Expérimentation simultanée de plusieurs traceurs activables dans le réseau karstique du Châtillonnais

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Expérimentation simultanée de plusieurs traceurs activables dans le réseau karstique du Châtillonnais"

Transcription

1 Expérimentation simultanée de plusieurs traceurs activables dans le réseau karstique du Châtillonnais Roger CADIC Technicien supérieur Service de chimie Laboratoire central des Ponts et Chaussées Paul IONGÈRE Ingénieur hydrogéolosue Laboratoire régional d'autun Claude GAUTHIER, Ingénieur Jean-Claude BORGOTTI, Technicien supérieur Philippe VIE, Technicien Section de physique des milieux granulaires Laboratoire central des Ponts et Chaussées RÉSUMÉ Le réseau karstique du Châtillonnais a été retenu pour expérimenter des traceurs activables. Les marqueurs utilisés sont l'iridium et deux terres rares (le dysprosium et l'europium) complexés par le DTP A (acide diéthylène triaminopentaacétique). Les trois traceurs, dont on voulait comparer le comportement, ont été injectés simultanément dans la perte d'un ruisseau. Après préparation, les échantillons prélevés sont irradiés par des neutrons thermiques produits par le réacteur ORPHEE du Centre nucléaire de Saclay. Les radioisotopes formés sont ensuite dosés par spectrométrie gamma. Ces essais indiquent un bon comportement des trois traceurs qui, après un parcours de 8 km dans le karst, sont récupérés conjointement et de façon pratiquement totale. Des courbes précises de restitution des traceurs ont pu être dressés, donnant des prévisions utiles en cas de pollution accidentelle. Cette technique, permettant l'utilisation simultanée de plusieurs traceurs, est apte à résoudre rapidement des cas complexes (zones d'entrées multiples, divergence de réseaux, etc.), les essais étant effectués dans des conditions hydrauliques identiques. MOTS CLÉS : 41 - Karst - Traceur (nucl.) - Cours d eau - Analyse chimique - Activation (rayonnem.) - Spectrométrie - Rayon gamma - Hydrologie - Expérimentation - France - Débit (écoulement) -/Châtillonnais - Terre rare - Indium. La reconnaissance des réseaux karstiques, indispensable pour l'étude de la propagation des pollutions ou la prévision de l'incidence directe ou indirecte de certains travaux sur la qualité de l'eau, s'effectue généralement au moyen de traceurs ; on les introduit aux entrées possibles du réseau et l'on vérifie leur présence aux émergences que l'on veut étudier. Un seul traçage est rarement suffisant, car la structure des réseaux fissurés étant complexe, l'étude de plusieurs zones d'alimentation est le plus souvent nécessaire. Pour une bonne interprétation des résultats des essais, il faut alors respecter entre les expériences de traçage des délais qui sont souvent jugés rédhibitoires. Pour les réduire, mais aussi pour réaliser les études dans les mêmes conditions hydrauliques. Molinari [1976] a suggéré l'utilisation de traçages simultanés. Des traceurs différents sont injectés dans les zones d'alimentation ; l'échantillonnage aux résurgences permet alors d'étudier les différentes propagations. Il en résulte une diminution du nombre de prélèvements et, par conséquent, du coût de l'étude. Divers traceurs ont été proposés : cette étude a permis de vérifier, sur un des réseaux karstiques du Châtillonnais le très bon comportement de trois traceurs activables : l'indium, le dysprosium et l'europium lorsqu'ils sont complexés par le DTPA (acide diéthylène triaminopentaacétique). 45 Bull. Katoon Labo. P. «t Ch marc-avr Réf. 3467

2 CHOIX DES TRACEURS Il n'existe pas de traceur parfait et il faut faire un compromis entre : la qualité du marqueur, qui doit bien suivre l'eau et ne pas être restitué avec perte ou retard ; sa toxicité, qui doit être nulle au niveau des points d'utilisation ; sa teneur naturelle ou artificielle, qui doit être aussi faible que possible ; sa sensibilité de dosage, qui doit être grande pour ne nécessiter que de faibles quantités de traceur et ne pas perturber l'écoulement ; sa facilité d'analyse ; son faible prix de revient. Il est évident que toutes ces qualités ne sont pas d'importance égale et ne sont pas toutes indépendantes. L'un des critères les plus importants est la propriété du traceur de ne pas être adsorbé par les terrains traversés. L'expérience montre que ce sont les molécules chargées négativement qui interragissent le moins avec le milieu. Les ions métalliques chargés positivement sont adsorbés rapidement. Pour pouvoir utiliser ces ions, dont certains sont dosables avec une très grande sensibilité, il est nécessaire de les complexer, c'està-dire de les incorporer dans une molécule chargée négativement. A partir de 1976, on assiste à la publication de travaux [H. Behrens et al, S. Bigot] explorant les possibilités de l'analyse par activation pour le dosage de traceurs dans les nappes. L'utilisation de la technique des traceurs activables devenait, en effet, alors très prometteuse du fait des progrès spectaculaires réalisés dans la technologie des détecteurs semi-conducteurs, et ouvrait la voie à la possibilité d'utiliser simultanément plusieurs traceurs. Cette méthode est aveugle sur le terrain, car le dosage ne peut être fait qu'en laboratoire. Il faut donc surestimer la durée des prélèvements pour ne pas manquer le passage de l'onde. Ce handicap est cependant atténué par le fait que l'onde du traceur devient de plus en plus étalée en fonction du temps d'attente. Il est ainsi possible d'espacer de plus en plus les prélèvements. Une semaine après l'injection, deux prélèvements par jour sont suffisants pour bien définir la forme de l'onde. Cette technique vient en complément d'autres méthodes bien maîtrisées par le réseau des Laboratoires des Ponts et Chaussées, telles que : les colorants xanthéniques fluorescents qui conviennent si le milieu n'est pas trop fortement rétenseur ; les traceurs radioactifs, avec principalement : les chélates d'indium marqués par In 113 m (période : 99,4 min) provenant des générateurs étain-indium, qui conviennent pour des observations de quelques heures, les bromures (NH 4, K) marqués par Br 82 (période : 36 h), qui conviennent pour des observations ne dépassant pas deux semaines. En 1977, Bigot à la suite de diverses expérimentations pratiquées dans des nappes en milieu à porosité d'interstices, sur des distances importantes allant jusqu'à 2 km, conclut que les complexes formés par diverses terres rares avec I'EDTA (acide éthylène diaminotétraacétique) sont d'excellents traceurs à longue distance. Il note toutefois une meilleure restitution quantitative des terres rares. Quant aux colorants utilisés, ils apparaissent inadaptés au marquage dans de tels milieux où les contacts solideliquide sont très importants. En décembre 1982, lors de la première expérimentation avec traceurs activables effectuée par le LCPC et le LROP sur le karst de la Touvre près d'angoulême (deuxième karst de France par le débit) [Gauthier et al., 1982], nous avons pu observer que, dans des conditions très difficiles, provoquées par une crue exceptionnelle et un cheminement souterrain particulièrement long (16,5 km), le comportement des trois traceurs utilisés, l'indium et deux lanthanides, l'europium et le dysprosium était différent ; lors de cette expérimentation, les trois traceurs complexés par I'EDTA ont été injectés simultanément et l'on a observé que l'indium et le dysprosium étaient restitués simultanément. Toutefois, par rapport à l'indium, la restitution du dysprosium n'était que de 20 %. Quant à l'europium, il était pratiquement totalement piégé par le karst. Le tableau I montre que les constantes de stabilité des complexes formés par l'indium, le dysprosium et l'europium avec I'EDTA et le DTPA sont toutes élevées, mais que les complexes de DTPA apparaissent plus stables. TABLEAU I Constantes de stabilité de quelques chélates EDTA * Log 10 K, DTPA ** Log \QKS Indium Dysprosium Europium 25 18,3 17, ,8 22,4 * EDTA : acide éthylène diaminotétraacétique. ** DTPA : acide diéthylène triaminopentaacétique. Toutefois, il faut noter que ces constantes représentent des systèmes à l'équilibre en l'absence d'ions parasites. Ce paramètre est donc insuffisant pour déterminer la faculté d'un complexe à rester en solution au contact d'une matrice donnée. Des essais poursuivis en laboratoire sur des colonnes de matériaux silico-calcaires indiquent une nette supériorité des complexes formés par le DTPA avec l'indium et les terres rares, par rapport à ceux formés par I'EDTA. Il devenait donc nécessaire de confirmer in situ ce bon comportement des chélates formés par le DTPA. 46

3 PRÉSENTATION DE LA MÉTHODE Principe de l'analyse par activation neutronique Sous l'effet d'un flux de neutrons, la plupart des noyaux atomiques stables donnent des radioisotopes qui peuvent être déterminés grâce à leurs caractéristiques (nature du rayonnement, période, énergie et abondance relative des raies, etc.). Diverses réactions nucléaires peuvent se produire. La réaction principale (n, y) est produite par les neutrons thermiques et crée un atome radioactif, dont la masse est supérieure d'une unité à celle de l'atome irradié et la nature chimique identique à celle de cet atome. L'identification des radioisotopes formés est effectuée essentiellement par spectrométrie gamma, au moyen de détecteurs germanium (lithium) à haut pouvoir de résolution. Il est ainsi possible de séparer des émetteurs gamma présentant des raies très voisines. Pour l'étude dont il est rendu compte ici, trois éléments ont été utilisés : l'indium, le dysprosium et l'europium, dont les principales caractéristiques sont rassemblées dans le tableau IL TABLEAU II Principales caractéristiques nucléaires des traceurs utilisés Noyau activable Abondance isotopique Nucléide produit Période (h) Principales raies émises et émissions 49 In" 5 95,8 In" 6m 0,9 416,9 (24,2) 818,7(11,3) 1 097,2 (56) 66 Dy ,2 Dy' 65 2,3 94,7 (3,34) 63 Eu' 5 ' 47,8 Eu 152 9,3 344,2 (2,5) 963,5 (12) (1,2) La radioactivité induite dépend de nombreux paramètres : concentration de l'élément, temps d'irradiation, période des radioéléments, etc. En particulier, les différences entre les périodes permettront de doser séparément les éléments à période courte (indium) et ceux à période moyenne (europium). Compte tenu des conditions de dosage, la sensibilité de la méthode est de : concentration minimale In : 1,8 à 7 ng/1, concentration minimale Eu : 5 à 10 ng/1, concentration minimale Dy : 3,6 à 10 ng/1. Choix du site Le choix du site a été fait en concertation avec les services de la Direction départementale de l'agriculture de la Côte-d'Or, de la Direction régionale à l'architecture et à l'environnement et du Service régional d'aménagement des eaux de Bourgogne. Il s'agit d'un réseau bien connu entre les pertes de Lucenay-le-Duc et les résurgences des fontaines aux Dames et de l'orme, parcours souterrain de 7 et 8,5 km respectivement (fig. 1). Cependant, il était possible qu'une partie des pertes rejoignent les ruisseaux de Saint-Martin et de Lachereuil, dont les sources ne sont situées qu'à 4 km des pertes. L'expérience devait aussi étudier cette possibilité. Le contexte géologique est simple : les plateaux sont constitués par les calcaires du Jurassique moyen (épaisseur de l'ordre de 200 m), qui reposent sur les marnes basiques. Des failles de direction Nord-Est- Sud-Ouest et des diaclases de direction perpendiculaire découpent ces formations. Les études ont montré que les diaclases jouent le rôle déterminant dans le cheminement de l'eau. 47

4 MODALITÉS DE L'INTERVENTION Préalablement aux essais par traceurs, des prélèvements d'eau du site ont été effectués pour vérifier la non-interférence des traceurs choisis avec des éléments naturels s'irradiant dans le traitement d'activation. Les trois traceurs, l'indium et deux terres rares (l'europium et le dysprosium), ont été préparés séparément, puis mélangés avant l'injection. La préparation consiste essentiellement à complexer les métaux par un excès de DTPA (le rapport molaire DTPA/métal étant de 2), à vérifier le bon rendement de complexation et à s'assurer de la bonne conservation des complexes. Les solutions préparées sont de 0,05 moles par litre en métaux et présentent une bonne conservation avec un ph de 8,5 ; leurs densités sont sensiblement égales à 1. Pour cette expérimentation, on a utilisé les quantités suivantes de traceurs : indium : 11,74 g soit 0,102 mole, europium : 34,1 g soit 0,224 mole, dysprosium : 185,5 g soit 1,14 mole, les masses de traceurs utilisées étant différentes pour tenir compte des sensibilités de détection. Le volume total des trois solutions prêtes à l'emploi représente environ trente litres. La préparation des traceurs et leur mise en place sur le site ont été effectuées par le Laboratoire régional de l'ouest parisien. L'injection des marqueurs a été réalisée le mardi 3 juin 1986 à 9 h 30 et les prises d'échantillon d'eau sur les quatre sites retenus ont été effectuées jusqu'au 10 juin à 9 h, de façon manuelle, par des étudiants de la faculté de Dijon. Les lieux de prélèvements sont les suivants : point A, la fontaine de l'orme : c'est le point de prélèvement le plus en amont du Touillon (ou ruisseau de Fontenay), car il n'était pas possible d'accéder facilement à la fontaine aux Dames qui constitue la première résurgence connue ; la distance entre les deux «fontaines» est de 1 km. L'échantillonnage a été réalisé au-dessous des lavoirs et d'une résurgence importante ; point B, le pont Lorain : ce point de prélèvement se situe à l'aval de l'ensemble du système karstique étudié, puisqu'ici le Touillon a reçu ses différents apports (sources et affluents). Outre le prélèvement manuel, on a disposé d'un préleveur automatique en continu de fréquence 1 h (les échantillons ont été marqués X) ; point C : à l'aval du ruisseau de Saint-Martin, juste avant de traverser Fain-les-Montbard ; point D : à l'aval du ruisseau de Lachereuil, à l'amont du CD 905. Sur chaque site, les prélèvements manuels ont été effectués au rythme de : toutes les 2 h les deux premiers jours, soit 24 échantillons, toutes les 4 h les deux jours suivants, soit 12 échantillons, toutes les 6 h les trois derniers jours, soit 12 échantillons. On disposait donc de 48 prélèvements manuels par site, soit 192 prélèvements manuels ponctuels pour l'ensemble des quatre sites. Outre ces prélèvements manuels, on a prélevé au point B, 84 échantillons au moyen d'un système automatique. De plus, chacun des sites, ainsi que le ruisseau de Lucenay-le-Duc (juste à l'amont de la perte), a été équipé d'une échelle limnimétrique, étalonnée par des mesures de débit avant et pendant la période de mesure par le SRAE de Bourgogne. On a procédé à une lecture des échelles à chaque prélèvement, de façon à pouvoir quantifier leur restitution. Les échantillons prélevés ont été filtrés le plus rapidement possible après leur prélèvement, afin d'éliminer les matières en suspension. Cette opération s'effectue sur une membrane en acétate de cellulose de porosité 0,2 micromètre au moyen d'un appareillage à dépression. Le filtrat est ensuite acidifié par addition d'acide nitrique, de façon à obtenir une solution 0,1 N. Les prélèvements ont ensuite été conditionnés pour l'analyse neutronique. Cette opération consiste à concentrer les traceurs et à les séparer de l'eau par entraînement dans un précipité d'hydroxyde de bismuth en milieu ammoniacal, puis filtration du précipité sur membrane en polyamide de 0,65 micromètre de porosité. Ce traitement a pour avantage d'éliminer presque totalement le sodium et le chlore. Par contre, le manganèse, élément présent naturellement dans les eaux, précipite avec les traceurs et peut être dosé. Ces opérations ont été effectuées sur 100 ml d'eau. La suite de cette expérimentation, qui met en jeu les techniques d'activation neutronique, a été effectuée au laboratoire Pierre Sue, par le LROP et le LCPC avec l'aide d'une équipe du CNRS, dans le cadre d'une convention de recherche LCPC-CNRS. Les irradiations ont été effectuées pendant la dernière semaine d'octobre 1986 au moyen du réacteur ORPHÉE, la durée d'irradiation étant de 10 min pour un flux de neutrons par centimètre carré et par seconde. Pour l'analyse des radioisotopes formés, nous avons utilisé la nouvelle chaîne CANBERRA de spectrométrie gamma. Les résultats obtenus sont exprimés en microcuries. A titre d'exemple, un spectrogramme gamma est représenté sur la figure 2. Pour calculer la concentration massique des traceurs dans les prélèvements d'eau, on irradie en même temps que les échantillons un étalon de référence 48

5 (Chocs] r-n p a r c a n a d e os k e V pour 5 min de compactage \ I \ Cu* Dy Dy Eu Eu Mn Na I ci \ Energie (kev) Fig. 2 Spectogramme gamma d'un étalon contenant un mélange d'indium, de dysproslum et d'europium. contenant 2,5.10" 10 mole de chacun des trois traceurs, la solution étalon étant préparée par dilution à partir des solutions initiales à 0,05 mole. RÉSULTATS EXPÉRIMENTAUX Conditions d'expérimentation OBTENUS En ce qui concerne les conditions hydrauliques dans lesquelles s'est déroulée l'expérimentation de marquage, il faut noter un accroissement sensible des débits le 4 juin aussi bien sur les pertes de Lucenay, où les traceurs ont été injectés le 3 juin, que sur le Touillon et les ruisseaux de Saint-Martin et de Lachereuil sur lesquels les prélèvements étaient effectués. Les débits diminuent ensuite régulièrement jusqu'à la fin de l'expérimentation, le 10 juin. Les principales valeurs de débits mesurées par le SRAE figurent dans le tableau III. Elles correspondent à une période de moyennes eaux. Lieu Pertes de Lucenay (injection) Touillon près des lavoirs (point A) Touillon au pont Lorain (points B et X) Ru Saint-Martin (point C) Ru de Lachereuil (point D) TABLEAU III Contexte hydraulique Débit le 3 juin vers 9 h (injection) 0/s) Débit maximal observé le 4 juin (l/s) à 10 h de 15 à 21 h à 21 h à 5 h à 11 h Débit le 10 juin vers 9 h (l/s) Restitution des traceurs Point A : fontaine de l'orme a) Modalités de restitution Les premières valeurs significatives provenant des traceurs injectés sont observées le 5 juin sur l'échantillon obtenu en mélangeant le prélèvement de 9 h et celui de 13 h, soit environ 48 h après l'injection. Les trois traceurs arrivent simultanément. La montée des ondes est rapide. Les concentrations maximales sont observées le 5 juin de 17 à 21 h, soit de 56 à 60 h après l'injection. Les concentrations maximales sont alors de : 0,347 microgramme par litre pour l'indium, 1,13 microgramme par litre pour l'europium, 6,04 microgramme par litre pour le dysprosium. Les différences observées entre les trois traceurs sont dues au fait que les masses de traceurs injectées étaient différentes. Pour comparer la restitution des traceurs, on a représenté sur la figure 3 la restitution horaire de l'indium, de l'europium et du dysprosium en les ramenant à une masse injectée de 1 g. La restitution horaire au sommet de l'onde, pour 1 g de traceur injecté, est de : 0,0538 gramme par heure pour l'indium, 0,0602 gramme par heure pour l'europium, 0,0592 gramme par heure pour le dysprosium. 0,0577 valeur moyenne Au sommet de l'onde, la restitution des traceurs est donc en une heure d'environ 6 % des masses totales de chaque traceur injecté. En intégrant les courbes de restitution horaire, on s'aperçoit que la fraction totale de traceur récupérée au point A est de 82 % pour l'indium, 95 % pour l'europium et 89 % pour le dysprosium soit, en moyenne, pour l'ensemble des trois traceurs : 89 %. Compte tenu des erreurs expérimentales, on peut 49

6 dire que la restitution des trois traceurs au point A est quasiment totale. b) Dilution observée La connaissance de ce paramètre permet de calculer rapidement la concentration maximale à attendre dans l'écoulement, en cas, par 'exemple, de déversement accidentel d'une quantité connue de polluant. Ainsi, 300 kg de polluant déversés dans la pente de Lucenay-le-Duc conduiraient (dans le même contexte hydraulique) à une concentration maximale de / = 10mg/l au point A. c) Vitesse moyenne de transport Le passage du milieu des ondes s'effectue 60,7 h après l'injection. La distance entre le gouffre de Lucenay et le point A étant d'environ m, la vitesse du transfert, qui s'effectue essentiellement dans le karst, est de 140 m par heure. d) Ajustement des points expérimentaux à un modèle L'onde moyenne obtenue a été ajustée suivant un modèle mathématique déduit des travaux de Taylor sur les écoulements turbulents dans les canalisations [Gardner, 1965]. Ce modèle donne la concentration C(x, t) d'un traceur en fonction de la distance du point d'injection et du temps. Dans le cas d'une injection ponctuelle, il s'écrit : où : C(x,t)= IQ^fnDt A est la quantité de traceur injecté, M la vitesse moyenne de transport, x la distance entre le point d'injection et le point d'observation, t le temps entre l'instant d'injection et l'instant d'observation, D la constante de dispersion longitudinale, Q le débit de l'écoulement. Le calage retenu correspond à une valeur du coefficient de diffusion longitudinale de 1,5 m 2 /s entre le point d'injection et le point A, parcours qui s'effectue principalement à l'intérieur du karst. A titre comparatif, les valeurs que nous avons pu déterminer à l'intérieur du karst d'angoulême, lors d'une très forte crue, sont respectivement de 4,4 m 3 /s pour les résurgences principales donnant naissance à la Touvre (débit lors de l'expérience allant de 12 à 23 m 3 /s et vitesse moyenne du traceur de 100 m/h) et de 1,6 m 2 /s pour une résurgence secondaire donnant naissance à la Lèche (débit de 1 à 2 m 3 /s et vitesse moyenne de 97 m/h). D'autres mesures de ce coefficient ont été réalisées par injection ponctuelle de traceur radioactif. Il est ainsi possible de mesurer simultanément la vitesse et le débit des écoulements canalisés et d'en déduire le coefficient de dispersion. Pour les canalisations en béton, collectant les eaux usées, les coefficients trouvés varient de 0,1 à ,2 m 2 /s. En rivières de plaine (Bassin parisien et Normandie), les valeurs trouvées vont de 3 à 5 m 2 /s. Pour les rivières, les coefficients indiqués dans la littérature varient de 0,1 à 30m 2 /s, cette dernière valeur se rapportant à une rivière au cours très accidenté. La valeur de 1,5 m 2 /s, obtenue au point A, indique un écoulement peu perturbé de type rivière souterraine ou conduit karstique. La valeur obtenue au point B, est deux fois plus élevé qu'en A, le cheminement AB qui s'effectue dans le lit de la rivière le Touillon apportant une dispersion supplémentaire, du fait de zones mortes à certains endroits, d'herbes aquatiques et aussi d'aménagements réalisés au niveau de l'abbaye de Fontenay. Point B : pont Lorain a) Modalités de restitution Les premières valeurs significatives provenant des traceurs injectés sont observées le 5 juin à 17 h, soit 55,5 h après l'injection. La montée des ondes est rapide. Les valeurs maximales sont observées sur les prélèvements ponctuels effectués le 6 juin à 1 h 10 et à 9 h 08. Les maximums réels des ondes se situent donc le 6 juin aux environs de 5 h soit 67,5 h après l'injection. Les valeurs maximales mesurées pour les prélèvements effectués à 1 h 10 et à 9 h 08 le 6 juin sont respectivement de : 0,166 et 0,163 microgramme par litre pour l'indium, 0,530 et 0,533 microgramme par litre pour l'europium, 3,02 et 2,94 microgramme par litre pour le dysprosium. Le rapport de ces concentrations maximales au point B et de celles observées au point A situé en amont du Touillon est respectivement de 0,474 pour l'indium, 0,470 pour l'europium et 0,493 pour le dysprosium, soit une moyenne de 0,479 pour l'ensemble des trois traceurs. Au sommet de l'onde, la restitution horaire des traceurs est donc, en une heure, d'environ 5 % des masses de chaque traceur injecté. En intégrant les courbes de restitution horaire, on peut dresser un bilan de restitution des traceurs. Les valeurs obtenues pour les point A et B sont rassemblées dans le tableau IV. Aux incertitudes expérimentales près, on s'aperçoit que l'on récupère en B la totalité des traceurs, ce qui était déjà le cas pour le point A situé plus en amont sur la même rivière. Il apparaît donc que la tranche d'eau marquée détectée en B est la même que celle détectée en A. On peut donc conclure que le transfert s'est effectué de A en B par le lit de la rivière et qu'il n'y a pas entre A et B d'apport supplémentaire du karst dans le contexte hydraulique où l'expérimentation s'est effectuée, ou que, s'il y a apport, il reste tout à fait mineur. 50

7 TABLEAU IV Bilan de restitution des traceurs aux points A et B Indium Europium Dysprosium Moyenne B ponctuel B continu (automatique) Moyenne B Rappel du bilan du point A b) Dilution minimale La dilution minimale observée au point B et calculée comme pour le point A est de c) Vitesse moyenne de transport Nous avons vu précédemment que le passage du milieu des ondes s'effectue au point A 60,7 h après l'injection et que la vitesse moyenne du transport, qui s'effectue à l'intérieur du karst, est de 140 m par heure, ce qui est une vitesse normale pour un tel type d'écoulement. Pour transiter de A à B en suivant le lit de la rivière, la même tranche d'eau met 11,7 h pour parcourir m, soit une vitesse moyenne de transfert de 392 m par heure ou 0,11 m par seconde. Le transfert de la moitié de la masse des traceurs s'effectue donc du point d'injection à B en 72,4 h, soit 3 jours. La distance parcourue étant de m, la vitesse moyenne de transport est de 180 m par heure. d) Ajustement sur un modèle mathématique Le calage à la loi à Taylor représenté sur les figures 3 et 4 a été effectué en adoptant une restitution de 80 % des traceurs dans l'onde principale seule prise en compte par le modèle, les 20 % restant représentant la traînée de l'onde. On observe, pour un coefficient de diffusion de 3 m 2 /s, une largeur de l'onde à mi-hauteur de 16 heures r Teneur (g / h) pour 1g de traceur 10" 1 r- Teneur (g / h) pour 1g de traceur ct Point A Point B 10' Courbe théorique D = 1,5m /s 2 10-'-- Courbe théorique D = 3m /s 2 io- J "' Indium 10"'-- Indium x Europium X Europium + Dysprosium + Dysprosium Nota : les flèches dirigées vers le bas indiquent des seuils de mesure o Ajustement Nota : les flèches dirigées vers le bas indiquent des seuils de mesure o Ajustement 10" : Temps écoulé depuis l'injection (j) 10" ; Temps écoulé depuis l'injection Ij) Point A : le Touillon près des lavoirs. Point B : le Touillon au pont Lorain (prélèvement manuel). Flg. 3 et 4 Courbes de restitution des traceurs 51

8 Points C et D : ruisseaux de Saint-Martin et de Lachereuil Au niveau des deux autres points de prélèvement C et D, situés l'un à l'aval du ruisseau de Saint- Martin et l'autre à l'aval du ruisseau de Lachereuil : l'indium n'est jamais mis en évidence, on note des traces d'europium et de dysprosium sur certains échantillons, mais il s'agit selon toute vraisemblance de la teneur naturelle de ces éléments. CONCLUSIONS Sur le plan expérimental, cet essai de traçage, effectué dans un réseau karstique de la partie sud du Châtillonnais près de Montbard, indique un bon comportement des trois marqueurs utilisés (In, Dy et Eu) sous leur forme DTPA. Les trois traceurs sont récupérés conjointement après un parcours de 8 km dans le karst. Aux incertitudes expérimentales près, cette restitution est pratiquement totale pour les deux complexes de terres rares et DTPA et sensiblement plus faible pour le complexe indium-dtpa. Les traceurs testés sont donc, vis-à-vis du laboratoire, de bons traceurs. Cette expérimentation montre également que la protection des échantillons, contre une pollution accidentelle par le traceur, est bien maîtrisée et que les précautions prises dans ce sens sont suffisantes puisque, sur l'ensemble des dosages, on ne note qu'un seul cas de légère contamination par l'indium, ce qui est acceptable lorsqu'on opère au niveau de quelques milliardièmes de gramme. Les résultats montrent qu'à l'amont, près des sources du Touillon (point A), les premières valeurs significatives apparaissent au bout de 48 h, la montée des ondes est rapide et identique pour les trois éléments et les maximums sont obtenus de 56 à 60 h après l'injection. La récupération est de l'ordre de 89 %, c'est-à-dire pratiquement totale compte tenu des incertitudes expérimentales. La vitesse moyenne observée est de 140 m par heure. A l'aval du Touillon (point B), la première apparition des traceurs se fait après 55,5 h et le passage des maximums de l'onde après 67,5 h avec une récupération moyenne de 91 %. Il apparaît donc que la tranche d'eau marquée détectée en B est la même que celle détectée en A. On peut en conclure que le transfert s'est effectué de A en B par le lit de la rivière et qu'il n'y a pas entre A et B d'apport supplémentaire du karst dans le contexte hydraulique où l'expérimentation s'est effectuée, ou que, s'il y a apport, il reste tout à fait mineur. En outre, on peut penser qu'il n'y a pas de communication, dans un contexte de moyennes eaux, entre le réseau karstique Lucenay-le-Duc - Touillon et les bassins versants des deux ruisseaux de Saint- Martin de Lachereuil, les plus fortes teneurs en terres rares mesurées se situant au niveau de seuils de détection. Les traceurs activables utilisables et dosables simultanément apparaissent comme aptes à résoudre des cas complexes. Les principaux avantages que présente leur utilisation sont les suivants : les chélates métalliques utilisés sont réputés plus fiables que les traceurs plus classiques (colorants xanthéniques, chlorure de lithium, etc.). Ils marquent bien mieux l'eau dans le cas des milieux rétenseurs [Molinari, 1976]; leur utilisation ne présente pas de risque pour la santé publique. Les produits utilisés ne sont pas radioactifs au moment des essais sur le terrain, ne le devenant qu'ensuite après irradiation au centre de Saclay ; l'identification des traceurs se fait avec une très grande certitude, même à l'état d'infratraces. Dans le cas d'un site complexe, la méthode de multimarquage, faisant appel à l'analyse par activation couplée à la spectrométrie gamma permet d'effectuer des essais dans dès conditions hydrauliques rigoureusement analogues, d'agir rapidement car il n'y a pas de délais à respecter entre les expérimentations qui peuvent se chevaucher, et de réduire le coût global de l'étude, car l'échantillonnage et, au moins une grande partie de l'analyse, sont uniques. Dans son déroulement, une expérimentation de multimarquage associe des équipes venant d'horizons divers. Les modalités d'intervention s'effectuent généralement en prenant appui sur les hydrogéologues et les géologues du Laboratoire régional des Ponts et Chaussées géographiquement compétent, en collaboration avec d'autres services locaux intéressés. La préparation des traceurs et leur mise en place sur le site, l'analyse des échantillons et l'exploitation des résultats sont réalisées par le LCPC. La collecte des échantillons d'eau se fait sous la responsabilité du laboratoire régional aidé par du personnel sur place (DDE, étudiants, etc.). Le compte rendu est réalisé en collaboration entre le LCPC et les hydrogéologues et géologues locaux. Le réseau des laboratoires, en faisant appel à ces différents spécialistes, maîtrise maintenant bien ces techniques. 52

9 RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES BEHRENS H., MOSER H., WILDNER E. (1977), Investigation of ground water with the aid of Indium EDTA complex using neutron activation fort the determination of the tracer, J. Radio. Anal. Chem., vol. 38, n 1-2. BIGOT S. (1977), Contribution à l'analyse des Lanthanides dans les eaux naturelles par activation neutronique. Utilisation des Lanthanides comme traceurs dans les nappes d'eaux souterraines, Thèse 3 e cycle de Géochimie Fondamentale, Université de Paris VII, 28/2. CADIC R., GAUTHIER C. et J., BORGOTTI J.-C, VIE Ph. (1984), Etude de mouvements d'eau avec traceurs. Mise au point d'une méthode de dosage simultané de plusieurs traceurs activables, CR LROP, févr. CADIC R., GAUTHIER C, BORGOTTI J.-C, VIE Ph., LONGÈRE P. (1987), Expérimentation de traceurs activables dans un réseau karstique du sud du Châtillonnais près dé Montbard en juin 1986, CR LR Autun, août. R. P. (1965), Maximum allowable radiotracer injection for flow-rate measurements in public streams, IJARI, XVI, pp GARDNER GAUTHIER C. et J., DUFRESNE D., VIE Ph., CADIC R. (1983), Étude de mouvements d'eau avec traceurs activables réalisée dans le réseau karstique de la Touvre en décembre 1982, CR LCPC, sept. MOLINARI J. (1976), Interactions avec le milieu et les développements récents dans l'emploi des traceurs artificiels, Sessions organisées les 20 et sur les techniques des traceurs en hydrologie et en hydraulique, CEN Grenoble, La Houille Blanche 3/4. 53

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

THE SEPARATION OF A TRACER FOR THE RADIOCHEM1CAL ANALYSIS OF RADIUM 226.

THE SEPARATION OF A TRACER FOR THE RADIOCHEM1CAL ANALYSIS OF RADIUM 226. CEA-R 2419 - BUTAYE Michel ISOLEMENT D'UN TRACEUR POUR L'ANALYSE RAJDIOCHIMIQUE DU RADIUM 226. 223 Sommaire.- Ce rapport décrit une méthode d'isolement du Ra à partir d'un minerai d'uranium et son utilisation

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES 1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE Codes entités aquifères Code entité V1 Code entité V2 concernées (V1) ou (V2) ou secteurs hydro à croiser : 532a 532b Type de masse d'eau souterraine : Imperméable

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Plan de présentation Présentation Saint Dizier environnement Les techniques alternatives La maîtrise

Plus en détail

TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire. DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée

TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire. DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée EXERCICE I : PRINCIPE D UNE MINUTERIE (5,5 points) A. ÉTUDE THÉORIQUE D'UN DIPÔLE RC SOUMIS À UN ÉCHELON DE TENSION.

Plus en détail

I. Principe des dosages :

I. Principe des dosages : Dans les cours d'eau, notamment canalisés, et dans les régions densément habitées ou d'agriculture intensive, les nitrites sont souvent un paramètre important de déclassement des cours d'eau. Chez l'homme

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

La physique nucléaire et ses applications

La physique nucléaire et ses applications La physique nucléaire et ses applications I. Rappels et compléments sur les noyaux. Sa constitution La représentation symbolique d'un noyau est, dans laquelle : o X est le symbole du noyau et par extension

Plus en détail

application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie

application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie La mesure de 1* état énergétique de 1* eau contenue dans le sol et les tissus végétaux complète celle de la teneur en eau

Plus en détail

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE Séminaire de Xavier GARBET pour le FIP 06/01/2009 Anthony Perret Michel Woné «La production d'énergie par fusion thermonucléaire contrôlée est un des grands défis scientifiques

Plus en détail

Qu est ce qu un matériau de référence?

Qu est ce qu un matériau de référence? Qu est ce qu un matériau de référence? Guide ISO 30 : Matériau de référence (ou MR) = Matériau ou substance dont certaines propriétés sont suffisamment homogènes et bien définies pour permettre de les

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société MARIE DIDIER AUTOMOBILES Il ressort de l inventaire des accidents technologiques

Plus en détail

Matériel de laboratoire

Matériel de laboratoire Matériel de laboratoire MATERIAUX UTILISE... 1 L'APPAREILLAGE DE LABORATOIRE... 1 a) Les récipients à réaction... 2 b) La verrerie Graduée... 2 MATERIEL DE FILTRATION... 6 FILTRATION SOUS VIDE AVEC UN

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009 DETERMINATION DE LA CAPACITE D'UNE PREPARATION ENZYMATIQUE A COUPER LES CHAINES PECTIQUES PAR LA MESURE DE LA VISCOSITE (OIV-Oeno 351-2009) 1. PRINCIPE On se propose ici de mesurer la quantité d'enzyme

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 200 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E-3 SCIENCES PHYSIQUES U-3 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

Dosages à réactifs marqués

Dosages à réactifs marqués Dosages à réactifs marqués Principe = réaction Ag-Ac un des deux réactifs (Ag ou Ac) est marqué par un traceur Différentes méthodes selon que le traceur est radioactif (RIA), enzymatique (EIA) ou luminescent

Plus en détail

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2 EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A 1. Figure 2 D On observe sur l'écran un étalement du faisceau laser, perpendiculaire à la direction du fil, constitué d'une tache centrale

Plus en détail

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes.

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes. Préambule et domaine d'application Le présent document a été créé dans le but pour permettre le dimensionnement des installations de plomberie sanitaire. C'est un document de synthèse, Il reprend partiellement

Plus en détail

2.1 Vocabulaire à apprendre à maîtriser après ce chapitre

2.1 Vocabulaire à apprendre à maîtriser après ce chapitre 2.1 Vocabulaire à apprendre à maîtriser après ce chapitre L atome Atome Elément Proton Neutron Nucléons Electron Nuage Particule (subatomique) Symbole (complet) Charge électrique relative Tableau périodique

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

Demande chimique en oxygène

Demande chimique en oxygène Table des matières Introduction Réactifs DCO Azote et phosphore HI 83214 HI 83099 HI 839800 HI 3898 Page J3 J5 J6 J7 J8 J10 J11 J1 Tableau comparatif Paramètre Photomètre Photomètre Thermo-réacteur Trousse

Plus en détail

Guide Pratique Assainissement Non Collectif

Guide Pratique Assainissement Non Collectif Guide Pratique Assainissement Non Collectif 1 L assainissement non collectif Les immeubles, habitations ne pouvant être raccordés au réseau collectif d assainissement existant (tout à l égout) doivent

Plus en détail

LES CABINES DE PEINTURE : RÉGLEMENTATION

LES CABINES DE PEINTURE : RÉGLEMENTATION LES CABINES DE PEINTURE : RÉGLEMENTATION Dernière révision du document : juillet 2012 RÉFÉRENCES RÉGLEMENTAIRES Arrêté du Gouvernement wallon du 25 septembre 2008 déterminant les conditions sectorielles

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage

PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage I) Qu'est-ce qu'un savon et comment le fabrique-t-on? D'après épreuve BAC Liban 2005 Physique-Chimie dans la cuisine Chapitre 3 1/6 1- En vous

Plus en détail

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation Chapitre 6 Réactions nucléaires 6.1 Généralités 6.1.1 Définitions Un atome est constitué d électrons et d un noyau, lui-même constitué de nucléons (protons et neutrons). Le nombre de masse, noté, est le

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Les effets de température

Les effets de température Les effets de température 1. Introduction La chaleur issue du combustible est transférée au caloporteur (eau) grâce au gradient de température qui existe entre ces deux milieux. Combustible Gaine Eau Profil

Plus en détail

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre)

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) 1. A la découverte de la radioactivité. Un noyau père radioactif est un noyau INSTABLE. Il se transforme en un noyau fils STABLE

Plus en détail

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE Thème : L eau CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 Domaine : Eau et énergie CORRIGE 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE 2.1. Enoncé L'alimentation électrique d'une navette spatiale

Plus en détail

Module Physico-chimie

Module Physico-chimie Université Paris XII-Val de Marne ENPC Université Paris 7 Module Physico-chimie chimie Chap. 2.4. Équilibres de complexation D. Thévenot & B. Aumont thevenot@cereve.enpc.fr aumont@lisa.univ-paris12.fr

Plus en détail

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs CHAPITRE 1 TRANSFORMATIONS LENTES ET RAPIDES 1 Rappels sur les couples oxydantsréducteurs 1. Oxydants et réducteurs Un réducteur est une espèce chimique capable de céder au moins un électron Demi-équation

Plus en détail

Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 2003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ

Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 2003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ LE JUS E FRUIT 35(0,Ê5(3$57,(%LRFKLPLHSRLQWV L'analyse d'un jus de fruit révèle la présence d'un composé

Plus en détail

Les mesures à l'inclinomètre

Les mesures à l'inclinomètre NOTES TECHNIQUES Les mesures à l'inclinomètre Gérard BIGOT Secrétaire de la commission de Normalisation sols : reconnaissance et essais (CNSRE) Laboratoire régional des Ponts et Chaussées de l'est parisien

Plus en détail

BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures 30

BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures 30 Terminales S1, S2, S3 2010 Vendredi 29 janvier BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES Durée : 3 heures 30 Toutes les réponses doivent être correctement rédigées et justifiées. Chaque exercice sera traité sur une

Plus en détail

TP N 3 La composition chimique du vivant

TP N 3 La composition chimique du vivant Thème 1 : La Terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant : une planète habitée Chapitre II : La nature du vivant TP N 3 La composition chimique du vivant Les conditions qui règnent sur terre

Plus en détail

DÉTERMINATION DU POURCENTAGE EN ACIDE D UN VINAIGRE. Sommaire

DÉTERMINATION DU POURCENTAGE EN ACIDE D UN VINAIGRE. Sommaire BACCALAURÉAT SÉRIE S Épreuve de PHYSIQUE CHIMIE Évaluation des compétences expérimentales Sommaire I. DESCRIPTIF DU SUJET DESTINÉ AUX PROFESSEURS... 2 II. LISTE DE MATÉRIEL DESTINÉE AUX PROFESSEURS ET

Plus en détail

d'une EXTRACTION AVEC RABATTEMENT DE NAPPE

d'une EXTRACTION AVEC RABATTEMENT DE NAPPE ENTREPRISE CHAPELLE S.A. ROUTE DE RIOTTER - LIMAS 69400 - VILLEFRANCHE SUR SAONE /DOCUMENT NON PUBLIC/ PROJET D'IfPLAmTION D'UE GRAVIERE A CRECHES SUR SAOE (71) EXA^EN DE L INCIDENCE SUR DES OUVRAGES DE

Plus en détail

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D 7 avril 2006 1 Physique du problème : caractéristiques et modèles d un milieu poreux Le cadre physique de notre problème est celui

Plus en détail

Mesures et incertitudes

Mesures et incertitudes En physique et en chimie, toute grandeur, mesurée ou calculée, est entachée d erreur, ce qui ne l empêche pas d être exploitée pour prendre des décisions. Aujourd hui, la notion d erreur a son vocabulaire

Plus en détail

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec Introduction L'un des principes directeurs de la politique

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS Manip n 9 Avril 2014 J. ALBET P. de CARO C. SAUDEJAUD 2 ème Année ATELIER INTER UNIVERSITAIRE DE GENIE DES PROCEDES Objectifs de la manipulation

Plus en détail

Montrouge, le 9 février 2015. Centre national d équipement nucléaire (CNEN) EDF 97 avenue Pierre Brossolette 92120 MONTROUGE

Montrouge, le 9 février 2015. Centre national d équipement nucléaire (CNEN) EDF 97 avenue Pierre Brossolette 92120 MONTROUGE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIRECTION DES CENTRALES NUCLEAIRES Montrouge, le 9 février 2015 Réf. : CODEP-DCN-2015-002998 Monsieur le Directeur Centre national d équipement nucléaire (CNEN) EDF 97 avenue Pierre

Plus en détail

Utilisation des 7 cartes d intensité jointes en annexe du règlement. A- Protection d une construction vis-à-vis des effets toxiques :

Utilisation des 7 cartes d intensité jointes en annexe du règlement. A- Protection d une construction vis-à-vis des effets toxiques : ANNEXE 7 Utilisation des 7 cartes d intensité jointes en annexe du règlement A- Protection d une construction vis-à-vis des effets toxiques : 1 carte est fournie pour l effet toxique : Carte N 1 «Taux

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

Le Plan Départemental de l Eau

Le Plan Départemental de l Eau de l Eau CG1/PIADDT/DAE/MD-LS-9/05/009 de l Eau Son organisation schématique va s appuyer sur : 1. Les infrastructures existantes d intérêt départemental,. Les schémas directeurs territoriaux, 3. Des maillages

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012)

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) 1. OBJET, ORIGINE ET DOMAINE D APPLICATION Le sucre de raisin est obtenu exclusivement à partir du

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Spectrophotomètre à réseau...2 I.Loi de Beer et Lambert... 2 II.Diffraction par une, puis par deux fentes rectangulaires... 3

Plus en détail

CONVENTION POUR LE RACCORDEMENT DES INDUSTRIELS DE SAINT-BRIEUC AU RESEAU D'ASSAINISSEMENT. Mesdames, Messieurs,

CONVENTION POUR LE RACCORDEMENT DES INDUSTRIELS DE SAINT-BRIEUC AU RESEAU D'ASSAINISSEMENT. Mesdames, Messieurs, Ville de SAINT-BRIEUC ------------------------------- Conseil Municipal ---------------------- Séance du 8 décembre 2000 ----------------- Rapporteur : M. MANGOLD ----------------- N 10 CONVENTION POUR

Plus en détail

Utilisation de l AFM pour l étude d échantillons Acquisition des données et traitement d image Stage de master 1

Utilisation de l AFM pour l étude d échantillons Acquisition des données et traitement d image Stage de master 1 Utilisation de l AFM pour l étude d échantillons Acquisition des données et traitement d image Stage de master 1 Farida Bendriaa, Virginie Hoel, Henri Happy Institut d'electronique et de Microélectronique

Plus en détail

Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture?

Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture? Thème 2 La sécurité Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture?! Il faut deux informations Le temps écoulé La distance parcourue Vitesse= distance temps > Activité

Plus en détail

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES Questionnaire EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES SCP 4010-2 LE NUCLÉAIRE, DE L'ÉNERGIE DANS LA MATIÈRE /263 FORME C Version corrigée: Équipe sciences LeMoyne d'iberville, septembre 2006. QUESTION 1 (5 pts) 1. La

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

101 Adoptée : 12 mai 1981

101 Adoptée : 12 mai 1981 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES 101 Adoptée : 12 mai 1981 «Spectres d'absorption UV-VIS» (Méthode spectrophotométrique) 1. I N T R O D U C T I O N I n f o r m a t i o n

Plus en détail

Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets

Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets ARTICLE 1 OBLIGATIONS GENERALES 1. La présente Annexe s'applique aux activités

Plus en détail

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Physique Chapitre 4 Masse, énergie, et transformations nucléaires DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Date :. Le 28 juin 2005, le site de Cadarache (dans les bouches du Rhône)

Plus en détail

LE DÉCRET SOLS RÉFÉRENCES RÉGLEMENTAIRES NOTIONS IMPORTANTES SOL TERRAIN BANQUE DE DONNÉE DE L'ETAT DES SOLS (BDES)

LE DÉCRET SOLS RÉFÉRENCES RÉGLEMENTAIRES NOTIONS IMPORTANTES SOL TERRAIN BANQUE DE DONNÉE DE L'ETAT DES SOLS (BDES) LE DÉCRET SOLS Dernière révision du document : juillet 2012 RÉFÉRENCES RÉGLEMENTAIRES Décret du 5 décembre 2008 (MB 18/02/2009 & 6/03/2009) relatif à la gestion des sols, modifié par le décret programme

Plus en détail

La Fusion Nucléaire (Tokamak) Nicolas Carrard Jonathan Carrier Guillomet 12 novembre 2009

La Fusion Nucléaire (Tokamak) Nicolas Carrard Jonathan Carrier Guillomet 12 novembre 2009 La Fusion Nucléaire (Tokamak) Nicolas Carrard Jonathan Carrier Guillomet 12 novembre 2009 La matière L atome Les isotopes Le plasma Plan de l exposé Réactions nucléaires La fission La fusion Le Tokamak

Plus en détail

Enseignement secondaire

Enseignement secondaire Enseignement secondaire Classe de IIIe Chimie 3e classique F - Musique Nombre de leçons: 1.5 Nombre minimal de devoirs: 4 devoirs par an Langue véhiculaire: Français I. Objectifs généraux Le cours de chimie

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

P17- REACTIONS NUCLEAIRES

P17- REACTIONS NUCLEAIRES PC A DOMICILE - 779165576 P17- REACTIONS NUCLEAIRES TRAVAUX DIRIGES TERMINALE S 1 Questions de cours 1) Définir le phénomène de la radioactivité. 2) Quelles sont les différentes catégories de particules

Plus en détail

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Exemple 1: Diamètres des injecteurs de carburant Problème Un fabricant d'injecteurs de carburant installe un nouveau système de mesure numérique. Les

Plus en détail

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Nom : Prénom: n groupe: TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Consignes de sécurité de base: Porter une blouse en coton, pas de nu-pieds Porter des lunettes, des gants (en fonction des espèces

Plus en détail

8/10/10. Les réactions nucléaires

8/10/10. Les réactions nucléaires Les réactions nucléaires En 1900, à Montréal, Rutherford observa un effet curieux, lors de mesures de l'intensité du rayonnement d'une source de thorium [...]. L'intensité n'était pas la même selon que

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE - MANIP 2 - - COÏNCIDENCES ET MESURES DE TEMPS - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE L objectif de cette manipulation est d effectuer une mesure de la vitesse de la lumière sur une «base

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Avis sur la 1 ère révision du schéma d'aménagement et de gestion des eaux «Nappes profondes de Gironde»

Avis sur la 1 ère révision du schéma d'aménagement et de gestion des eaux «Nappes profondes de Gironde» Commission Planification Séance du 24 mai 2012 Délibération n DL/CB/12-XX Avis sur la 1 ère révision du schéma d'aménagement et de gestion des eaux «Nappes profondes de Gironde» Le comité de bassin délibérant

Plus en détail

Chap 2 : Noyaux, masse, énergie.

Chap 2 : Noyaux, masse, énergie. Physique. Partie 2 : Transformations nucléaires. Dans le chapitre précédent, nous avons étudié les réactions nucléaires spontanées (radioactivité). Dans ce nouveau chapitre, après avoir abordé le problème

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Actualisé 22/02/2008 - FL GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Un bon entretien de votre spa comporte 2 étapes indissociables : le traitement mécanique et le traitement chimique. TRAITEMENT

Plus en détail

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal DL Lyon : G. Bièvre DL Autun : A. Brach, D. Goutaland, M. Massardi, G. Monnot David GOUTALAND CETE de Lyon

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail

Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique.

Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique. Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique. A METHODE DE LA GAMME D ETALONNAGE... 1 1. Saisie des valeurs... 1 2. Tracé de la gamme d étalonnage... 2 3. Modélisation

Plus en détail

Compte rendu des utilisations du calculateur TITAN au LACy

Compte rendu des utilisations du calculateur TITAN au LACy Le Laboratoire de l Atmosphère et des Cyclones (LACy) UMR (8105) Université de la Réunion CNRS Météo France 15 avenue René Cassin, 97715 Saint Denis messag.,cedex 9 Compte rendu des utilisations du calculateur

Plus en détail

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 Lycée Galilée Gennevilliers L'énergie nucléaire : fusion et fission chap. 6 JALLU Laurent I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 II. Équivalence masse-énergie... 3 Bilan de masse de la

Plus en détail

Mesures calorimétriques

Mesures calorimétriques TP N 11 Mesures calorimétriques - page 51 - - T.P. N 11 - Ce document rassemble plusieurs mesures qui vont faire l'objet de quatre séances de travaux pratiques. La quasi totalité de ces manipulations utilisent

Plus en détail

Étape 1 : Balancer la chimie de l'eau

Étape 1 : Balancer la chimie de l'eau Étape 1 : Balancer la chimie de l'eau Au printemps surtout et durant l'été, il sera important de contrôler et d'ajuster certain paramètres qui constituent la chimie de l'eau. Cet étape est bien souvent

Plus en détail

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P)

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P) bioch/enzymo/tp-betagal-initiation-michaelis.odt JF Perrin maj sept 2008-sept 2012 page 1/6 Etude de la β-galactosidase de E. Coli : mise en évidence d'un comportement Michaélien lors de l'hydrolyse du

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

Autorisation pour le négoce ou le courtage de déchets. Informations pour remplir le formulaire de demande

Autorisation pour le négoce ou le courtage de déchets. Informations pour remplir le formulaire de demande Autorisation pour le négoce ou le courtage de déchets Informations pour remplir le formulaire de demande Administration de l environnement Division des déchets 1, Avenue du Rock n Roll L-4361 Esch/Alzette

Plus en détail

SIMULATION EN ELECTRONIQUE

SIMULATION EN ELECTRONIQUE 1 sur 8 SIMULATION EN ELECTRONIQUE PLAN: OBJECTIF - PUBLIC - MATERIEL - LOGICIEL - METHODE - AVANTAGES - DIFFICULTES - AUTEUR DU DOCUMENT INTRODUCTION MANIPULATION 1 : Prise en main A) Montage inverseur

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

LA MESURE DE MASSE POUR LA DÉTERMINATION DE PÉRIODES RADIOACTIVES

LA MESURE DE MASSE POUR LA DÉTERMINATION DE PÉRIODES RADIOACTIVES LA EURE DE AE POUR LA DÉTERINATION DE PÉRIODE RADIOACTIVE CEA ACLAY, DEN/DAN/DPC ervice d Études Analytiques et de Réactivité des urfaces Laboratoire de développement Analytique Nucléaire Isotopique et

Plus en détail

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 I. L ATOME NOTIONS EÉLEÉMENTAIRES DE CIMIE Les atomes sont des «petits grains de matière» qui constituent la matière. L atome est un système complexe que l on

Plus en détail

I Un exemple à partir de données anciennes concernant les leucocytes et leur évolution en cas de SIDA. 3 Utilisation des paramètres de fluorescence :

I Un exemple à partir de données anciennes concernant les leucocytes et leur évolution en cas de SIDA. 3 Utilisation des paramètres de fluorescence : Utilisation du logiciel Cytométrie Logiciel libre et gratuit : adresse de téléchargement et notice complète : http://acces.ens-lyon.fr/acces/logiciels/cytometrie/le-logiciel-cytometrie I Un exemple à partir

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Synthèse et propriétés des savons.

Synthèse et propriétés des savons. Synthèse et propriétés des savons. Objectifs: Réaliser la synthèse d'un savon mise en évidence de quelques propriétés des savons. I Introduction: 1. Présentation des savons: a) Composition des savons.

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif

Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif 1. Question 1 Etant donné que le germanium (Ge) est dans la même colonne que le carbone, cela implique qu il possède 4 électrons

Plus en détail