Santé Travail le dispositif de prévention des risques professionnels

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Santé Travail le dispositif de prévention des risques professionnels"

Transcription

1 Santé Travail le dispositif de prévention des risques professionnels Espace «Revendicatif» Secteur «Travail Retraite» SOMMAIRE Introduction : les enjeux de santé & travail exigence d intervention des salariés - I /- LA SANTE - A / SANTE & TRAVAIL 1/- Les logiques à l œuvre : - a/- avant b/ les grands principes de prévention - c/- la logique de sélection et la logique de gestion des risques - B / - LES CAUSES DE LA CRISE DU DISPOSITIF DE PREVENTION - le patronat utilise et organise la confusion / l action syndicale. p. 2 p. 4 p. 4 p. 4 p. 4 p. 5 p. 8 p. 8 p II /- PROPOSITIONS POUR UN DISPOSITIF DE PREVENTION - A / CLARIFIER LES MISSIONS ET LE CONTENU DU TRAVAIL DE PREVENTEURS ; - B / CLARIFIER L ORGANISATION ET LA GESTION DES INSTITUTIONS DE PREVENTION ; - a/- la composition ; - b/- le financement ; - c/- les professionnels de la prévention. - C / POUR DES INSTITUTIONS DE PREVENTION EFFICACES - a/- les moyens ; - b/- le champ d intervention des acteurs de la prévention ; - c/- les objectifs des institutions et acteurs de la prévention ; - d/- le pouvoir des travailleurs sur la santé au travail : -1/- un droit positif individuel ; -2/- un droit positif collectif. Propositions CGT : pour la Médecine du Travail ; pour l INRS ; les services de prévention de CRAM p. 11 p. 11 p. 12 q. 12 p. 12 p. 12 p. 13 p. 13 p. 13 p. 13 p. 13 p. 13 p. 13 p. 14 p. 16 p. 20 Annexes : schéma des institution de prévention un tableau de bord pour la négociation p. 23 p. 28 S.DUFOUR / grp CFD W/R Le dispositif de prévention «santé travail» Page 1 sur 28

2 Introduction : Les questions de «santé au travail», procèdent d un affrontement très brutal entre le patronat et les salariés, car elles sont au cœur du système de production de la valeur. Questions centrales de l action revendicative de la fin du XIX ème siècle et début du XX ème, le patronat s est évertué à les écarter du débat social, afin de préserver au maximum ses marges de manœuvre pour exercer son pouvoir, sans partage, d organisation du travail. Les atteintes à la santé au travail, originellement perçues au travers des accidents du travail atteignant l intégrité physique ont paru se maîtriser au travers la modernisation scientifique et technique. Cela a permis au patronat de légitimer une approche de la santé au travail déconnectée des enjeux de santé publique. au second plan les questions de contenu et d organisation du travail. Avec la loi d incitation à la réduction du temps de travail, et préalablement la loi «ROBIEN» s est manifestée l occasion pour les salariés de mettre en évidence toute la souffrance qu ils endurent au travail et les conséquences en termes de maladies physiques, mentales et d accidents professionnels, de l organisation du travail. Cela conduit les syndicats, en particulier la CGT, bénéficiant d un très important potentiel de militants actifs, efficaces et opiniâtres dans les institutions de prévention, notamment les CHSCT, à réinvestir, de façon offensive, le terrain de la santé au travail comme une composante spécifique et structurante de la santé publique (et de la dégradation sanitaire provoquée par la situation de privation de travail), et comme une composante cruciale de l action revendicative. Or, les nouvelles formes d organisation du travail, à l œuvre depuis les dernières décennies se révèlent extrêmement agressives pour la santé, dans le même temps où apparaissent au grand jour les maladies à effets différées provoquées par l utilisation de produits cancérigènes, dont les risques étaient connus du patronat depuis très longtemps ( exemple de l amiante, dont les effets cancérogènes sont avérés depuis au moins 1906). Dans le même temps les salariés ont appris à mieux s intéresser à leur santé et à mieux s informer, mieux comprendre les phénomènes, et une partie non négligeable du corps médical et scientifique s est penché sur ces questions et a popularisé ses découvertes et recherches se rapprochant du monde salarié à partir de sa volonté d exercer pleinement son activité. Le développement mondial de l économie libérale, et des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC) ont accru la compétition économique et la concurrence financière, et accentuent la logique de surexploitation de la main d œuvre dans l organisation du travail pour parvenir à réduire sans cesse la part de la main d œuvre dans le coût des produits et services. De nombreuse et puissantes luttes revendicatives de la fin des années 80 et depuis le début des années 90 se fondent sur l exigence d améliorer les conditions de travail (routiers, cheminots, Air France, Police, pénitentiaire, infirmier(e)s, etc.), alors que le développement du chômage avait permis au patronat de placer le débat social sur la question de l emploi, lui permettant d obtenir une focalisation qui reléguait La conscience collective grandi sur les enjeux de santé au travail, réinterrogeant la logique qui conduit à devoir prendre le risque de perdre sa vie en essayant de la gagner, dans le même temps où plus de 3 millions de personnes sont privées de travail, et pour un noyau important d entre elles, se trouvent privées de travail parce que brisées physiquement et/ou mentalement par le travail. C est dans cette situation, où le patronat mesure le risque de voir ses choix mis en cause à partir des conséquences qu ils provoquent sur la santé des salariés, que des condamnations importantes commencent à lui imposer des obligations de lourdes réparations financières, que se manifestent la prise de conscience de l ampleur des dégâts ainsi que les mesures qui devraient être prises pour protéger la santé physique et mentale des salariés, lui contestant son pouvoir et la logique de course au profit, qu il tente d organiser un débat avec les organisations syndicales (déclaration du 16 février 1999 Patronat CFDT FO CFTC CGC) afin de parvenir à un consensus qui lui préserve l essentiel de ses objectifs, au travers de institutions de prévention des risques professionnels. Les réflexions qui suivent dans ce document sont le fruit du travail du «groupe de travail confédéral Santé/Travail» en lien avec les très nombreux collectifs militants des CHSCT et institutions de prévention dans le prolongement des Assises pour l amélioration des conditions de travail, tenues en avril 98, enrichies des nombreuses initiatives tenues par les organisations de la CGT (FD, UD, Régions, Syndicats), et notamment des réunions de Etats Généraux de la Santé organisées sur les questions de la S.DUFOUR / grp CFD W/R Le dispositif de prévention «santé travail» Page 2 sur 28

3 Santé au travail qui ont réunies plusieurs milliers de salariés, chercheurs, professionnels, patrons, représentants d administrations, élus, etc. C est notamment ce travail important qui a conduit le patronat et les autres organisations confédérées à inviter la CGT à participer aux discussions même si elle n est pas signataire de la déclaration du 16 février C est aussi la raison pour laquelle nous avons décidé d occuper notre place en participant à ces discussions, avec la volonté d y faire entendre les besoins des salariés (actifs, privés d emploi et retraités). Le document qui suit vise à mettre en perspective les idées qui émergent du débat pour les inscrire dans la démarche revendicative confédérale, suscitant réflexions et propositions. Elles ne constituent pas des positions figées, mais préfigurent des éléments de positions de la CGT. La mise à disposition de ce document à nos organisation a pour objectif de permettre l appropriation des salariés par le débat, afin de ne pas laisser se dérouler une «négociation» entre le patronat et les organisations syndicales en dehors de leur intervention sur des questions cruciales pour eux puisqu en abordant les enjeux de santé et travail au travers du dispositif chargé de protéger leur santé des risques au travail, c est de leur vie, de «leur liberté de vivre bien» qu il est question, au moment où les objectifs et choix patronaux révèlent toute leur nocivité. Ce document vise à donner à nos équipes militantes les clefs du débat et des enjeux qui se nouent actuellement pour réintroduire dans le débat social des questions qui en avaient été écartées, redonnant aux salariés les moyens d intervenir, d enrichir à partir de leur vécu. Il s agit de leur permettre de peser sur les choix qui seront arrêtés par les protagonistes, et notamment les dispositions législatives qu immanquablement va être amené à prendre le parlement sur proposition du gouvernement S.DUFOUR / grp CFD W/R Le dispositif de prévention «santé travail» Page 3 sur 28

4 - I/- La santé Santé et droit de vivre sont un couple indissociable, ressenti socialement comme tel. Le droit à la santé constitue une dimension inséparable de la liberté de vivre. La santé c est la vie. Or, il convient de définir le concept de santé, qui constitue aujourd hui un enjeu fondamental de société. Ainsi, la santé n est plus seulement à considérer comme «la non survenance de maladie», l absence de maladie dans le silence des organes, mais comme le développement des individus, une démarche qui leur permet un épanouissement physique, mental et psychologique permettant un état de bien être durant le déroulement de leur vie. En , le ministère de la santé a organisé une concertation pluridisciplinaire sur le thème : «Pour une politique de prévention.». Une définition de la santé s en est dégagée, qui mérite plus d attention : «La santé, c est la capacité de s adapter à un environnement sans cesse en évolution, non seulement sans prélèvement sur ses capacités vitales, mais en y puisant des possibilités nouvelles pour son propre développement». La santé cristallise l ensemble des besoins! Ainsi, comme on peut le mesurer, l évolution du concept de «santé» implique de passer d une pratique qui privilégie la réparation des dégâts causés à la santé, à une pratique qui privilégie la prévention. - A/- Santé travail Dans le domaine du travail, cette évolution donnant le primat à la prévention a été voulue et clairement affirmée par la loi de 1946, modifiée par la loi de 1991, insère les principes généraux de la prévention dans le code du travail et dans le code de la Sécurité Sociale, qui se trouvent également déclinés dans les codes de la santé publique de l environnement du transport (matières dangereuses) code de la route des marchés publics de la défense nationale pénal, etc. - 1/- les logiques à l œuvre en santé au travail : - a/- Avant 1946 Le contexte historique en 1946 mérite d être resitué : Cette loi voulue par le Conseil National de la Résistance (CNR), au moment de la reconstruction de l après-guerre, un moment de pénurie de main d œuvre tout autant qu avec une volonté nationale de construction d une société nouvelle, d un mouvement social actif, exigeant et ambitieux. Cette loi s inscrivait dans cette logique sans pour autant être exempte des racines, à la fois, de l étude de la santé au travail, et, issues de la loi de 1898 sur la réparation conçue elle-même à un moment du développement industriel où la société s inquiétait de la détérioration de sa main d œuvre face aux défis du développement économique, social et industriel de la fin du XIX ème siècle, à un moment fort de luttes pour l amélioration des conditions de travail, contre le travail des enfants, la limitation du temps de travail, etc. L étude de la santé au travail portait cet enjeu à partir des connaissances scientifiques et des moyens techniques dont on pouvait disposer à cette époque, et au regard de ces enjeux et défis visait fondamentalement à rechercher une efficacité productive et sociale en prétendant associer exigences de production avec conditions de travail avec les capacités physiques d une main d œuvre globalement insuffisante ou mal préparée. S.DUFOUR / grp CFD W/R Le dispositif de prévention «santé travail» Page 4 sur 28

5 C est la pratique imprégnée de l idéologie dominante qui tourne autour de: «mettre le bon individu au bon endroit!». Par exemple les travaux de force pénibles pour les hommes forts et robustes, les travaux méticuleux et de précision aux femmes plus soigneuses et mieux exercées au travaux de couture, etc. En fait, une pratique de la sélection biologique, que théorise A.CAREL et qui va imprégner la démarche en santé au travail. Il est utile de se remémorer cette histoire pour mesurer en quoi elle marque encore les pratiques en santé au travail issues de la loi de 1946 à nos jours. Le «Code du Travail» s est bâtit à partir de ce besoin de préserver à minima l état de santé de la main d œuvre, la prise en charge à minima de la réparation de la santé mise en cause par des conditions abominables de son utilisation au travail, et le contrôle de l application des textes par l inspection du travail afin de réguler les conditions de la concurrence entre patrons, mais aussi de luttes sociales importantes pour l amélioration des conditions de travail, notamment autour du temps de travail (journée de 8 heures repos hebdomadaire du dimanche- ), et la protection des salariés notamment les plus faibles physiquement (interdiction du travail des enfants interdiction du travail de nuit des femmes - ). - b/- à partir de 1991 c est l intégration des directives européennes, traduites en France, dans la loi de 1946 Les principes généraux de la prévention dans le code du travail posent fondamentalement 4 grandes dimensions inscrits dans les articles L à L230-5 : Article L I/ - le chef d établissement prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé des travailleurs de l établissement, y compris les travailleurs temporaires. - II/ - le chef d établissement met en œuvre les mesures prévues au I ci-dessus sur la base des principes généraux de prévention suivant : - A/ - éviter les risques ; - B/ - évaluer les risques qui ne peuvent pas être évités ; - C/ - combattre les risques à la source ; - D/ - adapter le travail à l homme, en particulier en ce qui concerne la conception des postes de travail, ainsi que le choix des équipements de travail et de production, en vue notamment de limiter le travail monotone et le travail cadencé et de réduire les effets de ceux-ci sur la santé. - E/ - tenir compte de l évolution de la technique ; - F/ - remplacer ce qui est dangereux par ce qui n est pas dangereux ou par ce qui est moins dangereux ; - G/ - planifier la prévention en y intégrant, dans un ensemble cohérent, la technique, l organisation du travail, les conditions de travail, les relations sociales et l influence des facteurs ambiants ; - H/ - prendre des mesures de protection collectives en leur donnant la priorité sur les mesures de protection individuelle ; - I/ - donner les instructions appropriées aux travailleurs. - III/ - sans préjudice des autres dispositions, le chef d établissement doit, compte tenu de la nature des activités de l établissement : - A/ - évaluer les risques pour la sécurité et la santé des travailleurs ; - B/ - prendre en considération les capacités du salarié à mettre en œuvre les précautions nécessaires pour la sécurité et la santé. Article L Principe de responsabilité du salarié à prendre soin, dans le cadre de sa subordination à l employeur de la sécurité et de la santé. Article L Principe de responsabilité des employeurs ou des chefs d établissement. S.DUFOUR / grp CFD W/R Le dispositif de prévention «santé travail» Page 5 sur 28

6 Article L Principe de contrôle, de mise en demeure, de répression de l inspection du travail sur le respect de l article L du code du travail. A partir de ces grands principes, depuis 1946, un dispositif de prévention et de réparation de la santé des salariés a été déployé (annexe 1), constitué d institutions régies par le code du travail, le code de la Sécurité Sociale, le code de la santé publique, le code de l environnement, L ensemble de ce dispositif est censé travailler dans la logique de la prévention. Des effets mesurables sont incontestables. Or, c est dans la fin des années 1980 et début des années 1990, que nombre des professionnels de ces institutions joignent leurs observations aux dénonciations de nombreux syndicalistes et organisations syndicales, notamment CGT, et associations qui montrent que ces institutions n apportent plus aux salariés l aide et l assistance qu ils en attendent pour protéger leur santé, soumises aux pressions patronales pour inverser leur action. Des discordances graves émergent entre les objectifs affichés et la situation réelle des salariés. Le bilan 1997 des conditions de travail fait apparaître une dégradation par l augmentation des accidents du travail, dont les mortels, et les maladies professionnelles, alors même qu il est reconnu que nombre de maladies professionnelles et d accidents du travail ne sont pas reconnus, voire souvent non déclarés. Les médecins du travail font état des pressions portant atteinte à leur indépendance déontologique dont ils font l objet dans l exercice de leur pratique pour prendre en considération dans leur activité et décisions concernant les salariés, les critères économiques des entreprises, pour participer activement à la «chasse» aux subventions ou aux exonérations sociales (AGEFIPH, CRAM, etc.), par l orientation des salariés vers les COTOREP, (ou autres dispositifs ), ainsi que le manque important de leurs effectifs et moyens. On assiste dans le même temps à la tentative de transformer la médecine du travail en «médecine d entreprise», voire en «médecine de sélection» notamment dans les grandes entreprises disposant de services autonomes (EDF, RATP, SNCF, Renault, ), ou bien faire pression sur les direction des services de médecine inter entreprise pour écarter les médecins du travail qui gênent les directions (exp. Hôpital FOCH). Les inspecteurs du travail dénoncent l insuffisance de leurs effectifs pour exercer leurs missions de contrôle et de répression, qui ne sont d ailleurs que peu relayées par l institution judiciaire, dans le même temps ou les directives de cadrage ministérielles tendent à les écarter de ce terrain. Les contrôleurs et ingénieurs prévention des CRAM font état d une organisation de leur travail pilotée par les «contrats de prévention» qui les maintient trop souvent éloignés des postes de travail, pour assumer des objectifs en nombre de contrats ayant surtout un rôle de subventionnement des employeurs, leurs conditions de travail se détériorent de façon importante comme en témoigne les atteintes à la santé des professionnels du service de prévention de la CRAM du Sud Est. L INRS, est prise en flagrant délit de «faisandage» des résultats de recherches mettant en cause les conditions de travail concernant les dangers de l aluminium pour la santé, alors même qu elle n a pas joué son rôle sur l utilisation de l amiante, et qu elle a décidé de se lancer dans des recherches de prédispositions individuelles aux TMS et génétiques aux maladies professionnelles qui présentent le plus grand danger d une utilisation à la sélection des salariés en fonction du risque. L ANACT, chargée de promouvoir «l amélioration des conditions de travail», tente d infléchir son travail pour instruire la «conciliation entre emploi performance qualité de vie», plaçant de facto l amélioration des conditions de travail sous la contrainte économique, et refusant d intégrer la notion «d amélioration» de la qualité de vie dans le contrat de progrès avec l Etat (CA du 11 mars 1999). S.DUFOUR / grp CFD W/R Le dispositif de prévention «santé travail» Page 6 sur 28

7 En 1998, le patronat gèle le fonctionnement de la Commission des Accidents du Travail et des Maladies Professionnelles (CAT), pendant plusieurs mois pour obtenir une remise des cotisations AT/MP, et la gestion indépendante de la caisse. Il propose une suppression des CTN/CTR, (qu il s évertue depuis des années à neutraliser) notamment chargés d instruire les tarifications AT/MP. Cela, alors même qu éclatent au grand jour le lien entre dégradation de la santé dû au travail, prise en charge par la collectivité d une partie non négligeable de la réparation relevant de la responsabilité patronale, du fait des tricheries patronales à la déclaration, le scandale de l amiante, les maladies professionnelles à effets différés, la détérioration de la santé des salariés sous l effet des nouvelles formes d organisation du travail (flux tendu, stock zéro, juste à temps, ). L aboutissement du premier tableau des maladies du dos, et le déficit de la Sécurité Sociale, que le «plan JUPPE» vise à réduire par la maîtrise comptable des dépenses de santé plutôt que par la prévention des risques, etc.., devraient au contraire redynamiser le rôle et l action des CTN/CTR et apporter des moyens supplémentaires aux représentants des salariés. Les employeurs tentent d infléchir l action de l Association de Gestion du Fond d Insertion Professionnelle des Handicapés (AGEFIPH), via les Plans Départementaux d Insertion des Travailleurs Handicapés (PDITH) pour réparer au moindre coût les atteintes à la santé provoquées par le travail, et rendre ainsi le système plus acceptable par les salariés. Ils déploient une politique d accompagnement de la restructuration des entreprises avec un financement d abaissement du coût de travail. Tout cela se fait en totale opacité pour les Institution Représentatives du Personnel (IRP). Les CHSCT se voient quasi systématiquement contester leur droit à l appel d expert, en même temps où l exercice des missions de CHSCT fait l objet de batailles permanentes du patronat pour limiter leur activité en violation de leurs droits. Surtout, les salariés victimes d accidents ou de maladies professionnels expriment de plus en plus de témoignages faisant état de pressions pour ne pas déclarer le lien de causalité professionnelle, de menaces au blocage de carrière ou de licenciement, de pertes de primes en cas de maladies, accidents ou absences consécutives. C est le parcours du combattant pour obtenir la reconnaissance de la part des caisses primaires les considérant plus comme fraudeurs potentiels que comme victimes en droit d attendre un soutien institutionnel. Les salariés expriment l aggravation de leurs conditions de travail. Depuis cinq années la CGT réalise un sondage via l institut CSA qui met en seconde position, après l emploi, l amélioration des conditions de travail comme objet prioritaire de leurs attentes de l action syndicale dans l unité. Le drame de l amiante révèle les conséquences des pratiques basées sur un choix économique au détriment du choix de la santé des salariés et de leurs familles, les conséquences humaines, et écologiques dramatiques. La première mise en examen d un employeur ayant exposé les salariés à l amiante repose sur le constat : «Il savait!, il n a rien dit et il a continué à exposer les salariés!» (ETERNIT Parray le Monial 1) Les Etats Généraux de la Santé fourmillent de témoignages démontrant cet état de fait. Ces quelques observations, non exhaustives, mettent en évidence la crise du système de prévention. Le système de prévention. est en crise S.DUFOUR / grp CFD W/R Le dispositif de prévention «santé travail» Page 7 sur 28

8 - c/- Logique de sélection, plus logique de gestion du risque Dans les années 1980, le patronat milite, en s appuyant sur les pratiques anglo-saxonnes pour développer l idée que le «zéro» risque, et par amalgame le risque «zéro» est un objectif «louable» mais irréaliste. Il fait mûrir peu à peu l idée «du risque acceptable», «le risque maîtrisé», et en fin de compte la «gestion du risque» apparaît comme une logique «raisonnable» au même titre que la gestion de carrière, la gestion prévisionnelle des emplois, ou la gestion des ressources humaines. «Prévention des risques» pour protéger la santé ou «gestion des risques»? A partir de ce concept de «gestion du risque», va s organiser et s entretenir l idée que «prévention des risques» et «gestion des risques» seraient synonymes. Or, la «gestion des risques» s appuie sur au moins trois préalables qui sont : - l acceptation du risque ; - la détermination du seuil d acceptabilité - le rapport coût de la protection de la santé/performance économique. Le débat social issu de ce concept se déroule entre la logique de ceux (les salariés) qui subissent le risque pour avoir le droit de travailler dans un rapport de subordination à ceux (les employeurs) qui créent le risque parce qu ils organisent le travail à partir de critères de rentabilité économique, et de l élévation du taux de profit immédiat. Il est évident, dans ces circonstances, que la gestion du risque relève quasi exclusivement de la recherche «d équilibre» entre rentabilité financière, dans le cadre de la concurrence, et coût à minima de la préservation de la santé apparente des salariés, voire de la réparation engendrée par les conséquences d une prévention insuffisante ou inexistante pour la santé des salariés exposés. Cette approche aggrave la perversion du fonctionnement de l ensemble du dispositif de prévention, dans lequel la logique de rentabilité financière ou «économiciste» se manifeste sous différentes formes en amont et en aval de l organisation du travail, et des conséquences sur la santé des salariés. C est par exemple le «caviardage» des études de l INRS sur le cancer broncho-pulmonaire des salariés dans la fabrication de l aluminium, avec la tentative du patronat et de la direction de l organisme de cacher les effets de «dégénérescence cérébrale», voire de cas de maladie d alzheimer, et de cancers de la vessie. C est aussi le programme de recherches adopté par le CA (sauf la CGT et la CGC) sur les prédispositions génétiques aux TMS. On voit bien que les dysfonctionnements révélés s orientent immanquablement dans le sens de laisser ignorer les effets du travail sur la santé, ou de rechercher la construction d une logique de responsabilisation plus ou moins scientifique des salariés dans les atteintes à la santé qu ils subissent du fait du travail, visant à remettre en cause le principe «d imputabilité» irréfragable de l article L du Code du Travail, donnant accès aux indemnisations du salariés, obligations et pénalités de l employeurs. C est en fait la traduction de «la pensée unique» de recherche de la rentabilité financière par l abaissement du coût du travail. (voir descriptions plus haut) - B/- Les causes de la crise du système de prévention : Les exemples qui précèdent montrent que la logique de sélection et/ou «d orientation biologique de la main d œuvre» est toujours à l œuvre dans les pratiques des institutions du dispositif de prévention dont le caractère insupportable se renforce dans les conditions sociales de chômage important favorisant ainsi la mise en concurrence entre salariés, et économiques avec la mondialisation de la concur- S.DUFOUR / grp CFD W/R Le dispositif de prévention «santé travail» Page 8 sur 28

9 rence capitaliste exerçant sa pression sur le coût de la main d œuvre, plaçant également les professionnels de la prévention (en particulier les Médecins du travail) devant des injonctions contradictoires. Exp. :Préserver la santé des salariés, sans les fragiliser dans leur emploi face à des exigences de compétitivité économiques qui exercent une pression phénoménale sur une organisation du travail agressive pour la santé afin de faire baisser la part de rémunération du travail salarié?? Exemple du certificat d aptitude délivré par le médecin du travail : en le délivrant le médecin du travail certifie que le travail ne présente aucun risque d altération pour la santé de l individu. Délivrer un tel certificat dans les circonstances actuelles, où les médecins en sous effectifs ne disposent pas des moyens d exercer effectivement, au moins le 1/3 temps réglementaire de visites des postes de travail, alors qu ils voient les conséquences des conditions de travail sur la santé des salariés, ils sont amenés à prendre en compte les conséquences secondaires sur la santé engendrées par une déclaration d inaptitude, sans pouvoir garantir que le poste de travail n altérera pas la santé de l individu. Un noyau important de salariés privés d emploi est constitué de salariés «abîmés» par le travail et exclus par ce que ne répondant plus aux critères de productivité exigés par les employeurs. Exp. : aucune voix de relève le scandale que constitue le débat consensuel entre gouvernement et patronat de l automobile sur «le rajeunissement de la pyramide des âges» dans cette industrie, où la motivation n est pas autre chose que de remplacer des salariés usés par le travail et ne pouvant plus répondre aux exigence d intensification du travail, par des jeunes qui seront à nouveau usés si les conditions de travail ne sont pas transformées pour préserver leur santé. le dispositif de prévention primaire a été peu à peu pénétré par la logique «abaissement des coûts/rentabilité financière» sous la férule d une idéologie libérale portée par le MEDEF, et les dispositifs de prévention sont pervertis ou contournés : - exp. Tricheries et fraudes patronales sur les déclarations de AT / MP ; - perversion de la contestation préalable systématique à la reconnaissance des AT/MP, par les caisses primaires, induisant «la présomption de fraude» du salarié (pervertissant le concept de présomption d imputabilité), et la réduction du champ d imputation de l AT ou de la MP, alors que la sécurité sociale devrait au contraire porter secours et assistance aux victimes, tout en instruisant des enquêtes pour identifier les causes et inciter à la transformation des situations pour supprimer, réduire, à tout le moins rendre le risque inopérant, pour protéger la santé des salariés, là où il y a pu y avoir AT ou MP, exerçant ainsi une mission de prévention collective. En réalité, la logique de prévention n est plus à l œuvre dans le fonctionnement du dispositif lui-même. La «gestion du risque» s est substituée à la «prévention». C est le rapport coût/rentabilité financière, performance économique de l entreprise qui induit les comportements pervers. La préoccupation n est plus de supprimer ou de réduire les risques jusqu à les rendre inoffensifs pour la santé des salariés, c est de les confiner dans une évaluation de leur dimension financière qu ils peuvent prendre et du coût que cela peut représenter pour l entreprise. C est dans cette logique que la sous-traitance(loi 1975) permet aux donneurs d ordre d externaliser les risques et aux employeurs d utiliser la précarité (loi sur l intérim 1972, et recours aux CDD, CES, CEC, temps partiels etc ) pour exclure les salariés fragilisés ne répondant plus aux critères de productivité exigés par les objectifs de rentabilité financière. L affaire de l amiante montre que cette logique peut se traduire par un choix délibéré de conduire des dizaines de milliers de personnes à la mort quitte à payer le coût de la réparation, considérant que les victimes rencontreront de nombreuses difficultés à la reconnaissance du caractère professionnel de leur maladie, qu en outre cela fera l objet d une bataille et que le coût de la réparation n atteindra pas celui des profits réalisés, qui auraient été moindre (voire sans intérêt) si toute les précautions préventives avaient dues être investies au préalable. S.DUFOUR / grp CFD W/R Le dispositif de prévention «santé travail» Page 9 sur 29

10 Sélection ou exclusion pour raison de santé remettent en cause le droit d accès non discriminatoire à l emploi. La santé devient un moyen d organiser une exclusion économiquement justifiée, pour cause de manque de rentabilité financière, cyniquement présentée dans l intérêt de l individu. La santé des salariés n intervient plus que comme une composante variable d ajustement du coût de production, que la «gestion du risque» permet d évaluer financièrement pour l entreprise, permettant ainsi de libérer l employeur de son obligation fondamentale d investir pour la suppression du risque et l amélioration des conditions de travail. La «gestion du risque» permet aux employeurs d instrumentaliser le dispositif de prévention pour en faire un outil de maintien à minima et par sélection de l état sanitaire compatible avec les objectifs de performance de l entreprise. Le dispositif de protection de la santé acquis par l action et les luttes syndicale peut être peu à peu confisqué par le patronat pour être pervertit jusqu à devenir un levier de remise en cause d un droit fondamental de la déclaration des droits de l homme, et de la constitution : l accès à l emploi pour tous. C est en fait toute la dynamique de «progrès social» qui se trouverait mise en panne sur un consensus superficiel s appuyant sur une démarche pseudoscientifique. Il est d ailleurs remarquable de constater avec quelle ardeur le patronat s oppose aux CHSCT qui veulent exercer pleinement leurs prérogatives et faire vivre leurs missions légalement définies, l énergie qu il dépense pour entraver plus ou moins subtilement leur fonctionnement, notamment en les cantonnant dans un rôle restrictif de respect des règles de sécurité, le plus coupé possible de l activité syndicale, pour garder jalousement son pouvoir sur l organisation du travail. Chacun des militants qui exercent un mandat syndical sur ce champ d action constate fréquemment qu il a affaire aux militants patronaux les plus rétrogrades, les plus extrémistes. L augmentation préoccupante, en dépit des tricheries patronales sur les déclarations AT/MP (rapport DENIEL), des courbes de maladies professionnelles et d accident du travail ( ), montrent en fait que nous ne sommes pas seulement confrontés à un vieillissement du dispositif de prévention. Il convient, certes, d y intégrer les nouvelles techniques d investigation et prendre en compte la transformation de l organisation et du contenu du travail. Surtout, c est à une crise du dispositif, qui n exerce pas son rôle parce qu il ne fonctionne pas uniquement sur la base des principes de prévention dévolue par la législation, à laquelle nous sommes confrontés. Ceci ne remet pas en cause la qualité et la conscience professionnelle des diverses catégories de salariés qui exercent au mieux leur activité dans ces institutions, qui pour beaucoup dénoncent leurs difficultés à répondre à une mission soumise à des injonctions contradictoires. - Le patronat utilise et organise la confusion L action syndicale Ainsi, les injonctions contradictoires qui ressortent pour les unes de la logique de la santé pour les autres de la logique du profit maximum de l entreprise conduisent à perturber la mission des professionnels institutionnels de la prévention. Il ne s agit pas seulement de réexaminer le redéploiement du dispositif pour simplement le «moderniser», à coût constant et sans toucher aux pouvoirs de l employeur. C est ce qu ont déclaré les représentants patronaux à l occasion de la réunion plénière du Conseil Supérieur de Prévention des Risques Professionnels (CSPRP) du 25/02/99 s agissant de la déclaration commune des organisations S.DUFOUR / grp CFD W/R Le dispositif de prévention «santé travail» Page 10 sur 28

11 patronales avec CFDT, FO, CFTC et CGC. La CGT propose d examiner les moyens d actualiser, de moderniser, de garantir à chacune des composantes du dispositif l exercice de sa mission conformément aux principes de prévention, avec des moyens pour son efficacité. Le patronat utilise de surcroît sa position dominante que lui confère le paritarisme (représentation équivalente Patronat/Salariés) dans les institutions pour enfermer le travail des professionnels dans sa logique et couvrir de la caution scientifique, technique ou médicale une organisation du travail agressive pour la santé et sélective. Le patronat empêche ainsi les questions d organisation du travail de surgir dans le champ social sous l angle de la santé, sachant que pour lui cette approche présente l inconvénient majeur de le placer en situation plus faible dans le rapport de force social. Les choses lui sont d autant plus facilitées par la division syndicale, mais aussi par un investissement particulièrement faible du syndicalisme sur le champ de la santé au travail qui dans certains cas a accepté, au nom de l emploi, une contre partie de la santé en compensation partie financière (prime de risque, prime d insalubrité, ). C est bien la démonstration que les effets contradictoires du rapport Santé/Travail, et particulièrement la détermination des solutions à mettre en œuvre sont fondamentalement du ressort du débat social avec le rapport de force. Les professionnels ont à instruire, à analyser les contradictions santé et travail, à avancer des propositions pour permettre au débat social de trancher. La responsabilité syndicale est donc fondamentale pour porter les questions de Santé Travail dans le débat social, à tous les niveaux pertinents, de l entreprise au national, voire international, au plan professionnel, et interprofessionnel. - II/- Les propositions de la CGT : - A/ Clarifier la mission et le contenu du travail de prévention. Il convient de répertorier tous les actes nécessaires à l action de prévention. Ce travail pourrait être du ressort de l ANACT. Le médecin du travail par sa mission, les conditions d exercice de son art (serment d Hypocrate, réglementation et déontologie) constitue un maillon important du dispositif de prévention. C est lui qui dit, lorsqu un salarié est malade, que le poste de travail est dangereux, les conséquence pour la santé et pourquoi. Il peut arrêter le travail ainsi organisé. Les autres acteurs ont notamment pour mission d analyser les contradictions et d avancer une vision claire de la situation du salarié au travail, d ouvrir des pistes et des solutions. Sur cette base les organisations syndicales, les CHSCT, avec la consultation des salariés négocient avec les employeurs la meilleure application des propositions instruites par les préventeurs. L efficacité du dispositif suppose de faire tendre et converger dans la complémentarité l exercice de l activité de tous les acteurs de prévention vers le lieu de travail, où le CHSCT et le syndicat constituent des acteurs décisifs. S.DUFOUR / grp CFD W/R Le dispositif de prévention «santé travail» Page 11 sur 28

12 - B/ - Clarifier l organisation et la gestion des institutions de prévention extérieures à l entreprise : L examen minutieux du fonctionnement des institutions du dispositif de prévention font apparaître trois dimension au cœur de cet enjeu : - a/- La composition paritaire salariés/employeurs (50%/50%) dans les organes de direction de ces institutions ne permet pas une dynamique de prévention des risques professionnels efficace. Le déséquilibre de pouvoir dans l entreprise entre celui qui crée le risque (l employeur) et celui qui le subit (le salarié), exige de donner une place prépondérante aux représentants des salariés. Il faut rétablir l équilibre dans la mission de prévention, afin d assurer l indépendance de l institution à l égard de celui qui crée le risque et qui poursuit un intérêt économique, afin que celle-ci échappe à la logique économique et puisse se consacrer à l objet fondamental : la prévention pour la protection de la santé des salariés. Compte tenu de l enjeu des débats, délibérations et décisions de ces institutions, il importe qu elle soient publiques, fassent l objet d une publicité par des moyens facilement accessibles et identifiés. Les délibérations des Conseils d Administration de ces institutions doivent également engager la responsabilité pénale de ses membres, afin de les amener à s entourer de toutes les garanties techniques et scientifiques nécessaires à les instruire, et les dissuader de combinaisons contre nature à l intérêt de ceux que ces institutions sont censées protéger. - b/- Le financement de ces institutions ayant pour objet de protéger la santé au travail est exclusivement assuré par les entreprises. Ce financement doit être considéré comme un investissement pour l entreprise, lorsqu il s agit d organisation de la production tenant compte de la santé des salariés et l amélioration des conditions de travail, la surveillance, l évaluation, le contrôle, la transformation et l adaptation de celle-ci. Comme un salaire socialisé, lorsqu il s agit de réparer des atteintes à la santé causées par le travail, considérant que la réparation révèle l échec de la prévention et doit conduire à prendre les mesures correctives adéquates et rapides. Il convient pour financer les institutions de prévention de créer les bases d un financement mutualisé qui ne provoque pas d effets pervers comme aujourd hui puisqu il incite à la sous déclaration des AT / MP par l employeur, ou par sa pression sur les victimes, mais doit viser la réparation intégrale (soins, salaires, carrière, emploi, douleur), et s adosser sur un ratio prenant en compte la richesse créée et les effectifs, et pour une autre part sur la base des risques d atteinte à la santé avérés ou potentiels. Le système de réparation des conséquences du travail sur la santé, constitue de ce point de vue un outil important qu il faut rendre encore plus efficace pour développer la prévention, par l analyse systématique de la causalité professionnelle à toute maladie ou accident. Les déclarations de maladies professionnelles et d accidents du travail constituent un moyen de protection et d alerte qui doivent protéger les victimes. Il convient donc de renforcer les moyens de dissuasion à l égard des auteurs d entraves à leur établissement par quelques moyens que ce soit (licenciements, blocage de carrière, pertes d éléments de rémunération, sanctions, ententes «commerciales» entre médecins et employeurs, etc.) - c/- Les professionnels de la prévention doivent pouvoir pratiquer, et exercer leur art sans tenir compte des objectifs de performance économique de l entreprise, considérant que leur mission vise à préserver la santé des salariés, et que les arbitrages relèvent du dialogue social, et de la législation. Leur indépendance doit être garantie par un statut unique, identique à celui des inspecteurs du travail, qui définisse leurs responsabilités, leurs droits et devoirs au regard de la mission qui leur est attribuée au bénéfice de la santé. des salariés. S.DUFOUR / grp CFD W/R Le dispositif de prévention «santé travail» Page 12 sur 28

13 Leur voix doit être entendue par les premiers bénéficiaires, et leurs représentants, ainsi que dans les organismes d orientation des institutions qui les emploient. - C/ Pour des institutions de prévention efficaces : -a/- Les moyens : Pour toutes les institutions de prévention et de santé au travail, l augmentation des moyens est la première condition pour que leur mission et l indépendance soient assurées quelque soit le dispositif. -b/- Le champ d intervention des institutions de santé au travail : Les salariés concernés par les institutions de santé au travail sont : - les salariés du privé et du public ; - les travailleurs indépendants ; - les travailleurs sans papier ou illégaux ; - les travailleurs privés d emploi ; - toute personne en situation de formation continue ou initiale. -c/- Les objectifs des institutions et des acteurs de la prévention : - une meilleure réparation des atteintes à la santé ; - la lutte contre l exclusion ; - la prévention des risques et des atteintes à la santé - d/- Le pouvoir des travailleurs sur la santé au travail : -1/- Un droit positif individuel à élaborer pour faire face aux situations de précarité et d absence de représentation des salariés, pour définir de nouveaux pouvoirs sur la construction de la santé par les travailleurs. - Droits et moyens d information équivalente à celle des employeurs sur la santé au travail ; - Droits et moyens à l intervention (au niveau du projet et à posteriori). - Droits et moyens équivalents de ceux des employeurs à mobiliser les institutions. - Une protection individuelle systématique des salariés à l égard de l employeur lors des actions sur la santé au travail. -2/- Un droit positif collectif - Le CHSCT dispose d un pouvoir décisionnel sur l organisation du travail (en projet ou existante). - Les seuils d effectifs à la formation du CHSCT sont supprimés. - Les moyens en nombres, et en heures de délégation minimales des membres du CHSCT sont augmentés. S.DUFOUR / grp CFD W/R Le dispositif de prévention «santé travail» Page 13 sur 28

14 Propositions CGT pour La médecine du travail dont les salariés ont besoin Depuis 1946, la Médecine du Travail dispose d indépendance et de moyens réglementaires, et pourtant, plus les expositions et les contraintes sont fortes : moins les moyens de Médecins du travail sont développés (surcharges d effectifs, très grandes difficultés à prescrire les examens complémentaires et à effectuer le 1/3 temps, ) ; plus leur activité quotidienne est «encadrée» par leur employeur sur la maîtrise de l activité, des priorités, des choix ; plus l arbitraire préside aux affectations d entreprises ; moins le contrôle des salariés au travers de leurs représentants est réellement présent. Dans nombre de grandes entreprises, les pressions pour assujettir la Médecine du Travail à l «gestion des ressources humaines» sont fréquentes. En définitive, le développement de la précarisation du travail et des contraintes de l organisation du travail renforcent la nécessité d augmenter l indépendance et les moyens des médecins du travail en supprimant l exclusivité de gestion par les employeurs en coordonnant, hors système concurrentiel entre les services, une politique de santé publique en santé au travail. La prévention primaire et absolue est imposée à la médecine du travail. Le médecin du travail est un «veilleur» placé par le législateur dans l entreprise pour repérer et signaler tous les risques pour la santé, si possible potentiels et conseiller tous les membres de la communauté de travail sur leur prévention, du seul point de vue de la santé du sujet. Le médecin du travail dit qui est ou qui risque d être malade par le travail et pourquoi. Son exercice repose notamment sur la relation avec le salarié qui peut seul décrire les conditions dans lesquelles il travaille, elle est protégée par le secret médical. Il est un maillon décisif de la prévention. Les missions des médecins du travail : éviter toute altération de la santé des salariés du fait de leur travail et promouvoir l amélioration des conditions et de la santé au travail ; garantir l accès et le maintien à l emploi sans discrimination du fait de la santé, excluant toute médecine de sélection ; élargir la couverture à toutes les formes de travail salarié et non salarié ; participation aux missions de veille sanitaire et de prévention des risques professionnels ; permettre la visibilité sociale des effets du travail sur la santé (rapport annuel au CHSCT, création de nouveaux indicateurs trimestriels). Le financement : il est à la charge exclusive des entreprises puisque ce sont elles qui génèrent le risque ; un financement complémentaire pour les missions de recherche en prévention des risques professionnels sera assuré si nécessaire ; les cotisations s assoient sur un plancher minimal défini réglementairement et prenant en compte le rapport main d œuvre / valeur ajoutée, la branche professionnelle, le volume d emploi précaires et la sous-traitance. Un contrôle de la gestion par l état est mis en place. La structure : Mise en place «d agences spécifiques» départementales de la Médecine du Travail chargées de l administration et de la gestion regroupant tous les exercices actuels de la Médecine du Travail (services inter, autonomes, Fonction Publique d Etat, Territoriale, personnel Hospitalier, Agriculture) ; Maintenir et organiser des services médicaux locaux, au plus près des bénéficiaires, dans les entreprises, dans la proximité immédiate en cas d impossibilité avérée. Le contrôle social y est exercé par les instances représentatives du personnel et par des commissions interentreprises spécifiques ; Pour les entreprises excédant la taille départementale, le contrôle sociale est coordonné par les institutions représentatives du personnel. S.DUFOUR / grp CFD W/R Le dispositif de prévention «santé travail» Page 14 sur 28

15 La gestion : Suppression de l exclusivité de gestion patronale ;l agence départementale est administrée par un Conseil d administration composée d une majorité de représentants des salariés sur listes syndicales représentatives (ils y sont représentés proportionnellement à l influence aux élections aux IRP ou par élection spécifiques). Y participent également avec voix délibératives les employeurs. Les associations de victimes (FNATH, ANDEVA,...), y sont représentées. Les Médecins du Travail devront y être entendus avec voix consultative au Conseil d administration ou au travers d une instance spécifique ; Les représentants de l Etat pourront participer avec voix consultative au CA. L indépendance : Les agences spécifiques de Médecine du Travail ont pour devoir d assurer l indépendance des professionnels de Médecine du Travail ; Renforcer l indépendance des Médecins du Travail, pour lequel il convient particulièrement d instituer le délit d entrave assorti d une peine d amende ; Créer dans leur sein des plateaux de compétences en prévention des risques professionnels ; Créer un statut, pour les infirmier(ère)s et les professionnels des plateaux de compétence, en santé au travail qui garantisse leur indépendance technique ; Des instances de coordination des politiques de santé au travail seront mise en place notamment au niveau départemental et régional. Remarques : Il existe actuellement un déficit d au moins MdT, conformément à la réglementation, en outre, près de 50% du corps actuel pourra prétendre à la retraite autour de l année 2010, alors que le recrutement ne suit pas. S.DUFOUR / grp CFD W/R Le dispositif de prévention «santé travail» Page 15 sur 28

16 L INRS ANALYSE ET PROPOSITIONS DE LA CGT POUR UN INSTITUT REPONDANT A SES MISSIONS DE SERVICE PUBLIC EN PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS LA SITUATION ACTUELLE : 15 ANS DE CONSENSUS SYSTEMATIQUE AU CONSEIL D ADMINISTRATION DE L INRS Toutes les organisations syndicales du Conseil d Administration, depuis une quinzaine d années, désignent a priori un président patronal, sauf la CGT. Ceci, malgré la proposition à chaque fois renouvelée de la CGT, de présenter un candidat représentant des salariés. Depuis une quinzaine d année, les orientations importantes de l activité de l INRS sont votées par 15 voix pour, 3 voix contre ou abstention (CGT). Les administrateurs salariés n ont pas les moyens de connaître les implications précises de leur vote, portant sur des orientations générales. Par ailleurs, en l absence de débat public sur les positions prises au Conseil d Administration, les administrateurs salariés ne sont pas responsabilisés au nom de leur confédération et devant les salariés. De plus, dans ces conditions, les représentants des ministères de tutelle (rarement présents au Conseil d Administration), n interviennent que lorsqu il y a une mobilisation médiatique importante. La médiatisation récente du fonctionnement de l INRS (amiante, éthers de glycol, aluminium, étude génétique ), ainsi qu une intervention directe d un représentant du ministère du Travail, rappelant la mission de service public de l INRS (Conseil d Administration du 22 octobre 1998), a permis d obtenir quelques votes différents de l habituelle règle des CONSEQUENCES DU CONSENSUS : RETARDS ET DERIVES Ce sont, notamment, ces orientations générales qui sont responsables du retard de l INRS en recherche, information et formation, concernant par exemple l amiante, les éthers de glycols, les TMS, les psychopathologies du travail. Ce sont ces orientations, qui expliquent que l INRS soit engagé sur des voies qui ne correspondent pas à ses missions de prévention des risques professionnels, par exemple, le développement d approches centrées sur des caractéristiques individuelles des salariés (génétiques, anthropométriques, de personnalité), alors que la mission de l INRS est de tout mettre en œuvre en matière de prévention envers les salariés exposés à ces risques, en agissant sur le milieu et les conditions du travail, et non sur le salarié lui-même, quelles que soient ses caractéristiques personnelles. Ce sont ces orientations, qui éloignent l INRS de sa mission de service public, comme la politique de privatisation larvée, engagée au cours des deux dernières décennies. De par sa position dans l institution, ses moyens et les compétences du personnel de ces services, l INRS pourrait jouer un rôle de supervision dans le domaine de la certification des machines et des EPI qui correspondrait à sa mission de service public au lieu d entrer en concurrence potentielle ou réelle avec d autres organismes certificateurs. On peut évoquer par ailleurs les stages et les supports de formation qui sont devenus payants et répétitifs, alors que l INRS a aussi pour fonction d expérimenter des actions de formation nouvelles pour les préventeurs (ce qui fait que ce sont surtout les grandes entreprises qui utilisent ces services). S.DUFOUR / grp CFD W/R Le dispositif de prévention «santé travail» Page 16 sur 28

17 Ceci, et d autres formes de services aux entreprises, font que la direction a évalué lors du Bureau du Conseil d Administration du 24 septembre 1998 à 85 millions, sur un budget d environ 350 millions, le montant des impôts supplémentaires auxquels devra faire face l INRS, afin d être en conformité avec l instruction fiscale du 15 septembre 1998 ; instruction fiscale qui s adresse aux associations loi 1901, dont l activité peut être considérée comme concurrente à des organismes à finalité lucrative proposant le même service. Par ailleurs, l INRS s est engagé dans une «démarche qualité», qui consacre son inscription et qui le banalise sur le «marché de la prévention». CONSENSUS ET CENSURE : LA «CONSENSURE» LA CENSURE DIFFUSE OU L AUTOCENSURE L influence patronale est, certes, le résultat d un plan concerté pour bloquer les productions de l INRS qui la dérangeraient, mais aussi le résultat d un système où la responsabilité du blocage est diluée. Ainsi, les différentes directions interprètent à leur manière le consensus, d après les orientations très générales prises au Conseil d Administration, en consignes détaillées pour les services. Ces consignes (détaillées) sont, dès lors, une interprétation du vote qui va toujours dans le sens d un accord avec ce qui est réellement majoritaire au Conseil d Administration, à savoir la position patronale. Une partie importante de la politique réelle de l INRS, est en fait décidée par les directions, dans le sens patronal majoritaire, hors contrôle détaillé des représentants des salariés. Une part importante de l activité (assistance), tournée vers les employeurs, échappe au Conseil d Administration, et a pour référence d autres instances (CNAM, CRAM, instances de normalisation, de certification ). De fait, dans les services, la hiérarchie et les agents qui ne siègent pas au Conseil d Administration, ne sont pas en mesure d évaluer le décalage existant entre les consignes données par la direction et les votes du Conseil d Administration, d autant qu ils auront tous intégré l accord politique quasi-unanime entre administrateurs. Ceci a pour résultat, la mise en place d une stratégie qui se résume au «pas de vagues», où à chaque niveau de l échelle, certains «se donnent une marge de sécurité». Cet enchaînement fonctionne si bien, qu il arrive que la production finale soit autocensurée, au-delà de ce que pourrait espérer le collège patronal. LA CENSURE BRUTALE Il y a censure et pressions lorsque ce système ne fonctionne pas. Lorsque l agent, quand il ne connaît pas les règles ou qu il ne les accepte pas, «sort» une étude, un document, un stage qui ne correspond pas à la ligne donnée. Ainsi, des agents ou leur hiérarchie peuvent recevoir des coups de téléphone, des courriers de constructeurs, d administrateurs ou de membres de l institution. Certains se sont vus retirés brutalement d un projet, ou voient leur projet s arrêter du jour au lendemain. Ils peuvent donc être mutés ou «placardisés». Soudainement, des études ne trouvent plus de débouchés dans les publications de l INRS ou dans les stages. Des intervenants «gênants» ont été écartés de stages, ou ont subi des pressions plus ou moins discrètes. La censure connue par les media, correspond à la forme la plus brutale, mais la plus minoritaire du fonctionnement de l INRS. A l analyse, le fonctionnement quotidien est celui d un blocage sans responsable identifié de toute production qui dérange un consensus quasi général. Ce sentiment est renforcé auprès des agents par un consensus systématique, entre la direction et presque toutes les organisations syndicales à l interne. INNOVER ET PRODUIRE QUAND MEME Pour travailler correctement, il faut ruser : ne pas tout dire de son travail, s appuyer sur des partenaires extérieurs qui rendent le blocage difficile, confier les thèmes «politiquement chauds» à des intervenants extérieurs ou à des précaires (thésards ou CDD par exemple). Dans ces seules conditions, l initiative et la conscience professionnelle permettent aux agents de produire quand même. Car les agents produisent et innovent, la censure ellemême en est une preuve Mais travailler avec une hiérarchie qui a peur de son ombre, qui hésite alors entre la S.DUFOUR / grp CFD W/R Le dispositif de prévention «santé travail» Page 17 sur 28

18 violence et le flou, nécessite de soulever tout le poids d une bureaucratie, et fait perdre par là-même à l INRS, l efficacité que pourrait lui donner la compétence même de ses agents. LES PROPOSITIONS DE LA CGT PRINCIPES Dans le cadre d un financement assuré par les entreprises et non un financement alimenté par l impôt : la CGT tient à conserver l INRS. En fait, les cotisations dites «employeur» constituent un salaire différé : si elles sont versées par l employeur, c est pour l inciter à réduire les risques dans l entreprise. Mais en retour, l Institution doit aux salariés de «réparer» les AT-MP et d inciter à la prévention les employeurs. Partant du fait qu il s agit d un salaire différé et qu ils sont les victimes, les salariés doivent avoir une part prépondérante dans la gestion de la branche Réparation-Prévention. Pour autant, la CGT ne se satisfait pas du fonctionnement actuel de l INRS. Elle considère que son dispositif institutionnel, ne permet pas de répondre à la forte demande sociale dans le domaine de l HSCT, de la santé au travail, et par surcroît de l anticiper. C est la quasi absence de pouvoir des salariés dans l Institution, qui explique les dérapages et les dérives observées de l INRS. Un financement public par l impôt (dégageant les employeurs de leur responsabilité), pas plus qu un financement privé, dans le cadre d une «chasse aux contrats», ne garantissent, a priori, la nécessaire indépendance de l INRS. C est le pouvoir effectif des salariés, de leurs représentants et des agents de l INRS sur les orientations et les productions, qui assureront en cela une réelle indépendance. PROPOSITIONS : Un Conseil d Administration, (lieu où se joue une part importante de l autocensure), à majorité de syndicats de salariés (2/3), avec une représentation élue des agents de l INRS (2 sièges), et des sièges pour les représentants des ministères (2). Ce qui entraînerait une responsabilisation plus forte du vote des syndicats de salariés, permettant de réduire le décalage entre les partenaires sociaux et les agents. Un Conseil d Administration à dominante salariée, ne serait qu une compensation relative du pouvoir dominant réel des employeurs, sur les questions de prévention dans les entreprises. Une publicité des débats et des positions des différents partenaires du Conseil d Administration : dans ce contexte, les différentes positions prises et leurs conséquences en terme de santé au travail, doivent faire l objet d une expression publique dans les organes officiels de l INRS (travail et sécurité par exemple), et au-delà, permettre d instituer un droit d expression directe pour les représentants des salariés. Au niveau des services, les études et projets importants doivent être suivis par des représentants de salariés impliqués : les représentants au Conseil d Administration votent des orientations générales, mais pour les projets d étude, de formation et d information importants, il existe toujours des représentants des partenaires sociaux (salariés et employeurs) plus directement impliqués par le thème. Imaginez par exemple que le CHSCT de Péchiney, demandeur d une étude sur l aluminium, ait eu le même droit à la parole que le représentant de la direction à la commission scientifique! Suppression de l autofinancement, conversion qualitative des activités vers du non commercial et du non concurrentiel, car l autofinancement augmente la dépendance aux employeurs et entraîne des productions répétitives, en bloquant l innovation construite sur la demande des salariés. Supprimer la coupure instituée entre la recherche d une part, la formation, l information et l assistance d autre part. En effet, les missions autres que la recherche sont celles qui permettent aux salariés de s emparer des productions de l INRS, pour faire changer leur situation dans l entreprise. La censure, l autocensure, le blocage sont au moins aussi violents dans les services de formation et S.DUFOUR / grp CFD W/R Le dispositif de prévention «santé travail» Page 18 sur 28

19 d information que dans ceux de la recherche ; l indépendance des chercheurs ne servira à rien sans l indépendance des formateurs, des agents qui font de l assistance et de l information. Recruter en nombre des préventeurs et des techniciens pour les développements nouveaux. A l évidence, les choix de recrutement favorisant systématiquement à l externe, des non-préventeurs qui n ont pas intégré les missions de l institution, renforcent l influence patronale. Il faut donc créer des postes réellement productifs sur des thèmes correspondant à la demande sociale (organisation de travail, cancers professionnels, lombalgies, psychopathologie du travail ). Les salaires à l embauche doivent permettre un recrutement de qualité. S.DUFOUR / grp CFD W/R Le dispositif de prévention «santé travail» Page 19 sur 28

20 LES SERVICES PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS DES CRAM QUELQUES RAPPELS : La Sécurité Sociale assure le risque «accident du travail et maladies professionnelles» pour les salariés du régime général (Loi du 30 octobre 1946). Les Caisses Régionales d Assurance Maladie ont notamment pour rôle de développer et de coordonner la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles. Pour cela elles disposent, au sein des services prévention, d agents agréés et ayant prêtés serment : les ingénieurs conseil et les contrôleurs de sécurité. Le fonctionnement de ces services est assuré par le Fonds national de prévention alimenté par un prélèvement (4 %) des cotisations AT-MP des entreprises. Ces agents ont pour mission de mener des actions de contrôle et de conseil, de diagnostic de risques et des enquêtes sur l hygiène, la sécurité et les conditions de travail, d information et de formation à la sécurité, ainsi que de procéder à des enquêtes suite à des accidents du travail ou des maladies professionnelles ou à caractère professionnel. En présence d'un risque, ils proposent à la direction de la CRAM, l envoi d une injonction à l employeur pour la mise en œuvre, dans un délai donné, de mesures justifiées de prévention. PROPOSITIONS POUR L AMELIORATION DU FONCTIONNEMENT ET DE L EFFICACITE DES SERVICES PREVENTION DES CRAM INDEPENDANCE Les ingénieurs conseil et contrôleurs de sécurité doivent pouvoir exercer leurs missions en toute indépendance vis à vis : d une part, des directions des CRAM et des services prévention, comme de leurs conseils d administration. Cette indépendance n entre pas en conflit avec les obligations naturelles envers la hiérarchie de l institution telles que le compte rendu d activité. d autre part des entreprises. Ils ne doivent être les otages ni des employeurs, ni des salariés. Leur travail s'accomplit avec les uns et les autres. De même, ils engagent des actions de prévention en collaboration aussi bien des instances représentatives des entreprises, que de celles des salariés. Des poursuites sont immédiatement engagées envers l employeur qui refuse la présence d un agent dans l entreprise ou qui agit de façon à y limiter les interventions de l agent. S.DUFOUR / grp CFD W/R Le dispositif de prévention «santé travail» Page 20 sur 28

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 Liste des abréviations... 7 Introduction générale... 13 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 1 Les normes universelles de l OIT... 14 2 Les normes régionales européennes...

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

PRESENTATION STRATEGIQUE

PRESENTATION STRATEGIQUE Programme «Accidents du travail Maladies professionnelles» 7 PRESENTATION STRATEGIQUE DU PROGRAMME DE QUALITE ET D EFFICIENCE «ACCIDENTS DU TRAVAIL MALADIES PROFESSIONNELLES» La branche «accidents du travail

Plus en détail

SOUFFRANCE AU TRAVAIL

SOUFFRANCE AU TRAVAIL Page 1 sur 8 SOUFFRANCE AU TRAVAIL «Un état de stress survient lorsqu il y a déséquilibre entre la perception qu une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu elle

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) ACCORD DU 9 DÉCEMBRE

Plus en détail

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales?

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? L EXPERT-COMPTABLE PILOTE DES MISSIONS DE CONSEIL SOCIAL : QUELS OUTILS, POUR QUELLES MISSIONS? Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? P.1 COMMENT ACCOMPAGNER LE CHEF D ENTREPRISE

Plus en détail

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 Préambule Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION Présents : CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, GIM, UIMM 77 D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014 Ordre du jour 1. Adoption du compte-rendu de la séance du

Plus en détail

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service»

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» DANS LE RESPECT DU PROJET ET DU FONCTIONNEMENT DE LA PERSONNE MORALE, EN CONFORMITE AVEC LA LEGISLATION

Plus en détail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Document réalisé avec l aide de Philippe BIELEC, Ingénieur Conseil à la Direction des risques professionnels de la

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

Sommaire détaillé 9 AR

Sommaire détaillé 9 AR Sommaire détaillé 1 CONTRÔLE DU TRAVAIL... 1.001 A - Ouverture d un établissement industriel et commercial... 1.101 1 - Déclaration nominative préalable à l embauche... 1.102 2 - Registre du commerce -

Plus en détail

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES (TMS)

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES (TMS) Repères Les troubles musculo-squelettiques (TMS) rassemblent un ensemble large de pathologies qui affectent les muscles, les tendons et les nerfs des membres supérieurs et inférieurs au niveau du poignet,

Plus en détail

Compte rendu du séminaire sur les RPS qui a eu lieu mardi 4 février à la MMSH

Compte rendu du séminaire sur les RPS qui a eu lieu mardi 4 février à la MMSH Compte rendu du séminaire sur les RPS qui a eu lieu mardi 4 février à la MMSH En introduction : référence au site rps.hypotheses.org Un questionnaire anonyme sera mis en ligne d ici peu. Un petit film

Plus en détail

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 Eric WOERTH Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique et André SANTINI Secrétaire d État chargé de la

Plus en détail

Convention d assurance chômage

Convention d assurance chômage Aux Union Départementales Aux Fédérations Nationales Paris, le 28 mars 2014 Secteur Formation Professionnelle Emploi/Assurance chômage Réf. : JCM/SL/DD Circ. : n 058-2014 Convention d assurance chômage

Plus en détail

Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise

Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise Des services qui changent la formation Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise fiches pratiques Sommaire 1/ Formation professionnelle et apprentissage 2/ Égalité professionnelle

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES IDCC : 438. ÉCHELONS INTERMÉDIAIRES DES SERVICES EXTÉRIEURS DE PRODUCTION DES SOCIÉTÉS D

Plus en détail

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 Siège national UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 L'UNSA et internet Le site web www.unsa.org Le courriel unsa@unsa.org page 2 les délégués du personnel

Plus en détail

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX Par Michel LEDOUX Avocat Associé CABINET MICHEL LEDOUX ET ASSOCIES 10 RUE PORTALIS 75008 PARIS Tél : 01.44.90.98.98

Plus en détail

Loi sur la sécurisation de l emploi

Loi sur la sécurisation de l emploi Dossier de presse JUIN 2013 Loi sur la sécurisation de l emploi contact presse : cab-tef-presse@cab.travail.gouv.fr Tél. 01 49 55 31 02 1 Sommaire Les origines du texte page 3 De la grande conférence à

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) AVENANT DU 24 SEPTEMBRE

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796.

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013

PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013 RELATIF

Plus en détail

LES ACCIDENTS DE TRAJET

LES ACCIDENTS DE TRAJET Bien que la Sécurité Sociale assimile l accident de trajet aux accidents du travail en matière d indemnisation, il existe des différences. C est pourquoi il convient de déterminer le régime des accidents

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-18 du 7 janvier 2010 portant création d une agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l

Plus en détail

Qui dirige la Sécurité sociale?

Qui dirige la Sécurité sociale? Qui dirige la Sécurité sociale? 1. Pourquoi se poser la question? «La tradition française en matière de Sécurité sociale n est pas une tradition d étatisme bureaucratique [ ] C est pourquoi la législation

Plus en détail

Les seniors, une cible particulière? Tiphaine Garat Ingénieur d étude, UDS

Les seniors, une cible particulière? Tiphaine Garat Ingénieur d étude, UDS Les seniors, une cible particulière? Tiphaine Garat Ingénieur d étude, UDS Journée d information et d échanges organisée par l Equipe de droit social, UMR 7354 DRES La prévention des facteurs de pénibilité,

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES

Plus en détail

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE)

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) Point réglementation N 1 Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycées et collèges) Mis à jour en septembre

Plus en détail

Les commissions antistress sont-elles légales?

Les commissions antistress sont-elles légales? Les commissions antistress sont-elles légales? Face aux risques psychosociaux, le Ministère du travail préconise une démarche concertée pour concevoir un plan de prévention adapté mais surtout accepté.

Plus en détail

ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI

ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI PREAMBULE Pour répondre à la continuité du service que l entreprise doit assurer à ses clients, certaines activités pour certains rôles ou fonctions, recourent à

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Janvier 2010

DOSSIER DE PRESSE Janvier 2010 DOSSIER DE PRESSE Janvier 2010 PREVENTION DES ACCIDENTS DU TRAVAIL ET DES MALADIES PROFESSIONNELLES : Réforme de la tarification des risques professionnels Contacts Presse : Assurance Maladie - Risques

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org Avril 2014 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris

Plus en détail

8 règles d or pour mettre en place le CHSCT et optimiser son fonctionnement

8 règles d or pour mettre en place le CHSCT et optimiser son fonctionnement 8 règles d or pour mettre en place le CHSCT et optimiser son fonctionnement Livre blanc Octobre 2009 www.editions-tissot.fr - 1 - Définition du CHSCT Le CHSCT (Comité d hygiène, de sécurité et des conditions

Plus en détail

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A.

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DU TRAVAIL ET DE LA SOLIDARITÉ Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Sous-direction des formations en alternance et de l insertion des jeunes

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

NEGOCIATIONS EN COURS...2 EVOLUTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES...2 A RETENIR...3 CONTACTS...4 SITE CFTC...5

NEGOCIATIONS EN COURS...2 EVOLUTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES...2 A RETENIR...3 CONTACTS...4 SITE CFTC...5 Tous les mois, l actualité en bref de la Confédération sur l emploi et le chômage SOMMAIRE NEGOCIATIONS EN COURS...2 Signature Convention tripartite triennale 2012/2014: abstention de la CFTC... 2 Auditions

Plus en détail

OUTIL EXPLICATIF CCN 66. Mars 2015. Avenant 328 Complémentaire frais de santé. Cfdt-sante-sociaux.fr

OUTIL EXPLICATIF CCN 66. Mars 2015. Avenant 328 Complémentaire frais de santé. Cfdt-sante-sociaux.fr OUTIL EXPLICATIF CCN 66 Mars 2015 Avenant 328 Complémentaire frais de santé Cfdt-sante-sociaux.fr Généralisation de la complémentaire santé L accord national interprofessionnel (Ani) du 11 janvier 2013,

Plus en détail

Avenant 328 Complémentaire frais de santé

Avenant 328 Complémentaire frais de santé OUTIL EXPLICATIF CCN 66 Mars 2015 Lien pour télécharger le Guide Confédéral du négociateur sur la Généralisation de la complémentaire santé : http://www.cfdt.fr/upload/docs/application/pdf/2014802/guide_ps_23_01_2014_.pdf

Plus en détail

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL 02/06/2015 En matière de droit du travail, la responsabilité de l employeur peut être engagée dans de nombreuses situations que nous allons examiner ci-dessous.

Plus en détail

Libre choix par l assuré de son réparateur et de son expert : le CNPA à l offensive

Libre choix par l assuré de son réparateur et de son expert : le CNPA à l offensive 22 mai 2015 IA15087 Libre choix par l assuré de son réparateur et de son expert : le CNPA à l offensive Le combat du CNPA pour rendre pleinement opérationnel de libre choix de son réparateur s amplifie

Plus en détail

SÉCURISATION DE L EMPLOI

SÉCURISATION DE L EMPLOI Accompagner les dirigeants de l ess dans la gestion des ressources humaines DOSSIER JURIDIQUE SÉCURISATION DE L EMPLOI Réalisé par : La Loi sur la sécurisation de l emploi La loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

Emploi des mineurs et jobs d été

Emploi des mineurs et jobs d été Les évolutions relatives au travail des enfants se sont développées avec les dispositions législatives rendant la scolarité obligatoire. Ainsi les premières lois restreignant l admission des enfants sur

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT Finalité de la prime d activité Article 24 Rédiger ainsi l alinéa 6 : «Art. L. 841-1. La prime d activité a pour objet de soutenir le pouvoir d achat des travailleurs modestes, qu ils soient salariés ou

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

1- Une situation économique et politique dégradée

1- Une situation économique et politique dégradée Le 9 Avril 2015 Intervention Elisabeth Le Gac Assemblée générale URI CFDT Rhône-Alpes Préambule : L activité présentée n est pas exhaustive du travail réalisé par l interpro en Rhône-Alpes. La présentation

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3078 Conventions collectives nationales CABINETS D AVOCATS IDCC : 1000. Personnel

Plus en détail

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796. Personnel de direction Brochure

Plus en détail

Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi

Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi SOMMAIRE INFORMATIONS RESEAU CFTC... 2 Rencontre nationale des mandatés chômage à la Confédération... 2 Suite des réunions de suivi des formations prioritaires

Plus en détail

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française.

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française. 1.8 2 2.2 2.4 2.6 Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française Marc Ferracci 1. Introduction : constats et objectifs Depuis

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES 11 mai 2010 «Variantes de durée d assurance et d âges de la retraite» Dossier technique préparé par le secrétariat général du COR Document N 1 Document de travail, n

Plus en détail

Les experts du CHSCT face à la mesure du travail et de la souffrance : pratiques, dilemmes et enjeux

Les experts du CHSCT face à la mesure du travail et de la souffrance : pratiques, dilemmes et enjeux Gestes Colloque international «Quelles actions pour un autre travail : soulager la souffrance, éradiquer les facteurs de risques, "soigner le travail"?» Les experts du CHSCT face à la mesure du travail

Plus en détail

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur E D I T O Sommaire P1 L édito P2 Révision des classifications et rémunérations minimales : Accord à l unanimité P3 Suite révision des classifications P4 Accord sur la sécurisation de l emploi et le temps

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL PREAMBULE Le présent accord-cadre s inscrit dans la continuité des nombreux dispositifs légaux et conventionnels touchant directement

Plus en détail

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales Universit niversités s des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation

Plus en détail

Les responsabilités de l employeur. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P

Les responsabilités de l employeur. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Les responsabilités de l employeur APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 10/2012 Différentes responsabilités 1- La Responsabilité Administrative Est relative - au respect des obligations du contrat

Plus en détail

Les Groupements de coopération

Les Groupements de coopération Les Groupements de coopération Intégrer les salariés dans la mise en œuvre des restructurations Une nécessité pour la CFDT Santé Sociaux MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Audition du 7 septembre

Plus en détail

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire L analyse de la MNT sur le projet de décret Patrick DOS Vice-Président de la MNT Participation des employeurs

Plus en détail

Données juridiques : gestion du risque

Données juridiques : gestion du risque Chrystelle Boileau Les facteurs de risques relatifs à l accompagnement de nuit à domicile sont de plusieurs ordres : - Risques routiers, du fait des déplacements véhiculés des professionnels ; - Risques

Plus en détail

Article 1 : LA GÉNÉRALISATION DE LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ

Article 1 : LA GÉNÉRALISATION DE LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ANI du 11 janvier 2013 pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l'emploi et des parcours professionnels des salariés Etude des

Plus en détail

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE La CFTC demande l organisation d un marathon social. Il s agira d élaborer une liste lors de cette réunion du 18

Plus en détail

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes Cartes sur table Pour une justice sociale et fiscale Quatre propositions concrètes AVERTISSEMENT La mission de la Fondation Jean-Jaurès est de faire vivre le débat public et de concourir ainsi à la rénovation

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

SANTE AU TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

SANTE AU TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 1 SANTE AU TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Dr Sylvain PEREAUX 1. L APTITUDE MÉDICALE DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le but de l aptitude médicale à un poste de travail est de vérifier

Plus en détail

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique Base de données économiques et sociales vigilance, exigences et conquêtes guide pratique élus et mandatés L article 8 de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 a introduit un nouveau dispositif

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité

Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité Dans le champ de l action sociale, médico-sociale et de la santé, le secteur associatif représente environ

Plus en détail

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE»

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» Intervenant : Jean-Jacques LANTONNET Expert Tarification AT-MP Direction des Risques Professionnels Caisse

Plus en détail

Règlement d aide sociale facultative. C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS. 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative

Règlement d aide sociale facultative. C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS. 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative Règlement d aide sociale facultative C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative Le présent règlement d aide sociale facultative précise les règles selon lesquelles

Plus en détail

AVENANT n 300 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU 15 MARS 1966 RELATIF AUX REGIMES DE PREVOYANCE COLLECTIFS

AVENANT n 300 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU 15 MARS 1966 RELATIF AUX REGIMES DE PREVOYANCE COLLECTIFS AVENANT n 300 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU 15 MARS 1966 RELATIF AUX REGIMES DE PREVOYANCE COLLECTIFS Entre les organisations patronales signataires : Le syndicat général des organismes privés

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

L obligation de l employeur à une certaine loyauté dans la négociation collective : une construction jurisprudentielle qui s affirme

L obligation de l employeur à une certaine loyauté dans la négociation collective : une construction jurisprudentielle qui s affirme L obligation de l employeur à une certaine loyauté dans la négociation collective : une construction jurisprudentielle qui s affirme Dans le présent arrêt, la chambre sociale de la Cour de cassation renforce

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer Inspection générale des affaires sociales RM2014-090R Inspection générale de l administration N 14-122/14-077/01 L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer SYNTHESE Établie par Michel

Plus en détail

Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations

Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations Centre de Ressources et d Information des Bénévoles Ce que l on va aborder Propos introductifs : l esprit

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux?

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? Les cahiers de l Observatoire Comment un accident peut-il engager la responsabilité pénale des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? table des matières Avant-propos de Bernard Bellec... P. 5

Plus en détail

Mémorandum Projet de loi de santé : risques du tiers payant généralisé

Mémorandum Projet de loi de santé : risques du tiers payant généralisé Mémorandum Projet de loi de santé : risques du tiers payant généralisé Une des mesures phares du projet de loi de santé présenté par Marisol TOURAINE, Ministre des Affaires Sociales, de la Santé et des

Plus en détail