MEMOIRE pour l OBTENTION du Master première année Statistiques et Traitement des Données

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MEMOIRE pour l OBTENTION du Master première année Statistiques et Traitement des Données"

Transcription

1 MEMOIRE pour l OBTENTION du Master première année Statistiques et Traitement des Données CONSEIL GENERAL du Puy de Dôme Service Prévention des Risques Professionnels 24 rue St Esprit CLERMONT-FERRAND Tel : Aider le service à stabiliser la gestion des équipements de protection individuelle et des vêtements de travail suite à la mise en place de nouvelles modalités de dotation et à leur intégration dans un nouvel outil informatique Maître de stage : Mme CARON Anne-Sophie - Ingénieur d Etude Parrain de stage : Mr SERLET Laurent - Responsable du Master STD HIRIBARRONDO Thomas Promotion 2010 / Juin 2011

2 SOMMAIRE Remerciements... Introduction... p01 [I] Présentation Générale... p03 I.1. Activités du Conseil Général du Puy de Dôme... p03 I.2. Organigrammes du Conseil Général... p04 I.3. Le Service Prévention des Risques Professionnels... p05 I.3.1. Son rôle au sein du CG... p05 I.3.2. Les Equipements de Protection Individuelle : un rôle majeur pour la sécurité... p06 I.4. Présentation du Logiciel EPI... p08 I.4.1. Ses objectifs... p08 I.4.2. Ses principes de fonctionnement... p09 I.4.3. Une approche par modules... p10 I.4.4. Les différents «statuts» de l EPI... p12 I.5. Objectifs et planification des tâches... p14 [II] Résultats du Recensement... p16 II.1. Constitution et explication de la base de données... p16 II.1.1. La récupération des agents concernés par le recensement... p16 II.1.2. Explication des colonnes créées dans la fiche métier... p18 II.2. Résultats obtenus... p23 II.2.1. Bilan financier... p23 II.2.2. Qualité de l information... p28 II.2.3. Statistiques descriptives sur les quantités... p28 II.3. Autres Statistiques : Test du Khi-deux... p34 II.4. Discussions sur la méthodologie... p37 II.4.1. La récupération des agents concernés par le recensement... p37 II.4.2. Explication des colonnes crées... p37 II.4.3. La récupération des agents concernés par le recensement... p37 Conclusion... p38 Bibliographie... p40 Annexes...

3 Remerciements Je remercie en premier lieu Monsieur Serres de m avoir accueilli au sein du Service Prévention des Risques Professionnels du Conseil Général du Puy de Dôme. Je remercie ensuite Monsieur Lionel Fatoux, chef du Service Prévention et Relations Sociales, ainsi que ma tutrice Madame Anne-Sophie Caron, chef du service Prévention des Risques Professionnels, de m avoir aidé et conseillé dans la structure et sur la réflexion de mon travail. Je remercie tout particulièrement Madame Christine Chavenon, adjointe de Madame Anne-Sophie Caron, pour sa disponibilité, pour toute l aide apportée sur le recensement qui fût le travail le plus conséquent de mon stage, pour la rédaction de mon rapport de stage, et pour tous les bons moments passés ensemble. Je remercie également tout le Service Prévention des Risques Professionnels avec qui je me suis bien entendu durant ces trois mois de stage. Je profite de cette page pour remercier Monsieur Laurent Serlet, responsable du Master Statistiques et Traitement des Données et tuteur de mon stage, ainsi que l ensemble des enseignants de cette filière pour leur patience et pour la qualité des cours que l on a eu. Enfin, je finirai par remercier Marouane Belmokhtar, camarade de la promotion 2009 de la licence MASS, ainsi que Mohammed Abdi-Khaire et Chloé Joyeux, camarades du master STD, pour avoir discuté avec moi de ma table de données.

4 Introduction Le Département fut créé en 1789 par décret définissant la composition de son administration et le mode d élection. Les Conseillers généraux furent élus pour la première fois en 1871, mais c est le préfet qui détenait le pouvoir exécutif départemental. La première loi de décentralisation de 1982 a permis au Département d accroître ses compétences, de devenir autonome et de s administrer librement. L application des décisions de l Assemblée départementale appartient finalement au président du Conseil général. Avec des moyens financiers, le Conseil général reçoit peu de délégation pour des compétences dites obligatoires, car de première importance, et choisit également de s investir dans d autres domaines d intervention dits «optionnels». L acte II de la décentralisation est en place depuis le 1 er janvier De nouvelles compétences ont été transférées au Conseil général, notamment en matière de voirie, d entretien et de restauration dans les collèges, mais également dans le secteur social. Ce transfert de compétences a été accompagné du transfert des personnels chargés de mener à bien ces missions qui conduit le département à un doublement de ses effectifs. En matière d hygiène et de sécurité, les collectivités territoriales sont soumises à la partie correspondante du code du travail. Celui-ci demande à chaque employeur de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé des travailleurs (art. L du code du travail). Ces mesures comprennent des actions de prévention des risques professionnels, des actions d information et de formation, la mise en place d une organisation et de moyens adaptés. L employeur met en place des mesures sur le fondement des 9 principes généraux de prévention. Les équipements de protection individuelle (EPI) font partie de ces principes de prévention et sont appliqués au Conseil général. Afin de permettre le pilotage et la planification des actions de prévention, le Conseil général dispose d un Service Préventions des Risques Professionnels (SPRP). Pour ce qui est de la protection individuelle des agents, une gestion des EPI est en œuvre dans toutes les directions et pour tous les métiers. Une procédure de gestion des Master STD Page 1 sur 40 Juin 2011

5 équipements individuels et vêtements de travail a donc été établie et soumise à l avis du CHS (Comité Hygiène et Sécurité). Cette procédure décline les modalités de dotations individuelles (dotations initiales, dotations spécifiques et dotations complémentaires), définies dans une délibération prise par l Assemblée. Pour gérer ces dotations, un logiciel a été acheté, permettant ainsi d établir la traçabilité des EPI pour chaque agent. Ces équipements participent à la prévention des risques professionnels. Afin d améliorer la dotation de tous les agents du Conseil général, une mise à niveau des dotations était nécessaire. Pour effectuer cette mise à niveau, le Service prévention a procédé à un recensement exhaustif des dotations initiales (paquetage de base fourni à l agent pour l exercice de son métier). Ce recensement permettra d estimer les coûts, et de répondre à 3 questions : Que possède l agent en ce qui concerne la dotation initiale? Que devrait-il avoir par rapport aux fiches dotations établies pour chaque métier? Que veut-il avoir, en cas de choix entre plusieurs articles (EPI)? Mon rôle au sein du SPRP a été : D établir un état des lieux du niveau actuel d habillement et d équipement des agents nécessitant le port d EPI, De traiter les données issues des fiches de recensement, D effectuer un travail d analyse du logiciel de gestion des EPI. D'élaborer des statistiques de gestion des EPI 2009 et 2010 à l issue de ce recensement. Après avoir présenté l organisation du Conseil Général du Puy de Dôme en ce qui concerne la prévention des risques professionnels, je présenterai la méthodologie utilisée, les résultats obtenus, puis les perspectives et les évolutions possibles à l issue de mon stage. Master STD Page 2 sur 40 Juin 2011

6 I Présentation Générale I.1. Activités du Conseil Général du Puy de Dôme Elargies par les différentes lois de décentralisation, les compétences du département sont très étendues. Ses domaines d intervention sont très diversifiés et son action se situe au plus près de la vie quotidienne de ses administrés. Le tableau 1 nous présente ces compétences. Tableau I : Les compétences du Conseil Général : Séparation entre les compétences obligatoires et les compétences optionnelles Compétences Obligatoires Action sanitaire et sociale : famille, enfance, personnes âgées, handicapées ou en difficultés Collèges : accueil, hébergement et restauration des usagers, construction, entretien, fonctionnement des bâtiments Routes : construction et entretien scolaire, rénovation Transports : publics, routiers, communs. Aménagements fonciers agricoles Enseignement artistique Elaboration du schéma départemental de traitement des ordures ménagères Compétences Optionnelles Aménagement du territoire Animation économique Promotion touristique Amélioration du cadre de vie : environnement, habitat. Action culturelle Lors du vote du budget, le Conseil général fixe les taux d imposition en fonction desquels est calculée une partie de ses recettes. Une part de la taxe financière, de la taxe professionnelle, de la taxe d habitation, de la taxe sur le foncier non bâti et une part des droits de mutation alimentent le budget du Conseil général. En contrepartie des missions transférées par les lois de décentralisation, l Etat verse diverses dotations. Enfin, le Conseil général peut recourir à l emprunt. Les recettes s élèvent actuellement à 697,18 millions d euros. Master STD Page 3 sur 40 Juin 2011

7 I.2. Organigrammes du Conseil Général Depuis 2006, les aspects de fonctionnement, technique, entretien et restauration des collèges sont passés de l Etat aux collectivités territoriales, ainsi que l entretien et l exploitation des routes depuis Les personnels réalisant ces missions sont devenues des personnels de la Fonction publique territoriale. Le Conseil Général du Puy de Dôme dispose de 6 directions générales (cf. organigramme figure 1). Pour ma part, j ai travaillé dans l équipe du Service Prévention, qui fait partie de la Direction Générale des Ressources Humaines (figure 2) et du Service Prévention et Relations Sociales, dont le chef est Mr Lionel Fatoux. La Chef du Service Prévention des Risques Professionnels est Anne-Sophie Caron. Elle a été mon maître de stage durant toute la période de stage que j ai effectué au Conseil général. C est avec son adjointe, Madame Christine Chavenon, que j ai travaillé en particulier, puisqu elle est responsable de la gestion des EPI. J ai néanmoins été amené à travailler avec toute l équipe afin de récupérer les informations nécessaire pour le recensement. PRÉSIDENT du CONSEIL GÉNÉRAL Jean-Yves GOUTTEBEL CABINET DU PRÉSIDENT DGS Directeur de Cabinet Chef de Cabine Chargée de la Communication et des relations extérieures Secrétariat Général Adjoint au DGS Direction des Affaires financières (DAF) DGAD Direction générale Aménagement & Développement DGRD Direction générale Routes & Déplacements DGSAS Direction générale Solidarité & Action Sociale DGRI Direction générale Ressources Internes DGRH Direction générale Ressources Humaines DGEP Direction générale Evaluation et Projets Figure 1 : 1 er Organigramme : Celui-ci nous présente les différentes hiérarchies du CG, avec la nomination des différentes directions Master STD Page 4 sur 40 Juin 2011

8 Coordinatrice relations sociales Nicole TRUC Chef du Service Prévention et Relations Sociales Lionel FATOUX Service action sociale Service prévention, risques professionnels Service médecine préventive Responsable Julien MAGNOL Assistant social du personnel Secrétaire action sociale Christine ROUZIE Secrétaire et assistant prévention Anne-Marie OLIVON Pôle organisationnel Adjointe Christine CHAVENON Chef de Service Anne-Sophie CARON Adjoint au chef du service Christine CHAVENON Pôle technique Technicien prévention Matthieu GERARD Pôle documentaire et réglementaire Technicien prévention Mathieu LE BORGNE Secrétaire médicale du service Sylvie ROLLIN Médecin de prévention Virginie RUDEL Chef de service Lionel FATOUX Médecin de prévention Nathalie FAVROLT Assistante prévention Anne Marie OLIVON Assistant prévention Marc JOUHET Infirmière Brigitte LABOISSE Figure 2 : 2 ème Organigramme : Celui-ci nous présente le Service PReS (Prévention et Relations Sociales) I.3. Le Service Prévention des Risques Professionnels I.3.1. Le rôle du service au sein du CG Le Service Prévention des Risques Professionnels conseille, assiste et est expert en matière d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail. Le diagramme ci-dessous reprend son rôle et ses missions (figure 3). Master STD Page 5 sur 40 Juin 2011

9 Rôle Conseil, assistance et expertise en matière d hygiène, de sécurité et des conditions de travail. Missions Mission d'étude et d'analyse Mission fonctionnelle ou de conseil Mission opérationnelle Mission de liaison - AT/MP (analyse et statistiques) - Accidents et incidents matériels - Analyse des risques... - Conseil à l Autorité Territoriale - Etude des conditions de travail (visites des locaux) - Avis sur la conception de nouveaux locaux... - Formation du personnel - Registres réglementaires - Suivi des visites des Commissions Sécurité... - Services du CG - Membres du CHS, conseillers et assistants prévention, SST - INRS, CRAM, DRIRE, Inspection du travail, Figure 3 : Présentation des différentes missions du SPRP : Ce diagramme synthétise les missions principales du service I.3.2. Les Equipements de Protection Individuelle : un rôle majeur pour la sécurité Les équipements de Protection Individuelle participant à la maîtrise du risque, ils sont définis de la manière suivante, au Conseil général : les vêtements de travail protègent de l insalubrité et des salissures ; les équipements de protection individuelle (EPI) assurent une protection contre des risques spécifiques ; les vêtements complémentaires enrichissent la protection contre le froid et les intempéries. Ils participent à l amélioration des conditions de travail des agents. Les vêtements de protection sont attribués aux agents, selon des types de dotation, dans les conditions suivantes : Les personnels sont dotés de vêtements de protection selon l évaluation des risques professionnels du poste. Les dotations sont attribuées aux agents sur demande, après validation de la demande par le supérieur hiérarchique. Master STD Page 6 sur 40 Juin 2011

10 Les nouveaux arrivants, titulaires ou non, bénéficient d une première dotation dite dotation initiale à la prise de poste justifiant l équipement, enrichie de la dotation complémentaire éventuellement définie pour ce poste, et complétée si nécessaire de la dotation spécifique. La dotation initiale est définie par métier. La dotation vestimentaire complémentaire est définie par métier. La dotation spécifique est définie par activités (selon le poste de travail présentant des risques particuliers). Le remplacement des vêtements de protection s effectue dans les conditions suivantes : Les vêtements de protection de la dotation initiale et de la dotation spécifique sont remplacés à l usure, sur échange. Les vêtements de protection de la dotation vestimentaire complémentaire sont renouvelés à l initiative de l agent, par l intermédiaire d un crédit annuel de points. Les dotations sont définies par métier. Des fiches dotation EPI par métier ont été établies avec un groupe de travail issu du Comité d Hygiène et de Sécurité (CHS) et concernent une quarantaine de métiers nécessitant le port d équipements de protection. Pour la gestion opérationnelle des EPI, un groupe de gestionnaires EPI a été constitué. La répartition des gestionnaires a été établie par secteur géographique (périmètre EPI). Ce périmètre a été défini en fonction des différentes directions et services du Conseil général. Cette organisation permet une gestion des EPI par unité de gestion décentralisée. Le Service Prévention pilote les différentes actions liées à la gestion des EPI. Les gestionnaires EPI, utilisateurs d'un logiciel EPI acquis en 2009 spécifiquement pour une meilleure gestion des équipements individuels, gèrent les EPI au sein de leur unité de gestion décentralisée. Le SPRP s appuie sur ce réseau de gestionnaires EPI pour gérer les demandes, commandes, livraisons et distributions de ces vêtements. Les échanges (pour Master STD Page 7 sur 40 Juin 2011

11 problème de taille) et les retours pour renouvellement sont également effectués par ce réseau, utilisateur du Logiciel. Ils travaillent avec un logiciel de gestion EPI qui permet d assurer une traçabilité complète depuis la demande de l agent jusqu à la fin de vie de l EPI. Pour certains équipements, il y a constitution dans le service d un stock de «consommables». Les articles du stock sont disponibles à tout moment pour les agents. Le stock est reconstitué grâce à une commande annuelle dédiée aux consommables (gants, masques ou bien encore les combinaisons jetables). I.4. Présentation du logiciel I.4.1. Ses objectifs Les objectifs du logiciel EPI sont les suivants : Informatiser la gestion des EPI et des vêtements de travail Décentraliser la gestion des EPI par «Périmètre EPI» Améliorer le suivi et la traçabilité des demandes Automatiser la création des bons de commandes Gérer l attribution des EPI (gestion par points, par dotation) Développer la vision prospective en dotation (aspect budgétaire) Définition du Périmètre EPI : Le «périmètre EPI» est l entité de base du système à voir comme une Unité de Gestion Décentralisée (UGD). Il s agit donc d une unité autonome en matière de gestion des EPI avec un «stock livrable» qui lui est propre, un gestionnaire, un responsable et des agents qui y sont rattachés. Remarque : Les périmètres sont indépendants les uns des autres (pas d échange d articles entre stock) Master STD Page 8 sur 40 Juin 2011

12 I.4.2. Ses principes de fonctionnement Le Logiciel EPI ressemble fortement à une base SQL : il est présenté sous forme d ateliers, permettant de classer les différentes étapes de la demande et de la commande des différents EPI. Principaux Acteurs : 1. Gestionnaire du périmètre EPI : Le gestionnaire EPI est responsable de la saisie des demandes dans son périmètre (les agents ne saisissent pas directement leur demande dans le système). Il organise au sein de son périmètre la «campagne de collecte» des demandes afin d éviter la démultiplication des commandes. Après avoir saisi l ensemble des demandes de son périmètre, il envoie les bons de commande générés automatiquement en validation. Il assure la réception de la commande ainsi que la distribution des articles auprès des agents. 2. Responsable du Périmètre EPI : Les responsables de périmètre doivent valider les demandes ainsi que les commandes de leur périmètre. 3. Service Prévention : Le Service Prévention administre le système (gestion des utilisateurs, gestion des droits, ) et gère principalement les modules de paramétrage du système à savoir, les fiches Agents, Fournisseur, Article et Dotation. Le service prévention gère également l envoi des commandes au fournisseur de manière centralisée. Principales Actions (hors paramétrage) Indépendamment du paramétrage global du logiciel, voici l ordre logique des actions pour effectuer une demande et passer une commande : Saisie de la Demande d Attribution et de Renouvellement des EPI Validation de la Demande Création automatique des Bons de Commandes Fournisseur (BCF) Master STD Page 9 sur 40 Juin 2011

13 Validation des Bons de Commandes Edition des Bons de Commandes Réception des Livraisons Distribution des Articles (mise en dotation auprès des agents) I.4.3. Une approche par modules La solution est organisée autour de 7 modules qui enregistrent chacun des informations spécifiques. Fiche AGENT Un programme de reprise automatique récupère la liste des agents depuis l application gérée par les Ressources Humaines (SIRH). Les agents sont rattachés à un «périmètre EPI» ainsi qu à un métier et des activités (intérêt pour les dotations). Périmètre EPI Métier (pour les dotations initiales et complémentaires) Activités (pour les dotations spécifiques) Fiche FOURNISSEUR Ce module enregistre les données liées au fournisseur, notamment les marchés (lots) obtenus par ce fournisseur ainsi que les différentes informations nécessaires à l édition du bon de commande (adresse, contact commercial). N de marché Fiche ARTICLE Ce module gère un véritable catalogue des articles disponibles suite à l attribution des marchés. Les articles sont caractérisés par un fournisseur, un numéro de marché, une référence fournisseur ainsi qu une référence interne au CG. Les tailles disponibles sont indiquées dans un tableau avec le prix correspondant (le prix peut différer en fonction de la taille). La valeur de l article en nombre de points est également indiquée. Référence CG Taille Master STD Page 10 sur 40 Juin 2011

14 Fiche DOTATION Les fiches dotations rassemblent un certain nombre d articles qui pourront être attribués à un agent en fonction de son métier (dotation initiale), de ses activités (dotation spécifique) ou de son nombre de points (dotation complémentaire à points). Des alternatives entre articles peuvent être gérées dans une fiche dotation. Dotation Initiale (fonction du métier) Dotation Complémentaire (par métier / en fonction des points) Dotations spécifiques (fonction des activités) Demande d Attribution et Renouvellement La demande est saisie par un gestionnaire EPI au profit d un agent demandeur (l agent doit être enregistré dans le module agent et doit appartenir au périmètre du gestionnaire). Le motif de la demande permet de saisir les articles demandés en fonction des fiches de dotation ou manuellement. Après saisie de la demande, celleci est ensuite validée par le responsable du périmètre EPI. La validation d une demande génère la création d une fiche par article demandé. Ces articles, s ils ne sont pas en stock, sont intégrés automatiquement à un bon de commande. Bon de commande Fournisseur Les bons de commandes fournisseur (BCF) sont créés de manière automatique en fonction des demandes validées. Les BCF sont générés de manière distincte en fonction des 3 informations suivantes : Fournisseur N de marché Périmètre EPI Après validation ; les BCF (liés à un périmètre) peuvent être regroupés pour éditer une commande globale. L étape de livraison permet d accuser réception de la marchandise. Master STD Page 11 sur 40 Juin 2011

15 Fiche de suivi de la vie de l EPI Le module «Suivi de l EPI» enregistre automatiquement une fiche par article demandé. Ce module assure la traçabilité de l EPI de la demande à la commande et à sa mise en dotation auprès d un agent. Les EPI sont caractérisés par leur statut explicité ci-dessous : Référence CG Taille Périmètre EPI Statut I.1.4 Les différents «statuts» de l EPI 1 Commande en cours de validation Le besoin a été identifié et validé via une demande (dotation initiale / spécifique, demande de renouvellement). Les articles ont été créés et insérés dans un bon de commande (BCF). La commande n a pas encore été validée. 2 - Commandé en attente de livraison La commande a été passée auprès du Fournisseur. 3 -En stock - réservé L article a été livré par le fournisseur ; il est entré en stock mais il est réservé pour attribution auprès d un agent identifié (via sa demande) 4 - Mis en dotation / Distribué L article a été attribué et distribué à un agent 5 - Fin de vie - Hors service La vie de l article est terminée pour différentes raisons possibles (date de renouvellement / péremption / perte / vol / détérioration) Master STD Page 12 sur 40 Juin 2011

16 Tableau III : TABLEAU SEQUENTIEL DES ACTIONS Acteur 1 Gestionnaire EPI Nom de l étape Saisie d'une demande MODULE CONCERNE Demande - Commentaire 2 Responsable du Périmètre 3 Service Prévention 1 ère Validation UGD de la demande 2 ème Validation centralisée de la demande Demande Demande Statut de l'epi : 1 Demande en cours de validation APRES VALIDATION CENTRALISEE DE LA DEMANDE : Création des EPI (module Suivi des EPI) Intégration des EPI dans un ou plusieurs bons de commande par Fournisseur Périmètre EPI 4 Gestionnaire EPI 5 Service Prévention 6 Service Prévention Saisie de la Commande Validation centralisée de la Commande Edition du Bon de Commande Commande Commande Statut de l'epi : 1bis - En attente saisie commande Après avoir saisie toutes les demandes pour son périmètre, le Gestionnaire EPI «libère» les bons de commande pour les envoyer en validation Aucun effet sur l état des EPI Le Service Prévention peut regrouper à cette étape, différentes commandes de plusieurs périmètres afin de constituer une commande groupée globale pour le fournisseur. Commande Cela permet de gérer : 1 commande globale => 1 facture fournisseur mais n bons de livraison aux différents périmètres 7 Gestionnaire EPI Livraison de la commande Commande Statut de l'epi : 2 en attente de livraison» Le Gestionnaire EPI accuse réception de la livraison : si des articles sont manquants, il peut les marquer comme tels. Statut de l'epi : 3 en stock 4 en stock réservé 8 Gestionnaire EPI Distribution de l'article Demande Une fois la commande livrée, les articles peuvent être remis à l agent demandeur ; c est l étape de distribution Distribution partielle ou totale : les articles informatiquement en stock peuvent être remis aux agents. Statut de l'epi : 5 distribué Le portail d'accueil illustrant le fonctionnement du logiciel avec les différents modules est situé dans l Annexe 1. Master STD Page 13 sur 40 Juin 2011

17 I.5. Objectifs et Planification des tâches Le tableau III permet, dans un premier temps, de répondre à plusieurs questions concernant le contexte, les limites de mon étude et la méthodologie utilisée. Tableau III : Le QQOQCCP : Cet outil qualité de base permet de résumer, de cadrer les différents objectifs, ainsi que de présenter le contexte de mon stage Qui? Quoi? Où? Quand? Comment? Combien? Pourquoi? Tout le service Prévention des Risques Professionnels est concerné par ce travail. Les responsables sont le chef de service Mr Fatoux Lionel et ma tutrice Mme Caron Anne-Sophie. Aider le SPRP du Conseil Général à stabiliser la gestion des EPI et des vêtements de travail suite à la mise en place de nouvelles modalités de dotation et à leur intégration dans un nouvel outil informatique : Etablir l état des lieux du niveau actuel d habillement et d équipement des agents devant porter des EPI Travail d analyse du logiciel de gestion des EPI Constater les écarts suite au recensement Elaborer les statistiques de gestion des EPI 2009 et 2010 Au sein du SPRP Le stage se déroule du 4 avril au 4 juillet 2011, soit 3 mois. Il contribue à la formation continue du Master 1 STD (Statistiques et Traitement des Données). Saisie manuelle pour le recensement. Utilisation d Excel, (SAS?), du logiciel EPI (base Access). Modèle de régression pour estimer le coût? 7 personnes sont concernées au quotidien dans ce travail, sachant que tous les agents et tous les gestionnaires sont des acteurs. Le budget est de pour le réapprovisionnement des EPI. Améliorer le logiciel EPI dans le long terme, diminuer les conséquences d accidents éventuels et les coûts. Une partie des résultats sera intégrée dans le document unique. La constitution de la base de données a été la tâche la plus longue. Le temps consacré au traitement et à l interprétation a été relativement restreint. Le diagramme de Gantt permet de visualiser les différentes tâches exercées durant mon stage (Tableau IV et figure 4). Master STD Page 14 sur 40 Juin 2011

18 Tableau IV : La description des tâches : Ce tableau nous montre la durée des différentes tâches effectuées durant le stage Tâches Durée (en semaines) A : Compréhension du logiciel 1 B : Création de la base de données 2 C : Constitution de la base de données à travers le logiciel EPI et les fiches de recensement 6 D : Modification de la base de données 1 E : Paramétrage du logiciel 2 F : Résultats et Statistiques 2 G : Rédaction du rapport de Stage Durée A B C D E F G Tâches Figure 4 : Le Diagramme de GANTT : La création et la constitution de la base de données constituent les tâches les plus longues. Ce sont les tâches B et C Master STD Page 15 sur 40 Juin 2011

19 II - RESULTATS DU RECENSEMENT II.1. Constitution et explication de la base de données II.1.1. La récupération des agents concernés par le recensement Dès mon arrivée au conseil Général, j ai été accueilli par Matthieu Gerard, technicien prévention, qui m a donné une première approche du Logiciel EPI. Celui-ci nous a permis de récupérer l ensemble des agents concernés. Il a fallu faire un filtre sur les agents encore présents, ainsi que sur les métiers concernés, puis nous avons transféré les résultats dans un tableau Excel. Les agents sont au nombre de 788 en incluant tous les métiers concernés par le recensement. Si on calcule la moyenne arithmétique, pour cette série discrète, du nombre d agents que nous avons par métier, on trouve avec la formule suivante : 1. Moyenne = 23,18 agents par métier, soit 23 agents. On constate également que l étendue est importante (elle est de 398). Grâce à la formule de la dispersion autour de la moyenne, on peut déterminer notamment l écart moyen : 2. Ecart Moyen = 30,29 soit un écart moyen de 30 agents. La dispersion est relativement importante. Les agents des routes ont un important effectif, ce métier comporte plus de 50% des agents concernés : ce sera le métier le plus onéreux en ce qui concerne le rattrapage de la dotation initiale. Le tableau V nous présente ces différents résultats. Master STD Page 16 sur 40 Juin 2011

20 Tableau V: Visualisation des métiers concernés et du nombre d agents correspondants : Les agents des routes représentent la classe la plus nombreuse Métiers Nombre d agents concernés Manager Stratégique 6 Manager Territorial 40 Assistant Administratif Technique 40 Chargé d Accueil 2 Assistant Informatique utilisateur 0 Agent d Entretien 9 Agent d Entretien Laboratoire 0 Gardien 12 Magasinier Fournitures 2 Magasinier Archives 2 Gestionnaire du Parc de Véhicules 1 Imprimeur Reprographe 1 Chargé d Affaires Foncières et immobilières 10 Gestionnaire Entretien et Exploitation des Routes 94 Chargé d Opérations Routières 55 Chargé d Etudes Routières 6 Agent des Routes 398 Agent des Travaux Publics et Forestiers 14 Agent de Valorisation des Espaces Verts 7 Chargé d Opérations Bâtiments 7 Agent de Maintenance 1 Agent de Maintenance Atelier 10 Agent de Maintenance Atelier Electricien 0 Chargé de l Assistance Technique des Stations d Epurations 6 Médecin 1 Médecin de Prévention 0 Infirmier 5 Technicien de Laboratoire 2 Agent de Bibliothèque 27 Agent de Classement 16 Agent de Numérisation 5 Manutentionnaire des Expositions 4 Adjoint Responsable Pôle Entretien et Exploitations 3 Responsable Pôle Entretien et Exploitations 2 Moyenne 23,18 Ecart Moyen 30,29 Master STD Page 17 sur 40 Juin 2011

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE)

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) Point réglementation N 1 Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycées et collèges) Mis à jour en septembre

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

VILLE DE CRUSEILLES (Haute-Savoie)

VILLE DE CRUSEILLES (Haute-Savoie) VILLE DE CRUSEILLES (Haute-Savoie) CONSEIL MUNICIPAL DU 03 SEPTEMBRE 2015 NOTE DE SYNTHESE PERSONNEL 1- Personnel du service Animation : Augmentation du temps de travail 2- Suppression et création d un

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos...

Table des matières. Avant-propos... Table des matières Avant-propos................................................. XI Chapitre 1 Découvrir Project 2013.......................... 1 1.1 Introduction.............................................

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

ACADEMIE DE PARIS UNIVERSITE PARIS DESCARTES 12, rue de l école de Médecine 75006 PARIS

ACADEMIE DE PARIS UNIVERSITE PARIS DESCARTES 12, rue de l école de Médecine 75006 PARIS ACADEMIE DE PARIS UNIVERSITE PARIS DESCARTES 12, rue de l école de Médecine 75006 PARIS STATUTS DU CENTRE DE GESTION DU CENTRE UNIVERSITAIRE DES SAINTS PERES (CG-CUSP) VU le Code de l éducation VU le décret

Plus en détail

Le Conseil Municipal des Jeunes Qu est-ce qu un Conseil Municipal des Jeunes? Le Conseil Municipal des Jeunes (CMJ) est une assemblée qui réunit des jeunes Volvicois de la 6 ème à la 4 ème. Il est composé

Plus en détail

N i1007 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N i1007 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N i1007 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le. PROPOSITION DE LOI visant à renforcer la protection et la sécurité

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) TMA PORTAIL WEB DE COMMANDES D EQUIPEMENTS DES AGENTS

Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) TMA PORTAIL WEB DE COMMANDES D EQUIPEMENTS DES AGENTS Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) TMA PORTAIL WEB DE COMMANDES D EQUIPEMENTS DES AGENTS 1 SOMMAIRE ARTICLE 1. OBJET DU MARCHE 2 ARTICLE 2. DESCRIPTIF FONCTIONNEL DU PORTAIL WEB DE COMMANDES

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION Modèle indicatif : le service peut l adapter le cas échéant mais seulement en y ajoutant des mentions MARCHES PUBLICS REGLEMENT DE LA CONSULTATION Les mentions figurant dans ce modèle n'ont pas à être

Plus en détail

Approbation à l unanimité du procès-verbal de la séance du 17 octobre 2014

Approbation à l unanimité du procès-verbal de la séance du 17 octobre 2014 CONSEIL MUNICIPAL DE MARNAY SUR SEINE PROCES-VERBAL REUNION DU 14 NOVEMBRE 2014 L an deux mil quatorze, le 14 novembre à 19 heures, le Conseil Municipal, légalement convoqué, s est réuni au nombre prescrit

Plus en détail

Services informatiques aux organisations

Services informatiques aux organisations I. APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ Services informatiques aux organisations Spécialité «Solutions logicielles et applications métiers» Spécialité «Solutions d infrastructure, systèmes et réseaux»

Plus en détail

1. Contexte de la consultation... 3 2. Présentation DE l INRA et de la DSI... 5

1. Contexte de la consultation... 3 2. Présentation DE l INRA et de la DSI... 5 ASSISTANCE AU DEPOUILLEMENT DES OFFRES POUR UNE OPERATION DE TIERCE MAINTENANCE APPLICATIVE, EVOLUTION ET PRESTATIONS ASSOCIEES DU SYSTEME D INFORMATION DE GESTION CAHIER DES CHARGES Version : 3.0 Date

Plus en détail

Suivi du Programme Noria. au sein du Sénat Malgache

Suivi du Programme Noria. au sein du Sénat Malgache Suivi du Programme Noria au sein du Sénat Malgache Mission du 28 31 octobre 2008 Madagascar Antananarivo Sommaire 1. Contexte et objectifs de la mission...3 2. Le Sénat d Antananarivo...5 2.1. Situation...5

Plus en détail

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE L apprentissage dans l enseignement supérieur a pour mission de faciliter l accès à des formations de haut niveau et de permettre à des étudiants de

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE PROJET SYSTÈME D INFORMATION DÉCISIONNEL BI - BUSINESS INTELLIGENCE. En résumé :

MÉTHODOLOGIE PROJET SYSTÈME D INFORMATION DÉCISIONNEL BI - BUSINESS INTELLIGENCE. En résumé : En résumé : Phase I : collecte des besoins I - Expression des besoins II - Étude de faisabilité III - Définition des priorités IV - Rédaction puis validation du cahier des charges Phase II : implémentation

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE DE LICENCE 3 ÉCONOMIE-GESTION Parcours GESTION

LE RAPPORT DE STAGE DE LICENCE 3 ÉCONOMIE-GESTION Parcours GESTION 3 ème année de Licence Économie-Gestion Parcours Gestion Faculté des Sciences Économiques, Sociales et de Gestion LE RAPPORT DE STAGE DE LICENCE 3 ÉCONOMIE-GESTION Parcours GESTION 4 semaines à temps plein

Plus en détail

DECRETS. Section 1 Recrutement et promotion. Section 2 Stage, titularisation et avancement. 12 Moharram 1429 20 janvier 2008

DECRETS. Section 1 Recrutement et promotion. Section 2 Stage, titularisation et avancement. 12 Moharram 1429 20 janvier 2008 12 Moharram 1429 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 03 3 DECRETS Décret exécutif n 08-04 du 11 Moharram 1429 correspondant au 19 janvier 2008 portant statut particulier des fonctionnaires appartenant

Plus en détail

Pour une gestion active du patrimoine

Pour une gestion active du patrimoine Pour une gestion active du patrimoine Présentation CETE du 07-06-2012 1 sommaire 1. Introduction 2. La gestion active du patrimoine : qu est-ce que c est? 3. Une nouvelle organisation 4. Le Plan Stratégique

Plus en détail

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise.

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. LES DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE L objet de ce rapport est de rendre compte aux

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

Révision salariale - Manager

Révision salariale - Manager Révision salariale - Manager Version : V1.0, mise à jour le 29/07/2014 Légende : 1 Information Points d attention Etapes Astuces De quoi s agit-il? VITALIS a pour vocation de permettre et faciliter la

Plus en détail

FORMATIONS CONSEIL & RESTAURATION COLLECTIVE CUISINE CCI FORMATION. 2014-2015 www.audit-formation-restauration.com

FORMATIONS CONSEIL & RESTAURATION COLLECTIVE CUISINE CCI FORMATION. 2014-2015 www.audit-formation-restauration.com CUISINE & RESTAURATION COLLECTIVE FORMATIONS CONSEIL CCI FORMATION 201-201 www.audit-formation-restauration.com HYGIÈNE & QUALITÉ BONNES PRATIQUES D HYGIÈNE Sensibilisation à l'hygiène, responsabilités

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Initiation d une base de donnée documentaire et réglementaire

Initiation d une base de donnée documentaire et réglementaire Initiation d une base de donnée documentaire et réglementaire Rapport Septembre 2007 Sommaire Chapitre 1 : Présentation de l outil «Base de donnée» du Pays Marennes Oléron.. p.5 1. Définition et principe...

Plus en détail

Organiser la sécurité: une tâche primordiale pour chaque entreprise

Organiser la sécurité: une tâche primordiale pour chaque entreprise Organiser la sécurité: une tâche primordiale pour chaque entreprise En tant que chef, vous devez organiser votre entreprise de manière à y assurer la sécurité et la protection de la santé. La présente

Plus en détail

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS PREFECTURE DE POLICE N Spécial 5 août 2014 1 PREFECTURE DES HAUTS-DE-SEINE RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS N Spécial Préfecture de Police du 5 août 2014 SOMMAIRE Arrêté

Plus en détail

Commentaire des articles du modèle de contrat de gestion entre une commune et son asbl communale

Commentaire des articles du modèle de contrat de gestion entre une commune et son asbl communale Union des Villes et Communes de Wallonie asbl Commentaire des articles du modèle de contrat de gestion entre une commune et son asbl communale Le modèle de contrat de gestion entre une commune et son asbl

Plus en détail

PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL

PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL N 39/10.12 DEMANDE D'UN CRÉDIT DE CHF 259 200.00 POUR L ACHAT D UN LOGICIEL DE GESTION DES TEMPS ET DE PLANIFICATION DES HORAIRES DE TRAVAIL DU PERSONNEL

Plus en détail

Bordeaux, le 22 mars 2010. Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992. Monsieur le Président,

Bordeaux, le 22 mars 2010. Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992. Monsieur le Président, Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992 Bordeaux, le 22 mars 2010 Monsieur le Président, Par lettre du 9 septembre 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Livret d accueil MISSIONS TEMPORAIRES. Centre Interdépartemental de Gestion de la Grande Couronne de la Région d Île-de-France

Livret d accueil MISSIONS TEMPORAIRES. Centre Interdépartemental de Gestion de la Grande Couronne de la Région d Île-de-France Centre Interdépartemental de Gestion de la Grande Couronne de la Région d Île-de-France MISSIONS TEMPORAIRES Livret d accueil 15 rue Boileau 78008 Versailles cedex Téléphone : 01 39 49 63 00 Fax : 01 39

Plus en détail

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS Les soussignés Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE Membres ayant adhéré aux présents statuts de l association

Plus en détail

Annonces internes. Sonatrach recherche pour sa DCG Ressources Humaines :

Annonces internes. Sonatrach recherche pour sa DCG Ressources Humaines : Annonces internes Sonatrach recherche pour sa DCG Ressources Humaines : - Directeur Gestion Personnel Siège - Directeur Médecine et Hygiène au Travail Direction Formation et Planification RH : - Chef de

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 Adopté SANTÉ - (N 2302) AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE 47 N o AS1373 Substituer aux alinéas 1 à 52 les soixante-quatorze alinéas suivants :

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

RAPPORT SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE ET DE GESTION DES RISQUES ET SUR LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE

RAPPORT SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE ET DE GESTION DES RISQUES ET SUR LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE RAPPORT SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE ET DE GESTION DES RISQUES ET SUR LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE Exercice clos le 31 décembre 2013 Chers Actionnaires, La loi du 1 er août 2003 relative à la

Plus en détail

PROCEDURE MAPA POUR ACQUISITION LOGICIEL DE GESTION -MEDECINE DE PREVENTION- Centre de gestion de la fonction publique territoriale du Cantal (CDG15)

PROCEDURE MAPA POUR ACQUISITION LOGICIEL DE GESTION -MEDECINE DE PREVENTION- Centre de gestion de la fonction publique territoriale du Cantal (CDG15) PROCEDURE MAPA POUR ACQUISITION LOGICIEL DE GESTION -MEDECINE DE PREVENTION- Adresse de l'expéditeur : cdg15@cdg15.fr Organisme: Centre de gestion de la fonction publique territoriale du Cantal (CDG15)

Plus en détail

Mél : Nom de l ACMO : Mél ACMO :

Mél : Nom de l ACMO : Mél ACMO : Etat des lieux en hygiène et sécurité dans un établissement scolaire Rectorat Inspection en Hygiène et sécurité Dossier suivi par M. Gilbert ROUSSEAU Téléphone 05 57 57 39 82 Fax 05 57 57 87 40 Mél: Gilbert.rousseau@acbordeaux.fr

Plus en détail

catégorie - développement rh

catégorie - développement rh Mise en œuvre d un outil de développement des compétences 360 Feedback au sein de l Université du Courrier du Groupe La Poste Marion TREMINTIN Diplômée d un DESS Gestion Stratégique des Ressources Humaines

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Le conseil d'administration de l'établissement public foncier de Poitou-Charentes,

Le conseil d'administration de l'établissement public foncier de Poitou-Charentes, Etablissement Public Foncier de Poitou-Charentes Conseil d'administration Séance du 1 octobre 2013 Délibération n CA-2013-34 Mise à jour du guide interne de la commande publique de l EPF PC Le conseil

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE ------------------- DEPARTEMENT DU BAS-RHIN

REPUBLIQUE FRANCAISE ------------------- DEPARTEMENT DU BAS-RHIN REPUBLIQUE FRANCAISE ------------------- DEPARTEMENT DU BAS-RHIN STATUTS DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA REGION DE MOLSHEIM-MUTZIG - 11 ème édition - Délibération N 11-87 du 21 Décembre 2011 SOMMAIRE

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL D ILE-DE-FRANCE

CONSEIL REGIONAL D ILE-DE-FRANCE CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE CP 10-319 AFFECTATION DE CREDITS POUR LA REALISATION D UNE ETUDE D AMENAGEMENT ET DE REGROUPEMENT DES IMPLANTATIONS DU SIEGE DE LA REGION (TRANCHE CONDITIONNELLE)

Plus en détail

PACTE D ADMINISTRATION COMMUNE ENTRE LA VILLE ET L AGGLOMERATION D AGEN

PACTE D ADMINISTRATION COMMUNE ENTRE LA VILLE ET L AGGLOMERATION D AGEN Date de mise à jour : 3 décembre 2014 Entre PACTE D ADMINISTRATION COMMUNE ENTRE LA VILLE ET L AGGLOMERATION D AGEN ( Convention de création d un service commun en application de l article L 5211-4-2 du

Plus en détail

Recueil et traitement de données trafic

Recueil et traitement de données trafic Auteurs : PCI CTAA Sétra Juillet 2013 Recueil et traitement de données trafic Logiciels Mélodie-Arpèges Transports Évolutions et traitements quotidiens 07 Mélodie est un logiciel de recueil et traitement

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières pour le département de entre L'État, représenté par M.., Préfet d., et La Direction

Plus en détail

REALISATIONS 2009. En rouge : les évolutions liées aux commissions du club (M) Indique les modules

REALISATIONS 2009. En rouge : les évolutions liées aux commissions du club (M) Indique les modules REALISATIONS 2009 En rouge : les évolutions liées aux commissions du club (M) Indique les modules QUALIAC FINANCES G2.01 Prise en compte évolution déclaration honoraires (en particulier des cedex) Saisie

Plus en détail

STATUTS ET REGLEMENTS TITRE III REGLEMENT FINANCIER

STATUTS ET REGLEMENTS TITRE III REGLEMENT FINANCIER TITRE III REGLEMENT FINANCIER 59 Chapitre I : Les intervenants Article 1 : Le bureau Le bureau vote les budgets initiaux de fonctionnement et d investissements avant leur soumission à l accord du Comité

Plus en détail

Responsable mécénat/ partenariats entreprises

Responsable mécénat/ partenariats entreprises N 4 - RESPONSABLE MÉCÉNAT/ PARTENARIATS ENTREPRISES RESPONSABLE MÉCÉNAT (DÉNOMINATION DAVANTAGE UTILISÉE DANS LA CULTURE), RESPONSABLE PARTENARIATS ENTREPRISES Le responsable Mécénat/partenariats entreprises

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

RAPPORT SUR LE CONTROLE INTERNE ET LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE

RAPPORT SUR LE CONTROLE INTERNE ET LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE RAPPORT SUR LE CONTROLE INTERNE ET LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE Exercice clos le 31 décembre 2010 Chers Actionnaires, La loi du 1 er août 2003 relative à la sécurité financière a, pour les sociétés anonymes,

Plus en détail

Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité

Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité (adopté par le Conseil d administration du 8 octobre 2014) * Chapitre 1. Dispositions électorales communes aux instances de gouvernance Article 1.

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement intérieur de la Croix-Rouge française adopté par l assemblée générale extraordinaire du 20 janvier 2012 et approuvé par le ministre de l Intérieur RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL D AMFREVILLE JEUDI 30 OCTOBRE 2010

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL D AMFREVILLE JEUDI 30 OCTOBRE 2010 REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL D AMFREVILLE JEUDI 30 OCTOBRE 2010 PRESENTS : M. X. MADELAINE, Maire ; L.AUGUSTE, L.PARDOEN, E.DELAUNAY, R.FOLTETE, B.LEDRU, P.GOUPIL, C.LECHARPENTIER, B.NUYTEN, N.DUPUIS,

Plus en détail

REGLES D IMPUTATION DES DEPENSES Fiche de gestion financière

REGLES D IMPUTATION DES DEPENSES Fiche de gestion financière REGLES D IMPUTATION DES DEPENSES Fiche de gestion financière Ce document a pour objet de décrire l ensemble des règles d imputation des dépenses et de préciser les biens pouvant être considérés comme des

Plus en détail

LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES

LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES Sommaire : Les missions page 2 Les secteurs d interventions page 2 Les contacts privilégiés page 3 Les cibles : A La restauration collective 1. Objectifs

Plus en détail

INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES... 10

INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES... 10 Rapport d avancement des travaux de lla Commiissiion Localle de ll Eau du bassiin du Loiiret ANNÉE 2004 INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES...

Plus en détail

No 2487 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 21 juin 2000. PROJET DE LOI MODIFIE PAR LE SENAT EN NOUVELLE LECTURE

Plus en détail

Circulaire du 22 avril 2014 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1404604C

Circulaire du 22 avril 2014 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1404604C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation, de la réforme de l État et de la fonction publique Circulaire du 22 avril 2014 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR :

Plus en détail

ANIMATEUR PERISCOLAIRE

ANIMATEUR PERISCOLAIRE ANIMATEUR PERISCOLAIRE Missions du poste : Participer à l animation des temps de garderie des élèves de maternelle. Participer aux missions de distribution, de service, d accompagnement des enfants pendant

Plus en détail

Chapitre IV. La certification des comptes

Chapitre IV. La certification des comptes Chapitre IV La certification des comptes Aux termes de la Constitution, «les comptes des administrations publiques sont réguliers, sincères et donnent une image fidèle de leur gestion, de leur patrimoine

Plus en détail

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU NB : les notes font référence au diaporama de synthèse de l enquête en ligne sur le site de l'adbu Comment les SCD tentent-ils

Plus en détail

SOMMAIRE. Savoir utiliser les services de l'ent Outils collaboratifs

SOMMAIRE. Savoir utiliser les services de l'ent Outils collaboratifs Savoir utiliser les services de l'ent Outils collaboratifs Outils collaboratifs. Gérer les groupes 2. Gérer les espaces collaboratifs de travail (rubriques) 3. Connaître les droits assignés aux différents

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE 3/11 1 CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE Séance du 26 Mars 2010 Commission n 3 Transports, Déplacements et Voirie Commission n 7 Finances DIRECTION PRINCIPALE DES ROUTES RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL

Plus en détail

La fonction publique en France

La fonction publique en France MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE édition 2013 La fonction en France Des métiers au service des citoyens les essentiels Dans la fonction, tous les agents

Plus en détail

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.»

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet de fin d études 2 Sommaire OBJET DU DOCUMENT... 3 LES ETAPES DU PROJET... 4 ETUDE PREALABLE...5 1 L étude d opportunité...

Plus en détail

LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION Janvier 2012 Page 1

LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION Janvier 2012 Page 1 LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION Janvier 2012 Page 1 La rénovation de la voie professionnelle, filière du tertiaire administratif a conduit à la création du baccalauréat professionnel

Plus en détail

VILLE D ASNIERES SUR SEINE PLAN DE CONTINUITE DE L ACTIVITE DES SERVICES MUNICIPAUX - PANDEMIE GRIPPALE

VILLE D ASNIERES SUR SEINE PLAN DE CONTINUITE DE L ACTIVITE DES SERVICES MUNICIPAUX - PANDEMIE GRIPPALE VILLE D ASNIERES SUR SEINE PLAN DE CONTINUITE DE L ACTIVITE DES SERVICES MUNICIPAUX - PANDEMIE GRIPPALE A. EQUIPE PANDEMIE... 1 B. ORGANIGRAMME DEGRADE... 2 C. GESTION DES SERVICES DELEGUES... 4 D. FORMATION

Plus en détail

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Activités 1. 1. Pilotage, management Direction Informer et aider les élus à la décision Définir (ou participer à la définition de) la stratégie de la direction

Plus en détail

2014 - AT4- RESTAURATION ET HEBERGEMENT

2014 - AT4- RESTAURATION ET HEBERGEMENT 2014 - AT4- RESTAURATION ET HEBERGEMENT L article L4424-2 du code général des collectivités territoriales stipule que la collectivité territoriale de Corse assure l'accueil, la restauration, l'hébergement

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE D YGOS-SAINT-SATURNIN. SEANCE DU 19 novembre 2014

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE D YGOS-SAINT-SATURNIN. SEANCE DU 19 novembre 2014 REPUBLIQUE FRANCAISE Département des Landes EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE D YGOS-SAINT-SATURNIN SEANCE DU 19 novembre 2014 L an deux mil quatorze et le dix-neuf

Plus en détail

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées La tenue de la comptabilité d engagement ou comptabilité administrative est de la responsabilité de l exécutif de la collectivité. Le CGCT prévoit

Plus en détail

REGLEMENT PARTICULIER DE LA CAISSE MUTUELLE COMPLEMENTAIRE ET D ACTION SOCIALE MARSEILLE

REGLEMENT PARTICULIER DE LA CAISSE MUTUELLE COMPLEMENTAIRE ET D ACTION SOCIALE MARSEILLE REGLEMENT PARTICULIER DE LA CAISSE MUTUELLE COMPLEMENTAIRE ET D ACTION SOCIALE MARSEILLE Article 1....3 Dispositions générales...3 Titre I : Organisation de la C.M.C.A.S...3 Article 2....3 Composition

Plus en détail

Présentation des guides d audit et du processus d audit d un réseau académique de formation continue

Présentation des guides d audit et du processus d audit d un réseau académique de formation continue Décembre 2011 Inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la Recherche Inspection générale de l'éducation nationale Présentation des guides d audit et du processus d audit d

Plus en détail

P.F.M.P. LIVRET ELEVE

P.F.M.P. LIVRET ELEVE Baccalauréat Professionnel Gestion-Administration BEP Métiers des Services Administratifs P.F.M.P. LIVRET ELEVE Nom : Prénom : Classe : 2 GA Année Scolaire : 2013 2014 Mail : Lycée Professionnel Jean-Baptiste

Plus en détail

Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur

Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur Union sociale pour l habitat - ADEME AMORCE HABITAT ET TERRITOIRES CONSEIL Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur CONTRAT N T266 01 887 HABITAT ET TERRITOIRES CONSEIL Affaire suivie

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels

Document unique d évaluation des risques professionnels Document unique d évaluation des risques professionnels La loi n 91-1414 du 31 décembre 1991 (article L.230-2 du Code du travail), demande au chef d établissement de prendre toutes les mesures nécessaires

Plus en détail

ANNEXE. 1. METHODE D ELABORATION DES AGENDAS D ACCESSIBILITÉ PROGRAMMÉE (Ad'AP)

ANNEXE. 1. METHODE D ELABORATION DES AGENDAS D ACCESSIBILITÉ PROGRAMMÉE (Ad'AP) ANNEXE 1. METHODE D ELABORATION DES AGENDAS D ACCESSIBILITÉ PROGRAMMÉE (Ad'AP) La mise en accessibilité des Etablissements Recevant du Public (ERP) de l'état passe par le lancement de différentes actions,

Plus en détail

Guide de procédures budgétaire et comptable pour les établissements publics ou privés de formation sanitaire et sociale.

Guide de procédures budgétaire et comptable pour les établissements publics ou privés de formation sanitaire et sociale. Direction de la Formation Professionnelle et de l Apprentissage Service des Formations sanitaires et sociales Guide de procédures budgétaire et comptable pour les établissements publics ou privés de formation

Plus en détail

MARCHE RELATIF A L ACQUISITION D UNE SOLUTION D ARCHIVAGE DEMATERIALISE DE DOCUMENTS

MARCHE RELATIF A L ACQUISITION D UNE SOLUTION D ARCHIVAGE DEMATERIALISE DE DOCUMENTS MARCHE RELATIF A L ACQUISITION D UNE SOLUTION D ARCHIVAGE DEMATERIALISE DE DOCUMENTS QUESTIONNAIRE DE LA CONSULTATION MEMOIRE TECHNIQUE Par la signature finale de ce document par une personne habilitée

Plus en détail

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur,

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur, MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Direction du Trésor Direction de la Comptabilité publique Direction générale des collectivités

Plus en détail

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale Le salaire des internes en DES de Médecine Générale *************** «Le salaire est la contrepartie du travail fourni» Guide pratique du droit au travail, La Documentation Française. **************** (I)

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

DOSSIER DE SAISINE pour l accès à la fonction publique territoriale des personnes reconnues travailleur handicapé Ingénieur territorial

DOSSIER DE SAISINE pour l accès à la fonction publique territoriale des personnes reconnues travailleur handicapé Ingénieur territorial NB : En vertu des dispositions de l article 8 du décret n 2007-196 du 13 février 2007, la commission procède à une comparaison des connaissances, compétences et aptitudes attestées par votre ou vos titres

Plus en détail

Statistique : Résumé de cours et méthodes

Statistique : Résumé de cours et méthodes Statistique : Résumé de cours et méthodes 1 Vocabulaire : Population : c est l ensemble étudié. Individu : c est un élément de la population. Effectif total : c est le nombre total d individus. Caractère

Plus en détail

PRESTATIONS DE NETTOYAGE DES LOCAUX, NETTOYAGE DES VITRES, FOURNITURES de PRODUITS CONSOMMABLES et ADAPTES

PRESTATIONS DE NETTOYAGE DES LOCAUX, NETTOYAGE DES VITRES, FOURNITURES de PRODUITS CONSOMMABLES et ADAPTES CUFR JF CHAMPOLLION Place de Verdun 81000 ALBI CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES C.C.A.P MARCHE DE SERVICE 2012 N 101-2012 PRESTATIONS DE NETTOYAGE DES LOCAUX, NETTOYAGE DES VITRES, FOURNITURES

Plus en détail

Master of Business Administration

Master of Business Administration UFR LSHS Cellule de Formation Continue Master of Business Administration Diplôme Universitaire Associé à un Master 2 Professionnel Diplôme : MBA Management Territorial Durable Associé au : Master 2 professionnel

Plus en détail

Plan d assurance qualité

Plan d assurance qualité Plan d assurance qualité Exemple de PAQ C3rb Informatique PLAN D ASSURANCE QUALITE (PAQ) C3RB - XXX 2014 Date 22 mai 2014 Version 1 Rédacteur C3rb Informatique SOMMAIRE 1. Suivi des modifications de ce

Plus en détail

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre :

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre : Terminale STSS 2 012 2 013 Pourcentages Synthèse 1) Définition : Calculer t % d'un nombre, c'est multiplier ce nombre par t 100. 2) Exemples de calcul : a) Calcul d un pourcentage : Un article coûtant

Plus en détail

Gestion du programme d assurances de Lozère Développement. Dossier de consultation

Gestion du programme d assurances de Lozère Développement. Dossier de consultation Gestion du programme d assurances de Lozère Développement Dossier de consultation Cahier des clauses techniques particulières LD/SO/ND Lozère Développement Consultation Assurances CCTP 19/10/2010 1 /10

Plus en détail

Bonnes pratiques d hygiène alimentaire

Bonnes pratiques d hygiène alimentaire Bonnes pratiques d hygiène alimentaire En restauration collective Ce stage répond à l obligation de formation en matière d hygiène alimentaire (règlement CE 852/2004) En restauration commerciale Ce stage

Plus en détail

Visée par le SGMCAS le 25 juillet 2015 Inscrite pour information à l ordre du jour du CNP du 31 juillet 2015 N 51

Visée par le SGMCAS le 25 juillet 2015 Inscrite pour information à l ordre du jour du CNP du 31 juillet 2015 N 51 Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social Ministère de la ville, de la jeunesse et des

Plus en détail

ETUDE SUR LES BESOINS DE FORMATION DANS LES ENTREPRISES PUBLIQUES TUNISIENNES. Analyse et synthèse des résultats

ETUDE SUR LES BESOINS DE FORMATION DANS LES ENTREPRISES PUBLIQUES TUNISIENNES. Analyse et synthèse des résultats ETUDE SUR LES BESOINS DE FORMATION DANS LES ENTREPRISES PUBLIQUES TUNISIENNES Analyse et synthèse des résultats Etude organisée par le service Etudes du CIFODECOM 1. INTRODUCTION 2. OBJETIF DE L ETUDE

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau de la démographie et des formations initiales (RH1) SANTÉ ÉTABLISSEMENTS

Plus en détail