IMAGERIE SCINTIGRAPHIQUE. Formation Générale en Sciences Médicales 2 année

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IMAGERIE SCINTIGRAPHIQUE. Formation Générale en Sciences Médicales 2 année"

Transcription

1 IMAGERIE SCINTIGRAPHIQUE Formation Générale en Sciences Médicales 2 année Module biopathologie-imagerie Denis Mariano-Goulart Faculté de médecine et CHRU de Montpellier

2 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA DOSIMETRIE PLAN Médecine nucléaire & imagerie médicale Les traceurs radioactifs Les scintigraphies (TEMP et TEP) Principales indications diagnostiques Principales indications thérapeutiques Les dosages radio-immunologiques Dosimétrie

3 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA DOSIMETRIE Imagerie médicale ANATOMIQUE

4 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA DOSIMETRIE Imagerie médicale ANATOMIQUE FONCTIONNELLE

5 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA DOSIMETRIE Imagerie médicale ANATOMIQUE METABOLIQUE FONCTIONNELLE

6 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA DOSIMETRIE Médecine Nucléaire Utilisation de marqueurs radioactifs pour tracer le devenir d un vecteur (atome, molécule, cellule) dans un but diagnostique IMAGERIE DIAGNOSTIQUE METABOLIQUE IMAGERIE DIAGNOSTIQUE FONCTIONNELLE

7 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA DOSIMETRIE Médecine Nucléaire Utilisation de marqueurs radioactifs pour tracer le devenir d un vecteur dans un but diagnostique ou thérapeutique IMAGERIE DIAGNOSTIQUE METABOLIQUE RADIOTHERAPIE METABOLIQUE VECTORISEE DETECTION PER-OPERATOIRE DOSAGES RADIOIMMUNOLOGIQUES IMAGERIE DIAGNOSTIQUE FONCTIONNELLE

8 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA DOSIMETRIE MEDECINE NUCLEAIRE IMAGERIE DIAGNOSTIQUE : Moléculaire et fonctionnelle Non invasive (faiblement irradiante) Dans des conditions physiologiques DETECTION PER-OPERATOIRE DOSAGES BIOLOGIQUES Forte sensibilité THERAPEUTIQUE : Radiothérapie métabolique interne, sélective et prolongée

9 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA DOSIMETRIE UN PEU D HISTOIRE Anger γ Tc Villard détecteur à scintillation γ-caméra Traceurs cliniques Curie détecteur à coïncidence FDG Fermi e + γ Pauli 18 9 F γ e -

10 LES TRACEURS RADIOACTIFS Quel marqueur radioactif? Quelle molécule vectrice? Comment les associer?

11 VOCABULAIRE Marqueur: Atome détectable 99 43Tc Vecteur: Molécule / cellule d intérêt Traceur: Marqueur lié au vecteur 99 43Tc Scintigraphie: Distribution 2 ou 3D d un traceur radioactif

12 MARQUEURS RADIOACTIFS ISOTOPE RADIO PROTECTION PROPRIETES DIAGNOSTIC IN VIVO ou DETECTION EMETTEURS DE PHOTONS PENETRANTS PEU DIFFUSES β + ou γ IONISANTS PEU IRRADIANTS T courtes : sec h ISOTOPES ARTIFICIELS (RENDUS) SPECIFIQUES D UN METABOLISME AFFINITE CHIMIQUE

13 MARQUEURS RADIOACTIFS ISOTOPE RADIO PROTECTION PROPRIETES DIAGNOSTIC IN VIVO ou DETECTION EMETTEURS DE PHOTONS PENETRANTS PEU DIFFUSES β + ou γ IONISANTS PEU IRRADIANTS T courtes : sec h ISOTOPES ARTIFICIELS (RENDUS) SPECIFIQUES D UN METABOLISME AFFINITE CHIMIQUE DIAGNOSTIC IN VITRO (RIA) COMPTAGE X ou γ d énergie faible AFFINITE POUR LE CORPS A DOSER I C,

14 MARQUEURS RADIOACTIFS ISOTOPE RADIO PROTECTION PROPRIETES DIAGNOSTIC IN VIVO ou DETECTION EMETTEURS DE PHOTONS PENETRANTS PEU DIFFUSES β + ou γ IONISANTS PEU IRRADIANTS T courtes : sec h ISOTOPES ARTIFICIELS (RENDUS) SPECIFIQUES D UN METABOLISME AFFINITE CHIMIQUE DIAGNOSTIC IN VITRO (RIA) COMPTAGE X ou γ d énergie faible AFFINITE POUR LE CORPS A DOSER I C, THERAPIE EMETTEURS DE PARTICULES IRRADIANTES PARCOURS COURTS α ou β T assez courtes : jour ISOTOPES ARTIFICIELS (RENDUS) SPECIFIQUES D UNE PATHOLOGIE AFFINITE

15 VECTEURS Simples isotopes radioactifs (aérosols, colloïdes) Diagnostic (γ) : 43Tc, 81Tl, 53I, Xe, Kr 54, Thérapie (β) : P,,, , Ga 15 68Er 75Re 39Y 53I Molécules, dont la fixation est liée à : la perfusion : cérébrale, myocardique un métabolisme : os, adrénaline, cholestérol, iode, glucose Des récepteurs membranaires : somatostatine, dopamine une fonction : tubulaire rénale, excrétrice biliaire, salivaire Aérosols, microsphères, agrégats d albumine Ventilation et perfusion pulmonaire Cellules globules rouges : fonction cardiaque, hémorragies polynucléaires : infection Plaquettes : fonction splénique, séquestration

16 MARQUAGE DE VECTEURS marqueur non métallique, halo (F, I), chalcogène (0),N, P, C : Liaison directe sur C, pour toute taille de vecteur. Addition électrophile, échange d halogènes. Marqueurs β : 6C, 9 F Marqueurs γ : 123 I marqueur métallique : Les liaisons simples C-Métal sont instables dans l eau Groupe complexant avec plusieurs donneurs d e - Exemple : Tétradentate : Seulement pour de grosses molécules vectrices. 53 H H N N HO HO O Tc O N N OH H H F O OH

17 TRACEURS γ Marqueur T Vecteur Fonction GENE- RATEUR Tc In Xe Kr Ga Tl I I 6 h 2,8 j 5,2 j 13 s 3,3 j 3 j 13 h 8 j HDP, HMPAO, ECD, MIBI, TF, MAA, AERO, MAG3, GB, GR pentétréotide - - Citrate de gallium - MIBG Noriodocholestérol Os, Cerveau, Myocarde Poumon, rein, infection, sang somatostatine Volumes pulmonaires Débits bronchiques inflammation Cancer, perfusion myocardique Noradrénaline (cœur, médullosurrénale) corticosurrénale

18 TRACEURS γ : A, T jour Marqueur T Vecteur Fonction GENE- RATEUR Tc In Xe Kr Ga Tl I I 6 h 2,8 j 5,2 j 13 s 3,3 j 3 j 13 h 8 j HDP, HMPAO, ECD, MIBI, TF, MAA, AERO, MAG3, GB, GR pentétréotide - - Citrate de gallium - MIBG Noriodocholestérol Os, Cerveau, Myocarde Poumon, rein, infection, sang somatostatine Volumes pulmonaires Débits bronchiques inflammation Cancer, perfusion myocardique Noradrénaline (cœur, médullosurrénale) corticosurrénale

19 TRACEURS β + G E N E R A T E U R S Marqueur F O C N Rb Ga T (min) ¼ 68 Vecteur FDG O 2, CO 2, H 2 O, CO Met, opiacés, BZD, D2, S2 NH 3 - DOTA-Peptides - Fonction Cancer, cardio., neuro. Volémie, DSC Cancers, récepteurs Perfusion myocardique Perfusion myocardique Cancers Infections

20 TRACEURS β + : A, T minute G E N E R A T E U R S Marqueur F O C N Rb Ga T (min) ¼ 68 Vecteur FDG O 2, CO 2, H 2 O, CO Met, opiacés, BZD, D2, S2 NH 3 - DOTA-Peptides - Fonction Cancer, cardio., neuro. Volémie, DSC Cancers, récepteurs Perfusion myocardique Perfusion myocardique Cancers Infections Générateurs de rubidium et de gallium Marquage des petites molécules de base de la biochimie, mais gestion délicate des périodes très courtes

21 PRODUCTION DES TRACEURS E. Lawrence Mo β - T = 66h Tc m e ν Réacteur nucléaire Mo 99 42

22 SCINTIGRAPHIE Le marqueur est utilisé pour rendre radioactive une molécule vectrice spécifique d un métabolisme d intérêt. La cartographie de radioactivité mesurée est appelée scintigraphie O O II II HO-P-CH2-P-OH I I O O \ / HO-Tc-OH / \ O O I I HO-P-CH2-P-OH II II O O TRACEUR RADIOACTIF

23 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS Xe 99 43Tc SCINTIGRAPHIES γ Technétium : hématies et polynucléaires, Métabolisme: os, thyroïde, rein, Perfusion: cérébrale, pulmonaire, cœur, rate, foie, voies biliaires, tube digestif, Glandes salivaires et lacrymales, Thallium : perfusion myocardique, tumeurs, parathyroïdes Iodes : thyroïde, surrénale, noradrénaline Krypton : débit bronchique Gallium : inflammation Indium : plaquettes, Ac monoclonaux, somatostatine Xénon : débit sanguin cérébral, ventilation Tl I Kr In T = (13 sec) 6 h 8 jours; E = kev

24 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS 15 8O 11 6C SCINTIGRAPHIES β F Fluor : cancer, infection,hypoxie, inflammation, métabolisme cérébral Azote: perfusion myocardique (NH 3 ) Carbone : cancer, méthionine, opiacés, benzodiazépines, récepteurs à la dopamine, à la sérotonine N Rb Oxygène: débit sanguin cérébral, volémie: O 2, CO 2, H 2 0, CO Rubidium : perfusion myocardique Gallium : peptides (cancers), infection T = min; E = 511 kev

25 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA DOSIMETRIE SYNTHESE 1 Imagerie moléculaire et fonctionnelle Détection per-opératoire, thérapie et RIA Marqueur radio-isotope artificiel : γ (TEMP), β + (TEP), β (Thérap.) Vecteur: atome, molécule(s), cellule Liaison facile halo-chalcogènes Groupe complexant pour les métaux

26 DU TRACEUR A L IMAGE Scintigraphie γ Scintigraphie β + Corrections des artefacts

27 GAMMA-CAMERA TEMP * Collimateur Scintillateur Photo-multiplicateur Localisation * Tomographie par Emission de Mono Photonique γ = SPECT

28 SCINTIGRAPHIE γ I 0 f 1 p γ f 2 f n Tc

29 SCINTIGRAPHIE γ COLLIMATEUR I 0 f 1 p γ f 2 f n Tc p = R f R 2f R nfn résolution cm bruit de Poisson

30 SCINTIGRAPHIE γ (TEMP) I 0 f 1 p J γ f 2 f n Tc p = R1f1 + R 2f m m m p = R1 f1 + R 2 f R 1 n R f m n n f n

31 GAMMA-CAMERA TEP * Scintillateur Photo-multiplicateur Localisation * Tomographie par Emission de Positons = PET

32 SCINTIGRAPHIE β + (TEP 2D) p J p j j = R i fi f i? 18 8 O γ 18 9 F γ Coïncidence à τ près?

33 SCINTIGRAPHIE β + (TEP 3D) TEP sans collimateur f i p J p J p j j = R i fi? 18 8 O γ 18 9 F γ Coïncidence à τ près? τ 5 ns

34 SCINTIGRAPHIE β + (TEP 3D-TOF) TEP en temps de vol t 2 p J p j j = R i fi L 1 f i p J? 18 8 O t 1 γ 18 9 F γ Coïncidence à τ près? t 1 -t 2 = L 1 -L 2 /c < τ 5 ns

35 DETECTEURS ANGER TEP (1956)

36 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA i t DETECTEURS ANGER DE γ collimateur X - X + X = X X + + X + X 1 γ p PM S Scintillateur -1 - UV Spectroscopie - Localisation

37 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA DETECTEURS Cadmium Zinc Telluride SENSIBILITE x 5 RESOLUTION x 2

38 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA MODES D ACQUISITION Planaire 5 Balayage corps entier 15 Dynamique 1

39 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA MODES D ACQUISITION Tomographique Synchronisé à l ECG ou à la respiration

40 ARTEFACTS D ACQUISITION Résolution et effet de volume partiel Possibilité de corriger en partie la réponse impulsionnelle par traitement du signal Atténuations par absorption photo-électrique par diffusion Compton Coïncidences fortuites (TEP seulement)

41 RESOLUTION Ordres de grandeur des LMH (mm) TEMP-CZT TEP SCINTI. PLANAIRE TEMP contact 50 cm

42 EFFET DE VOLUME PARTIEL Ordres de grandeur des LMH (mm) TEMP-CZT TEP SCINTI. PLANAIRE TEMP Activité maximale sous estimée pour des objets de dimension d si d < 2.LMH donc si d < 1 cm en TEP-CZT et si d < 3 cm TEMP

43 ATTENUATION PHOTO-ELECTRIQUE TEMP TEP Z3 µ PE k E3 ρ détection des coïncidences Mineur par rapport à l atténuation Compton à kev en biologie

44 ATTENUATION COMPTON TEMP TEP µ C k' ρ détection des coïncidences Mode d atténuation majeur à kev en biologie

45 ATTENUATIONS E (kev) CDA eau (cm) Flou Sous-estimation des activités profondes 3 7 µ C k' ρ Z3 µ PE k E3 ρ La correction nécessite la connaissance des ρ traversés

46 CORRECTION DE L ATTENUATION TDM TEP TEMP imagerie multi-modale Identification de 3 phases par seuillage de la TDM Correction par un facteur exp(µ os x os +µ mou x mou +µ air x air ) µ 511 (air) µ 511 (mou) µ 511 (os)

47 RESULTATS Correction d artefacts

48 RESULTATS Correction d artefacts Localisation anatomique Interprétation multimodale

49 COINCIDENCES FORTUITES TEP C ext Corrections possibles : 1- en retranchant C ext 2- A partir des comptages totaux T : F = 2.τ.T(d1)T(d2) A 2 détection des coïncidences 3- Par fenêtre décalée Cet artefact ne concerne que l imagerie en coïncidence TEP

50 COINCIDENCES FORTUITES Diapositive masquée Détecteur 1 À 511 kev F V Détecteur 2 À 511 kev τ et

51 COINCIDENCES FORTUITES Diapositive masquée Détecteur 1 À 511 kev F V Détecteur 2 À 511 kev τ et Retard et -

52 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA DOSIMETRIE SYNTHESE 2 Détecteurs de γ : Anger et CZT Modes d acquisition : Planaire, dynamique, corps-entier, tomographique, synchronisé Importance de l effet de volume partiel Sous estimation de l activité des petites structures Couplage à une TDM (scanner X) : Pour correction des artefacts d atténuation Pour localisation anatomique Pour interprétation multimodale

53 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA DOSIMETRIE SYNTHESE 2 bis TEMP γ TEMP-CZT γ TEP β + Marqueur A T h A T h A T min Marquage Nb. traceurs complexe 99 43Tc complexe 99 43Tc 18 9 F Images 2D, 3D, ±CA, TDM 3D, ±CA, TDM 3D, CA, TDM Résolution 10 mm 5 mm 5 mm Sensibilité Quantification relative relative absolue Irradiation 1-20 msv 1-20 msv 1-20 msv

54 Exemple de scintigraphies diagnostiques Os, thyroïde, cœur, poumon, rein, cerveau, cancers, infections

55 SCINTIGRAPHIES FREQUENTES France, 2007: 1 million de scintigraphies (33 millions monde) coeur 1000 /j tep 400 /j os 1700 /j thyroïde poumon rein orl ,9 % examens/an en France

56 REMODELLEMENT OSSEUX OSTEONECROSE METASTASES NORMAL # CUBOIDE G BIPHOSPHONATE- 99m Tc 18 F-Na BIPHOSPHONATE- 99m Tc Indications: fracture, algodystrophie, tumeur, infection, nécrose, arthrite

57 PATHOLOGIES INFECTIEUSES BP-Tc BP-Tc Spondylodiscite FDG Ostéomyélite FDG PN-HMPAO-Tc Ostéite hallux Spondylite à brucella Infection VCS sur cathéter

58 PERFUSION MYOCARDIQUE ISCHEMIE ANTERO-LATERALE NECROSE APICALE CATION LIPOPHILE 99m Tc ou 201 Tl Indications : coronaropathies

59 INNERVATION MYOCARDIQUE Indications : insuffisance cardiaque MIBG I

60 CONTRACTION CARDIAQUE HEMATIE 99m Tc Indications : insuffisance cardiaque

61 CONTRACTION CARDIAQUE VTD FE TFS VTS HEMATIE 99m Tc Indications : insuffisance cardiaque

62 NODULES THYROIDIENS BASEDOW 99m Tc - O 4 - NODULE FROID NODULE CHAUD cancer froid chaud bénin Indications : hyperthyroïdie (iodo-induite, toxique, Basedow), bilan de goitre

63 VENTILATION ET PERFUSION PULMONAIRES PERFUSION VENTILATION 99m Tc Albumine 99m Tc C-Aérosol Indications : Embolie pulmonaire, HTAP, Pré-lobectomie, Malformations EMBOLIE PULMONAIRE BILATERALE

64 SCINTIGRAPHIES RENALES 99m Tc-DMSA Indications : Pyélonéphrites, obstacles, HTA, 99m Tc-MAG 3

65 SCINTIGRAPHIES CEREBRALES Alzheimer normal m99tc-ecd Parkinson Indications : tumeur 201 Tl Démences, Parkinson épilepsies, tumeurs. 18F-DG 18F-DOPA

66 CANCERS TRES DIFFERENCIES METATSTASES DE CARCINOIDE Indications : Tumeurs neuro-endocrines ou du tractus gastro-entéro-pancréatique OCTREOTIDE - In 111

67 CANCERS TRES DIFFERENCIES 123 I MIBG Indications : OCTREOTIDE - In 111 Phéochromocytome para-gangliome

68 CANCERS PEU DIFFERENCIES Glut 1(-7) Glucose Ribulose-5P Glucose HK,GK G6P Ribose-5P F6P PFK F1,6 2P - ATP O2 Glyceraldehyde 3P PK Ac-CoA Pyruvate Lactate

69 METABOLISME CELLULAIRE DU GLUCOSE Glut 1(-7) GF, Ras Ribulose-5P Ribose-5P Nucléotides Glut 1(-7) Glucose Glucose HK,GK G6P F6P PFK F1,6 2P Glyceraldehyde 3P PK Pyruvate Lactate - Glut 1(-7) ATP Ac-CoA O2

70 Métabolisme du 18 FDG Hyperfixation en cas de : Cancer Hypoxie Inflammation ou infection (risque de faux positif) Risque de faux négatifs si cancer : très différencié pauci-cellulaire infra-centimétriques (volume partiel)

71 DEROULEMENT D UNE TEP AU 18 FDG Respect impératif des horaires 1 h en avance pour les diabétiques A jeûn (6 h minimum) Consultation, dextro, injection du FDG Repos complet 1h Acquisition : minutes Encéphale bassin sauf Mélanome

72 INDICATIONS DE LA TEP 18 FDG Diagnostic, bilan d extension, suivi de cancers Pleuro-pulmonaires, lymphomes, ORL, mélanome Digestifs, thyroïde, gynécologique, sarcome. Suivi 3 mois après radiothérapie, 3 semaines après chimiothérapie Cardiologie Viabilité myocardique Perfusion myocardique Neurologie Epilepsies pharmaco-résistantes Démences Pathologies infectieuses Fièvre prolongée d origine indéterminée, tuberculose Pathologies inflammatoires Vascularites, sarcoïdose

73 EXEMPLES DE TEP 18 FDG ADENOCARCINOME T3N3M0 ARTERITE ET NEOPLASIE PULMONAIRE NORMAL

74 EXEMPLES DE TEP 18 FDG METASTASES HEPATIQUES D UN CANCER DE L OESOPHAGE

75 EXEMPLES DE TEP 18 FDG ADENOPATHIE JUGULO-DIGASTRIQUE LYMPHOME DE HODGKIN NEO LARYNX + ADN + T2N2M0 LSD MELANOME

76 EXEMPLES DE TEP 18 FDG perfusion ischémie viable HIBERNATION ANTERO-SEPTO-APICALE

77 EXEMPLES DE TEP 18 FDG EPILEPSIE PARKINSON F-DG ALZHEIMER 18 F-DOPA 18 F-Ethyl-Spipérone

78 DETECTION PEROPERATOIRE

79 IMAGERIE TRACEURS RADIOACTIFS SCINTIGRAPHIE DIAGNOSTIC THERAPIE RIA DOSIMETRIE SYNTHESE 3 Rhumatologie : BP, ostéoblastose (sensibilité ) i = fractures, tumeurs, nécrose, arthrites Infections : Polynucléaires, BP, FDG, Gallium Cardiologie : perfusion et fonction systolique Coronaropathies et insuffisance cardiaque (MIBG, ventriculographie) Thyroïde : hyperthyroïdie et bilan de goitres Pneumologie : perfusion et ventilation Embolie pulmonaire, HTAP, pré-opératoire, malformations Néphrologie : infection et fonction excrétrice Neurologie : Perfusion (démences, épilepsie), tumeur, PK Cancérologie Différenciée: somatostatine (neuroendocrine) & MIBG (paragangliome) Indifférenciée : FDG pour diagnostic, BE et suivi de cancers pulmonaires, lymphomes, ORL, digestif, mélanome Ganglions sentinelles : sein, ORL, mélanome, prostate

80 THERAPIE METABOLIQUE Cancers thyroïdiens, hyperthyroïdie, Synoviorthèses, Métastases osseuses, Lymphomes, tumeurs cérébrales

81 RADIOTHEAPIE METABOLIQUE Néoplasies thyroïdiennes I 53I Hyperthyroïdies I

82 RADIOTHEAPIE METABOLIQUE Synoviorthèses injection intra-articulaire sous scopie irradiation de l hyperplasie synoviale indications : monoarthrites inflammatoires non aigües 3 radioisotopes β - : erbium, rhénium et ytrium Er (parcours moyen des e - : 0,5 mm) doigts Re (parcours moyen des e - : 1,0 mm) épaules, coudes, poignets, chevilles Y (parcours moyen des e - : 3,5 mm) hanches, genoux

83 RADIOTHEAPIE METABOLIQUE Antalgie de métastases osseuses e - Ionisations sur quelques mm Sm 89 38Sr +BP

84 DOSAGES DE LABORATOIRE RIA

85 DOSAGES RADIOIMMUNOLOGIQUES Liaison Récepteur-Ligand* : spécifique Sensibilité < picomole % des dosages : Hormones (ACTH et cortisol, rénine et aldostérone, gastrine, PTH, ostéocalcine) Vitamines (D), peptides, marqueurs tumoraux

86 RISQUE DOSIMETRIQUE

87 RAYONNEMENTS IONISANTS H - H + Photon X ou γ - - O Énergie moyenne d une ionisation de l eau : 32 ev H - e - et H réducteurs O OH oxydant H

88 DOSIMETRIE Procédé 0,01 10 msv Dose efficace (msv) Quelques références : Irradiation naturelle moyenne : 2,5 msv / an France : 1-6 msv Ramsar (Iran) : 250 msv/an Vol Paris-New-York : 0,05 msv TDM TAP non diagnostique 7 0,3 20 msv Au niveau mondial : homme.sv pour scintigraphies (5 %) homme.sv pour radiographies (95 %) OCTREOSCAN Thallium, rubidium, MIBG European Commission. Radiation protection 118: Referral guidelines for imaging.office for Official Publication of the EC; 2001.

89 SYNTHESE 4 Radiothérapie métabolique vectorisée : Cancers thyroïdiens différenciés, hyperthyroïdies Antalgie de métastases osseuses ostéocondensantes Traitement anti-inflammatoire de monoarthrites Traitements spécifiques: lymphomes, craniopharyngiomes RIA : sensibilité picomole Dosimétrie En général de 0,5 à 10 msv Du même ordre que celle engagée en radiologie et tdm (X)

90 CONCLUSION Imagerie fonctionnelle et métabolique : physiologique, non invasive et peu irradiante couvrant toutes les spécialités médicales rôle essentiel dans le diagnostic et le traitement impliquant des équipes multidisciplinaires paramédicaux, techniciens, médecins, pharmaciens, physiciens, chimistes, informaticiens En fort développement : Recherche : radio-traceurs, protocoles, caméras Économique : 200 centres, 550 médecins en France centres + 5% de patients pris en charge / an en moyenne Usage civil des technologies nucléaires

91 MERCI POUR VOTRE ATTENTION

Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride

Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride Benjamin GEISSLER Centre d d Imagerie Nucléaire St-Etienne, Roanne, Le Puy en Velay 1967 2007 Principes Spécialit cialité médicale (1950) Radiologie Radiothérapie

Plus en détail

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Imagerie Imagerie de Gamma Caméra Tomographie d émission monophotoniqueou TEMP: radiopharmaceutiqueémetteurs de rayonnement Gamma Imagerie de Caméra TEP

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin Jeudi 25 Septembre 2008 Un peu d histoire

Plus en détail

Quantification en tomographie d émission

Quantification en tomographie d émission Quantification en tomographie d émission Irène Buvat Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr http://www.guillemet.org/irene Séminaire

Plus en détail

Bases physiques de l imagerie en

Bases physiques de l imagerie en Bases physiques de l imagerie en Médecine Nucléaire (MN) Pr. Malika ÇAOUI Service de Médecine Nucléaire CHU International Cheikh Zaid Faculté de Médecine et de Pharmacie - Rabat- 02/12/2010 Pr. Malika

Plus en détail

Le principe de la TEP

Le principe de la TEP couplée TDM Le principe de la TEP C est un atome contenant un positon supplémentaire, libéré dans l organisme lors de la désintégration.il se désintègre selon une radioactivité beta+ Lorsque le positron

Plus en détail

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron à Saint-Louis Cancers & imagerie médicale Un progrès majeur pour une meilleure prise en charge des patients. Accroitre les possibilités

Plus en détail

LA SCINTIGRAPHIE THYROIDIENNE CARDIAQUE ET OSSEUSE : AIDE A L OMNIPRATICIEN

LA SCINTIGRAPHIE THYROIDIENNE CARDIAQUE ET OSSEUSE : AIDE A L OMNIPRATICIEN LA SCINTIGRAPHIE THYROIDIENNE CARDIAQUE ET OSSEUSE : AIDE A L OMNIPRATICIEN Isabelle Raingeard (endocrinologue) Francis Blotman (rhumatologue) François Roubille (cardiologue) Denis Mariano-Goulart (médecin

Plus en détail

Imagerie Médicale. Introduction

Imagerie Médicale. Introduction Imagerie Médicale Introduction Source: uhrad.com. Isabelle Bloch Département Traitement du Signal et des Images, Télécom ParisTech CNRS UMR 5141 LTCI 46 rue Barrault, 75013 Paris. Un peu d histoire Des

Plus en détail

Eléments de radioprotection médicale

Eléments de radioprotection médicale Eléments de radioprotection médicale www.radcoursorg.be/rprot M.Lemort Sciences dentaires Année 2014-2015 Dimension du problème croissance des procédures de radiodiagnostic au cours du siècle dernier (selon

Plus en détail

Imagerie des tumeurs endocrines Le point de vue de l imagerie moléculaire

Imagerie des tumeurs endocrines Le point de vue de l imagerie moléculaire 4ème Journée inter-régionale RENATEN Centre / Poitou-Charente Imagerie des tumeurs endocrines Le point de vue de l imagerie moléculaire Maria João Santiago-Ribeiro CHRU Tours Université François Rabelais

Plus en détail

EPREUVE COMMUNE DE TIPE 2009 partie D ANALYSES RADIOCHIMIQUES ET ISOTOPIQUES : LES TRACEURS RADIOACTIFS

EPREUVE COMMUNE DE TIPE 2009 partie D ANALYSES RADIOCHIMIQUES ET ISOTOPIQUES : LES TRACEURS RADIOACTIFS EPREUVE COMMUNE DE TIPE 2009 partie D ANALYSES RADIOCHIMIQUES ET ISOTOPIQUES : LES TRACEURS RADIOACTIFS 5 Temps de préparation : 2 h 15 Temps de présentation devant le jury : 10 minutes Entretien avec

Plus en détail

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201?

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Symposium Covidien, Nice, 10 mai 2010 Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Bernard Songy Centre Cardiologique du Nord St-Denis Thallium 201: Le thallium 201 présente

Plus en détail

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE LAURENT Rémy laurent@clermont.in2p3.fr http://clrpcsv.in2p3.fr Journées des LARD Septembre 2007 M2R

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

F-FLUORODÉOXYGLUCOSE EN ONCOLOGIE Expérience en Ile de France

F-FLUORODÉOXYGLUCOSE EN ONCOLOGIE Expérience en Ile de France 18F-fluorodéoxyglucose en oncologie. Expérience en Ile de France. 18 F-FLUORODÉOXYGLUCOSE EN ONCOLOGIE Expérience en Ile de France H. FOEHRENBACH 1, J. LUMBROSO 2 1 Service Médecine Nucléaire, Hôpital

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification

Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification Irène Buvat U494 INSERM CHU Pitié-Salpêtrière, Paris buvat@imed.jussieu.fr http://www.guillemet.org/irene

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

GATE : Code de calcul pour l imagerie médicale, la radiothérapie et la dosimétrie

GATE : Code de calcul pour l imagerie médicale, la radiothérapie et la dosimétrie GATE : Code de calcul pour l imagerie médicale, la radiothérapie et la dosimétrie, PhD Direction des Sciences du Vivant - I²BM/SHFJ Présentation de l artillerie informatique le software Geant4 Développements

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire

Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire T. Mognetti et F. Giammarile Introduction La TEP-FDG (Tomographie par Émission de Positons après injection de 18 F- Fluoro-2-Déoxy-Glucose) est un des

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

Les marqueurs biologiques des tumeurs endocrines digestives

Les marqueurs biologiques des tumeurs endocrines digestives Les marqueurs biologiques des tumeurs endocrines digestives Michèle d Herbomez DIU de Chirurgie Endocrinienne Lille 2009 Bilan biologique participe au Diagnostic Pronostic Suivi Trois types de marqueurs:

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

GUIDE DE REVISION CONCOURS D ENTREE ECOLE D INFIRMIERS DE BLOC OPERATOIRE CHU CLERMONT-FERRAND

GUIDE DE REVISION CONCOURS D ENTREE ECOLE D INFIRMIERS DE BLOC OPERATOIRE CHU CLERMONT-FERRAND GUIDE DE REVISION CONCOURS D ENTREE ECOLE D INFIRMIERS DE BLOC OPERATOIRE CHU CLERMONT-FERRAND I - GRANDS AXES DE REVISION ANATOMIE - PHYSIOLOGIE APPAREIL CIRCULATOIRE ANATOMIE : le coeur, les vaisseaux

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer de la thyroïde Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous

Plus en détail

Cancer de la thyroïde

Cancer de la thyroïde LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE ALD 30 Tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique Cancer de la thyroïde Actualisation juillet 2011 Ce document est

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du poumon

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du poumon G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du poumon Juin 2010 Pourquoi ce guide? 2 Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Histoire d une masse pancréatique

Histoire d une masse pancréatique Histoire d une masse pancréatique Marie Luce Auriault Michael Levy Frédéric Pigneur Claude Tayar, et Iradj Sobhani CHU Henri Mondor Pour GHIF Samedi 13 Juin 2009, Histoire de la maladie Femme 66 ans consulte

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir

La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir Evaluer et prévenir le risque radiologique professionnel dans les opérations de radiographie industrielle La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir Dr Irène Sari-Minodier Service

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Cathy Josse 03 22 66 87 83 / 06 86 30 46 57 josse.cathy@chu-amiens.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Le 16 février

Plus en détail

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

Rad4Med.be, premier acteur global dans le nucléaire médical

Rad4Med.be, premier acteur global dans le nucléaire médical Bruxelles, 15 octobre 2013 Communiqué de presse Rad4Med.be, premier acteur global dans le nucléaire médical La radioactivité au service de la médecine, un savoir-faire belge qui s exporte dans le monde

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

Médecine nucléaire Diagnostic in vivo

Médecine nucléaire Diagnostic in vivo RADIOPROTECTION : SECTEUR MÉDICAL Médecine nucléaire Diagnostic in vivo TEP-TDM ou TEP (1) au fluor 18 et autres émetteurs de positons Définition : acte à visée diagnostique utilisant actuellement du fluor

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons.

Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons. Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons. Un taux de récidive de 30% dans les dix premières années chez des patientes en rémission complète après un traitement curatif, requiert

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

www.health.fgov.be/csh_hgr

www.health.fgov.be/csh_hgr Rapport Assurance de qualité et radioprotection en médecine nucléaire Décembre 2003 CSH n 7221 www.health.fgov.be/csh_hgr Assurance de qualité et radioprotection en médecine nucléaire 2/51 Table des matières

Plus en détail

Diagnostic des tuméfactions et des masses cervicales et salivaires

Diagnostic des tuméfactions et des masses cervicales et salivaires Diagnostic des tuméfactions et des masses cervicales et salivaires Diagnostics nombreux +++ Nécessité d un examen ORL complet à la recherche d une porte d entée ORL Chirurgien ORL et cervicofacial Examen

Plus en détail

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie Ordonnance du DFI sur les prestations dans obligatoire des soins en cas de maladie (Ordonnance sur les prestations de des soins, OPAS) Modification du 2 décembre 2010 Le Département fédéral de l intérieur

Plus en détail

Qu est ce que peut apporter une étude ALARA formalisée des exposi8ons professionnelles dans le secteur médical?

Qu est ce que peut apporter une étude ALARA formalisée des exposi8ons professionnelles dans le secteur médical? Qu est ce que peut apporter une étude ALARA formalisée des exposi8ons professionnelles dans le secteur médical? Exemple de l u*lisa*on du Fluor 18 en médecine nucléaire pour les examens de TEP Chris*an

Plus en détail

Conseil Supérieur d Hygiène Rue de L Autonomie 4. Recommandations en matière de thérapie au moyen de radionucléides sous forme non scellée

Conseil Supérieur d Hygiène Rue de L Autonomie 4. Recommandations en matière de thérapie au moyen de radionucléides sous forme non scellée SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement Conseil Supérieur d Hygiène Rue de L Autonomie 4 B-1070 BRUXELLES Recommandations en matière de thérapie au moyen de radionucléides

Plus en détail

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE DES module national Lundi 3 Février 2014 PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE Antoine Feydy, Jean-Luc Drapé Université Paris Descartes CHU Cochin - APHP Service de Radiologie B Effet Compton Effet

Plus en détail

Exposition de la population française aux rayonnements ionisants liée aux actes de diagnostic médical en 2012

Exposition de la population française aux rayonnements ionisants liée aux actes de diagnostic médical en 2012 R A P P O R T Exposition de la population française aux rayonnements ionisants liée aux actes de Pôle Radioprotection, Environnement, Déchets et Crise RESUME Ce rapport met à jour, pour l année 2012, les

Plus en détail

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Hôpitaux Universitaires Paris Centre Traumatisme Deformités de la paroi thoracique antérieure 1. Pectus excavatum

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper Don d organes et mort cérébrale Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper La mort cérébrale Cessation irréversible de toute fonction cérébrale

Plus en détail

Infection ostéoarticulaire de l enfant (92a) Docteur Bernardo VARGAS BARRETO Avril 2005

Infection ostéoarticulaire de l enfant (92a) Docteur Bernardo VARGAS BARRETO Avril 2005 Infection ostéoarticulaire de l enfant (92a) Docteur Bernardo VARGAS BARRETO Avril 2005 Pré-requis : Résumé : Cartilages de croissance : principes anatomiques Antibiotiques : principes généraux L infection

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca MALADIE DE HODGKIN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du

Plus en détail

Médecine nucléaire Diagnostic in vivo

Médecine nucléaire Diagnostic in vivo RADIOPROTECTION : SECTEUR MÉDICAL Médecine nucléaire Diagnostic in vivo hors TEP (1) Définition : acte à visée diagnostique utilisant des radionucléides artificiels administrés en sources non scellées

Plus en détail

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les amygdales Les amygdales: 2 organes situés dans le pharynx à l arrière de la gorge qui ont pour fonctions d empêcher l intrusion bactérienne. Amygdalite:

Plus en détail

Journées médico-chirurgicales de Msila

Journées médico-chirurgicales de Msila Journées médico-chirurgicales de Msila 28-29 avril 2010 L association ENNOUR des médecins de la wilaya de Msila (président : Dr. Ghadbane) a organisé des journées médicochirurgicales de formation médicale

Plus en détail

Nouvelles stratégies et nouveaux impacts de l imagerie des cancers

Nouvelles stratégies et nouveaux impacts de l imagerie des cancers 03 CHATAL Page 26 Jeudi, 18. mars 2004 8:21 08 Le cancer : nouvelles données, nouvelles stratégies, nouveaux espoirs Cancer: recent evidence, innovative strategies, future promises 2004 Elsevier SAS. Tous

Plus en détail

GUIDE D ACCUEIL. expliqué. comment ça se passe? Le parcours thérapeutique. Le séjour à l hôpital, INSTITUT DE CANCÉROLOGIE GUSTAVE ROUSSY.

GUIDE D ACCUEIL. expliqué. comment ça se passe? Le parcours thérapeutique. Le séjour à l hôpital, INSTITUT DE CANCÉROLOGIE GUSTAVE ROUSSY. INSTITUT DE CANCÉROLOGIE GUSTAVE ROUSSY GUIDE D ACCUEIL page 12 Le parcours thérapeutique expliqué page 36 Le séjour à l hôpital, comment ça se passe? page 24 p g Le plan douleur 2010 2012 Sommaire Premiers

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences. Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie

UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences. Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences Département de Physique Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie Un choix progressif et personnalisé

Plus en détail

Information PACES 20 Septembre 2012. Les métiers en lien avec le choix Manipulateur d Electroradiologie Médicale «MEM» Monsieur Daniel LAMI

Information PACES 20 Septembre 2012. Les métiers en lien avec le choix Manipulateur d Electroradiologie Médicale «MEM» Monsieur Daniel LAMI Information PACES 20 Septembre 2012 Les métiers en lien avec le choix Manipulateur d Electroradiologie Médicale «MEM» Monsieur Daniel LAMI 1 Institut de Formation de Manipulateurs d Electroradiologie Médicale

Plus en détail

Lymphome non hodgkinien

Lymphome non hodgkinien Lymphome non hodgkinien Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca LYMPHOME NON HODGKINIEN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque

Plus en détail

Tumeur maligne des os

Tumeur maligne des os Tumeur maligne des os E p idém iologie tumeur maligne primitive de l os touchant essentiellement l adolescent et l adulte jeune. 70% des sarcomes ostéogéniques sont diagnostiqués avant l âge de 18ans dans

Plus en détail

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE 2014 L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE L Institut universitaire du cancer de Toulouse (IUCT) est un nouveau modèle français d organisation

Plus en détail

Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie

Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie J ai mal à la hanche : 9/10 ce n est pas la hanche, en tout cas pas la coxo-fémorale! Le plus souvent douleur en regard du grand trochanter

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA RADIOPROTECTION DANS LES SERVICES DE MEDECINE NUCLEAIRE

ETAT DES LIEUX DE LA RADIOPROTECTION DANS LES SERVICES DE MEDECINE NUCLEAIRE ETAT DES LIEUX DE LA RADIOPROTECTION DANS LES SERVICES DE MEDECINE NUCLEAIRE PENDANT LA PERIODE 2009-2011 RESUME Le bilan national des inspections des services de médecine nucléaire a été établi sur la

Plus en détail

Marchés des groupes à affinités

Marchés des groupes à affinités Marchés des groupes à affinités Guide du produit destiné aux conseillers Régime d assurance maladies graves Chèque-vie MD de base La Compagnie d Assurance-Vie Manufacturers Le produit en bref Nul n aime

Plus en détail

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE IMAGERIE EN CANCEROLOGIE Méthodes Diagnostiques et Thérapeutiques récentes Frank Boudghene Hopital Tenon - Université Paris 6 FEDERATION D IMAGERIE DU CANCER Nouveautés en IRM IRM Morphologique : Matériel

Plus en détail

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012 Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012 Faire avancer la sûreté nucléaire Jean-René Jourdain Paris, 28 février 2012 Comment évaluer les conséquences

Plus en détail

Les Applications industrielles et commerciales des cellules souches. Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises

Les Applications industrielles et commerciales des cellules souches. Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises Les Applications industrielles et commerciales s cellules souches Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises Matthieu COUTET, Responsable du Pôle Jean-François RAX, Business Analyst 1 Plan Cellules souches

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Réflexions autour de cas cliniques. D R Bernard Desoutter, Nîmes

Réflexions autour de cas cliniques. D R Bernard Desoutter, Nîmes Réflexions autour de cas cliniques D R Bernard Desoutter, Nîmes Traitement des conséquences de la maladie Traitement des effets secondaires du traitement allopathique Le soutien psychologique de l accompagnement

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille Guide de Mobilisation de cellules souches pour mon Autogreffe Carnet d informations et de suivi Carnets pour d informations le patient et sa et famille de suivi pour le patient et sa famille AVEC LE SOUTIEN

Plus en détail

Séquence 2. Étudiez le chapitre 4 de chimie des «Notions fondamentales»

Séquence 2. Étudiez le chapitre 4 de chimie des «Notions fondamentales» Séquence 2 Consignes de travail Étudiez les chapitres 3 de physique et de chimie des «Notions fondamentales» Physique : Ondes électromagnétiques Chimie : Classification périodique des éléments chimiques

Plus en détail

VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN

VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN 1) Thyroglobuline a) Indications et fréquence Exclusivement sécrétée par la thyroïde Marqueur de choix pour le suivi du cancer différencié de la thyroïde

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA 3-1 : Physique Chapitre 8 : Le noyau et les réactions nucléaires Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Finalité du chapitre

Plus en détail

LES CANCERS PROFESSIONNELS

LES CANCERS PROFESSIONNELS LES CANCERS PROFESSIONNELS Près de 2,4 millions de travailleurs français sont quotidiennement exposés à des substances cancérogènes sur leur lieu de travail. Tout le monde est concerné, mais les hommes

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Atelier N 2 Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Contre indica,ons à la grossesse Hypertension artérielle pulmonaire >30mmHg Maladie de Marfan (dilatation aortique>4 cm) Rétrécissement

Plus en détail

Actualités s cancérologiques : pneumologie

Actualités s cancérologiques : pneumologie Actualités s cancérologiques : pneumologie PLAN Incidence / facteurs de risque Anatomie Symptômes Types de tumeurs Diagnostic / extension Classification Traitement Pronostic Pneumologie : incidence Belgique

Plus en détail

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie (Ordonnance sur les prestations de l assurance des soins, OPAS) Modification du 14 juin 2010 Le Département

Plus en détail

1 of 5 02/11/2012 14:03

1 of 5 02/11/2012 14:03 1 of 5 02/11/2012 14:03 Le cancer du chat par Sandrine Cayet, docteur-vétérinaire Le cancer chez le chat n est pas une fatalité. Un cancer chez le chat, c est comme chez l homme, ça se diagnostique, ça

Plus en détail

De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I)

De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I) De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I) Collaboration: - Laboratoire de Radiotoxicologie et Oncologie (L. Sabatier) CEA, DSV - Laboratoire de Génotoxicité et Modulation de l Expression

Plus en détail

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations 2005 Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations pour la Pratique Clinique : Standards, Options et Recommandations 2005 pour la prise en charge

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

Rapport final sur les priorités en matière de surveillance de la médecine

Rapport final sur les priorités en matière de surveillance de la médecine Département fédéral de l'intérieur DF) Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Protection des consommateurs Rapport final sur les priorités en matière de surveillance de la médecine

Plus en détail

PET/CT et Sarcoïdose. Daniel O Slosman

PET/CT et Sarcoïdose. Daniel O Slosman PET/CT et Sarcoïdose Daniel O Slosman Objectifs (PET-FDG) Rappel technique (SPECT vs. PET) Rappel biologique (Radiotraceurs et FDG) Investigations scintigraphiques (Ga-67 vs autres) Utilité clinique du

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

Cordarone et Thyroïde par François Boustani

Cordarone et Thyroïde par François Boustani Physiologie de la thyroïde : l hormonosynthèse thyroïdienne se fait à partir de l iode essentiellement d origine digestive et de la thyroglobuline qui est une protéine synthétisée par la thyroïde à partir

Plus en détail

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Fonctionnement de l organisme et besoin

Plus en détail

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES DOSSIER D ADMISSION 1/6 Date d'admission souhaitée : Date de la demande : Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES Renseignements administratifs

Plus en détail

RAPPORT. du groupe de travail «Aménagement des installations de médecine nucléaire in vivo»

RAPPORT. du groupe de travail «Aménagement des installations de médecine nucléaire in vivo» RAPPORT du groupe de travail «Aménagement des installations de médecine nucléaire in vivo» JANVIER 2012 Recommandations sur les règles techniques minimales de conception, d exploitation et de maintenance

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail