Exemple 4.4. Continuons l exemple précédent. Maintenant on travaille sur les quaternions et on a alors les décompositions

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Exemple 4.4. Continuons l exemple précédent. Maintenant on travaille sur les quaternions et on a alors les décompositions"

Transcription

1 Exemple 4.4. Continuons l exemple précédent. Maintenant on travaille sur les quaternions et on a alors les décompositions HQ = He 1 He 2 He 3 He 4 HQ e 5 comme anneaux (avec centre Re 1 Re 2 Re 3 Re 4 Re 5 ), et HQ = He 1 He 2 He 3 He 4 HQ e 6 HQ e 7 comme HQ-modules à gauches. Mais les deux derniers modules ne sont pas simples. Posons e := 1 q[q] = 1 (([1] [ 1] + i[i] i[ i] + j[j] j[ j] + k[k] k[ k])) ; q Q e 9 := 1 (([1] [ 1] + i[i] i[ i] j[j] + j[ j] k[k] + k[ k])) ; e 10 := 1 (([1] [ 1] i[i] + i[ i] j[j] + j[ j] + k[k] k[ k])) ; e 11 := 1 (([1] [ 1] i[i] + i[ i] + j[j] j[ j] k[k] + k[ k])). On a e 6 = e + e 9 ; e 7 = e 10 + e 11 et On a pour chaque q Q que HQ = He 1 He 2 He 3 He 4 He He 9 He 10 He 11, [q]e = 1 r[qr] = 1 q 1 r[q] = q 1 e r Q et il suit facilement que e e i = e i e = 0, pour i = 1, 2, 3, 4, 9, 10, 11, e 2 = e et HQ e = He. Aussi par un calcul direct q Q e 9 = ie [i]; e 10 = je [j]; e 11 = ke [k]; e [ 1] = e. Les HQ-modules He, He 9, He 10 et He 11 sont isomorphes (par exemple: He 9 He : he 9 = hie [i] hie ). Donc on a cinq HQ-modules simples à isomorphisme près, chacun de dimension 1 sur H. Soit V 5 := H le HQ-module à gauche défini par q Q h q [q] h := q Q h q h q 1 (h q, h H). Alors e 1 = 1, e 9 i = ie [i] i = ie i(i) 1 = ie 1 = i, e 10 j = j, e 11 k = k. HQe V 5 : re r 1, R = End HQ (V 5 ) et End R (V 5 ) est de dimension 16 sur R, isomorphe à HQ e 5. 25

2 26 5. Le théorème de Wedderburn Dans cette section on montre que si G k alors l anneau de groupe kg est isomorphe comme anneau à un produit d anneaux de la forme End H (V ), où V est un espace vectoriel sur un corps gauche H. Premièrement nous allons étudier un peu ces anneaux d endomorphismes Anneaux d endomorphismes d un espace vectoriel. Fixons un corps gauche H et un espace vectoriel V sur H de dimension n. Fixons aussi une base e 1,..., e n de V. L ensemble End H (V ) des endomorphismes H-linéaires de V est un anneau, avec la composition comme multiplication. Si c C(H) (le centre de H), et η End H (V ) alors cη, définie par cη(v) = c η(v) = η(c v), est aussi dans End H (V ), et donc End H (V ) est d une façon naturelle un espace vectoriel sur le corps C(H). Pour un h H nous définissons h η par n n (h η)( h i e i ) := η( h i he i ) = n h i hη(e i ). Cette définition dépend fortement du choix de base, mais pour c C(H) on a cη = c η. On voit que h η End H (V ), h 1 h 2 η = (h 1 h 2 ) η, h (η 1 + η 2 ) = h (η 1 ) + h (η 2 ), 1 H η = η, pour h, h 1, h 2 H et η, η 1, η 2 End H (V ). Ainsi End H (V ) est un espace vectoriel sur H. Considérons pour chaque 1 i n, 1 j n l endomorphisme explicite E ij End H (V ) défini par E ij ( r h r e r ) := h j e i. Pour η End H (V ) définissons la matrice de scalaires [η] ij H par η(e j ) = n [η] ij e i. Lemme 5.1. (i) Les E ij, 1 i n, 1 j n, forment une base pour End H (V ) comme espace vectoriel sur H. En particulier η = ij [η] ij E ij. (ii) Pour h, h H on a (h E ij )(h (h h) E is si j = r, E rs ) = 0 sinon. (iii) 1 = E 11 + E E nn est l identité de End H (V ) et (h 1)(h 1) = (h h) 1, alors l application H End H (V ) : h h 1 est un anti-homomorphisme d anneau.

3 27 Preuve. (i) On comparant pour v = j h je j les deux calculs η(v) = j h j η(e j ) = i,j h j [η] ij e i et ij [η] ij E ij (v) = ij E ij ( r h r [η] ij e r ) = ij h j [η] ij e i on obtient η = ij [η] ij E ij. Si ij h ij E ij = 0, alors pour chaque r 0 = ij h ij E ij (e r ) = ij E ij (h ij e r ) = i h ir e i, donc h ir = 0 pour chaque i et r. Donc les E ij font une base sur H. (ii) et (iii) suivent des calculs directs. On utilise le lemme dans la preuve de la proposition suivante. Proposition 5.1. Soit H un corps gauche et V un H-espace vectoriel de dimension 1 n <. (i) Le centre de End H (V ) est isomorphe au centre de H C (End H (V )) = {c 1 V ; c C(H)}. (ii) End H (V ) est un anneau simple, c.-à-d., l anneau n a pas d idéal non-trivial. (iii) V est le seul End H (V )-module à gauche simple, à isomorphisme près. Preuve. (i) Soit η End H (V ) dans le centre. Alors pour chaque r on a E rr η = ηe rr et E 1r η = ηe 1r et donc par le lemme [η] rj E rj = [η] ir E ir, [η] rj E 1j = [η] i1 E ir, j i j i et donc [eta] ij = 0 si i j et [η] jj = [η] 11, donc η = h (E E nn = h 1, pour h H. On a aussi η(h 1) = (h 1)η, donc hh = h h pour chaque h H, et donc h est dans le centre de H. Par contre si η = c 1, alors pour chaque endomorphism η et v V on a (ηη )(v) = (c 1)(η )(v) = (c1)(η (v)) = η (cv) = η η(v), et donc η est dans le centre. (ii) Soit I un idéal non-zéro de A et η I un élément non-zéro. Alors il existe un coefficient [η] ij 0. I est un idéal, alors E ri ηe jr = [η] ij E rr = [η] ij 1 I, r r et aussi Alors I = End H (V ). Donc End H (V ) est simple. 1 = ([η] 1 ij ) 1)[η] ij 1 I.

4 2 (iii) Premièrement on montre que V est simple. Soit 0 U V un sous-module, et u = i h ie i U un élément non-zéro, disons h i 0. Alors (h 1 i ) E 1i (u) = e 1 U. Alors aussi j h j E j1 (e 1 ) = j h je j U, donc U = V. Soit J l annulateur J de e 1 V dans End H (V ). Alors l application η η(e 1 ) de End H (V ) dans V implique un isomorphisme de End H (V )-modules à gauche End H (V )/J V. Posons E = E 11 et E = E 22 + E E nn. Donc E 2 = E, (E ) 2 = E, EE = E E = 0, E + E = 1. Soit η(e 1 ) = 0, alors η est dans 0 = η(e 1 ) = ij [η] ij E ij (e 1 ) = ij E ij ([η] ij e 1 ) = i [η] i1 e i, donc [η] i1 = 0 pour chaque i. On a ηe = i 1,j>1 [η] ij E ij E rr = r>1 i 1,j>1 [η] ij E ij = η. Soit M maintenant un End H (V )-module à gauche simple, en particulier M 0. On a que End H (V )EM M est un sous module, donc EM = 0 ou End H (V )EM = M, par la simplicité de M. Supposons que EM = 0. Alors pour chaque i, j on a E ij M = E i1 EE 1j M = 0, alors M = 1M = ( i E ii )M = i E ii M = 0. Une contradiction, donc il existe un m M, tel que m := Em 0. Alors Em = E 2 m = Em = m et m = 1m = (E + E )m = Em + E m = m + E m, donc E m = 0. Soit η J, alors η = ηe et donc ηm = ηe m = 0 et J est contenu dans l annulateur de m M dans End H V. Par le théorème fondamental des homomorphismes, l homomorphisme de modules End H (V ) M : η η(m) induit un homomorphisme non-zero V End H (V )/J M. V et M étant simple, il suit que V et M sont isomorphes, par les mêmes arguments comme dans le lemme de Schur.

5 5.2. Wedderburn. Soit G un groupe fini et G k, où k est un corps gauche. Le centre de k est noté C. Nous savons maintenant qu il existe un nombre fini s de classes d isomorphisme de kg-modules simples. Soient V 1,..., V s ces kg-modules simples (à isomorphisme près). À chaque V i il y a une représentation associée ρ i : G GL(V i ) et par extension un homomorphisme d anneau ρ i : kg End V i. Par le lemme de Schur H i := End kg (V i ) est un corps gauche contenant C. On peut considérer V i alternativement comme kg-module, et comme espace vectoriel sur le corps gauche H i. Si r kg, h H i et v V i, alors par la définition de H i on a h(rv) = rh(v) = ρ i (r)(h(v)), donc ρ i (r) End Hi V i. Donc on obtient même un homomorphisme d anneau 29 ρ i : kg End Hi (V i ) : g a g [g] g a g ρ i (g). Le théorème de Wedderburn implique que c est un épimorphisme, donc chaque H i -endomorphisme de V i est de la forme g a gρ i (g), où les a g k. On montre même plus. Théorème 5.1 (Wedderburn). On suppose G k, k un corps gauche, et soient V 1,..., V s les kg-modules simples (à isomorphisme près). On supposera que la dimension de k comme un espace vectoriel sur son centre est de dimension finie. L application (ρ 1, ρ 2,..., ρ s ) : kg End H1 (V 1 ) End H2 (V 2 )... End Hs (V s ) est un isomorphisme d anneau. En particulier, kg est la somme directe d un certain nombre d algèbres de matrices sur des corps gauches variables, chacun simple. Preuve. Nous allons montrer que les deux côtés ont la même dimension comme espaces vectoriels sur le centre C de k. Dans lemme 5.1 on a montré que End Hi (V i ) est un espace vectoriel sur H i de dimension (dim Hi V i ) 2, et comme C-espace la dimension est (dim Hi V i ) 2 dim C H i = (dim C V i ) 2 dim C H i. Par th. 4.4 les dimensions des deux C-espaces de l homomorphisme (ρ 1, ρ 2,..., ρ s ) sont égales! Pour montrer le théorème de Wedderburn il suffit donc de montrer que l application est injective. Soit r kg dans le noyau de (ρ 1, ρ 2,..., ρ s ), donc r est dans le noyau de chaque ρ i. Alors r agit trivialement dans chaque kg-module simple, donc par le théorème de Maschke r agit trivialement dans chaque kg-module. En particulier, r agit trivialement sur kg, donc r [1 G ] = 0. Mais r [1 G ] = r, donc r = 0 et le noyau est trivial et l application est injective. Ce théorème dit qu on peut voir l anneau kg d une autre manière totalement différente. Certains propriétés de kg on voit plus facilement si on utilise l isomorphisme de Wedderburn. L anneau End Hi (V i ) est unitaire avec unité E i = 1 Vi. Le système d éléments E 1,..., E s jouent un rôle important dans l anneau à droite, disons A, dans l isomorphisme de Wedderburn. Les propriétés sont E 2 i = E i ; E i E j = 0(i j); 1 = E E s ;

6 30 les E i sont dans le centre de A; chaque idéal de A est engendré par un unique E J := j J E j, J {1, 2,..., s}, en particulier A contient 2 s idéaux; chaque sous-anneau AE i est simple; pour chaque A-module à gauche M on a une décomposition M = E 1 M E 2 M... E s M comme A-modules; les V i sont les seuls A-modules simples; E i V j = 0 si i j; E i agit comme l identité sur V i ; chaque élément du centre de A s écrit uniquement comme s c ie i, où c i C(H i ). Toutes ces propriétés sont facile à montrer en utilisant prop.5.1. Par l isomorphisme du théorème de Wedderburn il existe un système d éléments e 1,..., e s dans kg ayant exactement les mêmes propri tés! Tous ces éléments sont dans le centre de kg. On va d abord considérer le centre de l anneau kg Classes de conjugaison et centre de kg. Il y a une description directe du centre de l anneau kg, si G est fini. Soit C G une classe de conjugaison, donc C = {gxg 1 ; g G}, où x C quelconque. On définit sa fonction caractéristique δ C (ou [C]) par { 1 si x C δ C (x) = 0 sinon. ou [C] := x C[x] kg. En particulier, si c C(G) (=le centre du groupe), alors C = {c} est une classe de conjugaison. On verra que les [C] s donnent une base du centre de kg comme espace vectoriel sur le centre C(k) de k. Si on considère kg comme un ensemble de fonctions sur G avec la convolution comme produit, alors le centre de kg s identifie à la collection des fonctions centrales {f : G k; x, g G : f(xg) = f(gx), f(g) C(k)}. Par exemple, si ρ : G GL(V ) est une représentation de dimension finie sur un corps k, la fonction χ : G k : χ(g) := tr(ρ(g)) est une fonction centrale, dite le caractère de V. Proposition 5.2. Soit G un groupe fini, et k un corps gauche avec centre C(k). (i) Si C est une classe de conjugaison, alors [C] est dans le centre de kg. (ii) Si C 1,..., C c sont les classes de conjugaison de G, alors {[C 1 ], [C 2 ],..., [C c ]} est une C(k)- base du centre de kg. Preuve. Pour chaque g G on a [g][c] = x C [gx] = x C[gxg 1 ][g] = [C][g], donc [C] commute avec les éléments de base de kg, et commute même avec tous les éléments de kg; ou [C] est dans le centre de kg. Si C i C j, alors C i et C j sont disjoints. Donc [C i ] et [C j ] utilisent autres vecteurs de base [g]. Il suit que les [C i ] sont linéairement indépendants sur k.

7 31 Soit c = x G a x[x] dans le centre de kg, donc pour chaque g G on a c = [g 1 ]c[g] = x G a x [g 1 xg] = x G a gxg 1[x]. Donc les coefficients a x = a gxg 1 sont constants sur chaque classe de conjugaison. Posons a i := a x, pour un x C i. Alors c = c a i[c i ] et c commute aussi avec les scalaires, donc les coefficients a i sont dans le centree C(k), et donc les C i font une base du centre de kg comme C(k)-espace vectoriel. Si G k le théorème de Wedderburn donne une autre description du centre de kg Autre description du centre de kg. Si V i est un kg-module simple et c C(kG), alors l application linéaire µ i,c : V i V i : w cw commute avec l opération de G, donc est par définition un élément du corps gauche H i. montrons que µ i,c est même dans le centre de H i, alors Et aussi que est un isomorphisme d anneaux. µ i : C(kG) C(H i ) : c µ i,c. (µ 1,..., µ s ) : C(kG) C(H 1 ) C(H 2 )... C(H s ) Nous Corollaire 5.1. Même hypothèses comme dans le théorème de Wedderburn, en particulier G k et dim C(k) k <. L application (µ 1,..., µ s ) : C(kG) C(H 1 ) C(H 2 )... C(H s ) est un isomorphisme d anneau. Donc si c est le nombre de classes de conjugaison de G, et s le nombre de kg-modules simples on a s c = dim C(k) C(kG) = dim C(k) C(H i ) s. En particulier, le nombre des kg-modules simples (à isomorphisme près) est égal au nombre de classes de conjugaison dans G si et seulement si C(H i ) = C(k) pour chaque i. Preuve du corollaire. Par le théorème de Wedderburn on obtient un isomorphisme d anneau : (ρ 1, ρ 2,..., ρ c ) : kg End H1 (V 1 ) End H2 (V 2 )... End Hs (V s ). Par restriction on obtient un isomorphisme entre les centres. Par la prop 5.1, le centre de End Hi V i est C(H i )1 Vi.

8 42 Département de mathématiques et de statistique, Université de Montréal, C.P. 612, succursale Centre-ville, Montréal (Québec), Canada H3C 3J7 address:

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation «Sur C, tout est connexe!» www.h-k.fr/publications/objectif-agregation L idée de cette note est de montrer que, contrairement à ce qui se passe sur R, «sur C, tout est connexe». Cet abus de langage se

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

Le produit semi-direct

Le produit semi-direct Le produit semi-direct Préparation à l agrégation de mathématiques Université de Nice - Sophia Antipolis Antoine Ducros Octobre 2007 Ce texte est consacré, comme son titre l indique, au produit semi-direct.

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Mathématiques autour de la cryptographie.

Mathématiques autour de la cryptographie. Mathématiques autour de la cryptographie. Index Codage par division Codage série Code cyclique Code dual Code linéaire Corps de Galois Elément primitif m séquence Matrice génératrice Matrice de contrôle

Plus en détail

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5.

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. DÉVELOPPEMENT 32 A 5 EST LE SEUL GROUPE SIMPLE D ORDRE 60 Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. Démonstration. On considère un groupe G d ordre 60 = 2 2 3 5 et

Plus en détail

Résumé du cours d algèbre 1, 2013-2014. Sandra Rozensztajn. UMPA, ENS de Lyon, sandra.rozensztajn@ens-lyon.fr

Résumé du cours d algèbre 1, 2013-2014. Sandra Rozensztajn. UMPA, ENS de Lyon, sandra.rozensztajn@ens-lyon.fr Résumé du cours d algèbre 1, 2013-2014 Sandra Rozensztajn UMPA, ENS de Lyon, sandra.rozensztajn@ens-lyon.fr CHAPITRE 0 Relations d équivalence et classes d équivalence 1. Relation d équivalence Définition

Plus en détail

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Université Lille 1 Algèbre 2010/11 M51.MIMP Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Exercice 1 Soient G, G deux groupes et f un homomorphisme de G dans G. Montrer que si A G, alors f( A )

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Espaces vectoriels. Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires. 2MA01-Licence de Mathématiques

Espaces vectoriels. Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires. 2MA01-Licence de Mathématiques Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires 2MA01-Licence de Mathématiques Espaces vectoriels Exercice 1 Soit E un espace vectoriel. Pour x, y E et λ, µ K, montrer

Plus en détail

X. PRODUIT TENSORIEL ET APPLICATIONS, LOCALISATION SÉANCE ADDITIONNELLE DU 4 DÉCEMBRE (HORS DU PROGRAMME DE L EXAMEN)

X. PRODUIT TENSORIEL ET APPLICATIONS, LOCALISATION SÉANCE ADDITIONNELLE DU 4 DÉCEMBRE (HORS DU PROGRAMME DE L EXAMEN) X. PRODUIT TENSORIEL ET APPLICATIONS, LOCALISATION SÉANCE ADDITIONNELLE DU 4 DÉCEMBRE (HORS DU PROGRAMME DE L EXAMEN) 23. Produit tensoriel (17) Soit A un anneau commutatif et soient M, N deux A-modules.

Plus en détail

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q 1 Codes linéaires Un code de longueur n est une partie de F n q. Un code linéaire C de longueur n sur le corps ni F q est un sous-espace vectoriel de F n q. Par défaut, un code sera supposé linéaire. La

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

Devoir à la maison : correction

Devoir à la maison : correction Calcul différentiel 2 Sous-variétés : bilan Devoir à la maison : correction Exercice 1. Un exemple de sous-variété : les structures complexes Soit E un R-espace vectoriel. Montrer que la donnée d une structure

Plus en détail

Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe

Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe des n n groupes quantiques compacts qui ont la théorie

Plus en détail

Programmation linéaire

Programmation linéaire 1 Programmation linéaire 1. Le problème, un exemple. 2. Le cas b = 0 3. Théorème de dualité 4. L algorithme du simplexe 5. Problèmes équivalents 6. Complexité de l Algorithme 2 Position du problème Soit

Plus en détail

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels.

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay Exo7 Sujets de l année 28-29 1 Partiel Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. On suppose a + c = b + d = 1 et a b 1. ( ) a b c d 1. Soient (x 1,x

Plus en détail

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé X-ENS PSI - 009 Un corrigé Première partie.. Des calculs élémentaires donnent χ A(α) = χ B(α) = X X + et χ A(α)+B(α) = X X + 4α + 4 On en déduit que Sp(A(α)) = Sp(B(α)) = {j, j } où j = e iπ 3 Sp(A(α)

Plus en détail

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures Chapitre 2 Anneaux, algèbres 2.1 Structures Un anneau est un ensemble A muni de deux opérations internes + et et d éléments 0 A et 1 A qui vérifient : associativité de l addition : commutativité de l addition

Plus en détail

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions Formes quadratiques Imen BHOURI 1 Ce cours s adresse aux étudiants de niveau deuxième année de Licence et à ceux qui préparent le capes. Il combine d une façon indissociable l étude des concepts bilinéaires

Plus en détail

Théorie et codage de l information

Théorie et codage de l information Théorie et codage de l information Les codes de Hamming et les codes cycliques - Chapitre 6 (suite et fin)- Les codes de Hamming Principe La distance minimale d un code linéaire L est le plus petit nombre

Plus en détail

Rapport de TER Transformation de la matrice génératrice d un code quasi-cyclique. NARDEAU Nicolas, BENMOUSSA Wafa 2006-2007

Rapport de TER Transformation de la matrice génératrice d un code quasi-cyclique. NARDEAU Nicolas, BENMOUSSA Wafa 2006-2007 Rapport de TER Transformation de la matrice génératrice d un code quasi-cyclique NARDEAU Nicolas, BENMOUSSA Wafa 2006-2007 1 Table des matières 1 Codes Correcteurs 3 1.1 Préliminaires..................................

Plus en détail

La filtration de Krull de la catégorie U et la cohomologie des espaces

La filtration de Krull de la catégorie U et la cohomologie des espaces ISSN 1472-2739 (on-line) 1472-2747 (printed) 519 Algebraic & Geometric Topology Volume 1 (2001) 519 548 Published: 5 Octoberber 2001 ATG La filtration de Krull de la catégorie U et la cohomologie des espaces

Plus en détail

Groupes symétriques et alternés

Groupes symétriques et alternés Groupes symétriques et alternés Table des matières 1 Groupe S n 2 2 Cycles 4 2.1 Dénition.................................. 4 2.2 Décomposition d'une permutation..................... 5 3 Classes de conjugaison

Plus en détail

Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique

Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique Année 2008/2009 1 Décomposition QR On rappelle que la multiplication avec une matrice unitaire Q C n n (c est-à-dire Q 1 = Q = Q T ) ne change

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Chapitre 7. Statistique des échantillons gaussiens. 7.1 Projection de vecteurs gaussiens

Chapitre 7. Statistique des échantillons gaussiens. 7.1 Projection de vecteurs gaussiens Chapitre 7 Statistique des échantillons gaussiens Le théorème central limite met en évidence le rôle majeur tenu par la loi gaussienne en modélisation stochastique. De ce fait, les modèles statistiques

Plus en détail

Les relations de Plücker

Les relations de Plücker Université Claude Bernard LYON 1 Préparation à l'agrégation de Mathématiques Les relations de Plücker Michel CRETIN On montre que l'ensemble des sous-espaces vectoriels de dimension r de K n est la sous-variété

Plus en détail

P (X) = (X a) 2 T (X)

P (X) = (X a) 2 T (X) Université Bordeaux I - année 00-0 MHT0 Structures Algébriques Correction du devoir maison Exercice. Soit P (X) Q[X]\Q.. Soit D(X) := pgcd(p (X), P (X)). a) Montrer que si deg D alors il existe α C tel

Plus en détail

VI. COMPLÉMENTS SUR LES MODULES, THÉORÈME CHINOIS, FACTEURS INVARIANTS SÉANCES DU 15, 16 ET 22 OCTOBRE

VI. COMPLÉMENTS SUR LES MODULES, THÉORÈME CHINOIS, FACTEURS INVARIANTS SÉANCES DU 15, 16 ET 22 OCTOBRE VI. COMPLÉMENTS SUR LES MODULES, THÉORÈME CHINOIS, FACTEURS INVARIANTS SÉANCES DU 15, 16 ET 22 OCTOBRE 12. Compléments sur les modules 12.1. Théorème de Zorn et conséquences. Soient A un anneau commutatif

Plus en détail

Eléments de théorie des corps finis.

Eléments de théorie des corps finis. Université de Rouen Agrégation de mathématiques 2005-2006 Eléments de théorie des corps finis. Application : les codes correcteurs. Nicolas Bruyère Table des matières I Les corps finis 1 1 Corps finis

Plus en détail

Formules d inclusion-exclusion

Formules d inclusion-exclusion Université de Rouen L1 M.I.EEA 2011 2012 Mathématiques discrètes Formules d inclusion-exclusion Je présente ici une correction détaillée de l Exercice 5 de la Feuille d exercices 1, en reprenant le problème

Plus en détail

Cours de mathématiques - Alternance Gea

Cours de mathématiques - Alternance Gea Cours de mathématiques - Alternance Gea Anne Fredet 11 décembre 005 1 Calcul matriciel Une matrice n m est un tableau de nombres à n lignes( et m colonnes. 1 0 Par exemple, avec n = et m =, on peut considérer

Plus en détail

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercice 1 On considére le sous-espace vectoriel F de R formé des solutions du système suivant : x1 x 2 x 3 + 2x = 0 E 1 x 1 + 2x 2 + x 3

Plus en détail

2 Opérateurs non bornés dans un espace de Hilbert

2 Opérateurs non bornés dans un espace de Hilbert 2 Opérateurs non bornés dans un espace de Hilbert 2. Opérateurs non bornés: définitions et propriétés élémentaires Soit H un espace de Hilbert et A un opérateur dans H, c est-à-dire, une application linéaire

Plus en détail

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Recherche opérationnelle Les démonstrations et les exemples seront traités en cours Souad EL Bernoussi Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Table des matières 1 Programmation

Plus en détail

GEL-7064 : Théorie et pratique des codes correcteurs Codes cycliques Notes de cours

GEL-7064 : Théorie et pratique des codes correcteurs Codes cycliques Notes de cours linéaires GEL-7064 : Théorie et pratique des codes correcteurs Notes de cours Département de génie électrique et de génie informatique Université Laval jean-yves.chouinard@gel.ulaval.ca 12 février 2013

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Jean-Pierre Serre EXPOSÉS DE SÉMINAIRES (1950 1999) DOCUMENTS MATHÉMATIQUES 1

Jean-Pierre Serre EXPOSÉS DE SÉMINAIRES (1950 1999) DOCUMENTS MATHÉMATIQUES 1 Jean-Pierre Serre EXPOSÉS DE SÉMINAIRES (1950 1999) DEUXIÈME ÉDITION, AUGMENTÉE DOCUMENTS MATHÉMATIQUES 1 Société Mathématique de France 2008 EXPOSÉS DE SÉMINAIRES (1950 1999) DEUXIÈME ÉDITION, AUGMENTÉE

Plus en détail

Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits.

Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits. Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits 1 La qualité de la rédaction est un facteur important dans l appréciation

Plus en détail

Un K-espace vectoriel est un ensemble non vide E muni : d une loi de composition interne, c est-à-dire d une application de E E dans E : E E E

Un K-espace vectoriel est un ensemble non vide E muni : d une loi de composition interne, c est-à-dire d une application de E E dans E : E E E Exo7 Espaces vectoriels Vidéo partie 1. Espace vectoriel (début Vidéo partie 2. Espace vectoriel (fin Vidéo partie 3. Sous-espace vectoriel (début Vidéo partie 4. Sous-espace vectoriel (milieu Vidéo partie

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques DEUG MIAS premier niveau Cours de mathématiques année 2003/2004 Guillaume Legendre (version révisée du 3 avril 2015) Table des matières 1 Éléments de logique 1 1.1 Assertions...............................................

Plus en détail

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la Programmation Linéaire. 5 . Introduction Un programme linéaire s'écrit sous la forme suivante. MinZ(ou maxw) =

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau Théorie spectrale Stéphane Maingot & David Manceau 2 Théorie spectrale 3 Table des matières Introduction 5 1 Spectre d un opérateur 7 1.1 Inversibilité d un opérateur........................... 7 1.2 Définitions

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La licence Mathématiques et Economie-MASS de l Université des Sciences Sociales de Toulouse propose sur les trois

Plus en détail

Master de mathématiques Analyse numérique matricielle

Master de mathématiques Analyse numérique matricielle Master de mathématiques Analyse numérique matricielle 2009 2010 CHAPITRE 1 Méthodes itératives de résolution de systèmes linéaires On veut résoudre un système linéaire Ax = b, où A est une matrice inversible

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 mat231-exo-03.tex (29 septembre 2008) Feuille d exercices n o 3 Exercice 3.1 Soit K un corps commutatif et soit {P 0, P 1,... P n } une famille de polynômes de

Plus en détail

Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE

Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE 2012 2013 Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE 2012 2013 Olivier Debarre TABLE DES MATIÈRES I. Extensions de corps......................................................................

Plus en détail

Introduction à la théorie des codes

Introduction à la théorie des codes Introduction à la théorie des codes André Leroy Ces notes doivent servir aux étudiants comme support et ne remplacent pas le cours Section 1 Introduction Section 2 Théorie de l information Section 3 Distance

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010 N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES 1 Les énoncés La plupart des phrases que l on rencontre dans un livre

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Programmation linéaire et Optimisation. Didier Smets

Programmation linéaire et Optimisation. Didier Smets Programmation linéaire et Optimisation Didier Smets Chapitre 1 Un problème d optimisation linéaire en dimension 2 On considère le cas d un fabricant d automobiles qui propose deux modèles à la vente, des

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

La notion de dualité

La notion de dualité La notion de dualité Dual d un PL sous forme standard Un programme linéaire est caractérisé par le tableau simplexe [ ] A b. c Par définition, le problème dual est obtenu en transposant ce tableau. [ A

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

Introduction à l algèbre pour les Codes cycliques

Introduction à l algèbre pour les Codes cycliques Introduction à l algèbre pour les Codes cycliques A. Bonnecaze 2006-2007 Contents 1 Notes sur ce support de cours 2 2 Rappels algébriques 3 2.1 Groupes................................................ 3

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

Le lemme d Ornstein Weiss d après Gromov

Le lemme d Ornstein Weiss d après Gromov Recent Progress in Dynamics MSRI Publications Volume 54, 2007 Le lemme d Ornstein Weiss d après Gromov FABRICE KRIEGER Dédié à Anatole Katok pour son 60 ème anniversaire RÉSUMÉ. Dans cette note on démontre

Plus en détail

Rapport sur l oral de mathématiques 2009

Rapport sur l oral de mathématiques 2009 Rapport sur l oral de mathématiques 2009 Oral spécifique E.N.S. Paris : Thomas Duquesne Oral commun Paris-Lyon-Cachan : Romain Abraham, Sorin Dumitrescu, Philippe Gille. 1 Remarques générales sur la session

Plus en détail

Capes 2002 - Première épreuve

Capes 2002 - Première épreuve Cette correction a été rédigée par Frédéric Bayart. Si vous avez des remarques à faire, ou pour signaler des erreurs, n hésitez pas à écrire à : mathweb@free.fr Mots-clés : équation fonctionnelle, série

Plus en détail

Théorie et codage de l information

Théorie et codage de l information Théorie et codage de l information Les codes linéaires - Chapitre 6 - Principe Définition d un code linéaire Soient p un nombre premier et s est un entier positif. Il existe un unique corps de taille q

Plus en détail

3. Conditionnement P (B)

3. Conditionnement P (B) Conditionnement 16 3. Conditionnement Dans cette section, nous allons rappeler un certain nombre de définitions et de propriétés liées au problème du conditionnement, c est à dire à la prise en compte

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

MAT 721: Algèbre non commutative. Chapitre I: Algèbres. 1.1 Définitions et exemples

MAT 721: Algèbre non commutative. Chapitre I: Algèbres. 1.1 Définitions et exemples MAT 721: Algèbre non commutative Chapitre I: Algèbres 1.1 Définitions et exemples Dans notre terminologie, un anneau R admet toujours un élément identité 1 R R-module à droite M est toujours unifère, c

Plus en détail

composition de mathématiques générales

composition de mathématiques générales AGRÉGATION DE MATHÉMATIQUES 1 Math Géné 1/10 composition de mathématiques générales Durde : 6 Avertissement : Les trois premières parties sont indépendantes. On y établit des résultats utilisés dans la

Plus en détail

1 Définition et premières propriétés des congruences

1 Définition et premières propriétés des congruences Université Paris 13, Institut Galilée Département de Mathématiques Licence 2ème année Informatique 2013-2014 Cours de Mathématiques pour l Informatique Des nombres aux structures Sylviane R. Schwer Leçon

Plus en détail

CHAPITRE IV. L axiome du choix

CHAPITRE IV. L axiome du choix CHAPITRE IV L axiome du choix Résumé. L axiome du choix AC affirme qu il est légitime de construire des objets mathématiques en répétant un nombre infini de fois l opération de choisir un élément dans

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

Plan du cours. Exemple: contrôle de parité dans TCP

Plan du cours. Exemple: contrôle de parité dans TCP Plan du cours Introduction : Notion de code éfinition, distance, effacements et erreurs Code de Hamming Codes détecteurs d erreur LFSR et polynômes. Corps de Galois. Codes CRC Propriétés. Applications

Plus en détail

1 Complément sur la projection du nuage des individus

1 Complément sur la projection du nuage des individus TP 0 : Analyse en composantes principales (II) Le but de ce TP est d approfondir nos connaissances concernant l analyse en composantes principales (ACP). Pour cela, on reprend les notations du précédent

Plus en détail

Simulation de variables aléatoires

Simulation de variables aléatoires Chapter 1 Simulation de variables aléatoires Références: [F] Fishman, A first course in Monte Carlo, chap 3. [B] Bouleau, Probabilités de l ingénieur, chap 4. [R] Rubinstein, Simulation and Monte Carlo

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Relation d ordre. Manipulation des relations d ordre. Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 Feuille d exercices

Relation d ordre. Manipulation des relations d ordre. Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 Feuille d exercices Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 MPSI 1 Feuille d exercices Manipulation des relations d ordre. Relation d ordre Exercice 1. Soit E un ensemble fixé contenant au moins deux éléments. On considère la relation

Plus en détail

RAPHAËL ROUQUIER. 1. Introduction

RAPHAËL ROUQUIER. 1. Introduction CATÉGORIES DÉRIVÉES ET GÉOMÉTRIE ALGÉBRIQUE Trois exposés à la semaine «Géométrie algébrique complexe» au CIRM, Luminy, décembre 2003 1. Introduction On étudie dans un premier temps les propriétés internes

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Opérateurs non-bornés

Opérateurs non-bornés Master Mathématiques Analyse spectrale Chapitre 4. Opérateurs non-bornés 1 Domaine, graphe et fermeture Soit H un espace de Hilbert. On rappelle que H H est l espace de Hilbert H H muni du produit scalaire

Plus en détail

Chapitre VI - Méthodes de factorisation

Chapitre VI - Méthodes de factorisation Université Pierre et Marie Curie Cours de cryptographie MM067-2012/13 Alain Kraus Chapitre VI - Méthodes de factorisation Le problème de la factorisation des grands entiers est a priori très difficile.

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10.

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. A1 Trouvez l entier positif n qui satisfait l équation suivante: Solution 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. En additionnant les termes du côté gauche de l équation en les mettant sur le même dénominateur

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Mathématiques appliquées à l informatique

Mathématiques appliquées à l informatique Mathématiques appliquées à l informatique Jean-Etienne Poirrier 15 décembre 2005 Table des matières 1 Matrices 3 1.1 Définition......................................... 3 1.2 Les différents types de matrices.............................

Plus en détail

CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE. EQUATIONS DIFFERENTIELLES.

CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE. EQUATIONS DIFFERENTIELLES. CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE EQUATIONS DIFFERENTIELLES Le but de ce chapitre est la résolution des deux types de systèmes différentiels linéaires

Plus en détail

Moments des variables aléatoires réelles

Moments des variables aléatoires réelles Chapter 6 Moments des variables aléatoires réelles Sommaire 6.1 Espérance des variables aléatoires réelles................................ 46 6.1.1 Définition et calcul........................................

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites Suites numériques 4 1 Autres recettes pour calculer les limites La propriété suivante permet de calculer certaines limites comme on verra dans les exemples qui suivent. Propriété 1. Si u n l et fx) est

Plus en détail