H E C E U R A S I A I N S T I T U T E TOYOTA PEUT-IL SAUVER LE JAPON (ET LE RESTE DU MONDE)?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "H E C E U R A S I A I N S T I T U T E TOYOTA PEUT-IL SAUVER LE JAPON (ET LE RESTE DU MONDE)?"

Transcription

1 H E C E U R A S I A I N S T I T U T E TOYOTA PEUT-IL SAUVER LE JAPON (ET LE RESTE DU MONDE)?

2 TOYOTA PEUT-IL SAUVER LE JAPON (ET LE RESTE DU MONDE)? Sébastien LECHEVALIER

3 Sébastien LECHEVALIER, docteur en sciences économiques (EHESS), est chercheur associé au Centre Japon (EHESS) et chargé de cours sur les économies japonaise et asiatique à l INALCO (Langues O), à l IEP de Paris (Sciences Po) et à l EPSCI (Groupe Essec). Pendant la durée de cette étude, il était chercheur invité à la faculté de sciences économiques de l Université de Tokyo. Si vous souhaitez vous procurer cette étude dont vous pouvez lire ici quelques extraits, vous pouvez contacter Mme Brigitte Brasseur-Andrieux au ou par mail : HEC EURASIA INSTITUTE janvier 2005 ISBN Copyright HEC EURASIA INSTITUTE Tous droits réservés Aucune partie, texte ou illustration de ce document ne saurait être utilisé sans l autorisation écrite et préalable de HEC EURASIA INSTITUTE JOUY-EN-JOSAS FRANCE

4 TABLE DES MATIĖRES INTRODUCTION... 7 Crise japonaise, succès de Toyota... 8 Qu est devenu le toyotisme?... 9 Toyota peut-il sauver le Japon et le reste du monde? TOYOTA AS «NUMBER ONE» L extraordinaire profitabilité de Toyota Le succès de Toyota en chiffres «Riche comme Crésus» Une mise en perspective des résultats récents de Toyota : les performances dans les années 90 et la distinction entre profitabilité et productivité D où viennent les profits de Toyota? Toyota, firme multinationale ; le toyotisme, une stratégie globale Une diversification des marchés et des produits plutôt que des activités Au-delà des profits Toyota étend tranquillement son influence sur l économie japonaise Toyota : le sauveur de l économie japonaise? Le rôle des dirigeants de Toyota au sein du patronat japonais Entre réforme et conservatisme : ce qui est bon pour Toyota est bon pour le Japon et inversement Changement d image auprès des jeunes Toyota représente-t-il l avenir du modèle japonais? Synthèse de la première partie LE TOYOTISME REVISITĒ De la difficulté à définir le TPS à une approche «évolutionniste» du toyotisme Ne pas négliger la difficulté à comprendre ce qu est le TPS Version modeste et ironique : Toyota n a rien inventé (prénotion 1) Omniprésent et énigmatique : l esprit Toyota (prénotion 2) Le TPS : un ensemble de «routines» (niveau 1) Au-delà des «routines», découvrir le cœur et la logique des transformations qui dépassent l entreprise Toyota (niveau 2) Le TPS comme système qui apprend grâce à l intervention humaine permanente (niveau 3) Le modèle de «catching up» de Toyota Le toyotisme n est pas qu un système de production stricto sensu Le marketing comme origine du processus de production La sécurité de l emploi n est pas l ennemie de la productivité La relation stable avec les fournisseurs Le financement et la corporate governance L organisation hiérarchisée : éloge de la bureaucratie... 43

5 Synthèse de la deuxième partie PEUT-ON APPLIQUER AVEC SUCCĖS LA «MĒTHODE TOYOTA» À D AUTRES SECTEURS? La question du transfert du TPS : une mise en perspective Du transfert du TPS chez les fournisseurs de Toyota à celui dans les usines à l étranger Toyota a-t-il transféré le TPS dans les autres activités du groupe? Ne pas confondre transposition du TPS et réorganisation de la production Etudes de cas : les tentatives récentes de transfert du TPS dans d autres entreprises japonaises Cas 1 : la Poste ou la «contribution sociale» de Toyota Cas 2 : le groupe de distribution Ito-Yokado Cas 3 : OJT Solutions ou comment «apprendre» le TPS? Que peut-on apprendre du TPS dans d autres secteurs? Une tentative de bilan Quel est l intérêt de Toyota à transférer son système de production? Les goulots d étranglement du transfert du TPS au Japon Comprendre ce qui est transférable et ce qui ne l est pas Les quatre conditions générales de réussite d une tentative de transfert du TPS Le transfert du TPS est-il souhaitable? Transférer n est pas converger Synthèse de la troisième partie CONCLUSION La fin du suspens : Toyota ne sauvera pas le Japon Le transfert du TPS : des gains potentiels élevés mais une réalisation très difficile à concrétiser Ce que l on peut apprendre du toyotisme : une certaine conception de l entreprise... 68

6 "Notre conclusion est simple : la production au plus juste (Lean Production) est une façon supérieure pour les hommes de faire des choses. Elle permet de fabriquer de meilleurs produits dans une plus grande variété et à moindre coût. D égale importance, elle permet de donner un travail plus excitant et plus intéressant aux salariés, à tous les niveaux, de l usine au siège. Par conséquent, le monde entier devrait adopter la production au plus juste, et aussi rapidement que possible". (WOMACK James P., JONES Daniel T. & ROOS Daniel (1990), The Machine That Changed the World : The Story of Lean Production, Scribner.) "Nous pensons que notre système de production, avec toutes ses nuances, peut être appris par quiconque mais cela prend dix ans de pratique sous le contrôle d expert". (Un manager de Toyota) "Les firmes qui survivent dans le long terme ne sont pas celles qui sont les plus fortes ou les plus intelligentes, mais celles qui s adaptent le mieux aux changements d environnement". (Hiroshi OKUDA, Chairman de Toyota)

7 INTRODUCTION Peut-on transposer les principales caractéristiques du système de production de Toyota à d autres entreprises et en tirer bénéfice durablement à la fois en termes de productivité et de profitabilité? Cette question, qui était très à la mode à la fin des années 80, essentiellement dans le cas des transplants automobiles des constructeurs japonais à l étranger, est tombée en désuétude tout au long des années 90, avant de redevenir d actualité depuis quelque temps, comme en témoignent plusieurs tentatives récentes. Les résultats exceptionnels de Toyota ces dernières années y sont sans doute pour beaucoup. Entre-temps, l interrogation a changé de nature puisqu elle ne concerne plus seulement le secteur automobile ni même le secteur manufacturier mais aussi les services. La présente étude se propose d essayer de répondre à cette interrogation. Mais, à la différence de la plupart des autres analyses, notre contribution possède les deux caractéristiques principales suivantes. La première d entre elles est de se situer dans le contexte japonais. Ainsi, nous nous focalisons sur le système de production de Toyota (Toyota production system, TPS), tel qu il fonctionne aujourd hui chez le leader japonais de l automobile, le «toyotisme réel» en quelque sorte. Autrement dit, le TPS tel qu il est entendu ici n est pas un principe d organisation de la production désincarné, qui constituerait une étape dans l évolution des systèmes de production dans le monde. C est le principe d organisation de l entreprise Toyota au Japon en De plus, nous nous concentrons sur les tentatives récentes de transposition de ce système dans d autres entreprises japonaises, dans un contexte très particulier, celui d un Japon en crise depuis le début des années 90. Dans la mesure où cette crise est souvent interprétée comme celle de son modèle productif, qualifié de «toyotiste», la perspective de l application des méthodes de production de Toyota, comme voie du renouveau japonais est pour le moins paradoxale L autre caractéristique de notre contribution concerne la perspective théorique sous-jacente. Celle-ci s inspire des études japonaises les plus récentes et notamment des travaux d un des plus grands spécialistes japonais de la question, le professeur Takahiro FUJIMOTO, de l Université de Tokyo. Pour résumer, l adoption d un cadre d analyse évolutionniste, qui permet d étudier de façon dynamique et incarnée les principales caractéristiques de l organisation, aide grandement à la compréhension du sens profond du toyotisme. En bref, cette étude a la triple ambition de fournir un contenu informatif et renouvelé, d être au plus près de la réalité opérationnelle grâce à une enquête de terrain approfondie et de proposer une interprétation sur la base des analyses théoriques les plus récentes. Crise japonaise, succès de Toyota Comme on vient de le voir, il importe de préciser le contexte de l étude, ce qu il convient d appeler «la décennie perdue» au Japon. Pour beaucoup d analystes, la longue crise japonaise commencée au début des années 90 avec l éclatement des bulles financière et foncière a sonné le glas du modèle japonais, pourtant encore porté aux nues à la fin des

8 années 80. Toutefois, pendant cette «décennie perdue», Toyota - l entreprise souvent considérée comme la plus emblématique de ce modèle - non seulement n a pas connu la crise mais aussi a, au contraire, battu des records de profits, en particulier depuis Cette situation mérite à tout le moins une explication : soit Toyota a complètement changé de modèle et, à la suite d un processus d internationalisation, n est plus une firme japonaise représentative (ce qui expliquerait ses performances hors norme), soit il faut revenir sur la forme de la crise, qu on a mal comprise. Nous n aborderons pas ici cette dernière question. On retiendra cependant les points suivants. En premier lieu, une étude approfondie révèle que la crise japonaise, tout à fait réelle, n est pas une crise du modèle productif japonais, mais bien une crise macroéconomique qui résulte d une demande agrégée insuffisante. Dans ces conditions, la crise ne signifie pas la fin du modèle japonais en général ni du modèle toyotiste en particulier. En second lieu, si les caractéristiques de l organisation de la production ne sont pas en cause, il faut toutefois souligner le ralentissement de la croissance de la productivité au Japon au niveau macroéconomique (annexe 3) et l hétérogénéité croissante des performances de productivité au niveau microéconomique (Lechevalier, 2002). Il y a donc bien également un problème du côté de l offre, et non uniquement du côté de la demande. En outre, on oppose habituellement le secteur manufacturier au secteur non manufacturier, le premier étant globalement productif et compétitif à un niveau international, tandis que le second souffrirait de longue date d un problème de productivité, dans un contexte de très forte régulation, de surprotection et de manque de concurrence. D où deux voies (non exclusives l une de l autre) pour améliorer la productivité de l économie japonaise au niveau macroéconomique : changer l environnement réglementaire en promouvant la concurrence ou bien essayer d appliquer les recettes du secteur manufacturier au secteur non manufacturier, en privilégiant ce qui fonctionne le mieux, Toyota donc. Précisons qu aux antipodes de cette dernière voie, il en existe une autre, qui consiste à abandonner le modèle de gestion à la japonaise (souvent confondu, à tort, avec le toyotisme) jugé trop archaïque et contraignant. C est celle que Nissan a choisie, à la suite de l alliance avec Renault en 1999 et du plan de restructuration (Revival plan) de Carlos Ghosn, qui s apparente à une forme de downsizing classique. Mais ce n est pas la plus populaire au Japon, malgré l aura dont bénéficie ce dernier, et c est la possibilité de suivre la «voie Toyota» que nous explorerons ici. Mais sait-on vraiment ce qu est le toyotisme? Cette question est d autant plus pertinente si l on se réfère au premier terme de l alternative initiale : le succès de Toyota ne s expliquerait-il pas par les transformations de l entreprise? Quelle a été l évolution du toyotisme depuis la fin des années 80? Qu est devenu le toyotisme? Le «toyotisme» fait partie de ce qu on peut appeler une connaissance commune dans la gestion théorique et pratique des entreprises, tant les notions emblématiques de kanban, just in time, kaizen sont devenues familières (y compris en dehors de l industrie automobile), mais ce souvent au prix de la perte de leur sens originel. Toyota est de fait l une des entreprises au monde qui a fait l objet du plus grand nombre d études sur son modèle productif depuis le début des années 80. Il est de plus tout à fait possible de visiter les usines Toyota près de Nagoya, son siège historique, et à l étranger, ce dont ne se privent pas les dizaines de milliers de visiteurs annuels. Pourtant, le toyotisme fait encore l objet de nombreux malentendus. C est vrai en ce qui concerne l image qu en ont les non spécialistes. Mais il y a plus grave : on rencontre également des erreurs d interprétation dans certains ouvrages dits «de référence». Ainsi,

9 contrairement à ce que l on peut lire parfois, le TPS n est pas une méthode de production à stock zéro. S il est aussi cela, il est bien davantage ; le stock zéro n est qu un résultat auquel il parvient, dans certaines conditions, en poursuivant des objectifs bien plus généraux. Les stocks sont fondamentalement les révélateurs d un ensemble de dysfonctionnements, de surcoûts sur lesquels l organisation, à la recherche d économies, peut opérer. En chassant les stocks, on chasse également les sureffectifs, le suréquipement. Comment expliquer un tel décalage entre la réalité et la vision qui en est donnée dans certains ouvrages? Tout d abord, il faut bien reconnaître que Toyota lui-même entretient un certain brouillage des pistes, comme en témoignent les discours de ses dirigeants, empreints d une (fausse) modestie, qui mettent l accent sur la continuité avec les modèles américains de Ford et de General Motors. Or, le TPS représente une vraie rupture qui ne résulte pas d un indéfinissable «esprit Toyota» mais bien d une stratégie de production différente et surtout, au cœur du système, d une capacité d évolution au cours du temps, «l esprit» kaizen. Dans ces conditions, toute approche statique du toyotisme est vouée à des erreurs d interprétation. D où la nécessité d analyser le processus d évolution, tout en mettant en évidence, le cas échéant, les îlots de stabilité. Cela nécessite une nouvelle présentation de ce qu est le toyotisme. Toyota peut-il sauver le Japon et le reste du monde? Peu avant le début de la crise japonaise proprement dite, paraît un ouvrage, qui a profondément influencé la compréhension du toyotisme, The Machine that Changed the World, écrit par une équipe de chercheurs américains du MIT (Massachussets Institute of Technology). Leur conclusion est nette et sans appel : le système de production développé par Toyota est meilleur en tout point que son prédécesseur, le fordisme, et va s étendre à l ensemble du monde. Aujourd hui, alors que la longue crise japonaise n est toujours pas achevée, il apparaît que cette conclusion était largement erronée. Cependant, en adoptant le style prophétique des auteurs de The Machine that Changed the World, on peut toujours espérer que Toyota finisse par «sauver le Japon» Au risque de décevoir certains lecteurs, précisons tout de suite que le point de vue défendu dans la présente étude consiste à prendre ses distances avec cette illusion de l existence d une «one best way». Il est en effet fort improbable que la diffusion d un modèle productif spécifique et localisé à d autres secteurs puisse engendrer, de façon universelle, des gains de productivité durables. En bref, les systèmes productifs sont fondamentalement divers et disposent d avantages comparatifs seulement relatifs, dépendant fortement du contexte économique, social et institutionnel. D où le caractère ironique du titre de l étude : Toyota ne sauvera pas le Japon ni a fortiori le reste du monde, pas plus que la «nouvelle économie» n a révolutionné définitivement les conditions de la production. Il reste que l on a tout à gagner à étudier les caractéristiques en évolution du système de production de Toyota, que l on peut résumer comme une certaine conception de l entreprise centrée sur l amélioration permanente par l intervention humaine. C est ce dont on espère convaincre le lecteur au terme de l étude.

10 Partie 3 : PEUT-ON APPLIQUER AVEC SUCCES LA «MĒTHODE TOYOTA» À D AUTRES SECTEURS?

11 3-2 ETUDES DE CAS : LES TENTATIVES RÉCENTES DE TRANSFERT DU TPS DANS D AUTRES ENTREPRISES JAPONAISES Depuis quelques années, nous constatons une demande croissante d enseignement du TPS adressée directement à Toyota de la part d entreprises issues de secteurs très différents. Un exemple déjà un peu ancien, dont il a été fait peu de cas est celui d un géant de l électronique1, dont la direction menaçait de délocaliser en Chine la production de l une de ses usines japonaises si celle-ci ne multipliait pas sa productivité par trois. Une telle amélioration a vite été jugée impossible dans le cadre des procédures habituelles, à la fois par les ouvriers et le management de l usine. La direction a alors demandé à Toyota, avec lequel elle était partenaire dans le cadre de projets communs (batteries notamment), de détacher une de ses équipes. Au bout de quatre mois, cette usine a réussi à multiplier la productivité par 2,7. Un tel résultat n est certainement pas transposable dans d autres entreprises mais nul doute que son écho ait renforcé la volonté d autres firmes de faire appel à Toyota directement ou indirectement. Plus symbolique encore, l exemple de Fujitsu Ltd qui rencontrait depuis longtemps des difficultés et hésitait à renouveler son modèle productif 2. Depuis 2001, ce géant de l électronique a essayé d introduire le TPS dans une filiale du groupe, Fujitsu Components, ce qui s est traduit par une réduction drastique des 1 Pour des raisons de confidentialité, son nom ne peut pas être dévoilé. 2 Fujitsu a ainsi introduit un nouveau système de salaire en 2001, éliminant de façon radicale le principe de l ancienneté au profit de celui des performances individuelles. Mais au vu de la baisse sensible de la productivité que ce nouveau système d incitation a entraîné, l entreprise a fait machine arrière l année suivante (Lechevalier 2002). coûts et une amélioration de la productivité du travail. Les deux dirigeants de Fujitsu Ltd, Naoyuki Akisuka et Hiroaki Kurokawa, ont alors décidé d introduire le système dans leurs seize usines japonaises avec pour objectif de baisser les coûts de production de 30 % d ici mars Plus médiatique cette fois, l exemple de l aéroport international de Chubu 3. L arrivée à la tête de cet aéroport de M. Yukihisa Hirano, ancien cadre dirigeant de Toyota, a coïncidé avec l introduction de nouvelles méthodes de management, s inspirant du TPS. Elles ont conduit à une réduction des coûts de l ordre de 120 milliards de yens (720 millions d euros) sur un budget initial de 768 milliards (5,6 milliards d euros) pour la construction du nouvel aéroport. Pour parvenir à ce résultat, M. Hirano a décidé de modifier le design initial de l aéroport et de modifier les relations avec ses fournisseurs. Pour la première fois (!), ces derniers ont, en effet, été obligés de rédiger un devis avant d être mis en concurrence (ce dernier point n a rien à voir avec le TPS. Il s agit seulement d une règle de management de base qui est loin d être systématiquement appliquée au Japon). Ce dernier exemple montre la nécessité d analyser méticuleusement les différents cas de tentatives de transfert du TPS à d autres entreprises. Si, a priori, ils semblent participer de la même logique, ils s inscrivent dans une problématique différente. Dans le cas des entreprises publiques ou semi-publiques, en cours de 3 Le nouvel aéroport international du Centre Japon ouvrira en février 2005, soit un mois avant le début de l exposition universelle d Aichi, et devrait sérieusement concurrencer l aéroport international du Kansai à Osaka. Ceci est un signe supplémentaire du basculement de l équilibre traditionnel entre l Ouest et l Est du Japon au profit du Chubu, cœur historique et actuel de l implantation de Toyota. On comprend donc l intérêt de Toyota à s investir directement et indirectement dans la rénovation de cet aéroport, capital pour le développement de l ensemble de la région.

12 privatisation ou en train d être réformées (aéroport de Chubu, la Poste), il s agit d éliminer les nombreuses inefficacités constatées en s inspirant des méthodes et du savoir-faire du secteur privé. La source d inspiration n est donc pas le TPS en tant que tel. On fait appel à Toyota parce que cette entreprise est la plus performante du secteur privé. Les entreprises privées, quant à elles, cherchent à incorporer les éléments clefs du TPS dans leurs propres procédures. Elles font alors souvent appel à des entreprises de consultants, plus ou moins liées au groupe Toyota. Trois cas vont maintenant être développés, dont le choix est lié à la distinction précédente. Le premier est celui de la Poste, entité publique en cours de privatisation ; le second celui d une chaîne de supermarchés, Ito Yokado, qui présente l intérêt de se situer dans le secteur non manufacturier ; le troisième, celui d une entreprise de consulting spécialisée dans le transfert du TPS et directement liée à Toyota, OJT solutions, dont le champ d intervention privilégié est le secteur manufacturier. Cas 1 : la Poste ou la «contribution sociale» de Toyota La réforme de la Poste japonaise est la mesure phare du gouvernement Koizumi, arrivé au pouvoir en Après une longue période de préparation et de négociation, cette réforme a véritablement commencé en avril 2004 et devrait s achever en 2007 par une complète privatisation et la division de l ancienne Poste en plusieurs entités, avec notamment la séparation du service de traitement du courrier et des services financiers 4. Dans la phase de transition, la Poste reste juridiquement une entreprise publique mais avec «un esprit d entreprise privée» 5. 4 La Poste est l institution qui draine la majeure partie de l épargne des ménages japonais. Un des enjeux de la privatisation est d en modifier l usage. 5 Voir Zakai, 9/2/2004. Pour favoriser la montée de l esprit privé au sein de cette entité publique, on a fait appel à des entreprises privées et on s est tourné tout naturellement vers Toyota. Cette demande a été adressée par le gouvernement au PDG de Toyota, M. Chô. Celui-ci a dépêché M. Takahashi, ancien directeur général de Toyota Tokyo Pet (le premier réseau de concessionnaires du groupe Toyota à Tokyo), qui est devenu vice-président de la Poste, chargé de seconder le nouveau gouverneur, M. Masaharu Ikuta (ancien chairman de Mitsui OSK Lines Ltd). M. Takahashi est aidé dans sa mission par des ingénieurs du Seisan chosa bu, l une des divisions les plus prestigieuses de Toyota, où travaillait Taiichi Ohno (encadré 3-2) 6. A ces changements à la tête de la direction de la nouvelle Poste, s est ajoutée la mise sur pied, à partir de l automne 2003, d un «Toyota project» d une durée d un an, au sein du bureau de poste de Koshigaya, ville de la préfecture de Saitama (Nord-Ouest de Tokyo). L objectif de ce projet était de rationaliser les opérations générales au sein de ce bureau en prenant exemple sur le système de management de type «juste à temps». Il s agissait donc d appliquer localement des techniques toyotistes d amélioration de la productivité et de réduction des coûts, puis de rédiger un «manuel de rationalisation» qui serait ensuite distribué à l ensemble des bureaux de poste. Sept salariés de Toyota ont ainsi travaillé à plein temps pour observer et éliminer toutes les méthodes de travail qui conduisaient à des formes de gâchis. Près de 400 points inefficaces ont ainsi été relevés. Il s agissait par exemple de la localisation du dépôt de courrier et des paquets livrés par camion, de l ordre des rayonnages pour l installation des machines de tri automatique du courrier et 6 M. Takahashi est un contre-exemple du recrutement local chez Toyota (voir 1-2) puisqu il est diplômé de la faculté la plus prestigieuse de la plus grande université du Japon, la faculté de droit de l Université de Tokyo.

13 de la place de différents équipements de bureau, pour minimiser les parcours des employés. L attention de l équipe Toyota s est aussi portée sur la tournée en ville de facteurs chargés de ramasser le courrier dans les boîtes prévues à cet effet. Elle a suggéré de réduire chaque parcours et d augmenter leur fréquence pour que les facteurs laissent moins de courrier dans les boîtes, moins longtemps, conformément au principe toyotiste de réduction des stocks. Dans le cas du tri postal, la procédure antérieure reposait sur la circulation du courrier entre deux étages reliés par un petit ascenseur qui nécessitait de nombreuses manutentions. L idée de l équipe de Toyota a été d introduire une pente entre ces deux étages pour faciliter la circulation du courrier et limiter ces manutentions. Indépendamment du Toyota project, d autres changements importants sont intervenus comme un recours accru au temps partiel ou la mise en place d un certain nombre d innovations, de nouveaux produits, pour pouvoir mieux affronter la concurrence du secteur privé 7. Parmi ces produits, on retiendra la création d un service de livraison de paquets à un prix uniforme de 500 yens (environ 4 euros) sur tout le territoire japonais. L idée originale de ce produit émane d un jeune employé qui s est inspiré de son expérience en Australie. Elle a été relayée au niveau de l entreprise à une vitesse inhabituelle, ce qui n est pas sans rappeler la pratique toyotiste des suggestions de la part des salariés. A ce jour, il n existe pas à notre connaissance d évaluation synthétique rendue publique du Toyota project à la Poste. Mais l impression qui se dégage est que, malgré quelques améliorations ponctuelles, ce projet n a pas débouché sur 7 La privatisation de la Poste a permis à des sociétés de transports de s introduire dans le service courrier. Takuhai (entreprise de coursiers, très connue), par exemple, devrait en profiter à plein. une transformation profonde et s est heurté à l opposition des salariés. Il y a là un contexte social et humain qui semble avoir été en partie sous-estimé par les initiateurs du projet. De plus, la tentative d application des pratiques TPS se fait conjointement à des mesures qui sont susceptibles d être contradictoires, comme la réduction du personnel et le recours accru à une main-d œuvre temporaire. Cas 2 : le groupe de distribution Ito- Yokado Le cas suivant est tout à fait différent puisqu il concerne Ito-Yokado, l un des principaux groupes de distribution japonais, au sein duquel depuis février 2002 un Toyota project a été mis en place en vue d améliorer l efficacité opérationnelle. A titre de comparaison, c est un peu comme si, demain, Carrefour faisait appel à Renault pour améliorer son management sur des thèmes variés... Dans le cas de Toyota, c est d autant plus symbolique si l on se souvient que l une des sources d inspiration de Taiichi Ohno, le père fondateur du «juste à temps» chez Toyota fut l observation du fonctionnement des supermarchés aux Etats-Unis dans les années 50. Le Toyota project a été lancé à la suite de l invitation par la direction d Ito-Yokado d envoyer quelques salariés de Toyota dans l un de ses magasins pour venir observer librement le fonctionnement de celui-ci. En l occurrence, les salariés provenaient de Toyota Automatic Loom (encadré 3-1). Cette période d observation a débouché sur la mise en évidence de 500 points à améliorer, parmi lesquels la trop grande taille des chariots utilisés pour réapprovisionner les rayons, la très mauvaise organisation des arrière-salles des magasins servant d entrepôt, ce qui empêchait les employés de retrouver facilement l emplacement des produits ou, la sous-utilisation de masses de données collectées par Ito-Yokado en raison du manque de partage de l information parmi les employés.

14 Ce premier constat a débouché sur la mise en place du Toyota project, proprement dit, à savoir la constitution d une équipe mixte composée de deux salariés de Toyota à temps plein. La première étape s est concentrée sur la vente de plats cuisinés dans un magasin d Omiya (préfecture de Saitama, dans la banlieue nord-ouest de Tokyo). Concrètement, ils ont donné un identifiant à chacun des employés pour contrôler leurs allées et venues. Dans le diagnostic, ils ont pris soin de tenir compte de la grande différence entre ce secteur et celui de l automobile, le fait par exemple qu il y ait de très grandes variations de fréquentations par les clients aux différentes heures de la journée. Ils ont mis en évidence qu il existait des temps morts dans l élaboration des bento, ces petites boîtes pour le déjeuner, très populaires au Japon. Certains employés en aval attendaient de ceux en amont qu ils terminent leur tâche pour pouvoir commencer la leur. Dès lors la stratégie a été très toyotiste puisqu il a été décidé, après avoir mis en évidence ces carences organisationnelles, de laisser les employés chercher eux-mêmes des solutions. Quelques uns ont proposé de modifier l emplacement de certains produits et machines, ce qui a conduit à réduire considérablement la quantité de résidu sur le sol. En retour, cela a permis de ne plus recourir à des chaussures à ventouses, d où une accélération des déplacements. Surtout, l ambiance au sein du magasin a considérablement changé avec l amélioration de l état d esprit de plus en plus tourné vers un perfectionnement quotidien des tâches accomplies (kaizen). Un autre magasin, situé cette fois-ci à Matsudo (préfecture de Chiba, dans la banlieue est de Tokyo), a été l objet d un autre type d amélioration concernant l organisation des arrière-salles et des lieux d entreposage des produits. Par manque de place, les surfaces étaient réduites au minimum. Le principal changement introduit a été de séparer l inspection des produits du lieu de fourniture par les camions. Cela a conduit à une réduction sensible des stocks et des heures supplémentaires consacrées aux inspections. La prochaine étape visera un magasin situé à Kawasaki (préfecture de Kanagawa, dans la banlieue sud-ouest de Tokyo) pour améliorer la procédure de déchargement des camions, dont la venue sur le site est rendue difficile par un accès étroit, souvent embouteillé. Un quatrième projet portera sur la gestion des stocks dans un magasin situé à Wako (préfecture de Saitama). L ensemble des améliorations introduites à la suite de ces expériences est en train d être consigné dans le manuel de l entreprise afin de les étendre aux autres magasins d Ito-Yokado 8. Il est possible d établir un premier bilan. S il y a eu de vraies améliorations organisationnelles, qui se sont traduites par une croissance sensible de la productivité de certaines activités, les progrès en terme de profitabilité ont été très faibles à ce jour. Comment expliquer un tel décalage? La résistance au changement de la part des employés, qui est avérée dans le cas de la Poste et seulement supputée dans le cas d Ito-Yokado, peut constituer un frein important. Rappelons surtout qu il ne faut pas confondre productivité et profitabilité, l amélioration de la première ne conduisant pas automatiquement à celle de la seconde (cf. partie 2). Le TPS, nous l avons noté, se concentre avant tout sur la production. N oublions pas également de mentionner le fait qu au moment même où Ito-Yokado essaye d appliquer des principes toyotistes dans ses magasins, il poursuit, à l initiative de son PDG - peu impliqué lui-même dans 8 Parmi ces améliorations, on peut citer l introduction d un chronomètre permettant de mesurer la durée de chacune des activités des employés pour la première fois dans l histoire de la chaîne de supermarchés ; la réorganisation des arrières salles pour mettre fin au désordre ambiant ; l introduction d une synchronisation entre l arrière salle et le magasin selon un principe qui n est pas sans rappeler le «penser à l envers» cher à Taiichi Ohno ; un vrai changement de la culture d entreprise, avec une meilleure prise en compte de la satisfaction des clients.

15 le Toyota project - une stratégie globale de restructuration, qui passe notamment par la poursuite de la flexibilisation des relations d emploi 9. Cette politique d emploi, définie de façon autonome par rapport au Toyota project, n est pas sans poser problème car elle va clairement à l encontre du principe de stabilité de l emploi, dont on a vu précédemment qu elle était une condition de l efficacité du toyotisme. L avenir dira si dans le cas d Ito-Yokado, un tel management des ressources humaines est un obstacle à la mise en place du TPS ou bien s il l amène à connaître des évolutions sensibles Cela se traduit par un accroissement sensible du pourcentage des salariés travaillant à temps partiel, qui devrait atteindre prochainement 80 % de la main-d œuvre. 10 Pour nuancer la portée de ces conclusions, on retiendra l un des résultats des travaux de Thierry Ribault (2000), qui a montré que l emploi à temps partiel n était pas incompatible avec la stabilité de l emploi et la responsabilisation des employés, les entreprises distinguant souvent, et ce de plus en plus, différentes catégories de travailleurs à temps partiel, et donnant un statut plus privilégié à certains d entre eux pour des raisons d incitation.

16 Encadré 3-1 : «Enseigner» et «apprendre» le TPS : quelques exemples d intervenants On doit distinguer plusieurs types d intervenants. Au sein de Toyota Motor Corporation (TMC), il existe plusieurs sections et départements spécialisés dans l apprentissage du TPS, parmi lesquels on peut citer la plus prestigieuse, Seisan chosa Bu (comprenant principalement une trentaine d ingénieurs) ou Jishuken. L activité de ces départements est essentiellement en interne, à destination soit des fournisseurs, soit des usines à l étranger. Dans le même ordre d idée, on peut citer également Toyota automatic Loom, l une des origines de TMC, et aujourd hui une filiale du groupe Toyota, qui comporte une section de consulting sur le TPS. C est cette entreprise qui est principalement intervenue initialement sur le Toyota project pour Ito Yokado. OJT solutions est un cas intermédiaire, puisque cette entreprise créée en avril 2002 est le résultat d une Joint Venture entre Toyota (51 %) et Recruit (49 %). Recruit est une entreprise de services, créée en 1960, comprenant environ salariés réguliers et spécialisés dans l information entre les entreprises et les clients, notamment le recrutement. Du côté de Toyota, la section concernée par la Joint Venture est le département des ressources humaines, et non pas celui de la production (dont fait partie Seisan Chosa Bu par exemple). Parmi les 75 employés (100 en 2006, ce qui constituera la limite de développement de l entreprise), 50 viennent de Toyota et 15 de chez Recruit. Ces derniers sont essentiellement en charge des ventes et de la coordination des projets. Quant aux salariés qui viennent de Toyota, il s agit d ouvriers de plus de 60 ans, avec près de 40 ans d expérience, l embauche chez Toyota s étant faite à 18 ans, à la sortie du lycée. Ils ont un statut de détachement (dispatched workers) au sein d OJT Solutions. Il faut rappeler ici le contexte de l emploi des plus de 60 ans au Japon. On a le droit de prétendre à une pension à partir de 65 ans, mais l âge légal de la retraite est 65 ans, si bien que les salariés prolongent le travail jusqu à au moins 65 ans, après avoir quitté l entreprise initiale et été réembauchés sous une autre forme à un salaire moindre. Pour les anciens ouvriers de Toyota, il y a toute une gamme de possibilités d emploi après 60 ans, dans différentes entreprises du groupe Toyota (Toyota homes par exemple), dans différents métiers (ventes par exemple) et avec des intensités variables (trois jours par semaines par exemple). Parmi ces différentes possibilités, OJT devient de plus en plus populaire pour une certaine catégorie d ouvriers, en sachant que le nombre de postes est limité. Leur salaire est un peu moindre que ce qu ils gagnaient chez Toyota mais l ensemble du travail est très valorisant puisque cela se traduit par une reconnaissance des compétences de ces ouvriers. On le voit, au-delà de la question de l enseignement du TPS, cette entreprise propose une solution originale à la question de l emploi des travailleurs âgés et à la transmission des connaissances. Site web :

17 Encadré 3-2 : «Enseigner» et «apprendre» le TPS : quelques exemples d intervenants (suite) Il existe aussi des cabinets de consulting sur le TPS, dont l un des plus anciens est Gendai, créé en 1968, dont la majorité des 45 salariés sont des anciens de chez Toyota. Ce cabinet s est spécialisé depuis plusieurs années dans l analyse du tranfert du TPS en Chine, dans les usines Toyota en Chine et chez les fournisseurs chinois de Toyota. Ses principaux clients sont des entreprises du groupe Toyota. Site web : Parmi les autres cabinets de consultant, on peut citer NPS (New Production System) Consulting ou le cabinet créé par M. Hitoshi YAMADA, ancien journaliste, qui est également un expert de Canon, entreprise japonaise dont le système de production est très différent de celui de Toyota mais qui partage avec lui la réussite exceptionnelle et un management des ressources humaines centré sur l emploi de long terme et le refus des stratégies de type downsizing. Enfin, un dernier exemple est le Manufacturing Management Research Center (MMRC), dirigé par le professeur Takahiro Fujimoto. Il s agit d une expérience tout à fait nouvelle puisque c est une émanation de l Université de Tokyo, ayant reçu le label «21st Center of Excellence» (COE) délivré par le Ministère de l éducation japonais. C est donc tout d abord un centre de recherche classique ayant reçu des moyens supplémentaires de la part de l administration pour la qualité de son programme de recherche à la fois théorique et empirique sur les systèmes de production manufacturière et pour les liens qu il a établis avec d autres centres de recherche dans le monde (IMVP au MIP, GERPISA à Paris, Harvard Business School). Mais la principale spécificité est d avoir créé un consortium avec onze des principales entreprises manufacturières japonaises : Toyota, Canon, Mitsubishi Heavy Industries, Matsushita Electric Industrial, Sony, Nissan Motor, Honda Motor, Sharp, Omron, Seiko Epson et Asahi Glass. Un des objectifs est de mener des comparaisons inter industries dans le domaine du développement de produit et des opérations de production pour mettre en évidence des solutions communes aux problèmes rencontrés dans les différents secteurs. Le principal point de référence sera le système de production de Toyota dont le professeur Fujimoto est l un des plus grands spécialistes. La charte de cet établissement indique que les activités de recherche devront se traduire par une dissémination des résultats auprès des entreprises membres du consortium et non membres. Dans ce cadre, de façon explicite, ce centre a pour vocation une activité de consulting, principalement sur le système de production de Toyota. Le personnel est composé de professeurs universitaires et de praticiens issus le plus souvent des entreprises membres du consortium. Site web :

18 ANNEXES

19 Annexe 2 : Evolution des ventes et des profits chez Toyota, Nissan, Honda et Mazda Evolution du chiffre d'affaires chez Toyota, Nissan, Honda et Mazda entre 1984 et (millions de yens) Toyota Nissan Honda Mazda Evolution des profits opérationnels chez Toyota, Nissan, Honda et Mazda entre 1984 et 2003 (millions de Y) Toyota Nissan Honda Mazda (%) Evolution du taux de profit courant chez Toyota, Nissan, Honda et Mazda entre 1984 et Source : JAMA Toyota Nissan Honda Mazda

20 Annexe 3 : Taux de croissance du PIB et de la productivité au Japon et aux USA (%) Comparaison du taux de croissance du PIB réel au Japon et aux Etats-Unis ( ) 4 2 Japon Etats-Unis Moyenne des taux de croissance du PIB réel par périodes (%) Japon 2,7 3,7 1,2 Etats-Unis 3,0 2,8 3,3 (%) Comparaison des taux de croissance de la productivité du travail au Japon et aux Etats-Unis ( ) Moyenne des taux de croissance de la productivité du travail par périodes (%) Japon 2,7 3,3 2,1 Etats-Unis 1,6 1,3 1,8 Source : OCDE. Japon Etats-Unis Commentaire : La crise japonaise se manifeste principalement par un fort ralentissement de la croissance du PIB à partir de 1992 (taux de croissance du PIB réel divisé par 3 entre et la "décennie perdue" (1992-?). Cela contraste fortement avec la trajectoire américaine car si le taux de croissance sur l ensemble de la période est équivalent, il est inférieur d un point aux Etats-Unis pour la sous période et supérieur de 2 points à partir de Quant au taux de croissance de la productivité du travail, on peut encore plus nettement distinguer deux périodes. Il baisse d un point au Japon entre et (en passant de 3,3 à 2,1%). Le taux de croissance de la productivité du travail aux Etats-Unis est plus faible que celui au Japon sur toute la période mais l écart se réduit fortement à partir de 1992 et surtout, ce taux de croissance y augmente d un demipoint à partir de 1992 par comparaison avec la période antérieure.

21 Annexe 4 : Géographie des implantations de Toyota dans la région d Aichi au Japon Source : Toyota

La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises

La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises Un livre blanc d IDC sponsorisé par Ricoh Juin 2012 Points Clés La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises

Plus en détail

Du taylorisme à la lean production

Du taylorisme à la lean production Du taylorisme à la lean production Réussir l organisation du travail Colloque de la FSSS, CSN 7 et 8 juin 2011 Paul-André LAPOINTE Relations industrielles, Université Laval ARUC-Innovations, travail et

Plus en détail

LE LEAN MANUFACTURING

LE LEAN MANUFACTURING LE LEAN MANUFACTURING LEAN signifie littéralement : «maigre», «sans gras». On le traduit parfois par «gestion sans gaspillage» ou par «au plus juste». LEAN est un qualificatif donné par une équipe de chercheurs

Plus en détail

Klako Group. Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux. Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité

Klako Group. Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux. Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité Klako Group Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité Beijing Hong Kong Shanghai Shenzhen Visitez notre site web à http://www.klakogroup.com Notre société

Plus en détail

Samuel Bassetto 04/2010

Samuel Bassetto 04/2010 Industrialisation Lean manufacturing 4.2 Réalisé avec V. FIGENWALD - SIEMENS Samuel Bassetto 04/2010 Plan de la partie 2 : Vers une production Lean 1. Valeur Ajoutée et Gaspillages Muda walk 2. Temps de

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan Le Groupe Renault en 1998 Métier: conception, fabrication et vente d automobiles But: la croissance rentable Objectif: 10% des PdM mondiales en 2010 dont 50% hors Europe

Plus en détail

Maîtrise et réduction des coûts SI. Auralor - Performance et accompagnement opérationnel

Maîtrise et réduction des coûts SI. Auralor - Performance et accompagnement opérationnel Maîtrise et réduction des coûts SI Auralor - Performance et accompagnement opérationnel Activer votre Performance - Augmenter vos Profits Rémi JANELLE Associé, fondateur, Auralor (France, 1965) rjanelle@auralor.com

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI DIRECTION GENERALE DE LA COMPETITIVITE DE L INDUSTRIE ET DES SERVICES L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE DERNIERES TENDANCES

Plus en détail

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles?

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 7 mai 2015 à 13:59 Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? Introduction Regards croisés? car apports de la science économique (économie de la firme)

Plus en détail

Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma

Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma Dans le monde des services, Lean Six Sigma est en train de s imposer comme démarche d excellence opérationnelle et de progrès permanent. Au

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire?

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire? DOCUMENT 1 : Le système de français : Le système de par répartition Ce système de est fondé sur l existence d une solidarité intergénérationnelle. A chaque période, les pensions de reçues par les retraités

Plus en détail

Les mesures en faveur de

Les mesures en faveur de Les mesures en faveur de l attractivité Invest in France La France est une destination de premier ordre pour les investissements directs étrangers. Elle accueille sur son sol plus de 0 000 entreprises

Plus en détail

Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée

Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée Introduction Les diplômés des universités et des collèges du Canada sont confrontés à des taux inacceptables

Plus en détail

Le Lean Management appliqué aux services administratifs

Le Lean Management appliqué aux services administratifs www.avlconsulting.fr Le Lean Management appliqué aux services administratifs Michel BALDELLON 1er avril 2015 Un petit exercice de contrôle de gestion préparatoire (1/2) Une comptabilité fournisseur d un

Plus en détail

Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Le Management en mode projet..2

Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Le Management en mode projet..2 Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Sa mission est d'aider les entreprises à développer la qualité de service dont ont besoin leurs clients internes ou externes.

Plus en détail

Lean. Historique et Principes La réalité terrain La complémentarité Lean-MES. Francis MOUREY SPC consultants

Lean. Historique et Principes La réalité terrain La complémentarité Lean-MES. Francis MOUREY SPC consultants Lean Historique et Principes Francis MOUREY SPC consultants C. R. Allen, 1919 TWI, 1940 Jidoka Jidoka T. Ohno JIT Kaizen S. Shingo TPS House,, Cho, 70 s Méthodes japonaises J. Womack & D. Jones K. Ishikawa,

Plus en détail

Quand le bâtiment va, tout va

Quand le bâtiment va, tout va Quand le bâtiment va, tout va Citation de Martin Nadeau en 1849 à l Assemblée législative de la France Martin Nadeau Ancien ouvrier maçon Député à l Assemblée législative Les sots font bâtir les maisons

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Supply Chain: un regard vers le passé et un pas vers le futur

Supply Chain: un regard vers le passé et un pas vers le futur Supply Chain: un regard vers le passé et un pas vers le futur Valentina Carbone Professeur en Management de la Supply Chain et des Opérations ESCP Europe mailto: vcarbone@escpeurope.eu Agenda 1. Rôles

Plus en détail

Gestion de Développement des Ressources Humaines

Gestion de Développement des Ressources Humaines Gestion de Développement des Ressources Humaines DE LA FONCTION PERSONNEL A LA FONCTION RESSOURCES HUMAINES : EVOLUTION HISTORIQUE Pour assurer sa fonction de production, l'entreprise utilise des facteurs

Plus en détail

L association française des docteurs

L association française des docteurs L association française des docteurs Promouvoir le doctorat Les docteurs constituent des ressources rares et précieuses pour les économies et les sociétés du XXIème siècle, de sorte que les pays pleinement

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

La France est-elle compétitive?

La France est-elle compétitive? La France est-elle compétitive? Cafés Géographiques de Montpellier Gilles Ardinat, professeur agrégé et docteur en Géographie, enseignant à l Université Paul Valéry, Montpellier III C est à l occasion

Plus en détail

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi Version 4.7 Simulation d Entreprise «Artemis» Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi p. 1 1. Objectifs et Contexte Général L objectif de la simulation d entreprise «Artemis» est

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Chapitre 6 La gestion des incidents Quelles que soient la qualité du système d information mis en place dans l entreprise ou les compétences des techniciens

Plus en détail

Les effets positifs de la gestion de l information

Les effets positifs de la gestion de l information Une seule solution Les effets positifs de la gestion de l information Conseils pratiques pour savoir comment réduire vos couts, renforcer votre niveau de conformité et accroitre votre efficacité Les données

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 http://scoreadvisor.com De quoi parle-t-on précisément? Une fonction

Plus en détail

Atelier Thématique : La communication de machine à machine (M2M) pour mobiliser l internet des objets

Atelier Thématique : La communication de machine à machine (M2M) pour mobiliser l internet des objets Programme Ministériel 2015 de la GSMA : compte-rendu de session Atelier Thématique : La communication de machine à machine (M2M) pour mobiliser l internet des objets Lundi 2 mars 2015 Session animée par

Plus en détail

Le lean et la santé au travail Un regard critique sur les principes et la mise en œuvre. Orléans 10 octobre 2014 Evelyne Morvan Bertrand Delecroix

Le lean et la santé au travail Un regard critique sur les principes et la mise en œuvre. Orléans 10 octobre 2014 Evelyne Morvan Bertrand Delecroix Le lean et la santé au travail Un regard critique sur les principes et la mise en œuvre Orléans 10 octobre 2014 Evelyne Morvan Bertrand Delecroix Sommaire Le lean de quoi parle t-on? L âge des outils Le

Plus en détail

Le lean représente-t-il le travail du futur?

Le lean représente-t-il le travail du futur? Le lean représente-t-il le travail du futur? Pascal Ughetto, université Paris-Est, LATTS Colloque Quel travail dans l usine du futur? GERPISA, ENS de Cachan, 19-20 mars 2015 Le travail à l heure du lean

Plus en détail

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Symposium international sur les services bancaires postaux John Anderson 613-290-0016 andersjs1@gmail.com «Ils sont des millions à ne pas avoir

Plus en détail

INTRODUCTION AU LEAN SIGMA

INTRODUCTION AU LEAN SIGMA INTRODUCTION AU LEAN SIGMA Présentation générale Gilles Panczer OBJECTIFS Sigma? Quelle approche pour ma société? Lean-Sigma, 15 ans déjà et après? Gilles Panczer 2 LEAN SIGMA: HISTORIQUE Six Sigma L approche

Plus en détail

Liens entre communication. environnementale et performance. d entreprise : l implication des doctorants HEC

Liens entre communication. environnementale et performance. d entreprise : l implication des doctorants HEC Liens entre communication environnementale et performance d entreprise : l implication des doctorants HEC Plusieurs doctorants travaillent sur les thématiques reliées à la Chaire. Rodolophe Durand supervise

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Page Introduction : UNIQLO à la conquête du monde 5. Chapitre 1 : Le fabuleux destin d UNIQLO 7

TABLE DES MATIERES. Page Introduction : UNIQLO à la conquête du monde 5. Chapitre 1 : Le fabuleux destin d UNIQLO 7 TABLE DES MATIERES Page Introduction : UNIQLO à la conquête du monde 5 Chapitre 1 : Le fabuleux destin d UNIQLO 7 1.1. De Yamaguchi à Tokyo : devenir un acteur national (1984-2000) 1.1.1. Une affaire familiale

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC

CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC «POUR UNE ENTREPRISE DES SERVICES A LA PERSONNE PROFESSIONNELLE ET PERENNE» FEDESAP : TOUR CIT, 3 rue de l Arrivée 75749 PARIS CEDEX 15 Tél : 01 45 38 44 11 contact@fedesap.org

Plus en détail

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 3. Leçon n 3 : la détermination et l enchaînement des coûts

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 3. Leçon n 3 : la détermination et l enchaînement des coûts AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 3 Leçon n 3 : la détermination et l enchaînement des coûts 1 PLAN DE LA LEÇON : 1.De la comptabilité générale à la comptabilité

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Fiche entreprise : E12

Fiche entreprise : E12 Fiche entreprise : E12 FONCTION ET CARACTÉRISTIQUES / PERSONNE INTERVIEWÉE La personne interviewée a une formation en génie mécanique et agit à titre de directrice de la production, ce qui inclut la responsabilité

Plus en détail

Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale. Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada. kpmg.ca/lafonctionfinances

Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale. Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada. kpmg.ca/lafonctionfinances Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada kpmg.ca/lafonctionfinances Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale

Plus en détail

La publication, au second

La publication, au second Les entreprises industrielles françaises de plus en plus impliquées dans les NTIC Malgré l adoption accélérée des différents outils des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC)

Plus en détail

L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité?

L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité? 1 L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité? Prof. Gérard CLIQUET Président de la CIDEGEF IGR-IAE, Université de Rennes 1, FRANCE L année

Plus en détail

Présentation clients

Présentation clients Junior Consulting Au service de vos ambitions 1 30 ans d expérience au service de nos clients Créé il y a 30 ans, Junior Consulting est le cabinet de conseil des élèves de Sciences Po Paris :» Association

Plus en détail

Entretien avec Jean-François MARIANI. Expert Japon SENIORÉFLEX

Entretien avec Jean-François MARIANI. Expert Japon SENIORÉFLEX Entretien avec Jean-François MARIANI Expert Japon SENIORÉFLEX Ingénieur en chef de l armement (X, Sup Aéro), Jean-François a consacré l essentiel de sa carrière au Japon : chargé de mission au Japon pour

Plus en détail

S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight»

S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight» Siège mondial : 5 Speen Street Framingham, MA 01701 États-Unis P.508.935.4400 F.508.988.7881 www.idc-ri.com S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight»

Plus en détail

Le coût des politiques climatiques. Double dividende ou coûts excessifs?

Le coût des politiques climatiques. Double dividende ou coûts excessifs? Introduction La première séance : Les justifications de la politique climatique. La dialectique court terme long terme : Intuition écologique contre «raison»économique. Taux d actualisation : Prix relatif,

Plus en détail

Le management des connaissances

Le management des connaissances Le management des connaissances L essentiel du cours I. Définitions et pratiques du management des connaissances A. Définition du management des connaissances Le management des connaissances et des compétences

Plus en détail

Le Groupe Volvo est l un des principaux constructeurs de camions, d autobus et d autocars, et équipements de chantier, de systèmes de propulsion pour

Le Groupe Volvo est l un des principaux constructeurs de camions, d autobus et d autocars, et équipements de chantier, de systèmes de propulsion pour Groupe Volvo 2015 Le Groupe Volvo est l un des principaux constructeurs de camions, d autobus et d autocars, et équipements de chantier, de systèmes de propulsion pour des applications marines et industrielles.

Plus en détail

Newsletter. Éditorial. Janvier - février 2012 SOMMAIRE

Newsletter. Éditorial. Janvier - février 2012 SOMMAIRE Newsletter Janvier - février 2012 Éditorial Philippe-Pierre Dornier Président directeur général Alexandre de la Nézière Directeur général Yann Jaouën Manager L année 2012 a débuté pour chacun d entre vous

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management.

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management. Ce cours apporte les connaissances nécessaires et les principes de gestion permettant la formulation d une Stratégie de Services IT ainsi que les Capacités organisationnelles à prévoir dans le cadre d

Plus en détail

EDITORIAL. Développez Vos Compétences, Anticipez L Avenir! Fatima Zahra ABBADI Executive Manager

EDITORIAL. Développez Vos Compétences, Anticipez L Avenir! Fatima Zahra ABBADI Executive Manager EDITORIAL Dans un contexte économique et géopolitique en transition, le Maroc se voit aujourd hui de plus en plus interpellé à relever des challenges tant nationaux qu internationaux avec des exigences

Plus en détail

FAQ. Club des investisseurs japonais en France FOIRE AUX QUESTIONS IMPORTANT QUESTION 1

FAQ. Club des investisseurs japonais en France FOIRE AUX QUESTIONS IMPORTANT QUESTION 1 Club des investisseurs japonais en France FAQ FOIRE AUX QUESTIONS Club des investisseurs japonais en France FAQ FOIRE AUX QUESTIONS MISE À JOUR : MARS 2015 IMPORTANT La délivrance des cartes d une validité

Plus en détail

VIDYA PROJET LE TRAVAIL DES ÉQUIPES DE RSC D INDITEX EN INDE

VIDYA PROJET LE TRAVAIL DES ÉQUIPES DE RSC D INDITEX EN INDE La politique de Responsabilité Sociale d Entreprise d Inditex à l égard de ses fournisseurs repose sur un outil essentiel, qui est le Code de Conduite pour les Fabricants Externes, que tous ses fournisseurs

Plus en détail

Chapitre I : Introduction

Chapitre I : Introduction Chapitre I : Introduction 1.1) Problématique A partir des années soixante, l environnement des entreprises a connu une mutation capitale, sans précédant historique dans le climat des affaires. Ces changements

Plus en détail

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 27 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» Lundi 27 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Seul le prononcé fait foi

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

L ÉLECTRIFICATION DU TRANSPORT INDIVIDUEL LE SAVEZ-VOUS?

L ÉLECTRIFICATION DU TRANSPORT INDIVIDUEL LE SAVEZ-VOUS? L ÉLECTRIFICATION DU TRANSPORT INDIVIDUEL LE SAVEZ-VOUS? L ÉLECTRIFICATION DU TRANSPORT INDIVIDUEL L électricité est appelée à jouer un rôle de plus en plus important dans les transports collectifs et

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Les 10 pertes en gestion de PROJETS (Gestion D un flux matériel)

Les 10 pertes en gestion de PROJETS (Gestion D un flux matériel) La gestion de projet LEAN : Origines, principes et promesses Introduction Tous ceux qui connaissent la gestion de projet, et veulent améliorer leurs processus de livraison de projets, ont aujourd hui un

Plus en détail

STRATEGIE LEAN. Partie 6 : Initiation à une stratégie complétaire au supply chain management

STRATEGIE LEAN. Partie 6 : Initiation à une stratégie complétaire au supply chain management STRATEGIE LEAN Partie 6 : Initiation à une stratégie complétaire au supply chain management Concept 2 Idée simple : retranscrire partout les contraintes liées à la satisfaction du client! Et ce à la plus

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

Les stratégies gagnantes

Les stratégies gagnantes Les stratégies gagnantes Par Julien Deleuze Senior Manager, Estin & Co A l occasion des crises, on mesure de façon évidente à quel point les entreprises font face à un cercle vicieux destructeur. Faible

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Organisation Financière Intégrée

Organisation Financière Intégrée IBM GLOBAL Business Services Le juste équilibre entre risques et performances au sein d'une Organisation Financière Intégrée Etude internationale sur la fonction Finance «Global CFO Study 2008» Synthèse

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Identification des incontournables à la démarche Lean

Identification des incontournables à la démarche Lean Identification des incontournables à la démarche Lean Analyse des résultats 7/09/2010 Barbara Lyonnet, Laboratoire SYMME, Université de Savoie barbara.lyonnet@univ-savoie.fr 1. Introduction Toute entreprise

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Livre Blanc Oracle Novembre 2010 Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Présentation générale Les entreprises industrielles sont confrontées à un environnement

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

numéro 218-219 novembre-décembre 2011 LA MARQUE FRANCE Coordonné par Jean-Noël Kapferer

numéro 218-219 novembre-décembre 2011 LA MARQUE FRANCE Coordonné par Jean-Noël Kapferer S O M M A I R E numéro 218-219 novembre-décembre 2011 LA MARQUE FRANCE Coordonné par Jean-Noël Kapferer 9 Ont contribué à ce numéro 13 France : Pourquoi penser marque? Jean-Noël Kapferer I Réalités de

Plus en détail

La mondialisation des tâches informatiques

La mondialisation des tâches informatiques Chapitre 1 La mondialisation des tâches informatiques Quel que soit le domaine que l on observe, les économies engendrées par l outsourcing, aussi appelé offshore ou délocalisation, sont considérables.

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Université Catholique de Louvain (UCL) Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président Mme Martine SIMONIS,

Plus en détail

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone FAITS ESSENTIELS La présente édition du Tableau de bord de la science, de la technologie et de l industrie indique que l intensité du savoir des économies de la zone OCDE a poursuivi sa progression ces

Plus en détail

Les bases de l informatique en nuage : revaloriser les technologies de l information

Les bases de l informatique en nuage : revaloriser les technologies de l information Les bases de l informatique en nuage : revaloriser les technologies de l information 2 mai 2011 2 Les bases de l informatique en nuage : revaloriser les technologies de l information Introduction Sur un

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Introduction au LEAN. 17/02/2010 Page: 1

Introduction au LEAN. 17/02/2010 Page: 1 Introduction au LEAN 17/02/2010 Page: 1 Évolution du contexte industriel Les trentes glorieuses (1945-1975) Demande supérieure à l offre Prix de revient, productivité Contrôle de gestion L équilibre (1975-1990)

Plus en détail

Dalla TCIAAA2 DOSSIER SMART

Dalla TCIAAA2 DOSSIER SMART SOUKOUNA Mr. KIZABA Dalla TCIAAA2 DOSSIER SMART Année 2010/2011 SOMMAIRE Présentation du concept et de l entreprise I. Analyse interne et externe de SMART (SWOT) 1. Interne a) Forces b) Faiblesses II.

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10 FIN-INTER-05 ANALYSE D UN CAS CONCRET : EADS Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 8 heures. Objectifs : o Utiliser les acquis des cours précédents sur un cas concret. Pré requis

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Le Management selon Deming

Le Management selon Deming Le Management selon Deming Une démarche complète de management, basée sur les fondamentaux de la Qualité L Association Française Edwards Deming Votre attente Comprendre mieux ce qui est derrière le nom

Plus en détail

Master en Gouvernance et management des marchés publics en appui au développement durable

Master en Gouvernance et management des marchés publics en appui au développement durable Master en Gouvernance et management des marchés publics en appui au développement durable Turin, Italie Contexte Le Centre international de formation de l Organisation internationale du Travail (CIF-OIT)

Plus en détail

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Livre blanc IDC réalisé pour Ricoh Septembre 2012 Synthèse Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Angèle Boyd // Joseph Pucciarelli

Plus en détail

Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats

Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats Observatoire des Métiers des Professions Libérales 52-56, rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET Cedex Tél. 01 46 39 38 77 -

Plus en détail

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Eric Lee En novembre 2011, les militaires au pouvoir aux Fidji ont jeté en prison deux des plus importants dirigeants syndicaux du

Plus en détail

Mémoire. CTE 003M C.P. P.L. 48 Véhicules automobiles. Rehausser la performance environnementale de notre parc automobile.

Mémoire. CTE 003M C.P. P.L. 48 Véhicules automobiles. Rehausser la performance environnementale de notre parc automobile. Rehausser la performance environnementale de notre parc automobile CTE 003M C.P. P.L. 48 Véhicules automobiles Mémoire Présenté par l Association des recycleurs de pièces d autos et de camions du Québec

Plus en détail

Atos consolide son leadership mondial dans les services numériques

Atos consolide son leadership mondial dans les services numériques Atos consolide son leadership mondial dans les services numériques Atos annonce le projet d acquisition de l activité d externalisation informatique de Xerox Atos et Xerox vont établir une coopération

Plus en détail