Les ouvrages de vulgarisa.on dans l élabora.on d un cours d introduc.on à la physique quan.que. Quels enjeux didac.ques?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les ouvrages de vulgarisa.on dans l élabora.on d un cours d introduc.on à la physique quan.que. Quels enjeux didac.ques?"

Transcription

1 Les ouvrages de vulgarisa.on dans l élabora.on d un cours d introduc.on à la physique quan.que. Quels enjeux didac.ques? h#p://www.exobiologie.info/pages/chat schrodinger.html Philippe LO BELLO Saint Gall 20 janvier 2012

2 Des constats Il y a un paradoxe entre ce#e véritable révolumon scienmfique qu a connue la physique et la percepmon floue, ou inexistante, des idées quanmques fondamentales. Peu d enseignement de la physique quanmque au niveau gymnasial.

3 Or De nombreuses études montrent une forte momvamon des élèves pour l introducmon d une physique plus moderne que celle généralement enseignée au niveau gymnasial. Par exemple : Lawrence, 1996 ; Cuppari et al., 1997 ; Nardone, 1999 ; Duperray, 2010.

4 Mais L enseignant de gymnase qui souhaiterait parler de physique quanmque à ses élèves se trouve vite démuni : il est difficile de trouver des ouvrages scolaires spécifiquement conçus pour l enseignement de ce domaine de la physique dans les gymnases.

5 Toutefois Il est possible de consulter des livres de vulgarisamon traitant de physique quanmque. On peut dès lors s intéresser à l emploi éventuel de ces livres par un enseignant de gymnase qui souhaiterait construire un cours d introducmon à la physique quanmque, me#ant l accent sur les nomons de superposimon d états quanmques et d intricamon.

6 Les transposimons didacmques en jeu Le concept de transposimon didacmque, introduit par le sociologue Michel Verret (1975), interroge le façonnage réalisé par une personne soucieuse de transme#re un savoir issu d une acmvité humaine, en vue de l enseigner.

7 Chevallard a par la suite mis en place une théorie de la transposimon didacmque. Des savoirs, qualifiés de «savants», doivent être soumis à une transposimon didacmque dite «externe» durant laquelle ils subissent des modificamons pour devenir des savoirs «à enseigner»

8 Les savoirs savants sont élaborés généralement par des équipes de laboratoires de recherche, publics ou privés, qui par leurs travaux définissent, enrichissent et valident ces savoirs.

9 Hypothèse : un enseignant de gymnase décide d umliser un ouvrage de vulgarisamon traitant de physique quanmque, dans le but de proposer à ses élèves un cours d introducmon à ce domaine spécifique de la physique.

10 Sans conteste, la physique quanmque fait appel à un savoir savant. C est donc la nomon de transposimon didacmque telle que définie par Chevallard qui a été retenue ici.

11

12 Mais le savoir à enseigner en physique quanmque (au niveau gymnasial) n est pas disponible car les programmes scolaires ne le menmonnent pas explicitement

13 Mais le savoir à enseigner en physique quanmque (au niveau gymnasial) n est pas disponible car les programmes scolaires ne le menmonnent pas explicitement L idée d une transposimon didacmque externe tourne court, faute de savoir à enseigner désigné comme tel!

14 Or, le travail documentaire des enseignants est une caractérismque importante de leur mémer. Selon Gueudet et Trouche (2008) :«[la documenta-on] est au cœur de l ac-vité professionnelle des enseignants.»

15 On peut donc raisonnablement penser que la phase de recherche documentaire puisse être effectuée parmi un ensemble de livres de vulgarisamon.

16 Une transposimon didacmque vulgarisatrice

17 Une transposimon didacmque vulgarisatrice La transposimon didacmque vulgarisatrice a sa source dans un savoir savant. La transposimon didacmque vulgarisatrice a sa source dans un savoir savant.

18 Une transposimon didacmque vulgarisatrice La transposimon didacmque vulgarisatrice a sa source dans un savoir savant. La transposimon Ce qui peut didacmque cependant différer notoirement de la transposimon vulgarisatrice didacmque a sa externe, c est le caractère individualiste source dans un de savoir la démarche. savant.

19 Une transposimon didacmque d ajustement

20 Une transposimon didacmque d ajustement Mais le savoir popularisé n est pas encore directement disponible pour l enseignement.

21 Une transposimon didacmque d ajustement Mais le savoir popularisé n est pas encore directement disponible pour l enseignement. La préoccupamon inimale des auteurs de livres scienmfiques de vulgarisamon n est que rarement de concevoir des ouvrages pour une umlisamon en classe.

22 Une transposimon didacmque d ajustement Mais le savoir popularisé n est pas encore directement disponible pour l enseignement. La préoccupamon inimale des auteurs de livres scienmfiques de vulgarisamon n est que rarement de concevoir des ouvrages pour une umlisamon en classe. Le savoir popularisé n est pas le savoir scolaire.

23 Une transposimon didacmque d ajustement Mais le savoir popularisé n est pas encore directement disponible pour l enseignement. La préoccupamon inimale des auteurs de livres scienmfiques de vulgarisamon n est que rarement de concevoir des ouvrages pour une umlisamon en classe. Le savoir popularisé n est pas le savoir scolaire. Chacun fait appel à un langage spécifique, en s adressant à des communautés différentes.

24 Une transposimon didacmque d ajustement La transposimon didacmque entre le savoir popularisé et le savoir enseignable est une tâche laissée à l inimamve de l enseignant.

25 Une transposimon didacmque d ajustement La transposimon didacmque entre le savoir popularisé et le savoir enseignable est une tâche laissée à l inimamve de l enseignant. Tâche délicate car le vocabulaire associé à la physique quanmque, empreint qu il est des doutes issus de sa genèse, peut lui même consmtuer un obstacle pour l enseignant

26 Une transposimon didacmque d ajustement La transposimon didacmque entre le savoir popularisé et le savoir enseignable est une tâche laissée à l inimamve de l enseignant. Tâche délicate car le vocabulaire associé à la physique quanmque, empreint qu il est des doutes issus de sa genèse, peut lui même consmtuer un obstacle pour l enseignant Ce#e transposimon didacmque entre savoir popularisé et savoir enseignable peut donc être à l origine d interprétamons erronées liées au vocabulaire choisi.

27 Une transposimon didacmque d ajustement La transposimon didacmque entre le savoir popularisé et le savoir enseignable est une tâche laissée à l inimamve de l enseignant. Tâche délicate car le vocabulaire associé à la physique quanmque, empreint qu il est des doutes issus de sa genèse, peut lui même consmtuer un obstacle pour l enseignant Ce#e transposimon didacmque entre savoir popularisé et savoir enseignable peut donc être à l origine d interprétamons erronées liées au vocabulaire choisi. C est ce que relève Lévy Leblond (2003), à propos de la «dualité» onde corpuscule, terminologie très souvent rencontrée.

28 Une transposimon didacmque d interacmon

29 Une transposimon didacmque d interacmon Ce#e armculamon entre deux types de savoirs est sensible à l interacmon entre les élèves et l enseignant autour d un objet du savoir enseignable tel que conçu par l enseignant.

30 Une transposimon didacmque d interacmon Ce#e armculamon entre deux types de savoirs est sensible à l interacmon entre les élèves et l enseignant autour d un objet du savoir enseignable tel que conçu par l enseignant. Elle se construit au moment même où se fait l acte d enseignement.

31 Ou une transposimon didacmque directe

32 Ou une transposimon didacmque directe Sans nécessairement avoir recours à des ouvrages de vulgarisamon, les connaissances propres de l enseignant lui perme#raient de dispenser un cours d introducmon à la physique quanmque.

33 Résumé des transposimons didacmques en jeu

34 Des exemples de séquences d enseignement Quelques études relamves à un enseignement de la physique quanmque au niveau gymnasial sont disponibles dans la li#érature.

35 Cuppari A., Rinaudo G., Robup O., Violino P. Gradual introduc.on of some aspects of quantum mechanics in a high school curriculum. Physics EducaMon, Bristol, v. 32, n.5, p , Sept Lawrence I. Quantum physics in school. Phys. Educ , Müller R., Wiesner H. Teaching quantum mechanics on an introductory level. American Journal of physics, v70 n3 p March 2002.

36 Olsen Rolf V. Introducing quantum mechanics in the upper secondary school: a study in Norway. InternaMonal Journal of Science EducaMon, Volume 24, Issue 6 June 2002, pages Nardone P. La "physique moderne" dans les programmes? Introduc.on d'éléments de physique moderne dans les nouveaux programmes de physique de sixième de transi.on. Synthèse de la recherche en pédagogie n 290/97, InformaMons Pédagogiques n 47, 1999.

37 Duperray R. (2010). Pour une intégra.on de la physique moderne dans les programmes de sciences physiques des classes préparatoires. Vol.104, BUP n 921, p Fanaro M., Otero M., Arlego M. (2009). Teaching the founda.ons of Quantum mechanics in secondary school : a proposed conceptual structure. InvesMgaçoes em Ensino de Ciências, V14(1), p

38 Ces approches envisagées pour l enseignement de la physique quanmque sont principalement du type transposimon didacmque directe. C est par adaptamon de connaissances savantes maîtrisées par ses membres qu une équipe d enseignants met en place les séquences d enseignement.

39 Aucune de ces séquences ne met véritablement l accent sur les concepts de base de la physique quanmque que sont la superposimon d états quanmques et l intricamon quanmque.

40 Des perspecmves futures Tester la mise en place effecmve d une séquence d enseignement intégrant des ouvrages de vulgarisamon.

41 Par le regard crimque porté sur les transposimons didacmques en jeu, ce travail peut parmciper à la valorisamon de compétences professionnelles chez les enseignants.

42 Quelles concepmons d élèves en jeu?... On pourrait penser que les connaissances préalables des élèves de gymnase sont quasi inexistantes sur la physique quanmque, du fait qu ils ne l ont jamais étudiée.

43 Il serait intéressant de faire apparaître d éventuelles concepmons erronées liées à l empreinte de la physique classique qu ils étudient en classe.

44 Merci pour votre a#enmon!

Introduc)on à l Agile

Introduc)on à l Agile Introduc)on à l Agile 1 D où je viens Études M2 info : Paris Diderot (2009) MS Management de Projets Technologiques : ESSEC / Telecom Paris (2010) Aujourd hui Consultant à OCTO Technology (Conseil en SI)

Plus en détail

GUIDE ORGANISATIONNEL L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES

GUIDE ORGANISATIONNEL L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES 48 L évaluation du projet d alternance travail-études 1 permet de mesurer le degré d atteinte des résultats attendus et de cibler des actions en vue d

Plus en détail

Un cours d introduction à la démarche mathématique. Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry

Un cours d introduction à la démarche mathématique. Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry Aide à la transition dans une formation universitaire d un mathématicien en Belgique Un cours d introduction à la démarche mathématique Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry Université de Namur, Unité

Plus en détail

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français Plan d'études Gymnase français de Bienne 9 Le (TM) au Gymnase français 2. Objectifs 3. Dispositif 3. Cadre du 3.. Choix du domaine et du sujet du 3..2 Organisation du 3..3 Déroulement du 3..4 Forme du

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R»

P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R» P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R» Parler Apprendre Réfléchir Lire Ensemble pour Réussir Pascal BRESSOUX et Michel ZORMAN Laboratoire

Plus en détail

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique I Contexte du métier 1. Définition Les professeurs de musique diplômés d'état sont chargés

Plus en détail

L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire

L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire Note de synthèse Juillet 2012 Aurélie Lecoq et Bruno Suchaut IREDU-CNRS et

Plus en détail

Livret d accompagnement à destination des enseignants encadrant des élèves collèges/lycées

Livret d accompagnement à destination des enseignants encadrant des élèves collèges/lycées VISITE D ENTREPRISE INTERVENTION DE PROFESSIONNELS EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE TABLE RONDE Livret d accompagnement à destination des enseignants encadrant des élèves collèges/lycées Edition 2013 SOMMAIRE

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Etudes internationales de l Université Paris-Sud Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Bilan de thèse à mi-parcours

Bilan de thèse à mi-parcours Bilan de thèse à mi-parcours Benjamin Lévy 26 mars 2012 Introduction La thèse de doctorat d informatique (école doctorale 130, EDITE) dont le titre officiel est le suivant : Avatars capables d écoute,

Plus en détail

Une démarche pédagogique pour l apprentissage de l algorithmique

Une démarche pédagogique pour l apprentissage de l algorithmique Une démarche pédagogique pour l apprentissage de l algorithmique Au moment où l enseignement d ISN connaît sa deuxième année de mise en œuvre sur le terrain, force est de constater que les ressources disponibles

Plus en détail

Licence professionnelle Administration et gestion des entreprises culturelles de la musique et du spectacle vivant

Licence professionnelle Administration et gestion des entreprises culturelles de la musique et du spectacle vivant Formations et diplômes Rapport d évaluation Licence professionnelle Administration et gestion des entreprises culturelles de la musique et du spectacle vivant Université Savoie Mont Blanc - USMB Campagne

Plus en détail

Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques- :

Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques- : L évaluation des Mathématiques en Lycée Professionnel Quelle est la place de l évaluation dans une séquence de mathématiques en Lycée professionnel? Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques-

Plus en détail

Cet exposé s intègre dans les travaux développés par une Equipe en Projet INRP-IUFM,

Cet exposé s intègre dans les travaux développés par une Equipe en Projet INRP-IUFM, 15 Les nouvelles technologies et les stagiaires IUFM : une appropriation mal contrôlée Philippe Le Borgne IUFM de Franche-Comté philippe.leborgne@fcomte.iufm.fr PRÉSENTATION Cet exposé s intègre dans les

Plus en détail

Les utilisations pédagogiques du Tableau Numérique Interactif (TNI) dans l enseignement d Économie-Gestion :

Les utilisations pédagogiques du Tableau Numérique Interactif (TNI) dans l enseignement d Économie-Gestion : Les utilisations pédagogiques du Tableau Numérique Interactif (TNI) dans l enseignement d Économie-Gestion : Pascal ROOS Professeur d Économie Gestion Lycée Edmond Rostand, Saint Ouen l Aumône (95) Face

Plus en détail

Physique quantique au lycée

Physique quantique au lycée Physique quantique au lycée Une expérience au Liceo di Locarno Christian Ferrari Cours de formation CRP/CPS Champéry, 23 septembre 2011 Plan de l exposé 1 1 L expérience dans l option spécifique (OS) et

Plus en détail

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE (Préparation : 5 heures -- Exposé et Questions : 1 heure) Rapport établi par : P.J. BARRE, E. JEAY, D. MARQUIS, P. RAY, A. THIMJO 1. PRESENTATION DE L EPREUVE 1.1.

Plus en détail

CATALOGUE 2015. 21 b boulevard Tellene 13007 Marseille Tél / Fax : 04 91 31 02 17 / 06 12 46 30 26 / tsalmon@wanadoo.fr

CATALOGUE 2015. 21 b boulevard Tellene 13007 Marseille Tél / Fax : 04 91 31 02 17 / 06 12 46 30 26 / tsalmon@wanadoo.fr CATALOGUE 2015 1 LE MOT DU DIRECTEUR Fort du succès de nos formations vous avez été plus nombreux à vouloir poursuivre l aventure avec TS CONSULTANT. Aussi pour satisfaire une demande continuellement forte,

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Comptabilité, contrôle, audit de l Université Lille 2 Droit et santé Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Guide d étude Sous la direction de Olga Mariño Télé-université Montréal (Québec) 2011 INF 1250 Introduction aux bases de données 2 INTRODUCTION Le Guide d étude

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES. Intervenants Enseignant de la classe, Assistante d Education CÔTÉ SCIENCES

PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES. Intervenants Enseignant de la classe, Assistante d Education CÔTÉ SCIENCES PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES Objet Module scolaire, CÔTÉ SCIENCES Intervenants Enseignant de la classe, Assistante d Education CÔTÉ SCIENCES Public scolaire visé CE2-CM1-CM2 Durée du

Plus en détail

En 2011, le service Ameli-direct, anciennement appelé «Infosoins» puis «Adresses et Tarifs» connaît les modifications suivantes :

En 2011, le service Ameli-direct, anciennement appelé «Infosoins» puis «Adresses et Tarifs» connaît les modifications suivantes : @ AMELI-DIRECT VERSION 3.3 2006-2011 : INFOSOINS DEVIENT AMELI-DIRECT Dès la COG 2006-2009, l Assurance Maladie s engage à développer à l intention de ses assurés un système d information tant sur le fonctionnement

Plus en détail

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE 1 - LA DEFINITION DES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE : - Ai-je bien identifié l objectif de la séquence? - Est-il clairement situé dans la progression générale

Plus en détail

THEORIE ET CAS PRATIQUES

THEORIE ET CAS PRATIQUES THEORIE ET CAS PRATIQUES A DEFINIR 8/28/2012 Option AUDIT 1 INTRODUCTION L informatique : omniprésente et indispensable Développement des S.I. accroissement des risques Le SI = Système Nerveux de l entreprise

Plus en détail

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel Master 2 : Didactique des disciplines Spécialité Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 M2 : Didactique des disciplines Spécialité : Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 PRESENTATION

Plus en détail

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Éducation nationale NOR : MENE1007267A ARRÊTÉ du Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de générale et technologique Le Ministre

Plus en détail

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Déroulement des deux journées Mardi 26 Matin : Intervention des IEN Jeudi 29 Matin : Production en binôme. Après-midi

Plus en détail

CREATION DE LA PREMIERE FILIERE DE FORMATION D INGENIEURS EN CYBERDEFENSE PAR ALTERNANCE ET APPRENTISSAGE EN FRANCE

CREATION DE LA PREMIERE FILIERE DE FORMATION D INGENIEURS EN CYBERDEFENSE PAR ALTERNANCE ET APPRENTISSAGE EN FRANCE DOSSIER DE PRESSE CREATION DE LA PREMIERE FILIERE DE FORMATION D INGENIEURS EN CYBERDEFENSE PAR ALTERNANCE ET APPRENTISSAGE EN FRANCE Conférence de presse 24 septembre 2013 - Vannes La cyberdéfense est

Plus en détail

L ENTRETIEN INDIVIDUEL

L ENTRETIEN INDIVIDUEL L ENTRETIEN INDIVIDUEL 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L entretien individuel est une technique de recueil de l information qui se déroule dans une relation de face-à-face entre l évaluateur

Plus en détail

Les épreuves de sélection au concours d entrée décrites dans l arrêté du 31 juillet 2009 sont différentes selon la formation initiale des candidats.

Les épreuves de sélection au concours d entrée décrites dans l arrêté du 31 juillet 2009 sont différentes selon la formation initiale des candidats. PROGRAMME 2015-2016 I - LE CONCOURS : Les épreuves de sélection au concours d entrée décrites dans l arrêté du 31 juillet 2009 sont différentes selon la formation initiale des candidats. L IFSI de Villefranche

Plus en détail

Marion LOIRET L3.BCP Université Paul Sabatier - Toulouse. ASTEP : Les 5 sens à l'école maternelle

Marion LOIRET L3.BCP Université Paul Sabatier - Toulouse. ASTEP : Les 5 sens à l'école maternelle Marion LOIRET L3.BCP Université Paul Sabatier - Toulouse ASTEP : Les 5 sens à l'école maternelle ASTEP : Les 5 sens à l'école maternelle I. Contexte - Présentation, Profils d'élèves II. Projet d'intervention

Plus en détail

Des conditions d accueil privilégiées au lycée Couperin

Des conditions d accueil privilégiées au lycée Couperin Pourquoi "oser la prépa ECE "? La CPGE ECE (classe préparatoire aux grandes écoles économique et commerciale voie économique) appelée aussi prépa HEC voie éco est un tremplin d accès aux grandes écoles

Plus en détail

Master Santé publique

Master Santé publique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Santé publique Université Toulouse III- Paul Sabatier- UPS (déposant) Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE?

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? Les nouveaux programmes 2008 confirment que l observation, le questionnement, l expérimentation et l argumentation sont

Plus en détail

Formation de formateurs Conception et animation d une séquence de formation

Formation de formateurs Conception et animation d une séquence de formation L Institut des Affaires Publiques Formation de formateurs Conception et animation d une séquence de formation Stage international de perfectionnement pour acteurs d organisations publiques ou privées des

Plus en détail

BEP Auxiliaire Prothèse Dentaire BO n 35 du 30 Septembre 2010

BEP Auxiliaire Prothèse Dentaire BO n 35 du 30 Septembre 2010 Marie-Pascale Schammé Inspectrice de L Éducation Nationale Sciences Biologiques et Sciences Sociales Appliquées Académie de ROUEN Document de référence académique BEP Auxiliaire Prothèse Dentaire BO n

Plus en détail

CATALOGUE 2015 Forma!ons courtes PARCOURS TRADUCTION

CATALOGUE 2015 Forma!ons courtes PARCOURS TRADUCTION CATALOGUE 2015 Forma!ons courtes PARCOURS TRADUCTION - 21, rue d Assas 75270 Paris Cedex 06 Tél. : +33(1) 42 22 33 16 Fax : +33 (1) 45 44 17 67 forma!on.con!nue@isit-paris.fr - www.isit-paris.fr Etablissement

Plus en détail

Baccalauréat technologique

Baccalauréat technologique Baccalauréat technologique Épreuve relative aux enseignements technologiques transversaux, épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité et épreuve d'enseignement technologique en langue

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

La recherche en train de se faire: les cahiers de recherche en ligne. Aboubekeur ZINEDDINE

La recherche en train de se faire: les cahiers de recherche en ligne. Aboubekeur ZINEDDINE Table Ronde : L'ACTIVITÉ DE PUBLICATION DU JEUNE CHERCHEUR La recherche en train de se faire: les cahiers de recherche en ligne 13 décembre 2013 Bibliothèque de Paris MINES ParisTech Aboubekeur ZINEDDINE

Plus en détail

MODALITES D ADMISSION 2013

MODALITES D ADMISSION 2013 MODALITES D ADMISSION 2013 SITE PARIS GOBELINS, l'école de l'image Site Paris - 73 boulevard Saint Marcel - 75013 PARIS tél. 01 40 79 92 12 - info-concours@gobelins.fr - www.gobelins.fr JEU VIDEO MASTERE

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2 Centre Universitaire de Formation des Enseignants & des Formateurs Laboratoire Interuniversitaire de Sciences de l Education et de la Communication Université de Haute Alsace Domaine Sciences Humaines

Plus en détail

Nous désirons tout mettre en œuvre pour découvrir le travail d enseignant et surtout, améliorer nos

Nous désirons tout mettre en œuvre pour découvrir le travail d enseignant et surtout, améliorer nos L A P P R E N T I S S A G E E N P R O F O N D E U R Présenté par : Michael Lafontaine, CGA, M. Fisc. Bruce Lagrange, CA, M. Sc. Patricia Michaud, CA, MBA Francis Belzile, CA, M. Fisc. Janie Bérubé, CA,

Plus en détail

Synthèse des formations et pratiques professionnelles en prothèse dentaire

Synthèse des formations et pratiques professionnelles en prothèse dentaire N Projet : 2011-1-FR1-LEO05-24448 Titre : Euro-DIM - Dispositif d Intégration de la Mobilité européenne pour les apprentis Ce document est le résultat du travail réalisé par les responsables pédagogiques

Plus en détail

CYCLE CONTROLE DE GESTION NIVEAU 2

CYCLE CONTROLE DE GESTION NIVEAU 2 Plan Régional Interministériel de Formation Haute Normandie ECONOMIE FINANCE GESTION CYCLE CONTROLE DE GESTION NIVEAU 2 Dates : 22 et 23 juin 2015 Ginette MONTCHO Cadre de la Fonction Publique Responsable

Plus en détail

Brevet de Technicien Supérieur Management des Unités Commerciales Session 2015. Calendrier des épreuves

Brevet de Technicien Supérieur Management des Unités Commerciales Session 2015. Calendrier des épreuves Annexe 1 Brevet de Technicien Supérieur Management des Unités Commerciales Calendrier des épreuves CALENDRIER DES EPREUVES ORALES PONCTUELLES : Pour les épreuves orales d ACRC, de PDUC et de Langues vivantes

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

Newsletter EDITO FORMER ET COMMUNIQUER PAR LE JEU L ÉQUIPE. Avril 2014

Newsletter EDITO FORMER ET COMMUNIQUER PAR LE JEU L ÉQUIPE. Avril 2014 FORMER ET COMMUNIQUER PAR LE JEU Newsletter Avril 2014 EDITO Ces derniers mois, de nouveaux projets - de véritables défis pour certains d entre eux - ont occupé nos esprits et nos journées. Nous y avons

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Ingénierie en méthodes de diagnostic automobile de l Université d Evry-Vald Essonne - UEVE Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Finance de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot majuscu conjugaison >>>, L orthographe singulier syllabe virgule mémoire lettres et son enseignement graphie suffixe usage accent ; écrire féminin temps voyelles mot point Renforcer l enseignement de l

Plus en détail

«Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner?

«Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner? «Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner? Congrès du CNGE Angers Novembre 2008 Sébastien Cadier*, Isabelle Aubin**, Pierre Barraine* *Département de médecine générale

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Languedoc - Roussillon

Languedoc - Roussillon Master Métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation 1 er degré MEEF Concours préparés : Concours de recrutement des professeurs des écoles (CRPE) Lieu : Carcassonne - Mende - Montpellier

Plus en détail

Cabri et le programme de géométrie au secondaire au Québec

Cabri et le programme de géométrie au secondaire au Québec Cabri et le programme de géométrie au secondaire au Québec Benoît Côté Département de mathématiques, UQAM, Québec cote.benoit@uqam.ca 1. Introduction - Exercice de didactique fiction Que signifie intégrer

Plus en détail

INFORMATIQUE - PROJET DE DEVELOPPEMENT INTERNET/INTRANET

INFORMATIQUE - PROJET DE DEVELOPPEMENT INTERNET/INTRANET MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION INFORMATIQUE

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION. Institut de l Innovation et du Développement de l Entrepreneuriat - InsIDE

CATALOGUE DE FORMATION. Institut de l Innovation et du Développement de l Entrepreneuriat - InsIDE CATALOGUE DE FORMATION Institut de l Innovation et du Développement de l Entrepreneuriat - InsIDE «L expression de l innovation et de l entrepreneuriat» - Devenir Community Manager : créer et animer sa

Plus en détail

SPORTIFS DE HAUT NIVEAU

SPORTIFS DE HAUT NIVEAU CERTIFICATS POUR LES SPORTIFS DE HAUT NIVEAU :: CERTIFICATS 4 dispositifs pour accompagner les sportifs de haut niveau dans leurs projets de vie : sport, étude, emploi & développement des compétences En

Plus en détail

USAGE DES RESEAUX SOCIAUX PAR LES APPRENANTS EN COTE D IVOIRE

USAGE DES RESEAUX SOCIAUX PAR LES APPRENANTS EN COTE D IVOIRE USAGE DES RESEAUX SOCIAUX PAR LES APPRENANTS EN COTE D IVOIRE Dr CLAUDE N. KOUTOU Enseignant/Chercheur (Université de Cocody, Abidjan) Chercheur PANAF - ROCARE CI nkoutou1@yahoo.fr PLAN DE PRESENTATION

Plus en détail

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE Ce qui définit «le changement» préscolaire primaire secondaire Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005-05-00511 ISBN 2-550-45274-7 (version

Plus en détail

A.E.C. GESTION DES APPLICATIONS TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION LEA.BW

A.E.C. GESTION DES APPLICATIONS TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION LEA.BW A.E.C. GESTION DES APPLICATIONS TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION LEA.BW Groupe : 322 Exploitation des Banques de données 420-PK6-SL (1-2-1) Étape : 3 Professeur Nom: Marcel Aubin Courriel : maubin@cegep-st-laurent.qc.ca

Plus en détail

Informatique Médicale & Ingénierie des Connaissances Pour la e-santé

Informatique Médicale & Ingénierie des Connaissances Pour la e-santé Li ics Laboratoire d Informatique Médicaleet d Ingénierie des Connaissances en e-santé Projet de création d une UMR Inserm Université Pierre et Marie Curie, Université Paris Nord Informatique Médicale

Plus en détail

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18)

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18) La Fête jusqu où? Niveau B1 Remarque : attention, les supports 1 et 2 ne sont pas dissociables et son à travailler de manière enchaînée. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années

Plus en détail

Annexe 1 : TABLEAUX DES FONCTIONS ETAM

Annexe 1 : TABLEAUX DES FONCTIONS ETAM Annexe 1 : TABLEAUX DES FONCTIONS ETAM FONCTION D EXECUTION POSITION 1..1 et 1.. L exercice de la fonction consiste, à partir d instructions définissant les séquences successives des travaux à accomplir,

Plus en détail

Concevoir sa stratégie de recherche d information

Concevoir sa stratégie de recherche d information Concevoir sa stratégie de recherche d information Réalisé : mars 2007 Dernière mise à jour : mars 2011 Bibliothèque HEC Paris Contact : biblio@hec.fr 01 39 67 94 78 Cette création est mise à disposition

Plus en détail

Assurance qualité de l enseignement supérieur : évaluation d une offre de formation selon le référentiel CAMES

Assurance qualité de l enseignement supérieur : évaluation d une offre de formation selon le référentiel CAMES Assurance qualité de l enseignement supérieur : évaluation d une offre de formation selon le référentiel CAMES PLAN DU REFERENTIEL Introduction I- Domaines d application II- Références normatives III-

Plus en détail

La formation à distance assistée

La formation à distance assistée La formation à distance assistée En formation professionnelle Secrétariat et comptabilité Page 0 Table des matie res RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX... 1 MODALITÉS D INSCRIPTION... 1 POUR NOUS JOINDRE... 1 INSCRIPTION

Plus en détail

APPEL D OFFRES 2014-2015

APPEL D OFFRES 2014-2015 CONSEIL DE L ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE POUR LA FORMATION EN COURS DE CARRIERE (CECAFOC) APPEL D OFFRES 2014-2015 CAHIERS DES CHARGES COMITE Cecafoc Personne de contact Physique Prof. Jim Plumat jim.plumat@uclouvain.be

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

Participants table ronde. Florence Durand, Directrice Centrale Paris Executive Education. Renaud Daussy Directeur Commercial Global Knowledge

Participants table ronde. Florence Durand, Directrice Centrale Paris Executive Education. Renaud Daussy Directeur Commercial Global Knowledge Participants table ronde Florence Durand, Directrice Centrale Paris Executive Education Renaud Daussy Directeur Commercial Global Knowledge Participants table ronde François Xavier Marquis Directeur Général

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Sciences et techniques des activités physiques et sportives de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d

Plus en détail

GUIDE ORGANISATIONNEL LA CONCEPTION DES PROCESSUS ADMINISTRATIFS

GUIDE ORGANISATIONNEL LA CONCEPTION DES PROCESSUS ADMINISTRATIFS LA CONCEPTION DES PROCESSUS ADMINISTRATIFS 24 L adhésion à la formule d alternance travail-études peut donner lieu à des situations non prévues aux procédés habituellement en application dans les établissements

Plus en détail

LA PERTINENCE DES OUTILS D EXPERTS AU SERVICE DES NON-EXPERTS EN RECHERCHE D INFORMATIONS : UN EXEMPLE AVEC LES OPÉRATEURS BOOLÉENS

LA PERTINENCE DES OUTILS D EXPERTS AU SERVICE DES NON-EXPERTS EN RECHERCHE D INFORMATIONS : UN EXEMPLE AVEC LES OPÉRATEURS BOOLÉENS 57 LA PERTINENCE DES OUTILS D EXPERTS AU SERVICE DES NON-EXPERTS EN RECHERCHE D INFORMATIONS : UN EXEMPLE AVEC LES OPÉRATEURS BOOLÉENS INTRODUCTION Parmi les activités documentaires fortement préconisées

Plus en détail

Banque d outils d aide à l évaluation diagnostique

Banque d outils d aide à l évaluation diagnostique Banque d outils d aide à l évaluation diagnostique Url : http://www.banqoutils.education.gouv.fr/index.php Niveau : GS au Lycée Conditions d'utilisation : Pas d'inscription nécessaire. Format des ressources

Plus en détail

Mises en relief. Information supplémentaire relative au sujet traité. Souligne un point important à ne pas négliger.

Mises en relief. Information supplémentaire relative au sujet traité. Souligne un point important à ne pas négliger. Cet ouvrage est fondé sur les notes d un cours dispensé pendant quelques années à l Institut universitaire de technologie de Grenoble 2, au sein du Département statistique et informatique décisionnelle

Plus en détail

PREPA RH PREPA RH EST UN CYCLE POST BAC+1/2 PREPARATOIRE POUR LE MRH*

PREPA RH PREPA RH EST UN CYCLE POST BAC+1/2 PREPARATOIRE POUR LE MRH* PREPA RH PREPA RH PREPA RH EST UN CYCLE POST BAC+1/2 PREPARATOIRE POUR LE MRH* DIPLOME RECONNU PAR L ETAT (TITRE RNCP NIVEAU 1 - MASTER 2/BAC+5) *Manager du Développement des Ressources Humaines et des

Plus en détail

ESPE ACADEMIE BORDEAUX Référence GALAXIE : 69

ESPE ACADEMIE BORDEAUX Référence GALAXIE : 69 ESPE ACADEMIE BORDEAUX Référence GALAXIE : 69 Numéro dans le SI local : 0076 Référence GESUP : Corps : Maître de conférences Article : 26-I-1 Chaire : Non Section 1 : 71-Sciences de l'information et de

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

INFORMATION ET INSCRIPTION

INFORMATION ET INSCRIPTION Chez Les Petits Bilingues, il n y a pas d âge pour apprendre! L anglais de 1 à 99 ans Experts depuis 20 ans sur l apprentissage de l anglais aux enfants et leader national dans cette spécialité, c est

Plus en détail

Théories comptables. Théories normatives

Théories comptables. Théories normatives pratique : Jean Luc PETITJEAN 08 Novembre 2011 1 Théories comptables Théories descriptives Théories normatives Théories explicatives pratique : Jean Luc PETITJEAN 08 Novembre 2011 2 Elles visent à décrire

Plus en détail

Maîtrise en administration des affaires Éducation permanente et Faculté d administration

Maîtrise en administration des affaires Éducation permanente et Faculté d administration Maîtrise en administration des affaires Éducation permanente et Faculté d administration Atteignez de nouveaux sommets! www.umoncton.ca/mbaenligne Atteignez de nouveaux sommets! Souhaitez-vous occuper

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

WEDNESDAY CLUB 2014 / 2015

WEDNESDAY CLUB 2014 / 2015 BORDEAUX INTERNATIONAL SCHOOL WEDNESDAY CLUB 2014 / 2015 Bordeaux International School 252 Rue Judaïque, 33000 Bordeaux Tél : 05 57 87 02 11 Email : bis@bordeaux-school.com Site web : www.bordeaux-school.com

Plus en détail

Licence professionnelle Lean manufacturing

Licence professionnelle Lean manufacturing Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Lean manufacturing Université Claude Bernard Lyon 1 - UCBL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Instructions pour l inscription à l examen suisse de maturité et l examen complémentaire «Latinum Helveticum»

Instructions pour l inscription à l examen suisse de maturité et l examen complémentaire «Latinum Helveticum» Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche DEFR Commission suisse de maturité CSM Instructions pour l inscription à l examen suisse de maturité et l examen complémentaire «Latinum

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DES MILLIONS DE NOMS, DES MILLIONS D HISTOIRES

DOSSIER DE PRESSE DES MILLIONS DE NOMS, DES MILLIONS D HISTOIRES DOSSIER DE PRESSE DES MILLIONS DE NOMS, DES MILLIONS D HISTOIRES Avec plus de 7 milliards de données généalogiques et 26 000 bases de données exploitables, les possibilités sont infinies Pour plus d information

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er

Plus en détail

D après le décret n 93/086 du 29 janvier 1993 n 1 p ortant organisation administrative et académique de l Université de Yaoundé I,

D après le décret n 93/086 du 29 janvier 1993 n 1 p ortant organisation administrative et académique de l Université de Yaoundé I, Introduction D après le décret n 93/086 du 29 janvier 1993 n 1 p ortant organisation administrative et académique de l Université de Yaoundé I, L Université de Yaoundé I a pour missions : - d élaborer

Plus en détail

Application COBOL sur le Web

Application COBOL sur le Web Application COBOL sur le Web Roger Engel Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09116-8 2000 Avant-propos En informatique, nous vivons actuellement des temps fort captivants, caractérisés par de profonds bouleversements,

Plus en détail

Quel sera le parcours des étudiants de 2010?

Quel sera le parcours des étudiants de 2010? Quel sera le parcrs des étudiants de 2010? Les principaux changements Le Programme de formation de l école québécoise (PFÉQ) place l élève au cœur de ses apprentissages. Il vise l élaboration d une vision

Plus en détail

L apparition de la notion d inclusion dans le débat concernant la scolarisation. Intégration ou inclusion? Études et formations

L apparition de la notion d inclusion dans le débat concernant la scolarisation. Intégration ou inclusion? Études et formations Intégration ou inclusion? Éléments pour contribuer au débat Éric Plaisance Professeur des universités Brigitte Belmont Ingénieur d études Aliette Vérillon Ingénieur de recherche Cornelia Schneider Attachée

Plus en détail

Bénévole du secteur de la justice

Bénévole du secteur de la justice Audience simulée de la Commission Bénévole du secteur de la justice Cette trousse comprend les documents suivants : PAGE Objectifs du procès simulé Ligne de temps pour l audience simulée Renseignements

Plus en détail