Bien se diriger. aprei AGISSONS POUR L ENTREPRENEURIAT INDIVIDUEL aprei (AGISSONS POUR L ENTREPRENEURIAT INDIVIDUEL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bien se diriger. aprei AGISSONS POUR L ENTREPRENEURIAT INDIVIDUEL aprei (AGISSONS POUR L ENTREPRENEURIAT INDIVIDUEL 2014-2015"

Transcription

1 FORMATION Titre Accélérateur e compétences Bulletin inscription à compléter en lettres capitales Accélérateur e compétences es formations Date session lieu PARTICIPANT Mme Melle Mr Nom Bien se iriger Avec l IFOR Prénom Fonction Tél. Tél. mobile Cette aresse sera utilisée pour vous aresser la convocation et toutes informations utiles pour votre formation ELEMENTS POUR LE CALCUL DU TARIF Ahérent à l IFEC Oui Non coe ahérent Accélérateur e compétences Ahérent à l ANECS Oui Non ate ahésion / / Ahérent au CJEC Oui Non ate ahésion / / Inscrit à l Orre es Expert-Comptable Oui Non ate ahésion / / Inscrit à la Compagnie Oui Non ate ahésion / / E-C Stagiaire et/ou Mémorialiste Oui Non ate ahésion / / ADRESSE DE FACTURATION 139 Rue u Fbg St-Honoré Paris Contact : Naine Thuleau Responsable formations Tél : Fax : Cabinet / Société Groupe ou réseau Effectif : - e 10 e 10 à 50 e 50 à e 200 Rue 1 Rue 2 Rue 3 Coe postal N SIRET Coe NAF (ou secteur activité). Fiscalité Expertise comptable Cac Gestion e patrimoine Juriique Markcom Management Social Paie Date Signature et cachet e l entreprise N éclaration activité : SIRET : N TVA intracommunautaire : FR aprei (AGISSONS POUR L ENTREPRENEURIAT INDIVIDUEL AGISSONS POUR L ENTREPRENEURIAT INDIVIDUEL aprei (AGISSONS POUR L ENTREPRENEURIAT INDIVIDUEL

2 Accélérateur e compétences Bien choisir sa formation avec L IFOR Nous sommes très heureux e vous présenter notre nouvelle offre e formation opérationnelle et pragmatique, visant à améliorer la performance e votre exercice professionnel. Comme vous pourrez le constater, nous avons fortement renouvelé les thématiques pour accompagner efficacement le éveloppement es cabinets et l accès à es missions à forte valeur ajoutée. Cette année nous vous proposons aussi une offre e formation e-learning innovante et facile accès afin e vous permettre e limiter votre présence en salle e formation tout en progressant sur une qualité péagogique interactive. Eito Nous vous rappelons également notre partenariat avec les Agefos qui offre la possibilité pour chaque cabinet, e réaliser pour vos collaborateurs 4 formations financées par les AGEFOS. Le FIFPL est aussi à votre isposition pour vous aier ans votre parcours e formation. Enfin nous vous signalons que notre catalogue est en perpétuelle amélioration au cours e l année. C est pourquoi nous vous invitons à consulter le site internet régulièrement. Nous vous souhaitons une bonne saison e formation avec l IFOR et ses animateurs. Charles-René TANDé Présient e l IFEC Présient e l IFOR

3 Accélérateur e compétences Pourquoi choisir L IFOR? La Commission Formation : stratégie e formation et évolutions péagogiques Pour Notre savoir-faire 1 Des formations courtes surmesure aaptées aux attentes es professionnels en inter ou intra entreprise. Des moes apprentissage iversifiés (présentiel ou e-learning). Des moules accompagnés e cas pratiques élaborés par es spécialistes. Des méthoologies suscitant l interactivité vis-à-vis es apprenants et la richesse es échanges et u partage es savoirs. La montée en compétences es collaborateurs par la conception e parcours péagogiques qualifiants. Les gages e qualité e l IFOR 3 2 L ahésion à la charte Formateur Nos atouts e nos intervenants. Les travaux et réflexions Un Comité Scientifique. e la Commission Formation Des commissions réactives et u Comité Scientifique. et en veille permanente. L animation e notre réseau Des formateurs opérationnels issus e formateurs. e cabinets, u mone e l entreprise La création et l animation ou es universitaires, tous spécialistes un réseau national ans leur omaine e compétences. e corresponants IFOR. Des équipes impliquées et ynamiques Une veille stratégique sur vecteur u transfert e savoirs les évolutions e la profession, et e savoir-faire. e l économie, etc. Des formations homologuées par Un positionnement privilégié le Comité Scientifique placé auprès au cœur e la profession e la CNCC. pour anticiper les évolutions Des tarifs préférentiels pour nos sectorielles, réglementaires ahérents et les jeunes iplômés. Des outils e suivi performants. La Commission Formation constitue le conseil scientifique e notre institut e formation. Elle est composée experts comptables, e commissaires aux comptes, e professeurs université et animateurs isposant une compétence technique reconnue. Pour la saison 2014/2015, l IFOR a engagé plusieurs axes stratégiques pour réponre aux besoins e formation es confrères. Un recueil es souhaits e thèmes e formations a été envoyé à chaque section IFEC. Cette émarche a été accompagnée par la ésignation pour chaque région un corresponant IFOR ont la mission est e mobiliser sur le terrain nos confrères pour la participation à nos actions e formations qui sont aussi es moments e convivialité et échanges expériences. Ces corresponants sont, au sein es sections, à votre isposition pour vous aier à établir votre parcours e formation. Pour réponre aux isponibilités parfois ifficiles es confrères, nous avons mis en place une izaine e supports en format ématérialisé, c est le «e-learning» «T Book» e l IFOR qui sera isponible ès juillet 2014 et vous permettra accéer à es formations scénarisées et richement ocumentées, associées à une rencontre avec l animateur penant une emi-journée. Nous préparons activement la mise en application es nouvelles ispositions e la loi relative à la formation professionnelle, loi qui oblige les instituts e formation à évelopper es formations sous forme e cursus sur une ou plusieurs années avec une certification e qualification professionnelle (CQP). A ce titre, l IFOR a fait le choix engager es partenariats avec es universités et es granes écoles e commerce. Le partenariat avec Kege relatif au parcours «gestion e patrimoine» est un bon exemple. Cette commission formation est la vôtre et vous pouvez aussi librement nous rejoinre afin e contribuer à la stratégie e notre offre e formation pour laquelle nous ésirons évelopper la qualité es contenus et poursuivre l innovation ans la péagogie. Pour cette nouvelle saison, près e 50 % u catalogue e formation a été renouvelé soit en présentiel, soit sous format T book. Nous espérons que cette nouvelle offre corresponra à vos attentes en termes e compétences et e connaissances pour votre cabinet et pour vos clients. Lionel Escaffre Présient e la Commission Formation e l IFEC Professeur es Universités 5

4 Rappel es Obligations e formation Accélérateur e compétences FORMATIONS E-LEARNING ET BLENDED LEARNING Retrouvez le étail es fiches péagogiques sur notre site EXPERT-COMTPABLE (Coe e éontologie art. 5 : moalités application) 40 h minimum par an (hors suivi ocumentation professionnelle) 120 h sur 3 ans L obligation es 40 h peut être transformée en 120 h sur 3 ans avec un minimum annuel e 20 h. L appréciation u suivi s effectue notamment lors u contrôle qualité COMMISSAIRE AUX COMPTES (Arrêté u 19/12/2008) 20 h minimum au cours une année 120 h sur 3 années consécutives ont 60 h consacrées à l auit, au CAC et aux formations homologuées LES COLLABORATEURS EC (Coe e éontologie art. 8) L expert-comptable a l obligation e s assurer que les collaborateurs auxquels il confie es missions étiennent la compétence appropriée à la nature et la complexité es travaux à réaliser. Il oit également s assurer que les collaborateurs appliquent les critères e qualité qui s imposent à la profession et qu ils respectent les règles. Sont consiérées comme es formations inirectes : La réaction article(s), communication(s) ou ouvrage(s) technique(s) Les interventions en qualité e formateur ou e conférencier La participation à es comités techniques professionnels, colloques ou congrès L intervention ans le cares es examens professionnels (conception e sujets, jury, ) LES COLLABORATEURS CAC (Arrêtés u 19/12/2008) Le CAC à l obligation e veiller aux compétences es collaborateurs. DOMAINE THEMATIQUES REGROUPEMENT PRESENTIEL (format Blene-learning) PAIE Base e la paie et u social : initiation Nous consulter FISCALITE CAC EXP La fiscalité es transmissions La fiscalité es associations Comment traiter une nouvelle mission, les iligences u commissaire aux comptes et les iligences e l expert-comptable La émarche u commissaire aux comptes ans les TPE, les obligations légales et la valeur ajoutée e l auiteur La préparation u contrôle qualité u commissaire aux comptes Etablir un plan e mission et renforcer l efficacité e l auit Les nouvelles normes professionnelles e l expert-comptable LYON 24/06/2015 PARIS 06/07/2015 LYON 29/10/2014 PARIS 05/11/2014 Nous consulter Nous consulter LYON 30/10/2014 et 19/12/ /01/2015 et 04/06/2015 PARIS 02/10/2014 et 05/11/ /01/2015 et 05/06/2015 Nous consulter Nous consulter Moule e-learning 250 HT Moule en blene learning 500 HT (tarif non ahérent) 400 HT (tarif ahérent) 300 HT (tarif IFEC + CJEC / ANECS ou EC Stagiaire et jeunes iplômés) 7

5 agefos-pme.com VOTRE CONSEILLER EMPLOI-FORMATION Ref : FISC01 La étermination u résultat fiscal : éclaratif 2058-A et retraitements,, confirmés Fiscalité Fiscalité AGEFOS PME, 1er réseau gestionnaire es fons e la formation professionnelle en France, accompagne les entreprises pour la formation et l emploi e leurs salariés. Rejoinre AGEFOS PME, c est travailler avec es conseillers qui sont à l écoute es besoins Emploi-Formation. C est évelopper une relation e confiance pour mener à bien es projets e éveloppement es compétences es salariés et ainsi contribuer à la compétitivité es entreprises. Les principes fiscaux régissant le passage u résultat comptable au résultat fiscal. Les retraitements éuctions et réintégrations à opérer sur l imprimé 2058-A, renvoyant notamment aux : - Règles e éuctibilité es charges financières. - Opérations libellées en evises. - Divienes et régimes mère-filiales. - Provisions et amortissements. - Charges et acte anormal e gestion. - Ecarts sur titres OPCVM. Les prouits taxables à taux réuit. La étermination es montants IS et es contributions aitionnelles. La gestion es éficits en report en avant (imprimé 2058 B) et carry-back. Apprécier et appliquer les principales mesures fiscales s intéressant à la étermination u résultat fiscal es sociétés soumises à l impôt sur les sociétés et au paiement e l IS ; Appréhener les ifficultés inhérentes aux éclaratifs (2058-A et suivants) ; Anticiper les principaux points e contrôle fiscal. s Olivier Ramon Thomas Thiebaut Avocat, professeur es universités et iplômé expertise comptable. Avocat et ancien inspecteur es finances publiques. Où et quan faire votre formation? Aix en provence 25/06/2015 LYON 07/10/2014 LILLE 19/11/2014 PARIS 18/09/2014 BORDEAUX 26/11/ /06/ /07/ /09/ /06/2015 MARSEILLE 09/10/ /06 / /06 /2015 9

6 Fiscalité Ref : FISC02 Entrée en fiscalité es mutuelles Ref : FISC03 Fiscalité es plus-values professionnelles et personnelles,, Fiscalité Présentation ensemble e la réforme. Conséquences e l entrée en fiscalité pour les impôts et taxes hors IS notamment : - CET ; - Taxe sur les excéents e provisions. Critères e lucrativité et non lucrativité pour les mutuelles et institut, unions e mutuelles et instituts e prévoyance. Maîtrise e l assiette e l IS, choix possibles pour optimiser. Cas pratiques sur chaque point. L article 65 e la quatrième Loi e Finances rectificatives pour 2011 a instauré l entrée éfinitive es mutuelles, unions e mutuelles et instituts e prévoyance ans le champ application es impôts commerciaux : IS, TVA, CET et toutes les taxes annexes auxquelles les entreprises sont généralement soumises. Cette réforme constitue une petite révolution ans l univers mutualiste. Le passage un bilan non fiscalisé à un bilan fiscalisé oit faire l objet une création e valeur fiscale extra-comptable pour certains actifs et les passifs, afin e neutraliser les plus-values latentes existantes au moment e l entrée en fiscalité. Seules les mutuelles, unions e mutuelles et instituts e prévoyance reconnus comme lucratif selon la traitionnelle méthoologie issue e l analyse es associations seront fiscalisés, avant prise en compte es problématiques e sectorisation. Une fois imposés, les mutuelles, unions e mutuelles et instituts e prévoyance oivent suivre es règles particulières pour la gestion e certaines taxes annexes mais également en matière IS, notamment au niveau es provisions et es amortissements afin e gérer les valeurs fiscales extra-comptables nées u passage en fiscalité. Plus-values es particuliers : Plus-values immobilières (plus-values imposables, mesures exonération, étermination es plus-values nettes imposables, moalités imposition ) ; Plus-values sur valeurs mobilières et roits sociaux (plus-values imposables, mesures exonération, étermination es plus-values nettes imposables, moalités imposition ) ; Plus-values sur biens meubles. Plus-values professionnelles es entreprises relevant e l IR : Régime e roit commun (istinction court terme et long terme, imposition es plus-values à court terme, imposition es plus-values à long terme ) ; Régimes exonération (en fonction es recettes, transmission une entreprise iniviuelle ou une branche complète activité, épart à la retraite ) ; Régimes spéciaux (apport une entreprise iniviuelle à une société, transmission à titre gratuit une entreprise iniviuelle ) ; Régime spécifique es biens «migrants». Plus-values professionnelles es entreprises relevant e l IS : Régime e roit commun ; Régime es plus ou moins-values à long terme (plus ou moins-values relevant es taux réuits e 0 %, 15 % ou 19 %) ; Régime temporaire imposition au taux réuit e 19 % es plus-values e cession e locaux à transformer en logements (champ application, immeubles concernés ). Apprécier les règles fiscales relatives à la étermination et au calcul es plus ou moins-values es particuliers ; Ientifier et mesurer les opportunités optimisation fiscale apportées par les ifférents systèmes exonération et abattement applicables aux plus-values immobilières et aux plus-values sur valeurs mobilières et roits sociaux ; Maîtriser les règles e base relatives à la étermination et au calcul es plus ou moins-values professionnelles ; Appliquer les principaux régimes exonération ou e report imposition applicables plus-values professionnelles es entreprises relevant e l IR ; Appréhener les règles applicables aux plus-values professionnelles es entreprises relevant e l IS. 10 s Olivier Ramon, Avocat associé, actuaire IA, professeur es universités et Thomas Thiebaut, Avocat associé, ancien inspecteur es impôts. Domaines expertises : fiscalité es entreprises / fiscalité es banques, assurances, mutuelles et institut e prévoyance / Conseil fiscal et juriique ans le care opérations e restructurations financières actifs / accompagnement ans les contrôles fiscaux et le contentieux fiscal. Où et quan faire votre formation? Paris 11/09/ /06/2015 Franck Lambert Où et quan faire votre formation? Diplômé expertise comptable, Dirigeant un organisme e formation et Formateur en roit fiscal, en roit social et en comptabilité. AIX EN PROVENCE 07/10/2014 LYON 30/09/2014 PARIS 22/09/ /07/2015 BORDEAUX 21/10/2014 NICE 20/07/ /11/ /06/2015 LILLE 28/10/2014 TOULOUSE 14/10/

7 Fiscalité Ref : FISC04 Pouvoirs et pratiques actuelles u fisc ans les contrôles fiscaux Ref : FISC05 SécurisER le Créit Impôt recherche (CIR) Diplômés exerçant en entreprise Fiscalité 12 Rappel es procéures et es pouvoirs ont ispose l aministration fiscale pour ces contrôles. Présentation es règles u contrôle fiscal informatisé et e ces conséquences pour les contribuables. Présentation es outils juriiques actuels permettant à l aministration, sauf contestation u même orre, e remettre en cause les valeurs, au bilan ou au compte e résultat avec mise en lumière sur es cas précis. s Olivier Ramon, Avocat associé, actuaire IA, professeur es universités. Thomas Thiebaut, Avocat associé, ancien inspecteur es impôts. Domaines expertises : fiscalité es entreprises / fiscalité es banques, assurances, mutuelles et institut e prévoyance / Conseil fiscal et juriique ans le care opérations e restructurations financières actifs / accompagnement ans les contrôles fiscaux et le contentieux fiscal. Où et quan faire votre formation? Les contrôles fiscaux «moernes» s orientent e plus en plus vers la iscussion es valeurs, onnées aux actifs au bilan ou aux prix es transactions au compte e résultat. Ces contrôles sont également effectués e plus en plus via es procéures e contrôle fiscal informatisé. Cette nouvelle onne moifie l approche u contrôle fiscal traitionnel. Désormais l aministration fiscale iscute e plus en plus souvent e la valeur elle-même onnée aux transactions intragroupe, avec le éveloppement très important es rectifications en matière e prix e transfert mais plus récemment e la valeur onnée aux actifs u bilan. Suite à un corps jurispruentiel récent, cela lui permet e taxer non seulement le veneur en omission e recettes, mais également l acheteur un actif à bas prix, en se servant e l article 38-2 u CGI, éfinissant le résultat imposable par la variation e l actif net. L objectif e cette formation est onc e refaire le point sur les ifférentes procéures et pouvoirs à isposition e l aministration pour effectuer ses contrôles, notamment sur le plan informatique mais aussi e présenter synthétiquement le care jurispruentiel actuel qui permet e remettre en cause une valeur onnée à un actif ou à une transaction pour vous alerter sur les nouvelles rectifications auxquelles s aonne e plus en plus l aministration et vous onner les outils pour éventuellement les contester. BORDEAUX 21/05/2015 LYON 08/10/2014 PARIS 12/09/ /06/2015 Lille 30/10/2014 Marseille 09/10/ /09 / /06/2015 Champ application - Les entreprises bénéficiaires u CIR ; - Définition es opérations e recherche (recherche fonamentale, recherche appliquée ) ; - Délimitation es opérations éligibles au CIR (nouveautés, incertitue et progrès technique) ; - Détermination es opérations éligibles au CIR ; - Exemples activités éligibles et non éligibles. Franck Lambert Où et quan faire votre formation? Paris 15/12/ /07/2015 Sécuriser le créit impôt recherche - Le ossier justificatif u CIR (intérêts, structure et moèles e ossier justificatif ) ; - Les principales zones e risques e la partie scientifique u projet e R&D (qualification scientifique u projet e R&D, frontières u éveloppement expérimental ) ; - Les principales zones e risques e la partie financière u projet e R&D (risques liés aux épenses e personnel, risques liés aux amortissements, risques liés aux épenses externes ). Contrôle fiscal et créit impôt recherche - Généralités ; - Les moalités u contrôle ; - Les ifficultés u contrôle (ébat oral et contraictoire, charge e la preuve ) ; - Les conséquences u contrôle. Apprécier le champ application propre au créit impôt recherche ; Sécuriser le traitement u créit impôt recherche ; Mesurer les principales zones e risques u créit impôt recherche ; Apprécier les moalités particulières u contrôle fiscal appliqué au créit impôt recherche. Diplômé expertise comptable, Dirigeant un organisme e formation et Formateur en roit fiscal, en roit social et en comptabilité. 13

8 Fiscalité Ref : FISC01 FISC06 Généralités : - Les nouvelles règles e territorialité ; - Critères u lieu e l utilisation effective u service ; - La éclaration européenne es services ; - Définition es territoires en matière e TVA ; - Notions assujetti (notion e prestataire assujetti et notion e preneur assujetti) ; - Lieu établissement es opérateurs (notions e siège e l activité économique, notion établissement stable, notion e omicile et e résience habituelle ). Les règles générales : - Prestations renues à un preneur assujetti (règle applicable, exonérations possibles, reevable e la taxe, fait générateur et exigibilité e la TVA, obligations éclaratives ) ; - Prestations renues à un preneur non assujetti (règle applicable, exonérations possibles, reevable e la taxe, fait générateur et exigibilité e la TVA, obligations éclaratives ). Où et quan faire votre formation? TVA & Territorialité es services Les règles particulières : - Prestations renues à un preneur assujetti (location e moyens e transport, prestations e services se rattachant à un immeuble, transport e personnes, prestations e vente à consommer sur place, prestations uniques es agences e voyages, roits accès à es manifestations culturelles ) ; - Prestations renues à un preneur non assujetti (location e moyens e transport, prestations e services se rattachant à un immeuble, transport e biens, transports e personnes, prestations e ventes à consommer sur place, prestations e services accessoires aux transports, travaux et expertises sur es biens meubles corporels, prestations es interméiaires transparents ). confirmés Apprécier le lieu établissement es opérateurs et le lieu imposition à la TVA es prestations ; Ientifier les prestataires et les preneurs assujettis à la TVA ; Appliquer et maîtriser les règles générales et particulières e territorialité es prestations e services issues u «Paquet TVA» ; Appréhener et mesurer les risques inhérents à la mauvaise utilisation e ces règles e territorialité es services en matière e TVA. Franck Lambert Diplômé expertise comptable, Dirigeant un organisme e formation et Formateur en roit fiscal, en roit social et en comptabilité. AIX EN PROVENCE 06/10/2014 LYON 29/09/2014 PARIS 15/09/ /06/2015 BORDEAUX 20/10/2014 NICE 21/07/ /11/ /07/2015 Ref : FISC07 L impôt sur le revenu en pratique - Généralités (ates e la campagne IRPP 2015, éclarations 2015, personnes imposables ) ; - Situation familiale (quotient familial, personnes à charge ) ; - Imputation es éficits (principes et exceptions) ; - Les nouvelles mesures applicables aux revenus perçus en Calcul e l impôt sur le revenu (barème e l IRPP, plafonnement global es niches fiscales ) ; - Traitements et salaires (barèmes kilométriques ) ; - Revenus e capitaux mobiliers ; - Plus-values et gains taxables ; - Réuctions et créits impôts ; - Où et quan faire votre formation? Maîtriser les nouveautés et les principales ifficultés e l IRPP 2015 Le contenu e cette formation n est pas encore connu à ce jour et sera éterminé à la fin u mois e mars 2015 en fonction es principales mesures fiscales qui seront notamment votées en loi e finances 2015 et en loi e finances rectificative Donné à titre purement inicatif : Les principales zones e ifficultés e l impôt sur le revenu - Déuction es frais professionnels en matière e traitements et salaires (éuction forfaitaire e 10 % ou frais réels) ; - Pensions alimentaires (principes, pensions versées à es ascenants, es enfants majeurs ) ; - Revenus fonciers (revenus imposables, épenses éuctibles, régime u «microfoncier», principales zones e ifficultés e la éclaration n ) ; - Revenus exceptionnels ou ifférés (principes, le système u quotient ) ; - Contribuables résiant à l étranger (revenus e source française, habitation en France ) ; - Revenus encaissés à l étranger (éclaration n 2047 ) ; - chargés es éclarations impôt sur le revenu Diplômés exerçant en entreprise Mesurer les principes e base e l impôt sur le revenu ans le care e la campagne éclarative 2015 ; Appréhener et appliquer les nouvelles mesures applicables aux revenus e l année 2014, à éclarer en 2015 ; Ientifier et sécuriser les principales zones e ifficultés pour l établissement e la éclaration impôt sur les revenus es personnes physiques ; Anticiper et organiser la collecte es informations nécessaires à l établissement u revenu imposable et u revenu fiscal e référence. Franck Lambert Diplômé expertise comptable, Dirigeant un organisme e formation et Formateur en roit fiscal, en roit social et en comptabilité. BORDEAUX 06/05/2015 MARSEILLE 12/05/2015 NANTES 20/05/2015 Paris 28/04/2015 LILLE 29/04/2015 MONTPELLIER 04/05/2015 RENNES 19/05/ /05/2015 LYON 13/05/2015 NANCY 27/04/2015 TOULOUSE 05/05/2015 Nice 11/05/2015 Fiscalité 14 LILLE 27/10/2014 TOULOUSE 13/10/

9 Fiscalité Ref : FISC08 Fiscalité es associations Ref : FISC02 FISC09 Loi e Finances 2015 confirmés Stagiaires Tout collaborateur en charge e l établissement es éclarations impôt sur le revenu Fiscalité Mise en œuvre e la notion e non lucrativité fiscale aux associations : - Les critères appréciation e la non lucrativité ; - La franchise es activités lucratives accessoires ; - La sectorisation es activités lucratives accessoires ; - La filialisation es activités lucratives préponérantes. Les règles spécifiques applicables aux associations en matière e TVA et e taxe sur les salaires : - Les principes généraux e la TVA (généralités, éuction e la TVA, régimes imposition, ) ; - Les exonérations e TVA ouvertes aux associations (exonérations spécifiques et exonérations générales) ; - Taxe sur les salaires et associations (champ application, calcul e la taxe, ). Où et quan faire votre formation? 16 Les règles applicables aux associations en matière IS et e CET : - L impôt sur les sociétés (imposition es associations sans activités lucratives et imposition es associations avec activités lucratives) ; - La contribution économique territoriale (généralités, la CFE et la CVAE). Les autres règles fiscales spécifiques aux associations : - Introuction au régime fiscal u mécénat (généralités, versements effectués par es particuliers, versements effectués par es entreprises, ) ; - Le régime fiscal es subventions publiques (en matière IS en matière e TVA) ; - Le régime fiscal u bénévolat et es manifestations publiques. AIX EN PROVENCE 02/07/2015 NICE 17/11/2014 PARIS 01/12/2014 BORDEAUX 22/06/2015 TOULOUSE 15/06/ /06/2015 LILLE 16/07/2015 Apprécier et appliquer les critères e non lucrativité fiscale une association ; Recommaner es actions e sectorisation ou e filialisation es activités lucratives ; Mesurer et utiliser les règles spécifiques applicables aux associations en matière impôts commerciaux ; Appréhener les principes e base u régime fiscal u mécénat et e celui es subventions publiques. Franck Lambert Diplômé expertise comptable, irigeant un organisme e formation et formateur en roit fiscal, en roit social et en comptabilité. Le contenu e cette formation n est pas encore connu à ce jour et sera éterminé à la fin e l année 2014 en fonction es principales mesures fiscales et sociales qui seront votées en loi e finances 2015, loi e financement e la sécurité sociale 2015 et ernière loi e finances rectificative Fiscalité es revenus et u patrimoine : - Calcul e l impôt sur le revenu ; - Réuctions et créits impôts non professionnels ; - Plus-values es particuliers ; - Calcul e l ISF ; - Fiscalité es entreprises : - Calcul e l impôt sur les sociétés ; - Créits impôts professionnels ; - Plus-values professionnelles ; - TVA ; - Où et quan faire votre formation? Donné à titre purement inicatif : Mesures fiscales iverses : - Taxes iverses ; - Droits enregistrement ; - Contrôle fiscal ; - Mesures sociales : - Cotisations TNS ; - Travail issimulé ; - Cotisations salariales ; - Apprécier et appliquer les principales mesures fiscales et sociales intéressant les entreprises et les particuliers issues e la loi e finances 2015, e la loi e financement e la sécurité sociale 2015 et e la loi e finances rectificative 2014 ; Appréhener les ifficultés inhérentes à ces principales mesures ; Disposer une synthèse es principales mesures fiscales et sociales intéressant les entreprises et les particuliers issues e la loi e finances 2015, e la loi e financement e la sécurité sociale 2015 et e la loi e finances rectificative 2014 ; Anticiper les évolutions attenues en matière fiscale et sociale. Franck Lambert Diplômé expertise comptable, irigeant un organisme e formation et formateur en roit fiscal, en roit social et en comptabilité. BESANCON 02/02/2015 Lyon 28/01/2015 NANTES 13/02/2015 PARIS 15/01/ /01/2015 BORDEAUX 21/01/2015 MARSEILLE 27/01/2015 NICE 26/01/2015 5/02/ /02/2015 CAEN 06/02/2015 MONTPELLIER 19/01/2015 RENNES 12/02/2015 LILLE 14/01/2015 NANCY 04/02/2015 STRASBOURG 03/02/2015 TOULOUSE 20/01/

10 Fiscalité Ref : FISC10 Fiscalité es transmissions et stagiaire Ref : FISC02 FISC011 Maîtriser les règles e TVA applicables aux transactions immobilières Fiscalité Transmissions organisées : - Les transmissions à titre onéreux (conitions e valiité es cessions e fons e commerce ou e titres e sociétés, effets e la cession à titre onéreux, fiscalité applicable aux cessions e fons e commerce, fiscalité applicable aux cessions e titres e sociétés ) ; - Les transmissions à titre gratuit (généralités, spécificités e la onation-partage, conséquences fiscales e la onation un fons e commerce et une société, pacte Dutreil ). Préparation es transmissions : :- Préparer la transmission une société (séparation es activités, création un holing patrimonial, mise en place un FBO ) ; - Préparer la transmission une entreprise iniviuelle (mise en société une entreprise iniviuelle, séparation es biens immobiliers, mise en location gérance u fons ). Transmissions subies : - Les conséquences professionnelles u écès u chef entreprise (inciences pour l entreprise, inciences pour les contrats en cours, inciences pour l entrée es héritiers ans une société ) ; - Les conséquences fiscales u écès u chef entreprise (inciences en matière impôt sur le revenu, ISF et e roits e succession). Apprécier et choisir les mesures fiscales les plus appropriées, applicables à la transmission entreprise ou e société ; Anticiper et organiser la transmission es entreprises et es sociétés e leurs clients ; Appréhener quelques schémas préparatoires à la transmission entreprise ou e société ; Mesurer les inciences fiscales une transmission subie u fait u écès u chef entreprise. Franck Lambert Diplômé expertise comptable, Dirigeant un organisme e formation et Formateur en roit fiscal, en roit social et en comptabilité. Les principes généraux : La notion assujetti à la TVA (généralités, applications spécifiques aux opérations immobilières ) ; Les livraisons e terrains (istinction entre terrains à bâtir et autres terrains, livraison un terrain par un assujetti et par un non assujetti ) ; Les livraisons immeubles (istinction entre immeubles neufs et immeubles «anciens», livraison un immeuble par un assujetti et par un non assujetti ) ; Droit à éuction e la TVA (conitions générales, immeuble immobilisé, immeuble en stock ). Dispositions particulières : Ventes en l état futur achèvement (éfinition, les règles spécifiques applicables ) ; Les livraisons à soi-même immeubles (éfinition, les règles spécifiques applicables ) ; Le bail à construction (éfinition, les règles spécifiques applicables ) ; Utilisation e l immeuble ans l attente e sa revente (présentation, règles spécifiques applicables ). Mise en situation pratique : Les opérations e construction-vente immeubles (étapes, engagement e construire ) ; Les opérations achat-revente immeubles (étapes, engagement e revente ) ; L immobilier entreprise (étapes e la vie un immeuble entreprise, mise en situation ). Appliquer les règles existantes en matière e TVA et e roits e mutation sur les livraisons immobilières ; Déterminer les roits à éuction e la TVA sur les opérations e livraisons immobilières ; Utiliser les règles spécifiques en matière e TVA pour les opérations e ventes en l état futur achèvement, e livraisons à soi-même, e bail à construction et utilisation e l immeuble ans l attente e sa revente ; Appréhener et vérifier, sur le plan e la TVA applicable aux transactions immobilières, les opérations e construction-vente immeuble, achat-revente immeuble et immobilier entreprise. Franck Lambert Diplômé expertise comptable, Dirigeant un organisme e formation et Formateur en roit fiscal, en roit social et en comptabilité. Où et quan faire votre formation? AIX EN PROVENCE 03/07/2015 NICE 18/11/2014 PARIS 08/12/2014 BORDEAUX 23/06/2015 TOULOUSE 16/06/ /06/2015 Où et quan faire votre formation? Paris 16/12/ /07/2015 LILLE 17/07/

11 Fiscalité Ref : FISC012 Chefs e groupes / Chefs e missions confirmés Diplômés exerçant en entreprise Les problématiques civiles et fiscales u émembrement e propriété (Titres sociaux, immeubles,...) Ref : FISC02 FISC013 L intégration fiscale : Aspects pratiques pour un petit groupe confirmés Stagiaires Fiscalité La constitution u émembrement e propriété. Les prérogatives générales es parties. Les problématiques civiles et fiscales u émembrement es titres sociaux (sociétés soumises à l IS, sociétés semi-transparentes). Les problématiques civiles et fiscales u émembrement es immeubles. L évaluation civile et fiscale es roits émembrés. Pacte Dutreil et émembrement. Départ en retraite u irigeant et émembrement. L usufruit successif. La cession usufruit temporaire. Sensibiliser les participants aux pièges, contraintes et questionnements e nature civile ou fiscale u émembrement e propriété un bien. Le régime e l intégration fiscale : avantages et inconvénients ; Conitions préalables : - Communes aux sociétés ; - Propres à la mère ; - Propres aux filles ; Option et éfinition u périmètre ; La mise en œuvre - Les 4 étapes : - Détermination u résultat es sociétés ; - Neutralisation es opérations les plus courantes ; - Détermination u résultat u groupe ; - Détermination e l impôt u groupe ; Les ifférentes conventions intégration fiscale : - Aspects fiscaux - Aspects Juriiques Aspects comptables ; Sortie une filiale u groupe : motifs et conséquences ; Fin u groupe : motifs et conséquences ; Exercice application sur les 4 principales catégories e conventions ; Cas pratique : calcul u bénéfice imposable et réaction es éclarations fiscales spécifiques A l issue e la formation, les apprenants seront capables : apprécier les avantages et les inconvénients e ce régime fiscal ; appréhener les conitions e forme et e fons e l option ; e maîtriser les retraitements les plus fréquents ans les petits groupes ; e connaître les spécificités es liasses fiscales ; e reconnaître les ifférentes catégories e convention intégration et e les comptabiliser... Joel Gazulla, Expert-comptable, Conseil en stratégie et organisation e patrimoine, Formateur et Expert-juiciaire. Guy Boulet enseignement à l Institut Supérieur e l Entreprise et u Management (Université Montpellier I). Diplômé expertise comptable, ans ivers organismes e formation professionnelle, Chargé Où et quan faire votre formation? Paris 04/11/ /07/2015 Où et quan faire votre formation? 20 BORDEAUX 31/10/2014 LILLE 09/12/2014 LYON 25/11/2014 PARIS 01/10/2014 MARSEILLE 10/10/2014 NICE 15/10/2014 TOULOUSE 21/11/ /04/

12 Fiscalité Ref : FISC014 Holing à l impôt sur les sociétés les principales ifficultés fiscales confirmés Stagiaires Ref : EXP01 stagiaires Maîtriser l application pratique es normes professionnelles e l expert-comptable Les opérations intra-groupe : - Les prestations managériales ; - Les opérations e centralisation e trésorerie ; - Les cessions e biens et immobilisations ; - Le régime e l intégration fiscale ; L assujettissement à la TVA ; L assujettissement à la taxe sur les salaires ; Le traitement es frais acquisition es titres e participation ; La istribution e ivienes : le régime es sociétés mères et filiales ; Le régime es titres e participation et les clauses anti-abus ; La éuction es charges financières ; La fiscalité es associés : - Les revenus e capitaux mobiliers ; - Plus-values e cession ou apport ; - La qualification e biens professionnels au regar e l ISF. Guy Boulet A l issue e la formation, les apprenants seront capables : apprécier les avantages et les inconvénients u recours à une holing sous l angle petits groupes ; appréhener les ifficultés fiscales inhérentes à cette organisation au regar es ifférentes impositions ; apprécier l impact e la jurispruence ; anticiper les évolutions attenues en matière fiscale. Diplômé expertise comptable, ans ivers organismes e formation professionnelle, chargé enseignement à l Institut Supérieur e L Entreprise et u Management (Université Montpellier I). INTRODUCTION Objectifs péagogiques. Présentation e l organisation es normes professionnelles. SEQUENCE 1 : LA NORME PROFESSIONNELLE DE MAÎTRISE DE LA QUALITE Objectifs et éfinitions. Obligations requises pour le cabinet et moalités application pratique pour le cabinet. Exemples pratiques. SEQUENCE 2 : LA NORME ANTI-BLANCHIMENT Présentation es règles professionnelles relatives aux obligations es professionnels e l expertise comptable pour la prévention e l utilisation u système financier aux fins e blanchiment e capitaux et e financement u terrorisme. Moalités application e la norme au sein u cabinet. SEQUENCE 3 : LA MISSION DE PRÉSENTATION DES COMPTES Nature et objectif e la mission. Moalités application e la norme au sein u cabinet. Exemples pratiques, moalités émission e l opinion. SEQUENCE 4 : LES AUTRES MISSIONS 1. Les attestations particulières. 2. L examen limité. 3. La mission information sur la base e procéures convenues. 4. La mission e compilation es comptes. 5. La mission examen es informations prévisionnelles. CONCLUSION : LES POINTS CLéS A RETENIR Le professionnel e l expertise comptable se oit e respecter pour toutes les missions entrant ans son champ e compétences les principes e comportement éfinis par le Coe e éontologie es professionnels e l expertise comptable, la norme relative à la maîtrise e la qualité es missions ainsi que les ispositions es normes professionnelles spécifiques applicables à chaque mission. Ce séminaire est estiné à présenter e manière pratique les iligences que le professionnel e l expertise comptable oit mettre en œuvre afin atteinre les e la mission qui lui a été confiée. A l issue u séminaire, le professionnel oit être en être en mesure e mettre en œuvre ces normes au sein es trois granes natures e missions : les missions normalisées qui onnent lieu à une expression assurance e la part u professionnel comptable ; les missions normalisées qui ne onnent pas lieu à une expression assurance ; les autres missions et prestations non normalisées. Le séminaire permettra au professionnel élaborer le suivi un système e contrôle qualité visant à fournir à sa structure exercice professionnel l assurance raisonnable : qu elle-même et son personnel professionnel se conforment aux normes professionnelles et aux obligations légales et réglementaires applicables ; que les rapports émis par elle-même ou par les professionnels e l expertise comptable responsables e missions sont appropriés aux circonstances. Compta Où et quan faire votre formation? 22 Lille 08/12/2014 LYON 24/11/2014 PARIS 30/09/2014 TOULOUSE 20/11/2014 BORDEAUX 30/10/ /04/2015 Lionel Escaffre Commissaire aux comptes près e la Cour Appel e Paris, Professeur à l Université Angers et Directeur e la Chaire e Régulation Financière et Comptable «Règles et Marchés». Où et quan faire votre formation? NICE 14/10/2014 MARSEILLE 09/10/2014 Paris 06/10/ /07/

13 Expertise comptable Ref : EXP02 ACCUEIL ET PRESENTATION DU SéMINAIRE (quiz introuctif). INTRODUCTION : Ce qu il faut savoir sur le contrôle qualité : Le care juriique. Le champ application. Le référentiel u contrôle qualité. SéQUENCE 1 : L organisation u contrôle : Choix es structures et es professionnels à contrôler. Déroulement es contrôles. Les contrôleurs. SéQUENCE 2 : La méthoologie : Les ifférentes phases u contrôle. Le contrôle structurel. Le contrôle technique. Les conclusions et rapports. SéQUENCE 3 : Les politiques et procéures prioritaires : Le manuel es procéures internes. Les procéures prioritaires à mettre en œuvre au sein u cabinet. SéQUENCE 4 : Les outils opérationnels et la ocumentation : La base ocumentaire u contrôle. Un exemple e manuel e procéures cabinet. La préparation u contrôle qualité e l expert-comptable confirmés Cette formation est estinée aux experts-comptables et collaborateurs e haut niveau qui souhaitent se préparer au contrôle confraternel e qualité pour en tirer les enseignements positifs pour leur cabinet. Elle permet e connaître la procéure et les outils utilisés par le contrôleur et aborer le contrôle en toute confiance. Elle propose e nombreux outils opérationnels qui permettent la mise en œuvre e procéures internes aaptées et efficientes. Les e cette formation sont les suivants : Savoir se préparer au contrôle qualité. Découvrir la procéure et les outils u contrôleur qualité. Savoir tirer profit es résultats es contrôles pour mettre en place ou améliorer les procéures existantes au sein u cabinet e commissariat aux comptes. Démystifier le contrôle. A l issue e la formation, les participants seront en mesure : De préparer l intervention u contrôleur qualité à partir es outils opérationnels utilisés. D ientifier les améliorations à apporter au sein u cabinet en termes e procéures et e ocumentation es travaux. Ref : EXP03 Introuction - L enjeu es inicateurs e pilotage pour le chef entreprise e TPE. - Le rôle attenu u cabinet expertise comptable. - Le tableau e bor, outil e renforcement e la relation client. Le conseil e gestion via un tableau e bor : les inispensables pour valoriser la mission - Le choix es inicateurs u tableau e bor : inicateurs comptables et inicateurs extracomptables. - La fixation es et la réalisation un prévisionnel. - Les autres inicateurs e performance. - L analyse es marges et la constitution une «marge» aaptée à l activité e l entreprise. - La constitution un résultat approché. Passer u constat au conseil e gestion - Stratégie et positionnement, éveloppement potentiel u chiffre affaires. - Analyse et amélioration es marges, écartement es activités non rentables. - Politique approvisionnement. Mettre en place et venre es tableaux e bor chez vos clients TPE PME et passer u constat au conseil e gestion - Gestion es stocks, élais e rotation. - Facturation et recouvrement es clients. - Négociation es conitions bancaires. - Améliorer les équilibres financiers e l entreprise. L organisation e la mission au sein u cabinet - La lettre e mission, le respect es normes. - La collecte es informations alimentant le tableau e bor. - L utilisation es outils informatiques. Les ifférents outils u marché avantages et inconvénients. - La mise en place e ces missions avec un outil informatique en «moe projet» ans le cabinet. Détecter le besoin u client et venre la mission - Les signes u besoin u client en conseil e gestion. - Proposer une prestation avec les bons arguments e vente. - Lever les freins u prix e la prestation. - Formaliser la proposition et conclure la vente. La restitution au client, préparation et communication - Le compte renu écrit. - La communication au client. stagiaires Chef e missions Tout responsable e ossiers ENJEU Les clients es cabinets expertise comptable sont constitués à 80 % e TPE. Dans la périoe que nous traversons, ils ont particulièrement besoin inicateurs e gestion réguliers pour piloter leur entreprise. Le bilan et une situation semestrielle ne suffisent pas. Ces inicateurs leur permettent e suivre très régulièrement leurs réalisations, e s assurer et anticiper pour optimiser le résultat e fin année. Par ailleurs, les collaborateurs qui suivent leur client en comptabilité sont e formation comptable mais n ont pas toujours une approche e conseiller en gestion. Le tableau e bor constitue également un outil stratégique e éveloppement u cabinet vers le conseil e gestion et e préservation e la relation client. OBJECTIFS - Bien comprenre le moèle économique u client et passer e la casquette e Comptable à la casquette e Conseil en gestion. - Détecter le besoin e conseil e gestion u client, savoir lui proposer au moment opportun et lui venre. - Mettre en place les tableaux e bor chez les clients avec es inicateurs aaptés. Expertise comptable Guy Zerah Où et quan faire votre formation? Expert-comptable - Commissaire aux comptes / Concepteur / Animateur formation institutionnelle AIX EN PROVENCE 14/10/2014 Lille 28/11/2014 Nice 05/11/2014 PARIS 18/09/2014 Cecile Mathieu Où et quan faire votre formation? Diplômée expertise-comptable, après une ouble expérience en cabinet EC puis en entreprise, consultante et formatrice en conseil e gestion en cabinet, informatique e gestion, coaching personnalisé en marketing et commercial u cabinet expertise-comptable. BORDEAUX 17/10/2014 LYON 12/12/2014 Nice 28/11/2014 PARIS 14/11/2014 BORDEAUX 08/12/2015 Lyon 19/11/2014 TOULOUSE 17/12/ /05/ LILLE 21/11/2014 MARSEILLE 05/12/2014 TOULOUSE 09/12/ /02/

14 Expertise comptable Ref : EXP04 INTRODUCTION - La présentation u bilan au chef entreprise et aux tiers Enjeux. - Organiser la préparation u renezvous e bilan. L ANALYSE FINANCIERE ADAPTEE A LA PETITE ENTREPRISE La formation u résultat - Une marge simple aaptée à l entreprise. - Les soles interméiaires e gestion. - Les ratios exploitation. - La comparaison avec les onnées e l entreprise, le secteur activité Les équilibres financiers et la variation e trésorerie - analyse es équilibres financiers et es flux. - Les ratios financiers courants. La vision u banquier : les scores et l impact sur la relation banque/tpe - sensibilisation u client à la vision u banquier. - Les principaux inicateurs importants pour le score. - Les leviers amélioration u score. Faire parler les comptes annuels es TPE-PME et initier le conseil e gestion METHODE ET COMMUNICATION AU CLIENT - DEROULé DE LA PRESENTATION - Le fil irecteur e la présentation es comptes annuels. - analyses es points forts et es points efforts. - Préconisations et restitution au client. UTILISATION DES OUTILS INFORMATIQUEs - Les ifférents outils logiciels u marché vue synthétique. - L organisation interne pour inclure cette présentation par le cabinet e manière prouctive avec un logiciel. SENSIBILISER LE CLIENT AU CONSEIL DE GESTION - Les inicateurs sensibles. - Le profil u chef entreprise. - quelques arguments pour initier le conseil e gestion au moment u renez-vous e bilan. stagiaires Chef e missions Tout responsable e ossiers ENJEU Valorisez le travail expertise u cabinet par une présentation aaptée à la TPE. Réaliser une présentation péagogique es comptes annuels e vos TPE/PME, en utilisant l analyse financière. Connaître les inicateurs analyse financière inispensable et le vocabulaire aapté au chef entreprise e ces structures. Sensibiliser l entreprise à ses inicateurs pour initier u conseil e gestion. OBJECTIFS - Disposer une émarche concrète pour mettre en place une présentation accessible es comptes annuels aux TPE. - Maîtriser les concepts analyse financière et le vocabulaire aapté à la imension e l entreprise et à l écoute u chef entreprise. - Expliquer la formation u résultat, les équilibres financiers et la formation e la trésorerie - Sensibiliser l entreprise à ses inicateurs au scoring bancaire et initier la émarche e conseil à la gestion. Ref : EXP05 I Pourquoi et comment mettre en place une comptabilité e gestion? Analyse es raisons : - Situations particulières (ifficultés, régression, abanon un prouit ). - Nouvelles orientations stratégiques. - Croissance externe, rachats, iversifications Moalités opératoires : comment s y prenre? - Détermination claire es poursuivis : ce que l on veut :. éfinir la performance pour l entreprise et/ou chacune es unités qui la compose.. choisir par quels leviers la maîtriser.. maîtrise par les coûts.. ou maîtrise par la valeur. - Analyse e l organisation et u management. - Analyse u système information existant (comptable et extra comptable). - Proposition un projet e schéma e comptabilité e gestion : ce que l on peut. - Valiation u projet par rapport aux poursuivis. La comptabilité e gestion instrument e contrôle et e pilotage II Recherche u moe e écoupage organisationnel Comment analyser un écoupage organisationnel : émarche auit. Tenir compte u secteur activité : inustrie, commerce, service. Exemples es principaux moèles e écoupages : fonctionnel, hiérarchique, ivisionnel, par prouits, par centre e responsabilité, matriciel, Rattachement à un moèle type ou recherche un moèle spécifique e écoupage. III Concevoir une structuration es coûts conforme au écoupage organisationnel et au moe e management Préalable : bien ientifier les logiques e gestion : stagiaires Chef e missions Tout responsable e ossiers Qu il s agisse e sortir une situation e ifficultés ou optimiser les performances e l entreprise le irigeant a besoin un outil qui l informe rapiement en lui permettant e comprenre sur quels leviers il peut et oit agir. La comptabilité e gestion est par excellence l outil permettant atteinre ces. Encore faut-il qu elle soit aaptée aux spécificités e chaque entreprise. A l issue u séminaire les apprenants seront capables e concevoir et mettre en place une comptabilité e gestion et e l utiliser comme outil e conseil en gestion auprès e leurs clients. - Efficience. - Efficacité. - Effectivité. - Economie e coûts, Choisir les moes e écoupage es coûts : - Par egré affectation (irect, inirect). - Par egré e variabilité (fixe ou variable). - Par egré anticipation. - Autres. Relier les moes e écoupage es coûts et les logiques e gestion. IV La mise en œuvre opérationnelle e la comptabilité e gestion Illustration à partir e cas pratiques. Expertise comptable Cecile Mathieu Où et quan faire votre formation? Diplômée expertise-comptable, après une ouble expérience en cabinet EC puis en entreprise, consultante et formatrice en conseil e gestion en cabinet, informatique e gestion, coaching personnalisé en marketing et commercial u cabinet expertise-comptable. Henri Catarina Dirigeant un organisme e conseil et formation Diplômé expertise comptable, Maître e Conférences en gestion à l Université e Montpellier I Où et quan faire votre formation? BORDEAUX 19/09/2014 Lyon 11/12/2014 Nice 27/11/2014 PARIS 23/09/2014 BORDEAUX 4/11/2014 LYON 14/10/2014 Nice 28/10/2014 PARIS 13/10/ Lille 26/09/2014 MARSEILLE 04/12/2014 TOULOUSE 13/10/ /02/2015 LILLE 28/11/2014 AIX EN PROVENCE 27/10/2014 TOULOUSE 04/12/ /06/

15 Expertise comptable Ref : EXP06 ACCUEIL ET PRéSENTATION DU SéMINAIRE Objectifs. Plan. Contenu u support. Ientification es connaissances (quiz introuctif). INTRODUCTION : les textes fonamentaux e la profession Le coe e éontologie. Le référentiel normatif. Le care e référence es missions. SéQUENCE 1 : la mission e presentation Caractéristiques. Champ application. Contenu e la norme professionnelle. Le concept e cohérence et e vraisemblance. La responsabilité e l expert-comptable. SéQUENCE 2 : la methoologie Les ifférentes phases e la mission. Les contrôles e substance. La formalisation es contrôles. Les conclusions et rapports. Les ossiers. SéQUENCE 3 : presentation e situations pratiques elicates CONCLUSION ET EVALUATION (Quiz conclusif) ANNEXES : les outils operationnels et la ocumentation u ossier Approche pragmatique e la mission e présentation es comptes : aspects méthoologiques et pratiques stagiaires La mission e présentation est la mission recommanée par le Conseil Supérieur e l Orre es experts-comptables ans le care es missions e participation à l établissement es comptes annuels. Cette formation, essentiellement axée sur la pratique au quotiien es professionnels e l expertise comptable, est estinée aux expertscomptables et collaborateurs qui souhaitent approfonir les aspects opérationnels et ocumentaires e cette mission ; elle permet e réaliser la mission ans es conitions optimales et sécurisée et e connaître les outils et la ocumentation à utiliser tout au long e la mission. Elle met également l accent sur les concepts e cohérence et e vraisemblance et sur la responsabilité e l expert-comptable au travers e situations pratiques élicates. Les e cette formation sont les suivants : Approfonir les obligations requises par la norme professionnelle et leurs inciences sur la responsabilité e l expert-comptable ; Acquérir les bonnes pratiques professionnelles pour réaliser la mission et maîtriser les risques ; Connaître et appliquer les outils opérationnels et la ocumentation applicables à la mission ; Apprenre à gérer les situations élicates ; Constituer la ocumentation e la mission. A l issue e cette formation essentiellement axée sur la pratique au quotiien es professionnels e l expertise comptable, les participants seront en mesure De maîtriser la notion e cohérence et e vraisemblance es comptes et e son champ application ; D appliquer efficacement la ocumentation et les outils tout au long e la mission ; De traiter certaines situations élicates. Ref : EXP07 ACCUEIL ET PRéSENTATION DU SéMINAIRE Objectifs. Plan. Contenu u support. Ientification es connaissances (quiz introuctif). INTRODUCTION : les spécificités u secteur Les structures associatives. Les fonations et les fons e otation. La gouvernance. SEQUENCE 1 : la mission comptable Les particularités comptables. Les cycles spécifiques. SEQUENCE 2 : la méthoologie Les ifférentes phases e la mission. Les contrôles e procéures et e substance. La formalisation es contrôles. Les conclusions et rapports. La finalisation es ossiers. SEQUENCE 3 : présentation e situations pratiques élicates CONCLUSION ET évaluation (Quiz conclusif) ANNEXES : les outils opérationnels et la ocumentation u ossier Traiter efficacement un ossier association stagiaires Chef e missions Tout responsable e ossiers Le secteur es associations est un secteur qui compte en France plus e associations ont près e sont es employeurs qui sollicitent souvent les services un professionnel e l expertise comptable; il présente es particularités liées, non seulement à une législation spécifique, mais également à es contraintes inhérentes à son fonctionnement et aux intervenants (financeurs, élus, pouvoirs publics..) qu il convient e maîtriser préalablement à l acceptation une mission e présentation e comptes. Cette formation est essentiellement axée sur les aspects pratiques e la mission ; elle est estinée aux experts-comptables et collaborateurs qui souhaitent approfonir les aspects opérationnels et ocumentaires e cette mission ; elle permet e réaliser la mission ans es conitions optimales et sécurisées et e connaître les outils et la ocumentation à utiliser tout au long e la mission. L aspect fiscal es associations n est pas traité ans le care e cette formation mais ans le moule spécifique intitulé «FISCALITE DES ASSOCIATIONS» Les e cette formation sont les suivants : Ientifier les particularités u secteur. Prenre en compte les risques inhérents à la gouvernance e ces entités, au care juriique et comptable. Connaître et appliquer les règles comptables spécifiques. Conuire une approche efficace e la mission. Apprenre à gérer es situations élicates. Constituer la ocumentation e la mission. A l issue e cette formation, essentiellement axée sur la pratique au quotiien es professionnels e l expertise comptable, les participants seront en mesure : De réponre aux risques inhérents au secteur. D utiliser efficacement la ocumentation et les outils opérationnels spécifiques tout au long e la mission. De traiter certaines situations élicates (cas pratiques). Expertise comptable Guy Zerah Où et quan faire votre formation? Expert-comptable - Commissaire aux comptes / Concepteur / animateur formation institutionnelle AIX EN PROVENCE 14/10/2014 Lille 28/11/2014 Nice 23/10/2014 PARIS 10/10/2014 Guy Zerah Expert-comptable - Commissaire aux comptes / Concepteur / Animateur formation institutionnelle Où et quan faire votre formation? BORDEAUX 25/09/2014 LYON 09/12/2014 Nice 26/11/2014 PARIS 23/09/2014 BORDEAUX 19/12/2014 Lyon 18/11/2014 TOULOUSE 03/12/ /06/ LILLE 13/10/2014 MARSEILLE 05/11/2014 TOULOUSE 18/12/ /06/

16 Expertise comptable Ref : EXP08 Où et quan faire votre formation? 30 Evaluer le risque clients e l entreprise L analyse financière : méthoes et ratios financiers e base. L analyse juriique : les sources information et leur traitement. Les autres paramètres à prenre en compte : évolution u marché, évènements inhérents à l entreprise cliente, Externaliser l analyse e son poste client : scoring, Assurance-Créit. Le but e l analyse : la éfinition e l encours. Auiter le cycle vente e l entreprise et éfinir les pratiques optimales Entrée en relation et commane : l intérêt e l ouverture e compte. La facturation : établissement, mentions obligatoires. Le suivi e la commane et son exécution. Le paiement : échéance, moyens e paiement, Garantir le paiement : les sûretés. Les acteurs e l entreprise et leur positionnement ans le cycle vente. Evaluer la pertinence es ocuments commerciaux au regar e la protection u poste clients Rappel sur les bases u Droit contractuel et son impact sur le cycle vente. Les apports e la LME et ses évolutions ans le care e la Loi Hamon. L analyse es CGV, les clauses essentielles et facultatives. Jerome Lecleire Développer ses missions e conseil sur la gestion u poste clients stagiaires Chef e missions Tout responsable e ossiers Pouvoir évaluer l organisation e l entreprise en matière e prévention es impayés, au niveau juriique, financier et organisationnel ; Connaître les outils e protection et e financement u poste client ; Savoir conseiller sur la phase e relance impayés et connaître les possibilités externalisation. Le Financement u poste clients Définition et enjeux u besoin e l entreprise. Les ifférents instruments isponibles : Escompte, Dailly, Affacturage, titrisation, L organisation générale u recouvrement Structure u process e recouvrement : Quan, Comment, Qui? Les prestataires externes sous le prisme avantages/inconvénients. Evaluer la performance es prestataires. Conclusion : Elaborer la lettre e mission spécifique au conseil en matière e gestion u poste clients. Diplômé en Droit es Affaires, Expert en gestion u poste clients, prévention et traitement es retars e paiement, Consultant et Formateur. AIX EN PROVENCE 29/09/2014 Lille 24/11/2014 Nice 30/09/2014 PARIS 25/11/2014 BORDEAUX 16/10/2014 Lyon 07/10/2014 TOULOUSE 15/10/ /05/2015 Ref : EXP09 Les spécificités es états e synthèse étue étaillée u bilan : fons propres, provisions, emprunts, immobilisations, actifs circulants, trésorerie, Les principaux postes u compte e résultat : prouits, charges, Principes équilibre e la structure financière Analyse u bilan : analyse classique, Le fons e roulement net,le besoin en fons e roulement, analyse e l origine e la trésorerie et son utilisation, Aaptation aux organismes e logement social, le potentiel financier, le fons e roulement net à terminaison, Analyse e l équilibre exploitation : les ifférents niveaux e résultat, la capacité autofinancement, l autofinancement net, les soles interméiaires e gestion. Principaux inicateurs et analyse es risques La lecture u DIS : Présentation es tableaux e synthèse u DIS ; Principaux ratios comparés par famille. Étue un cas pratique : Bilan. Compte e résultat. Tableau e financement. Stephane Bellanger Où et quan faire votre formation? Directeurs e missions Chef e missions Comprenre et analyser les comptes es organismes e logement social ENJEUX La baisse es aies à la pierre e l État et es collectivités territoriales resserre les marges e manœuvre es nouvelles opérations locatives sociales. Par conséquent, il est inispensable e bien utiliser les outils et e se oter e pratiques efficaces en matière financière permettant ientifier tout éséquilibre au niveau u bilan comme e l exploitation, et e pouvoir éterminer la capacité autofinancement et e financement es nouveaux investissements. OBJECTIFS - Développer une méthoologie et es techniques analyse e la situation financière e l organisme, u bilan comme e l exploitation. - établir un iagnostic financier en repérant les risques et l évolution es grans équilibres, évaluer la soliité financière e l organisme. - Déterminer la capacité autofinancement. - Analyser le Dossier Iniviuel e Situation (DIS) établi par les Féérations, un outil inispensable e iagnostic. - Avoir une approche critique u tableau e bor financier e l organisme. Expert-Comptable et Commissaire aux Comptes Analyste financier iplômé e la SFAF. Paris 17/10/ /11/2014 Expertise comptable 31

17 CAC Ref : CAC Introuction : La émarche optimisation e la communication u commissaire aux comptes avec le irigeant e PME. La émarche acceptation e la mission. L entretien préalable ou comment le CAC peut émontrer sa valeur ajoutée? Séquence 1 : La communication u commissaire aux comptes aux organes e irection La lettre e mission (NEP 210) : tenir les promesses e l offre au travers e la lettre e mission. Rappel es ispositions e la NEP 260. Les éléments e communication et le lien avec l opinion. Les notions irrégularités et inexactitues. Les moalités e communication : exemples e réaction, la réaction un rapport a hoc. La communication sur l auit es comptes, explication e l opinion, réflexion sur les DDL. La communication ans le care e missions e Diligences Directement Liées. Séquence 2 : La communication es faiblesses e contrôle interne Rappel es ispositions e la NEP 265. La notion e faiblesse e contrôle interne, les outils e communication pour évelopper es DDL. Les estinataires e la communication. Les moalités e communication : exemples e réaction. Où et quan faire votre formation? La communication globale u commissaire aux comptes : «L application es NEP et les opportunités e communication pour le commissaire aux comptes» Séquence 3 : La communication u commissaire aux comptes auprès e son équipe Communication et supervision au sein e l équipe auit. Communication et revue inépenante au sein u cabinet : Structure u cabinet. Stratégie u cabinet. Les services proposés par le cabinet. Les interlocuteurs au sein u cabinet. Séquence 4 : La communication u commissaire aux comptes auprès e l expert-comptable Rappel e la NEP. Les limites e la communication. La prise en compte u rôle e l expertcomptable ans la mission. La communication u commissaire aux comptes repose sur ifférents textes légaux et la mise en application e la Norme e Bon Exercice relative à la émarche e communication u CAC avec le irigeant e PME. Par exemple, selon la NEP 260, lors e l auit mis en œuvre ans le care e la certification es comptes, le CAC communique, conformément aux ispositions e l article L u coe e commerce, avec l organe collégial chargé e l aministration ou l organe chargé e la irection et l organe e surveillance, ainsi que le cas échéant, le comité spécialisé. Le séminaire est estiné à tracer le care et les limites e la communication u commissaire aux comptes en proposant es outils accompagnant cette communication auprès e quatre axes : Le irigeant et les collaborateurs e l entité auitée. Les collaborateurs avec le rôle e supervision e l associé. L expert-comptable. Les magistrats. L objectif est e présenter à partir exemples concrets et e mise en situation, les bonnes pratiques e communication à aopter en fonction e l interlocuteur rencontré et en précisant les limites inhérentes au secret professionnel et aux risques e mise en responsabilité. La co-animation e ce séminaire est estinée à lui conférer un contenu opérationnel irectement applicable ans la pratique professionnelle es confrères et es collaborateurs. Séquence 5 : La communication u commissaire aux comptes ans le care une révélation e faits élictueux Rappel es textes. La communication auprès u procureur. La gestion e la relation client. Conclusion : le rappel e la norme e bon exercice Les principes e bonne communication issus es cas pratiques et e mises en situation pratiquées. La synthèse es entretiens. Quiz évaluation u séminaire. s Lionel Escaffre Isabelle Fleury Bernier AIX EN PROVENCE 17/10/2014 LILLE 16/10/2014 NICE 24/11/2014 PARIS 07/10/2014 BORDEAUX 08/10/2014 LYON 29/10/2014 TOULOUSE 28/11/ /05/2015 Ref : CAC 02 Introuction : rappel es NEP applicables. La planification e l auit et prise en compte e l environnement. La technique e l «approche par les risques». La place u contrôle interne ans la planification. L estimation e l anomalie significative. Conclusion : exemple un plan e mission aaptée à une PME, utilisation pratique. s Où et quan faire votre formation? Etablir un plan e mission et renforcer l efficacité e auit N homologation 13F0105 Gilles Vatble, Francois Citterio et Lionel Escaffre Maîtriser la réaction un plan e mission en appliquant la méthoologie approche par les risques. Etre capable e formaliser une stratégie auit. Améliorer l efficacité e la mission auit grâce à la planification. Renforcer la valeur ajoutée e l auit ans les PME. AIX EN PROVENCE 24/07/2015 Lille 07/11/2014 NICE 11/12/2014 PARIS 29/09/2014 BESANCON 09/07/ /06/ /05/ /12/2014 BORDEAUX 03/10/2014 MARSEILLE 12/12/2014 RENNES 15/06/ /05/ /06/2015 MONTPELLIER 30/09/2014 STRASBOURG 10/07/ /06/2015 CAEN 14/06/2015 NANTES 06/07/2015 TOULOUSE 05/11/2014 Lyon 04/06/ /07/2015 CAC 33 CAC

18 CAC Ref : CAC 03 Etablir une annexe pertinente pour son client : les clés une réaction efficace Ref : CAC 04 La consoliation aaptée aux PME moule 1 N homologation 11F0330 CAC Où et quan faire votre formation? 34 Introuction : les obligations liées à l établissement une annexe (simplifiée, éveloppée, consoliée ) Les informations obligatoires Principes comptables. Notes sur les comptes. Parties liées. Evénements postérieurs à la clôture et changement e méthoe. Engagements financiers et hors bilan - Informations extra-comptables. L optimisation e l information aaptée à son client Information sur l activité - Information sur les risques et incertitues. Informations sur les hypothèses évaluation. Informations sociales. Informations environnementales. Lionel Escaffre Les iligences u commissaire aux comptes Rappel es NEP spécifiquement applicables aux travaux auit e l annexe. Liens avec le rapport sur les comptes : observations et justification es appréciations. Outil méthoologique. Conclusion De l annexe à l information financière : renforcer la valeur ajoutée e la mission e l expert comptable et u commissaire aux comptes. Etre capable e maîtriser la émarche élaboration une annexe aaptée à son client, conforme aux normes comptables et savoir ientifier les facteurs e risques associés à la ivulgation informations financières. Maîtriser la émarche e révision et auit e l annexe et ses conséquences sur le rapport u commissaire aux comptes. Commissaire aux comptes près e la Cour Appel e Paris, Professeur à l Université Angers et Directeur e la Chaire e Régulation Financière et Comptable «Règles et Marchés». AIX EN PROVENCE 29/09/2014 Lille 16/12/2015 Nice 19/12/2014 PARIS 24/09/2014 BORDEAUX 23/12/2014 Lyon 12/11/2014 TOULOUSE 22/12/ /12/ /05/2015 Introuction Le périmètre e consoliation La revue es retraitements e consoliation La fiscalité ifférée La émarche auit Conclusion Lionel Escaffre Où et quan faire votre formation? Etre en mesure e constituer un périmètre e consoliation en choisissant e manière pertinente les méthoes e consoliation. Maîtriser les écritures élimination es titres et e partage es capitaux propres. Savoir calculer un écart acquisition et suivre le test e valeur associé. Maîtriser les principes e la fiscalité ifférée. Connaître la composition es états financiers consoliés. Apprécier les pistes auit préconisées par la NEP 600. Commissaire aux comptes près e la Cour Appel e Paris, Professeur à l Université Angers et Directeur e la Chaire e Régulation Financière et Comptable «Règles et Marchés». AIX EN PROVENCE 21/07/2015 Lyon 08/12/2014 Nantes 08/06/2015 PARIS 01/09 /2014 BESANCON 07/07/ /06/2015 NICE 30/10/ /12/2014 BORDEAUX 20/10/2014 Lille 03/11/ /06/ /05/ /07/ /06/2015 RENnes 18/05/ /06/2015 CAEN 11/05/2015 MONTPELLIER 06/05/2015 STRASBOURG 27/05/2015 TOULOUSE 29/10/2014 MARSEILLE 01/10/2014 NANcy 07/01/ /06/

19 CAC Ref : CAC 05 La consoliation appliquée aux PME : ifficultés et applications pratiques (Moule 2) N homologation 13F0100 Ref : CAC 06 La consoliation aaptée aux PME : Les travaux e révision comptable (Moule 3) confirmés CAC PRéREQUIS : avoir suivi le moule 1 - La consoliation aaptée aux PME ou avoir une bonne connaissance théorique e la consoliation ans les PME. Introuction : Les ifficultés actuelles e la consoliation. Séquence 1 : Les retraitements e consoliation. Séquence 2 : Le traitement es impôts ifférés. Séquence 3 : Les opérations élimination intra-groupes. Séquence 4 : La consoliation en IFRS. Conclusion : Les points essentiels à retenir. Où et quan faire votre formation? 36 Lionel Escaffre Maîtriser toutes les opérations e consoliation : Les retraitements et ajustements préalables es comptes iniviuels ; Le cumul es comptes iniviuels ; L élimination es comptes et opérations réciproques ; L élimination es résultats internes au groupe. Connaître les principaux retraitements e consoliation : Les retraitements homogénéité ; L élimination es écritures prises en application es législations fiscales ; Le retraitement e l impôt sur les bénéfices ; L ajustement es comptes réciproques entre entreprises intégrées ; La conversion es comptes établis en monnaie étrangère. Commissaire aux comptes près e la Cour Appel e Paris, Professeur à l Université Angers et Directeur e la Chaire e Régulation Financière et Comptable «Règles et Marchés». AIX EN PROVENCE 22/07/2014 Lyon 09/12/2014 MONTPELLIER 12/05/2015 PARIS 02/09/2014 BESANCON 08/07/ /06/2015 NANCY 01/06/ /12/2014 BORDEAUX 21/10/2014 Lille 04/11/2014 NANTES 09/06/ /05/ /07/ /06/2015 NICE 31/10/ /06/2015 CAEN 19/05/2015 MARSEILLE 02/10/ /06/2015 TOULOUSE 30/10/2014 STRASBOURG 28/05/ /06/2015 Prérequis Maîtriser les principes e la consoliation (CRC et/ou IFRS) ou Avoir suivi les moules 1 et 2 es séminaires e consoliation ispensés par l IFOR. (cf. p. 35,36) Introuction : Rappel es principes e révision es comptes consoliés. Séquence 1 : La revue et l analyse es instructions auit et prise e connaissance un logiciel. - Analyse es instructions auit et es instructions e consoliation e l entité. - Appréciation e l architecture un logiciel e consoliation. Séquence 2 : La révision es retraitements e consoliation. - La révision es opérations intra-groupes. - La révision es variations iniviuelles es capitaux propres. - La révision es travaux e bouclage. Séquence 3 : La révision e certaines opérations e retraitement. - La revue e la preuve impôt. - La revue es écarts e conversion. - La revue es provisions pour inemnités e épart en retraite. Séquence 4 : La révision e l annexe. - La révision es principes comptables appliquée à la consoliation. - Les points clés u questionnaire e révision e l annexe. Conclusion : Les points auit à retenir. Lionel Escaffre Où et quan faire votre formation? Analyser les spécificités u processus e consoliation pour organiser une révision efficace. Analyser les instructions e consoliation. Maîtriser les mécanismes e révision es opérations e consoliation : La révision u partage es capitaux propres et e l élimination es titres en fonction es méthoes e consoliation retenues. La révision es opérations réciproques et es résultats internes. Le contrôle u bouclage es capitaux propres : révision es tableaux e variations es capitaux propres iniviuels. La révision u passage : comptes sociaux / comptes consoliés et analyse es écritures e retraitements homogénéisation obligatoires et optionnelles. Autres axes e révision à privilégier : La revue un test e épréciation. Le mécanisme e révision e la preuve impôt. La révision es écarts e conversion es comptes établis en monnaie étrangère. La révision es provisions pour engagement e retraites. Commissaire aux comptes près e la Cour Appel e Paris, Professeur à l Université Angers et Directeur e la Chaire e Régulation Financière et Comptable «Règles et Marchés». BORDEAUX 22/10/2014 LYON 10/10/2014 Nice 31/10/2014 PARIS 04/09/2014 LILLE 05/11/2014 MARSEILLE 03/10/2014 TOULOUSE 30/10/ /01/

20 CAC Ref : CAC 07 L auit u cycle social par le commissaire aux comptes N homologation 12F0154 confirmés Ref : CAC 08 Le rapport e gestion et les vérifications spécifiques N homologation 13F0113 CAC Introuction : Place e l auit u cycle social ans la émarche auit légal. Spécificité e l auit u cycle social. 1 Méthoologie e l auit La collecte es éléments probants. Les techniques et les outils. Le respect u coe e éontologie es commissaires aux comptes. La restitution es travaux et l impact sur l opinion. 2 Réalisation es iligences Prise e connaissance préalable. Appréciation es risques. Plan e mission et programme e travail - points spécifiques à auiter - exemple un programme e travail spécifique (ex : auit es congés payés). Rapport auit u cycle, (entretien avec l entité, risques, recommanations). Synthèse. Il appartient au commissaire aux comptes e certifier, en justifiant e son appréciation, la régularité et la sincérité es comptes. Outre l aspect purement comptable, certains éléments relevant u roit social peuvent influer sur la véracité es comptes. Il convient onc, pour vérifier cela, envisager l auit u cycle social. Lors e cette formation, au travers e la réalisation e l auit social, nous nous attacherons à ientifier, à évaluer le risque anomalies significatives ans le omaine u roit social et e la sécurité sociale, à concevoir la procéure à mettre en œuvre en réponse à cette évaluation afin e limiter le risque e non étection. Introuction. Les vérifications u rapport e gestion et es autres ocuments remis aux actionnaires. Les conventions et engagements règlementés. L établissement u rapport spécial. Conclusion : La responsabilité e l auiteur. Maîtriser la vérification u rapport e gestion. Savoir réiger la troisième partie u rapport sur les comptes. Savoir analyser les conventions et engagements réglementés et en tirer les conséquences sur l établissement u rapport spécial. Veronique Fabrega Ancienne Avocate spécialisée en Droit u Travail. Dirigeante un Organisme e Formation et Formateur en Droit u Travail et e la Sécurité Sociale. Lionel Escaffre Commissaire aux comptes près e la Cours Appel e Paris, Professeur à l Université Angers et Directeur e la Chaire e Régulation Financière et Comptable «Règles et Marchés». Où et quan faire votre formation? 38 AIX EN PROVENCE 19/05/2015 Lille 30/06/2015 Nice 20/05/2015 PARIS 05/11/2014 BORDEAUX 02/06/2015 Lyon 26/05/2015 STRASBOURG 11/06/ /04/2015 MONTPELLIER 08/06/2015 TOULOUSE 03/06/2015 Où et quan faire votre formation? Paris 05/09/ /05/

Atteindre ses objectifs

Atteindre ses objectifs ACCÉLÉRATEUR DE COMPÉTENCES Tarifs Non adhérent : 500 HT Adhérent IFEC : 400 HT Adhérent IFEC + ANECS : 300 HT Adhérent IFEC + CJEC : 300 HT Adhérent IFEC + EC stagiaires et jeunes diplômés inscrits à

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal Du constat au conseil Intervenants Félix CICERON, Directeur de l ingénierie patrimoniale, Expert& Finance José SOTO, Directeur des partenariats

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

ÉDITO. la Commission Formation Professeur des Universités. Président de l IFOR

ÉDITO. la Commission Formation Professeur des Universités. Président de l IFOR des formations 2013 / 2014 des formations 2013 / 2014 ÉDITO La parution du nouveau catalogue Formations est toujours un événement essentiel pour les adhérents de l Ifor et les partenaires de la profession.

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

Le développement des missions de conseil fiscal

Le développement des missions de conseil fiscal Le développement des missions de conseil fiscal Intervenants Régis de BREBISSON Expert Comptable Cabinet DBA, Membre du groupement France Défi Didier PLANE Consultant Cabinet Avensi Consulting Sommaire

Plus en détail

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008?

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Lundi 8 octobre 2007 Nancy Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Frédéric Gros Directeur Nancy Élise Moras Ingénieur patrimonial

Plus en détail

Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal

Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal Quelques constats pour commencer La fiscalité est une matière vivante! Il existe des dizaines d exonérations, des dizaines de réductions et de crédits

Plus en détail

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités L EIRL Principes fonctionnement et opportunités EXPERTISE COMPTABLE COMMISSARIAT AUX COMPTES 11, rue de Mogador F-75009 PARIS Téléphone +33 (0)1 42 601 606 Fax +33 (0)1 42 613 792 EXPERTISE COMPTABLE 16,

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Fiscalité de l immobilier Plusieurs niveaux de fiscalité (investissement

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Histoire, définition et rôle de la comptabilité... 17 I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 A. Les origines antiques de la comptabilité...

Plus en détail

l association Les Nids protège les enfants

l association Les Nids protège les enfants Borchure_Les Nis-V13_Nis 16/10/12 13:22 Page4 Près e chez vous l association Les Nis protège les enfants Optimus - Créit photos : Association Les Nis - Fotolia - Getty Image. Donner le temps e granir Borchure_Les

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 Les principales dispositions du projet de loi de finances pour adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR Source : site Internet de l agence pour la création d entreprise (APCE) : http://www.apce.com/ SOMMAIRE : 1.

Plus en détail

LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES

LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES Un schéma d optimisation d fiscale et patrimoniale 1 place du 18 juin 1940-74940 ANNECY LE VIEUX Tél. : 04.50.23.10.40 fax : 04.50.23.39.83 Mél. : contact@agika.fr Document

Plus en détail

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP)

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) Qu est ce que l IRPP? L impôt sur le revenu des personnes physiques en abrégé (IRPP) est : un impôt direct qui frappe le revenu net global des personnes

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Panorama de la gestion de patrimoine» 4 ème partie : L investissement immobilier Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Plusieurs niveaux

Plus en détail

SCPI Amundi DEFI Foncier

SCPI Amundi DEFI Foncier SCPI Amundi DEFI Foncier SCPI de Déficit Foncier à capital fixe Souscription ouverte jusqu au 16 décembre 2015 - Pour bénéficier du dispositif fiscal de déficit foncier en 2014, souscription jusqu au 16

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2015 n 2014-1654 du 29 Décembre 2014 - JO du 30/12/2014

LOI DE FINANCES POUR 2015 n 2014-1654 du 29 Décembre 2014 - JO du 30/12/2014 RÉSUMÉ LOI DE FINANCES POUR 2015 n 2014-1654 du 29 Décembre 2014 - JO du 30/12/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2014 n 2014-1655 du 29 Décembre 2014 - JO du 30/12/2014 BP 8 83560 RIANS Tél : 04

Plus en détail

Thèmes de Formation. Les fondamentaux techniques et commerciaux. Technique et commercial : les indissociables

Thèmes de Formation. Les fondamentaux techniques et commerciaux. Technique et commercial : les indissociables Thèmes de Formation Thématiques de formation délivrées par Michel Brillat, Directeur de la Formation et de l Ingénierie Patrimoniale, CGP Entrepreneurs Pour ce faire, le minimum «syndical» à savoir PEL,

Plus en détail

Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise

Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise 1 Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise 2 Intervenants : Jean-Philippe Robin, Directeur Commercial Tamara Boucharé, Consultant Formateur

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC)

DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC) DCG session 2013 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC) 1) Calculer le résultat fiscal de l exercice 2012 pour la société GODARD Résultat fiscal (IS) Opérations

Plus en détail

LA GESTION FINANCIÈRE

LA GESTION FINANCIÈRE République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Développement Industriel et de la Promotion de l Investissement LA GESTION FINANCIÈRE PROGRAMME NATIONAL DE MISE A NIVEAU DES PME Édition 2013

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Octobre 2012 Sommaire 1. CONTRIBUTION EXCEPTIONNELLE SUR LA FORTUNE...2 2. DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION...2 2.1 Réduction de l abattement

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

Apport d un cabinet comptable. Pour le montage juridique et financier d un projet de micro-centrale hydroélectrique.

Apport d un cabinet comptable. Pour le montage juridique et financier d un projet de micro-centrale hydroélectrique. Apport d un cabinet comptable Pour le montage juridique et financier d un projet de micro-centrale hydroélectrique. Créé en 1957 110 collaborateurs 11 Experts - comptables Domaines d activités Expertise-comptable

Plus en détail

Réglementation, initiation, perfectionnement aux logiciels Catalogue de formation

Réglementation, initiation, perfectionnement aux logiciels Catalogue de formation Les outils informatiques de la gestion de patrimoine Réglementation, initiation, perfectionnement aux logiciels Catalogue de formation Sommaire Formations logicielles Outils flash p.3 Simul Expert p.4

Plus en détail

RNCP: 5 181 CPF: 15 581 Formacode : 32688

RNCP: 5 181 CPF: 15 581 Formacode : 32688 TITRE PROFESSIONNEL DE NIVEAU IV CONTACTEZ--NOUS!! Vottrre Conssei illèrre Forrmatti ion Madame Dalila DOUHOU 04.91.15.71.12 84 Bd de la corderie 13007 MARSEILLE dalila.douhou@soft-formation.com RNCP:

Plus en détail

Intervenant. Patrick MORGENSTERN. Expert-comptable, Chargé d enseignement fiscal à l Université de Bourgogne

Intervenant. Patrick MORGENSTERN. Expert-comptable, Chargé d enseignement fiscal à l Université de Bourgogne Les impôts différés Intervenant Patrick MORGENSTERN Expert-comptable, Chargé d enseignement fiscal à l Université de Bourgogne Sommaire Présentation synthétique du mécanisme des impôts différés Impôts

Plus en détail

ASSAPROL. TELETRANSMISSION DE LA DECLARATION 2035 Procédure obligatoire

ASSAPROL. TELETRANSMISSION DE LA DECLARATION 2035 Procédure obligatoire ASSAPROL ASSOCIATION AGREEE DES PROFESSIONS LIBERALES DU BASSIN DE L ADOUR B.P. 342 64603 ANGLET CEDEX & 05 59 57 75 95 - Télécopie : 05 59 52 91 79 e-mail : aga@assaprol.fr - Site internet : www.assaprol.com

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

ÉCOLE NATIONALE DU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER. enfi.fr LES FORMATIONS POUR LES COURTIERS

ÉCOLE NATIONALE DU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER. enfi.fr LES FORMATIONS POUR LES COURTIERS ÉCOLE NATIONALE DU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER enfi.fr LES FORMATIONS POUR LES COURTIERS SOYEZ PLUS QUE SIMPLE COURTIER Une marque pédagogique singulière Soucieuse de préserver une marque pédagogique

Plus en détail

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale épargne patrimoniale LIFE MOBILITY evolution UN CONTRAT D ASSURANCE VIE ÉMIS AU GRAND-DUCHÉ DU LUXEMBOURG AU SERVICE DE LA MOBILITÉ PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Un contrat sur-mesure pour une stratégie patrimoniale

Plus en détail

Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire aux comptes

Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire aux comptes LES PRINCIPES DE BASE D UNE SOCIETE D EXERCICE LIBERAL A RESPONSABILITE LIMITEE (SELARL) Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015 LE MANS LAVAL ALENCON Siège social 1 rue de la Paix Parc d activités du Londreau 126-128 rue de la Mariette CS 60506 BP 230 - Cerisé 72000 LE MANS 53005 LAVAL CEDEX 61007 ALENCON CEDEX Tel : 02 43 86 36

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

FINANCEMENT DE L INNOVATION

FINANCEMENT DE L INNOVATION Laurent ADVENIER : Responsable régional Benjamin DECLERCQ : Ingénieur Consultant www.f-iniciativas.fr FINANCEMENT DE L INNOVATION Historique de F.Iniciativas Présentation CRÉATION F-INICIATIVE PAR M. BOUTE

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

La transmission d entreprise. En partenariat avec

La transmission d entreprise. En partenariat avec La transmission d entreprise En partenariat avec La transmission d entreprise Béchir CHEBBAH Expert-comptable Président de l APLRL La transmission d entreprise Une fausse idée répandue : La clientèle (ou

Plus en détail

A l'attention de Monsieur Jacques - Vincent PIROUX,

A l'attention de Monsieur Jacques - Vincent PIROUX, A l'attention de Monsieur Jacques - Vincent PIROUX, Pour faire suite à la réunion sur la réforme fiscale 2013 de ce 18 février dernier qui a rassemblé une 50aine de chefs d'entreprises inquiets, Monsieur

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE

GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et commissaire aux comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE de l EURL, de la SASU, de la SELU Pour se mettre à son compte

Plus en détail

LES EXTENSIONS RÉGIONALES ET LOCALES DE L ENQUÊTE LOGEMENT 2006 ÉCHANTILLONNAGE ET REPONDÉRATION

LES EXTENSIONS RÉGIONALES ET LOCALES DE L ENQUÊTE LOGEMENT 2006 ÉCHANTILLONNAGE ET REPONDÉRATION LES EXTENSIONS RÉGIONALES ET LOCALES DE L ENQUÊTE LOGEMENT 2006 ÉCHANTILLONNAGE ET REPONDÉRATION J. Le Guennec INSEE, pôle ingéniérie statistique ménages Problématique L INSEE réalise tous les quatre ans

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Les Patrimoniales 2013

Les Patrimoniales 2013 Les Patrimoniales 2013 La nouvelle fiscalité dans votre stratégie patrimoniale Nathalie ROUVIERE Crédit Agricole Banque Privée Bruno DUCASTEL Amundi Gestions Spécialisées page 1 La gestion de patrimoine

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale L anticipation des nouvelles normes environnementales Lors de la constitution d un patrimoine immobilier à travers la création d une nouvelle SCPI, PERIAL Asset Management s efforcera de prendre en compte

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

04/02/2015. Transmission d une entreprise : anticiper pour optimiser sa fiscalité

04/02/2015. Transmission d une entreprise : anticiper pour optimiser sa fiscalité 04/02/2015 Transmission d une entreprise : anticiper pour optimiser sa fiscalité 1 Intervenants: Laurence Gumuschian : avocate cabinet Bastille avocats Véronique Nouvel : avocate, cabinet Fidal Jérôme

Plus en détail

Article 7 Baisse du taux de TVA applicable aux entrées dans les salles de cinéma. Article 7 bis (nouveau) Article 7 ter (nouveau)

Article 7 Baisse du taux de TVA applicable aux entrées dans les salles de cinéma. Article 7 bis (nouveau) Article 7 ter (nouveau) - 1 - PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 Examen de l article liminaire et des articles de première partie AMENDEMENTS DU RAPPORTEUR GÉNÉRAL Mercredi 13 novembre 2013 Article liminaire Prévision de solde

Plus en détail

fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université

fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université Dans la même collection Droit du web 2.0 Droit des assurances Droit des sociétés Droit du travail Droit de l immobilier La

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

TRANSMISSION Tirez parti des opportunités fiscales avant fin 2012

TRANSMISSION Tirez parti des opportunités fiscales avant fin 2012 14 NOVEMBRE 2011 CCI RENNES BRETAGNE TRANSMISSION Tirez parti des opportunités fiscales avant fin 2012 14 NOVEMBRE 2011 LES INTERVENANTS Me Hervé ORHAN Me Alexandre RUDEAU Arnaud DE KERMADEC Félix JOLIVET

Plus en détail

FINANCE PME «Mieux maîtriser la gestion pour améliorer ses résultats»

FINANCE PME «Mieux maîtriser la gestion pour améliorer ses résultats» FINANCE PME «Mieux maîtriser la gestion pour améliorer ses résultats» PHASE I : FORMATION COLLECTIVE PHASE II : ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL PHASE I PROGRAMME DE FORMATION FINANCE PME «Mieux maîtriser la

Plus en détail

Fiscalité, placements. réductions d impôt

Fiscalité, placements. réductions d impôt Fiscabanque Fiscalité, placements & réductions d impôt À jour des dispositions de la loi de finances 2011 2014 Actualisé sur Internet Gervais Morel avec la participation de David Ecochard Sommaire I Sommaire

Plus en détail

Le cabinet médical : budget et gestion efficace

Le cabinet médical : budget et gestion efficace Le cabinet médical : budget et gestion efficace Animateur : Dr Jean-Luc SEEGMULLER, Trésorier de l URML-Alsace Dr Pascal CHARLES, Vice Président de l URML-Alsace, M. Stéphane PIERRE, Expert comptable,

Plus en détail

(2015) INFORMATIONS GENERALES OGBIC01

(2015) INFORMATIONS GENERALES OGBIC01 3.5 Annexes Centres de Gestion Agréés (2015) INFORMATIONS GENERALES OGBIC01 Tableau obligatoirement transmis pour la campagne fiscale 2015. Généralités Nom de la personne à contacter sur ce dossier au

Plus en détail

Fiscalité, placements. réductions d impôt

Fiscalité, placements. réductions d impôt Fiscabanque Fiscalité, placements & réductions d impôt À jour des dispositions de la loi de finances 2012 2015 Actualisé sur Internet Gervais Morel avec la participation de David Ecochard I Sommaire Introduction

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78)

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) 1 ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) Le Président du gouvernement de la Polynésie française, Sur le rapport

Plus en détail

Plan comptable des associations et fondations

Plan comptable des associations et fondations Plan comptable des associations et fondations Classe 1 - Comptes de capitaux Classe 2 Comptes d immobilisations Classe 3 Comptes de stocks Classe 4 Comptes de tiers Classe 5 Comptes financiers Classe 6

Plus en détail

Sommaire détaillé. Partie 1-Lemandat du trésorier CE... 25

Sommaire détaillé. Partie 1-Lemandat du trésorier CE... 25 Organisation de votre guide pratique du trésorier CE... 3 Guide de première connexion... 5 Accéder à votre publication sur : mode d emploi... 7 Rechercher un modèle sur www.editions-tissot.fr... 8 Sommaire

Plus en détail

PM&A Gestion. APRIL Patrimoine. AXERIA Vie. www.april-patrimoine.fr

PM&A Gestion. APRIL Patrimoine. AXERIA Vie. www.april-patrimoine.fr APRIL Patrimoine Spécialiste de l épargne, de la retraite et de la gestion de patrimoine, APRIL Patrimoine est une société d APRIL Group. Elle conçoit ses produits, assure leur gestion administrative et

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

Assurer un complément de revenu dans un environnement fiscal hostile à l aide de l immobilier

Assurer un complément de revenu dans un environnement fiscal hostile à l aide de l immobilier Assurer un complément de revenu dans un environnement fiscal hostile à l aide de l immobilier Animé par : Franck JOSELIN, rédacteur en chef adjoint - L AGEFI ACTIFS Intervenants : Jean-Louis LE BOULC H

Plus en détail

www.expert-invest.fr

www.expert-invest.fr www.expert-invest.fr Ce document est une synthèse non exhaustive du contenu du bilan patrimonial global que nous proposons. Il ne saurait se substituer à une véritable analyse de notre part ni remplacer

Plus en détail

DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015

DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015 DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015 Abdellatif ZAGHNOUN Directeur Général des Impôts OEC, 22 janvier 2015 Contexte d élaboration de la LF 2015 Recommandations des Assises Nationales sur la

Plus en détail

Formation Chef comptable spécialiste PAIE

Formation Chef comptable spécialiste PAIE Formation Chef comptable spécialiste PAIE Comptabilité générale - 100h Mise à niveau / FACULTATIF Les principes fondamentaux de la comptabilité générale Objectif de la comptabilité et exercice de la profession

Plus en détail

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel ACTUALITES FISCALES Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel Dans sa décision n 2013-685 DC du 29 décembre 2013, le Conseil Constitutionnel a censuré plusieurs mesures fiscales prévues

Plus en détail

«Comment se faire payer par ses clients?»

«Comment se faire payer par ses clients?» «Comment se faire payer par ses clients?» Renforcer la trésorerie de son entreprise en limitant les frais financiers. Eviter les impayés grâce à des méthodes simples. 1 Vendredi 10 Octobre 2014 Comment

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

REFORME FISCALE 2014 EN PRATIQUE!

REFORME FISCALE 2014 EN PRATIQUE! REFORME FISCALE 2014 EN PRATIQUE! L'ACTUALITE 12 février 2014 CGPME Ain Le 11 février dernier La CGPME de l'ain a organisé une réunion d'information pratique à la Chambre des Professions libérales, pour

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

La protection de votre habitation

La protection de votre habitation La protection e votre habitation par la tžlžsžcuritž Vous souhaitez protéger votre habitation par un système e télésécurité. u est-ce qu un service e télésécurité? Comment choisir le prestataire? uels

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LES PRINCIPALES MESURES PATRIMONIALES DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 ET DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 La présente lettre a pour

Plus en détail

Réforme TVA et Déclaration d échange de services

Réforme TVA et Déclaration d échange de services Réforme TVA et Déclaration d échange de services La loi de finances pour 2010 a prévu qu à compter du 1 er janvier 2010, les règles de territorialité de la TVA seraient modifiées et qu un assujetti établi

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2014 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2014 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.7 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.7 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

www.expert-invest.fr

www.expert-invest.fr www.expert-invest.fr Ce document est une synthèse non exhaustive du contenu du bilan patrimonial professionnel que nous proposons. Il ne saurait se substituer à une véritable analyse de notre part ni remplacer

Plus en détail

Réunion entrepreneurs Conseil départemental des Vosges. La société holding Mardi 14 avril 2015

Réunion entrepreneurs Conseil départemental des Vosges. La société holding Mardi 14 avril 2015 Réunion entrepreneurs Conseil départemental des Vosges La société holding Mardi 14 avril 2015 1 Sommaire 1/ Qu est ce qu une holding Définition / Principes et caractéristiques Illustration 2/ Les bonnes

Plus en détail

PRESENTATION DU CABINET

PRESENTATION DU CABINET PRESENTATION DU CABINET SOMMAIRE PRESENTATION GENERALE Organisation Associés Equipes CLIENTELE DU CABINET Chiffre d affaires par branche Chiffre d affaires par activité Principaux clients OFFRES DE SERVICES

Plus en détail

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A Dossier retraite Mise à jour : 10/03/2014 Vos ressources De quelles ressources disposerez-vous lors de votre départ en retraite? Elles sont de 5 natures : - La retraite sécurité sociale dite retraite de

Plus en détail

Réglementation de la. formation. professionnelle ORGANISMES DE FORMATION

Réglementation de la. formation. professionnelle ORGANISMES DE FORMATION Réglementation de la formation professionnelle ORGANISMES DE FORMATION édition 2012 Réglementation de la formation professionnelle SOMMAIRE CHAP.01 La déclaration d activité Qui est concerné? À qui s adresser?...

Plus en détail

ACCOMPAGNER L INNOVATION www.parlonsentreprise.com

ACCOMPAGNER L INNOVATION www.parlonsentreprise.com ACCOMPAGNER L INNOVATION www.parlonsentreprise.com Sommaire INTRODUCTION ET DEFINITIONS Soutenir la recherche et developpement : une volonte politique La mission de l Expert-Comptable Table ronde 2 Une

Plus en détail

Conférence du 5 décembre 2011 Cabinet CJFS Evreux. Stratégies patrimoniales au regard des réformes fiscales récentes

Conférence du 5 décembre 2011 Cabinet CJFS Evreux. Stratégies patrimoniales au regard des réformes fiscales récentes Conférence du 5 décembre 2011 Cabinet CJFS Evreux Stratégies patrimoniales au regard des réformes fiscales récentes Plan Partie 1 : Evolutions législatives récentes 1 Projets de loi de finances rectificatives

Plus en détail

DECRYPTAGE DE L ACTUALITE FISCALE RECENTE

DECRYPTAGE DE L ACTUALITE FISCALE RECENTE Missions comptables Audit légal Audit Contractuel Missions juridiques et fiscales Missions sociales Expertise et conseil de gestion Conseil en organisation Certification ISO Informatique Formation DECRYPTAGE

Plus en détail