La communication financière et extra-financière des ESN. Gestion des risques. Mars kpmg.fr

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La communication financière et extra-financière des ESN. Gestion des risques. Mars 2015. kpmg.fr"

Transcription

1 La communication financière et extra-financière des ESN Mars 2015 kpmg.fr Gestion des risques

2

3 Edito Ce 3 ème volet de notre édition 2015 de l étude sur l information financière et extra-financière des Entreprises du Service du Numérique est consacrée à l analyse des pratiques de communication sur les facteurs de risque et leurs dispositifs de gestion associés sur la base des d'informations rendues publiques par les émetteurs. Les sociétés cotées sont soumises à un contexte légal et réglementaire fort en matière de contrôle interne et de gestion des risques, que ce soit à l étranger ou en France avec notamment : la loi Sarbanes-Oxley applicables aux sociétés cotées aux Etats-Unis, la Loi de Sécurité Financière 2003 ou plus récemment la transposition de la 8ème directive européenne en décembre 2008, L article L résultant de sa transposition en droit français précise que le comité d audit est notamment chargé d assurer le suivi du processus d élaboration de l information financière, de l efficacité des systèmes de contrôle interne et de gestion des risques. L univers des risques n est pas seulement limité à l information financière mais comprend également les risques stratégiques et opérationnels. Il appartient à la gouvernance par la voix du conseil d administration ou de surveillance de déterminer le niveau de risque qu il est prêt à accepter. Le management, quant à lui, est responsable de la conception, de la mise en œuvre et de la supervision des systèmes de contrôle interne et de gestion des risques. Dans ce cadre, les risques doivent être évalués de manière continue et les activités de contrôle doivent être conçues pour répondre aux risques propres de l entité. Il faut également que la gouvernance définisse comment le management doit réagir en cas de défaillance et aussi comment les systèmes doivent être adaptés à la suite d une défaillance. Cette mission de suivi de l efficacité des systèmes de contrôle interne et de gestion des risques représente un challenge certain pour les comités d audit. Si ces réglementations ont souvent été perçues comme des contraintes fortes lors de leur entrée en vigueur, les entreprises ont su en faire des projets d amélioration de la performance opérationnelle via l optimisation des processus et une meilleure intégration de la gestion des risques. Au cours des dernières années, de nombreux groupes ont ainsi mené des projets de cartographie des risques et de renforcement de leurs procédures de contrôle interne. La gestion des risques se place ainsi au cœur des préoccupations des dirigeants et ce d autant plus que le contexte économique et concurrentiel ainsi que l exigence de performance les contraignent à prendre parfois davantage de risques. La diversité du panel d ESN que nous avons retenu permet de conduire des analyses comparatives en fonction des zones géographiques dont les groupes sont issus et de leur taille. Sur la base des résultats de cette étude, les acteurs du marché pourront comparer leur communication par rapport à celle des autres intervenants. Nous vous invitons à consulter nos deux autres publications de l étude qui portent sur la communication financière et le développement durable, et restons à votre disposition pour répondre à toutes vos questions et vous aider dans votre démarche de benchmark. Jean-Pierre Valensi

4 Executive summary Des divergences de pratiques entre les émetteurs étrangers et français Poids important de la réglementation et des pratiques des émetteurs étrangers, notamment des émetteurs américains, dont le taux d occurrence des facteurs de risques dans les publications annuelles est beaucoup plus marqué que celui des émetteurs français, à l exception des risques sociaux. L approche américaine peut être qualifiée de juridique et est probablement défensive, poussant les émetteurs à identifier et décrire un univers des risques très étendu. Ce qui n est pas le cas des émetteurs européens, notamment des émetteurs français, qui font un focus sur les risques réels en lien avec leurs activités, probablement sous l effet des recommandations de l AMF. En revanche, les dispositifs de gestion de ces risques sont davantage décris et identifiés par les émetteurs français que par les émetteurs étrangers, ce qui est une bonne pratique. La moyenne de description de ces dispositifs est toutefois relativement faible et ne reflète pas les efforts réalisés par les acteurs du secteur pour identifier et évaluer les risques et mettre en œuvre un dispositif de gestion efficace. Ces dispositifs sont parfois stratégiques ou confidentiels, ce qui peut expliquer la prudence quant à leur description. 3

5 Executive summary Des risques qui font l unanimité Les risques liés à la gestion et à l exécution des contrats clients ainsi que ceux relatifs aux ressources humaines sont bien décrits dans les rapports annuels. Nous avons pu recenser une série de bonnes pratiques en matière de gestion des risques relatifs aux contrats clients. Des risques propres à certains segments d activité des ESN peu mentionnés par les émetteurs Force est de constater que les risques relatifs aux systèmes d information et à la cybercriminalité, aux restructurations ou à la valeur des actifs sont encore trop peu mentionnés par les émetteurs du panel. Absence des risques de fraude Les risques de fraude sont peu présents dans la communication des émetteurs. Dans le contexte actuel de recrudescence de fraudes, qu elle soit de type «fraude au Président», des détournements d actifs ou des ententes avec des tiers, ces risques et leurs dispositifs de gestion pourraient davantage être décrits dans les rapports annuels des émetteurs. Ces risques de fraude sont clairement identifiés par la mise à jour en 2013 du COSO, de la même façon que les risques sur les systèmes d information. Une réflexion de fond pourrait ainsi être entamée sur ce sujet, que ce soit sur la cartographie de ces risques, sur les dispositifs de contrôle interne associés et en matière de communication dans les rapports annuels. 4

6

7 SOMMAIRE Présentation de l étude 8 Risques liés à l environnement global 12 Risques juridiques et réglementaires 14 Risques opérationnels 16 Risques relatifs à l exécution des contrats 19 Risques financiers et de marché 20 Risques sociaux et environnementaux 22

8

9 Présentation de l étude Echantillon L'étude se concentre sur les ESN cotées, réalisant un chiffre d'affaires minimum de 150 millions d'euros principalement dans les services : conseil en technologies, infogérance ou outsourcing, intégration de systèmes, maintenance informatique, développement et assistance technique. Notre panel se compose de 28 groupes cotés en France ou sur un marché étranger. Axes d analyses Une analyse a été conduite selon deux axes, l un géographique et l autre par tailles des groupes. Les pictogrammes ci-dessous identifient les axes d analyse dans le document. Tendances par taille des acteurs Analyse par taille des acteurs Analyse par zone géographique des acteurs «Large Cap» 8

10 Présentation de l étude Acteurs du panel par zone géographique et par taille Notre panel comprend 15 acteurs dont la capitalisation boursière excède un milliard d euros à fin octobre 2014, les «Large Cap», et 13 «Small & Mid Cap». RESTE DU MONDE SMALL & MID CAP LARGE CAP FRANCE 4% Allemagne France 61% 7% 3% 3% 3% 4% 11% 4% Belgique Canada Espagne Etats-Unis Finlande Small & Mid Cap 46% Large Cap 54% RESTE DU MONDE FRANCE 60 % 40 % Inde Irlande 9

11 Présentation de l étude Supports analysés Nous avons pris en considération les documents de référence ou rapports annuels au 31 décembre 2013 (ou équivalent selon les dates de clôture), disponibles sur les sites internet des émetteurs, principalement le chapitre «facteurs de risque». 10

12 Guide de lecture des diagrammes Exemple de guide de lecture pour l analyse par zone géographique : COUVERTURE EXPLICITE par un dispositif de gestion La couverture mesure la proportion des sociétés du panel qui précisent le dispositif de gestion du risque associé Mise en évidence des convergences Mise en évidence des divergences Le numéro renvoie au risque mentionné dans la légende 9. Risques relatifs à l'élaboration et au traitement de l'information comptable et financière 10. Risques liés à la législation fiscale 11. Risques liés à la propriété intellectuelle et à la contrefaçon 12. Risques liés aux litiges, aux procédures judiciaires 13. Risques réglementaires généraux en France et à l'étranger L occurrence mesure la proportion des sociétés du panel qui mentionnent le risque considéré OCCURRENCE des facteurs de risques Les couleurs permettent de distinguer les 2 panels, par exemple les émetteurs français en orange et les émetteurs étrangers en bleu France Reste du monde Que signifie la gestion des risques? La gestion des risques constitue l ensemble des moyens et politiques mis en œuvre par un groupe pour identifier, limiter et contrôler les risques liés à ses activités. La «moyenne couverture» mesure la proportion des sociétés du panel qui précisent les dispositifs de gestion lorsque les risques ont été identifiés des occurrences couverture en cas d'occurrence Large Cap 48% 27% Small & Mid Cap 47% 69% 11

13 Risques en lien avec l environnement global COUVERTURE EXPLICITE par un dispositif de gestion France Reste du monde 1. Risques géopolitiques 2. Risques liés au contexte économique 3. Risques liés à la saisonnalité 4. Risques liés à l'intensité concurrentielle 5. Risques liés au portefeuille clients 6. Risques liés aux changements de tendances (de consommation, etc.) 7. Risques liés aux substituts concurrentiels de produits et de services 8. Risques liés aux technologies et à l'innovation OCCURRENCE des facteurs de risques Risques les plus cités Contexte économique Portefeuille clients Tendances des occurrences couverture en cas d'occurrence France 38% 65% Reste du monde 54% 19% Divergence d ensemble entre les émetteurs français et les étrangers qui communiquent bien davantage sur les facteurs de risques : 54% pour les émetteurs étrangers vs 38% pour les français. En revanche, les émetteurs français précisent plus souvent leurs dispositifs de gestion des risques lorsque le risque est identifié. Les risques liés au contexte économique font consensus parmi les Large Cap, tant en terme d occurrence que de couverture explicite. Les risques liés au portefeuille clients sont systématiquement indiqués par les émetteurs français contre seulement 56% par les sociétés étrangères ; démontrant une véritable divergence qui peut être liée à la présence internationale plus forte de certaines très grandes Large Cap étrangères et à une moindre concentration clients chez ces émetteurs étrangers. A contrario, les risques liés à l intensité concurrentielle ressortent bien davantage chez les émetteurs étrangers. Ce constat est probablement lié à leur exposition au grands donneurs d ordres, qu ils soient de nature publique ou privé, et à la compétition très forte sur les grands projets qui les amènent à communiquer davantage sur ses risques. 12

14 Risques en lien avec l environnement global COUVERTURE EXPLICITE par un dispositif de gestion Large cap Small & Mid Cap 1. Risques géopolitiques 2. Risques liés au contexte économique 3. Risques liés à la saisonnalité 4. Risques liés à l'intensité concurrentielle 5. Risques liés au portefeuille clients 6. Risques liés aux changements de tendances (de consommation, etc.) 7. Risques liés aux substituts concurrentiels de produits et de services 8. Risques liés aux technologies et à l'innovation OCCURRENCE des facteurs de risques Risques les plus cités Portefeuille clients Intensité concurrentielle Tendances des occurrences couverture en cas d'occurrence Large Cap 48% 27% Small & Mid Cap 47% 69% Bon équilibre de communication entre les deux populations en termes d occurrence des facteurs de risques : 48% pour les Large Cap et 47% pour les Small & Mid Cap. Cette moyenne cache toutefois des divergences importantes. Les Small & Mid Cap mentionnent bien davantage les risques liés à l'intensité concurrentielle et au portefeuille clients. Ce constat rejoint celui mentionné au slide précédent, et est probablement lié à la présence internationale plus forte des Large Cap et donc à une moindre concentration clients chez ces émetteurs, alors que les Small & Mid Cap peuvent être confrontées à une concurrence importante sur des marchés plus réduits. Les Large Cap se sentent davantage exposées au contexte économique que les Small & Mid Cap, pouvant être présents sur des marchés et zones géographiques à risques. En ce qui concerne les dispositifs de gestion associées à ces risques, les Small & Mid Cap communiquent bien davantage que les Large Cap, ce qui s explique par le poids des Large Cap étrangères dans notre panel et du fait de pratiques de communication et d aspects légaux et réglementaires : notamment pour les émetteurs cotés sur le marché américain. 13

15 Risques juridiques et réglementaires COUVERTURE EXPLICITE par un dispositif de gestion France Reste du monde 9. Risques relatifs à l'élaboration et au traitement de l'information comptable et financière 10. Risques liés à la législation fiscale 11. Risques liés à la propriété intellectuelle et à la contrefaçon 12. Risques liés aux litiges, aux procédures judiciaires 13. Risques réglementaires généraux en France et à l'étranger OCCURRENCE des facteurs de risques Risques les plus cités Litiges, procédures judiciaires Réglementaires généraux en France et à l'étranger Tendances des occurrences couverture en cas d'occurrence France 57% 66% Reste du monde 62% 25% Convergence assez proche en termes d occurrence à l exception des risques liés à la propriété intellectuelle et à la contrefaçon, pour lesquels les émetteurs étrangers communiquent deux fois plus que les émetteurs français. Ceci s explique probablement par une prise de conscience et une appréhension de ce risque plus marquées à l étranger. En revanche, les émetteurs français précisent bien davantage les dispositifs de couverture de ces risques, ce qui est très marqué pour les risques liés aux litiges et aux procédures judiciaires. Ce déséquilibre provient certainement du poids des émetteurs américains et de leurs pratiques de communication : évaluation sans description des dispositifs mis en place. 14

16 Risques juridiques et réglementaires COUVERTURE EXPLICITE par un dispositif de gestion Large cap Small & Mid Cap 9. Risques relatifs à l'élaboration et au traitement de l'information comptable et financière 10. Risques liés à la législation fiscale 11. Risques liés à la propriété intellectuelle et à la contrefaçon 12. Risques liés aux litiges, aux procédures judiciaires 13. Risques réglementaires généraux en France et à l'étranger OCCURRENCE des facteurs de risques Risques les plus cités Litiges, procédures judiciaires Réglementaires généraux en France et à l étranger Tendances des occurrences couverture en cas d'occurrence Large Cap 60% 41% Small & Mid Cap 58% 84% Peu de divergences significatives au niveau de l identification des risques, à l exception des risques réglementaires généraux pour lesquels les Small & Mid Cap communiquent davantage. Notamment, les risques liés aux litiges et aux procédures judiciaires font consensus et sont évoqués à plus de 80% par les émetteurs du panel. Une minorité d émetteurs mentionnent les risques relatifs à l élaboration de l information comptable et financière, qui n est pas considéré comme un risque majeur. Les Small & Mid Cap précisent beaucoup plus souvent que les Large Cap leurs dispositifs de couverture des risques juridiques et réglementaires, notamment ceux liés (i) à la législation fiscale, (ii) à la propriété intellectuelle et à la contrefaçon et (iii) les risques réglementaires généraux en France et à l'étranger. 15

17 Risques opérationnels COUVERTURE EXPLICITE par un dispositif de gestion France Reste du monde 14. Réputation 15. Risques industriels 16. Risques liés à la conception, qualité et sécurité des produits 17. Risques liés à la croissance externe et aux partenariats 18. Risques liés à la cybercriminalité 19. Risques liés à la distribution 20. Risques liés à l'approvisionnement 21. Risques liés à l'exécution des contrats 22. Risques liés aux investissements 23. Risques liés aux restructurations 24. Risques liés aux systèmes d'information 25. Risques logistiques OCCURRENCE des facteurs de risques des occurrences couverture en cas d'occurrence France 32% 72% Reste du monde 42% 17% 16

18 Risques opérationnels Risques les plus cités Exécution des contrats Tendances Risques directement liés à l activité des ESN. Le risque lié à l exécution des contrats est cité par l essentiel du panel. Les risques liés à (i) la conception, qualité et sécurité des produits et (ii) la réputation sont évidemment associés à la bonne exécution des contrats sur le terrain et sont fortement mentionnés par les Large Cap, notamment étrangères. Ces risques sont valables dans tous les segments d activité des sociétés du panel, à savoir l outsourcing, l intégration système et la R&D, que les contrats portent sur des obligations de moyens ou de résultats. Il est, en revanche, surprenant de constater une divergence significative entre les émetteurs français et étrangers quant aux dispositifs de gestion. Au regard de l importance de ce risque, il conviendrait d indiquer systématiquement les couvertures mises en place. Compte tenu des stratégies de développement des ESN, les risques liés à la croissance externe et aux partenariats sont très présents, notamment chez les Large Cap étrangères. En revanche, les autres risques opérationnels sont globalement peu évoqués par les Large Cap alors qu ils peuvent affecter les activités des ESN : les risques liés aux systèmes d informations et à la cybercriminalité, qui devraient s appliquer notamment aux activités d outsourcing de quelques natures qu elles soient; les risques relatifs aux restructurations et aux investissements ; compte tenu des évolutions technologiques rapides, des marchés qui peuvent se fermer rapidement, des rationalisations nécessaires post acquisition, les restructurations sont assez fréquentes chez les ESN. On peut en voir les effets dans les résultats opérationnels des émetteurs. Il est donc assez surprenant que ce risque ne soit mentionné que par une minorité d émetteurs. En ce qui concerne les dispositifs de gestion de ces risques, les émetteurs français sont très largement en avance par rapport aux émetteurs étrangers ; ce qui est dû au poids des émetteurs américains mais également à une très bonne pratique française sur la description des dispositifs de gestion de ses risques opérationnels. 17

19 Risques opérationnels COUVERTURE EXPLICITE par un dispositif de gestion Large cap Small & Mid Cap 14. Réputation 15. Risques industriels 16. Risques liés à la conception, qualité et sécurité des produits 17. Risques liés à la croissance externe et aux partenariats 18. Risques liés à la cybercriminalité 19. Risques liés à la distribution 20. Risques liés à l'approvisionnement 21. Risques liés à l'exécution des contrats 22. Risques liés aux investissements 23. Risques liés aux restructurations 24. Risques liés aux systèmes d'information 25. Risques logistiques OCCURRENCE des facteurs de risques Risques les plus cités Exécution des contrats Croissance externe et partenariats Tendances des occurrences couverture en cas d'occurrence Large Cap 38% 34% Small & Mid Cap 35% 62% Convergence d ensemble sur les occurrences de risques. En particulier, les risques liés au à l exécution des contrats font consensus parmi les sociétés du panel, que ce soit en terme d occurrence que de dispositifs de couverture. En revanche, les Large Cap communiquent davantage sur les risques liés à la réputation et à la conception, qualité et sécurité des produits. Ce constat est probablement dû au fait que les Large Cap ont davantage de contrats avec engagements de résultats et de performance, notamment dans les activités d outsourcing. L acuité du risque est en effet plus forte que dans des activités davantage tournées vers des obligations de moyens ou de mise à disposition d ingénieurs, dans des contrats en régie à responsabilité moins forte. Les Small & Mid Cap précisent beaucoup que les Large Cap leurs dispositifs de couverture des risques. 18

20 Gestion des risques relatifs à l exécution des contrats Dans le cadre de notre étude, nous avons mis en évidence quelques bonnes pratiques concernant les dispositifs de gestion des risques liés à l exécution des contrats, présentées ciaprès. Nous précisons qu aucun des émetteurs de notre étude n a mis en œuvre l ensemble de ces pratiques. Les deux premières que nous mentionnons sont toutefois fréquemment mentionnées par les émetteurs du panel. Gestion des contrats Comité des engagements exerçant son pouvoir au-delà de certains seuils d engagement ou dans des cas de contrats atypiques. Constitué de la direction générale et des principales directions opérationnelles, il se prononce sur la faisabilité des contrats, les moyens et ressources à mettre en œuvre et les risques induits. Mise en œuvre d un Comité des risques projets soit indépendant soit intégré au sein de la fonction ERM (Enterprise Risk Management), qui suit de façon permanente l exécution des contrats. Audit qualité des projets. Emission de Newsletter qualité projet qui rend compte de la mise en œuvre de bonnes pratiques au sein d un même groupe. Audit interne Intervention du département d audit interne à la demande de la direction générale ou des directions opérationnelles pour effectuer des audits de certains projets à risque. Intervention de groupes d experts techniques aux côtés du département d audit interne pour l assister dans sa démarche d audit des projets. Intégration de sociétés nouvellement acquises dans le plan d audit interne groupe afin d effectuer une analyse des risques projets. Comité d audit Echange sur le plan d audit de l audit interne. Reporting au comité d audit des risques projets significatifs. Evaluation annuelle des travaux de l audit interne. Evaluation des travaux du comité d audit par le comité des nominations avec l aide ou non d un prestataire de service. Echange avec les auditeurs sur les risques projets. 19

21 Risques financiers et de marché COUVERTURE EXPLICITE par un dispositif de gestion France Reste du monde OCCURRENCE des facteurs de risques 26. Risques de change 27. Risques de contrepartie 28. Risques de crédit 29. Risques de liquidité / financement 30. Risques de taux d'intérêt 31. Risques liés à la volatilité des prix / des matières premières 32. Risques liés au marché des actions 33. Risques liés au rating des agences de notation 34. Risques liés aux dépréciations d'actifs 35. Risques liés aux estimations comptables 36. Risques liés aux instruments financiers 37. Risques liés aux ratios bancaires 38. Risques liés aux régimes de retraite Risques les plus cités Change Liquidité / financement Taux d intérêt Tendances des occurrences couverture en cas d'occurrence France 56% 49% Reste du monde 51% 38% Cohérence d ensemble reflétée par la moyenne des occurrences qui est très proche entre les émetteurs français et étrangers (56% versus 51%, respectivement). Divergences toutefois pour ce qui concerne les risques liés aux dépréciations d'actifs et aux estimations comptables pour lesquels les émetteurs étrangers ne communiquent pas quant à leurs dispositifs de gestion. Ce constat est cependant à modérer car un certain nombre d informations complémentaires peuvent être explicitées dans les notes aux états financiers, comme par exemple l impairment des actifs pour les émetteurs français. Il conviendra de s assurer que les renvois de notes dans l annexe ou dans les rapports annuels sont correctement adressés. Il est surprenant de constater que les risques liés aux régimes de retraite soient peu mentionnés, alors même que les Large Cap ont souvent des effectifs importants dans régions soumises aux régimes à prestations définies, notamment en Angleterre et au Canada. 20

22 Risques financiers et de marché COUVERTURE EXPLICITE par un dispositif de gestion Large cap Small & Mid Cap OCCURRENCE des facteurs de risques 26. Risques de change 27. Risques de contrepartie 28. Risques de crédit 29. Risques de liquidité / financement 30. Risques de taux d'intérêt 31. Risques liés à la volatilité des prix / des matières premières 32. Risques liés au marché des actions 33. Risques liés au rating des agences de notation 34. Risques liés aux dépréciations d'actifs 35. Risques liés aux estimations comptables 36. Risques liés aux instruments financiers 37. Risques liés aux ratios bancaires 38. Risques liés aux régimes de retraite Risques les plus cités Change Liquidité / financement Taux d intérêt Tendances des occurrences couverture en cas d'occurrence Large Cap 53% 43% Small & Mid Cap 51% 59% Une communication dans l ensemble assez homogène. Consensus entre les Large Cap et les Small & Mid Cap pour ce qui concerne les risques de change, de crédit, de liquidité / financement et de taux d'intérêt. En revanche, les risques de contrepartie, et ceux liés aux estimations comptables sont bien plus présents chez les Large Cap. Concernant le risque de contrepartie, ce constat est probablement dû à un nombre de transactions supérieur pour les Large Cap ou d opérations de couverture, ayant recours à des instruments dérivés. L occurrence des risques liés aux estimations comptables sont également à pondérer, au regard des notes aux états financiers. A contrario, les risques liés au marché des actions ont davantage été identifiés chez les Small & Mid Cap, probablement du à une plus grande volatilité de ces émetteurs. Les Small & Mid Cap décrivent davantage leurs dispositifs de gestion des risques. 21

23 Risques sociaux et environnementaux COUVERTURE EXPLICITE par un dispositif de gestion France Reste du monde 39. Assurance 40. Risques climatiques et de catastrophe naturelle 41. Risques de pollution et de nonconformité à la réglementation environnementale 42. Risques liés à la réglementation sur la santé/sécurité 43. Risques liés à la remise en état des sites 44. Risques liés aux conflits sociaux 45. Risques liés aux ressources humaines 46. Risques professionnels OCCURRENCE des facteurs de risques Risques les plus cités Ressources humaines Assurance Tendances des occurrences couverture en cas d'occurrence France 44% 81% Reste du monde 21% 31% Les ESN sont globalement peu concernés par les sujets environnementaux, de part leurs activités. En revanche, les émetteurs français le sont davantage par les sujets sociaux. Ce constat se matérialise par une moyenne des occurrences deux fois supérieure aux émetteurs étrangers et également, à travers les risques liés au ressources humaines qui sont évoqués par la totalité des émetteurs français, qui couvrent d ailleurs bien ce risque à travers des dispositifs précisés dans les rapports annuels. Ce risque est notamment adressé à travers le recrutement, la formation ou encore la rétention des collaborateurs qui demeurent au cœur des préoccupations au même titre que l exécution des contrats. Les risques liés aux assurances ne sont que très peu évoqués par les émetteurs étrangers alors que toutes les Large Cap françaises les mentionnent. Ceci est probablement influencé par les recommandations de l AMF. L assurance est à la fois un risque en termes de mauvaise estimation de la couverture et à la fois un dispositif pour couvrir d autres risques évoqués dans cette étude. Nombre de risques sont peu voire pas mentionnés notamment par les émetteurs étrangers : réglementation santé/sécurité, conflits sociaux, remise en état des sites. 22

24 Risques sociaux et environnementaux COUVERTURE EXPLICITE par un dispositif de gestion Large cap Small & Mid Cap 39. Assurance 40. Risques climatiques et de catastrophe naturelle 41. Risques de pollution et de nonconformité à la réglementation environnementale 42. Risques liés à la réglementation sur la santé/sécurité 43. Risques liés à la remise en état des sites 44. Risques liés aux conflits sociaux 45. Risques liés aux ressources humaines 46. Risques professionnels OCCURRENCE des facteurs de risques Risques les plus cités Ressources humaines Assurance Tendances des occurrences couverture en cas d'occurrence Large Cap 30% 68% Small & Mid Cap 42% 64% des occurrences davantage marquée (30% pour les Large Cap versus 42% pour les Small & Mid Cap), ce qui est principalement liée aux risques d assurance plus présents chez les émetteurs français influençant les Small & Mid Cap. Les risques liés aux ressources humaines font consensus entre les Large Cap et les Small & Mid Cap. Très bonne description en général des dispositifs de couverture en ce qui concerne ces risques. 23

25 Annexes Panel des sociétés analysées Société Siège social Capitalisation Devise Revenu annuel Total bilan Résultat opérationnel Effectif Accenture Reste du monde Large Cap USD Akka Technologies France Small & Mid Cap EUR Alten France Large Cap EUR Altran France Large Cap EUR Assystem France Small & Mid Cap EUR Atos France Large Cap EUR Aubay France Small & Mid Cap EUR Ausy France Small & Mid Cap EUR Bull France Small & Mid Cap EUR Capgemini France Large Cap EUR CGI Reste du monde Large Cap CAD NC CS Communication & France Small & Mid Cap EUR Systèmes CSC Reste du monde Large Cap USD Devoteam France Small & Mid Cap EUR Econocom Reste du monde Small & Mid Cap EUR GFI Informatique France Small & Mid Cap EUR Groupe Open France Small & Mid Cap EUR HP Reste du monde Large Cap USD NC IBM Reste du monde Large Cap USD Indra Sistemas Reste du monde Large Cap EUR Kontron AG Reste du monde Small & Mid Cap EUR Neurones France Small & Mid Cap EUR SII France Small & Mid Cap EUR Sopra Group France Large Cap EUR Stéria France Large Cap EUR Tata Consultancy Services Reste du monde Large Cap USD Tieto Reste du monde Large Cap EUR Wipro Reste du monde Large Cap USD

L'export un vecteur de croissance : quel business model choisir? 25 mars 2015

L'export un vecteur de croissance : quel business model choisir? 25 mars 2015 L'export un vecteur de croissance : quel business model choisir? 25 mars 2015 Sommaire 1. Introduction et présentation du sujet 2. Témoignages 3. Questions 4. Conclusion 1 1. Introduction en Mds Données

Plus en détail

La Master Franchise. Filière Franchise et Réseaux

La Master Franchise. Filière Franchise et Réseaux La Master Franchise Filière Franchise et Réseaux 2015 Définition d une Master Franchise et d un Master Franchisé La Master Franchise : La Master Franchise est un contrat conférant à un entrepreneur ou

Plus en détail

Communication des perspectives financières

Communication des perspectives financières Communication des perspectives financières Analyse portant sur les sociétés du CAC 0 Evolution 2010-2012 Janvier 201 Une étude basée sur les sociétés du CAC 0 * Le choix des groupes dans leur communication

Plus en détail

La Franchise participative. Filière Franchise & Réseaux

La Franchise participative. Filière Franchise & Réseaux La Franchise participative Filière Franchise & Réseaux 2015 La Franchise Participative Le franchiseur détient des parts dans la société franchisée (jusqu à 50%) Cependant, il doit se limiter à une participation

Plus en détail

La Concession. Filière Franchise & Réseaux

La Concession. Filière Franchise & Réseaux La Concession Filière Franchise & Réseaux 2015 La Concession Concédant La concession est un contrat conclu entre deux parties, dans lequel un fournisseur (le concédant) donne à un ou plusieurs commerçants

Plus en détail

Le Code de Déontologie Européen de la Franchise. Filière Franchise & Réseaux

Le Code de Déontologie Européen de la Franchise. Filière Franchise & Réseaux Le Code de Déontologie Européen de la Franchise Filière Franchise & Réseaux 2015 Le Code de Déontologie Européen de la Franchise Code de déontologie européen de la franchise : http://www.franchise-fff.com/base-documentaire/finish/206/318.html

Plus en détail

La Franchise. Filière Franchise & Réseaux

La Franchise. Filière Franchise & Réseaux La Franchise Filière Franchise & Réseaux 2015 La Franchise et ses principes «La Franchise est un mode de collaboration entre deux entreprises juridiquement et financièrement indépendantes (Franchiseur

Plus en détail

Fédération des Chasseurs 35

Fédération des Chasseurs 35 Fédération des Chasseurs 35 Exercice clos au 30 juin 2014 Assemblée Générale du 18 Avril 2015. Le compte de résultat - Fédération Intitulés Réalisations Réalisations 2013-2014 2012-2013 Variations N/N-1

Plus en détail

Le contrat de Franchise. Filière Franchise & Réseaux

Le contrat de Franchise. Filière Franchise & Réseaux Le contrat de Franchise Filière Franchise & Réseaux 2015 Le contrat de Franchise Accord entre un franchiseur et un franchisé qui traduit la stratégie du réseau de franchise Définit les droits et obligations

Plus en détail

réglementation bancaire

réglementation bancaire Ensemble, anticipons la réglementation bancaire KPMG met à votre service des professionnels expérimentés, disposant d une forte connaissance sectorielle, pour vous aider à répondre à vos enjeux réglementaires.

Plus en détail

Association des Producteurs de Leads sur Internet

Association des Producteurs de Leads sur Internet TECHNOLOGIES, MEDIAS & TELECOMMUNICATIONS Association des Producteurs de Leads sur Internet Baromètre 2014 de la génération de Leads sur Internet 10 septembre 2014 I. Présentation du baromètre Il s agit

Plus en détail

Les différentes formes de commerce en réseau. Filière Franchise et Réseaux

Les différentes formes de commerce en réseau. Filière Franchise et Réseaux Les différentes formes de commerce en Filière Franchise et Réseaux 2015 Les différentes formes de commerce en isolé intégré associé organisé Indépendance totale; pas d affiliation à un Pilotage centralisé;

Plus en détail

Observatoire du Transport Sanitaire 2011. kpmg.fr

Observatoire du Transport Sanitaire 2011. kpmg.fr Observatoire du Transport Sanitaire 2011 kpmg.fr Edito Observatoire du Transport Sanitaire 2011 1 Marc Basset Associé, Directeur Haute-Normandie Picardie-Maritime Dans la poursuite de nos travaux, nous

Plus en détail

La Franchise en Corner La Franchise en Shop in Shop. Filière Franchise & Réseaux

La Franchise en Corner La Franchise en Shop in Shop. Filière Franchise & Réseaux La Franchise en Corner La Franchise en Shop in Shop Filière Franchise & Réseaux 2015 La Franchise en Corner et en Shop in Shop La Franchise en Corner ou Shop in Shop : C est l installation d un espace

Plus en détail

OptimHome. Proposition de mission Conseillers Optimhome. Octobre 2014

OptimHome. Proposition de mission Conseillers Optimhome. Octobre 2014 OptimHome Proposition de mission Conseillers Optimhome Octobre 2014 KPMG : Qui sommes nous? KPMG en bref Un réseau international Une présence nationale Une proximité régionale Premier groupe français d

Plus en détail

La Licence de marque. Filière Franchise & Réseaux

La Licence de marque. Filière Franchise & Réseaux La Licence de marque Filière Franchise & Réseaux 2015 La marque La marque commerciale constitue un actif essentiel de tout réseau de distribution (elle doit respecter la législation relative aux marques).

Plus en détail

Association de la Performance et du Lead sur Internet

Association de la Performance et du Lead sur Internet TECHNOLOGIES, MEDIAS & TELECOMMUNICATIONS Association de la Performance et du Lead sur Internet Baromètre 2015 de la génération de Leads sur Internet 5 novembre 2015 I. Présentation du Baromètre Il s agit

Plus en détail

Baromètre des chaînes

Baromètre des chaînes Baromètre des chaînes hôtelières françaises Résultats 2012 KPMG Real Estate & Hotels KPMG Real Estate & Hotels Une équipe de spécialistes pluridisciplinaires dédiée au secteur du Tourisme, de l Hôtellerie,

Plus en détail

Evidence and Discovery Management (EDM) kpmg.fr

Evidence and Discovery Management (EDM) kpmg.fr FORENSIC Evidence and Discovery Management (EDM) kpmg.fr EVIDENCE AND DISCOVERY MANAGEMENT Avec l explosion des moyens technologiques à notre disposition, ce sont plusieurs milliards de données qui sont

Plus en détail

Conférence Annuelle de l APDC

Conférence Annuelle de l APDC #GalaAPDC Conférence Annuelle de l APDC 9 octobre 2014 En partenariat avec La conférence est animée par : Isabelle GOUNIN LEVY Journaliste www.apdc-france.com Introduction Bernard MIRAILLES Président www.apdc-france.com

Plus en détail

Urbanisme et Habitat Social : relevons ensemble vos défis

Urbanisme et Habitat Social : relevons ensemble vos défis Urbanisme et Habitat Social : relevons ensemble vos défis Les défis du futur Les organismes de logement social sont des acteurs clés de la politique du logement en France. Dans le cadre de la Convention

Plus en détail

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis kpmg.fr Les défis du futur Une réponse adaptée Les mutuelles du livre II du Code de la mutualité font face à de réelles mutations,

Plus en détail

Benchmark sur les risques de fraude

Benchmark sur les risques de fraude AUDIT COMMITTEE INSTITUTE Benchmark sur les risques de fraude Septembre 2014 kpmg.fr EN SYNTHÈSE De nombreuses révélations dans l'actualité récente illustrent la recrudescence des actes de fraude auxquels

Plus en détail

SSII : communication sur les informations financières et le développement durable

SSII : communication sur les informations financières et le développement durable TECHNOLOGIES, MÉDIAS, TÉLÉCOMMUNICATIONS SSII : communication sur les informations financières et le développement durable Octobre 2012 kpmg.fr Sommaire 01 03 05 Présentation de l étude L information financière

Plus en détail

Les rémunérations en actions dans le secteur des Entreprises de Services du Numérique (ex. SSII) Juin 2013. kpmg.fr

Les rémunérations en actions dans le secteur des Entreprises de Services du Numérique (ex. SSII) Juin 2013. kpmg.fr Les rémunérations en actions dans le secteur des Entreprises de Services du Numérique (ex. SSII) Juin 2013 kpmg.fr Edito Dans un secteur tel que celui des Entreprises de Services du Numérique (ESN, ex-ssii),

Plus en détail

Executive Placement Services. kpmg.fr

Executive Placement Services. kpmg.fr Executive Placement Services kpmg.fr Executive Placement Services I 3 > KPMG vous accompagne dans vos recrutements Savoir attirer des talents constitue plus que jamais un facteur décisif de la performance

Plus en détail

Business Emergency Solutions (Team)

Business Emergency Solutions (Team) Business Emergency Solutions (Team) Situations non conformes kpmg.fr Des situations de plus en plus complexes et délicates dans des environnements souvent dégradés Les entreprises doivent de plus en plus

Plus en détail

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis kpmg.fr Les défis du futur Une réponse adaptée Les mutuelles du livre II du Code de la mutualité font face à de réelles mutations,

Plus en détail

Votre Business Plan 3. Les frais relatifs à la création d une entreprise 7. Le choix de votre structure juridique 9. Votre entretien bancaire 12

Votre Business Plan 3. Les frais relatifs à la création d une entreprise 7. Le choix de votre structure juridique 9. Votre entretien bancaire 12 Guide Créateur Sommaire Votre Business Plan 3 Les frais relatifs à la création d une entreprise 7 Le choix de votre structure juridique 9 Votre entretien bancaire 12 1 Votre Business Plan Votre Business

Plus en détail

Fonds européens. Relevons ensemble vos défis

Fonds européens. Relevons ensemble vos défis Fonds européens Relevons ensemble vos défis Vos défis Une question de confiance Les fonds européens sont un levier majeur de financement de l activité des acteurs publics et privés qui œuvrent à une croissance

Plus en détail

Maisons d édition : les chiffres 2013

Maisons d édition : les chiffres 2013 Maisons d édition : les chiffres 2013 Janvier 2015 9ème édition Joëlle Tubiana Associée Edito Pour cette 9 ème étude consécutive, nous avons apporté quelques modifications dans la classification des secteurs

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014 Analyse financière de la commune de Bassens Présentation des résultats 1 er juillet 2014 Sommaire Introduction 1. Analyse de l évolution des soldes de gestion retraités 2. Effort d investissement et choix

Plus en détail

Le Cloud en France, les vrais chiffres

Le Cloud en France, les vrais chiffres Le Cloud en France, les vrais chiffres 21 mai 2013 Stéphanie Ortega, Associée Technologies KPMG Eric Lefebvre, Associé Technologie KPMG Croissance du chiffre d affaires des acteurs majeurs du Cloud sur

Plus en détail

Votre vision des métiers comptables en entreprise : aujourd hui vs 2045

Votre vision des métiers comptables en entreprise : aujourd hui vs 2045 Votre vision des métiers comptables en entreprise : aujourd hui vs 2045 A propos de l enquête Dans un contexte en perpétuelle mouvance, il nous est apparu nécessaire de faire le point sur l évolution de

Plus en détail

Les filiales de groupe, source de développement économique pour la Bourgogne Franche-Comté

Les filiales de groupe, source de développement économique pour la Bourgogne Franche-Comté FILIALES DE GROUPE Les filiales de groupe, source de développement économique pour la Bourgogne Franche-Comté KPMG Edito KPMG réalise régulièrement des études sur le tissu économique régional, dans le

Plus en détail

CONFÉRENCE ARRÊTÉ DES COMPTES

CONFÉRENCE ARRÊTÉ DES COMPTES CONFÉRENCE ARRÊTÉ DES COMPTES BANQUES & ASSURANCES PAVILLON GABRIEL - PARIS CONFÉRENCE ARRÊTÉ DES COMPTES BANQUES & ASSURANCES Votre rendez-vous incontournable pour décrypter, en une seule journée, l essentiel

Plus en détail

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr Edito Marc Basset, Associé, Responsable du secteur Transport sanitaire C est avec un grand plaisir que nous vous présentons l Observatoire du Transport

Plus en détail

KPMG Audit 1, cours Valmy 92923 Paris La Défense Cedex France. Caisse Régionale du Crédit Agricole d Ile de France

KPMG Audit 1, cours Valmy 92923 Paris La Défense Cedex France. Caisse Régionale du Crédit Agricole d Ile de France KPMG Audit 1, cours Valmy 92923 Paris La Défense Cedex France Téléphone : +33 (0)1 55 68 68 68 Télécopie : +33 (0)1 55 68 73 00 Site internet : www.kpmg.fr Rapport de l organisme tiers indépendant sur

Plus en détail

En pratique. 24 juin 2014

En pratique. 24 juin 2014 IFRIC 21 Taxes En pratique 24 juin 2014 Sommaire Page Rappel des principes généraux d IFRIC 21 2 Contribution Sociale de Solidarité des Sociétés (C3S) Déclinaison des incidences 4 Rappel des principes

Plus en détail

La communication financière et extra-financière des ESN. Mars 2015. kpmg.fr RSE

La communication financière et extra-financière des ESN. Mars 2015. kpmg.fr RSE La communication financière et extra-financière des ESN Mars 2015 kpmg.fr RSE Synthèse La Responsabilité Sociale ou Sociétale des Entreprises (RSE) est intégrée de manière croissante à l organisation,

Plus en détail

Bank Briefing n 2014-19 ARCHIVES

Bank Briefing n 2014-19 ARCHIVES Bank Briefing n 2014-19 ARCHIVES Vendredi 14 novembre 2014 Arrêté du 3 novembre 2014 relatif au contrôle interne des entreprises du secteur de la banque, des services de paiement et des services d'investissement

Plus en détail

Sommaire L évolution de l activité Tour-Operating 2007/2006

Sommaire L évolution de l activité Tour-Operating 2007/2006 INFORMATION, COMMUNICATIONS & ENTERTAINMENT Les ratios d exploitation des Tour-Opérateurs mars 28 AUDIT Le CETO-Association de Tour-Opérateurs regroupe la majorité des Tour-Opérateurs (TO) français et

Plus en détail

Observatoire 2014 des Universités & Écoles. Observatoire 2014 des Universités & Écoles

Observatoire 2014 des Universités & Écoles. Observatoire 2014 des Universités & Écoles I Observatoire 2014 des Universités & Écoles Observatoire 2014 des Universités & Écoles Observatoire 2014 des Universités & Écoles 1 Sommaire Avant-propos 1. Méthodologie 2. Universités 2.1 Recettes 2.2

Plus en détail

Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL

Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole KPMG accompagne

Plus en détail

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance.

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. alpha sélection alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

Décision n 15-DCC-100 du 22 juillet 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Matis par la société Akka Technologies

Décision n 15-DCC-100 du 22 juillet 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Matis par la société Akka Technologies RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-100 du 22 juillet 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Matis par la société Akka Technologies L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de

Plus en détail

Les constats. Notre approche. Notre méthodologie

Les constats. Notre approche. Notre méthodologie corruption investigationdefraude forensic Les constats Les conséquences pénales et financières des actes de corruption peuvent être particulièrement lourdes pour les dirigeants, tant pour les infractions

Plus en détail

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Mercredi 16 mai 2012 Sommaire : Introduction > Un premier trimestre 2012 impacté par des éléments exceptionnels > Une dynamique commerciale

Plus en détail

Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre entreprise de bâtiment

Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre entreprise de bâtiment BÂTIMENT Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre entreprise de bâtiment kpmg ENTREPRISES KPMG en un regard KPMG est le 1 er cabinet français d audit, d expertise comptable et de conseil.

Plus en détail

FRANCHISE. Franchiseurs, franchisés, KPMG vous accompagne

FRANCHISE. Franchiseurs, franchisés, KPMG vous accompagne FRANCHISE Franchiseurs, franchisés, KPMG vous accompagne kpmg ENTREPRISES KPMG en un regard Nos engagements KPMG est le 1 er cabinet français d audit, d expertise comptable et de conseil. * Il met à votre

Plus en détail

Comment s installer : Médecins

Comment s installer : Médecins KPMG S.A. Gilles DEFERT Directeur Régional DFA Alain ROGLIN Manager Le 17/06/2010 Avant de s installer : quand faut il s installer? Aspects juridiques. Les généralités: - Entreprise individuelle. (BNC)

Plus en détail

Union Nationale des Entreprises Adaptées

Union Nationale des Entreprises Adaptées Union Nationale des Entreprises Adaptées Calcul du ROI Février 2014 Sommaire 1. Synthèse 2 2. Méthodologie 11 3. Détail des dépenses 17 4. Détail des recettes 29 1 Synthèse Synthèse L UNEA a demandé à

Plus en détail

Votre Conseil patrimonial

Votre Conseil patrimonial Votre Conseil patrimonial KPMG à votre écoute pour...... vous conseiller dans la gestion financière et fiscale de votre patrimoine Vos questions > Comment développer mon patrimoine privé et professionnel

Plus en détail

Comment répondre aux nouvelles exigences relatives aux règles destinées à assurer la protection de la clientèle?

Comment répondre aux nouvelles exigences relatives aux règles destinées à assurer la protection de la clientèle? FINANCIAL SERVICES Comment répondre aux nouvelles exigences relatives aux règles destinées à assurer la protection de la clientèle? Mai 2013 kpmg.fr TABLE DES MATIERES.CONTEXTE 2.ARCHITECTURE DU QUESTIONNAIRE

Plus en détail

Vous accompagner tout au long de vos projets, pour votre café, hôtel, restaurant. Expertise comptable & conseil

Vous accompagner tout au long de vos projets, pour votre café, hôtel, restaurant. Expertise comptable & conseil Vous accompagner tout au long de vos projets, pour votre café, hôtel, restaurant Expertise comptable & conseil Vous accompagner tout au long de vos projets, pour votre café, hôtel, restaurant Depuis 1922,

Plus en détail

Communauté de communes Haute Vallée de Chevreuse

Communauté de communes Haute Vallée de Chevreuse Présentation du rapport comprenant schéma de mutualisation Conseil municipal du 16 novembre 2015 Communauté de communes Haute Vallée de Chevreuse Elaboration d un projet de territoire avec mise en œuvre

Plus en détail

Euro STOXX Rendement Daily

Euro STOXX Rendement Daily Euro STOXX Rendement Daily Titre de créance complexe de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Produit de placement risqué alternatif à un investissement

Plus en détail

Business Emergency Solutions. kpmg.fr

Business Emergency Solutions. kpmg.fr Business Emergency Solutions kpmg.fr Des situations de plus en plus complexes et délicates dans des environnements souvent dégradés Les entreprises doivent de plus en plus souvent faire face à des situations

Plus en détail

Artisans et entreprises du bâtiment

Artisans et entreprises du bâtiment Artisans et entreprises du bâtiment Vous accompagner tout au long de vos projets Expertise comptable & conseil Artisans et entreprises du bâtiment - Vous accompagner tout au long de vos projets Gérer votre

Plus en détail

Les ratios d exploitation et les ratios bilanciels des Tour -Opérateurs. Mars 2013. kpmg.fr

Les ratios d exploitation et les ratios bilanciels des Tour -Opérateurs. Mars 2013. kpmg.fr Les ratios d exploitation et les ratios bilanciels des Tour -Opérateurs Mars 213 kpmg.fr Sommaire 3 Les participants et le périmètre de l étude 6 Les ratios d exploitation Les coûts de distribution 1 Les

Plus en détail

Évaluation interne et externe des établissements sociaux et médico-sociaux : Une démarche indépendante, personnalisée et constructive

Évaluation interne et externe des établissements sociaux et médico-sociaux : Une démarche indépendante, personnalisée et constructive Évaluation interne et externe des établissements sociaux et médico-sociaux : Une démarche indépendante, personnalisée et constructive L évaluation des établissements et services sociaux et médico-sociaux

Plus en détail

Adagio Cliquet. Une solution gestion privée

Adagio Cliquet. Une solution gestion privée ADAGIO Adagio Cliquet Une solution gestion privée Ce titre de créance complexe émis par Natixis (Standard & Poor s : A / Moody s : A2 / Fitch : A), dont l investisseur supportera le risque de crédit, est

Plus en détail

Performance des grands groupes bancaires français au 30 septembre 2012

Performance des grands groupes bancaires français au 30 septembre 2012 Performance des grands groupes bancaires français au 30 septembre 2012 Lundi 19 novembre 2012 Sommaire : Introduction > Ventilation du produit net bancaire > Les revenus de la banque de détail amorcent

Plus en détail

Les ratios d exploitation et les ratios bilanciels des Tour-Opérateurs

Les ratios d exploitation et les ratios bilanciels des Tour-Opérateurs Information, Communications & Entertainment Mars 211 Les ratios d exploitation et les ratios bilanciels des Tour-Opérateurs Edito Sommaire Le CETO - Association de Tour- Opérateurs (TO) regroupe l essentiel

Plus en détail

Vous accompagner dans la transmission-reprise de votre entreprise

Vous accompagner dans la transmission-reprise de votre entreprise PETITES ENTREPRISES - PROFESSIONS LIBÉRALES Vous accompagner dans la transmission-reprise de votre entreprise kpmg ENTREPRISES KPMG en un regard Nos engagements KPMG est le 1 er cabinet français d audit,

Plus en détail

Les missions du comité d audit

Les missions du comité d audit AUDIT COMMITTEE INSTITUTE FRANCE Les missions du comité d audit Aide mémoire kpmg.fr Sommaire Réglementation... 3 Exemples de bonnes pratiques... 6 Suivi de l efficacité des systèmes de contrôle interne

Plus en détail

PHILEAS L/S EUROPE. Part I EUR Code ISIN : FR0011023910 OPCVM de droit français géré par PHILEAS ASSET MANAGEMENT

PHILEAS L/S EUROPE. Part I EUR Code ISIN : FR0011023910 OPCVM de droit français géré par PHILEAS ASSET MANAGEMENT INFORMATIONS CLES POUR L INVESTISSEUR Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de cet OPCVM. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il contient vous

Plus en détail

Sommaire. Le dilemme : consolidation sur une ligne ou évaluation de titres? Acquisition de titres MEE. Variations des «autres actifs nets»

Sommaire. Le dilemme : consolidation sur une ligne ou évaluation de titres? Acquisition de titres MEE. Variations des «autres actifs nets» Sommaire Le dilemme : consolidation sur une ligne ou évaluation de titres? Acquisition de titres MEE Variations des «autres actifs nets» Variations de pourcentages d intérêts Transactions réciproques Impôts

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Énoncé des politiques et des méthodes de placement

Énoncé des politiques et des méthodes de placement Société canadienne du cancer Énoncé des politiques et des méthodes de placement Contexte La Société souhaite investir ses fonds avec prudence, en accordant toute l attention nécessaire à la gestion des

Plus en détail

Investissement Socialement Responsable : La démarche de Palatine Asset Management

Investissement Socialement Responsable : La démarche de Palatine Asset Management Investissement Socialement Responsable : La démarche de Palatine Asset Management Environnement Social Gouvernance Palatine Asset Management - Société Anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au

Plus en détail

HSBC Europportunités. Document à caractère promotionnel

HSBC Europportunités. Document à caractère promotionnel HSBC Europportunités Document à caractère promotionnel Commercialisation sur votre contrat d assurance vie et/ou de capitalisation* jusqu au 27/03/2015 à 18h00** - Titre de créance non garanti par un tiers,

Plus en détail

Le président, le conseil d administration, les adhérents et les bénévoles : quelles troupes pour faire vivre et évoluer l association?

Le président, le conseil d administration, les adhérents et les bénévoles : quelles troupes pour faire vivre et évoluer l association? Le président, le conseil d administration, les adhérents et les bénévoles : quelles troupes pour faire vivre et évoluer l association? KPMG S.A. Pierre Marcenac Associé Salons de France Amériques Lundi

Plus en détail

Le secteur bancaire confronté au défi FATCA. Juillet 2013. kpmg.fr

Le secteur bancaire confronté au défi FATCA. Juillet 2013. kpmg.fr Le secteur bancaire confronté au défi FATCA Juillet 2013 kpmg.fr 1 Le secteur bancaire confronté au défi FATCA Sommaire Contexte et enjeux opérationnels de la réglementation FATCA... 2 Cinq grands chantiers

Plus en détail

AXA Select Formule 90

AXA Select Formule 90 Épargne AXA Select Formule 90 Arpèges Avenant à la Notice Arpèges Article 1 L objet Le présent document est un avenant à la Notice du contrat Arpèges qui vous a été remise lors de votre adhésion et en

Plus en détail

Tendance et développement des. de l e-commerce. TPE/PME / PME sur le marché. Novembre 2014. Novembre 2014

Tendance et développement des. de l e-commerce. TPE/PME / PME sur le marché. Novembre 2014. Novembre 2014 Tendance et développement des TPE/PME / PME sur le marché de l e-commerce Novembre 2014 Novembre 2014 Point de vue de l expert KPMG On constate une certaine frilosité des chefs d entreprise à vendre en

Plus en détail

euro exigence juin 2013

euro exigence juin 2013 euro exigence juin 2013 Titres de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance (1) Produit de placement alternatif à un investissement dynamique risqué

Plus en détail

Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance.

Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance. Euro Rendement Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance. L investisseur supporte le risque de crédit de NATIXIS (Moody s : A2 / Fitch : A / Standard &

Plus en détail

www.pwc.fr Risk Assurance & Advisory Services Pour un management des risques performant et «résilient»

www.pwc.fr Risk Assurance & Advisory Services Pour un management des risques performant et «résilient» www.pwc.fr Risk Assurance & Advisory Services Pour un management des risques performant et «résilient» C est sans surprise que dans la dernière enquête «CEO» de PwC, les dirigeants font état de leurs préoccupations

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail

Prévention & Restructuration. KPMG Entreprises

Prévention & Restructuration. KPMG Entreprises Prévention & Restructuration La Fiducie : Un nouvel outil de gestion des difficultés Cas d application d une restructuration à un groupe de distribution réalisé au 3 ème trimestre 2009 KPMG Entreprises

Plus en détail

Les ratios d exploitation et les ratios bilanciels des Tour -Opérateurs. Mars 2014. kpmg.fr

Les ratios d exploitation et les ratios bilanciels des Tour -Opérateurs. Mars 2014. kpmg.fr Les ratios d exploitation et les ratios bilanciels des Tour -Opérateurs Mars 2014 kpmg.fr 2 Sommaire Les participants et le périmètre de l étude 6 Les ratios d exploitation 8 Les coûts de distribution

Plus en détail

Observatoire des levées de fonds Internet. 1ère édition - octobre 2012. kpmg.fr

Observatoire des levées de fonds Internet. 1ère édition - octobre 2012. kpmg.fr Observatoire des levées de fonds Internet Observatoire des levées de fonds Internet 1ère édition - octobre 2012 kpmg.fr I Cette première édition de l Observatoire des levées de fonds Internet de KPMG a

Plus en détail

IT Advisory. Notre offre de services. kpmg.fr

IT Advisory. Notre offre de services. kpmg.fr IT Advisory Notre offre de services kpmg.fr La course au progrès technologique est permanente. Au-delà des effets de mode, nous traversons une époque de changements très rapides. Jamais le renouvellement

Plus en détail

de perte en capital en cours de vie et à l échéance

de perte en capital en cours de vie et à l échéance Alizé 2015 Titre de créance COMPLEXE DE DROIT FRANCAIS présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance L investisseur supporte le risque de crédit de Natixis (Moody s : A2 / Fitch

Plus en détail

Observatoire 2012 des Universités & Écoles

Observatoire 2012 des Universités & Écoles Observatoire 212 des Universités & Écoles Observatoire 212 des Universités & Écoles 1 Préambule KPMG a le plaisir de vous présenter les résultats de l observatoire 212 sur les établissements d enseignement

Plus en détail

Processus de réalisation des tests de dépréciation. Analyse portant sur un échantillon des sociétés du SBF 120 Décembre 2013

Processus de réalisation des tests de dépréciation. Analyse portant sur un échantillon des sociétés du SBF 120 Décembre 2013 Processus de réalisation des tests de dépréciation Analyse portant sur un échantillon des sociétés du SBF 120 Décembre 2013 Préambule La norme IAS 36 Dépréciation d actifs impose qu un actif ou qu une

Plus en détail

Comment organiser les fonctions de contrôle interne, conformité et de gestion des risques dans une société de gestion d investissements alternatifs

Comment organiser les fonctions de contrôle interne, conformité et de gestion des risques dans une société de gestion d investissements alternatifs Comment organiser les fonctions de contrôle interne, conformité et de gestion des risques dans une société de gestion d investissements alternatifs 13 mai 2014 Présentation de D2R Conseil La vocation de

Plus en détail

Vous conseiller à chaque moment de la vie de votre officine

Vous conseiller à chaque moment de la vie de votre officine PHARMACIES Vous conseiller à chaque moment de la vie de votre officine kpmg ENTREPRISES KPMG en un regard KPMG est le 1 er cabinet français d audit, d expertise comptable et de conseil. * Il met à votre

Plus en détail

Objectifs d investissement

Objectifs d investissement EURO RENDEMENT 2015 Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Produit de placement risqué alternatif à un investissement dynamique risqué de type actions

Plus en détail

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels Secrétariat général de la Commission bancaire Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux Forum des Compétences 7 décembre 2005 Pierre-Yves Thoraval Secrétaire général adjoint

Plus en détail

CHARTE ACTION LOGEMENT SUR :

CHARTE ACTION LOGEMENT SUR : CHARTE ACTION LOGEMENT SUR : LA GESTION DES RISQUES LE CONTROLE INTERNE L AUDIT INTERNE Validée par le Conseil de surveillance du 18 septembre 2013 1/22 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 I. LE CADRE DE REFERENCE...

Plus en détail

Position AMF Swaps de performance sur OPC et structurations sur gestion active DOC-2008-14

Position AMF Swaps de performance sur OPC et structurations sur gestion active DOC-2008-14 Position AMF Swaps de performance sur OPC et structurations sur Textes de référence : articles L. 214-20, L. 214-24-55, R. 214-19 II et R. 214-32-28 II du code monétaire et financier 1. Principes caractéristiques

Plus en détail

3. Rapport du Président du conseil d administration

3. Rapport du Président du conseil d administration 3. Rapport du Président du conseil d administration Conformément aux dispositions de l article L.225-37 du code de commerce, le président du conseil d administration rend compte, au terme de ce rapport,

Plus en détail

RÈGLEMENT 94-101 SUR LA COMPENSATION OBLIGATOIRE DES DÉRIVÉS PAR CONTREPARTIE CENTRALE

RÈGLEMENT 94-101 SUR LA COMPENSATION OBLIGATOIRE DES DÉRIVÉS PAR CONTREPARTIE CENTRALE RÈGLEMENT 94-101 SUR LA COMPENSATION OBLIGATOIRE DES DÉRIVÉS PAR CONTREPARTIE CENTRALE Loi sur les instruments dérivés (chapitre I-14.01, a. 175, par. 2 o, 3 o, 9 o, 11 o, 12 o, 26 o, 27 o et 29 o ) CHAPITRE

Plus en détail

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité AXA Rendement AXA Rendement est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail