RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal-2

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4065142 RAP0341743 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal-2"

Transcription

1 EN RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal-2 Accident mortel survenu à un travailleur le 7 décembre 2005 à l'entreprise Emballages Mitchel-Lincoln Ltée 3737, boul. Thimens, arrondissement de St-Laurent, à Montréal Inspecteurs : Alain Lajoie Dominique Benjamin Inspecteur Inspectrice Date du rapport : 11 avril 2006

2 Rapport distribué à : Monsieur «A», Mitchel-Lincoln Monsieur «B»,, Emballages Mitchel-Lincoln Monsieur «C», prévention Monsieur «D»,, Syndicat canadien des communications, de l`énergie et du papier (S.C.E.P ). Local 648 F.T.Q Monsieur Dr Claude Paquin, coroner

3 TABLE DES MATIÈRES 1 RÉSUMÉ DU RAPPORT 1 2 ORGANISATION DU TRAVAIL STRUCTURE GÉNÉRALE DE L ÉTABLISSEMENT ORGANISATION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL MÉCANISMES DE PRISE EN CHARGE GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ 3 3 DESCRIPTION DE L ACTIVITÉ EFFECTUÉE DESCRIPTION DU LIEU DE TRAVAIL DESCRIPTION DE L ACTIVITÉ PRINCIPALE DE L ÉTABLISSEMENT DESCRIPTION DE L ACTIVITÉ EFFECTUÉE LORS DE L ACCIDENT 5 4 ACCIDENT: FAITS ET ANALYSE CHRONOLOGIE DE L'ACCIDENT CONSTATATIONS ET INFORMATIONS RECUEILLIES ÉNONCÉS ET ANALYSE DES CAUSES LA CONCEPTION INADÉQUATE DE LA PLATE-FORME EXPOSE LE TRAVAILLEUR À UNE CHUTE LA PROCÉDURE DE CADENASSAGE RELATIVE AU DÉBOURRAGE EST INCOMPLÈTE LA GESTION DE LA PROCÉDURE DE DÉBOURRAGE EST DÉFICIENTE AU PLAN DE LA FORMATION ET DE LA SUPERVISION 9 5 CONCLUSION CAUSES DE L'ACCIDENT AUTRES DOCUMENTS ÉMIS LORS DE L ENQUÊTE 10 ANNEXES ANNEXE A : Liste des accidentés 11 ANNEXE B : Croquis 12 ANNEXE C : Photos 14 ANNEXE D : Liste des témoins et des personnes rencontrées 17 ANNEXE E : Documents 18 ANNEXE F : Références bibliographiques 20

4 SECTION 1 1 RÉSUMÉ DU RAPPORT Description de l'accident Le travailleur est assistant-opérateur sur une ligne de production de boîtes en carton ondulé chez Emballages Mitchel-Lincoln, à Montréal. Le 7 décembre 2005, vers 03h45, des cartons mal alignés sur le convoyeur provoquent le blocage de sa ligne de production. Il se rend donc sur la plate-forme donnant accès à la pré-alimenteuse, où se situe le blocage, pour dégager le convoyeur. En retirant les cartons, il dégage le détecteur optique qui remet la pré-alimenteuse en marche. Afin d éviter de se faire percuter par les cartons remis en mouvement, le travailleur se relève brusquement, perd l équilibre et tombe de la plate-forme du côté de l'escalier. Il fait une chute de 1,2 mètre et se cogne la tête sur le plancher en béton au bas des marches. Le travailleur est blessé gravement à la tête. Conséquence Le travailleur décède le 15 décembre 2005 des suites de blessures à la tête. Vue de la plate-forme de travail d où le travailleur a chuté 3737, boulevard Thimens, arrondis. St-Laurent, Montréal, 7 décembre 2005 page 1

5 Abrégé des causes La conception inadéquate de la plate-forme, une procédure de débourrage incomplète ainsi qu une formation et une supervision inadéquates quant au respect de la procédure de débourrage sont en cause dans l accident. Mesures correctives Les rapports d intervention RAP , RAP , RAP ont été émis. On y retrouve les mesures correctives prises par l employeur et acceptées par l inspecteur: Installation d un rideau optique qui agit comme barrière de protection et qui provoque l arrêt de la machine lorsque le travailleur accède à la zone de danger ; Modification de la plate-forme et ajout de garde-corps qui assurent une protection contre les chutes sur tous les côtés ; Le présent résumé n'a pas comme tel de valeur légale et ne tient lieu ni de rapport d'enquête, ni d'avis de correction ou de toute autre décision de l'inspecteur. Il ne remplace aucunement les diverses sections du rapport d'enquête qui devrait être lu en entier. Il constitue un aide-mémoire identifiant les éléments d'une situation dangereuse et les mesures correctives à apporter pour éviter la répétition de l'accident. Il peut également servir d'outil de diffusion dans votre milieu de travail. 3737, boulevard Thimens, arrondis. St-Laurent, Montréal, 7 décembre 2005 page 2

6 SECTION 2 2 ORGANISATION DU TRAVAIL 2.1 Structure générale de l établissement Au 3737, boulevard Thimens, dans l arrondissement St-Laurent, à Montréal, on retrouve l une des deux usines de l entreprise Emballages Mitchel-Lincoln. La structure organisationnelle de l établissement est détaillée en annexe (annexe E). Les activités de l entreprise se déroulent sur trois quarts de travail. L établissement compte 232 travailleurs. Le 7 décembre 2005, au moment de l accident, l effectif en poste est constitué de 50 travailleurs syndiqués et de trois contremaîtres de production. 2.2 Organisation de la santé et de la sécurité du travail Mécanismes de prise en charge Il y a un comité de santé et de sécurité (CSS) dans l établissement. Il est constitué de quatre travailleurs et de quatre représentants de l employeur. Le comité se réunit une fois par mois. Il y a un représentant à la prévention qui participe aux rencontres du CSS, fait des inspections et apporte des recommandations aux membres du CSS. Le représentant à la prévention est libéré huit heures par semaine. Il y a un programme de prévention datant de Le CSS se donne en outre un plan d action annuel. En 2005, le plan d action portait sur la formation des caristes et la formation premiers soins, premiers secours (RCR) Gestion de la santé et de la sécurité Des inspections bimensuelles sont effectuées par le représentant à la prévention. La liste d éléments à corriger est déposée au CSS. Les inspections sont basées sur des éléments d information fournis par les travailleurs plutôt que sur une grille préétablie. La supervision est assurée par les contremaîtres qui interviennent lorsqu ils sont témoins de comportements qui ne respectent pas les procédures de travail établies par l employeur. Un manuel contenant toutes les procédures est disponible au poste de travail de l opérateur pour chaque ligne de production. Le contenu du manuel n est toutefois pas transmis aux travailleurs dans le cadre d une formation. 3737, boulevard Thimens, arrondis. St-Laurent, Montréal, 7 décembre 2005 page 3

7 La formation des travailleurs nouvellement en poste se fait par accompagnement avec un travailleur plus expérimenté. Elle consiste principalement à transmettre les informations sur le bon fonctionnement des machines de la ligne de production. 3737, boulevard Thimens, arrondis. St-Laurent, Montréal, 7 décembre 2005 page 4

8 SECTION 3 3 DESCRIPTION DE L ACTIVITÉ EFFECTUÉE 3.1 Description du lieu de travail On retrouve plusieurs lignes de production aménagées de façon parallèle (annexe B, croquis #1). Chaque ligne permet de produire des boîtes de carton ondulé ayant des particularités différentes. Le carton ondulé peut suivre différentes lignes de production dont 6 lignes de production Flexo, quatre découpeuses et une plieuse/colleuse aménagées de façon parallèle. La ligne de production, où a eu lieu l accident, est constituée des machines suivantes : 1. Un convoyeur d entrée 2. Une pré-alimenteuse 3. Une machine modèle Martin 618, qui comprend l alimenteuse, une section d impression et une plieuse/encocheuse/colleuse. 4. Une attacheuse 5. Une empileuse automatique. 3.2 Description de l activité principale de l établissement L établissement Mitchel-Lincoln se spécialise dans la fabrication de boîtes, feuilles et présentoirs de carton ondulé. 3.3 Description de l activité effectuée lors de l accident Durant la production, la fonction de «E» consiste à assurer le bon fonctionnement de la préalimenteuse et à procéder aux réglages lors des changements de formats de carton. Lorsque la position des cartons fait en sorte qu ils ne sont pas entraînés par le convoyeur, il faut alors procéder au débourrage qui consiste à retirer les cartons et à les remettre en position couchée. Lors du fonctionnement de la pré-alimenteuse, une pile de cartons s est placée en position verticale plutôt qu à plat (annexe C, photo #1). Au moment de l accident, «E» s affaire à dégager les feuilles de carton qui bloquent la distribution des cartons vers l alimenteuse. 3737, boulevard Thimens, arrondis. St-Laurent, Montréal, 7 décembre 2005 page 5

9 4 ACCIDENT: FAITS ET ANALYSE 4.1 Chronologie de l'accident SECTION 4 Au retour de la pause, vers 03h45, l opérateur «F» remet en marche la ligne de production. Après quelques minutes, il constate que les cartons ne défilent plus sur le convoyeur. De sa console, située au niveau de l encocheuse (annexe B, croquis #1, section 3) il regarde en direction de la pré-alimenteuse (annexe B, croquis #1, section 2) et constate qu une pile de cartons est renversée sur le côté et bloque l alimenteuse. Il voit alors «E» se diriger vers la plateforme donnant accès à pré-alimenteuse afin de procéder au débourrage. Après quelques secondes, «F» constate que l indicateur lumineux de la pré-alimenteuse clignote toujours, signe que l approvisionnement en cartons est encore arrêté. Il se dirige donc vers la pré-alimenteuse et aperçoit «E» sur la plate-forme en train de dégager l alimenteuse en tirant vers lui les cartons coincés. Le tronc de «E» est alors incliné vers l avant à environ 45 degrés, et ses deux pieds reposent sur la plate-forme. Au moment où «E» dégage les cartons, l inverseur se remet en marche et «F» voit ce dernier se redresser brusquement sur sa gauche, vers l arrière. Ce faisant, il perd l équilibre et chute du côté des marches de la plate-forme. En arrivant au sol, le côté gauche de sa tête heurte le plancher de béton. «F» appelle les secours immédiatement. 4.2 Constatations et informations recueillies Informations relatives aux méthodes de débourrage La procédure de débourrage préconisée par l employeur consiste à mettre la préalimenteuse à l arrêt en utilisant l interrupteur à clef (annexe C, photo #2) et à garder cette dernière en sa possession durant le débourrage. Une fois le débourrage complété, la clef est remise dans l interrupteur et tournée en position marche. Cette procédure permet d éviter : que la pré-alimenteuse ne se remette en marche durant l opération de débourrage. qu une autre personne ne mette la pré-alimenteuse en marche alors qu un travailleur est dans la zone de danger. Selon les témoignages recueillis, l application de cette procédure augmente de 30 à 40 secondes le temps nécessaire pour remettre la machine en marche. Cependant, une autre méthode est couramment utilisée par les travailleurs. Elle consiste à mettre la pré-alimenteuse en mode manuel en pressant le bouton prévu à cet effet sur le panneau de commande (annexe C, photo #2). Les travailleurs rencontrés témoignent en outre avoir observé des travailleurs procéder au débourrage sans avoir préalablement mis la pré-alimenteuse à l arrêt. Cette méthode accélère la reprise de la production. 3737, boulevard Thimens, arrondis. St-Laurent, Montréal, 7 décembre 2005 page 6

10 Informations relatives à «E» Le travailleur est à l emploi de l entreprise depuis ans et il occupe le poste d assistant-opérateur depuis le Le travailleur a eu une formation par accompagnement répartie sur deux quarts de huit heures et un quart de six heures. Le travailleur avait déjà effectué des manœuvres de débourrage. Informations relatives à la formation de «E» Le travail de l assistant-opérateur consiste à effectuer les réglages de la pré-alimenteuse, notamment en vérifiant la conformité des encoches, les mesures intérieures et extérieures de la boîte produite et les attachements spéciaux au besoin. La formation de «E» a consisté dans un premier temps à observer le fonctionnement de la pré-alimenteuse, puis, à appliquer progressivement les méthodes de travail sous la supervision de son accompagnatrice. L accompagnatrice qui a formé «E» occupe de façon régulière le poste d empileuse (ramasseuse) sur une autre machine plus petite et différente. Elle travaille cependant à l occasion comme assistante-opératrice sur la même machine que «E». La procédure de débourrage montrée à «E» diffère de celle préconisée par l employeur. Elle consiste à mettre la pré-alimenteuse en mode manuel en pressant le bouton prévu à cet effet sur le panneau de commande. Informations relatives au fonctionnement de la pré-alimenteuse La pré-alimenteuse reçoit les ballots entiers et son inverseur distribue les cartons par portions en les faisant basculer sur le convoyeur. Un interrupteur optique déclenche la mise en marche de l inverseur lorsque son faisceau n est plus obstrué par la présence de cartons. Un panneau de commande permet de contrôler le fonctionnement de la pré-alimenteuse (annexe C, photo #2). Au moment de l accident, la clé du panneau de commande utilisée pour couper le contact de l inverseur est en position marche. Informations relatives à la plate-forme d accès à la pré-alimenteuse (annexe C, photo #3) La plate-forme a été conçue et fabriquée par l entreprise Emballage Mitchel-Lincoln. La plate-forme est munie de 4 marches. La plate-forme mesure 0,50 m de large par 0,75 m de long par 1,20 mètre de haut. Autres informations Le mode de rémunération prévoit des primes au rendement et les travailleurs touchent des bonis selon la productivité de l équipe. Lors du débourrage, «E» tire une pile de cartons sur sa droite. 3737, boulevard Thimens, arrondis. St-Laurent, Montréal, 7 décembre 2005 page 7

11 4.3 Énoncés et analyse des causes La conception inadéquate de la plate-forme expose le travailleur à une chute La conception de la plate-forme fait en sorte qu il n y a pas de protection contre les chutes sur tous les côtés. Pendant l opération de débourrage, le travailleur doit se tenir au bord des marches. En cas de perte d équilibre du côté gauche, le travailleur chute dans l escalier (annexe C, photo #3). La surface de la plate-forme n est pas suffisante pour assurer la sécurité du travailleur. Lorsque le travailleur fait face à l inverseur pour manipuler des cartons, il dispose d un espace de 0,5 m de largeur pour poser ses pieds. Afin d adopter une posture stable, le travailleur doit écarter ses pieds d une distance équivalente à la largeur de ses épaules. Selon les chartes anthropométriques Humanscales (annexe F, document #1), la largeur des épaules d un adulte moyen (1,75 m) est de 0,45 m, ce qui dans ce cas, laisse un espace de 3 cm de chaque côté des pieds sur la plate-forme. Cet espace est insuffisant pour permettre au travailleur de manœuvrer sans risque de chute. En effet, selon le témoignage de «F», le travailleur s est redressé brusquement pour éviter d être heurté par les cartons en mouvement. Le peu d espace disponible sur la plateforme a donc favorisé la perte d équilibre du travailleur qui a alors chuté du côté de l escalier. La conception inadéquate de la plate-forme a exposé le travailleur à une chute. Cette cause est retenue La procédure de cadenassage relative au débourrage est incomplète L employeur a développé une procédure de débourrage (annexe E, document #1) selon laquelle le travailleur doit arrêter la pré-alimenteuse en actionnant une clef au panneau de contrôle en position arrêt, retirer cette dernière et la garder en sa possession avant d accéder à la plate-forme pour procéder au débourrage. Ceci permet d empêcher la remise en marche de l inverseur pendant que le travailleur se trouve dans la zone de danger. Au moment où «E» procède à l opération de débourrage, la clé est sur le panneau en position DÉPART (annexe C, photo #2). Donc lorsque «E» retire les cartons, l interrupteur optique n étant plus obstrué, l inverseur se remet en fonction. La procédure préconisée par l employeur n a donc pas été suivie puisque le travailleur aurait dû avoir la clef en sa possession. Donc la procédure de débourrage préconisée par l employeur est incomplète, parce qu elle est contournable, c est-à-dire qu elle permet de procéder au débourrage sans appliquer la procédure de cadenassage. 3737, boulevard Thimens, arrondis. St-Laurent, Montréal, 7 décembre 2005 page 8

12 La possibilité de procéder au débourrage sans appliquer la procédure de cadenassage a contribué à l accident. Cette cause est retenue La gestion de la procédure de débourrage est déficiente au plan de la formation et de la supervision Il existe une procédure officielle préconisée par l employeur (annexe E, document #1) qui est consignée dans un manuel de procédures disponible au poste de travail de l opérateur pour chacune des lignes de production. Cependant, l employeur ne s assure pas que le contenu du manuel soit transmis aux travailleurs dans le cadre de leur formation par accompagnement. De plus, il délègue aux travailleurs la responsabilité de prendre connaissance du contenu du manuel. Lors de sa formation par accompagnement, «E» a appris une méthode de débourrage différente de celle préconisée, mais néanmoins, en usage dans l établissement (recours au bouton manuel, voir 4.2). Non seulement la procédure préconisée pour le débourrage n a pas été suivie par «E», mais on constate aussi que les travailleurs ont développé des façons de faire alternatives qui, selon les témoignages recueillis, leur permettent de sauver du temps. Cela peut vouloir dire que l on aille jusqu à procéder au débourrage alors que la pré-alimenteuse est en marche. L employeur n a donc pas exercé une supervision adéquate afin de s assurer que la procédure préconisée soit appliquée et respectée durant les opérations de débourrage. La formation et la supervision du travailleur quant à l application de la procédure de débourrage sont déficientes. Cette cause est retenue. 3737, boulevard Thimens, arrondis. St-Laurent, Montréal, 7 décembre 2005 page 9

13 SECTION 5 5 CONCLUSION 5.1 Causes de l'accident La conception inadéquate de la plate-forme, une procédure de débourrage incomplète ainsi qu une formation et une supervision inadéquates quant au respect de la procédure de débourrage sont en cause dans l accident. 5.2 Autres documents émis lors de l enquête Les rapports d intervention RAP , RAP et RAP sont émis. Les mesures correctrices sont : Modification de la plate-forme pour protéger le travailleur contre une chute (annexe B, croquis #2). Ajout d un rideau optique qui provoque l arrêt de l inverseur de la machine si un travailleur tente d accéder à la zone dangereuse. 3737, boulevard Thimens, arrondis. St-Laurent, Montréal, 7 décembre 2005 page 10

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 1

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 1 EN003730 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal 1 Accident mortel survenu à un travailleur le 21 novembre 2007 sur le chantier situé au 969, rue St-Timothée à Montréal Inspecteurs : Patrick

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN EMPLOYEUR AU 426, RUE GAGNÉ, LASALLE LE 7 JUILLET 2003

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN EMPLOYEUR AU 426, RUE GAGNÉ, LASALLE LE 7 JUILLET 2003 EN003429 RAPPORT D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN EMPLOYEUR AU 426, RUE GAGNÉ, LASALLE LE 7 JUILLET 2003 PAUL LÉTOURNEAU, ING., INSPECTEUR TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4114836 RAP0584290 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale des Laurentides

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4114836 RAP0584290 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale des Laurentides EN003785 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale des Laurentides Accident survenu le 13 mars 2009 sur un chantier de construction situé au 709, rue du Docteur-Gervais à Mont-Tremblant, entraînant le décès

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 1

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 1 EN003598 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal 1 Accident mortel d un travailleur de l entreprise Av-Tech inc. le 4 novembre 2005 alors qu il exécutait des travaux électriques à Place Montréal

Plus en détail

Rapport d'intervention

Rapport d'intervention EN003294 Rapport d'intervention Numéro du rapport d'intervention R985572 Numéro du dossier d'intervention PIMC0010792 Identification du destinataire LES ENTREPRISES JPG BERGERON INC 53, rue Principale

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4160782 RAP0793572

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4160782 RAP0793572 RAPPORT D ENQUÊTE EN003930 Accident mortel survenu à un travailleur le 14 décembre 2011 à l'entreprise Triwest Trading (Canada) ltd située au 90, rue de Rotterdam à Saint-Augustin-de-Desmaures Direction

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4063250 RAP0319223 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 3

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4063250 RAP0319223 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 3 EN003584 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal 3 Accident mortel survenu à une personne le 15 octobre 2005 sur le site du Stationnement Idéal inc. au 1225, rue Metcalfe à Montréal Nicole Dionne,

Plus en détail

Ergonomie et. service de pneus >>>

Ergonomie et. service de pneus >>> Ergonomie et AMÉLIORER L ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL service de pneus >>> DEPUIS PLUSIEURS MOIS, UN CONSEILLER D AUTO PRÉVENTION, UN ERGONOME DE LA CSST ET DES TRAVAILLEURS ET EMPLOYEURS DE CONCESSIONNAIRES

Plus en détail

EN 16005 Exigences relatives aux détecteurs

EN 16005 Exigences relatives aux détecteurs EN 16005 Exigences relatives aux détecteurs Norme européenne pour portes actionnées par source d énergie extérieure La norme européenne EN 16005 définit les exigences de sécurité en matière de conception

Plus en détail

Le déneigement des véhicules lourds. transport

Le déneigement des véhicules lourds. transport Le déneigement des véhicules lourds transport TABLE DES MATIÈRES L élimination du danger à la source : éviter le travail en hauteur!...p. 5 En hauteur, mais en toute sécurité! Utiliser des moyens collectifs

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP RAPPORT D ENQUÊTE. Accident survenu à un travailleur œuvrant pour Epsylon Concept inc. le 12 janvier 2012 au 300 Viger Est

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP RAPPORT D ENQUÊTE. Accident survenu à un travailleur œuvrant pour Epsylon Concept inc. le 12 janvier 2012 au 300 Viger Est RAPPORT D ENQUÊTE EN003929 Accident survenu à un travailleur œuvrant pour Epsylon Concept inc. le 12 janvier 2012 au 300 Viger Est Direction régionale de Montréal-1 Inspecteurs : Pierre-Luc Labelle ing.

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE (DU) DU SPECTACLE VIVANT

DOCUMENT UNIQUE (DU) DU SPECTACLE VIVANT DOCUMENT UNIQUE (DU) DU SPECTACLE VIVANT RÉGLEMENTATION ET MODE D EMPLOI Syndicat National des Producteurs, Diffuseurs et Salles de Spectacles Enregistré sous le n 17947 23, boulevard des Capucines - 75002

Plus en détail

TRAVAUX EN HAUTEUR Nouvelle législation. Décret du 01/09/2004 Arrêté du 21/12/2004 Recommandation R 408

TRAVAUX EN HAUTEUR Nouvelle législation. Décret du 01/09/2004 Arrêté du 21/12/2004 Recommandation R 408 TRAVAUX EN HAUTEUR Nouvelle législation Décret du 01/09/2004 Arrêté du 21/12/2004 Recommandation R 408 Décret du 01 septembre 2004 Réalisation des travaux temporaires en hauteur PRÉVENIR LES CHUTES Art.

Plus en détail

ADOPTION : Comité de direction. Le cégep de Saint-Laurent offre à l ensemble de sa communauté un milieu de travail et un milieu éducatif sécuritaire.

ADOPTION : Comité de direction. Le cégep de Saint-Laurent offre à l ensemble de sa communauté un milieu de travail et un milieu éducatif sécuritaire. PROCÉDURE PROCÉDURE DE CADENASSAGE DATE : 16 juin 2015 SECTION : Procédure NUMÉRO : PR307 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des ressources humaines ADOPTION : Comité de direction MODIFICATIONS : DESTINATAIRES

Plus en détail

Presse à Carton GP. Manuel d utilisation. www.systemesgp.com 1-888-651-6996

Presse à Carton GP. Manuel d utilisation. www.systemesgp.com 1-888-651-6996 Presse à Carton GP Manuel d utilisation www.systemesgp.com 1-888-651-6996 Table de matières Presse à carton GP... 2 Presse à carton GP... 3 Mise en garde... 3 Connaissance de la presse à carton... 4 Principales

Plus en détail

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe.

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe. Face à face pédagogique : 14 heures 1. Tour de table Introduction 2. Contexte et enjeux de la sécurité 3. Rôle et missions du titulaire d un certificat de Niveau 2 4. Evaluation des risques et définition

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Saint-Jean-sur-Richelieu

RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Saint-Jean-sur-Richelieu EN003715 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Saint-Jean-sur-Richelieu Un travailleur de Plomberie St-Luc inc. chute mortellement au chantier du restaurant La Banquette (9179-4388 Québec inc.) à Saint-Jean-sur-Richelieu

Plus en détail

Le PPSPS. Identification. Définitions utiles

Le PPSPS. Identification. Définitions utiles Définitions utiles Le PPSPS Un PPSPS est un Plan Particulier de Sécurité et de Protection de. Le PPSPS est établi par les entreprises qui travaillent sur un chantier et remis au coordonnateur de sécurité

Plus en détail

Code du travail, Directive machine, Norme Produit

Code du travail, Directive machine, Norme Produit Fermetures industrielles et équipements de quai Code du travail, Directive machine, Norme Produit Votre responsabilité est engagée! Norsud vous informe! Fermetures industrielles Équipements de quai Systèmes

Plus en détail

CAHIER DE GESTION. La communauté collégiale et les personnes fréquentant les établissements et/ou les installations du Collège.

CAHIER DE GESTION. La communauté collégiale et les personnes fréquentant les établissements et/ou les installations du Collège. CAHIER DE GESTION POLITIQUE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL COTE 36-00-01.01 OBJET La présente politique vise à préciser et à faire connaître les objectifs et les champs d application privilégiés

Plus en détail

Module B File indienne

Module B File indienne TABLE DES MATIÈRES FILE INDIENNE RELAIS PAR LA GAUCHE RELAIS PAR LA DROITE ÉCHELON SIMPLE RELAIS PAR LA GAUCHE RELAIS PAR LA DROITE ÉCHELON SIMPLE AVEC FILE NON PROTÉGÉE RELAIS DE DESCENTE COMMENT NE PAS

Plus en détail

LA BIND-IT-ALL DE ZUTTER

LA BIND-IT-ALL DE ZUTTER LA BIND-IT-ALL DE ZUTTER C est la première relieuse du scrap, qui vous permettra de relier toutes sortes de projet en différentes matières et épaisseur : elle perce le papier, le cardstock, le carton,

Plus en détail

Série FP400. Centrales d alarme et de détection incendie conventionnelles contrôlées par microprocesseur. Manuel d utilisation

Série FP400. Centrales d alarme et de détection incendie conventionnelles contrôlées par microprocesseur. Manuel d utilisation Série FP400 Centrales d alarme et de détection incendie conventionnelles contrôlées par microprocesseur Manuel d utilisation Version 2.3 / Juin 2004 Aritech est une marque de GE Interlogix. http://www.geindustrial.com/ge-interlogix/emea

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT

RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT EN003591 RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT Direction régionale de Montréal 1 Accident mortel survenu à un travailleur de la compagnie Toitures et profiles métalliques Nobel St-Laurent inc. le 20 octobre 2005

Plus en détail

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe.

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe. Face à face pédagogique en français et en langue étrangère : 7 heures 1. Tour de table Introduction 2. Contexte et enjeux de la sécurité 3. Les risques et moyens de prévention/protection 4. Organisation

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal-1

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal-1 EN003649 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal-1 Accident mortel survenu à un travailleur, le 17 août 2006 à l'entreprise Samuels Signs & Lighting, au magasin Zellers de la plaza Côte-des-Neiges

Plus en détail

Guide d utilisation du journal de stage

Guide d utilisation du journal de stage Guide d utilisation du journal de stage À l intention des candidats à l exercice de la profession Table des matières Présentation du journal de stage 2 Aperçu des étapes à suivre 2 Étape 1 - Commencer

Plus en détail

Rôle, composition et mode de fonctionnement

Rôle, composition et mode de fonctionnement DE L'ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTREAL Rôle, composition et mode de fonctionnement Secteur santé et sécurité Direction des ressources financières et matérielles Janvier 2013 Entrée en vigueur Janvier 2013

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN003818 RAPPORT D ENQUÊTE Accident mortel survenu à un travailleur œuvrant pour Les entreprises P.A. Électrique inc. le 30 mai 2009 au 500, rue Sherbrooke Ouest à Montréal Direction régionale de Montréal-1

Plus en détail

Liste de contrôle Circulation des véhicules ferroviaires dans l entreprise

Liste de contrôle Circulation des véhicules ferroviaires dans l entreprise La sécurité, c est réalisable Liste de contrôle Circulation des véhicules ferroviaires dans l entreprise La sécurité lors des manœuvres des véhicules ferroviaires dans votre entreprise est-elle garantie?

Plus en détail

Rapport d intervention

Rapport d intervention Rapport d intervention EN003087 Nom et adresse du destinataire N du rapport N du dossier d intervention 166 RUE SULLIVAN VALLEYFIELD (QUEBEC) J6S2J3 N Éta ou ENL I201928 3157351 N de chantier Adresse du

Plus en détail

Monobloc. Volets roulants

Monobloc. Volets roulants MONOBLOC Notice de pose Monobloc Volets roulants Français Lisez cette directive, tenez compte de son contenu et des consignes d'avertissement avant la pose. Ces indications sont très importantes pour le

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : M. J. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 53 Appel n o : GE-14-966 ENTRE : M. J. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

PROGRAMME DE PRÉVENTION EN SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL 2013-2016

PROGRAMME DE PRÉVENTION EN SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL 2013-2016 PROGRAMME DE EN SANTÉ SÉCURITÉ DU TRAVAIL 2013-2016 Document préparé par : Comité de la santé et de la sécurité du travail Objectif : Éliminer à la source même les dangers pour la santé, la sécurité et

Plus en détail

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure gestion des entrepreneurs et fournisseurs externes

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure gestion des entrepreneurs et fournisseurs externes Préparé par : Daniel Dufresne Approuvé CÉF par : Bernard Roy Date : 28 aout 2012 Révisé par : Gilbert Hautcoeur Approuvé CSF par : Yvan Lebel Page : 1 de 6 1.0 OBJET Cette procédure a pour objectif d encadrer

Plus en détail

principes fondamentaux en matière de sécurité

principes fondamentaux en matière de sécurité 10 principes fondamentaux en matière de sécurité Principes fondamentaux du programme Travailler ensemble en toute sécurité Nous estimons que ces principes permettront de diminuer les risques et ainsi

Plus en détail

Travail en hauteur Plan d action

Travail en hauteur Plan d action fide Travail en hauteur Plan d action 2015 Réalisation : APSAM Rédaction : Pascal Gagnon Version originale : 29 octobre 2015 Crédits photo : sakhorn/shutterstock.com Le générique masculin est utilisé sans

Plus en détail

Fiches PDSB Manœuvres dans les escaliers

Fiches PDSB Manœuvres dans les escaliers Fiches PDSB Manœuvres dans les escaliers Quelques points de repère pour monter et descendre un escalier à consulter* Monter un escalier Supervision À consulter : Points de repère pour monter un escalier

Plus en détail

«PLATEFORME E LEARNING» ENTREPRISES EXTERIEURES

«PLATEFORME E LEARNING» ENTREPRISES EXTERIEURES «PLATEFORME E LEARNING» ENTREPRISES EXTERIEURES LE PROJET / PRÉSENTATION DE LA DÉMARCHE Projet d' «accréditation Carrières» pour les sous-traitants (entreprises extérieures) intervenants sur les sites

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

Sécurité des escaliers mécaniques et trottoirs roulants

Sécurité des escaliers mécaniques et trottoirs roulants Sécurité des escaliers mécaniques et trottoirs roulants Recommandations européennes relatives aux améliorations à apporter en matière de sécurité aux escaliers mécaniques et trottoirs roulants en service

Plus en détail

Règlement sur la tenue des dossiers et des cabinets de consultation et sur la cessation d exercice des ingénieurs forestiers

Règlement sur la tenue des dossiers et des cabinets de consultation et sur la cessation d exercice des ingénieurs forestiers Règlement sur la tenue des dossiers et des cabinets de consultation et sur la cessation d exercice des ingénieurs forestiers Loi sur les ingénieurs forestiers (chapitre I-10, r. 13) SECTION I DISPOSITION

Plus en détail

GUIDE À L USAGE DU CURATEUR À UN MAJEUR ET DU CONSEIL DE TUTELLE AIDE-MÉMOIRE DES 8 ÉTAPES DE LA CURATELLE D UN MAJEUR

GUIDE À L USAGE DU CURATEUR À UN MAJEUR ET DU CONSEIL DE TUTELLE AIDE-MÉMOIRE DES 8 ÉTAPES DE LA CURATELLE D UN MAJEUR GUIDE À L USAGE DU CURATEUR À UN MAJEUR ET DU CONSEIL DE TUTELLE AIDE-MÉMOIRE DES 8 ÉTAPES DE LA CURATELLE D UN MAJEUR TABLE DES MATIÈRES 1 S assurer du bien-être de la personne... 3 sous curatelle 2 Faire

Plus en détail

CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition

CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition OUTIL Livret de suivi du parcours de développement des compétences Candidat Nom Prénom Entreprise Personne chargée du suivi du

Plus en détail

L accueil d une entreprise extérieure au sein d une entreprise utilisatrice

L accueil d une entreprise extérieure au sein d une entreprise utilisatrice D - De la signature du contrat à l intervention Extrait n 3 Référence Internet ST.82.D Saisissez la «Référence Internet» ST.82.D dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder

Plus en détail

ÉDUCATION. Le Conseil scolaire Viamonde (le Conseil) reconnaît trois types d intervention physique :

ÉDUCATION. Le Conseil scolaire Viamonde (le Conseil) reconnaît trois types d intervention physique : Approuvées le 3 mars 2007 Révisées le 22 mai 2015 Prochaine révision en 2017-2018 Page 1 de 8 TYPE D Le Conseil scolaire Viamonde (le Conseil) reconnaît trois types d intervention physique : 1. Les interventions

Plus en détail

TITRE DE LA SEANCE : LE CHSCT SOMMAIRE

TITRE DE LA SEANCE : LE CHSCT SOMMAIRE 2.1 Droits et obligations au travail 2.1.5 Structures de défense, de protection et de contrôle - Prud hommes - Comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail - Inspection du travail, - Service

Plus en détail

CQP Plasturgie Assemblage parachèvement finitions. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Plasturgie Assemblage parachèvement finitions. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Plasturgie Assemblage parachèvement finitions Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification DESIGNATION DU METIER OU DES COMPOSANTES DU METIER EN LIEN AVEC LE CQP Le titulaire

Plus en détail

CENTRE SPATIAL JOHN H. CHAPMAN GESTION IMMOBILIÈRE PROGRAMME RÈGLES DE QUALIFICATION DES ENTREPRENEURS

CENTRE SPATIAL JOHN H. CHAPMAN GESTION IMMOBILIÈRE PROGRAMME RÈGLES DE QUALIFICATION DES ENTREPRENEURS CENTRE SPATIAL JOHN H. CHAPMAN GESTION IMMOBILIÈRE PROGRAMME RÈGLES DE QUALIFICATION DES ENTREPRENEURS AVRIL 2013 Table des matières 1) But 2) Champ d application 3) Portée 4) Qualifications 5) Mesures

Plus en détail

MANUEL DE L UTILISATEUR

MANUEL DE L UTILISATEUR MANUEL DE L UTILISATEUR V1.2 octobre 2011 Table des matières MANUEL DE L UTILISATEUR... 1 1 UTILISATION PRÉVUE... 3 2 SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES... 3 3 INSTALLATION... 3 3.1 Remplacement de la batterie...

Plus en détail

PROGRAMME D INTÉGRATION À LA TÂCHE PROGRAMME D INTÉGRATION À LA TÂCHE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL POSTE DE SERVEUR

PROGRAMME D INTÉGRATION À LA TÂCHE PROGRAMME D INTÉGRATION À LA TÂCHE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL POSTE DE SERVEUR PROGRAMME D INTÉGRATION À LA TÂCHE PROGRAMME D INTÉGRATION À LA TÂCHE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL POSTE DE SERVEUR PROGRAMME D INTÉGRATION À LA TÂCHE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL

Plus en détail

Ce que disent les Instructions officielles.

Ce que disent les Instructions officielles. Ce que disent les Instructions officielles. Extraits du programme de 3 e de technologie Dans la logique de la technologie, les différentes activités sont mises en relation avec les réalités industrielles

Plus en détail

Service Prévention et Sécurité CNRS DR18

Service Prévention et Sécurité CNRS DR18 Service Prévention et Sécurité CNRS DR18 Fiche de lecture : Loi n 2010-751 du 05/07/2010 relative à la rénovation du dialogue social et comportant diverses dispositions relatives à la fonction publique

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS SOMMAIRE Le rappel des obligations légales. les principaux risques. Le document Unique. Rappel des obligations légales Article

Plus en détail

FICHES PDSB - MANŒUVRES DANS LES ESCALIERS

FICHES PDSB - MANŒUVRES DANS LES ESCALIERS FICHES PDSB - MANŒUVRES DANS LES ESCALIERS Quelques points de repère pour monter et descendre un escalier* Monter un escalier Points de repère pour monter un escalier seul(e) ou sous supervision* Supervision

Plus en détail

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1 Le délégué syndical Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement d au moins 50 salariés peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué syndical

Plus en détail

LE SUIVI APRÈS L'IMPLANTATION D'UN SYSTÈME DE CADENASSAGE. Mario Saucier, ing. Président de Groupe ID

LE SUIVI APRÈS L'IMPLANTATION D'UN SYSTÈME DE CADENASSAGE. Mario Saucier, ing. Président de Groupe ID LE SUIVI APRÈS L'IMPLANTATION D'UN SYSTÈME DE CADENASSAGE Mario Saucier, ing. Président de Groupe ID Conférence présentée au congrès de l'aqhsst à Gatineau le 18 mai 2012 Le suivi après l'implantation

Plus en détail

GUIDE PÉDAGOGIQUE L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES

GUIDE PÉDAGOGIQUE L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES 10 Le projet de formation en alternance travail-études constitue l outil qui concrétise le partenariat éducatif entre l établissement scolaire

Plus en détail

AMÉNAGEMENT DE BUREAU ACHAT DE MOBILIERS ET D ACCESSOIRES DE BUREAU CRITÈRES ERGONOMIQUES

AMÉNAGEMENT DE BUREAU ACHAT DE MOBILIERS ET D ACCESSOIRES DE BUREAU CRITÈRES ERGONOMIQUES AMÉNAGEMENT DE BUREAU ACHAT DE MOBILIERS ET D ACCESSOIRES DE BUREAU CRITÈRES ERGONOMIQUES Service des ressources humaines Secteur santé et sécurité du travail Janvier 2007 Depuis plus de 15 ans, le Secteur

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE Copie dépersonnalisée

RAPPORT D ENQUÊTE Copie dépersonnalisée RAPPORT D ENQUÊTE Copie dépersonnalisée Accident mortel survenu à un travailleur le 29 avril 2013 à l'entreprise Les Vergers Leahy inc. 1772, Route 209 à Franklin EN004000 Direction régionale de Valleyfield

Plus en détail

Synthèse du dispositif pénibilité applicable à compter du 1er janvier 2015.

Synthèse du dispositif pénibilité applicable à compter du 1er janvier 2015. Synthèse du dispositif pénibilité applicable à compter du 1er janvier 2015. Les décrets sur la pénibilité, ont été publiés au Journal officiel vendredi 10 octobre 2014. Ils y a 10 facteurs de pénibilité,

Plus en détail

RAPPORT RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE QUÉBEC

RAPPORT RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE QUÉBEC EN003495 RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE QUÉBEC ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN TRAVAILLEUR LE 15 JANVIER 2004, À QUÉBEC, SUR UN CHANTIER DE CONSTRUCTION DE TELUS. PAR : MONSIEUR JEAN

Plus en détail

PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION DES RISQUES A L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE

PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION DES RISQUES A L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION DES RISQUES A L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE Perspectives pour l année 2014/2015 Document à valider par le CHSCT et à présenter au CTP et au CA Vincent CONRAD Rapport

Plus en détail

DIAGNOSTIC REGLEMENTAIRE IMMOBILIER (DRI) 37, Rue Louis Saillant 38150 SALAISE SUR SANNE

DIAGNOSTIC REGLEMENTAIRE IMMOBILIER (DRI) 37, Rue Louis Saillant 38150 SALAISE SUR SANNE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON Lyon, le 28 Mars 2014 N/Réf. : CODEP-LYO-2014-015092 DIAGNOSTIC REGLEMENTAIRE IMMOBILIER (DRI) 37, Rue Louis Saillant 38150 SALAISE SUR SANNE Objet : Inspection de

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

INSPECTION HYGIÈNE ET SÉCURITÉ Enseignement supérieur - Recherche. Livre des références. La prévention des risques professionnels

INSPECTION HYGIÈNE ET SÉCURITÉ Enseignement supérieur - Recherche. Livre des références. La prévention des risques professionnels Livre des références La prévention des risques professionnels Livre des références La prévention des risques professionnels Document d auto-évaluation élaboré par l IHSESR avec le concours de la CPU. Document

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 21 mai 2010 N/Réf. : CODEP-PRS-2010-027150 Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection Installation : Coronarographie Identifiant de la visite

Plus en détail

CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Designation du métier ou des composantes du métier en lien

Plus en détail

Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS

Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS Les nécessités d une bonne exploitation soucieuse de la Sécurité et de la Santé exigent d appliquer les règles légales avec une connaissance

Plus en détail

TOYOTA VOTRE PARTENAIRE UNIQUE

TOYOTA VOTRE PARTENAIRE UNIQUE TOYOTA VOTRE PARTENAIRE UNIQUE www.toyota-forklifts.ch POUR RÉDUIRE VOS COÛTS Les chariots frontaux TOYOTA sont équipés de la technologie SAS (Système Actif de stabilité), premier système actif de sécurité

Plus en détail

Le CHSCT. 1.Ses missions 2.Ses attributions 3.Ses moyens. Forum CHSCT du 4 juin 2013 1

Le CHSCT. 1.Ses missions 2.Ses attributions 3.Ses moyens. Forum CHSCT du 4 juin 2013 1 Le CHSCT 1.Ses missions 2.Ses attributions 3.Ses moyens 1 Le CHSCT 1. Ses missions 2 Domaines de compétence Le CHSCT est compétent pour toutes les questions en lien avec : L hygiène, La sécurité, Les conditions

Plus en détail

Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE

Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE Dans cet ouvrage, les génériques masculins sont utilisés sans discrimination et uniquement pour alléger le texte. Toute reproduction doit être autorisée

Plus en détail

Une participation volontaire des organismes de formation

Une participation volontaire des organismes de formation LES PRINCIPES CLES DE LA DEMARCHE QUALITATIVE D ACCUEIL EN FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE Une participation volontaire des organismes de formation Sur la base du volontariat et dans le cadre d un engagement

Plus en détail

Circulaire aux hôpitaux

Circulaire aux hôpitaux Avez-vous des questions ou souhaitez-vous des informations supplémentaires? Envoyez un courriel au frontdesk à l adresse suivante question@miis.be Ou prenez contact avec nous au 02 508 85 86 Le Ministre

Plus en détail

Plate-formes inclinées SUPRA & SUPRA LINEA

Plate-formes inclinées SUPRA & SUPRA LINEA Plate-formes inclinées SUPRA & SUPRA LINEA SUPRA LINEA - pour les escaliers droits Supra Linea économise l espace et est caractérisé par ses couleurs douces, ses bords arrondis et ses barrières pliables.

Plus en détail

Guide utilisateur. Sommaire

Guide utilisateur. Sommaire Guide utilisateur Sommaire Glossaire 3 Les touches et les voyants 4 Les codes d accès 5 Les signaux sonores 6 Mise sous surveillance totale 7 Arrêt 7 Mise sous surveillance partielle 8 SOS et Feu 8 Carillon

Plus en détail

Directives pour les travaux pratiques individuels (TPI) des opératrices et des opérateurs de machines automatisées

Directives pour les travaux pratiques individuels (TPI) des opératrices et des opérateurs de machines automatisées Association pour la formation des opérateurs/opératrices de machines automatisées Vereinigung für die Ausbildung von Anlagenführern/Anlagenführerinnen FOMA Belpstrasse 41, 3007 Bern Tel. +41 31 381 64

Plus en détail

DIVISION DE LYON Lyon, le 24 décembre 2014

DIVISION DE LYON Lyon, le 24 décembre 2014 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON Lyon, le 24 décembre 2014 N/Réf. : CODEP-LYO-2014-058026 INSTITUT DE SOUDURE INDUSTRIE 13, rue du Vercors 69660 CORBAS Objet : Inspection de la radioprotection du

Plus en détail

PROCÉDURE DE DÉCLARATION DES ACCIDENTS, DES INCIDENTS ET DES SITUATIONS DANGEREUSES EN MILIEU DE TRAVAIL Novembre 2013

PROCÉDURE DE DÉCLARATION DES ACCIDENTS, DES INCIDENTS ET DES SITUATIONS DANGEREUSES EN MILIEU DE TRAVAIL Novembre 2013 1. Identification Titre : Procédure de déclaration des accidents, des incidents et des situations dangereuses en milieu de travail. Ce document s adresse : aux membres du personnel enseignant et non enseignant

Plus en détail

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2014-033015 Orléans, le 16 juillet 2014 Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263

Plus en détail

(CHSCT)? Rôle du CHSCT

(CHSCT)? Rôle du CHSCT Le Comité d'hygiène et Sécurité des Conditions de Travail (CHSCT)? Des points de repères pour y voir plus clair Attention, les échéance de renouvellement des membres du CHSCT, contrairement aux autres

Plus en détail

La sécurisation des quais de chargement. La prévention des collisions et des risques d écrasement

La sécurisation des quais de chargement. La prévention des collisions et des risques d écrasement Evaluation des risques professionnels La sécurisation des quais de chargement La prévention des collisions et des risques d écrasement La sécurisation des quais de chargement Evaluation des risques professionnels

Plus en détail

Lyon, le 14 novembre 2014

Lyon, le 14 novembre 2014 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON Lyon, le 14 novembre 2014 N/Réf. : CODEP-LYO-2014-051783 Monsieur le Directeur du centre nucléaire de production d'électricité de Saint-Alban Saint- Maurice Electricité

Plus en détail

Guide du Stage de technicien en entreprise Epreuve E6.2. Quelques règles pratiques :

Guide du Stage de technicien en entreprise Epreuve E6.2. Quelques règles pratiques : Guide du Stage de technicien en entreprise Epreuve E6.2 Quelques règles pratiques : Vous allez partir en stage de technicien pour 4 semaines en janvier lors de votre 2 nde année de STS ET. - vous et votre

Plus en détail

PROTOCOLE DES SOINS ET DES URGENCES

PROTOCOLE DES SOINS ET DES URGENCES PROTOCOLE DES SOINS ET DES URGENCES Conformément au B.O. n 1 du 6 janvier 2000, ce texte définit l organisation des soins et des urgences au sein de l établissement. LORSQUE L INFIRMIERE EST PRESENTE :

Plus en détail

TRAVAIL EMPLOI FORMATION

TRAVAIL EMPLOI FORMATION TRAVAIL EMPLOI FORMATION Equipement de protection Hygiène et sécurité Prévention Santé MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Direction générale du travail

Plus en détail

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques Plan de cours Techniques de l informatique 420.AC DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques 420-691-MA Stage en entreprise Site du stage en entreprise : http://stages.cmaisonneuve.qc.ca/evaluation/1748/

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne Charte de l Audit interne Juin 2013 Juin 2013 page 1 / 6 Juin 2013 page 2 / 6 1. Politique L Audit interne est une fonction essentielle dans la gestion de la Banque. Il aide la Banque en produisant des

Plus en détail

Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE

Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE Le mot des Présidents Le décret du 5 novembre 2001 impose une nouvelle obligation aux entreprises : formaliser les risques de l entreprise sur un document unique.

Plus en détail

Gratuité Navigo pour les stagiaires de la formation continue en Ile-de-France. Site d inscription www.transports-jeunes-insertion.

Gratuité Navigo pour les stagiaires de la formation continue en Ile-de-France. Site d inscription www.transports-jeunes-insertion. Gratuité Navigo pour les stagiaires de la formation continue en Ile-de-France. Site d inscription www.transports-jeunes-insertion.fr Mode d emploi Cette note, destinée aux organismes de formation, rappelle

Plus en détail

B. AVANT LE DÉBUT DU SALON OU DE L ÉVÉNEMENT, L ORGANISATEUR ENVOIE À KORTRIJK XPO LE PLAN DU SALON DÉFINI.

B. AVANT LE DÉBUT DU SALON OU DE L ÉVÉNEMENT, L ORGANISATEUR ENVOIE À KORTRIJK XPO LE PLAN DU SALON DÉFINI. GESTION DES RISQUES PENDANT LES SALONS OU LES EVENEMENTS A KORTRIJK XPO Lors de la préparation d un salon, Kortrijk Xpo prend un certain nombre de mesures préventives pour éliminer ou maintenir à un faible

Plus en détail

RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY

RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY DU CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DU CŒUR-DE-L ÎLE Le 6 juin 2012 Avis Le présent rapport rend compte d une intervention du Protecteur du citoyen

Plus en détail

Strasbourg, le 30 avril 2010. Objet : Inspection de l'autorité de sûreté nucléaire du 15 avril 2010. Service de radiothérapie

Strasbourg, le 30 avril 2010. Objet : Inspection de l'autorité de sûreté nucléaire du 15 avril 2010. Service de radiothérapie RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE STRASBOURG Strasbourg, le 30 avril 2010 N/Réf. : CODEP-STR-2010-023283 Centre d Oncologie de Gentilly 2 rue Marie Marvingt 54000 NANCY Objet : Inspection de l'autorité

Plus en détail

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF GUIDE TECHNIQUE CONSOMMATEURS MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF Document préparé par le Service technique et inspection de chantiers de l Association provinciale

Plus en détail

SIEGE D EVACUATION. Manuel d'utilisation

SIEGE D EVACUATION. Manuel d'utilisation SIEGE D EVACUATION Manuel d'utilisation REHA-TRANS Siège d évacuation Evacuation d'urgence Armoire de rangement Introduction Vous avez choisi d acheter un SIEGE D EVACUATION D'URGENCE. Veuillez lire attentivement

Plus en détail

technologie Nom :.. Prénom :... Classe :...

technologie Nom :.. Prénom :... Classe :... technologie S4 LES ACTIVITÉS DE SERVICE S4-4 La santé et la sécurité au travail 1/8 COURS N 3 DATE :../. /.. 0 1,5 3ans Objectifs : A laide des outils de manutention et de la connaissance de ces outils,

Plus en détail

Bambus Spieleverlag. Le plateau de jeu :

Bambus Spieleverlag. Le plateau de jeu : Le plateau de jeu : Bambus Spieleverlag D. Augenbraun & G. Cornett GbR P.O. Box 360141 D-10971 Berlin Phone +49-30-6121884 e-mail : cornett@bambusspiele.de http://www.bambusspiele.de Traduction française

Plus en détail

Aménagement des véhicules citernes routiers pour un accès sécuritaire

Aménagement des véhicules citernes routiers pour un accès sécuritaire Aménagement des véhicules citernes routiers pour un accès sécuritaire La meilleure façon de ne pas tomber, c est de ne pas monter! sinon, voici deux façons de vous protéger. Statistiques Les statistiques

Plus en détail

ULC-S536-04 Inspection et mise à l essai des réseaux avertisseurs d incendie

ULC-S536-04 Inspection et mise à l essai des réseaux avertisseurs d incendie ULC-S536-04 Inspection et mise à l essai des réseaux avertisseurs d incendie Séminaire technique ACAI 14 novembre 2013 Par : Pierre Noël STRUCTURE DE LA NORME Les réseaux avertisseurs d incendie doivent

Plus en détail