> AUDIT EXPORT FONCTION MANAGEMENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "> AUDIT EXPORT FONCTION MANAGEMENT"

Transcription

1 > AUDIT EXPORT FONCTION MANAGEMENT MOYENS > Service (ou responsable) export spécialisé Observations L entreprise dispose-t-elle d un service export spécialisé ou d un ou plusieurs collaborateurs dont la définition de fonction précise le temps à consacrer au suivi des actions export? > Poste d assistant commercial à l export L entreprise a-t-elle prévu un poste d assistant commercial à l export (même à temps partiel), en charge du suivi export? Les demandes des clients, le suivi des règlement et le contentieux, les relations avec les banques, les Coface, les transitaires, sont autant de questions qui exigent une disponibilité quotidienne. > Standard téléphonique bilingue Existe-t-il une personne, au standard téléphonique, capable de recevoir un appel dans une langue étrangère courante? Il faut être conscient que le premier accueil au sein de l entreprise est déterminant pour son image vis-à-vis de contacts étrangers. DIAGNOSTIC EXPORT 1/13

2 FONCTION MANAGEMENT ORGANISATION > Veille concurrentielle Observations L équipe dirigeante a-t-elle mis en place une veille informative sur les marchés, la concurrence, qui lui permette d arrêter sa stratégie? Il s agit de prendre la mesure des moyens mis en place pour donner un contenu concret à cette veille : exploitation de la presse spécialisée, création et entretien de réseaux (réunions organisées par les chambres de commerce, le CFCE, les clubs exportateurs), concertation ponctuelle avec des entreprises du même secteur. > Appartenance à un groupe Si l entreprise fait partie d un groupe plus important, peut-elle s appuyer sur celui-ci? Si tel est le cas, il est important de mesurer les synergies dont bénéficie (ou devrait bénéficier) l entreprise, en terme d accès à des sources d information plus confidentielles ou plus onéreuses, et à des réseaux ou des contacts privilégiés sur les marchés étrangers. > Consultants extérieurs L entreprise fait-elle appel à des consultants extérieurs? Ceux-ci peuvent intervenir à différents niveaux : conseil en stratégie et développement, communication, gestion du poste client (crédit manager à temps partagé), prospection ponctuelle d un marché > Stratégie internationale Quelle est la réelle importance de l international pour le développement de l entreprise? Il importe de savoir ce qui motive réellement la démarche envisagée. S agit-il d un élément prépondérant de la croissance de l entreprise, ou de consolider par des opérations ponctuelles le chiffre d affaires existant? > Expérience des techniques du commerce international Quelle est l expérience acquise en matière de gestion des opérations de commerce international? Le caractère très spécifique de certains outils ou techniques couramment utilisés ne permet pas l improvisation. Pour ne prendre que quelques exemples, la gestion d un contrat d assurance prospection, d un crédit documentaire, les instruments permettant de maîtriser le risque de change, la prévention indispensable du risque client par la recherche d informations préalables de renseignements de notoriété demandent un savoir-faire qui peut-être acquis par une action de formation préalable. DIAGNOSTIC EXPORT 2 /13

3 > Expérience personnelle à l international Observations Les responsables de l entreprise ont-ils une expérience personnelle de contacts avec les pays étrangers, pas nécessairement liée à des relations d affaires? Il s agit en fait de voir dans quelle mesure il existe une accoutumance aux différences culturelles dont l impact est souvent déterminant dans une négociation. Cela va beaucoup plus loin que la seule pratique (au demeurant souhaitable) de langues étrangères. > Pratique d un audit externe La pratique d un audit externe fait-elle partie de la culture de l entreprise? Un regard extérieur peut contribuer à infléchir les priorités que s est fixée l entreprise. DEVENIR > Image internationale Observations L image internationale (actuelle ou future) de l entreprise (est-elle ou sera-t-elle) exploitée? IL faut être conscient qu une entreprise internationalisée acquiert une crédibilité qui ne peut se transformer en notoriété qu à la condition d un effort de communication permanent. > Environnement économique L entreprise se tient-elle informée de l évolution de l environnement économique? Au-delà d une veille commerciale et technologique, il import que les dirigeants de l entreprise aient une bonne perception des évolutions économiques intervenues (positives ou négatives), qui peuvent les amener à modifier leurs priorités dans l approche des marchés étrangers. > Amélioration de l expertise des collaborateurs Comment est envisagée l amélioration de l expertise des collaborateurs chargés de l export? La question concerne aussi bien la formation du personnel en place que la prise de conscience de devoir recruter ultérieurement un collaborateur spécialisée. > Recrutement de collaborateur spécialisé Un recrutement de collaborateur spécialisée peut-il (doit-il) être à terme envisagé? Prendre la mesure de la valeur ajoutée (temps disponible donc meilleure présence sur les marchés), de la relativité du coût (des aides existent pour le démarrage, et le développement des ventes doit assurer le relais), mais de la bonne intégration dans l entreprise. DIAGNOSTIC EXPORT 3 /13

4 FONCTION PRODUCTION ET LOGISTIQUE MOYENS > Capacité de production Observations Quel est le niveau de saturation de la capacité de production de l entreprise? La réactivité de l outil de production de l entreprise est une condition majeure de sa réussite dans l approche d un nouveau marché. Elle ne peut s apprécier qu en comparant les délais de livraison habituels de celle-ci avec ceux qui sont pratiqués dans son secteur d activité en général, et/ou ceux de ses concurrents. > Capacité d adaptation d un produit aux attentes des marchés L adaptation d un produit répondant aux besoins particuliers d un marché est-elle envisageable dans un délai rapide? Cette question précède en fait celle qui a trait à la flexibilité de l outil de production. Le bureau d études (ou ce qui en tient lieur) doit être conscient que sa réactivité sera déterminante pour l établissement d une offre rapide en liaison avec les commerciaux, condition essentielle de l obtention d une éventuelle commande. > Flexibilité de l outil de production L outil de production de l entreprise est-elle flexible? Deux raisons assez fréquentes peuvent justifier de la nécessité de devoir prendre en compte une demande particulière exprimée par les marchés étrangers. d une part, en raison des contraintes objectives liées à des normes imposées ou fortement recommandées, et aux goûts et habitudes des utilisateurs locaux. d autre part, parce que les acheteurs peuvent souhaiter, par souci d économie (de devises notamment), n acquérir qu une partie du produit proposé, en vue de le compléter et de l assembler localement. Il importe donc d apprécier la capacité de l outil de production de l entreprise à s adapter à ces attentes particulières. > Surfaces de stockage spécifiques à l export Existe-t-il une procédure de gestion des surfaces spécifiques réservées à l export? Il convient de bien séparer les stocks réservés au marché domestique de ceux destinés à l export qui varient plus rapidement d une semaine à l autre, d où une difficulté d exploitation des espaces. En outre, les caractéristiques spécifiques des produits selon les marchés rendent indispensables une claire différenciation dans la tenue des stocks. DIAGNOSTIC EXPORT 4 /13

5 > Emballages sous normes internationales Observations L entreprise est-elle organisée pour produire ou sous-traiter des emballages sous normes internationales? La responsabilité de l entreprise est souvent appelée lorsque les avaries sont imputées à un emballage non-conforme. L entreprise a intérêt à préciser dans le contrat la nature de l emballage des marchandises vendues. > Planification de la production en fonction des commandes Existe-t-il au sein de l entreprise une planification de l outil de production en fonction des commandes? Il est essentiel que l entreprise ai une visibilité constante de son aptitude à respecter ses engagements passés et futurs. Elle sera d abord jugée sur sa capacité à respecter les délais de livraison convenus. > Contrôle des normes et de la qualité Existe-t-il un contrôle des normes et de la qualité? Il ne s agit pas uniquement de l application d éventuelles normes ISO, mais également de veiller à la conformité de la qualité des produits aux normes techniques sur les produits imposés par certains marchés, ou par rapport à un échantillon fourni. Après le non-respect d un délai de livraison, le défaut de qualité d un produit (par rapport à un échantillon, à une norme) est la seconde cause majeure de l échec de l entreprise sur un marché. > Procédures de dédouanement export L entreprise utilise-t-elle les procédures simplifiées de dédouanement export? Ces procédures ont été mises en place depuis longtemps par l Administration des Douanes sous la seule condition d un seuil minimum de 5 opérations par mois. > Sous-traitance des opérations de transports internationaux L entreprise sous-traite-t-elle ses transports internationaux à un commissaire de transport? La nécessité d une relation efficace avec un transitaire est indispensable. Il faut convenir de forfaits d intervention et savoir utiliser ses services gratuits tels que : la fourniture de renseignements dits contraignants : nomenclature tarifaire du produit concerné (RTC), incidence de l origine de composants du produit (ROC), l établissement de cotations rapides. CULTURE > Rotation des stocks Observations L entreprise a-t-elle une correcte rotation des stocks? La maîtrise correcte de la rotation des stocks, conforme aux normes du secteur professionnel, garantit non seulement la qualité des produits finis mais également la régularité des délais de livraison. DIAGNOSTIC EXPORT 5 /13

6 > Relation de partenariat avec les fournisseurs et les sous-traitants Observations Quel est le degré de partenariat de l entreprise avec ses fournisseurs et ses sous-traitants? Il importe d apprécier, en fonction de leur nombre, de l ancienneté des relations établies et du climat de confiance qui en découle, le niveau de dépendance et donc de vulnérabilité de l entreprise, ou tout au contraire la souplesse qui en résulte pour elle. > Politique de recherche et de développement L entreprise a-t-elle la volonté et les moyens d une politique de recherche et de développement? L enjeu est non seulement de renouveler les produits existants mais aussi de faire preuve d innovation, ce qui est la meilleur protection face à la contrefaçon. > Niveau de connaissance des Incoterms L entreprise a-t-elle une bonne connaissance des Incoterms? L utilisation correcte des Incoterms permet non seulement de sécuriser les transactions, mais peut être également un instrument de la politique commerciale de l entreprise selon l utilisation de tels ou tels d entre eux : vendre CAF (Coût Assurance Fret) jusqu au port du client est un comportement plus commercial que vendre FOB, port d embarquement du fournisseur. DEVENIR > Démarche de qualité ISO 9000 Observations Existe-t-il ou est-il envisagé une démarche de qualité ISO 9000? La normalisation est non seulement un outil de gestion et de qualité depuis la sélection des fournisseurs jusqu à la livraison des produits, mais elle constitue de plus un argument de marketing dont l impact à l international est extrêmement important. > Développement à l international déjà existant (autre que purement commercial) Au-delà d une exportation de type classique, l entreprise s est-elle développée à l international sous d autres formes : cession ou acquisition de technologie (know-how) prise de participation dans une entreprise étrangère (joint venture) ou création autonome d un établissement stable (bureau, filiale) coopération technique avec un partenaire industriel local > Service après-vente (SAV) Dans la mesure où le produit le nécessite, l entreprise peut-elle garantir un service après-vente? Avec le respect de la qualité et des délais de livraison, il s agit là du troisième point essentiel qui assurera la crédibilité de l entreprise vis-à-vis de ses futurs clients. Cela suppose de la disponibilité et un minimum de pratique d une langue étrangère. DIAGNOSTIC EXPORT 6 /13

7 FONCTION COMMERCIALE MOYENS > Expérience à l international Observations Avez-vous une expérience de vente à l international? Entreprendre une démarche à l export nécessite un minimum de connaissances du rôle et des prestations apportés par les organismes spécialisés d appui, ainsi que des procédures d aides, avant même de cerner les contraintes réglementaires du ou des pays sur lesquels on envisage d exporter. Il en découle la nécessité d une formation initiale de base (simple et de courte durée), avant d envisager des formations plus spécifiques. > Connaissance et exploitation des sources d informations L entreprise connaît-elle et exploite-t-elle les sources d informations disponibles sur les marchés et la concurrence? Il ne s agit pas tant d une connaissance approfondie de chaque marché que d une observation globale permanente permettant d apprécier leur importance, leur dynamisme et leur évolution afin de mieux cibler les actions à entreprendre. En ce qui concerne la concurrence, il s agit d une veille portant aussi bien sur les produits que sur la politique commerciale suivie par les concurrents français et étrangers. Le plan d action de l entreprise à l export en dépendra très largement. > Avantages concurrentiels Existe-il des avantages comparatifs par rapport à la concurrence? Il s agit de définir sans complaisance les points précis sur lesquels l entreprise pourra argumenter afin de marquer sa différence par rapport à la concurrence, vis-à-vis d un acheteur potentiel : prix, qualité (au sens large), étendue de la gamme, adaptabilité aux exigences particulières d un marché, caractère innovant, image valorisante, qualité des services apportés (délais de livraison, service après-vente) DIAGNOSTIC EXPORT 7 /13

8 > Actions de communication et de promotion Observations L entreprise recourt-elle à des supports et initiatives pour se faire connaître et assurer la promotion de son image et de ses produits (en France et à l étranger) tels que : 1- plaquette de présentation générale et/ou catalogue de ses produits 2- notices techniques accompagnant les produits vendus 3- journal d entreprise adressé aux clients 4- film vidéo (sur l outil de production, sur des réalisations de l entreprise) 5- site Internet 6- visite et/ou participation dans des salons professionnels 7- insertion publicitaire dans la presse professionnelle étrangère 8- invitations d acheteurs ou de décideurs étrangers dans l entreprise > Expérience à l international Les supports utilisés sont-ils bien adaptés à une communication internationale? Cette question concerne les points 1 à 5 de la question précédente. > Connaissances des règles d accès au marché L entreprise est-elle organisée pour s informer de l ensemble des règles d accès au marché? Il s agit de tout ce qui à trait : aux obstacles réglementaires (droits de douanes, contingentements), aux habitudes du consommateur ou de l usager, aux périodes d achat (saisonnalité), aux pratiques commerciales (moyens de paiement les plus fréquemment utilisés, délais de règlement, monnaie de facturation, délais de livraison exigés et tolérances admises. > Connaissance et maîtrise de la réglementation relative aux produits La réglementation éventuelle à laquelle est soumise le produit de l entreprise (normes techniques, de sécurité et d hygiène ) est-elle globalement connue et maîtrisée? Indépendamment des normes spécifiques exigées par un marché, il s agit de savoir si l entreprise a pris les dispositions nécessaires pour satisfaire aux standards internationaux en vigueur. > Protection contre les contrefaçons L entreprise a-t-elle pris les dispositions nécessaires pour se protéger d une contrefaçon éventuelle? Le coût élevé des protections obtenues auprès de l INPI (Institut National de la Propriété Industriel), et leur efficacité, parfois aléatoire, ne doit pas conduire à des dépôts systématiques de marques, brevets ou modèles, mais il importe de s interroger sur l importance du risque couru. DIAGNOSTIC EXPORT 8 /13

9 > Commercialisation des produits fabriqués sous brevets et licences concédés par des tiers Observations L entreprise a-t-elle une liberté totale de commercialisation pour les brevets et les licences qu elle exploite? Il est possible que cette exploitation soit limitée à un certain nombre de marchés ou zones géographiques. Il convient, dans une telle hypothèse, d apprécier à la fois l impact du ou des produits concernés dans le chiffre d affaires de l entreprise, et l importance de la zone d exclusion. > Implication de l ensemble de l entreprise dans la démarche export L entreprise a-t-elle pris les dispositions nécessaires pour impliquer l ensemble de ses services dans son projet de développement international? La mobilisation de l entreprise ne saurait se limiter à la seule action de sa force de vente. Une information interne régulière ayant pour objet de sensibiliser l ensemble des collaborateurs à l action engagée est indispensable, ce qui a pour conséquence de le responsabiliser et les valoriser à travers l image internationale de l entreprise. > Intervenants extérieurs L entreprise a-t-elle recours à des intervenants extérieurs? Aucune entreprise ne peut prétendre disposer en interne de l ensemble des compétences nécessaires, et doit en conséquence savoir s appuyer ponctuellement sur des expertises externes : conseil en propriété industrielle, en communication, traducteur professionnel, intervenant en commerce international (du simple étudiant jusqu au consultant expérimenté), crédit manager à temps partagé > Durée de vie des produits Les produits de l entreprise ont-ils a priori une prévision de durée de vie suffisante par rapport au marché en général (domestique et international)? Il est important de connaître la part du chiffre d affaires réalisé avec chaque produit de la gamme, en fonction de son ancienneté sur le marché au sens large en phase de lancement, de maturité, de déclin). > Capacité d innovation Au-delà du renouvellement des produits obsolètes, l entreprise a-t-elle les moyens d être innovante? Il convient d identifier les compétences et moyens utilisés en matière de recherche et développement, en interne et en externe : recours à des réseaux publics (ANVAR, ARIST), bureaux d études et créateurs privés. DIAGNOSTIC EXPORT 9 /13

10 > Politique de concertation interne pour l établissement des tarifs Observations L entreprise a-t-elle défini une politique de concertation interne pour arrêter ses tarifs? Indépendamment des incidences qui peuvent résulter des variations intervenues sur les composants du prix du revient, il s agit également de l indispensable concertation entre les financiers et le commerciaux de l entreprise. En effet le juste prix sur un marché est le résultat d un compromis entre deux exigences également légitimes : la nécessité commerciale de demeurer compétitif vis-à-vis de la concurrence, et le souci financier d assurer la rentabilité de l entreprise. > Expérience des circuits de distribution L entreprise a-t-elle une perception claire des circuits de distribution auxquels elle peut recourir? Il n est pas du tout certain en effet que la politique de distribution adoptée par l entreprise sur son marché domestique soit transposable sur un marché étranger. DEVENIR > Le niveau de marge pratiqué par l entreprise permet-il d accéder à tous les marchés? Observations Une marge suffisamment confortable permettra le cas échéant de supporter des frais de transport coûteux ou de faire face à des coûts d approche exceptionnels. Dans le cas contraire, cela peut remettre en cause la viabilité de la démarche export en cas de dépenses non prévues lors de l établissement du prix. > L entreprise a-t-elle pris la mesure de la nécessité d un positionnement d image différent selon les marchés? Selon la réponse apportée, il en découlera la mise en œuvre d outils de communication non seulement traduits, mais avec des argumentaires adaptés et pas seulement transposées de la réalité française. En outre, selon les marchés, certains outils devront être utilisés en priorité, d autres seront écartés. > Identification des marchés prioritaires L entreprise connaît-elle les moyens d identifier ses marchés prioritaires? Ses premières impressions, qui résultent vraisemblablement d une observation de l action conduite par la concurrence, demanderont à être validées par des contacts ultérieurs notamment avec des spécialistes consultables au sein des services publics ou parapublics (CCI, CFCE, DRCE, ACTIM-CFME, syndicat professionnel). DIAGNOSTIC EXPORT 10 /13

11 FONCTION ADMINISTRATIVE ET FINANCIERE MOYENS > Existence d un fonds de roulement suffisant Observations Le développement international exige un fonds de roulement suffisant et durable pour faire face à l augmentation des stocks (en particulier des frais financiers engendrés par un stock de sécurité plus important) à l allongement possible (compte tenu des pratiques de la concurrence), du délai de règlement client et aux frais nécessités par la prospection du ou des marchés ciblés. Par ailleurs, il sera peut-être nécessaire d envisager des investissements complémentaires pour ajuster l outil de production à l augmentation des volumes à fournir. > Cotation Banque de France En cas de recours à des crédits à cour terme ou à moyen terme, la cotation Banque de France est-elle suffisante pour accéder à ces financement? La démarche export nécessiter le recours à des financements extérieurs du fait du non retour immédiat sur investissement. Les crédits seront plus facilement accordés si la cotation bancaire de l entreprise est satisfaisante et qu aucun incident de paiement n a existé, que l assise financière au vu de la situation nette de l entreprise est saine et que la capacité d endettement est intacte (ou peu entamée). La spécificité du produit ou de la prestation devant être exporté peut être un facteur à mettre en avant lors des demandes de financement, d autant plus s il s agit d un marché sur lequel l entreprise peut se prévaloir d un avantage concurrentiel réel. Il faudra mettre en relief les concours demandés en fonction des besoins particuliers : prospection, étude préalable, stockage, après-vente, crédits clients. > Importance du retour sur investissement Le calcul du meilleur retour sur investissement démontre-t-il une capacité de l entreprise à assumer sa première démarche à l exportation? Il convient au préalable de calculer le ratio investissement nécessaire/potentiel du marché, ainsi que le ratio investissement nécessaire/résultat prévu à n+1? Il est nécessaire que l entreprise puisse cerner sa marge de manœuvre par l utilisation des deux ratios ci-dessus appliqués au moyen terme et au court terme. Ceci lui évitera de s essouffler sur des marchés difficiles sur lesquels le retour sur investissement sera plus aléatoire. Pour ce faire, il faut examiner le potentiel du marché visé en rapprochant le montant d investissement nécessaire pour atteindre l objectif recherché des capacités d endettement de l entreprise. Il s agit de lier une démarche marketing à une exigence de gestion équilibrée, le risque étant que le dirigeant, en l absence de tout délai garanti de retour sur investissement, ne prenne en compte que les ressources disponibles à très court terme dans l entreprise en se privant de possibilités de subventions ou de prêts à moyen terme. DIAGNOSTIC EXPORT 11 /13

12 ORGANISATION > Organisation comptable Observations La société possède t-elle une organisation comptable qui permet de distinguer de manière analytique les flux financiers issus du marché domestique de ceux relatifs à l export (y compris du marché ou par zone de marchés)? Il est souhaitable que l organisation comptable de la société puisse permettre la distinction d une comptabilité relative aux opérations domestiques de celle relative aux opérations liées à l export, en raison d objectifs d analyse de résultats, de suivi de rentabilité financière, et d utilisation analytique de comptes différents. Par ailleurs, la fiscalité étant différente à l export au niveau de la T.V.A, il est important de pouvoir distinguer au niveau de l organisation des pays ou zones d activité pour respecter les obligations fiscales. > Existence de tableaux de bord La société possède t-elle un tableau d exploitation analytique et un tableau de trésorerie qui permettent de piloter et de suivre la gestion de la société? Le démarrage d une démarche à l export nécessite la plus grande prudence pour ne pas fragiliser l entreprise. Il faut disposer d outils fiables permettant de piloter la gestion en faisant ressortir des ratios significatifs afin de réagir rapidement, ce qui nécessite des éditions périodiques qui doivent être hebdomadaires ou mensuelles. Il est important de suivre l évolution de la trésorerie de façon à surveiller le respect des équilibres et de la structure financière. > Méthode de fixation des prix export La société possède t-elle une méthode et les éléments qui lui permettent de fixer un prix acceptable pour les produits ou services qui seront vendus à l export? Les moyens ne manquent pas, encore faut-il les mettre en œuvre : études des marchés, benchmarking > Aides publiques L entreprise connaît-elle les aides financières publiques susceptibles de soutenir sa démarche export? Une première démarche à l exportation nécessite un fonds de roulement conséquent. Cependant des aides financières régionales, nationales et européennes sont disponibles tant en ce qui concerne les frais de prospection des marchés, le recrutement de collaborateurs spécialisés, que l implantation à l étranger. DIAGNOSTIC EXPORT 12 /13

13 CULTURE > Risques de non-paiement Observations L entreprise connaît-elle les diverses procédures pour diminuer les risques de non-paiement? Le risque de non-paiement à l international est accru du fait des distances, des réglementations et législations particulières qui peuvent engendrer un certain laxisme préjudiciable à la continuité d exploitation de l entreprise. Il est nécessaire de mettre en place des sécurités de paiement adaptées aux situations rencontrées par l entreprise. > Connaissances des avantages fiscaux relatifs aux implantations à l étranger La société connaît-elle les diverses facilités offertes aux sociétés désireuses de s internationaliser? Indépendamment des facilités accordées par l administration fiscale française, selon les pays, les codes d investissements peuvent faciliter la réalisation d un projet d implantation par le biais d avantages fiscaux et autres incitations. DEVENIR > Couverture du risque de change Observations La mise en place de l Euro ne supprime pas totalement la notion de risque de change. L entreprise connaît-elle les divers moyens de couverture du risque de change? La facturation en devise étant un atout commercial, il est nécessaire de connaître les méthodes et moyens de gérer le risque induit : prendre le risque en interne (est-ce le rôle d un chef d entreprise de spéculer sur les devises?) couverture d assurance (Coface), ou techniques de couvertures bancaires. DIAGNOSTIC EXPORT 13 /13

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant.

. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant. Plan d élaboration du PLAN D AFFAIRES Avant de réaliser votre projet, élaborez votre plan d affaires selon le modèle suivant : RESUME :. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant.

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

CLAUDE-ANNIE DUPLAT GUIDE PRATIQUE POUR GÉRER UNE ENTREPRISE À CROISSANCE RAPIDE

CLAUDE-ANNIE DUPLAT GUIDE PRATIQUE POUR GÉRER UNE ENTREPRISE À CROISSANCE RAPIDE CLAUDE-ANNIE DUPLAT GUIDE PRATIQUE POUR GÉRER UNE ENTREPRISE À CROISSANCE RAPIDE Éditions d Organisation, 2002 ISBN : 2-7081-2781-0 3 LE CHECK-UP DE L ENTREPRISE, MOYEN D UNE VIGILANCE EXTRÊME Check-up

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

À la suite du diagnostic, l'entreprise pourra déduire l une des trois conclusions suivantes :

À la suite du diagnostic, l'entreprise pourra déduire l une des trois conclusions suivantes : DIAGNOSTIC EXPORTATION Avant d'aborder un marché étranger, comme avant de prendre toute décision importante concernant l'exportation, le gestionnaire doit vérifier que son entreprise est prête à exporter

Plus en détail

Introduction Exporter est un enjeu majeur pour l entreprise 3. 2. Des raisons stratégiques poussant à l internationalisation...4

Introduction Exporter est un enjeu majeur pour l entreprise 3. 2. Des raisons stratégiques poussant à l internationalisation...4 Table des matières Introduction Exporter est un enjeu majeur pour l entreprise 3 1. Des raisons environnementales poussant à l internationalisation des activités...3 2. Des raisons stratégiques poussant

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION CONNAISSANCES

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques»

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Avant-propos Mode d emploi du guide TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Chapitre 1 Les PME : Spécificités et problématiques liées au développement 1.1 Le monde méconnu des

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

DOSSIER DE PRESENTATION DES PROJETS AU COMITE DE SELECTION

DOSSIER DE PRESENTATION DES PROJETS AU COMITE DE SELECTION DOSSIER DE PRESENTATION DES PROJETS AU COMITE DE SELECTION I. PRESENTATION DU OU DES PORTEURS DE PROJET ETAT CIVIL Nom : Prénom...:. Adresse :. Code postal :. Date de naissance : Nationalité : Commune

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009 Une bonne stratégie à l export ne s improvise pas CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009

Plus en détail

TP 3 : LA SELECTION DES MARCHES ETRANGERS ET LES MODES DE DISTRIBUTION A L ETRANGER

TP 3 : LA SELECTION DES MARCHES ETRANGERS ET LES MODES DE DISTRIBUTION A L ETRANGER GACO S TP : LA SELECTION DES MARCHES ETRANGERS ET LES MODES DE DISTRIBUTION A L ETRANGER Cas n : SELECTION DES MARCHES CIBLES : AQUALUX / Pour appréhender ces marchés, les critères généraux et spécifiques

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

DIAGNOSTIC EXPORT. Mode d emploi. 17 février 2011

DIAGNOSTIC EXPORT. Mode d emploi. 17 février 2011 DIAGNOSTIC EXPORT Mode d emploi 17 février 2011 I.Introduction 1. 1. Les avantages de l export 2. 2. Les défis de l export 3. 3. Qu est ce qu un «Diagnostic Export»? II. Analyse de l entreprise 1. 1. Une

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL Le bilan comptable renseigne sur l état du patrimoine de l entreprise. Il peut être défini comme étant la «photographie comptable de l entreprise à une date donnée». Le bilan

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Le PARI de l International Du projet à la mise en place d une démarche optimisée

Le PARI de l International Du projet à la mise en place d une démarche optimisée Le PARI de l International Du projet à la mise en place d une démarche optimisée Atelier ATLANPOLE 9 avril 2013 Florence CROSSAY Conseiller International - Responsable de Pôle Conseil CCI International

Plus en détail

Aide au développement sur le Marché Américain CHAMBRE DE METIERS DES HAUTS DE SEINE / ALTIOS INTERNATIONAL

Aide au développement sur le Marché Américain CHAMBRE DE METIERS DES HAUTS DE SEINE / ALTIOS INTERNATIONAL Aide au développement sur le Marché Américain CHAMBRE DE METIERS DES HAUTS DE SEINE / ALTIOS INTERNATIONAL Comment assurer le développement de vos activités aux Etats-Unis? Vous pouvez développer vos activités

Plus en détail

Le transfert de technologie

Le transfert de technologie Le transfert de technologie Walter DALLE VEDOVE Walter DALLE VEDOVE 1 Notre but est de vous familiariser avec le transfert de technologie et la négociation de contrats de transfert technologique Croissance

Plus en détail

Grille d évaluation des forces et faiblesses de la PME

Grille d évaluation des forces et faiblesses de la PME Grille d évaluation des forces et faiblesses de la PME Attention! Seules les côtes + et ++ désignent des domaines satisfaisants de la gestion et les véritables points forts de l entreprise. La côte +/-

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

Cartographie de compétences d un entrepreneur

Cartographie de compétences d un entrepreneur Cartographie de compétences d un entrepreneur Mission générale L entrepreneur définit la stratégie générale de l entreprise et supervise sa mise en œuvre Principales activités L entrepreneur fixe les objectifs

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL BSTP Charte déontologique pour les relations de sous-traitance, de fourniture et de partenariat industriels ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL Charte déontologique pour les

Plus en détail

Parcours développement stratégique commercial

Parcours développement stratégique commercial P01 Parcours professionnalisant de formation Parcours développement stratégique commercial Partenaires : Avec le soutien de : P02 Parcours professionnalisant de formation INTERVENANTS Sophie DESCHAMPS

Plus en détail

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME 31.03.2010 Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME Jean NICOLET 31.03.2010 Membre de la Commission

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et le soutien de l innovation Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Soutenir l innovation et la croissance des entreprises Par nos trois métiers

Plus en détail

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N ÉNONCÉ 1 Analyse globale Créée en N-5, la société Armand est devenue sous-traitante d une entreprise qui gère une librairie électronique. Armand assure la logistique de cette entreprise : elle achète,

Plus en détail

LA BOITE A OUTILS. Assistance Classe Export

LA BOITE A OUTILS. Assistance Classe Export LA BOITE A OUTILS Assistance Classe Export è La Boîte à Outils Classe Export La Boîte à Outils Classe Export, c est à la fois : 1/ Une base documentaire du Commerce International, riche de 40.000 pages

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009 -

Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009 - Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009-1) Objectif de la bourse du golf du CLD Ce fonds constitue, en soi, un incitatif

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

Contribution du SI à la valeur de l entreprisel

Contribution du SI à la valeur de l entreprisel Contribution du SI à la valeur de l entreprisel Cadre d approche Y. Gillette, 4tivity C. Leloup, consultant www.4tivity.com www.afai.fr Plan Historique Problématique Mesure de la valeur de l entreprise

Plus en détail

CRÉDIT PROSPECTION INTERNATIONAL. Le financement de votre prospection à l international

CRÉDIT PROSPECTION INTERNATIONAL. Le financement de votre prospection à l international ENTREPRISES COMMERCE INTERNATIONAL CRÉDIT PROSPECTION INTERNATIONAL Le financement de votre prospection à l international CRÉDIT PROSPECTION INTERNATIONAL UNE ENTREPRISE, POUR DÉVELOPPER SON ACTIVITÉ À

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan.

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan. CHAPITRE 13 L ANALYSE DU BILAN : STRUCTURE ET EQUILIBRE FINANCIER Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

du Commercial Profil d activités

du Commercial Profil d activités Activités des salariés permanents des agences d intérim Profil d activités du Commercial Activités type Développer et suivre le chiffre d affaire et la rentabilité du portefeuille confié par des actions

Plus en détail

Formation de dirigeant de PME

Formation de dirigeant de PME Formation Dirigeant de PME Public : Cette formation est centrée sur le chef d entreprise ou futur chef d entreprise qui a besoin de s approprier ou de perfectionner les outils du management global d entreprise

Plus en détail

Comment s associer avec un partenaire du Sud

Comment s associer avec un partenaire du Sud Comment s associer avec un partenaire du Sud FCM 15/11/12 1 DLO / POLE COMEX Les Etapes du Processus La Relation Commerciale Comment vais-je m implanter? Croissance organique/interne Croissance externe

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

Entreprendre en franchise

Entreprendre en franchise Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Solution myconstruction@augustareeves Descriptif Fonctionnel

Solution myconstruction@augustareeves Descriptif Fonctionnel Solution myconstruction@augustareeves Descriptif Fonctionnel Agenda 1 Introduction 2 Les enjeux métiers 3 La solution fonctionnelle et technique 4 L approche marché 5 Les références 01 Présentation myconstruction@augustareeves.fr

Plus en détail

PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS

PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS 10 PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS L ACCÈS DES PME À LA COMMANDE PUBLIQUE L accès des PME à la commande publique est une priorité gouvernementale. C est également un des objectifs assigné

Plus en détail

Présentation de l épreuve

Présentation de l épreuve MÉTHODO Présentation de l épreuve 1. Programme de l arrêté du 22 décembre 2006 DURÉE DE L ENSEIGNEMENT ÉPREUVE N 11 CONTRÔLE DE GESTION (à titre indicatif) : 210 heures 18 crédits européens 1. Positionnement

Plus en détail

Financer et accompagner les entreprises

Financer et accompagner les entreprises Financer et accompagner les entreprises EN HAUTE-NORMANDIE Créer EN HAUTE-NORMANDIE Innover Fiches pratiques Développer Transmettre Outils communs Édito des Présidents La Région Haute-Normandie et OSEO,

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Les Entrepreneuriales. Financer un projet de création d entreprise et bâtir une cohérence financière du projet

Les Entrepreneuriales. Financer un projet de création d entreprise et bâtir une cohérence financière du projet Les Entrepreneuriales Financer un projet de création d entreprise et bâtir une cohérence financière du projet SOMMAIRE Introduction L image du banquier, le rôle de la banque? Les différents moyens de financement

Plus en détail

Gestion commerciale. Une réponse fonctionnelle quel que soit votre secteur d activité

Gestion commerciale. Une réponse fonctionnelle quel que soit votre secteur d activité Gestion commerciale La rentabilité d une entreprise passe par l augmentation du chiffre d affaires et la maîtrise des coûts de gestion. Avec Sage 100 Gestion Commerciale, vous contrôlez votre activité

Plus en détail

1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE 3. DEFINITION DES EMPLOIS COMMERCIAUX TYPES

1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE 3. DEFINITION DES EMPLOIS COMMERCIAUX TYPES Secrétaire commerciale Module 1 : Fiches de commerce Chapitre 2 : Les métiers commerciaux Plan du Chapitre 2 : Les métiers commerciaux 1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE 2. ANALYSE D'UNE OFFRE

Plus en détail

Association ESSONNE CADRES

Association ESSONNE CADRES Association ESSONNE CADRES 10 avenue du Noyer Lambert - 91300 MASSY : 01 60 12 01 45 Email : competences91@essonnecadres.org Site web : www.essonnecadres.org Besoin d un Professionnel pour une situation

Plus en détail

RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE

RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE...

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

CADRE DE COMPÉTENCES EN COMMERCE D INTÉGRATION

CADRE DE COMPÉTENCES EN COMMERCE D INTÉGRATION CADRE DE COMPÉTENCES EN COMMERCE D INTÉGRATION Étude sur les ressources humaines du commerce international du FITT d intérêts et de connaissances. Toutefois, compte tenu de la nature du commerce d intégration,

Plus en détail

Circulaire 2008/7 «Outsourcing banques»

Circulaire 2008/7 «Outsourcing banques» Foire aux questions (FAQ) Circulaire 2008/7 «Outsourcing banques» (Dernière modification : 6 février 2015) 1. Selon quels critères examine-t-on l applicabilité de la circulaire 2008/7? Il y externalisation

Plus en détail

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique.i. Les enjeux et domaines de la veille.ii. La mise en place d un processus de veille.iii. Illustration d une démarche

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

ELEMENTS FINANCIERS PREVISIONNELS. «En affaires, le dernier mot est toujours un chiffre...»

ELEMENTS FINANCIERS PREVISIONNELS. «En affaires, le dernier mot est toujours un chiffre...» ELEMENTS FINANCIERS PREVISIONNELS «En affaires, le dernier mot est toujours un chiffre...» DE QUOI S AGIT AGIT-IL IL? Prévoir les investissements et anticiper les mouvements d argent pour les premières

Plus en détail

Chambre de Commerce et d Industrie Moulins-Vichy

Chambre de Commerce et d Industrie Moulins-Vichy Chambre de Commerce et d Industrie Moulins-Vichy Service Développement Local et Appui aux Entreprises Industrielles 1 Chambre de Commerce et d Industrie de Moulins-Vichy Service Développement Local et

Plus en détail

Agence pour la création d entreprises

Agence pour la création d entreprises Ce document permet de décrire votre modèle économique en toute simplicité. La méthode présentée est celle développée dans l ouvrage : «Business Model Nouvelle Génération» d Alexander Osterwalder et Yves

Plus en détail

Leçon 6. Juste à temps : principes

Leçon 6. Juste à temps : principes Leçon 6 Juste à temps : principes L'objectif principal de la leçon est de connaître et de comprendre la philosophie du juste à temps A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : définir les

Plus en détail

Le «parrain» renseigne sur les démarches administratives à accomplir et sur l aide que le groupement pourra fournir :

Le «parrain» renseigne sur les démarches administratives à accomplir et sur l aide que le groupement pourra fournir : POURQUOI ADHERER? L objet de ce document est de présenter aux futurs adhérents les avantages dont ils pourront bénéficier en intégrant le GIE Nature&Développement quel que soit le stade : avant le démarrage

Plus en détail

Annexe 4 Page 1 of 7

Annexe 4 Page 1 of 7 BDS standards pour les créateurs d entreprises et les PME existantes: produits, impact Groupe A : CREATEURS D ENTREPRISE Produits/BDS(3) 1. Germe/TRIE 1 comprendre la relation entre l idée d entreprise,

Plus en détail

Your Access to the International Market is our AIM. www.aim-development.net

Your Access to the International Market is our AIM. www.aim-development.net Your Access to the International Market is our AIM Your Access to the International Market is our AIM Exporter est un défi dont il est difficile d'anticiper tous les obstacles et qui requiert la mobilisation

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

Les Journées Régionales de la Création d Entreprise 7 et 8 octobre 2004 - Rennes - Le Liberté

Les Journées Régionales de la Création d Entreprise 7 et 8 octobre 2004 - Rennes - Le Liberté Les Journées Régionales de la Création d Entreprise 7 et 8 octobre 2004 - Rennes - Le Liberté Animé par : Business Plan : Votre premier pas vers la réussite Sylvain COQUET - Technopole Rennes Atalante

Plus en détail

L affacturage : trois services

L affacturage : trois services L affacturage : trois services Toute entreprise cherche à optimiser ses résultats. Il est clair que l affacturage y contribue efficacement en proposant des réponses aux 3 principaux besoins générés par

Plus en détail

J ÉTABLIS MON DOSSIER FINANCIER PRÉVISIONNEL

J ÉTABLIS MON DOSSIER FINANCIER PRÉVISIONNEL J ÉTABLIS MON DOSSIER FINANCIER PRÉVISIONNEL 17 parazit - Fotolia.com Étape 3 > Mes prévisions financières > Mon plan de financement > Mon compte de résultat prévisionnel > Mon seuil de rentabilité > Mon

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE Janvier 2012 Créateur de performance économique 1 Sommaire CONTEXTE page 3 OPPORTUNITES page 4 METHODOLOGIE page 6 COMPETENCES page 7 TEMOIGNAGES page 8 A PROPOS

Plus en détail

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS La gestion et la maîtrise des flux entrants et sortants du magasin nécessite la mise en œuvre d un dispositif à trois composantes : la classification

Plus en détail

MOOBLES Groupe CIOA - Le Nobel Avenue de l Université 83 160 La Valette-du-Var (France) Tel : 04 94 14 12 40 Fax : 04 94 14 12 41

MOOBLES Groupe CIOA - Le Nobel Avenue de l Université 83 160 La Valette-du-Var (France) Tel : 04 94 14 12 40 Fax : 04 94 14 12 41 Notre objectif : Diminuer vos prix d achats Accédez au commerce international et devenez plus compétitifs Comment? L'analyse du marché du meuble en 2007 montre que les grandes enseignes se partagent le

Plus en détail

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Luxembourg Introduction à Altraplan Luxembourg La compagnie Altraplan Luxembourg est une compagnie d assurances créée en 1996, se targuant d une expertise inégalée dans

Plus en détail

Diagnostic commercial

Diagnostic commercial Diagnostic commercial Si elle veut réussir, l entreprise doit avant tout vendre son produit. Pour cela, la fonction commerciale en son sein lui est d une grande utilité. Ceci est dû à la finalité même

Plus en détail

Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux...

Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux... Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux... Directions Financières dirigeants d entreprise fonds d investissement Avocats, mandataires & liquidateurs judiciaires Notre mission Répondre

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

LES LOGICIELS DE GESTION DE STOCK

LES LOGICIELS DE GESTION DE STOCK LES LOGICIELS DE GESTION DE STOCK Un stock est utile à de nombreux acteurs économiques : Pour le commerçant : il est une sécurité pour garantir la disponibilité des produits et satisfaire plus rapidement

Plus en détail

Business Plan (plan des affaires)

Business Plan (plan des affaires) Business Plan (plan des affaires) 1. Conditions personnelles Vos objectifs personnels En termes d évolution personnelle (voulez-vous avoir une famille avec des enfants, devenir un officier supérieur à

Plus en détail

BGE ADIL Agence pour le Développement de l Initiative Locale. Accompagner vos projets de création et de consolidation d entreprise

BGE ADIL Agence pour le Développement de l Initiative Locale. Accompagner vos projets de création et de consolidation d entreprise BGE ADIL Agence pour le Développement de l Initiative Locale Accompagner vos projets de création et de consolidation d entreprise La création d entreprise : Un axe majeur de développement professionnel

Plus en détail

LE PRET D HONNEUR FIR ET SON DEVENIR

LE PRET D HONNEUR FIR ET SON DEVENIR LE PRET D HONNEUR FIR ET SON DEVENIR Les fondamentaux du prêt d honneur FIR 1. Les finalités du prêt d honneur FIR Par rapport au créateur : Le prêt d honneur constitue un coup de pouce à la création/reprise

Plus en détail

MANUEL DE MANAGEMENT QUALITE

MANUEL DE MANAGEMENT QUALITE MANUEL DE MANAGEMENT QUALITE Z.I. Saint Lambert des Levées - 49412 SAUMUR Cedex - France Tél. (+33) 02 41 40 41 40 - Fax. (+33) 02 41 40 41 49 www.castel.fr SOMMAIRE TITRE SECTION TABLE DES MATIERES Domaine

Plus en détail

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE La question posée s inscrit dans une démarche d amélioration de la circulation de l information. questionnaire d

Plus en détail

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 PRESENTATION Le groupe ALTIOS International Une société leader dans le conseil et le développement opérationnel

Plus en détail

Sommaire. Audit des stocks. Définition et Typologie des stocks La procédure de stockage et gestion de stock : Objectifs d audit des stocks

Sommaire. Audit des stocks. Définition et Typologie des stocks La procédure de stockage et gestion de stock : Objectifs d audit des stocks Sommaire Audit des stocks I. Introduction II. III. IV. Définition et Typologie des stocks La procédure de stockage et gestion de stock : Objectifs d audit des stocks V. Risques potentiels dans l audit

Plus en détail

Titre du Projet. Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires

Titre du Projet. Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires Titre du Projet Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires 2 Concours 2009 2010 des meilleurs plans d affaires Exemple

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic financier»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic financier» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Le diagnostic financier» Points clés Etablir un diagnostic financier, c est analyser la situation - passée, présente et future - d une structure d utilité sociale ou

Plus en détail

LES CONSORTIUMS D EXPORTATION

LES CONSORTIUMS D EXPORTATION LES CONSORTIUMS D EXPORTATION Un outil pour la promotion des exportations des PME ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL Qu est-ce qu un consortium d exportation? Les petites et

Plus en détail

Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! L assistance en matière de gestion

Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! L assistance en matière de gestion Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! L assistance en matière de gestion Quelques constats pour commencer! La gestion est devenue incontournable Tout comme le pilote d un avion, le chef d entreprise

Plus en détail

Formation Atmansoft :

Formation Atmansoft : La particularité de la mise en place d une gestion de trésorerie, c'est-à-dire afin de devancer ses engagements, de connaître ses besoins et de respecter ses lignes d autorisations de découvert est devenu

Plus en détail