LSCE Laboratoire des sciences du climat et de l environnement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LSCE Laboratoire des sciences du climat et de l environnement"

Transcription

1 LSCE Laboratoire des sciences du climat et de l environnement octobre 2011 CONTACTS PRESSE : Service de presse de CEA - Tél : Service de presse du CNRS - Tél : Service de presse de l UVSQ - Tél :

2 SOMMAIRE Présentation du LSCE 3 Thèmes de recherche du LSCE 3 1 Transferts et Traceurs dans l'environnement 3 2 Dynamique et archives du climat 4 3 Composition atmosphérique et flux de surface 5 4 Projet TGI ICOS 6 5 Modélisation du climat, des cycles biogéochimiques et de leurs interactions 8 6 Interaction Homme, Climat et Environnement 9

3 Présentation du LSCE Le laboratoire des Sciences du Climat et de l Environnement (LSCE) est une unité mixte de recherche (UMR 8212) entre le CEA (rattaché à la Direction des Sciences de la Matière), le CNRS, et l'université de Versailles Saint-Quentin (UVSQ), localisé sur deux sites (Saclay et Gif-sur-Yvette) Avec environ 300 personnes dont 150 permanents, le LSCE fait partie de l'institut Pierre Simon Laplace (IPSL) Thèmes de recherche du LSCE 1 Transferts et Traceurs dans l'environnement Bassins versants et rivière du Laos Ce thème a pour objectif d évaluer les Transferts d eau et de matière dans l Environnement à l aide de Traceurs géochimiques de pointe et de modèles depuis les continents jusqu à l océan ouvert, en passant par l interface estuarienne et côtière Comprendre les mécanismes, quantifier leur dynamique, établir les flux et les sources permettra d anticiper les problèmes environnementaux liés à l utilisation intensive des sols, la pollution des milieux aquatiques, les ressources en eau, la qualité des eaux côtières ou encore l acidification des océans Mesure en zone côtière bretonne sous influence anthropique Les sujets scientifiques abordés, et associés aux trois autres thèmes de recherche traités au sein du laboratoire, sont structurés autour de trois axes : Géochimie isotopique et élémentaire qui permet de comprendre les mécanismes d échange de matière entre océans, continents et atmosphère, et de quantifier leur dynamique Cela implique le développement de traceurs géochimiques, radioactifs ou radiogéniques innovants et d un parc instrumental de dernière génération L utilisation de ces traceurs permet ainsi d affiner les connaissances sur la dynamique océanique, l acidification de l océan ou les transformations du carbone dans les sols, les estuaires et l océan Etude des échanges de matières des surfaces continentales jusqu au milieu marin, en passant par l interface côtière Les transferts et stockages de carbone et de micro-polluants sont en grande partie régis pas les échanges dissous-particulaires et le devenir des particules fines Modélisation des hydrosystèmes continentaux (bassin versant, nappes souterraines, lacs, rivières ) pour comprendre le lien entre régime hydrologique et régime climatique (aride, boréal, mousson ) à différentes échelles spatiales et temporelles Les modèles s appuient sur la simulation numérique (code Cast3M) et les données de terrain 3/9

4 2 Dynamique et archives du climat Connaître l évolution passée du climat est fondamental pour comprendre le fonctionnement de ce système complexe et les interactions entre les différentes composantes du système climatique : atmosphère, océan, glaces et continents Ces interactions produisent, même en l absence de perturbations externes, une variabilité climatique «interne», qu il est important de caractériser et de comprendre Le climat réagit également à un ensemble de perturbations externes, qui modifient le bilan radiatif terrestre, à Schéma du système climatique, et de sa réaction à des forçages (perturbations) externes ( LSCE) Schéma des différents facteurs de changement climatique, en fonction de leur échelle de temps caractéristique (en abscisse, en échelle logarithmique) ( LSCE) différentes échelles de temps : variations de l activité solaire, activité volcanique, modulation de la répartition de l ensoleillement par les changements lents de l orbite terrestre, etc Les observations instrumentales (météorologiques, océanographiques, satellitales ) permettent de connaître l évolution récente du système climatique, mais couvrent une période de temps très courte : quelques décennies, au plus quelques siècles pour les relevés de température les plus anciens Il est essentiel de placer cette connaissance précise mais brève dans le contexte plus large de la variabilité naturelle passée du climat Depuis cinquante ans, le LSCE développe des méthodes de reconstitution de paramètres climatiques à partir de l analyse de marqueurs physico-chimiques dans des archives naturelles (sédiments marins, coraux, ) Les variations climatiques passées permettent de décortiquer la manière dont le système climatique réagit à des perturbations connues, et fournissent un banc d essai pour tester la capacité des modèles numériques de climat à représenter correctement ces mécanismes, l amplitude et la vitesse des changements passés Ces modèles de climat sont les outils les plus complexes disponibles pour estimer les risques d évolution future du climat L étude des archives naturelles du climat permet également de comprendre les impacts passés des changements climatiques sur différents écosystèmes (marins et terrestres) Ces informations sont également précieuses pour anticiper les impacts futurs du changement climatique en cours Les travaux de recherche sur l évolution passée du climat au LSCE reposent sur des méthodes de carottage, d analyse physico-chimique ultra-précises, de datation, sur la compréhension des relations entre les paramètres mesurés sur les archives naturelles et les variables climatiques, sur la synthèse de données ponctuelles pour obtenir une vision globale des climats passés, et sur la confrontation entre ces bases de données et la modélisation du climat Actuellement, ces études sont centrées sur quatre échelles de temps : La surveillance des processus d enregistrement de paramètres climatiques dans les milieux naturels grâce à un prélèvement régulier ou ponctuel d échantillons de plancton, d eau (vapeur d eau, précipitations, lacs) ; 4/9

5 La reconstitution de l évolution du climat au cours du dernier millénaire, avec une très haute résolution temporelle (saison, année) ; L étude d évènements climatiques abrupts, se produisant en quelques années à quelques décennies ; L analyse des cycles glaciaires-interglaciaires, avec une focalisation sur la variabilité du climat pendant les dernières périodes chaudes 3 Composition atmosphérique et flux de surface Depuis deux siècles, la poussée démographique et le développement industriel et agricole (combustion des énergies fossiles, utilisation des sols) provoquent un profond déséquilibre des cycles biogéochimiques globaux La majorité des composés atmosphériques à impact radiatif (CO 2, CH 4, N 2 O, O 3, aérosols) ont vu leur concentration augmenter très significativement Cette évolution a un effet direct sur le climat Les changements de la composition atmosphérique ont également un double impact sur les écosystèmes marins et La pollution sur Paris ( LSCE) continentaux D'une part, les changements climatiques sont susceptibles de modifier en profondeur à la fois la géochimie et la dynamique des grands réservoirs, d'autre part, certains composés exercent une influence directe de fertilisation ou d'inhibition des végétaux Ainsi l'étude de l'état transitoire actuel des cycles biogéochimiques passe à la fois par le suivi de l'évolution temporelle de l'atmosphère, de l'océan, de la biosphère et par la compréhension de l'impact global de l'évolution du climat sur ces grands réservoirs L objectif scientifique à long terme au sein du LSCE est de comprendre et de modéliser les interactions entre les cycles biogéochimiques et le climat De plus, et face à la perturbation anthropique, la mise en œuvre de politiques visant à une stabilisation de la composition de l'atmosphère devient, au niveau international, une priorité Ceci nécessite donc la création de modèles prédictifs capables d'évaluer différents scénarios Dans cette perspective, le LSCE se propose de réaliser une hiérarchie de modèles du système terrestre Dans la continuité des programmes en cours, le laboratoire se propose de développer : L'étude et la modélisation des processus qui régissent les cycles globaux du carbone et des espèces contrôlant le contenu de la troposphère en CH 4, O 3 et aérosols Le couplage des différents modèles biogéochimiques entre eux, ainsi qu'aux modèles de climat Cette action jouera un rôle fédérateur des axes de recherche mentionnés ci-dessus Elle devrait mettre en évidence les processus les plus importants et de proposer des stratégies visant à réduire les incertitudes L'accent sera mis sur l'évolution des cycles à l'ère industrielle Ces modèles sont comparés aux observations de divers types, tels que des données des sites de mesures atmosphériques et des instruments de télédétection Pour mieux comprendre les différences entre le modèle et les données, et pour améliorer notre compréhension des cycles globaux, les chercheurs du LSCE ont développé une expertise forte en modélisation inverse Dans la mesure où ces modèles ne peuvent pas être utilisés sans une comparaison permanente avec les observations, les chercheurs mettent en place un réseau global de stations de mesure des gaz à effet de serre, 5/9

6 participant ainsi à l effort international pour créer une base de données intégrée Le laboratoire participe également à de vastes campagnes de mesures étudiant les précurseurs de l ozone et la transformation des aérosols troposphériques à proximité des sources, et développe des algorithmes innovateurs nécessaires à la production des données globales de télédétection liées à la composition atmosphérique 4 Projet TGI ICOS Fig 1 Réseaux ICOS de stations atmosphériques (A), de tours à flux sur différents écosystèmes (B) de suivi des flux sur l Atlantique Nord ( LSCE) Le projet ICOS, Integrated Carbon Observation System (http://wwwicos-infrastructureeu), est une infrastructure de recherche européenne de mesure des concentrations atmosphériques des gaz à effet de serre et des flux sur les écosystèmes et l océan L'augmentation des gaz à effet de serre (GES) étant la principale cause du changement climatique, l'intérêt d'icos est de permettre, à terme, une surveillance de leurs sources et puits Cette surveillance donnera notamment des éléments de vérification des émissions et des puits indépendants des inventaires d'émissions fossiles et des données sur l usage des sols Coordonnée par la France et le Laboratoire des Sciences du Climat et de l Environnement (LSCE) dans sa phase préparatoire européenne, l infrastructure de recherche ICOS est développée par le CEA, le CNRS, l UVSQ et l INRA ICOS est l un des 30 projets d Infrastructure de Recherche qui ont été classés prioritaires à l échelle européenne par le forum ESFRI en 2006 A ce jour, le projet ICOS implique 17 pays en Europe Contexte international L Union européenne (UE) est le troisième émetteur mondial de CO 2 fossile après la Chine et les Etats- Unis En signant le Protocole de Kyoto, L UE est engagée à réduire ses émissions par rapport à l année de référence 1990 A terme, le plan climat prévoit une réduction bien plus ambitieuse des émissions Aux Etats-Unis, certains états comme la Californie ont aussi pris des engagements volontaires pour réduire fortement leurs émissions de gaz à effet de serre De nouveaux réseaux de mesure conçus pour la surveillance des puits de carbone et des émissions sont nécessaires dans le cadre du monitoring et de la vérification des flux naturels et anthropiques de CO 2 De tels réseaux sont en construction aux USA, au Japon, en Chine Ces réseaux de mesure s insèrent dans la stratégie globale du groupe intergouvernemental GEO (Group for Earth observation) En parallèle, les agences spatiales américaine et japonaise ont développé de nouveaux satellites pour mesurer le CO 2 et le CH 4 en colonne intégrée depuis l espace Il s agit des missions OCO-2 et GOSAT GOSAT a été lancé avec succès en 2009 Les données de ces satellites, avec une précision moindre mais une couverture globale, complèteront celles des réseaux sol L objectif d ICOS est d apporter les observations nécessaires pour estimer les flux de GES (gaz à effet de serre) sur le continent européen Le réseau et la méthodologie développée pourront être étendus à d autres régions, via l installation de stations de type ICOS, en particulier en Sibérie et en Afrique 6/9

7 Le réseau sera construit et optimisé pour l estimation optimale des flux, par exemple en utilisant des outils de simulation d un réseau optimal (network design) La densification progressive du réseau optimisé permettra, combinée à des systèmes de simulation numérique et d assimilation de données, de déterminer les flux anthropiques et biogéniques de CO 2, CH 4 à une échelle de 20 à 50 kilomètres en Europe (Fig 1) Ces estimations régulières des flux permettront : De comprendre les processus biogéochimiques qui contrôlent la variabilité du cycle des GES ; De détecter un affaiblissement, ou des anomalies des flux de carbone face aux accidents climatiques comme les sècheresses ; De connaître la valeur moyenne et de suivre la variabilité et la tendance à long terme des émissions anthropiques du continent (sur les régions les mieux couvertes) ; De connaître la valeur moyenne et de suivre la variabilité et la tendance à long terme des flux biogéniques Construction et fonctionnement de l infrastructure de recherche ICOS Pour le suivi à long terme des flux de gaz à effet de serre (GES), ICOS s appuie sur la coordination et le fonctionnement opérationnel de trois réseaux de mesure complémentaires (Fig 1) Les méthodes de collecte de données et les instruments de mesure sont standardisés pour toutes les stations du réseau Ces observations sont compatibles avec les standards internationaux de métrologie WMO et FLUXNET, et de distribution des données INSPIRE et GEOSS L infrastructure ICOS est constituée à l échelle européenne par : 50 stations atmosphériques de suivi en continu des concentrations du CO 2, du CH 4, du N 2 O et autres GES pour quantifier les bilans régionaux et les réductions d émission, 40 sites de tours de flux pour le suivi à petite échelle les échanges de CO 2, de vapeur d eau et d énergie des principaux écosystèmes, Des mesures automatiques des flux sur des navires océanographiques et commerciaux pour la caractérisation des flux air-mer de CO 2 L intégration des données pour calculer des flux de CO 2, CH 4 sur le continent européen se fait avec des systèmes d assimilation de données Plusieurs systèmes existent en Europe en mode recherche Le LSCE développe un système complet d assimilation global du cycle du carbone qui pourra être adapté pour fonctionner à différentes échelles, sur le globe, l Europe, et la France Les activités d assimilation des flux de gaz à effet de serre (GES) à partir des observations atmosphériques font aussi partie programme européen GMES Le réseau ICOS devrait être construit en 2012 dans une majorité de pays 10 pays ont un engagement de financement pour leur réseau ICOS national On estime que le réseau sera complet avant 2014, sous réserve de l engagement financier des pays restants Contribution du LSCE à ICOS Une contribution française préexistante est constituée par le réseau atmosphérique RAMCES de l INSU développé par des laboratoires français Le réseau atmosphérique français est largement construit sur l expérience et les sites développés par le Service d Observation RAMCES du LSCE Dans le cadre d ICOS la composante française du réseau ICOS comprendra 15 sites dont 11 sites principaux avec un équipement maximum Parmi ces sites, 8 sont localisés à l outre-mer (Ile Amsterdam dans les TAAF, Guyane, Réunion) ou à l étranger (Côte d Ivoire, Inde, Irlande) Ce réseau atmosphérique français représente une contribution majeure au réseau européen Il est la partie distribuée de la composante atmosphère de l infrastructure ICOS En ce qui concerne la France, le 7/9

8 réseau atmosphérique est basé principalement sur l existant du LSCE ainsi que l installation de nouvelles stations, parfois en collaboration étroite avec d autres organismes Pour que l infrastructure de recherche ICOS atteigne des objectifs opérationnels compatibles avec un suivi régulier et la production d estimation continues des flux en Europe, il a été prévu de créer autour du réseau de stations, quatre installations centrales: un siège européen de la coordination, un Centre Thématique Atmosphérique, un Centre Thématique Ecosystèmes, un Centre Thématique Océan et un Laboratoire d Etalonnage et de fabrication de standards La France est candidate pour la construction du centre atmosphérique Européen de l infrastructure ICOS au sein du LSCE En France, ICOS est associé à IAGOS (In service aircraft for a global observation service), une autre infrastructure de recherche ESFRI, pour former un Très grand instrument de recherche (TGI-R) du MESR Une labellisation SOERE («GREAT GASES») par l Allenvi (Alliance pour l environnement) complète le dispositif de structuration, avec l implication des groupes IAGOS et ICOS-Océan Fig 2 Lignes commerciales de navigation et séries temporelles ( LSCE) 5 Modélisation du climat, des cycles biogéochimiques et de leurs interactions ( LSCE) Depuis sa création, la modélisation est l une des grandes spécialités du LSCE Historiquement, cette approche était conduite en parallèle par les climatologues du thème Climat, intéressés par des échelles de temps relativement longues (de la centaine d années aux centaines de millions d années), et par les biogéochimistes, plutôt intéressés par des échelles de temps plus courtes (jusqu à la centaine d années) Ces travaux de modélisation se sont depuis le début largement appuyés sur l expertise des équipes d observations présentes au LSCE L'activité de modélisation au sein du thème peut être décrite au sein de trois grandes thématiques Les Variabilités naturelles L étude des variabilités naturelles du climat suit trois grands axes : L'étude des interactions entre le système climatique et les cycles biogéochimiques (en particulier le cycle du carbone) aux longues échelles de temps et sur le dernier million d'années ; Les instabilités rapides du climat (IRC) ; Les variations climatiques au cours du dernier millénaire 8/9

9 La perturbation anthropique Cet axe de recherche vise à : Proposer de nouveaux scénarios climatiques dans le cadre du cinquième rapport d'évaluation du GIEC (IPCC AR5) ; Quantifier le rôle du changement d'utilisation des sols ; Quantifier la variabilité interannuelle à décennale des interactions climat-cycles biogéochimiques ; Modéliser l'impact du forçage anthropique sur les "points de rupture" du système climatique (circulation thermohaline, moussons, permafrost, hydrates de méthane) Le développement des modèles et les liens modèles-données Les activités de recherche sus-citées sont intimement liées au développement des outils adéquates, et notamment d'une nouvelle génération de modèles Le modèle «système Terre IPSL-CM» est ainsi en train de connaître des évolutions majeures, que l'on peut caractériser selon cinq axes : Augmentation progressive de la résolution spatiale de l'océan et de l'atmosphère ; Intégration des améliorations des différentes composantes (eg nuages dans LMDz, topographie dans NEMO) ; Amélioration les interfaces entre composantes et la physique des couplages ; Intégration des cycles biogéochimiques dans le modèle IPSL-CM ; Intégration des évolutions du modèle à celles des moyens de calculs Les travaux d'amélioration des composantes concernent également les calottes de glace (modèle GRISLI), les surfaces continentales (ORCHIDEE), la biogéochimie marine (PISCES), les aérosols et la chimie atmosphérique (INCA) Par ailleurs, l'expertise du LSCE dans la mesure des traceurs et isotopes sera renforcée par l'inclusion dans le modèle système Terre des isotopomères de l'eau et du carbone, afin de mieux comprendre les cycles biogéochimiques Le développement de ces modèles sera accompagné d'une phase d'évaluation qui se fera sous la forme de projets d'intercomparaison de modèles Une des spécificités du LSCE est d être coordinateur de plusieurs projets de ce type, et ce pour différentes composantes ou thématiques : l étude des paléoclimats (PMIP), le cycle du carbone dans l océan (OCMIP), la représentation des aérosols (AeroCom), le couplage climat-carbone (C4MIP) et plus récemment l'évaluation du rôle joué par les changements d'usage des sols sur le climat récent (LUCID) 6 Interaction Homme, Climat et Environnement Avec ce thème de recherche, le LSCE tente de comprendre les relations existantes entre l'homme, le Climat et l'environnement, dans les temps présents, passés et futurs, ainsi que dans l'espace à la surface de notre planète Les principales thématiques abordées et étudiées sont : L'adaptation au changement climatique, thématique pluridisciplinaire qui s'ouvre sur d'autres disciplines: énergie, santé, agronomie, économie, biologie, histoire, ou encore paléontologie ; L'histoire du climat et en particulier l'identification des événements extrêmes (fréquence, amplitude) au cours des temps historiques Cette discipline apporte des informations essentielles sur la dynamique du climat dans notre pays et de manière plus générale en Europe occidentale ; Des projets ciblés : chantier Méditerranée, projet Arctique, Histoire des populations et paléoclimats 9/9

Fondements scientifiques du Changement Climatique

Fondements scientifiques du Changement Climatique Module 1 Mai 2015 Fondements scientifiques du Changement Climatique 11.05.2015 Seite 1 Contenu La machine climatique L effet de serre Changements observés dans le climat et dans d autres indicateurs Augmentation

Plus en détail

Le climat à travers les âges. Paléoclimat - Julien Barthès - Séminaire Avenir Climatique 12/04/2014 Paris

Le climat à travers les âges. Paléoclimat - Julien Barthès - Séminaire Avenir Climatique 12/04/2014 Paris Le climat à travers les âges 1 Le climat à travers les âges 1. Reconstruire le climat passé et ses moteurs Reconstruire les moteurs du climat Reconstruire les données climatiques 2. Le climat passé Les

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

Grandes bases de données sur le système climatique 20 février 2012 Hervé Le Treut, Marie-Alice Foujols, Sébastien Denvil foujols@ipsl.jussieu.

Grandes bases de données sur le système climatique 20 février 2012 Hervé Le Treut, Marie-Alice Foujols, Sébastien Denvil foujols@ipsl.jussieu. Grandes bases de données sur le système climatique 20 février 2012 Hervé Le Treut, Marie-Alice Foujols, Sébastien Denvil foujols@ipsl.jussieu.fr Plan Le contexte international, Européen et Français Présentation

Plus en détail

Le méthane (CH4) Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Le méthane (CH4) Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Le méthane (C4) Polluants Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) I. La molécule de Méthane C Le méthane est un hydrocarbure de la famille des alcanes de formule brute C4. C'est un gaz que l'on trouve

Plus en détail

Modélisation Restitution des contributions au(x) forum(s)

Modélisation Restitution des contributions au(x) forum(s) Modélisation Restitution des contributions au(x) forum(s) Forum Modélisation : 8 contributions Nombreuses contributions dispersées dans d autres forums Gerhard Krinner (LGGE), Gilles Garric (Mercator-Océan),

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

Sélection de messages clefs du rapport de synthèse du 5 e rapport d évaluation du GIEC

Sélection de messages clefs du rapport de synthèse du 5 e rapport d évaluation du GIEC Sélection de messages clefs du rapport de synthèse du 5 e rapport d évaluation du GIEC Paris, le 3 novembre 2014 Dans l'attente de la publication de la traduction officielle en langue française sous la

Plus en détail

Le changement climatique contemporain depuis 1850 : caractéristiques et causes possibles

Le changement climatique contemporain depuis 1850 : caractéristiques et causes possibles Le changement climatique contemporain depuis 1850 : caractéristiques et causes possibles Institut Français Mayence, le 5 mars 2015 Vincent Moron Aix-Marseille Université CEREGE, UM 34 CNRS moron@cerege.fr

Plus en détail

Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2

Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2 Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2 Développement et Evaluation des PHYsiques des modèles atmosphériques BILAN 45 participants 25 CNRM, 12 LMD, 4 LGGE, 2LA, 1 LSCE, 1 GET 8-9-10 septembre 2014 Observatoire

Plus en détail

La modélisation, un outil pour reconstituer (et prédire) climat et végétation

La modélisation, un outil pour reconstituer (et prédire) climat et végétation La modélisation, un outil pour reconstituer (et prédire) climat et végétation Quels rôles jouent les surfaces continentales dans le système climatique? Nathalie de Noblet-Ducoudré nathalie.de-noblet@lsce.ipsl.fr

Plus en détail

Etude de l'évolution à long terme du méthane et de certains de ses dérivés au départ d'observations obtenues à la station scientifique du Jungfraujoch

Etude de l'évolution à long terme du méthane et de certains de ses dérivés au départ d'observations obtenues à la station scientifique du Jungfraujoch Etude de l'évolution à long terme du méthane et de certains de ses dérivés au départ d'observations obtenues à la station scientifique du Jungfraujoch Whitney Bader - GIRPAS - 1 - Projets terminés - 2

Plus en détail

VARIABILITÉ DES IMPACTS DU CHANGEMENT CLIMATIQUE DANS LES OUTRE-MER FRANÇAIS DES OCÉANS INDIEN ET PACIFIQUE

VARIABILITÉ DES IMPACTS DU CHANGEMENT CLIMATIQUE DANS LES OUTRE-MER FRANÇAIS DES OCÉANS INDIEN ET PACIFIQUE VARIABILITÉ DES IMPACTS DU CHANGEMENT CLIMATIQUE DANS LES OUTRE-MER FRANÇAIS DES OCÉANS INDIEN ET PACIFIQUE Virginie DUVAT Professeure, université de la Rochelle, Membre du GIEC, auteure du chapitre «Small

Plus en détail

Le Changement Climatique

Le Changement Climatique Le Changement Climatique Pr. Jean-François DOUSSIN Objectif Parler du changement climatique Hors de toute polémique C est a dire en partant des bases scientifiques Pour cela commençons par parler du climat

Plus en détail

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n P r é s e n t a t i o n Séminaire RDI 2015 Séminaire RDI2015 La politique RDI au service de la gestion de l eau et des milieux aquatiques : point d étape et perspectives Les finalités opérationnelles des

Plus en détail

B. Franco, W. Bader, B. Lejeune & B. Bovy GIRPAS, Institut d Astrophysique et de Géophysique, ULg. AIC 2015, 1 juillet, Ulg, Liège

B. Franco, W. Bader, B. Lejeune & B. Bovy GIRPAS, Institut d Astrophysique et de Géophysique, ULg. AIC 2015, 1 juillet, Ulg, Liège Gaz à effet de serre indirect et qualité de l air aux latitudes moyennes de l hémisphère nord : tendances à long terme et variabilité déduites de télémesures au Jungfraujoch (Alpes suisses) B. Franco,

Plus en détail

Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau

Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau Méthodes d étude et projections Serge Planton Météo-France, CNRM/GAME Projections climatiques à l échelle planétaire Projections climatiques

Plus en détail

Application au système SONEL «Système d observation du niveau des eaux littorales», Paris, mercredi 15 octobre

Application au système SONEL «Système d observation du niveau des eaux littorales», Paris, mercredi 15 octobre Présentation du livre collectif du Bureau des longitudes (publié chez Hermann) Les observatoires: observer la Terre Application au système SONEL «Système d observation du niveau des eaux littorales», Paris,

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

Originalité du projet

Originalité du projet GLOBCOAST Estimation et analyse de la variabilité biogéochimique aux échelles saisonnière, inter-annuelle et décennale des eaux côtières globales par télédétection spatiale et impact vers les niveaux trophiques

Plus en détail

Consultation des réseaux sur la gestion adaptative. Présentation des résultats intermédiaires!

Consultation des réseaux sur la gestion adaptative. Présentation des résultats intermédiaires! Consultation des réseaux sur la gestion adaptative Présentation des résultats intermédiaires! CONSULTATION! Objectifs! État des lieux des contraintes climatiques auxquelles sont confrontés les gestionnaires!

Plus en détail

UE libre UBO CLIMAT : suivre un cours sur le climat? Université de Bretagne Occidentale Nathalie Daniault Maître de Conférences

UE libre UBO CLIMAT : suivre un cours sur le climat? Université de Bretagne Occidentale Nathalie Daniault Maître de Conférences UE libre UBO CLIMAT : Passé,, présent, futur Université de Bretagne Occidentale Nathalie Daniault Maître de Conférences Al Gore est en 2007 colauréat, avec le GIEC, du Prix Nobel de la paix pour «leurs

Plus en détail

Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe

Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe Meriem Chakroun Marjolaine Chiriaco (1) Sophie Bastin (1) Hélène Chepfer (2) Grégory Césana (2) Pascal Yiou (3) (1): LATMOS (2):

Plus en détail

Afin de définir les axes d innovation liés à l observation de la Terre dans le domaine des risques naturels et de l agriculture, des «réservoirs d

Afin de définir les axes d innovation liés à l observation de la Terre dans le domaine des risques naturels et de l agriculture, des «réservoirs d 1 Afin de définir les axes d innovation liés à l observation de la Terre dans le domaine des risques naturels et de l agriculture, des «réservoirs d innovation» ont été définis. Ils correspondent à des

Plus en détail

Projet SENTINELLE Appel àprojets «CO 2»Déc. 2007

Projet SENTINELLE Appel àprojets «CO 2»Déc. 2007 Projet SENTINELLE Appel àprojets «CO 2»Déc. 2007 Philippe de DONATO Université de Lorraine/CNRS Co-auteurs: C. PRINET, B. GARCIA, H. LUCAS, Z. POKRYSZKA, S. LAFORTUNE, P. FLAMANT, F. GIBERT, D. EDOUART,

Plus en détail

PRESENTATION ET DEBAT

PRESENTATION ET DEBAT Réchauffement Climatique Mairie de MASSY Agenda 21 PRESENTATION ET DEBAT Gaël CALLENS Est-ce que la terre chauffe vraiment? Les Constats Depuis 1950, la terre s est réchauffée de 0,9 C, passant de 14 C

Plus en détail

Introduction à la dynamique du climat

Introduction à la dynamique du climat Introduction à la dynamique du climat Didier Swingedouw didier.swingedouw@u-bordeaux1.fr http://dods.ipsl.jussieu.fr/dssce/public_html/gdpublic.html Qu est-ce que le climat? Définition du climat Larousse

Plus en détail

L influence des astres sur. le climat terrestre

L influence des astres sur. le climat terrestre L influence des astres sur le climat terrestre Laurent LONDEIX Introduction Le Soleil nous apporte chaleur et lumière. Ses conjonctions avec la Terre donnent le rythme des jours et des nuits, des saisons,

Plus en détail

Prévision décennale: Réflexions dans le cadre de COMBINE (FP7) et l AR5. Christophe Cassou (CNRS-Cerfacs) MISSTERRE Mai 2009

Prévision décennale: Réflexions dans le cadre de COMBINE (FP7) et l AR5. Christophe Cassou (CNRS-Cerfacs) MISSTERRE Mai 2009 Prévision décennale: Réflexions dans le cadre de COMBINE (FP7) et l AR5 Christophe Cassou (CNRS-Cerfacs) MISSTERRE Mai 2009 Le protocole expérimental de l AR5 Motivation Evaluer le réalisme des modèles

Plus en détail

Bilan radiatif de la Terre et changement climatique

Bilan radiatif de la Terre et changement climatique Bilan radiatif de la Terre et changement climatique François-Marie Bréon Chercheur au Laboratoire des Sciences du Climat et de l Environnement Unité Mixte CEA-CNRS La Machine Climatique Atmosphère Système

Plus en détail

Estimer les impacts sanitaires futurs de la pollution de l air dans le monde, en Europe et en Ile-de-France

Estimer les impacts sanitaires futurs de la pollution de l air dans le monde, en Europe et en Ile-de-France Estimer les impacts sanitaires futurs de la pollution de l air dans le monde, en Europe et en Ile-de-France Le projet Air-Climate Health Impact Assessment (A-C HIA) Pourquoi s intéresser aux impacts futurs

Plus en détail

Nom : Groupe : La lithosphère, se compose de la croûte terrestre (continentale et océanique) et de la partie supérieure du manteau.

Nom : Groupe : La lithosphère, se compose de la croûte terrestre (continentale et océanique) et de la partie supérieure du manteau. Nom : Groupe : Date : THÉORIE UNIVERS TERRE-ESPACE, ST-STE, 4 e secondaire La lithosphère La lithosphère, se compose de la croûte terrestre (continentale et océanique) et de la partie supérieure du manteau.

Plus en détail

MASTER 2 MENTION «INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT DURABLE» SPECIALITE «INGENIERIE DURABLE DE L ENVIRONNEMENT»

MASTER 2 MENTION «INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT DURABLE» SPECIALITE «INGENIERIE DURABLE DE L ENVIRONNEMENT» MASTER 2 MENTION «INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT DURABLE» SPECIALITE «INGENIERIE DURABLE DE L ENVIRONNEMENT» Le Master Mention «Ingénierie du Développement Durable» (I.D.D.) est destiné à former des spécialistes

Plus en détail

Qualité de l'air, gaz à effet de serre, énergies et leurs interactions. Romain RUSCH (DREAL)

Qualité de l'air, gaz à effet de serre, énergies et leurs interactions. Romain RUSCH (DREAL) Qualité de l'air, gaz à effet de serre, énergies et leurs interactions Romain RUSCH (DREAL) Effet de serre et pollution atmosphérique Des problématiques à priori différentes... Effet de serre : phénomène

Plus en détail

CHANGEMENT CLIMATIQUE «DES DONNÉES SCIENTIFIQUES À L ACTION POLITIQUE» Lundi 30 septembre 2013, de 9 h à 14 h, au Quai d Orsay

CHANGEMENT CLIMATIQUE «DES DONNÉES SCIENTIFIQUES À L ACTION POLITIQUE» Lundi 30 septembre 2013, de 9 h à 14 h, au Quai d Orsay LES PREMIÈRES CONCLUSIONS DU 5 E RAPPORT DU GIEC DÉVOILÉES À l occasion de la publication à Stockholm, le 27 septembre 2013, du cinquième rapport du Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution

Plus en détail

Le dérèglement Climatique

Le dérèglement Climatique Le dérèglement Climatique Une vision issue du 5ème rapport du GIEC Frédéric Parrenin Chargé de recherche CNRS Laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l'environnement, Grenoble Email : parrenin@ujf-grenoble.fr

Plus en détail

Le site Internet du ministère des Transports du Québec sur les changements climatiques

Le site Internet du ministère des Transports du Québec sur les changements climatiques Le site Internet du ministère des Transports du Québec sur les changements climatiques Présenté à : L Association des transports du Canada Présenté par : Le ministère des Transports du Québec PRIX DE RÉALISATION

Plus en détail

Conseil Supérieur de la Météorologie

Conseil Supérieur de la Météorologie Conseil Supérieur de la Météorologie Que peut-on dire du changement climatique proche dans le temps (25-30 ans)? La prévision décennale: Un défi pour les climatologues Christophe Cassou (CNRS-Cerfacs)

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AXIMA REFRIGERATION

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AXIMA REFRIGERATION BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AXIMA REFRIGERATION Année de référence : 211 Page : 1 / 12 SOMMAIRE I. GENERALITES... 3 A. INTRODUCTION 3 B. OBJECTIFS 3 II. LA METHODE BILAN CARBONE... 4 A.

Plus en détail

Les pollutions dues aux combustibles fossiles :

Les pollutions dues aux combustibles fossiles : Les pollutions dues aux combustibles fossiles : Les pollutions directes : Il y a des milliers de morts chaque année et beaucoup de personnes malades (asthme, cancers, etc) à cause de la pollution de l

Plus en détail

Inauguration du Dôme du climat

Inauguration du Dôme du climat Ségolène ROYAL Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Dossier Inauguration du Dôme du climat Présentation du contenu Dôme du climat Avec l ADEME, le CNES présente un pavillon,

Plus en détail

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007 Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) SENTINELLE Réf. : ANR-07-PCO2-007 Ph. de DONATO (INPL-CNRS) (Coordonnateur) PARTENAIRES Durée : 3 ans + 7 mois

Plus en détail

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Page 1 DES CONFERENCES QUI ENRICHISSENT LES PROGRAMMES SCOLAIRES : Objectifs principaux : Acquérir et approfondir des

Plus en détail

Le réchauffement climatique, c'est quoi?

Le réchauffement climatique, c'est quoi? LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Le réchauffement climatique, c'est quoi? Le réchauffement climatique est l augmentation de la température moyenne à la surface de la planète. Il est dû aux g az à effet de serre

Plus en détail

Objectifs. Programme. Publics. Informations/inscriptions. Responsable : M. Olivier de Viron, Maître de Conférences

Objectifs. Programme. Publics. Informations/inscriptions. Responsable : M. Olivier de Viron, Maître de Conférences Master 2 Télédétection et techniques spatiales Parcours professionnel : Systèmes spatiaux de navigation et géolocalisation Mention : Sciences de la Terre, de l environnement et des planètes Responsable

Plus en détail

Science et technologie ST. Univers Terre et espace. Nom: groupe:

Science et technologie ST. Univers Terre et espace. Nom: groupe: Science et technologie ST Univers Terre et espace Nom: groupe: Tiré d'observatoire, Julie Trottier, Avril 2012 1. Les minéraux Les minéraux (un minéral) sont des éléments ou des composés chimiques qui

Plus en détail

INFORMATION A L INTENTION DES FORMATEURS EN GRD A L ECOLE

INFORMATION A L INTENTION DES FORMATEURS EN GRD A L ECOLE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES A L ECOLE INFORMATION A L INTENTION DES FORMATEURS EN GRD A L ECOLE Les changements climatiques a l'ecole 1 OBJECTIFS Á la fin de cette session, le participant sera capable

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Énergies renouvelables Production éco-responsable Transports innovants Procédés éco-efficients Ressources durables La surveillance de sites de stockage géologique de CO 2 : une approche géochimique combinant

Plus en détail

LES A'CROCs DE L'INFO Tout sur l'effet de serre

LES A'CROCs DE L'INFO Tout sur l'effet de serre LES A'CROCs DE L'INFO Tout sur l'effet de serre L'effet de serre est un processus naturel de réchauffement de l'atmosphère qui intervient dans le bilan radiatif de la Terre. Il est dû aux gaz à effet de

Plus en détail

Les observatoires sous-marins pluridisciplinaires : le réseau ESONET et l infrastructure opérationnelle EMSO

Les observatoires sous-marins pluridisciplinaires : le réseau ESONET et l infrastructure opérationnelle EMSO Les observatoires sous-marins pluridisciplinaires : le réseau ESONET et l infrastructure opérationnelle EMSO Auteur : Jean-François ROLIN Responsable du projet Observatoires sous-marins pluridisciplinaires,

Plus en détail

Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques

Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques Motivations : Augmenter la confiance dans les prévision du changement climatique. 1. nécessite d'utiliser les modèles le plus "physiques"

Plus en détail

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA CHANGER DE CLIMAT! Climat tropical, climat tempéré, réchauffement climatique, facteurs de climat Peut-être as-tu déjà entendu toutes ces expressions. Mais sais-tu ce qu elles signifient vraiment? Nova,

Plus en détail

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE 1 PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Résumé Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE

Plus en détail

Le réchauffement climatique est-il d origine anthropique??

Le réchauffement climatique est-il d origine anthropique?? Le réchauffement climatique est-il d origine anthropique?? Climat et Impact Anthropique FRANCOIS Baptiste MURGIA Aurélia 2008-2009 Introduction 1. Atmosphère et température: effet de serre L'effet de serre

Plus en détail

Quel est le lien entre toutes ces énergies????

Quel est le lien entre toutes ces énergies???? Quel est le lien entre toutes ces énergies???? Comment l Homme utilise l énergie lumineuse? A. Une inégale répartition de l énergie solaire en fonction de la latitude Manuel Nathan seconde Répartition

Plus en détail

Fonds pour l environnement mondial. 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES

Fonds pour l environnement mondial. 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES Fonds pour l environnement mondial 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES INTRODUCTION 1. Les systèmes écologiques ou écosystèmes sont responsables des fonctions de

Plus en détail

Les Méthodes Géophysiques. Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique. Appliquées à la Géothermie

Les Méthodes Géophysiques. Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique. Appliquées à la Géothermie Les Méthodes Géophysiques Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique Appliquées à la Géothermie Introduction Structure du globe Etude des ondes sismiques : caractériser les grandes discontinuités

Plus en détail

Energies, motorisations et effet de serre

Energies, motorisations et effet de serre Energies, motorisations et effet de serre Historique de l' Effet de Serre Les gaz concernés (Gaz à Effet de Serre) Effets des émissions de GES sur le climat Pouvoir de réchauffement des gaz Emissions de

Plus en détail

Mesure de l'impact climatique de projets de développement du terrain au système d'information

Mesure de l'impact climatique de projets de développement du terrain au système d'information Mesure de l'impact climatique de projets de développement du terrain au système d'information Clovis GRINAND GeONG 2012 Chambéry 6 novembre 2012 Plan Changement d utilisation des terres et changement climatique

Plus en détail

Séminaire Eau et sécurité alimentaire en Méditerranée

Séminaire Eau et sécurité alimentaire en Méditerranée Séminaire Eau et sécurité alimentaire en Méditerranée Les approches développées par VEOLIA, opérateur privé, pour une gestion durable des ressources en eau. Rappel Contexte réglementaire France Malgré

Plus en détail

ICOS Integrated Carbon Observing System http://www.icos-infrastructure.eu/

ICOS Integrated Carbon Observing System http://www.icos-infrastructure.eu/ ICOS Integrated Carbon Observing System http://www.icos-infrastructure.eu/ infrastructure.eu/ 1 Quantifier les flux régionaux Un réseau de 100 stations Pérenne, haute précision, homogène, opérationnelle

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES DUS AU CHANGEMENT CLIMATIQUE

PREVENTION DES RISQUES DUS AU CHANGEMENT CLIMATIQUE SOURCES : PREVENTION DES RISQUES DUS - «Climat : le vrai et le faux» Valérie Masson-Delmotte (paléo-climatologue, directrice de recherche au LSCE/CEA- Saclay) Ed «Le pommier» -«Le réchauffement climatique»

Plus en détail

Bienvenue dans Clim Way Martinique! Quelques rappels scientifiques

Bienvenue dans Clim Way Martinique! Quelques rappels scientifiques Le Guide Les changements climatiques L effet de serre additionnel perturbe le climat de la planète : augmentation de la température moyenne, modification des précipitations, fonte de la banquise, élévation

Plus en détail

L'ore Master Eau Montpellier

L'ore Master Eau Montpellier L'ore Master Eau Montpellier Thierry Rieu 04 Novembre 2013 Master Eau - Montpellier Une ore unique en sciences de l'eau, intégrée et spécialisée 110 UE, 100 étudiants par promo, 5 spécialités dont Spécialité

Plus en détail

Le petit monde carboné de LMDZ & Co au LSCE

Le petit monde carboné de LMDZ & Co au LSCE Le petit monde carboné de LMDZ & Co au LSCE Equipe INVSAT + invités dont : C. Aulagnier, P. Bousquet, C. Carouge, F. Chevallier, P. Ciais, F. Delage, A. Fortems, T. Lauvaux, P. Peylin, I. Pison, Z. Poussi,

Plus en détail

Enquête sur les changements climatiques Scénario d animation

Enquête sur les changements climatiques Scénario d animation Enquête sur les changements climatiques Scénario d animation Niveau Durée Objectif Cycle 3 6 ième -5 ième 1 heure Nombre d enfants 15 à 30 Découvrir comment les scientifiques ont mis en évidence la réalité

Plus en détail

PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU

PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU M. KOUASSI Jules Venance Assistant au PCCI (Côte d Ivoire) kouassjv2003@yahoo.fr ATELIER REGIONAL SUR L ADAPTATION ACCRA 21 au 23 septembre 2006 INTRODUCTION

Plus en détail

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique?

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Impact Climatique Impact sanitaire Les particules atmosphériques sont avant tout étudiées pour leurs impacts sur le climat et sur la santé humaine. 39 Réchauffement

Plus en détail

Constructeur bois Document professeur

Constructeur bois Document professeur Constructeur bois Document professeur STI2D Mathématiques SVT Physique Chimie Seconde Première Terminale Quelles approches dans les disciplines scientifiques et technologiques? Compétences scientifiques

Plus en détail

GIEC. Groupe d Experts Intergouvernemental. sur l'evolution du Climat 4 ÈME RAPPORT D'ÉVALUATION DU CLIMAT, 2007 RÉCHAUFFEMENT GLOBAL MOYEN

GIEC. Groupe d Experts Intergouvernemental. sur l'evolution du Climat 4 ÈME RAPPORT D'ÉVALUATION DU CLIMAT, 2007 RÉCHAUFFEMENT GLOBAL MOYEN Groupe d Experts Intergouvernemental sur l'evolution du Climat 4 ÈME RAPPORT D'ÉVALUATION DU CLIMAT, 27 GIEC Comment évaluer, synthétiser et rendre accessible la somme d études scientifiques et économiques

Plus en détail

PRODIGUER un noeud français de distribution de données GIEC/IPCC

PRODIGUER un noeud français de distribution de données GIEC/IPCC PRODIGUER un noeud français de distribution de données GIEC/IPCC Sébastien Denvil et Olivier Marti Pôle de Modélisation, IPSL Prodiguer - Mercredi 18 juin 2008 1 Le contexte : le compte à rebours du rapport

Plus en détail

La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève

La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève Ressources à disposition : http://www.explorateurs energie.com/explo_ens/anim.php# http://www.edf.com/html/ecole_energie/ L

Plus en détail

Changement climatique et ses implications dans le secteur agricole

Changement climatique et ses implications dans le secteur agricole Changement climatique et ses implications dans le secteur agricole Jean-Louis DAIGLE et Caroline PAGÉ Centre de conservation des sols et de l eau de l Est du Canada Saint-André, Nouveau-Brunswick Présentée

Plus en détail

Le portail Drias les futurs du climat

Le portail Drias les futurs du climat Le portail Drias les futurs du climat www.drias-climat.fr Sommaire : Fiche 1 : Drias les futurs du climat : une des mesures phares du plan national d'adaptation au changement climatique Fiche 2 : les informations

Plus en détail

Le plan de gestion jardin FICHE PRATIQUE

Le plan de gestion jardin FICHE PRATIQUE Le plan de gestion jardin FICHE PRATIQUE Définition rapide : Un plan de gestion jardin est un document de programmation qui aide le propriétaire ou le gestionnaire à planifier sur une durée déterminée

Plus en détail

Bienvenue dans Clim Way Paris!

Bienvenue dans Clim Way Paris! Quelques rappels scientifiques L effet de serre naturel En se réchauffant grâce au rayonnement solaire, la Terre émet de la chaleur vers l espace. Si toute cette chaleur s échappait il ferait environ 18

Plus en détail

«Les sols agricoles : un atout pour la sécurité alimentaire et le climat»

«Les sols agricoles : un atout pour la sécurité alimentaire et le climat» «Les sols agricoles : un atout pour la sécurité alimentaire et le climat» Catherine Geslain-Laneelle Ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt de France L agriculture fait aujourd

Plus en détail

Une approche régionale pour l'analyse du changement climatique : le climat ne connaît pas de frontière

Une approche régionale pour l'analyse du changement climatique : le climat ne connaît pas de frontière Une approche régionale pour l'analyse du changement climatique : le climat ne connaît pas de frontière Par Lucie Vincent 1 et Enric Aguilar 2 1 Climate Research Division, Environment Canada, Toronto, Canada

Plus en détail

Explore 2070 Stratégies d adaptation au changement climatique dans le domaine de l eau

Explore 2070 Stratégies d adaptation au changement climatique dans le domaine de l eau Explore 2070 Stratégies d adaptation au changement climatique dans le domaine de l eau Quelles stratégies d adaptation dans le domaine de l eau? Xavier de LACAZE Chef de projet Sous direction de la protection

Plus en détail

Projets en cours sur l archivage et la diffusion des simulations climatiques et de leurs produits, en liaison avec le projet DRIAS

Projets en cours sur l archivage et la diffusion des simulations climatiques et de leurs produits, en liaison avec le projet DRIAS Projets en cours sur l archivage et la diffusion des simulations climatiques et de leurs produits, en liaison avec le projet DRIAS Serge Planton (MF/CNRM-GAME), Robert Vautard (IPSL), Maryvonne Kerdoncuff,

Plus en détail

Faire entrer l école dans l ère du numérique

Faire entrer l école dans l ère du numérique Thème/ titre «Faire entrer l école dans l ère du numérique». Oui mais est-ce bien pour la planète? Du papier ou du numérique utilisés au collège, lequel a le plus d impact sur l environnement, lequel est

Plus en détail

Recommandations pour les conseils sur la mesure, le rapport et la vérification du carbone forestier dans REDD+ Mai 2011

Recommandations pour les conseils sur la mesure, le rapport et la vérification du carbone forestier dans REDD+ Mai 2011 Recommandations pour les conseils sur la mesure, le rapport et la vérification du carbone forestier dans REDD+ Mai 2011 Les cadres émergents de mesure, de rapport et de vérification du carbone forestier

Plus en détail

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE 1 CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE Quels sont les arguments qui permettent de renforcer le modèle? 2 3 I. UNE CONFIRMATION DE L EXPANSION DU PLANCHER OCÉANIQUE A.LES

Plus en détail

Atelier Bruxelles. Mise en œuvre d un système d inventaire des émissions de GES pérenne : Collecte des données et mise en œuvre des méthodes

Atelier Bruxelles. Mise en œuvre d un système d inventaire des émissions de GES pérenne : Collecte des données et mise en œuvre des méthodes Cluster Francophone partie prenante du Partenariat International sur l Atténuation et le MRV Atelier Bruxelles Jeudi 30 octobre 2014 Mise en œuvre d un système d inventaire des émissions de GES pérenne

Plus en détail

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Bilan GES Entreprise Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 Juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (ENE) Restitution pour

Plus en détail

Évolution climatique durant l Holocène (~ 15 000 ans) Climat du dernier millénaire: l optimum climatique. Évolution des civilisations pendant l Holocl

Évolution climatique durant l Holocène (~ 15 000 ans) Climat du dernier millénaire: l optimum climatique. Évolution des civilisations pendant l Holocl Évolution climatique durant l Holocène (~ 15 000 ans) Évolution des civilisations pendant l Holocl Holocène Présent 2500 4000 5000 6000 Optimum Petit de Age l Holocène Glaciaire Période de Löbben Optimum

Plus en détail

L Ecole et observatoire des sciences de la Terre

L Ecole et observatoire des sciences de la Terre L Ecole et observatoire des sciences de la Terre Michel GRANET LabEx G-EAU-THERMIE PROFONDE JOURNÉE DE LANCEMENT 14 Juin 2012 Un peu d histoire des sciences de la Terre à Strasbourg Quelques dates clés

Plus en détail

Le projet «Planet Solar Deepwater»

Le projet «Planet Solar Deepwater» Le projet «Planet Solar Deepwater» Martin Beniston Institut des Sciences de l Environnement Université de Genève Martin.Beniston@unige.ch Caractéristiques du bateau Le bateau solaire suisse, Tûranor Planet

Plus en détail

Introduction = lieu d'accident suivi du déversement en mer de pétrole brut ou d'hydrocarbure supérieur à 500 tonnes, dans la période 1955-2006

Introduction = lieu d'accident suivi du déversement en mer de pétrole brut ou d'hydrocarbure supérieur à 500 tonnes, dans la période 1955-2006 Introduction = lieu d'accident suivi du déversement en mer de pétrole brut ou d'hydrocarbure supérieur à 500 tonnes, dans la période 1955-2006 Sources : période 1955-1979 - A.R.V. BERTRAND, Revue de l'institut

Plus en détail

Assimilation des données satellitales de CO (MOPITT) dans le modèle MOCAGE

Assimilation des données satellitales de CO (MOPITT) dans le modèle MOCAGE Assimilation des données satellitales de CO (MOPITT) dans le modèle MOCAGE Jean-Luc Attié, S. Pradier, M. Chong (Laboratoire d Aérologie) V. H. Peuch (Météo-France) J.F Lamarque, D.P Edwards, V. Yudin

Plus en détail

5O ans du CNES tous les atouts pour de futures aventures scientifiques quelques perspectives

5O ans du CNES tous les atouts pour de futures aventures scientifiques quelques perspectives tous les atouts pour de futures aventures scientifiques quelques perspectives Catherine Césarsky, Haut commissaire àl Energie Atomique 50 ans du CNES Ce colloque était destiné à présenter un tableau de

Plus en détail

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE)

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : STIC POUR L'ECOLOGIE

Plus en détail

Le Changement climatique à la Martinique : descente d échelle

Le Changement climatique à la Martinique : descente d échelle Le Changement climatique à la Martinique : descente d échelle Séminaire Carib Risk Cluster Juin 2014 - Conseil Général de Martinique P. PALANY - Météo-France Antilles-Guyane Resp. Division études, Climat,

Plus en détail

5 priorités stratégiques pour le défi «une énergie propre, sûre et efficace»

5 priorités stratégiques pour le défi «une énergie propre, sûre et efficace» 5 priorités stratégiques pour le défi «une énergie propre, sûre et efficace» 9 avril 2014 9-10 avril 2014 1 Un processus en trois étapes: 1. Construction d une matrice "Technologies / Enjeux" permettant

Plus en détail

Aménagement et Nature - N 137

Aménagement et Nature - N 137 66 Tempêtes et changement climatique Serge Planton La violence des tempêtes Martin et Lothar qui se sont abattues sur notre pays les 26 et 27 décembre 1999 ont laissé la France et les Français en état

Plus en détail

Observer quoi? Diversité des thématiques dans les OHM.

Observer quoi? Diversité des thématiques dans les OHM. Séminaire 2014 du Réseau des OHM Labex DRIIHM Montpellier, 18-19 juin 2014 Observer quoi? Diversité des thématiques dans les OHM. Samuel ROBERT - ESPACE (UMR 7300) CNRS Aix-Marseille Université L ambition

Plus en détail

Émissions de gaz à effet de serre (GES)

Émissions de gaz à effet de serre (GES) Les émissions de gaz à effet de serre (GES) d origine humaine perturbent l équilibre énergétique radiatif du système formé par la Terre et l atmosphère. Elles amplifient l effet de serre naturel, avec

Plus en détail

Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche. Dr Mbaye DIOP ISRA

Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche. Dr Mbaye DIOP ISRA Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche Dr Mbaye DIOP ISRA 1 Comprendre le changement climatique Définition des changement climatiques (CC) La variabilité naturelle

Plus en détail

Les technologies énergétiques fossiles

Les technologies énergétiques fossiles Les technologies énergétiques fossiles Les combustibles fossiles les plus couramment utilisés dans le monde pour produire de l électricité sont le charbon et le gaz. Le pétrole est toujours utilisé quand

Plus en détail

Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France. Olivier Laguitton

Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France. Olivier Laguitton Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France Olivier Laguitton Saint Etienne, le 18 février 2013 Contenu de la présentation Le contexte du développement durable Passage en revue de la législation

Plus en détail