Peut-on dresser un profil psychologique de l obésité? Etude clinique de la. violence dans la dynamique psychique de personnes obèses.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Peut-on dresser un profil psychologique de l obésité? Etude clinique de la. violence dans la dynamique psychique de personnes obèses."

Transcription

1 UFR de Psychologie «Département de Psychopathologie Clinique, de Psychologie de la Santé et de Neurosciences» Mémoire du Master 2 professionnel «Psychothérapies et Psychopathologies» Peut-on dresser un profil psychologique de l obésité? Etude clinique de la violence dans la dynamique psychique de personnes obèses. Soutenu le 16 juin 2011 par Adélaïde d Antin de Vaillac Mail : Note obtenue : 16/20 Directeur de mémoire : M. Pirlot Membre assesseur : Mme Callahan

2 Remerciements Ma reconnaissance va tout d abord à Magalie Oustrain, psychologue clinicienne au CHU de Rangueil, tutrice du stage effectué cette année. Ses conseils judicieux et son suivi attentionné furent prodiguées avec une générosité gratuite, et ont été d un grand soutien pour l élaboration de ce travail. Ma gratitude est aussi adressée à Mademoiselle Serrentino, psychologue également au CHU de Rangueil, avec qui les échanges cliniques ont enrichi ma réflexion. Je remercie aussi Monsieur Pirlot pour ses conseils avisés. La rareté de nos échanges n a pas empêché la précision et la grande pertinence de son éclairage clinique et théorique, qui m a ouvert de bonnes pistes pour avancer dans mon travail. Enfin, je tiens à remercier Madame Callahan, pour avoir accepté d être membre assesseur lors de la soutenance. Sa bienveillance et sa disponibilité ont été remarquables. 1

3 Sommaire Introduction I. Revue théorique sur la polyvalence de l obésité Définition de l obésité Obésité et société Spécificités cliniques de l obésité La question du traumatisme Obésité et psychopathologie Dépression Addictions et Troubles du Comportement Alimentaire Etats-limite : la clinique du vide Diversité des prises en charge de l obésité La chirurgie bariatrique Les psychothérapies..15 II. Méthodologie de la recherche et cas cliniques Méthodologie Problématique Hypothèses et indicateurs Opérationnalisation de la recherche Cadre de la recherche Recueil des données..20 2

4 3. Entretiens, analyse et résultats Mme B Mme C M. D M. M..36 III. Discussion : clinique de l obésité et conséquences thérapeutiques Enjeux et dynamiques psychiques de l obésité Ré-évaluation du concept d obésité Violence et obésité Limites de notre recherche Conséquences thérapeutiques L outil chirurgical : fonctions et préparation La nécessaire adaptation des psychothérapies classiques Importance du contexte social...47 Conclusion Bibliographie Annexes 53 Grille d entretien..53 Formulaire de consentement 54 Projet de publication.55 3

5 Introduction L obésité semble être un trouble énigmatique. N ayant pas de place propre au sein des nosographies psychiatriques, sa seule définition concerne en fait ses manifestations physiques. Quelle est donc la spécificité psychique de l obésité? Y a-t-il un point commun, une dynamique partagée chez les personnes obèses? C est ce que nous avons tenté d explorer dans ce travail, afin de tenter de comprendre pourquoi et comment devient-on obèse. Nous ne parlerons pas de certaines obésités constitutionnelles ou génétiques car ces obésités ont un déterminant trop médical qui dépasse nos compétences. Nos investigations cliniques nous ont amenée à un constat : l obésité est polyvalente, et sa ressemblance avec d autres entités psychopathologiques est troublante car elle interroge sur la spécificité de l obésité. Une revue de la littérature internationale sur le sujet de l obésité va permettre d envisager les liens de celle-ci avec divers fonctionnements psychologiques : dépression, états-limite, addictions, troubles du comportement alimentaire, troubles psychosomatiques. Beaucoup des traits saillants de ces troubles se retrouvent dans l obésité ; des relations anaclitiques de l état-limite (Bergeret), à la basse estime de soi de la dépression. Devant tant de ponts psychopathologiques, notre hypothèse de départ sera ré-examinée. Celle-ci établissait qu une certaine ligne psychologique commune pouvait décrire les trajectoires des personnes obèses. Mais les ressources théoriques sur l obésité paraissent démontrer sa grande diversité clinique. Face à toutes les fonctions assumées par l obésité, nous avons tenté de dégager un axiome principal, afin de mieux comprendre la trajectoire des personnes obèses. L hypothèse secondaire concernait ainsi la violence vécue par ces personnes. Nous allons explorer ce lien entre violence et obésité dans plusieurs publications, pour l étudier précisément. Nous avons 4

6 mené quatre entretiens de recherche, auprès de quatre patients obèses candidats à une opération de chirurgie bariatrique, afin d en savoir plus sur la constitution de leur obésité. Ces rencontres ont eu lieu en service de chirurgie digestive à l hôpital de Rangueil, autour d entretiens semi-directifs. Le fil de notre recherche concerne donc aussi la violence subie, et son influence sur une obésité développée après-coup. Tandis que nous comptions dégager un profil psychologique de l obésité, la réalité fort complexe vécue par les personnes rencontrées a mis notre projet en déroute. Modalités relationnelles, narcissisme, instances surmoïques, sexualisation, individuation : tout semble différent chez les personnes rencontrées. Il était tout de même important d interroger le rôle de la violence dans leur parcours, afin de comprendre aussi leur désir d intervention chirurgicale. Cependant, bien que nos hypothèses aient été invalidées, la richesse clinique rencontrée a permis une réflexion sur la prise en charge de l obésité. Celle-ci varie selon les obédiences théoriques, et il a paru important de les détailler pour examiner les leviers thérapeutiques que l on peut trouver dans la clinique de l obésité. La revue de ces moyens thérapeutiques nous a permis de questionner les prises en charges actuelles de l obésité, afin de dégager les points clés qui semblent nécessaires au suivi thérapeutique des personnes obèses. 5

7 I. Revue théorique sur la polyvalence de l obésité L obésité est une réalité devenue problème de santé publique en France, mais également sur toute la planète. Pourtant, si ses manifestations physiques sont bien visibles, le concept d obésité peut sembler flou et polyvalent, oscillant entre maladie somatique et problème alimentaire. C est pourquoi nous avons voulu éclaircir cette notion, en l abordant de la manière la plus globale possible. Une revue de l obésité dans le contexte social a semblé importante, car les facteurs sociaux sont fondamentaux pour aborder un problème sanitaire national et international. 1. Définition de l obésité 1.1. Obésité et société L obésité est un véritable problème de santé publique. L OMS la décrit comme une épidémie mondiale, et sa progression en France est indéniable. La dernière enquête nationale sur le sujet, datant de 2009, révèle une progression de l obésité sévère, la prévalence de celleci étant de 1,5% en 1997 à 3,9% en ,9% des français de plus de 18 ans sont en surpoids, et 14,5% sont obèses (IMC > 30kg/m²). L obésité serait le cinquième facteur de risque de mortalité selon l OMS 2. Ces chiffres attirent notre attention sur l ampleur du phénomène social incarné par l obésité. Mais l obésité est un concept assez flou. Elle se définie par un excès de masse grasse, ayant un impact néfaste sur la santé. L obésité est donc définie par sa manifestation, un Indice de Masse Corporelle (IMC) supérieur à 30kg/m². Cet IMC correspond au poids en kilos divisé par la taille en mètres au carré. C est un indicateur consensuel de l obésité, mais il calcule 1 5ème édition de l enquête nationale ObEpi, Inserm / TNS Healthcare(Kantarhealth) / Roche (2009). P

8 seulement la masse pondérale et non l adiposité des tissus, ce qui compte pourtant beaucoup dans l évaluation de l obésité. Il est intéressant de se pencher sur les facteurs sociaux liés à l obésité. Le rapport ObEpi 2009 relate une augmentation du poids chez toutes les catégories professionnelles, bien que cette augmentation se fasse à une vitesse différente 3. Ce rapport montre aussi le lien entre le niveau d instruction, dans le sens ou plus il est faible, plus l obésité augmente. Cette corrélation inversement proportionnelle concerne aussi les revenus des foyers. Enfin, l étude ObéEpi montre que depuis 50 ans, les Français deviennent obèses de plus en plus précocement. L OMS précise que si l obésité était jadis liée aux niveaux de développement nationaux, elle n est maintenant plus caractéristique des pays riches et près de 35 millions d enfants sont touchés par l obésité dans des pays en développement 4. La stigmatisation de l obésité est aussi un facteur aggravant le mal-être des personnes obèses. L apparence physique est souvent jugée révélatrice de la personnalité, et le corps d une personne obèse peut être perçu comme signe de léthargie, avidité, vénalité, richesse et égoïsme (Mankar et al., 2008). Cependant, la stigmatisation ne produit pas l obésité, bien qu elle semble être un facteur aggravant. Berdah (2008) précise que «la stigmatisation ne crée probablement pas le surpoids et l obésité, mais elle l aggrave et l entretient. 5» Ces perspectives sociales ont été exposées car on ne peut parler d un problème public comme l obésité sans examiner son aspect social, car le contexte détermine souvent certaines manifestations, et son étude permet de cerner de manière globale le sujet. Mais après avoir évoqué l obésité sous l angle social et médical, il convient de l appréhender sous l angle psychologique. 3 5ème édition de l enquête nationale ObEpi, Inserm / TNS Healthcare(Kantarhealth) / Roche (2009), p Berdah C. (2008) Obésité et psychiatrie. SYMPOSIUM CREGG - COMMISSION MOTRICITÉ DIGESTIVE ET NUTRITION Probiotiques, ballon gastrique et chirurgie bariatrique. Paris, 4 juillet 2008Acta Endoscopica Volume 38, Supplement 1, S49-S54. S50 7

9 1.2. Spécificités cliniques de l obésité Le premier champ auquel l obésité semble rattachée est celui du psychosomatique. L OMS explique que «la cause fondamentale de l obésité et du surpoids est un déséquilibre énergétique entre les calories consommées et dépensées. 6» Cependant, l excès de graisse tout comme le déséquilibre alimentaire ne disent rien sur ce qu est l obésité, mais renseignent seulement sur ses manifestations. Et les reprises de poids post-opératoires montrent bien que l obésité concerne plus que le seul poids. Par ailleurs, on peut lire dans l Abrégé de Psychologie pathologique que «pour pouvoir dire qu une maladie est psychosomatique, il faut faire ressortir l existence d un conflit 7». Or ce conflit est assez manifeste au premier abord : le fait de manger excessivement allié à une culpabilité consécutive imparable est un mélange d excès et de contrôle qui semble hautement conflictuel et douloureux pour la personne obèse. Par ailleurs, Sami-Ali a décrit la notion d impasse relationnelle, qui semble parlante pour certaines obésités. Leydenbach (2003) évoque l impasse relationnelle d une patiente, dont l issue thérapeutique sera permise par l esthétique, permettant une ouverture à autrui dont elle ne pouvait bénéficier auparavant. Lorsque les mots manquent, et que le lien à l Autre fait défaut, le corps devient messager pour dire ce dont le psychisme est muet. Mais si l obésité est vraiment une manifestation psychosomatique, cela signifie-t-il qu elle est assortie d une organisation psychique particulière? Les auteurs semblent partagés vis-à-vis d une psychopathologie spécifique de l obésité. Gohier et al. (2010) ne trouvent pas de profil psychopathologique spécifique à l obésité. Pourtant, certains éléments comme le repli social, la diminution de l estime de soi, ou le rejet du corps présents dans l obésité, peuvent conduire à une symptomatologie dépressive Bécache A. (1976), Malades psychosomatiques, in Abrégé de Psychologie pathologique. Bergeret J. (dir.) Paris : Masson. p

10 D autres auteurs évoquent des relations maternelles spécifiques dans l obésité. Dumet (2006), expose la difficulté d une de ses patientes de se séparer de l objet maternel, celui-ci n ayant pas été assez satisfaisant et donc insuffisamment intériorisé. Bréchon (2005) évoque deux cas d obésité, marqués de failles narcissiques importantes, conséquences d un défaut d enveloppe psychique protectrice. L issue thérapeutique pour l une des patientes consisterait dans le passage de l incorporation à l introjection, qui présupposerait la création de liens avec autrui. L obésité étant si liée à son objet qui est la nourriture, il peut sembler évident qu on se réfère alors au stade oral, décrit par Freud comme le premier stade de la genèse psychique. Ce stade définit la modalité relationnelle de l enfant avec l extérieur. Sur le modèle de l acte nutritif, on parlera d incorporation et d introjection, pour exprimer l assimilation psychique progressive des représentations parentales. L incorporation permettra l assimilation d un objet totalement bon, dans une indifférenciation entre le sujet et le monde extérieur, tandis que l introjection sera plutôt l intégration des représentations psychiques de l objet maternel. L introjection peut être définie comme le passage «sur un mode fantasmatique, du «dehors» au «dedans» des objets et des qualités inhérentes à ces objets» 8, assurant une sorte de permanence affective psychique. Enfin, Anzieu peut apporter un éclairage pertinent sur certaines fonctions du Moi-Peau qui pourraient être rapprochées de l obésité. Son principe de base est que «toute fonction psychique se développe par appui sur une fonction corporelle dont elle transpose le fonctionnement sur le plan mental 9». Le psychisme semble s appuyer sur une peau mentalisée, intériorisée. Le Moi se structure sur une projection psychique de la surface corporelle. Nous avons retenu deux fonctions du Moi-Peau, qui pourraient être touchées dans l obésité. La fonction contenante est manifestée par l idée d un sac enrobant, constitué au 8 Laplanche J., Pontalis J-B. (1967). Vocabulaire de la psychanalyse. Paris : PUF. 4 ème ed. : p Anzieu D. (1995) Le Moi-peau. Paris : Dunod. 2 ème ed. p

11 départ par les gestes, les sons échangés entre la mère et l enfant. Anzieu note aussi l importance du Ca pour la contenance, car celle-ci ne sera construite, éprouvée, que si des pulsions butent sur les limites, que si des poussées sont vécues. Lorsque la fonction contenante fait défaut, l angoisse de pulsions diffuses, non localisées et inconnues peut surgir. Ou encore, le Moi-Peau deviendra une passoire, de laquelle fuient les contenus psychiques ainsi que l agressivité, qui est pourtant nécessaire à l élaboration identitaire. Ceci peut être relié au ressenti de vide évoqué par plusieurs patients obèses, assorti d une impression de fuite des contenus psychiques, provoquée par les «trous» de l enveloppe psychique La question du traumatisme La fonction de pare-excitation du Moi-peau parait être centrale dans la question du traumatisme psychique, et indirectement dans l obésité. Anzieu dit que la «nécessité de surinvestir ainsi l enveloppe narcissique apparaît bien comme la contrepartie défensive d un fantasme de peau décharnée : face à un danger permanent d attaques externes/internes, il faut redorer le blason d un Moi-peau mal assuré dans ses fonctions de pare-excitation et de contenant psychique. 10» On pourrait penser que le surinvestissement narcissique évoqué se traduit corporellement chez les personnes obèses, à défaut de se faire psychiquement. Plusieurs études convergent sur la maltraitance comme élément disposant à l obésité. Greenfield et Marks (2009) ont remarqué que sur un échantillon de 1650 sujets, les personnes ayant subi des violences de la part de leurs parents sont plus enclines à devenir obèses, en utilisant la nourriture comme réponse au stress. Wildes et al. (2008), ont repéré que 66% des personnes obèses interrogées (N=230) disaient avoir vécu de la maltraitance infantile. 10 Ibid. p

12 Dunkley, Masheb et Grilo (2010), ont établi une corrélation entre l insatisfaction corporelle et l abus émotionnel et sexuel infantile chez les patients atteints de Binge Eating Disorders. Tous ces résultats n établissent pas de relation de causalité entre la maltraitance infantile et l obésité, mais elles dévoilent tout de même une forte corrélation entre ces deux variables. Berdah (2010) dit que Bruch différencie «l obésité de développement» (la mère répond systématiquement aux signaux de l enfant en lui donnant à manger), et l obésité réactionnelle par hyperphagie compensatrice, après un traumatisme. Par ailleurs, une étude italienne (Terracciano et al. 2009) établit une forte corrélation entre le surpoids et l impulsivité, ainsi qu à une faible capacité d organisation. Elle établit aussi la vulnérabilité comme prédicteur de l obésité. On peut ici faire le lien entre cette vulnérabilité et le passé de maltraitance chez les personnes obèses, évoqué dans les articles exposés précédemment. Enfin, Anzieu évoque la fonction de pare-excitation du Moi-Peau en relation avec la notion de traumatisme. Cette fonction permet la «lutte contre l angoisse d effraction 11» qui peut être vécue lors d un traumatisme. C est une sorte de filtre qui permet la régulation psychique, protection de l intégrité. Mais l effroi traumatique peut faire sauter ce système. La revue de tous ces mécanismes psychiques pose un cadre théorique qui permettra d analyser les cas cliniques étudiés. Il faut maintenant examiner l aspect psychopathologique de l obésité, nécessaire pour la saisir de la manière la plus précise possible. 11 Anzieu D. (1994) Le Penser : du Moi-peau au Moi-pensant. Dunod : Paris. p

13 2. Obésité et psychopathologie Plusieurs difficultés surgissent lorsque l on veut examiner l obésité sous l angle psychopathologique. En effet, l étude des ressources théoriques sur l obésité amène à penser que ce trouble entretient des liens très divers avec plusieurs entités psychopathologiques. Mais si c est vraiment le cas, et que l on retrouve dans l obésité des problématiques qui ne lui sont pas spécifiques, y a-t-il un point commun aux obésités? 2.1. Obésité et dépression De multiples travaux ont été conduits sur la présence de symptômes dépressifs chez les personnes obèses. Simon et al. (2008) ont montré une corrélation forte et constante entre la dépression et l obésité chez 4641 femmes d âge moyen. Or la dépression est elle-même fortement corrélée aux comportements à risques, et ceci sans distinction de poids (Verger, Dizière, Bocquier, Ventelou ; 2008). Une personne obèse aura tendance à manger cinq fois plus pendant un épisode dépressif qu une personnes de poids normal (Murphy et al. ; 2009). Pourtant, Murphy et al. n ont pas trouvé de lien entre l obésité et la dépression, si ce n est un symptôme dépressif commun : l absence d espoir. Enfin, Schneider et al. (2008) concluent qu un traitement de la dépression préalable à une thérapie pour l obésité, en améliore les bénéfices physiques et mentaux. Un autre élément semble établir une corrélation entre dépression et obésité. Faulconbridge et al. (2009) ont trouvé que la perte de poids permet de réduire les symptômes dépressifs, quel que soit le traitement ayant permis de perdre ce poids (sibutramine ou thérapie combinée). Par ailleurs, il semble que la corrélation entre dépression et obésité se retrouve sur un aspect neurologique commun, la faible sécrétion de dopamine, responsable de l anhédonie (Berdah, 2010). Mais ces éléments n établissent pas de réel 12

14 rapport de causalité entre obésité et dépression, ils manifestent seulement leur corrélation. Celle-ci semble d ailleurs complexe, puisque la dépression peut être cause mais aussi conséquence de l obésité, dont découleront différentes prises en charge ; il importera donc de déterminer si la dépression est primaire ou secondaire à l obésité Addictions et Troubles du Comportement Alimentaire (TCA) L obésité peut faire penser aux addictions. Celles-ci supposant l usage de substances nocives pour la santé, ainsi que le besoin d un produit à assouvir rapidement, on pourrait presque y inclure l obésité. Car l obésité implique en effet que l absorption de nourriture ait été abusive, et parfois certaines compulsions alimentaires en sont à l origine. On peut d ailleurs faire le lien entre obésité et TCA. Car certaines obésités ont été produites par de l hyperphagie, qui consiste à manger des quantités démesurées de nourriture. Mais les personnes obèses ne sont pas forcément hyperphages. Certes, quelques patients présentent des compulsions alimentaires, vivant des épisodes de craving comparables à ceux vécus dans l alcoolisme ou la toxicomanie, mais ce n est pas le cas dans toutes les obésités, même morbides. Wardle (2009), s est demandée si l obésité gagnerait à être considérée comme un TCA, et sa conclusion est que l obésité ne peut être réduite à un TCA bien que quelques aspects communs puissent être dégagés. Ainsi la représentation corporelle peut être troublée chez les personnes obèses, les empêchant de percevoir leur corps de manière juste et unifiée. Ce point est commun avec les TCA, dans lesquels le reflet du miroir présente une image du corps perçue de manière biaisée. 13

15 2.3. Obésité et états-limite L obésité a souvent été reliée aux personnalités limites. Celles-ci, possédant d importantes failles narcissiques provoquées par un abandon précoce, ainsi qu un sentiment d identité défaillant, peuvent effectivement faire penser au fonctionnement de certaines personnes obèses. Nous avons pensé que le point commun entre obésité et états limite pourrait être saisi sous le terme de «clinique du vide». On note en effet une sorte de béance psychique, qui peut être causée par un trauma précoce. L évolution libidinale aurait été figée, car ayant rencontré trop tôt la problématique oedipienne. On peut rapprocher ce fait de la «désexualisation» de certaines personnes obèses. Celles-ci ne semblent pas investir leur identité sexuelle, comme si la différence sexuelle acquise normalement grâce à l Œdipe n avait jamais été intégrée. Par ailleurs, le mode de relation anaclitique particulier à l étatlimite peut aussi se retrouver dans l obésité, du fait d un narcissisme constitué de manière incomplète. Les états-limite et l obésité pourraient aussi être rapprochés par un vecteur commun, la violence. Bergeret parle d «émoi pulsionnel 12», dans lequel le pare-excitation a été débordé du fait d une excitation massive, causée par la confrontation prématurée avec la problématique oedipienne. Le psychisme peut en ressortir déstructuré. On pense à la clinique du trauma psychique, avec l idée d une effraction qui viendra bouleverser l organisation psychique. Cette revue théorique des particularités cliniques de l obésité, qui demande des approfondissements ultérieurs (cf. Annexe III), amène logiquement à envisager ses enjeux thérapeutiques. 12 Bergeret J. (1976). Abrégé de Psychologie pathologique. Bergeret J. (dir.) Paris : Masson. p

16 3. Diversité des prises en charge de l obésité 3.1. La chirurgie bariatrique La chirurgie bariatrique est indiquée pour les obésités morbides (IMC > 40), et permet une correction rapide de certaines co-morbidités mettant en jeu le pronostic vital. Selon la technique utilisée, la restriction et la malabsorption induites par l opération permettront aux patients de manger en quantités réduites, grâce à la diminution de la sensation de satiété, provoquée par la réduction de la capacité gastrique. Hélas, quelles que soient les méthodes utilisées, on remarque souvent des bénéfices incontestables post-opératoires, mais on constate aussi la fragilité de ces bénéfices, qui diminueront progressivement avec le temps. La sleeve gastrectomie peut ainsi permettre une diminution de l appétit ainsi que de la faim, mais ces acquis diminuent, notamment deux ans après l opération (Van Hout & al. 2007). Pourtant, la chirurgie ne corrige que le poids des patients, et leur fonctionnement psychique n est pas toujours prêt pour de telles modifications Les psychothérapies En dernier lieu, on peut examiner les différentes prises en charge de l obésité, qui nous indiqueront peut-être les différents facteurs qui peuvent aider à s en sortir. Le Run (2005) montre que les psychothérapies classiques ne sont pas très adaptées pour les patients en surpoids, car l hyperphagie est un symptôme très efficace pour soulager l angoisse, et la faire disparaître entraîne une prise de conscience et une frustration très douloureuses. Etant donné que le corps est investi comme une interface psychique dans l obésité, passer par lui semble être pertinent pour la traiter. Les thérapies corporelles peuvent être pratiquées par 15

17 des psychosomaticiens, ou encore des arts-thérapeutes. Cette approche peut être pertinente, notamment pour certaines obésités marquées par des troubles de l image du corps. Le dispositif de groupe est aussi indiqué pour le soin des personnes obèses. En effet, le collectif participera à réparer la stigmatisation sociale subie, et à symboliser une présence bienvenue face au vide parfois ressenti par ces personnes. Les thérapies comportementales et cognitives (TCC) travaillent davantage à une sorte de restructuration cognitive des patients. Rousseau (2010) détaille la prise en charge des troubles du comportement alimentaire, dont certaines obésités peuvent faire partie. Elle évoque la tenue d un carnet alimentaire ou les épisodes hyperphagiques seront scrupuleusement notés, accompagnés de la description des cognitions et émotions les accompagnant. Cela permettra de distinguer l envie et la faim ressentie avant la prise alimentaire. Des consignes sont données au patient pour contrôler les stimuli alimentaires (courses, vacances etc). Le but étant de remplacer les croyances irrationnelles par des pensées plus logiques. Il s agira aussi d apprendre des comportements alternatifs, pour que les réponses aux émotions ne soient plus alimentaires. Les psychothérapies psychodynamiques prescrivent l établissement d un cadre thérapeutique contenant. L alliance thérapeutique sera fondamentale pour faciliter le processus de séparation/individuation. Car en fortifiant les assises narcissiques du patient, il sera possible ensuite d envisager l idée de séparation et d individuation, sans provoquer d effondrement psychique. Il s agira aussi d amener les patients à avoir une conception nuancée du monde pour éviter le jugement dichotomique et le clivage, mécanismes aussi présents chez l étatlimite. 16

18 II. Méthodologie de la recherche et cas cliniques 1. Méthodologie 1.1. Problématique Les relations objectales du stade oral semblent se retrouver dans l obésité, en lien avec les problématiques d incorporation et d introjection. Cependant, ces fonctions n apparaissent pas fondamentalement différentes dans les addictions, ce qui pose un problème de discrimination pour spécifier réellement l obésité, et l en distinguer des autres entités psychopathologiques. Ce constat pose un problème clinique : l obésité est-elle une entité à part entière? Ou seulement une manifestation physique dont les soubassements psychologiques se retrouvent dans d autres troubles? Si l obésité est vraiment une maladie, la logique voudrait qu elle réponde à une sémiologie précise. Etant donné la nature psychosomatique de l obésité, cette sémiologie devrait concerner aussi le versant psychologique. Or ce n est pas le cas, et le peu d éléments dynamiques relevés dans l obésité se retrouvent dans d autres troubles. Mais si l obésité ne se distingue pas fondamentalement des problématiques addictives, cela signifierait que son traitement est le même. Pourtant la revue théorique exposée précédemment montre bien que certaines spécificités de l obésité réclament une prise en charge particulière, notamment vis-à-vis de la représentation du corps. La question principale posée concerne donc la nature de l obésité, ainsi que son ou ses organisations psychiques Hypothèses et indicateurs L hypothèse première, posée grâce aux apports théoriques étudiés précédemment est la suivante : il est possible d établir un profil psychologique spécifique de l obésité. 17

19 L hypothèse secondaire concerne le fait que le fonctionnement psychologique de l obésité est constitué en fonction de la violence vécue. Les indicateurs sont les éléments qui permettront de vérifier nos hypothèses lors de l application de la recherche. Les indicateurs choisis concernent d abord le rapport de la personne avec l obésité : la souffrance causée par l obésité, le sens qui lui est donné, les attentes vis-à-vis d une opération de chirurgie bariatrique. Ensuite, on investiguera l enfance du sujet, en cherchant plusieurs variables : le rapport du sujet avec ses parents, la relation conjugale des parents, la place dans la fratrie, et les situations de violence vécues. On examinera aussi la représentation qu a le sujet de son corps : l aime-t-il? En prend-il soin? Comment le perçoit-il? Enfin, on analysera le discours du sujet sur lui-même : la représentation de son corps, l identité (notamment sur le versant sexuel) et les identifications, sa capacité d introspection et d analyse de sa trajectoire. 18

20 2. Opérationnalisation de la recherche 2.1. Cadre de la recherche Choix des participants La première démarche visait à demander aux patients venant pour la première fois en consultation d obésité de participer à la présente étude. Cette demande se faisait à la fin de l entretien psychologique auquel nous assistions, et lorsque les patients acceptaient, nous les voyions seule en suivant. Pourtant, cette démarche était peu concluante : les patients étaient pressés de partir, ayant souvent passé la moitié de leur après-midi en salle d attente pour rencontrer l interne en chirurgie puis la psychologue que j accompagnais. Nous n avons donc pu obtenir qu un entretien par ce moyen. Nous avons donc décidé avec la psychologue de recruter parmi ses patients ceux qui habitaient à Toulouse (pour qu ils puissent venir facilement), et ayant déjà entamé le suivi préopératoire. Ce nouveau critère assurait une facilité d expression, car les patients avaient donc eu plusieurs entretiens de suivi, ce qui était aussi le gage d une élaboration progressive de leur vécu concernant l obésité. Les trois autres patients ont donc été recrutés par ce moyen là, au cours des entretiens de suivi avec la psychologue, après lesquels nous leur proposions de participer à notre travail, et en cas d accord, de fixer un rendez-vous. La totalité des patients sollicités en suivi a répondu positivement. Nous nous réservions la possibilité de les rencontrer une deuxième fois en fonction des données collectées. Nous avons souhaité revoir la première patiente, mais sa disponibilité limitée a empêché une nouvelle rencontre. L intérêt de voir des patients en cours de suivi est d examiner la manière dont ils perçoivent leur changement pondéral, souvent bien amorcé depuis le début du programme alimentaire. Le cadre de la recherche rendait difficile la tenue d un deuxième entretien. En effet, ce n était pas un cadre thérapeutique ou 19

LES PSYCHOTHÉRAPIES. Filipe Galvão

LES PSYCHOTHÉRAPIES. Filipe Galvão LES PSYCHOTHÉRAPIES Filipe Galvão PLAN Introduction / définitions Psychothérapie de soutien Thérapies comportementales et cognitives Psychanalyse Hypnose Thérapies à médiation corporelle Thérapies collectives

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive

Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive PARIS CSAPA BIZIA Dr Daulouède (Bayonne) lagadecaddiction@gmail.com Marthylle LAGADEC Psychologue clinicienne

Plus en détail

Etude sur la santé mentale des étudiants

Etude sur la santé mentale des étudiants Observatoire Expertise et Prévention pour la Santé des Etudiants Etude sur la santé mentale des étudiants Premiers résultats Novembre 2007 Objectifs et méthode A la demande de La Mutuelle des Etudiants,

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE

APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE GENERALITES Douleur chronique = douleur qui évolue depuis plus de 6 Mois. Douleur «maladie» qui évolue par elle même Douleur «traumatisme»:

Plus en détail

«La capacité à être seul», WINNICOTT

«La capacité à être seul», WINNICOTT «La capacité à être seul», WINNICOTT La capacité d être seul est un signe des plus importants de la maturité du développement affectif. On repère chez le sujet ce qu il éprouve dans des situations de solitude,

Plus en détail

Trois protocoles pour rester zen

Trois protocoles pour rester zen Lilyane Clémente Trois protocoles pour rester zen Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé

Plus en détail

RAPPORT DU CONGRES D OSLO SUR LA PREVENTION DES ABUS SEXUELS ET DE LA MALTRAITANCE EN EUROPE (*)

RAPPORT DU CONGRES D OSLO SUR LA PREVENTION DES ABUS SEXUELS ET DE LA MALTRAITANCE EN EUROPE (*) RAPPORT DU CONGRES D OSLO SUR LA PREVENTION DES ABUS SEXUELS ET DE LA MALTRAITANCE EN EUROPE (*) A travers ce que nous avons pu écouter et échanger au congrès d Oslo, en mai 1995, ainsi que ce que nous

Plus en détail

CHIRURGIE DE L OBESITE

CHIRURGIE DE L OBESITE CHIRURGIE DE L OBESITE Information destinée aux patients Docteur D. LEONARD Centre de consultations Médico-Chirurgicales Rue des Rolletières 49402 Saumur Tél : 02 41 83 33 52 Site web : http://david-leonard.docvadis.fr

Plus en détail

SYNDROME D EPUISEMENT PROFESSIONNEL : BURNOUT

SYNDROME D EPUISEMENT PROFESSIONNEL : BURNOUT SYNDROME D EPUISEMENT PROFESSIONNEL : BURNOUT INTRODUCTION Le burnout est un trouble de l adaptation lié au travail, il touche les professionnels qui exercent en relation d aide. Initialement ce terme

Plus en détail

Enquête auprès de la population jeune : des habitudes de vie qui exposent au surpoids et à l obésité

Enquête auprès de la population jeune : des habitudes de vie qui exposent au surpoids et à l obésité Enquête auprès de la population jeune : des habitudes de vie qui exposent au surpoids et à l obésité Enquête Ipsos / pour Septembre 2012 Fiche technique Sondage effectué pour : Doing Good Doing Well Echantillon

Plus en détail

La souffrance totale des personnes en fin de vie.

La souffrance totale des personnes en fin de vie. LA SOUFFRANCE TOTALE DES PERSONNES EN FIN DE VIE. I) Concept de souffrance globale En Soins Palliatifs, on parle de souffrance totale, «total pain», c'est-à-dire qu il s agit d une approche globale de

Plus en détail

Approche psychanalytique des addictions

Approche psychanalytique des addictions Approche psychanalytique des addictions Notions de base Perspectives historiques Dr.I.Gothuey, UAS Notions psychanalytiques de base L inconscient La théorie de l inconscient Le ça, le moi et le surmoi

Plus en détail

Délinquance sexuelle. Paraphilies (suivant le DSM-IV) La délinquance sexuelle ne se résume pas à la perversion. Il ne faut pas confondre

Délinquance sexuelle. Paraphilies (suivant le DSM-IV) La délinquance sexuelle ne se résume pas à la perversion. Il ne faut pas confondre Délinquance sexuelle Définitions : psychiatrique, légale, taxinomique Histoire psychique Voies thérapeutiques La récidive et sa prévention Attentat à la liberté et à l honneur sexuel. Contrainte sexuelle

Plus en détail

LE PACK. 2. un étayage social, sur la présence d un entourage uni et attentif à l expérience que l intéressé est en train de vivre.

LE PACK. 2. un étayage social, sur la présence d un entourage uni et attentif à l expérience que l intéressé est en train de vivre. LE PACK Le pack, enveloppement humide et froid, est une technique employée en psychiatrie et en médecine depuis très longtemps. Elle s employait dans les états d agitation aiguë, comme moyen de contention

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Troubles psychiques et travail

Troubles psychiques et travail Troubles psychiques et travail Dr Dominique PHAM Médecin-chef SDIS 29 ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE BURNOUT RISQUES PSYCHOSOIAUX ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Les troubles du comportement alimentaire TCA

Les troubles du comportement alimentaire TCA Les troubles du comportement alimentaire TCA Quelques définitions : Boulimie, anorexie, hyperphagie, obésité, orthorexie Le Binge eating disorder ou l hyperphagie boulimique A. Épisodes répétés de binge-eating

Plus en détail

Evaluation et prise en charge psychologique de l'enfant obèse. Nicole Florentiny Psychologue

Evaluation et prise en charge psychologique de l'enfant obèse. Nicole Florentiny Psychologue Evaluation et prise en charge psychologique de l'enfant obèse Quelques dessins... Dessinés par les enfants Lors des premières consultations Premier contact Dialogue amorcé par le dessin Son sens sa signification

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

Les besoins et les attentes de la personne

Les besoins et les attentes de la personne CHAPITRE Les besoins et les attentes de la personne aux différents âges Les rythmes de vie > Les besoins et les attentes de la personne TDmémo OBJECTIFS > Repérer et justifier les besoins et les attentes

Plus en détail

Mener une démarche de prévention Risques PsychoSociaux Journée d Actualisation - 2015. www.maisondescommunes85.fr

Mener une démarche de prévention Risques PsychoSociaux Journée d Actualisation - 2015. www.maisondescommunes85.fr Mener une démarche de prévention Risques PsychoSociaux Journée d Actualisation - 2015 Sommaire Le cadre réglementaire, Des définitions, La démarche : Les outils de diagnostic, Les pistes d actions, Les

Plus en détail

La position psychique du psychologue clinicien

La position psychique du psychologue clinicien La position psychique du psychologue clinicien A partir d une situation clinique en stage dans une Maison de retraite Le cas de Mme A. J ai choisi de vous parler de Mme A., 88 ans, qui est entrée à la

Plus en détail

Gestion du stress et de l anxiété par les TCC. Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille

Gestion du stress et de l anxiété par les TCC. Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille Gestion du stress et de l anxiété par les TCC Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille Rappel sur les bases du modèle cognitif du stress Définitions du

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Névroses Q266. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003

Névroses Q266. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Névroses Q266 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Hystérie Névrose d angoisse Phobies TOC PTSD Diagnostic d une conversion hystérique Diagnostic

Plus en détail

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave.

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave. CHAPITRE 1 LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module 1 : «Apprentissage

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

DOCTEUR CAROLE VUONG

DOCTEUR CAROLE VUONG S0MMAIRE Normes OMS Définitions des conduites d alcoolisation Comment reconnaître une personne qui a un problème d alcool? Que faire? DOCTEUR CAROLE VUONG COMMENT AIDER LE SALARIE ALCOOLO-DEPENDANT? 4

Plus en détail

La prévention du stress et des risques psychosociaux

La prévention du stress et des risques psychosociaux Le point sur La prévention du stress et des risques psychosociaux Avec plus de 20% de salariés se déclarant stressés au travail, les entreprises doivent faire face à un enjeu majeur de santé, mais aussi

Plus en détail

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles St Malo 5 février 2010 Audrey Lesieur Psychologue Le dispositif d annonce Plan Cancer 2005 ( Mesure 40) Apporter une information

Plus en détail

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Aurélien Troisœufs, doctorant en anthropologie Bonjour. Je m appelle Aurélien Troisoeufs. Je suis doctorant en anthropologie au laboratoire du CERMES 3

Plus en détail

APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX

APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX Comment définir les RPS? Plus simple alors!!!! L agent demande, au travail aussi, à être considéré comme «une personne globale». La socialisation dans les relations

Plus en détail

Référence : Henri Piéron, Vocabulaire de psychologie, PUF. 1979. LES TROUBLES ANXIEUX

Référence : Henri Piéron, Vocabulaire de psychologie, PUF. 1979. LES TROUBLES ANXIEUX 1 Anxiété : «Malaise à la fois physique caractérisé par une crainte diffuse, un sentiment d insécurité, de malheur imminent. On réserve plutôt le nom d angoisse aux sensations physiques qui accompagnent

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

Chute et Syndrome Post-chute: Comprendre et Accompagner Le point de vue du psychologue

Chute et Syndrome Post-chute: Comprendre et Accompagner Le point de vue du psychologue Chute et Syndrome Post-chute: Comprendre et Accompagner Le point de vue du psychologue Maud Loubeyre, Psychologue Hôpital de Jour Patients Chuteurs SSR du CH Bois Guillaume Jessica Bouak, Psychologue EHPAD

Plus en détail

Alimentation et tabac

Alimentation et tabac Alimentation et tabac Le rôle du tabac dans la régulation du poids Les modifications à l arrêt de la cigarette Les conseils (TCC) pour ne pas prendre de poids Les constatations A âge égal, sexe et conditions

Plus en détail

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Les Troubles Psychiatriques Majeurs Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Objectif D apprendre à reconnaître certains troubles de santé mentale et de toxicomanie dans un contexte de concomitance. Qu est-ce qu un

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

III-LA MALADİE AUTO-İMMUNE OU UN CONFLİT DE SOİ A SOİ...

III-LA MALADİE AUTO-İMMUNE OU UN CONFLİT DE SOİ A SOİ... III-LA MALADİE AUTO-İMMUNE OU UN CONFLİT DE SOİ A SOİ... Elle exprime de manière patente cette forme de correspondance repérable entre ce qui se passe au creux des cellules et au cœur de la psyché Le conflit

Plus en détail

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003)

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) INTERVENTION DE MARIE CHOQUET Le suicide est la 2 ième cause de mortalité des 16/25 ans. On compte

Plus en détail

L ENFANT ET LA PEUR D APPRENDRE

L ENFANT ET LA PEUR D APPRENDRE L ENFANT ET LA PEUR D APPRENDRE Serge Boimaré / Editions Dunod Il y a toujours une souffrance quand on ne répond pas aux attentes de l école. Les grandes difficultés d apprentissages doivent amener à une

Plus en détail

Cours N 1 : Le développement psychologique de 0 à 3 ans

Cours N 1 : Le développement psychologique de 0 à 3 ans Introduction Cours N 1 : Le développement psychologique de 0 à 3 ans Le développement psychologique du bébé C est un développement extraordinaire, en vitesse et en ampleur, en moins de 3 ans avec un programme

Plus en détail

Enquête nationale sur la santé des étudiants - Région La Réunion

Enquête nationale sur la santé des étudiants - Région La Réunion Enquête nationale sur la santé des étudiants - Région La Réunion Carte d identité régionale Démographie 1 En 2009, la région compte 8816 364 habitants. Les moins de 25 ans représentent 40.8% de la population

Plus en détail

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION A1 GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION Signes faibles d intoxication alcoolique OU pas de symptômes de sevrage et pas de facteur de risque pour un sevrage compliqué. Le patient présente des signes discrets

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie TROUBLES ANXIEUX Filipe Galvão interne DES psychiatrie PLAN Historique du concept de trouble anxieux Attaque de panique - Trouble panique Trouble anxieux généralisé Les troubles phobiques : Agoraphobie

Plus en détail

Service Enfance Ville de Vénissieux 19/10/2013

Service Enfance Ville de Vénissieux 19/10/2013 Service Enfance Ville de Vénissieux 19/10/2013 La maltraitance, qu est-ce que c est pour vous? Formation Maltraitance. 19/10/13. Intervenante : Claire Singer, Psychologue & Ph.D La maltraitance, qu est-ce

Plus en détail

Addictions et dépendances

Addictions et dépendances Addictions et dépendances Joëlle Visier Médecin Tabacologue CES de Bobigny/CPAM 93 Dr Hervé LE CLESIAU - Médecin Directeur Drogue, toxicomanie, addiction Faiblesse, vice, manie Souffrance, maladie Récompense,

Plus en détail

Addictions sexuelles Approche clinique et thérapeutique

Addictions sexuelles Approche clinique et thérapeutique Addictions sexuelles Approche clinique et thérapeutique Marthylle LAGADEC lagadecaddiction@gmail.com Hôpital Paul Brousse Service d Addictologie du Pr. Reynaud (Villejuif) Institut Fédératif des Addictions

Plus en détail

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale François Lepage travailleur social, Option, Montréal Annie Simard travailleuse sociale, Option, Montréal OP+ION «Une alternative

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S)

DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S) DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S) Société Francophone de Dialyse Université d ÉTÉ BICHAT 19 juin 2015 Chantal RAIMBAULT Psychologue Transplantations Rénales Transplantations cardiaques CHRU de TOURS

Plus en détail

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE)

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Ce questionnaire vous aidera à juger si vous devez consulter un clinicien pour votre dépression, si

Plus en détail

Les Angoisses du normal au pathologique. Dr Cyrille Guillaumont Chef de Pôle de Psychiatrie Adulte Centre Hospitalier Philippe Pinel Amiens

Les Angoisses du normal au pathologique. Dr Cyrille Guillaumont Chef de Pôle de Psychiatrie Adulte Centre Hospitalier Philippe Pinel Amiens Les Angoisses du normal au pathologique Dr Cyrille Guillaumont Chef de Pôle de Psychiatrie Adulte Centre Hospitalier Philippe Pinel Amiens Quelques éléments de définition Stress : Anxiété : Angoisse :

Plus en détail

La cure thermale à indication Affections digestives et troubles du métabolisme (AD) plus efficace que le traitement de ville pour maigrir.

La cure thermale à indication Affections digestives et troubles du métabolisme (AD) plus efficace que le traitement de ville pour maigrir. Supplément du magazine des Thermes de Brides-les-Bains à Brides La cure thermale à indication Affections digestives et troubles du métabolisme (AD) plus efficace que le traitement de ville pour maigrir.

Plus en détail

Les Addictions Comportementales. Dr Basile Vareltzis Médecine Psychosomatique / Addictologie Décembre 2012

Les Addictions Comportementales. Dr Basile Vareltzis Médecine Psychosomatique / Addictologie Décembre 2012 Les Addictions Comportementales Dr Basile Vareltzis Médecine Psychosomatique / Addictologie Décembre 2012 C est quoi une addiction? Il s agit d une substance ou d une activité qui stimule le centre de

Plus en détail

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier Obésités Qu est-ce que Manger? Nécessité Plaisir Gastronomie Interdits Santé Diététique SURCHARGE ALIMENTAIRE ALIMENTAIRE M. cardiovasculaires T malignes

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

A vertissement de l auteur

A vertissement de l auteur A vertissement de l auteur Attention, ce livre n est pas à mettre entre toutes mains ; il est strictement déconseillé aux parents sensibles. Merci à Madame Jeanne Van den Brouck 1 qui m a donné l idée

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Catalogue Formation Prévention et méthodologie Programme 2011 2012

Catalogue Formation Prévention et méthodologie Programme 2011 2012 GUIVARCH Claire et SEVIN Anne-Sophie Psychologues cliniciennes Diplômées d Etat en Cliniques Criminologiques et Victimologiques Catalogue Formation Prévention et méthodologie Programme 2011 2012 8, rue

Plus en détail

Prise en charge du patient souffrant d obésité au Centre de Prévention et Réadaptation Cardiovasculaire Léopold Bellan

Prise en charge du patient souffrant d obésité au Centre de Prévention et Réadaptation Cardiovasculaire Léopold Bellan Prise en charge du patient souffrant d obésité au Centre de Prévention et Réadaptation Cardiovasculaire Léopold Bellan MME BOUERI RANA, PSYCHOLOGUE - PSYCHOTHÉRAPEUTE DR COURTALHAC, MÉDECIN Parcours du

Plus en détail

Les balafrés du corps Comment se reconstruire? Exemple du cancer du sein

Les balafrés du corps Comment se reconstruire? Exemple du cancer du sein Les balafrés du corps Comment se reconstruire? Exemple du cancer du sein Dr Reich Michel Équipe de Psycho-Oncologie Centre Oscar Lambret (Lille) Congrès AFSOS, Paris 17 septembre 2010 Introduction Dans

Plus en détail

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent?

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? Dans la lettre que j ai adressé début 2007 aux membres de la SFC et qui figure sur le site de la SFC, j énonçais

Plus en détail

ET RISQUES PSYCHOSOCIAUX. Alain VANDENBERGHE Service ARP

ET RISQUES PSYCHOSOCIAUX. Alain VANDENBERGHE Service ARP SANTE AU TRAVAIL ET RISQUES PSYCHOSOCIAUX Alain VANDENBERGHE Service ARP Santé au travail Changements importants constatés dans le monde du travail depuis les années 80 : Intensification du travail, Changements

Plus en détail

Victime D Anorexie, Elle A Failli Mourir

Victime D Anorexie, Elle A Failli Mourir VICTIME D ANOREXIE, Alors que le nombre de personnes souffrant d obésité ne cesse de croître dans la société nord-américaine, certaines personnes sont atteintes d un trouble alimentaire qui se situe à

Plus en détail

L'annonce du handicap visuel : pistes et réflexions

L'annonce du handicap visuel : pistes et réflexions L'annonce du handicap visuel : pistes et réflexions L annonce est un service rendu Importance d un travail d équipe Importance de la temporalité Importance dans la justesse des mots employés Une annonce

Plus en détail

Note de synthèse de l étude qualitative

Note de synthèse de l étude qualitative Note de synthèse de l étude qualitative Colloque interrégional de Marseille «Accueil et accompagnement des personnes âgées» 7 Juin 2011 TNS Sofres Emmanuel Rivière Laure Salvaing Clément Nicola Gwennaig

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

Les dépendances et compulsions sexuelles

Les dépendances et compulsions sexuelles Les dépendances et compulsions sexuelles Dr. Marc Ravart, M.A., Ph.D. psychologue et sexologue clinicien Membre senior, Unité de la sexualité humaine, Hôpital général de Montréal marc.ravart@mail.mcgill.ca

Plus en détail

AIDEZ VOS PROCHES À SURMONTER L ANOREXIE

AIDEZ VOS PROCHES À SURMONTER L ANOREXIE Catherine Calippe AIDEZ VOS PROCHES À SURMONTER L ANOREXIE Mon Petit Éditeur Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Troubles de la personnalité (286) Docteur Marc DUBUC Mai 2003

Troubles de la personnalité (286) Docteur Marc DUBUC Mai 2003 Troubles de la personnalité (286) Docteur Marc DUBUC Mai 2003 Pré-Requis : Nosologie des troubles névrotiques et des psychoses. Résumé : Comprendre la notion de personnalité pathologique. Savoir reconnaître

Plus en détail

Le développement du langage oral chez l enfant

Le développement du langage oral chez l enfant Le développement du langage oral chez l enfant Par Alessandra Biner, Anne Dauvin, Isabelle Pulfer, Logopédistes Cette conférence a été donnée dans le cadre de soirées de parents du secteur de la petite

Plus en détail

ASPECTS PSYCHOPATHOLOGIQUES DE L OBESITE COMMUNE DE L ADOLESCENT

ASPECTS PSYCHOPATHOLOGIQUES DE L OBESITE COMMUNE DE L ADOLESCENT ASPECTS PSYCHOPATHOLOGIQUES DE L OBESITE COMMUNE DE L ADOLESCENT Dr Hélène LE BOURDONNEC Pédopsychiatre Responsable de l Unité Médicopsychologique Institut SAINT PIERRE 34250 PALAVAS LES FLOTS Aspects

Plus en détail

Médicaments, libido et aspects interpersonnels

Médicaments, libido et aspects interpersonnels Médicaments, libido et aspects interpersonnels 11 octobre 2011 Jean Leblanc, m.d. psychiatre Clinique des troubles de l humeur Hôpital du Sacré-Coeur, Montréal Quelle est la différence entre l ignorance

Plus en détail

Enquête sur le comportement alimentaire des étudiants des universités Paris 2, Paris 4 et Paris 6

Enquête sur le comportement alimentaire des étudiants des universités Paris 2, Paris 4 et Paris 6 Enquête sur le comportement alimentaire des étudiants des universités Paris 2, Paris 4 et Paris 6 Stéphanie LABOJKA 16/05/2012 I OBJECTIFS Cette enquête a pour but d évaluer le comportement alimentaire

Plus en détail

Enquête sur les habitudes de consommation d alcool des étudiants et leurs rapports aux actions de prévention

Enquête sur les habitudes de consommation d alcool des étudiants et leurs rapports aux actions de prévention Enquête sur les habitudes de consommation d alcool des étudiants et leurs rapports aux actions de prévention Etude réalisée par la FAGE entre mars et mai 2014 auprès de 3086 étudiants 1 Eléments de contexte

Plus en détail

L homme et les drogues

L homme et les drogues L homme et les drogues - PCEM 1 psychologie - Dr Perrine ADAM Service de Psychiatrie et d Addictologie Groupe Hospitalier Bichat-Claude Bernard Document : propriété de la faculté de médecinem Paris 7-7

Plus en détail

Programmes d enseignement thérapeutique. Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids

Programmes d enseignement thérapeutique. Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Programmes d enseignement thérapeutique Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Pour qui? Quelles prestations? 3 Les programmes proposés par le service d

Plus en détail

«Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets»

«Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets» «Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets» Santé et bien- être au travail Risques psychosociaux du travail- Handicap- Gestion des âges Diversité. SynergenceA propose aux entreprises

Plus en détail

Aspects déontologiques en santé mentale

Aspects déontologiques en santé mentale Aspects déontologiques en santé mentale Nancy Guilbeault Conseillère en soins infirmiers France Ouellet Conseillère clinicienne en soins infirmiers, Santé mentale Juin 2012 Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

«PERSONNALITES» ADDICTIVES. Dr C. BOY, Pr L. SCHMITT CSAPA Maurice DIDE, Hôpital La Grave Journée du CLUD 22/10/2010

«PERSONNALITES» ADDICTIVES. Dr C. BOY, Pr L. SCHMITT CSAPA Maurice DIDE, Hôpital La Grave Journée du CLUD 22/10/2010 «PERSONNALITES» ADDICTIVES Dr C. BOY, Pr L. SCHMITT CSAPA Maurice DIDE, Hôpital La Grave Journée du CLUD 22/10/2010 Le concept d addiction Plan L histoire naturelle des addictions La construction des traits

Plus en détail

DEPISTER ET PREVENIR LE BURN OUT

DEPISTER ET PREVENIR LE BURN OUT DEPISTER ET PREVENIR LE BURN OUT Martine PACAULT-COCHET Responsable Action Sociale Assistante Sociale Spécialisée Groupe Pasteur Mutualité www.gpm.fr Un engagement fort en faveur du bien-être des soignants

Plus en détail

et boulimie 496. Anorexie mentale Définition Épidémiologie Étiologie Psychiatrie pathologies

et boulimie 496. Anorexie mentale Définition Épidémiologie Étiologie Psychiatrie pathologies TROUBLES DES CONDUITES ALIMENTAIRES 496. Anorexie mentale et boulimie Définition Les troubles des conduites alimentaires regroupent l anorexie mentale, associant une anorexie, une aménorrhée (chez la femme,

Plus en détail

Le traitement de l obl morbide: Indications, techniques et résultats r

Le traitement de l obl morbide: Indications, techniques et résultats r obesity Le traitement de l obl obésité morbide: Indications, techniques et résultats r des gastroplasties Dr Elie CHOUILLARD Service de Chirurgie Générale et Digestive Centre Hospitalier de Poissy Avril

Plus en détail

Du rêve d être parent à la réalité parentale: le défi des personnes vivant ou ayant vécu un problème de santé mentale

Du rêve d être parent à la réalité parentale: le défi des personnes vivant ou ayant vécu un problème de santé mentale Du rêve d être parent à la réalité parentale: le défi des personnes vivant ou ayant vécu un problème de santé mentale Martine Danjou et Chantal Roy 31 octobre 2012 Colloque de l AQRP PARENTS- ESPOIR Soutenir

Plus en détail

L intérêt de l activité pour l enfant se trouve-t-il dans le plaisir de faire ou dans le résultat?

L intérêt de l activité pour l enfant se trouve-t-il dans le plaisir de faire ou dans le résultat? Compte-rendu de la soirée-débat du RAM du 25 juin 2015 Thème: «La distance professionnelle entre professionnelles de la petite enfance» Pour cette ultime soirée-débat de l'année, il a été fait le choix

Plus en détail

Association l Enfant Bleu Enfance Maltraitée

Association l Enfant Bleu Enfance Maltraitée L Enfant bleu, Enfance Maltraitée 18 avenue des Mazades 31200 Toulouse Tél : 05.61.53.21.10 lenfantbleutoulouse@wanadoo.fr www.lenfantbleutoulouse.fr SIRET : 441 506 722 000 2 APE : 853 K N Déclaration

Plus en détail

Enquête qualité séjours été 2010 Eléments d'analyse et pistes de développement

Enquête qualité séjours été 2010 Eléments d'analyse et pistes de développement Enquête qualité séjours été 2010 Eléments d'analyse et pistes de développement Introduction A l'issue des séjours d été, Wakanga a lancé une enquête qualité à destination des familles. Cette enquête avait

Plus en détail

Risques psychosociaux: regards croisés

Risques psychosociaux: regards croisés Risques psychosociaux: regards croisés Dr Danzin Psychiatre - PH hôpital Charcot (Plaisir) - Attachée à la consultation «souffrance et travail» du service de Pathologie Professionnelle de l hôpital Raymond

Plus en détail

Adopter une attitude critique vis-à-vis des. conduites addictives. risques et des. conduites addictives. Capacités : Contenu : Fiche 3-1

Adopter une attitude critique vis-à-vis des. conduites addictives. risques et des. conduites addictives. Capacités : Contenu : Fiche 3-1 Module 3 Prévention des comportements à risques et des conduites addictives Module 1 Santé et équilibre de vie Module 2 Alimentation et santé Module 4 Sexualité et prévention Module 5 Protection du consommateur

Plus en détail