - cohérence, en regroupant sur un seul support, les données issues de l analyse des risques professionnels auxquels sont exposés les travailleurs - commodité, afin de réunir sur un même document les résultats des différentes analyses de risques, facilitant ainsi le suivi de la démarche de prévention - traçabilité, afin qu un report systématique des résultats de l évaluation soit effectué, avec l ensemble des éléments analysés. Code du travail : Art L Le chef d établissement prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs de l établissement, y compris les travailleurs temporaires. Code du travail : Art R Obligation de formaliser dans un document unique les résultats de l évaluation des risques : inventaire des risques identifiés dans chaque unité de travail de l établissement et mettre à jour. Ce document est tenu à la disposition de membres en interne, Il est également à disposition de l inspecteur ou contrôleur du travail, ou des agents des services de prévention des organismes de sécurité sociale. En cas de non respect des obligations, les sanctions pénales (art R du code du travail) sont : contravention de 5è classe. Circulaire N 6 DRT du 18 avril 2002 : Elle vise à fournir des éléments de méthode pour réaliser le document unique : - forme : un seul document regroupant les données pour faciliter l utilisation et la transcription de l évaluation des risques - contenu : inventaire des dangers identifiés, évaluation des conditions d exposition à ces dangers, et analyse par unité de travail - mise à jour : au moins annuelle, et à chaque décision d aménagement important, ou lorsqu une information supplémentaire sur un risque est recueillie - accessibilité : en interne aux instances représentatives du personnel (CHSCT, délégués), aux personnes soumises à un risque pour leur santé, et au médecin du travail ; en externe aux agents de l inspection du travail, aux agents des services de prévention des organismes de sécurité sociale - Plan de prévention : c est le but du document = utiliser les résultats précédents pour élaborer le programme annuel de prévention des risques professionnels - Sanctions pénales : si l employeur ne transcrit pas les risques dans le document, contravention de 5è classe. Réqua - GdR Document unique p. 4

5 Qu est ce que le document unique? Le document unique rassemble sur un seul document (papier ou électronique) les données issues de l analyse des risques professionnels auxquels sont exposés les travailleurs dans un souci de cohérence, de commodité, de traçabilité, de transparence et en vue de la mise en œuvre d actions de prévention. Le document unique vise à élaborer un plan de prévention : mettre en œuvre les actions qui permettront d éliminer les risques et prévenir les dangers dans le cadre d un programme annuel de prévention. Il comprend l inventaire de l évaluation des risques par unité de travail, Inventaire : Identifier les dangers : situation ayant une capacité intrinsèque à causer des dommages Analyser les risques : étude des conditions d exposition des travailleurs à ces dangers Par unité de travail : Situations de postes de travail présentant les mêmes caractéristiques Géographiques, et/ou métier ou poste, et/ou niveau d autonomie Forme et contenu : Aucun modèle type n a été prévu. L employeur peut utiliser tout type de support, du moment que le résultat est un seul et unique document sur un même support. Le document unique doit être mis à jour au moins 1 fois par an, ou lors de changements significatifs. Qui a accès au document unique : Il doit être à la disposition en interne : des instances représentatives du personnel (CHSCT, délégués du personnel) à défaut des personnes soumises à un risque pour leur sécurité ou leur santé et du médecin du travail et à la disposition en externe : des agents de l inspection du travail, qui peuvent rechercher : la sensibilisation des acteurs internes à la prévention des risques, l accompagnement de la démarche de prévention, le contrôle de l évaluation des risques des agents des services de prévention des organismes de Sécurité Sociale des médecins inspecteurs du travail et de la main d œuvre. Réqua - GdR Document unique p. 5

6 Les étapes d élaboration : Comment le mettre en place? 1) PREPARER LA DÉMARCHE : Lancer la réalisation La démarche vise à repérer les risques pour mettre en œuvre des actions de prévention. Il est donc indispensable d avoir un appui hiérarchique fort et clairement exprimé pour faciliter les actions à réaliser et que le document unique soit suivi d effets. Le responsable de la démarche est l employeur ou son représentant ; il peut confier sa réalisation à toute personne qu il estime compétente pour le faire. Cette personne est désignée, et reconnue dans cette mission. La réglementation n a pas prévu que l employeur soit tenu d associer quiconque à la réalisation du document unique. Mais recenser les moyens humains disponibles pour élaborer le document unique en y associant les compétences utiles est un gage de succès. Acteurs internes associés : Le service santé au travail, Le gestionnaire de risques, Les personnels soumis à un risque, Les membres du CHSCT, Les chargés de sécurité, Le service des ressources humaines, Les représentants du personnel Acteurs externes : Organismes de prévention, tels que l ANACT ou le FACT, Inspection du travail, Caisses d assurance maladie Tout organisme extérieur qui apporterait des compétences inexistantes en interne Cadrer le déroulement : la conduite du projet Le responsable du document unique planifie l organisation et la réalisation du travail : en fonction des différentes étapes à réaliser pour construire le document unique et en fonction des moyens disponibles. Pour la première réalisation, c est un travail à planifier sur 3 à 6 mois selon la taille de l établissement et la méthode utilisée. Il est important de prendre le temps nécessaire pour communiquer et recueillir les informations, les présenter et valider le travail. 2) LA REALISATION DU DOCUMENT UNIQUE Constituer le groupe de travail : Un groupe de travail pour la première élaboration semble indispensable. L efficacité d un groupe est optimum entre 8 et 12 participants. Une composition possible : Médecin du Travail, gestionnaire de risques, cadre, membres du CHSCT, membres du personnel Réqua - GdR Document unique p. 6

7 Communiquer en interne Le responsable du projet explique la démarche : pourquoi un document unique, qui participera, quel est l objectif visé, et ce qui se fera ensuite. Bulletin d information de l établissement, séances d information éclair «30 min» Définir les unités de travail. L inventaire des risques est réalisé par unité de travail = ensemble de postes ou de situations de travail au sens large présentant les mêmes caractéristiques : Critère géographique : même lieu de travail Critère métier ou poste : activités ou postes de travail identiques Degré d autonomie : travailleurs exerçant leur activité avec leurs ressources et besoins propres Le groupe de travail devra identifier les unités de travail, sans occulter les particularités de certaines expositions individuelles. Une unité de travail n est pas forcément une unité géographique, ni une activité fixe, il est possible de regrouper plusieurs unités géographiques qui ont les mêmes missions. Ex d unités de travail : soins infirmiers en chirurgie, secrétariat médical, salles de radiologie, bloc opératoire, personnel soignant en pédiatrie, postes de préparations pharmaceutiques. Identifier les dangers : dans le respect de la circulaire DRT n 6 du 18 avril 2002*, c est une étape importante. - Pour démarrer, l établissement peut s inspirer de listes préétablies définissant les différents postes de travail Une attention particulière sera portée aux postes présentant des risques particuliers, ainsi qu aux salariés soumis à une surveillance médicale spéciale du service santé au travail. Le groupement professionnel de formation de l Hospitalisation privée du Sud Est a retenu les huit risques les plus fréquemment recensés dans l activité hospitalière : risque lié à la manutention risque infectieux risque incendie risque de travail sur écran risque chimique risque cytotoxique risque du rayonnement ionisant risque de la charge mentale Évaluer l exposition des salariés aux dangers : C est véritablement l étape d évaluation des risques. Analyser les risques, c est étudier les conditions d exposition des travailleurs à ces dangers. L évaluation doit porter sur (Art L230-2 paragraphe 2) : - Les équipements de travail, substances toxiques ou préparations chimiques, - Les aménagements, réaménagements des lieux de travail, ou des installations - Les conditions de travail Réqua - GdR Document unique p. 7

8 Des informations sur les risques professionnels sont recensées dans : - rapport du CHSCT - rapport du service santé au travail - registre unique de sécurité - registre des accidents de travail - fiches de poste - fiches données de sécurité des produits L évaluation des risques repose sur trois critères de caractérisation : gravité des conséquences, fréquence d exposition et maîtrise du danger. Le premier critère est la gravité des conséquences de chaque danger pour le personnel. Le groupe va évaluer cette gravité par une cotation objective. L objectivité dépend de l outil et des experts participants à la cotation : médecins de travail par exemple. Une grille d évaluation est à préparer et chaque membre du groupe précisera selon lui la gravité des conséquences. Exemple d échelle de cotation de la gravité des conséquences : Risque de gêne, indisposition, sans conséquence Cotation 1 Risque d atteinte physique guérissable Cotation 4 Risque d arrêt de travail > 3 mois, conséquence physique permanente Cotation 7 Risque d atteinte à la vie Cotation 10 La cotation « » peut être aussi « » ou tout autre suite de nombres permettant la mise en évidence de l écart entre les dangers faiblement et fortement cotés. Le deuxième critère d évaluation est la fréquence d exposition au danger. De la même façon que pour la gravité, il s agit de coter cette fréquence d exposition. La fréquence ne peut pas être évaluée précisément avec des termes comme : souvent, parfois, quelquefois, rarement etc, car ces mots révèlent des différences d interprétation selon les individus. Exemple d échelle de cotation de la fréquence d apparition : Moins d une fois par mois Cotation 1 Entre une fois par mois et une fois par jour Cotation 4 Maximum une fois par jour Cotation 7 Plusieurs fois par jour Cotation 10 A cette fréquence s ajoutera un troisième critère d évaluation, qui sera la maîtrise du danger. C est à dire, les moyens qui sont en place pour éviter un accident (alarmes, moyens de protection ). Cette cotation fait intervenir l expérience, c est à dire la survenue d accident ou de presqueaccident : La survenue des accidents avec la protection est exceptionnellement rare / Cotation 1 impossible : pas d accident ou de presque-accident à ce jour. Nos moyens de protection sont partiellement efficaces, la survenue des Cotation 4 accidents avec la protection est possible : accident ou de presque-accident survenu les années antérieures. Nos moyens de protection sont de faible efficacité la survenue des Cotation 7 accidents avec la protection est fréquente : au moins une fois par mois. Pas de moyen de protection Cotation 10 Accident quotidien Réqua - GdR Document unique p. 8

9 La notion d utilisation des moyens de protection peut aussi être intégrée pour évaluer le niveau de maîtrise existant : Nos moyens de protection sont efficaces et utilisés Cotation 1 Nos moyens de protection sont efficaces mais pas utilisés systématiquement Cotation 4 Nos moyens de protection sont efficaces mais ne sont pas utilisés (la Cotation 7 survenue des accidents avec la protection est fréquente : au moins une fois par mois) Pas de moyen de protection Cotation 10 Accident quotidien La cotation du danger est la multiplication des 3 critères : Gravité des conséquences x Fréquence d exposition x Maîtrise du risque. Le nombre de personnes concernées par le risque peut être ajouté à ces 3 critères. En effet, il permettra, comme l a fait le CHI de la Haute Saône, de bénéficier d un critère discriminant supplémentaire pour prioriser les actions à mettre en œuvre. L ensemble des professionnels de l établissement Cotation 10 Une catégorie de personnel, une unité de travail, ou plus Cotation 7 de 10 personnes De 2 à 10 professionnels Cotation 4 Une seule personne Cotation 1 Les grilles d évaluation auront par exemple la forme suivante dans un service de traumatologie : MANUTENTION 1- manutention de malades couchés ou inertes 2- aide à la manutention de malade valides 4- port de lourdes charges Gravité des conséquences Hernie discale 7 Lumbago 4 Hernie discale 7 Evaluation des risques en service de traumatologie Fréquence d exposition Plusieurs fois par jour 10 Tous les jours 7 Une fois par semaine 4 Maîtrise du danger Cotation du risque 1 agent opéré l an dernier 4 1 arrêt de travail en moyenne par mois 7 1 agent opéré l an dernier 4 7 x 10 x x 7 x x 4 x 4 Figure 1 : tableau d évaluation du risque manutention dans une unité de travail 112 Réqua - GdR Document unique p. 9

10 Proposer des actions de prévention Le but du document unique est de contribuer à la prévention des risques au travail, par l élaboration d actions de prévention. Dans l exemple du tableau ci dessus, le risque 1 : «manutention de malades couchés» est le plus important. Il faut le maîtriser en agissant sur l une des trois composantes du risque : le danger : le patient couché qui ne peut pas se mobiliser: il n est pas possible d agir sur ce danger (sauf à ignorer le patient!) l exposition au danger : la manutention du patient couché : pour prévenir les risques, il existe des aides à la manutention : lève malade, planche «roll board», la cible : le professionnel qui a une mauvaise posture entraînant une hernie discale : l action de prévention peut être une formation aux gestes et postures, et le respect des bonnes positions (genoux pliés ) D une manière générale, l ensemble des actions proposées portera sur les moyens suivants par ordre de priorité : 1) En priorité, le choix de dispositifs sécurisés, par exemple : choisir des aiguilles sécurisées et récupérateurs d aiguilles pour éviter les piqûres et les AES remplacer les substances dangereuses par l utilisation de substances moins dangereuses 2) Priorité également à des équipements de protection collective par exemple : lits à hauteur variable hottes d aspiration, 3) Des moyens de protections individuelles par exemple : tabliers de protection en radio, masque pour les peintres 4) des formations par exemple : formation geste et postures pour limiter les lombalgies 5) des modifications de l organisation pour une diminution de la fréquence d exposition par exemple : polyvalence des agents pour une rotation aux postes de travail les plus exposés Les résultats de l évaluation et les actions de prévention sont présentés par l employeur et sous sa responsabilité pour une consultation en CHSCT (Art R 230-1, troisième alinéa) MANUTENTION 1- manutention de malades couchés ou inertes Cotation du risque Nombre de personnes Propositions d action - Formation geste et posture - Investissement dans le plan d équipement 2- aide à la manutention de malade valides 4- port de lourdes charges Formation geste et posture - Manutention à 2 personnes - Formation geste et posture Réqua - GdR Document unique p. 10

11 3) SUIVI et MISE A JOUR Le document unique doit être dynamique, afin de suivre les modifications de risques et montrer les progrès accomplis. Le document unique doit être mis à jour 1 fois par an, ou lors de changements significatifs. La mise à jour étant annuelle, il est important de le dater et d inscrire la méthode adoptée pour le réactualiser selon la même méthode d évaluation. Le groupe peut être institué de manière pérenne dans l établissement. Mais le temps nécessaire à la mise à jour annuelle est beaucoup plus court que lors de la première élaboration. Le document unique est également mis à jour en cas de décision d aménagements importants, qui modifient les conditions d hygiène et de sécurité ou les conditions de travail, les produits utilisés, les méthodes de travail etc. (Art L 236-2). Citons par exemple : changement de produit, modification des rythmes de travail, choix de nouveaux instruments, réorganisation dans l attribution de tâches La mise à jour annuelle du document unique permettra d évaluer quantitativement et qualitativement les actions entreprises. Un tableau de bord peut être élaboré en créant des classes de seuil de criticité et en suivant les tendances. Indice de criticité (entre 1 et 1000) - Système de cotation retenu « » Résultat 2005 Résultat 2006 Classes de criticité N = nombre de dangers (cotation du risque) identifiés Danger supprimé % Indice de criticité <120 Tendance (N 2006 N 2005)/ total N % 120 < Indice de criticité < % Indice de criticité > % Total N Dans cet exemple, le nombre de situations dangereuses (cotation du risque élevée) a diminué : la situation s améliore. Réqua - GdR Document unique p. 11

12 CONCLUSION La réalisation du document unique sur les risques professionnels est une démarche de gestion des risques qui doit permettre de coordonner efficacement les mesures de prévention des risques au travail tout en contribuant à la dynamique sociale. Les travaux permettent une approche de la culture du risque et une appropriation des méthodes d évaluation des risques qui pourra être utile dans d autres démarches, en vue de changer les mentalités pour passer d une culture de la faute à une culture de l erreur admise mais comprise et corrigée. L évaluation des risques au travail pourra également contribuer à la politique de gestion des risques globale et coordonnée. «Gérer un risque, c est l assumer en toute connaissance de cause, et ne pas confondre l imprévisible et l imprévoyance» Pr Jean DAUSSET, Prix Nobel de médecine 1980 Réqua - GdR Document unique p. 12

13 Annexe 1 : Liste des risques professionnels D après le CNEH A RISQUES PHYSIQUES Risques liés au bruit Risques liés à l'éclairage Risques liés à l'ambiance thermique et/ou climatique Risques liés à l'électricité Risques liés aux manutention manuelles de charges lourdes ou patients B RISQUES LIES AUX MACHINES ET EQUIPEMENTS DE TRAVAIL Risques liés à la manutention mécanique de charges Risques liés à l'ergonomie du poste ou de la zone de travail Risques liés aux outils, machines, dispositifs médicaux, équipements C RISQUES BIOLOGIQUES Risques d'exposition à un agent infectieux (BACTERIE : tuberculose, légionellose - VIRUS : Hépatite A, B, C, HIV _ CHAMPIGNON : Aspergillus, ATNC (prion)) D RISQUES CHIMIQUES Risques d'incendie ou d'explosion Risques liés à l'utilisation de produits Risques liés au stockage et à l'élimination de produits E RISQUES LIES AUX LOCAUX ET AUX INSTALLATIONS Risques de chute de plain pied Risques de chute de hauteur Risques liés aux déplacements dans l'établissement et risques routiers F RISQUES LIES A DES FACTEURS ORGANISATIONNELS Risques liés aux conditions de travail G RISQUES PSYCHOLOGIQUES ET SOCIAUX Risques liés à la prise en charge des patients, contacts avec le public et les familles Risques entre professionnels Risque d'insécurité et de malveillance H RISQUES LIES AUX CO - ACTIVITES Intervention d'un autre service de l'établissement Intervention d'une entreprise extérieure Réqua - GdR Document unique p. 13

14 Bibliographie Textes réglementaires : Loi no du 31 décembre 1991 modifiant le code du travail et le code de la santé publique en vue de favoriser la prévention des risques professionnels et portant transposition de directives européennes relatives à la santé et à la sécurité du travail (1) Décret n du 5 novembre 2001 portant création d'un document relatif à l'évaluation des risques pour la santé et la sécurité des travailleurs, prévue par l'article L du code du travail et modifiant le code du travail (deuxième partie : Décrets en Conseil d'etat). Circulaire DRT n 6 du 18 avril 2002 prise pour l'application du décret n portant création d'un document relatif à l'évaluation des risques pour la santé et la sécurité des travailleurs, prévue par l'article L du code du travail et modifiant le code du travail Documentation Évaluation des risques professionnels, Questions-réponses sur le document unique, Brigitte ANDREOL, Nathalie GUILLEMY, Anne LEROY, INRS Mars 2004 Et le site Internet : La prévention des risques professionnels dans les établissements hospitaliers privés, Ministère de l emploi et solidarité / Groupement Interprofessionnel de formation de l hospitalisation privée du Sud Est Marseille L évaluation des risques, modèles de fiches et tableau des risques, Éditions TISSOT 2003 Identification et évaluation des risques professionnels I DAGUET, Y BENANTEUR ENSP Évaluation des risques professionnels en Franche-Comté ; Direction Régionale du Travail et Emploi CRAM, Journée régionale Réqua juin 2003 : résumé des interventions (sur demande) Site Internet Bossons futé : : fait par une association de médecins du travail, le site présente la législation, des fiches de risques, et beaucoup de bibliographie. Site Internet INRS : : Institut National de recherche et de Sécurité : recense les informations et les études sur la prévention des risques. Réqua - GdR Document unique p. 14

15 Ce guide a été rédigé par Anne-Monique CUNY Chargée de mission RÉQUA - Gestionnaire de risques, C.H. PONTARLIER Dr Hélène MOCKLY Pharmacien responsable qualité, Département pharmacie, CHU Besançon Il fait suite au travail initié lors de la journée régionale RéQua du 18 juin 2003, à laquelle ont participé : Mme Claude MERTANI, Mr Michel COUHERT, Mr Claude GIROUD, Dr Christine GUIRAUD, Dr Corinne LOUIS, Mme Agnès OBERLANDER, Dr Lionel PAZART, Mr René PRADELLE, Mme Marie-Odile ROCH, Mr Denis VALZER, Mr Jean-Luc VUILLIER, Direction de l Hospitalisation et de l Organisation des soins Directeur Polyclinique de Franche-Comté Besançon Ingénieur Conseil CRAM Dijon Médecin du travail - C.H. Pontarlier Praticien Hospitalier - CHI Vesoul Responsable qualité Clinique St Vincent Besançon Directeur du RéQua Directeur Résidence Notre Dame Besançon Direction Régionale du Travail - Besançon Président du Conseil d Administration du RéQua Responsable qualité CHS - Novillars Relecteurs du guide : Dr Christine GUIRAUD, Mr Damien ZANETTI, Médecin du travail - C.H. Pontarlier Chargé de mission Réqua * * * * * Réqua - GdR Document unique p. 15

CIRCULAIRE N 6 DRT du 18 avril 2002

CIRCULAIRE N 6 DRT du 18 avril 2002 Ministère de l emploi et de la solidarité Direction des relations du travail Sous-direction des conditions de travail et de la prévention des risques du travail Bureau de l'amélioration des conditions

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels

Document unique d évaluation des risques professionnels Document unique d évaluation des risques professionnels La loi n 91-1414 du 31 décembre 1991 (article L.230-2 du Code du travail), demande au chef d établissement de prendre toutes les mesures nécessaires

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Mesurer et prévenir les risques professionnels Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d une altération de

Plus en détail

L évaluation des risques professionnels

L évaluation des risques professionnels LE POINT DES CONNAISSANCES SUR ED 5018 L employeur a l obligation d assurer la sécurité et de protéger la santé de ses salariés. Il dispose pour ce faire d un des principes de prévention énoncé dans le

Plus en détail

Evaluation des risques professionnels dans les établissements de santé (dr.l.sctrick)

Evaluation des risques professionnels dans les établissements de santé (dr.l.sctrick) Evaluation des risques professionnels dans les établissements de santé (dr.l.sctrick) Le danger : propriété ou capacité intrinsèque d un équipement, d une substance, d une méthode de travail, de causer

Plus en détail

Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE

Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE Le mot des Présidents Le décret du 5 novembre 2001 impose une nouvelle obligation aux entreprises : formaliser les risques de l entreprise sur un document unique.

Plus en détail

HOPITAL LOCAL INTERCOMMUNAL SOULTZ-ISSENHEIM DOCUMENT UNIQUE EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS. Mise à jour : 15/06/09

HOPITAL LOCAL INTERCOMMUNAL SOULTZ-ISSENHEIM DOCUMENT UNIQUE EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS. Mise à jour : 15/06/09 HOPITAL LOCAL INTERCOMMUNAL SOULTZ-ISSENHEIM DOCUMENT UNIQUE EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS Mise à jour : 15/06/09 Rédaction : M.GSCHWIND Validation : M. Herrgott Gestionnaire des risques Directeur

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

Préambule. Obligations des employeurs. La Fiche d Entreprise (revisitée) Missions des SSTi*

Préambule. Obligations des employeurs. La Fiche d Entreprise (revisitée) Missions des SSTi* Dr CROUZET 12/10/2012 SMTMP / RESACT Préambule Le chainon manquant Missions des SSTi* La Fiche d Entreprise (revisitée) Obligations des employeurs? Page 6 de la circulaire du Document Unique, du 18 avril

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

AUDIT SUR L UTILISATION ET L IMPACT DU DOCUMENT UNIQUE DANS L ENTREPRISE

AUDIT SUR L UTILISATION ET L IMPACT DU DOCUMENT UNIQUE DANS L ENTREPRISE AUDIT SUR L UTILISATION ET L IMPACT DU DOCUMENT UNIQUE DANS L ENTREPRISE EN45b/a39 Version 0 le 03/09/12 Date de l audit : / / Nom : N adhérent : Adresse : ENTREPRISE AUDITEE : Nature de l activité : Nombre

Plus en détail

Réalisation du document unique d évaluation des risques professionnels dans un établissement scolaire

Réalisation du document unique d évaluation des risques professionnels dans un établissement scolaire Mesures réglementaires à appliquer dans un E. P.L.E. Réalisation du document unique d évaluation des risques professionnels dans un établissement scolaire Adresse du site hygiène et sécurité académique:

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

PSE Prévention - Santé - Environnement BAC PRO 3 ans - Terminale

PSE Prévention - Santé - Environnement BAC PRO 3 ans - Terminale PSE Prévention - Santé - Environnement BAC PRO 3 ans - Terminale Module 9 Cadre réglementaire de la prévention dans l entreprise Fiche 9-1 Appréhender le cadre juridique de la prévention... 3 Fiche 9-2

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines

Plus en détail

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE I - CODE DU TRAVAIL A - LES PRINCIPES GENERAUX DE PREVENTION L obligation générale de sécurité incombe

Plus en détail

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés.

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés. Introduction Les symptômes du stress (troubles du sommeil, de l appétit, agressivité, épuisement, troubles de la concentration ), touchent un nombre croissant de salariés en France : un salarié sur 6 déclare

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST)

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) Etapes Actions Pilote de l action Description et type de documents 1 Définition d une politique Santé Sécurité au Travail Top Management + externe

Plus en détail

INSTRUCTION GENERALE. relative à l Hygiène, à la Sécurité et à l Environnement. Version initiale-1 1/14

INSTRUCTION GENERALE. relative à l Hygiène, à la Sécurité et à l Environnement. Version initiale-1 1/14 INSTRUCTION GENERALE relative à l Hygiène, à la Sécurité et à l Environnement. Version initiale-1 1/14 SOMMAIRE 1 - La réglementation 3 2 - Principes généraux 2.1 Principes fondamentaux en matière d hygiène

Plus en détail

Page 1. Le Plan de Prévention

Page 1. Le Plan de Prévention Page 1 Le Plan de Prévention 01 LA REGLEMENTATION Rappel : Le document Unique d Evaluation des Risques Dans toute entreprise, le chef d entreprise a pour obligation d assurer la sécurité et la santé de

Plus en détail

L humain au cœur de l entreprise. De l identification à la gestion des Risques Professionnels

L humain au cœur de l entreprise. De l identification à la gestion des Risques Professionnels L humain au cœur de l entreprise De l identification à la gestion des Risques Professionnels Petit déjeuner Conférence du 17 Mars 2009 Sommaire 1. IDER : Identification des Dangers et Évaluation des Risques

Plus en détail

Gestion des risques en

Gestion des risques en Gestion des risques en Réseau des Praticiens en Hygiène hospitalière du Rhône 12 novembre 2012 endoscopie B Grisi : PH en Hygiene A Boudilmi : Ingénieur Qualité L hôpital nord ouest Villefranche Région

Plus en détail

DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011

DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011 CODEP-DOA-2011-071487 SS/NL Centre Hospitalier de Roubaix 35, rue de Barbieux BP 359 59056 ROUBAIX CEDEX Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-018933 Hôpital Intercommunal Le Raincy-Montfermeil 10 rue du Général Leclerc BP 104 93370 MONTFERMEIL

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-018933 Hôpital Intercommunal Le Raincy-Montfermeil 10 rue du Général Leclerc BP 104 93370 MONTFERMEIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 10 juin 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-018933 Hôpital Intercommunal Le Raincy-Montfermeil 10 rue du Général Leclerc BP 104 93370 MONTFERMEIL Objet : Inspection

Plus en détail

Pénibilité au travail

Pénibilité au travail PENIBILITE ACTE II Pénibilité : quelques chiffres (Enquête DARES, suite à l étude SUMER 2010) 40 % des salariés exposés à au moins un facteur de pénibilité 10 % exposés à 3 facteurs au moins 70 % des ouvriers

Plus en détail

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE»

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» COMMUNICATION RELATIVE AU CADRE REGLEMENTAIRE CONCERNANT LA PREVENTION

Plus en détail

Audit, Conseil et Assistance

Audit, Conseil et Assistance Audit, Conseil et Assistance Experto Risk vous apporte son expertise pour vous accompagner dans le domaine de la sécurité Vous vous interrogez sur vos obligations en matière de sécurité. Vous souhaitez

Plus en détail

Système de management H.A.C.C.P.

Système de management H.A.C.C.P. NM 08.0.002 Norme Marocaine 2003 Système de management H.A.C.C.P. Exigences Norme Marocaine homologuée par arrêté du Ministre de l'industrie, du Commerce et des Télécommunications N 386-03 du 21 Février

Plus en détail

EDITIONS TISSOT. Plan général de l ouvrage

EDITIONS TISSOT. Plan général de l ouvrage DOSSIER PRATIQUE BTP Evaluation des risques professionnels EDITIONS TISSOT Textes à jour au 1 er septembre 2006 Plan général de l ouvrage 1 re partie : A propos d évaluation des risques... 101 2 e partie

Plus en détail

Extraits du Code du Travail

Extraits du Code du Travail Extraits du Code du Travail Bruit au travail - Santé auditive QUATRIÈME PARTIE : SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LIVRE IV : PRÉVENTION DE CERTAINS RISQUES D EXPOSITION TITRE III : PRÉVENTION DES RISQUES D

Plus en détail

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX Par Michel LEDOUX Avocat Associé CABINET MICHEL LEDOUX ET ASSOCIES 10 RUE PORTALIS 75008 PARIS Tél : 01.44.90.98.98

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF PROGRAMMES VSP / PSE CAP Légende : Couleur bleue : contenus similaires Couleur rouge: Nouveautés Couleur verte : supprimé?

TABLEAU COMPARATIF PROGRAMMES VSP / PSE CAP Légende : Couleur bleue : contenus similaires Couleur rouge: Nouveautés Couleur verte : supprimé? TABLEAU COMPARATIF PROGRAMMES VSP / PSE CAP Légende : Couleur bleue : contenus similaires Couleur rouge: Nouveautés Couleur verte : supprimé? PROGRAMME VSP Programme 2002 S organise en 5 modules de formation

Plus en détail

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Circulaire d'informations n 2009/17 du 15 septembre 2009 LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Références : - Loi n 84-594 du 12 juillet 1984 modifiée relative à la formation des agents de

Plus en détail

Les obligations de l'exploitant

Les obligations de l'exploitant Guide technique : Sécurité > Les obligations de l'exploitant > Les obligations de l'exploitant Les obligations de l'exploitant L exploitant assiste aux visites de la commission de sécurité, ou s y fait

Plus en détail

Mél : Nom de l ACMO : Mél ACMO :

Mél : Nom de l ACMO : Mél ACMO : Etat des lieux en hygiène et sécurité dans un établissement scolaire Rectorat Inspection en Hygiène et sécurité Dossier suivi par M. Gilbert ROUSSEAU Téléphone 05 57 57 39 82 Fax 05 57 57 87 40 Mél: Gilbert.rousseau@acbordeaux.fr

Plus en détail

Surveillance de la santé. Brochure d information dans la cadre du "bien-être au travail"

Surveillance de la santé. Brochure d information dans la cadre du bien-être au travail Surveillance de la santé Brochure d information dans la cadre du "bien-être au travail" Sommaire Sommaire 1 1. Introduction 2 2. Analyse des risques 3 2.1. Etablissement de la liste des risques 3 2.2.

Plus en détail

8 règles d or pour mettre en place le CHSCT et optimiser son fonctionnement

8 règles d or pour mettre en place le CHSCT et optimiser son fonctionnement 8 règles d or pour mettre en place le CHSCT et optimiser son fonctionnement Livre blanc Octobre 2009 www.editions-tissot.fr - 1 - Définition du CHSCT Le CHSCT (Comité d hygiène, de sécurité et des conditions

Plus en détail

Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP

Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP Les facteurs de pénibilité applicables au 1 er janvier 2015 T R A V A I L D E N U I T T R A V A I L E N É Q U I P E S S U C C E S S I V

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 21 septembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-035472 Hôpital Robert Debré 48 boulevard Sérurier 75019 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

les CABINETS COMPTABLES 25 octobre 2012

les CABINETS COMPTABLES 25 octobre 2012 PAUSE-CAFE les CABINETS COMPTABLES 25 octobre 2012 Plan de la réunion Missions de votre service de santé au travail L élaboration du Document Unique Les risques du métier de comptable Conclusion et échanges

Plus en détail

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Prévention et Sécurité au Travail Fiche Santé et Travail n 111 Date : 01/09/2014 "Un homme averti en vaut deux" Ce proverbe souligne que l on est plus

Plus en détail

Prévention en Action. l Industrie Agro-alimentaire. Pour la santé des salariés et des entreprises. ÉVALUER POUR PRÉVENIR, Qu est-ce-que-c est? p.

Prévention en Action. l Industrie Agro-alimentaire. Pour la santé des salariés et des entreprises. ÉVALUER POUR PRÉVENIR, Qu est-ce-que-c est? p. Réseaux de veille et de prévention des risques professionnels en PACA La Prévention en Action Pour la santé des salariés et des entreprises. ÉVALUER POUR PRÉVENIR, Qu est-ce-que-c est? p.3 ÉVALUER POUR

Plus en détail

La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE

La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE Définitions Successivement la cartographie a été: L'Art de dresser les

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 8 : LE CADRE GERE LES RISQUES CONCERNANT LES PRESTATIONS, LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES PERSONNELS,

Plus en détail

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES Septembre 2014 CARTOGRAPHIE DES MÉTIERS DES PRESTATAIRES BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LES DOMAINES MÉDICO-TECHNIQUES www.metiers-medico-techniques.fr CPNEFP de la branche Négoce et

Plus en détail

COMMENT EVALUER UN RISQUE

COMMENT EVALUER UN RISQUE COMMENT EVALUER UN RISQUE Rappel : danger et risque Le danger est la propriété ou capacité intrinsèque d un équipement, d une substance, d une méthode de travail, d un environnement à causer un dommage

Plus en détail

RISQUES CHIMIQUES Niveau 2 Agrément UIC n 01/95

RISQUES CHIMIQUES Niveau 2 Agrément UIC n 01/95 RISQUES CHIMIQUES Niveau 2 Agrément UIC n 01/95 PUBLIC CONCERNE Responsables, cadres technico-commerciaux, chefs de chantier «preneurs de permis» et chefs d équipe des entreprises ayant à intervenir dans

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES (TMS)

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES (TMS) Repères Les troubles musculo-squelettiques (TMS) rassemblent un ensemble large de pathologies qui affectent les muscles, les tendons et les nerfs des membres supérieurs et inférieurs au niveau du poignet,

Plus en détail

Démarche de prévention de la pénibilité : Aide à la mise en œuvre

Démarche de prévention de la pénibilité : Aide à la mise en œuvre Démarche de prévention de la pénibilité : Aide à la mise en œuvre dans les TPE-PME T e m p é r a t u r e Produits chimiques Horaires décalés Manutention de la pénibilité dans les TPE-PME 1 Préambule Suite

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 6 mars 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS Objet : Réf : Inspection

Plus en détail

Les commissions antistress sont-elles légales?

Les commissions antistress sont-elles légales? Les commissions antistress sont-elles légales? Face aux risques psychosociaux, le Ministère du travail préconise une démarche concertée pour concevoir un plan de prévention adapté mais surtout accepté.

Plus en détail

Fonctionnalités HSE PILOT. Groupe QFI www.hse-pilot.com

Fonctionnalités HSE PILOT. Groupe QFI www.hse-pilot.com Fonctionnalités HSE PILOT Groupe QFI www.hse-pilot.com Module produit chimique RECENSEMENT DES PRODUITS Les produits chimiques sont omniprésents dans les entreprises. La gestion qui leur est associée peut

Plus en détail

Performance des organisations Santé au travail

Performance des organisations Santé au travail LA PRÉVENTION DES TMS ET DES ACCIDENTS DE TRAVAIL LIÉS A LA MANUTENTION DE CHARGES Centre de Gestion du Tarn et Garonne Le 4 octobre 2012 Performance des organisations Santé au travail SOMMAIRE Performance

Plus en détail

SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 -

SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 - SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 - OBJECTIF DE L ETUDE L objectif de cette étude est de répertorier tous les risques professionnels dans un pressing (base de l évaluation des

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

Certification OHSAS 18001 Santé et sécurité au travail : exemple d'application dans une AASQA (AIRFOBEP)

Certification OHSAS 18001 Santé et sécurité au travail : exemple d'application dans une AASQA (AIRFOBEP) Certification OHSAS 18001 Santé et sécurité au travail : exemple d'application dans une AASQA (AIRFOBEP) BouAlem MESBAH - AIRFOBEP? 3 Questions avant de commencer Du document unique au SMS Du SMS à l OHSAS

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

Réduire les risques en santé

Réduire les risques en santé Réduire les risques en santé «Mieux vaut penser le changement que changer le pansement» Marie-Françoise Dumay, Garménick Leblanc, Marc Moulaire, Gilbert Mounier 1 Définition du risque «Possibilité de dommage»

Plus en détail

Ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt

Ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt Ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt Secrétariat général Comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail ministériel (CHSCTM) Service des ressources humaines Sous

Plus en détail

ORGANISER LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

ORGANISER LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Collection PRÉVENTION SANTÉ SÉCURITÉ DRTEFP PACA ORGANISER LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Guide pratique du management de la santé et de la sécurité au travail dans les petites et moyennes entreprises

Plus en détail

Le plan national d actions coordonnées

Le plan national d actions coordonnées Le plan national d actions coordonnées 2009 2012 de la branche accidents du travail et maladies professionnelles Trouble musculo-squelettiques (TMS) 1ère cause de maladies professionnelles indemnisées

Plus en détail

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient Observatoire des Médicaments, des Dispositifs médicaux et des Innovations Thérapeutiques Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du

Plus en détail

Déchets dangereux dans l entreprise

Déchets dangereux dans l entreprise Déchets dangereux dans l entreprise Pe! é t i r u c é s z e s n Déchets dangereux Les déchets dangereux sont présents dans toutes les activités industrielles! Chaque année, les entreprises industrielles,

Plus en détail

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3. Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.1998) Modifié par: (1) arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et

Plus en détail

I : ACTION EN MILIEU DE TRAVAIL INTRODUCTION

I : ACTION EN MILIEU DE TRAVAIL INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I : ACTION EN MILIEU DE TRAVAIL... 2 Identification de risques... 3 Contrôle des installations sanitaires... 3 Contrôle des équipements de protection. 3 Evaluation des risques...

Plus en détail

PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE DE BONNES PRATIQUES À DESTINATION DES EHPAD ÉDITION 2011 Syndicat National des Établissements et Résidences Privés pour Personnes Âgées EDITO Les accidents

Plus en détail

Accident de travail et de trajet (droit privé)

Accident de travail et de trajet (droit privé) Accident de travail et de trajet (droit privé) Fondamentaux Est considéré comme accident du travail, quelle qu'en soit la cause, l'accident survenu par le fait ou à l'occasion du travail à toute personne

Plus en détail

FICHE DE POSTE «INFIRMIERE INFIRMIER DE SANTE AU TRAVAIL»

FICHE DE POSTE «INFIRMIERE INFIRMIER DE SANTE AU TRAVAIL» FICHE DE POSTE «INFIRMIERE INFIRMIER DE SANTE AU TRAVAIL» Service de santé au travail INTER-ENTREPRISES - Rouen Rédactrices : Stéphanie BREAVOINE et Sandra CASTILLO Infirmières de santé au travail Fiche

Plus en détail

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Note d information à l usage des professionnels En complément de cette note, des informations relatives au contenu des GBPH sont

Plus en détail

Guide pour la mise en place par étapes d un système de management de la santé et de la sécurité au travail

Guide pour la mise en place par étapes d un système de management de la santé et de la sécurité au travail Guide pour la mise en place par étapes d un système de management de la santé et de la sécurité au travail 1 Ce document méthodologique a été élaboré par un groupe de travail animé par Pierre-Olivier Viac,

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

Archiver dans une entreprise privée commerciale Fiche 4 : au moins 5 ans

Archiver dans une entreprise privée commerciale Fiche 4 : au moins 5 ans Sécurité Livre de paie (applicable jusqu au 31/07/1998) art. L. 143-5). Déclarations préalables à l embauche L. 320). Relevé mensuel des contrats de travail art. R. 320-1-1). Tous documents, en général,

Plus en détail

Protégez-vous des risques à l'origine des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) Information prévention

Protégez-vous des risques à l'origine des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) Information prévention Information prévention agir pour votre santé au travail Vous occupez un poste de mise en rayon dans une grande ou moyenne surface? Protégez-vous des risques à l'origine des Troubles Musculo-Squelettiques

Plus en détail

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise)

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise) (fiche d entreprise) Tampon Médical Tampon de la collectivité Signature Signature Art. 14-1 du Décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié Dans chaque service d une collectivité territoriale et dans chaque

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 Professionnels de l alimentation 06.47.75.88.57 HQSA Consulting contact@hqsafrance.fr Numéro de déclaration de prestataire de formation : SIRET SIRET : 804 : 284 284 420

Plus en détail

Concertation relative à la mise en place du compte personnel de prévention de la pénibilité Michel de Virville

Concertation relative à la mise en place du compte personnel de prévention de la pénibilité Michel de Virville Concertation relative à la mise en place du compte personnel de prévention de la pénibilité Michel de Virville Préconisations établies par M de Virville au terme de la deuxième étape de la concertation

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement

SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement Rubrique : Fonctionnels de la prévention du ministère... 2... 4 Rubrique : Risques psychosociaux...12 1 SOMMAIRE Rubrique : Fonctionnels

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

reco Du moulin à la boulangerie artisanale Prévention des risques liés aux manutentions manuelles des sacs de farine R.454

reco Du moulin à la boulangerie artisanale Prévention des risques liés aux manutentions manuelles des sacs de farine R.454 reco du comité technique national des services, commerces et industries de l'alimentation Du moulin à la boulangerie artisanale Prévention des risques liés aux manutentions manuelles des sacs de farine

Plus en détail

Les risques professionnels en EHPAD Carsat-am, juin 2013

Les risques professionnels en EHPAD Carsat-am, juin 2013 Les risques professionnels en EHPAD Carsat-am, juin 2013 Principaux risques professionnels Risques liés aux manutentions /mobilisation de personnes, lombalgie, TMS Déplacements, mobilisation de personnes

Plus en détail

Formation obligatoire d adaptation à l emploi

Formation obligatoire d adaptation à l emploi Cycle de formation Praxis Conforme à l arrêté du 16 juillet 2009 Formation obligatoire d adaptation à l emploi Agent de service mortuaire Madame, Monsieur, Depuis l arrêté du 16 juillet 2009 relatif à

Plus en détail

Données juridiques : gestion du risque

Données juridiques : gestion du risque Chrystelle Boileau Les facteurs de risques relatifs à l accompagnement de nuit à domicile sont de plusieurs ordres : - Risques routiers, du fait des déplacements véhiculés des professionnels ; - Risques

Plus en détail

Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS

Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 7 février 2014 N/Réf. : CODEP-PRS-2014-004998 Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la

Plus en détail

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique OUTILS DE LA GRH

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL

LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL > Santé et sécurité au travail : obligations et responsabilités de l'employeur LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL L'ÉVALUATION DES RISQUES DANS L'ENTREPRISE...

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Cette étude a été réalisée auprès de six entreprises de transport urbain de voyageurs, sur le territoire de la CINOR, sur la base des déclarations des

Plus en détail

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Intitulé du stage Dates Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Recherche et réduction des rejets de Substances Dangereuses dans l'eau Mardi 20 septembre 2011 Mardi

Plus en détail

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES Nantes, le 12 septembre 2013 N/Réf. : CODEP-NAN-2013-047562 MUTUELLES DE VENDEE 1 impasse Paul Eluard 85180 CHATEAU D OLONNE Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement

Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement Ingénieur méthodeordonnancement Qualité

Plus en détail

Qualité et gestion des risques

Qualité et gestion des risques formation 2007 Qualité et gestion des risques Qualité et certification HAS Démarche qualité Qualité et certification ISO Qualité en imagerie Qualité au laboratoire Management des risques Risques spécifiques

Plus en détail

EN AMONT DE LA DÉLÉGATION ACCUEIL ET FORMATION GÉNÉRALE À LA SÉCURITÉ FORMATION AU POSTE DE TRAVAIL

EN AMONT DE LA DÉLÉGATION ACCUEIL ET FORMATION GÉNÉRALE À LA SÉCURITÉ FORMATION AU POSTE DE TRAVAIL EN AMONT DE LA DÉLÉGATION Elaborer un livret d'accueil Etablir la liste des postes à risques particuliers (annexe 1) Prendre en compte la liste des travaux interdits aux intérimaires (annexe 2) Désigner

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ Décret n o 2008-1325 du 15 décembre 2008 relatif à la sécurité des ascenseurs,

Plus en détail

La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel

La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel Sommaire 1- La responsabilité du chef d établissement à l égard de l organisation des missions en France ou à l étranger 2- La responsabilité

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Mars 2009

DOSSIER DE PRESSE Mars 2009 DOSSIER DE PRESSE Mars 2009 LE PLAN NATIONAL D ACTIONS COORDONNEES DE PREVENTION de la branche Risques professionnels de l Assurance Maladie 2009 -> 2012 Fiche 1 : Une politique de prévention renforcée

Plus en détail

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A.

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DU TRAVAIL ET DE LA SOLIDARITÉ Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Sous-direction des formations en alternance et de l insertion des jeunes

Plus en détail