Remerciements... Introduction Chapitre 1 Le secteur médico social Chapitre 2 Définir le risque... 13

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Remerciements... Introduction... 1. Chapitre 1 Le secteur médico social... 5. Chapitre 2 Définir le risque... 13"

Transcription

1

2

3 Sommaire Remerciements V Introduction Chapitre 1 Le secteur médico social Chapitre 2 Définir le risque Chapitre 3 Le risque, une préoccupation contemporaine dans les ESSMS Chapitre 4 Risques professionnels Chapitre 5 Risques sanitaires Dunod Toute reproduction non autorisée est un délit. Chapitre 6 Chapitre 7 Chapitre 8 Risques métiers spécifiques à l activité médico sociale Risques dans les ERP : conformité et maintenance générale des locaux Risques naturels, technologiques, environnementaux, socio économiques et de communication Chapitre 9 Outils : prévenir et agir Conclusion Annexes

4

5 Remerciements Remerciements particuliers à Myriam Jouen, ergonome, pour sa longue patience dans ses multiples relectures de cet ouvrage et son aide précieuse. Aux professionnels du CESAP (Comité d études, d éducation et de soins auprès des personnes polyhandicapées) qui expérimentent parfois le regard «risque» porté par l auteur. Aux professionnels de «la Briancière» de l APAJH 91 (désormais Association «Altérité»), établissement qui reste un souvenir important à mes yeux et enfin, last but not least à Sylvie Coppé, pour son soutien essentiel et indispensable.

6

7 Introduction LES EXIGENCES pour plus de sécurité s accentuent régulièrement : la préoccupation du risque est devenue une priorité sociale et politique. À l image de la société contemporaine, la problématique du risque devient très sensible dans le secteur médico-social. Pour ce secteur, tendre vers plus de sécurité est un enjeu des prochaines années. La pression juridique est évidente : les obligations réglementaires imposées par les pouvoirs publics sont croissantes. Pourtant, le nombre, la nature et la dimension des risques auxquels les gestionnaires des établissements médico-sociaux sont confrontés n ont pas évolué radicalement au cours des cinq dernières décennies. Les gestionnaires d établissements, services sociaux et médico-sociaux (ESSMS) sont confrontés aux risques d une façon indirecte : confrontés, bien évidemment aux conséquences morales d un accident ou d un événement dramatique dans un établissement mais aussi du point de vue de leur responsabilité civile ou pénale, aux conséquences juridiques et financières qui découleraient de cet événement. Il semble donc désormais nécessaire, mais aussi utile : de tracer quelques cartes pour aborder cette terra incognita de nombreux travailleurs sociaux ; de donner sens à la complexité (qui n est malheureusement pas qu apparente) de la gestion des risques en établissement médico-social. Dunod Toute reproduction non autorisée est un délit. Le risque est quelquefois défini comme un «danger éventuel plus ou moins prévisible». Nous nous arrêterons plus loin sur les termes de la définition «dangerosité, éventualité, prévisibilité». L objet de l ouvrage est entre autres d interroger cette notion de risque. Cette notion est-elle réelle, objectivable, observable? Il est certain que les risques peuvent être, en partie (mais en partie seulement) : anticipés, prévenus et évités. Mais, penser qu ils puissent disparaître ne fait pas partie des postulats de cet ouvrage. Nous partageons l idée que «faire, c est prendre des risques». Mais, il n est, selon nous, pas plus complexe (ni malheureusement moins complexe!) de traiter de cette question que de tout autre aspect du métier de gestionnaire d établissement médico-social. Gestion financière, gestion des ressources humaines, suivi du projet institutionnel, maîtrise de la législation médico-sociale... la gestion et la prévention des risques participe de ce corpus de connaissances nécessaires à l exercice des métiers fort passionnants que sont les métiers du secteur médico-social. La gestion des risques, d une manière générale, sert à éviter les «dangers éventuels».

8 LA GESTION DES RISQUES DANS LES ESSMS Ces dangers, dans notre secteur sont, plus ou moins prévisibles, mais ils sont évidemment inhérents à toute activité humaine. Il s agit d affirmer qu un risque potentiel peut rester potentiel. Les pratiques éducatives en général, la prise en charge de personnes vulnérables, dans tous les aspects de leur vie, tel que nous allons essayer de l aborder dans cet ouvrage, ne se fondent pas sur l affirmation que le risque zéro est possible. Nous fondons notre idée sur l évidence désormais connue que l on peut prévenir et réduire les risques : si et seulement si, on aborde la question de manière rationnelle. 1. FACE AU RISQUE : DES POSITIONS DIVERGENTES En forçant résolument et caricaturalement le trait, nous pourrions classer les cadres du secteur social, mais probablement aussi l ensemble des travailleurs sociaux dans trois catégories pour décrire leur position vis-à-vis des risques : les premiers ne s en préoccupent pas («posture de négation du risque») ; les seconds s en préoccupent trop («posture de surestimation du risque») ; les troisièmes tentent et tendent de s en préoccuper mais ne disposent que de peu d outils («posture pragmatique»). 2 Pour les membres du premier groupe (négation du risque), penser les risques ne fait pas partie de leurs préoccupations ni même semble les interroger. Les professionnels de ce groupe, probablement les plus rares, prennent, pour ceux qui leur sont confiés et qu ils accompagnent (et pour eux-mêmes aussi) des risques inconsidérés mettant en danger les personnes vulnérables. Ils renvoient celui qui se soucie de la question du risque à une position de vulgaire gestionnaire, vaguement technocrate, manquant de courage, ne connaissant pas le «terrain», n aimant rien moins que les procédures, tout juste ne s interrogent-ils pas sur sa capacité à réellement exercer le métier de travailleur social et a fortiori le métier de directeur... L éducateur doit savoir accepter le «risque éducatif» : l apprentissage de l autonomie, par exemple, se construit effectivement par un processus «d essai/erreur», qui certainement n est pas sans risques. Laisser un mineur seul sans surveillance, lors d une sortie, pour un «temps libre» est une prise de risque qui produira, si aucun incident ne vient entacher la promenade, des effets probablement positifs. Ou dans une démarche pédagogique, si un éducateur souhaite apprendre à un enfant à faire du vélo ou à utiliser un outil (une «machine dangereuse») il n est pas impossible que l élève chute, se blesse, se coupe... c est l exemple d un risque assumé par de nombreux éducateurs sportifs face aux dangers rencontrés sur les terrains de sport. De ces exemples certains voudront montrer que la prise de risque est donc une quasi obligation éducative... donc qu il en est de même pour tout le reste de la question. Pour un directeur, ne pas se préoccuper du risque, c est le plus souvent, radicalement ne pas prendre en compte, nier même, toute une législation pensée comme trop complexe, trop onéreuse, trop chronophage et donc impossible à

9 Introduction Dunod Toute reproduction non autorisée est un délit. respecter. Ce type de position, vécue comme inhérente au principe même du fait éducatif, ou de la gestion d un établissement médico-social, minore pour certains, l idée même que l on peut penser le risque comme un objet de travail qu il est possible de conceptualiser. A contrario, pour le second groupe (surestimation du risque), nous observons une catégorie d éducateurs ou de cadres particulièrement inquiets devant les responsabilités qui leur incombent. Ils semblent quasiment «terrifiés» par l idée même des risques pris. En conséquence, quel que soit leur niveau hiérarchique ils tendent à réduire le nombre des situations à risques, donc des expériences à vivre, réduisant ainsi les espaces de libertés et d expression à la portion congrue : de cette position, découle souvent une impossibilité d évolution des usagers dont ils ont la «charge». Ils ne prennent en compte que la «judiciarisation» exponentielle de la société, et la recherche en responsabilité (fautes, délits) à laquelle nous sommes de plus en plus confrontés... L apparition de concepts tels «le principe de précaution», le «risque zéro», la montée en charge des procédures, recommandations, globalement la sensibilité plus grande de notre société contemporaine occidentale aux risques, produisent un effet de sidération absolu. On lit avec inquiétude les divers jugements incriminant les travailleurs sociaux et la jurisprudence qui s installe progressivement et... on ne réalise plus rien. On craint de risquer trop. Pour eux, tout risque potentiel devient quasiment un risque avéré, qui induit une dérive vers des pratiques portées par une règle d abstention d action quasi généralisée («dans le doute abstiens-toi»). Le principe de précaution est devenu un véritable «principe d inaction généralisée». Pour ce groupe, l inquiétude ou l émotion interdit toute prise de décision rationnelle : ceux-ci ne laisseront certainement pas de «temps libre» à un groupe d adolescents, ne feront certainement plus «d ateliers gâteaux» par peur d une intoxication alimentaire, créeront de multiples procédures censées protéger, et de fait, rendront impossible toute initiative éducative. La troisième catégorie, celle que nous nommons pompeusement «pragmatique», décrit effectivement ceux qui vont essayer de poser un regard réaliste sur la question : sans minorer le risque, ni le surestimer, certains souhaitent l aborder de front. Ces professionnels souhaitent prendre un «chemin de crête» entre les deux positions précédemment décrites. Ceux-ci souhaitent se préoccuper des risques, veulent pouvoir les identifier, les prévenir sans interdire la mise en œuvre des projets nécessaires à l action médico-sociale. 2. UN OBJECTIF PRAGMATIQUE Cet ouvrage s adresse à cette dernière catégorie de professionnel. Il s agit de permettre aux cadres du secteur médico-social d acquérir une connaissance de base des notions «risques». Il s agit de proposer un corpus de connaissances que «l honnête homme» de ce début de XXI e siècle doit avoir lorsqu il se pique de vouloir «manager» un établissement du secteur médico-social, connaissances qui lui 3

10 LA GESTION DES RISQUES DANS LES ESSMS permettront d être un interlocuteur attentif face aux divers spécialistes plus ou moins auto-déclarés qui apparaissent de manière exponentielle. Nous proposons donc aux cadres décideurs, étudiants et gestionnaires du risque qui seront probablement recrutés demain, une première exploration des risques spécifiques du secteur médico-social. Ici rien n est inventé, au contraire il s agit d inventorier une partie des connaissances déjà acquises dans d autres pans de la société, de classer mais aussi d aider à une lecture organisée de la situation du risque dans les établissements et services destinés à accueillir ou à accompagner les personnes handicapées. Il s agit, modestement de participer à l apparition d une culture du risque : pour que les travailleurs sociaux maîtrisent mieux les questions de précaution, que les mesures prises pour faire diminuer le risque (à défaut de le faire disparaître) soient effectives et efficientes mais aussi proportionnées (donc réalistes). Il s agit enfin de mettre à disposition des outils destinés à mettre en place dans un établissement, des démarches précises, permettant d identifier et nous l espérons de favoriser une gestion sereine des risques (nous qualifierons cet ensemble d outil de «méthodologie de la gestion des risques»). Il s agit par ailleurs, de connaître le cadre législatif qui sert désormais d environnement à cette problématique. 4

11 Chapitre 1 Le secteur médico social

12 LA GESTION DES RISQUES DANS LES ESSMS PLAN DU CHAPITRE 1. Définir un établissement ou service social et médico social (ESSMS) 7 2. Qui sont les personnes vulnérables concernées 9 Les enfants et adolescents 9 Les adultes 10 L emploi 10 L encadrement Le cadre législatif Le dispositif financier 11 L assurance maladie et les organismes de sécurité sociale 11 Les départements (l aide sociale départementale) 12 L aide sociale de l État 12 Les particuliers 12

13 1 Le secteur médico social Dunod Toute reproduction non autorisée est un délit. 1. DÉFINIR UN ÉTABLISSEMENT OU SERVICE SOCIAL ET MÉDICO SOCIAL (ESSMS) Avant d aborder la notion de risque nous proposons une présentation brève du secteur médico-social qui globalement est composé d établissements (ou services) publics ou privés destinés à mettre en œuvre la politique publique nationale à l égard de certaines catégories de populations dites «vulnérables». Par définition, les cadres du secteur médico-social, pour qui l ouvrage est pensé, connaissent le secteur et peuvent s abstenir de consulter ce chapitre, destiné essentiellement à délimiter le champ du livre pour des personnes qui n auraient qu une vision éloignée de ce que l on entend sous le vocable «secteur médico-social». Pour approfondir la question, on renverra le lecteur à notre bibliographie, notamment à la présentation du dispositif de l action sociale et médico-sociale en France (Camberlein, 2011) et au Code du handicap (Dalloz, 2009). L ESSMS est une «personne morale publique ou privée» telle que décrite dans le Code de l action sociale et des familles (CASF) et bénéficie (généralement) de fonds publics pour remplir des missions d intérêt général et d utilité sociale telles que définies par l article L du Code de la santé publique : L action sociale et médico-sociale tend à promouvoir, dans un cadre interministériel, l autonomie et la protection des personnes, la cohésion sociale, l exercice de la citoyenneté, à prévenir les exclusions et à en corriger les effets. Elle repose sur une évaluation continue des besoins et des attentes des membres de tous les groupes sociaux, en particulier des personnes handicapées et des personnes âgées, des personnes et des familles vulnérables, en situation de précarité ou de pauvreté, et sur la mise à leur disposition de prestations en espèces ou en nature. Elle est mise en œuvre par l État, les collectivités territoriales et leurs établissements publics, les organismes de sécurité sociale, les associations ainsi que par les institutions sociales et médico-sociales. L ensemble de ces prestations est précisé dans l article 5 de la loi du 2 janvier 2002 : évaluation et prévention des risques sociaux et médico-sociaux, information, investigation, conseil, orientation, formation, médiation et réparation ; protection administrative ou judiciaire de l enfance et de la famille, de la jeunesse, des personnes handicapées, des personnes âgées ou en difficulté ; actions éducatives, médico-éducatives, médicales, thérapeutiques, pédagogiques et de formation adaptées aux besoins de la personne, à son niveau de développement, à ses potentialités, à l évolution de son état ainsi qu à son âge ; actions d intégration scolaire, d adaptation, de réadaptation, d insertion, de réinsertion sociales et professionnelles, d aide à la vie active, d information et de conseil sur les aides techniques ainsi que d aide au travail ; actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à titre palliatif ; 7

14 LA GESTION DES RISQUES DANS LES ESSMS actions contribuant au développement social et culturel, et à l insertion par l activité économique. L article L du CASF énumère les établissements et services sociaux et médicosociaux. On peut s y référer. En voici les éléments principaux : les établissements ou services prenant en charge habituellement, y compris au titre de la prévention, des mineurs et des majeurs de moins de 21 ans ; les établissements ou services d enseignement qui assurent, à titre principal, une éducation adaptée et un accompagnement social ou médico-social aux mineurs ou jeunes adultes handicapés ou présentant des difficultés d adaptation ; les centres d action médico-sociale précoce ; les établissements ou services mettant en œuvre les mesures éducatives ordonnées par l autorité judiciaire ; les établissements ou services : d aide par le travail à l exception des entreprises adaptées ; de réadaptation, de pré orientation et de rééducation professionnelle ; 8 les établissements et les services qui accueillent des personnes âgées ou leur apportent à domicile une assistance dans les actes quotidiens de la vie, des prestations de soins ou une aide à l insertion sociale ; les établissements et les services, y compris les foyers d accueil médicalisé, qui accueillent des personnes adultes handicapées, quel que soit leur degré de handicap ou leur âge, ou des personnes atteintes de pathologies chroniques, ou leur apportent à domicile une assistance dans les actes quotidiens de la vie, des prestations de soins ou une aide à l insertion sociale ou bien qui leur assurent un accompagnement médico-social en milieu ouvert ; les établissements ou services comportant ou non un hébergement, assurant l accueil, notamment dans les situations d urgence, le soutien ou l accompagnement social, l adaptation à la vie active ou l insertion sociale et professionnelle des personnes ou des familles en difficulté ou en situation de détresse ; les établissements ou services qui assurent l accueil et l accompagnement de personnes confrontées à des difficultés spécifiques en vue de favoriser l adaptation à la vie active et l aide à l insertion sociale et professionnelle ou d assurer des prestations de soins et de suivi médical, dont les centres de soins, d accompagnement et de prévention en addictologie, les centres d accueil et d accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogue, les structures dénommées «lits halte soins santé» et les appartements de coordination thérapeutique ; les foyers de jeunes travailleurs ; les établissements ou services, dénommés selon les cas centres de ressources, centres d information et de coordination ou centres prestataires de services de proximité, mettant en œuvre des actions de dépistage, d aide, de soutien,

15 1 Le secteur médico social de formation ou d information, de conseil, d expertise ou de coordination au bénéfice d usagers, ou d autres établissements et services ; les établissements ou services à caractère expérimental ; les centres d accueil pour demandeurs d asile ; les services mettant en œuvre les mesures de protection des majeurs ordonnées par l autorité judiciaire au titre du mandat spécial auquel il peut être recouru dans le cadre de la sauvegarde de justice ou au titre de la curatelle, de la tutelle ou de la mesure d accompagnement judiciaire ; les services mettant en œuvre les mesures judiciaires d aide à la gestion du budget familial. Pour compléter on peut préciser que les ESSMS sont répertoriés dans un fichier national des établissements sanitaires et sociaux (FINESS). 2. QUI SONT LES PERSONNES VULNÉRABLES CONCERNÉES Il faut se référer à l article L cité ci-dessus : les personnes handicapées ; les personnes âgées ; les personnes et les familles vulnérables, en situation de précarité ou de pauvreté (mineurs en danger, adultes atteints de maladie chronique, personnes en situation d exclusion...). 9 Il est extrêmement difficile de savoir combien de personnes sont concernées, voici cependant quelques repères. Dunod Toute reproduction non autorisée est un délit. Les enfants et adolescents Une enquête titrée Établissement et services pour enfants et adolescents handicapés Résultats de l enquête ES 2006 et séries chronologiques 1995 à 2006 (disponible sur répertoriait places, toutes structures confondues. À noter que cette donnée ne concerne que les enfants (ou adolescents) accueillis en établissements. En effet, d autres enfants en situation de handicap peuvent être totalement ou partiellement scolarisés. Pour l année scolaire 2009/2010, voici quelques chiffres (Camberlein, 2011) : enfants en classe ordinaire (premier degré) ; dans le second degré ; enfants en Clis (classe d inclusion scolaire classe de premier degré) ; en UPI (unité pédagogique d inclusion classe de second degré).

16 LA GESTION DES RISQUES DANS LES ESSMS Les adultes La même enquête ES 2006 (citée ci-dessus), dénombrait places. L emploi Sur le versant de l emploi, on estime que la population active handicapée en France s élevait à personnes en 2004, parmi lesquels, travaillaient soit dans un établissement et service d aide par le travail (Esat) soit en entreprise adaptée. L encadrement La branche sanitaire, sociale et médico-sociale privée à but non lucratif emploie plus de personnes, qui travaillent dans structures sanitaires, sociales et médico-sociales privées à but non lucratif françaises (source Unifaf, 3. LE CADRE LÉGISLATIF 10 Repères législatifs Loi n du 2 janvier 2002 rénovant l action sociale et médico-sociale Loi n du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées Loi n du 21 juillet 2009 portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires (HPST) La gestion de ces établissements médico-sociaux et plus globalement des politiques sociales en France s inscrit dans un cadre législatif relativement ancien. De la loi de 1909 qui crée les classes de perfectionnement pour les enfants «arriérés» à la loi du 11 février 2005 portant sur l égalité des droits et des chances, la participation à la citoyenneté des personnes handicapées en passant par la loi du 2 janvier 2002 rénovant l action sociale et médico-sociale qui a reformé l ensemble de la législation antérieure, l arsenal législatif est complet et précis. Globalement, les établissements médico-sociaux sont soumis au Code de l action sociale et des familles (CASF) et relèvent selon les cas : du représentant de l État (préfet de région et/ou directeur général de l agence régionale de santé (ARS) selon les structures) ; du président du conseil général.

17 1 Le secteur médico social Et quelquefois de plusieurs d entre eux, s il existe une «compétence conjointe». Par contre, s ils relèvent bien des autorités ci-dessus, on considère que : dans le secteur du handicap : 90 % des établissements médico-sociaux sont directement gérés, sous la forme d une quasi «délégation de service public» par des associations de droit privé ; dans le secteur de la protection de l enfance, c est l autorité publique (via l aide sociale à l enfance, ASE, et la protection judiciaire de la jeunesse, PJJ) qui est plutôt gestionnaire d équipements ; dans le secteur des personnes âgées : on note qu interviennent également des gestionnaires publics et de plus en plus massivement des gestionnaires privés à but lucratif. La loi n du 21 juillet 2009 (loi HPST) a créé un unique organisme régional, l agence régionale de santé (ARS), qui unifie la quasi-totalité des missions publiques relatives à la santé : prévention des soins ambulatoires médecine de ville, hospitalisation et intègre dans ce cadre, la gestion des risques sanitaires et les actions de santé mises en œuvre par les établissements médico-sociaux. 4. LE DISPOSITIF FINANCIER Pour ce qui concerne le secteur médico-social, le nombre de décideurs et de financeurs est divers : les prestations délivrées par les établissements médico-sociaux sont financées par quatre «entités» (comme nous l avons vu ci-dessus, parfois de manière conjointe). On distingue généralement les «autorités de tarification» et les «financeurs». Dans le cadre de notre présentation, volontairement succincte, nous ne présentons ici que les financeurs et leurs principales missions, sans distinguer les financements conjoints. 11 Dunod Toute reproduction non autorisée est un délit. L assurance maladie et les organismes de sécurité sociale Ceux-ci prennent en charge les financements d un nombre important de structures médico-sociales, soit sous la forme de «dotations globales», soit selon des «prix de journées» : établissement d hébergement pour adultes dépendant (Ehpad) ; service d éducation de soins et d aide à domicile (Sessad) ; service de soins infirmiers à domicile (Siad) ; institut médico-éducatif (IME) ; institut médico-pédagogique (IMP) ; institut médico-professionnel (Impro) ;

18 LA GESTION DES RISQUES DANS LES ESSMS maison d accueil spécialisé (MAS) ; centre d éducation ou de rééducation professionnelle... Les départements (l aide sociale départementale) Ils financent les frais de séjours pour : les foyers d hébergements pour adultes handicapés (foyers de vie, foyers occupationnels, foyers d accueil médicalisé) ; certains frais d hébergements pour personnes âgées (pour les bénéficiaires de l aide sociale) ; de nombreuses allocations notamment l APA (allocation personnalisée à l autonomie) destinées à financer une partie des charges liées à la dépendance dans les établissements d hébergements pour personnes âgées. Par ailleurs, les départements interviennent dans le financement de l aide sociale à l enfance (ASE). L aide sociale de l État 12 L État finance les établissements et services d aide par le travail (Esat), les centres d hébergement et de réinsertion sociale (CHRS), certains services d auxiliaires de vie... Les particuliers Les usagers et leurs familles sont mis à contribution essentiellement dans les établissements pour personnes âgées dont ils sont les premiers financeurs des prestations d hébergement. Il existe aussi un autre cas, qui concerne les mesures de protections (ordonnées par le juge tutelles par exemple). Celles-ci sont en partie financées par des prélèvements sur les ressources des personnes protégées. À noter qu un cinquième financeur monte actuellement en puissance. Confrontés à la baisse régulière des financements publics et au souhait de ne pas reporter sur les particuliers la charge financière (les usagers devenant ici des clients), certaines institutions se tournent vers les fonds issus du mécénat. Cette forme de financement, traditionnelle pour certaines institutions, tend à se développer et se professionnaliser : il existe désormais une forte concurrence entre les associations sur ce type de financement.

19 Chapitre 2 Définir le risque

20 LA GESTION DES RISQUES DANS LES ESSMS PLAN DU CHAPITRE 1. Définition du risque retenue pour cet ouvrage Un risque ou des risques? Évaluer et classer les risques 17 Évaluer les risques 17 Que veut dire «évaluer», à l aune de la gestion du risque? 17 Classer les risques d une organisation 18 Définition canonique du risque (Afnor) 20 Distinguer «risques» et «facteurs de risques» Concepts complémentaires de la gestion des risques 21 Vulnérabilité 21 «Protection» et «Prévention» 22 Principe de précaution 23 Principe de prudence 25 Notions complémentaires Réduire, prévenir, maîtriser ou gérer les risques? 29 Réduire les risques 29 Prévenir 30 Maîtriser 30 Gérer 31

21 2 Définir le risque Dunod Toute reproduction non autorisée est un délit. PRENONS DONC le risque de définir le risque. Nous avons déjà apporté une première réponse : le risque est un danger éventuel plus ou moins prévisible. Il est évidemment nécessaire de citer nos sources bibliographiques : c est simplement la définition recueillie dans le Petit Robert! Continuons notre exploration pour comprendre cette idée de «danger», qui on le verra n est pas exactement synonyme de risque. Le danger (et certainement le péril) est une situation qui peut produire des dommages sur une personne, une menace qui peut compromettre la sûreté, la santé, voire même l existence de quelqu un. Le danger est le plus souvent éventuel, car un événement ne se produit que lorsque certaines conditions se trouvent réalisées («le danger est une propriété intrinsèque, ce qui ne veut pas dire qu elle se déroulera à coup sûr» Dab, 2007). L éventualité est un point primordial dans l idée de la prévention du risque. Le risque est le plus souvent, le résultat d une conjonction d événements. Toute action (ou non action) produit un événement ou un ensemble d événements. Cet événement est une situation agréable (profitable) ou désagréable (dommageable), pour une personne (ou un groupe de personne, un environnement, une société tout entière) ou pour un bien (ou un ensemble de biens). C est cette situation dommageable qui nous permet à définir le risque. Nous pourrions définir le risque comme une «virtualité négative», une «probabilité malheureuse». Mais, comme tout objet virtuel, comme tout objet «éventuel», le risque peut advenir... ou pas : on peut donc considérer le risque «comme un indicateur de vraisemblance de la réalisation d un danger». Enfin, il est évident que pour parler de risque, il doit exister une population d individus qui peuvent potentiellement subir les dommages. Le secteur social se préoccupe généralement d une population d individus particulièrement vulnérables. Dans ces conditions, les professionnels du secteur devraient être d autant plus attachés à la question des risques potentiels. Il existe d autres acceptions du terme «risque» : le risque peut-être aussi vu comme un inconvénient, comme un aléa, une occurrence, une chance. Par exemple, le «risque» que prend un joueur dans une partie de carte lié tant à sa maîtrise du jeu qu au hasard de la donne ne rentre pas exactement dans les thèmes que nous souhaitons aborder. 1. DÉFINITION DU RISQUE RETENUE POUR CET OUVRAGE Nous avons jusqu à maintenant volontairement délimité notre lecture du risque à une réponse technique, résumée à l idée simple «d un danger pour les personnes» (atteinte corporelle par exemple ou intoxication). Nous avons complexifié cette définition en y introduisant les notions d éventualité et de prévisibilité... Lorsqu on aborde la notion de «risque» de nombreuses thématiques peuvent être abordées : 15

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Éducation nationale NOR : MENE1007267A ARRÊTÉ du Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de générale et technologique Le Ministre

Plus en détail

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration eduscol Consultation nationale sur les programmes Projets de programmes de la classe de seconde générale et technologique Santé et social Enseignement d'exploration L'organisation de la consultation des

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel»

Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel» Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d adaptation progressive en milieu naturel SAPMN- du Gard a

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL EXPERIENCES PROFESSIONNELLES Détail des expériences Responsable qualité association secteur SMS : - Conception, mise en œuvre, animation et

Plus en détail

La responsabilité juridique des soignants

La responsabilité juridique des soignants La responsabilité juridique des soignants Les soignants, face à des conditions de travail parfois difficiles et aux aléas de la médecine, songent plus souvent aux risques thérapeutiques qu aux risques

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Réduire les risques en santé

Réduire les risques en santé Réduire les risques en santé «Mieux vaut penser le changement que changer le pansement» Marie-Françoise Dumay, Garménick Leblanc, Marc Moulaire, Gilbert Mounier 1 Définition du risque «Possibilité de dommage»

Plus en détail

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales.

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. 1 Les outils de mesure existants et description du handicap épileptique Il ne s agit pas ici de mesurer

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE Direction générale de l action sociale SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX Circulaire DGAS

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. Montpellier - 13 novembre 2012

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. Montpellier - 13 novembre 2012 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE Montpellier - 13 novembre 2012 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques La nature de l activité L âge des participants à l activité Le lieu de l activité

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

Cahier des charges pour l appel d offres. février 2015 SOMMAIRE

Cahier des charges pour l appel d offres. février 2015 SOMMAIRE Actions Thématiques 2015 : développer les compétences des travailleurs handicapés, usagers des ESAT bas-normands dans la Branche sanitaire, sociale et médico-sociale privée, à but non lucratif Cahier des

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

Données juridiques : gestion du risque

Données juridiques : gestion du risque Chrystelle Boileau Les facteurs de risques relatifs à l accompagnement de nuit à domicile sont de plusieurs ordres : - Risques routiers, du fait des déplacements véhiculés des professionnels ; - Risques

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Les responsabilités à l hôpital

Les responsabilités à l hôpital Les responsabilités à l hôpital Pour aller à l essentiel Dans leurs activités de prévention de diagnostic et de soins, les établissements publics de santé et les personnels qui y exercent relèvent principalement

Plus en détail

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT)

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT) Le Ministre de la Santé, de la Famille Et des personnes Handicapées A Mesdames et Messieurs les Préfets de région Direction régionales des affaires sanitaires et sociales Mesdames et Messieurs les Préfets

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Etablissement public sous la tutelle du Ministère chargé de la santé Les recours possibles pour les patients OBTENIR DES EXPLICATIONS Si un patient

Plus en détail

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Etablissement public sous la tutelle du Ministère chargé de la santé Lorsqu il estime avoir été victime, de la part d un établissement ou d un

Plus en détail

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Académie d Orléans-Tours Février 2007 Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Partie 2 : L activité économique DROIT BTS 1 ère année Durée : 4 heures et les mécanismes

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE MONTPELLIER 27 mai 2013 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité Les

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES informatiques d Inria CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES Table des matières 1. Préambule...3 2. Définitions...3 3. Domaine d application...4 4. Autorisation d accès aux ressources informatiques...5

Plus en détail

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs La responsabilité d une personne est toujours définie par le juge sur la base de faits précis et circonstanciés. Direction

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS

LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS ANJEU-TC juin 2008-1 - PETIT GUIDE PRATIQUE LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS Dès 18 ans, le jeune est légalement capable de tous les actes de la vie civile et ses parents ne peuvent plus agir pour son

Plus en détail

Les stratégies de prévention du tabagisme développées par les structures qui encadrent les jeunes

Les stratégies de prévention du tabagisme développées par les structures qui encadrent les jeunes Le réseau régional d Education Pour la Santé Membre du réseau de l'institut National de Prévention et d'education pour la Santé et l Institut Rhône-Alpes de Tabacologie Les stratégies de prévention du

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire.

Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire Sensibilisation Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise ou du délégataire 1N 2N Sommaire 1- La réglementation 1-1- La responsabilité

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Importance d un programme de sécurité et de santé 1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Raison d être d un programme de sécurité et de santé Un bon programme de sécurité et de santé dans

Plus en détail

Contribution de Médecins du Monde

Contribution de Médecins du Monde Contribution de Médecins du Monde Conférence nationale de lutte contre la pauvreté et les exclusions des 10 et 11/12/12 Thématique Hébergement / logement Cette contribution fait suite à la participation

Plus en détail

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile et pénale Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile est la conséquence, soit de l'inexécution d'un contrat, soit d'un acte volontaire ou

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

Un coût, des coûts, quels coûts?

Un coût, des coûts, quels coûts? Un coût, des coûts, quels coûts? Robert LAUNOIS (1-2) Journal d Economie Médicale 1999, T. 17, n 1, 77-82 (1) REES France - 28, rue d Assas - 75 006 Paris Email : reesfrance@wanadoo.fr - Site Internet

Plus en détail

Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress

Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress GÉRER LE STRESS DANS L ENTREPRISE OBJECTIFS PEDAGOGIQUES DUREE : 1 JOUR Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress Identifier la notion de risques psychosociaux au titre de la Loi

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

I. Une nouvelle loi anti-discrimination

I. Une nouvelle loi anti-discrimination Extrait du Bulletin de Liaison Le Défi n 17, LHFB, Juillet 2004 Discriminations et assurances ; les apports de la Loi du 25 février 2003 et le rôle du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL

CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL CONTRAT DE SEJOUR CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE DE PRISE EN CHARGE Accueil de Jour «Maison Bleue» Le contrat de séjour définit les droits et les obligations de l'etablissement

Plus en détail

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Colloque régional de prévention des addictions Mardi 31 mars 2015 Clermont-Ferrand Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Appels à communication Le Pôle de référence

Plus en détail

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Actualisation 07/2009 PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Partie 1 : LE CADRE GENERAL I. OBJECTIFS DE L INSTITUTION DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Participer à l effort

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

+ 34,7 % 1. Le budget. L Budget exécuté 2006 à 2009 de la CNSA et budget prévisionnel 2010. entre 2006 et 2009.

+ 34,7 % 1. Le budget. L Budget exécuté 2006 à 2009 de la CNSA et budget prévisionnel 2010. entre 2006 et 2009. Chiffres clés 21 Créée en 24, la CNSA contribue au financement des politiques d aide à l autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées. Elle consacre en particulier une grande part de son

Plus en détail

Les résidences avec services pour personnes âgées

Les résidences avec services pour personnes âgées Les résidences avec services pour personnes âgées Rapport IGAS, février 2015 Le contexte du rapport A travers ce rapport, l IGAS se penche sur le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement,

Plus en détail

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La réhabilitation psychosociale est à la mode. Ce n est jamais bon signe. Cela risque de conduire à perdre le sens initial de cette démarche. La

Plus en détail

L ACCUEIL DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT PROTÉGÉ

L ACCUEIL DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT PROTÉGÉ Guide Pratique Protection de l enfance L ACCUEIL DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT PROTÉGÉ grandir parents respecter prévenir devoirs écouter mieux-être protéger L ACCUEIL DU MINEUR ET DU JEUNE MAJEUR Ce

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES

ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES OBSERVATOIRE REGIONAL DE LA SANTE Poitou-Charentes ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES Enquête auprès des établissements de Poitou-Charentes Etude commanditée

Plus en détail

Qu est-ce qu un système d Information? 1

Qu est-ce qu un système d Information? 1 Qu est-ce qu un système d Information? 1 Une définition du système d information «Tout moyen dont le fonctionnement fait appel à l électricité et qui est destiné à élaborer, traiter, stocker, acheminer,

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux?

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? Les cahiers de l Observatoire Comment un accident peut-il engager la responsabilité pénale des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? table des matières Avant-propos de Bernard Bellec... P. 5

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Chapitre 6 La gestion des incidents Quelles que soient la qualité du système d information mis en place dans l entreprise ou les compétences des techniciens

Plus en détail

TRAVAILLEURS HANDICAPES OBTENIR OU CONSERVER UN EMPLOI

TRAVAILLEURS HANDICAPES OBTENIR OU CONSERVER UN EMPLOI Novembre 2010 TRAVAILLEURS HANDICAPES OBTENIR OU CONSERVER UN EMPLOI www.mdph77.fr Maison Départementale des Personnes Handicapées de Seine et Marne 16, rue de l Aluminium 77 543 SAVIGNY LE TEMPLE Cedex

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR

CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR Maison de retraite Foyer de vie 6-8 avenue Théodore d Arthez 64 120 SAINT PALAIS Tél. : 05.59.65.73.04 Fax : 05.59.65.61.82 E.mail : contact@stelisa.com Nom : Prénom :.. Date :.. CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR

Plus en détail

Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014

Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014 Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014 Responsabilités et assurances dans le domaine du sport Présentation de la maïf La Maïf est le 1 er assurées. assureur des

Plus en détail

Livret. Maison. handicapées. Maison. de prestations. des personnes. départementale

Livret. Maison. handicapées. Maison. de prestations. des personnes. départementale Livret de prestations Maison départementale des personnes handicapées Vous informer, vous orienter, évaluer vos besoins, suivre vos prestations Maison départementale des personnes handicapées PYRÉNÉES-ATLANTIQUES

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

FONDATION FUGUE ENLEVEMENT PARENTAL DISPARITION INQUIETANTE

FONDATION FUGUE ENLEVEMENT PARENTAL DISPARITION INQUIETANTE FONDATION AGIR CONTRE LES DISPARITIONS D ENFANTS FUGUE ENLEVEMENT PARENTAL DISPARITION INQUIETANTE Avec la Fondation Agir contre les disparitions d enfants et la Fondation pour l Enfance, étendre et renforcer

Plus en détail

LES CARNETS DE BORD DE L ACDA L ASSURANCE CIRCUIT

LES CARNETS DE BORD DE L ACDA L ASSURANCE CIRCUIT LES CARNETS DE BORD DE L ACDA L ASSURANCE CIRCUIT Me TEISSEDRE - Administrateur ACDA La pratique d un sport automobile n est pas sans risque, tant au niveau physique que pécuniaire, et ses conséquences

Plus en détail

Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE :

Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE : Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Dordogne - Infos Prévention n 15 Octobre 2010 Infos Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION SOMMAIRE : LES ENJEUX DE LA PREVENTION Introduction

Plus en détail

PLAN DE CRISE ECOLE :..

PLAN DE CRISE ECOLE :.. Académie de Corse Direction des services départementaux de l'education nationale de Corse du Sud. PLAN DE CRISE ECOLE :.. Gestion des situations exceptionnelles Ce document doit disposer en annexe de la

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

s é c u r i t é Conférence animée par Christophe Blanchot

s é c u r i t é Conférence animée par Christophe Blanchot s é c u r i t é i n f o r m a t i q u e La sécurité des systèmes d information Conférence animée par Christophe Blanchot Tour de table Présentation Nom, prénom, promotion Entreprise et fonction Expérience(s)

Plus en détail

Les risques liés à l activité de l entreprise : quels outils pour les identifier?

Les risques liés à l activité de l entreprise : quels outils pour les identifier? Les risques liés à l activité de l entreprise : quels outils pour les identifier? Alger, le 23-24 Novembre 2009 Présentée par: Mlle Amina NADJI Doctorante en 3ème année sciences économiques (CRIISEA, Centre

Plus en détail

L enfant handicapé : orientation et prise en charge

L enfant handicapé : orientation et prise en charge 1 ère partie : modules transdisciplinaires - Module 4 : Handicap. Incapacité. Dépendance - Objectif 51 : L enfant handicapé : orientation et prise en charge Rédaction : C Aussilloux, A Baghdadli - Actualisation

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

Identification, évaluation et gestion des incidents

Identification, évaluation et gestion des incidents Identification, évaluation et gestion des incidents De la cartographie des risques à la mise en place de la base incidents Xavier DIVAY Responsable de la conformité et du contrôle permanent QUILVEST BANQUE

Plus en détail

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée?

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Hélène Le Brun, conseillère septembre 2007 D-11815 Centrale des syndicats du Québec

Plus en détail

La notation en matière de sécurité

La notation en matière de sécurité La notation en matière de sécurité Août 2008 Le CDSE Le Club des Directeurs Sécurité d Entreprise est l association des directeurs de sécurité d entreprise et de leurs collaborateurs. Il fédère des entreprises

Plus en détail

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

Les responsabilités de l employeur. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P

Les responsabilités de l employeur. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Les responsabilités de l employeur APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 10/2012 Différentes responsabilités 1- La Responsabilité Administrative Est relative - au respect des obligations du contrat

Plus en détail

Les réseaux de santé Alain Grand

Les réseaux de santé Alain Grand Les réseaux de santé Alain Grand Section 1 : les réseaux de santé Devant le constat d un cloisonnement excessif du système de santé, susceptible d induire des «pertes de chance» vis-à-vis de certaines

Plus en détail

Téléphone : 0467 29 0467 Fax : 0467 29 0468 et 0467 29 0491 www.actif-online.com E-Mail : info@actif-online.com comptabilite@actif-online.

Téléphone : 0467 29 0467 Fax : 0467 29 0468 et 0467 29 0491 www.actif-online.com E-Mail : info@actif-online.com comptabilite@actif-online. BON DE COMMANDE INTERNET Tarifs 2015 à retourner à : Actif 259, Avenue de Melgueil BP 3 34280 LA-GRANDE-MOTTE Téléphone : 0467 29 0467 Fax : 0467 29 0468 et 0467 29 0491 www.actif-online.com E-Mail : info@actif-online.com

Plus en détail

Etablissement S.A.S. / ARPADE. Services d Accueil et de Soins. - Livret d accueil -

Etablissement S.A.S. / ARPADE. Services d Accueil et de Soins. - Livret d accueil - Etablissement S.A.S. / ARPADE Services d Accueil et de Soins - Livret d accueil - Association Régionale de Prévention et d Aide face aux Dépendances et aux Exclusions Valeurs fondamentales de l Association

Plus en détail