Les échanges parcellaires On a tous à y gagner. Guide pratique à l usage des agriculteurs, des propriétaires et des collectivités - Mai 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les échanges parcellaires On a tous à y gagner. Guide pratique à l usage des agriculteurs, des propriétaires et des collectivités - Mai 2012"

Transcription

1 Les échanges parcellaires On a tous à y gagner Guide pratique à l usage des agriculteurs, des propriétaires et des collectivités - Mai 2012

2 Sommaire 1 - REGROUPER LE PARCELLAIRE, QUEL INTERÊT? 1.1 Le pâturage Les cultures Les épandages LES ÉCHANGES PARCELLAIRES : CARACTÉRISTIQUES ET EXEMPLES 2.1 Qu est-ce qu un échange parcellaire? Les 3 modes d échange parcellaire Exemple d un échange parcellaire entre deux exploitations Exemple d une opération coordonnée d échanges parcellaires Témoignages de propriétaires Prendre en compte le bocage dans les échanges parcellaires QUELQUES REPERES REGLEMENTAIRES POUR ECHANGER 3.1 Démarches à effectuer et règles à respecter Les renseignements à connaître sur la parcelle pour bien échanger Quelles conséquences sur les droits à produire et les aides PAC? Quelles conséquences sur le respect de la réglementation environnementale? Le Plan d épandage Glossaire CA Conditionnalité DPU DARE EBC MAE PLU SAU ZAC Chambre d agriculture La conditionnalité soumet le versement des aides de la PAC (Politique Agricole Commune) au respect d exigences en matière d environnement et de santé. La réforme de PAC a introduit le principe du découplage des aides directes, applicable en France depuis L aide découplée est fondée sur un dispositif de Droits à Paiement Unique (DPU) Pour donner lieu à paiement, un DPU doit être «activé» avec un hectare de terre agricole détenu le 15 mai, ayant un usage agricole tout au long de l année civile, et portant un couvert admissible. Les surfaces sont déclarées tous les ans au travers du dossier PAC. Déclaration Annuelle de Respect des Engagements agro-environnementaux Espace Boisé Classé Mesure Agro-Environnementale Plan Local d Urbanisme Surface Agricole Utile Zone d Action Complémentaire

3 «Pour produire plus, mieux et avec moins» M. Rémi BAILHACHE Président de la Chambre d agriculture de la Manche Nourrir la planète avec moins d espace, moins d intrants et en préservant l environnement, c est le formidable défi d avenir qui est demandé à l agriculture. Se donner les moyens d adapter son système de production pour répondre à ce défi constitue un enjeu majeur pour tous les agriculteurs du département. A commencer par l outil de base de l activité agricole : la terre. Aujourd hui trop dispersée, elle occasionne certaines pratiques agricoles coûteuses, préjudiciables aux conditions de travail et peu compatibles avec la préservation de l environnement. En permettant de regrouper ou de reconfigurer des surfaces, de rapprocher des bâtiments, les échanges parcellaires favoriseront l utilisation des techniques innovantes de demain, celles d une agriculture écologiquement intensive. Les échanges parcellaires constituent un levier d autant plus facile à actionner que nous pouvons l utiliser à tout moment. «Pour une gestion partagée de l espace» M. Hubert LEFEVRE Président de l Association des Maire Ruraux de la Manche Depuis quelques années, l espace agricole est soumis à de nombreuses évolutions. A l essor de l urbanisation et de l adaptation routier du département, la surface agricole disponible diminue. Les élus ont pris conscience de ce problème et ont mis en place des SCOT (Schéma de Cohérence Territorial) pour faire respecter les surfaces à urbaniser. Mais une deuxième réflexion doit être menée, celle des échanges parcellaires, qui permettrait une meilleure qualité de travaux pour nos agriculteurs et sans doute u ne plus grande sécurité sur nos voiries rurales. Favoriser la pratiques des échanges parcellaires sur son territoire, c est pour un élu local se donner tout de suite des atouts pour une gestion économe, rationnelle et partagée d une ressource limitée : «notre espace». «On a tous à y gagner» Avoir un parcellaire groupé autour des bâtiments d exploitation présente de multiples avantages à la fois pour les agriculteurs et les collectivités. M. Philippe RIPOUTEAU Président de l Association pour la Promotion de l Aménagement Foncier Conseiller Général du canton de SAINT SAUVEUR LE VICOMTE Afin de favoriser le regroupement du parcellaire et des formes de parcelles plus géométriques, l aménagement foncier général (nouvelle appellation du remembrement) propose aux communes une restructuration complète de leur territoire. Un autre dispositif est au service des agriculteurs et des territoires : les échanges parcellaires. Soumis à un cadre juridique précis, ces échanges peuvent se réaliser entre deux agriculteurs ou au sein d un groupe, qu ils soient propriétaires ou locataires. Dans un domaine où des marges de progrès considérables peuvent être réalisées, l'échange parcellaire est un dispositif souple, qui peut être actionné à tout moment sur lequel les agriculteurs ont toujours la main. Ce guide vise à présenter les différentes formes d échanges parcellaires avec leurs possibilités techniques et juridiques. Il s adresse autant aux agriculteurs,aux propriétaires, qu aux élus des collectivités qui s interrogent sur la manière d améliorer la gestion de leur espace rural, pour bâtir et préserver l'avenir des générations futures.

4 1 REGROUPER LE PARCELLAIRE, QUEL INTERÊT?

5 1.1 Le pâturage En production laitière, rapprocher les parcelles des bâtiments permet de les rendre accessibles aux vaches laitières pour le pâturage. Intérêts pour l agriculteur Favoriser le pâturage des vaches laitières à proximité de la salle de traite fait gagner du temps et de l argent. Un intérêt économique L herbe de bonne qualité est le fourrage le moins cher. Une augmentation de la surface accessible aux vaches a un effet direct sur les coûts de production. Exemples de coûts aux litres de lait : euros pour 30 ares d herbe pâturée euros pour 45 ares d herbe pâturée (source : CA Bretagne) Intérêts pour le territoire Une cohabitation plus facile entre usagers de la route Les troupeaux empruntant ou traversant les routes sont moins nombreux, ce qui contribue à améliorer la circulation et la cohabitation entre les agriculteurs et les autres utilisateurs du réseau routier. Le coût d entretien des routes diminue par un trafic moins important de tracteurs et d engins agricoles. Un gain de temps Plus la surface en herbe pâturée est élevée, moins le tracteur est utilisé heures de tracteur pour les systèmes à 150 jours de pâturage heures de tracteur pour les systèmes à 70 jours de pâturage (source : CA Bretagne) Autres intérêts - Une surveillance quotidienne du troupeau facilitée pour mieux préserver l état de santé des animaux et lutter contre les risques de divagation - Des réseaux plus fonctionnels (chemin d accès, clôtures, abreuvement) - Une croissance de l herbe mieux gérée -Une adaptation à de nouvelles d o n n e s économiques par l importance des surfaces accessibles. Source : CA14 Une meilleure qualité de l eau L augmentation des surfaces accessibles au pâturage présente des avantages environnementaux. L herbe protège les sols de l érosion et régule l évacuation de l eau, limitant du même coup l ampleur des inondations. Source : CA14

6 1.2 Les cultures Regrouper les parcelles permet d améliorer la gestion agronomique des sols. Intérêts pour l agriculteur Une meilleure fertilité Rapprocher les terres éloignées permet d envisager des rotations plus longues et plus équilibrées avec une alternance de prairies et de cultures. Intérêts pour le territoire Une meilleure qualité d eau La forme plus géométrique des parcelles favorise : - Le développement d itinéraires alternatifs aux traitements phytosanitaires (désherbage mécanique par exemple), - Une plus grande précision des pulvérisateurs tandis qu une alternance de cultures et de prairies diminue la pression des maladies et ravageurs. - Un labour dans le sens perpendiculaire à la pente (voir figure ci dessous) Les échanges parcellaires permettent également de transférer des parcelles de cultures situées en zone sensible (périmètre de captage d eau, zone humide, forte pente ) vers des secteurs plus adaptés. Limiter le ruissellement Les terres cultivées «en pente» présentent des risques potentiels de ruissellement de surface et favorisent l érosion des sols car l eau est canalisée. Il en est de même des traces d engins agricoles qui peuvent former de véritables rigoles d eau lors de fortes précipitations. En rendant possible une nouvelle configuration des îlots culturaux, les «échanges parcellaires» favorisent un labour perpendiculaire à la pente, l implantation des haies anti-érosives (voir chapitre 2.5) et de nouveaux accès aux parcelles en haut de pente. Source : CA50 Source : CA14

7 Autres intérêts pour les cultures - Une meilleure surveillance des cultures et des interventions en conditions optimales (hygrométrie, vent, stade de la culture ) : moindre pression des maladies et ravageurs diminution d usage des phytosanitaires, - Une simplification administrative due à la diminution du nombre d îlot (PAC, etc), - Moins de secteurs délaissés par la suppression des triangles et des recoins. A savoir : Des terres agricoles valorisées et protégées L amélioration de la structure foncière d une exploitation augmente son potentiel de reprise par un jeune agriculteur et donc le renouvellement des chefs d exploitation agricole sur un territoire. Elle permet d affirmer la vocation agricole des terres et limite leur urbanisation. 1.3 Les épandages La répartition spatiale de la quantité d effluents épandue est souvent définie par les distances à parcourir entre les bâtiments d élevage et les parcelles épandables. Intérêts pour l agriculteur Moins de transport Regrouper et rapprocher les parcelles évite d investir dans de gros attelages de grande capacité et permet d être plus rentable et de gagner du temps. Une meilleure répartition / valorisation des effluents Avec un parcellaire groupé, les effluents peuvent être mieux répartis sur l ensemble du parcellaire. Des surfaces, souvent les plus proches de bâtiments d élevage, ne sont plus surfertilisées. D autres reçoivent davantage d effluents de l exploitation au détriment des engrais minéraux. Optimisation de l épandage Regrouper les parcelles permet d épandre des effluents d élevage sur des surfaces dont l éloignement vis à vis du siège de l exploitation et/ou la petite taille n autorisent pas aujourd hui leur utilisation pour l épandage. Intérêts pour le territoire La circulation Les nuisances dues aux croisements de tonnes ou d épandeurs évitées : dégradation des accotements, salissements des chaussées, temps de circulation, sécurité. Une meilleure qualité de l eau Le rapprochement des terres éloignées permet une diminution de la fertilisation minérale grâce à une meilleure répartition des déjections animales et une rotation des cultures plus longue. Source : CA14 Meilleure qualité de l air Source : CA14 Le regroupement parcellaire diminue la consommation de carburants, donc le CO² dans l atmosphère.

8 A savoir : Transport et déplacement : l éloignement coûte cher La répartition spatiale des parcelles conditionne les distances à parcourir, la puissance du matériel et le temps nécessaire pour exécuter l ensemble des travaux. Le temps et la puissance nécessaires sont très variables selon les travaux agricoles. L épandage et l ensilage de maïs sont particulièrement énergivores. Exemple de charges supplémentaires PAR AN dues à l éloignement d un îlot de cultures : L exploitation d un îlot de 10 ha situé à 10 km du siège d exploitation représente un surcoût de : pour une culture de maïs pour une culture de blé Charges supplémentaires (du labour à la récolte) par rapport à une localisation à proximité immédiate du siège d exploitation (moins d 1 km) : Îlot situé à 5 km 10 km 10 ha de maïs Distance parcourue km km Temps de trajet + 31 h + 50 h Consommation de fioul l +733 l Charges de mécanisation (y compris fioul) ha de blé Distance parcourue km km Temps de trajet + 6 h + 10 h Consommation de fioul + 59 l +123 l Source : CA50 Charges de mécanisation (y compris fioul)

9 2. LES ECHANGES PARCELLAIRES : CARACTERISTIQUES 2 LES ÉCHANGES PARCELLAIRES, CARACTÉRISTIQUES ET EXEMPLES

10 2.1 Qu est-ce qu un échange parcellaire? L échange parcellaire est un acte par lequel les parties s accordent pour échanger une ou plusieurs parcelles, dans l objectif d améliorer les conditions d exploitation. Article 1702 du code civil L échange est un contrat par lequel les parties se donnent respectivement une chose pour une autre. L opération peut concerner seulement 2 parties (échange bilatéral) ou davantage (échange multilatéral). La portée de l échange sera d autant plus grande qu elle implique des parties nombreuses. Source : CA50 Agriculteur A Agriculteur B Plantation de haie Agriculteur C Haie A savoir : Les échanges peuvent être coordonnés au sein d un périmètre (communal ou intercommunal). Ils auront cependant toujours une portée plus limitée que la procédure «d aménagement foncier agricole et rural» puisqu ils nécessitent l accord entre les parties. Il s agit par contre d un mode de réorganisation foncière plus souple, plus rapide, sans obligation de délai et où les parties gardent la maîtrise du déroulement de la démarche.

11 2.2 Les 3 modes d échange parcellaire Échanges de propriétés ( = «Échanges amiables d immeubles ruraux») (Art , L411-1 et suivant du code rural) La parcelle change de propriétaire et de locataire. Il s agit d un acte bilatéral ou multilatéral d échange de propriété, nécessitant un accord entre propriétaires matérialisé par l élaboration de nouveaux actes notariés. En cas de différence de valeur entre les surfaces échangées, une soulte compensatoire est possible. Un géomètre peut intervenir en cas de besoin de division parcellaire. Une aide du Conseil Général est accordée sur les frais d échanges : o Hors périmètre : 80 % HT des frais d actes notariés. o Périmètre : 100 % TTC des frais d échanges (y compris les frais d arpentage) Échanges de fermiers La parcelle change de locataire. Il s agit d un acte bilatéral ou multilatéral d échange de baux nécessitant un accord entre les propriétaires et leurs locataires matérialisés par l élaboration de nouveaux baux. Échanges en jouissance (= «Échanges de cultures») (Art. L du code rural) La parcelle change de locataire, mais uniquement dans l usage. Une convention d échanges entre locataires doit être élaborée. Le fermier titulaire du bail reste responsable du bon usage de la parcelle envers son bailleur. ATTENTION! Cet échange n est plus valable à la fin du bail du preneur. Ce procédé peut aboutir à la concrétisation d un échange de propriété. A savoir : Quelque soit le procédé, l échange se fait toujours à l amiable et avec l accord du propriétaire. La seule différence sera en fin de compte les formalités qui incomberont au propriétaire : acte notarié si échange en propriété, acte sous seing privé de conclusion d un nouveau bail en cas d échange de fermiers, réception de l avis d échange en jouissance dans le 3 ème cas. (Pour d avantage de précisions sur la réglementation et les formalités, voir pages 19 et suivantes de ce guide)

12 2.3 Exemple d un échange parcellaire entre deux exploitations Tout agriculteur du département peut effectuer des démarches avec son voisin pour regrouper son parcellaire. Exemple à Tanis où un échange de 2 parcelles a fortement amélioré les conditions de travail d un producteur de lait. Pour M. GILLES, un des deux co-échangistes, «le déclic a eu lieu en 2010, j ai pu acheter une petite surface que j exploitais déjà et située à l intérieur d un îlot dont je suis propriétaire». Avec cette acquisition, une réflexion s est engagée avec son voisin M. GUERIN pour échanger leurs îlots respectifs d environ 8,50 ha chacun. Comme les deux agriculteurs sont propriétaires, la négociation a été assez rapide d autant que tous les deux sortent gagnants de leur collaboration. M. GILLES a pu créer un îlot de cultures de 15 ha et bénéficie d une diminution de ses charges de M. Gilles et M. Guerin mécanisation. La forme géométrique du nouvel îlot permettra des interventions précises sur les cultures. De son côté, M. GUERIN a récupéré des surfaces proches de ses bâtiments d élevage et potentiellement pâturables par ses vaches laitières. Un gain de 600 heures de travail par an. Mieux, cet échange a complètement transformé le travail quotidien de l exploitation. Auparavant, 2 personnes étaient nécessaires pour conduire les vaches laitières aux pâtures pendant 45 mn, 2 fois par jour, de la mi-mars à la mi-novembre. Aujourd hui, chaque conduite du troupeau ne mobilise plus qu une personne pendant 15 mn. «Au total, nous avons gagné 2h30 / jour ce qui représente 600 H/an et une diminution de plus de 80 % du temps de travail consacré à cette tâche quotidienne» tient à souligner M. GUERIN «la sécurité s est également nettement améliorée car les vaches n empruntent plus aucune route». Afin de séparer l îlot d herbe de M. GUERIN et l îlot de cultures de M. GILLES et pour protéger les vaches laitières contre les intempéries, 400 mètres de haies à plat ont été plantés au cours de l hiver En ayant pu agir pour regrouper leurs parcellaires «nous avons donné un véritable projet d avenir à nos exploitations» se félicitent les deux agriculteurs du sud manche. A savoir : Comme il s agit d échanges de propriété, les frais d actes notariés ont été pris en charge par le Conseil Général à hauteur de 80 % HT.

13 2.4 Exemple d une opération coordonnée d échanges parcellaires Comment procéder quand les besoins d échanges sont importants et concernent tout un territoire? Dans les communes de Savigny - Montpinchon, un groupe d agriculteurs s est posé la question il y a 2 ans. «Au départ», se souvient Rodolphe CAUCHARD, alors président du GVA (Groupe de Vulgarisation Agricole) lors du tout début de la démarche, «nous constations que le parcellaire dispersé engendrait beaucoup de contraintes, notamment pour l accès des vaches laitières aux prairies. Celles-ci sont trop éloignées des bâtiments». M. Cauchard Ayant sollicité un appui auprès de la Chambre d agriculture pour l animation et du Conseil général pour la faisabilité technique et le financement, ces agriculteurs ont retenu l idée d une opération coordonnée d échanges parcellaires. Cette démarche intègre davantage d agriculteurs, permet d enclencher une dynamique locale et d instaurer une procédure précise pour réaliser des échanges multilatéraux. Mme Eliane LEGOUBIN et M Joël CAILLOUX, maires des deux communes sont également sensibles à ce projet de regroupement parcellaire pour améliorer la sécurité et le réseau routier souvent sali et dégradé par le passage répété d engins lourds. «Avec l accueil de nouvelles populations, la cohabitation entre les voitures, les engins agricoles et les animaux nous préoccupe fortement, sans compter le risque constant de la divagation des animaux», explique Eliane LEGOUBIN, maire de SAVIGNY. M. Cailloux et Mme Legoubin

14 Exemple concret d un projet d échanges parcellaires avec Benoît Durand, agriculteur à SAVIGNY. Comment les agriculteurs ont intégré la démarche? Une fois l opération officiellement lancée, plusieurs groupes de travail se sont mis en place pour discuter des possibilités d échange. Il s agit de groupes d agriculteurs volontaires souhaitant échanger les uns avec les autres. Les discussions sont longues car le principe du gagnant-gagnant est le fil conducteur. Si l un a un bénéfice, il faut trouver une contrepartie pour l autre, qu il soit exploitant ou propriétaire. Combien de temps va durer ce projet? Nous avons commencé à y réfléchir en L opération collective menée sur la commune par la Chambre d agriculture et soutenue par le Conseil Général a permis d accélérer la concrétisation du projet. L opération est lancée depuis début 2011, pour 1 an renouvelable 2 fois. Courant 2012, les agriculteurs de notre groupe de travail vont s attacher à finaliser un premier plan d échange d une surface avoisinant les 35 ha. Quelles démarches administratives et quel coût? Nous souhaitons utiliser les 3 modes d échanges pour nous autoriser le maximum de possibilités. Les échanges en propriété seront privilégiés car ils sont définitifs. Comme il s agit d une opération collective, le Conseil Général finance la totalité des frais de notaires et de géomètres. Et les propriétaires? Ils ont été informés de l esprit de la démarche dès son lancement. Désormais, il nous faut les rencontrer pour leur proposer notre projet de plan d échanges. Car, quelque soit le procédé, l échange se fait toujours à l amiable et avec l accord du propriétaire. Concernant les échanges en propriété, un nouvel acte notarié sera réalisé. Que va vous apporter principalement l opération d échanges? Aujourd hui, un des co-échangistes transporte les génisses pour les faire pâturer car les parcelles proches de ses bâtiments ne sont pas suffisamment nombreuses. Un autre a besoin d un minimum de 2 personnes pour conduire le troupeau de vaches laitières. Pour ce qui concerne notre exploitation, la contiguïté de la voie ferrée à certaines de nos parcelles nous fait également craindre des accidents par divagation des animaux. Après échanges, le pâturage sera plus aisé à gérer et plus sécurisant avec une gestion des clôtures simplifiée. Les animaux seront plus faciles à surveiller. Et avec moins de déplacements, nous gagnerons du temps. Comment procédez-vous en cas de différence agronomique ou de surface? Une soulte compensatoire est possible mais nous cherchons en premier lieu à échanger à surfaces quasi-égales. Quant à la différence de qualité de terres constatée, elle représente une contrainte faible comparée à la réduction des charges et au confort de travail obtenus en contrepartie. Pour en savoir plus : rubrique Territoire.

15 A savoir : Rencontre avec Maryse HEDOUIN, élue Chambre d agriculture du canton de CERISY LA SALLE. Quel est le déroulement d une opération d échanges parcellaires? S accorder entre agriculteurs constitue la première étape. Pour aboutir à un plan d échanges, les agriculteurs se réunissent par groupe de 3-6 personnes par secteur de commune et réfléchissent avant ensemble autour des plans plutôt que de réaliser des projets chacun de leur côté. Quand les agriculteurs ont trouvé entre eux un plan d échanges, il leur faut ensuite convaincre leur(s) propriétaire(s) de l intérêt de la démarche, à l aide d une carte montrant la situation avant et après. Quels sont les avantages d intégrer la démarche d une opération d échanges parcellaires? A plusieurs, les agriculteurs ont davantage de possibilités, A peut échanger avec B, lequel va échanger avec C, et ce dernier échangera avec A ou D. Souvent, il apparaît qu un agriculteur doit intégrer un autre groupe et faire des propositions à d autres agriculteurs pour donner de l ampleur au projet. La démarche totalement amiable est longue, chacun le sait. Cependant, ça vaut le coup de se rendre disponible pendant plusieurs jours car c est un travail pour l avenir. Et puis, comme l a dit un participant lors d une réunion «pour une fois que notre avenir ne dépend pas de décisions prises loin de chez nous». 2.5 Témoignages de propriétaires Un échange de parcelles se fait toujours à l amiable et avec l accord du propriétaire. Dans les exploitations professionnelles de la Manche, où seulement un quart des surfaces agricoles est exploité en faire-valoir direct, convaincre son propriétaire constitue une étape-clef dans la réussite d un projet de regroupement parcellaire. Exemple d un échange en propriété : 3 questions à M. André MOUCHEL, propriétaire non exploitant à Benoîtville : Pouvez-vous nous présenter l échange de parcelles que, votre fermier et vous, avez réalisé? J étais propriétaire d une parcelle de 0,60 ha située à Les Pieux. Je l ai échangée en 2005 contre une parcelle de superficie équivalente située à Tréauville. Les deux parcelles sont labourables. Seul un chemin les sépare. La distance entre la nouvelle parcelle exploitée et le siège d exploitation de mon locataire (3 km) est quasiment inchangée. Mais l échange a permis de supprimer des «haches» et d obtenir une forme plus géométrique de l îlot cultural. Les conditions d exploitation de mon locataire sont ainsi améliorées. Quelles sont les personnes à l initiative de la démarche? Je suis à l origine de l opération. En tant qu ancien agriculteur et ancien chef d une entreprise de travaux agricoles, je suis en effet sensible aux contraintes auxquelles mon locataire est confronté à cause de la dispersion du parcellaire. J ai d ailleurs accepté plus tard que mon locataire bénéficie d un échange en jouissance sur d autres parcelles avec un ses voisins agriculteurs. En tant que propriétaire, quels avantages l échange parcellaire vous procure t-il? Je suis désormais propriétaire de surfaces plus géométriques tandis que le propriétaire qui a échangé cette parcelle avec moi bénéficie d un îlot de propriété plus groupé et de taille plus grande qu avant l échange : 3,5 ha environ.

16 Exemple d un échange en jouissance : 3 questions à M. Daniel BOUDET, propriétaire non exploitant à St Senier sous Avranches : A savoir : Pouvez-vous nous présenter l échange de parcelles que, votre fermier et vous, avez réalisé? Je suis propriétaire de deux parcelles de 2,07 ha situées à Isigny le Buat et le Grand Celland, dans le canton de Brécey. Elles ont été échangées contre une parcelle de superficie équivalente située au Petit Celland. Quelles sont les personnes à l initiative de la démarche? Mon locataire est venu me rencontrer pour me proposer cet échange qui lui permettait de diminuer la distance initiale de 7 km entre les parcelles et son siège d exploitation à 1 km. Il m a proposé de signer une convention d échanges et j ai tout de suite accepté car je reste toujours propriétaire des parcelles. De plus, mon locataire est toujours mon unique interlocuteur concernant le paiement des fermages et la bonne utilisation du bien. Le fermier qui a échangé avec mon locataire a aussi réduit sa distance d accès aux parcelles de 3 km environ. Les deux co-échangistes bénéficient également de surfaces plus groupées. En tant que propriétaire, quels avantages l échange parcellaire vous procure t-il? Le regroupement parcellaire permet de raccourcir les trajets des engins agricoles. Avec mon épouse, nous n avons pas de lien avec l agriculture. Par contre, nous sommes soucieux de l environnement. Moins de tracteurs à circuler, c est moins de gaz carbonique dans l atmosphère, moins de salissements des routes et plus de sécurité, surtout pour le cycliste que je suis. Quelque soit le procédé, l échange parcellaire se fait toujours à l amiable et avec l accord du propriétaire. La seule différence sera en fin de compte les formalités qui incomberont au propriétaire : acte notarié si échange en propriété, acte sous seing privé de conclusion d un nouveau bail en cas d échange de fermiers, réception de l avis d échange en jouissance dans le 3ème cas. 2.6 Prendre en compte le bocage dans les échanges parcellaires. La Manche est le département où la densité de haies est la plus forte. Construit progressivement par l homme, le paysage bocager est en constante évolution. Suite aux échanges parcellaires le regroupement des parcelles peut s accompagner d une reconfiguration du maillage bocager axée sur : Les différents rôles de la haie : protection des animaux et des cultures contre les intempéries, préservation des sols, épuration de l eau, etc. L efficacité de ses différents rôles s apprécie en fonction de la cohérence du maillage bocager sur un secteur dont l échelle dépasse souvent celle d une exploitation. Une démarche collective entre agriculteurs pour constituer la densité et la forme de connectivité des haies amène à un résultat plus significatif. L entretien des haies : un parcellaire regroupé permet de constituer plus facilement un réseau de haies autour des îlots donc plus faciles à entretenir et à maintenir. Exemple de constitution d un nouveau réseau de haies bocagères Dans la commune de Subligny, un échange multilatéral de 9 ha en propriété entre 3 agriculteurs a permis la reconfiguration parcellaire de 26 ha de cultures en Toutes ces surfaces sont aujourd hui plus faciles à exploiter.

17 «Pour la première année en culture de maïs», explique M. BLIN, un des 3 co-échangistes «j ai gagné 2 heures de travail pour le labour et 1 heure pour l ensilage». Des emplacements de haies adaptés M. LEGEARD met en avant la difficulté d accéder auparavant à sa parcelle enclavée avec les engins «l entreprise de travaux agricoles et moi-même devions traverser les champs de mes voisins». M. LESERVOISIER, troisième coéchangiste, a amélioré la gestion du pâturage près de ses bâtiments grâce à une réattribution SAFER qui a accompagné l échange parcellaire, tout en cédant une parcelle elle aussi enclavée. Après la réalisation des échanges de parcelles, le maillage bocager a été transformé. Les agriculteurs souhaitaient des haies en bordure de champ car plus faciles à entretenir, et dans le sens contraire des pentes afin de protéger les sols cultivés et les maisons de particuliers situées en contrebas. 700 mètres de haies ont été arrachés et 800 mètres ont été plantés sur talus. «Au-delà des chiffres» souligne M. LEGEARD, «nous avons pu aboutir à une nouvelle organisation parcellaire cohérente avec les enjeux agricoles et environnementaux actuels». D une part, les nouvelles parcelles sont davantage géométriques «elles possèdent moins de recoins, de hâches» et sont adaptées à la gestion des cultures. D autre part, le nouveau réseau bocager est plus efficace contre le ruissellement. Les anciennes M. Legeard, M. BLin et M. Leservoisier souches de frênes, châtaigniers ou encore noisetiers ont même été déplacées dans les nouveaux talus. Les propriétaires des nouvelles haies espèrent en prime valoriser le potentiel de bois de chauffage dans le futur. Les échanges parcellaires favorisent ainsi la mise en œuvre d un bocage nouveau, en cohérence avec les pratiques agricoles actuelles et futures. Attention aux haies classées : Les haies et talus classés en EBC au PLU ne peuvent être arasés. Ils doivent rester boisés. Leur destruction ne peut se faire qu après une révision du PLU et suite à une autorisation de défrichement (qui n est pas automatiquement accordée). Les haies identifiées pour la préservation du paysage (art L du code de l urbanisme) doivent faire l objet d une déclaration de travaux auprès de la Mairie pour être modifiées ou arasées. Les haies classées par arrêté préfectoral au titre de l art L du code rural doivent faire l objet d une autorisation préalable du Préfet après avis de la commission départementale d aménagement foncier. A savoir : Les aides à la plantation de haies Au cours de ces 20 dernières années, 310 kilomètres de nouvelles haies ont été plantés dans le département avec l aide du Conseil Général (47 kilomètres de talus et plus de plants pour rénover les haies). Ces travaux de plantation sont réalisés sous l égide de la fédération des associations de boisement de la Manche et de la Chambre d Agriculture qui apporte le conseil et organise les interventions d entreprises dans le cadre de la charte pour la qualité des plantations bocagères. Le taux d aide à la plantation s élève de 35 à 75 % du montant H.T. des travaux. Pour tous renseignements : - équipe Boisement de la Chambre d Agriculture de la Manche : et site internet www. manche.chambagri.fr rubrique environnement - boisement

18 2. LES ECHANGES PARCELLAIRES : CARACTERISTIQUES 3 QUELQUES REPERES REGLEMENTAIRES POUR ECHANGER

19 3.1 Démarches à effectuer et règles à respecter Conditions d éligibilité des surfaces à échanger Echanges en propriété (art 37-38, L124-1 et suivants du code rural) - Les parcelles échangées doivent être situées soit dans le même canton soit dans un canton et une commune limitrophe à celui-ci. En dehors de ces limites, l un des immeubles échangés doit être contigu aux propriétés de celui des échangistes qui le recevra. - La différence de surface échangée ne doit pas être supérieure à 40 % (ex : un propriétaire A ne peut céder 8 ha et récupérer 4 ha) - Les parcelles inférieures à 1 ha (= statut «petite parcelle») sont éligibles Echanges de fermiers - La surface échangeable doit être supérieure à 1 ha pour que le statut du fermage puisse d appliquer. - L accord de résiliation comme le nouveau bail peut porter sur une partie (celle qui fait l objet de l échange) ou sur la totalité des biens loués. Echanges en jouissance (art L du code rural) - La totalité des biens loués à un même bailleur peut être échangée si la surface n excède pas 1/5ème de la SMI (Surface Minimale d Installation) soit 5 ha dans la Manche. Règles à respecter Durée de l échange Démarches à effectuer Coût Aide du Conseil Général - Le locataire a le choix entre obtenir le report des effets du bail sur les parcelles acquises en échange par le bailleur, ou d obtenir la résiliation totale ou partielle du bail Définitive Après accord du propriétaire - Contact notaire pour la rédaction et la publication de l acte d échange et les baux ruraux relatifs aux nouvelles parcelles de chacun des propriétaires. - Contact géomètre si nécessité de document d arpentage pour division de parcelles. - Le demande sera examinée en Commission Départementale d Aménagement Foncier (CDAF) Frais de notaires liés à la rédaction des actes notariés - 80 % du coût HT des frais de notaire et d arpentage (100 % TTC dans le cadre d une opération coordonnée sur un territoire). L aide est versée à chaque propriétaire sur présentation des factures acquittées au Conseil Général. - Contact notaire pour la résiliation des baux actuels et la rédaction de nouveaux baux - Frais de notaires au besoin liés à la résiliation amiable des baux et à la rédaction de nouveaux baux Les obligations découlant du bail demeurent à la charge du locataire en place (paiements du fermage, clauses ) ; Le preneur est responsable des manquements de son coéchangiste. Il encourt la résiliation de son bail si, par exemple, un défaut d entretien imputable à son coéchangiste compromet la bonne exploitation du fonds loué. - Le locataire titulaire du bail conserve son droit de préemption. - L échange peut être consenti pour une durée exclusivement liée à la durée des baux, pour une durée fixe ou avec une clause de tacite reconduction. - Dans tous les cas, l échange est limité à la durée du bail. Il prend fin de plein droit à l extinction de l un des baux. - Contact Chambre d Agriculture pour la rédaction d une convention d échange en jouissance. - Notification au propriétaire par lettre recommandée avec demande d accusé de réception. Dans les deux mois qui suivent la notification, le propriétaire peut saisir le tribunal paritaire des baux ruraux s il entend s opposer à l opération. Gratuit hors frais d envoi d une lettre recommandée avec accusé de réception

20 3.2 Les renseignements à connaître sur la parcelle pour bien échanger Dans le cadre d un échange parcellaire, les terres ne sont pas classées selon leur qualité, comme lors d une procédure d aménagement foncier agricole et forestier. Pour les échanges de propriété, en cas de différence de valeur entre les surfaces échangées, une soulte compensatoire est possible. Pour chaque échange, les deux parties décident ensemble des valeurs des terres échangées dans les règles précédemment présentées. Il faut néanmoins être en mesure d évaluer l impact de l échange, notamment sur les droits à produire (Voir Question n Quelles conséquences sur les droits à produire et les aides PAC?). Informations à collecter L échéance du bail sur la parcelle louée La SAU déclarée à la PAC et la surface du bail La culture déclarée dans le dossier de déclaration PAC de l année précédente L engagement contractuel de type MAE en cours sur l exploitation avec les dates de fin d engagement Pratique de l agriculture biologique si existant La proximité d un cours d eau La présence de haies et de bois sur la parcelle Les contraintes et surfaces d épandage Les zonages réglementaires de type ZAC, périmètres de captages, PLU La mise à disposition des parcelles dans le plan d épandage d un tiers L existence et la localisation de drainage Points de vigilance Information sur la durée maximale de l échange de jouissance Surface de référence pour le dossier PAC Activation des DPU Eviter tout retournement de prairie permanente. Un transfert de référence herbe est à prévoir si les références de l exploitation ne peuvent être maintenues Identifier les risques de pénalités ou de rupture du contrat et, de préférence, attendre la fin du contrat Identifier les risques de pénalités ou de rupture du contrat et, de préférence, attendre la fin du contrat Application des règles d enherbement des bordures de cours d eau Application des règles d épandage de fertilisants et de traitements phytosanitaires Règles de gestion des arbres liées au bail Classement/identification de la haie dans les documents d urbanisme ou code rural Activation de DPU sur les éléments topographiques Mise à jour du plan d épandage de l exploitation Identification et application des règles en vigueur Identification des impacts de l échange sur le contrat d épandage Entretien des drains A savoir : Quelles que soient les différences constatées entre les parcelles à échanger, une attention particulière doit être portée sur les gains qui seront obtenus grâce à la nouvelle proximité des surfaces exploitées. Ils sont souvent en effet largement supérieurs aux pertes qui peuvent être constatées : qualité de terre, DPU par exemple.

21 3.3 Quelles conséquences sur les droits à produire et les aides PAC? Droits à produire / aides PAC Règles Documents et délais à respecter Contact Autorisation d exploiter Échanges en propriété, échanges de fermiers Échange en jouissance L autorisation d exploiter reste liée au titulaire du bail Contact DDTM obligatoire (si échanges parcellaires ne sont pas à surface égale) L échange en jouissance ne donne pas lieu à transfert de quota Aucune démarche à faire Quota Échange en propriété A surface PAC égale (tolérance de 0,5 ha) Pas de transfert Échange en propriété A surface PAC égale (tolérance de 0,5 ha) Pas de transfert Aucune démarche à faire Contact DDTM obligatoire DDTM Service Economie agricole des territoires Tél : Activation DPU Pas d incidence pour chaque exploitation si les parcelles échangées sont de même surface Document de référence = PAC Déclaration PAC Redessiner les îlots exploités lors de la prochaine déclaration PAC et se référer à la nouvelle surface mesurée. En cas de contrôle, c est la surface mesurée qui est utilisée pour les calculs éventuels de pénalité. Déclaration PAC (15 mai de l année qui suit l échange) La simplicité est l échange des parcelles à surfaces égales. Que faire si l échange conduit à une augmentation de plus de 0,5 ha? Pour les échanges en propriété avec un écart de plus 0,5 Ha, il faut contacter le Service Economie et Agriculture des territoires (SEAT) de la DDTM (Tél : ) Pour faire le point sur la situation réglementaire de chaque exploitation au regard du contrôle des structures et des transferts de référence laitière.

22 3.4 Quelles conséquences sur le respect de la réglementation environnementale? Engagement/ obligations Conséquences et modifications à apporter Documents et délais à respecter Contact Conditionnalité des aides PAC Parcelles en contrat MAE Surfaces de référence en herbe Les surfaces déclarées en prairie temporaire et en pâturage permanent en 2010 sont des surfaces de référence à l échelle des exploitations. Le retournement des prairies permanentes et des prairies temporaires de plus de 5 ans est possible si la surface globale en pâturages permanents 2010 est maintenue. Le retournement des prairies temporaires de moins de 5 ans est possible sous réserve de conserver 50 % minimum de la surface initiale de référence individuelle. Ces règles doivent être respectées malgré l échange mais des transferts vers une autre exploitation sont possibles. Les engagements sont attachés à la parcelle. Si le repreneur ne souhaite pas appliquer les engagements, identifier les pénalités et risques de rupture du contrat et, de préférence, attendre la fin du contrat Éventuellement, formulaire de demande de transfert de prairie entre exploitants - Cession-reprise : formulaire DARE à transmettre lors de la déclaration PAC - Rupture de contrat: transmettre une déclaration spontanée (attention, un emboursement du contrat sera demandé au dernier déclarant PAC sur la(es) mesure(s) engagée(s) ) DDTM Service Economie agricole des territoires Tél : Parcelles en agriculture biologique Cahier de fertilisation et plan prévisionnel de fumure Les gains issus des échanges de parcelles en agriculture biologique doivent être pensés sur le long terme. L échangiste pratiquant l agriculture biologique perd la certification sur la surface échangée et doit convertir la parcelle qu il va exploiter. Néanmoins, dans une production 100 % lait, la mise en place de la procédure de conversion de la parcelle non bio échangée, permet de garder sa certification si le fourrage ne contient pas plus de 20 % issus de l agriculture non biologique Mettre à jour les documents d enregistrement relatifs à la fertilisation Votre organisme certificateur DDTM Tél :

23 3.5 Le Plan d épandage Situation de l élevage RSD Régime Déclaration des ICPE Régime Autorisation des ICPE Contenu de la mise à jour à réaliser Envoi Interlocuteur Liste des parcelles reprises avec la cartographie des exclusions réglementaires Dans tous les cas : Liste des parcelles cédées et reprises avec la cartographie des exclusions réglementaires des nouvelles parcelles Fournir un nouveau bilan azote et phosphore Contact téléphonique avec l inspecteur de la DDPP Dans tous les cas : Liste des parcelles cédées (références cadastrales) et reprises avec la cartographie des exclusions réglementaires des nouvelles parcelles: Fournir un nouveau bilan azote et phosphore Si modification notable : Fournir un nouveau bilan azote et phosphore Dossier de demande pour arrêté complémentaire intégrant la ou les modifications A conserver sur l exploitation 3 exemplaires à envoyer à la DDPP 1 exemplaire à conserver 3 ou 7 exemplaires à envoyer à la DDPP 1 exemplaire à conserver Agence Régionale de la Santé (ARS) Direction territoriale de la Manche Préfecture de la Manche SAINT-LÔ Tél : Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP) Service Protection de l environnement et de la nature 1304 Avenue de Paris saint lo Tél. : MISE A JOUR DU PLAN D EPANDAGE Exemple de liste parcellaire Liste des parcelles perdues Commune N îlot PAC SAU liée à l eau SAU exclue liée aux tiers Surface d épandage retenue Surface non épandable pâturée Total Total SDN 1 Liste des parcelles reprises Commune N îlot PAC SAU SAU exclue liée à l eau liée aux tiers Surface d épandage retenue Surface non épandable pâturée Total Total SDN 1

24 Ce guide pratique «Les échanges parcellaires - on a tous à gagner» a été élaboré par le service Territoire de la Chambre d agriculture de la Manche, en partenariat avec l APAF (Association pour la Promotion de l Aménagement Foncier) L APAF est une association loi 1901 qui a pour but : - L information, la réflexion, la formulation de toutes propositions intéressant l aménagement concerté du territoire et la préservation de l espace rural - La promotion des outils de gestion de l espace rural - L appui aux collectivités et groupements de personnes souhaitant mettre en œuvre des outils d aménagement foncier et rural sur leur territoire dans un objectif de développement durable. Elle est composée de conseillers généraux, maires, Direction Départementale des Territoires et de la Mer, Chambre d agriculture, syndicat de la propriété privée rurale, Chambre départementale des notaires, Chambre départementale des géomètres experts. VOS CONTACTS : Chambre d agriculture de la Manche, Service Territoire : Perrine BUCHART, Héléne GARBIN, Sylvain LEBAIN, Thomas POUILLE - Avenue de Paris Saint-Lô cédex Tel : Conseil Général de la Manche, Service de la cohésion territoriale et de l habitat Saint-Lô Cedex tel : Avec la participation financière du Conseil Général de la Manche

Autres utilisations : ouvrages de protection des berges de rivières, ou aménagements paysagers (barrières vivantes) ou encore en vannerie.

Autres utilisations : ouvrages de protection des berges de rivières, ou aménagements paysagers (barrières vivantes) ou encore en vannerie. Les TTCR, impacts environnementaux Colloque 23/11/2007 filière multi-produits, traitant de grandes quantités de bois regroupé sur des plates formes de stockage/séchage, qui peuvent livrer des chaufferies

Plus en détail

PAC. ce qui change. vraiment

PAC. ce qui change. vraiment PAC 2014 2020 ce qui change vraiment Dotée d un budget préservé de l ordre de 9,1 milliards par an, la nouvelle pac entrera pleinement en application en 2015 et sera le cadre commun de l agriculture européenne

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

BAIL RURAL TYPE PREAMBULE

BAIL RURAL TYPE PREAMBULE BAIL RURAL TYPE PREAMBULE ARTICLE L. 411-4 du Code Rural et de la Pêche Maritime (CRPM) «Les contrats de baux ruraux doivent être écrits. A défaut d écrit (...) les baux conclus verbalement (...) sont

Plus en détail

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Animateur : Sylvie Dulenc - Chambre d agriculture de l Hérault Intervenants

Plus en détail

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires Stockage et épandage du digestat Evolutions réglementaires Sommaire Introduction Rappels des différents régimes des installations classées de méthanisation Les règles autour du stockage Du plan d épandage

Plus en détail

Les grands principes du statut du fermage (bail rural)

Les grands principes du statut du fermage (bail rural) Les grands principes du statut du fermage (bail rural) Le statut du fermage est le corps de règles qui encadre les droits et obligations du bailleur (propriétaire) et du preneur (locataire), parties à

Plus en détail

Quel statut pour les parcelles agroforestières en France?

Quel statut pour les parcelles agroforestières en France? Quel statut pour les parcelles agroforestières en France? Fiche de synthèse dans le cadre de la Loi d Orientation Agricole Assemblée Permanente des Chambres d Agriculture Fabien Liagre - Mars 2005 1 Sommaire

Plus en détail

CONTRAT TYPE DEPARTEMENTAL DE BAIL A FERME

CONTRAT TYPE DEPARTEMENTAL DE BAIL A FERME CONTRAT TYPE DEPARTEMENTAL DE BAIL A FERME Entre les soussignés Monsieur né le à, Et Madame née le à, Demeurant à Mariés sous le régime : et Monsieur né le à, Et Madame née le à, Demeurant à Mariés sous

Plus en détail

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Un budget en baisse PAC 2007-2013 PAC 2014-2020 420,7 milliards

Plus en détail

Le droit de préemption en matière immobilière

Le droit de préemption en matière immobilière Le droit de préemption en matière immobilière C est le truc le plus grave à louper. I Le preneur à bail rural C est surement le texte le plus ancien dans notre droit positif actuel. Cela date de 1945.

Plus en détail

INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411

INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411 Annexe au dossier de demande d aide pour les investissements productifs Nombre de points attendus pour le projet présenté pour les différents critères : Critère Définition INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411

Plus en détail

PRÉSENTATION DES DPU

PRÉSENTATION DES DPU PRÉSENTATION DES DPU ACTUALITÉ DE 2014 L année 2014 constitue une année de transition avant la mise en œuvre de la réforme de la PAC en 2015. D une part, certaines évolutions (baisse du budget, évolutions

Plus en détail

Développer sa commune

Développer sa commune N 18 juin 2008 Développer sa commune Les documents d urbanisme (1) quel document pour quel projet de territoire? Imaginer l avenir d un territoire communal ou intercommunal dans une vision durable de son

Plus en détail

Projet agropastoral : Recherche d'un éleveur. Secteur de Castelnau de Guers APPEL A CANDIDATURE

Projet agropastoral : Recherche d'un éleveur. Secteur de Castelnau de Guers APPEL A CANDIDATURE Projet agropastoral : Recherche d'un éleveur Secteur de Castelnau de Guers APPEL A CANDIDATURE Dépôt des dossiers de candidature : au plus tard le 30 juin 2015 1 Sommaire 1. PREAMBULE... 3 2. OBJECTIFS...

Plus en détail

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas»

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» Énergie «L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» La première fonction de l agriculture est la valorisation de l énergie solaire en énergie alimentaire par la photosynthèse.

Plus en détail

LA CHARTE REGIONALE D ACCES AUX AIDES AGRICOLES

LA CHARTE REGIONALE D ACCES AUX AIDES AGRICOLES LA CHARTE REGIONALE D ACCES AUX AIDES AGRICOLES Version A Aide sollicitée auprès du Conseil Régional de Picardie au titre de (cocher l aide sollicitée) : o L investissement en agriculture biologique o

Plus en détail

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation»

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» Guide du débroussaillement règlementaire aux abords des constructions dans le département de Vaucluse Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» 2 ème édition Le débroussaillement vous protège,

Plus en détail

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale Le développement du semis-direct sous couverture végétale pour les agriculteurs des exploitations familiales des biomes Cerrados (2005-2009) et Amazonia (2008-2013) Un expérience pluridisciplinaire de

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable Guide de l utilisateur 2010 Si vous êtes amenés à utiliser cet outil, merci d indiquer votre source. Réseau agriculture durable - Inpact Bretagne

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

Conditions relatives aux clauses susceptibles d être imposées dans ce bail :

Conditions relatives aux clauses susceptibles d être imposées dans ce bail : Annexe 4 CONTRAT TYPE DE BAIL A CLAUSES ENVIRONNEMENTALES Préambule Il est rappelé qu'un bail à clauses environnementales ne peut être conclu que dans les cas expressément prévus par la loi. Les conditions

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure :

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure : OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneu et autres végétau indésirables Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementau et climatiques

Plus en détail

Information de l acquéreur ou du locataire. Obligations du vendeur ou du bailleur

Information de l acquéreur ou du locataire. Obligations du vendeur ou du bailleur Information de l acquéreur ou du locataire Obligations du vendeur ou du bailleur Introduction La loi du 30 juillet 2003 relative à la prévention des risques technologiques et naturels et à la réparation

Plus en détail

I N F O R M A T I O N

I N F O R M A T I O N DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES Service Agriculture et Développement Rural Orléans, le 26 septembre 2014 I N F O R M A T I O N Les Droits à Paiement de Base *** A l issue de plusieurs mois d échanges

Plus en détail

Conseils et pratiques de gestion des haies existantes

Conseils et pratiques de gestion des haies existantes Conseils et pratiques de gestion des haies existantes Un outil pratique de gestion des haies destinée aux agriculteurs ayant des travaux d entretien du bocage et souhaitant valoriser leur bois Favoriser

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

PRÉFET DES LANDES CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L ENVIRONNEMENT ET DES RISQUES SANITAIRES ET TECHNOLOGIQUES

PRÉFET DES LANDES CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L ENVIRONNEMENT ET DES RISQUES SANITAIRES ET TECHNOLOGIQUES PRÉFET DES LANDES Direction Départementale de la Cohésion Mont de Marsan, le 21 janvier 2013 Sociale et de la Protection des Populations Mission Santé-Protection des Animaux et de l Environnement Affaire

Plus en détail

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement ZAC et Lotissement - Version 1 - Juin 2012 Zone d Aménagement Concerté et Lotissement Définition générale : Il existe deux procédures différentes permettant de réaliser une opération d aménagement : la

Plus en détail

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 L eau dans les documents d urbanisme L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 Pourquoi ce guide? Participer à «décloisonner» les services «Environnement Eau» et «Urbanisme»

Plus en détail

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Cette note a pour objet de définir les animaux et les surfaces pris

Plus en détail

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 Le Président de la République a annoncé le 2 octobre à Cournon le cadre

Plus en détail

Le régime de paiement de base (RPB) Le paiement vert, Le paiement redistributif La majoration JA

Le régime de paiement de base (RPB) Le paiement vert, Le paiement redistributif La majoration JA Version 13 février 2015 DDT Yvelines Fevrier 2015 Le régime de paiement de base (RPB) Le paiement vert, Le paiement redistributif La majoration JA 1 Sommaire 1. le RPB «régime de paiement de base», paiement

Plus en détail

De Mes p@rcelles à Télépac

De Mes p@rcelles à Télépac En suivant étape par étape les indications de cette fiche technique vous pourrez transférer en quelques clics votre assolement de mes p@rcelles vers TéléPAC 2014. Ensuite, vous aurez simplement à remplir

Plus en détail

Merci de retourner ce document complété par courrier, fax ou mail (Joindre un plan de situation des bâtiments)

Merci de retourner ce document complété par courrier, fax ou mail (Joindre un plan de situation des bâtiments) 15, rue Gustave Eiffel, ZI Jarny-Giraumont 54800 JARNY Votre référence / Intervenant: N : Diagnostic MENAO N : Notre référence / Intervenant: M. / Mme : M. / Mme : Téléphone : Téléphone : 03 82 20 39 70

Plus en détail

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Conception, rédaction, réalisation : Parménion/RFF - Crédit photos : Biotope, CREN Poitou-Charentes, Ecosphère, RFF Impression

Plus en détail

1. BESOINS DE LA SOCIETE SO.BA.MA.T

1. BESOINS DE LA SOCIETE SO.BA.MA.T 1. BESOINS DE LA SOCIETE SO.BA.MA.T 2. RECHERCHE DE SITES 2.1 Les objectifs 2.2 Les contraintes environnementales liés à l aménagement du territoire liées au transport liés aux documents d urbanisme 3.

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N CARACTERE DE LA ZONE Zone faisant l objet d une protection en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur intérêt notamment du

Plus en détail

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire Coordination Régionale LPO Pays de la Loire COMITE 21 27 Avril 2010 Campagne «Tous agissons pour la nature!» Une campagne d actions concrètes pour la protection de la nature ordinaire, la nature de proximité

Plus en détail

RESEAU DES ACTEURS DE L HABITAT L LORRAINS

RESEAU DES ACTEURS DE L HABITAT L LORRAINS RESEAU DES ACTEURS DE L HABITAT L LORRAINS Présentation de la Convention cadre proposée e aux EPCI et de l él étude de stratégie foncière 1 CONVENTION CADRE OBJECTIFS 2 OBJECTIFS 5 enjeux Impulser une

Plus en détail

Position de l ADI sur le projet de loi Pinel relatif à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises

Position de l ADI sur le projet de loi Pinel relatif à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises Position de l ADI sur le projet de loi Pinel relatif à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises A l occasion de l examen du projet de loi Pinel sur l artisanat, le commerce et les très

Plus en détail

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Agriculture et industrie Consommations d énergie finale et émissions de GES Industrie : ¼ des consommations d énergie Plus de 30% si l on cumule

Plus en détail

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques Proposition d un cadre méthodologique innovant Présentation par Céline Cresson, ACTA et Catherine xperton, ITAB Préparée avec

Plus en détail

Assurer la mise en œuvre des orientations

Assurer la mise en œuvre des orientations Assurer la mise en œuvre des orientations Pour être efficace, la dynamique générée par la rédaction de la charte doit se poursuivre, après sa signature, au travers de quatre actions : Diffuser la charte

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME

PLAN LOCAL D URBANISME Département de la Loire-Atlantique (44) Commune de La Plaine sur Mer PLAN LOCAL D URBANISME Réunion publique de concertation 14 janvier 2013 Les étapes de l élaboration du PLU Prescription (DCM) 11/06/2009

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt La Charte forestière du Pilat Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt Réalisation Jecom - RCS 493 898 043 - Avril 2011 - Imprimé sur papier issues de forêts françaises et belges gérées

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

Lutte contre l étalement urbain

Lutte contre l étalement urbain Lutte contre l étalement urbain L étalement urbain et la consommation d espace résultent de plusieurs causes cumulatives. Ces phénomènes s expliquent notamment par l insuffisance et l inadaptation de l

Plus en détail

Avis bureau Création d une zone commerciale Sainte Anne sur Brivet

Avis bureau Création d une zone commerciale Sainte Anne sur Brivet Déplacement et agrandissement de la zone commerciale de Pont Château. 30ha Le projet et le SAGE Qualité des milieux Article 1 protection des zones humides Article 2 niveau de compensation Article 5 création

Plus en détail

LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ

LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ IMMOBILIER LOCATION LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ www.notaires.paris-idf.fr Location LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ Lorsqu un propriétaire souhaite louer son bien immobilier, une des premières démarches à

Plus en détail

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau SCHEMA D AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DU BASSIN VERSANT DE L ARMANÇON Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau Année 2009 Adopté en séance plénière le 25 mai 2010 Siège de la Commission

Plus en détail

Qu est-ce qu un SAGE?

Qu est-ce qu un SAGE? Mercredi 6 mai 2015 Mont-de-Marsan Conférence de presse Qu est-ce qu un SAGE? Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux La recherche d un équilibre durable entre la protection des milieux aquatiques

Plus en détail

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Cas type HL 1 En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Rouen Évreux Amiens Beauvais Arras Lille Laon Culture à faible densité d'élevage Herbagère à forte densité d'élevage Mixte à moyenne

Plus en détail

chiroptères Monts du matin Sommaire n 1 Bulletin d information Andrea Iacovella Eté 2010

chiroptères Monts du matin Sommaire n 1 Bulletin d information Andrea Iacovella Eté 2010 n 1 Bulletin d information Eté 2010 Site Natura 2000 Tunnels à Bulletin d information Bulletin d information chiroptères Monts du matin Monts du matin Edito Le patrimoine naturel constitue aujourd hui

Plus en détail

SAGE nécessaires ( Disposition 13A-1 SDAGE Loire Bretagne)

SAGE nécessaires ( Disposition 13A-1 SDAGE Loire Bretagne) SAGE nécessaires ( Disposition 13A-1 SDAGE Loire Bretagne) L élaboration Mise en œuvre du Plan : le lancement Installation de la CLE Travaux de la commission «Marée vertes et littoral» - Flux d azote,

Plus en détail

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 Département Administration Paris, le 3 mars 2014 et Gestion Communales VP/AH/Note 11 Affaire suivie par Véronique PICARD CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 La continuité - maintien du montant

Plus en détail

Baux agricoles ISSN 1812-318X

Baux agricoles ISSN 1812-318X Baux agricoles ISSN 1812-318X Baux agricoles ORGANIZATION DES NATIONS UNIES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE Rome, 2004 Baux agricoles Préface Les Notes sur les régimes fonciers publiées par la FAO

Plus en détail

UNE VALIDATION DES PROCEDURES PAR LE CLS EST SUSCEPTIBLE DE MODIFIER CE FORMULAIRE DE DEMANDE

UNE VALIDATION DES PROCEDURES PAR LE CLS EST SUSCEPTIBLE DE MODIFIER CE FORMULAIRE DE DEMANDE COMMUNAUTE EUROPEENNE FEADER MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE N UNE VALIDATION DES PROCEDURES PAR LE CLS EST SUSCEPTIBLE DE MODIFIER CE FORMULAIRE DE DEMANDE DEMANDE D ALLOCATION DE PRERETRAITE

Plus en détail

Mise à l herbe, les années se suivent!

Mise à l herbe, les années se suivent! Mise à l herbe, les années se suivent! Les vaches laitières du centre de formation ont été mises à l herbe de-nouveau un jeudi. En 2010 c était le 1 er avril, cette année ce fut le 31 mars 2011. La mise

Plus en détail

Commune de ROUSSET. Rapport de présentation du Règlement local de publicité

Commune de ROUSSET. Rapport de présentation du Règlement local de publicité Commune de ROUSSET Rapport de présentation du Règlement local de publicité Sommaire Introduction... 3 1. Contexte géographique et administratif... 4 1.1. Localisation... 4 1.2. Données chiffrées... 5 1.3.

Plus en détail

Contrat de bail à ferme

Contrat de bail à ferme Contrat de bail à ferme pour parcelles M., bailleur Tél : Remet à ferme à M., fermier Tél :. Début, durée, résiliation, reconduction Le bail débute le et dure initialement ans. Si une année avant l expiration

Plus en détail

La Bio pour quoi faire? Une vision du monde de la Bio et quelques perspectives

La Bio pour quoi faire? Une vision du monde de la Bio et quelques perspectives La Bio pour quoi faire? Une vision du monde de la Bio et quelques perspectives Juin 2012 Lionel FRANCOIS Sommaire La Bio, pourquoi? La Bio c est quoi? La situation de la Bio Les acteurs du Bio Le paysan

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme de la Communauté de Communes du canton de Champtoceaux

Plan Local d Urbanisme de la Communauté de Communes du canton de Champtoceaux Plan Local d Urbanisme de la Communauté de Communes du canton de Champtoceaux Diagnostic Agricole Juillet 2014 Sommaire 1. UNE RESSOURCE ECONOMIQUE AU COEUR DU TERRITOIRE... 4 1.1. Un maillage d exploitations,

Plus en détail

Questions les plus fréquentes sur l information acquéreur locataire

Questions les plus fréquentes sur l information acquéreur locataire Questions les plus fréquentes sur l information acquéreur locataire Généralités A quoi sert cette nouvelle obligation? L objectif est d assurer une transparence totale lors de transactions immobilières

Plus en détail

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR POURQUOI VISIOLYS? EXPERTISE STRATÉGIE ÉCONOMIE Visiolys est né de la volonté commune des deux entreprises de conseil en élevage Clasel et Eilyps de se projeter dans un monde en pleine mutation, de permettre

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

PREFECTURE DE LA MANCHE - DDTM 50

PREFECTURE DE LA MANCHE - DDTM 50 PREFECTURE DE LA MANCHE - DDTM 50 Réalisation d un Schéma de Développement Durable de la Vallée de la Sélune Atelier 2 : ÉCONOMIE / AGRICULTURE ETHEIS Conseil 2 avenue du 6 Juin 14000 Caen Tél. 02.31.47.08.80

Plus en détail

MAIRIE de SAINT-PIERRE d'autils 59 rue du Puits 27950 SAINT PIERRE D AUTILS

MAIRIE de SAINT-PIERRE d'autils 59 rue du Puits 27950 SAINT PIERRE D AUTILS DÉPARTEMENT DE L'EURE - ARRONDISSEMENT D ÉVREUX - CANTON DE VERNON-NORD Tel : 02 32 52 22 17 Fax : 02 32 52 94 97 Email : mairie.saint-pierre.autils wanadoo.fr MAIRIE de SAINT-PIERRE d'autils 59 rue du

Plus en détail

Convention de partenariat pour les Certificats d Économies d Énergie AS 24 S.A.S

Convention de partenariat pour les Certificats d Économies d Énergie AS 24 S.A.S Convention de partenariat pour les Certificats d Économies d Énergie N Client : Veuillez SVP, remplir les informations en bleu de la convention et nous la retourner signée à l adresse suivante, avant de

Plus en détail

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque.

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. Cette action de diffusion est cofinancée par l Union européenne avec les Fonds Européen Agricole pour le Développement

Plus en détail

acérola - plessis-grammoire

acérola - plessis-grammoire acérola - plessis-grammoire oap aménagement Le secteur d Acérola se situe au cœur de la commune du Plessis-Grammoire et couvre une surface d environ 5 hectares au coeur du tissu urbain. Il est délimité

Plus en détail

Déclaration d intention d aliéner ou demande d acquisition d un bien soumis à l un des droits de préemption prévus par le code de l urbanisme

Déclaration d intention d aliéner ou demande d acquisition d un bien soumis à l un des droits de préemption prévus par le code de l urbanisme Ministère chargé de l urbanisme Déclaration d intention d aliéner un bien (1) Demande d acquisition d'un bien (1) Déclaration d intention d aliéner ou demande d acquisition d un bien soumis à l un des

Plus en détail

Mavilly-Mandelot. Présentation du PADD. Elaboration du Plan Local d Urbanisme. Jeudi 24 octobre 2013

Mavilly-Mandelot. Présentation du PADD. Elaboration du Plan Local d Urbanisme. Jeudi 24 octobre 2013 Mavilly-Mandelot 2 Elaboration du Plan Local d Urbanisme Présentation du PADD Jeudi 24 octobre 2013 LES ETAPES DE L ELABORATION PHASE 1 DIAGNOSTIC PHASE 2- PROJET COMMUNAL PHASE 3- ZONAGE ET REGLEMENT

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH

CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH ENTRE LES SOUSSIGNES La Communauté de l Agglomération Havraise (CODAH), 19 rue Georges Braque

Plus en détail

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7.1. Méthodologie 7.1.1. Calcul des coûts socio-économiques L intérêt du projet de prolongement de la ligne T1 vers Val de Fontenay est évalué

Plus en détail

L information des acquéreurs et des locataires sur les risques naturels et technologiques majeurs

L information des acquéreurs et des locataires sur les risques naturels et technologiques majeurs DIRECTION GÉNÉRALE DE LA PRÉVENTION DES RISQUES L information des acquéreurs et des locataires sur les risques naturels et technologiques majeurs Renseignements utiles à l état des risques et à la déclaration

Plus en détail

Un lieu Foncière Terre de Liens pour approvisionner la cantine de Barjac (Gard)

Un lieu Foncière Terre de Liens pour approvisionner la cantine de Barjac (Gard) Un lieu Foncière Terre de Liens pour approvisionner la cantine de Barjac (Gard) FICHES 01 Expériences Depuis quelques années, grâce à l engagement de la mairie, la cantine scolaire de Barjac compose ses

Plus en détail

Économiser du carburant

Économiser du carburant Économiser du carburant Les bons leviers pour réduire sa consommation Économiser du carburant Les bons leviers pour réduire sa consommation Chambres d agriculture de Bourgogne 3 rue du Golf 21800 QUETIGNY

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE - DEPARTEMENT du NORD Enquête publique ayant pour objet la modification du Plan Local d Urbanisme de la commune de WANNEHAIN

REPUBLIQUE FRANCAISE - DEPARTEMENT du NORD Enquête publique ayant pour objet la modification du Plan Local d Urbanisme de la commune de WANNEHAIN Enquête publique ayant pour objet la modification du Plan Local d Urbanisme (Arrêté n 09-2013 en date du 22 mars 2013 de Monsieur le Maire de WANNEHAIN) CONCLUSIONS MOTIVEES DU COMMISSAIRE ENQUETEUR Administratif

Plus en détail

Toitures agricoles solaires photovoltaïques : Quelles évolutions entre 2009 et 2014?

Toitures agricoles solaires photovoltaïques : Quelles évolutions entre 2009 et 2014? Rédacteur : Sylvain DESEAU, conseiller agro-équipements Chambre d Agriculture du Loiret Toitures agricoles solaires photovoltaïques : Quelles évolutions entre 2009 et 2014? Après une montée en puissance

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

DOMICILIATION DES ENTREPRISES ET EXERCICE DE L'ACTIVITE CHEZ SOI

DOMICILIATION DES ENTREPRISES ET EXERCICE DE L'ACTIVITE CHEZ SOI DOMICILIATION DES ENTREPRISES ET EXERCICE DE L'ACTIVITE CHEZ SOI 30/01/2014 La domiciliation de l entreprise, correspond à l adresse administrative de l entreprise, qui doit être déclarée au CFE (Centre

Plus en détail

AVIS. Objet : Demande de permis de lotir à Franc- Waret (FERNELMONT) Réf. : CWEDD/05/AV.276. Liège, le 14 mars 2005

AVIS. Objet : Demande de permis de lotir à Franc- Waret (FERNELMONT) Réf. : CWEDD/05/AV.276. Liège, le 14 mars 2005 AVIS Réf. : CWEDD/05/AV.276 Liège, le 14 mars 2005 Objet : Demande de permis de lotir à Franc- Waret (FERNELMONT) Avis du CWEDD portant sur une demande de permis de lotir à Franc-Waret (FERNELMONT) L avis

Plus en détail

DAIRYMAN aux Pays-Bas

DAIRYMAN aux Pays-Bas DAIRYMAN aux Pays-Bas Frans Aarts, Wageningen-UR 15 October 2013 Le secteur laitiers Néerlandais: Une place importante Une production intensive 65% des surfaces agricoles dédiées à la production laitière

Plus en détail

GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques. Janvier 2013

GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques. Janvier 2013 GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques Janvier 2013 1 Les thèmes abordés Les différents types de déjection Les capacités de stockage Le plan de fumure et le cahier d épandage

Plus en détail

L EPF LR, EN QUELQUES MOTS

L EPF LR, EN QUELQUES MOTS 01 L EPF LR, EN QUELQUES MOTS 01 L EPF LR, EN QUELQUES MOTS ACTIVITÉ DE L EPF LR AU 31 JUILLET 2013 Tout axe du PPI confondu L EPF LR INTERVIENT SUR LES TERRAINS EN AMONT DE L AMÉNAGEMENT L EPF LR acquiert

Plus en détail

REVISION SIMPLIFIEE DU P.L.U. Z.A.C. DU DOMAINE DE CAYLUS : CREATION D UN ECOQUARTIER

REVISION SIMPLIFIEE DU P.L.U. Z.A.C. DU DOMAINE DE CAYLUS : CREATION D UN ECOQUARTIER REVISION SIMPLIFIEE DU P.L.U. Z.A.C. DU DOMAINE DE CAYLUS : CREATION D UN ECOQUARTIER REUNION PUBLIQUE DU 8 MARS 2012 Architecte/urbaniste Agence A. Garcia-Diaz Bureau d Etudes Techniques SERI SITUATION

Plus en détail

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme 1 PREAMBULE Quelques dates pour situer la réforme du permis de construire 2 Le permis de construire en quelques dates 1852 : décret relatif

Plus en détail

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio»

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» 300 chèvres -65 ha de SAU - 3 associés Système mixte laitier fermier - fromage bio (AB) Route du Chabichou et Biosèvres. Fiche n 8 GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» L

Plus en détail

janvier 2010 Construire en zone agricole Ce qu il faut savoir PRÉFECTURE DU RHÔNE

janvier 2010 Construire en zone agricole Ce qu il faut savoir PRÉFECTURE DU RHÔNE janvier 2010 Construire en zone agricole Ce qu il faut savoir PRÉFECTURE DU RHÔNE Préambule Pourquoi ce guide? Avant propos Dans le département du Rhône, l étalement urbain grandissant et les grands projets

Plus en détail

Compte Rendu Journée de lancement PCT Cœur de Flandre. Michel GILLOEN (Président Pays Cœur de Flandre)

Compte Rendu Journée de lancement PCT Cœur de Flandre. Michel GILLOEN (Président Pays Cœur de Flandre) Compte Rendu Journée de lancement PCT Cœur de Flandre 103 participants au matin Introduction de la journée de lancement Michel GILLOEN (Président Pays Cœur de Flandre) Le Plan Climat Territorial s intègre

Plus en détail

Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage

Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage Extrait de la revue Pour, décembre 2013 (http://www.grep.fr/pour/) Un essai de synthèse statistique sur le foncier agricole en France Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage Maurice

Plus en détail

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation Résumé Les textes européens pour la PAC reconnaissent désormais clairement le principe de transparence

Plus en détail

CONDITIONNALITÉ 2014 INTRODUCTION GÉNÉRALE. Quelles sont les exigences à respecter dans le cadre de la conditionnalité?

CONDITIONNALITÉ 2014 INTRODUCTION GÉNÉRALE. Quelles sont les exigences à respecter dans le cadre de la conditionnalité? CONDITIONNALITÉ 2014 INTRODUCTION GÉNÉRALE Qu est ce que la conditionnalité? La conditionnalité, mise en place depuis 2005, garantit une agriculture plus durable et favorise ainsi une meilleure acceptation

Plus en détail