Akka Technologies. Nicolas DAVID Analyste Financier

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Akka Technologies. Nicolas DAVID Analyste Financier ndavid@genesta-finance.com 01.74.64.64.43"

Transcription

1 INITIATION DE COUVERTURE R&D externalisée 16 novembre 2009 Opinion 2. Achat Cours (clôture au 13 novembre 09) 11,79 Objectif de cours 14,20 (+20,4 %) Données boursières Code Reuters / Bloomberg AKA.PA / AKA:FP Capitalisation boursière 126,9 M Valeur d'entreprise 143,7 M Flottant 29,8 M (23,5%) Nombre d'actions Volume quotidien Taux de rotation du capital (1 an) 9,89 % Plus Haut (52 sem.) 13,53 Plus Bas (52 sem.) 7,80 Performances Absolue 1 mois 6 mois 12 mois -5,6 % 18,3 % -3,0 % Actionnariat Flottant : 23,5 % ; Famille Ricci : 60,4 % ; Banque de Vizille : 7,2 % ; Autocontrôle : 1,0 % ; Dirigeants et salariés : 7,9 % Agenda nov.-08 févr.-09 mai-09 août-09 Akka Technologies SBF 120 Chiffre d affaires T : 11 février 2010 après bourse Akka Technologies Akka Technologies Recovery à tous les étages Date de première diffusion : 16 novembre 2009 Un acteur de choix râce à une croissance exponentielle entre 2002 et 2008 l amenant de 62 M à 382 M de chiffre d affaires, Akka Technologies est devenu un acteur majeur sur le marché français du conseil en technologies. Dans un contexte de rationalisation des panels fournisseurs par les donneurs d ordre, la taille ainsi que l offre complète et équilibrée de Akka Technologies lui permettent de conserver ses référencements actuels et d en conquérir de nouveaux, aux dépens d acteurs plus modestes. Cette tendance devrait permettre au groupe d avoir plus de poids dans le rapport de force qui l oppose aux grands donneurs d ordre. sur un marché qui demeure porteur Malgré la violence de la crise qui a touché le secteur en début d année 2009 et le manque de visibilité actuel, les principaux leviers de croissance du marché européen du conseil en technologies demeurent intacts à moyen et long termes. La volonté, de la part de la commission européenne, de voir augmenter les investissements en R&D des pays membres et la tendance de fond à l externalisation de ces budgets devraient permettre au marché du conseil en ingénierie technique de retrouver à moyen terme une croissance annuelle supérieure à +6 %. Dans ce contexte, la société a clairement identifié deux marchés à fort potentiel que sont l Allemagne d une part et le secteur nucléaire d autre part et sur lesquels elle souhaite focaliser ses investissements afin d atteindre rapidement la taille critique. Un fort potentiel d amélioration de la rentabilité opérationnelle Le point bas du taux d utilisation des consultants ayant été touché au cours du 1 er semestre 2009, le groupe va pouvoir entamer dès le 2 ème semestre 2009 une amélioration graduelle de sa rentabilité qui, couplée avec l achèvement de la recovery de Coframi, devrait l amener, à horizon 2011, vers les niveaux de rentabilité atteints en 2005 et De plus, le développement du groupe à l international et la consolidation du marché français devrait permettre à la société de maintenir ce niveau de rentabilité dans la durée tout en gardant une croissance dynamique. Opinion : Achat Nous initions la couverture du titre Akka Technologies avec une opinion Achat et un objectif de cours de 14,20. Dans un contexte de stabilisation du marché, le groupe a déjà entamé la recovery de sa rentabilité opérationnelle (nous attendons +2,4 points d amélioration de la rentabilité opérationnelle au 2 ème semestre 2009 par rapport au 1 er semestre 2009) et devrait renouer avec la croissance dès le début de l année Nicolas DAVID Analyste Financier Chiffres Clés Ratios E 2010E 2011E E 2010E 2011E CA (M ) 236,0 381,6 330,4 351,6 375,0 VE / CA 0,5 0,3 0,4 0,4 0,3 Evolution (%) 47,4% 61,7% -13,4% 6,4% 6,6% VE / EBE 5,2 3,0 7,0 4,6 4,0 EBE (M ) 21,4 37,1 24,9 30,7 36,1 VE / ROP 7,4 4,1 11,6 6,1 5,6 ROP (M ) 15,1 27,0 15,1 23,0 25,8 P / E 13,5 6,7 9,6 9,4 8,1 Marge d'expl. (%) 6,4% 7,1% 4,6% 6,5% 6,9% Res. Net. Pg (M ) 9,1 16,6 12,9 13,3 15,4 earing (%) 87% 15% 13% -5% -21% Marge nette (%) 3,9% 4,4% 3,9% 3,8% 4,1% Dette nette / EBE 2,2 0,3 0,4-0,1-0,6 BPA 1,03 1,72 1,19 1,23 1,42 RCE (%) 12,0% 24,8% 14,7% 16,1% 18,3% enesta dispose du statut de Conseiller en Investissements Financiers et est membre de l AACIF (Numéro d agrément AMF : B000119). Voir avertissements importants en fin de document. Pour plus d informations sur enesta et ses procédures internes, se référer au site Internet. 1

2 Présentation de la société Une société qui a su grandir rapidement Akka Technologies est passé en huit ans, grâce à une croissance organique dynamique et à de multiples opérations de croissance externe, du rang de petit acteur spécialisé dans la mécanique et la gestion de production à destination de l automobile à celui d acteur majeur et de la R&D externalisée en France. L acquisition de la société Coframi en 2007 a été le point d orgue de ce développement en lui permettant de pratiquement doubler son activité pour afficher un chiffre d affaires de 382 M en pour devenir un acteur incontournable de la R&D externalisée en France Akka Technologies dispose aujourd hui d une des offres les plus complètes et les plus équilibrées sur le marché de la R&D externalisée : - La société intervient sur l ensemble du cycle de vie produit, depuis les études et la conception jusqu à l industrialisation, l optimisation de la production et la gestion de vie série ; - La société couvre de façon équilibrée l ensemble des produits, qu ils soient mécaniques, électroniques ou informatiques ; - La société réalise de façon relativement équilibrée, des prestations d expertise en régie ou des prestations structurées. Ce positionnement rend Akka Technologies particulièrement incontournable auprès des grands donneurs d ordre et lui permet de d accroitre régulièrement ses référencements. Des axes de développement bien définis La société a, à présent, trois grands axes de développement pour les années à venir : - Finaliser, d ici 2011, le redressement de Coframi, en alignant sa rentabilité avec celle du groupe et en renouant avec la croissance ; - Atteindre la taille critique sur le marché allemand, notamment grâce à des opérations de croissance externe ciblées ; - Accroître sensiblement sa taille dans le domaine du nucléaire, notamment en réalisant des acquisitions sur ce secteur. SWOT Forces - La présence sur l ensemble du cycle de vie produit - L équilibre de l offre au niveau des technologies adressées (mécanique, électronique, informatique) - La forte compétence en prestations structurées par rapport à ses concurrents - La capacité du management à gérer une situation sans précédant Opportunités - Les donneurs d ordre rationalisent leurs panels fournisseurs aux dépens de petits acteurs lui permettant de 1/ gagner des parts de marché, 2/ de consolider le marché et 3/ de retrouver du pricing power en France - Le redressement de Coframi donne un levier important sur la rentabilité opérationnelle - Le marché du conseil en ingénierie technique est structurellement porteur, notamment dans le reste de l Europe Faiblesses - Le retard pris par la société dans son développement européen - Le mix sectoriel de la société n est pas équilibré - La taille trop faible de la société dans le nucléaire - Le résultat de la société en 2010 restera très dépendant du comportement des donneurs d ordre du secteur automobile Menaces - Le retournement éventuel du marché aéronautique, au vu de l exposition de la société à ce secteur et notamment à EADS - La possibilité pour les donneurs d ordre de faire appel à des acteurs locaux pour leurs activités internationales - La reprise de l effet de pincement prix/salaire sur la marge brute des consultants Méthode de valorisation Synthèse et Opinion DCF Après avoir été pris au dépourvu, au début du 1 er semestre 2009, par la violence de la crise, la société devrait être capable de redresser sa rentabilité opérationnelle de +2,4 points dès le 2 ème semestre 2009, malgré un marché qui devrait rester difficile devrait alors être une année de transition avant que la société puisse profiter pleinement, à partir de 2011, de la recovery de Coframi et de la reprise des investissements dans l industrie. A moyen et long termes, la stratégie de développement à l international, ainsi que la consolidation du marché français devraient permettre à la société de renouer avec les niveaux de rentabilité de 2005 et 2006 (rentabilité opérationnelle d activité située autour de 8 %) et de les maintenir dans la durée tout en affichant une croissance organique de l ordre de +7 % par an. L actualisation des flux de trésorerie d exploitation disponibles avec un coût moyen pondéré des ressources de 12,05 % valorise le titre à 15,61 par action. Comparables Nous avons retenu un échantillon constitué de 4 des principaux concurrents de Akka Technologies sur le marché français du conseil en technologies, que sont Alten, Assystem, SII et Ausy. Ces sociétés, bien qu ayant des positionnements légèrement différenciés en termes d offres et de produits adressés, sont de bons comparables en raison de leur choix de rester des prestataires de services à part entière et de réaliser une majeure partie de leurs missions dans le domaine de la R&D externalisée. De plus, ces sociétés sont assez comparables de par, leur taille, leur exposition géographique et leur rentabilité. L approche par la méthode des comparables boursiers nous conduit à une valorisation de Akka Technologies de 12,79 par action. Notre objectif de cours, résultant de la moyenne des résultats obtenus par les méthodes DCF et comparaison boursière, ressort à 14,20, soit un potentiel d appréciation de +20,4 %. Un acteur de choix râce à une croissance exponentielle entre 2002 et 2008, Akka Technologies est devenu un acteur majeur du conseil en technologies. Dans un contexte de rationalisation des panels fournisseurs, la taille ainsi que l offre complète et équilibrée de Akka Technologies lui permettent de conserver ses référencements et d en conquérir de nouveaux, aux dépens d acteurs plus petits. sur un marché qui demeure porteur Malgré la violence de la crise qui a touché le secteur en début d année et le manque de visibilité actuel, les principaux leviers de croissance du marché européen du conseil en technologies demeurent intacts à moyen et long termes. La volonté, de la part de la commission européenne, de voir augmenter les investissements en R&D des pays membres et la tendance de fond à l externalisation de ces budgets devraient permettre au marché du conseil en ingénierie technique de retrouver à moyen terme une croissance supérieure à +6 % par an. Un fort potentiel d amélioration de la rentabilité Le point bas du taux d utilisation des consultants ayant été touché au cours du 1 er semestre 2009, le groupe va entamer dès le 2 ème semestre 2009 une amélioration graduelle de sa rentabilité qui, couplée avec l achèvement de la recovery de Coframi, devrait l amener vers les niveaux de rentabilité atteints en 2005 et Opinion : Achat Nous initions la couverture du titre Akka Technologies avec une opinion Achat et un objectif de cours de 14,20. Dans un contexte de stabilisation du marché, le groupe a déjà entamé la recovery de sa rentabilité opérationnelle (nous attendons +2,4 points d amélioration de la rentabilité opérationnelle au 2 ème semestre 2009 par rapport au 1 er semestre 2009) et devrait renouer avec la croissance dès le début de l année

3 16 novembre 2009 Akka Technologies Sommaire 1 Une société qui a su changer de dimension Une croissance explosive ces dernières années pour développer une des offres les plus compètes et les plus équilibrées du marché Mais une croissance réalisée aux dépens du développement international et du mix sectoriel et gérer la crise sans court-termisme Une décroissance à relativiser puisqu ayant eu un impact limité sur la rentabilité Une gestion responsable de la situation Un marché porteur à l épreuve de la crise Des tendances sectorielles particulièrement éclectiques mais un environnement européen globalement porteur Une crise qui n a pas que des mauvais côtés Renouer avec la rentabilité de 2005 et Achever la recovery de Coframi Utiliser tous les leviers d accroissement de la rentabilité opérationnelle Prévisions Une amélioration progressive de la rentabilité opérationnelle pour une activité totalement normalisée à partir de Santé financière et flux financiers Valorisation DCF Comparables Synthèse des comptes Compte de résultats simplifié Bilan principaux agrégats Tableau des flux de trésorerie principaux agrégats Ratios financiers Avertissements importants Définition des opinions et objectifs de cours de enesta Equity Research Détection de conflits d intérêts potentiels Historique des opinions et objectifs de cours relatifs à la valeur au cours des 12 derniers mois Répartition des opinions Avertissement complémentaire

4 1 Une société qui a su changer de dimension Akka Technologies est aujourd hui le 5 ème acteur français sur le secteur du conseil et de l ingénierie en hautes technologies avec un chiffre d affaires supérieur à 382 M et collaborateurs à fin Historiquement spécialisé dans l ingénierie mécanique et l ingénierie process à destination du secteur automobile, le groupe a su rapidement se diversifier, que ce soit du point de vue sectoriel (aéronautique, ferroviaire, énergie, etc.) ou métier (ingénierie documentaire, informatique industrielle, etc.) pour être, aujourd hui, le seul acteur présent sur l ensemble du cycle de vie des produits des principaux secteurs industriels, que ce soit dans les domaines de la mécanique ou des hautes technologies. Son positionnement et sa taille importante, atteinte notamment grâce à l acquisition de la société Coframi en 2007, permettent au groupe Akka Technologies d être un acteur incontournable du conseil en technologies auprès des grands donneurs d ordre français et, de plus en plus, internationaux. 1.1 Une croissance explosive ces dernières années Le groupe Akka Technologies a été fondé en 1999 suite au rapprochement de diverses entités créées à partir de 1984 à l initiative de Maurice Ricci, actuel Président du groupe. Le rapprochement de ces entités (Hysys, première société fondée par Maurice Ricci, Eurtech et Kadra Consultants) spécialisées dans le conseil en ingénierie mécanique et en production, principalement pour le secteur automobile, visait déjà à centraliser l organisation du groupe et à accompagner la stratégie de réduction des panels fournisseurs opérée par les donneurs d ordre. Entre 1999 et 2001 le groupe double de taille, profitant d un environnement porteur et de l entrée au capital de la société de partenaires financiers lui permettant de financer sa première acquisition et sa croissance internationale, en Belgique, Italie, rande Bretagne et Allemagne. Après une période de transition entre 2001 et 2002, durant laquelle le groupe s attache à rationnaliser son offre et à définir sa stratégie pour les années à venir, Akka Technologies se lance entre 2003 et 2004 dans une dynamique forte d acquisitions lui permettant de s établir de façon conséquente dans l aéronautique (20 % du chiffre d affaires en 2004) et de faire ses premiers pas dans le nucléaire. En 2005, le groupe décide de s introduire en bourse afin de financer la poursuite de cette stratégie de croissance externe. Une croissance exponentielle de l activité entre 2002 et M 400 M 350 M 300 M 250 M 200 M 150 M 100 M 50 M 0 M 62 M +6,6 % +3,4 % org. 66 M +27,4 % +11,6 % org. 84 M TMCA: +35,4 % +42,1 % +22,6 % org. 120 M +33,9 % +12,9 % org. 160 M +47,4 % +10,0 % org. 236 M +61,7 % +17,0 % org. 382 M Chiffre d'affaires hors acquisition Contribution des acquisitions de la période Source : Akka Technologies, enesta Dès lors, Akka Technologies entreprend des acquisitions de taille plus significative avec notamment pour objectif de se renforcer dans le domaine de l informatique : informatique industrielle, scientifique, technique et embarquée. Le point d orgue de cette stratégie intervient en novembre 2007 avec le rachat de la société Coframi, alors en procédure de sauvegarde. Cette transaction permet en effet au groupe d augmenter son chiffre d affaires de plus de 60 % en 2008 et lui permet aussi de talonner Segula Technologies en termes de volume d activité et de laisser loin derrière d anciens comparables tels que SII ou Ausy. Par la même occasion, le mix d activités du groupe évolue radicalement, faisant apparaitre une majorité de services liés à l informatique et aux systèmes (59 % de l activité du groupe en 2008) alors qu historiquement les services d ingénierie produits et d ingénierie process étaient largement majoritaires (63 % de l activité du groupe au 1 er semestre 2007). Bien que représentant une excellente opportunité en termes de croissance, cette acquisition a complètement modifié le centre d attention du groupe qui doit à présent se focaliser sur la recovery de cette société non rentable, afin de limiter, sur la durée, la dilution de sa marge opérationnelle, et accélérer son désendettement. Le redressement de Coframi passe par l alignement de cette société, mal gérée et ayant une réputation de «casseur de prix», avec les standards du groupe Akka : Coframi est donc intégrée sous le nom 4

5 de Akka I&S afin de rompre avec cette mauvaise image, le système de reporting du groupe est mis en place afin d améliorer la rentabilité des projets et le taux d utilisation, mais surtout le management décide de se focaliser sur les projets rentables au détriment de la croissance. De ce point de vue, l année 2008 valide la stratégie du groupe qui opère brillamment une partie importante de l intégration et du redressement de Coframi, en faisant passer sa marge opérationnelle de -1,6 % en 2007 à +2,2 % en 2008 malgré une décroissance de l activité de -5,8 %, et génère plus de 30 M de flux opérationnels de trésorerie faisant passer son gearing de 87 % à 13 % en un an (en intégrant les liquidités issues du factor). L acquisition de Coframi en 2007 permet à la société d accéder au rang de 5 ème acteur du secteur 1 591,4 M 701,2 M 652,6 M 411,0 M 352,6 M 213,9 M 186,0 M 165,7 M 138,7 M 108,9 M 75,0 M * Sociétés non cotées; ** Exercice au 31 mars Source : Sociétés Un track record d acquisitions riche et diversifié Activité - Secteur Date de consolidation Localisation CA estimé de la cible lors de l'acquisition ASSIP (AKKA Ingénierie Mécanique Nord) Ingénierie mécanique - Automobile nov.-00 France n.a. BE SYSTEM (AKKA Ingénierie Mécanique Sud) Ingénierie mécanique - Aéronautique/Spatial nov.-03 France 11,7 M Activité nucléaire de TEUCHOS Ingénierie process - Nucléaire juil.-04 France 0,7 M CREADIF Ingénierie process - Nucléaire nov.-04 France 0,7 M EPILO (renommé INFOTECHLO) Ingénierie documentaire - Aéronautique mars-05 France 18,5 M ACE Ingénierie Produits, Ingénierie Process - Nucléaire avr.-05 France 1,2 M ACTSOFT Informatique embarquée - Télécommunications/Défense juin-06 France 5,3 M SILOIC Informatique et systèmes - Aéronautique/Spatial juin-06 France 39,0 M SD&A roup (AKKA Benelux) Ingénierie Mécanique, Ingénierie Process, Ingénierie Documentaire déc.-06 Belgique 10,2 M Activité ingénierie de COMAU France Ingénierie Mécanique - Automobile juin-07 France 18,0 M Coframi (AKKA I&S) Informatique industrielle, scientifique et technique, électronique, SI nov.-07 France 144,0 M Octogon Informatique industrielle, scientifique et technique, électronique, SI avr.-09 Allemagne 6,2 M Source : Akka Technologies 1.2 pour développer une des offres les plus compètes et les plus équilibrées du marché Akka Technologies a pour vocation d accompagner ses clients, essentiellement de grands donneurs d ordre industriels, sur l ensemble du cycle de vie de leurs produits ou services en leur fournissant des ressources humaines et matérielles dans le cadre de contrats en régie (délégation de consultants avec facturation au temps passé) ou dans le cadre d offres structurées (forfait ou workpackage). Le groupe s est attaché, au cours des dernières années, à compléter et à équilibrer son offre que ce soit au niveau des métiers (études amonts, conception, industrialisation, gestion de production), des produits (mécanique, électronique, informatique) et des modes de réalisation (régie, workpackage, forfait). Le groupe segmente son activité selon quatre unités opérationnelles regroupant elles-mêmes plusieurs métiers. Cette segmentation fait clairement apparaitre une scission entre les activités liées aux produits mécaniques (ingénierie produit et ingénierie process) et les activités liées à l informatique et l électronique (informatique et systèmes). Sur le plan de la mécanique (structures mécaniques, métalliques, plastiques ou composites) on distingue clairement les activités liées aux études et à la 5

6 conception des produits (ingénierie produits) et les activités liées à l industrialisation, à l optimisation de production (ingénierie process) mais sur le plan de l informatique cette distinction n est pas représentée. En effet, ce segment regroupe des activités liées à l étude et à la conception de produits électroniques et de systèmes embarqués, des activités d industrialisation et de gestion de production mais aussi des métiers transversaux de gestion des systèmes d information. Segmentation opérationnelle des activités du groupe en 2008 Activité Part du Chiffre d'affaires 2008 Description de l'activité Informatique et Systèmes 59 % Informatique et Systèmes regroupe à la fois les activités liées à la conception de produits électroniques et de systèmes embarqués et, de façon marginale, les activités transverses liées aux systèmes d informations (décisionnel, administration de systèmes d information, ERP-SAP, NTIC, informatique de gestion). Ingénierie Produits 26 % Ingénierie Process 11 % Ingénierie Documentaire 4 % Ingénierie Produits (anciennement Ingénierie Mécanique) regroupe les activités liées aux phases d'études et de conception des produits mécaniques notamment dans le cadre de prestations de calculs, de simulation et de gestion de projet. Ingénierie Process regroupe les activités liées aux phases d industrialisation et de production notamment dans le cadre de missions d assistance à maîtrise d œuvre de biens d'équipement ou d'amélioration de la productivité. Ingénierie Documentaire regroupe les activités liées à la gestion de projets documentaires et la production d information. Source : Akka Technologies, enesta Segmentation du chiffre d affaires 2008 par activité Segmentation du chiffre d affaires 2008 par typologie de contrats Ingénierie Documentaire 4 % Ingénierie Produit 26 % Informatique et Systèmes 59 % Assistance Technique 70 % Prestations structurées 30 % Ingénierie Process 11 % Source : Akka Technologies, enesta UN POSITIONNEMENT ORIINAL SUR L ENSEMBLE DU CYCLE DE VIE DES PRODUITS MÉCANIQUES, ÉLECTRONIQUES ET INFORMATIQUES Akka Technologies est susceptible d intervenir depuis les phases d études et de conception, jusqu à la production et le suivi de la vie série du produit (cf. schéma en page suivante), ce qui lui permet d avoir une vision globale des projets, appuyée par des activités transversales de gestion de projets et d audit. Ce positionnement permet à la société de se démarquer des principaux leaders du secteur, Altran et Alten positionnés essentiellement sur les phases d études et de conception et Assystem concentré sur l industrialisation et la gestion de vie série. Au niveau de la typologie des produits, la société, historiquement spécialisée dans la mécanique, a plus récemment acquis de solides compétences dans les domaines de l électronique, des systèmes embarqués et de l informatique industrielle et réalise depuis l acquisition de Coframi une part importante de son chiffre d affaires dans ce domaine. L évolution du groupe au cours des dernières années lui a permis d acquérir un certain équilibre entre les différents types de produits adressés ce qui est un élément différenciant dans la mesure où la plupart des autres acteurs du secteur ont tendance à pencher voire à se spécialiser pour un domaine particulier : Altran Alten et Ausy adressent plus largement les domaines de l informatique industrielle et des systèmes embarqués et SII est entièrement spécialisé sur ces segments alors, qu à l inverse, des acteurs tels que Segula ou Assystem sont assez majoritairement présents dans les domaines de la mécanique. 6

7 16 novembre 2009 Akka Technologies Akka Technologies se positionne sur l ensemble de cycle de vie des produits mécaniques ou de hautes technologies Innovation - Produit - Conception Industrialisation - Process - Usine R&D / Etudes Conception Industrialisation Production / Vie Série Expression de besoin Etudes amonts de faisabilité technique et économique Cahier des charges Design/Ergonomie Test / Qualification Logistique Définition des éléments industriels Intégration des process industriels Documentation technique Contrôle des réalisations Supervision Usine / estion de stock Maintenance / Vie série Formation Ingénierie mécanique Electronique Systèmes embarqués Source : Akka Technologies, enesta estion de projets Audit Consulting Ingénierie process Informatique industrielle Ingénierie documentaire Systèmes d information Division Informatique et systèmes Akka Technologies dispose du positionnement le plus complet sur le cycle de vie des produits et le plus équilibré en termes de typologie de ces produits vis-à-vis de ses principaux concurrents français (La taille du rectangle reflète de chiffre d affaires de la société) Segula Mécanique Altran Alten Akka Technologies Ausy SII Assystem Electronique / Informatique Positionnement produit Etudes amont Conception Industrialisation Production Vie Série Positionnement sur le cycle de vie produit Source : Société, enesta UNE OFFRE COMPLÈTE EN TERMES DE PRESTATIONS Historiquement, les sociétés de conseil en ingénierie réalisaient la quasi-totalité de leurs prestations dans le cadre de contrats en régie, contrats pour lesquels la société envoie un nombre déterminé de consultants en mission chez le client et les facture en fonction du temps qu ils y passent, sans prendre d engagement quant au résultat de la mission. Progressivement, les clients, désireux de se recentrer sur leur cœur de métier et poussés par leur direction des achats, ont incité les sociétés de conseil à proposer des offres plus structurées dans lesquelles elles prennent plus de responsabilités. C est ainsi qu ont été développées 7

8 les offres au forfait, dans lesquelles les sociétés de conseil s engagent à réaliser le projet en respectant les coûts et les délais définis précisément avec le client dans un cahier des charges. Les offres au forfait n étant pas applicables dans le cadre de projets très innovants, en raison du risque d exécution fort inhérent à ces projets, les sociétés de conseil ont développé des offres intermédiaires comme le workpackage, contrats dans lesquels la société de conseil met à disposition du client une équipe projet autonome en prenant en charge le coût des installations nécessaires à l exécution du projet mais sans prendre d engagement de résultat. En segmentant l activité des sociétés de conseil en ingénierie suivant deux axes que sont la maturité des technologies abordées et le mode de réalisation du projet, il est possible de distinguer trois types de prestations réalisées par ces sociétés : - La R&D de proximité (prestations en régie sur des technologies matures) : c est l activité qui a fait les beaux jours des sociétés de conseil en ingénierie dans les années 90 (notamment Altran) mais représente aujourd hui une part de plus en plus faible du chiffre d affaires des grandes sociétés du secteur car elle se révèle être de moins en moins profitable. En effet, les ressources utilisées par le client dans ce cas servent de variable d ajustement en permettant de palier des difficultés de recrutement en période de forte croissance et à l inverse de réduire rapidement la structure de coûts en période plus difficile. La valeur ajoutée y est réduite et la volatilité de cette activité, couplée à de faibles barrières à l entrée a conduit les acteurs à consentir de fortes baisses de prix lors de la crise du début des années 2000, qu il n a pas été possible de rattraper au cours des années suivantes. - Les prestations d expertise (prestations en régie sur des technologies innovantes) : c est aussi une activité historique de la plupart des sociétés de conseil en ingénierie pour laquelle elles se proposent de fournir des experts disposant de compétences pas ou peu maîtrisées par le client. Contrairement à la R&D de proximité, ce segment dispose de barrières à l entrée, telle que la capacité de sourcing de ces compétences, et fait moins figure de variable d ajustement du fait de la nécessité d innovation constante de la part des sociétés industrielles. La valeur ajoutée de cette activité est plus élevée et se situe dans la capacité à fournir des experts correspondants aux besoins des clients et capables d influer sur leur innovation. - Les prestations structurées d externalisation (prestations structurées - workpackage ou forfait - concernant des technologies souvent matures) : comme nous l avons vu, c est le changement dans le comportement d achat des clients couplé à la compétitivité sur le segment de la R&D de proximité qui a poussé les sociétés de conseil en ingénierie à développer ce type d offres. C est aujourd hui un segment très dynamique, représentant une part grandissante de l activité des principaux acteurs français de la R&D externalisée, car il nécessite de fortes compétences en gestion de projet et des capacités d investissement supérieures aux autres segments et exclut donc beaucoup de petits concurrents. La valeur ajoutée est donc plus élevée que dans le cadre de la R&D de proximité et réside principalement dans la compétence en gestion de projet de la société de conseil (respect des délais et des coûts, bonne allocation des ressources ). L intérêt fort que représente le segment des prestations structurées, à la fois pour les clients et pour les sociétés de conseil, incite les acteurs à étendre leurs compétences dans ce domaine. Certains acteurs, tels que Sogeclair, Nexeya ou eci, ont pris le parti de développer des offres encore plus globales dans lesquelles ils prennent en charge la réalisation complète de certains systèmes ou sous-systèmes des produits sur lesquels ils interviennent (de la conception jusqu à la production), dans la mesure où ce sont généralement des technologies très bien maîtrisées. Les autres acteurs du secteur (Alten, Altran, Assystem, Akka ) ne souhaitent pas s engager dans ce type d activités (car elles modifient leur profil de société de conseil vers celui de société industrielle) et tendent d abord à transférer un maximum de leurs prestations de R&D de proximité en offres structurées mais aussi à étendre leurs compétences en la matière à des technologies plus innovantes. Akka Technologies réalise une part qui varie entre 30 % et 40 % de son activité dans le cadre de prestations structurées, ce qui est, en moyenne, supérieur aux autres acteurs du secteur (en dehors d acteurs tels que Sogeclair, Nexeya ou eci qui ont fait le choix de prendre en charge la réalisation complète de certains ensembles ou sous-ensembles des produits sur lesquels ils interviennent). Cette forte compétence en prestations structurées permet à Akka Technologies de mieux répondre à la demande actuelle des clients et lui permet de prendre de l avance dans la capitalisation du savoir-faire en gestion de projets. Il convient de noter que la société, ne souhaitant pas s exposer à des risques d exécution liés aux projets sur lesquels elle intervient, ne prend pas d engagement de résultats dans le cadre de ses prestations structurée contrairement à ce que peut faire une société telle que Assystem. De plus, l équilibre, plus prononcé chez Akka Technologies que chez ses concurrents, entre prestations d expertise et prestations structurées positionne idéalement le groupe dans l optique de conquérir le segment à forte valeur ajoutée qu est l externalisation de technologies innovantes dans le cadre de prestations structurées. En effet, Akka Technologies semble être aujourd hui une des sociétés les plus à même de réaliser des prestations en workpackage sur des technologies innovantes, en raison de ses capacités en gestion de projets et sa maîtrise des technologies innovantes. 8

9 Segmentation des différentes prestations proposées par les sociétés de conseil en ingénierie Vers la prise en charge totale de la réalisation de systèmes ou de sous-systèmes : Sogeclair, Nexeya, eci Zone non adressée car trop risquée Prestations structurées d externalisation Forfait Domaine adressable en combinant savoir-faire en workpackage et en expertise Transfert massif vers des prestations structurées Workpackage Vers plus de valeur ajoutée Régie Mode de réalisation Prestations d expertise R&D de proximité Technologie de pointe Innovante Maîtrisée Éprouvée Vers plus de valeur ajoutée Maturité de la Technologie Source : enesta Répartition entre prestations réalisées en régie et prestations structurées pour les principales sociétés françaises de conseil en ingénierie en 2008 Part des contrats en régie Part des contrats en projets structurés Altran 75 % 25 % Alten 70 % 30 % Assystem 70 % 30 % SII 65 % 35 % Ausy 85 % 25 % Moyenne des acteurs comparables à Akka Technologies 73 % 29 % Akka Technologies 70 % - 60 % 30 % - 40 % Sogeclair 35 % 65 % Nexeya 30 % 70 % Sociétés ayant comme Akka Technologies fait le choix de rester des consultants à part entière malgré la prise de plus de responsabilités Sociétés ayant pris le parti de réaliser des ensembles ou sousensembles de produits dans leur intégralité Source : Sociétés UNE CAPACITÉ À SUIVRE LES DONNEURS D ORDRE DANS LEUR STRATÉIE DE DÉLOCALISATION Pour les sociétés de conseil en ingénierie, l ouverture de filiales dans des pays aux coûts salariaux moindres répond plus à la nécessité d accompagner les grands donneurs d ordre dans leur stratégie de délocalisation de leurs capacités de production dans ces pays, qu à un réel désir d accéder à de la main d œuvre offshore allouée sur des projets onshore. En effet, contrairement aux SSII, les sociétés de conseil en R&D ont encore un fort besoin de proximité avec leurs clients pour réaliser leurs prestations, mais le développement croissant des projets structurés, donnant plus de libertés aux sociétés de conseil, devrait favoriser l utilisation de ressources offshore. 9

10 16 novembre 2009 Akka Technologies Les sociétés de conseil en ingénierie ne réalisent pas (ou peu) de réelles prestations offshore mais se contentent de suivre leurs clients dans leur stratégie de délocalisation Lieu du projet Client Pays aux coûts élevés Pays à bas coûts Suivi du client dans sa stratégie de délocalisation Contrat Régie Forfait Offshore Régie Forfait Pays aux coûts élevés Utilisation réelle de ressources offshore Société de conseil Pays à bas coûts Ressources Le fait, pour une société de conseil en R&D, d avoir recours à des ressources dans un pays à bas coûts afin de répondre à une demande issue de ce même pays n est pas une démarche d offshoring. Dans ce cas la société se contente de suivre un donneur d ordre dans sa stratégie de délocalisation ou répond tout simplement à la demande locale. Une société de conseil en R&D fait de l offshoring lorsqu elle a recours à des ressources dans un pays à bas coûts afin de réaliser un projet basé dans un pays dans lequel les charges salariales sont plus élevées. Les sociétés de conseil ne peuvent recourir à des ressources offshore que dans le cadre de projets structurés, pour lesquels elles disposent de plus de libertés Source : enesta Le positionnement de Akka Technologies sur les métiers liés à l industrialisation et à la production l oblige donc à suivre les grands donneurs d ordre dans leur logique de délocalisation, de leur appareil productif, comme ce fût le cas lors de l implantation de Renault en Roumanie. Akka Technologies dispose, aujourd hui, de ressources dans 3 pays à bas coûts (la Roumanie, le Maroc et l Inde) qui, même si elles ne sont pas utilisées, pour l instant, dans une réelle optique offshore, représentent un réel atout pour la société car : - Les sociétés de conseil occidentales sont obligées aujourd hui de disposer de ce type de ressources, pour les domaines les plus fréquemment délocalisés par les clients (industrialisation, production, informatique), si elles veulent conserver leur référencement auprès des grands donneurs d ordre. Ainsi, Alten est entré en partenariat avec l indien Infotech et Akka a réalisé une joint venture avec Barhat Forge pour suivre EADS dans sa stratégie de délocalisation dans ce même pays. - Le simple fait d accompagner de grands donneurs d ordre dans leur stratégie de délocalisation peut représenter un levier sur la rentabilité opérationnelle, lorsque la taille critique est atteinte. Dans l état actuel des choses, bien que les salaires des employés situés dans des pays à bas coûts soient largement inférieurs (ill peut y avoir un différentiel de plus de 65 % entre le salaire d un ingénieur français et celui d un ingénieur roumain) pour des TJM (Tarif Journalier Moyen, représentant le prix à la journée d un consultant) légèrement plus bas que ceux pratiqués en Europe de l Ouest, la petite taille des structures et les coûts organisationnels annexes ne permettent pas de dégager des marges opérationnelles significativement meilleures. Si la société arrive à atteindre une taille et un niveau d industrialisation suffisants pour diluer les coûts opérationnels annexes, alors elle pourra profiter pleinement de la meilleure marge brute par consultant inhérente à ces marchés et ainsi augmenter sa rentabilité opérationnelle. - La société n exclut pas d utiliser ces ressources dans une réelle optique offshore.. En effet, la filiale roumaine du groupe, réalise des prestations toujours exclusivement locales mais la société espère, à terme, utiliser ces ressources aussi dans une optique d offshoring. Le développement de cette activité représenterait alors une opportunité pour le groupe d améliorer sa structure de coûts sur les projets au forfait réalisés en France, en Allemagne, en Belgique ou en Italie et ainsii dégager de meilleures marges. Alors que les grands donneurs d ordre accélèrent la réduction de leur panel fournisseurs, l offre complète et équilibrée de Akka Technologies donne a ses clients l assurance de pouvoir répondre à un maximum de leurs besoins en faisant intervenir un minimum d acteurs. C est pourquoi la société semble être, même en cette période difficile, en mesure de conserver ses référencements et d en conquérir de nouveaux. 1.3 Mais une croissance réalisée aux dépens du développement international Akka Technologies est une société très largement française, avec 90 % de son chiffre d affaires réalisé sur cette zone en 2008, sur la base notamment d une forte culture régionale. La société s est particulièrement développée sur l ensemble des grands bassins technologiques français que sont les régions Ile de France, Rhône-Alpes et Midi-Pyrénées. L intégration de Coframi en 2007 a permis à la société d accroitre sa présence dans ces régions stratégiques, mais aussi d atteindre la taille critique en région PACA et de se développer dans l ouest de la France. Cette présence régionale est un réel atout pour la société car elle lui permet d avoir la proximité nécessaire avec les clients, que cela soit sur le plan commercial ou lors des phases de projets. 10

11 UN POTENTIEL EUROPÉEN QUI N EST PAS ENCORE EXPLOITÉ Le groupe a débuté son expansion internationale par la création de filiales en Belgique et en Italie en 2000, puis en Allemagne en 2001, dans l optique d un développement essentiellement organique. Cette stratégie de développement, bien que portée par une croissance organique forte (+36 % en moyenne à l internationale entre 2006 et 2008), n a pas permis au groupe d atteindre la taille critique sur la majorité de ces marchés. La Belgique est aujourd hui le seul pays dans lequel le groupe a atteint une taille significative, avec 250 personnes, notamment grâce à l acquisition de la société SD&A en Au 31 décembre 2008, la société comptait 94 personnes en Suisse, 90 personnes en Italie et 52 personnes en Allemagne ce qui est relativement faible au regard de la taille des marchés adressés. Les filiales au Royaume-Uni et en Espagne sont toujours en activité mais ne sont aujourd hui plus développées et contribuent de façon marginale au chiffre d affaires international du groupe. Le développement sur le marché européen représente un levier important pour la société aussi bien en termes de croissance que d amélioration de la rentabilité opérationnelle. La France est le marché européen le plus mature dans le domaine de l externalisation de la R&D, avec une part comprise entre 27 % et 30 % des budgets de recherche et développement qui y sont consacrés, tout en étant très atomisé et concurrentiel. Les autres grands marchés européens que sont l Allemagne, le Benelux ou l Italie sont moins structurés et offrent un potentiel de croissance supérieur à celui de la France tant la part des budgets de recherche et développement externalisés est faible (de l ordre de 15 % à 20 %) et vouée à augmenter, afin de répondre aux exigences de flexibilité inhérentes à l innovation. Les acteurs français ont bénéficié ces vingt dernières années d un environnement domestique propice à leur développement qu ils peuvent mettre à profit aujourd hui afin de conquérir des marchés européens sur lesquels les acteurs locaux souffrent d un déficit de taille. Au-delà de l opportunité de croissance qu il représente, le développement européen de Akka Technologies apporte un levier afin d augmenter la rentabilité opérationnelle du groupe qui est historiquement plus élevée sur ces marchés (rentabilité opérationnelle d activité supérieure de plus de 600 pbs à l international par rapport à la France). Cette différence de rentabilité opérationnelle avec la France s explique par 1/ la plus faible concurrence liée au manque de maturité de ces marchés, permettant de pratiquer des prix plus élevés, 2/ une législation sociale plus favorable aux sociétés de conseil en ingénierie, que cela soit au niveau du temps de travail ou de la flexibilité des contrats, et 3/ des frais de structures moindres, en raison du faible nombre d implantations de la société dans ces pays. L augmentation de la part de chiffre d affaires réalisé à l international est donc un enjeu important pour Akka Technologies afin d améliorer sa marge opérationnelle. Bien que représentant une excellente opportunité de croissance, Coframi était peut être trop centrée sur le marché français et son intégration a diminué le poids des filiales européennes au sein du groupe. En effet, malgré une croissance organique extrêmement dynamique dans l ensemble de ses filiales européennes, le groupe ne génère à fin 2008 que 10,4 % de son chiffre d affaire en dehors de France, soit un niveau équivalent à celui de fin râce à une meilleure dynamique à l international sur les neuf premiers mois de l année 2009 et l acquisition d une société basée en Allemagne au 1 er semestre 2009, les activités internationales atteignent aujourd hui 12,1 % du chiffre d affaires du groupe. Une croissance internationale extrêmement dynamique entre 2006 et ,0 % 40,0 % 41,0 % 44,0 % 30,0 % 25,0 % 20,0 % 10,0 % 0,0 % 12,9 % 10,0 % 17,0 % -4,0 % -10,0 % -20,0 % S ,4 % Croissance Organique Internationale Croissance Organique roupe Source : Akka Technologies Plus spécifiquement, le marché allemand représente un fort potentiel pour les sociétés de conseil en technologies car c est le premier pays européen en termes de dépenses de R&D avec 41 Md en 2008 (devant la France avec 25 Md ). Il est par ailleurs caractérisé par des sociétés de taille plus faible qu en France, car spécialisées sur des secteurs ou des domaines particuliers. Fort de ce constat, Akka Technologies a fait du marché allemand l un de ses principaux axes de développement pour les années à venir, aussi bien par croissance organique que par opérations de croissance externe. L acquisition de la société Octogon est un premier pas dans ce sens mais cette opération reste trop marginale (chiffre d affaires 2008 de 6 M ) pour que le groupe puisse atteindre une taille conséquente dans le pays. La société, qui disposera de près de 100 collaborateurs à fin 2009 en Allemagne, 11

12 ne cache pas sa volonté d atteindre un chiffre d affaires supérieur à 150 M d ici deux ou trois ans dans ce pays. Afin de valider cette stratégie, Akka Technologies sera probablement amené à réaliser des opérations de croissance externe significatives, ce que le management semble prêt à faire dès 2010 au vue des récentes déclarations de son Président. 1.4 et du mix sectoriel UNE FORTE EXPOSITION À L INDUSTRIE DES TRANSPORTS Historiquement majoritairement présente dans le secteur automobile, la société a opéré depuis 2003 une importante mutation la conduisant à réaliser depuis 2006 une majorité de son chiffre d affaires dans le secteur aéronautique, notamment suite aux acquisitions de BE System, Infotechlog et Silogic. L acquisition de Coframi en 2007 confirme cette tendance amenant la société à réaliser près de 20 % de son chiffre d affaires sur le secteur aéronautique en Les secteurs de l automobile et des équipementiers dont la part relative était structurellement en baisse depuis plusieurs années ont connu une année 2008 dynamique les amenant à peser respectivement 14 % et 10 % du chiffre d affaires du groupe. C est dans ce contexte de forte exposition à ce secteur que le groupe a entamé une année 2009 marquée par l arrêt de nombreux projets et le renvoi de sous-traitants de la part des constructeurs automobiles (Renault en premier lieu). Au 1 er semestre 2009, le poids relatif de ces deux secteurs dans le chiffre d affaires du groupe n est plus que de 12 % (6 % pour les constructeurs et 6 % pour les équipementiers) alors que le secteur aéronautique porté par des projets aux cycles plus longs et plus coûteux à interrompre a connu un 1 er semestre en légère croissance portant sa part relative à 23 % du chiffre d affaires. Le secteur ferroviaire grâce à sa bonne résistance au 1 er semestre 2009 atteint à présent 10 % du chiffre d affaires venant compléter une exposition de plus de 50 % du groupe à l industrie des transports (57 % en 2008 et 51 % au 1 er semestre 2009). MAIS UNE VOLONTÉ DE DIVERSIFICATION Conscient de cette surexposition à l industrie des transports, le groupe cherche à se diversifier, que cela soit par l intégration de Coframi, qui même si elle a renforcé le groupe sur le secteur aéronautique, lui a ouvert les portes du secteur télécom ou par plusieurs acquisitions dans le nucléaire. Le groupe avait identifié dès 2004 le potentiel du secteur nucléaire mais les acquisitions réalisées étant trop petites (entre 0,7 M et 1,2 M de chiffre d affaires), le groupe n a pas réussi à atteindre une taille significative dans le domaine. Aujourd hui le management a fait du développement dans le nucléaire un axe majeur de sa stratégie pour les années à venir et semble prêt à réaliser des acquisitions de taille plus significative dans ce domaine. Ventilation du chiffre d affaires de Akka Technologies par secteur d activité 26,5 % 17,0 % 25,0 % 5,0 % 7,0 % 4,0 % 6,0 % 7,0 % 14,0 % 8,0 % 10,0 % 10,0 % 8,0 % 6,0 % 10,0 % 21,0 % 24,0 % 12,0 % 25,5 % 25,0 % 29,0 % Transports Pharmacie/Tertiaire/Autres Energie Défense Télécom/Intégrateurs Ferroviaire Automobile/Equipementiers Aéronautique/Spatial S Source : Akka Technologies, enesta UN POSITIONNEMENT FORT DANS L AÉRONAUTIQUE, QUI REVET DES RISQUES Le positionnement fort de Akka Technologies sur le secteur aéronautique lui a permis de figurer parmi les 5 fournisseurs de rang 1 du référencement E2S, référencement mis en place par Airbus lors de la réduction de son panel fournisseurs. La société a ainsi pu maintenir son activité dans ce domaine. Cependant, cette forte exposition au secteur aéronautique et plus particulièrement à EADS, représente un facteur de risque important pour la société car si ce secteur s est révélé défensif au cours du 1 er semestre 2009, il faudra être particulièrement attentif quant au lancement de nouveaux projets dans les 2-3 ans à venir, à l occasion du nouveau cycle d investissement du géant de l aéronautique. Par ailleurs, Airbus se fait de plus en plus pressant quant à sa volonté de délocaliser une partie de sa production, motivé notamment par le niveau excessivement élevé de l euro face au dollar. Bien qu en partie positionné sur des phases d études et de conception difficilement délocalisables, Akka Technologies serait dans l obligation de suivre l avionneur européen dans sa stratégie afin de garder son référencement. Que cela soit en 12

13 raison d une baisse ou d une délocalisation des investissements, Akka Technologies se trouverait, comme aujourd hui avec le secteur automobile, dans l impossibilité de reclasser ses ingénieurs et techniciens situés en France. Il convient donc pour Akka Technologies de diminuer la part relative du secteur aéronautique dans son chiffre d affaires, au risque de se retrouver dans une situation identique à celle du 1 er semestre 2009 sur le segment automobile. Plus généralement le groupe se doit de diminuer son risque clients qui nous semble particulièrement élevé : en 2008, EADS, le 1 er client de la société, représentait 21 % du chiffre d affaires du groupe (15 % pour Airbus seul) et les 10 principaux clients 65%. Cette diminution du risque clients devrait intervenir naturellement lors du développement du groupe à l international et lors de sa diversification dans des secteurs tels que l énergie mais, une fois de plus, une évolution purement organique, même dynamique, ne nous semble pas suffisante. 2 et gérer la crise sans court-termisme Les résultats publiés par Akka Technologies au 1 er semestre 2009 sortent de l ordinaire à la fois, en raison de l impact de la crise sur le secteur automobile, et de la violente réaction des principaux donneurs d ordres du secteur, mais également en raison de la poursuite du plan de redressement de Coframi. Dans ce contexte extrêmement difficile, Akka Technologies a démontré une résistance intéressante du point de vue de la rentabilité opérationnelle et nous semble avoir adopté une attitude de gestion lui permettant de sortir avec le moins de dommages possibles de cette mauvaise passe conjoncturelle. 2.1 Une décroissance à relativiser puisqu ayant eu un impact limité sur la rentabilité UNE BAISSE SANS PRÉCÉDANT DE L ACTIVITÉ AU 1 er SEMESTRE 2009 Akka Technologies a publié en juillet dernier un chiffre d affaires au 1 er semestre 2009 en recul historique de -15,4 % (-15,9 % de décroissance organique), une décroissance certes dans la tendance du marché mais plus importante que ses principaux concurrents français (Altran : -11,5 %, Alten : -8,4 %, Assystem : -8,4 %) en raison de la forte exposition de la société à l automobile et aux équipementiers (24 % du chiffre d affaires en 2008) deux des secteurs les plus touchés par la crise. Le comportement irrationnel de certains donneurs d ordre du secteur automobile face à la crise, Renault en premier lieu, les a conduit à arrêter tout ou partie de certains projets sur lesquels ils avaient demandé à Akka Technologies de monter en puissance durant l année Ainsi, après une année 2008 de forte croissance sur ce secteur, accompagnée de recrutements en conséquence, le groupe a vu baisser son volume d affaires de 23 M sur ce seul segment, impliquant une baisse de 11,8 % du chiffre d affaires groupe. Par ailleurs, afin de redresser la société Coframi, le groupe a poursuivi sa politique favorisant les projets rentables aux dépens de la croissance, impactant négativement la croissance du groupe à hauteur de -5,3 %. En dehors de ces deux éléments exceptionnels, de l effet négatif lié au nombre de jours ouvrés et de l acquisition de la société Octogon, Akka Technologies a connu une croissance de +2,8 % de son activité sur le semestre, notamment portée par le dynamisme de secteurs tels que l Energie, le Ferroviaire ou encore par la fermeté du secteur Aéronautique, venant compenser d autres secteurs sous pression tels que les Télécoms et les intégrateurs informatiques. Détail de la décroissance organique de la société Akka Technologies au cours du 1 er semestre 2009 % Volume Croissance publiée -15,4 % -30,0 M Arrêt des projets dans l'automobile -11,8 % -23,0 M Arrêt de contrats non rentables dans le périmètre Coframi -5,3 % -10,4 M Effet calendaire -1,6 % -3,1 M Effet de périmètre 0,5 % 1,0 M Croissance hors éléments exceptionnels 2,8 % 5,5 M Source : Akka Technologies, estimations enesta MAIS UN IMPACT MAITRISÉ SUR LA RENTABILITÉ OPÉRATIONNELLE Dans un métier comme le conseil, où les charges opérationnelles sont presque entièrement fixes, un euro de chiffre d affaires en moins est sensé baisser d autant la marge brute. Cependant, Akka Technologie est parvenu au cours du 1 er semestre 2009 à absorber 21 M de baisse d activité au niveau de ses charges opérationnelles en augmentant la rentabilité de Coframi et en ayant recours au chômage partiel pour une partie de ses consultants du secteur automobile. 13

14 - Coframi (à présent renommé Akka I&S) réalise sur la période un chiffre d affaires de 56,9 M affichant une décroissance de -15,4 % en ligne avec le reste du groupe mais une rentabilité opérationnelle d activité de 3,5 % (résultat opérationnel courant avant prise en compte des coûts liés aux stock options divisé par le chiffre d affaires) en hausse de +130 pbs par rapport au 1 er semestre Cette hausse de la marge opérationnelle de Coframi, obtenue grâce à l abandon de contrats peu ou pas rentables et à la signature de contrats ayant une rentabilité comparable au reste du groupe, a permis d absorber une partie de l impact lié à la baisse de l activité sur le 1 er semestre Le secteur automobile a connu une décroissance de -23 M de son chiffre d affaires par rapport au 1 er semestre 2008, en raison de l arrêt de nombreux projets notamment de la part de Renault (1 er client de Akka Technologie sur ce secteur en 2008). En raison de la brutalité du changement de tendance sur ce secteur, les acteurs les plus exposés à l automobile se sont retrouvés confrontés à une explosion de leur taux d intercontrats (Alten a eu jusqu à 800 personnes en intercontrat sur ce secteur) avec une impossibilité de reclasser une majorité de leurs ingénieurs spécialisés. Face à cette situation exceptionnelle, les sociétés de conseil en ingénierie ont été autorisées à placer une partie de leurs effectifs du secteur automobile au chômage partiel, et de n assumer ainsi qu un tiers de leur coût direct. Akka Technologie a ainsi placé 350 de ses salariés au chômage partiel au cours du 1 er semestre 2009 lui permettant de toucher plus de 6 M d indemnités, impactant positivement le compte de résultat en amont du résultat opérationnel d activité. Impact de la décroissance organique du chiffre d affaires des principaux acteurs de la R&D externalisée sur leur marge opérationnelle, au cours du 1 er semestre ,00 0,80 0,60 0,40 0,20 0,00 Altran Alten Assystem Sogeclair Moyenne des principaux concurrents Akka Impact de 1 pt dedécroissance organiquesur la margeopérationnelleavant charges de restructuration Impact de 1 pt dedécroissance organiquesur la margeopérationnelle après charges de restructurations Source : Sociétés, enesta Akka Technologies, bien qu étant sur le secteur la société française cotée ayant connu la plus forte décroissance organique, a été proportionnellement l une des moins impactées au niveau de la rentabilité opérationnelle. Ainsi, chez Akka Technologies, 1 point de décroissance organique a entrainé une décroissance de 0,22 point de la marge opérationnelle alors que pour les autres acteurs du secteur, cette même décroissance organique a entrainé une contraction comprise entre 0,5 point et 1 point de leur marge opérationnelle avant impact des charges de restructurations (résultat opérationnel courant). 2.2 Une gestion responsable de la situation L ensemble des sociétés de conseil en technologies ont vu leur activité fortement impactée par la crise les obligeant à prendre des mesures de gestion court terme. Cependant, dans ce contexte, il était important de ne pas prendre de mesures ayant un impact irrémédiable sur la société que cela soit du point de vue financier (baisse définitive des prix) ou du point de vue de l image (médiatisation des plans de restructuration). LA SOCIÉTÉ A FAIT PREUVE DE SAN FROID FACE À CETTE SITUATION EXCEPTIONNELLE Nous avons observé trois types de gestion de la part des différents acteurs du secteur : - Chercher à placer coûte que coûte ses ingénieurs en consentant des rabais importants en matière de prix. C est une attitude que peu de sociétés ont semblé adopter lors de la crise, hormis un gros acteur non côté, car elle se révèle plus nocive à moyen et long terme que la baisse temporaire du taux d utilisation des ingénieurs. Il est en effet beaucoup plus difficile de revenir sur des niveaux de facturation préalables en cas de reprise que de placer ses ingénieurs en intercontrat. 14

15 - Conserver une politique de prix ferme tout en opérant des restructurations afin de ne pas laisser exploser le taux d intercontrats. Beaucoup de sociétés du secteur ont adopté cette attitude, notamment les plus grosses, afin d afficher un niveau de rentabilité «courante» acceptable. Les restructurations importantes, souvent bien accueillies par le marché ne sont toutefois pas le remède miracle contre la baisse de la demande car elles minent l ambiance générale au sein de la société, notamment au niveau des managers, et donne une image négative sur le plan de la politique ressources humaines. Un déficit d image peut être très pénalisant en période de forte croissance de la demande lorsque le marché de l emploi a tendance à se tendre et la récente couverture de ces sujets par les médias risque de ne pas arranger les choses. Ainsi les deux leaders français du secteur voient leurs plans de restructurations respectifs médiatisés à outrance ce qui les place en position délicate aussi bien du point de vue de la communication sociale que du point de vue financier car l issue juridique de ces restructurations donne matière à spéculer. - Laisser gonfler temporairement le taux d intercontrats afin de maintenir ses prix sans opérer de restructurations massives. C est le pari de Akka Technologies qui a préféré laisser la situation se décanter et utiliser l ensemble des leviers disponibles (chômage partiel, reclassements, formations ) pour essuyer la tempête sans faire de vagues sur le plan social. Il est vrai que cette attitude n aurait pas été possible sans le recours au chômage partiel car la rentabilité opérationnelle de la société aurait basculé dans le rouge, mais il convient de saluer le travail du management qui a su garder son calme malgré le comportement de certains de ses clients et concurrents. LE POINT BAS DU TAUX D UTILISATION EST MAINTENANT DERRIÈRE NOUS Le taux d utilisation, tout d abord grevé par l arrêt brutal des projets dans l automobile, a continué à se détériorer jusqu à atteindre le niveau historiquement bas de 76 % à fin mai (82 % en dehors du secteur automobile pour lequel le taux d utilisation a été en moyenne aux alentours de 30 % sur le semestre) puis, du fait d un léger ajustement des effectifs et des efforts réalisés pour reclasser les consultants en intercontrat, est reparti à la hausse pour atteindre 84 % en septembre. En retrouvant début septembre 2009 un taux d activité, hors secteur automobile, s établissant à 90 %, proche du taux «normatif» du groupe (91 % - 91,5 %), et en renouvelant le placement de 300 personnes au chômage partiel, le groupe a démontré qu il n y avait pas de nécessité, pour le moment, d opérer un plan de restructuration massif. Akka Technologies s est en effet contenté, pour rétablir son taux d activité, de geler les embauches tout en misant sur le turn-over naturel, bien qu en chute libre depuis le début de l année, et d opérer quelques départs ciblés. 3 Un marché porteur à l épreuve de la crise Lors de la précédente crise, le marché de la R&D externalisée avait montré un certain potentiel défensif mais la brutalité avec laquelle certains acteurs industriels ont aujourd hui taillé dans leurs budgets de recherche et de développement, pourtant considérés comme vitaux, a considérablement modifié cette perception. Cependant, il est important de ne pas généraliser cette mauvaise passe à l ensemble du marché tant cette crise se caractérise avant tout par des disparités : disparités dans les réactions des donneurs d ordre, dans l orientation des différents secteurs mais aussi au niveau de la durabilité de ces tendances. Bien que fortement secoué et emprunt à de profondes mutations, le marché de la R&D externalisée nous semble rester porteur à long terme tant la nécessité d innover et de réduire le time to market devrait continuer à s accélérer dans les années à venir, forçant les sociétés à maintenir, si ce n est à accroître significativement, leurs investissements en R&D tout en gardant la flexibilité nécessaire pour prévenir des retournements de cycles de plus en plus rapides. 3.1 Des tendances sectorielles particulièrement éclectiques Bien que l ensemble de l industrie soit mise à mal lors de cette période, des disparités fortes sont observées entre les différents secteurs qui pèsent le plus sur le marché de la R&D externalisée. Les secteurs de l automobile, des biens de consommation de l industrie lourde ou des équipementiers télécom se sont effondrés sans montrer de reprise significative pour l instant alors que l aéronautique, le ferroviaire ou la pharmacie ont montré une forte capacité de résistance et que le secteur énergétique est quant à lui en forte croissance. 15

16 Part des sociétés de conseil en technologies adressant les différents secteurs en France en ,0 % 61,0 % 60,0 % 57,0 % 36,0 % 31,0 % 30,0 % 29,0 % 17,0 % 15,0 % 13,0 % 11,0 % 11,0 % 3,0 % Source : IDC, Syntec Ingénierie, 2007 Tendance actuelle pour la R&D externalisée sur les principaux secteurs adressés Secteur Energie Transport Aéronautique, spacial, défense Equipements médicaux Chimie, pharmacie Secteur financier Industrie télécom Industrie mécanique Electronique grand public Automobile Tendance actuelle pour la R&D externalisée Forte croissance Croissance soutenue Légère croissance Légère croissance Légère croissance Bonne tenue Environnement difficile, forte pression tarifaire Effondrement de la demande Effondrement de la demande Effondrement de la demande Source : Syntec, Sociétés, enesta VERS UNE REPRISE DES INVESTISSEMENTS DANS LE SECTEUR AUTOMOBILE EN 2010 Le secteur automobile, aujourd hui dans la tourmente, était historiquement le plus important en Europe en termes de dépenses de recherche et de développement, loin devant le secteur pharmaceutique, mais aussi le plus important au regard des budgets externalisés. Cette manne, notamment liée à la nécessité d innover mais aussi de gagner en productivité, a rapidement attiré les prestataires de conseils en technologies, faisant du secteur automobile le plus adressé de l industrie en France (en 2007, 63 % des sociétés de conseil en ingénierie françaises disposaient d une offre à destination de ce secteur). Bien que le point bas semble passé, l année 2009 sera encore une année noire pour le secteur dans la mesure où Renault prévoyait en septembre dernier une nouvelle baisse des ventes de véhicules de -8 à -10 % pour cette année après la baisse de l ordre de -15 % en 2008 (soit une baisse de près de -25 % sur deux ans). Cependant, nous estimons que l année 2010 devrait être marquée par le rebond du secteur sur le plan des investissements en recherche et développement avec le retour à la rentabilité opérationnelle des différents acteurs du secteur et leur obligation de lancer un nouveau cycle d investissement, afin d adapter leurs gammes à la demande actuelle. A titre d exemple, Renault s estime capable de retrouver l équilibre opérationnel dès le 2 ème semestre 2009 et s apprête à investir près de 1,3 Md afin de déployer 4 voitures électriques en Du côté de PSA le rebond devrait être moins marqué en 2010 dans la mesure où la société n avait pas renvoyé l ensemble de ses prestataires au début de l année et qu elle a déjà commencé à réembaucher des consultants lors des derniers mois (une grande partie des 200 consultants du secteur automobile de Akka Technologies aujourd hui staffés sont en mission chez PSA). Le positionnement de Akka Technologies sur les phases de recherche/conception et son référencement auprès de Renault devraient lui permettre de profiter dès 2010 de la reprise des investissements dans l automobile. 16

17 UN SECTEUR AÉRONAUTIQUE EN DÉPHASAE Le secteur aéronautique, notamment porté par croissance des investissements en R&D de la société EADS, en 2008 (+2,3 %) et au 1 er semestre 2009 (+3,7 %), montre un certain potentiel défensif depuis le début de la crise. Cette bonne tenue des investissements en recherche et développement de la part du groupe européen s explique d abord par la bonne visibilité de la société sur son chiffre d affaires, grâce à son carnet de commande, et par des cycles d investissements longs. EADS a en effet lancé courant 2008 un cycle de projets donnant aux sociétés de conseil en ingénierie une visibilité sur 2-3 ans et a annoncé lors de ses résultats du 1 er semestre 2009 que ses dépenses en R&D atteindraient cette année le niveau record de 3 Md Dépenses en R&D de la société EADS depuis 2000 (Md ) +12 % Chiffre de 3 Md annoncé lors des résultats du 1 er semestre 2009 Dépenses de R&D au 1er semestre Dépenses de R&D en année pleine Source : EADS L intensification récente de la réduction du panel fournisseurs d EADS, notamment dans le cadre du programme E2S, représente une bonne opportunité pour Akka Technologies de jouer un rôle de fédérateur en rachetant des sociétés ne pouvant pas survivre sans ce référencement. Cette tendance, qui devrait se poursuivre, va encore renforcer la position de Akka Technologies auprès de EADS, jusqu à le rendre indispensable en raison du volume de projets qui lui sont confiés, lui permettant d imposer des conditions tarifaires plus intéressantes que par le passé. Il convient cependant d apporter un bémol à ces anticipations favorables, puisque même si ce secteur semble représenter un havre de paix à moyen terme, de par sa visibilité et sa croissance, il est tout de même actuellement sous tension. En effet, même si Airbus n observe qu une faible décroissance de son chiffre d affaires au 1 er semestre 2009 (-2 %) les compagnies aériennes sont actuellement en plein tourment et les autres grands donneurs d ordre du secteur (Dassault, Snecma) se montrent moins résilients. Ces derniers ont d ailleurs commencé à tailler dans leurs budgets de R&D impactant négativement l activité de sociétés de conseil ayant une exposition moins centrée sur EADS, telles que Assytem (-6 % dans l aéronautique au 1 er semestre 2009). Or, en cas d inflexion dans le carnet de commande de l avionneur européen, lors des années à venir, les dépenses liées au prochain cycle d investissements, notamment en production, risquent d être revues en baisse. La position privilégiée de Akka Technologies auprès de l avionneur européen, notamment grâce à ses ressources offshore en Inde, devrait lui permettre de moins souffrir que ses concurrents d un tel ralentissement mais serait évidement une mauvaise nouvelle pour la société. L ÉNERIE, NOUVEL ELDORADO DE L INÉNIERIE? Lors de la publication de leurs résultats respectifs, les dirigeants des principales sociétés françaises de conseil en ingénierie ont souligné l importance qu ils accordaient au secteur de l énergie pour les années à venir. Ce récent regain d intérêt pour le secteur énergétique n est pas lié à l explosion des investissements dans les énergies renouvelables, éoliennes et solaires, qui en raison de leur relative simplicité et de l atomisation de leurs installations ne représentent pas un volume d affaires suffisant pour les grandes sociétés de conseil en technologies, mais par le nucléaire. En effet, le nouveau cycle d investissements lancé en Europe autour du nucléaire (notamment motivé par l arrivée à maturité des parcs existants) et la compétitivité de la France dans le domaine, offrent des perspectives alléchantes pour les sociétés de conseil en ingénierie hexagonales qui, en dehors de Assystem et Alten, réalisent une part relativement faible de leur chiffre d affaires dans le secteur de l énergie (Altran : env. 6 % ; Alten : 14,5 %, Assystem : 16 %, Akka : 6 %, SII : 3 %, Ausy : 8 %). La croissance de l activité liée au nucléaire est et sera portée à la fois par : - la construction de nouveaux réacteurs : L accroissement du besoin énergétique couplé au vieillissement des parcs électronucléaires mondiaux conduit certains Etats à se rééquiper en la matière. C est notamment le cas de la France qui en parallèle de l allongement de la durée de vie de ses réacteurs existants va construire deux réacteurs de nouvelle 17

18 génération, type EPR, dont la conception est gérée par la société Areva. La conception de ce type de réacteurs, dont le carnet de commandes augmente régulièrement, est encore loin d être maîtrisée, comme le montrent les déboires du chantier pilote situé en Finlande. A l image du projet A400m de EADS, le manque de maîtrise et les enjeux politiques inhérents à ce type de projets devraient conduire l ensemble des acteurs, impliqués dans les projets EPR actuels et à venir, à recourir massivement à des sociétés de conseil en technologies. - la maintenance et le prolongement de la durée de vie des réacteurs existants : Dans ce domaine, après les Etats-Unis et l Espagne, la Belgique a récemment décidé d allonger la durée de vie de ses réacteurs nucléaires de 10 ans et l Allemagne envisage de prendre la même décision afin de retarder sa sortie du nucléaire. La France envisage pour sa part d augmenter de 20 ans la durée de vie des réacteurs existants, ce qui devrait représenter un budget d investissement de l ordre de 400 M par réacteur, soit environ 20 Md pour l ensemble de son parc. Une grande partie des pays prenant cette décision ne remettent pas en question leurs investissements futurs dans de nouveaux réacteurs (à l exception de l Allemagne et de la Belgique qui ont décidé depuis plusieurs années de sortir du nucléaire) mais souhaitent gagner du temps afin de préparer le renouvellement de leur parc. Cet allongement de la durée de vie des réacteurs nucléaires représente une manne importante pour les sociétés de conseil en technologies car il nécessite de «redesigner» une partie des systèmes ou sous-systèmes du réacteur mais aussi d établir de nombreux process. Une part importante de ces projets devrait être externalisée car les exploitants actuels ne souhaitent et/ou ne savent pas aborder ces problématiques et Areva, malgré les recettes que pourrait lui apporter cette activité, préfère militer pour la construction de réacteurs de nouvelle génération. - le démantèlement des réacteurs en fin de vie : les budgets nécessaires à cette étape sont encore très flous mais sont de toute évidence extrêmement élevés car certaines estimations vont même jusqu à remettre en question la compétitivité du kwh nucléaire en raison de ces coûts de démantèlement. Une fois de plus, dans ce domaine, les exploitants actuels cherchent à externaliser une grande partie des process au profit des sociétés de services ans ans Maturité du parc nucléaire géré par EDF Classement des réacteurs par tranche d âges Carnet de commandes de la société Areva concernant ses réacteurs EPR Projets signés Finlande 1 Chine 2 Projets en discussion ans 11 France 1 1 Royaume Uni ans 1 Inde 2 USA ans 4 EAU 2 Total 4 10 Source : EDF Source : Areva Bien qu il existe un fort potentiel à l international, Akka Technologies ne vise pour l instant que les projets français afin de monter en puissance sur les domaines des process, des contrôles commandes et des systèmes d information et de gagner en crédibilité sur ce secteur pour intégrer l écosystème qui est en train de se constituer dans cette filière. 3.2 mais un environnement européen globalement porteur UN FORT POTENTIEL POUR LA R&D EXTERNALISÉE EUROPÉENNE La crise actuelle ne remet pas en question à moyen et long termes les principaux drivers de la croissance de ce marché que sont, la croissance du PIB dans les pays adressés, l augmentation de la part du PIB consacrée aux budgets de R&D ainsi que l augmentation de la part de ces budgets qui sont externalisés : - La croissance du PIB dans les pays adressés influe sur la tendance générale du marché de l ingénierie technique et scientifique mais ne détermine pas le niveau exact de croissance de ce marché, qui dispose de leviers de croissance plus importants. En effet, entre 2005 et 2008, le marché français du conseil en technologie a clairement été porté par la croissance du PIB français mais a affiché une surperformance systématique (croissance moyenne annuelle du marché du conseil en ingénierie technique et scientifique située autour de +6,5 % contre une croissance annuelle du PIB nominal légèrement supérieur à +4 %) notamment expliquée par la part croissante des budgets de R&D externalisés. - L augmentation de la part du PIB consacré à la recherche et au développement, au niveau des sociétés privées et des Etats, n a pas joué un rôle déterminant dans la surperformance affichée par le marché du conseil en ingénierie 18

19 technique et scientifique, ces dernières années. En effet, après une légère croissance entre 2001 et 2005, cette part est restée relativement stable en Europe entre 2005 et 2008, à un niveau bien inférieur à celui des Etats-Unis et du Japon (1,8 % du PIB en 2007 contre 2,6 % et 3 % respectivement pour les États-Unis et le Japon selon Eurostat). La volonté affichée par la commission européenne d atteindre un niveau de 3 % pour les états membres à horizon permet d espérer une croissance soutenue de ce taux dans les années à venir. - L externalisation des budgets de R&D a connu une forte croissance au cours de ces dernières années, croissance qui devrait se poursuivre à moyen terme car cette démarche permet de répondre aux exigences actuelles du marché en termes d innovation et de time to market, tout en gardant une certaine flexibilité dans sa structure de coûts. Le pendant de cette recherche de flexibilité est que les sociétés de conseil en ingénierie technique et scientifique peuvent jouer le rôle de variable d ajustement lors des périodes de crise, même si le caractère défensif des dépenses en R&D leur permet d être moins affectées que d autres acteurs du conseil. C est ce que l on a pu observer au cours du 1 er semestre 2009 où l intensité de la crise a conduit des donneurs d ordre à couper dans leurs dépenses de R&D et à renvoyer de nombreux consultants. Ainsi, 2009 devrait marquer une stagnation, voire une légère décroissance de la part des budgets de R&D externalisés (expliquant, en partie, pourquoi le marché français du conseil en ingénierie technique et scientifique pourrait décroitre plus vite le PIB français en 2009) mais cette tendance devrait repartir à la hausse dès 2010 et jouer un rôle prépondérant dans la croissance du marché du conseil en ingénierie technique et scientifique dans les années à venir. Principaux drivers de la croissance du marché du conseil en ingénierie technique et scientifique Variation du PIB dans les pays adressés Variation de la part du PIB consacré à la recherche et au développement Variation de la part des budgets de recherche et développement externalisés Source : enesta Ainsi le marché européen, après un coup d arrêt en 2009 et une croissance 2010 de transition devrait à partir de 2011 profiter du rétablissement de ces trois drivers pour afficher une croissance à nouveau supérieure à +6-7 % bien au-delà de la croissance du PIB dans la zone. Synthèse de la tendance passée et future du marché du conseil en ingénierie technique et scientifique E 2010E 2011E-2012E Variation du PIB = + Variation de la part du PIB consacré à la R&D = = + + Variation de la part des budgets de R&D externalisés Croissance du marché de la R&D externalisée croissances: ++ : supérieure à +4 % ; + : entre +1 % et +4 % ; = : entre -1 % et +1 % ; - : entre - 4 % et - 1 % ; - - : inférieure à - 4 % Source : OCDE : Main Science and Technology Indicators 2009 ; FMI ; Pierre Audoin Consultants ; Syntec ; estimations enesta L ensemble du marché européen reste selon nous bien orienté même si des disparités devraient exister suivant leur maturité et le niveau de l impact de la crise sur l économie - La France, qui est le marché le plus mature d Europe en termes d externalisation des dépenses de R&D, devrait afficher une croissance inférieure à celle du reste de l Europe, dans les années à venir. Cependant, la volonté de consacrer une part plus important du PIB aux dépenses de recherche et développement ainsi que la poursuite de l externalisation croissante de ces budgets devraient permettre au marché français d afficher une croissance supérieure à +5 % à l avenir. - L Allemagne, représente le marché le plus important d Europe au niveau des dépenses en R&D (41 Md en 2008) mais le faible niveau d externalisation de ces dépenses (environ 15 % selon Pierre Audoin Conseil) en fait, actuellement, un marché de taille inférieure au marché français. Le potentiel important au niveau de l externalisation des dépenses de R&D et la faible taille des acteurs locaux, souvent très spécialisés, rendent ce marché très attractif. C est selon nous le 19

20 marché qui devrait se montrer le plus dynamique dans le futur, tout d abord porté par un fort rebond du PIB puis par la croissance importante de la part des budgets de R&D confiés à des prestataires extérieurs. Le choix fait par Akka Technologies, de cibler ce marché dans les années à venir, nous semble d autant plus pertinent que le marché allemand est très axé sur la production industrielle, notamment dans l automobile, domaine sur lequel la société dispose de compétences reconnues. - Le reste de l UE (en incluant la Suisse) représente un potentiel de croissance plus important que le marché français, du fait de la plus faible part des budgets de R&D externalisés, cependant ces marchés sont individuellement beaucoup plus petits et donc moins attractifs. De plus, certains marchés importants tels que le Royaume-Uni ou la Suède sont déjà relativement concurrentiels. Ventilation des dépenses de R&D dans l Union Européenne (Suisse incluse) par pays en Md France 25 Md TMCA +3,8 % 41 Md Royaume Uni 19 Md Suisse 15 Md Allemagne 41 Md -5,3 % 38 Md +2,4 % Autres états de l'ue 5 Md 39 Md Benelux 9 Md Suède 7 Md Finlande 6 Md Italie 5 Md Danemark 3 Md Source : The 2008 EU Industrial R&D investment Scoreboard, European Commission Estimation du marché allemand de la R&D externalisée TMCA +4,0 % 43 Md Estimation du marché français de la R&D externalisée 22 Md 6 Md 61 Md 27 Md TMCA 25 Md 24 Md 25 Md TMCA +4,2 % -2,4 % +1,9 % +3,7 % TMCA +6,4 % TMCA +4,3 % 7 Md 7 Md 7 Md 69 Md -3,1 % 25 % 27 % 27 % E 2010E 2012E Dépenses annuelles en R&D -4,2 % 66 Md +2,7 % +2,2 % 68 Md TMCA +6,5 % TMCA +3,4 % 8 Md 27 % 28% Part des budgets en R&D externalisés Estimation du marché du reste de l UE (incluant la Suisse) de la R&D externalisée 73 Md 4 Md TMCA 6 Md 6 Md 12 % +11,5 % 15 % -5,3 % 15 % +5,8 % 6 Md TMCA 7 Md 16 % +7,9 % 17% 9 Md TMCA 12 Md 12 Md 15 % +10,9 % 18 % -5,8 % 18 % +3,9 % 12 Md TMCA 14 Md +7,4 % 18 % 19% E 2010E 2012E Dépenses annuelles en R&D E 2010E 2012E Part des budgets en R&D externalisés Source : Pierre Audoin Consultants, Syntec Informatique, EU Industrial R&D Investment Scoreboard, enesta LA FRANCE, UN PAYS MATURE MAIS ATOMISÉ Même si la France est à ce jour le pays européen le plus mature dans le domaine de la R&D externalisée, historiquement en raison des contraintes existantes sur le marché du travail, le marché français n en reste pas moins extrêmement atomisé. En 2007, le Syntec et IDC recensaient plus de sociétés de conseil en technologies, dont 605 ayant plus de 10 employés. Dans le contexte actuel de resserrement des panels fournisseurs de la part de grands donneurs d ordres, des sociétés telles que Akka Technologies ont clairement un rôle fédérateur à jouer, notamment en rachetant des sociétés en difficultés suite à une perte de référencement. Ce mouvement devrait donc permettre à Akka Technologies de réaliser quelques opérations de croissance externe mais devrait surtout assainir le paysage concurrentiel et permettre aux leaders du marché de retrouver du pricing power. 20

Résultats Semestriels 2008. Paris, le 1er octobre 2008

Résultats Semestriels 2008. Paris, le 1er octobre 2008 Résultats Semestriels 2008 Paris, le 1er octobre 2008 ALTEN ALTEN reste fortement positionné sur l Ingénierie et le Conseil en Technologie (ICT), ALTEN réalise des projets de conception et d études pour

Plus en détail

De l assistance technique au forfait, un nouveau «business model»

De l assistance technique au forfait, un nouveau «business model» DESPROGES Consulting Janvier 2009 LE CONSEIL EN TECHNOLOGIE AUJOURD HUI D une manière générale, les activités des entreprises de conseil en technologie recouvrent, en totalité ou en partie, le conseil

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Présentation des Résultats 2006

Présentation des Résultats 2006 Présentation des Résultats 2006 Réunion SFAF du 28 mars 2007 Une année 2006 brillante en terme de résultats Aubay a encore sur performé son marché sur tous les indicateurs : Un CA de 120,8 M en croissance

Plus en détail

Résultats semestriels 2007 & Perspectives. 31 octobre 2007

Résultats semestriels 2007 & Perspectives. 31 octobre 2007 Résultats semestriels 2007 & Perspectives 31 octobre 2007 Agenda Identité, marchés et philosophie Les modèles économiques du groupe Freelance.com Activité et résultats semestriels 2007 Stratégie et perspectives

Plus en détail

Ausy Citius, «Aptus», fortius 1 403 M. 1000 M Chiffre d'affaires 2009 857 M 800 M 600 M 400 M 200 M 0 M

Ausy Citius, «Aptus», fortius 1 403 M. 1000 M Chiffre d'affaires 2009 857 M 800 M 600 M 400 M 200 M 0 M FLASH VALEUR 5 janvier SSII 2011 / R&D externalisée Nicolas DAVID Analyste Financier ndavid@genesta-finance.com 01.45.63.68.87 Opinion 1. Cours (clôture au 4 janvier 11) 19,70 Objectif de cours 24,80 (+25,9

Plus en détail

Ausy. Ausy. Nicolas DAVID Analyste Financier ndavid@genesta-finance.com 01.45.63.68.87

Ausy. Ausy. Nicolas DAVID Analyste Financier ndavid@genesta-finance.com 01.45.63.68.87 INITIATION DE COUVERTURE SSII / R&D Externalisée 28 juin 2010 Ausy N E S T A Opinion 1. Achat Fort Cours (clôture au 25 juin 10) 16,90 Objectif de cours 21,50 (+27,2 %) Données boursières Code Reuters

Plus en détail

RESULTATS ANNUELS 2012 Résultat opérationnel : +21,1% Résultat net des activités poursuivies : +56,3%

RESULTATS ANNUELS 2012 Résultat opérationnel : +21,1% Résultat net des activités poursuivies : +56,3% COMMUNIQUÉ DE PRESSE Information réglementée Lasne, le 25 mars 2013 RESULTATS ANNUELS 2012 Résultat opérationnel : +21,1% Résultat net des activités poursuivies : +56,3% Vision IT Group, Groupe européen

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

Communiqué de presse Boulogne-Billancourt, le 22 octobre 2015

Communiqué de presse Boulogne-Billancourt, le 22 octobre 2015 Communiqué de presse Boulogne-Billancourt, le 22 octobre Amélioration des performances opérationnelles publiées au 3 ème trimestre portée par les performances d Antalis et les premiers impacts positifs

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan Le Groupe Renault en 1998 Métier: conception, fabrication et vente d automobiles But: la croissance rentable Objectif: 10% des PdM mondiales en 2010 dont 50% hors Europe

Plus en détail

LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE. Résultats 2012/2013. Novembre 2013

LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE. Résultats 2012/2013. Novembre 2013 LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE Résultats 2012/2013 Novembre 2013 1 Résultats annuels 2012/2013 Profil Les faits marquants 2012/13 Des résultats en fort redressement Une nouvelle dynamique

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan 1. Le diagnostic stratégique: un pré-requis à la prise de décision Définition du diagnostic stratégique = Analyse conjointe de l entreprise (ses forces / ses faiblesses)

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

Bekaert réalise un chiffre d affaires 2007 record en croissance de 8,2%

Bekaert réalise un chiffre d affaires 2007 record en croissance de 8,2% Communiqué de presse Le 15 février 2008 Presse/Investor Relations Jacques Anckaert T +32 56 23 05 72 Rapport d activités au quatrième trimestre 2007 Bekaert réalise un chiffre d affaires 2007 record en

Plus en détail

Hausse de 78% du résultat net record à 313 millions d euros. Signature d un contrat d itinérance 2G / 3G avec Orange

Hausse de 78% du résultat net record à 313 millions d euros. Signature d un contrat d itinérance 2G / 3G avec Orange RESULTATS ANNUELS 2010 Paris, le 9 mars 2011 Chiffre d affaires à plus de 2 milliards d euros Marge d EBITDA Groupe à plus de 39% Hausse de 78% du résultat net record à 313 millions d euros Signature d

Plus en détail

Petit Déjeuner. Mutualisation interne (CSP) ou Externalisation des ressources?

Petit Déjeuner. Mutualisation interne (CSP) ou Externalisation des ressources? Petit Déjeuner Mutualisation interne (CSP) ou Externalisation des ressources? 29 Janvier 2004 Mutualisation ou Externalisation?!1- Problématique de création de valeur!2- Définitions CSP / Externalisation!3-

Plus en détail

Résultats semestriels 2007 et perspectives. SQLI, solutions et services e-business 17 septembre 2007

Résultats semestriels 2007 et perspectives. SQLI, solutions et services e-business 17 septembre 2007 Résultats semestriels 2007 et perspectives SQLI, solutions et services e-business 17 septembre 2007 Résultats semestriels 2007 lundi 17 septembre 2007 Résultats semestriels 2007 Stratégie et modèle économique

Plus en détail

-1 - Groupe SQLI Présentation des résultats semestriels 2004

-1 - Groupe SQLI Présentation des résultats semestriels 2004 -1 - Groupe SQLI Présentation des résultats semestriels 2004 Septembre 2004 -2 - Sommaire Présentation de SQLI Faits marquants et résultats semestriels Perspectives -3 - SQLI : les éléments clés Dates

Plus en détail

Proposition de guide d entretien

Proposition de guide d entretien Schéma de Développement Économique 2014 AXE 1 : Soutenir l économie productive, le tissu endogène Action 1 : Mettre en place d un programme prioritaire de visites d entreprises ANNEXE N 2 : Proposition

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

Des résultats annuels conformes aux objectifs Une force de frappe renforcée avec une trésorerie nette de 9,5 M

Des résultats annuels conformes aux objectifs Une force de frappe renforcée avec une trésorerie nette de 9,5 M Communiqué de presse Paris, le 31 mai 2011, 18h00 Résultats annuels 2010/11 : 11,7% de marge opérationnelle courante «Solucom 2015», une nouvelle ambition pour Solucom Lors de sa réunion du 30 mai 2011,

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net?

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? Petit Déjeuner Syntec_Costalis, le 17 novembre 2009 L optimisation des coûts dans vos PME : Quelles

Plus en détail

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com 8 rue des 2 communes 94300 Vincennes, France Fax : +33 (0)1 70 70 21 30 SC-2 accompagne les entreprises textiles en leur apportant ses compétences multiples et significatives acquises au sein d enseignes

Plus en détail

Résultats annuels 2006 et perspectives. SQLI, solutions et services e-business 3 avril 2007

Résultats annuels 2006 et perspectives. SQLI, solutions et services e-business 3 avril 2007 Résultats annuels 2006 et perspectives SQLI, solutions et services e-business 3 avril 2007 Résultats annuels 2006 mardi 3 avril 2007 Présentation et positionnement du Groupe Sqli Faits marquants et résultats

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

moteur d évolution A NEW PATH TO GROWTH

moteur d évolution A NEW PATH TO GROWTH moteur d évolution A NEW PATH TO GROWTH Participer au développement international du secteur Automobile Accompagner les évolutions du véhicule en production Concevoir les systèmes d aide à la conduite

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

MONTER SON BUSINESS PLAN

MONTER SON BUSINESS PLAN MONTER SON BUSINESS PLAN Le plan de développement («business plan» en anglais) est la description quantitative et qualitative du projet de votre entreprise à moyen terme. C est donc un document fondamental

Plus en détail

Des services innovants pour l'industrie automobile

Des services innovants pour l'industrie automobile AUTOMOBILE Des services innovants pour l'industrie automobile www.daher.com Concepteur et pilote de services Le secteur automobile est un atout industriel majeur de l Europe. En réduisant les cycles logistiques

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

Réunion actionnaires. Strasbourg. 14 décembre 2011

Réunion actionnaires. Strasbourg. 14 décembre 2011 Réunion actionnaires Strasbourg 14 décembre 2011 Sommaire Général A la découverte d Edenred Stratégie Dernières tendances et perspectives 2011 Réunion actionnaires 14 décembre 2011 - Strasbourg 2 Sommaire

Plus en détail

Résultats semestriels 2014 & perspectives. «Du mobile au Big Data»

Résultats semestriels 2014 & perspectives. «Du mobile au Big Data» Résultats semestriels 2014 & perspectives «Du mobile au Big Data» Sommaire 1. Profil du Groupe Du mobile au Big Data 2. Résultats semestriels 2014 Croissance et rentabilité 3. Environnement & perspectives

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

Activité et Résultats annuels 2014

Activité et Résultats annuels 2014 Activité et Résultats annuels 2014 Simon Azoulay Chairman and Chief Executive Officer Bruno Benoliel Deputy Chief Executive Officer Paris, le 25 février 2015 AVERTISSEMENT «Cette présentation peut contenir

Plus en détail

Midi Capital. nouvelle gamme. produits éligibles à la réduction ISF

Midi Capital. nouvelle gamme. produits éligibles à la réduction ISF Midi Capital nouvelle gamme 2011 produits éligibles à la réduction ISF Midi Capital lance sa gamme de produits éligibles à la réduction ISF 2011 Pour la campagne ISF 2011, Midi Capital, Société de Gestion

Plus en détail

Informations aux porteurs d Equi-Actions Rendement

Informations aux porteurs d Equi-Actions Rendement Informations aux porteurs d Equi-Actions Rendement Paris, le 7 mars 2013 Monsieur, Vous êtes porteurs du FCP Equi-Actions Rendement (A-FR0010612234) (B-FR0010614628) et nous vous remercions de la confiance

Plus en détail

G G E N E S T A. SIIC de Paris FLASH VALEUR

G G E N E S T A. SIIC de Paris FLASH VALEUR FLASH VALEUR 31 janvier 2011 Immobilier Nicolas DAVID Analyste Financier ndavid@genesta-finance.com 01.45.63.68.87 Opinion 2. Cours (clôture au 28 janvier 11) 17,25 Objectif de cours 20,50 (+18,8 %) Date

Plus en détail

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation Présentation du Plan de Marché Trival Associés en Finance : Trival et ses utilisations Une base de données financières reposant sur les prévisions menées par notre équipe indépendante d analystes financiers

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES?

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES? Dossier spécial Après une reprise observée en 2012 et 2013 (de l ordre de 2 et 2,5 %), l Organisation Mondiale du Commerce prévoit une croissance du commerce international de l ordre de 4 à 4,5 % en 2014.

Plus en détail

Croissance organique : 2,4 %

Croissance organique : 2,4 % Communiqué de Presse Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2015 : 872,0 M Croissance organique : 2,4 % Paris, 28 avril 2015 Sopra Steria Group annonce un chiffre d affaires de 872,0 M au 1 er trimestre

Plus en détail

Un Challenger différent

Un Challenger différent Un Challenger différent Introduction sur l Eurolist d Euronext Paris Les orateurs Maurice RICCI Président fondateur Ingénieur de formation Débute sa carrière chez Renault Automation Création de la société

Plus en détail

Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières

Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières Conférence IDC Ernst & Young Thierry Muller, Associé «Technologies, management et

Plus en détail

24 novembre 2010. Présentation des résultats semestriels au 30/09/10

24 novembre 2010. Présentation des résultats semestriels au 30/09/10 Présentation des résultats semestriels au 30/09/10 Agenda 1. Fiche d'identité de Solucom 2. Marché et activité du 1 er semestre 2010/11 3. Résultats semestriels 2010/11 4. Les ressources humaines, un enjeu

Plus en détail

Bonduelle : des résultats record et des objectifs annuels de rentabilité revus en forte hausse

Bonduelle : des résultats record et des objectifs annuels de rentabilité revus en forte hausse Le 25 février 2015 - INFORMATION - PRESSE Résultats du premier semestre 2014-2015 Bonduelle : des résultats record et des objectifs annuels de rentabilité revus en forte hausse Le chiffre d affaires du

Plus en détail

Présentation commerciale. Novembre 2014

Présentation commerciale. Novembre 2014 Présentation commerciale Novembre 2014 Présentation du cabinet (1/2) BIAT (Banque Internationale Arabe de Tunisie) La banque commerciale privée leader en Tunisie et l une des plus importantes au Maghreb.

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 28 août 203 COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES er SEMESTRE 203 BONNE PERFORMANCE COMMERCIALE DES ACTIVITÉS DE CONSTRUCTION LES PLANS D ADAPTATION DÉLIVRENT LES RÉSULTATS ATTENDUS AMÉLIORATION DE LA

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation

Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation Mercredi 2 mars 2016 Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation Chiffre d affaires consolidé de 798,0 M, en progression de 4,1 % en publié et 4,6 % en

Plus en détail

PRÉSENTATION DU GROUPE LUXEMPART

PRÉSENTATION DU GROUPE LUXEMPART PRÉSENTATION DU GROUPE LUXEMPART Page : 1 Version : 05/2015 Agenda I. Présentation du Groupe Luxempart II. Luxempart en chiffres III. Nos transactions récentes Page : 2 Version : 05/2015 I. Présentation

Plus en détail

«Du développement des centres d appels à l émergence du BPO au Maroc»

«Du développement des centres d appels à l émergence du BPO au Maroc» Royaume du Maroc Premier Ministre Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications «Du développement des centres d appels à l émergence du BPO au Maroc» Synthèse des résultats de l étude réalisée

Plus en détail

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014 CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe 0 juillet 04 Avertissement «Le présent document peut contenir des données de nature prospective.

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

CEO Update 29 janvier 2009 THEOLIA

CEO Update 29 janvier 2009 THEOLIA CEO Update 29 janvier 2009 1 Avertissement Cette présentation inclut des déclarations et données prospectives qui ne constituent pas des garanties de performance future. Ces déclarations et données sont

Plus en détail

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Communiqué de presse le 30 novembre 2011 Comment fournir au consommateur une électricité propre, de proximité et

Plus en détail

Réunion d information 2 décembre 2015

Réunion d information 2 décembre 2015 Réunion d information 2 décembre 2015 Séché Environnement : acteur de référence des métiers du déchet Une «success story» entrepreneuriale Un Groupe familial né en 1985 de la vision d un entrepreneur,

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

La mise en œuvre de Centres de services -

La mise en œuvre de Centres de services - Association Française pour la promotion des bonnes pratiques de sourcing escm. La mise en œuvre de Centres de services - Retour d expérience Crédit Agricole Corporate and Investment Bank Julien KOKOCINSKI

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

La Fnac accélère sa transformation Forte progression des résultats en 2014

La Fnac accélère sa transformation Forte progression des résultats en 2014 Ivry, le 27 février 2015 La Fnac accélère sa transformation Forte progression des résultats en 2014 Accélération de la dynamique des ventes en 2014 Chiffre d affaires consolidé en croissance de +0,9% au

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

RÉSULTATS 2011. Présentation analystes. ERIC COHEN Président -Directeur Général. DIDIER TAUPIN Directeur Général Délégué

RÉSULTATS 2011. Présentation analystes. ERIC COHEN Président -Directeur Général. DIDIER TAUPIN Directeur Général Délégué RÉSULTATS 2011 Présentation analystes ERIC COHEN Président -Directeur Général DIDIER TAUPIN Directeur Général Délégué PASCAL LEVY Directeur Financier RÉSULTATS 2011 AGENDA Synthèse Résultats financiers

Plus en détail

Résultats annuels 2010

Résultats annuels 2010 Résultats annuels 2010 Une année charnière marquée par le succès de l offre bancaire * Plus value de dilution et dépréciation de goodwill 2009 / 2010 Croissance du produit net bancaire (PNB) : +2,0 % à

Plus en détail

SOLVING INTERNATIONAL

SOLVING INTERNATIONAL SOLVING INTERNATIONAL RESULTATS DU 1ER SEMESTRE 2006 4 octobre 2006 Sommaire Introduction L activité du semestre Résultats financiers Perspectives Solving International octobre 2006 2 Introduction Solving

Plus en détail

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Pour la 8 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

Association de la Performance et du Lead sur Internet

Association de la Performance et du Lead sur Internet TECHNOLOGIES, MEDIAS & TELECOMMUNICATIONS Association de la Performance et du Lead sur Internet Baromètre 2015 de la génération de Leads sur Internet 5 novembre 2015 I. Présentation du Baromètre Il s agit

Plus en détail

Parcours développement stratégique commercial

Parcours développement stratégique commercial P01 Parcours professionnalisant de formation Parcours développement stratégique commercial Partenaires : Avec le soutien de : P02 Parcours professionnalisant de formation INTERVENANTS Sophie DESCHAMPS

Plus en détail

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions.

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions. Page 1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE À l occasion du Salon de l Entreprise Aquitaine, Inside Révélateur De Talents fête ses 10 ans d innovations dans les domaines de la formation et du coaching pour les entreprises.

Plus en détail

Alstom publie des résultats 2011/12 conformes à ses prévisions et enregistre un niveau élevé de commandes

Alstom publie des résultats 2011/12 conformes à ses prévisions et enregistre un niveau élevé de commandes Communiqué de presse 4 mai 2012 Alstom publie des résultats 2011/12 conformes à ses prévisions et enregistre un niveau élevé de commandes Entre le 1 er avril 2011 et le 31 mars 2012, Alstom a enregistré

Plus en détail

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France COMMUNIQUE DE PRESSE (V1.10 au 24 août 2012) Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France (réalisé sur les comptes arrêtés fin 2010) Analyse stratégique du marché et Mise en

Plus en détail

La naissance de BNP Paribas Rental Solutions. renforce l offre de location longue durée avec services

La naissance de BNP Paribas Rental Solutions. renforce l offre de location longue durée avec services t Puteaux, le 28 juin 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE La naissance de BNP Paribas Rental Solutions renforce l offre de location longue durée avec services de BNP Paribas La location avec service d équipements

Plus en détail

DEVOTEAM annonce ses résultats 2011 : Hausse de 7% du chiffre d affaires et de 6% du résultat dilué par action

DEVOTEAM annonce ses résultats 2011 : Hausse de 7% du chiffre d affaires et de 6% du résultat dilué par action DEVOTEAM annonce ses résultats 2011 : Hausse de 7% du chiffre d affaires et de 6% du résultat dilué par action Paris, le 29 février 2012 En millions d euros (1) 31.12.2011 31.12.2010 variation Chiffre

Plus en détail

Economie et organisation d entreprises

Economie et organisation d entreprises Economie et organisation d entreprises 0. Introduction générale 1. Définition et diversité d entreprises 2. L environnement des entreprises 3. Les fonctions de l entreprise 4. L organisation des entreprises

Plus en détail

Pétrochimie Informatique scientifique

Pétrochimie Informatique scientifique Aéronautique Génie Civil Défense Spatial Systèmes d informations Electronique Télécoms Nucléaire Pharmacie Pétrochimie Informatique scientifique MCG ENGINEERING PROFESSION CHASSEUR DE TÊTE Depuis sa création,

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

DÉPLOIEMENT DES PARTIES 3 ET 4 DE LA NORME ISO 26262

DÉPLOIEMENT DES PARTIES 3 ET 4 DE LA NORME ISO 26262 DÉPLOIEMENT DES PARTIES 3 ET 4 DE LA NORME ISO 26262 3 e année du cycle ingénieur «Qualité et Sûreté de Fonctionnement des Systèmes» Soutenu par : Simon RENAULT Tuteur entreprise : M. Alexandre GUILLEMIN

Plus en détail

Résultats annuels 2012/13

Résultats annuels 2012/13 29 mai 2013 Résultats annuels 2012/13 Réunion SFAF 22 Solucom en bref Cabinet de conseil en management et système d information 20 ans d existence Près de 1 200 collaborateurs Des clients dans le top 200

Plus en détail

1 er e-opérateur de téléphonie sur IP. F é v r i e r 2010

1 er e-opérateur de téléphonie sur IP. F é v r i e r 2010 1 er e-opérateur de téléphonie sur IP F é v r i e r 2010 1 er e-opérateur de téléphonie sur IP Une activité en fort développement Résultats financiers Stratégie du Groupe Développement de la stratégie

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Acheter-Louer.fr Augmentation de capital Décembre 2009

Acheter-Louer.fr Augmentation de capital Décembre 2009 Acheter-Louer.fr Augmentation de capital Décembre 2009 1 Internet au service de l immobilier 1. Le Groupe Acheter-Louer.fr 1. Chiffres clés : une crise immobilière qui impacte les résultats 1. Une structure

Plus en détail

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes?

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? KPMG ENTREPRISES - ÉTUDE 2008-1ères conclusions de l étude PME et croissance Conférence de presse Mardi 16 septembre 2008 Sommaire

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Jeudi 30 juillet 2015

Jeudi 30 juillet 2015 Jeudi 30 juillet 2015 1 Avertissement Le présent document a été établi par le Groupe Vétoquinol dans le seul but de présenter ses résultats semestriels, le 30 juillet 2015. Ce document ne peut être reproduit

Plus en détail

/// COMMUNIQUÉ DE PRESSE

/// COMMUNIQUÉ DE PRESSE 24 mars 2015 /// www.id-logistics.com /// COMMUNIQUÉ DE PRESSE En 2014, a franchi une nouvelle étape dans son développement Forte croissance du chiffre d affaires : +19% à 874,5M (+11,4% en organique)

Plus en détail

Progression des résultats en 2015 La Fnac en position très favorable pour aborder de nouveaux défis

Progression des résultats en 2015 La Fnac en position très favorable pour aborder de nouveaux défis Ivry, le 17 février 2016 Progression des résultats en 2015 La Fnac en position très favorable pour aborder de nouveaux défis Stabilité du chiffre d affaires consolidé en 2015 Poursuite de la croissance

Plus en détail

A - Quatre stratégies de sous-traitance

A - Quatre stratégies de sous-traitance Enjeux du secteur Les nouveaux enjeux de la sous-traitance A - Quatre stratégies de sous-traitance B - Des exigences spécifiques selon les clients C - Trois critères de positionnement des activités des

Plus en détail

DANS UN CONTEXTE TRES DEGRADE RENAULT ANNONCE UN RESULTAT NET DE 599 MILLIONS D EUROS

DANS UN CONTEXTE TRES DEGRADE RENAULT ANNONCE UN RESULTAT NET DE 599 MILLIONS D EUROS COMMUNIQUE DE PRESSE Le 12 février 2009 DANS UN CONTEXTE TRES DEGRADE RENAULT ANNONCE UN RESULTAT NET DE 599 MILLIONS D EUROS Le chiffre d affaires s établit à 37 791 millions d euros, en baisse de 7 %

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE RESULTATS 2011 DU GROUPE LA POSTE CHIFFRES CLES. Paris, le 8 mars 2012

COMMUNIQUE DE PRESSE RESULTATS 2011 DU GROUPE LA POSTE CHIFFRES CLES. Paris, le 8 mars 2012 DIRECTION DE LA COMMUNICATION SERVICE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 8 mars 2012 RESULTATS 2011 DU GROUPE LA POSTE L EXERCICE 2011 CONFIRME LA ROBUSTESSE DE LA STRATEGIE ET DU MODELE MULTIMETIER

Plus en détail

Présentation de l épreuve

Présentation de l épreuve MÉTHODO Présentation de l épreuve 1. Programme de l arrêté du 22 décembre 2006 DURÉE DE L ENSEIGNEMENT ÉPREUVE N 11 CONTRÔLE DE GESTION (à titre indicatif) : 210 heures 18 crédits européens 1. Positionnement

Plus en détail

Résultats semestriels 2014

Résultats semestriels 2014 Résultats semestriels 2014 Simon Azoulay Chairman and Chief Executive Officer Bruno Benoliel Deputy Chief Executive Officer Paris, le 24 septembre 2014 AVERTISSEMENT «Cette présentation peut contenir des

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse 1 Communiqué de presse Résultats du 3 ème trimestre 2015 En ligne avec les objectifs d EBITA et de cash conversion annuels Cergy, le 30 octobre 2015 Chiffres clés Millions d'euros (non audité) T3 2015

Plus en détail