Sinistres liés aux sondes géothermiques investigations géologiques

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sinistres liés aux sondes géothermiques investigations géologiques"

Transcription

1 Journée CFGI «La géothermie de minime importance» Sinistres liés aux sondes géothermiques investigations géologiques Par Anne-Valérie Barras

2 Au commencement.staufen, en Allemagne Sur la base des informations du Sept 2007 : 7 sondes géothermiques autour de la mairie de Staufen de plus de 100 m (caractère artésien pour 2 sondes) deux semaines après les travaux de forages, premières fissures apparaissent Mise en place d une surveillance : Entre mai 2008 et septembre 2009, élévation quasi-linéaire de 1 cm/mois. (élévation absolue au centre de la zone a atteint 35 cm en janv 2012) Hypothèse : hydratation et transformation de l anhydrite en gypse > 2

3 Au commencement.staufen, en Allemagne Multiples fissures sur une habitation avec le «velcro» «Staufen darf nicht zerbreche» > 3

4 Au commencement.staufen, en Allemagne janvier début des investigations : log de température, sondages de reconnaissance, essais de pompage, investigations géophysiques, essais sur les bentonites pour colmater les sondes > 4

5 Au commencement.staufen, en Allemagne Contexte géologique > 5

6 Au commencement.staufen, en Allemagne Résultats > 6

7 Au commencement.stauffen, en Allemagne 3.5 millions d euros d étude et de travaux de réparation (1 million pour les injections) Montant des dégâts (200 maisons fissurées) : 40 à 50 millions Travaux réalisés : reprise des sondes et mise en place d un pompage permanent Surrection : environ 3 mm/ mois 6 ans après Acceptation > 7

8 1 sinistre puis 2..jusqu à 6 dans le land du Bade-Wurtemberg Liste (2014) : Staufen, Wurmlingen, Schorndorf, Leonberg-Eltingen, Renningen, Rudersberg Autres sinistres liés à des cas d artésiannisme mais sans dommage 1 seul sinistre ne concerne qu un immeuble ; et tend à se propager Temps d apparition des pathologies variable : Ex. Wurmlingen : phénomène détecté en 2012 alors que le forage réalisé en 2002 contre 15 jours pour Staufen! jeudi 21 mai 2015 > 8

9 1 sinistre puis 2..jusqu à 6 dans le land du Bade-Wutemberg Contexte géologique commun : Keuper sur Muchelkalck profondeur de forages de 70 à 120 m avec alternance d aquifère/ aquitard mais chaque fois des cas particuliers jeudi 21 mai 2015 > 10

10 1 sinistre puis 2..jusqu à 6 dans le land du Bade-Wurtemberg Les causes des pathologies : Toutes les analyses des cas de sinistres ont montré des défauts de cimentation! Le point critique : mise en contact d eau avec des couches sensibles soit provenant d un aquifère supérieur qui percole vers le bas (Ex. Rudersberg) ou par remontée d eau d un aquifère profond (Ex Staufen) jeudi 21 mai 2015 > 11

11 Cas d un sinistre en Lorraine (Hilsprich) Chronologie En 2005: réalisation de 3 sondages géothermiques par battage (SGV). Les sondages ont été réalisés avec beaucoup de difficultés. Les sondes ont été posées mais n ont jamais fonctionnées En 2006, des désordres sont apparus au niveau de plusieurs maisons et sur le réseau routier de la commune d Hilsprich, la sur environ 450 m autour des sondes 2008 / 2009 Interventions du CETE (CEREMA) et du BRGM: concluant à la possibilité d un affaissement, lié à la dissolution de gypse ou de sel jeudi 21 mai 2015 > 13

12 Cas d un sinistre en Lorraine (Hilsprich) Interrogations et moyens scientifiques mis en œuvre Caractéristiques de la cuvette de subsidence : géométrie et cinétique Age du phénomène pour en déterminer les éléments initiateurs Nature du phénomène à l origine de l affaissement (dissolution) Interférométrie radar satellitaire conventionnelle et sur points persistants jeudi 21 mai 2015 > 14

13 Cas d un sinistre en Lorraine (Hilsprich) RP stables Interférométrie différentielle conventionnelle en bande L et sur réflecteurs persistants (RP) SGV Anomalie confirmée : cuvette d affaissement orientée NNW SSE de 1 km d allongement Vitesse : 9 cm/an sur 3 ans ( ) jeudi 21 mai 2015 > 15

14 Méthode des panneaux électriques Campagne 1 : Localisation des profils et résultats 11 panneaux totalisant m et couvrant 1,2 km² Nom du service émetteur jeudi 21 mai 2015 > 17

15 Méthode des panneaux électriques Profil P2 Formation très Axe de la cuvette d affaissement résistante : sel sain Formation très conductrice de grande extension: nappe salée ancienne, stabilisée? Zone en cours de dissolution Nom du service émetteur jeudi 21 mai 2015 > 18

16 Sondage carotté HIL1 (09/2011) Argile d altération 0 m 4 m Première apparition du gypse Passée riche en gypse Second forage HIL1b argile-sableuse, dissolution? Premier banc d halite 22 m d épaisseur cumulée de sel 15 m 28/29,7 m 54 m 62 m 69,4 m 72,6 m Argilites verdâtres, grisâtres et rougeâtres avec passées de gypse Sel : halite, (rare polyhalite?) Nom du service émetteur jeudi 21 mai ,6 m Colonne lithologique > 19

17 Cas d un sinistre en Alsace Chronologie 1 bâtiment construit en 2007 avec 7 sondes impacté Mouvements différentiels entrainant sa fissuration dès les 1 ers mois Arrêté de péril pour 2 logements Travaux de reprise en sous-œuvre puis re-fissuration Surface impactée très limitée Mouvements de surrection continus mesurés pathologie liée aux sondes suspectée Investigations de 2012 à 2015 jeudi 21 mai 2015 > 20

18 Cas d un sinistre en Alsace Moyens scientifiques mis en oeuvre 1 stratégie d investigation 1 campagne géophysique (électrique et sismique) 1 forage carotté et analyses en laboratoire Investigations des sondes : mise au point d outils jeudi 21 mai 2015 > 21

19 Cas d un sinistre en Alsace Investigations géophysiques à faible profondeur jeudi 21 mai 2015 > 24

20 Cas d un sinistre en Alsace Investigations géophysiques à grande profondeur. jeudi 21 mai 2015 > 25

21 Cas d un sinistre en Alsace Forage carotté de 100 m Anticipation (eau salée, dispositif anti-artésianisme, surveillance accrue) jeudi 21 mai 2015 > 26

22 Cas d un sinistre en Alsace Observations : Fracturé ou continu, «émiettement», vides au niveau des fissures, recristallisation jeudi 21 mai 2015 > 27

23 Analyse en laboratoire (durant le chantier) A m (éch.4) jeudi 21 mai 2015 > 28

24 Analyse en laboratoire : résultats À 35m : Microcristaux de gypse et gypse amorphe (recristalisation non primaire) Talc et succession de faciès «grillage de poule» - en banc en nodule observés dans l anhydrite du Trias (Thèse INPL Nancy, 2007) À 60 m : Anhydrite avec des microcristaux (non primaire) de gypse (2 %) toutes les observations sont compatibles avec un phénomène de gypsification mais qui ne peut pas être daté : des transformations similaires ou juste après les dépôts se produisent jeudi 21 mai 2015 > 29

25 Analyse en laboratoire : résultats Détermination de la valeur de bleu de méthylène d un sol par essai à la tache suivant la procédure de la norme NF P matériaux inactifs suivant le diagramme de nocivité du bulletin de liaison LCPC n 152 (11/12/1987). jeudi 21 mai 2015 > 30

26 Cas de sinistre en Alsace Evacuation et démolition à venir du bâtiment (montant du sinistre sup à 3 millions d ) Investigations des sondes à mener et définition d une stratégie de neutralisation des sondes (Eviter la propagation du phénomène) Volet judiciaire jeudi 21 mai 2015 > 31

27 Que faire? Coté Allemand Entre : des guides et des directives Mise à disposition d une carte du toit du gypse et interdiction de forer au-delà mise au point d un modèle 3D en 2015 directive de réalisation doit accompagner le forage (instruction par les services) obligation de contracter une assurance avec une couverture de 5 millions d euros Projets de recherche (Stuttgart et KIT) Nouvelle règlementation en 2015 pour le Bade- Wurtemberg, seul land disposant d une législation en la matière jeudi 21 mai 2015 > 32

28 Que faire? Actions entreprises en France : Travaux d étude des premiers sinistres en Lorraine et en Alsace Lancement d alerte (note BRGM oct. 2012) ; Mise au point d une méthodologie de cartographie des zonages réglementaires à l échelle nationale et régionale avec le CEREMA (Cf. exposé suivant) ; Législation (Cf. exposé suivant) Poursuite des études de cas en 2015 Projet de recherche REMEDIA-FOR (ADEME) Développer des techniques de remédiation jeudi 21 mai 2015 > 33

29 Projet de recherche «Remedia-FOR» Mise au point d outils d investigation des sondes (diamètre 32 mm ext), en cours Tests sur la plate-forme expérimentale du BRGM à Orléans Test in-situ sur les cas de sinistres Mesure de la température : recherche d une anomalie thermique Mesure de la déviation : en vue de sa réparation Mesure de l état de cimentation Passage caméra étanche / non étanche Procédure de purge des sondes jeudi 21 mai 2015 > 34

30 Projet de recherche «Remedia-FOR» Investigations à l extrados et à l intérieur des sondes > 35

Risques liés à des ouvrages souterrains non soumis à déclaration Apport d expérience de la géothermie de minime importance

Risques liés à des ouvrages souterrains non soumis à déclaration Apport d expérience de la géothermie de minime importance Risques liés à des ouvrages souterrains non soumis à déclaration Apport d expérience de la géothermie de minime importance Pierre Durst Division géothermie Cadre règlementaire: régime légal des mines décret

Plus en détail

La protection des nappes d eau souterraine

La protection des nappes d eau souterraine La protection des nappes d eau souterraine Eric GARROUSTET SOLSCOPE BEAUNE, le 28 mars 2013 Le S.F.E.G. Le SFEG représente les entreprises de forage spécialistes de la ressource en eau souterraine et de

Plus en détail

ETUDE DE L ALEA D AFFAISSEMENT ET D EFFONDREMENT DU VIEUX VILLAGE DE BREIL SUR ROYA

ETUDE DE L ALEA D AFFAISSEMENT ET D EFFONDREMENT DU VIEUX VILLAGE DE BREIL SUR ROYA SOMMAIRE 1 Origine et définition de l étude 2 - Phénomènes naturels étudiés - Phénomène d affaissement - Phénomène d effondrement 3 Contexte géologique du village - Alluvions -Gypse 4 Eléments étudiés

Plus en détail

GEOTHERMIE DE MINIME IMPORTANCE : cartographies des zonages réglementaires

GEOTHERMIE DE MINIME IMPORTANCE : cartographies des zonages réglementaires GEOTHERMIE DE MINIME IMPORTANCE : cartographies des zonages réglementaires Margaret Herbaux responsable thématique «Risques mouvement de terrain» Session 21 mai 2015 1/28 Plan 1) Rappel du contexte réglementaire

Plus en détail

Les risques liés aux cavités L exemple de la région parisienne

Les risques liés aux cavités L exemple de la région parisienne Les risques liés aux cavités L exemple de la région parisienne Anne-Marie Prunier Leparmentier Inspection générale des Carrières 4 avril 2013 CFGI SGF - CNAM 1/45 Sommaire I. Des incidents à la création

Plus en détail

Point sur les travaux en cours en France en matière de structuration de la filière BRGM Orléans, 21 mai 2013

Point sur les travaux en cours en France en matière de structuration de la filière BRGM Orléans, 21 mai 2013 La géothermie, une énergie adaptée aux besoins des bâtiments Point sur les travaux en cours en France en matière de structuration de la filière BRGM Orléans, 21 mai 2013 Des approches interdépendantes

Plus en détail

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique Surveillance et Detection des Anomalies Diagnostic d une digue: rappel méthodologique issu de l expérience d EDF Jean-Paul BLAIS Service Géologie - Géotechnique EDF 1 La méthodologie utilisée par EDF,

Plus en détail

Faculté Polytechnique

Faculté Polytechnique Faculté Polytechnique Méthodes d'investigation et de détection utilisables et prévention des effondrements Colloque Effondrements et affaissements de sol Wépion, 3 avril 2014 Olivier Kaufmann, Nicolas

Plus en détail

Prise en compte des cavités naturelles ou anthropiques pour le dimensionnement des fondations

Prise en compte des cavités naturelles ou anthropiques pour le dimensionnement des fondations Journée technique du CFMS Groupe de Travail "Fondations d éoliennes" Prise en compte des cavités naturelles ou anthropiques pour le dimensionnement des fondations (ANTEA - Thierry PIRRION) 1 Sommaire 1.

Plus en détail

Méthode d élaboration de la carte de qualification de l aléa mouvement de terrain

Méthode d élaboration de la carte de qualification de l aléa mouvement de terrain CoTITA Méditerranée Journée du 17 novembre 2011 Conférences sur les risques Plan de Prévention des Risques Méthode d élaboration de la carte de qualification de l aléa mouvement de terrain Laboratoire

Plus en détail

PREFECTURE DE L'OISE

PREFECTURE DE L'OISE PREFECTURE DE L'OISE RÈGLEMENT DU PLAN DE PREVENTION DES RISQUES NATURELS MOUVEMENT DE TERRAIN SUR LES COMMUNES DE BEAULIEU-LES-FONTAINES, CANDOR, ECUVILLY ET MARGNY-AUX-CERISES (OISE) FEVRIER 2009 TITRE

Plus en détail

Commune d'annet-sur-marne

Commune d'annet-sur-marne PREFECTURE DE SEINE ET MARNE DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L'EQUIPEMENT PROJET SERVICE ETUDES ET PROSPECTIVE Commune d'annet-sur-marne ------------- Plan de Prévention des Risques Naturels prévisibles (PPR)

Plus en détail

Impacts de l élévation du niveau de la mer lié au changement climatique dans la région de Pointe-à-Pitre

Impacts de l élévation du niveau de la mer lié au changement climatique dans la région de Pointe-à-Pitre Impacts de l élévation du niveau de la mer lié au changement climatique dans la région de PointeàPitre Convention DEALBRGM (déc. 2010) Rapport BRGM/RP60857FR (mars 2012) Contenu & objectifs Région pointoise

Plus en détail

Séance technique du CFGI

Séance technique du CFGI Séance technique du CFGI La géothermie de minime importance du 21 mai 2015 Xavier du CHAYLA Directeur de GEOTHER 2/20 rue Salvador Allende 92 000 Nanterre Tel : 01 55 17 16 10 Document protégés par Copyright.

Plus en détail

Avis de l IRSN sur la ressource géothermique dans la ZT

Avis de l IRSN sur la ressource géothermique dans la ZT Avis de l IRSN sur la ressource géothermique dans la ZT La géothermie o Origine o Classification Potentiel géothermique dans la ZT o TBE o BE o ME/HE Avis de l IRSN Dialogue Technique HA et MAVL Séminaire

Plus en détail

Suivi hydrogéophysique in situ du phénomène hydratation-dessiccation des sols argileux

Suivi hydrogéophysique in situ du phénomène hydratation-dessiccation des sols argileux Suivi hydrogéophysique in situ du phénomène hydratation-dessiccation des sols argileux CHRETIEN M. *,**, LATASTE J-F. *, FABRE R. * * Université Bordeaux 1- Laboratoire GHYMAC ** B.E Ingénierie Géotechnique

Plus en détail

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Présentations GTF Présenté par : Georges NAHAS Organismes : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) Paris 26 mai 2009 Introduction Le vieillissement des ouvrages de génie civil et plus

Plus en détail

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES 24-26 quai d Austerlitz 75 013 PARIS RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES DOSSIER D INFORMATION REGLEMENTAIRE DES ACQUEREURS ET LOCATAIRES Document valable jusqu au : 10 janvier 2016 UBYRISK Consultants

Plus en détail

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON J. RHAZI, S. NAAR Groupe de Recherche sur l Auscultation et l Instrumentation Département de génie civil

Plus en détail

Vue aérienne de l environnement du dépôt

Vue aérienne de l environnement du dépôt Risques liés au voisinage Les ERP suivants se trouvent dans un rayon de 500m principalement à l Ouest : - le cinéma en plein air, ouvert en période estivale à 320m (environ 100 personnes) ; - l hôtel des

Plus en détail

PROSPECTION GEOPHYSIQUE POUR L ORPHELINAT CHILDREN S HOME. Sano Khokana Népal

PROSPECTION GEOPHYSIQUE POUR L ORPHELINAT CHILDREN S HOME. Sano Khokana Népal PROSPECTION GEOPHYSIQUE POUR L ORPHELINAT CHILDREN S HOME Sano Khokana Népal S.A.R.L GEOGEOPHY Jean-Marc Ragot FONDATION SOGREAH Les Taureaux Nord RAPPORT 10/03/686 26300 Besayes Mars 2010 Tel/Fax/rep

Plus en détail

PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY

PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY PIÈCE 4.2 : ÉTUDE D IMPACT SOUS-SOL RÉSUMÉ NON TECHNIQUE NOVEMBRE 2014 2 SOMMAIRE SOMMAIRE... 3 I. LE CONTEXTE DE LA NOTICE D IMPACT SOUS-SOL...

Plus en détail

Prospection géophysique

Prospection géophysique Prospection géophysique Projet Géothermie 2020 François Martin Michel Meyer Mobile: +41 76 569 17 07 Mobile : +41 76 532 26 28 www.geo2x.com www.sig-ge.ch www.geothermie2020.ch - 1 - Qu est-ce que la géothermie?

Plus en détail

GÉOTHERMIE CAHIER DES CHARGES TYPE D UNE ÉTUDE DE FAISABILITÉ (CAS D'UNE OPÉRATION AVEC RÉSEAU DE CHALEUR)

GÉOTHERMIE CAHIER DES CHARGES TYPE D UNE ÉTUDE DE FAISABILITÉ (CAS D'UNE OPÉRATION AVEC RÉSEAU DE CHALEUR) GÉOTHERMIE CAHIER DES CHARGES TYPE D UNE ÉTUDE DE FAISABILITÉ (CAS D'UNE OPÉRATION AVEC RÉSEAU DE CHALEUR) 1 RENSEIGNEMENTS SUR LE COMMANDITAIRE DE L ETUDE - Raison sociale du demandeur et statut juridique,

Plus en détail

1 si oui, les risques naturels pris en compte sont liés à : inondation crue torrentielle mouvements de terrain Avalanches

1 si oui, les risques naturels pris en compte sont liés à : inondation crue torrentielle mouvements de terrain Avalanches Etat des risques naturels, miniers et technologiques en application des articles L 125-5 et R 125-26 du Code de l'environnement 1. Cet état, relatif aux obligations, interdictions, servitudes et prescriptions

Plus en détail

Caractérisation des réservoirs carbonatés du bassin de Paris pour l exploitation des hydrocarbures, le stockage de CO2 et la géothermie

Caractérisation des réservoirs carbonatés du bassin de Paris pour l exploitation des hydrocarbures, le stockage de CO2 et la géothermie Caractérisation des réservoirs carbonatés du bassin de Paris pour l exploitation des hydrocarbures, le stockage de CO2 et la géothermie D. Bonijoly, C. Rigollet, O. Serrano Établissement public de recherche

Plus en détail

La géothermie à Meaux : une nouvelle phase de développement

La géothermie à Meaux : une nouvelle phase de développement La géothermie à Meaux : une nouvelle phase de développement Qu est-ce que la géothermie? Définition La géothermie est l exploitation de l énergie thermique du sous-sol. Le gradient de la Terre est de 3

Plus en détail

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES Port Haut 78 130 LES MUREAUX RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES DOSSIER D INFORMATION REGLEMENTAIRE DES ACQUEREURS ET LOCATAIRES Document valable jusqu au : 10 janvier 2016 UBYRISK Consultants 8, le bourg

Plus en détail

1 si oui, les risques naturels pris en compte sont liés à : inondation crue torrentielle mouvements de terrain X Avalanches

1 si oui, les risques naturels pris en compte sont liés à : inondation crue torrentielle mouvements de terrain X Avalanches Etat des risques naturels, miniers et technologiques en application des articles L 125-5 et R 125-26 du Code de l'environnement 1. Cet état, relatif aux obligations, interdictions, servitudes et prescriptions

Plus en détail

Fonds Régional d Excellence Environnementale (FREE) 2015. Opération de géothermie intermédiaire avec Pompe à Chaleur Hors Particuliers -

Fonds Régional d Excellence Environnementale (FREE) 2015. Opération de géothermie intermédiaire avec Pompe à Chaleur Hors Particuliers - Fonds Régional d Excellence Environnementale (FREE) 2015 Opération de géothermie intermédiaire avec ompe à Chaleur Hors articuliers - Cette procédure concerne uniquement les opérations de géothermie intermédiaire

Plus en détail

BORDEREAU DE PRIX UNITAIRES (B.P.U.)

BORDEREAU DE PRIX UNITAIRES (B.P.U.) VILLE DE NICE DIRECTION CENTRALE DES LIBERTES PUBLIQUES DE LA SECURITE POLICE MUNICIPALE ET DE LA REGLEMENTATION & DIRECTION DE LA PREVENTION DES RISQUES URBAINS & POLE PREVISION INTERVENTIONS - TRAVAUX

Plus en détail

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France RT 2012 OBJECTIF : La règlementation thermique RT 2012 a pour objectif de protéger l environnement en favorisant les économies d énergie. Inspirée du concept des bâtiments basse consommation (BBC), elle

Plus en détail

Basé sur les codes et les normes!

Basé sur les codes et les normes! Questions Sondage / Quiz METTEZ au DÉFI vos CONNAISSANCES Basé sur les codes et les normes! Question Sondage basé sur le CNB 2005 Des appareils de détection d incendie comme pour les systèmes de gicleurs

Plus en détail

Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince

Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC) Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince Le

Plus en détail

Mur de cave «Prémur PAMAflex» avec 20 cm d isolation

Mur de cave «Prémur PAMAflex» avec 20 cm d isolation 1. Description Elément préfabriqué en béton de type prémur isolé composé de 2 parois en béton de 7 cm d épaisseur, d une couche d isolation de 20 cm en polystyrène expansé et d un espace pour le remplissage

Plus en détail

SEL & STOCKAGES Grégoire Hévin - Direction Technique Journée GEP AFTP 12 janvier 2012

SEL & STOCKAGES Grégoire Hévin - Direction Technique Journée GEP AFTP 12 janvier 2012 SEL & STOCKAGES Grégoire Hévin - Direction Technique Journée GEP AFTP 12 janvier 2012 Particularités du sel Abondance géologique Faible porosité (étanche) = 1%, K=10-21 m 2 Grande solubilité (lessivage)

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT DE FONDATIONS MIXTES SUR PIEUX BATTUS POUR UNE CENTRALE ELECTRIQUE A GAZ EN TUNISIE

DIMENSIONNEMENT DE FONDATIONS MIXTES SUR PIEUX BATTUS POUR UNE CENTRALE ELECTRIQUE A GAZ EN TUNISIE TERRASOL Rhône Alpes c/o Setec Immeuble l Orient 10 place charles Béraudier 69428 Lyon Cedex 3 France Tél. : +33 4 27 85 49 35 Fax : +33 4 27 85 49 36 Mèl : lyon@terrasol.com Site internet : www.terrasol.com

Plus en détail

Le PROJET MICROGEO. Marc Altazin Directeur R et I

Le PROJET MICROGEO. Marc Altazin Directeur R et I Le PROJET MICROGEO Marc Altazin Directeur R et I ELÉMENTS DE CONTEXTE LE MARCHE EUROPEEN Le Marché des PAC Géothermale Marchés europeens marché très mature Filière du forage, très organisée Pas d intégration

Plus en détail

Géothermie profonde pour la production de chaleur en France l exemple du bassin de Paris. S. Lopez, V. Hamm

Géothermie profonde pour la production de chaleur en France l exemple du bassin de Paris. S. Lopez, V. Hamm Géothermie profonde pour la production de chaleur en France l exemple du bassin de Paris S. Lopez, V. Hamm le BRGM > le BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières) est le service géologique national

Plus en détail

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES 7 rue Mercure 94 700 MAISONS-ALFORT RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES DOSSIER D INFORMATION REGLEMENTAIRE DES ACQUEREURS ET LOCATAIRES Document valable jusqu au : 10 janvier 2016 UBYRISK Consultants 8,

Plus en détail

Performance Energétique du Bâtiment et RT2012

Performance Energétique du Bâtiment et RT2012 Performance Energétique du Bâtiment et RT2012 5 juin 2012 ORLEANS Opération réalisée avec le soutien financier de l Union Européenne, de l Etat et de la Région Centre : Programme La Règlementation Thermique

Plus en détail

RELEVE VISUEL ET NOTATION DES DEGRADATIONS DIRECTION DES ROUTES - SERVICE ENTRETIEN

RELEVE VISUEL ET NOTATION DES DEGRADATIONS DIRECTION DES ROUTES - SERVICE ENTRETIEN RELEVE VISUEL ET NOTATION DES DEGRADATIONS DIRECTION DES ROUTES - SERVICE ENTRETIEN Le relevé des dégradations est effectué par 3 opérateurs : - un technicien du siège (le même pour tout le département),

Plus en détail

Présentation technique

Présentation technique Le panneau KLH Présentation technique Un autre composant pour construire en en bois : Le panneau contre-collé Historique du panneau Il a été fabriqué en France dès les années 50 par la société ROUSSEAU,

Plus en détail

La thermographie infrarouge. dans les conduits de précontrainte de la poutre du VIPP de Merlebach

La thermographie infrarouge. dans les conduits de précontrainte de la poutre du VIPP de Merlebach La thermographie infrarouge de la poutre du VIPP de Merlebach Page 2/19 Principes TIR et caméra Tout matériau émet des ondes électromagnétiques : il rayonne. Les ondes se caractérisent par leur énergie

Plus en détail

LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL

LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL LCPC Instrumentation et Mesures sur Chantier CFMSG - 18 Septembre 2002 LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL JM. Caussignac Le Risque et le Génie Civil - F.O.-ENPC 3/02/00 1 Sommaire

Plus en détail

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne.

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne. Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Introduction : L existence d un flux de chaleur d origine interne fait l objet de nombreuses manifestations en surface (sources d eaux chaudes,

Plus en détail

Entretien préventif du forage de la Mance

Entretien préventif du forage de la Mance Entretien préventif du forage de la Mance Localisation du forage de la Mance. Le forage de la Mance est exploité depuis 1994 (date d exécution du 09/03/1994 au 19/04/1994). Cet ouvrage présente les caractéristiques

Plus en détail

Correction de la géothermie

Correction de la géothermie Correction de la géothermie Les ondes issues d un séisme survenu en Alsace sont enregistrées dans différentes stations (Doc. 1). On dispose ainsi du temps de parcours des ondes P réfléchies sur le Moho

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

Auscultation par caméra de vides souterrains inaccessibles Un vide éclairé...

Auscultation par caméra de vides souterrains inaccessibles Un vide éclairé... Auscultation par caméra de vides souterrains inaccessibles Un vide éclairé... Galerie de marnière - prise de vue caméra Application au chantier de Boëcé (Orne, 61) - RN12 Charline TISSIER Cerema Dter NC/LRR/GST/ERNPage

Plus en détail

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES Quai Bucherel 95 500 PONTOISE RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES DOSSIER D INFORMATION REGLEMENTAIRE DES ACQUEREURS ET LOCATAIRES Document valable jusqu au : 10 janvier 2016 UBYRISK Consultants 8, le bourg

Plus en détail

Concession minière de Beaune les Mines (Haute- Vienne) Reconnaissance du sous-sol autour du puits "Dupont " et évaluation des risques d'affaissement

Concession minière de Beaune les Mines (Haute- Vienne) Reconnaissance du sous-sol autour du puits Dupont  et évaluation des risques d'affaissement LIMOUSIN Concession minière de Beaune les Mines (Haute- Vienne) Reconnaissance du sous-sol autour du puits "Dupont " et évaluation des risques d'affaissement Appui aux Administrations Etude réalisée dans

Plus en détail

Fondations et infrastructures. Plusieurs types de pathologies liés à une mauvaise gestion des interfaces peuvent affecter l ouvrage.

Fondations et infrastructures. Plusieurs types de pathologies liés à une mauvaise gestion des interfaces peuvent affecter l ouvrage. Fondations et infrastructures A.2 1/5 Fondations et sol Domaine d application Cette fiche vise à établir les principales interfaces entre le sol et les fondations pour les bâtiments collectifs et tertiaires.

Plus en détail

Dimensionnement de champs de sondes géothermiques

Dimensionnement de champs de sondes géothermiques Dimensionnement de champs de sondes géothermiques Sommaire 1: géothermie et ENR 2: la sonde géothermique 3: dimensionnement d une sonde simple 4: dimensionnement d un champ de sondes 5: TRT Source: EED

Plus en détail

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Introduction Introduction Sources d EnR Issues du soleil : biomasse solaire thermique et photovoltaïque éolien hydraulique Issues de la chaleur

Plus en détail

Commission Départementale des Risques Naturels Majeurs de la Moselle 13 novembre 2013

Commission Départementale des Risques Naturels Majeurs de la Moselle 13 novembre 2013 Commission Départementale des Risques Naturels Majeurs de la Moselle 13 novembre 2013 Sommaire > Appuis aux administrations > Cartographie des risques liés à la géothermie de minime importance Appuis aux

Plus en détail

>I En savoir plus I Le feu

>I En savoir plus I Le feu n L incendie d un bâtiment est la résultante de nombreux facteurs. Il entre dans son premier état, dit de démarrage, si trois conditions sont remplies : défaillance des installations d alarme, proximité

Plus en détail

Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA

Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA Journées Techniques organisées avec l appui du Sétra et sous l égide de la CoTITA PRISE EN COMPTE DU RISQUE SISMIQUE Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA JF Serratrice

Plus en détail

DES BÉTONS PLUS DURABLES GRÂCE

DES BÉTONS PLUS DURABLES GRÂCE DES BÉTONS PLUS DURABLES GRÂCE À L ADJONCTION DE GRANULATS DE PNEUS USAGÉS NON RÉUTILISABLES «Les plastiques et caoutchoucs pour un bâtiment performant et durable» 6 et 7 novembre 2013 - Paris Aliapur

Plus en détail

par thermographie infrarouge.

par thermographie infrarouge. Le contrôle. Page 2/24 Rappels sur l étanchéité : Feuille préfabriquée Asphalte Film mince adhérent au support Page 3/24 La problématique : Le fascicule 67, Titre 1 er du CCTG (1985) précise : 11.3.2.3

Plus en détail

Tempête XYNTHIA du 28 février 2010. Diagnostic des désordres sur les ouvrages en CHARENTE MARITIME (17) et GIRONDE (33)

Tempête XYNTHIA du 28 février 2010. Diagnostic des désordres sur les ouvrages en CHARENTE MARITIME (17) et GIRONDE (33) Tempête XYNTHIA du 28 février 2010 Diagnostic des désordres sur les ouvrages en CHARENTE MARITIME (17) et GIRONDE (33) CETE du Sud-Ouest Page 1/23 PLAN de l EXPOSE 1 - La localisation des dégâts à l aide

Plus en détail

26110 NYONS - Téléphone : Le 66 et le 988 à NYONS

26110 NYONS - Téléphone : Le 66 et le 988 à NYONS MAIRIE DE NYONS 26110 NYONS - Téléphone : Le 66 et le 988 à NYONS SONDAGE DE RECONNAISSANCE EN VUE DE L'IMPLANTATION DU NOUVEAU CIMETIERE DANS LE QUARTIER DE LA ROCHETTE - NYONS [26] par J. PUTALLAZ BUREAU

Plus en détail

Les rénovations de canalisation et de conduites d évacuation domestiques sont généralement résolus en remplaçant toute l installation.

Les rénovations de canalisation et de conduites d évacuation domestiques sont généralement résolus en remplaçant toute l installation. Les rénovations de canalisation et de conduites d évacuation domestiques sont généralement résolus en remplaçant toute l installation. Cela signifie qu il faut entreprendre des travaux de burinage et de

Plus en détail

La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers

La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers Symposium on Innovation and Technology in The Phosphate Industry - SYMPHOS May 6-10, 2013 Agadir, Marocco La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers Méthodes et Technologies

Plus en détail

Projet pilote de géothermie profonde en Haute-Sorne

Projet pilote de géothermie profonde en Haute-Sorne CENTRE DE COMPÉTENCE SUISSE EN GÉOTHERMIE PROFONDE POUR LA PRODUCTION D ÉLECTRICITÉ ET DE CHALEUR Séance d information Projet pilote de géothermie profonde en Haute-Sorne Dr. Peter Meier, CEO Olivier Zingg,

Plus en détail

Géothermie dans les Ardennes

Géothermie dans les Ardennes Géothermie dans les Ardennes Comment initier et monter efficacement son projet 26 septembre 2013 Poix- Terron / Charleville- Mézières Méthodologie d un projet Choix des systèmes, outils d aide à la décision,

Plus en détail

ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK. Société : ETERNIT

ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK. Société : ETERNIT ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK Société : ETERNIT DÉPARTEMENT ENVELOPPE ET REVÊTEMENTS Service DER Division HTO DER/HTO 2008-083- RB/LS Date Le 23 avril 2008

Plus en détail

Essais d étanchéité à l air sur parois maçonnées enduites Influence du remplissage ou non des joints verticaux

Essais d étanchéité à l air sur parois maçonnées enduites Influence du remplissage ou non des joints verticaux Essais d étanchéité à l air sur parois maçonnées enduites Influence du remplissage ou non des joints verticaux 1 - Contexte et objectifs La règlementation thermique 2012 (RT 2012) [1] se met progressivement

Plus en détail

PROSPECTION ELECTRIQUE DANS LA REGION DE MAHALEOTSE-TOLIARY Ramanantsoa A. 1, Rasoamiaramanana R. 1, Rasolondrazao L. 1

PROSPECTION ELECTRIQUE DANS LA REGION DE MAHALEOTSE-TOLIARY Ramanantsoa A. 1, Rasoamiaramanana R. 1, Rasolondrazao L. 1 Résumé PROSPECTION ELECTRIQUE DANS LA REGION DE MAHALEOTSE-TOLIARY Ramanantsoa A. 1, Rasoamiaramanana R. 1, Rasolondrazao L. 1 Nous avons effectué une campagne géophysique en juillet 1999, dans la région

Plus en détail

Plate-forme de formation des métiers du bâtiment SARLAT LA CANEDA 19 décembre 2012

Plate-forme de formation des métiers du bâtiment SARLAT LA CANEDA 19 décembre 2012 24330 Saint Laurent-sur-Manoire, Dordogne web : www.odetec.fr Plate-forme de formation des métiers du bâtiment SARLAT LA CANEDA 19 décembre 2012 Sources des illustrations : Réglementation thermique «Grenelle

Plus en détail

TEST DE DETECTION DE PUITS DE MARNIERE EN NORMANDIE

TEST DE DETECTION DE PUITS DE MARNIERE EN NORMANDIE TEST DE DETECTION DE PUITS DE MARNIERE EN NORMANDIE Raphaël BENOT Laboratoire des Ponts et Chaussées de Rouen Novembre 2005 PARTIE 1 : essai de la radiométrie infarouge-thermique 1 Utilisation de la radiométrie

Plus en détail

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal DL Lyon : G. Bièvre DL Autun : A. Brach, D. Goutaland, M. Massardi, G. Monnot David GOUTALAND CETE de Lyon

Plus en détail

TRAVAUX D ASSAINISSEMENT

TRAVAUX D ASSAINISSEMENT MAITRE D'OUVRAGE : Commune de BUELLAS REFERENCE DOSSIER : 01 06513 01/ 13308_10-04-2015 DQE rev1 Travaux de réhabilitation des réseaux d assainissement EU / EP RD 936 Route de Corgenon Dossier de Consultation

Plus en détail

Les géothermies en France

Les géothermies en France Les géothermies en France Christian BOISSAVY Président de l Association Française des Professionnels de la géothermie CAP 15 - Paris - Mercredi 30 Avril 2014 La géothermie et la perception du public Des

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

À FORMATION DU PÉTROLE À PARTIR D UNE ROCHE MÈRE PLANCTONIQUE

À FORMATION DU PÉTROLE À PARTIR D UNE ROCHE MÈRE PLANCTONIQUE Géosciences Aux débuts de la prospection en Pennsylvanie en 1860, les méthodes étaient "hautement scientifiques". (À l ombre des derricks, Morris, éditions Dupuis, 1997) Depuis, la consommation de pétrole

Plus en détail

Etude des possibilités de remplacement de la source centralisée d énergie du campus Valrose

Etude des possibilités de remplacement de la source centralisée d énergie du campus Valrose Etude des possibilités de remplacement de la source centralisée d énergie du campus Valrose 1.Présentation du sujet 2.Etat des lieux 3.Les solutions de remplacement retenues I Présenta9on du sujet d étude

Plus en détail

Le contexte allemand de la gestion patrimoniale des réseaux d assainissement

Le contexte allemand de la gestion patrimoniale des réseaux d assainissement Le contexte allemand de la gestion patrimoniale des réseaux d assainissement Dipl.-Ing. Sylvia NEITZKE Plan d exposé Cadre législatif et responsabilité Inventaire du patrimoine allemand en assainissement

Plus en détail

L an deux mille treize Et le vingt septembre;

L an deux mille treize Et le vingt septembre; MR/AN REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE ------------------- COUR D APPEL D ABIDJAN -------------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN -------------------- ORDONNANCE DU JUGE DE REFERE du 20/09/2013 -------------------

Plus en détail

Barrage de Serre-Ponçon. Conception, surveillance et comportement

Barrage de Serre-Ponçon. Conception, surveillance et comportement Barrage de Serre-Ponçon Conception, surveillance et comportement Sommaire 1- Rappels sur la conception du barrage et son auscultation 2- Comportement récent : 2001-2013 3.1. Comportement mécanique (réversible

Plus en détail

Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen

Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen Valéry Ferber LCPC Sommaire Objectifs Tassements induits par l humidification des sols fins compactés Conception

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION DES MURS EN RENOVATION Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L HERAULT

REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L HERAULT REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L HERAULT SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS GROUPEMENT GESTION DES RISQUES SERVICE PREVISION PREVISION TECHNIQUE RELATIVE AUX AVIS TECHNIQUES SUR LES PROJETS

Plus en détail

PRINCIPE DE POSE D UN SEPARATEUR OLEOPUR H &G

PRINCIPE DE POSE D UN SEPARATEUR OLEOPUR H &G 1 Précautions à prendre avant installation. 2 Réaliser la fouille et aménager le fond de fouille. 3 Mettre en place la cuve dans la fouille. 4 Effectuer le remblaiement. 5 Raccorder les différentes canalisations

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

GEOTHERMIE ET BIOMASSE : UN PROJET-PILOTE AU PLAN NATIONAL PORTE PAR LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE L ILE NAPOLEON

GEOTHERMIE ET BIOMASSE : UN PROJET-PILOTE AU PLAN NATIONAL PORTE PAR LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE L ILE NAPOLEON GEOTHERMIE ET BIOMASSE : UN PROJET-PILOTE AU PLAN NATIONAL PORTE PAR LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE L ILE NAPOLEON LE PROJET EN BREF Une initiative technologique et écologique qui fait de la CCIN une intercommunalité-pilote

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

QU'EST-CE QU'UN MOUVEMENT DE TERRAIN?

QU'EST-CE QU'UN MOUVEMENT DE TERRAIN? L E RISQUE MOUVEMENT DE TERRAIN QU'EST-CE QU'UN MOUVEMENT DE TERRAIN? Un mouvement de terrain est un déplacement plus ou moins brutal du sol ou du soussol. Il est fonction de la nature et de la disposition

Plus en détail

Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation

Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation Société de médecine du travail PACA-Corse 15 mars 2011 Amandine Paillat Contexte et présentation

Plus en détail

INBTP_TECHNOBAT LECON_013 TECHNOBAT LECON_013

INBTP_TECHNOBAT LECON_013 TECHNOBAT LECON_013 INBTP_TECHNOBAT LECON_013 INBTP_TECHNOBAT LECON_013 www.inbtpmanlio.altervista.org ? inbtpmanlio@gmail.com PROGRAMME LECONS LECON_001 (T) Présentation Notions de technobat LECON_002 (T) Exigences et contraintes

Plus en détail

VOS CONSTRUCTIONS MÉRITENT

VOS CONSTRUCTIONS MÉRITENT poutrelles béton sur vide sanitaire VOS CONSTRUCTIONS MÉRITENT LE MEILLEUR Support. 23, rue de la Vanne 92126 Montrouge Cedex Tél 01 49 65 09 09 Fax 01 49 65 08 61 Mail fib@fib.org Site www.fib.org Industrie

Plus en détail

POTENTIEL GEOTHERMIQUE EN REGION PICARDIE ATLAS DU POTENTIEL GEOTHERMIQUE DES AQUIFERES SUPERFICIELS ET PROFONDS. Direction régionale BRGM Picardie

POTENTIEL GEOTHERMIQUE EN REGION PICARDIE ATLAS DU POTENTIEL GEOTHERMIQUE DES AQUIFERES SUPERFICIELS ET PROFONDS. Direction régionale BRGM Picardie POTENTIEL GEOTHERMIQUE EN REGION PICARDIE ATLAS DU POTENTIEL GEOTHERMIQUE DES AQUIFERES SUPERFICIELS ET PROFONDS Direction régionale BRGM Picardie ADEME PIC, Jeudi 20 février 2014 Pourquoi un atlas du

Plus en détail

Les reconnaissances géophysiques appliquées à la recherche de cavités en sous-sol Franck Rivière 1.

Les reconnaissances géophysiques appliquées à la recherche de cavités en sous-sol Franck Rivière 1. Les reconnaissances géophysiques appliquées à la recherche de cavités en sous-sol Franck Rivière 1. Introduction Qu elles soient anthropiques ou naturelles, la présence de cavités souterraines est un risque

Plus en détail

DECLARATION SIMPLIFIEE valant dossier d incidence au titre de l article R.214-32 du Code de l Environnement. Rubrique 1110

DECLARATION SIMPLIFIEE valant dossier d incidence au titre de l article R.214-32 du Code de l Environnement. Rubrique 1110 Novembre 2014 Direction Départementale des Territoires de l Isère Service Environnement DECLARATION SIMPLIFIEE valant dossier d incidence au titre de l article R.214-32 du Code de l Environnement Rubrique

Plus en détail

EN 16005 Exigences relatives aux détecteurs

EN 16005 Exigences relatives aux détecteurs EN 16005 Exigences relatives aux détecteurs Norme européenne pour portes actionnées par source d énergie extérieure La norme européenne EN 16005 définit les exigences de sécurité en matière de conception

Plus en détail

Potentiel de géothermie sur le Pays Sologne Val Sud. Xavier MOCH : xavier.moch-s2e2-ext@st.com

Potentiel de géothermie sur le Pays Sologne Val Sud. Xavier MOCH : xavier.moch-s2e2-ext@st.com Potentiel de géothermie sur le Pays Sologne Val Sud Xavier MOCH : xavier.moch-s2e2-ext@st.com LA GÉOTHERMIE : POUR QUOI FAIRE? 2 Utilisations de la géothermie Chauffer le bâtiment Produire l eau chaude

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES Document valable jusqu au : 2 octobre 2012 RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES DOSSIER D INFORMATION REGLEMENTAIRE DES ACQUEREURS ET LOCATAIRES SOMMAIRE - Déclaration de l état des risques naturels et technologiques

Plus en détail

Etat des risques naturels et technologiques

Etat des risques naturels et technologiques Etat des risques naturels et technologiques En application des articles L125-5 et R125-26 du code de l'environnement. Commande n 3505 Date de réalisation : 23 septembre 2011 (Valable 6 mois) Mode COMMANDE

Plus en détail

SONDAGE A LA PELLE MECANIQUE PM01 sondage OBJET EXTENSION STATION D EPURATION DU VABRE OPERATEUR D. VINCONT X LIEU 83 - BRIGNOLES MACHINE TRACTO-PELLE Y CLIENT REGIE DES EAUX DU PAYS BRIGNOLAIS GODET (cm)

Plus en détail