LA MATERIOVIGILANCE ET LA GESTION DES RISQUES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA MATERIOVIGILANCE ET LA GESTION DES RISQUES"

Transcription

1 LA MATERIOVIGILANCE ET LA GESTION DES RISQUES LA MATERIOVIGILANCE 1.Cadre réglementaire et référentiel ANAES Décret n du 16 mars 1995 relatif aux dispositifs médicaux définis à l'article L (L ) du code de la santé publique (CSP), publié au JO du 17 mars 1995 : articles R à R du CSP. Arrêté du 3 octobre 1995 Relatif aux modalités d'utilisation et de contrôle des matériels et dispositifs médicaux assurant les fonctions et actes cités aux articles D et D du code de la santé publique Décret n du 15 janvier 1996 relatif à la matériovigilance exercée sur les dispositifs médicaux, publié au JO du 17 janvier 1996: articles R à R du CSP. Décret n du 30 septembre 2002 relatif aux catégories de dispositifs médicaux devant faire l'objet d'une communication lors de leur mise en service et modifiant le livre V bis du code de la santé publique (deuxième partie : Décrets en Conseil d'etat) Arrêté du 15 septembre 2003 portant délimitation du champ de compétence des sous-commissions techniques de la Commission nationale de matériovigilance Article 1 Les champs de compétence des sous-commissions techniques de la Commission nationale de matériovigilance prévues à l'article R du code de la santé publique sont répartis de la façon suivante : Sous-commission technique 1 : section équipements médicaux. Sous-commission technique 2 : section dispositifs chirurgicaux. Sous-commission technique 3 : section dispositifs des tissus osseux et articulaires. Sous-commission technique 4 : section dispositifs d'anesthésie et réanimation. Sous-commission technique 5 : section dispositifs cardio-vasculaires. Sous-commission technique 6 : section dispositifs de chirurgie spécialisée. Sous-commission technique 7 : section dispositifs de cathétérisme et perfusion.

2 Sous-commission technique 8 : section dispositifs de désinfection/stérilisation et consommables. Sous-commission technique 9 : section dispositifs de transfusion et d'épuration extra-rénale. AGENCE NATIONALE D ACCRÉDITATION ET D ÉVALUATION EN SANTÉ Manuel d accréditation des établissements de santé- Actualisation - Juin Référentiel III: Qualité et prévention 2.Vigilance sanitaire et sécurité transfusionnelle (p ) -VST -Référence 2 Les vigilances sanitaires sont opérationnelles dans l'établissement (p 102) VST.2.a.- VST.2.b.- VST.2.c.- VST.2.d.- VST.2.e.- AGENCE NATIONALE D ACCRÉDITATION ET D ÉVALUATION EN SANTÉ Manuel d accréditation des établissements de santé- Deuxième procédure d accréditation Septembre 2004 CHAPITRE II -RESSOURCES TRANSVERSALES - C. Organisation de la qualité et de la gestion des risques (p 35) Référence 15 Un dispositif de veille sanitaire est opérationnel. Le dispositif de veille sanitaire permet l identification, le signalement interne et externe, l enregistrement*, l investigation et le traitement des événements indésirables et la réponse aux alertes sanitaires. Les vigilances sanitaires* réglementées appartiennent à ce dispositif. Il s agit de la pharmacovigilance (médicaments), de l hémovigilance (produits sanguins labiles), de la matériovigilance (dispositifs médicaux), de la réactovigilance (dispositifs médicaux de diagnostics in vitro), de la pharmacodépendance (psychotropes et stupéfiants), de la biovigilance (organes, tissus, cellules et produits thérapeutiques annexes) et de la cosmétovigilance (produits cosmétiques ou d hygiène corporelle). 15.a. Les procédures à mettre en œuvre en cas d événement indésirable* sont en place et sont connues des professionnels. La survenue d un événement indésirable doit faire envisager la mise en place des mesures immédiates pour traiter l événement, la mise en place de mesures conservatoires pour faire face au risque correspondant et le signalement de l événement. 15.b. La traçabilité des produits de santé est assurée. La traçabilité est assurée selon des processus définis. La traçabilité nécessaire est celle prévue par la réglementation. 15.c. Une organisation permettant de répondre à une alerte sanitaire concernant les produits de santé est en place. Cette organisation inclut, si nécessaire, le rappel des patients susceptibles d avoir été exposés à un risque lors d un précédent séjour. 15.d. La coordination des vigilances entre elles et avec le programme global de gestion des risques est assurée. 15.e. Une coordination est assurée entre l établissement et les structures régionales 2

3 et nationales de vigilances. 2. Définition Article R du code de la Santé Publique La matériovigilance a pour objet la surveillance des incidents ou des risques d'incidents résultant de l'utilisation des dispositifs médicaux qui sont définis à l'article L et relèvent des dispositions du présent livre en vertu des articles R à R Elle s'exerce sur les dispositifs médicaux après leur mise sur le marché. 3. La matériovigilance comporte : - le signalement et l'enregistrement des incidents ou des risques d'incidents mentionnés aux articles R et R ; - l'enregistrement, l'évaluation et l'exploitation de ces informations dans un but de prévention ; - la réalisation de toutes études ou travaux concernant la sécurité d'utilisation des dispositifs médicaux ; - la réalisation et le suivi des actions correctives décidées. 4. L'exercice de la matériovigilance peut impliquer, outre la communication par le fabricant des documents mentionnés à l'article R , l'accès aux données du dossier préclinique d'expérimentation et aux données relatives aux investigations cliniques, en particulier aux informations énumérées à l'annexe VIII au présent livre et au rapport sur les investigations cliniques mentionné au point de l'annexe X, ainsi que l'accès aux informations relatives à la conception, à la fabrication, au stockage, à la distribution, à la mise à disposition, à l'utilisation et au suivi dit " traçabilité " des dispositifs médicaux ainsi que l'accès aux informations relatives à leur vente, à leur utilisation et, le cas échéant, à leur prescription. 4.Qui doit signaler? Article R (inséré par Décret nº du 15 janvier 1996 art. 1 Journal Officiel du 17 janvier 1996) Les signalements, obligatoires ou facultatifs, prévus aux articles R et R sont effectués par les fabricants, les utilisateurs ou les tiers qui font la constatation ou qui ont connaissance d'incidents ou de risques d'incident mettant en cause un dispositif médical. Sont considérées comme des tiers les personnes qui ne sont ni des fabricants ou utilisateurs de dispositifs médicaux ni des patients. Entrent notamment dans cette catégorie, lorsqu'ils ont connaissance d'incidents ou de risques d'incident, les responsables de la mise sur le marché et les distributeurs de dispositifs médicaux. 5. Les signalements Article R Donnent lieu obligatoirement et sans délai à un signalement les incidents ou risques d'incidents définis à l'article L (L ) Le fabricant, les utilisateurs d'un dispositif et les tiers ayant connaissance d'un 3

4 incident ou d'un risque d'incident mettant en cause un dispositif ayant entraîné ou susceptible d'entraîner la mort ou la dégradation grave de l'état de santé d'un patient, d'un utilisateur ou d'un tiers doivent le signaler sans délai à l'agence française de sécurité sanitaire des produits de santé. Le fabricant d'un dispositif ou son mandataire est tenu d'informer l'agence française de sécurité sanitaire des produits de santé de tout rappel de ce dispositif du marché, motivé par une raison technique ou médicale. Article R Donnent lieu facultativement à un signalement les incidents suivants : - réaction nocive et non voulue se produisant lors de l'utilisation d'un dispositif médical conformément à sa destination ; - réaction nocive et non voulue résultant d'une utilisation d'un dispositif médical ne respectant pas les instructions du fabricant ; - tout dysfonctionnement ou toute altération des caractéristiques ou des performances d'un dispositif médical ; - toute indication erronée, omission et insuffisance dans la notice d'instruction, le mode d'emploi ou le manuel de maintenance 6-Les dispositifs médicaux Article L du code de la Santé Publique On entend par dispositif médical tout instrument, appareil, équipement, matière, produit, à l'exception des produits d'origine humaine, ou autre article utilisé seul ou en association, y compris les accessoires et logiciels intervenant dans son fonctionnement, destiné par le fabricant à être utilisé chez l'homme à des fins médicales et dont l'action principale voulue n'est pas obtenue par des moyens pharmacologiques ou immunologiques ni par métabolisme, mais dont la fonction peut être assistée par de tels moyens. Un dispositif médical implantable est un dispositif conçu pour être implanté en totalité ou en partie par une intervention chirurgicale ou médicale dans le corps humain, ou placé par une intervention médicale dans un orifice naturel qui est destiné à rester après l intervention. Exemple : prothèse totale de hanche. Un dispositif médical implantable actif est un dispositif qui dépend pour son fonctionnement d une source d énergie autre que celle générée directement par le corps humain ou par la pesanteur. Le pacemaker ou les neuro - stimulateurs en font partie. Les dispositifs médicaux recouvrent une grande diversité de produits tels que le petit matériel médico-chirurgical, stérile ou non, les pansements, les prothèses internes ou externes, les ciments, les bas de contention, les produits dentaires, les lentilles de contact mais aussi du gros matériel également très varié tels que les appareils d imagerie, de monitorage, de réanimation ou de chirurgie. Les produits frontières posent quelques problèmes de classification : ce sont des dispositifs médicaux généralement associés à un médicament mais dont l action principale revendiquée n est pas celle du médicament. A titre d exemple, font partie des produits frontières les dispositifs suivants : - les cathéters héparinés - les pansements imprégnés de substances médicamenteuses 4

5 - les champs à inciser adhésifs imbibés de solutions antiseptiques - les ciments orthopédiques imprégnés 7-La classification des dispositifs médicaux Les critères de classement sont liés à : La durée du contact avec le patient-trois notions de durée sont établies par référence à une utilisation en continue :temporaire, court terme, long terme la destination assignée par le fabricant le degré d invasivité le but thérapeutique ou diagnostique la partie du corps en contact avec le dispositif médical la possibilité de ré-utilisation la dépendance d une source d énergie Quatre catégories ont été identifiées : On distingue 4 classes de dispositifs médicaux Classe I : contact externe avec les tissus cutanés intègres ou lésés. Il s agit de matériel dont l utilisation ne présente pas de danger potentiel important Exemple : les pansements Classe II a : Dispositif introduit dans l organisme ou ses cavités, c est à dire pendant moins de 6 heures ( contact temporaire ) Exemple : sondes vésicales, aiguille hypodermique Classe II b : Dispositif introduit à court terme dans l organisme ou ses cavités, c est à dire en contact de 6heures à moins de 30 jours ou dispositif en contact avec le système nerveux central, le système circulatoire central, ou dispositif biodégradable. Exemple : drains, cathéters courts, poche à sang, hémodialyseurs. Classe III : Dispositif introduit à long terme dans l organisme ou ses cavités c est à dire en contact plus de 30 jours ou les dispositifs contenant un médicament. Ce sont les dispositifs les plus critiques Exemple : implants, fils résorbables, stimulateurs cardiaques. Cette classification correspond à des niveaux de risques différents et croissants et qui répondent à 18 règles de classification fixées dans l annexe IX du Décret n du 16 mars 1995 relatif aux dispositifs médicaux 8-Organisation de la matériovigilance L'organisation de la matériovigilance comprend deux niveaux: - l'échelon national - l'échelon local 8-1 L échelon national L Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé s'est substituée à l'agence du médicament depuis mars Elle a pour mission essentielle de garantir l indépendance et la rigueur scientifique de l évaluation et des contrôles relatifs à l'ensemble des produits de santé 5

6 L Afssaps a ainsi en charge notamment : les médicaments, les réactifs de laboratoire les dispositifs médicaux, les produits sanguins, les produits cosmétiques, les produits thérapeutiques annexes utilisés pour la préservation et le traitement des cellules, tissus et organes, les organes, tissus et cellules, les produits de thérapie génique et de thérapie cellulaire, certains produits diététiques spécialement destinés aux malades, les préparations magistrales et hospitalières. L Afssaps exerce des pouvoirs de police sanitaire importants sur tous les produits de santé, qu ils soient soumis à autorisation ou non. missions : Les articles R et 53 du CSP fixent les misions de l'afssaps - assure la mise en place et le fonctionnement du système national de matériovigilance ; - reçoit les signalements d'incidents - informe le fabricant, lorsque les faits sont signalés par un utilisateur ou un tiers - peut demander au fabricant les informations prévues à l'article R du CSP - peut faire réaliser toute enquête ou tous travaux ; - prend les décisions de police sanitaire, le cas échéant - informe la Commission européenne et les Etats membres et, le cas échéant, l'etablissement français du sang ou l'etablissement français des greffes. Lorsqu un produit présente ou est soupçonné présenter, dans les conditions normales d emploi, un danger pour la santé humaine, l agence peut prendre des mesures de suspension, d interdiction de toute activité portant sur ce produit, avec la possibilité de fixer des conditions particulières d utilisation ou de restriction pour l utilisation de ces produits. 8-2 Echelon local Les établissements (publics et privés) et les associations distribuant des dispositifs médicaux à domicile doivent désigner un correspondant local de matériovigilance (art.r CSP). Cependant en deçà d un seuil d activité, les établissements de santé peuvent se regrouper pour désigner un correspondant de matériovigilance. Cette organisation doit permettre la permanence de la fonction de correspondant de matériovigilance. A cette fin, il convient de désigner un nombre suffisant de suppléants pour qu un correspondant soit joignable à tout moment. En dehors de cette obligation, le décret du laisse toute latitude aux directeurs des établissements pour organiser la matériovigilance au sein de leur établissement. Ainsi, il pourrait être désigné dans chaque unité fonctionnelle un 6

7 référent matériovigilance pouvant constituer un relais de l action du correspondant local. On pourrait également envisager la mise en place d un comité de matériovigilance doté de missions fonctionnelles et/ou opérationnelles. La matériovigilance doit s inscrire dans une démarche de gestion du risque et d'amélioration de la sécurité et de la qualité de soins. le statut du correspondant local désignation : - dans les établissements publics, il est désigné par le directeur après avis de la Commission Médicale d'etablissement. - dans les établissements privés, il est désigné par le responsable administratif après avis de la Conférence Médicale d'etablissement. - dans les associations distribuant des dispositifs médicaux, il est désigné par le directeur de l association après avis du CA. Il peut être désigné parmi le personnel administratif, technique, médical ou paramédical. La notification de désignation doit être adressée par simple courrier au directeur de l AFSSPS missions : - Mission d évaluation des incidents afin de statuer sur la nécessité ou non de les signaler (si les incidents ou risque d incidents sont graves, il faut obligatoirement les déclarer. Pour les accidents non graves, il faut s interroger sur l utilité du signalement pour la collectivité). Parallèlement, ce correspondant recommande ou participe à la mise en œuvre des mesures conservatoires nécessaires. - Signalement des incidents ou risques d incidents qui lui sont rapportés par les utilisateurs ou les tiers qui exercent leur fonction dans l'établissement ou l'association du correspondant. Ce signalement se fait auprès de différentes structures : - le directeur général de l AFSSaPS. - les fabricants concernés. - l Etablissement Français des Greffes (pour les dispositifs utilisés dans la collecte, préparation et conservation d éléments et produit du corps humain). - le centre régional de pharmacovigilance (pour les dispositifs médicaux destinés à l administration de médicaments ou incorporant un médicament. - le correspondant local d hémovigilance ( pour les dispositifs médicaux utilisés dans la collecte dans la collecte, fabrication et administration de produits dérivés du sang). - Participation aux travaux et enquêtes demandés par le ministère de la santé 7

8 9-La mise en œuvre de la matériovigilance Mise en place d un comité pluriprofessionnel de matériovigilance Formaliser l organisation interne de la matériovigilance procédures écrites approuvés et réactualisées Former et informer tous les professionnels de DM Organiser un système de garde ou d astreinte du correspondant de MV par le titulaire ou son (ses) suppléants Identifier les personnes ressources Elaborer un inventaire du parc des équipements Elaborer un livret des DM tenu à jour et daté Gérer les protocoles d utilisation des DM Mettre en place un fichier des fournisseurs de DM comportant la mention de l identité du correspondant de MV Le rôle du pharmacien de l ES est incontournable. Son concours à la matériovigilance étant requis par la loi : Article L du CSP «La gérance d'une pharmacie à usage intérieur est assurée par un pharmacien. Il est responsable du respect de celles des dispositions ayant trait à l'activité pharmaceutique. Les pharmaciens exerçant au sein d'une pharmacie à usage intérieur doivent exercer personnellement leur profession. Ils peuvent se faire aider par des personnes autorisées au sens du titre IV du livre II de la partie IV. La pharmacie à usage intérieur est notamment chargée : - d'assurer, dans le respect des règles qui régissent le fonctionnement de l'établissement, la gestion, l'approvisionnement, la préparation, le contrôle, la détention et la dispensation des médicaments, produits ou objets mentionnés à l'article L ainsi que des dispositifs médicaux stériles ; - de mener ou de participer à toute action d'information sur ces médicaments, matériels, produits ou objets, ainsi qu'à toute action de promotion et d'évaluation de leur bon usage, de contribuer à leur évaluation et de concourir à la pharmacovigilance et à la matériovigilance ; - de mener ou de participer à toute action susceptible de concourir à la qualité et à la sécurité des traitements et des soins dans les domaines relevant de la compétence pharmaceutique. Ces dispositions s'appliquent à la Pharmacie centrale des armées dans le cadre de préparations nécessaires aux besoins spécifiques des armées en l'absence de spécialité pharmaceutique disponible ou adaptée citées au 2 et au 4 de l'article L » 10-Les délais de signalement(1) Les délais de signalement ont différents selon qu'il s'agisse d'incidents ou de risques d'incidents de déclaration obligatoire ou de déclaration facultative. Les incidents graves doivent être signalés sans délai. Dans le cas où le signalement implique plusieurs intervenants, cette obligation concerne chacun d'eux. La notion de sans délai n'est pas, par essence, quantifiable, contrairement aux délais de signalement recommandés par le MEDDEV matériovigilance 8

9 1- Guide de la matériovigilance. Sécurité des dispositifs médicaux Informations Hospitalières Ministère de la Santé. Décembre 1997-janvier Cette notion de sans délai signifie au plan pratique, que la personne qui a connaissance de l'incident ou risque d'incident doit agir avec discernements, sans retard, prioritairement, mais sans faire courir de risques supplémentaires à la victime de l'incident. Pour les incidents non graves, 2 cas sont possibles Pour les établissements de santé et les associations distribuant des soins médicaux à domicile, si le correspondant local de matériovigilance décide de les signaler, il doit le faire une fois par trimestre, c'est-à-dire en groupant l'envoi des incidents qu'il souhaite porter à la connaissance du ministère de la santé ; - pour les autres déclarants d'incidents non graves dans l'hypothèse où le signalement est décidé, aucune contrainte de délai n'est imposé. Dans les deux cas, il est souhaitable que ces signalements mentionnent clairement qu ils sont fait au titre de l article R Cela permet, le cas échéant. la mise en oeuvre de modalités particulières d'évaluation de ces incidents par le ministère de Ia santé, après vérification du niveau de gravité des incidents signalés 11-Que faut-il signaler?( 2) a) l'incident ou risque d'incident est grave: il faut le déclarer, cette obligation ne souffrant aucune exception, sauf si les circonstances de l'incident disculpe sans équivoque le dispositif médical et à condition que le signalement ne puisse pas conduire à des mesures d'amélioration de la sécurité et de la qualité des soins. S'il y a un doute sur la gravité de l'incident, il est préférable de le déclarer. b) certains évènements non graves, ne devraient pas faire l'objet de signalements sauf si leur répétition est évocatrice d'une cause sous- jacente n apparaissant pas en première analyse et nécessitant alors d être signalée. les pannes dès lors que les sécurités prévues par le constructeur en cas de défaut ont bien fonctionné. L insatisfaction dans l'usage de dispositifs médicaux, dès lors qu elle n'est pas liée à un défaut de sécurité c) pour tous les autres incidents non graves, il convient de s interroger sur l'utilité pour la collectivité du signalement. De ce point de vue, il paraît nécessaire de, recommander le signalement des incidents ou risques d'incidents dont la répétition, pour les mêmes causes, dans un autre lieu, pourrait conduire à prendre des mesures de portée générale ayant pour objet l amélioration de la sécurité et le la qualité des soins. 12-Les mesures conservatoires(3) La survenue d'un incident ou risque d'incident doit conduire à s interroger sur les mesures conservatoires à prendre, qu il y ait ou non signalement ultérieurement. Celles-ci ont 3 objectifs, - éviter que l'incident ne se produise ou faire cesser l'incident qui se produit, dans l'intérêt de ceux qui pourraient en être ou qui en sont les victimes, - éviter que 'l'incident au risque d'incident ne se reproduise localement avec le même dispositif médical ou avec un dispositif médical du même type. 9

10 2-3- Guide de la matériovigilance. Sécurité des dispositifs médicaux Informations Hospitalières Ministère de la Santé. Décembre 1997-janvier faciliter ultérieurement la conduite de l'évaluation de l'incident ou risque d'incident par le ministère de la santé. Les mesures conservatoires à prendre sont extrêmement variables selon la nature des incidents ou risques d'incidents. Il convient pour le moins : - de suspendre l'utilisation de l'équipement dans le cas où la poursuite de son utilisation pourrait s'avérer dangereuse. Ceci permet en outre l'expertise ultérieure du dispositif par le fabricant ou un expert indépendant, dans l état où était le dispositif au moment de l incident, et pour certains dispositifs accéder à des paramètres de fonctionnement enregistrés informatiquement - de récupérer des consommables impliqués dans un incident, et si possible leur emballage - d'organiser le rappel d'un lot ou de plusieurs lots si la nature de l incident fait craindre que tous les dispositifs du (des) lot(s) sont dangereux - de conserver en l état les prothèses ayant fait l objet d une explantation dans des conditions de conservation aptes à permettre l expertise - de procéder à l information des personnels concernés afin de faire cesser l incident ou éviter qu il ne se reproduise. 13-Les outils "matériovigilance"(cf. "mise en oeuvre de la matériovigilance") - Fiche interne de matériovigilance - Fiche de signalement d'un incident ou de risque d'incident de matériovigilance- Formulaire cerfa N *02 - Fiche d'aide au signalement des incidents de matériovigilance - Questionnaire-type approprié au dispositif médical concerné. Formulaire cerfa N 50689#01 - Formulaire type de déclaration d'un correspondant de matériovigilance Cardio-vasculaire - ballon de contre-pulsion intra-aortique - valves cardiaques - catheters d'angioplastie avec ou sans stent Chirurgie - pince à suture mécanique - bistouri électrique Chirurgie mammaire - signalement d'un incident ou risque d'incident relatif à une prothèse mammaire implantable, qu'il donne lieu ou non à une réintervention Neurochirurgie - valve de dérivation et drainage (externe du LCR) 10

11 Ophtalmologie - réaction intra-oculaire inflammatoire et/ou infectieuse constatée après une intervention chirurgicale de cataracte - lentilles intraoculaires souples ou rigides - lentilles de contact et leurs produits - phacoémulsificateur, vitrectomie postérieure ainsi que leurs accessoires Orthopédie - descellement de tige fémorale et/ou d'implant cotyloïdien de prothèse de hanche - usure d'insert cotyloidien (avec ou sans cupule cotyloïdienne) de prothèse totale de hanche - prothèse totale de hanche - ruptures de têtes céramiques de prothèse totale de hanches Consommable - chambres à cathéter implantable (CCI) Equipement - barrières de lit (document très "lourd" : patience) Hygiène - laveur-désinfecteur - stérilisateur 14- La maintenance des équipements Décret n du 5 décembre 2001 relatif à l'obligation de maintenance et au contrôle de qualité des dispositifs médicaux prévus à l'article L du code de la santé publique (troisième partie : Décrets) Arrêté du 3 mars 2003 fixant les listes des dispositifs médicaux soumis à l'obligation de maintenance et au contrôle de qualité mentionnés aux articles L et D du code de la santé publique La maintenance est, de plus en plus, incluse dans le processus de l'entreprise qui devient donc un acteur réel. Elle participe à la bonne marche des ES en assurant sécurité pour les patients et les utilisateurs ainsi que la pleine disponibilité des équipements pour l'ensemble des professionnels. Cet ensemble de besoins implique pour le personnel de participer pour tout ou en partie au rôle de maintenance au travers de l'utilisation des équipements de tâches de maintenance simple de type 1 niveau. Il existe deux types de maintenance : -préventive: maintenance effectuée selon des critères prédéterminés, dans l'intention de réduire la probabilité de défaillance ou la dégradation d'un service rendu (niveau 1 à 4) ; -corrective: maintenance effectuée par l'utilisateur à la suite d'une défaillance (niveau 1). Dans ce cas, il faut faire effectuer une intervention curative par un technicien (niveau 2 à 3). Il ne faut pas confondre maintenance préventive et contrôle qualité. La maintenance préventive implique une intervention technique avec pièces détachées ou kit de maintenance, ayant une incidence sur le maintien des performances du DM au cours du temps. 11

12 LE SUIVI DE CES DEUX TYPES DE MAINTENANCE EST INDIPENSABLE NIVEAUX DE MAINTENANCE (1) Niveau Description Exemple Acteur 1 -Réglages simples ou échanges de consommables prévus par le constructeur -Régler -Nettoyer -Utilisateur 2 -Dépannages par échange standard et opérations préventives simples -Graisser, lubrifier. -Contrôler le bon fonctionnement -Technicien 3 4 -Identification et diagnostic des pannes. - Réparation par échange de composants et opérations préventives -Travaux importants correctifs ou préventifs sans modification ou reconstruction -Analyse, diagnostic de pannes -Réparation, réglage d'appareil -Travaux suite à un diagnostic ou pour une expertise -Technicien -Technicien 5 -Rénovation, reconstruction ou réparation important en atelier spécialisé -Constructeur 1-F.Thibault.Technologie biomédicales hospitalières Université de technologie de Compiègne Les vigilances sanitaires -Hémovigilance -Infectiovigilance -Pharmacovigilance -Biovigilance -Toxicovigilance -Réactovigilance -Cosmétovigilance 15-1 Hémovigilance Définition : "On entend par hémovigilance l'ensemble des procédures de surveillance organisées 12

13 depuis la collecte du sang et de ses composants jusqu'au suivi des receveurs, en vue de recueillir et d'évaluer les informations sur les effets inattendus ou indésirables résultant de l'utilisation thérapeutique des produits sanguins labiles et d'en prévenir l'apparition... "L'hémovigilance est un élément de la sécurité transfusionnelle. Elle comporte pour toute unité préparée d'un produit sanguin labile : Le signalement de tout effet inattendu ou indésirable lié ou susceptible d'être lié à l'usage thérapeutique de ce produit ; Le recueil, la conservation et l'accessibilité des informations relatives à son prélèvement, à sa préparation, à son utilisation ainsi qu'aux effets mentionnés au a ci-dessus ; L'évaluation et l'exploitation de ces informations en vue de prévenir la survenance de tout effet inattendu ou indésirable résultant de l'utilisation thérapeutique des produits sanguins labiles." 15-2 Infectiovigilance Définition : On entend par infectiovigilance l ensemble des procédures permettant d assurer le suivi des infections nosocomiales Pharmacovigilance Définition: " La pharmacovigilance a pour objet la surveillance du risque d'effets indésirables résultant de l'utilisation des médicaments et produits à usage humain mentionnés à l'article L (L ), des produits mentionnés à l'article L (L ) et des médicaments et produits contraceptifs mentionnés à l'article 2 du décret du 3 février 1969." 15-4 Biovigilance Définition : "Le prélèvement d'éléments et la collecte de produits du corps humain à des fins thérapeutiques sont soumis à des règles de sécurité sanitaire définies par décret en Conseil d'etat. Ces règles comprennent notamment des tests de dépistage des maladies transmissibles. Un décret en Conseil d'etat fixe également les conditions dans lesquelles s'exerce la vigilance concernant les éléments et produits du corps humain, les produits, autres que les médicaments, qui en dérivent, ainsi que les dispositifs médicaux les incorporant, en particulier les informations que sont tenus de transmettre les utilisateurs ou des tiers." 15-5Toxicovigilance Définition "La toxicovigilance a pour objet la surveillance des effets toxiques pour l'homme d'un produit, d'une substance ou d'une pollution aux fins de mener des actions d'alerte, de prévention, de formation et d'information. La toxicovigilance comporte : 13

14 - le signalement par les professionnels de santé et les organismes mentionnés à l'article R de toute information relative aux cas d'intoxications aiguës ou chroniques et aux effets potentiels ou avérés résultant de produits ou de substances naturels ou de synthèse ou de situations de pollution, à l'exception de celles relevant du système national de pharmacovigilance ; - l'expertise, l'enregistrement et l'exploitation de ces informations scientifiques et statistiques ainsi que de celles détenues par l'organisme agréé prévu à l'article L du présent code ; - la réalisation et le suivi d'études ou de travaux dans le domaine de la toxicité pour l'homme d'un produit, d'une substance ou d'une pollution" Réactovigilance Définition : Le fabricant ou son mandataire, l'importateur, le distributeur, les professionnels de santé utilisateurs sont tenus de signaler sans délai à l'agence française de sécurité sanitaire des produits de santé toute défaillance ou altération d'un dispositif médical de diagnostic in vitro susceptible d'entraîner des effets néfastes pour la santé des personnes. Le fabricant ou son mandataire est tenu d'informer l'agence française de sécurité sanitaire des produits de santé de tout rappel de dispositifs médicaux de diagnostic in vitro, et de lui communiquer, à sa demande, toute information utile à la mise en oeuvre de mesures de protection sanitaire à l'égard des patients. «Le fabricant ou son mandataire, l'importateur et le distributeur sont tenus de conserver toutes les informations nécessaires au rappel éventuel de dispositifs médicaux de diagnostic in vitro mentionné à l'alinéa précédent (Art. L ) 15-7 Cosmétovigilance Surveillance des produits cosmétiques et des effets indésirables 16- La prévention des risques 16-1 Cadre réglementaire et recommandations Circulaire du 29 mars 2004 relative aux recommandations pour la mise en place d'un programme de gestion des risques les établissements de santé Direction de l Hospitalisation et de l Organisation des Soins MODELE DE GESTION DES RISQUES EN ETABLISSEMENTS DE SANTE Organisation, méthodes et outils -Novembre Agence Nationale d'accréditation et d'évaluation en Santé PRINCIPES METHODOLOGIQUES POUR LA GESTION DES RISQUES EN ETABLISSEMENT DE SANTE - Janvier Ministère de la Santé RECOMMANDATIONS POUR L'ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D'UN PROGRAMME DE GESTION DES RISQUES DANS LES ETABLISSEMENTS DE SANTE - Mai

15 AGENCE NATIONALE D ACCRÉDITATION ET D ÉVALUATION EN SANTÉ Manuel d accréditation des établissements de santé- Actualisation - Juin Référentiel III: Qualité et prévention 1.Gestion de la qualité et prévention des risques (p 95-99) -QPR- Référence 4- Un programme de prévention des risques est en place (p 98) QPR.4.a.Les informations disponibles relatives aux risques et aux événements indésirables sont rassemblées. QPR.4.b. Un système de signalement des événements indésirables est en place. QPR.4.c. Les événements indésirables sont analysés et les mesures d amélioration utiles sont prises. QPR.4.d. Les secteurs, pratiques, actes ou processus à risque sont identifiés et font l objet d actions prioritaires dans le programme de prévention des risques. AGENCE NATIONALE D ACCRÉDITATION ET D ÉVALUATION EN SANTÉ Manuel d accréditation des établissements de santé- Deuxième procédure d accréditation Septembre 2004 CHAPITRE II -RESSOURCES TRANSVERSALES - C. Organisation de la qualité et de la gestion des risques (p 35) Référence 14 La gestion des risques est organisée et coordonnée 14.a. Les informations relatives aux risques sont rassemblées et organisées. Il est nécessaire pour développer la démarche de gestion des risques de réunir les informations disponibles pour améliorer la visibilité sur les risques de l établissement. De nombreuses sources d informations préexistent à la mise en place d une démarche globale de gestion des risques ; par exemple, celles en provenance du CLIN, de la COMEDIMS, du CSTH, de la médecine du travail, et du CHSCT. 14.b. Des dispositions sont en place pour identifier et analyser a priori les risques. L identification a priori des risques permet de gérer les risques prévisibles avant la survenue d événements indésirables. C est par exemple la démarche utilisée pour l inventaire des risques professionnels dans le document unique. 14.c. Des dispositions sont en place pour identifier et analyser a posteriori les risques. L identification a posteriori concerne les événements indésirables : les accidents (risque patent), presque accidents, événements sentinelles qui témoignent de l existence du risque. Les événements sentinelles, prédéfinis, servent de signal d alerte et déclenchent systématiquement une analyse poussée pour identifier et comprendre les points critiques qui requièrent une vigilance particulière des professionnels (ex. : décès inattendus, reprises d interventions chirurgicales). 15

16 14.d. Les résultats issus des analyses de risque permettent de hiérarchiser les risques et de les traiter. 14.e. La gestion d une éventuelle crise est organisée. La crise correspond à une situation exceptionnelle qui vient perturber le fonctionnement habituel de l établissement et aboutit à une situation instable (exemples : épidémie, accident survenu dans l établissement). Les conséquences de la crise sont dépendantes des modalités de réaction de l établissement. S il n est pas possible de prévoir la nature et la forme de la crise, il est possible de se préparer à vivre une crise (organisation, définition des circuits d alerte et des modalités de communication, simulation de crise) et d en limiter ainsi les conséquences. 14.f. L organisation des plans d urgence pour faire face aux risques exceptionnels est en place. Ces plans sont généraux (comme le plan blanc), ou spécifiques (comme le plan canicule). CHAPITRE 4- ÉVALUATION ET DYNAMIQUE D AMÉLIORATION A. Pratique professionnelles (p99) Référence 45 Les professionnels évaluent le risque lié aux soins. Cette référence traite des modalités d évaluation des risques mises en œuvre par les différents secteurs d activité cliniques et médico-techniques. Elle s inscrit en continuité des objectifs de la référence 14. La mise en œuvre par les professionnels de pratiques à risque s accompagne de la nécessité de prévenir la survenue des risques évitables en réunissant les conditions de sécurité adaptées. En complément de cette approche a priori, l analyse de la mortalité et de la morbidité ainsi que l analyse d événements sentinelles permettent d identifier des événements significatifs survenant dans les secteurs d activité et d éviter la récurrence de ces événements. Cette approche permet le retour d expérience, partie intégrante d une démarche de gestion des risques. 45.a. Les professionnels identifient les actes, les processus et les pratiques à risque et évaluent leurs conditions de sécurité. 45.b. L analyse des événements indésirables et la mise en œuvre des actions de prévention et d amélioration correspondantes sont assurées. L analyse consiste à identifier les causes immédiates et latentes de survenue des événements, prioritairement lorsqu ils sont graves. Elle peut être réalisée dans le cadre de revues de mortalité et de morbidité. Elle concerne les événements indésirables prédéfinis comme des événements sentinelles ou encore des événements identifiés par le système de signalement. E. Qualité et gestion des risques (p 101) Référence 50 16

17 La mise en œuvre du programme d amélioration continue de la qualité et de gestion des risques est évaluée. 50.a. L atteinte des objectifs du programme d amélioration continue de la qualité et de gestion des risques est régulièrement évaluée. 50.b. L efficacité de la gestion des risques et des vigilances est évaluée. L efficacité peut être démontrée par l évolution favorable d indicateurs (événements fréquents, précurseurs d événements graves). L évaluation porte également sur l organisation, l activité et le fonctionnement du dispositif de gestion des risques : la remontée des fiches d alerte, l analyse et le traitement des événements, la pertinence des circuits. 50.c. La maîtrise de la documentation est évaluée. Certains risques hospitaliers liés aux vigilances sanitaires sont bien réglementés. Le reste des évènements indésirables doit faire partie d'une surveillance à prévoir dans un ES Définitions Quelques définitions Le risque est un évènement éventuel, incertain, dont la réalisation ne dépend pas exclusivement de la volonté des parties et pouvant causer un dommage.(larousse) La notion de risque -ANAES 2003 «Situation non souhaitée ayant des conséquences négatives résultant de la survenue d un ou plusieurs évènements dont l occurrence est incertaine». «Tout évènement redouté qui réduit l espérance de gain et/ou d efficacité dans une activité humaine». Accident : événement ou chaîne d'événements non intentionnels et fortuits provoquant des dommages. Catastrophe:Evènement subit qui cause un bouleversement, des destructions Danger : ce qui peut compromettre la sécurité ou l existence de quelqu un ou de quelque chose (dictionnaire universel francophone, Hachette 1997). Événement indésirable : situation qui s écarte de procédures ou de résultats escomptés dans une situation habituelle et qui est ou qui serait potentiellement source de dommages. Il existe plusieurs types d événements indésirables : -dysfonctionnement (non-conformité, anomalie, défaut) ; -incident ; -événement sentinelle ; -précurseur ; -presque accident ; -accident. Événement sentinelle : occurrence défavorable qui sert de signal d'alerte et déclenche systématiquement une investigation et une analyse poussée Incident : événement fortuit, peu important en soi et n'ayant pas engendré de conséquence. 17

18 Précurseur : événement critique qui peut conduire à l'accident avec une probabilité importante ; cette probabilité n'est pas définie dans l'absolu mais au regard de la gravité du risque correspondant. Presque accident : situation qui aurait conduit à l'accident si des conditions favorables n'avaient pas permis de l'éviter. Catastrophe Accident PYRAMIDE DU RISQUE Presque accident Evènement sentinelle Incident Dysfonctionnement Les différents types de risques : - Les risques liés à l'environnement - Les risques liés à l'établissement - Les risques liés au personnel - Les risques liés au patient - Les risques liés au non respect de la réglementation - Les risques liés aux dysfonctionnements organisationnels - Les risques liés à la non-conformité aux bonnes pratiques professionnelles 16-3 La prise de risque - La prise de risque "bénéfice" - La prise de risque volontaire - La prise de risque involontaire 16-4 La gestion préventive Un système de gestion préventive des risques est un système qui vise à réduire les risques de survenue d'événements indésirables ou d'accidents. Une gestion préventive des risques implique la nécessité préalable de les avoir identifiés. La première étape consiste donc à mettre en place un système d'information permettant de connaître les risques. Pour ce faire les méthodologies développées et recommandées notamment par l'a.n.a.e.s. sont: L'identification a priori: Elle se confond parfois avec la phase de conception d'un projet ou d'une activité par des professionnels expérimentés qui intègrent formellement ou implicitement les standards, les réglementations, l'expérience du domaine. La base de cette identification se fonde sur une analyse fonctionnelle des processus. L'identification a posteriori: Elle prend en compte les évènements, (incidents, dysfonctionnements, accidents...) qui se sont produits et qui témoignent de l'existence d'un risque. La base de cette 18

19 identification repose sur le signalement ou sur l'audit (principes méthodologiques pour la gestion des risques en établissement de santé l A.N.A.E.5. Janvier 2004). Des systèmes d'identification des risques ont été prévus et notifiés par le législateur notamment pour les risques sanitaires comme l'hémovigilance, la matériovigilance, la pharmacovigilance, la réactovigilance et les infections nosocomiales, mais ce ne sont qu'une partie des risques hospitaliers. Il est donc nécessaire maintenant pour chaque établissement de santé de s'intéresser au repérage et à la prévention des risques quel que soit le domaine 16-5 Les différentes étapes de la gestion des risques 1. IDENTIFIER - A postériori : signalement des évènements indésirables: fiche vigie - A priori: analyse des processus 2. ANALYSER - Hiérarchiser les risques - Analyser les causes 3. TRAITER - Mettre en place des actions correctives 4. PRÉVENIR - Identifier les actions préventives. - Evaluer les moyens mis en oeuvre 5. RÉDUIRE - Mettre en place des actions préventives - Evaluer les résultats 16-6 Mise en place de l'organisation Mise en place d une Cellule de Gestion des Risques et des Vigilances La Cellule de Gestion des Risques et des Vigilances est centralisée et pluridisciplinaire dans le choix des actions et dans les prises de décisions. Proposition de composition - Le Directeur de l'etablissement - Le Responsable de l'assurance Qualité - Le gestionnaire de risques - La DSSI ou Cadre Soignant - Le responsable des services techniques et logistiques - Les correspondants vigilants Missions : - Analyser les processus 19

20 - Suivre l'analyse les signalements - Suivre la mise en œuvre des plans d actions préventives et correctives - Suivre les indicateurs - Construire et mettre en œuvre le plan de communication 16-7 Outils et méthodes La fiche d'évènements indésirables Outil d'identification d'un risque avéré ou potentiel La méthode du Quoi? Qui? Où? Quand? Comment? Pourquoi? (QQOQCP) Permet la recherche d'informations sur un problème, outil indispensable de l'analyse d'une situation L'élaboration la mise en place et l'analyse d'une fiche d'évènements indésirables est l'outil faisant partie de plans d'actions visant à améliorer la sécurité des patients et différents acteurs évoluant dans les ES. Dès qu'un événement est détecté avec une grande fréquence il doit faire l'objet d'une méthode de recherche de solutions (quoi? qui? où? quand? comment? pourquoi?) et déclencher de la mise en place d un plan d action La hiérarchisation des risques et criticité Après avoir détecter la présence des risques, on se doit de les hiérarchiser A) AMDEC : Analyse des modes de défaillance, de leurs effets et de leur criticité Il s agit d'une méthode qualitative utilisée en tant que technique d analyse préventive pour détecter les défaillances potentielles, évaluer les risques et susciter des actions de prévention. La méthodologie de L AMDEC peut être divisée en quatre phases : Phase 1 : Analyse des mécanismes de défaillance Identification des mécanismes de défaillance de manière exhaustive. Phase 2 : Evaluation de la criticité Affectation d un niveau de criticité à chaque défaillance. Détermination des défaillances critiques par comparaison au seuil de criticité acceptable prédéfini. Phase 3 : Proposition d actions correctives Diminution du niveau de criticité des défaillances en agissant sur un ou plusieurs des critères (fréquence, gravité, probabilité de non-détection de la défaillance). Phase 4 : Synthèse de l étude / Décisions Effectuer un bilan et fournir les éléments permettant de lancer les actions à effectuer. Gravité (G) Indice Gravité 1 Gravité mineure Gravité moyenne (risque non vital) 2 Dysfonctionnement prolongé 20

Soins infirmiers et gestion des risques

Soins infirmiers et gestion des risques Soins infirmiers et gestion des risques I. Principe de précaution Hippocrate disait «soulager le malade et ne pas lui nuire» Cet adage «primun non cere» est le principe de la base de la médecine II. La

Plus en détail

Marquage CE et dispositifs médicaux

Marquage CE et dispositifs médicaux Marquage CE et dispositifs médicaux Références officielles Trois principales directives européennes réglementent la mise sur le marché et la mise en service des dispositifs médicaux : la directive 90/385/CEE

Plus en détail

Marquage CE. Kit de formation à la matériovigilance : marquage CE

Marquage CE. Kit de formation à la matériovigilance : marquage CE Kit de formation à la matériovigilance : marquage CE Sommaire Sommaire! Théorie " Qu est-ce qu un dispositif médical? " Qu est-ce que le marquage CE d un DM? " Classification des DM " Procédures d évaluation

Plus en détail

Référentiel d activités

Référentiel d activités Référentiel d activités Activités 1 - Délivrance de médicaments et de dispositifs médicaux. 2 - Réalisation des opérations d'approvisionnement et de gestion au sein de la pharmacie à usage intérieur et

Plus en détail

EVOLUTION RÈGLEMENTAIRE DES DM

EVOLUTION RÈGLEMENTAIRE DES DM EVOLUTION RÈGLEMENTAIRE DES DM Incidence dans les établissements de santé Dominique THIVEAUD Pharmacien CHU Toulouse Président Europharmat Le contexte 2 La refonte de la directive: Points clés: Evaluation

Plus en détail

La prescription médicale La pharmacovigilance

La prescription médicale La pharmacovigilance La prescription médicale La Elisabeth Eccher M D Dziubich DU 2008 PLAN La prescription médicalem Réglementation de la prescription médicalem Réglementation infirmière re vis à vis de la prescription L

Plus en détail

La gestion des risques dans les établissements de soins

La gestion des risques dans les établissements de soins La gestion des risques dans les établissements de soins Forum des Usagers 01/03/2010 Dr Agnès PERRIN Sce de Gestion du Risque Infectieux et des Vigilances CHRU de LILLE Débuts de la gestion des risques

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

Un métier en évolution pour répondre aux nouvelles. Face à ces évolutions, un nouveau métier

Un métier en évolution pour répondre aux nouvelles. Face à ces évolutions, un nouveau métier Les métiers de la pharmacovigilance Des métiers en évolution dans une industrie de haute technologie et d'innovation Une mission d'évaluation et de gestion des risques liés à l'utilisation des médicaments

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Symposium 2ACBI. 04 avril 2013. Jean-Baptiste PEANT Chef de Projet Certification Auditeur Évaluateur Formateur

Symposium 2ACBI. 04 avril 2013. Jean-Baptiste PEANT Chef de Projet Certification Auditeur Évaluateur Formateur Symposium 2ACBI 04 avril 2013 Jean-Baptiste PEANT Chef de Projet Certification Auditeur Évaluateur Formateur Laboratoire National de Métrologie et d'essais 1, rue Gaston Boissier -75724 Paris cedex 15

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : La protection des droits de la personne Code de la santé publique Dispositions introduites

Plus en détail

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient Observatoire des Médicaments, des Dispositifs médicaux et des Innovations Thérapeutiques Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du

Plus en détail

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS 1 sur 9 COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS (L'article intégral est paru dans Gestions Hospitalières n 357 de juin-juillet 1996) Pour plus d'informations concernant

Plus en détail

GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE

GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE Actualisation Mai 2012 Direction de l'evaluation des Dispositifs Médicaux Département Surveillance du Marché GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE

Plus en détail

Ruptures d approvisionnement

Ruptures d approvisionnement Ruptures d approvisionnement Analyse et réflexions de l ONP RUPTURES D APPROVISIONNEMENT ANALYSE ET REFLEXIONS DE L ORDRE NATIONAL DES PHARMACIENS Octobre 2012 Les ruptures d approvisionnement en produits

Plus en détail

LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON. Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances

LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON. Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances PAM Santé, Recherche, Risques et Vigilances (S2RV) Créé en

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

Réorganisation du processus de transfusion sanguine au Liban

Réorganisation du processus de transfusion sanguine au Liban Réorganisation du processus de transfusion sanguine au Liban Cahier des charges du Logiciel Médico Technique Rédigé en collaboration avec Cahier des charges du Logiciel Médico Technique La procédure d

Plus en détail

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 8 : LE CADRE GERE LES RISQUES CONCERNANT LES PRESTATIONS, LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES PERSONNELS,

Plus en détail

TITRE III PRÉVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT. CHAPITRE Ier Dispositions générales

TITRE III PRÉVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT. CHAPITRE Ier Dispositions générales Code du travail nouveau : TITRE III - PREVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT TITRE III PRÉVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT CHAPITRE Ier Dispositions générales SECTION 1 Définitions Art.

Plus en détail

Article 1 er. Code de la santé publique Texte précédent. Nouveau texte. 28/11/2012 Evelyne Pierron Consultants. Article R5121-25

Article 1 er. Code de la santé publique Texte précédent. Nouveau texte. 28/11/2012 Evelyne Pierron Consultants. Article R5121-25 Tableau comparatif Décret n 2012-1244 du 8 novembre 2012 relatif au renforcement des dispositions en matière de sécurité des médicaments à usage humain soumis à autorisation de mise sur le marché et à

Plus en détail

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées,

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées, Décret relatif aux conditions techniques de fonctionnement des établissements de santé qui exercent l activité de traitement de l insuffisance rénale chronique par la pratique de l épuration extrarénale

Plus en détail

BOC/PP 31 juillet 2006 Nº17 texte 11

BOC/PP 31 juillet 2006 Nº17 texte 11 texte 11 CONTRÔLE GÉNÉRAL DES ARMÉES. NOTE-CIRCULAIRE N 1993/DEF/CGA/CRM relative au cahier des clauses administratives particulières communes relatives au traitement d une non conformité, à l émission

Plus en détail

Les défibrillateurs cardiaques implantables

Les défibrillateurs cardiaques implantables Les défibrillateurs cardiaques implantables Etudes d'évaluation économique Etudes d'évaluation technologique Avant-propos Cette étude a été réalisée, à la demande de la Caisse Nationale de l'assurance

Plus en détail

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail;

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail; Arrêté royal du 30 août 2013 fixant des dispositions générales relatives au choix, à l'achat et à l'utilisation d'équipements de protection collective (M.B. 7.10.2013) Chapitre I er. - Dispositions relatives

Plus en détail

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES Septembre 2014 CARTOGRAPHIE DES MÉTIERS DES PRESTATAIRES BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LES DOMAINES MÉDICO-TECHNIQUES www.metiers-medico-techniques.fr CPNEFP de la branche Négoce et

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE. L Etat fixe les règles. Champ réglementé. Activité de soins. Gestion du risque infectieux. Sécurité d utilisation des produits

SECURITE SANITAIRE. L Etat fixe les règles. Champ réglementé. Activité de soins. Gestion du risque infectieux. Sécurité d utilisation des produits SECURITE SANITAIRE à la maîtrise locale des 1-Les vigilances locales 3 Les comités spécialisés L Etat fixe les règles Le champ réglementé est extrêmement vaste Le ministère recense : 7 grands domaines

Plus en détail

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003 REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003 Décret n 2-01-1643 du 2 chaabane 1423 9/10/2002 pris pour l'application de la loi n 16-98 relative au don, au prélèvement et à la transplantation d'organes et de

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE

I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE L Établissement Français du Sang, est l unique opérateur civil de la transfusion sanguine en France. Sa mission première

Plus en détail

Risques et dispositifs médicaux. «Responsabilités encourues» Isabelle Lucas-Baloup. 12, 13 et 14 octobre 2010

Risques et dispositifs médicaux. «Responsabilités encourues» Isabelle Lucas-Baloup. 12, 13 et 14 octobre 2010 Risques et dispositifs médicaux «Responsabilités encourues» 1 Le circuit du dispositif médical Responsabilité D.M. approche systématique approche du produit implique analyse des missions et responsabilités

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après la "LVP"), en particulier l'article 29 ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier l'article 29 ; 1/9 Avis n 22/2014 du 19 mars 2014 Objet : demande d'avis concernant un projet d'arrêté royal réglementant les traitements par les médicaments de substitution (CO-A-2014-006) La Commission de la protection

Plus en détail

A. Protocole de recherche (ainsi que l abrégé en langue française)

A. Protocole de recherche (ainsi que l abrégé en langue française) Commission d'éthique cantonale (VD) de la recherche sur l'être humain Av. de Chailly, 23, 1012 Lausanne Courriel : secretariat.cer@vd.ch 5.12.2013/mz Recommandations pour la soumission d un dossier Tous

Plus en détail

Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers

Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers 1 Préambule La HAS est une autorité administrative indépendante. Dans le cadre de ses missions 1, elle est amenée à conduire des expertises

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION GENERALE DE LA POLICE NATIONALE DIRECTION DE L ADMINISTRATION DE LA POLICE NATIONALE NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004 Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des

Plus en détail

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Glossaire La terminologie propre au projet, ainsi que les abréviations et sigles utilisés sont définis dans le Glossaire. Approbation Décision formelle, donnée

Plus en détail

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ PLAN Préambule Historique de la démarche Cartographie Organigramme Situation actuelle Constat Préambule OVE comprend : Un secteur social Un secteur médico-social

Plus en détail

Mise au point sur LA MAINTENANCE DES DISPOSITIFS MEDICAUX. Octobre 2011. www.afssaps.fr. Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé

Mise au point sur LA MAINTENANCE DES DISPOSITIFS MEDICAUX. Octobre 2011. www.afssaps.fr. Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé Octobre 2011 Mise au point sur LA MAINTENANCE DES DISPOSITIFS MEDICAUX Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé 143-147 boulevard Anatole France F-93285 Saint-Denis Cedex www.afssaps.fr

Plus en détail

NOR: INTC0000278C. (BO Intérieur page 2000-4 page 117)

NOR: INTC0000278C. (BO Intérieur page 2000-4 page 117) Circulaire du 30 novembre 2000 relative à l'exercice des fonctions et aux conditions d'activité d'infirmier et d'infirmière relevant des services de la police nationale NOR: INTC0000278C (BO Intérieur

Plus en détail

DISPOSITIONS SPECIALES ASSURANCE SCOLAIRE

DISPOSITIONS SPECIALES ASSURANCE SCOLAIRE DISPOSITIONS SPECIALES ASSURANCE SCOLAIRE I - Définitions Assuré : l'élève désigné comme assuré jusqu'à l'âge où cesse l'obligation d'assurance ou au-delà s'il poursuit un cycle d'enseignement secondaire.

Plus en détail

RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE

RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE Fabrication et transformation de matériaux et d emballages destinés au contact des aliments : respect des règles d hygiène (méthode HACCP) Réf. Rédacteur LNE PP/GLB

Plus en détail

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE CODE DE LA SANTE PUBLIQUE Section 2 : Exposition à l'amiante dans les immeubles bâtis Sous-section 1 : Immeubles construits avant le 1er janvier 1980 Article R1334-14 : Les articles de la présente sous-section

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS 119 rue de la marne - 33500 - Libourne NOVEMBRE 2014 SOMMAIRE PREAMBULE 1. Présentation du document 2. Les niveaux de certification

Plus en détail

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques B. Dureuil, PG. Yavordios, A. Steib Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs (Absence de conflits d intérêts sur le sujet)

Plus en détail

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique.

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique. Diplôme d Etat d infirmier Référentiel d activités Annexe I Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

Zone de commentaires. Convention EFS / ES ( document à joindre) II, Les systèmes d'information OUI NON NC Zone de commentaires. Zone de commentaires

Zone de commentaires. Convention EFS / ES ( document à joindre) II, Les systèmes d'information OUI NON NC Zone de commentaires. Zone de commentaires 5. ENSEMBLE DES PIECES CONSTITUANT LE DOSSIER A FOURNIR A L'AGENCE REGIONALE DE L'HOSPITALISATION POUR UNE DEMANDE D AUTORISATION DE FONCTIONNEMENT D UN DEPÔT DE SANG DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE I.

Plus en détail

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ Date d entrée en vigueur: Mai 2006 Remplace/amende: VRS-52/s/o Origine: Vice-rectorat aux services Numéro de référence: VPS-52 DÉFINITION Une substance biologique dangereuse se définit comme un organisme

Plus en détail

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Les CAP français en 2009 Réponse téléphonique Toxicovigilance Flesch Françoise QU EST CE QU UN CENTRE ANTIPOISON Art D.711-9-1 1 (Décret

Plus en détail

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

Expertise Médicale en Maladies Infectieuses

Expertise Médicale en Maladies Infectieuses Expertise Médicale en Maladies Infectieuses Dr Stéphane CHADAPAUD SNMInf Centre Hospitalier de Hyères 1 ers EGI - 14/01/2011 - PARIS Différentes juridictions françaises Ordre administratif Traite les problèmes

Plus en détail

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme Coordination de la Gestion des risques Bilan - Programme La démarche Mise en place en 2007 Regroupe l ensemble des Vigilances Sanitaire. Associe le programme CLIN Associe les risques liés aux vigilances

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

gras souligné. gras Décret n 2007-230 du 20 février 2007 Nouveau texte en fonction du décret du 7 juin 2010 Chapitre IV Chapitre IV

gras souligné. gras Décret n 2007-230 du 20 février 2007 Nouveau texte en fonction du décret du 7 juin 2010 Chapitre IV Chapitre IV .Lecture : Dans la colonne 1, les dispositions supprimées ou modifiées (en colonne 2) figurent en gras souligné. Dans la colonne 2, les dispositions modifiées ou nouvelles figurent en gras en fonction

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

DESCRIPTION DE LA REGULATION DE LA PROMOTION DES PRODUITS DE SANTE EN FRANCE

DESCRIPTION DE LA REGULATION DE LA PROMOTION DES PRODUITS DE SANTE EN FRANCE DESCRIPTION DE LA REGULATION DE LA PROMOTION DES PRODUITS DE SANTE EN FRANCE JANVIER 2013 En France, la promotion des produits de santé fait l objet d une législation récemment renforcée. Ce document résume

Plus en détail

JORF n 0266 du 17 novembre 2010. Texte n 19

JORF n 0266 du 17 novembre 2010. Texte n 19 Le 6 juillet 2011 JORF n 0266 du 17 novembre 2010 Texte n 19 ARRETE Arrêté du 9 novembre 2010 fixant les conditions de réalisation des tests rapides d orientation diagnostique de l infection à virus de

Plus en détail

TITRE III SANTÉ DES SPORTIFS ET LUTTE CONTRE LE DOPAGE. Chapitre II. Lutte contre le dopage. Section 3. Agissements interdits et contrôles

TITRE III SANTÉ DES SPORTIFS ET LUTTE CONTRE LE DOPAGE. Chapitre II. Lutte contre le dopage. Section 3. Agissements interdits et contrôles TITRE III SANTÉ DES SPORTIFS ET LUTTE CONTRE LE DOPAGE Chapitre II Lutte contre le dopage Section 3 Agissements interdits et contrôles Sous-section 1 Organisation des contrôles Paragraphe 2 Examens et

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE Chemin de la Bretèque 76230 BOIS-GUILLAUME Mois de juin 2001 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE

Plus en détail

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur;

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur; Arrêté royal du 4 décembre 2012 concernant les prescriptions minimales de sécurité des installations électriques sur les lieux de travail (M.B. 21.12.2012) Section I er. - Champ d'application et définitions

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE du médecin libéral Patrice MARIE, c est l ensemble des documents concernant la santé d un patient donné que le médecin garde, en temps que médecin traitant. La loi, promulguée le 4 mars 2002, réaffirme

Plus en détail

Réduire les risques en santé

Réduire les risques en santé Réduire les risques en santé «Mieux vaut penser le changement que changer le pansement» Marie-Françoise Dumay, Garménick Leblanc, Marc Moulaire, Gilbert Mounier 1 Définition du risque «Possibilité de dommage»

Plus en détail

Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06.

Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06. Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06.1998) Texte coordonné : dernière mise à jour : 08.08.2014 CHAPITRE

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I ANNEXE I DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER Référentiel d activités Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale

TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale Article premier Le titre IV du livre I er de la première

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 85 DU 9 NOVEMBRE 2005 CONCERNANT LE TELETRAVAIL, MODIFIEE PAR LA CONVENTION COLLECTIVE

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 85 DU 9 NOVEMBRE 2005 CONCERNANT LE TELETRAVAIL, MODIFIEE PAR LA CONVENTION COLLECTIVE CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 85 DU 9 NOVEMBRE 2005 CONCERNANT LE TELETRAVAIL, MODIFIEE PAR LA CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 85 BIS DU 27 FEVRIER 2008 ----------------------- Vu la loi du 5 décembre

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d'état N 363164 ECLI:FR:CESSR:2014:363164.20140514 Inédit au recueil Lebon Mme Julia Beurton, rapporteur M. Alexandre Lallet, rapporteur public SCP DELAPORTE, BRIARD, TRICHET, avocats 1ère / 6ème

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE

La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE Définitions Successivement la cartographie a été: L'Art de dresser les

Plus en détail

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Etablissement public sous la tutelle du Ministère chargé de la santé Les recours possibles pour les patients OBTENIR DES EXPLICATIONS Si un patient

Plus en détail

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Etablissement public sous la tutelle du Ministère chargé de la santé Lorsqu il estime avoir été victime, de la part d un établissement ou d un

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 Date d application : 4 février 2013 DOC-PC 024 version 02 1/13 SOMMAIRE PAGES 1 OBJET 3 2 TERMINOLOGIE 3 et 4 3 DOCUMENTS DE REFERENCE

Plus en détail

Royaume du Maroc Ministère de la Santé. règlement Intérieur des ôpitaux

Royaume du Maroc Ministère de la Santé. règlement Intérieur des ôpitaux Royaume du Maroc Ministère de la Santé règlement Intérieur des ôpitaux Ce Document reprend l intégralité des dispositions de l arrêté du Ministère de la Santé N 456-11 du 2 Rajeb 1431 (6 juillet 2010)

Plus en détail

Référentiel du Baccalauréat professionnel MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS INDUSTRIELS

Référentiel du Baccalauréat professionnel MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS INDUSTRIELS Référentiel du Baccalauréat professionnel MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS INDUSTRIELS Juin 2005 SOMMAIRE DES ANNEXES DE L ARRÊTÉ DE CRÉATION DU DIPLÔME ANNEXE I : RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME I a. Référentiel

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ.

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ Organisation MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de

Plus en détail

COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC PREFET DU LOIRET COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC VOUS ETES MAIRE! QUEL EST VOTRE ROLE ET QUELLES SONT VOS RESPONSABILITES? PREFECTURE DU LOIRET CABINET

Plus en détail

PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR

PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR SOMMAIRE COMMENT SE FAIT LA RECHERCHE SUR UN NOUVEAU MÉDICAMENT?...p. 3 À QUOI SERT LA RECHERCHE?...p. 4 QUELLES SONT LES GARANTIES?...p.

Plus en détail

LOI du 4 FEVRIER 2000 relative à la création de l'agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire (Mon. 18.II.2000) (1)

LOI du 4 FEVRIER 2000 relative à la création de l'agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire (Mon. 18.II.2000) (1) LOI du 4 FEVRIER 2000 relative à la création de l'agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire (Mon. 18.II.2000) (1) Modifications: L. 13 juillet 2001 (Mon. 4.VIII.2001) L. 24 décembre 2002

Plus en détail

Repères. Gestion des défibrillateurs automatisés externes

Repères. Gestion des défibrillateurs automatisés externes Repères Gestion des défibrillateurs automatisés externes Juin 2014 Défibrillateurs automatisés externes grand public : Recommandations à suivre Vous êtes une entreprise, une structure accueillant du public

Plus en détail

Loi fédérale sur la responsabilité civile des entreprises de chemins de fer et de bateaux à vapeur et de La Poste Suisse 1

Loi fédérale sur la responsabilité civile des entreprises de chemins de fer et de bateaux à vapeur et de La Poste Suisse 1 Loi fédérale sur la responsabilité civile des entreprises de chemins de fer et de bateaux à vapeur et de La Poste Suisse 1 221.112.742 du 28 mars 1905 (Etat le 3 octobre 2000) L'Assemblée fédérale de la

Plus en détail

GESTION DES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES PAR LES PREPARATEURS EN PHARMACIE HOSPITALIERE AU BLOC OPERATOIRE

GESTION DES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES PAR LES PREPARATEURS EN PHARMACIE HOSPITALIERE AU BLOC OPERATOIRE GESTION DES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES PAR LES PREPARATEURS EN PHARMACIE HOSPITALIERE AU BLOC OPERATOIRE Odile NUIRY, Pharmacien, CHU de SAINT-ETIENNE CONTEXTE Projet de modernisation du CHU En 2009

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR CENTRE HOSPITALIER DE LA ROCHELLE

REGLEMENT INTERIEUR CENTRE HOSPITALIER DE LA ROCHELLE REGLEMENT INTERIEUR DU CENTRE HOSPITALIER DE LA ROCHELLE SOMMAIRE p. 1/4 INTRODUCTION CHAPITRE I - ORGANISATION SECTION 1 - ORGANISATION ADMINISTRATIVE Sous-section 1 - Le Conseil d Administration Sous-section

Plus en détail