LES APPORTS DES TECHNIQUES NUCLEAIRES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES APPORTS DES TECHNIQUES NUCLEAIRES"

Transcription

1

2 S.T.C.P.M.V.N. ER QG n Mars 1995 RAPPORT D'ETUDES ET RECHERCHES LES APPORTS DES TECHNIQUES NUCLEAIRES A LA SEDIMENTOLOGIE DYNAMIQUE BILAN ET REFERENCES AUTEUR: Alain CAILLOT - CEA Direction des Technologies Avancées VU, LE CHEF DU SERVICE Diffusion N P. MaNADIER

3 OTA Service d'application des Radioéléments LES APPORTS DES TECHNIQUES NUCLEAIRES A LA SEDIMENTOLOGIE DYNAMIQUE BILAN ET REFERENCES Alain CAILLOT Chargé mission Direction des Technologies Avancées Centre d'etudes de Saclay GIF-SUR-YVETTE CEDEX Tél Fax. 69.0S.xx.xx

4 Avant-propos L'utilisation de techniques nucléaires dans les études sédimentologiques a fait l'objet de travaux et de publications scientifiques depuis une quarantaine d'années en France où le Commissariat à l'energie Aton1ique (C.E.A.) y a joué un rôle éminent. A quarante ans, ces techniques ont maintenant atteint leur maturité' mais elles restent mal connues des ingénieurs et techniciens des Services Extérieurs du Ministère de l'equipement. La conception et la mise en oeuvre de campagnes de mesure et d'expérimentations utilisant ces techniques restent une affaire délicate qui suppose de réunir des compétences fortes à la fois dans le don1aine de la sédimentologie et dans celui des techniques nucléaires. Le rapport établi par Monsieur Alain Caillot, spécialiste de ces questions à la Direction des Technologies Avancées du C.E.A., en présentant dans un document pédagogique et synthétique les domaines d'application, les principes physiques, des applications opérationnelles et des références complètes classées par thème constitue, de notre point de vue, un outil très appréciable. Le STCPMVN remercie donc le C.E.A. et plus particulièrement Monsieur Alain Caillot de cette possibilité de diffuser une connaissance qu'il espère utile aux ingénieurs et techniciens du Ministère. Pierre Manadier Ingénieur en Chef des Ponts et Chaussées Chef du Service Technique Central des Ports Maritimes et des Voies Navigables

5 LES APPORTS DES TECHNIQUES NUCLEAIRES A LA SEDIMENTOLOGIE DYNAMIQUE BILAN ET REFERENCES Alain CAILLOT

6 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. LA RADIOACTIVITE NATURELLE 2.1. Principe 2.2. Exemples d'utilisation 2.3. Commentaires 3. LES TRACEURS RADIOACTIFS 3.1. Principe 3.2. Les traceurs radioactifs 3.3. L'introduction des traceurs dans le milieu 3.4. Détections 3.5. Les informations obtenues 3.6. Quelques exemples d'utilisation Etude systématique de sites (8 1 à 8 11) Etude d'un cas particulier Etude du rejet des produits de dragage (DR 1 à DR 5) Recyclage des produits de dragage Etudes présentant un caractère général Transports solides en régime torrentiel Etude des rejets sous forme particulaire Emploi de traceurs radioactifs en modèle physique à fond mobile 3.7. Commentaires 4. LES CAPTEURS RADIOMETRIQUES 4.1. Principales caractéristiques 4.2. Exemples de jauges nucléaires Les appareils de terrain Les appareils de laboratoire 4.3. Commentaires CONCLUSIONS REFERENCES LISTE DES THESES LISTE DES ARTICLES THEORIQUES DOCUMENTS DE BASE LISTE DES ARTICLES CONSACRES A DES REJETS DE DRAGUE OU AUTRES

7 LISTE DES ARTICLES GENERAUX LISTE DES ARTICLES CONSACRES A LA RADIOACTIVITE NATURELLE LISTE DES ARTICLES CONSACRES AU MARQUAGE LISTE DES ARTICLES CONSACRES A DES ETUDES DE SITE LISTE DES ARTICLES CONSACRES A DES ETUDES DANS UN ESTUAIRE LISTE DES ARTICLES CONSACRES AU TRANSPORT DES GALETS LISTE DES ARTICLES CONSACRES A DES ETUDES EN MODELE LISTE DES ARTICLES CONSACRES A DES JAUGES NUCLEAIRES

8 INTRODUCTION Bien qu'ayant une grande importance économique en raison du coût des ouvrages et des travaux qu'ils imposent pour lutter contre leurs nombreuses nuisances : comblement des retenues, difficultés de fonctionnement des dispositifs évacuateurs, impact de opérations de vidange, érosion du littoral, travaux de dragage, rejet de toutes sortes dans le milieu aquatique de polluants particulaires, etc., les transports sédimentaires sous l'action des courants et des houles sont mal connus. Même en faisant appel aux théories les plus élaborées, la mécanique des fluides est encore actuellement impuissante à résoudre les problèmes posés en utilisant uniquement des équations: l'expérimentation et les mesures doivent toujours intervenir à un moment ou à un autre, en nature et en modèle physique. Or le manque de moyens de mesure entrave la réflexion sur les processus physiques des transports solides et, a fortiori, sur l'estimation de leur intensité. C'est pourquoi les techniques nucléaires se sont progressivement perfectionnées au fil des années, car elles offrent, grâce aux propriétés spécifiques de la radioactivité, des avantages précieux: - mesures directes des traceurs en nature et en modèle physique, - mesures lagrangiennes des déplacements, - mesures en continu des turbidités, même au travers d'une paroi opaque. Ces techniques se sont progressivement développées, sans suivre un programme rigoureux mais de manière pragmatique en essayant de satisfaire les demandes d'utilisateurs : ports français et étrangers, laboratoires d'hydrauliques, directions départementales d'équipement, universités, service technique central de la direction des ports maritimes, IFREMER mais aussi des organismes internationaux comme l'agence Internationale de l'energie Atomique. Aujourd'hui, quarante ans après les premiers essais, il est possible de dresser un bilan : il s'appuie sur plus de trois cents expériences diverses faites en France et à l'étranger. De nombreuses publications ou communications dont dix thèses (Th 1 à Th 10), sur les principes généraux de ces méthodes en rendent inutile ici un exposé détaillé. Mais ce bilan tient aussi compte des résultats non publiés. Les spécialistes distinguent trois domaines (tableau 1) : - la radioactivité naturelle, - les traceurs, - les capteurs radiométriques ou jauges nucléaires.

9 !::::i!:!!!::::~~â:i:g:~:~iî'j~~~:iu::!!!i:!!:iii Triages si turbidité :::::\):Hâhnêüè:''':/H?:}: granulométriques ~10 gll ~ en Mesures de la c. o répartition des dépôts 3-1 sur fond sableux ~, > :::J te CD ï en Mesure des Etude des recyclages c.> transports solides et des rejets sédimentation dragages ~~ :Î"tâWê:û:ti:'::fiâ:i:ââêi:itji[:::::: Mesure de la dilution Etude de la remise en ::':~#I~t~l:~~~:I~~~':y~;~~~,!':: de la dispersion et de la suspension par les r::.- c /:~l~yy~.~:.p~"hç:9.j~~?) (Mesure hauteur Détermination de la Remplissage des puits si turbidité > 1 gll si turbidité> 1 gll :::J des rides) profondeur navigable de drague in' ~... ëi' m N

10 -3 2. LA RADIOACTIVITE NATURELLE 2.1. Principe Notre environnement contient de nombreux radionucléides d'origines terrestres et cosmiques. Mais seuls sont détectables dans les sédiments le potassium 40, l'uranium 235 et 238 et le thorium 232. L'utilisation pacifique (réacteurs, usines de retraitement) ou militaire dans l'atmosphère de l'énergie nucléaire a introduit d'autres radionucléides d'origine artificielle tels que césium 134 et 137, cobalt 58 et 60, etc. Tous ces éléments sont inégalement répartis dans les sédiments: à poids égaux, les particules fines sont plus radioactives que les sables. Par exemple les vases inférieures à 0,04 mm contiennent 3 à 4 fois plus d'uranium, de thorium et de potassium que les sables moyens de 0,2 à 0,3 mm. C'est également le cas avec les polluants radioactifs Exemples d'utilisation pour: Cette disparité entre les matériaux très fins et plus grossiers est mise à profit - étudier le triage granulométrique qui se forme à l'embouchure d'une rivière (RN 1), - déterminer la répartition d'un dépôt de produits de dragage sur des fonds sableux comme cela a été fait (résultats confidentiels) pour les ports de Rotterdam et de Nantes-Saint-Nazaire (RN 2), - dresser la carte lithologique d'un littoral comme celui de la Belgique (Th 11), - localiser dans un estuaire les interfaces eau douce - eau salée où se produit, par échange d'ions, la remise en solution d'éléments radioactifs fixés sur les particules qui forment le bouchon vaseux (Th 5) (RN 4), - estimer les taux de sédimentation dans les lacs en mesurant la répartition verticale du césium 137 dans les carottes sédimentaires, - mesurer la quantité de matières en suspension (MES) si celles-ci dépassent plusieurs grammes par litre. Cette méthode simple, puisqu'un détecteur de rayonnement suffit, est cependant lente (3 à 4 mesures à l'heure) (RN 3) (RN 5).

11 Commentaires L'emploi de ces procédés a le grand avantage de ne pas nécessiter l'introduction de radioactivité dans le milieu. Cependant le plus souvent, ils ne conduisent qu'à des résultats qualitatifs (sauf pour la détermination des MES) ne pouvant être interprétés que par des spécialistes très avertis. Enfin, des analyses par un laboratoire performant sont toujours indispensables pour compléter les mesures sur site. 3. LES TRACEURS RADIOACTIFS 3.1. Principe La notion de traceur (8 1) appartient au sens commun : dans la zone à étudier, on introduit un sédiment marqué par un radionucléide convenablement sélectionné tout en respectant un certain nombre d'impératifs concernant la sécurité. Puis au moyen de détecteurs de rayonnement tractés par une embarcation, on détermine les déplacements du nuage formé par les particules radioactives en fonction de l'espace et du temps. Les résultats quantitatifs (Th 1, Th 13) sont ensuite interprétés en fonction des paramètres hydrométéorologiques enregistrés par ailleurs (G 1 à G 16). Les informations recueillies sont globales (on dit que la méthode est intégratrice) et généralement il n'est pas possible de déterminer les paramètres fondamentaux tels que la vitesse critique d'entraînement ou la rugosité des fonds, etc Les traceurs radioactifs Les spécialistes disposent (8 4, 8 5) d'un grand nombre de radionucléides qui leur permettent d'aborder différents problèmes sédimentologiques en nature ou en laboratoire d'hydraulique qui concernent aussi bien les très fines particules que les galets (M 1, M 2). Le tableau 2 en donne les principales caractéristiques ainsi que les activités généralement mises en jeu lors de la réalisation de ces expériences, et qui sont inférieures aux activités maximales autorisées. D'une manière schématique, on peut dire que: - Les galets, supérieurs à 5 cm de diamètre, sont marqués individuellement par une source radioactive formée par un fil métallique: iridium 192 ou tantale 182 ou argent 110.

12 -5 - Les sables, de 0,040 à 2,5 mm de diamètre, sont simulés par des verres spéciaux ayant une densité de l'ordre de 2,65. Leur distribution granulométrique est choisie identique à celle des sédiments naturels en place sur le site ou bien elle représente une fraction connue de ceux-ci. Ces verres ainsi préparés sont rendus radioactifs après un court séjour dans un réacteur nucléaire. - Les vases ou sédiments cohésifs inférieurs à 0,04 mm de diamètre sont marqués directement par chimisorption au moyen de solutions radioactives. Les réactions physico-chimiques sont sélectionnées et conduites de telle sorte que les comportements hydrodynamiques des sédiments ainsi marqués restent identiques à ceux des sédiments naturels, lorsque l'un et l'autre sont placés dans les mêmes conditions de transport ou de sédimentation. Au laboratoire d'hydraulique (MOO 2), il devient habituel d'utiliser des générateurs d'isotopes, systèmes automatiques et protégés qui permettent d'obtenir aisément une solution radioactive au moment de son emploi. Ces dispositifs sont journellement employés en médecine nucléaire L'introduction des traceurs dans le milieu Les quantités nécessaires rrh 12, Th 14) au bon déroulement d'une expérience de traceurs sont faibles: 200 galets par site; 0,25 à 1 kg de verre radioactif; 5 à 15 litres de suspension de vase à 200 gll sont généralement suffisants. Ceci facilite la manipulation des produits sur le site, leur immersion et surtout leur intégration rapide au milieu. L'introduction de sédiments-traceurs peut s'effectuer soit par dépôt sur les fonds, soit par création d'un nuage de particules en suspension en simulant un rejet, soit par mélange avec des sédiments fîns dans un puits de drague avant de procéder aux opérations de rejet Détections Les détecteurs de rayonnement du type océanographique, utilisant des scinthlateurs (8 4), sont à la fois sensibles et résistants. L'électronique de mesure embarquée est portative et autonome : ces ensembles permettent d'entreprendre des expériences dans des pays lointains et avec des moyens nautiques limités. Ces capteurs sont placés à la remorque d'une embarcation de dimensions modestes (15 à 20 m de longueur) soit sur le fond (mesure de charriage), soit en suspension (étude des rejets). Dans ce dernier cas, les détecteurs sont associés à des capteurs de pression donnant la profondeur d'immersion. La position du bateau est relevée chaque minute par un système de radiolocalisation.

13 99mTd1) 1 133In(1) 1 198Au 147Nd 51Cr Hf r 46Sc 182Ta 65Zn 110Ag ~G~~~l~~I~I~~~I!!~ ~il~!~~i~i~îi~!ii!i ~: '!i~~~~~~ïi'~~~i!;;i!i Rappel: 1 Ci =3, Becquerel. 6 h min 1 2,7 j 11 j 27j 140 et 70 j 1 74 j 84 j 111 j 245j 253 j Spectre 1 0,14 0,39 0,41 0,32 Spectre 1 Spectre 109 t Spectre 1 Spectre 1 Spectre ~ (1) cornplexe (9 % d'émission) complexe complexe,e, complexe complexe complexe x x x x x (2) (3) en X X 1 X X 1 X 0' :s c X X X mci(4) 0,1 mci 0,1 mci en r à à 1 à 3 Ci 110 à 20 Ci 1 à 5 Ci 1 à 3 Ci 1 à 9 Ci par galet 1 à 5 Ci par galet 100 mci(4) 25 mci(4) a~ 5 à 9 Ci ~C (1), t\) en (1) :s en (1), 0. c 0. (1) DJ 0. (') o.»... (1) Dl 3' (1) a o ë cc (D' (1) Disponibles sous forme de g~nêrateurs d'isotopes. (2) Traceur de l'eau sous forme de pertechn~tate de sodium. (3) Traceur de l'eau sous forme de complexe EDTA. (4) Au laboratoire d'hydraulique. (5) Ve"es activables dont la densitê (2,65 à 2,7) et la dimension des particules sont Identiques à cel/es des sables naturels dont on veut ~tudier les mouvements. 0>

14 Les informations obtenues L'interprétation des mesures conduit à un lot de résultats qualitatifs et quantitatifs : - Pour les déplacements sédimentaires sur les fonds: la ou les directions du mouvement, les vitesses maximales et moyennes des déplacements horizontaux, la quantité de sédiments transférés par charriage, la remise en suspension ou le recouvrement éventuel. - Pour les déplacements sédimentaires de suspensions artificiellement rejetées dans le milieu (rejets industriels ou urbains, produits de dragage) : l'excursion et la dérive; direction, vitesse horizontale, les coefficients de dispersion longitudinaux et transversaux, le taux de dilution en fonction du temps et de la distance parcourue par le nuage, la vitesse moyenne de sédimentation des particules,. la quantité de matière déposée sur les fonds Quelques exemples d'utilisation La méthode des traceurs en nature est utilisée pour réaliser aussi bien des études de site mais aussi des études à caractère général. Trop nombreuses, elles ne sont pas toutes citées: voir les références bibliographiques à la fin de cet article Etude systématique de sites (8 1 à 8 11) - Port et littoral de Zeebrugge (Belgique) (S 7). - Baie de Seine (S 10). - Cap Breton (S 11) Etude d'un cas particulier Résultante du transport solide sous les actions alternées des flots et des jusants dans l'estuaire de la Seine, près de Honfleur (E 5). Ces essais effectués dans le chenal de navigation avaient pour objectif de déterminer, pour un faible débit fluvial (300 m 3 /s), le début d'entraînement, le transport avec début de remise en suspension puis le transport en suspension généralisée de particules de traceurs identiques au : d so = 0,175 mm et d go = 0,260 mm des sédiments en place, en fonction des courants engendrés par les marées en période de revif (coefficient de marée variant de 37 à 114). Dans ces conditions, les vitesses des courants de flot sont supérieures à celles du jusant, notamment lorsque le coefficient de marée dépasse 80. Les différences de vitesse entre la surface et le fond sont faibles en flot et beaucoup plus importantes en jusant. Ceci est illustré par le tableau suivant qui donne les vitesses maximales en fonction du coefficient de marée.

15 -8 0,60 mis 1,1 mis 1,4 mis 0,80 mis 1,40 mis 1,8 mis 0,4 mis 0,7 mis 0,9 mis 1 mis 1,4 mis 1,7 mis Il faut une vitesse critique d'entraînement U. (3,5 cm/s) trois fois supérieure à celle de début d'entraînement pour obtenir une remise en suspension de 40 % des particules de 0,175 mm. Cette vitesse d'entraînement doit dépasser 4,8 cmls pour obtenir le même effet avec des particules de 0,26 mm. Le transport sédimentaire devient franchement généralisé (90 % de remise en suspension) lorsque les courants de marée atteignent 0,9 mis (pour les particules de 0,17 mm) et 1,1 mis (pour des sables de 0,26 mm). Les résultats obtenus avec les traceurs radioactifs sont en bon accord avec les données théoriques de l'équation d'einstein. La conséquence est que le transport solide par charriage, dans ces conditions expérimentales, est très supérieur en vives-eaux à celui existant en mortes-eaux et se produit sous l'effet prédominant des courants de flot Etude du rejet des produits de dragage (DR 1 à DR 5) - Port du Havre et d'antifer. - Port de Zeebrugge (S 7). - Port de Singapour (DR 2) Recyclage des produits de dragage Les matériaux rejetés au large, à 18 km de la côte par des fonds de -15 m, reviennent à plus des 2/3 et rapidement (moins de 100 jours) à la côte sous l'action des courants de marée puis participent au transit littoral avant de se redéposer dans les eaux calmes des bassins portuaires. Ce recyclage a été mis en évidence en utilisant des éléments radioactifs (hafnium et terbium) n'existant pas dans la nature. Certaines mesures, en laboratoire spécialisé, ont été faites après une dilution de

16 Etudes présentant un caractère général - Etude du mécanisme bouchon-vaseux - crème de vase dans un estuaire. L'expérience en vraie grandeur prouve la circulation dans le temps et l'espace de la masse sédimentaire dans un estuaire (E 1) (E 3) voir aussi (E 2, E 5, Th 6, Th 7). - Etude de l'action de la houle sur les transports sédimentaires. Des traceurs de dimensions différentes, identiques soit au dso %' soit au d go % des sédiments naturels en place, ont été déposés à des profondeurs comprises entre -6 et -22 m perpendiculairement à la côte des Landes. Leurs mouvements ont été relevés après chaque période de mauvais temps d'octobre à janvier, tandis que les conditions hydrométéorologiques étaient enregistrées. Ainsi il a été possible de vérifier l'existence d'une relation entre la quantité de sédiments transportés et l'énergie cumulée de la houle calculée à partir de ses paramètres : (1) qs h transport solide en m 3 par m perpendiculaire à la direction du mouvement -m 3 /m, amplitude significative de la houle (en mètre),

17 -10 T t g(a): f(p) : période de la houle (en seconde), temps d'action de la houle (en seconde), fonction tenant compte de l'angle d'incidence de la houle à la côte, coefficient de proportionnalité variable avec la profondeur en s-2. Sur le plan pratique, cette étude démontre que sur la côte landaise, toute extraction de granulats, effectuée entre l'estran et les fonds de -22 m (CM) entraînera une érosion très sensible du littoral En mesurant qs au moyen de traceur et en calculant l'énergie de la houle, on a établi un étalonnage de la relation (1) : Cette étude démontre qu'au delà des fonds -22 m, les mouvements sédimentaires (particules de l'ordre de 0,1 mm) sont très faibles même lorsque la houle dépasse 7 m d'amplitude. A ce type d'étude, il faut associer la mesure en continu par des jauges nucléaires (voir chapitre 4) des variations de la hauteur des rides dans la zone du déferlement (J 3) Transports solides en régime torrentiel Ce type de transport très complexe fait intervenir un trop grand nombre de paramètres pour pouvoir être traité que par les mathématiques. Aussi le nombre d'expériences réalisées dans ce domaine est important (GA 3). Parmi celles-ci : - Dans les Pyrénées Orientales: Verdouble. Cady (GA 2), Tet, Lentilla, Agly. - Dans les Vosges: Bruche, Mossig. Doller. - En Corse: Fium'Orbo. La méthode est aussi utilisée, avec un grand succès, sur les cordons littoraux de galets (GA 1) Etude des rejets sous forme particulaire - Analyse systématique des rejets urbains en mer sous forme particulaire (matières organiques et argileuses) contaminés par des polluants chimiques et biologiques. Résultats actuellement confidentiels qui permettent de valider des modèles de dilution.

18 Etude de la pollution mécanique des rivières (Doubs) par les fines particules remises en suspension par le dragage. Ce travail a rendu possible des recommandations sur les conditions d'extractions des sables et graviers (Th 9) Emploi de traceurs radioactifs en modèle physique à fond mobile Les premières théories et techniques expérimentales d'estimation du transport solide dans les écoulements à surface libre sont basées sur la méthode d'euler: mesure d'une quantité en point fixe en fonction du temps. Or le transport permanent de la couche supérieure du lit sédimentaire est le résultat d'une série alternée de sauts et de périodes de repos des grains de sable qui dépendent des forces hydrodynamiques instantanées et imprévisibles caractéristiques d'un processus aléatoire. Les traceurs radioactifs en permettant des mesures lagrangiennes se sont révélés très utiles pour déterminer les trajectoires des particules isolées et des groupes de particules (MaD 1) tout au long d'un canal. D'autres travaux également en canal hydraulique ont permis de déterminer (Th 10) simultanément le débit solide par charriage et le débit solide en suspension. Ce qui nécessite une analyse approfondie des relations entre phase liquide et phase solide. Ici encore, les traceurs radioactifs jouent un rôle prépondérant et, semble-t-il, irremplaçable en raison de leur grande sensibilité de mesure. La mise en évidence du transit des sédiments en suspension dans le modèle physique de la Loire (LCHF) a été effectuée à plusieurs reprises dans différentes conditions hydrologiques (MaD 2). Ces expériences ont démontré l'importance des courants résiduels et le faible rôle joué par l'intrusion saline dans la progression du bouchon vaseux. Par contre, la salinité "bloque" cette masse sédimentaire en suspension à l'intérieur de l'estuaire si le débit fluvial est inférieur à son débit moyen Commentaires Le grand nombre d'études réalisées, les larges possibilités offertes et la souplesse de cette méthode plaident en sa faveur. L'expérience montre que ces procédés fournissent une bonne estimation des quantités de sédiments transportés avec, dans le pire des cas, une incertitude de 50 à 100 % : ce qui est peu pour des mesures en nature et lorsqu'on sait qu'il y a souvent un facteur 10 d'écart (et parfois plus!) entre les diverses formules empiriques. Cependant, la technique des traceurs reste limitée dans l'espace et le temps : le kilomètre carré, quelques mois (au plus six mois) et par l'impossibilité physique de détecter les radionucléides utilisés au delà d'une profondeur d'enfouissement de 0,8 m. Récemment, dans certaines circonstances, ces limites ont été largement repoussées.

19 -12 Remarques: Les manipulations seneuses et bien conçues ont toujours été autorisées depuis 1954 par la Commission Interministérielle des Radioéléments Artificiels après examen d'un dossier circonstancié. - Face aux problèmes complexes posés par les transports solides, il serait toutefois souhaitable qu'une plus étroite collaboration s'instaure entre hydrauliciens, sédimentologistes et spécialistes de la radioactivité : c'est la seule possibilité d'avancer dans ce domaine des transports solides. - Enfin le coût de ces expérimentations, le plus souvent compris entre 150 et F., ne représente qu'une faible partie du montant des études consacrées à un site, même en ne faisant appel qu'à des modèles mathématiques! 4. LES CAPTEURS RADIOMETRIQUES 4.1. Principales caractéristiques Un capteur radiométrique (J 1 à J 8) ou jauge nucléaire est l'association convenable d'une source radioactive scellée et d'un détecteur de rayonnement adapté. L'interaction rayonnement nucléaire-matière examinée est mise à profit pour mesurer en continu la concentration ou la densité de sédiments en suspension ou déposés. Ce qui permet d'obtenir: - des mesures non destructives, - des mesures sans faire de prélèvements, - des mesures en continu même à travers une paroi opaque ou directement dans l'eau. Ces informations sont traitées en temps réej grâce à un microcalculateur. Elles sont ainsi devenues une aide à la décision et à la gestion d'un ouvrage ou d'une installation. Les spécialistes distinguent deux types de dispositifs: - les jauges à transmission, - les jauges à diffusion. Leur principe de fonctionnement repose sur les effets photoélectriques et COMPTON (Th 5) (Th 8).

20 Exemples de jauges nucléaires Les appareils de terrain - Mesure de turbidité directement in situ ou à travers une canalisation (J 4) (J 6) (J 8). Le dispositif est d'autant plus performant que la concentration est supérieure à 1 gll de sédiment. - Mesure du profil vertical de densité de matériaux déposés dans les chenaux envasés, puits de drague (J 7) et retenues de barrage. Certains de ces appareils (JTD 3) sont employés en point fixe (J 5), d'autres (JTT 4) sont tractés par une vedette dans la couche dense (J 6). Les informations obtenues, complémentaires des sondeurs à ultrasons qui ne localisent que l'interface eau-vase liquide, permettent de repousser de 0,8 m la limite des profondeurs navigables : soit, dans un chenal classique de navigation, une économie de dragage de l'ordre de 15 MF/an. - Pilotage de la vidange des retenues de barrage Les appareils de laboratoire - Mesure non invasive et non destructive du profil de densité d'une carotte sédimentaire (J 1). - Mesure du gradient de tassement des sédiments fins en fonction du temps, de la hauteur du culot, de la concentration initiale de la suspension, de la hauteur du volume de sédimentation (J 2) (J 8) Commentaires L'art du concepteur est de réaliser un compromis entre la sensibilité de la mesure et la quasi insensibilité aux variations chimiques de composition des échantillons. Tous ces dispositifs respectent les normes d'irradiation (25 J.1 Sv/h) au contact. Ils sont également conçus pour être utilisés par un personnel non directement affecté au travail sous rayonnement ionisant. Cependant le propriétaire doit être autorisé par la Commission Interministérielle des Radioéléments Artificiels (CI REA) à détenir et à utiliser des radioéléments sous formes de sources, ce qui implique sa compétence. Le plus souvent, la précision de ces appareils est de l'ordre de 1 % absolu avec un degré de confiance de 68 0/0. Ces instruments sont d'autant plus performants et sans concurrents, que la concentration est élevée. En dessous de 1 gll, il est nécessaire de faire appel à d'autres procédés.

21 - 14 Les coûts de ces appareils sont compris entre et F. selon leur degré de complexité. CONCLUSIONS L'industrie, les besoins de la navigation et le tourisme ont parfois tendance à exploiter et à domestiquer avec brutalité les fleuves, les estuaires, le littoral. Le recul des côtes, l'extraction des granulats, les rejets des eaux usées et des produits de dragage, les vidanges des retenues de barrage, etc., sont des problèmes d'actualités demandant une connaissance précise des mécanismes de transport, de dilution et de sédimentation et la mesure des paramètres qui régissent ces processus afin de définir une gestion des mileux fluviaux, estuairiens et côtiers. Les techniques nucléaires, traceurs et jauges, sont actuellement l'un des rares moyens, éprouvés par de nombreuses études, qui permettent aux ingénieurs, aux hydrauliciens et aux chercheurs de disposer des informations et des mesures dont ils ont de plus en plus impérativement besoin. Six principaux domaines, où les impacts économiques et écologiques sont considérables, devraient voir leur développement se confirmer et s'intensifier: CD Gestion des travaux de dragage: rejet des produits de dragage-navigabilité dans les chenaux envasés. Q) Stabilité du littoral : action de la houle et des courants sur les transports sédimentaires. (J) Rejets urbains et industriels sous formes particulaires dans les estuaires et en Mesure en continu des MES, en particulier dans les stations de traitement des eaux. G) Etude de gestion des vidanges des retenues de Extraction en mer de granulats. Au moment où les frontières européennes s'ouvrent, les techniques nucléaires pourraient permettre aux ingénieurs français du génie civil ayant en charge les problèmes posés par les transports solides de proposer des procédés originaux performants et d'avant garde par rapport à leurs concurrents qui, le plus souvent, ne disposent pas de cet atout complémentaire.

22 -15 REFERENCES Thèses et articles théoriques Documents de base Articles généraux Articles consacrés à des sites Articles consacrés à des estuaires Articles consacrés aux transports des galets Articles consacrés aux rejets de drague Articles consacrés à des études en modèle Articles consacrés aux jauges nucléaires Radioactivité naturelle Marquage des sédiments Th 1 à Th 14 81à85 G 1 à G 16 S1àS11 E1àE5 GA1àGA3 DR 1 à DR 5 MOD 1 à MOD2 J1àJ8 RN 1 à RN 5 M1àM2

23 - 16 LISTE DES THESES Th 1 G. SAUZAY "Méthode du bilan des taux de comptage d'indicateurs détermination du débit de charriage de lits sableaux" Université de Toulouse (20/11/1967) radioactifs pour la Th2 B.JEANNEAU "Etude de divers procédés de marquage des sédiments par l'or 198" Thèse CNAM - Rapport CEA R (1967) Th 3 J.C. BRUN-COTTAN "Influence du marquage radioactif sur les paramètres dynamiques des sédiments pélitiques" Faculté des Sciences de Paris (19/12/1967) Th 4 H. BOUGAULT "Etude de la sorption de quelques radioéléments pélitiques en vue de son application" Faculté des Sciences de Paris (22/05/1970) artificiels par les sédiments Th 5 Ch. MAGLOIRE "Mesure de la turbidité par des méthodes radioactives 1 ' Université Paris VI (20/01/1972) Th 6 P. GOURLEZ "Etude des transferts de crème de vase dans les estuaires à l'aide de traceurs radioactifs" Thèse CNAM (1973) Th 7 R. HOSLIN "le double marquage de la vase par le zinc et l'hafnium" "Etude du comportement du zinc et des mouvements système GARONNE-GIRONDE" Faculté des Sciences Paris Sud (07/02/1980) sédimentaires dans le Th 8 C. MUSA "Etude de la décantation des sédiments fins dans les puits d'une drague aspiratrice en marche à l'aide d'une sonde à diffusion de photons" Faculté des Sciences Paris Sud (19/06/1981)

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Gilbert LE BRAS (IUT de st nazaire, Dépt. Génie Civil) Alain ALEXIS (GeM) 1/42 Introduction Domaine

Plus en détail

INSTRUMENTATIONS OCÉANOGRAPHIQUES MÉTÉOROLOGIQUES ET HYDROLOGIQUES DÉVELOPPÉES PAR LA SOCIÉTÉ SAFARE-CROUZET

INSTRUMENTATIONS OCÉANOGRAPHIQUES MÉTÉOROLOGIQUES ET HYDROLOGIQUES DÉVELOPPÉES PAR LA SOCIÉTÉ SAFARE-CROUZET DOCUMENT 4.7. INSTRUMENTATIONS OCÉANOGRAPHIQUES MÉTÉOROLOGIQUES ET HYDROLOGIQUES DÉVELOPPÉES PAR LA SOCIÉTÉ SAFARE-CROUZET Jean-Jacques PESANDO Ingénieur Chef des Projets Océanographiques Société SAFARE-CROUZET

Plus en détail

NOMENCLATURE DES OPERATIONS SOUMISES A AUTORISATION OU A DECLARATION EN APPLICATION DES ARTICLES L. 214-1 A L. 214-3 DU CODE DE L ENVIRONNEMENT

NOMENCLATURE DES OPERATIONS SOUMISES A AUTORISATION OU A DECLARATION EN APPLICATION DES ARTICLES L. 214-1 A L. 214-3 DU CODE DE L ENVIRONNEMENT NOMENCLTURE ES OPERTIONS SOUMISES UTORISTION OU ECLRTION EN PPLICTION ES RTICLES L. 214-1 L. 214-3 U COE E L ENVIRONNEMENT TBLEU E L RTICLE R. 214-1 U COE E L ENVIRONNEMENT (PRTIE REGLEMENTIRE) Consolidée

Plus en détail

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF Efficacité du semis direct à contrer l érosion hydrique en milieu agricole : mise en évidence à l'aide des techniques de radioéléments, de modélisation et de mesures aux champs (MAROC-CANADA) Présenté

Plus en détail

Qu est ce qu un matériau de référence?

Qu est ce qu un matériau de référence? Qu est ce qu un matériau de référence? Guide ISO 30 : Matériau de référence (ou MR) = Matériau ou substance dont certaines propriétés sont suffisamment homogènes et bien définies pour permettre de les

Plus en détail

Les mesures à l'inclinomètre

Les mesures à l'inclinomètre NOTES TECHNIQUES Les mesures à l'inclinomètre Gérard BIGOT Secrétaire de la commission de Normalisation sols : reconnaissance et essais (CNSRE) Laboratoire régional des Ponts et Chaussées de l'est parisien

Plus en détail

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU Libellé de la masse d'eau : Estuaire - Loire Code de la masse d'eau : Code européen : FRG022 Ecorégion : Plaines occidentales Départements et régions concernées : N Département

Plus en détail

1 Acquis de l'année 1 de l'osr

1 Acquis de l'année 1 de l'osr Action 6 : Consolidation du réseau de mesure de flux de MES et de contaminants Volet Barcarin 1 Acquis de l'année 1 de l'osr L installation d une station de mesure des flux de MES par adcp et par turbidimètre

Plus en détail

Site d étude. Résultats

Site d étude. Résultats Avec la collaboration de l Université de Bretagne Occidentale, (Institut Universitaire Européen de la Mer, Laboratoire d'ecophysiologie et de Biotechnologie des Halophytes et Algues Marines) Site d étude

Plus en détail

THE SEPARATION OF A TRACER FOR THE RADIOCHEM1CAL ANALYSIS OF RADIUM 226.

THE SEPARATION OF A TRACER FOR THE RADIOCHEM1CAL ANALYSIS OF RADIUM 226. CEA-R 2419 - BUTAYE Michel ISOLEMENT D'UN TRACEUR POUR L'ANALYSE RAJDIOCHIMIQUE DU RADIUM 226. 223 Sommaire.- Ce rapport décrit une méthode d'isolement du Ra à partir d'un minerai d'uranium et son utilisation

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE?

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? Fiches ressources Dossier n 2 Activités 1 à 4 SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? 4. DES ATOUTS POUR L'ENVIRONNEMENT APPLICATIONS

Plus en détail

L'UTILISATION DU MICRO-ORDINATEUR EN TP

L'UTILISATION DU MICRO-ORDINATEUR EN TP 63 L'UTILISATION DU MICRO-ORDINATEUR EN TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES NATURELLES Perspectives pour une Expérimentation Assistée par Ordinateur (EX.A.O.) Serge CESARANO, André VIDEAUD I- OBJECTIFS DE L'EXPÉRIMENTATION

Plus en détail

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE 1 CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE Quels sont les arguments qui permettent de renforcer le modèle? 2 3 I. UNE CONFIRMATION DE L EXPANSION DU PLANCHER OCÉANIQUE A.LES

Plus en détail

Premier plan d appui scientifique à une politique de développement durable (PADD I) Programme Gestion durable de la Mer du Nord

Premier plan d appui scientifique à une politique de développement durable (PADD I) Programme Gestion durable de la Mer du Nord Premier plan d appui scientifique à une politique de développement durable (PADD I) Programme Gestion durable de la Mer du Nord Etude des transports de sable naturels sur le plateau continental belge BUDGET

Plus en détail

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes.

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes. Préambule et domaine d'application Le présent document a été créé dans le but pour permettre le dimensionnement des installations de plomberie sanitaire. C'est un document de synthèse, Il reprend partiellement

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE Séminaire de Xavier GARBET pour le FIP 06/01/2009 Anthony Perret Michel Woné «La production d'énergie par fusion thermonucléaire contrôlée est un des grands défis scientifiques

Plus en détail

SOMMAIRE. III.2.2 ) LE FILTRE A SABLE VERTICAL NON DRAINE III.2.2.1 ) Dimensionnement III.2.2.2 ) Installation

SOMMAIRE. III.2.2 ) LE FILTRE A SABLE VERTICAL NON DRAINE III.2.2.1 ) Dimensionnement III.2.2.2 ) Installation SOMMAIRE I ) L'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF I.1 ) Généralités I.2 ) Le SPANC II ) PRETRAITEMENT II.1 ) Principe II.2 ) Dimensionnement II.3 ) Installation II.4 ) Entretien III ) TRAITEMENT III.1 ) L'EPANDAGE

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

LE POINT DE VUE DE FNE

LE POINT DE VUE DE FNE LE POINT DE VUE DE FNE Voir à ce sujet les articles suivants : - «Pour une eau vivante : la fin des barrages?» de la Lettre eau N 2 (juin 1996) - «Rapport de la Commission Mondiale des Barrages : les clés

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal DL Lyon : G. Bièvre DL Autun : A. Brach, D. Goutaland, M. Massardi, G. Monnot David GOUTALAND CETE de Lyon

Plus en détail

Mesure du ph en milieu littoral

Mesure du ph en milieu littoral Page 1 / 5 Version : 2015 Date de création : 22 octobre 2007 Date de dernière modification : 22 février 2013 Mesure du ph en milieu littoral Rédigé par : Thierry Cariou Visé par : Nicole Garcia, responsable

Plus en détail

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation U t i l i s a t i o n d u n s c i n t i l l a t e u r N a I M e s u r e d e c o e ffi c i e n t s d a t t é n u a t i o n Objectifs : Le but de ce TP est d étudier les performances d un scintillateur pour

Plus en détail

UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage

UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage Dr H. Bréquel, Responsable département Recherche 1 1 /20 CONTEXTE ET

Plus en détail

Simulation du transport de polluant dans les nappes par un modèle à faible diffusion numérique

Simulation du transport de polluant dans les nappes par un modèle à faible diffusion numérique Relation of Groundwater Quantity and Quality (Proceedings of the Hamburg Symposium, August 1983). IAHS Publ. no. 146. INTRODUCTION Simulation du transport de polluant dans les nappes par un modèle à faible

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

Flood risk assessment in the Hydrographic Ebro Basin. Spain

Flood risk assessment in the Hydrographic Ebro Basin. Spain Flood risk assessment in the Hydrographic Ebro Basin. Spain Évaluation du Risque d Inondation dans la Démarcation Hydrographique de Congrès SHF, Evénements extrêmes fluviaux et maritimes, Paris, 1-2 février

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités SAGE DVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités BOCAGE RIVIERE ZONES HUMIDES TRAIT DE CÔTE D66 Réaliser des diagnostics partagés du fonctionnement hydraulique D67 Mettre

Plus en détail

Guide Pratique Assainissement Non Collectif

Guide Pratique Assainissement Non Collectif Guide Pratique Assainissement Non Collectif 1 L assainissement non collectif Les immeubles, habitations ne pouvant être raccordés au réseau collectif d assainissement existant (tout à l égout) doivent

Plus en détail

RADIOACTIVES AUX PROBLÈMES DE DYNAMIQUE FLUVIALE

RADIOACTIVES AUX PROBLÈMES DE DYNAMIQUE FLUVIALE ÉTUDE CRITIQUE D UN ESSAI D APPLICATION DES MÉTHODES RADIOACTIVES AUX PROBLÈMES DE DYNAMIQUE FLUVIALE par J. TRICART Directeur du Centre de Géographie Appliquée, assisté de J. M. AVENARD et de A. R. HIRSCH

Plus en détail

PARIS, le 27 avril 2009 Original anglais

PARIS, le 27 avril 2009 Original anglais IOC-XXV/2 Annexe 5 COMMISSION OCÉANOGRAPHIQUE INTERGOUVERNEMENTALE (de l'unesco) Distribution restreinte PARIS, le 27 avril 2009 Original anglais Vingt-cinquième session de l'assemblée UNESCO, Paris, 16-25

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie

application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie La mesure de 1* état énergétique de 1* eau contenue dans le sol et les tissus végétaux complète celle de la teneur en eau

Plus en détail

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D 7 avril 2006 1 Physique du problème : caractéristiques et modèles d un milieu poreux Le cadre physique de notre problème est celui

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments .Un préalable indispensable : Caractérisation des sédiments / Connaissance de l impact environnemental Projet CaPMoS : Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments Claire Alary (Mines Douai)

Plus en détail

La physique nucléaire et ses applications

La physique nucléaire et ses applications La physique nucléaire et ses applications I. Rappels et compléments sur les noyaux. Sa constitution La représentation symbolique d'un noyau est, dans laquelle : o X est le symbole du noyau et par extension

Plus en détail

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y 15 Octobre 1954 BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES GEOPHYSIQUES

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de particules

Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de particules Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe spécialisé n 19 Traitement des eaux Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES 1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE Codes entités aquifères Code entité V1 Code entité V2 concernées (V1) ou (V2) ou secteurs hydro à croiser : 532a 532b Type de masse d'eau souterraine : Imperméable

Plus en détail

Renforcement de Capacité La gestion de déchets industriels - La Promotion de l enseignement

Renforcement de Capacité La gestion de déchets industriels - La Promotion de l enseignement Des modules d une filière (Master) dans le domaine «La gestion de l environnement et des déchets industrielles» L exemple de l Allemagne Otto Schmidt En RFA, l Autriche et la Suisse allemande: Des Masters

Plus en détail

Les formations en cycle ingénieur

Les formations en cycle ingénieur Les formations en cycle ingénieur Eau, environnement, aménagement Ce domaine forme des ingénieurs capables d'explorer et d'organiser l'espace (surface et sous-sol), d'exploiter durablement les ressources

Plus en détail

1. GES 5 : Production de céramiques pour l'électronique et de céramiques à fonctionnement thermique contenant du Ni

1. GES 5 : Production de céramiques pour l'électronique et de céramiques à fonctionnement thermique contenant du Ni 1. GES 5 : Production de céramiques pour l'électronique et de céramiques à fonctionnement thermique contenant du Ni Cycle de vie Utilisation finale DU de NiO Titre libre et court Production de céramiques

Plus en détail

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Le rayonnement lumineux joue un rôle critique dans le processus biologique et chimique de la vie sur terre. Il intervient notamment dans sur les

Plus en détail

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX Fosse toutes eaux 1F O S S E Une fosse toutes eaux est un appareil destiné à la collecte, à la liquéfaction partielle des m a t i è res polluantes contenues dans les eaux usées et à la rétention des matières

Plus en détail

Branchements : eau potable & assainissement

Branchements : eau potable & assainissement Branchements : eau potable & assainissement Henri RENAUD Nouvelle édition 2012 Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13296-0 1. Assainissement autonome 1.1. Désignation usuelle L assainissement autonome,

Plus en détail

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC.

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. L évacuation des eaux usées Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. Les eaux ménagères (EM) : eaux provenant de la cuisine (évier, lave-vaisselle) et de la salle de bains (lavabo, baignoire,

Plus en détail

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Exemple 1: Diamètres des injecteurs de carburant Problème Un fabricant d'injecteurs de carburant installe un nouveau système de mesure numérique. Les

Plus en détail

Programme nucléo-énergétique du Brésil

Programme nucléo-énergétique du Brésil Programme nucléo-énergétique du Brésil Les études faites par le gouvernement brésilien sur la situation énergétique du pays pour les 25 ou 30 années à venir montrent que les centrales hydroélectriques

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers d études, recherche & développement dans l industrie R&D Production Ingénieur

Plus en détail

Géothermie. 1. La ressource

Géothermie. 1. La ressource Géothermie Le but est de prélever ou d extraire l énergie accumulée dans la terre, qu elle soit stockée dans l eau des aquifères ou directement dans les terrains pour l amener à la surface pour l'utiliser

Plus en détail

INSTALLATION POUR LA MESURE EN CELLULE BLINDÉE DU VOLUME DES AIGUILLES COMBUSTIBLES PROKUDANOV D.L., TROITSKII S.V.

INSTALLATION POUR LA MESURE EN CELLULE BLINDÉE DU VOLUME DES AIGUILLES COMBUSTIBLES PROKUDANOV D.L., TROITSKII S.V. CEA CEN-SACLAY Service de Documentation Groupe "Traductions" CEA-TR- 2266 R2 91191 GIF sur YVETTE CEDEX INSTALLATION POUR LA MESURE EN CELLULE BLINDÉE DU VOLUME DES AIGUILLES COMBUSTIBLES PROKUDANOV D.L.,

Plus en détail

GETINGE CLEAN MANAGEMENT SYSTEM CENTRALE DE DOSAGE LESSIVIEL GETINGE

GETINGE CLEAN MANAGEMENT SYSTEM CENTRALE DE DOSAGE LESSIVIEL GETINGE GETINGE CLEAN MANAGEMENT SYSTEM CENTRALE DE DOSAGE LESSIVIEL GETINGE 2 Getinge Clean Management System GETINGE CLEAN MANAGEMENT SYSTEM (CMS) UN PROCESSUS OPTIMISÉ, UNE SOLUTION UNIQUE Getinge peut vous

Plus en détail

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE CETTE RECHERCHE A ETE FINANCEE PAR Le Ministère des Affaires Sociales et de l'emploi, Direction Générale de la Santé,Sous- Direction

Plus en détail

Mathématiques et Océanographie

Mathématiques et Océanographie Mathématiques et Océanographie Anne-Laure Dalibard Département de mathématiques et applications École normale supérieure 20 avril 2011 Journées Académiques de l IREM de Nantes Plan Présentation rapide

Plus en détail

d'une EXTRACTION AVEC RABATTEMENT DE NAPPE

d'une EXTRACTION AVEC RABATTEMENT DE NAPPE ENTREPRISE CHAPELLE S.A. ROUTE DE RIOTTER - LIMAS 69400 - VILLEFRANCHE SUR SAONE /DOCUMENT NON PUBLIC/ PROJET D'IfPLAmTION D'UE GRAVIERE A CRECHES SUR SAOE (71) EXA^EN DE L INCIDENCE SUR DES OUVRAGES DE

Plus en détail

Contrôle non destructif Magnétoscopie

Contrôle non destructif Magnétoscopie Contrôle non destructif Magnétoscopie Principes physiques : Le contrôle magnétoscopique encore appelé méthode du flux de fuite magnétique repose sur le comportement particulier des matériaux ferromagnétiques

Plus en détail

UV 1.4 : Bibliographie (20 heures) UV 2.4 Découverte de systèmes (60 heures) UV 3.4 Conception en phase avant-projet (60 heures)

UV 1.4 : Bibliographie (20 heures) UV 2.4 Découverte de systèmes (60 heures) UV 3.4 Conception en phase avant-projet (60 heures) [ Les projets ] Semestre 1 UV 1.4 : Bibliographie (eures) L étude bibliographique est abordée comme un exercice de recherche : lecture puis synthèse de documents techniques et scientifiques. Les objectifs

Plus en détail

ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE

ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE Objectif d'une étude de sol sur site L'objectif d'une étude de sol d'avant projet de construction (étude géotechnique G12.) est de définir ta contrainte ou portance

Plus en détail

Indicateur : population présente tout au long de l année dans les départements littoraux métropolitains

Indicateur : population présente tout au long de l année dans les départements littoraux métropolitains Indicateur : population présente tout au long de l année dans les départements littoraux métropolitains Contexte Les communes littorales métropolitaines hébergent plus de 6 millions d habitants et ont

Plus en détail

Complément: Sources naturelles de rayonnement

Complément: Sources naturelles de rayonnement Complément: Sources naturelles de rayonnement 1 Notions de dose Dose absorbée en 1 point (D) unité: Jkg -1 ou gray (Gy) valeur moyenne de l énergie impartie (déposée) à la matière par unité de masse à

Plus en détail

3. Artefacts permettant la mesure indirecte du débit

3. Artefacts permettant la mesure indirecte du débit P-14V1 MÉTHODE DE MESURE DU DÉBIT D UN EFFLUENT INDUSTRIEL EN CANALISATIONS OUVERTES OU NON EN CHARGE 1. Domaine d application Cette méthode réglemente la mesure du débit d un effluent industriel en canalisations

Plus en détail

Forces et Interactions

Forces et Interactions Février 2013 Cours de physique sur les Forces et les Interactions page 1 1 Objectifs Forces et Interactions Le but de ce cours est d'introduire la notion de force et d'étudier la statique, c'est-à-dire

Plus en détail

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique Surveillance et Detection des Anomalies Diagnostic d une digue: rappel méthodologique issu de l expérience d EDF Jean-Paul BLAIS Service Géologie - Géotechnique EDF 1 La méthodologie utilisée par EDF,

Plus en détail

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS Manip n 9 Avril 2014 J. ALBET P. de CARO C. SAUDEJAUD 2 ème Année ATELIER INTER UNIVERSITAIRE DE GENIE DES PROCEDES Objectifs de la manipulation

Plus en détail

La Détection Géoréférencée des réseaux enterrés ou «Géodétection» Loriane ROUSSEL, Toposcan

La Détection Géoréférencée des réseaux enterrés ou «Géodétection» Loriane ROUSSEL, Toposcan La Détection Géoréférencée des réseaux enterrés ou «Géodétection» Loriane ROUSSEL, Toposcan - Généralités Deux spécialités se distinguent : - La détection pour les Investigations Complémentaires - La valorisation

Plus en détail

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail

Société Hydraulique d Etudes et de Missions d Assistance François COLLOMBAT Tél. 06.73.37.83.20 Fax 04.69.65.51.95 Page 1 sur 9 196 Avenue Thiers

Société Hydraulique d Etudes et de Missions d Assistance François COLLOMBAT Tél. 06.73.37.83.20 Fax 04.69.65.51.95 Page 1 sur 9 196 Avenue Thiers François COLLOMBAT Tél. 06.73.37.83.20 Fax 04.69.65.51.95 Page 1 sur 9 1. Le site de Moulin La Roche à COMMER en Mayenne : une nouvelle technologie dans un moulin réhabilité 2. La turbine VLH : Un concept

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Master Energie spécialité Energie électrique

Master Energie spécialité Energie électrique 03/12/2013 http://www.univ-fcomte.fr Master Energie spécialité Energie UFR Sciences, techniques, et gestion de l'industrie http://stgi.univ-fcomte.fr/ Dénomination officielle : Master Sciences, technologies,

Plus en détail

P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009

P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009 à é Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de l'aménagement du territoire P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009 WWW.developpement-durable.gouv.fr Constitution

Plus en détail

LES CABINES DE PEINTURE : RÉGLEMENTATION

LES CABINES DE PEINTURE : RÉGLEMENTATION LES CABINES DE PEINTURE : RÉGLEMENTATION Dernière révision du document : juillet 2012 RÉFÉRENCES RÉGLEMENTAIRES Arrêté du Gouvernement wallon du 25 septembre 2008 déterminant les conditions sectorielles

Plus en détail

DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT

DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT 1- LA FOSSE TOUTES EAUX Description de l ouvrage La fosse toutes eaux est un ouvrage majeur de l ANC. Elle collecte les eaux usées domestiques des ménages (eaux vannes et

Plus en détail

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE - MANIP 2 - - COÏNCIDENCES ET MESURES DE TEMPS - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE L objectif de cette manipulation est d effectuer une mesure de la vitesse de la lumière sur une «base

Plus en détail

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc.

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc. APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS Gilles Rivard, ing. M. Sc. Québec 15 mars 2012 PRÉSENTATION Particularités des petits bassins

Plus en détail

PARTIE VII. Annexes 171

PARTIE VII. Annexes 171 PARTIE VII. Annexes 171 1. Notations utiles b largeur de l écoulement, du canal B s terme pour l équation de la distribution logarithmique des vitesses (cf. Tableau II-1) C coefficient de Chézy C gel concentration

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

Principes de fonctionnement de l assainissement

Principes de fonctionnement de l assainissement l assainissement Principes de fonctionnement de l assainissement L installation de l assainissement non collectif peut se décomposer en 5 parties : la ventilation Elle permet l évacuation des gaz de fermentation

Plus en détail

MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE

MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE Page 1 sur 15 L assainissement non collectif. L'assainissement vise à assurer l'évacuation et le traitement des eaux usées en minimisant

Plus en détail

VILLE D'YVERDON-LES-BAINS

VILLE D'YVERDON-LES-BAINS VILLE D'YVERDON-LES-BAINS MUNICIPALITE JM Préavis no 29 15 août 2005 RAPPORT AU CONSEIL COMMUNAL D'YVERDON-LES-BAINS concernant une demande de crédit d investissement de fr. 735'000.- pour le curage des

Plus en détail

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Plan de présentation Présentation Saint Dizier environnement Les techniques alternatives La maîtrise

Plus en détail

QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT?

QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT? QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT? La fosse toutes eaux Description de l ouvrage La fosse toutes eaux est un ouvrage majeur de l ANC. Elle collecte les eaux usées domestiques des ménages (eaux vannes

Plus en détail

Projet Optiperf : les ressources du calcul parallèle à destination des architectes navals

Projet Optiperf : les ressources du calcul parallèle à destination des architectes navals Projet Optiperf : les ressources du calcul parallèle à destination des architectes navals Pierre-Michel Guilcher, Olivier Payen, Aurélien Drouet, Erwan Jacquin Plan de l exposé Contexte général Définition

Plus en détail

Traitement des eaux usées de la ville de Venise par des systèmes décentralisés

Traitement des eaux usées de la ville de Venise par des systèmes décentralisés Traitement des eaux usées de la ville de Venise par des systèmes décentralisés E. Tromellini (1), R. Moletta (2) (1) Magistrato alle Acque, S Marco 2949, 30314 Venise (Italie) elisabetta.tromellini@magisacque.it

Plus en détail

LES CORRECTIONS DE ROUTE

LES CORRECTIONS DE ROUTE Mises au point en navigation - Route, dérive et courants Page 1 LES CORRECTIONS DE ROUTE Origine du problème ; définitions. On a vu, dans le chapitre précédent, les corrections à apporter aux déterminations

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

INVENTAIRE NATIONAL des matières et déchets radioactifs. Les déchets immergés. Dossier

INVENTAIRE NATIONAL des matières et déchets radioactifs. Les déchets immergés. Dossier Les déchets immergés 06 Suite aux travaux du Grenelle de la Mer qui s est tenu en 2009, l engagement a été pris de mettre en place une meilleure surveillance et un contrôle plus efficace du milieu marin.

Plus en détail

première S 1S7 Géothermie

première S 1S7 Géothermie FICHE 1 Fiche à destination des enseignants Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus du programme de première S Radioactivité naturelle et artificielle. Activité. Lois de conservation

Plus en détail

MAGEST : Surveillance en continu pour la connaissance de la qualité des eaux de l estuaire de la Gironde

MAGEST : Surveillance en continu pour la connaissance de la qualité des eaux de l estuaire de la Gironde XI èmes Journées Nationales Génie Côtier Génie Civil Les Sables d Olonne, 22-25 juin 2010 DOI:10.5150/jngcgc.2010.061-M Editions Paralia CFL disponible en ligne http://www.paralia.fr available online MAGEST

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

mesure des débits et des volumes dérivés par les canaux gravitaires

mesure des débits et des volumes dérivés par les canaux gravitaires mesures limnimétriques 2009 Depuis la loi sur l Eau de 1992, précisée par celle de 2006, tous les volumes d eau prélevés dans le milieu naturel doivent être mesurés, et ce, pour permettre une meilleure

Plus en détail

LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ

LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ avril 2013 NOTE D INFORMATION LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ En tant qu exploitant des centrales de production d électricité, EDF met en

Plus en détail

Rapport final sur les priorités en matière de surveillance de la médecine

Rapport final sur les priorités en matière de surveillance de la médecine Département fédéral de l'intérieur DF) Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Protection des consommateurs Rapport final sur les priorités en matière de surveillance de la médecine

Plus en détail

Colle époxydique multi usages, à 2 composants

Colle époxydique multi usages, à 2 composants Notice Produit Edition 20 01 2014 Numéro 9.11 Version n 2013-310 01 04 02 03 001 0 000144 Colle époxydique multi usages, à 2 composants Description est une colle structurale thixotrope à 2 composants,

Plus en détail