IMAGERIE SCINTIGRAPHIQUE. Formation Générale en Sciences Médicales 2 année

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IMAGERIE SCINTIGRAPHIQUE. Formation Générale en Sciences Médicales 2 année"

Transcription

1 IMAGERIE SCINTIGRAPHIQUE Formation Générale en Sciences Médicales 2 année Module biopathologie-imagerie Denis Mariano-Goulart Faculté de médecine et CHRU de Montpellier

2 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA DOSIMETRIE PLAN Médecine nucléaire & imagerie médicale Les traceurs radioactifs Les scintigraphies (TEMP et TEP) Principales indications diagnostiques Principales indications thérapeutiques Les dosages radio-immunologiques Dosimétrie

3 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA DOSIMETRIE Imagerie médicale ANATOMIQUE

4 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA DOSIMETRIE Imagerie médicale ANATOMIQUE FONCTIONNELLE

5 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA DOSIMETRIE Imagerie médicale ANATOMIQUE METABOLIQUE FONCTIONNELLE

6 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA DOSIMETRIE Médecine Nucléaire Utilisation de marqueurs radioactifs pour tracer le devenir d un vecteur (atome, molécule, cellule) dans un but diagnostique IMAGERIE DIAGNOSTIQUE METABOLIQUE IMAGERIE DIAGNOSTIQUE FONCTIONNELLE

7 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA DOSIMETRIE Médecine Nucléaire Utilisation de marqueurs radioactifs pour tracer le devenir d un vecteur dans un but diagnostique ou thérapeutique IMAGERIE DIAGNOSTIQUE METABOLIQUE RADIOTHERAPIE METABOLIQUE VECTORISEE DETECTION PER-OPERATOIRE DOSAGES RADIOIMMUNOLOGIQUES IMAGERIE DIAGNOSTIQUE FONCTIONNELLE

8 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA DOSIMETRIE MEDECINE NUCLEAIRE IMAGERIE DIAGNOSTIQUE : Moléculaire et fonctionnelle Non invasive (faiblement irradiante) Dans des conditions physiologiques DETECTION PER-OPERATOIRE DOSAGES BIOLOGIQUES Forte sensibilité THERAPEUTIQUE : Radiothérapie métabolique interne, sélective et prolongée

9 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA DOSIMETRIE UN PEU D HISTOIRE Anger γ Tc Villard détecteur à scintillation γ-caméra Traceurs cliniques Curie détecteur à coïncidence FDG Fermi e + γ Pauli 18 9 F γ e -

10 LES TRACEURS RADIOACTIFS Quel marqueur radioactif? Quelle molécule vectrice? Comment les associer?

11 VOCABULAIRE Marqueur: Atome détectable 99 43Tc Vecteur: Molécule / cellule d intérêt Traceur: Marqueur lié au vecteur 99 43Tc Scintigraphie: Distribution 2 ou 3D d un traceur radioactif

12 MARQUEURS RADIOACTIFS ISOTOPE RADIO PROTECTION PROPRIETES DIAGNOSTIC IN VIVO ou DETECTION EMETTEURS DE PHOTONS PENETRANTS PEU DIFFUSES β + ou γ IONISANTS PEU IRRADIANTS T courtes : sec h ISOTOPES ARTIFICIELS (RENDUS) SPECIFIQUES D UN METABOLISME AFFINITE CHIMIQUE

13 MARQUEURS RADIOACTIFS ISOTOPE RADIO PROTECTION PROPRIETES DIAGNOSTIC IN VIVO ou DETECTION EMETTEURS DE PHOTONS PENETRANTS PEU DIFFUSES β + ou γ IONISANTS PEU IRRADIANTS T courtes : sec h ISOTOPES ARTIFICIELS (RENDUS) SPECIFIQUES D UN METABOLISME AFFINITE CHIMIQUE DIAGNOSTIC IN VITRO (RIA) COMPTAGE X ou γ d énergie faible AFFINITE POUR LE CORPS A DOSER I C,

14 MARQUEURS RADIOACTIFS ISOTOPE RADIO PROTECTION PROPRIETES DIAGNOSTIC IN VIVO ou DETECTION EMETTEURS DE PHOTONS PENETRANTS PEU DIFFUSES β + ou γ IONISANTS PEU IRRADIANTS T courtes : sec h ISOTOPES ARTIFICIELS (RENDUS) SPECIFIQUES D UN METABOLISME AFFINITE CHIMIQUE DIAGNOSTIC IN VITRO (RIA) COMPTAGE X ou γ d énergie faible AFFINITE POUR LE CORPS A DOSER I C, THERAPIE EMETTEURS DE PARTICULES IRRADIANTES PARCOURS COURTS α ou β T assez courtes : jour ISOTOPES ARTIFICIELS (RENDUS) SPECIFIQUES D UNE PATHOLOGIE AFFINITE

15 VECTEURS Simples isotopes radioactifs (aérosols, colloïdes) Diagnostic (γ) : 43Tc, 81Tl, 53I, Xe, Kr 54, Thérapie (β) : P,,, , Ga 15 68Er 75Re 39Y 53I Molécules, dont la fixation est liée à : la perfusion : cérébrale, myocardique un métabolisme : os, adrénaline, cholestérol, iode, glucose Des récepteurs membranaires : somatostatine, dopamine une fonction : tubulaire rénale, excrétrice biliaire, salivaire Aérosols, microsphères, agrégats d albumine Ventilation et perfusion pulmonaire Cellules globules rouges : fonction cardiaque, hémorragies polynucléaires : infection Plaquettes : fonction splénique, séquestration

16 MARQUAGE DE VECTEURS marqueur non métallique, halo (F, I), chalcogène (0),N, P, C : Liaison directe sur C, pour toute taille de vecteur. Addition électrophile, échange d halogènes. Marqueurs β : 6C, 9 F Marqueurs γ : 123 I marqueur métallique : Les liaisons simples C-Métal sont instables dans l eau Groupe complexant avec plusieurs donneurs d e - Exemple : Tétradentate : Seulement pour de grosses molécules vectrices. 53 H H N N HO HO O Tc O N N OH H H F O OH

17 TRACEURS γ Marqueur T Vecteur Fonction GENE- RATEUR Tc In Xe Kr Ga Tl I I 6 h 2,8 j 5,2 j 13 s 3,3 j 3 j 13 h 8 j HDP, HMPAO, ECD, MIBI, TF, MAA, AERO, MAG3, GB, GR pentétréotide - - Citrate de gallium - MIBG Noriodocholestérol Os, Cerveau, Myocarde Poumon, rein, infection, sang somatostatine Volumes pulmonaires Débits bronchiques inflammation Cancer, perfusion myocardique Noradrénaline (cœur, médullosurrénale) corticosurrénale

18 TRACEURS γ : A, T jour Marqueur T Vecteur Fonction GENE- RATEUR Tc In Xe Kr Ga Tl I I 6 h 2,8 j 5,2 j 13 s 3,3 j 3 j 13 h 8 j HDP, HMPAO, ECD, MIBI, TF, MAA, AERO, MAG3, GB, GR pentétréotide - - Citrate de gallium - MIBG Noriodocholestérol Os, Cerveau, Myocarde Poumon, rein, infection, sang somatostatine Volumes pulmonaires Débits bronchiques inflammation Cancer, perfusion myocardique Noradrénaline (cœur, médullosurrénale) corticosurrénale

19 TRACEURS β + G E N E R A T E U R S Marqueur F O C N Rb Ga T (min) ¼ 68 Vecteur FDG O 2, CO 2, H 2 O, CO Met, opiacés, BZD, D2, S2 NH 3 - DOTA-Peptides - Fonction Cancer, cardio., neuro. Volémie, DSC Cancers, récepteurs Perfusion myocardique Perfusion myocardique Cancers Infections

20 TRACEURS β + : A, T minute G E N E R A T E U R S Marqueur F O C N Rb Ga T (min) ¼ 68 Vecteur FDG O 2, CO 2, H 2 O, CO Met, opiacés, BZD, D2, S2 NH 3 - DOTA-Peptides - Fonction Cancer, cardio., neuro. Volémie, DSC Cancers, récepteurs Perfusion myocardique Perfusion myocardique Cancers Infections Générateurs de rubidium et de gallium Marquage des petites molécules de base de la biochimie, mais gestion délicate des périodes très courtes

21 PRODUCTION DES TRACEURS E. Lawrence Mo β - T = 66h Tc m e ν Réacteur nucléaire Mo 99 42

22 SCINTIGRAPHIE Le marqueur est utilisé pour rendre radioactive une molécule vectrice spécifique d un métabolisme d intérêt. La cartographie de radioactivité mesurée est appelée scintigraphie O O II II HO-P-CH2-P-OH I I O O \ / HO-Tc-OH / \ O O I I HO-P-CH2-P-OH II II O O TRACEUR RADIOACTIF

23 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS Xe 99 43Tc SCINTIGRAPHIES γ Technétium : hématies et polynucléaires, Métabolisme: os, thyroïde, rein, Perfusion: cérébrale, pulmonaire, cœur, rate, foie, voies biliaires, tube digestif, Glandes salivaires et lacrymales, Thallium : perfusion myocardique, tumeurs, parathyroïdes Iodes : thyroïde, surrénale, noradrénaline Krypton : débit bronchique Gallium : inflammation Indium : plaquettes, Ac monoclonaux, somatostatine Xénon : débit sanguin cérébral, ventilation Tl I Kr In T = (13 sec) 6 h 8 jours; E = kev

24 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS 15 8O 11 6C SCINTIGRAPHIES β F Fluor : cancer, infection,hypoxie, inflammation, métabolisme cérébral Azote: perfusion myocardique (NH 3 ) Carbone : cancer, méthionine, opiacés, benzodiazépines, récepteurs à la dopamine, à la sérotonine N Rb Oxygène: débit sanguin cérébral, volémie: O 2, CO 2, H 2 0, CO Rubidium : perfusion myocardique Gallium : peptides (cancers), infection T = min; E = 511 kev

25 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA DOSIMETRIE SYNTHESE 1 Imagerie moléculaire et fonctionnelle Détection per-opératoire, thérapie et RIA Marqueur radio-isotope artificiel : γ (TEMP), β + (TEP), β (Thérap.) Vecteur: atome, molécule(s), cellule Liaison facile halo-chalcogènes Groupe complexant pour les métaux

26 DU TRACEUR A L IMAGE Scintigraphie γ Scintigraphie β + Corrections des artefacts

27 GAMMA-CAMERA TEMP * Collimateur Scintillateur Photo-multiplicateur Localisation * Tomographie par Emission de Mono Photonique γ = SPECT

28 SCINTIGRAPHIE γ I 0 f 1 p γ f 2 f n Tc

29 SCINTIGRAPHIE γ COLLIMATEUR I 0 f 1 p γ f 2 f n Tc p = R f R 2f R nfn résolution cm bruit de Poisson

30 SCINTIGRAPHIE γ (TEMP) I 0 f 1 p J γ f 2 f n Tc p = R1f1 + R 2f m m m p = R1 f1 + R 2 f R 1 n R f m n n f n

31 GAMMA-CAMERA TEP * Scintillateur Photo-multiplicateur Localisation * Tomographie par Emission de Positons = PET

32 SCINTIGRAPHIE β + (TEP 2D) p J p j j = R i fi f i? 18 8 O γ 18 9 F γ Coïncidence à τ près?

33 SCINTIGRAPHIE β + (TEP 3D) TEP sans collimateur f i p J p J p j j = R i fi? 18 8 O γ 18 9 F γ Coïncidence à τ près? τ 5 ns

34 SCINTIGRAPHIE β + (TEP 3D-TOF) TEP en temps de vol t 2 p J p j j = R i fi L 1 f i p J? 18 8 O t 1 γ 18 9 F γ Coïncidence à τ près? t 1 -t 2 = L 1 -L 2 /c < τ 5 ns

35 DETECTEURS ANGER TEP (1956)

36 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA i t DETECTEURS ANGER DE γ collimateur X - X + X = X X + + X + X 1 γ p PM S Scintillateur -1 - UV Spectroscopie - Localisation

37 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA DETECTEURS Cadmium Zinc Telluride SENSIBILITE x 5 RESOLUTION x 2

38 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA MODES D ACQUISITION Planaire 5 Balayage corps entier 15 Dynamique 1

39 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA MODES D ACQUISITION Tomographique Synchronisé à l ECG ou à la respiration

40 ARTEFACTS D ACQUISITION Résolution et effet de volume partiel Possibilité de corriger en partie la réponse impulsionnelle par traitement du signal Atténuations par absorption photo-électrique par diffusion Compton Coïncidences fortuites (TEP seulement)

41 RESOLUTION Ordres de grandeur des LMH (mm) TEMP-CZT TEP SCINTI. PLANAIRE TEMP contact 50 cm

42 EFFET DE VOLUME PARTIEL Ordres de grandeur des LMH (mm) TEMP-CZT TEP SCINTI. PLANAIRE TEMP Activité maximale sous estimée pour des objets de dimension d si d < 2.LMH donc si d < 1 cm en TEP-CZT et si d < 3 cm TEMP

43 ATTENUATION PHOTO-ELECTRIQUE TEMP TEP Z3 µ PE k E3 ρ détection des coïncidences Mineur par rapport à l atténuation Compton à kev en biologie

44 ATTENUATION COMPTON TEMP TEP µ C k' ρ détection des coïncidences Mode d atténuation majeur à kev en biologie

45 ATTENUATIONS E (kev) CDA eau (cm) Flou Sous-estimation des activités profondes 3 7 µ C k' ρ Z3 µ PE k E3 ρ La correction nécessite la connaissance des ρ traversés

46 CORRECTION DE L ATTENUATION TDM TEP TEMP imagerie multi-modale Identification de 3 phases par seuillage de la TDM Correction par un facteur exp(µ os x os +µ mou x mou +µ air x air ) µ 511 (air) µ 511 (mou) µ 511 (os)

47 RESULTATS Correction d artefacts

48 RESULTATS Correction d artefacts Localisation anatomique Interprétation multimodale

49 COINCIDENCES FORTUITES TEP C ext Corrections possibles : 1- en retranchant C ext 2- A partir des comptages totaux T : F = 2.τ.T(d1)T(d2) A 2 détection des coïncidences 3- Par fenêtre décalée Cet artefact ne concerne que l imagerie en coïncidence TEP

50 COINCIDENCES FORTUITES Diapositive masquée Détecteur 1 À 511 kev F V Détecteur 2 À 511 kev τ et

51 COINCIDENCES FORTUITES Diapositive masquée Détecteur 1 À 511 kev F V Détecteur 2 À 511 kev τ et Retard et -

52 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA DOSIMETRIE SYNTHESE 2 Détecteurs de γ : Anger et CZT Modes d acquisition : Planaire, dynamique, corps-entier, tomographique, synchronisé Importance de l effet de volume partiel Sous estimation de l activité des petites structures Couplage à une TDM (scanner X) : Pour correction des artefacts d atténuation Pour localisation anatomique Pour interprétation multimodale

53 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA DOSIMETRIE SYNTHESE 2 bis TEMP γ TEMP-CZT γ TEP β + Marqueur A T h A T h A T min Marquage Nb. traceurs complexe 99 43Tc complexe 99 43Tc 18 9 F Images 2D, 3D, ±CA, TDM 3D, ±CA, TDM 3D, CA, TDM Résolution 10 mm 5 mm 5 mm Sensibilité Quantification relative relative absolue Irradiation 1-20 msv 1-20 msv 1-20 msv

54 Exemple de scintigraphies diagnostiques Os, thyroïde, cœur, poumon, rein, cerveau, cancers, infections

55 SCINTIGRAPHIES FREQUENTES France, 2007: 1 million de scintigraphies (33 millions monde) coeur 1000 /j tep 400 /j os 1700 /j thyroïde poumon rein orl ,9 % examens/an en France

56 REMODELLEMENT OSSEUX OSTEONECROSE METASTASES NORMAL # CUBOIDE G BIPHOSPHONATE- 99m Tc 18 F-Na BIPHOSPHONATE- 99m Tc Indications: fracture, algodystrophie, tumeur, infection, nécrose, arthrite

57 PATHOLOGIES INFECTIEUSES BP-Tc BP-Tc Spondylodiscite FDG Ostéomyélite FDG PN-HMPAO-Tc Ostéite hallux Spondylite à brucella Infection VCS sur cathéter

58 PERFUSION MYOCARDIQUE ISCHEMIE ANTERO-LATERALE NECROSE APICALE CATION LIPOPHILE 99m Tc ou 201 Tl Indications : coronaropathies

59 INNERVATION MYOCARDIQUE Indications : insuffisance cardiaque MIBG I

60 CONTRACTION CARDIAQUE HEMATIE 99m Tc Indications : insuffisance cardiaque

61 CONTRACTION CARDIAQUE VTD FE TFS VTS HEMATIE 99m Tc Indications : insuffisance cardiaque

62 NODULES THYROIDIENS BASEDOW 99m Tc - O 4 - NODULE FROID NODULE CHAUD cancer froid chaud bénin Indications : hyperthyroïdie (iodo-induite, toxique, Basedow), bilan de goitre

63 VENTILATION ET PERFUSION PULMONAIRES PERFUSION VENTILATION 99m Tc Albumine 99m Tc C-Aérosol Indications : Embolie pulmonaire, HTAP, Pré-lobectomie, Malformations EMBOLIE PULMONAIRE BILATERALE

64 SCINTIGRAPHIES RENALES 99m Tc-DMSA Indications : Pyélonéphrites, obstacles, HTA, 99m Tc-MAG 3

65 SCINTIGRAPHIES CEREBRALES Alzheimer normal m99tc-ecd Parkinson Indications : tumeur 201 Tl Démences, Parkinson épilepsies, tumeurs. 18F-DG 18F-DOPA

66 CANCERS TRES DIFFERENCIES METATSTASES DE CARCINOIDE Indications : Tumeurs neuro-endocrines ou du tractus gastro-entéro-pancréatique OCTREOTIDE - In 111

67 CANCERS TRES DIFFERENCIES 123 I MIBG Indications : OCTREOTIDE - In 111 Phéochromocytome para-gangliome

68 CANCERS PEU DIFFERENCIES Glut 1(-7) Glucose Ribulose-5P Glucose HK,GK G6P Ribose-5P F6P PFK F1,6 2P - ATP O2 Glyceraldehyde 3P PK Ac-CoA Pyruvate Lactate

69 METABOLISME CELLULAIRE DU GLUCOSE Glut 1(-7) GF, Ras Ribulose-5P Ribose-5P Nucléotides Glut 1(-7) Glucose Glucose HK,GK G6P F6P PFK F1,6 2P Glyceraldehyde 3P PK Pyruvate Lactate - Glut 1(-7) ATP Ac-CoA O2

70 Métabolisme du 18 FDG Hyperfixation en cas de : Cancer Hypoxie Inflammation ou infection (risque de faux positif) Risque de faux négatifs si cancer : très différencié pauci-cellulaire infra-centimétriques (volume partiel)

71 DEROULEMENT D UNE TEP AU 18 FDG Respect impératif des horaires 1 h en avance pour les diabétiques A jeûn (6 h minimum) Consultation, dextro, injection du FDG Repos complet 1h Acquisition : minutes Encéphale bassin sauf Mélanome

72 INDICATIONS DE LA TEP 18 FDG Diagnostic, bilan d extension, suivi de cancers Pleuro-pulmonaires, lymphomes, ORL, mélanome Digestifs, thyroïde, gynécologique, sarcome. Suivi 3 mois après radiothérapie, 3 semaines après chimiothérapie Cardiologie Viabilité myocardique Perfusion myocardique Neurologie Epilepsies pharmaco-résistantes Démences Pathologies infectieuses Fièvre prolongée d origine indéterminée, tuberculose Pathologies inflammatoires Vascularites, sarcoïdose

73 EXEMPLES DE TEP 18 FDG ADENOCARCINOME T3N3M0 ARTERITE ET NEOPLASIE PULMONAIRE NORMAL

74 EXEMPLES DE TEP 18 FDG METASTASES HEPATIQUES D UN CANCER DE L OESOPHAGE

75 EXEMPLES DE TEP 18 FDG ADENOPATHIE JUGULO-DIGASTRIQUE LYMPHOME DE HODGKIN NEO LARYNX + ADN + T2N2M0 LSD MELANOME

76 EXEMPLES DE TEP 18 FDG perfusion ischémie viable HIBERNATION ANTERO-SEPTO-APICALE

77 EXEMPLES DE TEP 18 FDG EPILEPSIE PARKINSON F-DG ALZHEIMER 18 F-DOPA 18 F-Ethyl-Spipérone

78 DETECTION PEROPERATOIRE

79 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA DOSIMETRIE SYNTHESE 3 Rhumatologie : BP, ostéoblastose (sensibilité ) i = fractures, tumeurs, nécrose, arthrites Infections : Polynucléaires, BP, FDG, Gallium Cardiologie : perfusion et fonction systolique Coronaropathies et insuffisance cardiaque (MIBG, ventriculographie) Thyroïde : hyperthyroïdie et bilan de goitres Pneumologie : perfusion et ventilation Embolie pulmonaire, HTAP, pré-opératoire, malformations Néphrologie : infection et fonction excrétrice Neurologie : Perfusion (démences, épilepsie), tumeur, PK Cancérologie Différenciée: somatostatine (neuroendocrine) & MIBG (paragangliome) Indifférenciée : FDG pour diagnostic, BE et suivi de cancers pulmonaires, lymphomes, ORL, digestif, mélanome Ganglions sentinelles : sein, ORL, mélanome, prostate

80 THERAPIE METABOLIQUE Cancers thyroïdiens, hyperthyroïdie, Synoviorthèses, Métastases osseuses, Lymphomes, tumeurs cérébrales

81 RADIOTHEAPIE METABOLIQUE Néoplasies thyroïdiennes I 53I Hyperthyroïdies I

82 RADIOTHEAPIE METABOLIQUE Synoviorthèses injection intra-articulaire sous scopie irradiation de l hyperplasie synoviale indications : monoarthrites inflammatoires non aigües 3 radioisotopes β - : erbium, rhénium et ytrium Er (parcours moyen des e - : 0,5 mm) doigts Re (parcours moyen des e - : 1,0 mm) épaules, coudes, poignets, chevilles Y (parcours moyen des e - : 3,5 mm) hanches, genoux

83 RADIOTHEAPIE METABOLIQUE Antalgie de métastases osseuses e - Ionisations sur quelques mm Sm 89 38Sr +BP

84 DOSAGES DE LABORATOIRE RIA

85 DOSAGES RADIOIMMUNOLOGIQUES Liaison Récepteur-Ligand* : spécifique Sensibilité < picomole % des dosages : Hormones (ACTH et cortisol, rénine et aldostérone, gastrine, PTH, ostéocalcine) Vitamines (D), peptides, marqueurs tumoraux

86 RISQUE DOSIMETRIQUE

87 RAYONNEMENTS IONISANTS H - H + Photon X ou γ - - O Énergie moyenne d une ionisation de l eau : 32 ev H - e - et H réducteurs O OH oxydant H

88 DOSIMETRIE Procédé 0,01 10 msv Dose efficace (msv) Quelques références : Irradiation naturelle moyenne : 2,5 msv / an France : 1-6 msv Ramsar (Iran) : 250 msv/an Vol Paris-New-York : 0,05 msv TDM TAP non diagnostique 7 0,3 20 msv Au niveau mondial : homme.sv pour scintigraphies (5 %) homme.sv pour radiographies (95 %) OCTREOSCAN Thallium, rubidium, MIBG European Commission. Radiation protection 118: Referral guidelines for imaging.office for Official Publication of the EC; 2001.

89 SYNTHESE 4 Radiothérapie métabolique vectorisée : Cancers thyroïdiens différenciés, hyperthyroïdies Antalgie de métastases osseuses ostéocondensantes Traitement anti-inflammatoire de monoarthrites Traitements spécifiques: lymphomes, craniopharyngiomes RIA : sensibilité picomole Dosimétrie En général de 0,5 à 10 msv Du même ordre que celle engagée en radiologie et tdm (X)

90 CONCLUSION Imagerie fonctionnelle et métabolique : physiologique, non invasive et peu irradiante couvrant toutes les spécialités médicales rôle essentiel dans le diagnostic et le traitement impliquant des équipes multidisciplinaires paramédicaux, techniciens, médecins, pharmaciens, physiciens, chimistes, informaticiens En fort développement : Recherche : radio-traceurs, protocoles, caméras Économique : 200 centres, 550 médecins en France centres + 5% de patients pris en charge / an en moyenne Usage civil des technologies nucléaires

91 MERCI POUR VOTRE ATTENTION

TEP ET CANCER BRONCHIQUE. INTERVALLE DE CONFIANCE DES DE PNEUMOLOGIE. 15 octobre 2011 Inter région Languedoc Roussillon - PACA

TEP ET CANCER BRONCHIQUE. INTERVALLE DE CONFIANCE DES DE PNEUMOLOGIE. 15 octobre 2011 Inter région Languedoc Roussillon - PACA TEP ET CANCER BRONCHIQUE INTERVALLE DE CONFIANCE DES DE PNEUMOLOGIE. 15 octobre 2011 Inter région Languedoc Roussillon PACA JeanLouis Pujol et Denis MarianoGoulart Faculté de médecine et CHRU de Montpellier

Plus en détail

Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride

Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride Benjamin GEISSLER Centre d d Imagerie Nucléaire St-Etienne, Roanne, Le Puy en Velay 1967 2007 Principes Spécialit cialité médicale (1950) Radiologie Radiothérapie

Plus en détail

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Imagerie Imagerie de Gamma Caméra Tomographie d émission monophotoniqueou TEMP: radiopharmaceutiqueémetteurs de rayonnement Gamma Imagerie de Caméra TEP

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin Jeudi 25 Septembre 2008 Un peu d histoire

Plus en détail

Radio-pharmaceutiques TEP

Radio-pharmaceutiques TEP Médecine Nucléaire diagnostique: imagerie fonctionnelle par scintigraphie de positons et rayonnements γ Service de Médecine Nucléaire, juin 2005 Franz Buchegger, PD Le radio-pharmaceutique Le radio-pharmaceutique

Plus en détail

COLLOQUE MEDICO-CHIRURGICAL HOPITAL PRIVE DE LA LOIRE

COLLOQUE MEDICO-CHIRURGICAL HOPITAL PRIVE DE LA LOIRE COLLOQUE MEDICO-CHIRURGICAL HOPITAL PRIVE DE LA LOIRE IMAGERIE EN CANCÉROLOGIE : UN ARSENAL COMPLET À L HPL Benjamin GEISSLER (1), Didier LIEUX (2) (1) Centre d Imagerie Nucléaire (2) Centre d Imagerie

Plus en détail

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce PET- SCAN ou TEP Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce (certains de ces clichés proviennent de la monographie Astrazeneca

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

Le cyclotron Arronax et la médecine nucléaire

Le cyclotron Arronax et la médecine nucléaire Le cyclotron Arronax et la médecine nucléaire Jean-François Chatal Université de Nantes et GIP Arronax 1934: découverte de la radioactivité artificielle Naissance de la médecine nucléaire Un radiopharmaceutique

Plus en détail

La Tomographie par Emission de Positons. Dr A Devillers, Dr L Le Dortz,

La Tomographie par Emission de Positons. Dr A Devillers, Dr L Le Dortz, La Tomographie par Emission de Positons Dr A Devillers, Dr L Le Dortz, Qu est ce que la TEP? Plateau technique de médecine nucléaire Technique d imagerie médicale fonctionnelle métabolique PET scan : terme

Plus en détail

LA RADIOPHARMACIE. Nicolas Lheureux Radiopharmacien CHU Amiens 13/11/2013

LA RADIOPHARMACIE. Nicolas Lheureux Radiopharmacien CHU Amiens 13/11/2013 LA RADIOPHARMACIE Nicolas Lheureux Radiopharmacien CHU Amiens 13/11/2013 Plan du cours Le radiopharmacien Le médicament radiopharmaceutique (MRP) Production des radionucléïdes Préparation des MRP Environnement

Plus en détail

Quantification en tomographie d émission

Quantification en tomographie d émission Quantification en tomographie d émission Irène Buvat Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr http://www.guillemet.org/irene Séminaire

Plus en détail

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 16 juin 2011 Plan TEP-FDG! Principe! Différentes générations

Plus en détail

Du Diagnostic au Traitement par le Nucléaire Est-ce possible?

Du Diagnostic au Traitement par le Nucléaire Est-ce possible? Du Diagnostic au Traitement par le Nucléaire Est-ce possible? Pr Denis AGOSTINI MD-DSc CHU Côte de Nacre Caen CHERBOURG MARS 2012 Cherbourg 2012 1 Plan 1. DIAGNOSTIC EN MEDECINE NUCLEAIRE 1. TEP-SCANNER

Plus en détail

MEDECINE NUCLEAIRE EN UROLOGIE ET NEPHROLOGIE

MEDECINE NUCLEAIRE EN UROLOGIE ET NEPHROLOGIE 11/12/12 10h30 11h30 Pr Lebtahi RT : Chloé Achouche RL : Issam Belkhatir MEDECINE NUCLEAIRE EN UROLOGIE ET NEPHROLOGIE Plan : I. PRINCIPE II. IMAGERIE GAMMA CAMERA A. Scintigraphie Rénale : 2 types d examens

Plus en détail

Le principe de la TEP

Le principe de la TEP couplée TDM Le principe de la TEP C est un atome contenant un positon supplémentaire, libéré dans l organisme lors de la désintégration.il se désintègre selon une radioactivité beta+ Lorsque le positron

Plus en détail

Bases physiques de l imagerie en

Bases physiques de l imagerie en Bases physiques de l imagerie en Médecine Nucléaire (MN) Pr. Malika ÇAOUI Service de Médecine Nucléaire CHU International Cheikh Zaid Faculté de Médecine et de Pharmacie - Rabat- 02/12/2010 Pr. Malika

Plus en détail

Les différents traceurs et leur production

Les différents traceurs et leur production Médecine Nucléaire 1 Les différents traceurs et leur production Les détecteurs g et b+ Irène Buvat U678 INSERM Paris buvat@imed.jussieu.fr http://www.guillemet.org/irene octobre 2006 MN1 : Les différents

Plus en détail

TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 12 avril 2012 2009 : TEP-TDM à temps de vol AVANT

Plus en détail

Dispositifsd'imageriemédicale. Master Images, Sciences et Technologies de l'information

Dispositifsd'imageriemédicale. Master Images, Sciences et Technologies de l'information Dispositifsd'imageriemédicale Master Images, Sciences et Technologies de l'information Intervenants : A. Daurat, V. Noblet, F. Rousseau Accès depuis la page web des intervenants LSIIT, équipe MIV http://lsiit-miv.u-strasbg.fr/miv

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE * Groupe médico-chirurgical 25 avenue Jean MEDECIN 0600 NICE FREDERIC BRACCINI L attitude à adopter devant la découverte d un nodule thyroïdien revient

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES Fourati.H, Feki.W, Hentati.Y, Kaddour.I, Mdhaffar.M*, Daoud.E, Mnif.Z Service d Imagerie médicale CHU Hédi Chaker Sfax, Tunisie *Service d Hématologie

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL DES ETUDIANTS MEDECINE NUCLEAIRE

LIVRET D ACCUEIL DES ETUDIANTS MEDECINE NUCLEAIRE LIVRET D ACCUEIL DES ETUDIANTS EN MEDECINE NUCLEAIRE Centre Hospitalier d'avignon Service Médecine Nucléaire Livret d accueil stagiaire SMN ORG 04 D - version n 3 Janvier 2014 - p. 1/22 SOMMAIRE - INTRODUCTION

Plus en détail

Elaboration du SROS 4 en Imagerie Groupe «Médecine Nucléaire» ***

Elaboration du SROS 4 en Imagerie Groupe «Médecine Nucléaire» *** Elaboration du SROS 4 en Imagerie Groupe «Médecine Nucléaire» *** Composition du groupe de travail initial (rédaction) - Dr Jean Emmanuel Filmont (jefilmont@511kev.org); - Dr Elise Lestanc (e.lestanc@hopital-foch.org

Plus en détail

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 20 septembre 2012 2009 : TEP-TDM à temps

Plus en détail

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Physiologie et histologie osseuses Cancérologie fondamentale

Plus en détail

La Radioprotection. UE Santé Société Humanité Module Santé Publique

La Radioprotection. UE Santé Société Humanité Module Santé Publique La Radioprotection UE Santé Société Humanité Module Santé Publique La Radioprotection La radioprotection est la discipline qui coordonne les recherches, les travaux et les techniques concernant les moyens

Plus en détail

Techniques d imagerie et Recherche

Techniques d imagerie et Recherche Techniques d imagerie et Recherche Jean-Christophe Ferré, PH 1- Unité de Neuroradiologie, Département de Radiologie et Imagerie Médicale, CHU RENNES 2- Unité/ Projet Visages U746 INSERM/ INRIA, IRISA,

Plus en détail

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron à Saint-Louis Cancers & imagerie médicale Un progrès majeur pour une meilleure prise en charge des patients. Accroitre les possibilités

Plus en détail

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer Chapitre 5 Processus tumoral et cancer V.1 Définition V.2 Cancérogenèse ou oncogenèse V.3 Facteurs cancérigènes V.4 Prévention. V.5 Dépistage et diagnostic. V.5.1 Signes cliniques V.5.2 Examens complémentaires

Plus en détail

TEP au 18 F-FDG. Principes, généralités, indications. Docteur Fanny NETTER

TEP au 18 F-FDG. Principes, généralités, indications. Docteur Fanny NETTER TEP au 18 F-FDG Principes, généralités, indications Docteur Fanny NETTER Bases physiques Emetteurs de positons excès de charge + dans leur noyau Désintégration par transformation B+ e+ parcourt quelques

Plus en détail

BASES PHYSIQUES DE LA RADIOLOGIE. D. Mariano-Goulart Service de médecine nucléaire CHU de Montpellier.

BASES PHYSIQUES DE LA RADIOLOGIE. D. Mariano-Goulart Service de médecine nucléaire CHU de Montpellier. BASES PHYSQUES DE LA RADOLOGE D. Mariano-Goulart Service de médecine nucléaire CHU de Montpellier. PLAN DU COURS (5 heures) magerie de transmission par rayons X Le tube X et ses réglages L image de transmission

Plus en détail

Un leader de l imagerie moléculaire personnalisée

Un leader de l imagerie moléculaire personnalisée Un leader de l imagerie moléculaire personnalisée 2 L équipe de direction Une équipe expérimentée et reconnue Olivier Carli Président Un «serial entrepreneur» à succès dans l univers médical Co-Fondateur

Plus en détail

Exploration fonctionnelle et imagerie thyroidienne. Dr L. Sarda-Mantel, service de médecine nucléaire, Hôpital Bichat

Exploration fonctionnelle et imagerie thyroidienne. Dr L. Sarda-Mantel, service de médecine nucléaire, Hôpital Bichat Exploration fonctionnelle et imagerie thyroidienne Dr L. Sarda-Mantel, service de médecine nucléaire, Hôpital Bichat La thyroïde Glande bilobée située à la face antérieure du cou en avant de la trachée;

Plus en détail

Goitre. Définition : 1 femme sur 7 et 1 homme sur 9 de 45 à 60 ans ont un goitre clinique (étude SU.VI.MAX)* Echographique : Volume > 18 ml/f, 20 ml/h

Goitre. Définition : 1 femme sur 7 et 1 homme sur 9 de 45 à 60 ans ont un goitre clinique (étude SU.VI.MAX)* Echographique : Volume > 18 ml/f, 20 ml/h Goitre Définition : Clinique Echographique : Volume > 18 ml/f, 20 ml/h Peut être diffus, micronodulaire ou macronodulaire 1 femme sur 7 et 1 homme sur 9 de 45 à 60 ans ont un goitre clinique (étude SU.VI.MAX)*

Plus en détail

UTILISATIONS MÉDICALES DES RAYONNEMENTS IONISANTS

UTILISATIONS MÉDICALES DES RAYONNEMENTS IONISANTS UTILISATIONS MÉDICALES DES RAYONNEMENTS IONISANTS 1 LES INSTALLATIONS DE RADIODIAGNOSTIC MÉDICAL ET DENTAIRE 1 1 Présentation des équipements et du parc 1 1 1 Le radiodiagnostic médical 1 1 2 Le radiodiagnostic

Plus en détail

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard L Imagerie Radiologique et le Cancer Philippe Devred Laetitia Aycard Préoccupations médicales / Techniques variées Technique instrument pour essayer de répondre à certaines questions Radiologie «conventionnelle»

Plus en détail

Imagerie Médicale. Introduction

Imagerie Médicale. Introduction Imagerie Médicale Introduction Source: uhrad.com. Isabelle Bloch Département Traitement du Signal et des Images, Télécom ParisTech CNRS UMR 5141 LTCI 46 rue Barrault, 75013 Paris. Un peu d histoire Des

Plus en détail

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010 Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU 14 Octobre 2010 Indication (B2) - Suspicion de récidive locale ou métastatique Bourguet P, Hitzel A, Houvenaeghel G, Vinatier D, Bosquet L, Bonichon F,Corone C, Giard-Lefevre

Plus en détail

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie Ordonnance du DFI sur les prestations dans obligatoire des soins en cas de maladie (Ordonnance sur les prestations de des soins, OPAS) Modification du 20 novembre 2014 Le Département fédéral de l intérieur

Plus en détail

TEP-TDM en Oncologie : Ce que les radiologues doivent savoir

TEP-TDM en Oncologie : Ce que les radiologues doivent savoir TEP-TDM en Oncologie : Ce que les radiologues doivent savoir M. Benamor*, L. Ollivier*, G. Moulin-Romsee**, H. Brisse*, V. Servois* et S. Neuenschwander* Institut Curie* Paris - France UZ Gasthuisberg

Plus en détail

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé Dr Françoise Pêne 10 FEVRIER 2012 Bases de la Radiothérapie Historique - 1895 : rayons X (Röntgen) - 1896 : radioactivité (Becquerel) - 1898

Plus en détail

Quelles applications médicales, diagnostiques et thérapeutiques, avec les radioisotopes de dernière génération?

Quelles applications médicales, diagnostiques et thérapeutiques, avec les radioisotopes de dernière génération? Quelles applications médicales, diagnostiques et thérapeutiques, avec les radioisotopes de dernière génération? Jean-François Chatal, GIP Arronax, Nantes-Saint-Herblain GDR MI2B Marseille 4 septembre 2015

Plus en détail

LA MEDECINE NUCLEAIRE

LA MEDECINE NUCLEAIRE _ Biophysique et Imagerie Médicale LA MEDECINE NUCLEAIRE La médecine nucléaire est une discipline médicale, à visée diagnostique (scintigraphie, radio-immunologie) ou thérapeutique (radiothérapie métabolique).

Plus en détail

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Introduction Les localisations digestives sont les plus fréquentes des tumeurs carcinoïdes Il s agit de tumeurs d évolution lente Elles sont souvent asymptomatiques

Plus en détail

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Véronique Vendrely Service d oncologie radiothérapie Hôpital Saint André Bordeaux Club des jeunes néphrologues 20 Mai 2006 Introduction Quelques bases pour

Plus en détail

Introduction à la biochimie SBI4U

Introduction à la biochimie SBI4U Résultat d apprentissage pour le test : Je décris les innovations technologiques et les besoins de la société à l aide de la structure et la fonction des macromolécules, les réactions biochimiques et des

Plus en détail

Les effluents radioactifs directs et

Les effluents radioactifs directs et Les effluents radioactifs directs et diffus générés g s par les activités s de médecine nucléaire et de Curiethérapie rapie Colloque «Les effluents liquides des établissements de santé» / CHAMBERY 26 novembre

Plus en détail

TNE digestives Bilan diagnostique

TNE digestives Bilan diagnostique Alger 3è CIC 23 février 2013 TNE digestives Bilan diagnostique Emmanuel Mitry Département d oncologie médicale Institut Curie Mme X, 56 ans Adressée pour suspicion de tumeur endocrine du grêle avec - Diarrhée

Plus en détail

PATHOLOGIES OSSEUSES : L'APPORT DE LA SCINTIGRAPHIE;

PATHOLOGIES OSSEUSES : L'APPORT DE LA SCINTIGRAPHIE; PATHOLOGIES OSSEUSES : L'APPORT DE LA SCINTIGRAPHIE; Dans la grande majorité des situations de suspicion de pathologie osseuse bénigne, l exploration radiologique conventionnelle constitue l examen de

Plus en détail

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201?

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Symposium Covidien, Nice, 10 mai 2010 Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Bernard Songy Centre Cardiologique du Nord St-Denis Thallium 201: Le thallium 201 présente

Plus en détail

Imagerie des tumeurs endocrines Le point de vue de l imagerie moléculaire

Imagerie des tumeurs endocrines Le point de vue de l imagerie moléculaire 4ème Journée inter-régionale RENATEN Centre / Poitou-Charente Imagerie des tumeurs endocrines Le point de vue de l imagerie moléculaire Maria João Santiago-Ribeiro CHRU Tours Université François Rabelais

Plus en détail

PATHOLOGIE THYROIDIENNE TUMORALE

PATHOLOGIE THYROIDIENNE TUMORALE 1 Plan de cours I - GENERALITES A - Fréquence -répartition B - Modalités de révélation C - Le diagnostic morphologique D - Diagnostic différentiel II - FORMES ANATOMO-CLINIQUES A - Carcinomes à point de

Plus en détail

III. PRINCIPALES INDICATIONS EN ONCOLOGIE

III. PRINCIPALES INDICATIONS EN ONCOLOGIE III. PRINCIPALES INDICATIONS EN ONCOLOGIE Amicale des médecins de Neuilly sur Seine 14 Octobre 2010 Dr Mathieu QUENEAU Département d Imagerie Scintigraphique - TEP CCN 18FDG EN ONCOLOGIE Rôle majeur dans

Plus en détail

ETUDE DES POSTES DE TRAVAIL ET EVALUATION DOSIMETRIQUE EN MILIEU MEDICAL. Dr DJ Gambini SCMT AP HP

ETUDE DES POSTES DE TRAVAIL ET EVALUATION DOSIMETRIQUE EN MILIEU MEDICAL. Dr DJ Gambini SCMT AP HP ETUDE DES POSTES DE TRAVAIL ET EVALUATION DOSIMETRIQUE EN MILIEU MEDICAL Dr DJ Gambini SCMT AP HP 1 Cadre juridique Code du Travail Article 231-75 : «Les expositions professionnelles individuelles et collectives

Plus en détail

LA SCINTIGRAPHIE THYROIDIENNE CARDIAQUE ET OSSEUSE : AIDE A L OMNIPRATICIEN

LA SCINTIGRAPHIE THYROIDIENNE CARDIAQUE ET OSSEUSE : AIDE A L OMNIPRATICIEN LA SCINTIGRAPHIE THYROIDIENNE CARDIAQUE ET OSSEUSE : AIDE A L OMNIPRATICIEN Isabelle Raingeard (endocrinologue) Francis Blotman (rhumatologue) François Roubille (cardiologue) Denis Mariano-Goulart (médecin

Plus en détail

NODULES THYROIDIENS EN 2013. Dr Valérie Brulport Cerisier

NODULES THYROIDIENS EN 2013. Dr Valérie Brulport Cerisier NODULES THYROIDIENS EN 2013 Dr Valérie Brulport Cerisier Définition : hypertrophie localisée de la thyroide palpable et/ ou identifié Première manifestation d une dystrophie plurinodulaire avec le temps

Plus en détail

Les défis techniques en scintigraphie osseuse

Les défis techniques en scintigraphie osseuse Les défis techniques en scintigraphie osseuse Jessica Fortin, tim Benoît Bourassa-Moreau, Physicien médical Congrès annuel de l ACMN Montréal 30 janvier 2015 Objectifs de la présentation Reconnaître les

Plus en détail

Jeudi 17 novembre 2007

Jeudi 17 novembre 2007 Jeudi 17 novembre 2007 Les irradiations pour soigner les cancers Dr. Carmen Llacer Moscardo CRLC Val D Aurelle Introduction 1 français sur 3 développera un cancer au cours de son existence 60% seront traités

Plus en détail

Eléments de radioprotection médicale

Eléments de radioprotection médicale Eléments de radioprotection médicale www.radcoursorg.be/rprot M.Lemort Sciences dentaires Année 2014-2015 Dimension du problème croissance des procédures de radiodiagnostic au cours du siècle dernier (selon

Plus en détail

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE LAURENT Rémy laurent@clermont.in2p3.fr http://clrpcsv.in2p3.fr Journées des LARD Septembre 2007 M2R

Plus en détail

UE 3A. Organisation des appareils et des systèmes : Aspects fonctionnels et méthodes d étude. Dr Tristan Richard. L1 santé année universitaire 2009/10

UE 3A. Organisation des appareils et des systèmes : Aspects fonctionnels et méthodes d étude. Dr Tristan Richard. L1 santé année universitaire 2009/10 UE 3 Organisation des appareils et des systèmes : spects fonctionnels et méthodes d étude Dr Tristan Richard L1 santé année universitaire 2009/10 UE 3 : Organisation des appareils et des systèmes : spects

Plus en détail

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire 21/10/2013 LEONART Valérie L3 F. BARLESI 6 pages CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Plan A. Définition et Physiopathologie I.

Plus en détail

Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER. Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan

Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER. Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan introduction Le myélome multiple est une affection hématologique caractérisée

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux Bilan d extension ganglionnaire du cancer bronchique B Padovani, D Ducreux, S Stolear, A Ocelli, E Giordana, L Mondot, S Chanalet, CP Raffaelli, P Carrier Extension ganglionnaire Élément essentiel de l

Plus en détail

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Journées Jeunes Chercheurs d Aussois d - Décembre D 2003 U494 QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE OXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Juliette FEUARDENT Thèse

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

Formation obligatoire depuis juin 2009. But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients

Formation obligatoire depuis juin 2009. But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients Formation obligatoire depuis juin 2009 (L.1333-11, R.1333-74 du Code de la Santé) But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients Programme de la formation

Plus en détail

CANCER BRONCHIQUE Place de la médecine nucléaire. E.Ouhayoun - J. Giron Médecine nucléaire - Radiologie Centrale CHU Purpan

CANCER BRONCHIQUE Place de la médecine nucléaire. E.Ouhayoun - J. Giron Médecine nucléaire - Radiologie Centrale CHU Purpan CANCER BRONCHIQUE Place de la médecine nucléaire E.Ouhayoun - J. Giron Médecine nucléaire - Radiologie Centrale CHU Purpan Le Cancer Bronchique 25 000 cas /an (14%), 23 000 morts/an (24%) 1 ere cause de

Plus en détail

1.1.1. Interrogatoire général - 20 1.1.2. Interrogatoire ciblé - 20

1.1.1. Interrogatoire général - 20 1.1.2. Interrogatoire ciblé - 20 TABLE DES MATIÈRES Le mot du doyen...................................................................... 5 Le mot du médecin généraliste...................................................... 7 Remerciements........................................................................

Plus en détail

Imagerie en coupe des adénomes parathyroïdiens

Imagerie en coupe des adénomes parathyroïdiens Imagerie en coupe des adénomes parathyroïdiens Dr Cassagneau Pierre Service d imagerie Pr Bartoli-Moulin Hôpital de la Timone - Marseille Place de l imagerie en coupe Très limitée Réservée en principe

Plus en détail

EPREUVE COMMUNE DE TIPE 2009 partie D ANALYSES RADIOCHIMIQUES ET ISOTOPIQUES : LES TRACEURS RADIOACTIFS

EPREUVE COMMUNE DE TIPE 2009 partie D ANALYSES RADIOCHIMIQUES ET ISOTOPIQUES : LES TRACEURS RADIOACTIFS EPREUVE COMMUNE DE TIPE 2009 partie D ANALYSES RADIOCHIMIQUES ET ISOTOPIQUES : LES TRACEURS RADIOACTIFS 5 Temps de préparation : 2 h 15 Temps de présentation devant le jury : 10 minutes Entretien avec

Plus en détail

Le cyclotron ARRONAX

Le cyclotron ARRONAX Le cyclotron ARRONAX Un accélérateur pour la recherche en radiochimie et en oncologie à Nantes-Atlantique Séminaire généraliste 20/10/2005 François GAUCHÉ Objectifs du cyclotron La médecine nucléaire Utilise

Plus en détail

Imagerie «biologique», «cellulaire», moléculaire» (biochimique)

Imagerie «biologique», «cellulaire», moléculaire» (biochimique) La médecine nucléaire se définit par l utilisation de dont on étudie la biodistribution après administration, le plus souvent par voie vasculaire, à un moment donné ou de façon dynamique au cours du temps.

Plus en détail

- Anamnèse familiale: hyperthyroïdie chez une sœur. Consulte pour une voussure cervicale

- Anamnèse familiale: hyperthyroïdie chez une sœur. Consulte pour une voussure cervicale Colloque de médecine de premier recours Dr Patrick MEYER Nodules Thyroïdiens 6 Février 2013 - Unité d Endocrinologie HUG, patrick.meyer@hcuge.ch - Centre de Médecine Interne et Spécialités, Clinique La

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

INFOS PATIENTS LES TUMEURS NEURO-ENDOCRINES

INFOS PATIENTS LES TUMEURS NEURO-ENDOCRINES INFOS PATIENTS LES TUMEURS NEURO-ENDOCRINES Ce document, conçu pour vous et vos proches, a pour but d apporter une information la plus claire possible sur les tumeurs neuro-endocrines (TNE). Il doit également

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

Exposition aux rayonnements ionisants en milieu hospitalier. Risques Mesures préventives

Exposition aux rayonnements ionisants en milieu hospitalier. Risques Mesures préventives Exposition aux rayonnements ionisants en milieu hospitalier Risques Mesures préventives Menu du jour Rappel: effets biologiques des rayonnements ionisants Exposition médicale du citoyen belge, petit état

Plus en détail

Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie. Quel est mon parcours de soins?

Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie. Quel est mon parcours de soins? Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie Quel est mon parcours de soins? Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie Votre médecin peut adapter et compléter ces informations en fonction de votre situation personnelle.

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Les nouvelles formes de radiothérapie dans le traitement des cancers de l enfant» Conférence du Professeur Jean-Louis HABRAND, Université de Caen-Basse Normandie, Chef du

Plus en détail

Chapitre 4 Cycle cellulaire. Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases :

Chapitre 4 Cycle cellulaire. Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases : SYNTHESE Chapitre 4 Cycle cellulaire Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases : G1 : phase de croissance cellulaire et d activités métaboliques normales. S : phase

Plus en détail

Second cancer après radiothérapie mammaire

Second cancer après radiothérapie mammaire Second cancer après radiothérapie mammaire Sophie Guillerm, service de radiothérapie, Hôpital St Louis Florence Coussy, service d oncologie, Institut Curie Vendredi 25/09/2015 Introduction incidence nombre

Plus en détail

Etude d une nouvelle architecture de gamma caméra à base de semi-conducteurs CdZnTe /CdTe

Etude d une nouvelle architecture de gamma caméra à base de semi-conducteurs CdZnTe /CdTe UNIVERSITÉ D ANGERS Année 2007 N ordre 853 Etude d une nouvelle architecture de gamma caméra à base de semi-conducteurs CdZnTe /CdTe THÈSE DE DOCTORAT Spécialité : Physique ECOLE DOCTORALE D ANGERS Présentée

Plus en détail

UM 1 UFR Médecine. Module A - Cardiologie Pneumologie - (Hôpital Arnaud de Villeneuve)

UM 1 UFR Médecine. Module A - Cardiologie Pneumologie - (Hôpital Arnaud de Villeneuve) Module A - Cardiologie Pneumologie - (Hôpital Arnaud de Villeneuve) A Allergologie Cardio USIC Cardiologie A Cardiologie B Chirurgie thoracique vasculaire (Chirurgie A) - CTV - Chirurgie cardio-vasculaire

Plus en détail

Nodule Thyroïdien en ville. Conduite à Tenir devant la découverte d'un nodule thyroidien en ville

Nodule Thyroïdien en ville. Conduite à Tenir devant la découverte d'un nodule thyroidien en ville Nodule Thyroïdien en ville Conduite à Tenir devant la découverte d'un nodule thyroidien en ville Introduction Définition: hypertrophie localisée s'individualisant au sein de la glande thyroïde 95% des

Plus en détail

INFOS PATIENTS LE CANCER MÉDULLAIRE DE LA THYROÏDE

INFOS PATIENTS LE CANCER MÉDULLAIRE DE LA THYROÏDE INFOS PATIENTS LE CANCER MÉDULLAIRE DE LA THYROÏDE Ce document, conçu pour vous et vos proches, a pour but d apporter des informations sur le cancer médullaire de la thyroïde. Il vous permettra également

Plus en détail

Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification

Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification Irène Buvat U494 INSERM CHU Pitié-Salpêtrière, Paris buvat@imed.jussieu.fr http://www.guillemet.org/irene

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE PHYSIQUE-CHIMIE Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité Biotechnologies Temps alloué : 3 heures Coefficient : 4 La calculatrice (conforme à la circulaire

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

Item 239 (ex item 241) Goitre, nodules thyroïdiens et cancers thyroïdiens Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 239 (ex item 241) Goitre, nodules thyroïdiens et cancers thyroïdiens Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 239 (ex item 241) Goitre, nodules thyroïdiens et cancers thyroïdiens Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Prérequis : histologie de la glande thyroïdienne...3 2.

Plus en détail

ANNEXE 3 EXTRAIT DU MANUEL ISO 1

ANNEXE 3 EXTRAIT DU MANUEL ISO 1 ANNEXE 3 EXTRAIT DU MANUEL ISO 1 1. POLITIQUE DE QUALITE MANUEL DE QUALITE 1.1. Manuel central de qualité description politique de qualité du service de médecine nucléaire 1.2. Norme ISO 9001:2008 2. LE

Plus en détail

Sommaire MILIEU INTERIEUR

Sommaire MILIEU INTERIEUR Sommaire Préfaces, par François GREMY XI MILIEU INTERIEUR Chapitre 1. Compartiments liquidiens de l organisme 3 Liquides et solutions 3 L eau et les solutés dans l organisme 9 Mesure des stocks d eau et

Plus en détail

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE 5 ÈME CONGRÈS NATIONAL 01 AU 03 OCTOBRE 2015 INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE DR SAADAOUI.E ; DR DJILALI AIAD.k CHU SIDI BELABBES - SERVICE ORL INTRODUCTION

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

CARCINOME PAPILLAIRE DE LA

CARCINOME PAPILLAIRE DE LA CARCINOME PAPILLAIRE DE LA THYROIDE NIVEAU DU RISQUE DEFINI DANS LE CONSENSUS Epidémiologie: carcinomes papillaires(85-90%) vésiculaires (5-8%) et peu différenciés (3-5%) Très faible niveau de risque:

Plus en détail