Les ouvrages de vulgarisa.on dans l élabora.on d un cours d introduc.on à la physique quan.que. Quels enjeux didac.ques?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les ouvrages de vulgarisa.on dans l élabora.on d un cours d introduc.on à la physique quan.que. Quels enjeux didac.ques?"

Transcription

1 Les ouvrages de vulgarisa.on dans l élabora.on d un cours d introduc.on à la physique quan.que. Quels enjeux didac.ques? h#p://www.exobiologie.info/pages/chat schrodinger.html Philippe LO BELLO Saint Gall 20 janvier 2012

2 Des constats Il y a un paradoxe entre ce#e véritable révolumon scienmfique qu a connue la physique et la percepmon floue, ou inexistante, des idées quanmques fondamentales. Peu d enseignement de la physique quanmque au niveau gymnasial.

3 Or De nombreuses études montrent une forte momvamon des élèves pour l introducmon d une physique plus moderne que celle généralement enseignée au niveau gymnasial. Par exemple : Lawrence, 1996 ; Cuppari et al., 1997 ; Nardone, 1999 ; Duperray, 2010.

4 Mais L enseignant de gymnase qui souhaiterait parler de physique quanmque à ses élèves se trouve vite démuni : il est difficile de trouver des ouvrages scolaires spécifiquement conçus pour l enseignement de ce domaine de la physique dans les gymnases.

5 Toutefois Il est possible de consulter des livres de vulgarisamon traitant de physique quanmque. On peut dès lors s intéresser à l emploi éventuel de ces livres par un enseignant de gymnase qui souhaiterait construire un cours d introducmon à la physique quanmque, me#ant l accent sur les nomons de superposimon d états quanmques et d intricamon.

6 Les transposimons didacmques en jeu Le concept de transposimon didacmque, introduit par le sociologue Michel Verret (1975), interroge le façonnage réalisé par une personne soucieuse de transme#re un savoir issu d une acmvité humaine, en vue de l enseigner.

7 Chevallard a par la suite mis en place une théorie de la transposimon didacmque. Des savoirs, qualifiés de «savants», doivent être soumis à une transposimon didacmque dite «externe» durant laquelle ils subissent des modificamons pour devenir des savoirs «à enseigner»

8 Les savoirs savants sont élaborés généralement par des équipes de laboratoires de recherche, publics ou privés, qui par leurs travaux définissent, enrichissent et valident ces savoirs.

9 Hypothèse : un enseignant de gymnase décide d umliser un ouvrage de vulgarisamon traitant de physique quanmque, dans le but de proposer à ses élèves un cours d introducmon à ce domaine spécifique de la physique.

10 Sans conteste, la physique quanmque fait appel à un savoir savant. C est donc la nomon de transposimon didacmque telle que définie par Chevallard qui a été retenue ici.

11

12 Mais le savoir à enseigner en physique quanmque (au niveau gymnasial) n est pas disponible car les programmes scolaires ne le menmonnent pas explicitement

13 Mais le savoir à enseigner en physique quanmque (au niveau gymnasial) n est pas disponible car les programmes scolaires ne le menmonnent pas explicitement L idée d une transposimon didacmque externe tourne court, faute de savoir à enseigner désigné comme tel!

14 Or, le travail documentaire des enseignants est une caractérismque importante de leur mémer. Selon Gueudet et Trouche (2008) :«[la documenta-on] est au cœur de l ac-vité professionnelle des enseignants.»

15 On peut donc raisonnablement penser que la phase de recherche documentaire puisse être effectuée parmi un ensemble de livres de vulgarisamon.

16 Une transposimon didacmque vulgarisatrice

17 Une transposimon didacmque vulgarisatrice La transposimon didacmque vulgarisatrice a sa source dans un savoir savant. La transposimon didacmque vulgarisatrice a sa source dans un savoir savant.

18 Une transposimon didacmque vulgarisatrice La transposimon didacmque vulgarisatrice a sa source dans un savoir savant. La transposimon Ce qui peut didacmque cependant différer notoirement de la transposimon vulgarisatrice didacmque a sa externe, c est le caractère individualiste source dans un de savoir la démarche. savant.

19 Une transposimon didacmque d ajustement

20 Une transposimon didacmque d ajustement Mais le savoir popularisé n est pas encore directement disponible pour l enseignement.

21 Une transposimon didacmque d ajustement Mais le savoir popularisé n est pas encore directement disponible pour l enseignement. La préoccupamon inimale des auteurs de livres scienmfiques de vulgarisamon n est que rarement de concevoir des ouvrages pour une umlisamon en classe.

22 Une transposimon didacmque d ajustement Mais le savoir popularisé n est pas encore directement disponible pour l enseignement. La préoccupamon inimale des auteurs de livres scienmfiques de vulgarisamon n est que rarement de concevoir des ouvrages pour une umlisamon en classe. Le savoir popularisé n est pas le savoir scolaire.

23 Une transposimon didacmque d ajustement Mais le savoir popularisé n est pas encore directement disponible pour l enseignement. La préoccupamon inimale des auteurs de livres scienmfiques de vulgarisamon n est que rarement de concevoir des ouvrages pour une umlisamon en classe. Le savoir popularisé n est pas le savoir scolaire. Chacun fait appel à un langage spécifique, en s adressant à des communautés différentes.

24 Une transposimon didacmque d ajustement La transposimon didacmque entre le savoir popularisé et le savoir enseignable est une tâche laissée à l inimamve de l enseignant.

25 Une transposimon didacmque d ajustement La transposimon didacmque entre le savoir popularisé et le savoir enseignable est une tâche laissée à l inimamve de l enseignant. Tâche délicate car le vocabulaire associé à la physique quanmque, empreint qu il est des doutes issus de sa genèse, peut lui même consmtuer un obstacle pour l enseignant

26 Une transposimon didacmque d ajustement La transposimon didacmque entre le savoir popularisé et le savoir enseignable est une tâche laissée à l inimamve de l enseignant. Tâche délicate car le vocabulaire associé à la physique quanmque, empreint qu il est des doutes issus de sa genèse, peut lui même consmtuer un obstacle pour l enseignant Ce#e transposimon didacmque entre savoir popularisé et savoir enseignable peut donc être à l origine d interprétamons erronées liées au vocabulaire choisi.

27 Une transposimon didacmque d ajustement La transposimon didacmque entre le savoir popularisé et le savoir enseignable est une tâche laissée à l inimamve de l enseignant. Tâche délicate car le vocabulaire associé à la physique quanmque, empreint qu il est des doutes issus de sa genèse, peut lui même consmtuer un obstacle pour l enseignant Ce#e transposimon didacmque entre savoir popularisé et savoir enseignable peut donc être à l origine d interprétamons erronées liées au vocabulaire choisi. C est ce que relève Lévy Leblond (2003), à propos de la «dualité» onde corpuscule, terminologie très souvent rencontrée.

28 Une transposimon didacmque d interacmon

29 Une transposimon didacmque d interacmon Ce#e armculamon entre deux types de savoirs est sensible à l interacmon entre les élèves et l enseignant autour d un objet du savoir enseignable tel que conçu par l enseignant.

30 Une transposimon didacmque d interacmon Ce#e armculamon entre deux types de savoirs est sensible à l interacmon entre les élèves et l enseignant autour d un objet du savoir enseignable tel que conçu par l enseignant. Elle se construit au moment même où se fait l acte d enseignement.

31 Ou une transposimon didacmque directe

32 Ou une transposimon didacmque directe Sans nécessairement avoir recours à des ouvrages de vulgarisamon, les connaissances propres de l enseignant lui perme#raient de dispenser un cours d introducmon à la physique quanmque.

33 Résumé des transposimons didacmques en jeu

34 Des exemples de séquences d enseignement Quelques études relamves à un enseignement de la physique quanmque au niveau gymnasial sont disponibles dans la li#érature.

35 Cuppari A., Rinaudo G., Robup O., Violino P. Gradual introduc.on of some aspects of quantum mechanics in a high school curriculum. Physics EducaMon, Bristol, v. 32, n.5, p , Sept Lawrence I. Quantum physics in school. Phys. Educ , Müller R., Wiesner H. Teaching quantum mechanics on an introductory level. American Journal of physics, v70 n3 p March 2002.

36 Olsen Rolf V. Introducing quantum mechanics in the upper secondary school: a study in Norway. InternaMonal Journal of Science EducaMon, Volume 24, Issue 6 June 2002, pages Nardone P. La "physique moderne" dans les programmes? Introduc.on d'éléments de physique moderne dans les nouveaux programmes de physique de sixième de transi.on. Synthèse de la recherche en pédagogie n 290/97, InformaMons Pédagogiques n 47, 1999.

37 Duperray R. (2010). Pour une intégra.on de la physique moderne dans les programmes de sciences physiques des classes préparatoires. Vol.104, BUP n 921, p Fanaro M., Otero M., Arlego M. (2009). Teaching the founda.ons of Quantum mechanics in secondary school : a proposed conceptual structure. InvesMgaçoes em Ensino de Ciências, V14(1), p

38 Ces approches envisagées pour l enseignement de la physique quanmque sont principalement du type transposimon didacmque directe. C est par adaptamon de connaissances savantes maîtrisées par ses membres qu une équipe d enseignants met en place les séquences d enseignement.

39 Aucune de ces séquences ne met véritablement l accent sur les concepts de base de la physique quanmque que sont la superposimon d états quanmques et l intricamon quanmque.

40 Des perspecmves futures Tester la mise en place effecmve d une séquence d enseignement intégrant des ouvrages de vulgarisamon.

41 Par le regard crimque porté sur les transposimons didacmques en jeu, ce travail peut parmciper à la valorisamon de compétences professionnelles chez les enseignants.

42 Quelles concepmons d élèves en jeu?... On pourrait penser que les connaissances préalables des élèves de gymnase sont quasi inexistantes sur la physique quanmque, du fait qu ils ne l ont jamais étudiée.

43 Il serait intéressant de faire apparaître d éventuelles concepmons erronées liées à l empreinte de la physique classique qu ils étudient en classe.

44 Merci pour votre a#enmon!

Faut- il avoir peur de Facebook? Ideki Colmar 3/4 décembre 2015 Véronique Temperville

Faut- il avoir peur de Facebook? Ideki Colmar 3/4 décembre 2015 Véronique Temperville Faut- il avoir peur de Facebook? Ideki Colmar 3/4 décembre 2015 Véronique Temperville Objet de l étude Une étude sur l usage de Facebook par des étudiants de psychologie en licence 3 ModificaMon des modalités

Plus en détail

Construire son savoir de manière personnalisée : êtes- vous prêts à accueillir cefe éventualite?

Construire son savoir de manière personnalisée : êtes- vous prêts à accueillir cefe éventualite? Construire son savoir de manière personnalisée : êtes- vous prêts à accueillir cefe éventualite? Journées d étude de l ACDEAULF Moncton, 1 er novembre 2012 Vincent Tanguay Vice-président Québec, Innovation

Plus en détail

Introduc)on à l Agile

Introduc)on à l Agile Introduc)on à l Agile 1 D où je viens Études M2 info : Paris Diderot (2009) MS Management de Projets Technologiques : ESSEC / Telecom Paris (2010) Aujourd hui Consultant à OCTO Technology (Conseil en SI)

Plus en détail

La transposition didactique

La transposition didactique La transposition didactique I. Le concept On doit le concept de «transposition didactique» (TD) à un didacticien des mathématiques, Yves Chevallard (1985) qui, constatant l arrivée périodique de nouveaux

Plus en détail

Les démarches en science et en technologie

Les démarches en science et en technologie Les démarches en science et en technologie (Sources LAMAP) La démarche scientifique est une démarche qui conduit à construire une procédure de résolution d'un problème en utilisant, de manière explicite,

Plus en détail

Préparer la classe outils méthodologiques

Préparer la classe outils méthodologiques Préparer la classe outils méthodologiques Formation du 19 novembre 2008 Dijon CRDP Enseigner. Concevoir. Anticiper. Planifier. Ce qui implique : Des choix philosophiques Des obligations institutionnelles

Plus en détail

Un cours d introduction à la démarche mathématique. Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry

Un cours d introduction à la démarche mathématique. Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry Aide à la transition dans une formation universitaire d un mathématicien en Belgique Un cours d introduction à la démarche mathématique Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry Université de Namur, Unité

Plus en détail

Connaître les CENTRES DE SANTÉ

Connaître les CENTRES DE SANTÉ Connaître les CENTRES DE SANTÉ Les centres de santé, un exercice salarié en équipe pluri- professionnelle et pluridisciplinaire coordonnée Journée de la Médecine Générale d Ile de France «La médecine générale

Plus en détail

PLANIFICATION FINANCIÈRE DE LA RETRAITE. Marie Bouvier 11 NOVEMBRE 2013

PLANIFICATION FINANCIÈRE DE LA RETRAITE. Marie Bouvier 11 NOVEMBRE 2013 PLANIFICATION FINANCIÈRE DE LA RETRAITE Marie Bouvier 11 NOVEMBRE 2013 PLAN DE LA PRÉSENTATION Taux de remplacement du revenu Sources de revenus à la retraite Régimes publics Pension de la sécurité de

Plus en détail

Participation de L Institut Libanais d Educateurs au projet Tempus

Participation de L Institut Libanais d Educateurs au projet Tempus Participation de L Institut Libanais d Educateurs au projet Tempus Mme Najat Cordahi Malhamé et Mme Roula el Murr Ojeimi ont voyagé dans le cadre du projet Tempus en Angleterre et à Edinburgh du 16 au

Plus en détail

L évolution des normes ISO9001 et ISO14001. La forme Le fond

L évolution des normes ISO9001 et ISO14001. La forme Le fond 41 ième rencontre 29 septembre 2014 L évolution des normes ISO9001 et ISO14001 La forme Le fond AllQuality Sept 2014 : évolution ISO9001 et ISO14001 - philippe.barbaza@qualivie.fr - 1 Vers une structure

Plus en détail

Impairment test : Les enjeux de la valeur terminale et du business plan dans l évaluation par les flux de trésorerie disponible

Impairment test : Les enjeux de la valeur terminale et du business plan dans l évaluation par les flux de trésorerie disponible 17, rue Henry Monnier - 75009 Paris Thomas Bouvet - tel : 06 62 66 75 18 bouvet@defix.fr Impairment test : Les enjeux de la valeur terminale et du business plan dans l évaluation par les flux de trésorerie

Plus en détail

Le Règlement européen EiDAS

Le Règlement européen EiDAS Forum ATENA MEDEF «l e- gouvernement, les services et l économie transformés par les idenmtés numériques» (4ème édimon du colloque sur l idenmté numérique), 19 novembre 2014, Paris Le Règlement européen

Plus en détail

L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire

L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire Note de synthèse Juillet 2012 Aurélie Lecoq et Bruno Suchaut IREDU-CNRS et

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Sciences et techniques des activités physiques et sportives de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019

Plus en détail

Animation d ateliers prospectifs sur les TIC dans le bâtiment à l horizon 2030

Animation d ateliers prospectifs sur les TIC dans le bâtiment à l horizon 2030 Animation d ateliers prospectifs sur les TIC dans le bâtiment à l horizon 2030 Sommaire Partie 1 : Méthodologie de la démarche Partie 2 : Vision prospective Partie 3 : Plan d action Partie 4 : Annexes

Plus en détail

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE (Préparation : 5 heures -- Exposé et Questions : 1 heure) Rapport établi par : P.J. BARRE, E. JEAY, D. MARQUIS, P. RAY, A. THIMJO 1. PRESENTATION DE L EPREUVE 1.1.

Plus en détail

Présentation Générale

Présentation Générale Présentation Générale POURQUOI ÊTRE CANDIDAT? Pour acquérir une solide formation durant la licence et mettre toutes les chances de son côté pour passer dans les meilleures conditions les épreuves d admissibilité

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Le système didactique

Le système didactique Le système didactique Introduction à la didactique Karine Robinault Master Didactiques et Interactions Octobre 2006 «didactique» En tant qu adjectif, désigne ce qui a rapport à l enseignement, ou qui vise

Plus en détail

Une formation initiale en informatique et sciences du numérique dans l Académie de Grenoble à destination des professeurs de lycée

Une formation initiale en informatique et sciences du numérique dans l Académie de Grenoble à destination des professeurs de lycée Une formation initiale en informatique et sciences du numérique dans l Académie de Grenoble à destination des professeurs de lycée une mise en œuvre de "reconversion" scientifique Équipe pédagogique Massih-Reza

Plus en détail

à l évaluation de la conformité sont donc au centre d une évolution constante et considérable,

à l évaluation de la conformité sont donc au centre d une évolution constante et considérable, Normes de référence pour l évaluation de la conformité Les questions relatives à l évaluation et à l attestation de la conformité à des exigences techniques sont au centre d une évolution constante et

Plus en détail

Licence Administration publique

Licence Administration publique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Administration publique Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques- :

Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques- : L évaluation des Mathématiques en Lycée Professionnel Quelle est la place de l évaluation dans une séquence de mathématiques en Lycée professionnel? Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques-

Plus en détail

CAPLP CONCOURS EXTERNE ET CAFEP

CAPLP CONCOURS EXTERNE ET CAFEP METART PHO EXT SESSION 2013 CAPLP CONCOURS EXTERNE ET CAFEP Section : ARTS APPLIQUÉS Option : MÉTIERS D ART Spécialité : Photographie PRÉSENTATION D UNE SÉQUENCE DE FORMATION PORTANT SUR LES PROGRAMMES

Plus en détail

GUIDE ORGANISATIONNEL L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES

GUIDE ORGANISATIONNEL L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES 48 L évaluation du projet d alternance travail-études 1 permet de mesurer le degré d atteinte des résultats attendus et de cibler des actions en vue d

Plus en détail

Licence professionnelle Administration et gestion des entreprises culturelles de la musique et du spectacle vivant

Licence professionnelle Administration et gestion des entreprises culturelles de la musique et du spectacle vivant Formations et diplômes Rapport d évaluation Licence professionnelle Administration et gestion des entreprises culturelles de la musique et du spectacle vivant Université Savoie Mont Blanc - USMB Campagne

Plus en détail

4.10. Cahier technique. THEME 4 Méthodes de formation. Evaluation de la formation

4.10. Cahier technique. THEME 4 Méthodes de formation. Evaluation de la formation Cahier technique THEME 4 Méthodes de formation 10 Evaluation de la formation 4.10 Les cahiers techniques sont des outils destinés aux agents des services publics responsables de la restructuration du système

Plus en détail

A l issue de la définition de la «Vocation du quartier»: Les différentes phases de la «Programmation urbaine» au Projet urbain

A l issue de la définition de la «Vocation du quartier»: Les différentes phases de la «Programmation urbaine» au Projet urbain A l issue de la définition de la «Vocation du quartier»: Les différentes phases de la «Programmation urbaine» au Projet urbain Michel Bonetti Sociologue urbaniste, «Le Sens Urbain» Jean Didier Laforgue

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

Formation aux techniques de base du conseil en image Pour les professionnels : Coiffure, Esthétique, Habillement

Formation aux techniques de base du conseil en image Pour les professionnels : Coiffure, Esthétique, Habillement Cette formation s adresse aux professionnels ayant l envie et le besoin d acquérir les techniques de base du conseil en image afin de parfaire leurs conseils. Ayant également la volonté et la motivation

Plus en détail

Physique quantique au lycée

Physique quantique au lycée Physique quantique au lycée Une expérience au Liceo di Locarno Christian Ferrari Cours de formation CRP/CPS Champéry, 23 septembre 2011 Plan de l exposé 1 1 L expérience dans l option spécifique (OS) et

Plus en détail

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Nouveauté Méthodes quantitatives et qualitatives Prix : 81,95 $ Auteurs : Marie-Fabienne Fortin, Johanne Gagnon ISBN13 : 9782765050063 Nombre

Plus en détail

CYCLE CONTROLE DE GESTION NIVEAU 2

CYCLE CONTROLE DE GESTION NIVEAU 2 Plan Régional Interministériel de Formation Haute Normandie ECONOMIE FINANCE GESTION CYCLE CONTROLE DE GESTION NIVEAU 2 Dates : 22 et 23 juin 2015 Ginette MONTCHO Cadre de la Fonction Publique Responsable

Plus en détail

Figure 1. La configuration d élève sherpa (Trouche 2007)

Figure 1. La configuration d élève sherpa (Trouche 2007) Penser la gestion didactique des artefacts pour faire et faire faire des mathématiques : histoire d un cheminement de recherche Luc Trouche, Institut National de Recherche Pédagogique, France, courriel

Plus en détail

Les utilisations pédagogiques du Tableau Numérique Interactif (TNI) dans l enseignement d Économie-Gestion :

Les utilisations pédagogiques du Tableau Numérique Interactif (TNI) dans l enseignement d Économie-Gestion : Les utilisations pédagogiques du Tableau Numérique Interactif (TNI) dans l enseignement d Économie-Gestion : Pascal ROOS Professeur d Économie Gestion Lycée Edmond Rostand, Saint Ouen l Aumône (95) Face

Plus en détail

4rise en charge de l hyperglycémie chez le pa4ent diabé4que de type 2

4rise en charge de l hyperglycémie chez le pa4ent diabé4que de type 2 4rise en charge de l hyperglycémie chez le pa4ent diabé4que de type 2 D après l ADA (associamon américaine du diabète et l EASD (associamon européenne pour l étude du diabète) Approuvé par la SFD (société

Plus en détail

L ENSEIGNEMENT DES SCIENCES INFIRMIERES DES CONTENUS A MAÎTRISER PAR L ENSEMBLE DES INFIRMIERES

L ENSEIGNEMENT DES SCIENCES INFIRMIERES DES CONTENUS A MAÎTRISER PAR L ENSEMBLE DES INFIRMIERES L ENSEIGNEMENT DES SCIENCES INFIRMIERES EN FRANCE : DES CONTENUS A MAÎTRISER PAR L ENSEMBLE DES INFIRMIERES Didier LECORDIER Inf. PhDc, Cadre de santé Ljiljana JOVIC Inf. PhD, Directrice des soins Anne-Marie

Plus en détail

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire Université Saint-Joseph Faculté des Sciences de l Éducation MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire 2014 2015 Faculté des Sciences de l Education, mis à jour 26 novembre 2014 TABLE

Plus en détail

ELEMENTS DU SYSTEME EDUCATIF SECONDAIRE AU ROYAUME-UNI

ELEMENTS DU SYSTEME EDUCATIF SECONDAIRE AU ROYAUME-UNI ACTUEL NORD-PAS DE CALAIS Centre Régional Information Jeunesse Nord-Pas de Calais 2, rue Nicolas Leblanc - 59000 LILLE Tél. : 03.20.12.87.30 - Fax : 03.20.12.87.31 - www.crij-npdc.fr ELEMENTS DU SYSTEME

Plus en détail

Synthèse. Les transformations de l administration de la preuve pénale : approches et perspectives

Synthèse. Les transformations de l administration de la preuve pénale : approches et perspectives Synthèse Les transformations de l administration de la preuve pénale : approches et perspectives Alain PELLET Professeur à l Université de Paris X-Nanterre Olivier de FROUVILLE Maître de conférences à

Plus en détail

Projet 8INF206 (3cr) Guide

Projet 8INF206 (3cr) Guide Module d informatique et de mathématique Projet 8INF206 (3cr) Guide Version avril 2012 Université du Québec à Chicoutimi Département d'informatique et de mathématique TABLE DES MATIÈRES INFORMATION GÉNÉRALE...

Plus en détail

Banc d optique, source lumineuse, écran, lentille convergente sur trépied 2.

Banc d optique, source lumineuse, écran, lentille convergente sur trépied 2. PHYSQ 130: Lentilles 1 LENTILLES MINCES 1 But L utilisation des lentilles minces est multiples en physique moder-ne et en génie. Les lentilles sont utilisées pour former des images dans plusieurs instruments

Plus en détail

Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let.

Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let. Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let. b, OFPr Filière d études Certificat complémentaire pour la maturité

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Etudes internationales de l Université Paris-Sud Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

L ou7l professionnel de BMD pour l audit. Lausanne, le 14 septembre 2015

L ou7l professionnel de BMD pour l audit. Lausanne, le 14 septembre 2015 L ou7l professionnel de BMD pour l audit Lausanne, le 14 septembre 2015 Agenda 1. Introduc7on par EXPERTsuisse 2. Présenta7on de BMD, société de services informa7ques 3. Développement commercial en Suisse

Plus en détail

CHEMISE DOSSIER DE CANDIDATURE EN CLASSE DE SECONDE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL AÉRONAUTIQUE Rentrée 2015

CHEMISE DOSSIER DE CANDIDATURE EN CLASSE DE SECONDE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL AÉRONAUTIQUE Rentrée 2015 16, Rue de Kervéguen - BP 17149-29671 MORLAIX Cedex Tél: 02.98.88.62.77 Fax: 02.98.88.21.64 E-mail: Ce.0290051y@ac-rennes.fr Site Web: www.lyceetristancorbiere.fr CHEMISE DOSSIER DE CANDIDATURE EN CLASSE

Plus en détail

PROJET: AEC Spécialisation en Médiation culturelle

PROJET: AEC Spécialisation en Médiation culturelle PROJET: AEC Spécialisation en Médiation culturelle Préparé par: Nancy Laflamme Responsable du développement de programmes Direction de la formation continue Cégep de Saint-Laurent Jeudi 7 mai 2015 Présentation

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Administration économique et sociale de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

Master Sciences et technologies Mention MI : Management de l Innovation

Master Sciences et technologies Mention MI : Management de l Innovation Master Sciences et technologies Mention MI : Management de l Innovation M2 Spécialité Ingénierie et Management de la Formation (IMFL ) Présentation des UE UE de spécialité UE1 «Management des connaissances

Plus en détail

P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R»

P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R» P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R» Parler Apprendre Réfléchir Lire Ensemble pour Réussir Pascal BRESSOUX et Michel ZORMAN Laboratoire

Plus en détail

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Guide d étude Sous la direction de Olga Mariño Télé-université Montréal (Québec) 2011 INF 1250 Introduction aux bases de données 2 INTRODUCTION Le Guide d étude

Plus en détail

École doctorale n 478 Sciences de Gestion

École doctorale n 478 Sciences de Gestion Formations et diplômes Rapport d'évaluation École doctorale n 478 Sciences de Gestion Université Toulouse 1 Capitole Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

The English team. L anglais est un succès majeur à Lochabair, depuis l instauration du projet d anglais en 2005.

The English team. L anglais est un succès majeur à Lochabair, depuis l instauration du projet d anglais en 2005. The English team L anglais est un succès majeur à Lochabair, depuis l instauration du projet d anglais en 2005. Un travail diversifié L équipe des professeurs d anglais est une équipe soudée, qui partage

Plus en détail

Une démarche pédagogique pour l apprentissage de l algorithmique

Une démarche pédagogique pour l apprentissage de l algorithmique Une démarche pédagogique pour l apprentissage de l algorithmique Au moment où l enseignement d ISN connaît sa deuxième année de mise en œuvre sur le terrain, force est de constater que les ressources disponibles

Plus en détail

Michel T. Léger, Ph. D.

Michel T. Léger, Ph. D. Curriculum Vitae Michel T. Léger, Ph. D. Professeur adjoint Faculté des sciences de l éducation Université de Moncton Moncton, NB Canada, E1A 3E9 (506) 858-4942 michel.leger@umoncton.ca Formation Doctorat

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

Evaluation basée sur des expériences Physique de la vie quotidienne. François Graner. Matière et Systèmes Complexes CNRS & Université Paris VII

Evaluation basée sur des expériences Physique de la vie quotidienne. François Graner. Matière et Systèmes Complexes CNRS & Université Paris VII Evaluation basée sur des expériences Physique de la vie quotidienne François Graner Matière et Systèmes Complexes CNRS & Université Paris VII 2015 Evaluations orales dans les concours d entrée aux grandes

Plus en détail

Dispositif de formation SST : actualité 2014 Rencontres partenaires entreprises CARSAT Centre

Dispositif de formation SST : actualité 2014 Rencontres partenaires entreprises CARSAT Centre Dispositif de formation SST : actualité 2014 Rencontres partenaires entreprises CARSAT Centre Jeudi 19 juin 2014 Sophie GIRODIT Les différentes étapes du déploiement de la formation : quelques rappels

Plus en détail

Calcul différentiel : optimiser l impact dans la formation

Calcul différentiel : optimiser l impact dans la formation Association mathe matique du Que bec L Association Mathe matique du Que bec regroupe des personnes, des socie te s, e coles, commissions scolaires, colle ges, universite s, instituts de recherche, socie

Plus en détail

Chacun est conscient qu il sera souvent nécessaire de mobiliser les notions abordées en première et, parfois, de les reprendre.

Chacun est conscient qu il sera souvent nécessaire de mobiliser les notions abordées en première et, parfois, de les reprendre. UE Atelier B Deux groupes de stagiaires ont suivi les exposés sur les séquences pédagogiques. Les échanges ont principalement porté sur les apports notionnels (quelles notions aborder), le bornage (jusqu

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Sciences sociales de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des

Plus en détail

h y b AUGMENTEZ LA SATISFACTION DE VOS CANDIDATS Votre processus de sélection est-il conçu pour attirer et retenir les meilleurs candidats?

h y b AUGMENTEZ LA SATISFACTION DE VOS CANDIDATS Votre processus de sélection est-il conçu pour attirer et retenir les meilleurs candidats? AUGMENTEZ LA SATISFACTION DE VOS CANDIDATS Votre processus de sélection est-il conçu pour attirer et retenir les meilleurs candidats? 150 540 209700 Clients Utilisateurs Enquêtes complétées h y b Chaque

Plus en détail

Introduction de la synthèse d Habilitation à Diriger des Recherches de Nadine Herry-Bénit soutenue le 23 novembre 2012 à l Université Paris 8.

Introduction de la synthèse d Habilitation à Diriger des Recherches de Nadine Herry-Bénit soutenue le 23 novembre 2012 à l Université Paris 8. Introduction de la synthèse d Habilitation à Diriger des Recherches de Nadine Herry-Bénit soutenue le 23 novembre 2012 à l Université Paris 8. Membres du jury : Alain DESCHAMPS, Professeur à l Université

Plus en détail

Livret d accompagnement à destination des enseignants encadrant des élèves collèges/lycées

Livret d accompagnement à destination des enseignants encadrant des élèves collèges/lycées VISITE D ENTREPRISE INTERVENTION DE PROFESSIONNELS EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE TABLE RONDE Livret d accompagnement à destination des enseignants encadrant des élèves collèges/lycées Edition 2013 SOMMAIRE

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

GUIDE COURS DE FORMATION GÉNÉRALE COMPLÉMENTAIRE ET D ÉDUCATION PHYSIQUE AUTOMNE 2012 ET HIVER 2013

GUIDE COURS DE FORMATION GÉNÉRALE COMPLÉMENTAIRE ET D ÉDUCATION PHYSIQUE AUTOMNE 2012 ET HIVER 2013 GUIDE COURS DE FORMATION GÉNÉRALE COMPLÉMENTAIRE ET D ÉDUCATION PHYSIQUE AUTOMNE 2012 ET HIVER 2013 Cheminement scolaire Mars 2012 DESCRIPTION DES COURS COMPLÉMENTAIRES Numéro du cours et compétence Titre

Plus en détail

Master of Arts en didactique des langues étrangères (Master spécialisé)

Master of Arts en didactique des langues étrangères (Master spécialisé) Master of Arts en didactique des langues étrangères (Master spécialisé) Le Master en didactique des langues étrangère est une filière d enseignement commune aux universités de Berne et Fribourg, en collaboration

Plus en détail

Quel profil pour les futurs professionnels de l'informatique? Le référentiel de compétences du master en sciences informatiques de l'ucl.

Quel profil pour les futurs professionnels de l'informatique? Le référentiel de compétences du master en sciences informatiques de l'ucl. université catholique de louvain louvain-la-neuve, belgique Quel profil pour les futurs professionnels de l'informatique? raisonner théorie appliquer apprendre examens concevoir bachelier référentiel universitaire

Plus en détail

L'INFORMATIQUE DANS LES ÉCOLES ET LES COLLÈGES

L'INFORMATIQUE DANS LES ÉCOLES ET LES COLLÈGES 17 L'INFORMATIQUE DANS LES ÉCOLES ET LES COLLÈGES Quelle est la place de l'informatique dans les trois livres de poche publiés récemment par le Ministère de l'éducation nationale et le CNDP? ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE

Plus en détail

En partenariat avec RH & organisation

En partenariat avec RH & organisation En partenariat avec RH & organisation FORMATION D EVALUATEUR EXTERNE EN ETABLISSEMENT SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL PROGRAMME PEDAGOGIQUE 3 e promotion 2012/2013 ESTES -3 rue Sédillot BP 44 67065 STRASBOURG

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Etudes anglophones de l ENS Cahan Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des diplômes En vertu

Plus en détail

FICHE D INFORMATION. Cultiver les esprits, Forger la personnalité

FICHE D INFORMATION. Cultiver les esprits, Forger la personnalité FICHE D INFORMATION Cultiver les esprits, Forger la personnalité «Je recommande vivement GWA, ainsi que l approche qu elle adopte en matière de préparation des jeunes aux études universitaires à l étranger.

Plus en détail

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES?

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? INTRODUCTION Depuis quelques années, un certain nombre d évolutions à la fois sociétales et professionnelles nous poussent,

Plus en détail

Référentiel du métier et des compétences des masseurs-kinésithérapeutes

Référentiel du métier et des compétences des masseurs-kinésithérapeutes Référentiel du métier et des compétences des masseurs-kinésithérapeutes Référentiel du métier et des compétences des masseurs-kinésithérapeutes Ce référentiel a été élaboré avec l accompagnement méthodologique

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Nous désirons tout mettre en œuvre pour découvrir le travail d enseignant et surtout, améliorer nos

Nous désirons tout mettre en œuvre pour découvrir le travail d enseignant et surtout, améliorer nos L A P P R E N T I S S A G E E N P R O F O N D E U R Présenté par : Michael Lafontaine, CGA, M. Fisc. Bruce Lagrange, CA, M. Sc. Patricia Michaud, CA, MBA Francis Belzile, CA, M. Fisc. Janie Bérubé, CA,

Plus en détail

FORMALABO. Plan exposé : - Contexte historique, coûts et objectifs. - Principes de fonctionnement et d administration du logiciel.

FORMALABO. Plan exposé : - Contexte historique, coûts et objectifs. - Principes de fonctionnement et d administration du logiciel. Plan exposé : - Contexte historique, coûts et objectifs. - Principes de fonctionnement et d administration du logiciel. - Présentation de l outil et expérience pédagogique en L3. - Conclusions. Contexte

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Sciences du management de l Université Lille 1 - Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

Master of Science HES-SO en Sciences de l information Rentrée Année académique 2015

Master of Science HES-SO en Sciences de l information Rentrée Année académique 2015 Master of Science HES-SO en Sciences de l information Rentrée Année académique 015 Formulaire relatif aux enseignements en prérequis en vue de demandes d équivalence Seuls les étudiants devant effectuer

Plus en détail

Document de référence. Guide d'accompagnement des programmes de sciences

Document de référence. Guide d'accompagnement des programmes de sciences Document de référence Guide d'accompagnement des programmes de sciences Document de référence Guide d'accompagnement des programmes de sciences Formation professionnelle et technique et formation continue

Plus en détail

Tableau de Bord. Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication

Tableau de Bord. Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication Bande de Com! Tableau de Bord Julien Pansier PROJET Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication 1.1.1 Prise en charge du dossier de l annonceur C11.1. S approprier la demande de l annonceur - Comprendre

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «Les usages et pratiques de la formation dans les entreprises de 10 à 49 salariés et leurs effets sur le développement professionnel des salariés»

Plus en détail

Enseigner la compréhension au Ce1. Rendre les stratégies explicites

Enseigner la compréhension au Ce1. Rendre les stratégies explicites Enseigner la compréhension au Ce1 Rendre les stratégies explicites Instructions officielles Le niveau attendu en début de CE1 les composantes de l acte de lire Ecole Paul Claudel sept 2012 Questions 1.Comment

Plus en détail

Numéro spécial consacré aux dernières acquisitions du Centre de Ressources...

Numéro spécial consacré aux dernières acquisitions du Centre de Ressources... Pêle-mél Veille en ligne du Centre de Ressources N 11 Spécial Livres Pêle-mél est téléchargeable sur le site de la DAFCO : http://dafco.scola.ac-paris.fr/pm/pelemel.htm Numéro spécial consacré aux dernières

Plus en détail

L instrumentation dans la collecte des données

L instrumentation dans la collecte des données L instrumentation dans la collecte des données L étude des documents écrits par la méthode des traceurs Danielle Paquette INTRODUCTION La méthode des traceurs est une méthode qualitative utilisée en sciences

Plus en détail

Congrès orientant 2 e secondaire 2015

Congrès orientant 2 e secondaire 2015 Congrès orientant 2 e secondaire 2015 Intentions de la rencontre Informer sur les parcours en science pour le 3 e secondaire Accompagner votre enfant à faire des choix éclairés Déroulement de la présentation

Plus en détail

Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL

Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL Journée de l inspection 15 avril 2011 - Lycée F. BUISSON 18 avril 2011 - Lycée J. ALGOUD 21 avril 2011 - Lycée L. ARMAND Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL Déroulement de la journée

Plus en détail

Brevet informatique et internet : domaine 1

Brevet informatique et internet : domaine 1 Brevet informatique et internet : domaine 1 Gérer son espace travail dans un environnement en réseau utiliser, gérer s espaces stockage à dis être autonome dans l usage s services et s outils être responsable

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Langues étrangeres appliquées de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des

Plus en détail

L objet et la construction de son usage chez le bébé

L objet et la construction de son usage chez le bébé Exploration : Recherches en sciences de l'éducation 129 Une approche sémiotique du développement préverbal von Cintia Rodríguez, Christiane Moro 1. Auflage Rodríguez / Moro schnell und portofrei erhältlich

Plus en détail

Cet exposé s intègre dans les travaux développés par une Equipe en Projet INRP-IUFM,

Cet exposé s intègre dans les travaux développés par une Equipe en Projet INRP-IUFM, 15 Les nouvelles technologies et les stagiaires IUFM : une appropriation mal contrôlée Philippe Le Borgne IUFM de Franche-Comté philippe.leborgne@fcomte.iufm.fr PRÉSENTATION Cet exposé s intègre dans les

Plus en détail

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique I Contexte du métier 1. Définition Les professeurs de musique diplômés d'état sont chargés

Plus en détail

Préparation Concours psychomotricien- Toulouse

Préparation Concours psychomotricien- Toulouse Cours CAPITOLE -11, rue du Sénéchal 31000-Toulouse - : 05.61.21.60.64 - www.courscapitole.com- contact@courscapitole.com SOMMAIRE : Préparation Concours psychomotricien- Toulouse I. Le concours de psychomotricien

Plus en détail

Newsletter EDITO FORMER ET COMMUNIQUER PAR LE JEU L ÉQUIPE. Avril 2014

Newsletter EDITO FORMER ET COMMUNIQUER PAR LE JEU L ÉQUIPE. Avril 2014 FORMER ET COMMUNIQUER PAR LE JEU Newsletter Avril 2014 EDITO Ces derniers mois, de nouveaux projets - de véritables défis pour certains d entre eux - ont occupé nos esprits et nos journées. Nous y avons

Plus en détail

Innovation ou révolution pédagogique?

Innovation ou révolution pédagogique? Innovation ou révolution pédagogique? MOOC, hôtels à projets, classes inversées, simulations Yves Schemeil Sciences Po Strasbourg, 10 décembre 2014 Le problème Obsolescence du modèle républicain Usure

Plus en détail

Objectifs (socio-) linguistiques : enrichir son vocabulaire dans un domaine scientifique.

Objectifs (socio-) linguistiques : enrichir son vocabulaire dans un domaine scientifique. C est pas sorcier Thèmes Sciences, techniques, technologies Concept Le magazine de la science et de la découverte. À bord de leur camion-laboratoire, Frédéric, Jamy et Sabine nous emmènent vers des sites

Plus en détail

FORMATION CONTINUE RECHERCHE APPLIQUÉE OUTILS PÉDAGOGIQUES. Droit appliqué pour les salariés des services juridiques

FORMATION CONTINUE RECHERCHE APPLIQUÉE OUTILS PÉDAGOGIQUES. Droit appliqué pour les salariés des services juridiques FORMATION CONTINUE RECHERCHE APPLIQUÉE OUTILS PÉDAGOGIQUES Droit appliqué pour les salariés des services juridiques PRÉSENTATION DE LA FORMATION Contexte La dynamique de l économie luxembourgeoise génère

Plus en détail

Dans une séquence de mise en œuvre de compétences, les heures réalisées en milieu de travail s ajoutent en totalité à la durée du programme d études.

Dans une séquence de mise en œuvre de compétences, les heures réalisées en milieu de travail s ajoutent en totalité à la durée du programme d études. LA SÉQUENCE DE MISE EN ŒUVRE DE COMPÉTENCES EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES VISE L APPLICATION, DANS L EXERCICE DE LA FONCTION DE TRAVAIL, D UNE OU DE PLUSIEURS COMPÉTENCES OU ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES DU PROGRAMME

Plus en détail