on EUROPE EYES First Focus on EU defence Issue 1 Winter 2004 Identity Libre Propos The EU & Japan International issues Economic policies

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "on EUROPE EYES First Focus on EU defence Issue 1 Winter 2004 Identity Libre Propos The EU & Japan International issues Economic policies"

Transcription

1 EYES on EUROPE Issue 1 Winter 2004 First Focus on EU defence Identity Libre Propos The EU & Japan International issues Economic policies Special IEE 40 th anniversary 2

2

3 EYES ON EUROPE EDITORIAL Comité de Coordination Christophe Billen, Natasha Clarac, Alexandra Diaz, Valéry Hamende, Emmanuelle Perez Auteurs et Collaborateurs Lyse Bourrousse, Pavel Cernoch, Alix Chambris, Natasha Clarac, Klaas Dykmann, Maximilian Freier, Tomas Garcia Azcarate, Valéry Hamende, Jan Havlik, Jiri Havlik, Emmanuel Herin, Sumiko Iwasaki, Yasuhisa Kawamura, Anders Liljegren, Paul Magnette, Taichi Nakamura, Fanourios Pantelogiannis, Emmanuelle Perez, Frederik Ponjaert, Ana Rio, Jean-Christophe Van den Schrieck, Aymeric Simon, Mario Telo, Sofie Van Veirdegen, Christelle Werquin Le contenu des articles n engage que leurs auteurs. Illustrations Gaëtan Kervyn Edition et mise en page Natasha Clarac Comité de Parrainage Jiri Havlik, Professeur Magnette, Jean Mischo, P r ofesseur R e m a cle, Professeur Telo Nos partenaires Europaspiegel (Allemagne) Europa Magazine (UK) Il Contesto (Italie) Café babel Contact Eyes on Europe IEE/ULB Avenue F.D. Roosevelt CP 172 B 1050 Bruxelles Un journal basé sur une analyse critique qui ne pêche ni par angélisme, ni par dogmatisme, tel est notre engagement Eyes on Europe est l aboutissement d une volonté commune, celle d étudiants de tout horizons rassemblés autour d un même projet. La diversité culturelle de notre équipe - de Bruxelles à Tokyo - vous propose des regards différents sur une même réalité. Pourquoi encore un nouveau magazine? Alors que l Union européenne tente de s affirmer comme un acteur mondial crédible, notre ambition est de susciter la curiosité, d éveiller l intérêt et surtout de satisfaire un besoin de connaissances sur les politiques européennes, spécifiquement dans leur dimension internationale. Par désir de nous inscrire dans les grands débats actuels, nous avons choisi de consacrer notre premier dossier à l Europe de la défense. Ce premier focus mêle analyses critiques et encarts explicatifs afin d apporter les outils nécessaires à la compréhension de cette problématique. Nous entendons ainsi apporter notre contribution à un réseau européen de revues, écrites et on line, à thématique européenne. En effet, Eyes On Europe a pour vocation d être un forum bilingue de débats et de connaissances partagées d une réalité en mutation, avec le souci constant de préserver une indépendance éditoriale. Afin d améliorer notre prochain numéro, Eyes On Europe est ouvert à vos contributions, remarques et critiques. Bonne lecture! Enjoy your reading! L équipe d Eyes on Europe Impression Remerciements à la Commission européenne pour impression gratuite, et sans condition, à 500 exemplaires, à Bruxelles, en février 2004

4 EYES ON EUROPE EUROPEAN IDENTITY APPROACHING THE END OF EU ENLARGEMENT BY ANDERS LILJEGREN, INTERN AT THE EUROPEAN COMMISSION Ever since the fall of communism in central and eastern Europe, the dream of a (re)unification of the continent has constantly gained terrain, culminating at the signing of the Accession Treaty that paved the way for ten new EU member states. Although this enlargement certainly is historical, it inevitably raises the thrilling question of: what now? A complete (re)unification, an end to EU enlargement? Where would that be then? This question is a difficultf one, and at least three distinctive approaches or visions, with very dissimilar consequences, can be discerned at this stage. The EU from the Atlantic to the Ural? Let us start by a vision that draws on the prevailing solution to EU enlargement, that is letting the question of the limits of the EU primarily be determined by the dispositions of the Treaty. The Treaty stipulates that any European country, can apply for membership, subject to political and economic conditions (the now famous Copenhagen criteria) and the approval of the member states and the Parliament. At first sight this appears to be a very pleasant and politically neutral solution. The EU must end where Europe ends. It can of course comprise fewer states than Europe, since membership is voluntary, but not more, since the Union is founded on the Europeanity of its members. After all, the EU is a European Union. But how does one define Europeanity? History tells us that it is essentially a geographic criterion. In the past, the Commission has taken two fundamental decisions concerning the Europeanity of the applicants to the EU: the Moroccan application was explicitly refused on the basis that the country was not European whereas Turkey by its application obtained official candidate status, seemingly because of its land possessions on the European soil. The Turkish and Moroccan examples merit a closer look, since they concretely illustrate the difficulties of the statement that the EU must end where Europe ends. First of all, by identifying Turkey as an official candidate country, the Commission has opted for an Les critères de Copenhague : * Des institutions stables qui garantissent la démocratie, les droits de l Homme, la primauté du droit, le respect des minorités et leur protection; * Une économie de marché viable, capable de faire face à la pression concurrentielle et aux forces du marché dans l Union; * La capacité d assumer les obligations de l adhésion: l acquis communautaire (les 31 chapitres) inclusive geographic interpretation of what the Treaty means by European, implying that even Russia could theoretically apply, although it certainly will not as long as it is considered a big power in the world. Nonetheless, this inclusive interpretation of the Treaty poses the imminent question of whether Turkey and Russia in reality, that is by any other criteria than the strictly geographic, are distinctively more European than for example Morocco? In the end, is the EU not above all a community of values and not geographic Europeanity? Is there not a risk of arbitrariness and injustice in defining so patent limits for the inclusion of certain countries and the exclusion of others? Even though Germans, through the growing Turkish minority, sometimes are ardent supporters of Turkish membership many people in both France and Spain would certainly feel that they have much more in common both in the past and at present with Morocco and Northern Africa. Secondly, by applying a strictly geographic criterion for the acceptance of EU applications, the European Union risks losing its most important foreign policy instrument and the neighbouring countries may lose their impetus to pursue political and economic reform. Lastly, the question of EU border policy will be increasingly difficult to tackle, if the EU expands in accordance with its Treaty, whilst continuing the ambition of building a Schengen wall between itself and its neighbours. The EU from the core to the periphery? As we have seen, serious objections can be introduced against the juridical, pragmatic, treatybased approach of the Commission of today. But which are the alternatives? There may be a plethora of them, but I will here concentrate on only two influential ideas. The first vision is one, which takes as a basic assumption that Europe, and consequently the EU, can only ultimately be defined politically and not only on 2

5 geographical criteria. The second assumption is that the ultimate EU borders can get stabilised only through enhanced cooperation with the neighbouring countries and increased structural aid and border permeability. This perspective has the advantage of not defining the EU as one cohesive entity within the strict geographic limits of Europe, but more as a political continuum from a hard core of some highly integrated countries, via some countries which do not participate in all EU policies (such as the UK or the new member states), until a periphery with countries that have only agreements, albeit far-reaching on both political, economic and border control issues, with the Union. Thus the EU could avoid the Schengen wall and the explicit no to Northern Africa and the different status between Turkey and Morocco, and instead propose a profound constructive cooperation, based around real political influence for these countries of the European periphery. The scope for membership could then be left to depend on political decisions, perhaps by an EU-wide referendum, thereby leaving a possibility of opening up the Union for several neighbouring countries, which fulfil the Copenhagen criteria. On the other hand, this vision tends to emphasize the fragmented aspect of the European cooperation, something often depicted as the lack of a common political project. Even though reality of the European project surely sometimes is patchy, it is enhanced fragmentarisation really something to strive for in a world where Europe unquestionably needs to stand closer together? And how does one stabilise borders by increased permeability? Lastly, and most importantly, will the EU not only try to escape from tricky questions about its finalisation by referring to forthcoming political decisions about its future accession countries? The new Wider Europe policy of the Commission already seems to go in this direction by refusing to couple questions of neighbouring policy with enlargement. The EU from Brussels to Beijing? If these questions seem hard to resolve, it is possible to find a safe haven in a vision of a rather idealistic and utopian nature. Why not simply continue the enlargement process ad infinito to encompass all countries bordering the Union as long as they comply with the Copenhagen criteria? Considering the history of European integration where each completed enlargement has sown the grain to a subsequent enlargement process, this idea seems appealing, at least for those who believe in the supremacy of the European integration process as a means to solve conflicts. This vision also represents a solution to all the tricky problems of defining Europe and the EU that have been discussed so far. However, the objections are obvious: does every country on Earth necessarily need the EU acquis or EU values? Will all countries accept to be partly ruled from Europe (again!)? What about the decision-making process for let us say member states? A more realistic variant of this idea is the vision of long-term integration between different commercial blocks (EU, USA, Mercosur etc). The problem of this view is that integration requires willing states to abandon some of their sovereignty, which is seldom the case of the young nation-states outside Europe. A majority of them are instead building up their national capacity and they are indifferent or hostile towards their neighbours. A political discussion is needed The mystery of the European continent lies at the heart of the enlargement debate. It has become evident that a complete definition of where the EU ends -or should end- is almost impossible to establish, whether we apply political, geographical, cultural or religious criteria. Elements from all the three visions presented in this article will most likely feature in the future EU approach towards enlargement as illustrated by the Wider Europe policy, and it is vital that we all openly discuss what principles should be used without leaving it to a few researchers and the Commission officials. Do we need a definition of where enlargement must end, like the treaty-based alternative offers? Or is it better to take political case-by-case decisions, yes or no to Morocco and Turkey?, based on what the peoples of the EU and the applying countries really wish? It may well be that very few really desire Turkish accession both in Turkey and in the EU, for instance In any case, the formulation in the Treaty seems so vague and equivocal what does European mean? that it seems preferable to discuss these issues overtly Indications bibliographiques Barnavi Elie et Goosens Paul (éds), Les frontières de l Europe Bruxelles: édition de Boeck Université, 2001 Bardos-Feltorony, N. Un diagnostique géopolitique de l Europe du centre, éditions de l Université de Bruxelles, 2001 Benda, Julien «L Esprit Européen» in Conférences et rencontres internationales de Genève, Neuchâtel (ed) la Baconnière 1957 Delanty, Gérard Inventing Europe. Idea, Identity, Reality, London:Macmillan press Balibar, Etienne, Nous, citoyens de l Europe?: les frontières, l Etat, le peuple, Paris: La Découverte, 2001 EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO 1 EUROPEAN IDENTITY 3

6 NATIONAL INTERESTS VERSUS EUROPEAN INTEGRATION: PUTTING THE PROBLEM OF MEMBER STATE EGOISM INTO CONTEXT BY MAXIMILIAN A. FREIER, LUDWIG-MAXIMILIANS-UNIVERSITÄT MUNICH, GERMANY It was December 13, 2003 when the yearlong quarrel over the future of Europe ended in disappointment. The European Council failed to pass the Treaty establishing a Constitution for Europe, developed by the European Convention under the guidance of Valéry Giscard d Estaing. Agreements seemed at hand on most contentious issues, such as the reference to God or the role of the Council Presidency. But Poland and Spain seemed unwilling to compromise on the issue of voting rights in the Council. It was quickly established that Lesczek Miller and Maria Aznar have to take the blame for the failure of the Conference. Leaving Brussels, Luxembourg s Jean-Claude Juncker pointed out: «Pour un certain nombre de délégations, l'intérêt national paraît plus important que l'intérêt européen. Au fur et à mesure que l'europe s'élargit, les esprits se rétrécissent». L esprit européen has long been the much quoted key for European integration. In the jargon of the European political elites European spirit or the lack thereof now divides the integrationalists from the sceptics; the good federalists from the evil intergovernmentalists, so to speak. The pursuit of national interests to which others than just Miller and Aznar commit themselves is said to be incompatible with this almost transcendent principle. Countries that act according to their apparent national interests openly, risk to be booed for their lack of European aspirations. It seems to be established that national interests and European integration do not go together. Member States are expected to selflessly surrender their national interests for the higher political cause. This article argues that in fact national interests do not necessarily conflict with the principles of European integration. The difference between European Politics and Integration Politics Today, integral parts of European Union Member States national sovereignty have already been transferred to supranational institutions in the framework of the European Union. States share their legislative power with the other Member States in a growing number of policy fields, including economic and monetary affairs, industry, the environment and development aid. In fact, most legislation taking effect in the Member States is no longer formulated by their national parliaments, but in Brussels. Against this backdrop it no longer makes sense to refer to Member States as distinct sovereign units. Consequently, it seems strange to continue referring to European politics as foreign policy in the classical sense. At least in the policy areas with majority decisionmaking nation, states no longer play the role they do in the global context. First, the individual state merely has one voice out of fifteen (soon twenty-five) in the Council. And second, the Council is only one of two legislative bodies. The Parliament, the second legislative body is dominated by pan-european parties, where national interests play a subordinate role. The European Union now has noticeable federal lineaments. The Member States today resemble provinces of a federal state more than member states of a conventional international organization. National interests thus take a similar role as provincial interests in federal states. In the Federal Republic of Germany, for example, provincial governments can have distinctly different agendas. They will advocate their interests on national level, even if this antagonizes their neighbouring federal state. This behaviour is not deemed unpatriotic, but is part and parcel of a federal democracy. As day-to-day politics in the EU is increasingly dealt with by EU majority vote, it no longer falls under the neo-realist paradigms of classic foreign policy. This stands in sharp contrast to the politics of the Intergovernmental Conferences. Here, European politics remains foreign policy in the classical sense. Nation states meet as sovereign entities to decide on the adoption of international treaties. The only mode to adopt a new treaty is consensus. The negotiating parties must be willing to compromise to come to an agreement. Or, unwilling Member States must be able to opt out of the treaty, as in the case of, for example, the single currency or the Schengen Agreement. Yet, the history of European integration bears several examples where Member States set aside pressing national interests in favour of integration. The euro is one the most ambitious and successful integration projects of the recent past. The emission and preservation of a national currency is of central economic and symbolic value for a nation state. Nevertheless, twelve European states overcame dramatic political and economic hurdles, pooled their monetary sovereignty and introduced the euro. Both Germany and France had to overcome major national EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO 1 EUROPEAN IDENTITY 4

7 interests to realise the project. First, in the early 1990s President Mitterand decided not to devalue the Franc vis-à-vis the German Mark when the French currency got under pressure. Upholding the European Monetary System (EMS) meant a final renunciation of the old beggar-thy-neighbour monetary policy in Europe, the competitive devaluation of the one s own currency to improve terms of trade. France increasingly gravitated to the so-called franc fort policy by keeping its currency closely aligned with the mark under the EMS, even if it meant abandoning politically driven domestic economic priorities, such as the campaign against unemployment, or the socialist program to bring much of French industry under state ownership (Oudenaren, John van: Uniting Europe, 2000) Also, sticking to the EMS meant to virtually adopt the monetary policy of the Bundesbank, the German central bank. Second, the German government remained a strong proponent of currency union even against considerable resistance in the German civil society and the Bundesbank. Consequently, it agreed to give away the vast power it held over the other European economies. In the case of Euro, all but three EU Member States were aware of the economic and political benefits of a single European currency and accordingly ceded short-term national egoisms for the benefit of integration. National interests in European Union politics are not a problem in principle. Firstly, they are integral part of a federal system. If national interests do become a problem for the Union, then this is a sign of inadequate institutional design and has little to do with a lack of European spirit. Take for example the late breach of the Stability and Growth Pact by France and considering its role in the conception of the Pact, even worse by Germany. Even before the launch of the Pact, experts had warned that the sanctioning mechanisms for countries that deviate from the Pact s strict fiscal discipline are too weak. Obviously European Commission wrist slapping is hardly an incentive for member states to abide by the rules in times of high unemployment and economic slowdown, when expansionary fiscal policy can please the electorate. In essence, the Stability and Growth Pact fiasco is an indicator that the European Union needs a robust single social and economic policy to complement its single monetary policy. Secondly, national interests can be overcome if Member States governments recognize the long-term benefits of integration. Clearly, politics inside the European institutions are distinctly different from politics that deal with the how, where and when of these institutions. Two types of European politics can be distinguished: First, politics within the institutions of the treaties should be referred to as European Union politics. In essence this is EU domestic politics that takes place in the framework of the European treaties. Second, intergovernmental politics between the Member States should be called European integration politics. Integration politics does not deal with everyday policymaking, but with constitutional issues of the Union. This distinction between European Union politics and European integration politics is not made in European politics or terminology up-to-date. EU procedures combine constitutional and everyday politics. A European Council will, for example, decide both on an economic growth initiative as well as on the adoption of a constitutional treaty. Even Political Science rarely distinguishes between the two forms of European politics. This is all the more astonishing as the dynamics of the two political spheres are fundamentally different. A dangerous Mix Part of the self-conception of uniting Europe is that integration does not take place in big steps, but rather inches ahead as a by-product of political cooperation and economic coordination. Because no policy area is detached from the other, integration in one policy area induces the necessity to coordinate other policy areas on European level. These spill-over effects have spurred vertical integration for the past 50 years and are known as the Méthode Monnet. Today, in an enlarged Europe, the Méthode Monnet is no longer practical. The creeping communitarization of politics has made both European citizens and some of their leaders highly sceptical of further European integration. The latest survey shows that less than half (48%) of Europe s citizens believe that their country s membership is a good thing (Eurobarometer 60, December 2003) In his famous Humboldt Speech on May 12, 2000 German Foreign Minister Joschka Fischer proposed to give up the step-by-step integration concept. He suggested to establish a European Federation of willing EU Member States, possibly the six founding members France, Germany, Italy and the Benelux countries. Fischer introduced the concept of a Kerneuropa, a core Europe, into the debate on the future of Europe. Now, after the attempt to pass a comprehensive Constitution for all old and new Member States, disappointed proponents of the Convention draft again turn to this proposal. Sinister voices have even speculated that France secretly favours this concept, hoping to gain more influence in a small core Europe and intentionally sabotaged the IGC. ( Who killed the Constitution?, in The Economist, December 18, 2003) Fact remains that Poland and Spain were not willing to compromise. The two countries governments refused to give in on the remaining controver- EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO 1 EUROPEAN IDENTITY 5

8 sial issue: the voting rights in the Council. The Constitutional Treaty seeks to introduce a system of double majorities, which critically reduces the voting power of Poland and Spain. The Treaty of Nice had unwisely awarded these two countries a disproportionate weight in the European Council. About the same number of votes in the Council for Poland, Spain and Germany seems grossly out of proportion, considering that Germany has a population exceeding those of Poland and Spain together. Miller and Aznar bluntly refused to yield on the issue and referred to their immanent national interests. National interests remain a very tricky issue at the treaty-making level. The entanglement of treaty-making and day-to-day EU politics at an IGC bears the risk that issues are mixed. Political leaders fail to recognize where the pursuit of national interests is unproblematic and where it endangers the further integration or even the existence of the Union. The Polish and Spanish Prime Ministers did not account for the cost of a possible failure of the Constitution. This will play in the hands of those who wish to see European integration moving at two speeds and establish a core Europe. But there can be no doubt that ultimately an effective European Union of twenty-five provides the biggest economic and geostrategic advantages for all Member States. These advantages outweigh any apparent national interest, such as Council voting rights. European integration could thus be described as the overarching prime national interest. Separating European Union Politics from European integration Politics could help policy makers and their people recognize this. L EUROPE EN PANNE DE CONSTITUTION? Le 13 décembre 2003 signe la fin -ou du moins le recul - d une grande aventure: l adoption d une Constitution pour l Europe avec l échec du Sommet européen à Bruxelles. Après seize mois de travail et de compromis, la Convention, présidée par M. Giscard d Estaing avait réussi - contre toute attente et dans un contexte marqué par la crise irakienne - à trouver un consensus sur un projet politique pour une Europe à 25. La Convention avait donc réussi là où les gouvernements des Quinze ont échoué. Inutile de s attarder sur les compromis boiteux d Amsterdam (1997) et de Nice (2000) où, en dépit des déclarations de bonne volonté, les états membres ne sont pas parvenus à modifier l équilibre institutionnel afin de permettre à une Europe à 25 de fonctionner. Aujourd hui, faute d un accord sur le poids Guide explicatif de l «eurojargon» Fédéralistes C est l ensemble des partisans d une union fédérale dans laquelle les états renonceraient «idéalement» à leur souveraineté pour fonder une authentique communauté politique. Intergouvernementalistes Par opposition, ce sont les partisans d une Union européenne dominée par les états et leurs préoccupations nationales. Cette conception domine les 2 et 3 piliers de l architecture institutionnelle. Institutions Supranationales La Commission européenne, gardienne des traités, incarne l intérêt communautaire face aux intérêts nationaux. Le Parlement européen rassemble les représentants des 370 millions de citoyens que compte l UE. Associé au processus législatif, il est l organe démocratique de l UE. Conférence Intergouvernementale Plate-forme de négociation entre les états européens, c est un élément majeur de la dynamique de l intégration parce qu au cœur de toute réforme institutionnelle. Dominée par les états, elle est le théâtre où se manifeste les égoïsmes nationaux. respectif de chacun des états dans le système de vote, l adoption du projet de constitution a été renvoyée à une date ultérieure. En effet, aucun compromis n a pu être trouvé entre deux positions aussi intransigeantes l une que l autre: D un côté, la Pologne et l Espagne, se référant au traité de Nice, ont refusé toute modification de la pondération des voix en leur défaveur. Rappelons ici que le traité de Nice leur avait accordé une place privilégiée en leur donnant un poids relatif quasiment identique aux quatre plus grands états, bien que leur population soit moins importante, en effet elles avaient obtenu 27 voix alors que les grands en ont 29. D un autre côté, les grands états - France et Allemagne - se sont accrochés au projet de Constitution qui renforce le rôle des grands états en donnant un large écho aux critères démographiques. Le conflit est de taille et reflète une réalité très simple : les quatre grands états représentent 75% de la population alors que 13 états ne comptabilisent que 12% de la population. Or dans le système actuel, et suite aux élargissements successifs, les grands états ont perdu de plus en plus de poids. Ils entendent donc récupérer du pouvoir au Conseil à travers une nouvelle pondération des voix. Le tableau n est pas si noir: les états sont parvenus à s entendre sur de nombreux points et la nouvelle architecture institutionnelle n est plus l objet de conflit. Cependant même si tout allait au mieux dans le meilleur des mondes possibles - c est-à-dire qu un compromis était trouvé - celui-ci devra encore être ratifié par chacun des états membres selon la procédure choisie par référendum populaire ou procédure parlementaire. Un seul refus pourrait alors tout remettre en question. Espérons que les états en soient conscients! EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO 1 EUROPEAN IDENTITY 6

9 EYES ON EUROPE EYES ON THE CZECH REPUBLIC LIBRE PROPOS MAKING EUROPE IS LIKE MAKING LOVE: A TALE ABOUT THE OLD LANDLADY, THE AGING SUITOR AND THE YOUNG BRIDE BY PAVEL ČERNOCH, DIRECTOR OF THE CZECH CENTRE IN BRUSSELS Remember the old song All we Need is Love? I believe that in 2004 that is true for Europe as well. A friend of mine who lives both in New York and in Prague once described the two cities to me as New York being masculine and Prague being feminine. He talked about the contrast between the power of money and the architecture of steel on one hand and the leisure of having a beer in a Czech pub and then to walk home over cobblestone streets and through medieval archways. How about Brussels and Prague? How about the old and the new EU member states? Is there enough love, femininity, and masculinity in this enlarging Europe, or is it just a bureaucratic exercise? Coming from Prague I will attempt to give you an answer to that. First, let s look at Brussels. When looking for the attractive Europe there is one important thing: do not go looking for it in Brussels. Do not get me wrong. I do like Brussels. I even think it is feminine. But it is like an old landlady, who houses the masculine machinery of the EU institutions. Its masculinity is not the sort of the lone man Clint Eastwood or the manlike macho machine of the Arnold Schwarzenegger type (they belong to California). It is the saggy, male mentality of a power-conscious bald man in his mid-fifties, who has sent off his kids to university, his ex-wife to the beauty studio for a face-lift and devotes the rest of his energies to making life difficult for others. That is the masculine Europe to be found in the heart of Brussels. The recent news is though, that he has entered an amorous affair with a young and beautiful lady. That is where Prague comes in. She is very feminine and attractive - that is for sure. A city with a tender beauty, like a young girl, she has been locked away by a brute communist regime that cared for a different sort of beauty (socialist realism) and left the girl to decay. Now, she has been awakened like Cinderella from her long sleep, entered into a serious relationship with a man from Brussels and has put every effort to dress herself up and look as beautiful as possible, like Ils disaient d elle Prague «Capitale magique de l Europe» (André Breton) «Gigantesque poème épique de l architecture» (Rilke) a young bride preparing for a wedding. She is a wonderful discovery for many who have forgotten about her and a fresh inspiration for those, who dwell in her old houses, relax in her green parks and who walk over her ancient streets. Unlike the Brussels landlady, who is well settled in her ways and owns a lot of property, she is yet to find her new place in Europe. Moreover, her aging suitor from the Rond Point Schuman is preparing for a new wedding. But is she taken seriously enough? She knows that although geographically she is in the heart of Europe, many others claim the to be in the heart of Europe for themselves. Thus, she sadly takes note of the fact that Europe means different things to different people and that life for a woman in masculine Europe is not easy either. But times are changing and so are the role models of men and women, and the preferences of the going and the coming generations. The European War, in which Hitler was defeated, Stalin entered the stage and Western Europeans joined together is fading away from living memory. The End of the Cold War in 1989/90 is entering the new pages of our history books, and a new chapter is beginning. With the year 2004 and an emerging European Union of 25 members, many things in Europe will change. Just like the meaning of clothing, music and relationships means different things to those who grew up with the Beatles, Woodstock, Deep Purple and Led Zeppelin on vinyl disks and those who are growing up with Hip-Hop, Techno, House and Rap on MP3 memory sticks - the meaning of Europe will never be the same anymore. But there are some difficulties ahead. If this new Europe should work and be fun, we need a fresh spirit, energy and definitely a lot of love to make it work. For love it usually takes some masculinity and femininity to come together and to sparkle. Many doubt whether the saggy bald man from Brussels and the young bride from Prague will make a good couple, but we have to give them a chance. Of course, the marriage has a few drawbacks: after the initial lovephase the relationship is now obviously driven by 7

10 money (the man s wallet is filled with structural funds), it is hampered by jealousy (other lovers profited from the wallet before and got used to it) and shows sign of a declining sexual activity (he was not even able to adopt a constitution). To make matters worse, the usually friendly potent uncle from overseas has rediscovered his masculine powers and has set an eye on her. Recently he has invited the bride to some adventurous hunting trips to the Arabian Desert! In Europe we know, that what we need most of all, is that the wedding goes well in 2004 and that there is a sense of harmony. After all, it is children we need in Europe and we want them to grow up in a functioning family. So let s hope that some fresh sparkling of the masculine and feminine aspects will sprout a new EU generation that will take on the best from father and mother and that the youngsters will look ahead with rhythm in their hips and a contagious European spirit. After all, isn t making Europe a little like making love? Pavel Černoch, PhD. (1969) is the new director of the Czech Centre in Brussels. A historian and political scientist, he has published widely on the subject of European integration and various aspects of EU enlargement. His new task in Brussels involves the presentation of Czech culture and life to Belgian audiences, by means of film, music, art etc., including an upcoming exhibition of Czech comics. Contact: Website: REGARDS SUR L AUTRE : LA RÉPUBLIQUE TCHÈQUE Connu surtout pour ses hommes célèbres (Kafka, Dvorak, Milos Forman, Kundera), ce petit pays d Europe centrale reste méconnu; pourtant au Premier mai 2004 il sera membre de l Union européenne élargie. Superficie: km 2, soit à peine 15% de la France Capitale: Prague - Praha Population: habitants Monnaie: la koruna tchèque (environ 1 = 30 Kcs) Langues: tchèque (officielle), slovaque, allemand, rom Régime: démocratie parlementaire Président de la République: Vaclav Klaus Premier Ministre: Vladimir Spidla CZECH REPUBLIC AND THE EUROPEAN INTEGRATION BY JIŘÍ HAVLÍK, CZECH AMBASSADOR TO BELGIUM The Czech Republic is becoming one of the new members of the European Union. New in the Union? Yes, indeed. But new in Europe? Surely not. Unlike many other European countries, its natural geographical boundaries, in the very centre of the European continent, having little changed over one thousand years are now almost identical to those of the first Czech Kingdom, known more by its latin name of Bohemia. By acceding to the EU the Czechs will re-join their partners with whom they had shared their history and culture for ten centuries. Belonging to world s ten most developed countries mere six decades ago, the then Czechoslovakia did not leave western Europe, it was left to its fate and its occupation by a totalitarian power triggered World War II. My country and the whole democratic world did pay hard for that mistake. An integrated Europe is the opposite of a divided Europe. There is no other Europe, like eg. old and new one. Europe becomes young with each new generation of its inhabitants. I can see it on the youngest generation in my own country. Having no burden of experience with the totalitarian regime nor with the spirit of separation from the times of the Cold war these young people are so different from those of my age. And they have the chance of never seeing any barriers to moving freely accross European countries and looking for friendships and opportunities wherever they would wish so. It is a wonderful and yet realistic perspective. But if it is to last, lessons from the not too distant past should always be well understood and never forgotten. EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO I LIBRE PROPOS 8

11 EYES ON EUROPE FOCUS ON EU DEFENCE DOSSIER: L EUROPE DE LA DÉFENSE Du Traité de Maastricht au sommet de Saint-Malo, du Conseil européen d Helsinki aux premières interventions militaires en 2003, l Europe de la défense se construit doucement Certes, les progrès réalisés dans le domaine de la PESC et de la PESD restent limités. Cependant «l Europe de la défense» est un concept à la mode, alors que se profilent en filigrane les débats sur le futur de l UE. Réfléchissant à sa future constitution, l Union européenne cherche son identité politique; or celle-ci ne peut s affranchir d une réflexion sur la puissance et sur le rôle qu elle veut jouer sur la scène internationale. Elle n a pas vocation à se replier sur ellemême, introvertie. Non! Si un consensus entre les états européens a été atteint, c est avant tout sur l idée que l Europe doit devenir un acteur crédible de la politique mondiale. Cependant, les actes ne suivent pas toujours cet accord de principe... L avenir de l Europe de la défense implique donc la réponse à cette question récurrente: «Quelle Europe voulons-nous et à quel prix?» Or, la persistance des clivages européens et la primauté donnée aux intérêts nationaux rendent difficiles la conduite d un débat serein. L échec du sommet de Bruxelles, au cours duquel les états européens ne sont pas parvenus à un accord sur la future constitution illustre les visions contradictoires de nos dirigeants sur l Europe. Parallèlement, la Conférence intergouvernementale a enregistré des avancées significatives dans le domaine de la défense, notamment avec l adoption de la première stratégie de sécurité pour l Europe rédigée par Javier Solana. L ambition de ce dossier n est pas de couvrir de manière exhaustive cette thématique complexe mais plutôt de susciter la curiosité et surtout de satisfaire le besoin d information sur cette réalité en construction: ce qui se cache derrière les sigles, les nouvelles structures de l Europe de la défense, les innovations de la Constitution, les rapports avec l OTAN forment autant d éléments nécessaires à la compréhension des évènements. Dossier réalisé par Natasha Clarac et Emmanuel Herin PETIT LEXIQUE DE LA DEFENSE EUROPEENNE PESC : Politique européenne de sécurité commune Compétence intergouvernementale mise sous la tutelle du secrétaire du Conseil de l UE, le «Haut représentant pour la PESC», actuellement M. Javier Solana. Les décisions prises dans le cadre de la PESC sous soumises à la règle de l unanimité. PESD : Politique européenne de sécurité et de défense Compétence intergouvernementale mise sous la tutelle du secrétaire du Conseil de l UE qui a pour vocation le développement de capacités civiles et militaires de gestion des crise. Les décisions prises sont soumises à la règle de l unanimité. COPS : Comité politique et de sécurité Comité permanent rassemblant les représentants des différents Etats de l Union européenne, chargé de coordonner et administrer les politiques européennes de sécurité et de défense. GFIM : Groupes de forces interarmées multinationaux Il s agit d embryons d état-majors qui ont les moyens, dans le cadre de l UEO, de coordonner diverses forces militaires. Intégrées à l OTAN, elles peuvent en être séparées. Les principaux groupes interarmées sont l EUROCORPS, l EUROMAR- FORCE, l EUROFORCE, des forces amphibies ainsi que plusieurs divisions internationales. IESD : Identité européenne de sécurité et de défense. Nation-cadre : Pays qui met son état-major à la disposition de l Union européenne en vue d une opération militaire - par exemple la France au Congo (opération Artémis). UEO : Union de l Europe occidentale Organisation de défense européenne: Organisation hybride, à la fois intégrée aux structures de l OTAN (l UEO renforce le pilier européen) et à celles de l UE dont elle est la composante de défense. Depuis le 1 er janvier 2002, l institut d études de sécurité et le Centre satellitaire (anciennes organisations subsidiaires de l UEO) sont devenues des Agences de l Union. 9

12 CHRONOLOGIE DE LA POLITIQUE DE DEFENSE EUROPEENNE 17 mars 1948 Traité de Bruxelles, traité d Alliance et de défense mutuelle entre le Royaume-Uni, la France, les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg. Ce traité donne naissance à l Union occidentale. 4 avril 1949 Traité de l Atlantique Nord 5 Mai 1949 Création, à Londres, du Conseil de l Europe 27 Mai 1952 Signature à Paris du Traité portant sur la création d une Communauté européenne de la défense (CED) largement subordonnée au SHAPE. La CED réunit la Belgique, le Luxemourg, les Pays-Bas, l Italie, l Allemagne et la France. Il sera rejeté par l Assemblée nationale française. 22 Octobre 1954 Accords de Paris signés par l Italie et l Allemagne. Création de l Union de l Europe Occidentale 23 Octobre 1954 Accord de Londre: l Italie et l Allemagne adhèrent à l UEO. Année 1973 Création de la Conférence pour la Sécurité et la Coopération en Europe (CSCE) qui débouche, le 1 er août 1975, sur l Acte final d Helsinki. 9 et 10 juillet 1992 Sommet d Helsinki, institutionnalisation de la CSCE qui deviendra l Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) à partir du 1 janvier février 1992 Traité de Maastricht, prévoit la création de la politique étrangère et de sécurité commune (PESC) mise sous la tutelle du Conseil de l Union européenne. L UEO est considérée comme le «pilier européen» de l OTAN. 19 juin 1992 Conseil de l UEO à Petersberg, formulation des tâches militaires dites «de Petersberg» qui peuvent être conduites sous la direction de l UEO. Il s agit des opérations humanitaires ou d évacuation des ressortissants, de maintien et rétablissement de la paix, de gestion des crises. 2 octobre 1997 Traité d Amsterdam, les tâches de Petersberg sont intégrées à la PESC. Celle-ci est placée sous l autorité du secrétaire du Conseil de l Union européenne, Mr Solana. L UEO est considérée comme mandatée par l Union européenne 3 et 4 décembre 1998 Sommet de Saint-Malo, le Royaume-Uni et la France s entendent sur la formation d une capacité militaire autonome propre à l Union européenne 3 et 4 juin 1999 Conseil européen de Cologne. Afin d assumer les tâches de Petersberg, est décidée la création d une force européenne crédible et autonome qui peut bénéficier des moyens de l OTAN. 10 et 11décembre 1999 Conseil européen d Helsinki. Création d une force de réaction rapide européenne comptant de à hommes et qui peut être déployée en deux mois. 14 et 15 décembre 2001 Conseil européen de Laeken, marqué par la mise en place de la Politique européenne de sécurité et de défense (PESD). 31 mars 2003 Première opération militaire européenne de maintien et de rétablissement de la paix dans la République de Macédoine (Concordia). 12 et 13 décembre 2003 Conseil européen de Bruxelles. Avancée en matière de «coopération structurée», création d une clause de défense collective unissant la plupart des membres de l Union européenne EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO 1 FOCUS ON EU DEFENCE 10

13 VOYAGE À TRAVERS LE PRISME DES CLIVAGES DE SÉCURITÉ ET DE DÉFENSE EUROPÉEN FOCUS ON EU DEFENCE BY EMMANUEL HERIN, POLITOLOGUE Réunis au conclave de Naples de 2003, les chefs d Etats et de gouvernements se sont entendus pour donner le feu vert à des réformes innovantes qui permettront la formation d un embryon d une Europe de la défense indépendante des structures de l OTAN. Ces avancées sont d autant plus significatives qu elles apparaissent dans un climat de division de l Europe sur des sujets aussi vastes que la réforme des institutions et les grandes orientations géopolitiques, notamment le problème israélo-palestinien et l Irak. La position des pays européens face à la troisième guerre du Golfe illustre ces divergences géopolitiques. Elles retracent un clivage qui permet de comprendre les difficultés rencontrées afin d établir une politique de sécurité et de défense commune. Celui-ci sépare les partisans «européanistes» prônant le renforcement de la politique de sécurité et de défense commune, et les Etats «atlantistes» qui souhaitent privilégier les liens avec l OTAN et, de facto, avec les Etats- Unis. Un clivage qui ne doit pas occulter la persistance d une autre division, héritée de la guerre froide, qui distingue les pays «neutralistes» des états «alliés». Les Etats qui affichent une tendance «européaniste» souhaitent que l Union européenne puisse développer une indépendance stratégique vis à vis des Etats-Unis. Cette tendance se traduit par la formation d une Europe de la défense autonome des structures de l OTAN au travers de la création d une agence européenne de l armement, de réformes structurelles dans le domaine des industries, la formation d un état major européen, du renforcement des corps d armée européens, une meilleure coopération entre les forces nationales, et de la conception d une véritable politique étrangère et de défense commune. Précisons que cette tendance ne s oppose pas pour autant aux liens transatlantiques. Selon les «européanistes», cette Europe de la défense permettrait de revitaliser l OTAN sur base d un réel partenariat avec les Etats-Unis. Mais, il s agit surtout de mieux faire entendre la voix de l Europe dans les décisions prises dans le cadre de l Alliance avec les Etats-Unis et de supprimer, à terme, la dépendance de l UE vis-à-vis des moyens de l OTAN qui sont largement soumis au contrôle du Pentagone. Vu par Washington, ce projet renforce militairement l O- TAN mais menace également le leadership américain sur l Alliance. D où l hostilité manifeste du gouvernement américain envers cette tendance. Les divergences de point de vue entre les «européanistes» et Washington ne concernent pas que les relations transatlantiques. Ces différents se retrouvent dans de nombreuses thématiques internationales, tels les dossiers palestiniens et iraniens, et plus largement sur «l éthique des relations internationales». Les conceptions réalistes de Washington se heurtent aux perceptions plus «libérales» ou humanistes de certains européens. Toutefois ces différentes conceptions résultent probablement moins de «l éthique» en tant que telle que d une divergence géopolitique. Les Etats européens sont, en comparaison aux Etats-Unis, des puissances faibles pour lesquels il est ingénieux de développer des aptitudes coopératives et compréhensives à l égard des autres Etats afin de préserver leurs intérêts. Les pays que l on peut intégrer à cette tendance sont actuellement la France, l Allemagne, la Belgique et le Luxembourg. L Italie pourrait les rejoindre si le gouvernement Berlusconi ne manifestait pas de fortes sympathies transatlantiques. Sympathies toutefois retenues par les sensibilités plus européennes de la société italienne. Il est donc possible que l Italie, suite à une alternance politique, réintègre le groupe des pays qui s inscrivent dans la tendance «européaniste». La seconde tendance du premier clivage est dite «atlantiste» car elle regroupe les Etats européens qui aspirent à conserver les liens actuels avec l OTAN et les Etats-Unis. Ces puissances jugent que les liens transatlantiques sont suffisants pour assurer leur sécurité. Elles pensent que leurs intérêts internationaux seront mieux assurés grâce à une coopération privilégiée avec Washington. De plus, les concessions de souveraineté nécessaires à l établissement d une politique de sécurité et de défense commune leur paraissent trop lourdes. C est au sein de cette tendance que s inscrivent le Royaume-Uni, l Espagne, le Portugal, les Pays-Bas et le Danemark. Ce groupe sera prochainement renforcé avec l entrée de nouveaux adhérents d Europe centrale (Pologne, Hongrie, Tchéquie, Slovaquie, Slovénie, Lituanie, Lettonie et Estonie). Ils affichent une attitude atlantique induite par un facteur psychologique hérité de la guerre froide. Les Etats-Unis sont considérés comme les libérateurs qui ont, par leur politique d endiguement du communisme et de course à l armement, provoqué la fin de la guerre froide et permis l émancipation de l Europe centrale. Bien qu attrayante, l Union européenne ne représente pas un véritable gage de sécurité militaire. On peut identifier plusieurs particularités au sein du groupe des «atlantistes». Les Pays-Bas sont «atlantistes» tout en s efforçant de conserver de bons contacts avec les Etats «européanistes». Ce qui les conduit à une certaine modération dans leurs positions diplomatiques. Rappelons que les Pays-Bas sont l un des EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO 1 FOCUS ON EU DEFENCE 11

14 Etats fondateurs de l Union et qu ils restent très attachés à la construction européenne. De son côté, le Royaume-Uni est traditionnellement l un des pays les plus europhobes bien que le gouvernement Blair se soit considérablement rapproché des «Etats européanistes» au point de soutenir, depuis le Sommet de Saint Malo, la formation d une Europe de la Défense. Un soutien qui lui permet également de contrôler ce processus et d éviter que ses partenaires, la France et l Allemagne, ne s engagent sur une voie trop européaniste. La peur que le Royaume- Uni se retrouve exclu d une Europe de la Défense a donc contribué à ce choix. Sans oublier que la loyauté traditionnelle de Londres vis-à-vis des Etats-Unis limite la marge de manœuvre de son Premier Ministre. Toutefois, le Royaume-Uni, par son importance démographique et militaire s est imposé comme un partenaire incontournable de la politique européenne de sécurité et de défense commune. Tout en étant l un des moteurs de cette politique, Londres s est imposé comme un médiateur entre les Etats «européanistes» et les Etats «atlantistes». Bref, habituellement très «atlantiste», le Royaume-Uni se rapproche davantage de la position modérée des Pays-Bas. L avenir démontrera si cette évolution est due à une simple conjoncture politique ou si elle sera amenée à s affirmer de manière structurelle. Un autre exemple spécifique est celui de l Espagne. Durant les années 80 et le début des années 90, l Espagne a eu une attitude mitigée sur le thème de la défense et des liens transatlantiques. Observons qu à l époque le débat sur l Europe de la défense était moins vivace. Plus récemment, l arrivée au pouvoir du gouvernement Aznar a radicalisé la politique étrangère et de défense du royaume en faveur de ses liens avec les Etats-Unis. Encore une fois une alternance politique pourrait remettre cette politique en question. Ces particularités démontrent le caractère dynamique du clivage «européaniste» / «atlantiste». Loin d être figé, il est en constante évolution. Encore faut-il distinguer les évolutions liées à une simple conjoncture gouvernementale à celles qui s inscrivent dans la durée. Il serait réducteur de limiter les sensibilités des Etats européens en matière de défense à la seule dualité «européaniste» / «atlantiste». Un second clivage, hérité de la guerre froide, peut être observé. Il s agit de celui qui sépare les Etats neutres et les pays «alliés», c est à dire membre de l Alliance atlantique. Les Etats neutres se montrent méfiants envers la politique de défense européenne. Une politique de sécurité et de défense unifiée remettrait en cause leur statut de pays neutres. Les Etats européens qui affichent cette neutralité sont la Suède, la Finlande, l Irlande et l Autriche. Le concept de neutralité est l objet de questionnements stratégiques importants pour ces pays. Une politique neutraliste a t elle encore un sens dans un monde post guerre froide? Est-elle compatible avec une Europe de la défense? L absence d une véritable doctrine stratégique propre à l Union Européenne rend ces interrogations complexes. L établissement de cette doctrine pourrait inciter les pays neutres à se positionner plus clairement face à une politique de sécurité et de défense commune. En attendant, ces Etats ont choisi de rester méfiants envers la politique européenne de sécurité et de défense. Tout en acceptant le principe de «structure renforcée», ils ont préféré ne pas adhérer à la clause de «défense mutuelle». Leur hostilité envers une politique européenne de sécurité et de défense commune pourrait les rapprocher des Etats «atlantistes». Mais il ne faut pas oublier que les motifs qui ont amené à ce choix sont partiellement différents. Les progrès en matière de sécurité et de défense commune enregistrés au conclave de Naples et entérinés au sommet de Bruxelles en décembre 2002 témoignent à la fois de la persistance de ces clivages mais aussi d une certaine reconnaissance mutuelle des divergences. Cette persistance est illustrée par la clause de «structure renforcée» qui permet à un nombre indéterminé de pays de conduire une politique d intégration en matière de défense, et cela sans nécessiter l aval du Conseil. Cette clause témoigne de l incapacité de l Union d avancer de manière commune sur ce dossier. En revanche le fait que cette «structure renforcée» ait été acceptée par les partenaires les plus rétifs à l encontre de l Europe de la défense semble démontrer que ceux-ci reconnaissent la légitimité et la légalité des aspirations des «européanistes». Mais ont ils le choix? En cas de refus, ne risqueraientils pas d être confrontés à un fait accompli? Quoi qu il en soit, on semble progresser vers une Europe de la défense à plusieurs niveaux d intégration. Ce qui pourrait dans l avenir se répercuter sur la politique étrangère de l Union. Celle-ci pourrait largement être contrôlée par un directoire d Etats «européanistes». C est l option qui est actuellement privilégiée par la France, l Allemagne et la Belgique et à laquelle pourrait se rallier d autres pays. Un constat semblable peut-être observé au sujet de l Etat-major européen. Les Etats «européanistes» ont accepté de revoir leurs ambitions à la baisse pour ne pas froisser les susceptibilités des pays «atlantistes» et Washington. En revanche le principe d une cellule de planification européenne au sein du SHAPE a été accepté par ces derniers. La formation d une politique européenne de sécurité et de défense commune dépendra donc des compromis résultants des négociations entre les Etats qui s inscrivent au sein des clivages décrits ci-dessus. EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO 1 FOCUS ON EU DEFENCE 12

15 L avenir de la PESD et la Constitution Les deux crises du 11 septembre et de l Irak ont été révélatrices des déficits de la PESD: d abord de son incapacité d action et de décisions, mais également de son manque d une vision stratégique commune. La Convention a tenté de répondre à ces déficiences en organisant un groupe de travail sur la défense, présidé par Michel Barnier. * La mise à jour des missions de Petersberg : Afin d améliorer les modalités de gestion des crises et de répondre aux nouvelles menaces notamment à travers la lutte contre le terrorisme *La coopération structurée : reflet de la grande variété des traditions et capacités militaires des états membres, elle envisage la possibilité d une coopération plus poussée entre certains états en matière militaire. Elle est pensée comme un moyen d améliorer l efficacité militaire de l UE dans son ensemble. * La clause de défense mutuelle : laissée au libre arbitre des états (il n y a aucune obligation), elle permet à un état de l UE, confronté à une attaque de la part d un autre état, de demander une assistance, notamment militaire Le Royaume-Uni ou les Pays-Bas sont réticents et affirment l inutilité de cette clause étant donné qu elle existe déjà au sein de l OTAN, dans l article 5 qui a vu sa première utilisation au lendemain des attaques du 11 septembre. * L agence européenne de l armement, de la recherche et des capacités militaires : elle devrait commencer ses activités en janvier 2004 et elle est chargée de coordonner la recherche technologique en matière de défense afin d harmoniser et d assurer l interopérabilité des équipements militaires européens. Elle vise également à encourager le respect des engagements de capacité afin de créer une alternative crédible à l industrie de l armement américaine. En ce qui concerne la PESC, de nombreuses innovations ont également été proposées: * l UE est dotée de la personnalité juridique, elle a la capacité de signer des accords et de siéger au sein des diverses instances internationales. Pourquoi pas un jour aux Nations-Unies! * la création d un Ministre des affaires étrangères de l UE : l idée est de fusionner les rôles respectifs du Haut représentant pour la PESC et du Commissaire chargé des relations extérieures. Il présidera les réunions du Conseil des Ministres lorsque celui-ci traitera des questions relatives aux affaires étrangères. Il a une double casquette puisqu il sera également viceprésident de la Commission, ceci dans un souci de cohérence en matière de PESC. EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO I FOCUS ON EU DEFENCE 13

16 UNE ANALYSE DU CONCEPT STRATÉGIQUE DE JAVIER SOLANA FOCUS ON EU DEFENSE BY NATASHA CLARAC, ÉTUDIANTE EN D.E.S «POLITIQUE EUROPÉENNE», IEE Pour la première fois depuis la mise en place de la Politique Européenne de Sécurité et de Défense (PESD), un rapport sur la stratégie européenne globale en matière de sécurité a été présenté par Javier Solana et favorablement accueilli par le Conseil européen réuni à Thessalonique en juin Le présent article se propose de dresser une évaluation de ce concept stratégique sur la base d une analyse des conditions de sa réception et de sa production. Le concept d une Europe de la défense: une réceptivité politique accrue Javier Solana, mandaté par le Conseil des Ministres des Affaires étrangères de l UE, a élaboré sa stratégie dans un contexte d effervescence intellectuelle autour de la sécurité. Donc dans un environnement politique propice à l affirmation d une défense européenne autonome - avec ses implications militaires intrinsèques. Cette réceptivité politique accrue est un facteur qui a certainement influencé le contenu même de ce document et explique sans doute son approche résolument offensive des questions de sécurité : «Nous devons développer une culture stratégique propre à favoriser des interventions précoces, rapides et, si nécessaire, vigoureuses. A cet égard, il faudrait envisager notamment des opérations faisant appel à des capacités tant militaires que civiles.» Le concept stratégique défini par Javier Solana vient en fait couronner les récents progrès réalisés dans le domaine de la PESD, qui se sont concrétisés en 2003 avec la participation à des opérations militaires telle «Artemis» au Congo en coopération avec les Nations Unies et le remplacement de l OTAN en Macédoine. Si l objectif d une défense européenne avait été formellement inscrit dès le traité de Maastricht, l affirmation de ces questions dans l ordre du jour de l agenda européen est récente, en réaction aux crises en ex- Yougoslavie. La prééminence politique et militaire des États-Unis dans le conflit du Kosovo a, en effet, agi comme un catalyseur dans la prise de conscience de la nécessité pour l Union européenne de se doter d une capacité réelle de gestion des crises. Voulue par les Européens - même la Grèce en dépit de sa solidarité culturelle orthodoxe avec la Yougoslavie -, soutenue par les opinions publiques européennes, cette opération a été effectivement menée par l'armée américaine. Cette crise, en montrant concrètement que l Europe n avait toujours pas les moyens militaires de sa diplomatie, a donné un nouvel élan aux réflexions sur la défense européenne alors que se manifestait parallèlement la volonté de gérer en commun les crises internationales. Cette convergence intellectuelle entre les Etats Javier Solana Né à Madrid, le 14 juillet 1942, Javier SOLANA s est illustré dans la vie politique espagnole d abord comme parlementaire puis comme ministre en participant de manière ininterrompue à tous les gouvernements entre 1982 et En décembre 1995 il devient Secrétaire général de l OTAN et conservera cette fonction jusqu en octobre Il a ainsi traversé les nombreuses interrogations issues de la chute du mur de Berlin concernant la capacité de l OTAN à survivre aux raisons mêmes qui l avaient fait naître. Son élargissement à la Pologne, la Hongrie et la République Tchèque en avril 1999 illustre le succès de sa modernisation. Javier Solana a ainsi participé à la mutation de l OTAN vers un organisme de contrôle de la sécurité et de préservation de la paix non seulement en Europe mais dans le monde entier. Depuis le 18 octobre 1999, il a la double fonction de Secrétaire général du Conseil de l'union européenne et de Haut représentant pour la politique européenne de sécurité commune. A cette carrière s ajoute depuis le 25 novembre 1999, le poste de Secrétaire général de l Union de l Europe Occidentale. Depuis on le retrouve sur tous les fronts, des Balkans au Congo, en passant par l Iran et Israël, il représente aux yeux du monde, l Union européenne. européens a trouvé une traduction concrète dans la décision du Conseil européen d Helsinki de créer à «l horizon 2003» une «force de réaction rapide» de hommes, susceptible d intervenir rapidement pour mener de manière autonome les missions de Petersberg. En décembre 2000, la décision du Conseil européen de Nice de mettre en place au sein du Conseil de nouvelles structures politiques et militaires telles que l Etat Major de l UE ou encore le Comité Politique et de Sécurité (COPS) participe également à la lente émergence de la PESD. Ces évolutions sont le résultat direct de cette effervescence autour des questions de sécurité et de défense dont Javier Solana est l héritier. La création du poste de Haut Représentant pour la PESC répondait en effet à la nécessité de donner plus de cohérence à la PESD. Cependant, des arrangements institutionnels - aussi importants soient-ils - ne suffisent pas pour fonder une véritable politique de défense pour l UE. EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO I FOCUS ON EU DEFENCE 14

17 Complémentaire ou rivale de l Alliance Atlantique? Pour quelles missions et avec quels moyens? Ces questions restent posées sur fond de crise irakienne. Indéniablement, leurs réponses impliquent la définition d une vision stratégique commune qui puisse servir de cadre théorique pour le futur développement de ces nouveaux instruments. A nouveau, la crise irakienne a montré le besoin pour l Europe de la défense de définir ses intérêts stratégiques, ses priorités et ses moyens d actions. La vacuité de la PESC : Une prise de conscience commune Le rapport de Javier Solana n a donc pas été élaboré dans une tour d ivoire mais se présente comme la continuation d un processus dynamique lié à l émergence de la PESD. Il a pour ambition de combler le vide stratégique qui a éclaté au grand jour lors de la crise irakienne par des réactions bilatérales et l incapacité de l Europe à parler d une seule voix. Ainsi, face à la détermination et à la vision unique des Etats-Unis, l Europe s est divisée avec des attitudes principalement réactives et nationales. On constate en effet l effacement des institutions européennes devant les relations plus traditionnelles qui lient les Etats de part et d autre des rives de l Atlantique. L Europe n est pas parvenue à s entendre sur une appréciation commune de la menace que représentait l Irak de Saddam Hussein, ce qui explique la non-existence d une ligne politique européenne. La prise de position des chefs d état et de gouvernement de huit Etats européens le 30 janvier Royaume-Uni, Espagne, Italie, Danemark, Portugal, Pologne, Hongrie et République Tchèque - en faveur de la politique américaine a ainsi contrasté avec les réserves exprimées à Berlin et Paris. La crise irakienne a montré une nouvelle fois la vacuité de la Politique Extérieure et de Sécurité Commune. Cette évaluation sévère a fait prendre conscience que la carence d une vision stratégique commune représentait un obstacle majeur à son efficacité et à la crédibilité de l UE sur la scène internationale. Les propos du Secrétaire de la défense américaine, Donald Rumsfeld, opposant la «vieille» et la «nouvelle» Europe illustrent ainsi le manque de prestance politique de l Union européenne. Comme les accords de Saint-Malo et d Helsinki avaient été influencés par les conflits dans les Balkans, la guerre en Irak a montré le besoin d une réflexion stratégique commune qui reflète un consensus sur l usage des nouveaux instruments créés. Il n est donc guère étonnant que les 2-3 mai 2003, le Conseil des Ministres des Affaires étrangères ait mandaté Javier Solana, en sa qualité de Haut Représentant pour la PESC, pour qu il rédige une version préliminaire du futur concept de sécurité européen. Or, la PESC relève du domaine intergouvernemental ; donc de la compétence des Etats membres. Javier Solana était conscient des contraintes de réception qui pesaient sur son document et de la nécessité de répondre aux attentes des Etats. En effet, son rapport n était pas une version définitive, elle a été seulement approuvée à Thessalonique. Ce sont les Etats réunis à Bruxelles qui l ont définitivement adopté, non sans effectuer droit d amendement oblige quelques modifications. Cette logique législative explique sans aucun doute le pragmatisme de Javier Solana qui a accordé une attention particulière aux attentes et réticences des Etats membres. Son rapport a donc été directement influencé par les contraintes politiques de sa réception. Une architecture subtile, reflet du pragmatisme de Solana «Une Europe sûre dans un monde meilleur» est marqué par la contrainte que représente la nécessité de concilier les intérêts divergents des Etats. La tâche est d autant moins aisée que ce concept stratégique se propose de dépasser le cadre des missions de Petersberg qui constituaient jusqu à présent le plus petit dénominateur commun entre les différentes visions sur la PESC. En effet, les Etats membres de l UE ont des traditions stratégiques nationales différentes et surtout des ambitions différentes quant à la future direction de la PESC. Ainsi, ce concept stratégique devait répondre aux attentes des Etats comme l Italie, l Espagne ou le Benelux, favorables à une Union européenne certes plus active sur la scène internationale, mais confinée dans le cadre atlantique; Il devait également prendre en considération les exigences de la France et de l Allemagne, résolument tournées vers une défense européenne autonome ainsi qu en témoignent leurs récents efforts pour la création d une «capacité de planification et de conduite d opérations» militaires européennes au sein du Comité d Etat major de l Union européenne basé à Bruxelles.; Sans susciter l hostilité des Etats historiquement neutres tels que l Autriche, la Suède et la Finlande, inquiétés par le risque de militarisation que le Conseil européen d Helsinki avait semblé inaugurer. Son attention portée à ce groupe est d autant plus grande qu il va devenir largement majoritaire avec l entrée de 9 petits Etats au 1 er mai Statement by Federal Foreign Minister J. Fischer in the German Bundestag on the results of the Thessaloniki European Council, 26 June 2003 We all agreed that it is a promising document. Solana has done some excellent work. L architecture subtile de ce rapport en trois dimensions témoigne du souci de concilier exigences pro-européennes et sensibilité atlantiste. EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO I FOCUS ON EU DEFENCE 15

18 Elle parvient à allier dans un même concept stratégique une position offensive et militaire pour l UE afin de mieux faire face aux menaces que représentent le terrorisme, la prolifération des armes de destruction massive et le crime organisé, avec une position plus modérée mettant en avant le régionalisme et l extension de la zone de sécurité autour de l Europe, la promotion des institutions multilatérales, la primauté du droit afin de renforcer l ordre international, enfin la prévention des conflits et la gestion des crises. Elle offre ainsi un subtil mariage entre puissance civile et puissance militaire et correspond à la vision exprimée par Javier Solana de l Union européenne comme «acteur mondial.» Pour reprendre ses propres termes, l UE «doit être prête à partager la responsabilité de la sécurité dans le monde». Ceci implique la construction d une capacité militaire sur une échelle proportionnée afin d assurer sa crédibilité sur la scène internationale. Les contraintes qui pèsent sur la réception politique de ce rapport ont certainement conditionné son contenu. Parallèlement, l influence du contexte international qui a précédé son élaboration est également perceptible. La volonté d apaiser les tensions transatlantiques L influence du contexte international sur la production intellectuelle de Javier Solana est manifeste dans son discours plutôt pessimiste sur les menaces actuelles. Les références à un environnement mondial mouvementé sont, en effet, nombreuses et ne se limitent pas aux menaces les plus médiatiques que sont le terrorisme ou les armes de destruction massive. Mais elles traitent également des Etats en déliquescence, de la multiplication des conflits intra-étatiques et des liens entre non-développement, misère et instabilité. Cette évaluation de la menace a été remarquée non pas pour le développement de scénarios catastrophes mais pour sa similitude avec le White House's National Security Strategy paper de Cette même représentation du monde et des menaces paraît au premier regard en décalage avec le contexte puisqu elle émerge dans le cadre de tensions transatlantiques aiguës. Cependant, elle s explique justement par la volonté de M. Solana d apaiser ces tensions, notamment en affirmant le caractère «irremplaçable» de cette relation et en faisant appel à un renforcement de leurs liens. Européens et Américains ont radicalisé leurs positions. Les Européens critiquent l attitude unilatérale des Américains qu ils argumentent sur la base des revirements unilatéraux de l administration Bush : de la "it is very much in line with British thinking and emphasises the importance of the transatlantic alliance". Tony Blair répudiation du protocole de Kyoto au statut de la Cour Pénale Internationale en passant par le lancement du projet de bouclier anti-missile et la redéfinition unilatérale de la doctrine stratégique américaine depuis l automne Les Américains ne comprennent pas la «trahison» de l Europe. L impact psychologique des attaques du 11 septembre justifie leur politique offensive, radicale et si nécessaire unilatérale, dans laquelle domine une conception manichéenne de l ordre international. Ainsi, la progression de l idée, très médiatisée, d un découplage transatlantique marque profondément l horizon de rédaction de ce document. En effet, l Europe, qui voit sa place dans les priorités stratégiques américaines décroître, prend parallèlement conscience de la disparité croissante de ses capacités militaires par rapport aux Etats-Unis. Selon Robert Kagan, ce décrochage explique ce divorce entre deux visions stratégiques. Selon son analyse, l UE parce qu en position de faiblesse s oppose à la force incarnée par les Etats-Unis. Face à ce contexte tendu, Javier Solana s efforce d apaiser des tensions qui ne traversent pas seulement l Atlantique mais sont présentes au cœur même du continent européen. En effet, dans leurs attitudes vis-àvis des Etats-Unis, les Européens sont eux-mêmes divisés, notamment en ce qui concerne la définition des relations entre la défense européenne et l OTAN. Une divergence historique elle se manifeste dès les années 1950 et la construction du rideau de fer oppose ainsi deux camps sur la stratégie à suivre pour assurer la sécurité européenne. Le premier groupe, traditionnellement mené par la France, a toujours revendiqué une participation européenne au commandement stratégique de l Alliance ; tandis que le deuxième, mené par l Angleterre, a toujours été plus favorable à la protection américaine. Ainsi, pour les Pays-Bas, le Portugal ou le Danemark, la défense du continent ne devrait relever que de l OTAN sous la direction des Américains. Javier Solana concilie ces deux attitudes contradictoires et sa subtilité se traduit par son habilité à définir un concept stratégique qui permette l émergence d une Europe de la défense autonome sans toutefois remettre en cause le partenariat transatlantique. Influencé par le pragmatisme britannique, Javier Solana a donné à son rapport une tonalité visant à la fois à rassurer les Etats-Unis, que les progrès de la défense européenne avaient inquiétés, et à leur montrer que l Europe pouvait devenir un partenaire efficace et crédible. Il n est donc pas étonnant que cette première stratégie ait reçu un écho favorable à Washington. D autant que certaines phrases manifestent une influence rhétorique qui se traduit par un élan messianique qui fait écho aux positions américaines «en oeuvrant de concert, l'union européenne et les États-Unis peuvent constituer une formidable force au service du bien dans le monde.» L administration Bush a même approuvé cette stratégie quelques jours après sa présentation lors du sommet UE/US qui s est tenu à Washington le 25 juin EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO I FOCUS ON EU DEFENCE 16

19 Le rapport présenté au Conseil européen de Thessalonique illustre une nouvelle fois que la question de sécurité et de défense en Europe ne peut être appréhendées de manière extérieure par rapport au contexte interne et international. Il reflète les différentes contraintes aussi bien internes qu externes qui pèsent sur toute tentative de définition des intérêts stratégiques européens et plus généralement de la direction à donner à la PESC. Ce rapport est marqué par le pragmatisme du Haut Représentant pour la PESC qui parvient à concilier des traditions stratégiques opposées autour d un même projet. Les réactions plutôt favorables invitent à penser que le consensus atteint est un succès. Conciliant préventions américaines, exigences et réticences européennes, son concept stratégique renvoie l image d une Europe contrepoids amical et partenaire, dotée de moyens militaires de la puissance américaine. L Europe telle qu elle est conçue ne perdrait ni son identité, ni ses valeurs en faisant la promotion du multilatéralisme, du droit international et du régionalisme. Ce document se présente donc comme un mélange subtil entre puissance civile et puissance militaire. Cependant, l Union européenne n est peutêtre pas prête à endosser les responsabilités qui incombent à la construction d une puissance militaire. En effet, le Conseil européen de Bruxelles a adopté une version nettement «moins guerrière» du rapport, pour reprendre l expression du journal Le Monde dans son édition du 9 décembre L UEO : une structure hybride L Union de l Europe occidentale est aujourd hui la seule organisation de défense européenne digne de ce nom. Pourtant elle demeure peu connue du grand public, ses structures hybrides sont complexes et reflètent un compromis entre les différentes sensibilités européennes en matière de défense. L UEO est nés en 1954 suite à l échec de la CED. Elle est l héritière de l Union Occidentale issue du Traité de Bruxelles de La création de l UEO témoigne de la volonté du Royaume-Uni de mettre en place une organisation indépendante de la CEE et jouissant de sa propre autonomie juridique. Toutefois l UEO est longtemps restée une organisation léthargique mais instrumentalisée par le Royaume-Uni pour contrer toute velléité d une défense européenne communautaire. Il faudra attendre 1984 pour que l organisation soit véritablement «réanimée» notamment par la France qui n a pas perdu espoir de former une politique de défense européenne. Dés lors l UEO va progressivement se renforcer en se rapprochant à la fois de l OTAN et de l UE. En 1997, à l occasion du Conseil de Paris, l UEO se voit doté d un Comité militaire permanent (CEMA) qui entretient rapidement des liens étroits avec celui de l OTAN. Ces liens seront renforcés avec la décision de permettre à l UE de mener des opérations militaires au travers de l UEO tout en bénéficiant des moyens de l OTAN. Une cellule de planification des opérations a été créée en étroite relation avec les structures militaires de l OTAN. La dépendance qui lie l UEO aux moyens de l OTAN permet aux Etats-Unis d exercer implicitement un contrôle sur les planifications militaires de l UEO ainsi qu un droit de veto de facto envers toute initiative européenne. Bien que juridiquement indépendante, l UEO est donc de plus en plus intégrée aux structures de l OTAN. L indépendance juridique de l UEO est cependant remise en question suite au traité d Amsterdam. L UEO est juridiquement intégrée, ou plutôt subordonnée à l UE comme étant l instrument de sa politique de défense. L organe politique décisionnel de l UEO est donc le Conseil de l Union européenne. Ses prérogatives sont cependant limitées aux tâches de Petersberg et à la coordination des composantes des groupes de forces interarmées (GFIM). Il y a donc une dissymétrie importante entre les missions octroyées à l OTAN et celles, plus restreintes, assumées par l UEO. Cependant les dernières innovations en matière de défense européenne pourraient davantage renforcer le poids de l UEO au sein de la politique européenne de défense commune (PESD). Notamment en ce qui concerne l établissement d une clause de défense collective. Même si celle-ci ne concerne pas les pays neutres, une telle clause ainsi que la disparition des tâches de Petersberg dans le projet de Constitution européenne ont comme effet de renforcer les prérogatives potentielles de l UEO. Enfin la décision de créer une cellule de planification européenne au sein du SHAPE est l évolution logique du processus commencé lors du Conseil de Paris mais un recul face aux ambitions initiales de certains pays soucieux de fournir un véritable état-major européen. Politiquement et juridiquement subordonnée à l UE, l UEO n en reste pas moins un organe dépendant militairement et structurellement de l OTAN. Les prochaines années témoigneront si oui ou non les Européens ont l ambition d émanciper cette institution d une telle dépendance. Toutefois cette ambiguïté reflète bien le problème auquel se confronte l identité européenne de défense et de sécurité (IEDS). Partagée entre les deux versants du clivage européaniste/atlantiste en matière de défense, l Union européenne opte pour une position médiane qui concilie les deux points de vue : une Europe de la défense juridiquement indépendante mais militairement liée à l OTAN et aux Etats-Unis. EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO I FOCUS ON EU DEFENCE 17

20 L impact de l élargissement sur la PESD Le prochain élargissement aura un impact non négligeable sur les politiques, les priorités, et le fonctionnement futur de l UE. La PESD ne fera pas exception, sans compter que l OTAN subit un processus similaire d élargissement. Ainsi depuis 1999, la République Tchèque, la Hongrie et la Pologne sont membres de l OTAN. La PESD constitue l un des éléments que les nouveaux membres devront endosser, à moins qu à l image du Danemark, ils décident de ne pas y participer. Quels seront les impacts de cet élargissement? Premièrement, l accession de dix nouveaux Etats devrait logiquement conduire à une augmentation des capacités de la PESD, notamment au niveau du personnel militaire disponible. Cependant, la carence en équipements modernes de ces Etats, le manque d entraînement de leur personnel, les problèmes linguistiques etc, laissent présager de sérieux doutes quant à ce surplus de capacité. D autant plus que confrontés à des problèmes sociaux et économiques immenses, les gouvernants de ces Etats ne seront pas pressés d augmenter la part de leur budget consacrée à la défense. L écart de capacités militaires qui se creuse entre les Etats-Unis et l Europe n est pas prêt de se résorber. Alors que Etats-Unis consacrent 3,5% de leur PIB aux dépenses militaires, l Europe n y consacre que 1,8%, soit 170 milliards d euros contre 375 milliards de dollars. L élargissement ne changera pas cette réalité. Il apparaît ainsi peu probable que ces nouveaux membres jouent un rôle quelconque dans l augmentation des capacités industrielles, orientées vers le militaire dont l UE a besoin. Deuxièmement, ces Etats considèrent leur adhésion à l OTAN comme faisant partie intégrante de leur réincorporation à l Ouest. Etant donné leur sensibilité américaine - les Etats-Unis sont perçus comme des libérateurs - ont peut prévoir le renforcement du groupe dit des «atlantistes». Ceci laisse présager de nombreuses difficultés politiques alors que les états membres de l Union vont devoir apprendre à travailler ensemble et forger une vision commune de la PESC-PESD en partant de visions stratégiques, priorités et attentes différentes. Une période de transition sera sans doute nécessaire mais indispensable puisque la PESD demeure entre les mains des Etats et soumise à leur bon vouloir politique. Rappelons à cet égard que l usage des capacités militaires est soumis à un processus intergouvernemental et requiert l unanimité - ou du moins l absence d objection des Etats membres. Cette sensibilité des nouveaux Etats fera-t-elle d eux des membres pro-américains au sein d une Europe de la défense qui cherche son identité? Pas forcément, cela dépend de la capacité de l Union d apparaître comme une alternative crédible. Ce que l on peut néanmoins prédire c est que ces Etats exerceront sans doute une forte pression pour faire de l UE un partenaire des Etats-Unis, pas un rival. Pour conclure, il paraît évident d affirmer que l UE sera confrontée à des attentes croissantes de la part de ses citoyens mais également d autres nations. Une Europe élargie, forte de 450 millions de citoyens, s étendant de Tallin à Lisbonne ne pourra pas rester muette et inactive sur la scène internationale. L UE saura-t-elle endosser cette responsabilité accrue? La réponse réside dans sa capacité à digérer cette première vague sans se focaliser exclusivement sur ses problèmes internes au détriment de son rôle comme puissance dans le monde. Avec le traité de Maastricht (article 17) émerge l embryon d une Europe de la défense avec la définition d une Politique Etrangère et de Sécurité Commune (PESC), ouvrant la possibilité de former à terme, une défense commune. La guerre des Balkans et l intervention militaire au Kosovo ont rencontré la volonté de renforcer la politique européenne commune en matière de sécurité et de défense. C est avec cet objectif que le Conseil de l UE, suite à l accord défini lors du Conseil européen de Nice en décembre 2000, a institué dans sa décision du 22 janvier 2001 : L Etat-major de l Union européenne (EMUE) (2001/80/PESC). Il est constitué de militaires détachés des Etats membres auprès du Secrétariat Général du Conseil auquel il est intégré. Selon le Conseil européen d Helsinki, il, «mettra ses compétences militaires au service de la PESC et de la PESD» Expert militaire de l'ue, ses missions englobent «l'alerte rapide, l'évaluation des situations et la planification stratégique pour les missions dites de Petersberg, y compris l'identification des forces européennes nationales et multinationales». Elles concernent aussi la mise en œuvre des décisions selon les directives du comité militaire de l EU. Le Comité politique et de sécurité (COPS) (2001/78/PESC). Selon le Conseil européen d Helsinki qui a approuvé sa création, le COPS est en charge de «tous les aspects de la PESC, y compris la PESD». Il contribue notamment à la définition des politiques du Conseil dans les domaines relevant de la PESC et assume sous l autorité du Conseil la responsabilité de la direction politique du développement des capacités militaires. Il est en étroite collaboration avec le Haut représentant et le comité militaire auquel il peut adresser des directives. Organisme pivot, il est défini comme «l instance privilégiée de dialogue sur la PESD avec les Quinze et les Six ainsi qu'avec l'otan. En période de crise, il devient expert et définit différentes options qu il recommande au Conseil. En effet, il a en charge le «contrôle politique et la direction stratégique» de la réponse militaire de l'union européenne à une crise. Le Comité politique et de sécurité (COPS), le Comité militaire de l'ue (CMUE) et l'etat major militaire de l'ue (EMUE) constituent les structures politiques et militaires permanentes consacrant une politique de défense autonome et opérationnelle de l'union. EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO I FOCUS ON EU DEFENCE 18

21 EYES ON EUROPE THE UE & JAPAN THE EU AND JAPAN: CONVERGING WORLD VISION? BY FREDERIK PONJAERT, STUDENT AT THE FACULTY OF POLITICAL SCIENCE, ULB One of the most striking facts in international politics today is that, in spite of their numerous differences, Japan and the EU occupy similar positions on the world stage. They have both become partial powers and as such, although they have undeniably become economic giants, their political clout remains measured. This shared situation has had a deep impact on how the EU and Japan view each other, and a growing debate on the future nature of their relations has therefore emerged. But even if these two powers have to face several similar problems when defining their foreign policy, the question remains whether they will formulate similar answers. The whole debate surrounding the future of the EU-Japan relationship is thus of a particular interest because it goes straight to the core-question of how a non-military power can assert itself in the world. The growing cooperation, in recent years, between these two partners seems to illustrate a convergence in the field of international politics. This short article will try to size the essential historical elements that have contributed to this apparent convergence as well as the key elements of today s EU-Japan relationship. Japan and Europe have had varying relations for the last five hundred years, ranging from mutual ignorance to open war. But since the end of the 19 th century, Japan has experienced evolutions comparable to those of many major European countries. First and foremost, a common heritage can be traced back to the timing and nature of Japan s industrialization. Much like Japan, several European countries experienced a top-down modernization lead by a strong government with militaristic tendencies. The parallels between the German industrialization lead by Bismarck and the Meiji era are remarkable. Furthermore, this shared experience has marked these countries in a similar fashion, they all tend to have strongly concentrated economies and have only been completely democratized since the end of the Second World War. These post-war democracies share a common pacifism that sprang from their common pre-war heritage and the weight of the traumatic war experience. The Cold War froze the debate on international politics by rooting the western European countries and Japan in the western camp. This meant that major international issues were necessarily treated within the appropriate forums, which included the United States: NATO for the EU and the US-Japan security alliance for Tokyo; thus leading to a concentration on economic issues in Japanese and EU policies. However, since 1989, the EU and Japan have both felt a growing need to further define their own role and ambitions in the field of international politics. Inspired by their similar wartime experiences, that lay at the roots of both the EU s founding treaties and the Japanese constitution, Tokyo and the EU have developed converging views: a multilateral world based on cooperation and the development of a new kind of power, a civilian power. This school of thought emerged at the end of the 80 s - a period marked by the end of the Cold War, booming economies in Europe and Japan and a growing self-confidence of which the most extreme strain hailed Japan and/or the EU as a new kind of superpower, which would eventually surpass the classical military power of the US. The 90 s a decade of growing US leadership which stood in sharp contrast with the economic stagnation or mediocre growth in Japan and the EU - buried these new super-power theories but they also strengthened the call for a multi-polar world wherein international institutions, such as the UN, would play a central but not exclusive role. Japan and the EU, because of shared historical experiences and common problems in asserting themselves on the international stage, have thus developed a similar multi-polar worldview in international relations. This explains why, in recent years, Japan and the EU, have stood side by side on various issues - such as the International Criminal Court, the Kyoto protocol or the role of multilateral international trade talks and have sought to deepen their cooperation. Furthermore, in the context of the EU s ongoing efforts to develop partnerships with all continents and its hopes of promoting inter-regional cooperation, Japan emerges as an essential and natural partner. As a democracy, Japan shares several of the EU s core values and can therefore be an intermediary between the various civilizations of the East and the West. This newfound mutual interest between Asia and Europe, two continents which are trying to diversify their political relations (deeper regional cooperation, new inter-regional partnerships) so as to be less dependent on the US. The world visions of the EU and Japan have thus converged to sketch a multileveled world wherein international and regional cooperation would play a central part. This favours a discriminatory approach in international affairs that entails the combination of various policy tools: economic pressure, financial aid, political pressure, cultural cooperation, peace-keeping, international military intervention etc. The implementation of such a multileveled policy is based on close cooperation hence a deepening of the EU-Japan relationship in foreign affairs seems possible. But one must be very careful because many elements remain uncertain. It is therefore still unclear whether the growing affinities between Tokyo and the EU are due 19

22 to structural convergence or simply nominal convergence. Some of the main question marks that remain, are on the one hand the evolving perceptions of military force and on the other hand the different approaches in international talks. The debate on the future use of military force in Japan and in a different form in most European countries will have a major impact on the relationship. If both partners come to similar conclusions then a deeper EU- Japan relationship seems likely, however, if they differ on these crucial questions, for example on nuclear proliferation or on the concept of pre-emptive warfare, the partnership will probably remain strictly economic. On a more pragmatic level, each partner has a different approach to cooperation, and this can become a source of frustration. The evolution of the ASEM partnership illustrates the tensions between the more pragmatic, issue bound approach of most Asian countries, including Japan, and the more institutional and legalistic approach of the EU. These differences in style can be overcome, but only if both sides clarify their positions and engage in an honest debate. This means that the EU must work on its internal cohesion so as to insure more stability and predictability, two necessary elements in any structural partnership; whereas Japan must be prepared to assume the role of a full-fledged international player, this means it must make some political choices and be prepared to engage the world, and thus the EU, on the basis of these choices. JAPAN-EU RELATIONSHIP AT THE TIME OF THE HISTORICAL ENLARGEMENT BY YASUHISA KAWAMURA, COUNSELLOR FOR ECONOMIC AFFAIRS, MISSION OF JAPAN TO THE EUROPEAN UNION The European Union is now on the threshold of a historic wave of enlargement, which will lead to the reunification of a large part of the European Continent with ten new Member States. The European integration process is rooted on the shared values and goals of peace, stability and prosperity. I believe that Japan and the EU, sharing these common values and special responsibilities, can make significant contributions to the international community as strategic partners. In the economic spheres, the mutual Japan-EU relationship is already of undeniable significance and value. Japan is the Union s second largest trading partner, and Japan-EU trade flows account for almost 30 percent of world trade. Nevertheless, there is a considerable potential for further growth in two-way trade and investment, as was recognized during the Japan-EU Summit in Athens in May In this regard, the Japan-EU Initiatives on Investment statement stresses the need for joint efforts, to encourage more European companies to invest in Japan and vice versa. Seen from the eyes of the international business community, the ten acceding countries will provide a great investment opportunity with the creation of the biggest internal market in the world. I am convinced that this development should be beneficial in principle, and I strongly hope that the imminent EU enlargement will be accompanied with openness and transparency to the areas outside the EU region. Similarly, the further integration within the EU should provide more benefits to all outside parties. In this respect, the annual regulatory reform dialogue meetings, the most recent of which was held in Tokyo in November 2003, are expected to contribute to the creation of better conditions for business, and to increase mutual trade and investment flows. But now, as we observe the enlargement of the European Union, Japan and the EU must take one step further, beyond these issue or sector-specific approaches, to consider establishing a comprehensive framework which would address a broad range of challenges, including investment facilitation and transparency. As our strategic partner, the enlarged Union will be of even greater importance to Japan, in tackling the various challenges that are facing us in today s world. I hope that the stability and prosperity the next round of enlargement is expected to bring to Europe will in turn be projected on other parts of the world and the international community as well. There are many other examples of partnership between Japan and the EU on global issues. One of the recent examples is the continuation of the Doha Development Agenda of the WTO. With the unexpected result at the Cancun Ministerial Meeting, everybody needs a moment of reflection. At the same time, I would like to emphasize that Japan also remains committed to advancing this development round. But the question is how? At the very least, all participants - including developing countries - need to feel assured that play will recommence with the expectation of being guided to a win-win outcome. Japan and the European Commission are examining concrete ideas here in Brussels as well as in Geneva. Since we both see many trade interests in common, though not all, our joint efforts are as before Cancun. To conclude, I would like to mention that the enlarged Union will also provide great opportunities for an even richer cultural exchange between Japan and the EU. The ten acceding countries are sure to add more value to the cultural ties that already exist between Japan and the EU as well as its member states. In this sense, I am convinced the successful implementation of the 2005 Japan-EU Year of People-to- People Exchanges will point to a promising future for an even more intense and enriched cultural exchange between Japan and Europe. EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO I EU AND JAPAN 20

23 EYES ON EUROPE INTERNATIONAL ISSUES MOLDOVA AT THE GATES OF THE EUROPEAN UNION BY FANOURIOS PANTELOGIANNIS, PHD. STUDENT AT THE ULB POLITICAL SCIENCE FACULTY Moldova is a small country, with a population of 4,5 millions, enclaved between Ukraine and Romania. Despite gaining its independence from the USSR on August 27, 1991, there are 2600 Russian soldiers and tons of arms -eastern of the Dniester or Nistru River- supporting the Slav population in the region. According to a 1999 OSCE agreement, Russia should destroy the arms and pull out its men by 2002, something that never happened. In 1992, with the help of these armed forces, the auto-proclaimed Moldovan Republic of Pridnistrovia or PMR tried to gain its independence in a clash with the Moldovan army, which left some 1000 dead and refugees (mostly towards Ukraine). Since 1992 the conflict is "frozen" but the country s population (64.5% Moldovan/Romanian, 13.8% Ukrainian, 13% Russian, 1.5% Jewish, 2% Bulgarian, 1,2% Gagauz and 5.2% other) is still causing problems.(1) Some 800,000 Moldovans, have already left the country for France, Italy or Spain and others try to obtain a Romanian passport that might lead them to the EU. One of the poorest states in Europe (2), Moldova became the first former Soviet state to elect a Communist president, Vl. Voronin (4 th April 2001). Relations with the EU EU-Moldova relations are today based on the structure of the PCA (Partnership and Cooperation Agreement). In March 1999, Moldova declared its integration to the EU as a strategic objective and in July 2000 Mr. Prodi, assured for the first time that the EU was considering a more active involvement in Moldova. On December 27, 2001, the Commission adopted a Strategy Paper for Moldova stating that: Since Moldova is located directly on the border of an enlarged EU, instability and poverty in this country are a matter of concern for the EU and that The Transdniestrian issue remains a serious threat to the political and economic stability. Current Situation On the 20 of January 2003, 5,000 people protested in the streets of the capital Chisinau, against the country's Communist government, accusing it of trying to prevent a referendum on Moldova s joining of EU and NATO. The government is refusing NATO accession because of the country s neutral status, ruling that its constitution bans the country from joining any military alliance. But PPCD leader Iurie Rosca who organised the rally has been long arguing that the government is trying to prevent closer relations with the West. The protest was caused by a Russian proposal for the resolution of the Transnistrian Problem,(3) which was characterised by many as a Russian effort for the permanent secession of Transnistria. The Republic of Moldova should become the Federal Republic of Moldova, -including Moldova, Transnistria and Gagauzia (the territory of an orthodox-ethnic-turkish-minority in the south of the country) and the Russian troops would remain in the region at least until to ensure peace. The Transnistrian minority would gain blocking power. At the beginning, the peace plan proposed by D. Kozak, Deputy Chief of Staff, to Putin himself was approved by both Moldova and Transnistria ; and Putin started preparing his visit to Moldova. Gifts were prepared for both party officials, including write-offs of millions of dollars. However, the visit was cancelled at the last moment. After the former OSCE Chairman Jaap de Hoop Scheffer s call to Vl. Voronin, the Moldovan leader issued a statement saying: "Our course for European integration implies that the plan should be approved by European organizations, in the first place the OSCE". Immediately after the rejection of the proposal, which was accepted by the Transnistrian President, I. Smirnov(6), the Council of Europe issued a statement thanking Mr. Voronin for his "responsible decision to reject Moscow's plan. During the days of the protests one of the Moldovan opposition leaders, O. Serebrian was in Brussels, and a bit Frequent Demonstrations Ethnic Romanian Moldavians demanding an annexation to Romania and ethnic Slavs demanding an annexation with Russia have been led against each other in the streets of Chisinau more than once during the last years.(4) But, when Shevardnadze was overthrown in Georgia, Moldovan opposition parties saw an opportunity to get ride of the Government (or according to others, an opportunity to gather votes). On 29 September 2003, a new rally called on Russia to withdraw its troops, and urged closer ties with the EU. With slogans such as "We want Europe," "Russia is the occupant" and "Russian army, go home", protesters demanded that Moldova quit the CIS and join the EU, calling on the international community to prevent the country from sliding back into totalitarianism. The organizer of the rally was once more I. Rosca, who called Voronin's government, a "Communist dictatorship." However, a few days before, Rosca had approved Voronin's call to speed up Moldova's integration into Europe.(5) 21

24 later the German Bundestag invited three of the most prominent Moldovan opposition leaders (PPCD leader I. Rosca, PSL leader O. Serebrian and Moldova Nostra leader D. Bragesh). Moscow was placed in an awkward position and accused Moldovan authorities of yielding to Western pressures. Meanwhile, EU officials started discussing whether to send a peacekeeping force to Moldova. In fact, the discussion started in September 2003, but the US wanted NATO to lead any future force, and the discussions were frozen What should the EU do? Any EU strategy should firts of all consist of an enhanced political presence, trying to link Moldova to the ongoing Balkans peace process, put pressure on Russia for the demilitarisation of the PMR, strengthen Moldovan authorities and manage the problems linked with the probable Schengen enlargement. Any EU action in the region must take into consideration or even fall in line with, Russia's national interests and OSCE efforts. Russia cannot be perceived as an adversary. Trying to win battles as Kozak s proposal might mean loosing the war and Moldova. What the EU should do is try to prevent similar situations in the future rather than brag for its minor diplomatic victories. The imminence of eastern enlargement is compelling the Union to address the issue of relations with Moldova in a responsible manner and contribute to the political, economic and financial stabilisation of the country. Moldova s legal system has to be reformed, its economy has to be modernised and its political institutions and public administration have to be reformed and developed. These are not going to be easy tasks, but the EU already has the experience and the necessary know-how. Why should the EU get involved? Most of the issues come down to security concerns. Moldova s current situation is favouring organised crime, illegal migration, drugs and human trafficking. (7) The EU enlargement will aggravate the problems, since after the enhancing of the Ukrainian-Polish border, traffickers and transit migrants from Central Asia will be focusing on Transnistria who will become the major transit route for the 200 million people from the territory of former USSR that have visa-free access to the country. Moldova is showing a constant progress in regulating its migration related problems: agreements have been signed with Ukraine, membership to the International Organisation for Migration was achieved, cooperation with Italy and Portugal on legalizing Moldovan labour migrants is underway. But how many reforms can the country s economy take up? Efforts up to now are important, but far too insufficient for curing the problems existing since a long time. Besides, specialists are talking more and more about Moldova s prospects of a future EU integration. According to the Commission, in the mid-term, Moldova has no chances of becoming an EU member. But in the long term this cannot be excluded. After all, under art. 49 of the Treaty on the EU, any European State respecting the principles of liberty, democracy, respect for human rights, fundamental freedoms and the rule of law may become a member. Moldova might have been more than once accused of maltreatment of persons in police custody and deprivation of liberty in military establishments. The bad situation of immigration detainees and its non-compliance with the International Covenant on Civil and Political Rights has also been raised many times. But what concerns democratic values, the country s course of transition is more or less considered positive. Of course, human rights abuses in Transnistria are much more flagrant. The system of the country certainly needs further reforms, a process that will demand a wider public support. For the moment, this is not stable: the population favours EU and CIS almost equally. A two-level EU policy (government and civil society) concerning Moldova is therefore necessary. However most Moldavians would happily turn their eyes towards the West, and try to fully accomplish the advantages deriving from the country s geographic position in a zone of interference of economic and political interests in the proximity of several regional organizations and markets, but only if the West proves to be more interested in Moldova than Russia does. And for the time being, Russia is omnipresent in the country. Actually, being in Moldova feels like being in Russia. On the other hand, one of the most traditional arguments is that Moldova will not join the EU until the Transnistrian question is solved. But the initial argument concerning Cyprus similar problem was identical. And recent developments have proven it wrong. There is no reason why Transnistria should block the EU s cooperation with Moldova. When of course the time of the accession comes, there will be a number of issues that will need to be discussed. The sure thing is that Moldova will not be able to join the EU if the EU insists on its egoistic stance towards Russia. A real strategy should be developed. Hopefully recent developments are indicative of such a direction. Following the rejection of Kozak s project, G. Verheugen, who visited Chisinau on the 5th of December, called Moldova "a European country", added that despite its numerous difficulties, Moldova has "European perspectives." Verheugen also distinguished Moldova from Ukraine, Russia, and Belarus and stated: There is a window of opportunity that is now open. Moldova should use this and work vividly and hard with us".some say that this was nothing more than an EU payoff of Voronin s rejection. For me, it is an indication that the EU knows that problems are not solved EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO 1 INTERNATIONNAL ISSUES 22

25 if you put them aside and wait. And apparently, some kind of EU action is being taken up in Moldova. Of course, Verheugen also told that the current negotiation format, which includes Ukraine, Russia and the OSCE, should not be changed, a fact that implicitly excludes the EU from the talks. But that remains to be seen. What Moldova needs less from the part of Europe is a new demand for more time. Its problems have to be dealt as soon as possible. The country is receiving increasing interest from the part of Russia, and the US. The geopolitics of the Caucasus is being transformed and the EU cannot afford being absent one more time. Even if taking political or military action can prove as always too difficult for the European policy makers, Moldova is among other things a gateway to the markets of Asia. Besides, if the Transnistrian issue is carefully dealt with, it can become an important precedent for further EU political and security cooperation with Russia. The day the EU will stop perceiving Moldova as a problem and start regarding it as a challenge, things in the country can change. And there are at least 5 million people waiting for that day. NOTES 1. The majority of the population speaks Romanian, a great percentage, mostly ethnic Russians, speaks Russian. But Moldova, as a new state in search of identity has been promoting the notion of the Moldovan language, basically Romanian but named differently. In 2003 the first Moldovan-Romanian Dictionary appeared on the shelves. 2. The average salary in Moldova is around 30 Euros per month. 3. Russian Draft Memorandum on the basic principles of the state structure of a united state in Moldova of 17 November Similar 4-month rallies were staged in 2002, bringing tens of thousands of people into the streets against an attempt by the government to make Russian an official language alongside Moldovan. The rallies ended only after mediation from the Parliamentary Assembly of the Council of Europe (PACE). 5. Moldova is expected to apply to become an EU associated member by A former Russian Parachutist of the 14 th army. 7. Moldova is often mentioned among the leading countries in the number of its nationals trafficked. LES ETATS-UNIS FACE À L ENTRÉE DE LA TURQUIE DANS L UE: UN RÉVÉLATEUR DE L AMBIVALENCE TRANSATLANTIQUE? BY CHRISTELLE WERQUIN, STAGIAIRE À LA DG RELATIONS EXTERIEURES À LA COMMISSION La question de l appartenance de la Turquie à l UE, qui ne cesse d alimenter un débat déjà ancien en Europe, semble avoir trouvé une réponse aux Etats-Unis. Pour ceux-ci, il ne fait aucun doute que la Turquie doit intégrer l UE le plus rapidement possible. Analyser l attitude des Etats-Unis face à l intégration de la Turquie est particulièrement intéressant dans le contexte actuel, tant elle reflète à la fois l évolution des relations transatlantiques et la perception américaine des relations internationales, entre la fin de la guerre froide et le début de la guerre contre le terrorisme. Les Etats-Unis ont régulièrement plaidé pour l accession de la Turquie dans l UE ; mais c est à partir du début des années 1990 qu ils exercent un lobbying réel auprès des Etats membres et des institutions (essentiellement à la Commission) en faveur de l admission de leur allié de longue date. De fait, les changements dans les relations internationales qui sont intervenus avec la chute du Mur de Berlin et l effondrement de l Empire soviétique, ont conduit les Etats-Unis à repenser leurs alliances et leur implication dans les affaires du monde. En ce qui concerne ses relations spécifiques avec la Turquie, Washington prend conscience avec la guerre du Golfe en 1991 que celle-ci représente un point d ancrage pertinent dans un monde troublé et instable. Et que son rôle peut dépasser sa simple participation de bonne volonté dans le cadre de l OTAN. La Turquie se situe au carrefour de trois régions: - deux à la géopolitique particulière, et potentiellement explosives autant que stratégiques ; - une, l Europe, alliée traditionnelle des Etats-Unis, dans laquelle ces derniers se sont profondément impliqués. En premier lieu, les républiques d Asie Centrale et du Caucase anciennement parties de l URSS, représentent un intérêt nouveau pour les Etats-Unis : leur potentiel énergétique, qu il ne faut pas laisser entre les mains de la Russie ou de l Iran, et leur situation géographique qui permettent aux Américains de s implanter directement entre la Russie, la Chine et la Turquie (s appuyant sur cette dernière) pour projeter leur influence. Dès lors, la Turquie joue un rôle essentiel de par ses liens historiques avec les anciennes républiques turco- EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO I INTERNATIONAL ISSUES 23

26 phones : les Etats-Unis attendent d elle qu elle leur diffuse un modèle de pays stable et démocratique. De plus, les Etats-Unis sont enclins à se baser sur la Turquie non seulement pour contrôler le processus démocratique, mais également pour vérifier que le matériel nucléaire présent dans cette zone depuis l implosion de l Union Soviétique ne sera pas utilisé à mauvais escient soit pour entretenir les guerres civiles, soit pour profiter à des réseaux terroristes. Enfin, il s agit de s assurer que d éventuelles armes de destruction massive ne circulent pas en l absence de tout contrôle. En ce qui concerne le Moyen-Orient la Turquie a également offert un soutien non négligeable à Washington, d une part par son rôle dans la première guerre du Golfe contre Saddam Hussein, d autre part en opérant un rapprochement avec Israël. La position d équilibre qu Ankara s efforce de maintenir avec les pays de la zone est fort appréciable aux yeux des Américains en tant que modèle d un pays Musulman laïque et allié des Occidentaux. Par ailleurs, la Turquie se situe à la porte des Balkans, une région dans laquelle les Etats- Unis sont intervenus à diverses reprises pour tenter de maintenir la paix, et dont l embrasement généralisé pourrait avoir des conséquences négatives d une très grande portée. Enfin, la Turquie se situe aux portes de l Europe et de l Union Européenne, à laquelle elle souhaite adhérer depuis de nombreuses années. Or, dans ce projet, la Turquie reçoit un soutien vigoureux des Etats-Unis, non seulement pour les raisons évoquées plus haut, et pour lesquelles il est primordial que la Turquie reste ancrée à l Ouest (et l accession à l Union européenne en est le moyen le plus efficace et le moins coûteux pour Washington), mais aussi pour des raisons qui relèvent plus spécifiquement de la relation transatlantique. La relation transatlantique en effet semble se modifier rapidement, profondément, alors que les liens se distendent. Tandis que durant la guerre froide, le soutien des Etats-Unis à la construction européenne était sans faille, dans l optique de contenir l expansionnisme soviétique, le monde qui émerge au début des années 1990 modifie la perception américaine des nouveaux défis et des nouvelles menaces qui pèsent sur sa sécurité. Du point de vue européen, il s avère également que la réunification allemande et l achèvement du marché intérieur autant que le projet de traité de Maastricht, marquent une volonté d émancipation de la tutelle américaine. Symboliquement, la mise en œuvre de la monnaie unique fait apparaître l UE de plus en plus comme un bloc économique qui s affirme ; et l élaboration d une PESC puis la définition des missions de Petersberg révèlent les nouvelles ambitions européennes sur la scène internationale. Aussi, l émergence d une défense européenne suscite-t-elle à la fois scepticisme et inquiétude chez les alliés américains. Ceux-ci craignent à la fois une remise en cause de leur leadership, une moindre implication dans l OTAN, et des obstacles à leur volonté d agir militairement. A cet égard, l entrée de la Turquie dans l Union Européenne rendrait matériellement impossible une véritable défense européenne. Au contraire, l OTAN serait renforcée. Le développement économique de la Turquie induit par la participation à l UE et à ses règles serait tout à fait bénéfique aux investisseurs américains. Enfin, la Turquie pourrait servir de lien entre l Europe et les Etats-Unis à un moment où ceux-ci semblent se distendre. Egalement, la construction d une Union politiquement unie et capable de leur opposer une résistance diplomatique, serait - du moins à moyen terme - vouée à l échec. En effet, la Turquie se considère comme un grand pays, et n est pas prête à abdiquer sa souveraineté dans le cadre - pour le moins contraignant des règles européennes. De plus, si certains s interrogent sur la réelle volonté d Ankara d être partie intégrante de l Union, il est au moins clair que la Turquie cherche avant tout à profiter d un formidable levier pour son développement économique (même si elle se sent culturellement comme appartenant à l Europe). Ajoutons que, plus peut-être que les attentats du 11 septembre, la guerre contre l Irak et ses conséquences font que Washington a un intérêt croissant à l entrée de la Turquie dans l UE. EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO I INTERNATIONAL ISSUES 24

27 LES RELATIONS POLITIQUES ENTRE L UE ET L AMÉRIQUE LATINE : UNE UNION POLITIQUE BIRÉGIONALE? BY KLAAS DYKMANN Le sommet de Rio de Janeiro en 1999, entre l Union Européenne et l Amérique Latine, a réuni deux régions très différentes mais en même temps comparativement proches. Cette rencontre a renforcé les liens traditionnels en matière politique, économique, culturelle, scientifique en proclamant une «association stratégique». La prochaine conférence de cette nature se tiendra à Guadalajara, au Mexique, en mai Ce sera le premier sommet international de l Union élargie L approche a été principalement économique, ces dernières années, entre l Europe et l Amérique latine. C est pourquoi la lecture de l agenda prévisionnel du sommet de 2004 porte à l optimisme : La «cohésion sociale» est à l ordre du jour, notamment le problème de la distribution tellement inégale de la richesse en Amérique latine. Néanmoins, je souhaiterais aborder ici le volet politique. Lors de diverses discussions avec des fonctionnaires de l UE et des ambassadeurs latinoaméricains à Bruxelles, j ai ressenti que l on négligeait la perspective générale et visionnaire dans l UE et, pour être honnête, aussi du côté des Latino-américains, de plus en plus pragmatiques. Désirant relancer le débat sur les relations birégionales au-delà du domaine économique et commercial, je présente ici l idée d une union politique qui contrebalancerait la nouvelle idéologie du pragmatisme. Aperçu Historique Dans les années 1980, une coopération politique entre la Communauté Européenne (CE) et l Amérique latine s est développée suite au désaccord européen sur la politique menée par l administration de Ronald Reagan aux Etats-Unis sur les conflits en Amérique centrale. Le Dialogue de San José entre les Latinoaméricains et les Européens, traitant de la crise centraméricaine, en est le premier témoignage. Quand l Espagne et le Portugal sont devenus membres de la CE en 1986, Madrid, en particulier, a entrepris une politique européenne plus active envers l Amérique latine. Le résultat fut l adoption du Traité de Rome en 1990, où la CE et le Groupe de Rio (une association de pays latino-américains qui ont partagé des positions communes pendant les conflits en Amérique centrale) ont adopté une coopération birégionale plus étroite. A partir du début des années 1990, l importance des relations économiques a considérablement augmenté. A ce jour, deux accords d association bilatéraux ont été signés avec l UE (par le Mexique et le Chili), et un accord semblable est en train d être conclu pour 2004 avec Mercosur (Brésil, Argentine, Paraguay, Uruguay). Depuis 2002, on discute aussi d accords similaires entre l UE et la Communauté andine et les pays d Amérique centrale une entreprise soutenue surtout par les Espagnols mais observée avec scepticisme par d autres. En 1999 (Rio de Janeiro) et 2002 (Madrid), les sommets euro-latino-américains ont proclamé ce que l on nomme une «association stratégique» entre les deux régions. Cependant, je doute que l on puisse déjà parler d une association stratégique. En effet, en dépit de l existence de plusieurs forums d échange et de consultations entre ces deux régions, une vision de long terme fondée sur la définition d objectifs manque. L élargissement de l UE à 25 au1 er mai 2004 et la possible création d une zone de libre-échange des Amériques (ALCA) en 2005 sont des facteurs qui peuvent paralyser le renforcement des relations birégionales. Tandis que les fonctionnaires des institutions européennes disent vouloir poursuivre les bonnes relations avec l Amérique latine sans perte d intensité, des observateurs attendent de l Union qu elle se concentre sur elle-même et surtout sur les nouveaux pays membres de l Est, priorité en faveur de laquelle il est plus facile d argumenter. Le problème principal reste les priorités de l UE (et de l Amérique latine). Pour celle-ci, l Amérique latine n est pas un sujet prioritaire. En matière de politique étrangère et de sécurité commune, les crises politiques de cette région ne semblent pas suffisamment graves (ou visibles), sauf exceptions, pour être considérées plus attentivement à Bruxelles. De surcroît, le comportement des européens envers leurs collègues latino-américains est parfois critiqué : dans le cadre des réunions officielles ou négociations, les hauts représentants très distingués d Amérique latine, dont d anciens ministres ou autres poids lourds politiques de la région, rencontrent souvent du coté européen des spécialistes qui sont très capables mais de moindre rang que leurs interlocuteurs latino-américains. Cette situation asymétrique reflète non seulement la possible insensibilité des Européens pour leurs «partenaires» latino-américains, mais révèle également une approche différente entre ces deux régions : Bien qu il s agisse d accords majoritairement commerciaux, les gouvernements latino-américains les considèrent aussi comme une décision explicitement politique. Pour sa part, la Commission européenne envoie des spécialistes technocrates très intelligents, informés sur les sujets pour conclure ces accords, ce qui peut être interprété comme un manque de grandes perspectives pour les relations birégionales de la part de l UE. EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO I INTERNATIONNAL ISSUES 25

28 Vers une Union Politique Un des problèmes de la politique extérieure européenne est qu elle ne dispose pas d une perspective à long terme et encore moins d éléments visionnaires. C est la raison pour laquelle je propose l établissement d une union politique birégionale entre l UE et l Amérique latine pour stimuler le débat, même si cette idée n est pas totalement nouvelle. L UE et Amérique latine partagent des valeurs fondamentales communes, elles ont développé des liens politiques, économiques et culturels considérables au cours des siècles passés. Les anciennes puissances coloniales de l Europe ont aussi la responsabilité historique de se confronter aux problèmes de leurs anciennes terres. Cette responsabilité est par exemple exprimée à travers des relations spéciales avec certains pays dont les accords ACP (Afrique, Caraïbe, Pacifique) et quelques traités de l UE avec des pays ou des groupes sub-régionaux, particulièrement en Amérique latine. A cette obligation historique, proche de l argument moral et en passe d être abandonnée, s ajoutent des intérêts politiques et économiques en Europe. Apparemment, une compétition commerciale muette sur l Amérique latine opposerait l Union européenne et les Etats-Unis. Contrairement à la proposition des Etats-Unis, qui ont planifié une association de libre-échange des Amériques (ALCA), l UE offre une coopération économique et politique. Dans ce sens, l UE pourrait institutionnaliser ses bonnes relations politiques et commerciales avec la région, et favoriser ainsi la stabilité politique, sociale et économique sur le sous-continent. Une union politique constituerait un facteur stabilisant les pays, tout en leur permettant d établir, d étendre et de diversifier les marchés ce qui présente des avantages également pour des exportations européennes. Les pays latinoaméricains ont un intérêt particulier à la coopération économique et aux relations commerciales renforcées, c est-à-dire l accès illimité aux marchés européens. Enfin, une relation plus étroite et institutionnalisée avec l UE servirait certainement à réduire le déséquilibre de pouvoir face aux Etats-Unis. C est pourquoi un accord sur la dette extérieure en Amérique latine et une zone de libre-échange plus équitable entre les deux régions sont souhaitables, et ce à court terme, d ici Tous les accords entre l UE et les pays ou groupes latino-américains pourraient se fondre dans un traité birégional, établissant ainsi une zone de libre-échange de Callao à Tallinn. En plus d offrir une alternative aux négociations multilatérales ayant échouées à la conférence de l OMC de Cancún en 2003, le scénario d une zone de libre-échange européenne-latino-américaine renforcerait la position des deux régions face aux Etats-Unis. Par conséquent, une telle zone devrait être accompagnée par des politiques économiques et de développement coordonnées, basées sur une distribution des revenus radicalement plus égalitaire pour permettre plus de justice sociale non seulement en Amérique latine mais aussi en Europe. En outre, ce serait ouvrir la voie d une zone de libre-échange équilibrée qui comprendrait le triangle transatlantique incluant les Etats-Unis et le Canada. Dans cette perspective, ce rapprochement birégional devrait également être ouvert pour une intensification d un hypothétique triangle transatlantique comme pour une expansion des relations sud-sud. L avantage pour l approche face aux Etats-Unis et le «Tiers monde» serait la position renforcée des deux régions en matière de politique représentant une union entre pays fortement industrialisés et extrêmement pauvres, entre pays de tradition démocratique, pays récemment démocratisés et pays dont les démocraties manquent de réalisation authentique. En effet, tous ces pays ont pour caractéristique commune de posséder une démocratie, au moins formelle, comme système politique. Dans la prochaine décennie, une coopération renforcée entre l Amérique latine et l Union européenne devra aboutir à un jumelage institutionnalisé qui pourrait finalement culminer dans une union birégionale conduisant à l intégration économique au niveau politique. Deux secrétariats généraux pourraient être établis à Montevideo et Bruxelles. Un Conseil de Représentants Politiques devra se rencontrer deux fois par an, en Amérique latine ou en Europe. Pour réduire les coûts des réunions, les ambassadeurs résidents dans les régions doivent être investis des compétences diplomatiques correspondantes. De même, l extension du réseau informatique confidentiel de l UE, Coreu, aux capitales latino-américaines améliorerait l échange des renseignements importants et des opinions. Néanmoins, à l occasion des conférences significatives, les ministres des affaires extérieures devraient se rencontrer avec le/ la ministre des affaires extérieures de l UE et avec son possible homologue d Amérique latine. Il y a plusieurs incertitudes dans ma proposition visionnaire auxquelles je me dédierai par ailleurs. Comme d autres priorités géographiques et thématiques occupent l Amérique latine, mais aussi l Europe, en attente de son élargissement historique, il y a certainement un manque de vision envers l Amérique latine et une prépondérance compréhensible de perspectives plus bureaucratiques et techniques comme mentalité à court ou moyen terme dans les institutions européennes au moins concernant l approche visible. En somme, le projet d une union politique entre une Union européenne élargie et une Amérique latine unifiée, est loin d être sérieusement considéré par les responsables en Europe comme en Amérique latine. Cet article espère provoquer des réflexions sur les perspectives de la coopération birégionale à long terme. EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO I INTERNATIONNAL ISSUES 26

29 EYES ON EUROPE ECONOMIC POLICIES LE «RAPPORT SAPIR» ET LE DÉBAT BUDGÉTAIRE DE L UNION: LE COMBAT NÉCESSAIRE BY TOMAS GARCÍA AZCÁRATE, MAÎTRE DE CONFÉRENCE À L IEE DE L UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES André Sapir, une des chevilles ouvrières de notre Institut, a vécu une de ces merveilleuses mais rares opportunités qui se présentent parfois dans une carrière académique : participer à, et coordonner un groupe de réflexion sur le futur de l Europe, à la croisée des chemins entre l action, l analyse et le conseil politique. Ma lecture de ce qu il faut bien appeler aujourd hui le «rapport Sapir» (ce qui représente un court-circuit injuste vu la qualité des autres participants au groupe de réflexion) pourrait se résumer en deux phrases : il y a une contradiction lourde de conséquence entre le discours officiel de l UE et son action. Il faut mettre en accord notre action avec notre discours. Il est vrai qu il est difficile de réprimer des larmes d émotion devant les bons propos que nos dirigeants européens multiplient à chacune de leurs rencontres : faire de l Europe la société la plus moderne du XXI siècle ; développer des grands travaux publics si nécessaires ; donner l importance qu elle mérite à la formation et à l éducation de la jeunesse européenne, trésor sur lequel est construit notre futur, privilégier l emploi de qualité, développer la solidarité entre les territoires et les générations, faire que l Europe occupe le rôle qui est le sien dans le concert des nations, contribuer à la paix dans le monde Toutefois, les priorités politiques réelles, pas celles affichées dans les discours, sont celles qui découlent des priorités budgétaires. Les parlements sont d ailleurs nés pour voter les impôts que les rois nécessitaient et très vite ont voulu avoir leur mot à dire sur comment l argent était utilisé. Le budget de l Union est concentré autour de deux politiques : la politique agricole et la politique de cohésion. Derrière les flots de bonnes intentions politiques ne se retrouvent pas aujourd hui les moyens nécessaires pour les transformer en réalité. Voilà, pour moi, le message essentiel du rapport Sapir. Pour certains, c est l oeuf de Cristobal Colon diraient les Espagnols, une lapalissade diraient les Français. Et pourtant le rapport a été un fameux pavé dans la marre. Il n a laissé personne indifférent. Quelques données budgétaires A ce stade de notre exposition, il est bon de partager quelques données budgétaires clés pour pouvoir ensuite prolonger le raisonnement : Le budget communautaire est plafonné à 1.24 % du PIB de l Union. Toutefois, les prévisions budgétaires établies au Conseil Européen de Berlin prévoyait déjà une utilisation réelle en dessous dudit plafond, 1.09% en 2003 et 1.08% en Les budgets sont en réalité établis en dessous de cette prévision : le budget 2003 fut établi à 1.04%. De plus, même ce pourcentage réduit n a pas été dépensé dans la pratique : ainsi en 2003 la Commission restitua 5 milliards d euros correspondants aux fonds non utilisés en Pour l année 2004, la première année d une Union élargie, le budget a été établi à 0.98% du PIB communautaire. Comme d habitude, le budget réalisé devrait être inférieur au budget prévisionnel. Cette diminution de l importance relative du budget communautaire va de pair avec une croissance limitée en Europe, ce qui limite encore plus les moyens dont disposent l Union. Quelques commentaires qui me semblent utiles Cette situation me conduit à partager avec vous, vertueux lecteurs qui êtes arrivés à ce stade de mon article, les commentaires suivants: L Union Européenne dispose de moyens limités, ridicule si on les compare avec les budgets nationaux qui tournent aux alentours des 35 à 40% du PIB. Malgré cela, son manque d ambition politique l empêche d utiliser les maigres deniers dont elle dispose. Et de plus, elle n est même pas capable de mobiliser dans la pratique les deniers alloués. Certes, la PAC est la 1 ère priorité budgétaire de l UE. Mais ce n est pas l existence de cette politique qui a limité le développement des autres politiques ; c est le manque de volonté politique de construire l Europe. Quand cette volonté a existé, par exemple avec les plans Delors I et II pour augmenter les fonds structurels, les moyens ont été trouvés et mobilisés. On ne fait pas plus d Europe avec moins de budget, avec moins de fonctionnaires, moins de moyens financiers et humains. 27

30 On ne fait pas plus d Europe en déstructurant les politiques communes existantes, en déshabillant Pierre pour habiller Jean. Que l on me comprenne bien : je suis convaincu que la PAC doit évaluer, se moderniser, s adapter aux demandes de la société du XXI ème siècle. Ma position est donc loin d être conservatrice. Ceux qui me connaissent savent que ce ne sont pas des mots creux. Mais la réforme ne peut pas être pilotée par des considérations budgétaires comme vecteur principal. Diminuer la dépense agricole communautaire veut souvent dire augmenter les dépenses agricoles nationales, comme le démontrent la crise de la vache folle. Avoir une politique agricole à deux vitesses, pour les riches qui pourront compléter l addition avec de l argent national ou régional, et pour les pauvres (en particulier pour les pays de l élargissement) est non seulement révoltant du point de vue intellectuel mais de nature à remettre en question la libre circulation de marchandises agricoles, l ossature du marché commun. Nous vivons une Europe malade, en crise. La Commission parlementaire la plus importante est aujourd hui la COCOBU, Commission de Contrôle Budgétaire. Elle est plus importante que la COBU, la Commission Budgétaire. Ces deux commissions sont plus importantes que les commissions politiques. Il faudra bien qu un jour un enfant dise tout haut certaines vérités qui ne plairont pas aux rois nus, comme le fait que les budgets doivent être mis au service des politiques, non pas les politiques au service des budgets. J aurai beaucoup aimé que certaines de ces réflexions viennent aussi enrichir le rapport «Sapir». J ai la conviction qu elles auraient contribué à renforcer son message essentiel. Un seul et même combat Au lendemain de l échec du sommet européen de Bruxelles, les Présidents britanniques, hollandais, français, suédois, autrichiens, allemands (pays contributeurs nets au budget communautaire) ont envoyé une lettre conjointe au Président Prodi promouvant une limitation à 1% du PIB pour le budget communautaire, c'est-à-dire en diminution du seuil actuel de 1.24%. L accord français a été obtenu grâce à la précision que cette diminution des dépenses communautaires ne devrait pas se faire au détriment des dépenses des marchés agricoles déjà fixées jusqu à l horizon 2012 par le Conseil Européen d octobre On ne pouvait pas trouver meilleure (ou plutôt plus triste) caricature de la crise que traverse la construction européenne. Nous devons réussir l élargissement, aboutir dans les négociations commerciales à l OMC, contribuer au développement durable, aider les pays en développement non seulement avec des fonds mais en ouvrant nos marchés, construire la société de l information, assumer les nouvelles fonctions que la nouvelle Constitution confierait à l Union avec moins de 1% du PIB. Ne nous voilons pas la face. Ce n est pas le budget européen qui est en crise. C est la volonté politique de construire l Europe. Depuis la chute du mur de Berlin, le moteur est en panne. Les partisans d une continuation du processus de construction européenne ne doivent pas se tromper de cible. Il n y a qu un seul et même combat : celui qui conduit à défendre les politiques communes en les réformant et les modernisant ; défendre la Commission Européenne en la réformant et la modernisant ; défendre un budget suffisant pour répondre ensemble aux ambitions légitimes et aux défis ; mettre en harmonie les discours et les actes. QUELQUES MOTS SUR LE «RAPPORT SAPIR» BY LYSE BOURROUSSE, IEE DE L UNIVSERITÉ LIBRE DE BRUXELLES The report Sapir is a great piece of work about 180 pages from an independent group of experts of 8 different nationalities and from different economic backgrounds. Issued the 17 th of July, the report was ordered by Romano Prodi in order to determine which strategy to adopt to fulfil the so-called Lisbon agenda : to become the most competitive and dynamic knowledgebased economy with sustainable economic growth and greater social cohesion. The report seeks to follow the tracks of a previous famous report written in 1986 which was very influential in designing new economic policies and paving the way for such a collective adventure. At that time, the priority was to set a stable macro economic framework while fostering cohesion within the Union. Stability and cohesion were pretty much at the top of agenda, and successfully achieved by the advent of a Single market in 1993, the common currency in 2000 and an expanded Community budget targeted to regional policies. Thus, the report proposes a new model of growth based on a common diagnostic of the current economic situation. The underperformance of EU growth has widened the gap between the European and the American standards of life. Our level of PIB per capita has stagnated at 70% of the US level. If, the EU has improved macroeconomic stability during the EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO I ECONOMIC POLICIES 28

31 1990 s, it has failed to deliver a satisfactory growth performance. Our traditional economic model is brought into question, strained by rapid changes such as population ageing, new technologies and globalisation. Mass production generating economies of scale, industrial structure dominated by large firms with stable markets and long term employment patterns are no more the driving force of our economies. This report argues that Growth is our common challenge to sustain our model of development. Without recovering Growth, the sustainability of our achievements such as cohesion, stability would vanish. Thus, Europe needs a new system of economic policies which would help to restore growth and solve today s contradictions. For instance, a hot issue would be now to tackle fiscal policies as a tool to enhance growth while maintaining the overall stability of the system (and commitments such as reducing the deficit spending ) In such a context, enlargement is not the main reason to implement the reforms, but an additional factor which puts pressure on the process to recover growth. The pace of economic change in Europe is accelerated by enlargement. What is needed now is more opportunity for new entrance, greater mobility of employees within and across firms, more retraining, greater reliance on market financing, higher investment in both research and development, and higher education. The common diagnostic reaches the conclusion, that the linking problem between EU 15 and EU 25, is growth deficit. Since the end of the 1980s, the slowdown of our economies contrasted with the accelerated growth rate of the Eastward states. Today, the biggest challenge of those states is to catch up the development level of the EU 15 rate. Thus, the report aims at giving a coherent plan to catch up Growth. It provides real and independent proposals with different degree of realism. The group was not constrained by any political considerations and the likelihood of passing the proposals in actual political setting was not examined. That s why some proposals are more elaborated than the others. Free ideas are launched such as the green cards for non EU workers. The political context such as the debates on Constitution, the Intergovernmental conference, the Cancun failure, affected the perception of the report. Its reception was mixed. On the whole, it was warmly welcomed by all the reform oriented decision makers, academics, and those who wants to break the status quo in the EU. On the contrary, it was denied by those who close their eyes to the realities and modern changes of our economies. Discussed throughout all the Member States, it is criticized by politicians both negatively and positively. The most negative opinions assimilated it to provocation and criticised, the unrealistic and naïve proposals coming from just a bunch of just academics. But one should not forget that those academics brought together their strong expertise in European public policies. Indeed, the Recommendations advanced by the Group, although independent, were far from being disconnected from the political context. The Prodi Commission is now writing a final document to plan the next financial perspectives (2007/2013) which will be a kind of testimony for the next commission. Unfortunately, budget issues will keep on being the main concern for the next Commission and the Member States, with the side effect of obscuring the debate on growth. That s why by putting forward growth as a programmed and desirable aim, the report can be viewed as a breakthrough. It brings a new frame for the discussion on budgetary matters, to fill the gap of a political stagnation in the EU building process. But, the Group s stance towards the Member States is still very cautious with a view to avoiding their fall of support to reform the EU s economic governance. It is interesting to notice, that the report does not tackle the problem of national contributions to the EU budget, as well as it does not touch to the national competences in governing their economic policies. The proposals do not want to break the taboo of improving the EU budget (even the redesigned budget counts for 1% of GDP, so less than it is now). Instead, it suggests the development of the EU own resources, by passing the very hot issue of reforming the actual and imperfect rules of the system. According to the chairman Sapir, for lack of being a source of inspiration, this report is somewhere in the mind of parties who are involved in the decision making process. It is not even a point of reference but an element of the debate in specific matters such as the rules of the stability and growth pact and the research policy. But the best way for the report to be implemented, is to be forgotten for a while, setting aside politics, a broad public debate and popularisation.it will reappear at the right time when experts will take concrete decisions that would be a long term, efficient and sustainable strategy. EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO I ECONOMIC POLICIES 29

32 PETITE HISTOIRE DE L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE BY JEAN-CHRISTOPHE VAN DEN SCHRIECK, INGÉNIEUR EN SCIENCES DE GESTION, UNIVERSITÉ CATHOLIQUE DE LOUVAIN Depuis plus de cinquante ans, une partie des pays d Europe s'est engagée dans un processus inédit d intégration et d unification. Le fer de lance de ce processus, celui qui s est imposé dès le début et qui reste encore aujourd hui le plus avancé, est l'économie. C'est en effet en 1951 que les premiers pas furent franchis avec la création de la CECA : six pays (1) décidèrent alors de coordonner et cogérer leurs productions d'acier et de charbon. Le choix de ces deux domaines était loin d'être innocent : à la base de l'industrialisation durant la seconde moitié du dixneuvième siècle, ces industries sont l'épine dorsale d'une économie en "effort de guerre". En scellant un tel traité, les deux grands ennemis de la première moitié du vingtième siècle s'engageaient, avec le Benelux et l'italie dans la voie du rapprochement moins de dix ans après s'être déchirés au cœur du pire conflit que l'humanité ait connu jusqu'ici. Bien d'autres accords suivirent: les nations européennes se rapprochèrent et s'unifièrent, de plus en plus de domaines de l'économie furent touchés, de sorte que s'est formée une association inédite dans l'histoire : jamais des économies nationales ne s'unirent de manière aussi avancée pour former un marché unique. Ainsi sont acquises la libre circulation des biens et services, celles des personnes (2), des capitaux, etc. L Union Européenne représente les Etats membres devant l Organisation Mondiale du Commerce ou toute négociation commerciale avec d autres pays. Surtout, depuis peu, douze de ses membres partagent une monnaie commune. Vers une monnaie unique L'idée d'une monnaie commune émergea dans les années soixante comme l un des moyens de réalisation du marché commun européen. Suite à l'effondrement du Système Monétaire Internationale issu des accords de Bretton Woods de 1944 avec l'abandon de la convertibilité du dollar en or, apparut en 1972 le Serpent Monétaire Européen. Celui-ci visait à limiter les fluctuations entre les monnaies européennes, c'est-à-dire tendre vers des taux de change fixes. Le serpent monétaire s'émoussa dans les années suivantes en parallèle avec la crise économique mondiale qui se traduisit par un certain repli sur soi des économies européennes : des politiques macroéconomiques non coordonnées, des mesures protectionnistes fragilisèrent ce premier système monétaire. En 1979, un souffle nouveau permit l'instauration du Système Monétaire Européen (S.M.E.). Son objectif était d'assurer une stabilité monétaire et de préparer l'instauration d'une monnaie commune. Concrètement, chaque pays s'engageait à limiter la fluctuation de sa monnaie à 2,25% maximum par rapport à l'écu, un étalon de référence consistant en un panier de monnaies européennes pondéré en fonction du poids de chaque économie. (3) En 1992, à l'instigation de la commission Delors, un pas décisif fut franchi avec le traité de Maastricht: celui-ci propose un calendrier en trois étapes (4) pour arriver à la monnaie unique ainsi que des critères à remplir pour pouvoir faire partie de la zone monétaire. Poussés par l'allemagne, ces critères de convergence avaient pour objectif d'assainir les économies des pays membres et de les faire converger, conditions nécessaires à l'avènement d'une monnaie unique. Une fois ces critères remplis, en vue d'assurer la continuité de cette convergence, les Etats furent (et le sont toujours) tenus d'adhérer à un pacte de stabilité. Finalement, dès 1999, onze (puis douze) pays passèrent à l'euro en remplacement de leurs monnaies nationales. Il est fort probable que ce nombre vienne à augmenter dans les prochaines années. Les dix pays d Europe centrale et orientale deviendront des membres de l Union économique et monétaire à moyen terme, le temps que leur intégration politique et économique soit effective. Depuis plus de trente ans, la majorité des gouvernements des pays européens aspirent donc à une monnaie unique. Pourtant, certains pays se refusent à rejoindre la zone euro et pas seulement pour des raisons "nationalistes". En fait, si les avantages pour les entreprises sont indéniables, ce n'est pas nécessairement vrai pour tous les gouvernements. Au niveau micro-économique Le premier objectif de l intégration économique des différents pays d Europe reste la suppression des coûts du commerce entre eux. On peut citer au nombre de ceux-ci : les taxes douanières, les quotas à l'importation ainsi que de nombreuses autres pratiques protectionnistes des Etats nations, justifiées par le souci de protection du consommateur par exemple. Une grande partie de ces coûts ou obstacles ont disparu au cours du processus d'intégration; de sorte que l'on peut considérer que, dans l'union Européenne, le commerce d'un Etat à l'autre est devenu quasiment aussi facile que le commerce au sein d'un même Etat. Cependant, à côté de ces coûts, restait le coût EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO 1 ECONOMIC POLICIES 30

33 monétaire : l Europe devenait un marché certes unique mais un marché unique avec un grand nombre de monnaies nationales. (5) Une telle situation est cause d instabilité puisque les monnaies fluctuent les unes par rapport aux autres ce qui se traduit par une compétitivité "yoyo" des entreprises : une entreprise anglaise pourra dans un même année se révéler plus puis moins compétitive qu'une entreprise belge suite aux gesticulations propres des deux monnaies. Bien que les entreprises puissent se prémunir de ces incertitudes, l'existence "d'intermédiaires monétaires" entraîne toujours un coût supplémentaire. Avec l'avènement de la monnaie unique, les entreprises ne doivent plus faire face à ces coûts. En ce qui concerne le commerce au delà des frontières européennes, l'euro devrait diminuer les coûts de transaction en offrant une alternative au jusque-là tout puissant Dollar. Devise d'envergure, l'euro devrait pouvoir s'imposer comme une monnaie incontournable pour le commerce international. Les entreprises européennes pourront alors facturer leurs produits ou prestations en euros plutôt qu'en dollars et ainsi éviteront-elles une conversion dans leur monnaie propre par la suite. C'est un coût (plus ou moins important) qui disparaît et viendra, au final, renforcer la compétitivité des entreprises européennes sur les marchés mondiaux. Point de vue macro-économique Au niveau macro-économique, les avantages sont plus difficiles à discerner (6). De par la création d'une monnaie européenne, les différents pays membres cèdent un de leurs deux instruments de stabilisation macro-économique : le monétaire. Bien sûr, depuis quelques années, chacun des pays avait déjà transféré cet outil du gouvernement à une banque centrale indépendante de sorte que l'exécutif ne disposait déjà plus que de l'instrument fiscal pour mettre en œuvre ses politiques macro-économiques. Néanmoins, comme la zone de compétence des banques nationales restait le territoire national, cellesci agissaient en faveur de l'économie nationale. Avec le transfert de l'instrument monétaire, chaque pays perd la garantie d'une banque nationale fonctionnant pour des intérêts économiques propres à son marché propre. Les décisions de la BCE ne répondent plus qu'aux objectifs de celle-ci dans le cadre de la zone euro. (7) Il s'agit d'objectifs globaux qui peuvent ne pas tenir en compte la situation de tel ou tel pays ou région : de par leurs particularités propres, les pays de la zone Euro ne sont pas affectés de la même manière par les chocs conjoncturels. L'Irlande pourrait par exemple se retrouver dans une phase de croissance forte alors que l'autriche serait en pleine stagnation (8). Les politiques de la BCE ne seraient pas nécessairement adaptées à chacun. De plus, les deux instruments macroéconomiques se retrouvent à deux niveaux de décision différents. Par conséquent, la cohérence entre les deux n'est plus assurée: Est-ce cohérent de prendre des décisions monétaires alors même que le pouvoir fiscal est situé à un autre niveau de pouvoir rendant possible une compétition entre les états? Pour ces différentes raisons, un pacte de stabilité a été créé : son objectif est d'empêcher les états membres de faire n'importe quoi et ainsi de décrédibiliser la monnaie européenne. L'instauration de limites au déficit budgétaire des pays visait ainsi à lisser les chocs conjoncturels en incitant les pays à faire des réserves en cas de conjoncture favorable pour les périodes de vaches maigres. Force est hélas de constater que certains pays ont dépassé ce seuil ces deux dernières années La question est alors de savoir où se situe le problème et les responsabilités politiques qui y sont liées. Conclusion D une part, de nombreux thèmes ont été abordés dans cet article et chacun mériterait d'être approfondi et discuté. Cependant, davantage que d'être exhaustif, son but est d'ouvrir des portes, de servir de base pour de multiples discussions. D autre part, il tente de mettre en évidence les raisons qui peuvent motiver des Etats-membres à ne pas adhérer à l Union économique et monétaire. Volonté d indépendance politique (Londres), scepticisme envers les supposés bienfaits de l Euro (Stockholm), cycle économique conjoncturel différent. Toutefois, si L Union souhaite vraiment réaliser un marché unique optimal la fiscalité et les matières relatives aux transactions financières devront, à leur tour, être uniformisées. Or, il n existe pas d unanimité au Conseil pour franchir cette nouvelle étape, au grand dam de la Commission européenne et des fédéralistes convaincus. Nous constatons que la «théorie de la bicyclette» reste pertinente, l intégration économique poussant à une plus grande coordination politique. NOTES: 1. Allemagne de l'ouest, Belgique, France, Luxembourg, Italie et Pays-Bas. 2. Bien que tous les individus des pays membres soient libres de se déplacer dans l'espace Schengen, "personne" doit ici être entendu au sens économique du terme, "agent économique". 3. Pour plus d'informations: 4. Pour une description de ces phases, voir: 5. Cela pourrait être comparé à des Etats-Unis d'amérique avec cinquante monnaies différentes. 6. Une étude des raisons du refus de certains pays d'adhérer à l'euro serait intéressante 7. Son principal objectif est le maintien de la stabilité des prix, c'est à dire de contrôler l'inflation. 8. On parle alors de chocs asymétriques. EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO 1 ECONOMIC POLICIES 31

34 LES ENJEUX DU RÔLE INTERNATIONAL DE L EURO BY VALERY HAMENDE, IEE DE L UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES La création de la monnaie unique, l euro, a contribué à l évolution des équilibres monétaires internationaux. Cette irruption a été appréciée de manière différente : alors que le Japon s est montré plutôt satisfait, les Etats-Unis ont minimisé l importance de l euro. Ces réactions contrastées reflètent des enjeux qui sont loin d être anodins. Pour le Japon, fragilisé par la mauvaise santé de son économie, le yen apparaissait en perte de vitesse face à deux géants, l euro et le dollar. Afin de garantir le rayonnement de sa devise, le Japon cherche à instaurer un système monétaire tripolaire, incluant des zones de fluctuations à l intérieur desquelles le yen, le dollar et l euro évolueraient harmonieusement. Ce «système officieux de taux de change fixes» permettrait au yen de rester la troisième devise internationale, mais également de diminuer la pesante tutelle monétaire américaine sur son économie. Dans le passé, le Japon a déjà subi de fortes pressions politiques et économiques de Washington. Grâce à la prospérité de son économie, Tokyo a engrangé un véritable trésor de guerre : plus de 1000 milliards de dollars d avoirs à l étranger. Le Japon est aussi l un des premiers créanciers des Etats-Unis puisqu il détient près de 30% des bons du Trésor américain. Cette opération a permis aux Etats-Unis de vivre au-dessus de leur moyen pendant une très longue période. Cette réalité se vérifie toujours à l heure actuelle. L euro pourrait pourtant changer la donne. Aujourd hui, certains investisseurs nippons sont intéressés par la dette publique de la zone euro. En effet, celle-ci offre des caractéristiques similaires à celle de Washington en termes de risque et de rating. Depuis l an 2000, ceci encourage naturellement le monde financier nippon à acheter des obligations des états membres de la zone euro. Notons que le Japon n est pas le seul pays asiatique à se féliciter de l arrivée de l euro : la Malaisie, la Thaïlande, la Corée du Sud, Singapour et la République Populaire de Chine ont toutes salué son avènement, pour des raisons parfois similaires à celles de Tokyo. De surcroît, ces états veulent disposer d un montant d euros proportionnel aux flux commerciaux réalisés avec l Union européenne et limiter ainsi les effets dévastateurs liés aux fluctuations du dollar. En effet, avec la dépréciation du dollar, il y a quelques années, de nombreux états dont les réserves étaient exprimées en dollar, ont perdu une partie de leur pouvoir d achat. Cette tendance est prometteuse pour l euro dans son rôle de monnaie internationale, en regard de l importance croissante des flux commerciaux et monétaires entre les pays de la zone euro et l Asie. Auparavant, ces échanges étaient libellés en dollar, ce qui pourrait ne plus être forcément le cas. Mais ce nouvel attrait international de l euro est-il vraiment positif pour l économie européenne? Théoriquement, un euro fort n est pas nécessairement désavantageux pour la zone euro. Il permet d avoir une devise forte, symbole d un prestige international de puissance économique. Il augmente aussi les profits des agents financiers intermédiaires de la zone euro. Cependant, une série d inconvénients existe : une demande trop forte et soutenue pourrait pousser l euro vers des sommets critiques, pénalisant les entreprises exportatrices. Or, à elles seules, les banques centrales étrangères disposant de réserves de change libellées en dollar pourraient les convertir (partiellement) en euro. D ici 15 ans, la devise européenne représenterait plus de 30% des réserves internationales, ce qui équivaudrait à une conversion de plus de 700 milliards de dollar! la part croissante de l euro dans la négoce internationale contribuera aussi à son appréciation. Le dollar est impliqué à plus de 80% dans les transactions internationales, contre à peine 18% pour la monnaie unique. Mais l euro s affirme progressivement dans les grands contrats commerciaux, notamment dans les secteurs du pétrole, du BTP, des services et de l industrie. la taille du marché communautaire s accroît avec l adhésion prochaine de 10 nouveaux états-membres, auxquels s ajouteront en 2007 deux autres états. Ces éléments ont deux conséquences majeures: D une part, l euro est aujourd hui surévalué et ces effets pervers pourraient limiter, voire annuler la reprise économique en Europe. C est pourquoi la plupart des industriels européens se plaignent de la vigueur de la monnaie unique, pénalisant leur compétitivité sur les marchés à l exportation, notamment face à la concurrence américaine. Un dollar faible favorise les exportations des Etats-Unis, c est EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO 1 ECONOMIC POLICIES 32

35 pourquoi la Federal Reserve, et la Maison-Blanche, laissent filer le dollar à la baisse face à l euro. Le seuil critique de 1,3 dollar pour un euro est aujourd hui presque atteint (1,26 dollar pour un euro à la mijanvier). D autre part, la Banque Centrale Européenne va devoir intervenir, tôt au tard, même si la portée de ses actions semble limitée. Une intervention directe sur le marché des changes ne suffirait vraisemblablement pas à stopper l appréciation de l euro. Dès lors, la BCE serait contrainte de jouer sur le taux d intérêt dans la zone euro. Une diminution de celui-ci relancerait l activité économique au sein du marché unique et tempérerait la vigueur de l euro. Or, l objectif majeur de la BCE est de limiter l inflation annuelle sous les 2 % dans la zone euro ; ce qui requiert le respect d une stricte orthodoxie budgétaire, héritée du règne de la BundesBank. Le cours de l euro est un élément important, mais pas décisif pour les autorités de la BCE. Cette rigidité ne satisfait pas du tout les entreprises européennes, que du contraire. Elles exercent des pressions auprès de leurs gouvernements respectifs. Trop de rigidité de la part de la BCE pourrait donc, à terme, exacerber la tension entre pouvoir politique et pouvoir monétaire dans la zone euro. Le compromis politique actuel reste fragile, il pourrait voler en éclat si la BCE n adoptait pas une attitude plus interventionniste ou si cette dernière handicapait toute reprise économique dans la zone euro. Dans ce cas, la crédibilité de la monnaie unique et l indépendance de la BCE en seraient gravement affectées, surtout auprès des marchés financiers internationaux. Pour éviter la réalisation de ce scénario, l Euroland devrait être doté d une voix politique unique, ce que bon nombre d états-membres ne souhaitent évidemment pas, pour des raisons politiques, surtout dans le cadre d une «guerre économique larvée» avec Washington. A nouveau se pose «l éternelle question du modèle européen» à construire et/ou approfondir : Europe fédéraliste versus Europe intergouvernementale En guise de conclusion, un constat : le «Yalta monétaire» nous est à l heure actuelle favorable. Mais les choses évoluent vite et parfois brusquement en matières monétaires et financières. Le dollar restera longtemps encore la monnaie pivot, mais avec une importance moindre que dans le passé. L euro restera la seconde devise internationale, mais pourrait être malmené par l Asie. Le yen, sur le déclin, reste dominant avec le dollar dans l espace Asie Pacifique. Cette zone regroupe la majorité des habitants de la planète, dont le pouvoir d achat est appelé à augmenter, ainsi qu une partie non négligeable du commerce international : on parle de «l Eldorado du XXI ème siècle». Une autre devise asiatique pourrait s affirmer (plus ou moins indirectement) sur la scène internationale : la chinoise. Le yen est un choix par défaut opéré par les états asiatiques, dont la plupart ont plus d affinités avec Pékin qu avec Tokyo. A terme, la Chine populaire pourrait décider de rendre convertible sa monnaie nationale, le Yuan. Théoriquement, il y aurait alors quatre devises majeures. La concurrence pour l euro serait plus féroce, son importance internationale serait moindre. Mais surtout, l euro ne serait plus la seule alternative possible au dollar américain. Les ambitions européennes doivent dès aujourd hui considérer ces hypothèses, afin de préserver «l aura et l esprit» de notre monnaie unique : l euro. Pour plus d'information : sur l'historique de la monnaie unique: fich.dir/qr htm Sur le système monétaire européen Cours/RMI421.pdf Sur l'euro EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO 1 ECONOMIC POLICIES 33

36 EYES ON EUROPE BOOK REVIEW DEMI TEINTE BY AYMERIC SIMON, STUDENT AT THE UNIVERSITY COLLEGE OF LONDON Philippe Claudel est un auteur double, entre roman fin du XIX siècle, polar façon Agatha Christie, entre chiens et loups, entre chef-d œuvre et déjà vu On aborde Les âmes grises avec un arrière-goût connu, presque à contre-cœur. On en sort vite, très vite, trop vite pour certains. Le roman se dévore littéralement, il nous entraîne dans les méandres de la conscience humaine, dans ces limbes honteuses où les hommes se satisfont de leur sort. L ouvrage s articule autour de quatre figures féminines, quatre spectres, symboles d une seule et même femme, Eve moderne, déchue et confrontée à la médiocrité ambiante. Personne n est bon ou mauvais, rien n est noir ou blanc. Tout se déroule dans une sorte d ambiance grisâtre, tous les personnages, y compris le protagoniste, sont comme «viciés» par un pêché originel dont ils ne se seraient pas guéris. La figure féminine est sacrifiée, dans sa pureté enfantine, dans son amour de l autre, de l homme, ou dans son amour du prochain. Le narrateur est un policier, chargé de l enquête sur la mort d une enfant, Belle de Jour. Au fil de son récit, trois autres femmes surgissent, correspondant chacune à un âge différent d une même et seule femme. Lysia, Clélis, Clémence Toutes confrontées à la folie humaine symbolisée par l homme. Lysia, obligée de vivre dans un univers qui n est plus le sien, dans une dépendance d un château alors qu elle ne vit que pour lui, lui qui est au front, lui dont elle ne reçoit pas de nouvelles Lui dont elle partage les maux, lui dont elle tente de se rapprocher en observant au loin le champ de bataille, lui auquel elle donnera tout. Clélis, femme du monde, sorte de fleur fragile dans un milieu froid, hostile à l épanouissement. Clélis, la femme du procureur, femme du bourreau, de celui qui envoie à la potence, qui assassine. Clémence enfin, la femme du narrateur, omniprésente, en transparence, qui lui donne également le meilleur de son être, son double qui lui donne un enfant, symbole de leur amour et dont le destin sera à l image de l égoïsme humain. l arrière-plan une guerre qui gronde, des morts et des blessés. Un arrièreplan qui met mieux en valeur cette médiocrité de l âme humaine, des petites querelles de village et qui accentue cette hiérarchie dérisoire des différents degrés de l horreur. Le narrateur n exprime presque aucune émotion à l évocation de l enfer des tranchées mais se révèle bouleversé par la mort qui frappe près de lui, comme pour mettre en exergue la banalité de la guerre. Le décor est planté : nous sommes en 1917, dans l Est, les femmes qui surgiront dans cet univers morbide où les bruits du canon sont comme étouffés par le quotidien, les repas au restaurant du procureur, ses sentences, par la vie du narrateur, par son bonheur conjugal. L auteur a délibérément choisi de nous faire parvenir un conflit presque honteux, pour mieux faire ressortir le «relief» des personnages, de ces protagonistes médiocres et tellement humains. Chef d œuvre selon certains, roman «traditionnel» s inscrivant dans une lignée littéraire séculaire, voire opus décevant pour d autres, symptomatique d une politique pratique de remise des prix littéraires (Philippe Claudel serait en quelque sorte le bénéficiaire inespéré d une lutte sourde entre grands pontes du Goncourt et «opposants» du Renaudot ), Les âmes grises ne peuvent laisser le lecteur indifférent. L envie irrésistible de le finir une fois la première page tournée n est pas assurée... Elle m a en tout cas saisi. Et la dernière page arrivée, on ne sort pas indemne de ce récit. La femme est ainsi le point central du roman, l objet principal d une intrigue qui se divise, se ramifie, avec la femme comme fil conducteur, avec à 34

37 RICHARD DE COUDENHOVE-KALERGI : UN VISIONNAIRE (1894/1972) BY ALIX CHAMBRIS, PRÉSIDENTE DE LA SECTION POLONAISE DU JOURNAL EUROPÉEN CAFEBABEL.COM AND TAICHI NAKAMURA, ÉTUDIANT À L UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES Peu connu en Europe, Coudenhove-Kalergi a pourtant contribué de manière cruciale à sa construction. L homme qui croyait à la force des idées : «chaque grand événement a commencé comme utopie et finit comme réalité» a su synthétiser un projet d union entre Etats européens à une époque où personne n y pensait. L impact de son action a été considérable. Ainsi, lance t il, dès 1923 l idée de créer un pool de production du charbon allemand et de l acier français, dont l aboutissement est la création en 1950 de la première institution européenne, la CECA (Communauté Européenne du Charbon et de l Acier). C est encore lui qui inspire le célèbre discours d Aristide Briand (1929) devant la Société des Nations. Discours dans lequel, ce dernier, ministre français des affaires étrangères propose l édification d un lien fédéral entre les peuples européens. Le Conseil de l Europe tire également son origine de l Union Parlementaire Européenne créée à l initiative de Coudenhove-Kalergi en C est encore lui qui souhaite faire de l hymne à la joie, l hymne européen. Churchill n a pas manqué de lui rendre hommage dans son appel à l unité européenne prononcé à Zürich en 1946 : «We must build a kind of United States of Europe Much work has been done upon this task by the exertions of the Pan-European Union which owes so much to Count Coudenhove-Kalergi and which commanded the services of the famous French patriot and statesman, Aristide Briand.» Mais qui était donc ce visionnaire? Enfant de l empire d Autriche-Hongrie, il a été profondément marqué par un régime plurinational et cosmopolite. De mère japonaise et de père autrichien, il voit l Europe comme un ensemble homogène en opposition avec le monde asiatique. Son père, diplomate, lui transmet une grande ouverture d esprit et un sentiment de haine envers tout nationalisme égocentrique. Il lui enseigne le principe de tolérance et de respect pour tout homme. Il est remarquable qu à l époque où la haine des juifs se développait, ce dernier ait publié le livre Das Wesen des Antisemitismus (1901) dans lequel il s oppose vigoureusement aux théories racistes de son époque. Enfin, lors de son passage au Theresianum, l école austro-hongroise qui formait les membres du gouvernement, il fait l expérience de la mixité des nations et de leur bonne entente sous un même toit. D abord philosophe, puis écrivain et journaliste, c est en 1923 que débute sa «carrière européenne» avec la publication de son livre majeur Paneurope. A une époque où les débats européens étaient dominés par le pessimisme -dont Spengler en est l exemple le plus frappant- et par des débats stériles sur la responsabilité de la première guerre mondiale, Coudenhove-Kalergi fait un appel retentissant aux Etats européens. «Chaque jour le monde devient plus petit : par suite des progrès techniques des moyens de communication, les villes et les pays se rapprochent de plus en plus. ( ) Si la technique politique ne s adapte pas à cette évolution de la technique des communications, il en résultera de terribles catastrophes. Au rapprochement dans l espace et dans le temps des peuples voisins doit correspondre un rapprochement politique si l on veut éviter des heurts violents.» Coudenhove-Kalergi veut faire du rapprochement franco-allemand la condition sine qua non de cette organisation. Dans son livre, on perçoit un sentiment d urgence, la non réconciliation de la France et de l Allemagne aboutira à coup sûr à une seconde guerre mondiale. Il faut à tout prix éviter de pousser une Allemagne aigrie dans le giron russe car un nouveau conflit permettra à la Russie d établir durablement sa domination sur l Europe. L auteur pressent déjà le pacte Ribentrop- Molotov (traité de non-agression signé entre l Union soviétique et l Allemagne) en même temps qu il devine l essence du communisme bien avant les œuvres de Djelas ou Soljenitsine : Le communisme est un fascisme à échelon supérieur, un fascisme renforcé par la dimension économique.» Face à une Russie dont il mesure les ambitions impérialistes, il souhaite construire l Union de l Europe pour équilibrer durablement la puissance de cette dernière. Coudenhove-Kalergi est convaincu que la chute des monarchies et l avènement d un nouvel ordre européen fondé sur le principe national et la démocratie poseront les jalons d une fédération paneuropéenne. Il propose ainsi la constitution d une confédération d Etats européennes, ou «Etats Unis d Europe», dans un nouvel espace où les frontières internes seraient abolies et l intégrité des nations respectée. L Union serait régie par deux chambres : l une, la chambre des peuples, serait composée de députés élus à raison d un député par million d habitants, et l autre, la Chambre des Etats, serait composée des représentants des gouvernements européens à raison d un par gouvernement, quelle que soit l importance de l Etat. Ce livre donna naissance en 1926 au mouvement Paneurope dont Coudenhove-Kalergi fut élu président au Congrès de Vienne. Le discours prononcé par Aristide Briand devant la Société des Nations a été l un de ses plus grands succès. Toutefois, la crise économique des années 30 et la montée des fascismes mirent fin à l influence du mouvement paneuropéen et Coudenhove- Kalergi ne réussit pas après la deuxième guerre mondiale à jouer un rôle moteur semblable à celui qu il avait joué dans les années 20. Son œuvre a cependant donné une impulsion primordiale à la construction européenne, et l on ne se saurait manquer de lui rendre hommage. 35

38 EYES ON EUROPE SPECIAL «IEE» 40 EME ANNIVERSAIRE DE L INSTITUT D ETUDES EUROPEENNES BY EMMANUELLE PEREZ, IEE DE L UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES Le fabuleux destin de l IEE? S il surfe sur la vague porteuse des Instituts d Etudes Européennes, l IEE de l Université Libre de Bruxelles peut se vanter d être l un des premiers à avoir créé un 3 ème cycle sur les politiques européennes. Depuis une quinzaine d année, l IEE s est internationalisé, tant dans son corps professoral que dans le recrutement des étudiants. Et sa notoriété ne fait que croître, grâce à une situation géographique privilégiée : enseigner l Europe en plein cœur de la capitale de l Europe, à deux pas des principales institutions européennes, est un avantage majeur. Cela permet notamment d inaugurer l année académique avec pour invités des commissaires européens, voire leur président (Romano Prodi a inauguré l une des sessions), et de favoriser le dialogue entre les milieux professionnels et universitaires. On peut donc sans trop de risques affirmer que l IEE est un facteur d intégration européenne, grâce à des étudiants animés par une foi en ce drapeau bleu et ses 12 étoiles, grâce à des professeurs engagés dans une vision communautaire, et grâce à des nombreux colloques et conférences qui favorisent une synergie avec les institutions européennes. Alors à l IEE, tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes? A écouter ce qui se dit de-ci, de-là, quelques ombres au tableau font surface. Du côté des étudiants, on se plaint d un «IEE fantôme», avec beaucoup d ambitions mais peu de moyens humains et matériels, et sans réelle âme. Victime de son succès, l IEE connaît en effet une inflation du nombre d inscrits, avec un rythme qui n a pas permis pour l instant à l encadrement administratif et professoral de suivre. Du côté des universitaires, les inquiétudes proviendraient plutôt des remaniements à effectuer dans le cadre de la réforme «3-5-8» du processus de Bologne et de ses conséquences. D autres professeurs mettent en avant le manque de stratégie de l IEE, oscillant entre pôle d excellence et centre de formation. Trop de diversité tuerait-il la spécificité des diplômes délivrés? C est à ce genre de questions que l IEE se doit de répondre. Fêter ses 40 ans est une excellente occasion de se réjouir du chemin parcouru, de se mettre en évidence et de rayonner. Mais cela ne doit pas occulter la nécessaire réflexion sur l avenir et les chantiers à venir. Des initiatives étudiantes existent, pleines de prospectives : l association des anciens étudiants ALUMNIEE, et ce nouveau journal, Eyes on Europe, que vous venez de savourer Tous, anciens et actuels étudiants, professeurs, chercheurs, personnel administratif, nous pouvons être associés à cette réflexion, et trouver des solutions à court terme. Trêve de solennité, nous vous laissons vous délecter des dernières pages de ce journal, entièrement consacrées à l IEE, notamment au travers d un article sur le désir d Europe (thème de la journée anniversaire) de M. Magnette, directeur de l IEE ; d un entretien avec M. Telo, directeur de recherche de la section politique ; et d une présentation de ALUMNIEE. Que tous soient ici chaleureusement remerciés de leur intérêt et de leur aide, ainsi que Messieurs Telo et Vanden Abeele pour s être prêtés au jeu du dictaphone. 36

39 LE DESIR D EUROPE DANS L ORDRE GLOBAL BY PAUL MAGNETTE, DIRECTEUR DE L IEE A l heure de fêter son quarantième anniversaire, l Institut d Etudes Européennes de l ULB a choisi de traiter du rôle de l Union sur la scène internationale. Ce thème peut paraître un peu décalé par rapport à l actualité chargée de ce début d année 2004, faite d une conférence intergouvernementale embourbée, de négociations budgétaires qui s annoncent très difficiles, d un élargissement à dix nouveaux Etats dont la fête est un peu gâchée par ce climat houleux, et d élections européennes qui le rendent plus tendu encore. Le choix de prendre un peu de distance par rapport aux dossiers du jour est délibéré. L Institut a toujours suivi de près l actualité de l intégration européenne, mais toujours voulu aussi nourrir une réflexion de fond et de long terme sur les enjeux de l Union, qui ne se perde pas dans les détails du quotidien. Et parmi les grandes questions qui se posent à l Union aujourd hui, aucune n est plus fondamentale, ni plus impérieuse, que celle de son action sur la scène internationale. D abord parce que les attentes que nourrit l Europe se confirment chaque jour. Parmi les pays qui restent candidats, dans les Balkans, voire au-delà, la perspective d une adhésion à l Union, aussi lointaine fût-elle, structure les débats politiques. Dans les contrées plus lointaines, en Amérique latine, en Afrique du Nord et en Afrique noire, en Asie, le désir d Europe n est pas moins fort. Même si les relations avec ses régions restent souvent marquées par les souvenirs pénibles de l époque coloniale, et si elles sont régulièrement assombries par les conflits commerciaux et les malentendus diplomatiques, l Europe unie est perçue comme l un des grands pôles de l ordre international qui se construit. Première puissance commerciale de la planète, dotée d une monnaie forte, et cohérente dans son action au sein de l OMC, l Europe infléchit en profondeur le cours de la globalisation. Premier pourvoyeur d aide humanitaire, de soutien aux processus de pacification et de démocratisation, liée à ces régions par de nombreux accords d association, l Europe mène une action structurelle de stabilisation des aires les plus troublées de la planète. Il n y a qu en Europe que l on ne voit pas combien l Union pèse sur le cours des affaires du monde. Obnubilés par nos tensions internes, par nos réformes institutionnelles continues, par nos marchandages budgétaires, nous perdons de vue la force de notre rayonnement et les attentes que nous suscitons. En tant qu Institut d enseignement et de recherche, l IEE prend chaque jour conscience de ces attentes. Depuis longtemps déjà, nous avons fait le choix de porter une grande part de nos efforts sur le rôle extérieur de l Union européenne. Les enseignements que nous y consacrons sont suivis par un nombre croissant d étudiants, venus des quatre coins de l Europe et d autres régions du monde. Les Masters spécialisés que nous avons créés récemment à destination des professionnels, des multinationales et des institutions internationales basées à Bruxelles, consacrés eux aussi au rôle extérieur de l Union et à l économie internationale, rencontrent un succès qui va au-delà de nos expériences. Ce désir d Europe, nos enseignants le constatent aussi dans leurs nombreuses missions à l étranger. Aux Etats-Unis, où nous entretenons des relations de collaboration soutenues avec les EU Centres, de New York à Seattle, et de Berkeley à Georgia ; en Amérique latine, où les professeurs de l Institut enseignent fréquemment, au Pérou et au Mexique notamment ; en Afrique du Nord, où nous participons à des formations organisées au Maroc et en Palestine ; en Asie, où nous parrainons l un des premiers Instituts d études européennes à Macao depuis sa création il y a près de vingt ans, ainsi qu au Vietnam et au Japon. Dans ces lointaines contrées, l on comprend mieux combien l intégration européenne est perçue comme un succès historique. Car trop tournés sur nous-mêmes, nous oublions parfois que l Europe est une exception. Comme l écrivait récemment Hubert Védrine : «Il n y a aucun autre exemple dans l histoire du monde, ou ailleurs dans le monde, d un endroit où il y a autant de richesses, de libertés, de garanties, de sécurité ; et de droits à ne savoir qu en faire». Ce succès, nous le devons d abord à une attitude intellectuelle : la capacité de douter de nous-mêmes, de voir nos erreurs et leurs conséquences désastreuses, et d en tirer les leçons. C est lorsqu elle comprit que le dogme de la souveraineté sans limite engendrait des troubles dont pâtissait l ensemble de la planète, que l Europe put mettre fin au cycle infernal des guerres européennes. L expérience de l intégration européenne car c est une expérience, sans cesse reprise, avec ce que cela implique d essais avortés et de solutions compliquées repose sur la conviction que les relations entre Etats peuvent être démocratiques. Que comme les sociétés modernes furent apaisées de l intérieur par la démocratie, la société internationale peut l être par la négociation, le droit et le respect mutuel. Ce fut le rêve de Wilson, puis de Briand ; c est devenu notre quotidien dans ce vaste espace européen. Ce pourrait l être au-delà. EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO I SPECIAL ISSUE 37

40 Le doute, la critique, la remise en cause, l évaluation, sont aussi les attitudes qui fondent la démarche intellectuelle de l Institut d études européennes, dans son enseignement comme dans sa recherche. Nous ne sommes pas, et ne voulons pas être, une école de formation de fonctionnaires européens dociles ou de lobbyistes efficaces. Nous tenons au principe cardinal du libre examen, fondement de notre Université, et aspirons à former des Européens capables de penser par eux-mêmes et à nourrir un débat public ouvert sur le devenir de l Union. Force nous est de rappeler, dès lors, que le rôle de l Union dans l ordre global est loin d être clair et achevé. Les divisions causées par la crise irakienne du printemps dernier ont rappelé, comme la catastrophe yougoslave il y a dix ans, que les Européens n ont pas encore suffisamment pensé leur place dans le monde ; qu ils ne savent pas encore comment équilibrer le droit et la force. Les tâtonnements des négociations de l OMC montrent, par ailleurs, que l Europe ne sait pas toujours comment concilier ses intérêts et son idéal. Notre présence trop discrète dans notre voisinage immédiat, les Balkans, et sur ce continent africain vis-àvis duquel nous avons une responsabilité si lourde, indiquent notre insuffisante volonté. Sans obérer nos réussites et les espérances qu elles suscitent, il faut aussi oser voir nos limites et nos contradictions. «L IEE, POUR UNE RECHERCHE INDÉPENDANTE ET UN ENSEIGNEMENT DE QUALITÉ» ENTRETIEN AVEC MARIO TELO, DIRECTEUR DE LA SECTION POLITIQUE. TEXTE RELU ET AMENDÉ PAR M. TELO. Eyes on Europe : L IEE fête ses quarante ans. Professeur à l ULB depuis 1987, directeur de la section politique de l IEE depuis 1988, vous devez bien connaître la maison. Pouvez-vous nous parler de votre expérience, notamment dans le cadre du développement d un pôle de recherche? Mario Telo : Présent à Bruxelles depuis une quinzaine d années, je témoigne - comme beaucoup de collègues étrangers - du rayonnement international de l IEE de l ULB. Jusqu alors, les études juridiques occupaient surtout l IEE, grâce à Mr Louis et à son école. A partir de 1988, on a véritablement créé deux nouvelles sections de recherche et d enseignement : les sections économiques et politiques, dont la direction a été assumée, à l impulsion de Madame Thys, actuelle Présidente, respectivement par M. Sapir et par moi même. Nous voulions un enseignement qui soit à la fois techniquement d un haut niveau, en ce qui concerne la connaissance directe des institutions et des politiques européennes, mais aussi d une haute qualité scientifique. C est pourquoi nous avons fait appel à un corps professoral international. Depuis 1988 on a nommé des allemands, des anglais, des norvégiens, des espagnols, des français, etc : on a internationalisé le corps professoral. Actuellement, les professeurs sont issus d une dizaine de pays différents. Ce qui nous permet de spécialiser l enseignement. Il y a une grande variété de spécialisations dans les différents domaines des études européennes, de la coopération jusqu à la politique économique, des partis politiques jusqu à l étude des institutions. Vous coordonnez la section de recherche sur les aspects politiques de l intégration européenne. Quels sont les principaux travaux de recherche en cours? La coopération interuniversitaire et avec les institutions européennes est-elle forte? La recherche de la section politique est surtout centrée sur cinq axes. Le premier porte sur les transformations des institutions européennes, la réforme en cours depuis l Acte Unique de Cette section est dirigée par M. Magnette. Le deuxième axe porte sur la sécurité et la défense, à l impulsion de M. Remacle. Le troisième porte sur les partis politiques et la dimension politico-parlementaire. Le promoteur en est M. Delwit. Quatrième axe, les nouveaux Etats membres ou ceux qui sont encore dans la liste d attente, sous l impulsion de M. De Waele. Le cinquième, je le dirige directement. Il porte sur l Europe dans le monde, soit l Europe face au désordre mondial, ainsi que l Europe et son modèle socio-économique face aux défis de la globalisation. Il y a parfois des connections entre les différents axes, et tout un réseau de chercheurs et de professeurs autour du promoteur de chaque projet de recherche De plus, chaque axe dispose de son réseau international de collaboration. Pour ce qui concerne celui dont je m occupe en particulier, le réseau s étend aux universités nord-américaines, d Amérique latine, du Japon et de Chine. EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO I SPECIAL ISSUE

41 L IEE s orienterait-il vers la recherche aux dépends de la formation, ou bien doit-il avant tout rester un centre de formation? Les deux sont-ils conciliables avec les moyens actuels dont dispose l IEE? Nous tenons beaucoup à l interaction entre la recherche et l enseignement. Cette interaction se fait à deux niveaux : le premier est le niveau Master, ou DES, par le fait que souvent, les chercheurs de la maison, une cinquantaine, donnent des séminaires dans le cadre de l enseignement : l accumulation de la recherche et le développement de l enseignement sont tout à fait liés. Les meilleurs travaux de mémoire peuvent être publiés sous forme d articles scientifiques. Le deuxième niveau de cette interaction, c est l Ecole doctorale en études européennes, ou le «top niveau» de l interaction! Il y presque une fusion entre les deux statuts d étudiant et de chercheur, le contact entre les deux mondes tend à l identification. Les doctorants sont le plus précieux des patrimoines : ils sont la nouvelle génération des chercheurs et des professeurs. Nous investissons énormément dans les potentialités de cette interaction. De manière générale, l enseignant qui ne fait pas de la recherche n est pas un bon enseignant, et le chercheur qui ne sait pas communiquer à un public plus large le résultat de ses recherches perd en clarté. Des deux points de vue, cette interaction est très utile, y compris pour les nombreux diplômés qui s orientent vers une profession liée à l Union européenne. Tous ont intérêt à maîtriser les grands dossiers européens et à situer leur compétence particulière dans une perspective critique et innovatrice. Nous ne formons ni des employés exécuteurs ni des militants acritiques Un mot sur l activité éditoriale Il semblerait que beaucoup de nos chercheurs et professeurs publient des ouvrages. Quelles en sont les retombées pour l IEE? L activité éditoriale est très développée. Nous avons la collection d Etudes Européennes de l Institut, publiée aux éditions de l Université de Bruxelles ; mais les chercheurs et professeurs de l Institut publient aussi beaucoup dans d autres collections, tant en français (Presses Universitaires de France ; Complexe), que, de plus en plus, en anglais. Ce qui est peut-être inévitable, et contribue beaucoup à la renommée de l Institut sur le plan international, particulièrement dans le Nord de l Europe et aux USA. Bien entendu, les chercheurs présentent leurs ouvrages à l occasion de réunions internationales et de conférences. Dans la section politique de recherche, qui comprend 25 chercheurs, une dizaine de livres sont publiés par an. On vous a beaucoup vu lors des conférences qui se sont déroulées ce premier semestre. Est-il facile d obtenir des intervenants au sein de l IEE? Dans quelle mesure cette interaction agit sur la notoriété de l IEE? Depuis les origines, l IEE organise au moins une fois par an un grand colloque, ou un cycle de conférences, qui réunit le monde européen de Bruxelles : étudiants, professeurs, communauté scientifique universitaire mais aussi acteurs au sein des institutions -Commission, Parlement, Conseil. Notre but est le dialogue entre la communauté académique et celle des «policy-makers», des décideurs. Ce dialogue est facilité par la proximité géographique, être à Bruxelles aide beaucoup. Il est bénéfique pour les deux parties. Beaucoup d entre-nous sommes également consultants auprès des institutions européennes. Donc il y a un rapport direct, tout en sauvegardant l indépendance critique de l université. C est une différence par rapport au Collège de Bruges, qui est un centre de qualité mais pas une Université, plutôt un institut créé par la Commission. L IEE est une université libre, et libre aussi dans le sens qu elle est libre d exercer son esprit critique sur les institutions européennes. C est typique de cet institut et de cette université, indépendante, nous sommes proches des institutions européennes, mais pas soumis! L IEE fête son 40 ème anniversaire. Qu est-ce que cela représente pour vous, et comment envisagez-vous cette journée? Le thème de la conférence principale sera «l Europe et le Monde». Cette journée, c est un peu le symbole de ce que nous avons voulu faire de cet Institut depuis la refondation de 1988, c est-à-dire un institut de hautes études, capable de développer une recherche indépendante et un enseignement de qualité. Ce n est pas tellement un institut militant pour la cause européenne, mais un institut qui a voulu développer une recherche indépendante sur les institutions et les politiques européennes. Etudier «la réalité effectuelle des choses et pas le devoir-être», comme écrivait Machiavel à propos de l Etat, suivi sur ce point par Hobbes et par Montesquieu. Outre le colloque, plusieurs initiatives sont envisagées pour le 40 ème anniversaire, par M. Magnette et la Présidence. Aujourd hui, est-ce que l IEE n est pas victime de ce succès, au vu du nombre croissant d étudiants qui débordent même des salles de classe! C est un défi majeur, que l on peut appeler le défi de l harmonisation de l enseignement supérieur en Europe. Le processus de Bologne (3-5-8) devrait favoriser la mobilité étudiante, surtout en 4 ème et 5 ème année d études. Et nous sommes dans ce créneau là. EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO I SPECIAL ISSUE 39

42 Je prévois une augmentation sensible du nombre d étudiants. Nous voulons garder une sélection à l entrée, purement académique. Si, des 150 candidatures actuelles, on passe à 200 ou 300, nous serons amenés à préciser des critères d admission plus stricts. Et là c est dommage. Nous avons doublé le nombre d étudiants en trois ans [de 40 à 88 pour la section politique]. Or les critères de sélection restent les mêmes : avoir un profil académique européen et un grade minimum de Distinction. Il y a là une réflexion à développer tous ensemble. Renforcer ce que nous avons fait pendant 40 ans pour pouvoir conserver la qualité et l internationalisation de la recherche (trois DES sérieux et qualifiés, en deux langues) car tout cela renforce la visibilité et la compétitivité de l IEE au niveau international. Puisqu il y a aujourd hui beaucoup d instituts d études européennes en Europe et à travers le monde, l IEE de l ULB doit valoriser ses avantages, à savoir être à Bruxelles et avoir quarante ans d expérience. Concilier la qualité et le nombre est une obligation pour nous. Prochainement nous serons confrontés à l urgence du nombre. Soit on augmente l encadrement, soit nous serons en grande difficulté Propos recueillis par Emmanuelle Perez L IEE en chiffres Créé en 1964, avec 28 étudiants. En , 222 étudiants : 78 en droit européen 23 en économie européenne 88 en politique européenne 33 dans le DEC diplômés en 40 ans d enseignement Plus de 20 nationalités représentées étudiants et professeurs confondus 75 enseignants 12 cellules de recherche spécialisées 1,28 million d euros de contrats de recherche (2002) 20 chercheurs visiteurs par an 50 thèses en cours de préparation Plus de 10 livres, 200 articles scientifiques publiés chaque année Près de 50 colloques, conférences et séminaires de recherche par an. Infos pratiques Institut d Etudes Européennes 39 avenue FD Roosevelt B Bruxelles Tél Fax Website : ALUMNIEE, ou l IEE après l IEE Une nouvelle équipe, un nouveau nom, de nouvelles idées mais une même ambition : donner à l IEE l Association des anciens qu elle mérite. En octobre dernier, des étudiants, principalement issus de la promotion du DEC2 de 2002 et des DES de 2003 ont mis en place un comité des anciens : «Si nous avons décidé de reprendre le flambeau, c est parce que nous croyons qu il y a chez tous les anciens de l IEE une volonté de se retrouver, d échanger informations et expériences ou plus simplement de se tenir informés du parcours des uns et des autres». Débouchés après l IEE Organes de l UE Organismes internationaux Bureaux de consultants Cabinets d avocat européens Lobbies européens Recherche et enseignement... Les projets? Les Jeudis des Anciens, des conférences, et au-delà, l entretien d une dynamique qui rassemble les générations passées par le 39 de l Avenue Roosevelt. Ainsi, le premier Jeudi des anciens a eu lieu le 11 décembre Les anciens et actuels se sont retrouvés dans un bar du centre de Bruxelles Belle occasion de se retrouver autour d'un verre, de se remémorer le passé, d échanger des souvenirs, des projets et des fous rires! Ces rencontres doivent se dérouler une fois par mois. De plus, l'association des anciens se propose d'organiser prochainement une conférence d'une journée consacrée aux «Métiers de l'union Européenne», afin de prendre la mesure de la diversité des parcours professionnels existants ; et de faire un tour d'horizon des divers emplois potentiels dans le contexte d une Europe élargie. Des intervenants venant de milieux socioprofessionnels variés viendront nous parler de leurs parcours. Ils nous livreront également leurs réflexions sur les besoins et perspectives d'évolution du marché dans lequel ils exercent leur activité. Enfin, une association des anciens qui fonctionne est aussi l occasion de se retrouver à Bruxelles. Créer un véritable réseau d échanges, comme de nombreux Instituts et écoles en disposent ; accroître la visibilité de l Institut ; et participer à son développement, telles sont les volontés de ALUMNIEE. De belles perspectives! Pour tout renseignement, contactez le comité des anciens à et visitez le site web (en construction) EYES ON EUROPE - PRINTEMPS NUMERO I SPECIAL ISSUE 40

43 EYES ON EUROPE APPROACHING THE END OF EU ENLARGEMENT P. 2 NATIONAL INTERESTS VERSUS EUROPEAN INTEGRATION: PUTTING THE PROBLEM OF MEMBER STATE EGOISM INTO CONTEXT P. 4 MAKING EUROPE IS LIKE MAKING LOVE - A TALE ABOUT THE OLD LANDLADY, THE AGING SUITOR & THE YOUNG BRIDE P. 7 CZECH REPUBLIC & THE EUROPEAN INTEGRATION P. 8 FOCUS ON EU DEFENSE P. 9 À 18 V O Y A G E À TRAVERS LE PRISME DES CLIVAGES DE SÉCURITÉ ET DE DÉFENSE EURO- PÉENS P. 11 UNE ANALYSE DU CONCEPT STRATÉGIQUE DE JAVIER SOLANA P. 14 EU AND JAPAN: CONVERGING WORLD VISION? P. 19 JAPAN-EU RELATIONSHIP AT THE TIME OF THE HISTORICAL ENLARGEMENT P. 20 MOLDOVA AT THE GATES OF THE EUROPEAN UNION P. 21 LES ETATS-UNIS FACE À L ENTRÉE DE LA TURQUIE DANS L UE: UN RÉVÉLATEUR DE L AMBIVALENCE TRANSATLANTIQUE? P. 23 LES RELATIONS POLITIQUES ENTRE UE & AMÉRIQUE LATINE: UNE UNION POLITIQUE BI-RÉGIONALE? P. 25 L E R A P P O R T «SAPIR» ET LE DÉBAT BUDGÉTAIRE DE L U- NION: LE COMBAT NÉ- CESSAIRE P. 27 QUELQUES MOTS SUR LE RAPPORT «SAPIR» P. 28 PETITE HISTOIRE DE L UEM P. 30 LES ENJEUX DU RÔLE INTERNATIONAL DE L EURO P. 32 SPECIAL ISSUE: LE 40 EME ANNIVER- SAIRE DE L INSTITUT D ETUDES EUROPEENNES P. 36 LE DESIR D EUROPE DANS L ORDRE GLOBAL P. 37 «L IEE, POUR UNE RECHERCHE INDÉPENDANTE ET UN ENSEI- GNEMENT DE QUALITÉ» P. 38

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires Ming Sun Université de Montréal Haï Thach École Chinoise (Mandarin) de Montréal Introduction

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont un compte Facebook? Et si tu es plus jeune, tu as dû entendre parler autour de

Plus en détail

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past!

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! > Le passé composé le passé composé C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! «Je suis vieux maintenant, et ma femme est vieille aussi. Nous n'avons pas eu d'enfants.

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

Votre entrée dans le monde des plombiers. Entering a plumber world

Votre entrée dans le monde des plombiers. Entering a plumber world Votre entrée dans le monde des plombiers Entering a plumber world Jean-Denis Roy 9 janvier 2010 Quelle est la principale différence entre l université et le marché du travail? What is the main difference

Plus en détail

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years.

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years. Linja Game Rules 2 players Ages 8+ Published under license from FoxMind Games NV, by: FoxMind Games BV Stadhouderskade 125hs Amsterdam, The Netherlands Distribution in North America: FoxMind USA 2710 Thomes

Plus en détail

Les licences Creative Commons expliquées aux élèves

Les licences Creative Commons expliquées aux élèves Les licences Creative Commons expliquées aux élèves Source du document : http://framablog.org/index.php/post/2008/03/11/education-b2i-creative-commons Diapo 1 Creative Commons presents : Sharing Creative

Plus en détail

Haslingden High School French Y8 Block C Set 1 HOMEWORK BOOKLET

Haslingden High School French Y8 Block C Set 1 HOMEWORK BOOKLET Haslingden High School French Y8 Block C Set 1 HOMEWORK BOOKLET Name: Form: Subject Teacher: Date Given: Date to Hand in: Level: Effort: House Points: Comment: Target: Parent / Guardian Comment: Complete

Plus en détail

who, which et where sont des pronoms relatifs. who et which ont la fonction de sujet du verbe de la subordonnée. who, which => qui

who, which et where sont des pronoms relatifs. who et which ont la fonction de sujet du verbe de la subordonnée. who, which => qui Chapter 3, lesson 1 Has Claire switched off the lights? Yes, she has. She has already switched off the lights. Have Clark and Joe made reservation at a hotel? No, they haven t. They haven t made reservation

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

Retired Rock Star Presents Programme for Schools

Retired Rock Star Presents Programme for Schools Séquence 12 Public cible 2 de, 1 e / Écouter : B1+ ; Écrire : B1 Retired Rock Star Presents Programme for Schools Le célèbre musicien du groupe Pink Floyd, Roger Waters, présente son programme pour les

Plus en détail

When you are told to do so, open your paper and write your answers in English in the spaces provided.

When you are told to do so, open your paper and write your answers in English in the spaces provided. FOR OFFICIAL USE C 000/403 NATIONAL QUALIFICATIONS 008 TUESDAY, 3 MAY.0 AM.0 PM Total FRENCH STANDARD GRADE Credit Level Reading Fill in these boxes and read what is printed below. Full name of centre

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

TRADITIONAL ARCHTECTURE AND URBANISM: CURRICULA AND TRAINING COURSE DEVELOPMENT-TAUMA

TRADITIONAL ARCHTECTURE AND URBANISM: CURRICULA AND TRAINING COURSE DEVELOPMENT-TAUMA COURSE DEVELOPMENT-TAUMA 2010-1-TR1-LEO05-16787 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: TRADITIONAL ARCHTECTURE AND URBANISM: CURRICULA AND TRAINING COURSE DEVELOPMENT-TAUMA 2010-1-TR1-LEO05-16787

Plus en détail

RESULTING FROM THE ANTI-SEMITIC LEGISLATION IN FORCE DURING THE OCCUPATION. (Decree 99-778 of September 10, 1999) QUESTIONNAIRE. Family Name...

RESULTING FROM THE ANTI-SEMITIC LEGISLATION IN FORCE DURING THE OCCUPATION. (Decree 99-778 of September 10, 1999) QUESTIONNAIRE. Family Name... COMMISSION FOR THE COMPENSATION OF VICTIMS OF SPOLIATION RESULTING FROM THE ANTI-SEMITIC LEGISLATION IN FORCE DURING THE OCCUPATION (Decree 99-778 of September 10, 1999) Case Number : (to remind in all

Plus en détail

AINoE. Rapport sur l audition d AINoE Paris, 18 juin 2003

AINoE. Rapport sur l audition d AINoE Paris, 18 juin 2003 AINoE Abstract Interpretation Network of Excellence Patrick COUSOT (ENS, Coordinator) Rapport sur l audition d AINoE Paris, 18 juin 2003 Thématique Rapport sur l audition d AINoE Paris, 18 juin 2003 1

Plus en détail

Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations. Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées)

Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations. Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées) SOR/2000-53 DORS/2000-53 Current to January 25, 2016

Plus en détail

Assoumta Djimrangaye Coordonnatrice de soutien au développement des affaires Business development support coordinator

Assoumta Djimrangaye Coordonnatrice de soutien au développement des affaires Business development support coordinator 2008-01-28 From: [] Sent: Monday, January 21, 2008 6:58 AM To: Web Administrator BCUC:EX Cc: 'Jean Paquin' Subject: RE: Request for Late Intervenorship - BCHydro Standing Offer C22-1 Dear Bonnie, Please

Plus en détail

Philippe Maystadt European Investment Bank President Visit of the ACP Committee of Ambassadors Luxembourg, July 22 2010

Philippe Maystadt European Investment Bank President Visit of the ACP Committee of Ambassadors Luxembourg, July 22 2010 Philippe Maystadt European Investment Bank President Visit of the ACP Committee of Ambassadors Luxembourg, July 22 2010 Monsieur le Président, Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain.

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain. 1. Notre planète est menacée! 2. Il faut faire quelque chose! 3. On devrait faire quelque chose. 4. Il y a trop de circulation en ville. 5. L air est pollué. 6. Les désastres environnementaux sont plus

Plus en détail

CHAPITRE 1 NOM DATE 1 UNE AMIE ET UN AMI. 1 - Mélanie Boucher Here is a picture of Mélanie Boucher. Write a story about her.

CHAPITRE 1 NOM DATE 1 UNE AMIE ET UN AMI. 1 - Mélanie Boucher Here is a picture of Mélanie Boucher. Write a story about her. CHAPITRE 1 NOM DATE 1 UNE AMIE ET UN AMI VOCABULAIRE Mots 1 1 - Mélanie Boucher Here is a picture of Mélanie Boucher. Write a story about her. You may want to use some of the following words Paris petite

Plus en détail

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME Agenda What do we have today? What are our plans? What needs to be solved! What do we have today?

Plus en détail

PROJET DE LOI C- BILL C- SECRET SECRET HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA

PROJET DE LOI C- BILL C- SECRET SECRET HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA SECRET C- SECRET C- First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA BILL C- PROJET DE LOI C- An Act to

Plus en détail

Situation des fonctionnaires recrutés après le 1er mai 2004 demande des représentants de service

Situation des fonctionnaires recrutés après le 1er mai 2004 demande des représentants de service Situation des fonctionnaires recrutés après le 1er mai 2004 demande des représentants de service Dear colleagues, Please find herebelow the request of Service representatives of the Council of the European

Plus en détail

GCSE Bitesize Controlled Assessment

GCSE Bitesize Controlled Assessment GCSE Bitesize Controlled Assessment Model 2 (for A/A* grade) Question 4 Subject: Topic: French Speaking In this document you will find practical help on how to improve your grade. Before you start working

Plus en détail

Appendix 1 Wording of Noumea Accord and 1999 Organic Law on Restricted Electorates

Appendix 1 Wording of Noumea Accord and 1999 Organic Law on Restricted Electorates Appendix 1 Wording of Noumea Accord and 1999 Organic Law on Restricted Electorates Relating to local (provincial and Congress) elections Article 2.2.1 of the Noumea Accord: le corps électoral aux assemblées

Plus en détail

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 (slide 1) Mr President, Reporting and exchange of information have always been a cornerstone of the

Plus en détail

The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS)

The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS) The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS) Jon Birger Skjærseth Montreal 27.10.08 reproduction doivent être acheminées à Copibec (reproduction papier) Introduction What

Plus en détail

Prénom : Admission en 9 VSG ANGLAIS. 120 minutes Pour l expression écrite uniquement : dictionnaire bilingue

Prénom : Admission en 9 VSG ANGLAIS. 120 minutes Pour l expression écrite uniquement : dictionnaire bilingue Admission en 9 VSG ANGLAIS Durée Matériel à disposition 120 minutes Pour l expression écrite uniquement : dictionnaire bilingue Rappel des objectifs fondamentaux en 8 VSG I. Compréhension écrite II. Expression

Plus en détail

BILL C-539 PROJET DE LOI C-539 C-539 C-539 HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA. An Act to promote local foods

BILL C-539 PROJET DE LOI C-539 C-539 C-539 HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA. An Act to promote local foods C-539 C-539 First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA BILL C-539 PROJET DE LOI C-539 An Act to promote

Plus en détail

Contents National 4 French Reading; Context: Learning

Contents National 4 French Reading; Context: Learning Contents National 4 French Reading; Context: Learning (questions extracted from General past papers) Question Topic Learning in context (Forum: should you do holidays? Solène replies) Learning in context

Plus en détail

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil.

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil. A usage officiel/for Official Use C(2006)34 C(2006)34 A usage officiel/for Official Use Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011.

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. Sent: 11 May 2011 10:53 Subject: Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. I look forward to receiving two signed copies of this letter. Sent: 10

Plus en détail

Loi sur le point de service principal du gouvernement du Canada en cas de décès

Loi sur le point de service principal du gouvernement du Canada en cas de décès CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Main Point of Contact with the Government of Canada in case of Death Act Loi sur le point de service principal du gouvernement du Canada en cas de décès S.C. 2015, c.

Plus en détail

MAT 2377 Solutions to the Mi-term

MAT 2377 Solutions to the Mi-term MAT 2377 Solutions to the Mi-term Tuesday June 16 15 Time: 70 minutes Student Number: Name: Professor M. Alvo This is an open book exam. Standard calculators are permitted. Answer all questions. Place

Plus en détail

Master de sociologie : double diplôme possible

Master de sociologie : double diplôme possible Master de sociologie : double diplôme possible Parcours du master «changements sociaux en Europe» en partenariat avec l Université de Vienne Version française Information générale Les étudiants s inscrivent

Plus en détail

This is a preview - click here to buy the full publication RAPPORT TECHNIQUE TECHNICAL REPORT. Instrumentation des véhicules électriques routiers

This is a preview - click here to buy the full publication RAPPORT TECHNIQUE TECHNICAL REPORT. Instrumentation des véhicules électriques routiers RAPPORT TECHNIQUE TECHNICAL REPORT CEI IEC 60784 Première édition First edition 1984-12 Instrumentation des véhicules électriques routiers Instrumentation for electric road vehicles IEC 1984 Droits de

Plus en détail

A COURT CASE HAS BEEN STARTED AGAINST YOU IN THIS COURT. THE DETAILS ARE SET OUT ON THE ATTACHED PAGES.

A COURT CASE HAS BEEN STARTED AGAINST YOU IN THIS COURT. THE DETAILS ARE SET OUT ON THE ATTACHED PAGES. ONTARIO Court File Number SEAL at (Name of court) Court office address Form 34N: Application to Change or Terminate Openness Order Applicant(s) Full legal name & address for service street & number, municipality,

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

Photo: Sgt Serge Gouin, Rideau Hall Her Majesty The Queen in Right of Canada represented by the Office of the Secretary to the Governor General

Photo: Sgt Serge Gouin, Rideau Hall Her Majesty The Queen in Right of Canada represented by the Office of the Secretary to the Governor General One of the pillars of my mandate as governor general of Canada is supporting families and children. This is just one of the reasons why my wife, Sharon, and I are delighted to extend greetings to everyone

Plus en détail

Tammy: Something exceptional happened today. I met somebody legendary. Tex: Qui as-tu rencontré? Tex: Who did you meet?

Tammy: Something exceptional happened today. I met somebody legendary. Tex: Qui as-tu rencontré? Tex: Who did you meet? page: pro10 1. quelqu'un, quelque chose 2. chacun vs. aucun 3. more indefinite pronouns A pronoun replaces a noun which has been mentioned or is obvious from context. An indefinite pronoun refers to people

Plus en détail

GAZA AFFAMÉE?! GAZA HUNGRY?!

GAZA AFFAMÉE?! GAZA HUNGRY?! Parce qu une image vaut mille mots, voici une série de photos de Gaza prises postérieurement au conflit de 2009, le «camp de concentration à ciel ouvert» comme l évoquent les médias. Attention, ces images

Plus en détail

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13 Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 11 March 2013 7342/13 TRANS 106 INFORMATION NOTE from: General Secretariat to: Council

Plus en détail

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 TCM QUALITY MARK Jean-Marc Bachelet Tocema Europe workshop 4 Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 + lead auditors for certification bodies Experiences Private and state companies,

Plus en détail

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on ONTARIO Court File Number at (Name of court) Court office address Applicant(s) (In most cases, the applicant will be a children s aid society.) Full legal name & address for service street & number, municipality,

Plus en détail

Minority Investment (Banks) Regulations. Règlement sur les placements minoritaires (banques) Current to January 25, 2016. À jour au 25 janvier 2016

Minority Investment (Banks) Regulations. Règlement sur les placements minoritaires (banques) Current to January 25, 2016. À jour au 25 janvier 2016 CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Minority Investment (Banks) Regulations Règlement sur les placements minoritaires (banques) SOR/2001-402 DORS/2001-402 À jour au 25 janvier 2016 Published by the Minister

Plus en détail

MELTING POTES, LA SECTION INTERNATIONALE DU BELLASSO (Association étudiante de lʼensaparis-belleville) PRESENTE :

MELTING POTES, LA SECTION INTERNATIONALE DU BELLASSO (Association étudiante de lʼensaparis-belleville) PRESENTE : MELTING POTES, LA SECTION INTERNATIONALE DU BELLASSO (Association étudiante de lʼensaparis-belleville) PRESENTE : Housing system est un service gratuit, qui vous propose de vous mettre en relation avec

Plus en détail

Official Documents for 2015 Marathon des Sables

Official Documents for 2015 Marathon des Sables Official Documents for 2015 Marathon des Sables Please take care when completing these documents they may be rejected if incorrect. They must be printed in colour and completed by hand. They must be posted

Plus en détail

Action concrète 3 Vulgarisation de la connaissance du droit des femmes et renforcement de leurs capacités à défendre leurs droits

Action concrète 3 Vulgarisation de la connaissance du droit des femmes et renforcement de leurs capacités à défendre leurs droits NGO official partner of UNESCO (consultative status) and in Special consultative status with the United Nations ECOSOC since 2012 Millennia2015, "An action plan for women's empowerment", Foresight research

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DU PARTICIPANT

QUESTIONNAIRE DU PARTICIPANT QUESTIONNAIRE DU PARTICIPANT NOMS: PRÉNOM: DATE DE NAISSANCE: LIEU DE NAISSANCE: ADRESSE: TÉLÉPHONE FIXE: PORTABLE: COURRIER ÉLECTRONIQUE: PERSONNE À CONTACTER EN ESPAGNE EN CAS D URGENCE: TÉLÉPHONE EN

Plus en détail

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Le capital Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs social capital An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Présentation des participants participants presentation Fondation Dufresne et Gauthier

Plus en détail

GLOBAL COMPACT EXAMPLE

GLOBAL COMPACT EXAMPLE GLOBAL COMPACT EXAMPLE Global Compact Good Practice GROUPE SEB 2004-2005 1/4 FIRM: GROUPE SEB TITLE: GROUPE SEB Purchasing Policy contributing to sustainable development GC PRINCIPLES taken into account:

Plus en détail

TREATIES AND OTHER INTERNATIONAL ACTS SERIES 02-502. Agreement Between the UNITED STATES OF AMERICA

TREATIES AND OTHER INTERNATIONAL ACTS SERIES 02-502. Agreement Between the UNITED STATES OF AMERICA TREATIES AND OTHER INTERNATIONAL ACTS SERIES 02-502 DEFENSE Agreement Between the UNITED STATES OF AMERICA and FRANCE Effected by Exchange of Notes Dated at Paris April 15 and May 2, 2002 NOTE BY THE DEPARTMENT

Plus en détail

DIPLOME NATIONAL DU BREVET TOUTES SERIES

DIPLOME NATIONAL DU BREVET TOUTES SERIES DIPLOME NATIONAL DU BREVET SESSION : 2015 Feuille 1/7 SUJET DIPLOME NATIONAL DU BREVET TOUTES SERIES Epreuve de Langue Vivante Etrangère : ANGLAIS SESSION 2015 Durée : 1 h 30 Coefficient : 1 Ce sujet comporte

Plus en détail

2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002

2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002 2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002 Instructions: Directives : 1 Provide the information requested below Veuillez fournir les renseignements demandés ci-dessous

Plus en détail

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction.

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction. AccessLearn Community Group: Introductory Survey Introduction The W3C Accessible Online Learning Community Group (aka AccessLearn) is a place to discuss issues relating to accessibility and online learning,

Plus en détail

Girls and Boys, Women and Men - Filles et garçons, femmes et hommes - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility

Girls and Boys, Women and Men - Filles et garçons, femmes et hommes - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility Girls and Boys, Women and Men - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility Filles et garçons, femmes et hommes - respecter les différences, promouvoir l égalité et partager les

Plus en détail

chose this school : Oui - yes Non- no Commentaires - Comments

chose this school : Oui - yes Non- no Commentaires - Comments 1) Le nom de votre établissement et la ville School Name and City: 2) Vos enfants sont scolarisés...- Your children are in. oui - yes non - no au primaire (maternelle, élémentaire) PreK or 1-5 Grade au

Plus en détail

CINEMA FRANCAIS SUR LPB

CINEMA FRANCAIS SUR LPB QUE LA FETE COMMENCE Fiche n 7 CINEMA FRANCAIS SUR LPB Réalisateur: Bertrand Tavernier Producteur : Michel de Broca, Yves Robert Avec : Philippe Noiret (le Duc d Orléans), Jean Rochefort (Abbé Dubois),

Plus en détail

Tex: The book of which I'm the author is an historical novel.

Tex: The book of which I'm the author is an historical novel. page: pror3 1. dont, où, lequel 2. ce dont, ce + preposition + quoi A relative pronoun introduces a clause that explains or describes a previously mentioned noun. In instances where the relative pronoun

Plus en détail

Francoise Lee. www.photoniquequebec.ca

Francoise Lee. www.photoniquequebec.ca Francoise Lee De: Francoise Lee [francoiselee@photoniquequebec.ca] Envoyé: 2008 年 11 月 17 日 星 期 一 14:39 À: 'Liste_RPQ' Objet: Bulletin #46 du RPQ /QPN Newsletter #46 No. 46 novembre 2008 No. 46 November

Plus en détail

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns. 1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.! Marie t invite au théâtre?!! Oui, elle m invite au théâtre.! Elle te parle au téléphone?!! Oui, elle me parle au téléphone.! Le prof vous regarde?!!!

Plus en détail

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5 RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS General Rules for Manner of Service Notices of Application and Other Documents 5.01 (1) A notice of application or other document may be served personally, or by an alternative

Plus en détail

A provincial general election is underway. I am writing you to ask for your help to ensure that Ontarians who are homeless are able to participate.

A provincial general election is underway. I am writing you to ask for your help to ensure that Ontarians who are homeless are able to participate. Dear Administrator, A provincial general election is underway. I am writing you to ask for your help to ensure that Ontarians who are homeless are able to participate. Meeting the identification requirements

Plus en détail

Photo: Sgt Serge Gouin, Rideau Hall Her Majesty The Queen in Right of Canada represented by the Office of the Secretary to the Governor General

Photo: Sgt Serge Gouin, Rideau Hall Her Majesty The Queen in Right of Canada represented by the Office of the Secretary to the Governor General As the father of five children and the grandfather of ten grandchildren, family is especially important to me. I am therefore very pleased to mark National Foster Family Week. Families, whatever their

Plus en détail

Remission Order in Respect of a Transfer of a Sahtu Dene and Metis Settlement Corporation s Assets under a Self-Government Agreement

Remission Order in Respect of a Transfer of a Sahtu Dene and Metis Settlement Corporation s Assets under a Self-Government Agreement CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Remission Order in Respect of a Transfer of a Sahtu Dene and Metis Settlement Corporation s Assets under a Self-Government Agreement Décret de remise relatif à un transfert

Plus en détail

CHAPITRE 3 Nom Date 1 PENDANT ET APRES LES COURS. 1 Légendes Complete the captions for each of the following illustrations.

CHAPITRE 3 Nom Date 1 PENDANT ET APRES LES COURS. 1 Légendes Complete the captions for each of the following illustrations. CHAPITRE 3 Nom Date 1 Vocabulaire Mots 1 PENDANT ET APRES LES COURS 1 Légendes Complete the captions for each of the following illustrations. 1 Patrick arrive à l école à huit heures. 2 Il passe la journée

Plus en détail

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095 Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2008 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 Projets de transfert

Plus en détail

INDIVIDUALS AND LEGAL ENTITIES: If the dividends have not been paid yet, you may be eligible for the simplified procedure.

INDIVIDUALS AND LEGAL ENTITIES: If the dividends have not been paid yet, you may be eligible for the simplified procedure. Recipient s name 5001-EN For use by the foreign tax authority CALCULATION OF WITHHOLDING TAX ON DIVIDENDS Attachment to Form 5000 12816*01 INDIVIDUALS AND LEGAL ENTITIES: If the dividends have not been

Plus en détail

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES 13 European Economic and Social Committee Comité économique et social européen 13 This publication is part of a series of catalogues published in the context of

Plus en détail

ICM STUDENT MANUAL French 1 JIC-FRE1.2V-12 Module: Marketing Communication and Media Relations Study Year 2. 1. Course overview. Learning objectives:

ICM STUDENT MANUAL French 1 JIC-FRE1.2V-12 Module: Marketing Communication and Media Relations Study Year 2. 1. Course overview. Learning objectives: ICM STUDENT MANUAL French 1 JIC-FRE1.2V-12 Module: Marketing Communication and Media Relations Study Year 2 1. Course overview Books: Français.com, niveau intermédiaire, livre d élève+ dvd- rom, 2ième

Plus en détail

ALGERIA / ALGÉRIE Accord Algérie - Canada

ALGERIA / ALGÉRIE Accord Algérie - Canada 2. Public funding for the industry 2. Les aides publiques à l industrie 2.5. International cooperation 2.5. Coopération internationale 2.5.1. Co-production agreements 2.5.1. Accords de coproduction 2.5.1.6.

Plus en détail

Design and creativity in French national and regional policies

Design and creativity in French national and regional policies Design and creativity in French national and regional policies p.01 15-06-09 French Innovation policy Distinction between technological innovation and non-technological innovation (including design) French

Plus en détail

Question from Gabriel Bernardino (Session I)

Question from Gabriel Bernardino (Session I) /06/204 Question from Gabriel Bernardino (Session I) Do you believe that harmonised EU regulation will indeed lead to less national regulatory details? Croyez-vous que l harmonisation des lois européennes

Plus en détail

Home-Trade, Inland and Minor Waters Voyages Regulations. Règlement sur les voyages de cabotage, en eaux intérieures et en eaux secondaires

Home-Trade, Inland and Minor Waters Voyages Regulations. Règlement sur les voyages de cabotage, en eaux intérieures et en eaux secondaires CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Home-Trade, Inland and Minor Waters Voyages Regulations Règlement sur les voyages de cabotage, en eaux intérieures et en eaux secondaires C.R.C., c. 1430 C.R.C., ch. 1430

Plus en détail

Introduction Watch the introductory video to Français Interactif. Where are the UT students?

Introduction Watch the introductory video to Français Interactif. Where are the UT students? Introduction Watch the introductory video to Français Interactif. Where are the UT students? As you can see from this video, Français Interactif will help you explore the French language and culture by

Plus en détail

Regulatory Capital (Cooperative Credit Associations) Regulations. Règlement sur le capital réglementaire (associations coopératives de crédit)

Regulatory Capital (Cooperative Credit Associations) Regulations. Règlement sur le capital réglementaire (associations coopératives de crédit) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Regulatory Capital (Cooperative Credit Associations) Regulations Règlement sur le capital réglementaire (associations coopératives de crédit) SOR/92-528 DORS/92-528 Current

Plus en détail

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 WORKING DOCUMENT from : Presidency to : delegations No prev. doc.: 12621/08 PI 44 Subject : Revised draft

Plus en détail

French 2208A. French for Healthcare Le français de la santé

French 2208A. French for Healthcare Le français de la santé French 2208A French for Healthcare Le français de la santé Professeur : Heures de bureau : Iryna Punko disponible tous les jours par courriel, sauf le week-end. Préalable - Fr 1900 E ou Fr 1910, ou permission

Plus en détail

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Ce manuel est écrit pour les utilisateurs qui font déjà configurer un compte de courrier électronique dans Mozilla Thunderbird et

Plus en détail

Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations

Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations Règlement sur les ordonnances alimentaires et les dispositions alimentaires (banques

Plus en détail

MUSEE DU QUAI BRANLY MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE D ETUDES POST-DOCTORALES

MUSEE DU QUAI BRANLY MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE D ETUDES POST-DOCTORALES MUSEE DU QUAI BRANLY MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE D ETUDES POST-DOCTORALES Imprimer le formulaire puis le SIGNER et le DATER avant de le photocopier en 2 exemplaires à joindre au dossier original

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE - PRESS RELEASE. editions2, Paris. micro-maison d édition micro-publishing house

DOSSIER DE PRESSE - PRESS RELEASE. editions2, Paris. micro-maison d édition micro-publishing house DOSSIER DE PRESSE - PRESS RELEASE editions2, Paris micro-maison d édition micro-publishing house Mai 2013 - May 2013 REF. E2-001 - CUISINE GRAPHIQUE / GRAPHIC COOKING - ALICE BARROIS / BERNARD VIRET sujet

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

FRENCH COURSES FOR ADULTS OPEN TO ALL

FRENCH COURSES FOR ADULTS OPEN TO ALL 21 SEPTEMBER 2015 TO 23 JUNE 2016 Campus de la Grande Boissière Route de Chêne 62 1208 Geneva Ecole Internationale de Genève International School of Geneva WELCOME campus offers different levels of French

Plus en détail

Subsidiaries Holding Association Shares (Cooperative Credit Associations) Regulations

Subsidiaries Holding Association Shares (Cooperative Credit Associations) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Subsidiaries Holding Association Shares (Cooperative Credit Associations) Regulations Règlement sur la détention des actions de l association par ses filiales (associations

Plus en détail

First Nations Assessment Inspection Regulations. Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations CONSOLIDATION

First Nations Assessment Inspection Regulations. Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION First Nations Assessment Inspection Regulations Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations SOR/2007-242 DORS/2007-242 Current to September

Plus en détail

Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum. Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot.

Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum. Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot. Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot.Mu Date: Jeudi 12 Avril 2012 L heure: 9h15 Venue: Conference Room,

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

GCSE Bitesize Controlled Assessment

GCSE Bitesize Controlled Assessment GCSE Bitesize Controlled Assessment Model 2 (for A/A* grade) Question 3 Subject: Topic: French Writing In this document you will find practical help on how to improve your grade. Before you start working

Plus en détail

National Health Survey. Le Luxembourg dans le contexte international

National Health Survey. Le Luxembourg dans le contexte international National Health Survey Le Luxembourg dans le contexte international Ministère de la Santé conférence de presse du 25 février 9 Présentation de l étude 2 Fiche technique Un échantillon de 484 personnes

Plus en détail

Smile Mobile Dashboard

Smile Mobile Dashboard Smile Mobile Dashboard 1. Magento Extension The iphone and Android applications require access to data from your Magento store. This data is provided through an extension, available on Magento Connect

Plus en détail

Dans une agence de location immobilière...

Dans une agence de location immobilière... > Dans une agence de location immobilière... In a property rental agency... dans, pour et depuis vocabulaire: «une location» et «une situation» Si vous voulez séjourner à Lyon, vous pouvez louer un appartement.

Plus en détail

RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS

RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS Question 10: The following mandatory and point rated criteria require evidence of work experience within the Canadian Public Sector: M3.1.1.C / M3.1.2.C

Plus en détail

PRESENT SIMPLE PRESENT PROGRESSIF

PRESENT SIMPLE PRESENT PROGRESSIF PRESENT SIMPLE PRESENT PROGRESSIF 1 Exercice 1 : Conjuguez les verbes suivants au présent simple et au Verbe Pronom Présent simple Présent Progressif Exemple : To fall They fall They are falling To think

Plus en détail

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) SOR/2002-39 DORS/2002-39 Current to

Plus en détail

If you understand the roles nouns (and their accompanying baggage) play in a sentence...

If you understand the roles nouns (and their accompanying baggage) play in a sentence... If you understand the roles nouns (and their accompanying baggage) play in a sentence...... you can use pronouns with ease (words like lui, leur, le/la/les, eux and elles)...... understand complicated

Plus en détail

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique?

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Mardi 3 juin 2014 Younes TAZI Directeur Général Agence Marocaine de Développement de la Logistique younes.tazi@amdl.gov.ma

Plus en détail

Deadline(s): Assignment: in week 8 of block C Exam: in week 7 (oral exam) and in the exam week (written exam) of block D

Deadline(s): Assignment: in week 8 of block C Exam: in week 7 (oral exam) and in the exam week (written exam) of block D ICM STUDENT MANUAL French 2 JIC-FRE2.2V-12 Module Change Management and Media Research Study Year 2 1. Course overview Books: Français.com, niveau intermédiaire, livre d élève+ dvd- rom, 2ième édition,

Plus en détail