Remerciements... Introduction Chapitre 1 Le secteur médico social Chapitre 2 Définir le risque... 13

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Remerciements... Introduction... 1. Chapitre 1 Le secteur médico social... 5. Chapitre 2 Définir le risque... 13"

Transcription

1

2

3 Sommaire Remerciements V Introduction Chapitre 1 Le secteur médico social Chapitre 2 Définir le risque Chapitre 3 Le risque, une préoccupation contemporaine dans les ESSMS Chapitre 4 Risques professionnels Chapitre 5 Risques sanitaires Dunod Toute reproduction non autorisée est un délit. Chapitre 6 Chapitre 7 Chapitre 8 Risques métiers spécifiques à l activité médico sociale Risques dans les ERP : conformité et maintenance générale des locaux Risques naturels, technologiques, environnementaux, socio économiques et de communication Chapitre 9 Outils : prévenir et agir Conclusion Annexes

4

5 Remerciements Remerciements particuliers à Myriam Jouen, ergonome, pour sa longue patience dans ses multiples relectures de cet ouvrage et son aide précieuse. Aux professionnels du CESAP (Comité d études, d éducation et de soins auprès des personnes polyhandicapées) qui expérimentent parfois le regard «risque» porté par l auteur. Aux professionnels de «la Briancière» de l APAJH 91 (désormais Association «Altérité»), établissement qui reste un souvenir important à mes yeux et enfin, last but not least à Sylvie Coppé, pour son soutien essentiel et indispensable.

6

7 Introduction LES EXIGENCES pour plus de sécurité s accentuent régulièrement : la préoccupation du risque est devenue une priorité sociale et politique. À l image de la société contemporaine, la problématique du risque devient très sensible dans le secteur médico-social. Pour ce secteur, tendre vers plus de sécurité est un enjeu des prochaines années. La pression juridique est évidente : les obligations réglementaires imposées par les pouvoirs publics sont croissantes. Pourtant, le nombre, la nature et la dimension des risques auxquels les gestionnaires des établissements médico-sociaux sont confrontés n ont pas évolué radicalement au cours des cinq dernières décennies. Les gestionnaires d établissements, services sociaux et médico-sociaux (ESSMS) sont confrontés aux risques d une façon indirecte : confrontés, bien évidemment aux conséquences morales d un accident ou d un événement dramatique dans un établissement mais aussi du point de vue de leur responsabilité civile ou pénale, aux conséquences juridiques et financières qui découleraient de cet événement. Il semble donc désormais nécessaire, mais aussi utile : de tracer quelques cartes pour aborder cette terra incognita de nombreux travailleurs sociaux ; de donner sens à la complexité (qui n est malheureusement pas qu apparente) de la gestion des risques en établissement médico-social. Dunod Toute reproduction non autorisée est un délit. Le risque est quelquefois défini comme un «danger éventuel plus ou moins prévisible». Nous nous arrêterons plus loin sur les termes de la définition «dangerosité, éventualité, prévisibilité». L objet de l ouvrage est entre autres d interroger cette notion de risque. Cette notion est-elle réelle, objectivable, observable? Il est certain que les risques peuvent être, en partie (mais en partie seulement) : anticipés, prévenus et évités. Mais, penser qu ils puissent disparaître ne fait pas partie des postulats de cet ouvrage. Nous partageons l idée que «faire, c est prendre des risques». Mais, il n est, selon nous, pas plus complexe (ni malheureusement moins complexe!) de traiter de cette question que de tout autre aspect du métier de gestionnaire d établissement médico-social. Gestion financière, gestion des ressources humaines, suivi du projet institutionnel, maîtrise de la législation médico-sociale... la gestion et la prévention des risques participe de ce corpus de connaissances nécessaires à l exercice des métiers fort passionnants que sont les métiers du secteur médico-social. La gestion des risques, d une manière générale, sert à éviter les «dangers éventuels».

8 LA GESTION DES RISQUES DANS LES ESSMS Ces dangers, dans notre secteur sont, plus ou moins prévisibles, mais ils sont évidemment inhérents à toute activité humaine. Il s agit d affirmer qu un risque potentiel peut rester potentiel. Les pratiques éducatives en général, la prise en charge de personnes vulnérables, dans tous les aspects de leur vie, tel que nous allons essayer de l aborder dans cet ouvrage, ne se fondent pas sur l affirmation que le risque zéro est possible. Nous fondons notre idée sur l évidence désormais connue que l on peut prévenir et réduire les risques : si et seulement si, on aborde la question de manière rationnelle. 1. FACE AU RISQUE : DES POSITIONS DIVERGENTES En forçant résolument et caricaturalement le trait, nous pourrions classer les cadres du secteur social, mais probablement aussi l ensemble des travailleurs sociaux dans trois catégories pour décrire leur position vis-à-vis des risques : les premiers ne s en préoccupent pas («posture de négation du risque») ; les seconds s en préoccupent trop («posture de surestimation du risque») ; les troisièmes tentent et tendent de s en préoccuper mais ne disposent que de peu d outils («posture pragmatique»). 2 Pour les membres du premier groupe (négation du risque), penser les risques ne fait pas partie de leurs préoccupations ni même semble les interroger. Les professionnels de ce groupe, probablement les plus rares, prennent, pour ceux qui leur sont confiés et qu ils accompagnent (et pour eux-mêmes aussi) des risques inconsidérés mettant en danger les personnes vulnérables. Ils renvoient celui qui se soucie de la question du risque à une position de vulgaire gestionnaire, vaguement technocrate, manquant de courage, ne connaissant pas le «terrain», n aimant rien moins que les procédures, tout juste ne s interrogent-ils pas sur sa capacité à réellement exercer le métier de travailleur social et a fortiori le métier de directeur... L éducateur doit savoir accepter le «risque éducatif» : l apprentissage de l autonomie, par exemple, se construit effectivement par un processus «d essai/erreur», qui certainement n est pas sans risques. Laisser un mineur seul sans surveillance, lors d une sortie, pour un «temps libre» est une prise de risque qui produira, si aucun incident ne vient entacher la promenade, des effets probablement positifs. Ou dans une démarche pédagogique, si un éducateur souhaite apprendre à un enfant à faire du vélo ou à utiliser un outil (une «machine dangereuse») il n est pas impossible que l élève chute, se blesse, se coupe... c est l exemple d un risque assumé par de nombreux éducateurs sportifs face aux dangers rencontrés sur les terrains de sport. De ces exemples certains voudront montrer que la prise de risque est donc une quasi obligation éducative... donc qu il en est de même pour tout le reste de la question. Pour un directeur, ne pas se préoccuper du risque, c est le plus souvent, radicalement ne pas prendre en compte, nier même, toute une législation pensée comme trop complexe, trop onéreuse, trop chronophage et donc impossible à

9 Introduction Dunod Toute reproduction non autorisée est un délit. respecter. Ce type de position, vécue comme inhérente au principe même du fait éducatif, ou de la gestion d un établissement médico-social, minore pour certains, l idée même que l on peut penser le risque comme un objet de travail qu il est possible de conceptualiser. A contrario, pour le second groupe (surestimation du risque), nous observons une catégorie d éducateurs ou de cadres particulièrement inquiets devant les responsabilités qui leur incombent. Ils semblent quasiment «terrifiés» par l idée même des risques pris. En conséquence, quel que soit leur niveau hiérarchique ils tendent à réduire le nombre des situations à risques, donc des expériences à vivre, réduisant ainsi les espaces de libertés et d expression à la portion congrue : de cette position, découle souvent une impossibilité d évolution des usagers dont ils ont la «charge». Ils ne prennent en compte que la «judiciarisation» exponentielle de la société, et la recherche en responsabilité (fautes, délits) à laquelle nous sommes de plus en plus confrontés... L apparition de concepts tels «le principe de précaution», le «risque zéro», la montée en charge des procédures, recommandations, globalement la sensibilité plus grande de notre société contemporaine occidentale aux risques, produisent un effet de sidération absolu. On lit avec inquiétude les divers jugements incriminant les travailleurs sociaux et la jurisprudence qui s installe progressivement et... on ne réalise plus rien. On craint de risquer trop. Pour eux, tout risque potentiel devient quasiment un risque avéré, qui induit une dérive vers des pratiques portées par une règle d abstention d action quasi généralisée («dans le doute abstiens-toi»). Le principe de précaution est devenu un véritable «principe d inaction généralisée». Pour ce groupe, l inquiétude ou l émotion interdit toute prise de décision rationnelle : ceux-ci ne laisseront certainement pas de «temps libre» à un groupe d adolescents, ne feront certainement plus «d ateliers gâteaux» par peur d une intoxication alimentaire, créeront de multiples procédures censées protéger, et de fait, rendront impossible toute initiative éducative. La troisième catégorie, celle que nous nommons pompeusement «pragmatique», décrit effectivement ceux qui vont essayer de poser un regard réaliste sur la question : sans minorer le risque, ni le surestimer, certains souhaitent l aborder de front. Ces professionnels souhaitent prendre un «chemin de crête» entre les deux positions précédemment décrites. Ceux-ci souhaitent se préoccuper des risques, veulent pouvoir les identifier, les prévenir sans interdire la mise en œuvre des projets nécessaires à l action médico-sociale. 2. UN OBJECTIF PRAGMATIQUE Cet ouvrage s adresse à cette dernière catégorie de professionnel. Il s agit de permettre aux cadres du secteur médico-social d acquérir une connaissance de base des notions «risques». Il s agit de proposer un corpus de connaissances que «l honnête homme» de ce début de XXI e siècle doit avoir lorsqu il se pique de vouloir «manager» un établissement du secteur médico-social, connaissances qui lui 3

10 LA GESTION DES RISQUES DANS LES ESSMS permettront d être un interlocuteur attentif face aux divers spécialistes plus ou moins auto-déclarés qui apparaissent de manière exponentielle. Nous proposons donc aux cadres décideurs, étudiants et gestionnaires du risque qui seront probablement recrutés demain, une première exploration des risques spécifiques du secteur médico-social. Ici rien n est inventé, au contraire il s agit d inventorier une partie des connaissances déjà acquises dans d autres pans de la société, de classer mais aussi d aider à une lecture organisée de la situation du risque dans les établissements et services destinés à accueillir ou à accompagner les personnes handicapées. Il s agit, modestement de participer à l apparition d une culture du risque : pour que les travailleurs sociaux maîtrisent mieux les questions de précaution, que les mesures prises pour faire diminuer le risque (à défaut de le faire disparaître) soient effectives et efficientes mais aussi proportionnées (donc réalistes). Il s agit enfin de mettre à disposition des outils destinés à mettre en place dans un établissement, des démarches précises, permettant d identifier et nous l espérons de favoriser une gestion sereine des risques (nous qualifierons cet ensemble d outil de «méthodologie de la gestion des risques»). Il s agit par ailleurs, de connaître le cadre législatif qui sert désormais d environnement à cette problématique. 4

11 Chapitre 1 Le secteur médico social

12 LA GESTION DES RISQUES DANS LES ESSMS PLAN DU CHAPITRE 1. Définir un établissement ou service social et médico social (ESSMS) 7 2. Qui sont les personnes vulnérables concernées 9 Les enfants et adolescents 9 Les adultes 10 L emploi 10 L encadrement Le cadre législatif Le dispositif financier 11 L assurance maladie et les organismes de sécurité sociale 11 Les départements (l aide sociale départementale) 12 L aide sociale de l État 12 Les particuliers 12

13 1 Le secteur médico social Dunod Toute reproduction non autorisée est un délit. 1. DÉFINIR UN ÉTABLISSEMENT OU SERVICE SOCIAL ET MÉDICO SOCIAL (ESSMS) Avant d aborder la notion de risque nous proposons une présentation brève du secteur médico-social qui globalement est composé d établissements (ou services) publics ou privés destinés à mettre en œuvre la politique publique nationale à l égard de certaines catégories de populations dites «vulnérables». Par définition, les cadres du secteur médico-social, pour qui l ouvrage est pensé, connaissent le secteur et peuvent s abstenir de consulter ce chapitre, destiné essentiellement à délimiter le champ du livre pour des personnes qui n auraient qu une vision éloignée de ce que l on entend sous le vocable «secteur médico-social». Pour approfondir la question, on renverra le lecteur à notre bibliographie, notamment à la présentation du dispositif de l action sociale et médico-sociale en France (Camberlein, 2011) et au Code du handicap (Dalloz, 2009). L ESSMS est une «personne morale publique ou privée» telle que décrite dans le Code de l action sociale et des familles (CASF) et bénéficie (généralement) de fonds publics pour remplir des missions d intérêt général et d utilité sociale telles que définies par l article L du Code de la santé publique : L action sociale et médico-sociale tend à promouvoir, dans un cadre interministériel, l autonomie et la protection des personnes, la cohésion sociale, l exercice de la citoyenneté, à prévenir les exclusions et à en corriger les effets. Elle repose sur une évaluation continue des besoins et des attentes des membres de tous les groupes sociaux, en particulier des personnes handicapées et des personnes âgées, des personnes et des familles vulnérables, en situation de précarité ou de pauvreté, et sur la mise à leur disposition de prestations en espèces ou en nature. Elle est mise en œuvre par l État, les collectivités territoriales et leurs établissements publics, les organismes de sécurité sociale, les associations ainsi que par les institutions sociales et médico-sociales. L ensemble de ces prestations est précisé dans l article 5 de la loi du 2 janvier 2002 : évaluation et prévention des risques sociaux et médico-sociaux, information, investigation, conseil, orientation, formation, médiation et réparation ; protection administrative ou judiciaire de l enfance et de la famille, de la jeunesse, des personnes handicapées, des personnes âgées ou en difficulté ; actions éducatives, médico-éducatives, médicales, thérapeutiques, pédagogiques et de formation adaptées aux besoins de la personne, à son niveau de développement, à ses potentialités, à l évolution de son état ainsi qu à son âge ; actions d intégration scolaire, d adaptation, de réadaptation, d insertion, de réinsertion sociales et professionnelles, d aide à la vie active, d information et de conseil sur les aides techniques ainsi que d aide au travail ; actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à titre palliatif ; 7

14 LA GESTION DES RISQUES DANS LES ESSMS actions contribuant au développement social et culturel, et à l insertion par l activité économique. L article L du CASF énumère les établissements et services sociaux et médicosociaux. On peut s y référer. En voici les éléments principaux : les établissements ou services prenant en charge habituellement, y compris au titre de la prévention, des mineurs et des majeurs de moins de 21 ans ; les établissements ou services d enseignement qui assurent, à titre principal, une éducation adaptée et un accompagnement social ou médico-social aux mineurs ou jeunes adultes handicapés ou présentant des difficultés d adaptation ; les centres d action médico-sociale précoce ; les établissements ou services mettant en œuvre les mesures éducatives ordonnées par l autorité judiciaire ; les établissements ou services : d aide par le travail à l exception des entreprises adaptées ; de réadaptation, de pré orientation et de rééducation professionnelle ; 8 les établissements et les services qui accueillent des personnes âgées ou leur apportent à domicile une assistance dans les actes quotidiens de la vie, des prestations de soins ou une aide à l insertion sociale ; les établissements et les services, y compris les foyers d accueil médicalisé, qui accueillent des personnes adultes handicapées, quel que soit leur degré de handicap ou leur âge, ou des personnes atteintes de pathologies chroniques, ou leur apportent à domicile une assistance dans les actes quotidiens de la vie, des prestations de soins ou une aide à l insertion sociale ou bien qui leur assurent un accompagnement médico-social en milieu ouvert ; les établissements ou services comportant ou non un hébergement, assurant l accueil, notamment dans les situations d urgence, le soutien ou l accompagnement social, l adaptation à la vie active ou l insertion sociale et professionnelle des personnes ou des familles en difficulté ou en situation de détresse ; les établissements ou services qui assurent l accueil et l accompagnement de personnes confrontées à des difficultés spécifiques en vue de favoriser l adaptation à la vie active et l aide à l insertion sociale et professionnelle ou d assurer des prestations de soins et de suivi médical, dont les centres de soins, d accompagnement et de prévention en addictologie, les centres d accueil et d accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogue, les structures dénommées «lits halte soins santé» et les appartements de coordination thérapeutique ; les foyers de jeunes travailleurs ; les établissements ou services, dénommés selon les cas centres de ressources, centres d information et de coordination ou centres prestataires de services de proximité, mettant en œuvre des actions de dépistage, d aide, de soutien,

15 1 Le secteur médico social de formation ou d information, de conseil, d expertise ou de coordination au bénéfice d usagers, ou d autres établissements et services ; les établissements ou services à caractère expérimental ; les centres d accueil pour demandeurs d asile ; les services mettant en œuvre les mesures de protection des majeurs ordonnées par l autorité judiciaire au titre du mandat spécial auquel il peut être recouru dans le cadre de la sauvegarde de justice ou au titre de la curatelle, de la tutelle ou de la mesure d accompagnement judiciaire ; les services mettant en œuvre les mesures judiciaires d aide à la gestion du budget familial. Pour compléter on peut préciser que les ESSMS sont répertoriés dans un fichier national des établissements sanitaires et sociaux (FINESS). 2. QUI SONT LES PERSONNES VULNÉRABLES CONCERNÉES Il faut se référer à l article L cité ci-dessus : les personnes handicapées ; les personnes âgées ; les personnes et les familles vulnérables, en situation de précarité ou de pauvreté (mineurs en danger, adultes atteints de maladie chronique, personnes en situation d exclusion...). 9 Il est extrêmement difficile de savoir combien de personnes sont concernées, voici cependant quelques repères. Dunod Toute reproduction non autorisée est un délit. Les enfants et adolescents Une enquête titrée Établissement et services pour enfants et adolescents handicapés Résultats de l enquête ES 2006 et séries chronologiques 1995 à 2006 (disponible sur répertoriait places, toutes structures confondues. À noter que cette donnée ne concerne que les enfants (ou adolescents) accueillis en établissements. En effet, d autres enfants en situation de handicap peuvent être totalement ou partiellement scolarisés. Pour l année scolaire 2009/2010, voici quelques chiffres (Camberlein, 2011) : enfants en classe ordinaire (premier degré) ; dans le second degré ; enfants en Clis (classe d inclusion scolaire classe de premier degré) ; en UPI (unité pédagogique d inclusion classe de second degré).

16 LA GESTION DES RISQUES DANS LES ESSMS Les adultes La même enquête ES 2006 (citée ci-dessus), dénombrait places. L emploi Sur le versant de l emploi, on estime que la population active handicapée en France s élevait à personnes en 2004, parmi lesquels, travaillaient soit dans un établissement et service d aide par le travail (Esat) soit en entreprise adaptée. L encadrement La branche sanitaire, sociale et médico-sociale privée à but non lucratif emploie plus de personnes, qui travaillent dans structures sanitaires, sociales et médico-sociales privées à but non lucratif françaises (source Unifaf, 3. LE CADRE LÉGISLATIF 10 Repères législatifs Loi n du 2 janvier 2002 rénovant l action sociale et médico-sociale Loi n du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées Loi n du 21 juillet 2009 portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires (HPST) La gestion de ces établissements médico-sociaux et plus globalement des politiques sociales en France s inscrit dans un cadre législatif relativement ancien. De la loi de 1909 qui crée les classes de perfectionnement pour les enfants «arriérés» à la loi du 11 février 2005 portant sur l égalité des droits et des chances, la participation à la citoyenneté des personnes handicapées en passant par la loi du 2 janvier 2002 rénovant l action sociale et médico-sociale qui a reformé l ensemble de la législation antérieure, l arsenal législatif est complet et précis. Globalement, les établissements médico-sociaux sont soumis au Code de l action sociale et des familles (CASF) et relèvent selon les cas : du représentant de l État (préfet de région et/ou directeur général de l agence régionale de santé (ARS) selon les structures) ; du président du conseil général.

17 1 Le secteur médico social Et quelquefois de plusieurs d entre eux, s il existe une «compétence conjointe». Par contre, s ils relèvent bien des autorités ci-dessus, on considère que : dans le secteur du handicap : 90 % des établissements médico-sociaux sont directement gérés, sous la forme d une quasi «délégation de service public» par des associations de droit privé ; dans le secteur de la protection de l enfance, c est l autorité publique (via l aide sociale à l enfance, ASE, et la protection judiciaire de la jeunesse, PJJ) qui est plutôt gestionnaire d équipements ; dans le secteur des personnes âgées : on note qu interviennent également des gestionnaires publics et de plus en plus massivement des gestionnaires privés à but lucratif. La loi n du 21 juillet 2009 (loi HPST) a créé un unique organisme régional, l agence régionale de santé (ARS), qui unifie la quasi-totalité des missions publiques relatives à la santé : prévention des soins ambulatoires médecine de ville, hospitalisation et intègre dans ce cadre, la gestion des risques sanitaires et les actions de santé mises en œuvre par les établissements médico-sociaux. 4. LE DISPOSITIF FINANCIER Pour ce qui concerne le secteur médico-social, le nombre de décideurs et de financeurs est divers : les prestations délivrées par les établissements médico-sociaux sont financées par quatre «entités» (comme nous l avons vu ci-dessus, parfois de manière conjointe). On distingue généralement les «autorités de tarification» et les «financeurs». Dans le cadre de notre présentation, volontairement succincte, nous ne présentons ici que les financeurs et leurs principales missions, sans distinguer les financements conjoints. 11 Dunod Toute reproduction non autorisée est un délit. L assurance maladie et les organismes de sécurité sociale Ceux-ci prennent en charge les financements d un nombre important de structures médico-sociales, soit sous la forme de «dotations globales», soit selon des «prix de journées» : établissement d hébergement pour adultes dépendant (Ehpad) ; service d éducation de soins et d aide à domicile (Sessad) ; service de soins infirmiers à domicile (Siad) ; institut médico-éducatif (IME) ; institut médico-pédagogique (IMP) ; institut médico-professionnel (Impro) ;

18 LA GESTION DES RISQUES DANS LES ESSMS maison d accueil spécialisé (MAS) ; centre d éducation ou de rééducation professionnelle... Les départements (l aide sociale départementale) Ils financent les frais de séjours pour : les foyers d hébergements pour adultes handicapés (foyers de vie, foyers occupationnels, foyers d accueil médicalisé) ; certains frais d hébergements pour personnes âgées (pour les bénéficiaires de l aide sociale) ; de nombreuses allocations notamment l APA (allocation personnalisée à l autonomie) destinées à financer une partie des charges liées à la dépendance dans les établissements d hébergements pour personnes âgées. Par ailleurs, les départements interviennent dans le financement de l aide sociale à l enfance (ASE). L aide sociale de l État 12 L État finance les établissements et services d aide par le travail (Esat), les centres d hébergement et de réinsertion sociale (CHRS), certains services d auxiliaires de vie... Les particuliers Les usagers et leurs familles sont mis à contribution essentiellement dans les établissements pour personnes âgées dont ils sont les premiers financeurs des prestations d hébergement. Il existe aussi un autre cas, qui concerne les mesures de protections (ordonnées par le juge tutelles par exemple). Celles-ci sont en partie financées par des prélèvements sur les ressources des personnes protégées. À noter qu un cinquième financeur monte actuellement en puissance. Confrontés à la baisse régulière des financements publics et au souhait de ne pas reporter sur les particuliers la charge financière (les usagers devenant ici des clients), certaines institutions se tournent vers les fonds issus du mécénat. Cette forme de financement, traditionnelle pour certaines institutions, tend à se développer et se professionnaliser : il existe désormais une forte concurrence entre les associations sur ce type de financement.

19 Chapitre 2 Définir le risque

20 LA GESTION DES RISQUES DANS LES ESSMS PLAN DU CHAPITRE 1. Définition du risque retenue pour cet ouvrage Un risque ou des risques? Évaluer et classer les risques 17 Évaluer les risques 17 Que veut dire «évaluer», à l aune de la gestion du risque? 17 Classer les risques d une organisation 18 Définition canonique du risque (Afnor) 20 Distinguer «risques» et «facteurs de risques» Concepts complémentaires de la gestion des risques 21 Vulnérabilité 21 «Protection» et «Prévention» 22 Principe de précaution 23 Principe de prudence 25 Notions complémentaires Réduire, prévenir, maîtriser ou gérer les risques? 29 Réduire les risques 29 Prévenir 30 Maîtriser 30 Gérer 31

21 2 Définir le risque Dunod Toute reproduction non autorisée est un délit. PRENONS DONC le risque de définir le risque. Nous avons déjà apporté une première réponse : le risque est un danger éventuel plus ou moins prévisible. Il est évidemment nécessaire de citer nos sources bibliographiques : c est simplement la définition recueillie dans le Petit Robert! Continuons notre exploration pour comprendre cette idée de «danger», qui on le verra n est pas exactement synonyme de risque. Le danger (et certainement le péril) est une situation qui peut produire des dommages sur une personne, une menace qui peut compromettre la sûreté, la santé, voire même l existence de quelqu un. Le danger est le plus souvent éventuel, car un événement ne se produit que lorsque certaines conditions se trouvent réalisées («le danger est une propriété intrinsèque, ce qui ne veut pas dire qu elle se déroulera à coup sûr» Dab, 2007). L éventualité est un point primordial dans l idée de la prévention du risque. Le risque est le plus souvent, le résultat d une conjonction d événements. Toute action (ou non action) produit un événement ou un ensemble d événements. Cet événement est une situation agréable (profitable) ou désagréable (dommageable), pour une personne (ou un groupe de personne, un environnement, une société tout entière) ou pour un bien (ou un ensemble de biens). C est cette situation dommageable qui nous permet à définir le risque. Nous pourrions définir le risque comme une «virtualité négative», une «probabilité malheureuse». Mais, comme tout objet virtuel, comme tout objet «éventuel», le risque peut advenir... ou pas : on peut donc considérer le risque «comme un indicateur de vraisemblance de la réalisation d un danger». Enfin, il est évident que pour parler de risque, il doit exister une population d individus qui peuvent potentiellement subir les dommages. Le secteur social se préoccupe généralement d une population d individus particulièrement vulnérables. Dans ces conditions, les professionnels du secteur devraient être d autant plus attachés à la question des risques potentiels. Il existe d autres acceptions du terme «risque» : le risque peut-être aussi vu comme un inconvénient, comme un aléa, une occurrence, une chance. Par exemple, le «risque» que prend un joueur dans une partie de carte lié tant à sa maîtrise du jeu qu au hasard de la donne ne rentre pas exactement dans les thèmes que nous souhaitons aborder. 1. DÉFINITION DU RISQUE RETENUE POUR CET OUVRAGE Nous avons jusqu à maintenant volontairement délimité notre lecture du risque à une réponse technique, résumée à l idée simple «d un danger pour les personnes» (atteinte corporelle par exemple ou intoxication). Nous avons complexifié cette définition en y introduisant les notions d éventualité et de prévisibilité... Lorsqu on aborde la notion de «risque» de nombreuses thématiques peuvent être abordées : 15

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199 Chapitre 5 LE PILOTAGE DES RISQUES DANS LE GROUPE Le changement et l incertitude sont les seuls éléments constants du monde actuel. Le nombre d événements susceptibles d affecter une entreprise et de la

Plus en détail

Réduire les risques en santé

Réduire les risques en santé Réduire les risques en santé «Mieux vaut penser le changement que changer le pansement» Marie-Françoise Dumay, Garménick Leblanc, Marc Moulaire, Gilbert Mounier 1 Définition du risque «Possibilité de dommage»

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

Qualité et sécurité en santé Sécurisation de la prise en charge des résidents.

Qualité et sécurité en santé Sécurisation de la prise en charge des résidents. Qualité et sécurité en santé Sécurisation de la prise en charge des résidents. Journée de Prévention du risque infectieux en Rhône-Alpes en FAM MAS et IME LYON 17/10/2013 Plan de la présentation Présentation

Plus en détail

CATALOGUE DES OUTILS ET PUBLICATIONS. Juin 2015

CATALOGUE DES OUTILS ET PUBLICATIONS. Juin 2015 CATALOGUE DES OUTILS ET PUBLICATIONS Juin 2015 SOMMAIRE Catalogue des outils et publications de l Anesm LES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES (RBPP) 3 Les recommandations tous secteurs

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Dr Hervé LECLET Médecin radiologue Consultant et formateur en management, gestion des risques et évaluation des pratiques en

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

3IE - TALIS Métiers du Sanitaire & du Médico - Social

3IE - TALIS Métiers du Sanitaire & du Médico - Social 3IE - TALIS Métiers du Sanitaire & du Médico - Social Évaluation Externe / Évaluation Interne / Aide Médico - Psychologique / Assistant de soins en gérontologie / Préparation au concours DEAMP / Accompagnement

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

LES LIEUX de placement pour enfants et adolescents sont souvent. Les lieux de placement collectif en France. Chapitre 8

LES LIEUX de placement pour enfants et adolescents sont souvent. Les lieux de placement collectif en France. Chapitre 8 Chapitre 8 Les lieux de placement collectif en France LES LIEUX de placement pour enfants et adolescents sont souvent désignés par le terme générique d «internat spécialisé». Le nombre d enfants séparés

Plus en détail

2016 formation. qualifiante

2016 formation. qualifiante 2016 formation qualifiante Surveillant(e)s de nuit qualifié(e)s Maître(sse)s de maison CREAI ChAmpAgnE-ARdEnnE : Cité Administrative Tirlet - Bât. 3-51036 ChAlons en ChAmpAgne Cedex tél. : 03 26 68 35

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

Les centres éducatifs renforcés (CER)

Les centres éducatifs renforcés (CER) Les centres éducatifs renforcés (CER) Une réponse éducative qui reste trop méconnue Document de présentation juin 2012 1 Les centres éducatifs renforcés, dénommés à l origine unités éducatives à encadrement

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration eduscol Consultation nationale sur les programmes Projets de programmes de la classe de seconde générale et technologique Santé et social Enseignement d'exploration L'organisation de la consultation des

Plus en détail

avec le chef de service, qui donne les orientations à suivre et auquel il/elle rend compte de son travail,

avec le chef de service, qui donne les orientations à suivre et auquel il/elle rend compte de son travail, Direction des Ressources humaines TRAVAILLEUR SOCIAL I ASSISTANT SOCIO-EDUCATIF A LA MAISON DES ENFANTS (pôle 2-6 ans) Direction Générale Adjointe : Solidarités Direction : Enfance Famille Santé Service

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

PREFECTURE DE LA SEINE SAINT DENIS. Bobigny, le 16 septembre 2011

PREFECTURE DE LA SEINE SAINT DENIS. Bobigny, le 16 septembre 2011 PREFECTURE DE LA SEINE SAINT DENIS DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA COHESION SOCIALE DE SEINE-SAINT-DENIS ------------ Pôle Insertion Affaire suivie par : Monsieur VIGNERON Téléphone : 01.41.60.71.02 Fax

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité LE RISQUE SPORTIF LA RESPONSABILITE CIVILE

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Budgets & Comptabilités INSTRUCTION M22 des établissements sociaux et des services médico-sociaux gérés par les CCAS/CIAS

Budgets & Comptabilités INSTRUCTION M22 des établissements sociaux et des services médico-sociaux gérés par les CCAS/CIAS COLLECTION LES INDISPENSABLES DE L ACTION SOCIALE LOCALE 25 Budgets & Comptabilités INSTRUCTION M des établissements sociaux et des services médico-sociaux gérés par les CCAS/CIAS ESSMS Union Nationale

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST)

Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST) Document élaboré par la Commission Enseignement Supérieur du CNESST. Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST) Ce référentiel rassemble des compétences de base en santé et

Plus en détail

La Protection de l enfance

La Protection de l enfance La Protection de l enfance Sommaire 1. Une vision globale de la protection de l enfance et de la pluralité de ses objectifs Définition donnée par la loi du 5 mars 2007 La philosophie de la loi du 5 mars

Plus en détail

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service AGBF 1 Préambule L élaboration du présent projet de service est le fruit d un travail collaboratif et de concertation

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien,

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien, Direction des Ressources Humaines PSYCHOLOGUE J PSYCHOLOGUE A LA CELLULE ACCUEIL FAMILIAL ET MISSION ADOPTION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction

Plus en détail

La prévention des risques professionnels dans le secteur sanitaire et social

La prévention des risques professionnels dans le secteur sanitaire et social FORMATION CONSEIL EN ORGANISATION ET MANAGEMENT DES ENTREPRISES La prévention des risques professionnels dans le secteur sanitaire et social C est souvent sous l angle de la contrainte ou de la formalité

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

- 45 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

- 45 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi - 45 - TABLEAU COMPARATIF Code de l action sociale et des familles Art. L. 121-7. Sont à la charge de l État au titre de l aide sociale : 1 Les dépenses d aide sociale engagées en faveur des personnes

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base CODE DE DEONTOLOGIE exercice du service relations externes relations internes relations verticales valeurs de base SERVICE PUBLIC FEDERAL INTERIEUR Au cours des dernières années, la société a fortement

Plus en détail

L autorisation de création, de transformation et d extension

L autorisation de création, de transformation et d extension Mois AAAA Mois mars AAAA 2011 Etablissements et services sociaux et médico-sociaux et lieux de vie et d accueil de création, de transformation et d extension En bref Depuis la loi du 30 juin 1975 relative

Plus en détail

DF1 Accompagnement social et éducatif spécialisé 450 heures

DF1 Accompagnement social et éducatif spécialisé 450 heures BO Santé du 20 juin 07 ANNEXE III RÉFÉRENTIEL DE FORMATION ES DF1 Accompagnement social et éducatif spécialisé 450 heures La personne de la naissance à la fin de vie : Approche pluridisciplinaire : physiologique,

Plus en détail

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution :

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : POLITIQUE 2500-031 TITRE : Politique de gestion intégrée des risques ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11 MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : ENTRÉE EN

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM. Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM

Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM. Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM Le contexte règlementaire L évaluation des risques professionnels

Plus en détail

Forum inter-départemental santé - sécurité collectivités territoriales Ile de France

Forum inter-départemental santé - sécurité collectivités territoriales Ile de France Forum inter-départemental santé - sécurité collectivités territoriales Ile de France L identification et l évaluation des risques psycho- sociaux et leur intégration dans le Document Unique Isabelle BURENS

Plus en détail

Première partie. La définition des fonctions

Première partie. La définition des fonctions Première partie La définition des fonctions 4. La définition du périmètre des fonctions de la secrétaire médicale varie selon son statut, salarié ou agent de la fonction publique hospitalière, et, éventuellement,

Plus en détail

Charte du Bénévolat dans votre association (règles du jeu collectives) Convention d engagement réciproque (règles du jeu individuelles)

Charte du Bénévolat dans votre association (règles du jeu collectives) Convention d engagement réciproque (règles du jeu individuelles) France Bénévolat a mis au point deux documents type qui peuvent servir de base à la clarification des règles du jeu entre bénévoles et associations et permettre ainsi le développement de bonnes pratiques.

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Alain Villez Conseiller technique Uniopss

Alain Villez Conseiller technique Uniopss Alain Villez Conseiller technique Uniopss La loi du 30 juin 1975 : une loi qui traitait peu des droits et du statut des usagers Un des motifs principaux de la réforme de cette loi Jusqu en 1997, la loi

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

INTRODUCTION programme régional d accès à la prévention et aux soins publics démunis ou en situation de vulnérabilité sociale

INTRODUCTION programme régional d accès à la prévention et aux soins publics démunis ou en situation de vulnérabilité sociale SYNTHÈSE 2/12 INTRODUCTION Le programme régional d accès à la prévention et aux soins (PRAPS) est un programme destiné à tous les professionnels concernés par l accès à la prévention et aux soins ainsi

Plus en détail

LES OBLIGATIONS SST DECLINÉES SELON LE CONTEXTE. 1 Conférence EXPOPROTECTION - 05 novembre 2014 www.prevention-risquespro.fr

LES OBLIGATIONS SST DECLINÉES SELON LE CONTEXTE. 1 Conférence EXPOPROTECTION - 05 novembre 2014 www.prevention-risquespro.fr Intitulé Conférence Philippe de FAUCAMBERGE au salon EXPOPROTECTION PARIS 05 11 2014 Manager la Sécurité et la Santé au Travail et améliorer les performances de l Entreprise en utilisant le Document Unique

Plus en détail

J exposerai à ce titre les deux problématiques suivantes :

J exposerai à ce titre les deux problématiques suivantes : Monsieur le Premier Président, Monsieur le Procureur Général, Mesdames et Messieurs les Présidents, Mesdames et Messieurs, Dans le cadre des débats de ce jour, relatifs aux premières expériences vécues

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice

Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice A. PROPOSER, organiser et animer des activités de différentes natures, en tenant compte des besoins, des intérêts, des capacités et des rythmes

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

Enseigner par tâches complexes

Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes pour permettre aux élèves d'acquérir les compétences du socle commun et favoriser la différenciation pédagogique. 1. Pourquoi enseigner par

Plus en détail

La prévention dans les collectivités territoriales

La prévention dans les collectivités territoriales Note HYGIENE & SECURITE 002 2007 La prévention dans les collectivités territoriales L autorité territoriale a dans l obligation d organiser la prévention en matière d Hygiène et de Sécurité, afin que dans

Plus en détail

Le régime de la responsabilité civile des enseignants

Le régime de la responsabilité civile des enseignants Le régime de la responsabilité civile des enseignants Document réalisé par le SE-UNSA 94 Octobre 2014 Complexité : tel est le maître mot du régime de la responsabilité des enseignants. Ses grands principes

Plus en détail

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Académie d Orléans-Tours Février 2007 Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Partie 2 : L activité économique DROIT BTS 1 ère année Durée : 4 heures et les mécanismes

Plus en détail

Institut Médico-Educatif La Roseraie 5, rue du Capitaine Michel - 59000 Lille Tél. 03.20.52.24.06 - Fax : 03.20.53.34.17 - ime@epdsae.

Institut Médico-Educatif La Roseraie 5, rue du Capitaine Michel - 59000 Lille Tél. 03.20.52.24.06 - Fax : 03.20.53.34.17 - ime@epdsae. Institut Médico-Educatif La Roseraie 5, rue du Capitaine Michel - 59000 Lille Tél. 03.20.52.24.06 - Fax : 03.20.53.34.17 - ime@epdsae.fr www.epdsae.fr L Institut Médico-Educatif La Roseraie est un établissement

Plus en détail

Le Service Social Hospitalier. en Cancérologie. Formation des IDE aux soins de support

Le Service Social Hospitalier. en Cancérologie. Formation des IDE aux soins de support Le Service Social Hospitalier en Cancérologie Formation des IDE aux soins de support 25 et 26 février 2010 Les missions du S.S.H Cadre légal : le décret 93-652 du 26 mars 1993. Aider les personnes, familles

Plus en détail

QUESTIONS / REPONSES : SITE INTERNET HABILITATION ET EVALUATION EXTERNE

QUESTIONS / REPONSES : SITE INTERNET HABILITATION ET EVALUATION EXTERNE QUESTIONS / REPONSES : SITE INTERNET HABILITATION ET EVALUATION EXTERNE Thématiques : 1/ Délivrance de l habilitation 2/ Liste 3/ Les compétences 4/ Référentiels / Certification 5/ Le statut 6/ Le financement

Plus en détail

Management qualité Réflexions et Prescriptions essentielles (Extraits VAE Alain THEBAULT 2013)

Management qualité Réflexions et Prescriptions essentielles (Extraits VAE Alain THEBAULT 2013) Management qualité Réflexions et Prescriptions essentielles (Extraits VAE Alain THEBAULT 2013) 1 Le Système qualité La cartographie des processus, qui se situe entre le manuel qualité et les procédures

Plus en détail

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM 2012 - Tous droits réservés Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM En principe, on qualifie la responsabilité comme le fait d assumer la conséquence de ses

Plus en détail

Plan de continuité d activité

Plan de continuité d activité Plan de continuité d activité - Note méthodologique - Cette méthodologie vise à opérationnaliser le PCA en le confrontant - au travers d une simulation - à la réalité du travail futur. La démarche est

Plus en détail

Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique

Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique Septembre 2010 Sommaire Réalisé par : Les Médecins du Travail Et Les IPRP du SMTI Comprendre ce qu est la démarche de prévention ainsi que l évaluation

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Référentiel des compétences visées dans le cadre de la formation BAFD

Référentiel des compétences visées dans le cadre de la formation BAFD 1 Référentiel des compétences visées dans le cadre de la formation BAFD FINALITES «Permettre d encadrer à titre professionnel, de façon occasionnelle, des enfants et des adolescents en centres de vacances

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

Direction des prestations familiales. Circulaire n 2008-002. Paris, le 16 janvier 2008

Direction des prestations familiales. Circulaire n 2008-002. Paris, le 16 janvier 2008 Direction des prestations familiales Circulaire n 2008-002 Paris, le 16 janvier 2008 Mesdames et Messieurs les Directeurs et Agents Comptables des Caf Certi Cnedi Mesdames et Messieurs les Conseillers

Plus en détail

Agence régionale de santé de Lorraine : Projet de PRAPS Axe d intervention 1 : Actions en direction des personnes en situation de précarité

Agence régionale de santé de Lorraine : Projet de PRAPS Axe d intervention 1 : Actions en direction des personnes en situation de précarité Agence régionale de santé de Lorraine : Projet de PRAPS Axe d intervention 1 : Actions en direction des personnes en situation de précarité Fiche action 3 Accompagnement des personnes en situation de précarité

Plus en détail

conduites addictives en entreprise

conduites addictives en entreprise PRÉVENTION conduites addictives en entreprise GUIDE D INFORMATION ET DE PRÉVENTION Anticiper pour mieux vous protéger La prévention, un enjeu pour votre entreprise Parce que les comportements addictifs

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE 1 ANNEXE 1 Charte des droits et libertés de la personne accueillie Texte original Article 1 er : Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions

Plus en détail

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE DAA 04 octobre 2009 QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE 1 Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et si oui, à quelles

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

Information de l acquéreur ou du locataire. Obligations du vendeur ou du bailleur

Information de l acquéreur ou du locataire. Obligations du vendeur ou du bailleur Information de l acquéreur ou du locataire Obligations du vendeur ou du bailleur Introduction La loi du 30 juillet 2003 relative à la prévention des risques technologiques et naturels et à la réparation

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

par Bernard Estivals

par Bernard Estivals Fiches de médecine nucléaire n 9-1- Médecine nucléaire par Bernard Estivals Fiche n 9 : L évaluation des risques professionnels en médecine nucléaire Le document unique. L évaluation des risques professionnels

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

Les Orientations Médico- Sociales Adultes

Les Orientations Médico- Sociales Adultes Les Orientations Médico- Sociales Adultes 22/10/2013 MDPH 59 1 mdph59 Compétences et Missions de la CDAPH Orientation de la personne en situation de handicap Désignation des types d établissements ou services

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui Avec la Mutualité Française, la santé avance Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mutualité en matière

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

Instruction interministérielle

Instruction interministérielle Paris, le 14 Août 2007 La directrice des Archives de France du ministère de la Culture et de la Communication à Mesdames et Messieurs les préfets Archives départementales La directrice de l hospitalisation

Plus en détail

Risk Management pour les entreprises

Risk Management pour les entreprises Risk Management pour les entreprises Ne laissez rien au hazard RM- Maîtrise Risk Management pour les entreprises procéder avec méthode La gestion repose sur un processus de prise de et d activités en constante

Plus en détail

Présentation de l environnement du secteur social, médico-social et de la santé

Présentation de l environnement du secteur social, médico-social et de la santé Démarche exploratoire de formation- action Représentants des usagers du secteur social et médico-social et démocratie sanitaire Présentation de l environnement du secteur social, médico-social et de la

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

Politique d encadrement des voyages de groupe et des délégations organisés à l intention des étudiants du Collège

Politique d encadrement des voyages de groupe et des délégations organisés à l intention des étudiants du Collège Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1362-00-10 Nombre de pages : 6 Politique d encadrement des voyages de groupe et des délégations organisés à l intention des étudiants du Collège Adoptée par le Conseil

Plus en détail

Rencontres des Evaluateurs Externes Certifiés

Rencontres des Evaluateurs Externes Certifiés Rencontres des Evaluateurs Externes Certifiés DES ORGANISATIONS DE L ÉCONOMIE SOCIALE V1. 250215 Programme de la journée Le réseau des certifiés. Quelques informations chiffrées Point sur habilitation,

Plus en détail