La prévention des risques professionnels. des ATMP. La réparation. Dons de matériels pour les handicapés moteurs

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La prévention des risques professionnels. des ATMP. La réparation. Dons de matériels pour les handicapés moteurs"

Transcription

1 organe de communication de la caisse de securite sociale place de l oit- tel bp 102-dakar n 01 mars Dons de matériels pour les handicapés moteurs DOSSIER Le site internet de la Caisse de Sécurité Sociale Un outil au service de l usager La réparation des ATMP La prévention des risques professionnels

2 La vie en toute sécurité CAISSE DE SÉCURITÉ SOCIALE Place de l OIT Tél BP DAKAR

3 éditorial Pour un nouveau sens de la solidarité PAR AHMADOU YÉRI DIOP DIRECTEUR GÉNÉRAL AUCUNE ENTREPRISE, aucune administration, ni aucun organisme ou institution ne peut rester sans communiquer à l aube de ce 21 ème siècle dominé par les nouvelles technologies de l information et de la communication. Cette vérité est encore plus actuelle pour une institution de sécurité sociale comme la nôtre qui, en l espace de peu de temps, a mis en œuvre d importantes réformes pour mieux servir sa clientèle composée des employeurs, des travailleurs allocataires, accidentés du travail et femmes en état de grossesse. Ces réformes n auront l impact souhaité que si elles sont portées à la connaissance du plus grand nombre d entre vous. C est à ce défi, à ce challenge que veut répondre votre journal. Sa ligne éditoriale consistera à vous donner les informations les plus complètes sur les activités de la Caisse de Sécurité Sociale, sur les produits qu elle met à votre disposition pour faciliter vos démarches. est un journal d entreprise et, à ce titre, s interdit tout débat ou toute prise de position qui n entrent pas dans le cadre de ses missions. Ce journal sera ce que vous en ferez, il se veut un instrument privilégié dans vos rapports avec votre Caisse de Sécurité Sociale. Chaque trimestre, vous y trouverez un contenu aussi éclectique qu un dossier présentant en profondeur une activité, des articles sur les différentes branches gérées par l Institution, un regard sur ce qui se passe ailleurs dans le monde en matière de sécurité sociale, des questions pratiques sur les grands sujets qui vous intéressent et, même une rubrique réservée aux jeux et loisirs. Au service des employeurs, des travailleurs, en un mot de la collectivité nationale, la Caisse de Sécurité Sociale a pour ambition d offrir la meilleure protection sociale possible à ses usagers grâce à un nouveau sens de la solidarité, principe de base de la sécurité sociale. C est à ce prix que le slogan qu elle s est donné «LA VIE EN TOUTE SECURITE» - deviendra une réalité. Je vous remercie pour l accueil que vous réserverez à en lui souhaitant bon vent! 3

4 sommaire N 01. MARS 2004 Trimestriel d entreprise de la Caisse de Sécurité Sociale Place de l OIT Tél BP DAKAR DIRECTEUR DE LA PUBLICATION ET REDACTEUR EN CHEF Pierre DA SILVA COMITE DE REDACTION Ibrahima Ciré ANNE Abdoulaye FALL Pape DIOUF Thierno DIAKHATE Birame FAYE Mame Fatou BA Habibatou BA Cheikh Mbacké DIOP SECRETAIRE DE LA REDACTION Anne Marie Louise FALL DESSINS Sada DIA PHOTOS Saloum BADJI RECHERCHE DOCUMENTAIRE ET ARCHIVES Papa Samba BA CABINET CONSEIL REALISATION TECHNIQUE MCI-Point E Rue A - Tél : DAKAR 5 ACTUALITES Renouvellement des instances délibérantes Dons de matériels pour handicapés physiques 8 PANORAMA DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Historique de la Caisse de Sécurité Sociale La prévention des risques professionnels La réparation des ATMP L Action Sanitaire Sociale et Familiale 19 DOSSIER Le site Internet de la Caisse de Sécurité Sociale : un outil au service de l usager. 23 LA PAROLE A Monsieur Pape Alassane DIENG Nouveau PCA de la Caisse de Sécurité Sociale ACTUALITES INTERNATIONALES QUESTIONS PRATIQUES 4

5 actualités M. Papa Alassane DIENG Président du Conseil d Administration Renouvellement des instances délibérantes SUR CONVOCATION du Ministre assurant la tutelle technique, le Ministre de la Fonction Publique, du Travail, de l Emploi et des Organisations Professionnelles, l Assemblée Générale de la Caisse de Sécurité Sociale s est réunie le 22 décembre 2003 dans les salons de l Hôtel NOVOTEL à l effet de renouveler les instances délibérantes. Les organisations en lice étaient Du côté patronal : le Conseil National du Patronat (CNP), la Confédération Nationale des Employeurs du Sénégal (CNES).L Etat du Sénégal était intéressé aussi en sa qualité d employeur. ; Du côté des travailleurs : la Confédération Nationale des Travailleurs du Sénégal (CNTS), l Union Nationale des Syndicats Autonomes du Sénégal (UNSAS), la Confédération des Syndicats Autonomes (CSA) et l Union Démocratique des Travailleurs du Sénégal (UDTS). A l issue des travaux menés de main de maître par Monsieur le Ministre Yéro DE, le Collège des Représentants, le Conseil d Administration et le Bureau du Conseil d Administration ont été renouvelés par vote au scrutin secret. Le nouveau Président du Conseil d Administration a été installé dans ses fonctions par Monsieur Yéro DE, Ministre de la Fonction Publique, du Travail, de l Emploi et des Organisations Professionnelles le mardi 06 janvier 2004 en présence de Monsieur Mansour KAMA, Président de la CNES, Monsieur Baïdy AGNE, Président du CNP, du représentant du Secrétaire Général de la CNTS et des membres du Conseil d Administration. Cette cérémonie a été aussi l occasion, pour le personnel de présenter à Monsieur le Directeur Général de la Caisse de Sécurité Sociale les traditionnels vœux de nouvel an. LE NOUVEAU BUREAU EST COMPOSÉ DE MM Pape Alassane DIENG (CNP) Président Ibrahima KONTE (CNTS) 1 er Vice Président Abdel Kader NDIAYE (CNES) 2è Vice Président Ndiouga WADE (CNTS) 3è Vice Président Moustapha LO (UNSAS) Secrétaire Pierre Marie COLY (CNP) Secrétaire Adjoint souhaite au nouveau Président et à l ensemble des administrateurs pleine réussite et leur présente ses meilleurs vœux pour l année

6 a c t u a l i t é s M. Yéro DE, ministre de la Fonction publique, du Travail, de l Emploi et des Organisations professionnelles, entouré du PCA et du DG Dons de matériels pour les handicapés moteur LE MARDI 17 FÉVRIER 2004, une cérémonie, à haute teneur symbolique, a été organisée dans le cadre enchanteur des jardins du Siège de la Caisse de Sécurité Sociale. Pour la deuxième année consécutive, un important don de matériels pour handicapés physiques a été réalisé au profit de certaines structures hospitalières et associations de personnes atteintes du système locomoteur. 6

7 Tout est parti d une coopération entre la Caisse Primaire d Assurance Maladie (CPAM) de MACON et la Croix Rouge Française d une part, et la Caisse de Sécurité Sociale du Sénégal d autre part. Le fruit de ce partenariat a permis de distribuer 97 fauteuils roulants, des cannes anglaises, des tables de kinésithérapie, des déambulateurs, des brancards au Centre Talibou Dabo, centre d éducation pour enfants handicapés, à la Fédération Nationale des Associations de personnes handicapées du Sénégal, à l Association des Accidentés du Travail, au Centre de Rééducation Fonctionnelle de Fann, à l Hôpital Général de Grand Yoff, à l Hôpital Principal de Dakar, à l Hôpital Aristide le Dantec, à l Hôpital d enfants Albert Royer, à l Hôpital Régional de Thiès, au Poste de Santé de Mbour et à l Hôpital Régional de Saint Louis. La cérémonie était présidée par Monsieur Yéro DE, Ministre de la Fonction Publique, du Travail, de l Emploi et des Organisations Professionnelles, en présence de Monsieur Pape Alassane DIENG, Président du Conseil d Administration, des Administrateurs, du Directeur Général et des Directeurs de service ainsi que de tout le personnel. Avant le Ministre, qui a rappelé l importance de la mobilité des personnes handicapées moteur, acteurs économiques, Monsieur Ahmadou Yéri DIOP, Directeur Général s est engagé à pérenniser ce fécond partenariat avec les généreux donateurs. Le fruit de ce partenariat a permis de distribuer 97 fauteuils roulants, des cannes anglaises, des tables de kinésithérapie, des déambulateurs, des brancards 7

8 panorama de la sécurité sociale Historique de PAR ABDOULAYE FALL la Caisse de Sécurité Sociale L historique de la Caisse de Sécurité Sociale se confond avec l évolution de la Sécurité Sociale au Sénégal. Dans notre pays comme dans les pays anciennement sous administration française, la sécurité sociale est apparue au lendemain de la seconde guerre mondiale. C EST EN 1950 avec la loi Lamine GUEYE que les agents «indigènes» de la fonction publique ont fait adopter des dispositions comparables à celles dont bénéficiaient les agents métropolitains en matière de Sécurité Sociale. Mais il faudra attendre le 15 Décembre 1952 avec le vote du Code du Travail d outre-mer pour que le principe des allocations familiales en faveur des travailleurs du secteur privé soit admis. Ce code a été promulgué après une grève générale de 24 heures, observée par l ensemble des syndicats de l ex 8

9 La Caisse de compensation des prestations familiales, ancêtre de l actuelle Caisse de Sécurité Sociale fût portée sur les fonts baptismaux par l arrêté N du 29 Décembre 1955 portant sur son organisation et son fonctionnement. Afrique Occidentale Française (AOF), le 03 Novembre Il est complété par une série de mesures législatives et réglementaires dont l arrêté local N 70-83/ITLS/S du 05 Décembre 1955 instituant le premier régime des prestations familiales au profit des travailleurs salariés. La Caisse de compensation des prestations familiales, ancêtre de l actuelle Caisse de Sécurité Sociale fût portée sur les fonts baptismaux par l arrêté N du 29 Décembre 1955 portant sur son organisation et son fonctionnement. Cet acte majeur qui consacre la naissance de notre organisme sera prolongé par d autres événements non moins importants : la promulgation de la loi N du 31 Juillet 1973 portant code de Sécurité Sociale et la loi du 26 Juin 1991 relative à la transformation de la Caisse de Sécurité Sociale en institution de prévoyance sociale et modifiant la loi N du 31 Juillet 1973 portant code de la sécurité sociale. I- L INSTITUTION D UN REGIME DE PRESTATIONS FAMILIALES EN 1955 La Caisse de compensation des prestations familiales débuta ses activités le 1 er Janvier Le premier régime des prestations familiales comprenait : - les allocations au foyer du travailleur - l aide à la mère et aux nourrissons sous forme d allocations prénatales et de maternité - les prestations en nature - les allocations familiales - les indemnités journalières de maternité prévues à l article 116 du code du travail modifié, en faveur de la femme salariée. 9

10 p a n o r a m a d e l a s é c u r i t é s o c i a l e Le 1 er Janvier 1959, le régime unique de réparation des accidents du travail et des maladies professionnelles, créé par le décret N du 24 Février 1957, alors géré par les employeurs et les compagnies d assurances, fût confié à l Institution qui devient la Caisse de Compensation des Prestations Familiales et des Accidents du Travail du Sénégal. Elle jouissait de la personnalité morale, bénéficiait de l autonomie financière et était régie par des statuts approuvés par le Ministère de la France d Outre Mer et par un règlement intérieur fixé par arrêté du chef du territoire.cette situation prévalut jusqu en 1966, année au cours de laquelle elle a été transformée, de fait, en établissement public à caractère industriel et commercial, dénommé Caisse de Sécurité Sociale. L officialisation juridique interviendra plus tard, à travers la loi N portant code de Sécurité Sociale et le décret N du 29 Août 1981 portant sur l organisation et les règles de fonctionnement de la Caisse de Sécurité Sociale et abrogeant et remplaçant l arrêté N du 29 Décembre 1955 portant organisation et fonctionnement de la caisse de compensation des prestations familiales. II- LE CODE DE LA SECURITE SOCIALE Il organise les deux branches de Sécurité Sociale précédemment gérées par la Caisse de compensation des prestations familiales et des accidents du travail. Il reconduit les mêmes prestations mais l allocation au foyer du travailleur est supprimée et l âge pour bénéficier des allocations familiales est porté au 2 ème anniversaire de l enfant au lieu du premier. Concernant le financement, le plafond de cotisations est passé de F CFA à F CFA 10

11 Concernant le financement, le plafond de cotisations est passé de F CFA à F CFA par mois. Ces mesures ont abouti à l équilibre de la branche des prestations familiales naguère déficitaire par mois. Parallèlement, les taux d appel des cotisations de la branche des prestations familiales ont été fondus et relevés de 15,3%. Ces mesures ont abouti à l équilibre de la branche des prestations familiales naguère déficitaire et permis de constituer les réserves de sécurité prévues par la loi. Au niveau du système de gestion, la Caisse de Sécurité Sociale est administrée par un Conseil d Administration de 15 membres, un Comité de Direction et un Directeur Général nommé par décret. Les opérations financières de l établissement s effectuent à travers un compte unique ouvert au Trésor Public au nom de l agent comptable central des établissements publics et dans lequel étaient déposées toutes les recettes. Cette centralisation dont la résultante est l unicité de caisse, engendrait souvent des ruptures de trésorerie préjudiciables aux allocataires de l institution. Aussi, les pouvoirs publics en concertation avec les partenaires sociaux, prirent-ils une série de mesures à travers le vote de la loi N du 03 Avril 1975 relative aux institutions de prévoyance sociale et celui de la loi N du 26 Juin 1991 transformant la Caisse de Sécurité Sociale en une institution de prévoyance sociale, de droit privé mais gérant un service public. III-L AUTONOMIE DE GESTION La situation actuelle est un retour aux sources de l institution. Au terme de ses statuts, la Caisse est administrée par : - un collège des représentants - un conseil d administration - un bureau Ces organes ont une composition paritaire et exercent le pouvoir de décision ou de délibération. Le pouvoir de gestion incombe au Directeur Général nommé par le conseil d administration. Les tutelles technique et financière sont exercées respectivement par les Ministères chargés du travail et des finances. Ce système de gestion souple a beaucoup de similitudes avec le mode de fonctionnement des sociétés commerciales. Il a dynamisé l institution qui a ainsi réalisé des progrès considérables en quelques années. Aujourd hui, elle a obtenu un certain nombre de succès parmi lesquels : - l amélioration de la qualité du service - la revalorisation permanente des prestations - la diversification des produits - le développement de la prévention des risques professionnels. Ces résultats probants ont valorisé son image auprès de ses clients internes et externes et ont fait d elle une référence dans la sous région. C est dans ce contexte que des investissements importants ont été effectués pour rendre plus performant le système de gestion et d information de l Institution. Les nouvelles techniques de l information et de la communication sont largement sollicitées et ne manqueront pas de changer radicalement son visage lors des prochaines années. BIBLIOGRAPHIE * Arrêté local numéro I.T LS. /S.M du 29 Décembre 1955 portant Organisation et fonctionnement de la Caisse de compensation des prestations familiales du territoire du Sénégal * Codes du Travail et de la Prévoyance Sociale Annotés E.D.J.A 1989 * Evolution du Système de Gestion de la Caisse de Sécurité Sociale par Monsieur Demba MBOW contrôleur de gestion séminaire sur la protection sociale et les institutions de Sécurité Sociale au Sénégal CNTS/BIT Dakar Octobre 1996 * La Loi numéro du 26 Juin 1991 relative à la transformation de la Caisse de Sécurité Sociale en institution de Prévoyance Sociale et modifiant la loi numéro du 31 Juillet 1973 portant Code de Sécurité Sociale * Professeur Issa SAYEGH - le droit sénégalais de la Sécurité Sociale Les Nouvelles Editions Africaines du Sénégal année 1992 * Recueil des textes fondamentaux de la Caisse de Sécurité Sociale Edition de la Sécurité Sociale Non daté 11

12 p a n o r a m a d e l a s é c u r i t é s o c i a l e La prévention des risques professionnels une préoccupation majeure PAR BIRAME FAYE NOUS AVONS APPRIS à maîtriser certains risques chimiques, physiques et biologiques, mais de nouveaux risques potentiellement lourds de conséquences apparaissent régulièrement. Avons-nous les moyens d y faire face? Disposons-nous de textes juridiques et de codes de bonne pratique appropriés? Avons-nous des systèmes de gestion qui nous permettent d évaluer, de planifier et de contrôler nos actes? Les décideurs ont-ils une vision collective du sens des responsabilités, et sont-ils prêts à examiner l impact économique de ces questions sur la productivité, les profits et pertes, la viabilité des entreprises? Pouvons-nous développer notre capacité à nous concentrer sur les problèmes comme les facteurs psychosociaux, dont la source peut être extérieure au milieu professionnel mais qui s introduisent dans l entreprise? ENJEUX DE LA PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS. 12 Dans un monde du travail sujet à de perpétuelles mutations technologiques, une question mérite d être posée : «Quels défis faudra-t-il relever pour préserver, à l avenir, la santé et la sécurité au travail?» Parmi les missions que la loi a confiées à la Caisse de Sécurité Sociale, nous pouvons citer la prévention et la réparation des accidents du travail et maladies professionnelles. L importance de cette mission n est plus à démontrer quand on connaît les conséquences graves que peuvent occasionner ces risques professionnels lorsqu ils se réalisent : pertes en vies humaines, mutilations, traumatismes, etc Des statistiques relativement récentes du Bureau International du Travail (BIT) révèlent que le travail tue dans le monde deux personnes par minute, soit 3000 personnes par jour.

13 Ramenée à l Afrique, cette situation devient effarante du fait des conditions de travail très précaires, du non respect des règles élémentaires d hygiène, de la manipulation et de l utilisation de substances et de produits dangereux par des travailleurs méconnaissant souvent leur caractère nocif. DEMARCHE ADOPTEE PAR LA CAISSE DE SECURITE SOCIALE EN MATIERE DE PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS. La prévention des risques professionnels demeure une préoccupation majeure de la Caisse de Sécurité Sociale. A ce titre, elle constitue un chantier prioritaire du fait de ses implications nombreuses et variées tant au niveau de l entreprise, du travailleur que de la Caisse. En effet, la préservation de l intégrité physique et morale des travailleurs est un volet important dans la vie des entreprises qui ne saurait être ignoré puisqu il concerne aussi bien les employeurs que les salariés. Dans sa démarche de prévention, la Caisse privilégie deux pistes : - La mission de conseil auprès des employeurs ; - La mission de formation, d information et de sensibilisation en direction des travailleurs. La mission de Conseil auprès des employeurs : Comme le prévoit la réglementation en vigueur, la Caisse de Sécurité Sociale mène des activités en direction des chefs d entreprise pour les inciter à... La Caisse de Sécurité Sociale mène des activités en direction des chefs d entreprise pour les inciter à prendre des mesures de sécurité aptes à réduire les taux de fréquence et de gravité des accidents du travail... 13

14 p a n o r a m a d e l a s é c u r i t é s o c i a l e Les employeurs, parce qu ils sont responsables de l organisation de la prévention doivent pouvoir garder le choix ou la maîtrise de la gestion des moyens de prévention. prendre des mesures de sécurité aptes à réduire les taux de fréquence et de gravité des accidents du travail constatés à partir des statistiques d accidents du travail et maladies professionnelles. En effet, la prévention des risques professionnels ressort de la responsabilité première du chef d entreprise. Dans sa démarche de prévention, la Caisse veille à ce que les acteurs puissent exercer leur mission propre, mais sous la responsabilité de l employeur, garant de l organisation de la sécurité et de la santé de ses salariés. Ce constat entraîne plusieurs conséquences : L évaluation des risques, la planification et la mise en œuvre des démarches de prévention sont de la responsabilité du chef d entreprise ; l organisation de la pluridisciplinarité ne saurait avoir pour effet de transférer la responsabilité de l employeur sur d autres acteurs de la prévention. Chacun engage sa responsabilité dans son domaine de compétence, mais c est en définitive l employeur qui est responsable, à l égard des salariés, de l organisation de la prévention dans son entreprise. Cette responsabilité est le corollaire du pouvoir de direction du chef d entreprise ; Les employeurs, parce qu ils sont responsables de l organisation de la prévention doivent pouvoir garder le choix ou la maîtrise de la gestion des moyens de prévention. L objectif visé est de leur permettre d utiliser le plus efficacement possible les outils qui sont mis à leur disposition pour intégrer la prévention dans l organisation du travail et prévenir les risques professionnels. 14

15 Ainsi, en aidant les chefs d entreprise à mettre en place un dispositif de prévention des risques professionnels (Mise en place de plans d opération interne P.O.I, Comité d Hygiène et de Sécurité, achat d équipement de protection individuelle et collective ), la Caisse entend développer un véritable partenariat avec les employeurs et partenaires sociaux, car elle reste convaincue que sa fonction est aujourd hui plus une fonction de conseil qu une fonction répressive bien que celle-ci soit prévue par la réglementation en vigueur. C est d ailleurs dans ce cadre de partenariat que des programmes de visite sont élaborés tous les mois pour une meilleure sensibilisation des employeurs, l objectif étant de les amener à percevoir la prévention des risques professionnels comme une composante de la gestion de leurs entreprises. Ces visites font l objet de rapports comportant des recommandations formulées par les agents de la Caisse à l employeur. L exécution de ces recommandations fait l objet d un suivi rigoureux, de façon à amener les employeurs concernés à mettre en œuvre les mesures de prévention préconisées. Cependant, quel que soit l engagement des chefs d entreprise à investir dans la prévention, celle-ci ne peut fonctionner efficacement qu avec l adhésion des travailleurs qui sont au centre de l application de toute mesure de prévention. La mission de formation d information et de sensibilisation en direction des travailleurs Cette mission est développée à travers des séances d animation organisées dans les entreprises où le taux de fréquence des accidents du travail est relativement élevé. Le but visé à travers ces séances est d arriver à modifier les comportements professionnels des travailleurs. Pour cela, il est nécessaire qu ils soient informés des risques encourus et des mesures requises pour réduire ou supprimer ces risques. C est pourquoi, à l occasion de ces séances d animation, différents thèmes relatifs aux facteurs de risques propres à chaque type de travail sont abordés et débattus avec les travailleurs, répartis en groupe. Des projections de films suivies de discussions permettent également aux préventeurs de la Caisse de mieux faire passer leur message en développant un esprit de sécurité chez les travailleurs. Toute cette politique qui vise à protéger les travailleurs doit être complétée par une formation adéquate et suffisante, surtout à l occasion des embauches, des affectations à un nouveau poste de travail ou de l introduction de nouvelles technologies. En somme, la participation des travailleurs à la lutte contre le fléau des risques professionnels impliquera qu ils soient consultés sur toutes les questions touchant leur santé et leur sécurité au travail d une part et d autre part qu ils aient la possibilité de formuler des recommandations. la participation des travailleurs à la lutte contre le fléau des risques professionnels impliquera qu ils soient consultés sur toutes les questions touchant leur santé et leur sécurité 15

16 p a n o r a m a d e l a s é c u r i t é s o c i a l e Les accidents du travail et maladies professionnelles Historique et Cadre Juridique et Institutionnel La gestion des Accidents du Travail et des Maladies Professionnelles des salariés représente aujourd hui un enjeu social et économique considérable employeurs cotisant à l Assurance Accidents du travail et Maladies Professionnelles ; accidentés du travail bénéficiaires de rentes à vie F recouvrés en 2003 au titre de la branche des Accidents du Travail et Maladies Professionnelles ; F redistribués sous forme de rentes, de frais d hospitalisation, de frais médicaux et pharmaceutiques et d indemnités journalières à la date du 31 décembre Mais, malgré ce rôle important, la gestion des Accidents du Travail et Maladies Professionnelles n a pas toujours retenu toute l attention souhaitable et ne constitue pas pour beaucoup de personnes un sujet de préoccupation prioritaire. Il est donc apparu indispensable de faire connaître et comprendre le contenu de la gestion des accidents du travail et maladies professionnelles, afin de parvenir à une plus grande efficacité et à un service rendu de meilleure qualité tant vis-à-vis des victimes que des employeurs. Pour atteindre cet objectif, le choix a été fait de traiter la question des accidents du travail sous ses différents aspects. Dans la présente approche, l accent sera mis sur l historique du régime des accidents du travail et maladies professionnelles, et le cadre juridique et institutionnel. Historique du régime des Accidents du Travail De tout temps, il y a toujours eu des accidents du travail. Cependant, ce fut au milieu du XIXème siècle, qu un peu partout en Europe après les sociologues et les juristes, les législateurs et l opinion publique commencèrent à se pencher sur la question des accidents du travail. PAR PAPE DIOUF La raison en est qu à cette époque, le développement de l industrie bouleversa les conditions de travail. Ainsi, avec le développement du machinisme, le nombre des ouvriers a augmenté et aussi le nombre et la gravité des accidents. En l absence de législation spéciale, la réparation des accidents du travail était soumise aux règles de droit commun, en vertu desquelles tout fait dommageable de l homme oblige celui par la faute duquel il est arrivé à réparer le préjudice causé. Dés lors, les accidents du travail ne se différenciaient point des accidents de droit commun et la victime pour obtenir réparation devait rapporter la preuve que la faute a été commise par l employeur. Le fardeau de cette preuve était très lourd. Il fallait que l employeur reconnaisse sa responsabilité, sinon c était le procès. La procédure judiciaire était très longue et très onéreuse et l ouvrier rencontrait beaucoup de difficultés pour obtenir l assistance judiciaire qui ne lui était pas automatiquement accordée. De l autre coté, les employeurs n étaient pas non plus tout à fait à l aise, car ils ne bénéficiaient pas de l assistance judiciaire et devaient donc supporter les frais élevés du procès. Devant une telle situation, employeurs et travailleurs étaient unanimes à souhaiter une réforme. Si dans les pays européens, notamment en France, cette réforme est intervenue très tôt le 09 avril 1898, au Sénégal par contre le régime de réparation des Accidents du Travail et Maladies Professionnelles n a vu le jour que le 01 janvier En effet, avant cette date, le risque «Accidents du Travail» n était presque pas couvert au Sénégal. Sa gestion était assurée par les Compagnies d assurances privées dans le cadre de l application de l ex décret français du 02 avril La particularité de ce décret résidait dans le fait qu il était singulièrement restrictif dans son champ d application et les Compagnies d Assurances 16

Tendances actuelles dans la prévention et l'assurance contre les accidents du travail

Tendances actuelles dans la prévention et l'assurance contre les accidents du travail Association internationale de la sécurité sociale Quatorzième Conférence régionale africaine Tunis, Tunisie, 25-28 juin 2002 Tendances actuelles dans la prévention et l'assurance contre les accidents du

Plus en détail

Fiche Hygiène et Sécurité. Assistant de prévention / Conseiller de prévention

Fiche Hygiène et Sécurité. Assistant de prévention / Conseiller de prévention Stop Info! Assistant de prévention / Conseiller de prévention L assistant de prévention et le cas échéant, le conseiller de prévention, précédemment dénommés ACMO (Agent Chargé de la Mise en Œuvre des

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire

République Algérienne Démocratique et Populaire République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Travail, de l Emploi, et de la Sécurité Sociale Allocution de Monsieur Mohamed EL GHAZI Ministre du Travail, de l Emploi et de la Sécurité Sociale

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO Ce règlement vient préciser les statuts de l Association tels qu ils ont été votés par l Assemblée Générale Extraordinaire en date du 9 janvier 2014 1. Modalités

Plus en détail

(CHSCT)? Rôle du CHSCT

(CHSCT)? Rôle du CHSCT Le Comité d'hygiène et Sécurité des Conditions de Travail (CHSCT)? Des points de repères pour y voir plus clair Attention, les échéance de renouvellement des membres du CHSCT, contrairement aux autres

Plus en détail

Décret n. relatif au Fonds de financement des droits liés au compte personnel de prévention de la pénibilité

Décret n. relatif au Fonds de financement des droits liés au compte personnel de prévention de la pénibilité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires sociales et de la santé Décret n du relatif au Fonds de financement des droits liés au compte personnel de prévention de la pénibilité NOR : [ ] Publics concernés

Plus en détail

LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution.

LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution. LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution. EXPOSE DES MOTIFS La complexité des procédures administratives et l exigence accrue des

Plus en détail

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

Thème: Innovations en matière de financement des SPE. Expérience africaine innovante (cas de l ANPE du Niger)

Thème: Innovations en matière de financement des SPE. Expérience africaine innovante (cas de l ANPE du Niger) Thème: Innovations en matière de financement des SPE Expérience africaine innovante (cas de l ANPE du Niger) Présentée par: Monsieur Chégou Kochi MAINA Directeur Général Dakar, Sénégal du 16 au 18 Septembre

Plus en détail

- 41 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants

- 41 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants - 41 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants Code de la

Plus en détail

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Synthèse Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE MARS 2010 BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE Avril 2011 Préparer sa retraite est un exercice déjà compliqué lorsque l on vit en France. Mais lorsqu on se trouve à l étranger depuis un certain temps,

Plus en détail

Charte du Bénévolat dans votre association (règles du jeu collectives) Convention d engagement réciproque (règles du jeu individuelles)

Charte du Bénévolat dans votre association (règles du jeu collectives) Convention d engagement réciproque (règles du jeu individuelles) France Bénévolat a mis au point deux documents type qui peuvent servir de base à la clarification des règles du jeu entre bénévoles et associations et permettre ainsi le développement de bonnes pratiques.

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES PROTECTION SOCIALE. Direction de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES PROTECTION SOCIALE. Direction de la sécurité sociale PROTECTION SOCIALE Assurance maladie, maternité, décès MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction de la sécurité sociale

Plus en détail

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés QUI EST OETH? L association OETH a pour objectif la mise en œuvre de l Accord de branche relatif à l Obligation d Emploi des

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

CEREMONIE DE LANCEMENT DU SITE WEB DE LA PHARMACIE NATIONALE D APPROVISIONNEMENT DU SENEGAL. (SISDAK 2012 : 05 au 08juillet 2012)

CEREMONIE DE LANCEMENT DU SITE WEB DE LA PHARMACIE NATIONALE D APPROVISIONNEMENT DU SENEGAL. (SISDAK 2012 : 05 au 08juillet 2012) CEREMONIE DE LANCEMENT DU SITE WEB DE LA PHARMACIE NATIONALE D APPROVISIONNEMENT DU SENEGAL (SISDAK 2012 : 05 au 08juillet 2012) DISCOURS DU DIRECTEUR DE LA PNA Madame le Ministre de la Santé et de l Action

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés.

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés. R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés. QUI EST OETH? L association OETH a pour objectif la mise en œuvre de l Accord de Branche 2006-2010 relatif à l Obligation

Plus en détail

Charte de déontologie. Janvier 2004

Charte de déontologie. Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 1 Indépendance de jugement < Compétence < Adaptation des moyens Transparence < Qualité scientifique et technique < Devoir d information

Plus en détail

Signature de la convention cadre de partenariat pour l information, la formation et la promotion de la Prévention des Risques Professionnels

Signature de la convention cadre de partenariat pour l information, la formation et la promotion de la Prévention des Risques Professionnels Dossier de presse : Signature de la convention cadre de partenariat pour l information, la formation et la promotion de la Prévention des Risques Professionnels jeudi 28 avril 2011 à 14h00 bureau du Proviseur

Plus en détail

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE»

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» COMMUNICATION RELATIVE AU CADRE REGLEMENTAIRE CONCERNANT LA PREVENTION

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2012-1366 du 6 décembre 2012 modifiant certaines dispositions relatives au compte épargne-temps et

Plus en détail

Améliorer la Gestion des Ressources Humaines des Caisses de Sécurité Sociale (CNAS/CASNOS) en ALGERIE

Améliorer la Gestion des Ressources Humaines des Caisses de Sécurité Sociale (CNAS/CASNOS) en ALGERIE Formation Coopami 2013 "Gestion de la Sécurité Sociale" Orientation Santé Belgique du 05/09/2013 au 03/10/2013 PROJET DE FIN DE STAGE Améliorer la Gestion des Ressources Humaines des Caisses de Sécurité

Plus en détail

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20)

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Plus en détail

Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST)

Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST) Document élaboré par la Commission Enseignement Supérieur du CNESST. Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST) Ce référentiel rassemble des compétences de base en santé et

Plus en détail

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours.

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours. Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 4 avril 2013

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : 29/01/99 Origine : AC Mmes et MM. les Directeurs Mmes et MM. les Agents Comptables. des Caisses

Plus en détail

Direction des Risques Professionnels Département prévention Prévention de la désinsertion professionnelle 10 SEPTEMBRE 2013 -

Direction des Risques Professionnels Département prévention Prévention de la désinsertion professionnelle 10 SEPTEMBRE 2013 - CONSTAT pour 5% des salariés suivis par un médecin du travail se pose la question de l aptitude médicale au poste soit 700 000 personnes 150 000 avis d inaptitude sont émis chaque année contre 70 000 il

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE

SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE LOI DU 20 JUILLET 2011 ET SES DÉCRETS D APPLICATION Loi n 2011-867 du 20 juillet 2011 relative à l organisation de la médecine du travail, décrets 2012-134

Plus en détail

REFORME DES RETRAITES (PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE) A M E N D E M E N T. présenté par Mme GARRIAUD-MAYLAM ARTICLE 1ER

REFORME DES RETRAITES (PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE) A M E N D E M E N T. présenté par Mme GARRIAUD-MAYLAM ARTICLE 1ER N GARRAB.1 Alinéa 5 ARTICLE 1ER Le 5 e alinéa de l article 1 er est complété par une phrase ainsi rédigée : «Art. L. 114-4-3. Le comité de pilotage des régimes de retraite est composé de représentants

Plus en détail

Sur le rapport de Notre Ministre de la Sécurité sociale et après délibération du Gouvernement en conseil ; Arrêtons :

Sur le rapport de Notre Ministre de la Sécurité sociale et après délibération du Gouvernement en conseil ; Arrêtons : *09012FF580E1 9135* Référence : 80dxcccc5 Objet : Avant-projet de règlement grand-ducal modifiant le règlement grand-ducal du 17 décembre 2010 déterminant la procédure de déclaration des accidents et précisant

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/12/273 DÉLIBÉRATION N 09/054 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009, MODIFIÉE LE 3 NOVEMBRE 2009, LE 7 SEPTEMBRE 2010 ET LE 4 SEPTEMBRE

Plus en détail

G R O U P E SUNU LES NOUVEAUX HORIZONS DE L ASSURANCE AFRICAINE

G R O U P E SUNU LES NOUVEAUX HORIZONS DE L ASSURANCE AFRICAINE G R O U P E SUNU 38 ème A.G DE LA FANAF/ OUAGA Février 2014 LES NOUVEAUX HORIZONS DE L ASSURANCE AFRICAINE Communication de M. Saliou BAKAYOKO Directeur Général de LMAI-Vie, membre du Groupe SUNU 1 G R

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DE LA PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

INSTITUT NATIONAL DE LA PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS INSTITUT NATIONAL DE LA PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Ministère du Travail de l Emploi et de la Sécurité Sociale I.N.P.R.P Institut National de la Prévention des Risques Professionnels Décret exécutif-

Plus en détail

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution.

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. Le Président de la République Vu la Constitution, Vu la loi n 90-07 du 28 juin 1990 relative à l organisation

Plus en détail

LE RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS

LE RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS LE RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS L ordonnance n 2005-1528 du 8 décembre 2005 a créé le Régime Social des Indépendants (RSI). Celui-ci, né de la fusion de la Caisse Nationale d Assurance Maladie des Professions

Plus en détail

STATUTS Association Centre de Santé des Grand Synthois

STATUTS Association Centre de Santé des Grand Synthois STATUTS Association Centre de Santé des Grand Synthois TITRE 1 : DISPOSITIONS GENERALES ARTICLE 1 : Il est fondé sous la dénomination «Centre de Santé des Grand Synthois» une Association régie par la Loi

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! Les associations

Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! Les associations Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! Les associations Quelques constats pour commencer! Les associations, un acteur majeur de la vie sociétale Près de 1,1 million d associations en France 20

Plus en détail

JORF n 0138 du 16 juin 2013. Texte n 1. LOI LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécur isation de l emploi

JORF n 0138 du 16 juin 2013. Texte n 1. LOI LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécur isation de l emploi JORF n 0138 du 16 juin 2013 Texte n 1 LOI LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécur isation de l emploi L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Vu la décision du Conseil constitutionnel

Plus en détail

Descriptif des Garanties

Descriptif des Garanties EPHC Titre 8 de la Convention collective nationale DE L ENSEIGNEMENT PRIVE HORS CONTRAT Régime de prévoyance obligatoire Descriptif des Garanties Personnel concerné Ensemble des salariés, non cadres et

Plus en détail

Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR

Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR 20 mai 2015 Ce règlement intérieur complète et précise certains articles des statuts de l association modifiés et approuvés le

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

Historique et évolution du statut / l électricité. 16 novembre 2009

Historique et évolution du statut / l électricité. 16 novembre 2009 Historique et évolution du statut / libéralisation du service public de l électricité 16 novembre 2009 Histoire du dialogue social dans la branche des IEG 2 - La négociation collective à EDF- 21/09/2009

Plus en détail

ACCORD D ENTREPRISE INSTITUANT UN REGIME DE PREVOYANCE COLLECTIVE

ACCORD D ENTREPRISE INSTITUANT UN REGIME DE PREVOYANCE COLLECTIVE Caisse Régionale de CREDIT AGRICOLE MUTUEL de la TOURAINE et du POITOU ACCORD D ENTREPRISE INSTITUANT UN REGIME DE PREVOYANCE COLLECTIVE Entre les Soussignés : La CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

- 27 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

- 27 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi - 27 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi visant à supprimer les franchises médicales et participations forfaitaires. Réunie le mercredi 4 mars 2015, la commission n a pas adopté de texte sur la proposition

Plus en détail

Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG?

Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG? Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG? Dès le 1 er juin 2014, la législation française modifie les conditions d accès aux soins en Suisse L assurance maladie du frontalier Les Hôpitaux universitaires

Plus en détail

Référentiel des compétences visées dans le cadre de la formation BAFD

Référentiel des compétences visées dans le cadre de la formation BAFD 1 Référentiel des compétences visées dans le cadre de la formation BAFD FINALITES «Permettre d encadrer à titre professionnel, de façon occasionnelle, des enfants et des adolescents en centres de vacances

Plus en détail

Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale):

Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale): Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale): L assurance frais de santé est une couverture santé intégrale. En effet, elle couvre 100% du prix des soins

Plus en détail

Idées reçues sur la Sécurité sociale

Idées reçues sur la Sécurité sociale Idées reçues sur la Sécurité sociale Idée reçue n 1 : «La Sécu, c est la carte Vitale» La carte Vitale est sans doute le symbole le plus connu de la Sécurité sociale, mais la Sécurité sociale ne se limite

Plus en détail

Rôle, composition et mode de fonctionnement

Rôle, composition et mode de fonctionnement DE L'ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTREAL Rôle, composition et mode de fonctionnement Secteur santé et sécurité Direction des ressources financières et matérielles Janvier 2013 Entrée en vigueur Janvier 2013

Plus en détail

Description Modules 1-13 Contenu et objectifs

Description Modules 1-13 Contenu et objectifs Description Modules 1-13 et objectifs Module 1 Introduction à la formation GEDEon et outils de travail (2 jours) Présentation de la formation GEDEon Outils d organisation du temps et du travail Analyse

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

PLAN DE LA PRESENTATION

PLAN DE LA PRESENTATION 1 PLAN DE LA PRESENTATION 1 L objectif du décret 2 Rappel des obligations SST en vigueur avant le Décret 3 Ce qui va changer 4 Zoom CHSCT 5 Zoom Services Santé au travail 6 Inspection du travail 7 Conclusion

Plus en détail

Assurer la retraite & protéger la santé

Assurer la retraite & protéger la santé Assurer la retraite & protéger la santé La Carsat aux côtés des salariés, des entreprises et des retraités La Caisse d assurance retraite et de la santé au travail 2 Structure de droit privé gérée par

Plus en détail

En vigueur à partir du 06 Février 2010

En vigueur à partir du 06 Février 2010 INTERNATIONALER MUSIKBUND CONFÉDÉRATION INTERNATIONALE DES SOCIÉTÉS MUSICALES INTERNATIONAL CONFEDERATION OF MUSIC SOCIETIES RÈGLEMENT (RE) COMITÉ DE DIRECTION DOMAINES TECHNIQUES REVISEURS AUX COMPTES

Plus en détail

LES DELEGUES SYNDICAUX

LES DELEGUES SYNDICAUX LES DELEGUES SYNDICAUX Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement de 50 salariés ou plus peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué

Plus en détail

P R O F E S S I O N S D E S A N T É

P R O F E S S I O N S D E S A N T É PROFESSIONS DE SANTÉ Groupe Pasteur Mutualité, premier acteur mutualiste des professions de santé, et ses administrateurs, tous eux-mêmes professionnels de ce milieu, participent, entre autres, depuis

Plus en détail

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 Loi regroupant la Commission de l équité salariale, la Commission des normes du travail et la Commission de la santé et de la sécurité du travail et instituant le Tribunal

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1422780L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de l Avenant

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1422780L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de l Avenant RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant n 6 entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

ADAPTABILITE. Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels.

ADAPTABILITE. Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels. RIGUEUR CONFIANCE EXIGENCE ECOUTE EXPERTISE RESPECT ADAPTABILITE Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels. Des outils pragmatiques, des Conseils sur mesures pour faire avancer la Santé & Sécurité

Plus en détail

Décret n 2008-355 du 11 Février 2008, relatif à l organisation et au fonctionnement de la caisse de prévoyance Et de retraite des avocats

Décret n 2008-355 du 11 Février 2008, relatif à l organisation et au fonctionnement de la caisse de prévoyance Et de retraite des avocats Décret n 2008-355 du 11 Février 2008, relatif à l organisation et au fonctionnement de la caisse de prévoyance Et de retraite des avocats Le Président de la République; Sur proposition du ministre des

Plus en détail

CHARTE ASSOCIATIVE DE L UDCCAS DES ALPES MARITIMES

CHARTE ASSOCIATIVE DE L UDCCAS DES ALPES MARITIMES CHARTE ASSOCIATIVE DE L UDCCAS DES ALPES MARITIMES CHARTE ASSOCIATIVE liant l UNCCAS et les UNIONS Départementales et Régionales de l UNCCAS «le réseau national des solidarités communales» Entre L Union

Plus en détail

La Ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets des départements (métropole et DOM)

La Ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets des départements (métropole et DOM) DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES Sous-direction des élus locaux et de la fonction publique territoriale Bureau de l emploi territorial Paris, le 20 avril 2009 et de la protection sociale FP3

Plus en détail

L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants

L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants 1 Introduction: l assurance maladie-invalidité L assurance maladie-invalidité (AMI) forme une des branches du système belge de la sécurité sociale;

Plus en détail

CONGES MALADIE ET ACCIDENTS DE SERVICE ET FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

CONGES MALADIE ET ACCIDENTS DE SERVICE ET FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CONGES MALADIE ET ACCIDENTS DE SERVICE ET FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX En cas de congé pour maladie l agent voit son maintien de rémunération assuré par sa

Plus en détail

8 ème Séminaire du FRATEL «Le rôle central du consommateur dans la définition des actions du régulateur»

8 ème Séminaire du FRATEL «Le rôle central du consommateur dans la définition des actions du régulateur» U1 U2 8 ème Séminaire du FRATEL «Le rôle central du consommateur dans la définition des actions du régulateur» AGENCE DE REGULATION DES TELECOMMUNICATIONS DU CAMEROUN PRESENTATIONS DE : OWONA NOAH SUZY,

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE, RETRAITE ET PREVOYANCE. Conditions d exonération des charges sociales

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE, RETRAITE ET PREVOYANCE. Conditions d exonération des charges sociales PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE, RETRAITE ET PREVOYANCE Conditions d exonération des charges sociales PARTIE 1 : CONDITIONS D EXONERATION DE CHARGES SOCIALES DES REGIMES DE PREVOYANCE ET RETRAITE La

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE POINT DE PRESSE

DOSSIER DE PRESSE POINT DE PRESSE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix Travail Patrie MINISTERE DU TRAVAIL ET DE LA SECURITE SOCIALE SECRATARIAT GENERAL CELLULE DE COMMUNICATION REPUBLIC OF CAMEROON Peace Work Fatherland MINISTRY OF LABOUR AND

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL A.R.E.F.I.S

RÈGLEMENT GÉNÉRAL A.R.E.F.I.S Se former tout au long de la vie RÈGLEMENT GÉNÉRAL A.R.E.F.I.S Article 1 : Qualité de membre de l association (Article 4 des statuts) L exclusion d un membre adhérent de l association ne peut être prononcée

Plus en détail

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT:

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Commentaire aux Cahiers Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Loi organique tendant à l approbation d accords entre l État et les collectivités territoriales de Saint-Martin, de Saint-Barthélemy

Plus en détail

Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du

Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du fonds national de développement de l apprentissage et de

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE À LA MISE EN ŒUVRE D UNE PÉRIODE DE MISE EN SITUATION EN MILIEU PROFESSIONNEL N

CONVENTION RELATIVE À LA MISE EN ŒUVRE D UNE PÉRIODE DE MISE EN SITUATION EN MILIEU PROFESSIONNEL N CONVENTION RELATIVE À LA MISE EN ŒUVRE D UNE PÉRIODE DE MISE EN SITUATION EN MILIEU PROFESSIONNEL N Articles L.5135-1 et D.5135-1 et suivants du code du travail L ORGANISME PRESCRIPTEUR 13912*02 Dénomination

Plus en détail

Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service

Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service Mesdames, Messieurs, Je suis heureuse de vous accueillir aujourd hui pour le lancement d «Assurance

Plus en détail

CONFERENCE SOUS LE THEME

CONFERENCE SOUS LE THEME CONFERENCE SOUS LE THEME «Enjeux et modes opératoires de la délégation de la Centrale des Risques de Bank AL-Maghrib» ALLOCUTION INAUGURALE DE MONSIEUR LE GOUVERNEUR DE BANK AL-MAGHRIB Rabat lundi 26 Novembre

Plus en détail

Vous voulez faire. Nous sommes là! d une obligation une opportunité. Notre accompagnement. Vos formules. Notre offre

Vous voulez faire. Nous sommes là! d une obligation une opportunité. Notre accompagnement. Vos formules. Notre offre Vous voulez faire d une obligation une opportunité. Nous sommes là! Notre offre Vos formules Notre accompagnement Notre accompagnement dans votre nouvel univers santé L Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

2. Dénomination Sa dénomination est : «Association paritaire de l édition phonographique» (APEP).

2. Dénomination Sa dénomination est : «Association paritaire de l édition phonographique» (APEP). MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3361 Convention collective nationale IDCC : 2770. ÉDITION PHONOGRAPHIQUE ACCORD

Plus en détail

Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT

Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DU REPRESENTANT DU PERSONNEL AU CHSCT (DOCUMENT DE BASE : HORS RIME) Annexe 8 Référentiel de formation

Plus en détail

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) -

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) - La mutualité Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 2011-1012 1/10 Table des matières SPECIFIQUES :... 3 I Introduction et historique :... 4 II Objet d une mutuelle :...4

Plus en détail

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA)

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Historique : d abord il y eut la conférence régionale de santé Conférences Régionales de Santé (CRS) installées par les ordonnances du 24 avril 1996

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE CHAPITRE ACTION SOCIALE L USM est depuis de nombreuses années investie dans les instances de l action sociale pour préserver et développer les dispositifs dont les magistrats peuvent bénéficier, qu ils

Plus en détail

La santé au travail, ce n est pas qu une question d aptitude. Couverture territoriale. Nos adhérents. par secteur d activité

La santé au travail, ce n est pas qu une question d aptitude. Couverture territoriale. Nos adhérents. par secteur d activité La santé au travail, ce n est pas qu une question d aptitude Nous, chefs d entreprise, sommes responsables de la santé et de la sécurité de nos salariés dans nos entreprises. Depuis plusieurs années, une

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

SOMMAIRE. I- Vos prestations à court terme 5. II- Vos prestations à long terme 11. III- Allocations familiales 14. IV- Adresses utiles 15

SOMMAIRE. I- Vos prestations à court terme 5. II- Vos prestations à long terme 11. III- Allocations familiales 14. IV- Adresses utiles 15 I- Vos prestations à court terme 5 SOMMAIRE I-1- A quelles prestations avez-vous droit 5 I-2- Qui bénéficie de ces prestations et quand 5 I-3- Comment bénéficier de ces droits 5 II- Vos prestations à long

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

Fondation MAAF Assurances Fondation d entreprise (mis à jour du conseil d administration du 13 novembre 2013)

Fondation MAAF Assurances Fondation d entreprise (mis à jour du conseil d administration du 13 novembre 2013) STATUTS Fondation MAAF Assurances Fondation d entreprise (mis à jour du conseil d administration du 13 novembre 2013) Les FONDATEURS soussignés : MAAF Assurances Société d'assurance mutuelle à cotisations

Plus en détail

sociale DSS La Direction de la sécurité Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité

sociale DSS La Direction de la sécurité Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité La Direction de la sécurité sociale DSS Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité 1, Place de Fontenoy 75350 Paris cedex Tél : 01 40 56 60 00 Fax : 01 40 56 72 88

Plus en détail

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ Vous envisagez de vous lancer en affaires sous la formule «Coopérative»? Une coopérative est une personne morale regroupant des personnes ou sociétés qui ont des besoins économiques, sociaux ou culturels

Plus en détail

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE I - CODE DU TRAVAIL A - LES PRINCIPES GENERAUX DE PREVENTION L obligation générale de sécurité incombe

Plus en détail