Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation"

Transcription

1 THEME 7 Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation Concepts et définitions essentiels Risque et incertitude Théorie de l utilité espérée Aversion au risque Loterie Equivalent certain d une loterie Incohérence temporelle Exercice n 23 : La fonction d utilitée espérée Un individu décide de se lancer dans les paris sportifs. Chaque pari i peut réussir avec une probabilité π i et échouer avec une probabilité (1 π i ). L individu décide de ne parier que si les probabilités minimales π i (définies de manières exogènes) sont atteintes. Les gains, les coûts et les probabilités associés sont présentés dans le tableau suivant. i Gi Ci π i , , ,40 1. Déterminez quand cet individu rationnel décidera de parier ou non. 2. Tracez la fonction d utilité espérée de l individu dans un plan représentant le résultat net d un pari et l utilité associée. 3. Que peut-on dire de son comportement vis à vis du risque? 1

2 Correction 1- Déterminez quand cet individu rationnel décidera de parier ou non. Si l individu ne fait pas de paris, son revenu net R i est égal à 0 et l utilité de ce choix est U(0) = 0. Si l individu lance un pari i, son revenu net R i est G i C i en cas de succés, et I i en cas d échec. On pose également que U(1) = 1 Il décidera alors de parier si : EU(R i ) = π i U(G i I i ) + (1 π i )U( I i ) 0 Avec les probabilités des différents paris (i = ) nous obtenons : 0, 52U(2 1) + 0, 48U( 1) = 0 U( 1) = 1, 08 0, 35U(2) + 0, 48U( 1) = 0 U(2) = 2, 011 0, 52U(2 1) + 0, 48U( 1) = 0 U( 2) = 2, 458 0, 40U(4) + 0, 60U( 2) = 0 U(4) = 3, 687 0, 45U(3) + 0, 55U( 2) = 0 U(3) = 3 2- Tracez la fonction d utilité espérée de l individu dans un plan représentant le résultat net d un pari et l utilité associée. 3 - Que peut-on dire de son comportement vis à vis du risque? La fonction d utilité est concave sur l intervalle [-2;4], l individu est donc averse au risque (risquophobe). 2

3 Exercice n 24 : Le modèle d évaluation des actifs financiers (MEDAF) 1. Définir le MEDAF. On fait les hypothèses suivantes : (a) Entre deux actifs ayant le même rendement espéré, les agents préfèrent celui dont la variance est la plus faible. (b) Il existe un actif sans risque. (c) Tous les agents ont les mêmes probabilités subjectives de distribution des rendements des actifs. 2. Commentez les hypothèses a et c. On suppose trois actifs notés i = 0, 1, 2. L actif 0 est sans risque, de rendement r. Les actifs 1 et 2 sont quant à eux risqués. Leurs rendements aléatoires sont respectivement notés R 1 et R 2, leur espérances E 1 et E 2 et leur écart-types σ 1 et σ 2. Le coefficient de corrélation entre ces deux actifs est définis par ρ = Cov( R 1 R2 ) σ 1 σ 2. On suppose E ) 1 < E 2 et σ 1 < σ 2. On considère d abord un portefeuille composé uniquement d actifs risqués. 3. Montrez que le rendement R de ce portefeuille vérifie : E( R) = E = p 1 E 1 + (1 p 1 )E 2 V ( R) = σ 2 = p 2 1.σ ρ.p 1.(1 p 1 )σ 1 σ 2 + (1 p 1 ) 2.σ 2 2. où p 1 est la part d actif 1 dans le portefeuille. Dans le plan (σ, E), placez les actifs 1, 2 et l ensemble des portefeuilles composés de ces deux actifs dans les cas ρ = 1 et ρ < 1. Placez également l actif sans risque. 4. Dans le plan (σ, E), tracez l ensemble : des portefeuilles composés de actifs sans risque et de l actif 1. des portefeuilles composés de l actif sans risque et de l actif 2. 3

4 Choisissez au hasard un portefeuille P composé de 1 et 2 uniquement. Tracez l ensemble des portefeuilles composé de de l actif sans risque et de l actif P. En déduire que tous les agents vont détenir un portefeuille composé de : l actif sans risque. d un actif risqué M, composé d une part p 1M de l actif 1 et d une part 1 p 1M de l actif 2. (p 1M étant le même pour tous les agents). Pourquoi appelle-t-on M le "portefeuille d actifs risqués du marché"? 5. Dans le plan (σ, E), quelle est la courbe représentant l ensemble des portefeuilles composés de l actif M et de l actif 1? Montrez que la pente de la tangente à cette courbe au point M vaut E M r σ M, et vaut également E 1 E M Cov( R 1 R.σ M ) σm 2 M En déduire le résultat du MEDAF : E 1 = r + Cov( R 1 R M ).(E M r) σ 2 M 4

5 Exercice n 25 : Incohérence temporelle On considère un agent qui vit trois périodes. A la date t, ses préférences intertemporelles sont représentées par la fonction d utilité suivante : U = 1 2.u(c t) u(c t+1) u(c t+2) avec u(c i ) = c 0 i si l individu est vivant à la date i et u(c i ) = 0 si l individu est mort à la date i. On suppose que le taux d intérêt est nul dans l économie, que 0 < ρ < 1 et que cet individu dispose d un revenu Y au début de la première période. Les applications numériques pourront s effectuer en prenant ρ = 0.5 et Y = On considère l individu au début de la première période. Quel est le plan de consommation (ĉ 1, ĉ 2, ĉ 3 ) qui maximise son profit? 2. On suppose que l individu a consommé ĉ 1 lors de la première période. Réecrivez le nouveau programme et démontrez que l agent ne consommera pas ĉ 2 en deuxième période. Interprétez. 3. Revenons en période 1 et supposons que l agent connaisse ses propres préférences. Il sait également qu il ne pourra pas tenir son plan de consommation optimal. Une banque lui propose deux instruments de placement (à taux d intérêt nul) : le premier est liquide, l argent peut donc être retiré à chaque période ; le second est illiquide et l argent placé ne peut être retiré avant la troisième période. Montrez que l agent va répartir son épargne entre les deux placements. 4. Supposons qu il n existe pas en période 1 d instrument financier illiquide. L agent connait toujours ses propres préférences. Calculez l utilité de l agent en fonction de ĉ 1 (et donc de son épargne Y c 1 ) si l agent anticipe l usage qu il fera de son épargne lors de la période 2. Quelles vont être les consommations ( c 1, c 2, c 3 ) qui vont maximiser l utilité de l agent? A la fin de la période 1, épargne-t-il plus ou moins que dans la plan de consommation (ĉ 1, ĉ 2, ĉ 3 )? Expliquez. 5. Quel éclairage ce modèle apporte-t-il sur le surendettement des ménages? Sur le comportement de procrastianation? Sur Ulysse et les Sirènes? Pourquoi certaines personnes demandent elles à être interdites d entrée dans les casinos? 5

6 Correction La question des choix inter-temporels (C 1, C 2,..., C t ) revient à étudier comment un consommateur souhaite répartir son revenu entre plusieurs dates (ie : un arbitrage entre présent et futur). Les préférences du consommateur sont caractérisées par un fonction d utilité intertemporelle : U(C 1, C 2,..., C t ). Traditionnellement, la forme de la fonction d utilité inter-temporelle utilisée est : U(C 1,..., C t ) = δ i u(c t+i ) i=1 = δ i C ρ t+i i=1 avec δ le coefficient de préférence pour le présent. 1 Cette forme ne suscite pas d incohérence temporelle. Par exemple avec δ = 0, 5, nous avons : U = 1 2.u(c t) u(c t+1) u(c t+2) u(c t+3) On considère l individu au début de la première période. Quel est le plan de consommation (ĉ 1, ĉ 2, ĉ 3 ) qui maximise son profit? Avec la fonction d utilité : et la contrainte budgétaire : U = 1 2.u(c t) u(c t+1) u(c t+2) Y C 1 + C 2 + C 3 Nous pouvons poser un Lagrangien : L = 1 2.u(c t) u(c t+1) u(c t+2) + λ(y C 1 C 2 C 3 ) = 1 2 Cρ Cρ Cρ 3 + λ(y C 1 C 2 C 3 ) 1 Plus δ 0, plus le consommateur préfère le futur, plus δ 1, plus il préfère le présent. 6

7 Les CPO : U C1 = 1 2 ρcρ 1 1 λ = 0 (1) U C2 = 1 4 ρcρ 1 2 λ = 0 (2) U C3 = 1 4 ρcρ 1 3 λ = 0 (3) U λ =Y C 1 C 2 C 3 = 0 (4) Par suite de résolution du système d équation des CPO nous obtenons : Soit : ĉ 1 =66, 7 ĉ 2 = 1 6 (Y ) ĉ 3 = 1 6 (Y ) ĉ 1 =66, 7 ĉ 2 =16, 7 ĉ 3 =16, On suppose que l individu a consommé ĉ 1 lors de la première période. Réécrivez le nouveau programme et démontrez que l agent ne consommera pas ĉ 2 en deuxième période. Interprétez. Avec δ = 0, 5, le nouveau programme est le suivant : U 2 = 1U 2 Ct + 1U 4 Ct+1 sc : C t + C t+1 33, 3 Le lagrangien : Nous obtenons alors : L = 1 2 U Ct U Ct+1 + λ(33, 3 C t C t+1 ) č 2 = 4 5 (Y C 1) č 3 = 1 5 (Y C 1) 7

8 č 2 = 26 > ĉ 2 = 16, 7 č 3 = 6, 7 En t = 2 l individu ne respecte pas le programme de consommation qu il avait prévu en t = Revenons en période 1 et supposons que l agent connaisse ses propres préférences. Il sait également qu il ne pourra pas tenir son plan de consommation optimal. Une banque lui propose deux instruments de placement (à taux d intérêt nul) : le premier est liquide, l argent peut donc être retiré à chaque période ; le second est iliquide et l argent placé ne peut être retiré avant la troisième période. Montrez comment l agent va répartir son épargne entre les deux placements. L instrument d épargne illiquide va lui permettre de placer son argent et de ne pas y toucher. En t = 1 il va alors se baser sur son programme de consommation initial : il consommera C 1= 66 et placera le reste en épargne de façon à pouvoir respecter Ĉ2 = Ĉ3 = 16, 7 et ainsi consommer ce qu il souhaite en t = 3. Comme il ne peut toucher à l argent placé en épargne illiquide avant t = 3, il placera donc le montant dont il a besoin en t = 2 en épargne liquide (soit 16.7). Le montant dont il aura besoin en t = 3 (16.7) sera quant lui placé en épargne illiquide. S il le place en épargne liquide, en t = 2 il ne respectera pas son plan de consommation initial. Il doit donc se restreindre en plaçant le montant pour t = 3 maximisant son utilité inter-temporelle (Ĉ3 = 16, 7) en épargne illiquide. 4 - Supposons qu il n existe pas en période 1 d instrument financier iliquide. L agent connait toujours ses propres préférences. Calculez l utilité de l agent en fonction de ĉ 1 (et donc de son épargne Y c 1 ) si l agent anticipe l usage qu il fera de son épargne lors de la période 2. Quelles vont être les consommations ( c 1, c 2, c 3 ) qui vont maximiser l utilité de l agent? A la fin de la période 1, épargne-t-il plus ou moins que dans la plan de consommation (ĉ 1, ĉ 2, ĉ 3 )? Expliquez. L agent a conscience de son impatience pour le présent. S il anticipe ses consommation futures (telles que calculées dans la question 2), il va les intégrer dans sa fonction d utilité inter-temporelle. Ses fonction d utilités à chaque moment t (t = 1, 2, 3) de sa vie sont alors : 8

9 U 1 = 1 2 C1/ C1/ C1/2 3 U 2 = 1 2 C1/ C1/2 3 U 3 = 1 2 C1/2 3 Son épargne de la période 1 est la consommation des périodes futures : R 2 = Y C 1 Le programme est alors : max U 2 sc C 2 + C 3 Y C 1 Le consommateur anticipe l usage de son épargne, nous reprenons alors de la question 2 : D où sa fonction d utilité : č 2 = 4 5 (Y C 1) č 3 = 1 5 (Y C 1) U 1 = 1 2.C1/ (4 5 (Y C 1)) 1/ (1 5 (Y C 1)) 1/2 En maximisant (U 1 = 0) et en développant, nous obtenons : c 1 =68, 97 > 66, 7 c 2 = 4 5 (Y c 1) = 24, 8 c 3 =100 68, 97 24, 8 = 1 5 (Y c 1) = 6, 2 En t = 1, la consommateur sait qu il consommera plus qu il ne le prévoir en t = 2 et il n a pas les moyens de se restreindre par le biais d une épargne illiquide. Il décide alors d épargner moins (moins de consommation pour le futur) et de consommer plus aujourd hui car il retirerait moins d utilité de ces consommations futures. 9

10 4 - Quel éclairage ce modèle apporte-t-il sur le surendettement des ménages? Sur le comportement de procrastianation? Sur Ulysse et les Sirènes? Pourquoi certaines personnes demandent elles à être interdites d entrée dans les casinos? Le comportement de procrastination est une tendance à toujours remettre les tâches contraignantes au lendemain afin de profiter du moment présent. Ulysse en s attachant à un poteau préfère restreindre ses choix futurs et ainsi ne pas succomber aux sirènes. De même certaines personnes préfèrent se restreindre en demandant d être interdite de casion pour ne pas dilapider tout leur argent en une soirée... 10

11 Exercice n 26 : La demande d assurance Soit un agent avec un revenu noté Y. Avec une probabilité p il tombe malade, ce qui lui cause une perte de revenu noté. La maladie n a pas d autre effet sur son utilité. Cet agent a des préférences représentables par une fonction d utilité à la Von Neumann-Morgenstern, avec aversion pour le risque. L agent a la possibilité de souscrire un contrat d assurance contre le risque de maladie. Pour cela il doit payer une prime d assurance π, en l échange de quoi la compagnie lui verse une somme compensatoire K s il tombe malade. 1. On suppose que l entreprise d assurance a un profit espéré nul et qu elle est neutre au risque. Justifiez ces hypothèses. 2. Montrez que le meilleur contrat pour lequel les profits de l entreprise sont nuls est un contrat d assurance complète. Calculez alors les valeurs de π et de K. 3. On suppose que l assurance doive payer un coût d expertise λk. A partir des utilités marginales de consommation dans les différents états de la nature, trouvez une relation définissant le contrat optimal et interprétez. 4. Un test de dépistage de cette maladie permet de déterminer ex-ante si l agent sera malade ou non. Le test est gratuit, mais n apporte qu une simple information (i.e : il ne permet pas de se prémunir contre la maladie). Que se passe-t-il dans les cas suivants : La compagnie d assurance n a pas la possibilité d imposer le test à ses clients. Les agents peuvent le faire, mais les résultats sont communiqués à l assurance. La compagnie d assurance n a pas la possibilité d imposer le test à ses clients. La compagnie d assurance n a aucune information si les clients font le test ou non, ni aucune information sur le résultat le cas échéant. La compagnie d assurance peut imposer le test à ses clients et est informée du résultat. 11

12 Correction 1- On suppose que l entreprise d assurance a un profit espéré nul et qu elle est neutre au risque. Justifiez ces hypothèses. L hypothse de profit nul est liée au jeu de la concurrence en situation de CPP. Cette compagnie d assurance est neutre au risque car elle a plusieurs clients avec des probabilités p, individuelles et indépendantes, qu ils tombent malades. S il n est pas possible à priori pour la compagnie de connaitre les probabilités individuelles, elle mutualise le risque en jouant sur la loi de grands nombres. Elle va en effet fixer ses conditions de contrat (notamment le prix) en ayant une estimation de la proportion de personnes malades et faire supporter les coûts à la population non malade. 2 - Montrez que le meilleur contrat pour lequel les profits de l entreprise sont nuls est un contrat d assurance complète. Calculez alors les valeurs de π et de K. L individu compare les différentes situations auxquelles il peut faire face. Sans assurance : Avec assurance : p Y 1 p Y p Y π + K 1 p Y π En cas de souscription, la compagnie d assurance a alors : p π K 1 p π Le consommateur va chercher à maximiser son utilité espérée : max k,π U = pu(y- π + K) + (1 p)u(y π) sc : (1 p)π + p(π k) = 0 π = pk On peut alors remplacer π par pk dans la fonction objectif : max k U = pu(y- pk + K) + (1 p)u(y pk) 12

13 p(1 p)u (Y pk + K) + (1 p)( p)u (Y pk) = 0 U (Y pk + K) = U (Y pk) U (C 1 ) = U (C 2 ) L individu étant averse au risque, sa fonction d utilité est concave, donc U est décroissante. Si C 1 = C 2, alors : Y π + K = Y π et π = pk pk + K = pk Donc le contrat d assurance optimal est alors : K = π = p Avec une assurance complète (le montant versé K indemnise totalement la perte ), le client a le même niveau d utilité dans les 2 cas, qu il soit ou non malade. C est le contrat d assurance optimal pour l agent, du fait de son aversion au risque. Cependant l assurance complète pose problème et illustre deux effets pervers dûs à l asymétrie d information : l aléa moral : problème ex-post, changement de comportement (trop d assurance diminue la vigilance). la sélection adverse (anti-selection) : les mauvais chassent les bons, marché inefficient (cf : Market for lemons, Akerloff (1970)). 3 - On suppose que l assurance doive payer un coût d expertise λk. A partir des utilités marginales de consommation dans les différents états de la nature, trouvez une relation définissant le contrat optimal et interprétez. La situation de la compagnie d assurance est alors : La maximisation de l utilité : (1 p)π + p[π (1 λ)k] = 0 π = p(1 + λ)k max(1 p)u[y p(1 + λ)k] + p[y p(1 + λ)k + K] = (1 p)( p)(1 + λ)u (C 2 ) + p[ p(1 + λ) + 1]U (C 1 ) = 0 13

14 U (C 1 ) U (C 2 ) p)(1 + λ =(1 1 p(1 + λ) λ =1 + 1 p(1 + λ) > 1 U (C 1 ) U (C 2 ) > 1 U (C 1 ) > U (C 2 ) C 2 > C 1 L assurance est perçue, mais elle est couteuse et ne profite pas au client. La quantité d assurance est alors réduite (assurance partielle). La perte de revenu n est donc pas totalement compensée La compagnie d assurance n a pas la possibilité d imposer le test à ses clients. Les agents peuvent le faire, mais les résultats sont communiqués à l assurance. Si le test est réalisé : D où : Test négatif U(Y ) Test positif U(Y ) (1 p)u(y ) + pu(y ) Si le test n est pas réalisé : assurance totale. Dans ce cas l information empêche les individus de s assurer La compagnie d assurance n a pas la possibilité d imposer le test à ses clients. La compagnie d assurance n a aucune information si les clients font le test ou non, ni aucune information sur le résultat le cas échéant. Comme il n y a pas de diffusion de l information, tout le monde peut faire le test. Si le résultat est négatif les individus ne s assurent pas. Seuls les malades vont vouloir s assurer. Cependant la compagnie d assurance sait qu elle n aura que des malades qui voudront s assurer et refusera donc de les assurer! 4.3 La compagnie d assurance peut imposer le test à ses clients et est informée du résultat. La compagnie va tenter de trier ses clients... et n assurera donc pas les malades. Les individus négatifs ne le voudront naturellement pas. Il n y a donc pas d assurance. 14

15 Pour qu il y ait assurance (et ainsi obtenir une situation sociale plus efficiente), il est parfois bon qu il n y ait pas trop d information! 15

Choix sous incertitude

Choix sous incertitude 1/38 à l analyse microéconomique - Monitorat ENS (2014-2015) Janvier 2015 2/38 Plan du cours 1 2 3 4 5 3/38 Dans les chapitres précédents, hypothèse implicite de situations certaines et d information parfaite

Plus en détail

Examen blanc assurance et gestion des risques

Examen blanc assurance et gestion des risques Examen blanc assurance et gestion des risques Mickaël Clévenot 17 mars 2014 1 Questions de cours pour tous Question 1) Il sera demandé aux étudiants de rappeler l un des axiomes de la méthodologie développée

Plus en détail

Economie de l information

Economie de l information 1 Introduction Economie de l information Les méthodes de la microéconomie peuvent être appliquées à tout problème particulier de la vie économique De nombreuses études sont consacrées à des marchés ou

Plus en détail

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3)

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) Jean-Yves Jaffray Patrice Perny 16 mars 2006 ATTITUDE PAR RAPPORT AU RISQUE 1 Attitude par rapport au risque Nousn avons pas encore fait d hypothèse sur la structure de

Plus en détail

Assurance privée, Assurance sociale, retraite et santé

Assurance privée, Assurance sociale, retraite et santé 1/46 Assurance, retraite et santé - F. Langot Assurance privée, Assurance sociale, retraite et santé F. Langot Univ. Le Mans (GAINS & IRA) Banque de France & PSE & Cepremap & IZA 2013-2014 2/46 Assurance,

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant ECO434, Ecole polytechnique, e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant Exercice : Choix intertemporel et Taux de Change Réel (TCR) On considère une petite économie ouverte dans laquelle deux

Plus en détail

un environnement économique et politique

un environnement économique et politique Vision d un économiste sur le risque agricole et sa gestion un sol un climat un environnement économique et politique Jean Cordier Professeur Agrocampus Ouest Séminaire GIS GC HP2E Prise en compte du risque

Plus en détail

B. Prise de décisions en univers incertain. 1. Valeurs espérées

B. Prise de décisions en univers incertain. 1. Valeurs espérées B. Prise de décisions en univers incertain Une grande par*e des choix réalisés par les producteurs et les consommateurs étant réalisés en univers incertain, les agents sont amenés à prendre des décisions

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER Epargne et emprunt Calcul actuariel Plan du cours Préambule : la contrainte budgétaire intertemporelle et le calcul actuariel I II III Demandes d épargne

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction à la théorie de l équilibre à prix fixes

Chapitre 1: Introduction à la théorie de l équilibre à prix fixes Chapitre 1: Introduction à la théorie de l équilibre à prix fixes L3 Eco-Gestion/ Faculté de Droit, Sciences Economiques et de Gestion Plan 1 Rappels sur l utilité espérée La représentation des événements

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information

Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information Objectifs du chapitre - Déterminer le partage de risque Pareto-optimal entre un assuré et un assureur. - Considérer l impact des coûts de

Plus en détail

Attitude des ménages face au risque. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014

Attitude des ménages face au risque. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014 Attitude des ménages face au risque - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014 Plan du cours 1. Introduction : demande de couverture et comportements induits pa 2. Représentations

Plus en détail

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 6 le Rôle de l Information - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 Plan du cours 1. Probabilités subjectives 2. Arrivée symétrique de l information 3. Information asymétrique

Plus en détail

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU 1 CHAPITRE 3: L ASYMÉTRIE D INFORMATION NOTIONS IMPORTANTES: Asymétrie d information Antisélection (ou sélection

Plus en détail

Microéconomie Financière. 1- Choix intertemporels Exercices corrigés

Microéconomie Financière. 1- Choix intertemporels Exercices corrigés Microéconomie Financière - Choix intertemporels Exercices corrigés. Un individu salarié doit faire des choix intertemporels de consommation sur deux périodes, sa «vie active» (période ) et sa «retraite»

Plus en détail

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur Chapitre 9 La théorie du choix du consommateur Le consommateur Comment sont prises les décisions de consommation? La théorie économique propose un modèle Le consommateur a un comportement maximisateur

Plus en détail

Cours de gestion financière (M1)

Cours de gestion financière (M1) Cours de gestion financière (M1) Séance du 2 octobre 2015 Beta et risque de marché, MEDAF S&P500 vs high beta stocks 1 Séance du 2 octobre 2015 Beta et risque de marché, MEDAF 2 Partie 2 : Médaf, relation

Plus en détail

Asymétries d information

Asymétries d information cours Asymétries d information Département Économie HEC Automne 2015 cours Asymétrie d information Il est des contextes où des agents économiques en position de contracter ne disposent pas de la même information

Plus en détail

Actualisation. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - 2012

Actualisation. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - 2012 Actualisation - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - 2012 Plan du cours 1. Transferts de richesse et allocation intertemporelle de la consomma Déterminants des taux d intérêt d équilibre

Plus en détail

Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance

Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance Laurent Denant Boemont octobre 2008 Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance 2 J. Hamburg (2005) Along came Polly 1 Introduction

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) 08.11.2013 Plan du cours Espérance de rentabilité d un portefeuille Volatilité d un portefeuille Choix du portefeuille efficient Prise en compte de l actif

Plus en détail

Exercice : la frontière des portefeuilles optimaux sans actif certain

Exercice : la frontière des portefeuilles optimaux sans actif certain Exercice : la frontière des portefeuilles optimaux sans actif certain Philippe Bernard Ingénierie Economique & Financière Université Paris-Dauphine Février 0 On considère un univers de titres constitué

Plus en détail

1998.02 Composition d un portefeuille optimal. Dinh Cung Dang

1998.02 Composition d un portefeuille optimal. Dinh Cung Dang 199802 Composition d un portefeuille optimal Dinh Cung Dang Docteur en gestion de l IAE de Paris Ingénieur Conseil Résumé : Dans ce travail, le risque est défini comme étant la probabilité de réaliser

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 13. Théorie des options II Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 13. Théorie des options II Printemps 2011 1 / 34 Plan I Stratégie de réplication dynamique

Plus en détail

A/. La théorie des marchés contingents ( ) ( )

A/. La théorie des marchés contingents ( ) ( ) MICROECONOMIE - 2 ème année de Sciences-Economiques Chapitre IV - Les défaillances du marché V. Les défaillances d'information [13/04/2001] En présence d'informations imparfaites, asymétriques (les agents

Plus en détail

Chapitre 13 - Le MEDAF

Chapitre 13 - Le MEDAF Chapitre 13 - Le MEDAF Plan Présentation et utilité du Medaf Deux propositions Tous les individus investissent dans le portefeuille de marché Les individus n'investissent pas dans les mêmes proportions

Plus en détail

Economie du risque (2)

Economie du risque (2) Economie du risque (2) Assurance et Conditions de l assurance Partage de risque et risque non diversifiable. - ENASS - Arnold Chassagnon - novembre 2012 Plan 1 Introduction 2 Représentations du risque

Plus en détail

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Risque et assurance : quelques éléments théoriques Ecole des Ponts - Le 6 Avril 01 Jacques Pelletan 1 Théorie du risque et pérennité de l

Plus en détail

Cours de microéconomie Pré-rentrée de licence. Christelle Dumas

Cours de microéconomie Pré-rentrée de licence. Christelle Dumas Cours de microéconomie Pré-rentrée de licence Christelle Dumas Table des matières 1 Le consommateur 3 1.1 Préférences............................ 3 1.1.1 Espace des objets..................... 3 1.1.2

Plus en détail

Economie de l incertain et de l information Partie 1 : Décision en incertain probabilisé Chapitre 1 : Introduction à l incertitude et théorie de

Economie de l incertain et de l information Partie 1 : Décision en incertain probabilisé Chapitre 1 : Introduction à l incertitude et théorie de Economie de l incertain et de l information Partie 1 : Décision en incertain probabilisé Chapitre 1 : Introduction à l incertitude et théorie de l espérance d utilité Olivier Bos olivier.bos@u-paris2.fr

Plus en détail

Allocation de Portefeuille Stratégies Quantitatives

Allocation de Portefeuille Stratégies Quantitatives Allocation de Portefeuille Stratégies Quantitatives DIALLO Mamadou Bhoye, MOUAFO FOKOU Collince 12 Mars 2014 DIALLO Mamadou Bhoye, MOUAFO FOKOU Collince 1 / 25 Sommaire Introduction 1 Introduction 2 3

Plus en détail

1.3. Les marchés boursiers... 13 Les principales places boursières mondiales... 15

1.3. Les marchés boursiers... 13 Les principales places boursières mondiales... 15 Notations courantes............................................................. Préface à l édition française.................................................... Les auteurs.........................................................................

Plus en détail

Dérivés Financiers Contrats à terme

Dérivés Financiers Contrats à terme Dérivés Financiers Contrats à terme Mécanique des marchés à terme 1) Supposons que vous prenez une position courte sur un contrat à terme, pour vendre de l argent en juillet à 10,20 par once, sur le New

Plus en détail

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé Plan de l intervention 1 2 3 Généralités sur le fonctionnement de l assurance

Plus en détail

L assurance une toute petite introduction à l assurance 2008/2009 Arthur Charpentier http://blogperso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/index.

L assurance une toute petite introduction à l assurance 2008/2009 Arthur Charpentier http://blogperso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/index. L assurance une toute petite introduction à l assurance 2008/2009 http://blogperso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/index.php/ L assurance «The contribution of the many to the misfortune of the few»

Plus en détail

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE Les relations au sein de l entreprise tendent à se complexifier depuis quelques années. L ouverture internationale multiplie en effet le

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 7. : Risque, rentabilité et diversification Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version Etudiants Mars 2012 Préambule Fig. 10.1 (p.294) : Evolution

Plus en détail

Chapitre 2 : Le revenu national

Chapitre 2 : Le revenu national Chapitre 2 : Le revenu national Principes de la macroéconomie - Pascal Belan L1 DU ECE - Année 2012-2013 Introduction Les déterminants de la production Les facteurs de production La fonction de production

Plus en détail

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Les problèmes d information George A. Akerlof : The Market for «Lemons»: Quality Uncertainty and the Market Mechanism (QJE, 1970) Thèmes de recherche

Plus en détail

Niveau de production croissant

Niveau de production croissant En effet, la fonction de production définit : l ensemble de production l ensemble des paniers de facteurs qui permettent de produire un niveau donné de bien. Cette fonction permet de définir des courbes

Plus en détail

Reputation, Prix Limite et Prédation

Reputation, Prix Limite et Prédation Reputation, Prix Limite et Prédation Economie Industrielle Laurent Linnemer Thibaud Vergé Laboratoire d Economie Industrielle (CREST-INSEE) 13 et 20 janvier 2009 Linnemer - Vergé (CREST-LEI) Reputation,

Plus en détail

EXERCICES SUR LE CHAPITRE 1 : «MIXTE»

EXERCICES SUR LE CHAPITRE 1 : «MIXTE» EXERCICES SUR LE CHAPITRE 1 : «MIXTE» 1. Les électeurs d'une grande ville américaine sont constitués de 40% de blancs, 40% de noirs et 20% d'hispaniques. Un candidat noir à la fonction de Maire espère

Plus en détail

EQUILIBRES DU MARCHE FINANCIER. Mutualisation des risques Risque agrégé & individuel

EQUILIBRES DU MARCHE FINANCIER. Mutualisation des risques Risque agrégé & individuel EQUILIBRES DU MARCHE FINANCIER Mutualisation des risques Risque agrégé & individuel Plan du cours Préambule : le rôle du marché financier I II III IV Le modèle d Arrow Le modèle de Radner Le CAPM Le modèle

Plus en détail

Le théorème des deux fonds et la gestion indicielle

Le théorème des deux fonds et la gestion indicielle Le théorème des deux fonds et la gestion indicielle Philippe Bernard Ingénierie Economique& Financière Université Paris-Dauphine mars 2013 Les premiers fonds indiciels futent lancés aux Etats-Unis par

Plus en détail

Méthodes de sondage Echantillonnage et Redressement

Méthodes de sondage Echantillonnage et Redressement Méthodes de sondage Echantillonnage et Redressement Guillaume Chauvet École Nationale de la Statistique et de l Analyse de l Information 27 avril 2015 Guillaume Chauvet (ENSAI) Echantillonnage 27 avril

Plus en détail

Introduction à la Microéconomique Examen final Licence 1 Economie-Gestion 2009/2010 Enseignant : E. Darmon

Introduction à la Microéconomique Examen final Licence 1 Economie-Gestion 2009/2010 Enseignant : E. Darmon N d anonymat : Introduction à la Microéconomique Examen final Licence 1 Economie-Gestion 2009/2010 Enseignant : E. Darmon Remarques générales : Dans l ensemble, les résultats sont assez décevants compte

Plus en détail

ECONOMIE DE LA DECISION EXERCICES CORRIGES

ECONOMIE DE LA DECISION EXERCICES CORRIGES ECONOMIE DE L DECISION EXERCICES CORRIGES Laurence BDIE - LICTIONS SSURNCE Exercice Soit un individu dont la onction d'utilité est la suivante: U (W) (W) a où W est la richesse de l'individu. Cet agent

Plus en détail

Table des matières détaillée

Table des matières détaillée Table des matières détaillée Préface XIX Avant-propos XXI PARTIE I LA FINANCE ET LE SYSTÈME FINANCIER 1 Chapitre 1 Qu est-ce que la finance? 1 Résumé 1 1.1 Définition de la finance 3 1.2 Pourquoi étudier

Plus en détail

Les mathématiques appliquées de la finance

Les mathématiques appliquées de la finance Les mathématiques appliquées de la finance Utiliser le hasard pour annuler le risque Emmanuel Temam Université Paris 7 19 mars 2007 Emmanuel Temam (Université Paris 7) Les mathématiques appliquées de la

Plus en détail

Economie Théorique - 2 -

Economie Théorique - 2 - Economie Théorique - 2 - Alea moral dans les relations investisseur - emprunteur - M2 Economiste d Entreprise - Arnold Chassagnon, Université de TOURS, PSE - Hiver 2015 who moves first? SMUF and SMIF In

Plus en détail

Équivalent patrimonial de la rente et souscription de retraite complémentaire

Équivalent patrimonial de la rente et souscription de retraite complémentaire ANNALES D ÉCONOMIE ET DE STATISTIQUE. N 66 2002 Équivalent patrimonial de la rente et souscription de retraite complémentaire Le cas de la France Ronan MAHIEU, Béatrice SÉDILLOT * RÉSUMÉ. Nous modélisons

Plus en détail

Propension moyenne et marginale

Propension moyenne et marginale Propension moyenne et marginale Les ménages utilisent leur revenu soit pour consommer (tout de suite), soit pour épargner (et consommer plus tard). On appelle propension moyenne à consommer (PMC) la part

Plus en détail

1 Le calcul économique du consommateur 4 1.1 Préférences et fonction d utilité... 4. 1.1.2 La théorie ordinale de l utilité... 6

1 Le calcul économique du consommateur 4 1.1 Préférences et fonction d utilité... 4. 1.1.2 La théorie ordinale de l utilité... 6 Microéconomie 1 Table des matières 1 Le calcul économique du consommateur 4 1.1 Préférences et fonction d utilité................................ 4 1.1.1 La théorie cardinale de l utilité............................

Plus en détail

PRIME D UNE OPTION D ACHAT OU DE VENTE

PRIME D UNE OPTION D ACHAT OU DE VENTE Université Paris VII - Agrégation de Mathématiques François Delarue) PRIME D UNE OPTION D ACHAT OU DE VENTE Ce texte vise à modéliser de façon simple l évolution d un actif financier à risque, et à introduire,

Plus en détail

Exercices supplémentaires sur l introduction générale à la notion de probabilité 2009-2010

Exercices supplémentaires sur l introduction générale à la notion de probabilité 2009-2010 Exercices supplémentaires sur l introduction générale à la notion de probabilité 2009-2010 Exercices fortement conseillés : 6, 10 et 14 1) Un groupe d étudiants est formé de 20 étudiants de première année

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

The capital asset pricing model and the liquidity effect: A theoretical approach G. Jacoby, D.J. Fowler, A.A. Gottesman

The capital asset pricing model and the liquidity effect: A theoretical approach G. Jacoby, D.J. Fowler, A.A. Gottesman The capital asset pricing model and the liquidity effect: A theoretical approach G. Jacoby, D.J. Fowler, A.A. Gottesman Présenté par : Laurette IVAIN Ouafae BACHIRI Simon PAYAN Médéric de VINCELLES Groupe

Plus en détail

Université de Bordeaux 4 Master 1 TEI Examen final, 1ère session 2000-2001 Economie publique Durée : 1 heure

Université de Bordeaux 4 Master 1 TEI Examen final, 1ère session 2000-2001 Economie publique Durée : 1 heure 2000-2001 1) La réglementation des monopoles naturels. (12 points) 2) Au choix : (8 points) a) Soient les préférences des individus a, b, c et d sur les options x, y, z et t : Individu a : x > y > t >

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 1. Gestion optimale de portefeuille, l approche de Markowitz

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 1. Gestion optimale de portefeuille, l approche de Markowitz Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 1 Gestion optimale de portefeuille, l approche de Markowitz Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté.

Plus en détail

Université Pierre et Marie Curie - Licence Informatique 2014-2015 Cours LI 352 - Industrie Informatique et son Environnement Économique

Université Pierre et Marie Curie - Licence Informatique 2014-2015 Cours LI 352 - Industrie Informatique et son Environnement Économique Université Pierre et Marie Curie - Licence Informatiue 2014-2015 Cours LI 352 - Industrie Informatiue et son Environnement Économiue TD 5 : CORRIGE 1 Offre à court terme (en CPP) 1.1 La condition de maximisation

Plus en détail

Cours Marché du travail et politiques d emploi

Cours Marché du travail et politiques d emploi Cours Marché du travail et politiques d emploi L offre de travail Pierre Cahuc/Sébastien Roux ENSAE-Cours MTPE Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 1 / 48 Introduction Introduction Examen

Plus en détail

Baccalauréat ES/L Amérique du Sud 21 novembre 2013

Baccalauréat ES/L Amérique du Sud 21 novembre 2013 Baccalauréat ES/L Amérique du Sud 21 novembre 2013 A. P. M. E. P. EXERCICE 1 Commun à tous les candidats 5 points Une entreprise informatique produit et vend des clés USB. La vente de ces clés est réalisée

Plus en détail

L organisation industrielle des banques

L organisation industrielle des banques L organisation industrielle des banques Ce chapitre s intéresse à un secteur de la microéconomie bancaire qui est l organisation industrielle des banques, pour simplifier l étude certaines spécifications

Plus en détail

Chapitre 1 : principes d actualisation

Chapitre 1 : principes d actualisation Chapitre 1 : principes d actualisation 27.09.2013 Plan du cours Principes valeur actuelle arbitrage loi du prix unique Valeur temps valeur actuelle et valeur future valeur actuelle nette (VAN) annuités

Plus en détail

1 Une simple histoire de production, et déjà des calculs

1 Une simple histoire de production, et déjà des calculs Université François Rabelais - L AES Cours d Economie Générale Enoncé du TD n 7 Automne 202 Une simple histoire de production, et déjà des calculs Vous considérez dans cet exercice une firme qui a la possibilité

Plus en détail

COUPLES DE VARIABLES ALÉATOIRES

COUPLES DE VARIABLES ALÉATOIRES CHAPITRE 13 COUPLES DE VARIABLES ALÉATOIRES Dans tout le chapitre, (Ω, P) désignera un espace probabilisé fini. 1 Couple de variables aléatoires Définition 13.1 On appelle couple de variables aléatoires

Plus en détail

Master IMEA 1 Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o 1

Master IMEA 1 Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o 1 Master IMEA 1 Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o 1 1. a. On considère un modèle de marché (B, S) à une étape. On suppose que S = 5 C et qu à la date t = 1 on a (S u 1 = 51, S d 1 = 48).

Plus en détail

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault Chapitre 2. L équilibre macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault 1 Introduction 2 3 Réponse donnée par le modèle IS/LM: Cadre considéré comme Keynésien 4 1. Le

Plus en détail

Contexte - 2 - Colloque Santé et Société Mai 2015

Contexte - 2 - Colloque Santé et Société Mai 2015 www.irdes.fr Quel impact attendre de la généralisation de la complémentaire santé d entreprise sur le taux de non couverture en France? Une simulation à partir de l Enquête Santé et Protection Sociale

Plus en détail

Valorisation dans le secteur de l assurance

Valorisation dans le secteur de l assurance DRAFT Valorisation dans le secteur de l assurance Philippe TRAINAR Chief Risk Officer, SCOR Group Colloque de l Association de Comptabilité Nationale 2-4 juin 2010, Paris INTRODUCTION La question de la

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM

TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM Aurelia Tison, Anne-Sarah Chiambretto AMU, année 2013 1 La théorie du producteur (séances 1 à 4) La fonction de production : les facteurs

Plus en détail

Solde Courant et Choix Intertemporel

Solde Courant et Choix Intertemporel Solde Courant et Choix Intertemporel Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année http://isabellemejean.com/eco434 InternationalEconomics.html Plan

Plus en détail

Note pour le Conseil d orientation des Retraites. Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites

Note pour le Conseil d orientation des Retraites. Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites DF / JLN / 05-032 LE 10 FEVRIER 2005 Note pour le Conseil d orientation des Retraites Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites 1. Où en est le FRR aujourd hui? Le Fonds de Réserve

Plus en détail

ECO 3.4 les asymétries d information

ECO 3.4 les asymétries d information ECO 3.4 les asymétries d information PARTIE ECO 3. La coordination par le marché 3.1 Qu'est-ce qu'un marché? 3.2 Comment un marché concurrentiel fonctionne t il? 3.3. Comment les marchés imparfaitement

Plus en détail

Baccalauréat ES/L Métropole La Réunion 13 septembre 2013 Corrigé

Baccalauréat ES/L Métropole La Réunion 13 septembre 2013 Corrigé Baccalauréat S/L Métropole La Réunion 13 septembre 2013 Corrigé A. P. M.. P. XRCIC 1 Commun à tous les candidats Partie A 1. L arbre de probabilité correspondant aux données du problème est : 0,3 0,6 H

Plus en détail

ACTUARIAT 1, ACT 2121, AUTOMNE 2013 #12

ACTUARIAT 1, ACT 2121, AUTOMNE 2013 #12 ACTUARIAT 1, ACT 2121, AUTOMNE 2013 #12 ARTHUR CHARPENTIER 1 Une compagnie d assurance modélise le montant de la perte lors d un accident par la variable aléatoire continue X uniforme sur l intervalle

Plus en détail

Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché?

Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 12 octobre 2014 à 18:25 Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché? Introduction Dans la réalité les marchés peuvent être défaillants dans le

Plus en détail

Calcul économique privé

Calcul économique privé Année 2010-2011 Alain Marciano : L analyse coût avantage Licence Sciences Economiques 3, UM1 Plan chapitre Section 1. L agrégation des effets dans le temps : l actualisation Section 2. Les critères complémentaires

Plus en détail

Jeux sous forme normale

Jeux sous forme normale CHAPITRE 4 Jeux sous forme normale Dans les problèmes de décision, nous avons relié les choix qui pouvaient être faits par un agent avec les utilités qu il pouvait en dériver. L idée qu un agent rationnel

Plus en détail

La notion économique de prudence

La notion économique de prudence La notion économique de prudence Origine et développements récents David Crainich * Louis Eeckhoudt ** L introduction et la conceptualisation du terme «prudence» dans l analyse économique semblent devoir

Plus en détail

Statistique descriptive : Exercices supplémentaires Introduction à la théorie des probabilités

Statistique descriptive : Exercices supplémentaires Introduction à la théorie des probabilités Statistique descriptive : Exercices supplémentaires Introduction à la théorie des probabilités 1. Lors du lancer d un dé équilibré dont les faces sont numérotées de 1 à 6, quelle est la probabilité d obtenir

Plus en détail

Thème: Le modèle de Markowitz et détermination d'un portefeuille optimal.

Thème: Le modèle de Markowitz et détermination d'un portefeuille optimal. Unité de Formation et de Recherche Sciences Appliquées et Technologie Mémoire de Maitrise Mathématiques Appliquées Informatique et Finance Thème: Le modèle de Markowitz et détermination d'un portefeuille

Plus en détail

Bien lire l énoncé 2 fois avant de continuer - Méthodes et/ou Explications Réponses. Antécédents d un nombre par une fonction

Bien lire l énoncé 2 fois avant de continuer - Méthodes et/ou Explications Réponses. Antécédents d un nombre par une fonction Antécédents d un nombre par une fonction 1) Par lecture graphique Méthode / Explications : Pour déterminer le ou les antécédents d un nombre a donné, on trace la droite (d) d équation. On lit les abscisses

Plus en détail

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information Université des Sciences Sociales de Toulouse Année Universitaire 2008 2009 Micro-économie - Semestre 5 - Cours de Isabelle Dubec et Yolande Hiriart TD3 L asymétrie d information Exercice 1. Les affirmations

Plus en détail

LISTE D EXERCICES 2 (à la maison)

LISTE D EXERCICES 2 (à la maison) Université de Lorraine Faculté des Sciences et Technologies MASTER 2 IMOI, parcours AD et MF Année 2013/2014 Ecole des Mines de Nancy LISTE D EXERCICES 2 (à la maison) 2.1 Un particulier place 500 euros

Plus en détail

Probabilités III Introduction à l évaluation d options

Probabilités III Introduction à l évaluation d options Probabilités III Introduction à l évaluation d options Jacques Printems Promotion 2012 2013 1 Modèle à temps discret 2 Introduction aux modèles en temps continu Limite du modèle binomial lorsque N + Un

Plus en détail

Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B

Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B EXERCICE 1 (12 points) Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B Les trois parties de cet exercice peuvent être traitées de façon indépendante. A. Résolution d une équation différentielle On considère

Plus en détail

table des matières PARtie i introduction Notations courantes... XXIII Les auteurs... XXV Avant-propos... XXVII Remerciements...

table des matières PARtie i introduction Notations courantes... XXIII Les auteurs... XXV Avant-propos... XXVII Remerciements... table des matières Notations courantes............................................................... XXIII Les auteurs......................................................................... XXV Avant-propos.......................................................................

Plus en détail

Microéconomie. Objectifs du cours. Méthode de Travail. Incertain et Information. Cours d outillage et de méthode

Microéconomie. Objectifs du cours. Méthode de Travail. Incertain et Information. Cours d outillage et de méthode Microéconomie Incertain et Information Objectifs du cours Cours d outillage et de méthode Vous familiariser avec l utilisation des modèles et méthodes de la microéconomie contemporaine. Vous habituer à

Plus en détail

Séance 4: Consommation, utilité, cardinalité et bonheur

Séance 4: Consommation, utilité, cardinalité et bonheur Séance 4: Consommation, utilité, cardinalité et bonheur Sandra Nevoux Sciences Po Jeudi 24 Septembre 2015 1 / 49 L'essentiel à retenir 1 Revenu et consommation 2 3 4 5 2 / 49 Courbe d'expansion d'engel

Plus en détail

L optimalisation d un achat immobilier et de son financement

L optimalisation d un achat immobilier et de son financement L optimalisation d un achat immobilier et de son financement 1 1.Préparer l achat immobilier grâce à ses assurances pension *via un crédit hypothécaire par reconstitution *via une avance sur police 2 Financer

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE OLIVIER COLLIER Exercice 1 (2012) Une entreprise veut faire un prêt de S euros auprès d une banque au taux annuel composé r. Le remboursement sera effectué en n années par

Plus en détail

Simulations de Monte Carlo en finance : Pricer d option

Simulations de Monte Carlo en finance : Pricer d option Emma Alfonsi, Xavier Milhaud - M2R SAF Simulations de Monte Carlo en finance : Pricer d option Sous la direction de M. Pierre Alain Patard ISFA - Mars 2008 . 1 Table des matières 1 Introduction 4 2 Un

Plus en détail

Qu est-ce que l effet de levier?

Qu est-ce que l effet de levier? EMPRUNTER POUR INVESTIR : CE N EST PAS POUR TOUT LE MONDE Qu est-ce que l effet de levier? L effet de levier consiste à investir en empruntant une partie ou la totalité des sommes. De cette façon, vous

Plus en détail

Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014

Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014 Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014 Question 1: Maxime, un consommateur rationnel, reçoit 1900 euros en t1 et 1210 euros en t2. Sa fonction d utilité

Plus en détail

Actuariat I ACT2121. huitième séance. Arthur Charpentier. Automne 2012. charpentier.arthur@uqam.ca. http ://freakonometrics.blog.free.

Actuariat I ACT2121. huitième séance. Arthur Charpentier. Automne 2012. charpentier.arthur@uqam.ca. http ://freakonometrics.blog.free. Actuariat I ACT2121 huitième séance Arthur Charpentier charpentier.arthur@uqam.ca http ://freakonometrics.blog.free.fr/ Automne 2012 1 Exercice 1 Soit X une variable aléatoire continue de fonction de densité

Plus en détail