«Les obstacles à la gestion des risques dans le milieu associatif, comment les contourner?»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Les obstacles à la gestion des risques dans le milieu associatif, comment les contourner?»"

Transcription

1 Guilhem VILLARD Mémoire du BADGE «Management Associatif» ADEMA Ecole des Mines ParisTech Septembre 2014 «Les obstacles à la gestion des risques dans le milieu associatif, comment les contourner?» 1

2 Table des matières REMERCIEMENTS... 3 INTRODUCTION... 4 A. Panorama du secteur associatif en Historique Quelques repères sur les associations en France aujourd hui... 5 B. Focus sur le secteur de l Economie Sociale et Solidaire (ESS)... 7 I. LA GESTION DES RISQUES A. Définition B. Identifier les principaux risques L identification : approche d IDEAS L évaluation des risques, selon la Société Générale et la cabinet FIDAL Le cas d ASMAE au niveau international Le Document Unique d Evaluation des Risques II. OBSTACLES A. Le caractère plurifactoriel B. Les facteurs socio- économiques C. Méconnaissance des outils et des méthodes D. L inertie organisationnelle E. Les témoignages III. CONTOURNEMENTS A. Les outils méthodologiques La cartographie des risques Les 4 modes d action pour une gestion équilibrée Les 4 modes d action du Social Planning Council for the North Okanagan B. Les agréments Administratifs Associations d usagers du système de santé Associations sportives Intérêt général C. Les contrats d assurance Prévention Assurance Auto- assurance PERSPECTIVES A. Pressions externes B. Pressions internes C. Création de Comités d audit L exemple de la Fondation ARC Le CCFD L association PLAN FRANCE D. Labels & Agréments CONCLUSION BIBLIOGRAPHIES ENTRETIENS ANNEXES

3 REMERCIEMENTS La réalisation de cette étude n a été rendue possible que grâce au concours, aux conseils et à l aide de plusieurs personnes que je tiens à remercier chaleureusement. Je pense notamment à mon directeur de mémoire, Pierre Rombi, de l Association IDEAS (http://www.ideas.asso.fr) au sein de laquelle j ai effectué mon stage ; Pierre m a guidé avec beaucoup d écoute, de clairvoyance et m a consacré un temps précieux. J ai reçu également un soutien précieux d Hervé Garrault, de l Adéma, tant dans le discernement du sujet que ses grandes orientations ; Laure Génin l a fidèlement secondé pour qu aucun problème logistique ne soit un obstacle à ce mémoire. Maître Cécile Chassefeire, intervenante de l Adéma, m a fort à propos conseillé sur des questions méthodologiques, ainsi que Xavier Perleaux, consultant de Job Indide. Enfin, j ai été très touché par les nombreuses personnes qui ont accepté de me recevoir ou de m accorder un entretien téléphonique, sans lesquelles je n aurais pu aboutir. Dans l ordre chronologique des rencontres, je souhaite remercier :! Madame Céline McCabe, de l ASMAE,! Madame Christine Le Page, de la Fondation du PSG,! Madame Fanny TURPIN, de l association Compter sur Demain,! Madame Rebecca BENHAMOU, de l association SOLTHIS,! Madame Anouchka FINKER, de l association La Chaîne de l Espoir,! Monsieur Alain GUINEBAULT, du GERES,! Monsieur Bertrand JACQUES, de la Fondation Autisme,! Madame Muriel DENAIS, de France Parrainages,! Madame Chantal JACQUET, de la Fondation GoodPlanet,! Monsieur Christian MEILLER, du CCFD. 3

4 INTRODUCTION «Le paysage associatif Français est marqué par des mutations importantes et par la crise économique» écrit Viviane Tchernonog ; elle ajoute que «ces évolutions ont fragilisé le secteur associatif et ont conduit à des bouleversements en matière de mode d organisation ou de logique d action. Les associations ont subi les effets d une crise économique importante qui se traduisent notamment par une raréfaction de leurs ressources, alors même que les besoins de solidarité augmentent du fait de la crise» 1. Dans ce contexte, les associations sont contraintes d adopter des outils de pilotage stratégiques pour se structurer et continuer leurs actions ; la gestion des risques est l un de ces outils. «La gestion du risque, ou management du risque, indique l Association pour le Management des Risques et des Assurances de l Entreprise (AMRAE), est la discipline qui s'attache à identifier et à traiter méthodologiquement les risques relatifs aux activités d'une organisation, quelles que soient la nature ou l'origine de ces risques. À ce titre, il s'agit d'une composante de la stratégie qui vise à réduire la probabilité d'échec ou d'incertitude de tous les facteurs pouvant affecter l'organisme» 2. La gestion des risques est entrée dans les associations entre 2004 et 2006 ; c est devenu un sujet universel qui concerne toutes les organisations, quelle qu elles soient. Outil de pilotage stratégique, c est un projet permanent, qui doit être réactualisé régulièrement pour prendre en compte les évolutions du contexte, vérifier que les procédures mises en place sont toujours d actualité et corriger les erreurs détectées. Nous nous attacherons tout d abord à dresser un panorama du secteur associatif en 2014 ; puis nous tenterons de définir ce qu est la gestion des risques au sein du milieu associatif, grâce à une approche plurielle ; nous nous emploierons ensuite à identifier les principaux obstacles qui gênent les associations pour s approprier cet outil de pilotage, et explorerons enfin les solutions de contournement possibles. A. PANORAMA DU SECTEUR ASSOCIATIF EN Historique Le secteur associatif était embryonnaire mais déjà présent au Moyen Âge, grâce notamment aux corporations, aux confréries, etc. La première organisation reconnue est créée par Saint Vincent de Paul le 8 décembre 1617 : il fonde alors l'institution de la première Charité à l'hôpital de Châtillon. Au XIXe siècle, l avènement de l ère industrielle voit se développer en parallèle un mouvement de bienfaisance, qui n est pas encore structuré. Citons par exemple Madame Marguerite Boucicaut ( ), qui sera surnommée «Femme de Bien» compte tenu de 1 Les Associations entre mutations et crise économique, étude d octobre 2013 de Viviane Tchernonog, Fondation Crédit Coopératif et ADDES. 2 Définition de la Gestion des Risques, AMRAE. 4

5 ses actions sociales et humanitaires ; elle lèguera d ailleurs son immense fortune, provenant du Bon Marché, à des œuvres de bienfaisance. A la même époque, la Fondation Baccarat reçoit, lors de l'exposition sociale de 1889, un prix pour ses actions caritatives : la création d'une crèche en 1885, d'un système de protection sociale combinant prévoyance et épargne et d'un fonds de chômage. C est en 1901 que, sous la IIIe République, sera votée la loi reconnaissant la liberté d association qui prévaut encore à ce jour. L article 1 de la loi de 1901, toujours en vigueur, définit l association comme : «La convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent en commun d une façon permanente leurs connaissances ou leurs activités dans un but autre que de partager les bénéfices. Elle est régie, quant à sa validité, par les principes généraux du droit applicables aux contrats et obligations». De nombreuses associations créées au début du XXe siècle existent encore aujourd hui. Après la Libération, les secteurs tels que la jeunesse, la protection de l enfance, l éducation populaire, les sports et la culture ont eu un nouvel essor. C est réellement dans les 30 dernières années que le secteur associatif a connu un essor remarquable, au point qu on a assisté à plus de création ces trente dernières années que depuis 1901! 3 Nombre d associations ont été aidées d une façon ou d une autre par les pouvoirs publics depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale. Néanmoins, les formes des financements publics ont connu ces derniers temps des modifications importantes. En effet, les subventions, qui représentaient environ 65% des financements publics accordés aux associations, laissent la place à la commande publique, notamment à travers les appels d offres. Cela permet notamment aux collectivités publiques de «formater» l action des associations en fonction de leurs propres politiques. Pour les associations, qui sont pourtant vues comme un moteur d innovation sociale, cette mutation a des effets pervers, et l exposition à une concurrence accrue fragilise celles qui n auront pas anticipé ces risques. La crise de 2009 a accéléré la baisse des subventions de l Etat, provoqué la montée en charge des financements locaux et une rapide transformation des subventions en commandes publiques. A cette modification structurelle du financement public s ajoute désormais une contraction des budgets publics, qui a un impact direct sur les financements aux associations et donc sur l emploi associatif. Ces évolutions structurelles ont eues des conséquences sur le paysage associatif, dont il convient de dresser le panorama avant de s attacher aux risques à proprement parler. 2. Quelques repères sur les associations en France aujourd hui associations en France en 2013, dont associations employeuses, essentiellement dans le secteur médico-social, l insertion et la formation. Plus de la moitié de ces dernières n emploient qu un ou deux salariés versus quelques unes qui 3 L histoire des associations, association.gouv.fr 5

6 sont de très gros employeurs (cf. Fondation des Apprentis d Auteuil avec salariés) 4. - En 2011, associations se sont partagé 1,2 milliards d de subventions, sachant que les 200 associations les plus subventionnées qui représentent 1% du total ont touché plus de 60% de ces sommes Associations ou Fondations Reconnues d Utilité Publique, ont été recensées au 2ème trimestre 2014 par le ministère de l intérieur (source : data.gouv.fr). - 46% des Français âgés de plus de 18 ans adhèrent à une association, soit 23 millions d adhérents. - 32% des Français exercent une activité bénévole, soit 16 millions de bénévoles personnes exercent une activité salariée dans les associations, à temps plein ou à temps partiel, soit 37 milliards d euros de salaires ; environ 50% des emplois concernent le secteur médico-social. - l emploi salarié dans les associations représente 6% du volume de l emploi privé et près de 5 % du volume total de l emploi public et privé dans le pays. - le secteur associatif réalise un budget cumulé de l ordre de 85 milliards d ; sa contribution au PIB est de l ordre 4% du PIB. - les dons et le mécénat du secteur privés représentent 3,5 milliards d a marqué le début d un retournement d effectifs puisque le nombre d emploi s est très légèrement réduit, alors qu il était en constante augmentation les années précédentes ; cette tendance vient en partie d une baisse des subventions étatiques. Le paysage associatif Viviane Tchernonog 4 Quelques repères sur les associations en France aujourd hui - Edith Archambault Viviane Tchernonog - Centre d Economie de la Sorbonne CNRS - Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. 5 Le Monde, Jules Bonnard, Samuel Laurent et Jonathan Parienté, 01/07/2013 6

7 L association le RAMEAU (le Rayonnement d Associations par le Mécénat d Entreprises, d Administrations et d Universités) dresse un panorama du secteur associatif en 2014, représenté ci-dessous, en précisant que celui-ci est présent sur toutes les activités sociétales : social, santé, environnement, culture, sport, etc. Le secteur associatif est, toujours selon le RAMEAU, «un partenaire incontournable pour porter les actions d intérêt général sur le terrain». Le paysage associatif français, enquête CNRS-Sorbonne 2012 le RAMEAU 2014 B. FOCUS SUR LE SECTEUR DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE (ESS) C est un domaine en plein essor, à tel point que le gouvernement actuel s attache à lui donner un cadre législatif. a) Définition «Le concept d'économie sociale et solidaire (ESS) désigne un ensemble d'entreprises organisées sous forme de coopératives, mutuelles, associations, ou fondations, dont le fonctionnement interne et les activités sont fondés sur un principe de solidarité et d'utilité sociale. Donnant la primauté aux personnes sur la recherche de profits, elles sont organisées autour d une solidarité collective, d un partage du pouvoir dans l entreprise, et réinvestissent leur résultat dans les projets et au service des personnes» 6. 6 Ministère des Finances et des Comptes Publics, Centre de Documentation Economie-Finances, Qu est-ce que l économie sociale et solidaire? 7

8 b) Poids dans l économie Le secteur de l ESS emploie en France plus de 2,35 millions de salariés (11 millions à l échelle européenne), ce qui représente chaque année une masse salariale de plus de 50,5 milliards d euros, soit environ 10 % des emplois salariés. Entre 2000 et 2010, l ESS a permis la création de nouveaux emplois, ce qui représente une croissance de 23% versus 7% pour le secteur privé. Depuis 2010, cette croissance a néanmoins été fortement ralentie du fait de la crise. ACOSS-URSSAF - Traitement Recherches et Solidarités c) Un secteur essentiel à la solidarité L ESS prend en charge des secteurs essentiels, et se trouve même en position de leader sur certains : " «9 personnes handicapées sur 10 sont prises en charge par des établissements de l économie sociale ; " 68 % des services d aide au domicile aux personnes dépendantes sont portés par des entreprises de l économie sociale ; " 30 % des hôpitaux sont gérés par l économie sociale ; " 60 % des dépôts bancaires se font dans les banques de l économie sociale et solidaire ; " 38 millions de Français sont protégés par les mutuelles de santé ; " 1 voiture sur 2 est assurée par une mutuelle d assurance» 7. 7 Ministère des Finances et des Comptes Publics, op. cit. 8

9 Insee, clap 2008 Traitement : Observatoire national de l ESS / CNCRES d) Les principaux secteurs d intervention de l ESS L ESS a une présence forte dans les services à la personne, l action sociale et la mutualité. Baromètre CHORUM de la qualité de vie au travail dans l ESS février

10 Au demeurant, un nouveau secteur de l ESS est en train d émerger grâce à la création, en mai 2014, de la première banque éthique, La Nef. Précédemment, La Nef (Nouvelle Economie Fraternelle) était une société coopérative de finances solidaires adossée au Crédit Coopératif ; depuis le 24 mai 2014, «cette banque éthique permet d entrevoir une alternative très concrète aux pratiques financières telles que nous les connaissons aujourd hui. Son concept est en effet fondé sur trois principes clefs suivants : une gouvernance participative, la transparence et l éthique, la transformation sociale par le rapport à l argent. La Nef souhaite ainsi profondément changer notre rapport à l argent. En incitant ses épargnants à agir, non seulement pour leurs propres intérêts, mais aussi pour ceux d autres personnes et pour la préservation du bien commun ; elle souhaite recentrer l économie sur l être davantage que sur l avoir. La notion d éthique, revendiquée par La Nef, dépasse donc largement le cadre de référence usuel des «placements éthiques» qui écartent simplement certains secteurs comme les armes ou le tabac. Ses fonds sont exclusivement dédiés au développement d entreprises à fort impact social, écologique ou culturel» 8. Après avoir dressé un tableau contemporain du secteur associatif, nous allons tout d abord définir la gestion des risques, puis nous nous attacherons plus spécifiquement aux risques inhérents à celui-ci en les abordant sous divers angles illustrés. Cela nous permettra de déterminer les obstacles qui ont été identifiés, et enfin de mettre en exergue les solutions de contournement de ceux-ci. 8 Chorum, CIDES, actualités juin

11 I. LA GESTION DES RISQUES A. DEFINITION Selon l expérience de la société Marsh, leader mondial du conseil en gestion des risques et du courtage d'assurance, la gestion des risques consiste à «évaluer et gérer les incertitudes qu une organisation peut rencontrer, car, par définition, le risque est inévitable». Au Canada, la définition du risque est la suivante : «le risque, c est l éventualité d un événement dommageable ou indésirable». Quant à la gestion des risques, ils la définissent de la façon suivante : «la gestion des risques est le terme qui désigne les mesures prises par un organisme pour se protéger et protéger son personnel, ses bénéficiaires, ses bénévoles». Ils estiment qu une bonne gestion des risques ne s arrête pas à la seule détection des problèmes éventuels, ni à la souscription d une police d assurance : c est une démarche à mener en permanence, même si on ne peut pas éliminer totalement un risque. De son côté, l association Les Enfants du Mékong indique que «l objet est d identifier les risques afin de mettre au point les couvertures qui permettront de réduire la probabilité d apparition et la gravité en cas de survenance. De façon générale, le principe d action d Enfants du Mékong en matière de gestion des risques est de prévenir le risque de la façon la plus efficace et la plus appropriée qui soit» 9. B. IDENTIFIER LES PRINCIPAUX RISQUES 1. L identification : approche d IDEAS. L association IDEAS, dont la mission est d accompagner les associations pour améliorer leur mode de fonctionnement afin d obtenir un label de qualité et de confiance, a mis au point un Guide des bonnes pratiques pour les Associations et Fondations éligibles au Mécénat, qui contient 120 indicateurs d analyse, dont 35 sont consacrés aux risques 10. En introduction du thème sur la gestion des risques, ce Guide des bonnes pratiques indique que «l évolution de la gouvernance dans les entreprises a fait émerger la nécessité de structurer une gestion des risques et de l inclure dans la culture du management. Certains événements touchant le domaine associatif militent pour le développement de cette culture de pilotage face aux risques. Même si elle doit être adaptée à la taille de l organisation, elle ne saurait être omise». 9 Enfants du Mékong, Registre des risques 10 ideas.asso.fr - Le guide IDEAS 11

12 Les principales familles de risques qui ont été rassemblées dans ce Guide des bonnes pratiques sont : a) Les risques stratégiques Ce point touche notamment à la gouvernance, aux dirigeants et leur égo dans certains cas (comme par exemple un administrateur d une grande association française qui en est le président depuis 56 ans!). Ceci prend également en compte les orientations stratégiques liées aux grandes orientations de collecte et d emploi des ressources, au choix des partenariats, etc. b) Les risques opérationnels Cela est fonction notamment du secteur d activité de l association ; on pense aux risques touchant à la gestion des projets, aux ressources humaines (volontaires en zones de conflits par exemple), aux polices d assurance choisies, au choix et à la fiabilité des prestataires sur place. Fanny TURPIN, présidente de l association Compter sur demain, citait par exemple le cas d un volontaire au Brésil qui avait été exfiltré en 24h00 suite à des menaces sur son intégrité physique. c) Les risques financiers Le principal risque financier, qui revient dans la quasi totalité des cartographies consultées et des entretiens, concerne le risque de fraude ou de détournement de fonds. Souvenons-nous du tsunami déclenché par l affaire de l Association pour la Recherche sur le Cancer (ARC) dans les années 90. Dans son édition du , le quotidien Le Monde titrait d ailleurs "Mort de Jacques Crozemarie, fondateur et fossoyeur de l'arc" : «en 1991, un rapport confidentiel de l'inspection générale des affaires sociales épingle l'utilisation faite par Jacques Crozemarie des sommes versées par 3,5 millions de donateurs : 72 % étaient consacrées au fonctionnement et à la publicité de l'arc, seulement 28 % à la recherche contre le cancer. Cinq ans plus tard, l'association évince son fondateur. Les "errements" des années Crozemarie, a enfin souligné M. Raynaud, le nouveau président de la Fondation ARC, ont contraint toutes les associations à "de grands progrès" en matière de transparence dans la gestion de l'argent et d'information des donateurs» 11. d) Les risques juridiques L association doit veiller à disposer de mesures préventives des risques juridiques, voire réglementaires, en rapport avec ses activités de collecte publique ou de maintien des habilitations. Il faut aussi veiller à l adéquation des statuts avec les activités, des délégations de pouvoir, etc. car le phénomène de judiciarisation prend de l ampleur et de nombreuses décisions d Assemblées Générales sont attaquées devant les tribunaux ad hoc. e) Les risques informatiques Dans la grande majorité des cas, les associations doivent protéger leurs données stockées, qui sont une base d information vitale et confidentielle, pour éviter les détournements ou les destructions. 11 Le Monde.fr avec AFP édition du

13 f) Les risques de réputation Le risque d agression physique ou médiatique d une association par ses détracteurs est de plus en plus visible. Citons par exemple celui intervenu le 4 août 2013 lorsque, sur les bâtiments de la Fondation Lejeune, des affiches injurieuses sont placardées sur les murs, des lambeaux de préservatifs jonchent le sol, et de la peinture rouge sang souille les portes et les fenêtres. «Il s'agit d'un acte d'intimidation d'autant plus scandaleux qu'il porte sur un espace accueillant des personnes atteintes de déficience intellectuelle et leur famille», indique Jean-Marie Le Méné, le président de la Fondation. Autre exemple de risque de réputation : Etienne Gingembre, du journal Capital 12, qui classe, de «Association bien gérée» à «A éviter», 131 associations et fondations selon certains critères financiers que sont les frais de collecte, les frais de fonctionnement et la part consacrée aux projets. 12 Associations caritatives, auxquelles donner en confiance? Etienne Gingembre, avec Clara Eliakim, Capital.fr, édition du

14 Les grands organismes disposent la plupart du temps de personnes en charge de ce type de gestion. Pour ceux de petite et moyenne taille, il faut être pragmatique et proposer aux personnes des dispositions faciles à prendre, cohérentes, bien pensées, pour réduire le risque à son minimum. Pour être viable et efficace, la gestion des risques ne doit pas excéder les moyens financiers de l organisation. D où le fait que dans le contexte économique actuel, la gestion efficace des risques est un facteur clé permettant d assurer la pérennité d une organisation. 2. L évaluation des risques, selon la Société Générale et la cabinet FIDAL La Société Générale (Monsieur Joseph-Emile Serna) et le cabinet FIDAL (Maître Jean Buchser) ont organisé en avril 2014 un séminaire à l attention de leurs associations clientes, intitulé «Dirigeants d associations, sachez évaluer vos risques» 13. A cette occasion, un classement des 12 principaux risques - par ordre décroissant d importance - a été réalisé par leurs soins : 1. Difficultés de trouver des dirigeants bénévoles professionnels (gouvernance), 2. Subventions publiques en baisse, 3. Difficultés de trouver et garder des bénévoles de qualité, 4. Trésorerie et fonds de roulement insuffisants => fragilité financière, 5. Poids des contrôles et des contraintes des pouvoirs publics en hausse (lié à la fiscalité et judiciarisation), 6. Manque de visibilité et de perspectives à moyen terme (7 ans) et long terme (+7ans), 7. Retards de paiement des subventions publiques, ce qui oblige les associations à faire la trésorerie pour l État, 8. Difficultés de garder des salariés qualifiés, faute de pouvoir les rémunérer suffisamment 14, 9. Baisse des dons et legs, 10. Judiciarisation croissante de la société. Les statuts sont porteurs de risques car souvent recopiés, sans en vérifier l adéquation. D où des contestations de décision d Assemblées Générales en hausse, des licenciements contestés 15, des trésoriers mis en cause à titre personnel 16, 11. Contraintes fiscales imposées par les pouvoirs publics (impôts, URSSAF) ; requalification de bénévoles en salariés ; non déductibilité des dons, 12. Difficultés d emprunter auprès des banques. 13 cf. la partie ENTRETIENS pour avoir l intégralité de l interview. 14 Cf. en annexe l étude de Deloitte de février Cf. en annexe deux arrêts de la Cour de Cassation du 12 février 2014 et du 31 octobre 2013 commentés par Maître Katia MONTMAYEUR, du Cabinet CAPSTAN Lyon. 16 Cf. en annexe un arrêt de la Cour de Cassation du 11 février 2014, commenté par Monsieur Colas AMBLARD, du cabinet ISBL Consultants. 14

15 3. Le cas d ASMAE au niveau international En élargissant le champ des risques au niveau international, l association ASMAE (Association Sœur Emmanuelle) nous livre, dans sa synthèse (cf. bibliographie) une analyse des risques orientée en fonction de la sécurité des missions à l étranger. Celle-ci est structurée en 5 thématiques : a) Le risque issu de la nature de l association Le nom même de l association Sœur Emmanuelle, peut prêter à confusion pour les personnes non averties de son caractère non confessionnel, notamment dans les pays musulmans (Soudan, Egypte, Mali, Liban) ; «ASMAE fait preuve d une très grande clarté dans sa présentation» pour écarter les risques liés à une appartenance religieuse, précise leur synthèse. b) Le risque dû à la typologie des activités Autant le mauvais choix des partenaires locaux pouvant entacher la réputation, que le recrutement de personnels nationaux risquant d engendrer un risque social, sont particulièrement supervisés. c) Les risques liés à la zone d intervention «Quasiment tous les pays où ASMAE intervient sont classés en risque fort pour la survenance de catastrophes naturelles ; les équipes doivent rester extrêmement vigilantes». d) Le risque des volontaires Les volontaires sont des sujets à risque dits P.O.M. (partenaire occasionnel multiple). ASMAE a mis en place un accompagnement ad hoc pour les informer des risques encourus (MST) et des moyens de prévention. e) Le risque d isolement ASMAE «s implique peu dans les organes de coordination par manque de temps, de personnel, d intérêt immédiat». Le contournement consisterait, selon son descriptif, à nouer des partenariats avec des organismes proches mais non concurrents pour accroître la sécurité de ses volontaires. ASMAE conclu que certains risques qu elle a identifiés peuvent être atténués par des mesures idoines, telles que «la prévention active, l exposition limitée, la complémentarité et les échanges inter-ong». L un des outils de prévention sur lequel s appuie ASMAE pour prévenir la sécurité de ses volontaires vient des données communiquées par l Institute for Economics and Peace, dont un exemple de carte est indiqué ci-dessous. 15

16 Etat de la paix 2013 dans le monde Vision of Humanity 4. Le Document Unique d Evaluation des Risques Au regard de l article R4121-& et suiv. du Code du travail (décret du 5 novembre 2001), «l'employeur transcrit et met à jour dans un document unique les résultats de l'évaluation des risques pour la santé et la sécurité des travailleurs à laquelle il procède en application de l'article L Cette évaluation comporte un inventaire des risques identifiés dans chaque unité de travail de l'entreprise ou de l'établissement». Ainsi, tous les organismes associations, fondations qui ont la qualité d employeur, doivent se conformer à cette règlementation de prévention des risques professionnels. Applicable autant dans le secteur marchand que non marchand, le document unique «transcrit les résultats de l évaluation des risques et liste les solutions à mettre en œuvre» 17. Ce document, qui doit comporter un inventaire annuel de l évaluation des risques professionnels au sein de l organisme, introduit aussi la possibilité de mettre en place un outil de prévention des risques. L Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS) précise que le document unique peut contenir : " «une identification des dangers, l inventaire exigé par la loi. Il s agit de repérer les dangers c est-à-dire les propriétés ou les capacités intrinsèques d un équipement, d une substance, d une méthode de travail, qui pourraient 17 Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS), 14 août

17 causer un dommage à la santé des salariés. Il s agit aussi d analyser les risques, et donc d étudier les conditions d exposition du personnel à ces dangers. " une hiérarchisation des risques, qui sont identifiés, notés selon les critères propres à l organisme (probabilité d occurrence, gravité, fréquence, nombre de personnes concernées ), et sont ensuite classés. Le classement permet d établir les priorités et de planifier les actions de prévention. " des propositions d actions de prévention qui s appuient sur la compréhension des situations de travail à risque et sur les résultats de l évaluation. Après avis des représentants du personnel, le choix des actions, qui sont de la responsabilité de l employeur, est formalisé». Annecy Santé au Travail 17

18 II. OBSTACLES Selon Norman Loayza, Directeur du Rapport sur le développement dans le monde, «pour gérer les risques de manière efficace, il est essentiel que les êtres humains modifient l idée qu ils se font de leur responsabilité personnelle et sociale pour abandonner la dépendance au profit de l autonomie et passer de l isolement à la coopération». L Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture (FAO) a déclaré, à propos des obstacles à l analyse des risques : «tout au long de la filière de l'analyse des risques, la communication joue un rôle vital, celui d'assurer que les stratégies de gestion des risques contribuent de façon efficace à atténuer les risques». 18 On remarquera que les obstacles inhérents à la gestion des risques proviennent de différents facteurs ; néanmoins, dans le paysage associatif, le secteur de la santé, du fait de contraintes lourdes, est plus en avance que les autres sur ce sujet. La très grande majorité des études menées sur la gestion des risques, comme par exemple celle Marc Moulaire du CHU d Aubenas ou celle de Wim Van Wassenhove, des Mines ParisTech, en sont la meilleure illustration. Cela peut sembler paradoxal, car pourtant l association fait son propre choix de la criticité des risques, rien ne lui est imposé de l extérieur. Ce n est pas un sujet prioritaire dans le milieu associatif, pourquoi? A. LE CARACTERE PLURIFACTORIEL Les risques stratégiques, opérationnels, financiers, juridiques, informatiques ou de réputation forment un ensemble complexe, et sont inter reliés en une sorte de «maquis terminologique» selon les propres mots de Wim VAN WASSENHOVE, chargé de recherche au CRC Mines ParisTech, qui désigne à la fois des risques de gouvernance, de communication, d e-réputation, dont les causes et les effets peuvent être internes ou externes. Le caractère plurifactoriel de la gestion des risques n aide pas à son appréhension et à sa compréhension, dans un secteur en cours de professionnalisation, où des bénévoles non formés aux démarches stratégiques sont les administrateurs. Pierre Rombi, d IDEAS, constate, chez certaines associations, «un manque de perspective dû à la non appréhension des conséquences d un risque révélé», notamment «lorsque les associations n ont pas réfléchi à leur projet associatif ni travaillé sur leur plan stratégique». Au demeurant, parmi les associations interviewées, le risque qui ressort avec le niveau de criticité le plus élevé - parmi tous ceux qui ont été évoqués précédemment - est la gouvernance ; c est du reste le facteur qui a été cité en premier par la Société Générale dans son étude d avril 2014 sur le risque associatif. 18 Consultation mixte FAO/OMS d experts Rome, 2 au 6 février

19 En sa qualité de directeur financier du CCFD, Christian Meiller - dont la culture financière a été acquise dans le monde bancaire anglo-saxon préconise de «ne pas vouloir tout embrasser en matière d identification des risques, mais de se concentrer sur les risques majeurs afin de ne pas se disperser, de ne pas avoir peur par l ampleur du travail ou de se sentir submergé par la tâche». B. LES FACTEURS SOCIO-ECONOMIQUES Maître Cécile Chassefeire, du cabinet Camino Avocat, indique que «sur un plan sociologique, des dirigeants associatifs refusent de considérer les associations comme des entreprises, donc tout vocabulaire et méthodes qui en sont issus sont rejetés, ignorés ; du coup, la gestion des risques est même un non sujet d étude». «Dans un nombre restreint de cas, ajoute-t-elle en pensant au monde politique qui pénètre le secteur associatif, le flou est même un mode de gestion ; ce qui n existe pas n a pas de coût!» Parmi les personnes interviewées, certaines ont cité le critère du coût de gestion des risques comme n incitant pas à l action. Néanmoins, de l avis de celles pour lesquelles un risque s est révélé, le coût de prévention est nettement moins élevé s il a été identifié au préalable et a fait l objet d une étude. L une des associations contactée, qui œuvre en qualité de conseil en gestion environnementale et a souhaité garder l anonymat, indiquait que «notre Conseil d Administration, qui a conscience que des risques pèsent, n a pas alloué les moyens financiers ni humains pour entamer de réflexion, car jusqu à présent, l association n a pas eu de risque qui se soit déclaré ; or, comme les subventions sont en baisse et les réponses aux appels à projets sont de plus en plus coûteuses, la décision consiste à ne rien faire pour des questions de coûts. Quand vous pensez en plus qu une cartographie doit être mise à jour au moins une fois par an pour coller à la réalité, vous comprenez les réticences des administrateurs». Pourtant, le cabinet Tractebel Engineering, dans son étude sur le Management des projets complexes 19, nous dit que «le management des risques est une démarche dynamique, qui doit permettre de réévaluer les risques et resserrer la fourchette de l incertitude au fur et à mesure du déroulement de l opération» ; c est de toute évidence une démarche vertueuse, mais qui nécessite de mener une démarche projet, ce qui peut être méconnu par certaines personnes du secteur associatif. C. MECONNAISSANCE DES OUTILS ET DES METHODES Parmi les associations labellisées par IDEAS, une grande partie des personnes interrogées dans le cadre de cette étude indiquent que l accompagnement dont elles ont bénéficié a été déterminant car elles ne connaissaient pas l outil de cartographie des risques auparavant. Mis à part les secteurs contraints de gérer une cartographie des risques (notamment médico-social) et les associations qui ont mis en œuvre une démarche de labellisation 19 Management des projets complexes de génie civil et urbain, projet GERMA, cabinet Tractebel Engineering 19

20 notamment avec IDEAS, les méthodes et les outils sont méconnus. Certains administrateurs constatent un manque de savoir-faire dans l analyse et la gestion des risques ; cela concerne en particulier les méthodes et les métriques de la démarche, où on releve quelques fois une absence de consensus sur la bonne façon de faire. Le Guide pratique pour la maîtrise et la gestion des risques, publié par Syntecingénierie, relève «une culture individuelle et collective hétérogène sur le sujet des risques ; manque de connaissances et de pratiques, absence de langage commun, difficulté de se représenter les bénéfices de la démarche, culture déterministe» 20 qui concerne autant le secteur marchand que le secteur associatif. On pourrait penser que cette méconnaissance est liée à la taille, au montant des ressources et à la nature bénévole de l association. Or, le cas de l association Compter sur demain 21 vient prouver le contraire. En effet, cette association, qui n est composée que d une vingtaine de bénévoles, avec un budget inférieur à 300 K, «ne rencontre pas d obstacles à réaliser sa cartographie des risques dans le cadre de son processus de labellisation avec IDEAS», précise Fanny TURPIN, la présidente en titre. «En effet, notre association est jeune, les membres du CA sont en grande majorité des actifs dans le secteur marchand qui ont une bonne connaissance du sujet et n hésitent pas à se remettre en question pour apprendre et avancer». D. L INERTIE ORGANISATIONNELLE Le monde associatif est une organisation difficilement remise en cause, au sein de laquelle il est fréquent d entendre «il ne s est rien passé, donc on ne va pas faire autrement». Un manque de maturité qui entraine un manque d intérêt de l identification, notamment lorsque le fondateur est toujours président ; «c est un sujet qui n est tout bonnement pas identifié», précise Maître Cécile Chassefeire. Une stratégie «risques» doit être initiée par le Conseil d Administration pour être partagée à tous les niveaux. Pour un projet, il existe des visions différentes sur la stratégie à suivre en matière de gestion des risques. Les intérêts particuliers priment et les comportements divergent de l intérêt commun. Monsieur Alain Guinebault, Délégué Général, précisait que le GERES a produit une analyse des risques, «mais n a mené cette réflexion que depuis 3 ans, à l issue d un séminaire de management, alors même que l association a 38 ans d existence!» ; il trouve l exercice intéressant, bien que le résultat lui fasse peur. «Dans de nombreux domaines, nous avons cette fâcheuse habitude de gérer au pied levé les conséquences négatives plutôt que de les anticiper» écrit d ailleurs Sandrine Pilon, Directrice Associée de l'association Régionale pour l Amélioration des 20 Guide pratique pour la maîtrise et la gestion des risques, Syntec-ingénierie, avec le soutien de l Agence Nationale de la Recherche 21 L Association Compter sur demain aide les enfants défavorisés à accéder à l éducation et à vivre dignement, 20

Les associations entre crise et mutations : les grandes évolutions. Viviane Tchernonog

Les associations entre crise et mutations : les grandes évolutions. Viviane Tchernonog Les associations entre crise et mutations : les grandes évolutions Viviane Tchernonog Les données présentées ici sont issues d un ouvrage intitulé «Le paysage associatif français mesures et évolutions».

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques La loi ESS, enjeux et opportunités (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) La loi relative à l Economie Sociale et Solidaire (ESS), qui était tant attendue par

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL Partageons plus que l assurance Partageons plus que l assurance Plus d accompagnement Les établissements de santé sont aujourd hui

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) par Benjamin Coudriet

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) par Benjamin Coudriet L Economie Sociale et Solidaire (ESS) par Benjamin Coudriet Introduction Définitions L Economie Sociale Les familles Les principes communs L Economie Solidaire : filiation historique Le mouvement ouvrier

Plus en détail

QUESTIONS/REPONSES : L ASSOCIATION ET SON FONCTIONNEMENT

QUESTIONS/REPONSES : L ASSOCIATION ET SON FONCTIONNEMENT QUESTIONS/REPONSES : L ASSOCIATION ET SON FONCTIONNEMENT Bureau 1. Une association peut-elle ne comporter qu un seul organe dirigeant, par exemple un conseil d administration et pas un bureau? 2. L ancien

Plus en détail

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 15 - juillet 2012 Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié En 2009, en Guyane, 3

Plus en détail

Réduire les risques en santé

Réduire les risques en santé Réduire les risques en santé «Mieux vaut penser le changement que changer le pansement» Marie-Françoise Dumay, Garménick Leblanc, Marc Moulaire, Gilbert Mounier 1 Définition du risque «Possibilité de dommage»

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire 1 L Economie Sociale et Solidaire L ESS EST UNE ÉCONOMIE QUI SE VEUT ÊTRE DIFFÉRENTE DE L ÉCONOMIE CLASSIQUE. DES PRINCIPES FONDAMENTAUX ONT ÉTÉ DÉFINIS ET CONSTITUENT LES PILIERS DE CE SECTEUR. 2 LES

Plus en détail

à la gestion du risque

à la gestion du risque INTRODUCTION à la gestion du risque À L INTÉRIEUR Qu est-ce qu un risque? Qu est-ce que la gestion du risque? Avantages de la gestion du risque Rôle de l assurance dans lagestion du risque Pourquoi gérer

Plus en détail

autonome loi 1901 A. CREATION DE L ASSOCIATION Une Coopérative scolaire peut se constituer en Association autonome.

autonome loi 1901 A. CREATION DE L ASSOCIATION Une Coopérative scolaire peut se constituer en Association autonome. INFORMATIONS LEGALES ET REGLEMENTAIRES EN MATIERE DE FONCTIONNEMENT D'UNE COOPERATIVE SCOLAIRE SELON LA FORME JURIDIQUE (Circ. n 2008-095 du 23/07/2008) Association : ce que dit la loi 1901 La Constitution

Plus en détail

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR :

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : Mercredi 2 Février 2011 ----------------------- Mercredi 2 Février 2011 Auteur : Direction Générale EDIPOST Page : 2 sur 13

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Université de Caen - Master 2 : Entrepreneuriat UFR - Sciences Economiques et de Gestion Février 2009

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS SOMMAIRE 01. 02. 03. 04. NOS PRINCIPES ÉTHIQUES DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES NOS OBJECTIFS ET ENGAGEMENTS VIS-À-VIS DE NOS PRINCIPAUX PUBLICS PROMOTION ET APPLICATION DU

Plus en détail

APPEL À PROJETS FDVA NATIONAL

APPEL À PROJETS FDVA NATIONAL Ministère des sports, de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Fonds pour le développement de la vie

Plus en détail

l économie sociale et solidaire, c est

l économie sociale et solidaire, c est l économie sociale et solidaire, c est 10 % des emplois en Rhône-Alpes et en France une grande diversité de secteurs professionnels et de métiers un champ sous-estimé de débouchés une autre façon de travailler

Plus en détail

Règlement du prix OCTOBRE 2014

Règlement du prix OCTOBRE 2014 Règlement du prix OCTOBRE 2014 Avec l'ambition de faire progresser la qualité de l emploi associatif et dans le cadre de la Grande cause nationale 2014, Le Mouvement associatif en partenariat avec l UDES,

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur E D I T O Sommaire P1 L édito P2 Révision des classifications et rémunérations minimales : Accord à l unanimité P3 Suite révision des classifications P4 Accord sur la sécurisation de l emploi et le temps

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D ASSOCIATION ---- ----

MODELE DE STATUTS D ASSOCIATION ---- ---- MODELE DE STATUTS D ASSOCIATION ---- ---- NOTICE EXPLICATIVE Ce document comporte deux parties : La présente notice explicative (4 pages) qui vous aidera à rédiger des statuts adaptés à votre association,

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire

amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire 1 amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire 1 - Amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire Les entreprises

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Livret d accueil. Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs. S associer coopérer mutualiser

Livret d accueil. Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs. S associer coopérer mutualiser Livret d accueil Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs S associer coopérer mutualiser PRÉAMBULE Accueillir au sein des structures de l Économie Sociale et Solidaire

Plus en détail

Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations

Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations Centre de Ressources et d Information des Bénévoles Ce que l on va aborder Propos introductifs : l esprit

Plus en détail

au service de chacun!

au service de chacun! Les associations sanitaires et sociales : au service de chacun! Petite enfance Handicap Jeunes en danger Santé Personnes âgées Pauvreté, Exclusion * «L association est la convention par laquelle deux ou

Plus en détail

Introduction : reconnaître et développer

Introduction : reconnaître et développer Introduction : reconnaître et développer l Économie sociale et solidaire Qu est-ce que l ESS? chiffres clés z 200000 structures z 2,4 milions de salariés z + 23 % d emplois créés depuis 10 ans Coopératives

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI

CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES REGION TOULOUSE MIDI-PYRENEES Julien DUFFAU, Expert-Comptable Les facteurs de croissance et de compétitivité de nos PME se déplacent aujourd

Plus en détail

Formation Logistique Transport

Formation Logistique Transport CONSEIL ET FORMATION POUR LES ENTREPRISES AGROALIMENTAIRES Formation Logistique Transport Qualité Démarches de progrès Développement des compétences Sécurité des personnes Catalogue de Formations 2015

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

Etre societaire, pour vivre la banque autrement.

Etre societaire, pour vivre la banque autrement. PREAMBULE Se fondant tout particulièrement sur la notion de valeurs, les coopératives ont montré qu elles constituaient un modèle commercial, robuste et viable, susceptible de prospérer même pendant les

Plus en détail

Les grandes fonctions du tuteur

Les grandes fonctions du tuteur Agence Erasmus+ Jeunesse & Sport Les grandes fonctions du tuteur Ce document rend compte de travaux effectués en ateliers par les participants lors des sessions de formation de tuteurs SVE organisées depuis

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire Le 6 mai 2011, le groupe MGEN, le groupe MNH, la MNT, la MGET et la MAEE se sont réunis en assemblée

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Chapitre 6 La gestion des incidents Quelles que soient la qualité du système d information mis en place dans l entreprise ou les compétences des techniciens

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule.

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. ANNEXE FICHE 10 : NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. I. MESURES PRISES AU NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE 1.

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs La responsabilité d une personne est toujours définie par le juge sur la base de faits précis et circonstanciés. Direction

Plus en détail

Rapport d audit interne

Rapport d audit interne Exercice social clos au 31/12/2004 Rapport d audit interne du Président du Conseil d administration de la Compagnie Financière de Deauville en application de l article 117 de la loi n 2003-706 du 1 er

Plus en détail

l info S engager avec sa banque, ça compte!

l info S engager avec sa banque, ça compte! La lettre d information des clients qui ont choisi d agir l info S engager avec sa banque, ça compte! Grâce à l engagement des clients du Crédit Coopératif, plus de 4,3 millions d euros de dons ont été

Plus en détail

La dévolution du patrimoine aux établissements d enseignement supérieur. Contribution à la mission de contrôle du Sénat

La dévolution du patrimoine aux établissements d enseignement supérieur. Contribution à la mission de contrôle du Sénat La dévolution du patrimoine aux établissements d enseignement supérieur Contribution à la mission de contrôle du Sénat Avril 2010 Avant-propos La présente contribution est issue des travaux effectués par

Plus en détail

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1 Communication L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi Séance Plénière du 20 Juin 2014 19/06/2014 1 Comment définir l ESS? Le préambule de la loi sur L Economie Sociale et Solidaire

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Les partenariats associations & entreprises

Les partenariats associations & entreprises Les partenariats associations & entreprises Initier ou renforcer une politique de partenariats avec les entreprises Novembre 2011 Référentiel réalisé en partenariat avec et Edito Avec leurs 1,9 millions

Plus en détail

Président du conseil d administration et dirigeant responsable

Président du conseil d administration et dirigeant responsable Président du conseil d administration et dirigeant responsable La loi du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économiques (NRE) a modifié le fonctionnement des organes dirigeants des sociétés

Plus en détail

Bulletin d adhésion. Adhésion 2015

Bulletin d adhésion. Adhésion 2015 Bulletin d adhésion Adhérer à l'association Française des Fundraisers, c'est se doter d'un espace privilégié pour échanger avec vos pairs, pour vous former et pour vous informer. C est aussi partager des

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 20 JUILLET 2012 DELIBERATION N CR-12/05.340 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L'EMPLOI Stratégie régionale de développement de l'économie sociale

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Les PME parlent aux PME

Les PME parlent aux PME Les PME parlent aux PME Retour d expériences de 10 PME ayant mis en place la méthode ULYSSE Préambule Réalisation d une étude exploratoire auprès de 10 PME ayant utilisées au cours des derniers mois la

Plus en détail

ENQUETE. ANALYSE des RESULTATS

ENQUETE. ANALYSE des RESULTATS ENQUETE La Gestion de la Retraite dans le Cadre de la Mobilité Internationale Dans le cadre du 19 ème Salon de la Mobilité Internationale AVENIR EXPAT Etude réalisée par la Direction Internationale de

Plus en détail

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux Les associations et la question de la qualité de l emploi: une enquête en Alsace et en Lorraine Etude réalisée pour la DIIESES

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

Emp r u n t e r po u r se dé v e l o p p e r :

Emp r u n t e r po u r se dé v e l o p p e r : Emp r u n t e r po u r se dé v e l o p p e r : u n e ut o p i e po u r le s pe t i t e s a s s o c i a t i o n s? Vous êtes dirigeant d une petite association : vous avez des besoins de financement? vous

Plus en détail

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation PAR THEMATIQUE N THEME Présentation A B C D Apprentissage/alternance Formation continue Développement/ investissement Hygiène, sécurité, accessibilité Les conseillères du Service Apprentissage ont pour

Plus en détail

Juillet 2011. Réponse de la MGEN et de la MS Consultation sur la gouvernance d entreprise 1

Juillet 2011. Réponse de la MGEN et de la MS Consultation sur la gouvernance d entreprise 1 Contribution de la Mutuelle Générale de l Education Nationale - MGEN (France) et de la Mutualité Socialiste - MS (Belgique) au livre vert sur «Le cadre de gouvernance d entreprise dans l UE» Juillet 2011

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Cette sur-taxation ne vise pas les CDD qui ont pour finalité les remplacements maladie, maternité, congés payés et les contrats saisonniers.

Cette sur-taxation ne vise pas les CDD qui ont pour finalité les remplacements maladie, maternité, congés payés et les contrats saisonniers. LETTRE D INFORMATION SOCIALE AOÛT 2013 La loi sur la Sécurisation de l Emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 amène plusieurs modifications juridiques et techniques sur la gestion du personnel. Il nous semble

Plus en détail

ATELIERS ET CHANTIERS D INSERTION ET CONVENTIONS COLLECTIVES

ATELIERS ET CHANTIERS D INSERTION ET CONVENTIONS COLLECTIVES ATELIERS ET CHANTIERS D INSERTION ET CONVENTIONS COLLECTIVES Fiche technique à destination des SIAE Août 2013 SOMMAIRE 1 2 3 4 5 Introduction Éclairages sur les conventions collectives Panorama des conventions

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité»

Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité» Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité» Organisé dans le cadre du IX Congrès International des Villes Educatrices Le Mercredi 13 septembre 2006 A l Ecole Normale

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Colloque régional de prévention des addictions Mardi 31 mars 2015 Clermont-Ferrand Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Appels à communication Le Pôle de référence

Plus en détail

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité.

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Sous titre: Projet d appui aux mutuelles de santé et incidence

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES RELATIF AU PORTAGE DU LABEL CENTRE DE RESSOURCE ET D INFORMATION DES BENEVOLES (CRIB) DE L ORNE

APPEL A CANDIDATURES RELATIF AU PORTAGE DU LABEL CENTRE DE RESSOURCE ET D INFORMATION DES BENEVOLES (CRIB) DE L ORNE LE PREFET DE L ORNE Alençon, le janvier 014 APPEL A CANDIDATURES RELATIF AU PORTAGE DU LABEL CENTRE DE RESSOURCE ET D INFORMATION DES BENEVOLES (CRIB) DE L ORNE Contexte : Pour répondre aux besoins croissants

Plus en détail

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66 Points clefs Lille, le 14 novembre 2012

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66 Points clefs Lille, le 14 novembre 2012 Les journées de rencontre CNPTP CCN 66 Points clefs Lille, le 14 novembre 2012 Lille, le 14 novembre 2012 La CNPTP en bref Ouverture par Jacky Desdoigts, Président de la CNPTP. Les mutations et les risques

Plus en détail

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011 Mai 2011 GUIDE DU BENEVOLE Le présent document précise les engagements de tout adhérent 1 à Electriciens sans frontières. Ces engagements déclinent de manière opérationnelle les valeurs et principes énoncées

Plus en détail

Les associations entre mutations et crise économique Etat des difficultés

Les associations entre mutations et crise économique Etat des difficultés Les associations entre mutations et crise économique Etat des difficultés Viviane Tchernonog - Jean-Pierre Vercamer Associations et Fondations Octobre 2012 Sommaire 1 Contexte, objectifs et méthodologie

Plus en détail

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La protection sociale complémentaire des agents de la fonction publique territoriale est

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES APPEL À PROJETS 2015 Cahier des charges ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES Fondation Harmonie Solidarités, 143 rue Blomet - 75015 Paris - Autorisation administrative de

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle Dirigeants et salariés de petites structures... Vous êtes déjà nombreux à nous

Plus en détail

PNUD. I. Information sur le poste

PNUD. I. Information sur le poste PNUD Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Direction Générale du Développement Régional Direction Générale des Ressources Humaines Termes de référence pour

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION : CLUBS PROFESSIONNELS

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION : CLUBS PROFESSIONNELS SERVICE DES SPORTS DE LA REGION POITOU-CHARENTES Dossier de demande de subvention Pour le DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION : CLUBS PROFESSIONNELS NOM DU CLUB : Fédération d affiliation : Veuillez cocher

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010

CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010 CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010 ACCÈS AU SPORT ACCÈS AUX LOISIRS ET/OU À LA CULTURE 1 PRÉAMBULE Définies dans le

Plus en détail

Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions

Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions Présentation Rassemblant les syndicats et associations

Plus en détail

ACCORD REGIONAL DE PARTENARIAT POUR L ACCES A L ALTERNANCE ET POUR L EMPLOI DES JEUNES

ACCORD REGIONAL DE PARTENARIAT POUR L ACCES A L ALTERNANCE ET POUR L EMPLOI DES JEUNES 1 ACCORD REGIONAL DE PARTENARIAT POUR L ACCES A L ALTERNANCE ET POUR L EMPLOI DES JEUNES Vus La Loi n 2009-1437 du 24 novembre 2009 La Loi n 2010-1657 du 29 décembre 2010 Le Décret n 2010-1780 du 31 décembre

Plus en détail

Gestion des. Des solutions informatiques enfin accessibles aux PME

Gestion des. Des solutions informatiques enfin accessibles aux PME Gestion des Des solutions informatiques enfin accessibles aux PME RH Gestion des temps Gestion du recrutement Gestion des emplois et des compétences Gestion de la Ce guide a été réalisé à l initiative

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-18 du 7 janvier 2010 portant création d une agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l

Plus en détail

Formations des militants et élus mutualistes en entreprise

Formations des militants et élus mutualistes en entreprise Formations des militants et élus mutualistes en entreprise Programme 2014 1 Formations UNME Programme 2014 Parce que la formation des délégués et administrateurs mutualistes reste plus que jamais une obligation

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

CHARTE É THIQUE GROUPAMA

CHARTE É THIQUE GROUPAMA CHARTE É THIQUE GROUPAMA 2 Message du directeur général Fidèle à son engagement de satisfaire ses sociétaires et ses clients en leur apportant le meilleur service au meilleur coût, Groupama a développé

Plus en détail

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 :

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : BTS BANQUE L épargne solidaire 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : Fondée sur un principe de responsabilité et de fraternité, l épargne solidaire se caractérise par le choix de l épargnant

Plus en détail

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION Pour plus d informations, visitez www.marathonprobono.fr/campus-hec-2012 Préambule Ce contenu pédagogique est destiné aux responsables

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

Épargne solidaire. Les relations de la finance solidaire (En millions d euros au 31/12/2012) Épargne bancaire. Épargne salariale

Épargne solidaire. Les relations de la finance solidaire (En millions d euros au 31/12/2012) Épargne bancaire. Épargne salariale Les relations de la finance solidaire (En millions d euros au 31/12/2012) RESSOURCES Épargne bancaire 4 690 Épargne solidaire 1 718 675 1 042 Livrets, OPCVM, Contrats d assurance-vie, 2 577 Épargne salariale

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

Les Fondations du groupe Bouygues

Les Fondations du groupe Bouygues Les Fondations du groupe Bouygues Depuis près de 20 ans, le groupe Bouygues participe au développement économique et social des régions et pays dans lesquels il est implanté, que ce soit par des initiatives

Plus en détail

ComparEthic, un outil de MèTIS, Fonds de dotation

ComparEthic, un outil de MèTIS, Fonds de dotation ComparEthic, un outil de MèTIS, Fonds de dotation MèTIS est un fonds de dotation à But Non Lucratif au service du financement de l Economie Sociale et Solidaire 15 rue Buffon 75005 Paris jftaieb@hotmail.com

Plus en détail

L engagement associatif : tout savoir sur le bénévolat

L engagement associatif : tout savoir sur le bénévolat L engagement associatif : tout savoir sur le bénévolat Les intervenants : Véronique ROSETTI Responsable département association Cabinet Aliantis- Lyon Benoît PARIS Expert Comptable Diplômé Responsable

Plus en détail