LSCE Laboratoire des sciences du climat et de l environnement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LSCE Laboratoire des sciences du climat et de l environnement"

Transcription

1 LSCE Laboratoire des sciences du climat et de l environnement octobre 2011 CONTACTS PRESSE : Service de presse de CEA - Tél : Service de presse du CNRS - Tél : Service de presse de l UVSQ - Tél :

2 SOMMAIRE Présentation du LSCE 3 Thèmes de recherche du LSCE 3 1 Transferts et Traceurs dans l'environnement 3 2 Dynamique et archives du climat 4 3 Composition atmosphérique et flux de surface 5 4 Projet TGI ICOS 6 5 Modélisation du climat, des cycles biogéochimiques et de leurs interactions 8 6 Interaction Homme, Climat et Environnement 9

3 Présentation du LSCE Le laboratoire des Sciences du Climat et de l Environnement (LSCE) est une unité mixte de recherche (UMR 8212) entre le CEA (rattaché à la Direction des Sciences de la Matière), le CNRS, et l'université de Versailles Saint-Quentin (UVSQ), localisé sur deux sites (Saclay et Gif-sur-Yvette) Avec environ 300 personnes dont 150 permanents, le LSCE fait partie de l'institut Pierre Simon Laplace (IPSL) Thèmes de recherche du LSCE 1 Transferts et Traceurs dans l'environnement Bassins versants et rivière du Laos Ce thème a pour objectif d évaluer les Transferts d eau et de matière dans l Environnement à l aide de Traceurs géochimiques de pointe et de modèles depuis les continents jusqu à l océan ouvert, en passant par l interface estuarienne et côtière Comprendre les mécanismes, quantifier leur dynamique, établir les flux et les sources permettra d anticiper les problèmes environnementaux liés à l utilisation intensive des sols, la pollution des milieux aquatiques, les ressources en eau, la qualité des eaux côtières ou encore l acidification des océans Mesure en zone côtière bretonne sous influence anthropique Les sujets scientifiques abordés, et associés aux trois autres thèmes de recherche traités au sein du laboratoire, sont structurés autour de trois axes : Géochimie isotopique et élémentaire qui permet de comprendre les mécanismes d échange de matière entre océans, continents et atmosphère, et de quantifier leur dynamique Cela implique le développement de traceurs géochimiques, radioactifs ou radiogéniques innovants et d un parc instrumental de dernière génération L utilisation de ces traceurs permet ainsi d affiner les connaissances sur la dynamique océanique, l acidification de l océan ou les transformations du carbone dans les sols, les estuaires et l océan Etude des échanges de matières des surfaces continentales jusqu au milieu marin, en passant par l interface côtière Les transferts et stockages de carbone et de micro-polluants sont en grande partie régis pas les échanges dissous-particulaires et le devenir des particules fines Modélisation des hydrosystèmes continentaux (bassin versant, nappes souterraines, lacs, rivières ) pour comprendre le lien entre régime hydrologique et régime climatique (aride, boréal, mousson ) à différentes échelles spatiales et temporelles Les modèles s appuient sur la simulation numérique (code Cast3M) et les données de terrain 3/9

4 2 Dynamique et archives du climat Connaître l évolution passée du climat est fondamental pour comprendre le fonctionnement de ce système complexe et les interactions entre les différentes composantes du système climatique : atmosphère, océan, glaces et continents Ces interactions produisent, même en l absence de perturbations externes, une variabilité climatique «interne», qu il est important de caractériser et de comprendre Le climat réagit également à un ensemble de perturbations externes, qui modifient le bilan radiatif terrestre, à Schéma du système climatique, et de sa réaction à des forçages (perturbations) externes ( LSCE) Schéma des différents facteurs de changement climatique, en fonction de leur échelle de temps caractéristique (en abscisse, en échelle logarithmique) ( LSCE) différentes échelles de temps : variations de l activité solaire, activité volcanique, modulation de la répartition de l ensoleillement par les changements lents de l orbite terrestre, etc Les observations instrumentales (météorologiques, océanographiques, satellitales ) permettent de connaître l évolution récente du système climatique, mais couvrent une période de temps très courte : quelques décennies, au plus quelques siècles pour les relevés de température les plus anciens Il est essentiel de placer cette connaissance précise mais brève dans le contexte plus large de la variabilité naturelle passée du climat Depuis cinquante ans, le LSCE développe des méthodes de reconstitution de paramètres climatiques à partir de l analyse de marqueurs physico-chimiques dans des archives naturelles (sédiments marins, coraux, ) Les variations climatiques passées permettent de décortiquer la manière dont le système climatique réagit à des perturbations connues, et fournissent un banc d essai pour tester la capacité des modèles numériques de climat à représenter correctement ces mécanismes, l amplitude et la vitesse des changements passés Ces modèles de climat sont les outils les plus complexes disponibles pour estimer les risques d évolution future du climat L étude des archives naturelles du climat permet également de comprendre les impacts passés des changements climatiques sur différents écosystèmes (marins et terrestres) Ces informations sont également précieuses pour anticiper les impacts futurs du changement climatique en cours Les travaux de recherche sur l évolution passée du climat au LSCE reposent sur des méthodes de carottage, d analyse physico-chimique ultra-précises, de datation, sur la compréhension des relations entre les paramètres mesurés sur les archives naturelles et les variables climatiques, sur la synthèse de données ponctuelles pour obtenir une vision globale des climats passés, et sur la confrontation entre ces bases de données et la modélisation du climat Actuellement, ces études sont centrées sur quatre échelles de temps : La surveillance des processus d enregistrement de paramètres climatiques dans les milieux naturels grâce à un prélèvement régulier ou ponctuel d échantillons de plancton, d eau (vapeur d eau, précipitations, lacs) ; 4/9

5 La reconstitution de l évolution du climat au cours du dernier millénaire, avec une très haute résolution temporelle (saison, année) ; L étude d évènements climatiques abrupts, se produisant en quelques années à quelques décennies ; L analyse des cycles glaciaires-interglaciaires, avec une focalisation sur la variabilité du climat pendant les dernières périodes chaudes 3 Composition atmosphérique et flux de surface Depuis deux siècles, la poussée démographique et le développement industriel et agricole (combustion des énergies fossiles, utilisation des sols) provoquent un profond déséquilibre des cycles biogéochimiques globaux La majorité des composés atmosphériques à impact radiatif (CO 2, CH 4, N 2 O, O 3, aérosols) ont vu leur concentration augmenter très significativement Cette évolution a un effet direct sur le climat Les changements de la composition atmosphérique ont également un double impact sur les écosystèmes marins et La pollution sur Paris ( LSCE) continentaux D'une part, les changements climatiques sont susceptibles de modifier en profondeur à la fois la géochimie et la dynamique des grands réservoirs, d'autre part, certains composés exercent une influence directe de fertilisation ou d'inhibition des végétaux Ainsi l'étude de l'état transitoire actuel des cycles biogéochimiques passe à la fois par le suivi de l'évolution temporelle de l'atmosphère, de l'océan, de la biosphère et par la compréhension de l'impact global de l'évolution du climat sur ces grands réservoirs L objectif scientifique à long terme au sein du LSCE est de comprendre et de modéliser les interactions entre les cycles biogéochimiques et le climat De plus, et face à la perturbation anthropique, la mise en œuvre de politiques visant à une stabilisation de la composition de l'atmosphère devient, au niveau international, une priorité Ceci nécessite donc la création de modèles prédictifs capables d'évaluer différents scénarios Dans cette perspective, le LSCE se propose de réaliser une hiérarchie de modèles du système terrestre Dans la continuité des programmes en cours, le laboratoire se propose de développer : L'étude et la modélisation des processus qui régissent les cycles globaux du carbone et des espèces contrôlant le contenu de la troposphère en CH 4, O 3 et aérosols Le couplage des différents modèles biogéochimiques entre eux, ainsi qu'aux modèles de climat Cette action jouera un rôle fédérateur des axes de recherche mentionnés ci-dessus Elle devrait mettre en évidence les processus les plus importants et de proposer des stratégies visant à réduire les incertitudes L'accent sera mis sur l'évolution des cycles à l'ère industrielle Ces modèles sont comparés aux observations de divers types, tels que des données des sites de mesures atmosphériques et des instruments de télédétection Pour mieux comprendre les différences entre le modèle et les données, et pour améliorer notre compréhension des cycles globaux, les chercheurs du LSCE ont développé une expertise forte en modélisation inverse Dans la mesure où ces modèles ne peuvent pas être utilisés sans une comparaison permanente avec les observations, les chercheurs mettent en place un réseau global de stations de mesure des gaz à effet de serre, 5/9

6 participant ainsi à l effort international pour créer une base de données intégrée Le laboratoire participe également à de vastes campagnes de mesures étudiant les précurseurs de l ozone et la transformation des aérosols troposphériques à proximité des sources, et développe des algorithmes innovateurs nécessaires à la production des données globales de télédétection liées à la composition atmosphérique 4 Projet TGI ICOS Fig 1 Réseaux ICOS de stations atmosphériques (A), de tours à flux sur différents écosystèmes (B) de suivi des flux sur l Atlantique Nord ( LSCE) Le projet ICOS, Integrated Carbon Observation System ( est une infrastructure de recherche européenne de mesure des concentrations atmosphériques des gaz à effet de serre et des flux sur les écosystèmes et l océan L'augmentation des gaz à effet de serre (GES) étant la principale cause du changement climatique, l'intérêt d'icos est de permettre, à terme, une surveillance de leurs sources et puits Cette surveillance donnera notamment des éléments de vérification des émissions et des puits indépendants des inventaires d'émissions fossiles et des données sur l usage des sols Coordonnée par la France et le Laboratoire des Sciences du Climat et de l Environnement (LSCE) dans sa phase préparatoire européenne, l infrastructure de recherche ICOS est développée par le CEA, le CNRS, l UVSQ et l INRA ICOS est l un des 30 projets d Infrastructure de Recherche qui ont été classés prioritaires à l échelle européenne par le forum ESFRI en 2006 A ce jour, le projet ICOS implique 17 pays en Europe Contexte international L Union européenne (UE) est le troisième émetteur mondial de CO 2 fossile après la Chine et les Etats- Unis En signant le Protocole de Kyoto, L UE est engagée à réduire ses émissions par rapport à l année de référence 1990 A terme, le plan climat prévoit une réduction bien plus ambitieuse des émissions Aux Etats-Unis, certains états comme la Californie ont aussi pris des engagements volontaires pour réduire fortement leurs émissions de gaz à effet de serre De nouveaux réseaux de mesure conçus pour la surveillance des puits de carbone et des émissions sont nécessaires dans le cadre du monitoring et de la vérification des flux naturels et anthropiques de CO 2 De tels réseaux sont en construction aux USA, au Japon, en Chine Ces réseaux de mesure s insèrent dans la stratégie globale du groupe intergouvernemental GEO (Group for Earth observation) En parallèle, les agences spatiales américaine et japonaise ont développé de nouveaux satellites pour mesurer le CO 2 et le CH 4 en colonne intégrée depuis l espace Il s agit des missions OCO-2 et GOSAT GOSAT a été lancé avec succès en 2009 Les données de ces satellites, avec une précision moindre mais une couverture globale, complèteront celles des réseaux sol L objectif d ICOS est d apporter les observations nécessaires pour estimer les flux de GES (gaz à effet de serre) sur le continent européen Le réseau et la méthodologie développée pourront être étendus à d autres régions, via l installation de stations de type ICOS, en particulier en Sibérie et en Afrique 6/9

7 Le réseau sera construit et optimisé pour l estimation optimale des flux, par exemple en utilisant des outils de simulation d un réseau optimal (network design) La densification progressive du réseau optimisé permettra, combinée à des systèmes de simulation numérique et d assimilation de données, de déterminer les flux anthropiques et biogéniques de CO 2, CH 4 à une échelle de 20 à 50 kilomètres en Europe (Fig 1) Ces estimations régulières des flux permettront : De comprendre les processus biogéochimiques qui contrôlent la variabilité du cycle des GES ; De détecter un affaiblissement, ou des anomalies des flux de carbone face aux accidents climatiques comme les sècheresses ; De connaître la valeur moyenne et de suivre la variabilité et la tendance à long terme des émissions anthropiques du continent (sur les régions les mieux couvertes) ; De connaître la valeur moyenne et de suivre la variabilité et la tendance à long terme des flux biogéniques Construction et fonctionnement de l infrastructure de recherche ICOS Pour le suivi à long terme des flux de gaz à effet de serre (GES), ICOS s appuie sur la coordination et le fonctionnement opérationnel de trois réseaux de mesure complémentaires (Fig 1) Les méthodes de collecte de données et les instruments de mesure sont standardisés pour toutes les stations du réseau Ces observations sont compatibles avec les standards internationaux de métrologie WMO et FLUXNET, et de distribution des données INSPIRE et GEOSS L infrastructure ICOS est constituée à l échelle européenne par : 50 stations atmosphériques de suivi en continu des concentrations du CO 2, du CH 4, du N 2 O et autres GES pour quantifier les bilans régionaux et les réductions d émission, 40 sites de tours de flux pour le suivi à petite échelle les échanges de CO 2, de vapeur d eau et d énergie des principaux écosystèmes, Des mesures automatiques des flux sur des navires océanographiques et commerciaux pour la caractérisation des flux air-mer de CO 2 L intégration des données pour calculer des flux de CO 2, CH 4 sur le continent européen se fait avec des systèmes d assimilation de données Plusieurs systèmes existent en Europe en mode recherche Le LSCE développe un système complet d assimilation global du cycle du carbone qui pourra être adapté pour fonctionner à différentes échelles, sur le globe, l Europe, et la France Les activités d assimilation des flux de gaz à effet de serre (GES) à partir des observations atmosphériques font aussi partie programme européen GMES Le réseau ICOS devrait être construit en 2012 dans une majorité de pays 10 pays ont un engagement de financement pour leur réseau ICOS national On estime que le réseau sera complet avant 2014, sous réserve de l engagement financier des pays restants Contribution du LSCE à ICOS Une contribution française préexistante est constituée par le réseau atmosphérique RAMCES de l INSU développé par des laboratoires français Le réseau atmosphérique français est largement construit sur l expérience et les sites développés par le Service d Observation RAMCES du LSCE Dans le cadre d ICOS la composante française du réseau ICOS comprendra 15 sites dont 11 sites principaux avec un équipement maximum Parmi ces sites, 8 sont localisés à l outre-mer (Ile Amsterdam dans les TAAF, Guyane, Réunion) ou à l étranger (Côte d Ivoire, Inde, Irlande) Ce réseau atmosphérique français représente une contribution majeure au réseau européen Il est la partie distribuée de la composante atmosphère de l infrastructure ICOS En ce qui concerne la France, le 7/9

8 réseau atmosphérique est basé principalement sur l existant du LSCE ainsi que l installation de nouvelles stations, parfois en collaboration étroite avec d autres organismes Pour que l infrastructure de recherche ICOS atteigne des objectifs opérationnels compatibles avec un suivi régulier et la production d estimation continues des flux en Europe, il a été prévu de créer autour du réseau de stations, quatre installations centrales: un siège européen de la coordination, un Centre Thématique Atmosphérique, un Centre Thématique Ecosystèmes, un Centre Thématique Océan et un Laboratoire d Etalonnage et de fabrication de standards La France est candidate pour la construction du centre atmosphérique Européen de l infrastructure ICOS au sein du LSCE En France, ICOS est associé à IAGOS (In service aircraft for a global observation service), une autre infrastructure de recherche ESFRI, pour former un Très grand instrument de recherche (TGI-R) du MESR Une labellisation SOERE («GREAT GASES») par l Allenvi (Alliance pour l environnement) complète le dispositif de structuration, avec l implication des groupes IAGOS et ICOS-Océan Fig 2 Lignes commerciales de navigation et séries temporelles ( LSCE) 5 Modélisation du climat, des cycles biogéochimiques et de leurs interactions ( LSCE) Depuis sa création, la modélisation est l une des grandes spécialités du LSCE Historiquement, cette approche était conduite en parallèle par les climatologues du thème Climat, intéressés par des échelles de temps relativement longues (de la centaine d années aux centaines de millions d années), et par les biogéochimistes, plutôt intéressés par des échelles de temps plus courtes (jusqu à la centaine d années) Ces travaux de modélisation se sont depuis le début largement appuyés sur l expertise des équipes d observations présentes au LSCE L'activité de modélisation au sein du thème peut être décrite au sein de trois grandes thématiques Les Variabilités naturelles L étude des variabilités naturelles du climat suit trois grands axes : L'étude des interactions entre le système climatique et les cycles biogéochimiques (en particulier le cycle du carbone) aux longues échelles de temps et sur le dernier million d'années ; Les instabilités rapides du climat (IRC) ; Les variations climatiques au cours du dernier millénaire 8/9

9 La perturbation anthropique Cet axe de recherche vise à : Proposer de nouveaux scénarios climatiques dans le cadre du cinquième rapport d'évaluation du GIEC (IPCC AR5) ; Quantifier le rôle du changement d'utilisation des sols ; Quantifier la variabilité interannuelle à décennale des interactions climat-cycles biogéochimiques ; Modéliser l'impact du forçage anthropique sur les "points de rupture" du système climatique (circulation thermohaline, moussons, permafrost, hydrates de méthane) Le développement des modèles et les liens modèles-données Les activités de recherche sus-citées sont intimement liées au développement des outils adéquates, et notamment d'une nouvelle génération de modèles Le modèle «système Terre IPSL-CM» est ainsi en train de connaître des évolutions majeures, que l'on peut caractériser selon cinq axes : Augmentation progressive de la résolution spatiale de l'océan et de l'atmosphère ; Intégration des améliorations des différentes composantes (eg nuages dans LMDz, topographie dans NEMO) ; Amélioration les interfaces entre composantes et la physique des couplages ; Intégration des cycles biogéochimiques dans le modèle IPSL-CM ; Intégration des évolutions du modèle à celles des moyens de calculs Les travaux d'amélioration des composantes concernent également les calottes de glace (modèle GRISLI), les surfaces continentales (ORCHIDEE), la biogéochimie marine (PISCES), les aérosols et la chimie atmosphérique (INCA) Par ailleurs, l'expertise du LSCE dans la mesure des traceurs et isotopes sera renforcée par l'inclusion dans le modèle système Terre des isotopomères de l'eau et du carbone, afin de mieux comprendre les cycles biogéochimiques Le développement de ces modèles sera accompagné d'une phase d'évaluation qui se fera sous la forme de projets d'intercomparaison de modèles Une des spécificités du LSCE est d être coordinateur de plusieurs projets de ce type, et ce pour différentes composantes ou thématiques : l étude des paléoclimats (PMIP), le cycle du carbone dans l océan (OCMIP), la représentation des aérosols (AeroCom), le couplage climat-carbone (C4MIP) et plus récemment l'évaluation du rôle joué par les changements d'usage des sols sur le climat récent (LUCID) 6 Interaction Homme, Climat et Environnement Avec ce thème de recherche, le LSCE tente de comprendre les relations existantes entre l'homme, le Climat et l'environnement, dans les temps présents, passés et futurs, ainsi que dans l'espace à la surface de notre planète Les principales thématiques abordées et étudiées sont : L'adaptation au changement climatique, thématique pluridisciplinaire qui s'ouvre sur d'autres disciplines: énergie, santé, agronomie, économie, biologie, histoire, ou encore paléontologie ; L'histoire du climat et en particulier l'identification des événements extrêmes (fréquence, amplitude) au cours des temps historiques Cette discipline apporte des informations essentielles sur la dynamique du climat dans notre pays et de manière plus générale en Europe occidentale ; Des projets ciblés : chantier Méditerranée, projet Arctique, Histoire des populations et paléoclimats 9/9

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

La modélisation, un outil pour reconstituer (et prédire) climat et végétation

La modélisation, un outil pour reconstituer (et prédire) climat et végétation La modélisation, un outil pour reconstituer (et prédire) climat et végétation Quels rôles jouent les surfaces continentales dans le système climatique? Nathalie de Noblet-Ducoudré nathalie.de-noblet@lsce.ipsl.fr

Plus en détail

Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2

Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2 Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2 Développement et Evaluation des PHYsiques des modèles atmosphériques BILAN 45 participants 25 CNRM, 12 LMD, 4 LGGE, 2LA, 1 LSCE, 1 GET 8-9-10 septembre 2014 Observatoire

Plus en détail

Projet SENTINELLE Appel àprojets «CO 2»Déc. 2007

Projet SENTINELLE Appel àprojets «CO 2»Déc. 2007 Projet SENTINELLE Appel àprojets «CO 2»Déc. 2007 Philippe de DONATO Université de Lorraine/CNRS Co-auteurs: C. PRINET, B. GARCIA, H. LUCAS, Z. POKRYSZKA, S. LAFORTUNE, P. FLAMANT, F. GIBERT, D. EDOUART,

Plus en détail

Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe

Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe Meriem Chakroun Marjolaine Chiriaco (1) Sophie Bastin (1) Hélène Chepfer (2) Grégory Césana (2) Pascal Yiou (3) (1): LATMOS (2):

Plus en détail

Mention SDUEE Sciences de l Univers, Environnement, Écologie www.master.sduee.upmc.fr

Mention SDUEE Sciences de l Univers, Environnement, Écologie www.master.sduee.upmc.fr Mention SDUEE Sciences de l Univers, Environnement, Écologie www.master.sduee.upmc.fr Disciplines très variées Étude de l environnement au sens large: -Espace (planétologie) - Terre Fluide: atmosphère,

Plus en détail

Le réchauffement climatique, c'est quoi?

Le réchauffement climatique, c'est quoi? LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Le réchauffement climatique, c'est quoi? Le réchauffement climatique est l augmentation de la température moyenne à la surface de la planète. Il est dû aux g az à effet de serre

Plus en détail

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Page 1 DES CONFERENCES QUI ENRICHISSENT LES PROGRAMMES SCOLAIRES : Objectifs principaux : Acquérir et approfondir des

Plus en détail

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007 Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) SENTINELLE Réf. : ANR-07-PCO2-007 Ph. de DONATO (INPL-CNRS) (Coordonnateur) PARTENAIRES Durée : 3 ans + 7 mois

Plus en détail

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE 1 CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE Quels sont les arguments qui permettent de renforcer le modèle? 2 3 I. UNE CONFIRMATION DE L EXPANSION DU PLANCHER OCÉANIQUE A.LES

Plus en détail

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique?

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Impact Climatique Impact sanitaire Les particules atmosphériques sont avant tout étudiées pour leurs impacts sur le climat et sur la santé humaine. 39 Réchauffement

Plus en détail

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE 1 PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Résumé Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE

Plus en détail

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Bilan GES Entreprise Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 Juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (ENE) Restitution pour

Plus en détail

Changement Climatique (1/2) : Qu est-ce que c est?

Changement Climatique (1/2) : Qu est-ce que c est? Dossier pédagogique 3 Langues, géographie, sciences, histoire Changement Climatique (1/2) : Qu est-ce que c est? plus de 100 ans de recherches scientifiques Changement climatique, Effet de serre, gaz à

Plus en détail

Projets en cours sur l archivage et la diffusion des simulations climatiques et de leurs produits, en liaison avec le projet DRIAS

Projets en cours sur l archivage et la diffusion des simulations climatiques et de leurs produits, en liaison avec le projet DRIAS Projets en cours sur l archivage et la diffusion des simulations climatiques et de leurs produits, en liaison avec le projet DRIAS Serge Planton (MF/CNRM-GAME), Robert Vautard (IPSL), Maryvonne Kerdoncuff,

Plus en détail

Comment réduire les émissions de CO 2? Les réponses de l'ifp

Comment réduire les émissions de CO 2? Les réponses de l'ifp Septembre 2005 Comment réduire les émissions de CO 2? Les réponses de l'ifp L'IFP inscrit les travaux sur la réduction des émissions de CO 2 au cœur de ses programmes de recherche. La stratégie de l'ifp

Plus en détail

L IRSN et la surveillance de l environnement. Etat des lieux et perspectives

L IRSN et la surveillance de l environnement. Etat des lieux et perspectives L IRSN et la surveillance de l environnement Etat des lieux et perspectives Didier CHAMPION et Jean-Marc PERES Journées SFRP Paris 23-24 septembre 2009 Objectifs de la surveillance de l environnement 2

Plus en détail

PRODIGUER un noeud français de distribution de données GIEC/IPCC

PRODIGUER un noeud français de distribution de données GIEC/IPCC PRODIGUER un noeud français de distribution de données GIEC/IPCC Sébastien Denvil et Olivier Marti Pôle de Modélisation, IPSL Prodiguer - Mercredi 18 juin 2008 1 Le contexte : le compte à rebours du rapport

Plus en détail

ICOS Integrated Carbon Observing System http://www.icos-infrastructure.eu/

ICOS Integrated Carbon Observing System http://www.icos-infrastructure.eu/ ICOS Integrated Carbon Observing System http://www.icos-infrastructure.eu/ infrastructure.eu/ 1 Quantifier les flux régionaux Un réseau de 100 stations Pérenne, haute précision, homogène, opérationnelle

Plus en détail

Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France. Olivier Laguitton

Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France. Olivier Laguitton Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France Olivier Laguitton Saint Etienne, le 18 février 2013 Contenu de la présentation Le contexte du développement durable Passage en revue de la législation

Plus en détail

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S»

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» La lutte contre le changement climatique Initiative concertée au niveau mondial Pour limiter à 2 à 3 C l élévation moyenne de la température, il faudrait

Plus en détail

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Bilan GES Entreprise Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 Juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (ENE) Restitution pour

Plus en détail

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE)

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : STIC POUR L'ECOLOGIE

Plus en détail

CHANGEMENTS CLIMATIQUES 2013

CHANGEMENTS CLIMATIQUES 2013 CHANGEMENTS CLIMATIQUES 2013 Les éléments scientifiques Résumé à l intention des décideurs GT I CONTRIBUTION DU GROUPE DE TRAVAIL I AU CINQUIÈME RAPPORT D ÉVALUATION DU GROUPE D EXPERTS INTERGOUVERNEMENTAL

Plus en détail

L Ecole et observatoire des sciences de la Terre

L Ecole et observatoire des sciences de la Terre L Ecole et observatoire des sciences de la Terre Michel GRANET LabEx G-EAU-THERMIE PROFONDE JOURNÉE DE LANCEMENT 14 Juin 2012 Un peu d histoire des sciences de la Terre à Strasbourg Quelques dates clés

Plus en détail

Ressources en eau. Résumé du deuxième Rapport mondial des Nations Unies sur la mise en valeur des ressources en eau

Ressources en eau. Résumé du deuxième Rapport mondial des Nations Unies sur la mise en valeur des ressources en eau Ressources en eau Résumé du deuxième Rapport mondial des Nations Unies sur la mise en valeur des ressources en eau Un résumé réalisé par L'EAU est essentielle à la survie et au bien-être de l homme et

Plus en détail

Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques

Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques Motivations : Augmenter la confiance dans les prévision du changement climatique. 1. nécessite d'utiliser les modèles le plus "physiques"

Plus en détail

CONCOURS EXTERNE DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS CERTIFIÉS ET CONCOURS D ACCÈS À DES LISTES D APTITUDE (CAFEP)

CONCOURS EXTERNE DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS CERTIFIÉS ET CONCOURS D ACCÈS À DES LISTES D APTITUDE (CAFEP) Repère à reporter sur la copie SESSION DE 28 CONCOURS EXTERNE DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS CERTIFIÉS ET CONCOURS D ACCÈS À DES LISTES D APTITUDE (CAFEP) Section : SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE COMPOSITION

Plus en détail

Desclefs pour comprendre l océan : les traceurs chimiques et isotopiques. Catherine Jeandel Des clés pour comprendre l océan :

Desclefs pour comprendre l océan : les traceurs chimiques et isotopiques. Catherine Jeandel Des clés pour comprendre l océan : Desclefs pour comprendre l océan : les traceurs chimiques et isotopiques 1 Un cycle de la matière qui conditionne la chimie des océans et le climat La Terre, notre planète bleue (Figure 1), est constituée

Plus en détail

Questions fréquentes. Citations des présentes questions : Lors de la citation d un groupe de questions, donner la référence suivante :

Questions fréquentes. Citations des présentes questions : Lors de la citation d un groupe de questions, donner la référence suivante : Extraits du Rapport accepté par le Groupe de travail I du Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat mais non approuvé dans les détails Questions fréquentes Citations des présentes

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

Le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC) Pourquoi le GIEC a été créé. Introduction

Le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC) Pourquoi le GIEC a été créé. Introduction OMM GROUPE D EXPERTS INTERGOUVERNEMENTAL SUR L ÉVOLUTION DU CLIMAT PNUE Introduction Le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC) Pourquoi le GIEC a été créé Les activités humaines

Plus en détail

Que sont les sources d énergie renouvelable?

Que sont les sources d énergie renouvelable? Que sont les sources d énergie renouvelable? Comme leur nom l indique, il s agit de sources qui se renouvellent et ne s épuiseront donc jamais à l échelle du temps humain! Les sources non renouvelables

Plus en détail

Climat : vers le point de rupture?

Climat : vers le point de rupture? Climat : vers le point de rupture? Nouvelles données scientifiques sur la crise climatique BRIEFING Avril 2009 Climat : vers le point de rupture? Nouvelles données scientifiques sur la crise climatique

Plus en détail

L observation et le contrôle des sites de stockage de CO 2

L observation et le contrôle des sites de stockage de CO 2 L observation et le contrôle des sites de stockage de CO 2 Laurent Jammes, Guillemette Picard Schlumberger Carbon Services Technique Académie des sciences Paris 19 Mai 2009 Plan de la présentation 2 La

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015 Umweltauswirkungen durch Biomassenutzung Etude d impact de l utilisation de la biomasse sur l environnement 26.Juni 2015 / 26 juin 2015 Akademiehotel Karlsruhe Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence

Plus en détail

Production mondiale d énergie

Production mondiale d énergie Chapitre 14: Autres sources d énergie Énergie nucléaire Énergie solaire Énergie géothermale Hydro-électricité Énergie éolienne Production mondiale d énergie 23% 39% 27% Coal Nuclear Hydro Geothermal Petroleum

Plus en détail

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire Le ph Qu est-ce que le ph? Le ph mesure l acidité d un liquide. Sa valeur s exprime sur une échelle graduée de 0 à 14 où 1 désigne une substance fortement acide, 7, une substance neutre, et 14, une substance

Plus en détail

Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001)

Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001) Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001) 1. Présentation du GPS Le GPS (Global Positionning System=système de positionnement

Plus en détail

Environmental Research and Innovation ( ERIN )

Environmental Research and Innovation ( ERIN ) DÉpartEment RDI Environmental Research and Innovation ( ERIN ) Le département «Environmental Research and Innovation» (ERIN) du LIST élabore des stratégies, des technologies et des outils visant à mieux

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

L'interface utilisateur guide le compilateur à travers les procédures de saisie des données et de calculs impliqués dans le processus d'inventaire

L'interface utilisateur guide le compilateur à travers les procédures de saisie des données et de calculs impliqués dans le processus d'inventaire Logiciel ALU Stephen M. Ogle, Ph.D. Chercheur et professeur agrégé Université de l'état du Colorado Laboratoire d'écologie des ressources naturelles Fort Collins, Colorado, USA Portée et conception du

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

France Telecom SA. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre (GES) Décembre 2012

France Telecom SA. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre (GES) Décembre 2012 France Telecom SA Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre (GES) Décembre 2012 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : France Telecom SA Code NAF : 6110Z / Télécommunications filaires

Plus en détail

COMMENTAiRES/ DECISIONS

COMMENTAiRES/ DECISIONS Plate-forme d'échanges affichage environnemental des PGC Date : 2009-12-21 Assistante: Lydia GIPTEAU Ligne directe : + 33 (0)1 41 62 84 20 Lydia.gipteau@afnor.org GT Méthodologie Numéro du document: N

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

Architecture de réseau de senseurs : monitoring environnemental et écosystèmes forestiers

Architecture de réseau de senseurs : monitoring environnemental et écosystèmes forestiers Architecture de réseau de senseurs : monitoring environnemental et écosystèmes forestiers Présenté par : Ahmed Lakhssassi, Membres du GRMS : Marek Zaremba, Wojtek Bock et Larbi Talbi Département Informatique

Plus en détail

Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie

Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie Pour quel métier vous êtes fait? Des doutes sur ta formation actuelle : faut-il poursuivre? Vous avez une idée de métier mais est-ce

Plus en détail

Modèle de Climat de Titan

Modèle de Climat de Titan Planétologie - GSMA - Université de Reims Champagne-Ardenne Modèle de Climat de Titan Le contexte général : Titan, le plus gros satellite de Saturne, possède une atmosphère dense de 1.4 bar essentiellement

Plus en détail

Piegeage et stockage du CO 2

Piegeage et stockage du CO 2 Piegeage et stockage du CO 2 Résumé du rapport spécial du GIEC, le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat Un résumé réalisé par: LE PIÉGEAGE ET STOCKAGE DU DIOXYDE DE CARBONE (PSC)

Plus en détail

Discovering Hidden Value

Discovering Hidden Value Discovering Hidden Value A la découverte de la valeur cachée Consultation pour les Opérations de Forage Proposées en Offshore Marocain 2013 Qui est Cairn Energy? Cairn est une société de pétrole et de

Plus en détail

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques.

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques. REDD-plus Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques novembre 2009 Programme de Conservation des Forêts Le mécanisme REDD-plus

Plus en détail

Plan d orientations stratégiques 2012-2016

Plan d orientations stratégiques 2012-2016 Plan d orientations stratégiques 2012-2016 Agence Française de Développement Établissement public, l Agence Française de Développement (AFD) agit depuis soixante-dix ans pour combattre la pauvreté et favoriser

Plus en détail

Cerea. Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique

Cerea. Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique Cerea Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique Laboratoire commun École des Ponts ParisTech / EDF R&D Université Paris-Est Le Cerea : une cinquantaine de chercheurs sur trois

Plus en détail

Le programme brésilien. Cláudio Almeida Chef du Centre Régional de l'amazonie CRA/INPE

Le programme brésilien. Cláudio Almeida Chef du Centre Régional de l'amazonie CRA/INPE Le programme brésilien d'observation de la Terre. Cláudio Almeida Chef du Centre Régional de l'amazonie CRA/INPE La vision de l'inpe au 21e siècle. L'INPE est une référence mondiale en matière de recherche

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques I/ Objectif : Dans la partie 2 du programme de seconde «enjeux planétaires contemporains : énergie et sol», sous partie

Plus en détail

Efficience énergétique et électricité solaire

Efficience énergétique et électricité solaire Efficience énergétique et électricité solaire Pictet-Clean Energy investit dans des entreprises innovantes Juin 2015 Désormais compétitive, la production d énergie solaire croît fortement. Face au réchauffement

Plus en détail

Grille de planification Expédition météo. Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10 minutes).

Grille de planification Expédition météo. Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10 minutes). Grille de planification Expédition météo Spécialiste de l atmosphère Spécialiste des vents Spécialiste des nuages Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10

Plus en détail

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec Introduction L'un des principes directeurs de la politique

Plus en détail

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement GSE 2011-2012 I.1 Que représente : - 1 kcal en kj? : 1 kcal = 4,187 kj - 1 frigorie (fg) en kcal? : 1 fg = 1 kcal - 1 thermie (th) en kcal? : 1

Plus en détail

RESERVOIR MONITORING A PARTIR D IMAGES SATELLITES APPLICATIONS POUR LES ACTIVITÉS AMONT DE SONATRACH EN ALGÉRIE

RESERVOIR MONITORING A PARTIR D IMAGES SATELLITES APPLICATIONS POUR LES ACTIVITÉS AMONT DE SONATRACH EN ALGÉRIE RESERVOIR MONITORING A PARTIR D IMAGES SATELLITES APPLICATIONS POUR LES ACTIVITÉS AMONT DE SONATRACH EN ALGÉRIE Johanna GRANDA (1), Alain ARNAUD (1) et Azzédine BOUDIAF (2) (1) ALTAMIRA INFORMATION S.L.,

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

La diversité des climats

La diversité des climats Les interactions entre l océan et l atmosphère Chaque jour, la météorologie occupe une place importante (voire le devant de la scène), lorsque surviennent tempêtes, vagues de chaleur ou de froid, ou inondations.

Plus en détail

1. CONTEXTE...4 2. AVERTISSEMENT AU LECTEUR...5 3. DÉFINITIONS...7

1. CONTEXTE...4 2. AVERTISSEMENT AU LECTEUR...5 3. DÉFINITIONS...7 Septembre 2011 Méthode pour la réalisation des bilans d émissions de Gaz à effet de serre conformément à l article 75 de la loi n 2010788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l environnement

Plus en détail

Changements climatiques 2001: Rapport de synthèse

Changements climatiques 2001: Rapport de synthèse Changements climatiques 2001: Rapport de synthèse Rapport de synthèse Evaluation du Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat Ce résumé, intégralement approuvé à la XVIII e session

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur Jeu de l ingénierie écologique mémo du joueur Contexte Qu est-ce que l ingénierie écologique? L ingénierie écologique peut être définie par une action par et/ou pour le vivant. Plus précisément, le vivant

Plus en détail

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière L'impact des biocarburants sur l'effet de serre Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière Auteur(s) : Etienne POITRAT, ADEME (Agence de l'environnement

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

Synthèse des réponses au questionnaire

Synthèse des réponses au questionnaire Etat des lieux sur les réseaux et programmes de Monitoring dans les pays partenaires méditerranéens Synthèse des réponses au questionnaire X. Detienne Aquapôle, Université de Liège Réalisé pour le compte

Plus en détail

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Ministère de l Environnement l et du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Expert National Statisticien/Economiste

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Prédiction de couverture de champ radioélectrique pour les réseaux radiomobiles : L apport du Système d Information Géographique ArcInfo 8

Prédiction de couverture de champ radioélectrique pour les réseaux radiomobiles : L apport du Système d Information Géographique ArcInfo 8 Prédiction de couverture de champ radioélectrique pour les réseaux radiomobiles : L apport du Système d Information Géographique ArcInfo 8 Christine TURCK 1 * et **, Christiane WEBER**, Dominique THOME*

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre SOMMAIRE 1 Contexte réglementaire 3 2 Description de la personne morale 4 3 Année de reporting de l exercice et l année de référence 6 4 Emissions directes de

Plus en détail

Grilles de lecture données environnement 2013 Tableau de bord de suivi des opérations de démantèlement

Grilles de lecture données environnement 2013 Tableau de bord de suivi des opérations de démantèlement Grilles de lecture données environnement 2013 Tableau de bord de suivi des opérations de démantèlement Travaux réalisés dans le cadre de la mission d accompagnement de la CLI CLI des Monts d Arrée, réunion

Plus en détail

INSTRUMENTATIONS OCÉANOGRAPHIQUES MÉTÉOROLOGIQUES ET HYDROLOGIQUES DÉVELOPPÉES PAR LA SOCIÉTÉ SAFARE-CROUZET

INSTRUMENTATIONS OCÉANOGRAPHIQUES MÉTÉOROLOGIQUES ET HYDROLOGIQUES DÉVELOPPÉES PAR LA SOCIÉTÉ SAFARE-CROUZET DOCUMENT 4.7. INSTRUMENTATIONS OCÉANOGRAPHIQUES MÉTÉOROLOGIQUES ET HYDROLOGIQUES DÉVELOPPÉES PAR LA SOCIÉTÉ SAFARE-CROUZET Jean-Jacques PESANDO Ingénieur Chef des Projets Océanographiques Société SAFARE-CROUZET

Plus en détail

Services internationaux en géodésie spatiale

Services internationaux en géodésie spatiale «40 ans du GRGS, 1971 2011» Services internationaux en géodésie spatiale F. Deleflie, D. Gambis, P. Bonnefond, et Z. Altamimi, S. Bonvalot 1 Implication GRGS dans les services «40 ans du du GRGS, 1971

Plus en détail

Changement du trait de côte et images satellites. Tempêtes 2014, plage de la Salie, côte atlantique française

Changement du trait de côte et images satellites. Tempêtes 2014, plage de la Salie, côte atlantique française Les tempêtes L expert Avec la crise climatique, les rivages subissent plus durement les assauts de la mer et les crues de fleuves. Pour anticiper et prévenir des risques d érosion et d inondation, il est

Plus en détail

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe?

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe? Sommaire Séquence 4 Tu as constaté que les séismes et les éruptions volcaniques se déroulaient toujours aux mêmes endroits. Tu vas maintenant chercher à expliquer ce phénomène. Problématique : Comment

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

ASSURANCE DE LA QUALITÉ ET CONTRÔLE DE LA QUALITÉ

ASSURANCE DE LA QUALITÉ ET CONTRÔLE DE LA QUALITÉ 8 ASSURANCE DE LA QUALITÉ ET CONTRÔLE DE LA QUALITÉ Recommendations du GIEC en matière de bonnes pratiques et de gestion des incertitudes pour les inventaires nationaux 8.1 Chapitre 8 COPRESIDENTS, EDITEURS

Plus en détail

La gestion à long terme des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Options

La gestion à long terme des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Options La gestion à des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie Options Options possibles pour la gestion à 2 Option zéro ou statu quo : maintien de la situation actuelle Mise en forages profonds

Plus en détail

Le projet DRIAS : premières études et documents

Le projet DRIAS : premières études et documents Le projet DRIAS : premières études et documents Julien Lémond CNRM / GAME, Météo-France, CNRS Direction de la Climatologie Réunion Comité Utilisateurs, le 29 juin 2010 Plan de la présentation 1 ) Les services

Plus en détail

DEPARTEMENT DE LA MARTINIQUE

DEPARTEMENT DE LA MARTINIQUE DEPARTEMENT DE LA MARTINIQUE Projet de Plan Départemental de Prévention et de Gestion des Déchets non Dangereux de la Martinique Résumé non technique du rapport d évaluation environnementale Juin 2015

Plus en détail

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH 4 e Rencontres de l eau 20 mars 2015, UNIL Nathalie Menétrey Hydrobiologiste Bureau d étude aquatique et

Plus en détail

Présentation des projets de recherche BLOWOUT et METANE. Journée technique du Cedre. Brest 14 novembre 2013

Présentation des projets de recherche BLOWOUT et METANE. Journée technique du Cedre. Brest 14 novembre 2013 Présentation des projets de recherche BLOWOUT et METANE Journée technique du Cedre Brest 14 novembre 2013 1 Déroulement Fiches techniques Contexte Description technique Démonstration Questions 2 Fiches

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE)

MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE) MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : BIOLOGIE DES PLANTES

Plus en détail

Expertise INRA Stocker du carbone dans les sols agricoles? Préface

Expertise INRA Stocker du carbone dans les sols agricoles? Préface 2 2 Expertise INRA Stocker du carbone dans les sols agricoles? Préface Mettre à disposition du ministère chargé de l environnement et des acteurs de l environnement des références de recherche et d observation,

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

SOLAIRE BALLERUP LA VILLE CONTEXTE. (Danemark) Ballerup

SOLAIRE BALLERUP LA VILLE CONTEXTE. (Danemark) Ballerup SOLAIRE BALLERUP (Danemark) Utiliser l énergie solaire thermique avec un système de stockage de chaleur classique à accumulation et à régulation sur une longue période est une des alternatives les plus

Plus en détail

Compte rendu des utilisations du calculateur TITAN au LACy

Compte rendu des utilisations du calculateur TITAN au LACy Le Laboratoire de l Atmosphère et des Cyclones (LACy) UMR (8105) Université de la Réunion CNRS Météo France 15 avenue René Cassin, 97715 Saint Denis messag.,cedex 9 Compte rendu des utilisations du calculateur

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

Monitoring THPE. Soutien au projet. Présentation du projet

Monitoring THPE. Soutien au projet. Présentation du projet Monitoring THPE Le projet Monitoring THPE a donné lieu à l un des premiers systèmes innovants de suivi des performances énergétiques et de confort des bâtiments. Informations générales Localisation : Région

Plus en détail

La place du charbon dans le mix électrique

La place du charbon dans le mix électrique La place du charbon dans le mix électrique Présentation au colloque 7 février 2008 Gérard Mestrallet, PDG de SUEZ «Les nouveaux débouchés du charbon : quels risques pour le changement climatique?» Outline

Plus en détail

Carbone Des occasions d'affaires pour les entreprises québécoises

Carbone Des occasions d'affaires pour les entreprises québécoises PLAN DE COURS FORMATION SUR LE MARCHÉ DU CARBONE POSSIBILITES DE CRÉATION DE CRÉDITS DE GAZ À EFFET DE SERRE Mise en contexte Depuis quelques années, les activités de réduction de gaz à effet de serre

Plus en détail