2. Comparaison de 3 techniques de travail superficiel du sol par rapport au labour en maïs fourrage et maïs grain.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2. Comparaison de 3 techniques de travail superficiel du sol par rapport au labour en maïs fourrage et maïs grain."

Transcription

1 2. Comparaison de 3 techniques de travail superficiel du sol par rapport au labour en maïs fourrage et maïs grain Site de BUZET Extrait de la convention n 2659/3 Maïs et environnement Lieu : Responsable : Buzet (Hainaut) chez Mr M. Mabille Centre Indépendant de Promotion Fourragère (CIPF asbl) pour la phytotechnie du maïs et la mise en place de l essai en collaboration avec le Département de Production Végétale de Gembloux pour le matériel spécifique de TCS Année : 2006 Type de sol : Texture limoneuse Ensilage Grain Humus = 2.1% humus = 2,0% ph KCl = 6,0 (ph idéal 6.5) ph KCl = 5,8 Référence Phosphore 9 mgr/100gr 7-10 Potassium Magnésium Sodium 1 Calcium 189 Conseil fertilisation azotée : complément azote (NA27%) au semis ensilage grain témoin 165u N fumier 140u N témoin 205u N fumier 180u N Epandage de fumier : le 11 avril épandage 34 tonnes/ha de fumier bovin (5,97u Ntotal) Labour + travaux du sol: le 04 mai Date de semis : le 04 mai Densité : gr./ha Variété : Lukas (indice FAO 2) Date de récolte : Ensilage le 03 octobre Grain le 02 novembre Désherbage : Laddok 2,5 l/ha + Mikado 0,8l/ha + Samson 4SC 0,7l/ha Dispositif expérimental : Méthode en pseudo «split-plot» en parcelles de 8m x 9m en 3 répétitions pour permettre un épandage correct du fumier et un travail de sol régulier. Seuls les 2 rangs centraux sont récoltés soit 12m² par répétition. La récolte est réalisée avec une ensileuse de type «BAURAL» spécialement équipée pour les parcelles d essais.

2 Analyse du fumier: Détermination % sur la matière fraîche Matière sèche 26,1 Cendres totales 11,61 Cendres insolubles 7,5 Matière organique totale 144 Ammoniaque Azote total 5,97 Phosphore 2,98 Calcium 8,65 Magnésium 2,23 Potassium 12,3 Sodium 1,20 ph 7,9 Rapport C/N 14,1 Le rapport C/N est un indice dont la valeur rend compte de la qualité de la matière organique. Une valeur de cet indice <15 = matière à faible rapport C/N qui produit peu d humus mais à décomposition et libération rapide d azote. Classification du sol : Horizon 0 cm : Humus : 2.00% Observations en végétation : argiles 15.4% limons 75.4% sables 9.2% La texture est de type «limon fin argileux». Les observations ont été réalisées le 25 juin sur un maïs au stade 7 ème feuille visible ensilage fumier travail de sol labour Poutre FALC roto-tiller Décompact. répétition +rotative Laforge a 9 6,0 5,5 6,0 b 9 5,0 6 5,5 c 9 5,0 7 6,0 moyenne 9,0 5,3 6,2 5,8 ensilage azote travail de sol labour Poutre FALC roto-tiller Décompact. répétition +rotative Laforge a 8,0 6 6,0 7,0 b 9, ,0 c 9 6,0 7,0 6,5 moyenne 8,7 5,7 6,3 6,5 Le maïs a à ce stade une avance considérable sous labour (environ 2 à 3 feuilles visibles en plus) comparativement au TCS.

3 grain fumier travail de sol labour Poutre FALC roto-tiller Décompact. répétition +rotative Laforge a 8,0 6 6,0 7,0 b 8, ,0 c 9,0 7,0 6,0 6 moyenne 8,5 6,7 6,0 6,3 grain azote travail de sol labour Poutre FALC roto-tiller Décompact. répétition +rotative Laforge a 9 6,0 7,0 6,0 b 9, c 9,0 5,0 6 7,0 moyenne 9,0 5,3 6,3 6,7 Les observations faites en ensilage restent valables et ont encore été amplifiées dans les semaines suivantes du fait de la présence de nombreux résidus de récolte des années précédentes. Ces résidus monopolisent une fraction d azote non négligeable pour se dégrader et donc limitent la proportion d azote mise à disposition de la plante (vu les conditions de sécheresse). Démonstration d utilisation du «chass débris» en culture de maïs. Application sur le site d expérimentation de Buzet, comparaison labour/tcs (collaboration : CIPF Département Production Végétale CRA-W Gblx) COMPTE RENDU de la démonstration réalisée le 04/05/06 et des observations réalisées en végétation de la culture PRESENTS : Ets Jammet constructeur du «Chass débris» (FR) Mr. Ch Roisin et collaborateurs (Gembloux) Mr. Ph Marbaix Deux agriculteurs Mrs JFr. Oost et Ph. Brohez (CIPF Louvain-la-Neuve) POUR RAPPEL : L essai réalisé sur le site de Buzet nous permet de comparer depuis 4 années l évolution des rendements en culture de maïs cultivé sous labour (de printemps) comparativement à trois autres techniques de TCS. Le semis est réalisé à l aide d un semoir conventionnel de marque Monosem. L essai est subdivisé en 2 parties et récolté d une part en maïs ensilage et d autre part en maïs grain. Chacune de ces 2 spéculations aura au préalable été fertilisée uniquement sous forme minérale ou sous forme organique (fumier) complémentée par une fraction minérale. OBJETS étudiées en 3 répétitions : Travail de sol : 1. Labour de printemps suivi d un passage à la rotative (=TEMOIN) 2. Décompacteur FALC (4 dents) + rotative 3. Outil spécifique TCS Rototiller (RAU) 4. Décompacteur LAFORGE + disques émietteurs

4 Fertilisation : 1. uniquement minérale 2. organique et complémentation minérale selon avis de laboratoire Type de production : 1. maïs ensilage 2. maïs grain Soit 48 micro-parcelles de ± 72m² Observation des levées au champ sur base du comptage du nombre de maïs levés (le16 juin) sur une ligne de semis (L6) et sur une longueur de parcelle de 8,40m pour chacune des micro-parcelles étudiées. MAÏS Obj. Labour Décompacteur Rototiller Décompacteur ENSILAGE Rep. Témoin FALC RAU LAFORGE Ferti minérale R R R MOY. 62 % ,1 103,4 100 Ferti organique R R R MOY % ,7 95,5 104,1 MAÏS Obj. Labour Décompacteur Rototiller Décompacteur GRAIN Rep. Témoin FALC RAU LAFORGE Ferti minérale R R R MOY % ,4 91,0 92,6 Ferti organique R R R MOY % ,3 95,5 97,2 La moyenne générale des techniques TCS tous traitements confondus s établit à 97% de levée en comparaison avec le labour. Certaines disparités sont cependant clairement mises en évidence et plus particulièrement en fonction du type de fertilisation envisagée. En ensilage, peu de différences significatives sont à mettre en évidence ; notons néanmoins le très bon comportement de la poutre LAFORGE qui présente les meilleures levées en présence de résidus organiques. En maïs grain, notre témoin sous labour reste supérieur dans toutes les situations. Le type de fertilisation semble par contre influencer de manière significative le pourcentage de levée des maïs. Un élément d explication réside probablement dans le fait que dans les parcelles recevant annuellement de la matière organique cette dernière libère de l azote de manière régulière en fonction des périodes de minéralisation contribuant ainsi à la décomposition des résidus de récolte du maïs. Alors que la fertilisation uniquement sous forme minérale profitera en priorité à la culture en place et conduit à une décomposition des résidus moins avancée.

5 LES PHOTOGRAPHIES : Photo1 : Attelage chass débris + semoir Monosem maïs au travail à Buzet (B) Photo2 : Chass débris au travail dans les résidus de maïs Photo3 : Semis dans des résidus de maïs grain et de fumier à l aide du chass débris permettant de dégager la ligne de semis pour un bon positionnement de la semence au contact de la terre

6 Photo4 : Vue rapprochée d une parcelle cultivée en maïs grain depuis 4 années et apport Annuel de fumier bovin. Au centre de la photo, la ligne de semis dégagée des résidus Résultats de l année 2006 en maïs fourrage Résultats agronomiques : Teneur en matière sèche : ANALYSE DE VARIANCE S.C.E DDL C.M. TEST F PROBA E.T. C.V. VAR.TOT S-BLOC 12, ,489 VAR.FACTEUR 1 5, ,082 6,013 0,134 VAR.BLOCS 5, ,836 3,356 0,208 VAR.RESIDUELLE 1 1,69 2 0,845 0,919 2,27% VAR.TOTALE 28, ,252 VAR.FACTEUR 2 8, ,879 4,708 0,02144 VAR.INTER rien*2 0,37 3 0,123 0,202 0,89322 VAR.TOT S-BLOC 12, ,489 4,07 0,0217 VAR.RESIDUELLE 2 7, ,612 0,782 1,93% MOYENNES MOYENNE GENERALE = MOYENNES FACTEUR 1 = Fumure 41,01 40,09 MOYENNES FACTEUR 2 = Travail 1 (labour) 2 (falc) 3 (roto) 4 (laforge) 39,736 40,267 41,316 40,881 MOYENNES INTER rien*2 = Fumure Travail 1 (labour) 40,085 39,387 2 (falc) 40,937 39,598 3 (roto) 41,748 40,885 4 (laforge) 41,272 40,491

7 MOYENNES BLOCS = BLOC 1 (b1) 2 (b2) 3 (b3) 41,152 40,537 39,962 COMPARAISONS DE MOYENNES TEST DE NEWMAN-KEULS - SEUIL = 5% FACTEUR 2 : Travail NOMBRE DE MOYENNES VALEURS DES PPAS 0,984 1,203 1,34 fumier LIBELLES MOYENN ES GROUPES HOMOGENES 3.0 roto 41,316 A 4.0 laforge 40,881 A B 2.0 falc 40,267 A B 1.0 labour 39,736 B Tout comme on l avait déjà observé les années antérieures, la maturité du maïs en fin de saison progresse plus rapidement en TCS que sous labour. Le taux de matière sèche à la récolte est supérieur de 0,5% à 1,5% en fonction des différentes techniques de TCS utilisées. Rendement en matière sèche : ANALYSE DE VARIANCE S.C.E DDL C.M. TEST F PROBA E.T. C.V. VAR.TOT S-BLOC VAR.FACTEUR ,751 0,0077 VAR.BLOCS ,541 0,22081 VAR.RESIDUELLE ,263 4,% VAR.TOTALE VAR.FACTEUR ,148 0, VAR.INTER rien* ,4 0,11802 VAR.TOT S-BLOC ,95 0,0056 VAR.RESIDUELLE ,654 8,00% MOYENNES MOYENNE GENERALE = MOYENNES FACTEUR 1 = Fumure 13277, ,45 MOYENNES FACTEUR 2 = Travail 1 (labour) 2 (falc) 3 (roto) 4 (laforge) 18244, ,59 143,13 122,52 MOYENNES INTER rien*2 = Fumure Travail 1 (labour) 15964, ,87

8 2 (falc) 11850, ,68 3 (roto) 13768, ,21 4 (laforge) 11527, ,04 MOYENNES BLOCS = BLOC 1 (b1) 2 (b2) 3 (b3) 14938, , ,08 COMPARAISONS DE MOYENNES TEST DE NEWMAN-KEULS - SEUIL = 5% FACTEUR 1 : Fumure NOMBRE DE 2 MOYENNES VALEURS DES PPAS 1094,079 rien LIBELLES MOYENNE S GROUPES HOMOGENES 2.0 fumier 15745,45 A 1.0 rien 13277,82 B FACTEUR 2 : Travail NOMBRE DE MOYENNES VALEURS DES PPAS 1461, , ,352 fumier LIBELLES MOYENNE S GROUPES HOMOGENES 1.0 labour 18244,3 A 3.0 roto 143,13 B 2.0 falc 12869,59 B 4.0 laforge 122,52 B L apport de fumier fut particulièrement bénéfique à la culture de maïs en Les conditions de sécheresse rencontrées au printemps ont limité la mise à disposition de l azote minéral appliqué au semis. Par contre, les parcelles de maïs ayant reçu une fumure organique quelques semaines avant semis ont pu valoriser une partie de l azote disponible libéré par le fumier et poursuivre plus facilement leur cycle végétatif. L apport de fumier à permis d atteindre un gain de rendement de l ordre de 2,5 tonnes de matière sèche par hectare. D un point de vue des techniques culturales ; le labour permet de garder cette année un niveau de rendement correct pour la saison culturale alors que les TCS décrochent largement avec un peu moins de 4 tonnes de matières sèche en moins à la récolte pour le rototiller et près de 5,5 tonnes en moins pour les techniques de décompaction. Cet important déficit de rendement est probablement lié à un problème de capillarité dès la croissance juvénile du maïs. Le fait de décompacter un sol sec au printemps suivi d une période prolongée (juinjuillet) de sécheresse a limité les remontées d eau capillaire engendrant un déficit important pour le maïs qu il n a jamais pu récupérer ultérieurement.

9 Reliquats azotés à la récolte du maïs ensilage : Sous labour : Labour - fumier+nmin 06/10/06 Labour - Nmin 06/10/06 78 unités d'azote 33 unités d'azote Sous TCS : Rototiller - fumier+nmin 06/10/06 Rototiller - Nmin 06/10/06 48 unités d'azote 15 unités d'azote Les valeurs des reliquats observées dans les parcelles labourées sont légèrement supérieures aux valeurs observées sans labour en maïs ensilage. La température du sol supérieure sous labour a sans doute permis une minéralisation plus intense de mai à juillet. D autre part, une minéralisation plus importante liée à l apport de fumier se traduit à la récolte par un horizon humifère nettement plus riche que pour une fertilisation azotée uniquement minérale.

10 Résultats de l année 2006 en maïs grain Résultats agronomiques : Teneur en matière sèche : ANALYSE DE VARIANCE S.C.E DDL C.M. TEST F PROBA E.T. C.V. VAR.TOT S-BLOC 3, ,751 VAR.FACTEUR 1 3, ,407 38,224 0,0217 VAR.BLOCS 0,17 2 0,085 0,956 0,51129 VAR.RESIDUELLE 1 0, ,089 0,299 1,05% VAR.TOTALE 39, ,696 VAR.FACTEUR 2 5,65 3 1,883 1,053 0,40616 VAR.INTER rien*2 8, ,711 1,515 0,258 VAR.TOT S-BLOC 3, ,751 0,42 0,827 VAR.RESIDUELLE 2 21, ,789 1,338 4,71% MOYENNES MOYENNE GENERALE = MOYENNES FACTEUR 1 = Fumure 28,021 28,774 MOYENNES FACTEUR 2 = Travail 1 (labour) 2 (falc) 3 (roto) 4 (laforge) 28,165 27,753 29,046 28,626 MOYENNES INTER rien*2 = Fumure Travail 1 (labour) 28,264 28,065 2 (falc) 27,078 28,428 3 (roto) 27,865,227 4 (laforge) 28,876 28,376 MOYENNES BLOCS = BLOC 1 (b1) 2 (b2) 3 (b3) 28,515 28,353 28,324 COMPARAISONS DE MOYENNES TEST DE NEWMAN-KEULS - SEUIL = 5% FACTEUR 1 : Fumure NOMBRE DE 2 MOYENNES VALEURS DES PPAS 0,523 rien LIBELLES MOYENN ES GROUPES HOMOGENES 2.0 fumier 28,774 A 1.0 rien 28,021 B

11 Rendement en matière sèche : ANALYSE DE VARIANCE S.C.E DDL C.M. TEST F PROBA E.T. C.V. VAR.TOT S-BLOC ,4 VAR.FACTEUR ,4 0,37275 VAR.BLOCS ,007 0,99 VAR.RESIDUELLE ,797 8,56% VAR.TOTALE VAR.FACTEUR ,861 0,48974 VAR.INTER rien* ,553 0,25156 VAR.TOT S-BLOC ,4 0,171 0,96676 VAR.RESIDUELLE ,572 16,86% MOYENNES MOYENNE GENERALE = MOYENNES FACTEUR 1 = Fumure 12206, ,67 MOYENNES FACTEUR 2 = Travail 1 (labour) 2 (falc) 3 (roto) 4 (laforge) 11839, , ,79 98,84 MOYENNES INTER rien*2 = Fumure Travail 1 (labour) 12740, ,73 2 (falc) 11271, ,06 3 (roto) 12310, ,76 4 (laforge) 12504, ,11 MOYENNES BLOCS = BLOC 1 (b1) 2 (b2) 3 (b3) 12480, , ,63 COMPARAISONS DE MOYENNES TEST DE NEWMAN KEULS NON SIGNIFICATIF Les teneurs en humidité mesurées à la récolte confirment les valeurs déjà observées lors des précédentes années d expérimentation avec un résultat significativement plus favorable pour les TCS. Les grands écarts de rendement observés pour le développement de la masse végétative en maïs ensilage sont dans certaines situations partiellement atténués voire inversées en maïs grain. En effet, si l apport de fumier confirme un gain de rendement significatif, le labour n est plus le grand gagnant avec un écart de rendement important. Mais au contraire, il présente le rendement moyen le plus faible. Les pluies du mois d août et septembre ont permis un très bon remplissage des grains. Il n y a pas de différence significative de rendement. Un plus faible développement de la partie tige/feuilles n est pas forcément un facteur limitant pour le rendement en grain. Si les facteurs limitant le développement des plantes ont disparu, ce qui a été le cas avec le retour des pluies, la minéralisation a pu reprendre et le sol mettre l azote nécessaire à disposition de la plante. Ainsi, les TCS conduisant à des plantes avec un développement végétatif limité ont cependant permis, grâce à une arrière-saison exceptionnellement clémente jusque mi-novembre, au grain de se développer et à stocker en masse de l amidon pour aboutir à des rendements comparables voire un peu supérieur au labour.

12 Reliquats azotés à la récolte du maïs grain : Sous labour : Labour - fumier+nmin 07/11/06 Labour - Nmin 07/11/06 31 unités d'azote 22 unités d'azote Sous TCS : Rototiller - fumier+nmin 07/11/06 Rototiller - Nmin 07/11/06 53 unités d'azote 41 unités d'azote Contrairement aux observations réalisées en ensilage, les profils réalisés dans les parcelles travaillée en TCS sont plus riches d une vingtaine d unités que dans les parcelles labourées. Le développement végétatif beaucoup plus important sous labour a, suite au conditions très ensoleillées de l automne, poursuivi son cycle bénéficiant d un bon stay-green et continuant à stocker notamment dans la partie tige-feuille. Ce phénomène fut par contre nettement plus limité vu le faible gabarit des maïs dans les parcelles non labourées présentant une sénescence plus rapide. Cette situation peut en partie expliquer les différences observées dans les profils en culture de maïs grain.

13 Comparaison de 3 techniques de travail superficiel du sol par rapport au labour en maïs fourrage et maïs grain Site de BUZET Extrait de la convention n 2659/3 Maïs et environnement Lieu : Responsable : Buzet (Hainaut) chez Mr M. Mabille Centre Indépendant de Promotion Fourragère (CIPF asbl) pour la phytotechnie du maïs et la mise en place de l essai en collaboration avec le Département de Production Végétale de Gembloux pour le matériel spécifique de TCS Année : 2007 Type de sol : Texture limoneuse Ensilage Grain Humus = 1,9% humus = 2,1% ph KCl = 5,9 (ph idéal 6.5) ph KCl = 5,8 Référence Phosphore 9 mgr/100gr 7-10 Potassium Magnésium Sodium 1 Calcium 189 Conseil fertilisation azotée : complément azote (NA27%) au semis ensilage grain témoin 165u N fumier 140u N témoin 205u N fumier 180u N Epandage de fumier : le 19 avril épandage 27 tonnes/ha de fumier bovin (6,49u Ntotal) Enfouissement du fumier : le 25 avril Labour + travaux du sol: le 26 avril Date de semis : le 27 avril Densité : gr./ha Variété : Lukas (indice FAO 2) Date de récolte : Ensilage le 19 octobre Grain le 22 novembre Désherbage : Laddok 2,5 l/ha + Mikado 0,8l/ha + Samson 4SC 0,7l/ha Dispositif expérimental : Méthode en pseudo «split-plot» en parcelles de 8m x 9m en 3 répétitions pour permettre un épandage correct du fumier et un travail de sol régulier. Seuls les 2 rangs centraux sont récoltés soit 12m² par répétition. La récolte est réalisée avec une ensileuse de type «BAURAL» spécialement équipée pour les parcelles d essais. Objets étudiés : Travail du sol : - labour (27cm) - poutre Falc (22cm) + rotative (12cm) - Rototiller (8cm) - poutre Laforge (24cm) + disques gauffrés Fumure organique : - rien u azote (grain et ensilage) - fumier 27t/ha u azote (grain et ensilage)

14

15 Labour de printemps réalisé à 27cm suivi d un travail à la rotative sur 12cm Poutre Falc, décompaction à 22cm + rotative, travail sur 12cm Travail du rototiller (RAU) sur 8cm de sol Travail de la poutre Laforge (6 dents) à 24cm + émiettage de surface par disques gaufrés

16 Vue d ensemble des différents travaux de sol à Buzet avec de bas en haut : rototiller décompacteurs -labour Description et mesure de la profondeur des différents travaux de sol par Mr Ch. Roisin

17 Analyse du fumier: Détermination % sur la matière fraîche Matière sèche 27,2 Cendres totales 12,72 Cendres insolubles 8,94 Matière organique totale 145 Ammoniaque Azote total 6,49 Phosphore 4,29 Calcium 8,04 Magnésium 2,38 Potassium 9,57 Sodium 0,58 ph 7,9 Rapport C/N 13,0 Le rapport C/N est un indice dont la valeur rend compte de la qualité de la matière organique. Une valeur de cet indice <15 = matière à faible rapport C/N qui produit peu d humus mais à décomposition et libération rapide d azote. Classification du sol : Horizon 0 cm : Humus : 2.00% Observations en végétation : argiles 15.4% limons 75.4% sables 9.2% La texture est de type «limon fin argileux». Les observations ont été réalisées le 26 juin sur un maïs au stade 7 ème feuille visible Pour les mesures de croissance juvénile, l échelle suivante fut utilisée : 6- plante chétive 7- plante en croissance avec une vigueur modérée 8- plante en croissance avec une bonne vigueur 9- plante montrant une vigueur supérieure MAÏS Obj. Labour Décompacteur Rototiller Décompacteur ENSILAGE Rep. Témoin FALC RAU LAFORGE Ferti minérale R R2 8, R3 8,5 6 6,5 7,5 MOY. 8,3 6,0 6,5 6,5 Ferti organique R R2 8, R3 8, MOY. 8,7 6,0 6,7 7,0

18 MAÏS Obj. Labour Décompacteur Rototiller Décompacteur GRAIN Rep. Témoin FALC RAU LAFORGE Ferti minérale R1 8,5 6 7,5 7 R2 8,5 6,5 6,5 6 R3 8,5 6,5 7 7 MOY. 8,5 6,3 7,0 6,7 Ferti organique R1 8,5 6 7,5 7 R2 8,5 6,5 6,5 6 R3 8,5 6,5 7 7 MOY. 8,5 6,3 7,0 6,7 Pourcentage de levée : MAÏS Obj. Labour Décompacteur Rototiller Décompacteur ENSILAGE Rep. Témoin FALC RAU LAFORGE Ferti minérale R R R MOY % ,6 98,8 97,0 Ferti organique R R R MOY % ,1 103,6 96,4 MAÏS Obj. Labour Décompacteur Rototiller Décompacteur GRAIN Rep. Témoin FALC RAU LAFORGE Ferti minérale R R R MOY % ,0 95,2 98,2 Ferti organique R R R MOY % ,2 101,9 99,4 Le maïs a à ce stade une avance considérable sous labour (environ 2 à 3 feuilles visibles en plus) comparativement au TCS.

19 Teneur en matière sèche : Résultats de l année 2007 en maïs ensilage ANALYSE DE VARIANCE S.C.E DDL C.M. TEST F PROBA E.T. C.V. VAR.TOT S-BLOC 49, ,986 VAR.FACTEUR 1 0, ,762 0,134 0,74338 VAR.BLOCS 37, ,886 3,315 0,23226 VAR.RESIDUELLE 1 11, ,697 2,387 5,78% VAR.TOTALE 148, ,463 VAR.FACTEUR 2 59, ,704 6,2 0,00881 VAR.INTER F1*2 1, ,488 0,154 0,92471 VAR.TOT S-BLOC 49, ,986 3,142 0,04833 VAR.RESIDUELLE 2 38, ,178 1,783 4,32% MOYENNES MOYENNE GENERALE = MOYENNES FACTEUR 1 = Forga 41,465 41,109 MOYENNES FACTEUR 2 = Travail 1 (labour) 2 (Falc) 3 (rototiller) 4 (Laforge) 43,665 41,143 41,086 39,254 MOYENNES INTER F1*2 = Forga Travail 1 (labour) 44,27 43,06 2 (Falc) 41,149 41,136 3 (rototiller) 41,136 41,036 4 (Laforge) 39,5 39,203 MOYENNES BLOCS = BLOC 1 (b1) 2 (b2) 3 (b3) 40,034 40,826 43,001 COMPARAISONS DE MOYENNES TEST DE NEWMAN-KEULS - SEUIL = 5% FACTEUR 2 : Travail NOMBRE DE MOYENNES VALEURS DES PPAS 2,244 2,743 3,054 F2 LIBELLES MOYENNES GROUPES HOMOGENES 1.0 labour 43,665 A 2.0 Falc 41,143 A B 3.0 rototiller 41,086 A B 4.0 Laforge 39,254 B

20 Contrairement à ce que l on observait habituellement, cette année le niveau de maturité (très avancé dans cette parcelle) a évolué plus rapidement dans les parcelles labourées. Suite à une gelée précoce, la teneur en matière sèche était très élevée pour le maïs fourrage lors de la récolte et nous impose à rester très prudent quant à l interprétation des résultats obtenus cette année pour ce paramètre. Rendement en matière sèche : ANALYSE DE VARIANCE S.C.E DDL C.M. TEST F PROBA E.T. C.V. VAR.TOT S-BLOC VAR.FACTEUR ,511 0,54949 VAR.BLOCS ,342 0,74473 VAR.RESIDUELLE ,391 24,44% VAR.TOTALE VAR.FACTEUR ,661 0,00002 VAR.INTER F1* ,33 0,059 0,97986 VAR.TOT S-BLOC ,099 0,00008 VAR.RESIDUELLE ,7 769,887 4,87% MOYENNES MOYENNE GENERALE = MOYENNES FACTEUR 1 = Forga 15249, ,1 MOYENNES FACTEUR 2 = Travail 1 (labour) 2 (Falc) 3 (rototiller) 4 (Laforge) 18244, ,35 147, ,1 MOYENNES INTER F1*2 = Forga Travail 1 (labour) 17675, ,58 2 (Falc) 14373, ,42 3 (rototiller) 14452, ,32 4 (Laforge) 14498, ,07 MOYENNES BLOCS = BLOC COMPARAISONS DE MOYENNES 1 (b1) 2 (b2) 3 (b3) 16624,27 26, ,78 TEST DE NEWMAN-KEULS - SEUIL = 5% FACTEUR 2 : Travail NOMBRE DE MOYENNES VALEURS DES PPAS 969, , ,916

21 F2 LIBELLES MOYENNES GROUPES HOMOGENES 1.0 labour 18244,85 A 4.0 Laforge 15103,1 B 2.0 Falc 14998,35 B 3.0 rototiller 147,57 B L apport de fumier fut encore bénéfique cette année à la culture du maïs. Les parcelles de maïs ayant reçu une fumure organique quelques semaines avant semis ont pu valoriser une partie de l azote disponible libéré par le fumier et poursuivre plus facilement leur cycle végétatif. L apport de fumier à permis d atteindre un gain de rendement de l ordre de 1,1 tonnes de matière sèche par hectare. D un point de vue des techniques culturales ; le labour permet de garder cette année un niveau de rendement correct pour la saison culturale alors que les TCS décrochent largement avec un peu moins de 3,2 tonnes de matières sèche en moins à la récolte. Cet important déficit de rendement est probablement lié à un problème de capillarité dès la croissance juvénile du maïs. Le fait de décompacter un sol sec au printemps suivi d une période prolongée de sécheresse (dès le semis cette année) a limité les remontées d eau capillaire, tout comme l an dernier durant la période estivale, engendrant un déficit pour le maïs qu il ne comblera plus jusqu à la récolte. Observation des profils culturaux : (C. Roisin-Département Production végétale-centre Wallon de Recherches agronomiques) Date de l observation des profils : 24 septembre 2007 («Tour vert» du CIPF) Nombre de profils observés : un dans chacune des préparations du sol suivantes : 1. Labour de printemps + préparation et semis classiques 2. Décompactage de printemps + semis classique Labour de printemps : Figure1 : Profil de sol après labour de printemps

22 On retrouve un horizon humifère homogène avec une structure composés d agrégats très petits et tassés en surface sur une profondeur de travail d environ 8cm. L observation du travail réalisé en surface est typique d un affinement excessif engendré par le passage de la rotative qui a travaillé cette année dans des conditions de «sécheresse» extrêmes. Les agrégats de sol observés dans l horizon compris entre 8 et 28cm sont tout à fait conformes à ce que l on attend suite à un labour de printemps, avec des agrégats de sols un peu plus grossiers qu en surface avec certaines zones un peu plus compactées dû à une friabilité lors du travail de printemps. On retrouve un chevelu racinaire assez développé qui explore aisément l horizon labouré avant de s infiltrer dans le sous-sol limoneux. Le fond de raie et le lissage de la charrue par le passage du soc et de la pointe sont clairement visibles dans le profil réalisé. Décompactage de printemps (TCS) : Figure 2 : profil de sol après décompactage au printemps L horizon humifère observé dans les parcelles gérées par TCS est nettement plus superficiel avec une profondeur de l ordre de 22cm au passage de la dent de décompaction et limité à une quinzaine de centimètres entre 2 passages de dents. Ces observations ont pour conséquence de limiter quelque peu le développement racinaire superficiel du maïs. Un lissage de la dent de décompaction et des ailettes est également visible dans le profil dans cette parcelle caractérisée par un taux d argile supérieur à 15%. La limite entre l horizon humifère et le sous-sol limoneux est un peu moins nette que sous labour mais encore bien présente par la pratique du labour depuis de nombreuses années avant les années 2000.

23 Reliquats azotés à la récolte du maïs ensilage : Sous labour : Labour - fumier+nmin 27/11/07 Labour - Nmin 27/11/07 44 unités d'azote 27 unités d'azote Sous TCS : Rototiller - fumier+nmin 27/11/07 Rototiller - Nmin 27/11/07 34 unités d'azote 14 unités d'azote Les valeurs des reliquats observées dans les parcelles labourées sont légèrement supérieures aux valeurs observées sans labour en maïs ensilage. La température du sol supérieure sous labour a sans doute permis une minéralisation plus intense de mai à juillet. D autre part, une minéralisation plus importante liée à l apport de fumier se traduit à la récolte par un horizon humifère plus riche que pour une fertilisation azotée uniquement minérale.

24 Résultats de l année 2007 en maïs grain Résultats agronomiques : Teneur en humidité du grain à la récolte : ANALYSE DE VARIANCE S.C.E DDL C.M. TEST F PROBA E.T. C.V. VAR.TOT S-BLOC 2, ,583 VAR.FACTEUR 1 1, ,362 21,671 0,04027 VAR.BLOCS 1, ,713 11,335 0,08124 VAR.RESIDUELLE 1 0, ,063 0,251 0,70% VAR.TOTALE 14, ,639 VAR.FACTEUR 2 3, ,113 1,8 0,20011 VAR.INTER F1*2 1, ,339 0,549 0,66126 VAR.TOT S-BLOC 2, ,583 0,942 0,48925 VAR.RESIDUELLE 2 7, ,618 0,786 2,19% MOYENNES MOYENNE GENERALE = 35.9 MOYENNES FACTEUR 1 = Forga 35,671 36,147 MOYENNES FACTEUR 2 = Travail 1 (labour) 2 (falc) 3 (rototiller) 4 (laforge) 36,154 36,387 35,488 35,7 MOYENNES INTER F1*2 = Forga Travail 1 (labour) 35,668 36,64 2 (falc) 36,471 36,2 3 (rototiller) 35,239 35,737 4 (laforge) 35,5 35,9 MOYENNES BLOCS = BLOC COMPARAISONS DE MOYENNES 1 (b1) 2 (b2) 3 (b3) 36,218 35,887 35,622 TEST DE NEWMAN-KEULS - SEUIL = 5% FACTEUR 1 : Forga NOMBRE DE MOYENNES 2 VALEURS DES PPAS 0,439 F1 LIBELLES MOYENNES GROUPES HOMOGENES 2.0 fumier 36,147 A 1.0 rien 35,671 B

25 Rendement en grain à 15 H : ANALYSE DE VARIANCE S.C.E DDL C.M. TEST F PROBA E.T. C.V. VAR.TOT S-BLOC VAR.FACTEUR ,553 0,06968 VAR.BLOCS ,995 0,14391 VAR.RESIDUELLE ,337 5,02% VAR.TOTALE VAR.FACTEUR ,983 0,00226 VAR.INTER F1* ,7 1,243 0,33789 VAR.TOT S-BLOC ,261 0,11434 VAR.RESIDUELLE ,8 748,8 7,69% MOYENNES MOYENNE GENERALE = MOYENNES FACTEUR 1 = Forga 9373, ,37 MOYENNES FACTEUR 2 = Travail 1 (labour) 2 (falc) 3 (rototiller) 4 (laforge) 11079, , , ,349 MOYENNES INTER F1*2 = Forga Travail 1 (labour) 10761, ,83 2 (falc) 8412, ,27 3 (rototiller) 9587,2 9396,825 4 (laforge) 87, ,539 MOYENNES BLOCS = BLOC 1 (b1) 2 (b2) 3 (b3) 9488, , ,19 COMPARAISONS DE MOYENNES TEST DE NEWMAN-KEULS - SEUIL = 5% FACTEUR 2 : Travail NOMBRE DE MOYENNES VALEURS DES PPAS 942, , ,949 F2 LIBELLES MOYENNES GROUPES HOMOGENES 1.0 labour 11079,36 A 3.0 rototiller 9492,063 B 4.0 laforge 9206,349 B 2.0 falc 9126,985 B Les teneurs en humidité mesurées à la récolte confirment les valeurs déjà observées lors des précédentes années d expérimentation avec une humidité inférieure de 0,5 points à la récolte pour les TCS.

26 Reliquats azotés à la récolte du maïs grain : Sous labour : Labour - fumier+nmin 27/11/07 Labour - Nmin 27/11/07 43 unités d'azote 31 unités d'azote Sous TCS : Rototiller - fumier+nmin 27/11/07 Rototiller - Nmin 27/11/07 54 unités d'azote 22 unités d'azote Contrairement aux observations réalisées en ensilage, les profils réalisés dans les parcelles travaillée en TCS sont plus riches d une vingtaine d unités que dans les parcelles labourées. Le développement végétatif beaucoup plus important sous labour a, suite au conditions très ensoleillées de l automne, poursuivi son cycle bénéficiant d un bon stay-green et continuant à stocker notamment dans la partie tige-feuille. Ce phénomène fut par contre nettement plus limité vu le faible gabarit des maïs dans les parcelles non labourées présentant une sénescence plus rapide. Cette situation peut en partie expliquer les différences observées dans les profils en culture de maïs grain.

Implanter du maïs sans labourer

Implanter du maïs sans labourer Journées techniques sans labour 10 et 11 juin 2009 à Fruges et Thiant Implanter du maïs sans labourer clés de la réussite : levée, enracinement résultats d essais, approche économique Projet cofinancé

Plus en détail

Essai de Plasticulture en Province de Luxembourg (SPIGVA-CIPF 2004) Collaboration SPIGVA Prov. De Luxembourg CIPF asbl

Essai de Plasticulture en Province de Luxembourg (SPIGVA-CIPF 2004) Collaboration SPIGVA Prov. De Luxembourg CIPF asbl Essai de Plasticulture en Province de Luxembourg (SPIGVA-CIPF 2004) Collaboration SPIGVA Prov. De Luxembourg CIPF asbl Lieu : Hemroulle Date de semis : le 28/04/04 Date de récolte : le 25/10/04 Variétés

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal

ARVALIS - Institut du végétal Implantation du maïs: quelles innovations pour quels bénéfices? R. LEGERE Arvalis Institut du Végétal Programme Les différents itinéraires techniques d implantation Focus sur les itinéraires très simplifiés:

Plus en détail

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr.

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. Physique vs chimie des sols Avant, l état de santé des sols était trop souvent basé sur le résultat d analyse chimique (ph, P, K, ). Maintenant,

Plus en détail

C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES

C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI : TEST DE VARIETE DE TRITICALE EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE Campagne

Plus en détail

Valorisation du maïs fourrage. Comparaison de 5 types de récoltes

Valorisation du maïs fourrage. Comparaison de 5 types de récoltes Valorisation du maïs fourrage Comparaison de 5 types de récoltes 1. Introduction Suite au prix élevés des aliments et d une moindre disponibilité de pulpes de betteraves, beaucoup d agriculteurs cherchent

Plus en détail

2.2. Comparaison d une technique de travail de sol sous labour à une technique simplifiée sans labour avec un semis à plat ou sur buttes.

2.2. Comparaison d une technique de travail de sol sous labour à une technique simplifiée sans labour avec un semis à plat ou sur buttes. 2.2. Comparaison d une technique de travail de sol sous labour à une technique simplifiée sans labour avec un semis à plat ou sur buttes. 2.2.1. en maïs ensilage Extrait de la convention 2659/3 Lieu :

Plus en détail

Projet Mosabio Rapport d essai 2014

Projet Mosabio Rapport d essai 2014 Introduction Projet Mosabio Rapport d essai 2014 Le projet Mosabio a été proposé en 2011 par un groupe de travail comprenant AGRIDEA, Agroscope et le FiBL. Il s inscrit dans le contexte du déficit de l

Plus en détail

Bien travailler son sol. Anne Weill, agr.

Bien travailler son sol. Anne Weill, agr. Bien travailler son sol Anne Weill, agr. Pourquoi travailler le sol? Le cycle compaction-décompaction Effet du travail du sol Choix en fonction de la situation Le travail du sol profond Le travail du sol

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Pierre MORTREUX Chambre d Agriculture du Nord Pas de Calais PROSENSOLS.EU Chantiers d arrachage de Objectifs? Contexte Sol de limon argileux sur craie

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE

RAPPORT DE RECHERCHE GESTION EFFICACE ET INTÉGRÉE DES ROTATIONS, DU TRAVAIL DU SOL, DES FUMIERS ET DES COMPOSTS POUR UNE RENTABILITÉ ACCRUE EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE RAPPORT DE RECHERCHE Demandeur : Institut de recherche et

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES Les systèmes de production végétale en régie biologique font souvent appel aux engrais verts dans la rotation des cultures. Ces plantes

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE

RAPPORT DE RECHERCHE IMPACT AGRONOMIQUE ET ÉCONOMIQUE DES LÉGUMINEUSES DANS LES ROTATIONS AGRICOLES RAPPORT DE RECHERCHE Demandeur : Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA) Chercheurs : Adrien

Plus en détail

6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho

6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho GUIde sorgho 2015 La Gamme sorgho 2015 17 % Besoins en eau limités Diversité de culture dans la rotation 46 % 6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho Besoins en intrants faibles 12 % 10 % Dégâts sur la

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

[Signature]Essais réalisés en collaboration entre les Chambres d'agriculture de Bretagne, les fédérations de Cuma et Arvalis Institut du végétal.

[Signature]Essais réalisés en collaboration entre les Chambres d'agriculture de Bretagne, les fédérations de Cuma et Arvalis Institut du végétal. [Titre]Semis de maïs : 3 semoirs à l'épreuve de la vitesse [Commentaires sur la mise en forme : Le tableau des caractéristiques des matériels avec les photos des semoirs doit être placé en première page.

Plus en détail

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION QU EST-CE QU UNE PLANTE COMPAGNE? C est un couvert végétal semé en association avec une culture principale afin d améliorer son comportement agronomique et sa rentabilité. Initialement travaillés sur la

Plus en détail

LE SEMOIR À DISQUES : UN OUTIL OPPORTUN. Témoignage de Jean-Paul SAMSON

LE SEMOIR À DISQUES : UN OUTIL OPPORTUN. Témoignage de Jean-Paul SAMSON LE SEMOIR À DISQUES : UN OUTIL OPPORTUN Témoignage de Jean-Paul SAMSON 1 Jean Paul SAMSON Lorry-Mardigny (57) 1.3 UTH Types de sol principaux : 75% argilo-calcaire 20% argilo-limoneux SAU 137 ha orge hiver

Plus en détail

Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS

Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS Exploitants : Groupement d agriculteurs de Vouvry Récolte : 30 juin 2015 avec Syngenta Procédé cultural orge Exploitant : Groupement d agriculteurs

Plus en détail

Vision cultures. Substitutions de maturités d hybrides basées sur la recherche à long terme. par Mark Jeschke et Steve Paszkiewicz.

Vision cultures. Substitutions de maturités d hybrides basées sur la recherche à long terme. par Mark Jeschke et Steve Paszkiewicz. Vision cultures Substitutions de maturités d hybrides basées sur la recherche à long terme par k Jeschke et Steve Paszkiewicz Sommaire Lorsque la pluie retarde sensiblement les travaux aux champs et les

Plus en détail

Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire. Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008

Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire. Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008 Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008 Mauvaises herbes Introduction gramoxone entre les rangs sarclages manuels : 500$ à 1,000$ par

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

Essai colza en système de cultures innovant

Essai colza en système de cultures innovant Essai colza en système de cultures innovant Compte-rendu d essais Année 2010-2011 COURTOIS Nicolas Avec la collaboration de M. BOSSON Christophe, exploitant à Aire-la-Ville Sommaire 1. Présentation...

Plus en détail

Analyses de sol et interprétation 4des résultats

Analyses de sol et interprétation 4des résultats Analyses de sol et interprétation 4des résultats 4 Analyses de sol et interprétation des résultats Pour optimiser la fumure, il faut prendre en considération, en plus du besoin des plantes, différentes

Plus en détail

TCS, strip-till et semis direct

TCS, strip-till et semis direct Témoignage dethierry Lesvigne Polyculture Elevage Bovin Lait La Bernaudie 24 480 ALLES- SUR-DORDOGNE Depuis 2008, Thierry Lesvigne a choisi repenser l ensemble de son système agronomique et a arrêté définitivement

Plus en détail

La rénovation des prairies

La rénovation des prairies La rénovation des prairies Jérôme WIDAR, Sébastien CREMER, David KNODEN et Pierre LUXEN. - 1 - 3.5. Rénovation après dégâts de sangliers La rénovation d une prairie ayant subi des dégâts de sangliers est

Plus en détail

Evolution des teneurs en humidité du maïs grain

Evolution des teneurs en humidité du maïs grain Evolution des teneurs en humidité du maïs grain Dans le cadre des activités du Centre agricole maïs, un réseau d avertissement fournissant des données sur l évolution des teneurs en humidité du grain a

Plus en détail

Analyse d un d réseau d essaisd

Analyse d un d réseau d essaisd Analyse d un d réseau d essaisd «variétés» Exemple du réseau «variétés de blé tendre d hiver (BTH)» François PIRAUX Arvalis Institut du végétal Séminaire méta-analyse 13 juin 2013 1 Plan Définition et

Plus en détail

BELchanvre. Journée transfrontalière. Gembloux, le 19 juin 2013

BELchanvre. Journée transfrontalière. Gembloux, le 19 juin 2013 BELchanvre Journée transfrontalière Gembloux, le 19 juin 2013 La filière chanvre en Wallonie La société Coopérative : 29 agriculteurs (pers. physiques/morales) + CER Groupe intérêt d'autres producteurs

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

COMPTE RENDU Journée formation

COMPTE RENDU Journée formation COMPTE RENDU Journée formation Agriculture de conservation des sols Profils de sol 1. Vincent Etchebarne à St Jean le Vieux prairie 2. Alain Claverie à Behasque sol nu / couverts multiples 3. Bernard Hourquebie

Plus en détail

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

Plus en détail

Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole

Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole Nathalie Goma-Fortin, Sitevi, 1 décembre 2009 Rôles de la matière organique dans les sols Réseau régional de sites d expérimentations Faible

Plus en détail

L entretien des. gazon. Salon DEMO VERT 15 septembre 2010 - L'entretien des gazons sportifs - Paulo Seixas

L entretien des. gazon. Salon DEMO VERT 15 septembre 2010 - L'entretien des gazons sportifs - Paulo Seixas L entretien des terrains sportifs en gazon INTRODUCTION Les sports de gazon Gazon naturel < > Gazon synthétique L entretien est essentiel : - Esthétique -Sécurité -Qualité de jeux -Longévité LA TONTE

Plus en détail

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Laure Beff, Yvon Lambert, Nicolas Beaudoin, Bruno Mary et Thierry

Plus en détail

Raisonnement de la fertilisation des prairies

Raisonnement de la fertilisation des prairies Raisonnement de la fertilisation des prairies Un outil de caractérisation des pratiques de fertilisation : les indices de nutrition (analyses d herbe) Mise au point de l outil : l équipe ORPHEE de l INRA

Plus en détail

Démonstration d implantation des engrais verts après moisson

Démonstration d implantation des engrais verts après moisson Démonstration d implantation des engrais verts après moisson Mercredi 2 juillet 2014 14 h - Ittenheim Edouard Cholley Félix Meyer Gérald Huber Introduction Voir les couverts végétaux, comme un outil agronomique

Plus en détail

Bien choisir sa variété de maïs ensilage

Bien choisir sa variété de maïs ensilage Bien choisir sa variété de maïs ensilage Le maïs ensilage n est pas une culture difficile à cultiver. Pour choisir sa variété, l agriculteur dispose aujourd hui d une multitude de critères : attention

Plus en détail

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538 Rapport final réalisé dans le cadre du programme Prime-Vert, sousvolet 11.1 Appui à la Stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture TITRE DU PROJET : Développement de deux méthodes de lutte contre

Plus en détail

Implantation de colza au Strip till. Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme

Implantation de colza au Strip till. Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme Implantation de colza au Strip till Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme Objectifs de l essai Comparer différentes techniques d implantation simplifiée en colza Mono-graine

Plus en détail

RESULTATS DE L ESSAI TEST DE VARIETES DE SOJA EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

RESULTATS DE L ESSAI TEST DE VARIETES DE SOJA EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI TEST DE VARIETES DE SOJA EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE 2 I- JUSTIFICATION La consommation de la pastèque est en nette expansion en réponse à une forte demande nationale et régionale ; Cependant la production

Plus en détail

La Pomme de Terre de fécule

La Pomme de Terre de fécule La Pomme de Terre de fécule Enquête technique Récolte 2014 SOMMAIRE Retour sur les conditions climatiques 2014 03 Caractéristiques de la campagne 2014 04 Vous trouverez dans ce document les résultats

Plus en détail

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Romain LEGERE- Arvalis(station de la Jaillière Collaboration Bruno Couilleau-CA44 (Ferme de Derval) Techniques agronomiques innovantes

Plus en détail

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Partenaires : INRA, Cetiom, CRA des Pays de la Loire, Union Eolys, semenciers Durée du programme

Plus en détail

PROTOCOLE DE RECHERCHE

PROTOCOLE DE RECHERCHE PROTOCOLE DE RECHERCHE ESSAIS D ADAPTATION DE LA PLANTE NEPETA CATARIA AU BURUNDI La Nepeta cataria est une plante originaire de l Europe et l Asie, qui s est également bien établie en Amérique du Nord.

Plus en détail

Réussir votre gazon JARDIN 02

Réussir votre gazon JARDIN 02 Réussir votre gazon JARDIN 02 1 Choisir un gazon a) Vérifier que le type de gazon souhaité correspond : à l'utilisation sport et jeux gazon anglais gazon rustique (usage intensif) résistance esthétique

Plus en détail

La compaction des sols : Les causes et les solutions

La compaction des sols : Les causes et les solutions -1- La compaction des sols : Les causes et les solutions No : 05-C01 Novembre 05 Par: Georges Erick Tsague, CCA GGAEO, Alfred, ON Remerciements: Sylvie Denis, Agr etsague@cropadvisers.com, etsague@yahoo.fr

Plus en détail

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage 1 Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage P. Courtois 3, J-P Destain 4, C. Vandenberghe 5, J.M. Marcoen 5 1. Introduction : l azote, le sol et le nitrate

Plus en détail

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr.

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr. Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr., MAPAQ Contenu de la présentation o Recommandations o Connaissances o

Plus en détail

ORGES HYBRIDES. www.semencesdefrance.com

ORGES HYBRIDES. www.semencesdefrance.com ORGES HYBRIDES www.semencesdefrance.com Gamme Variйtale Semences de France Orges hybrides 6 rangs fourragиres PS Nouveautй GOODY 2014 (SY212.121) 5 (1/2 hiver 7 (précoce) 8 6 6 7 6 HOBBIT 2009 6 6 1/2

Plus en détail

Gérer définitivement les problèmes de mousse

Gérer définitivement les problèmes de mousse Gérer définitivement les problèmes de mousse Tuer la mousse n est pas un problème mais pour l éliminer définitivement, il faudra identifier la ou les origines de sa présence et y remédier Quelles sont

Plus en détail

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES Pourquoi une analyse de sol? A) Il peut y avoir deux types de carences: La carence vraie: l élément minéral n est pas assez présent dans le sol. La carence induite:

Plus en détail

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Fiche technique mise à jour : février 2014 Association Couvert végétal - Cycle ultra court Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Pour sécuriser et déplafonner les rendements

Plus en détail

LE SOUS-SOLAGE, LE TRAVAIL DU SOL ET LE CHAULAGE

LE SOUS-SOLAGE, LE TRAVAIL DU SOL ET LE CHAULAGE LE SOUS-SOLAGE, LE TRAVAIL DU SOL ET LE CHAULAGE Georges Lamarre ing.-agr. MAPAQ, Montérégie Secteur Ouest 177, St-Joseph, Ste-Martine, J0S 1V0 (450) 427-2000 La compaction La compaction des sols est un

Plus en détail

La régie du canola. Par Benoit Bérubé Dans le cadre du Stage professionnel en agronomie, AGN-3500 Université Laval Chez Société Majéco Inc.

La régie du canola. Par Benoit Bérubé Dans le cadre du Stage professionnel en agronomie, AGN-3500 Université Laval Chez Société Majéco Inc. La régie du canola Par Benoit Bérubé Dans le cadre du Stage professionnel en agronomie, AGN-3500 Université Laval Chez Société Majéco Inc. Mai 2015 Introduction Caractéristique de la plante Stade de croissances

Plus en détail

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Victor Savoie, ingénieur agricole MAPAQ, Centre-du-Québec, Nicolet Photo : Véronique Gagnon, Club agroenvironnement Bois-Francs Le drainage agricole

Plus en détail

LA TONTE. compact et solide

LA TONTE. compact et solide LA TONTE Une tonte régulière est une condition sine qua non pour un gazon compact et solide Si coupes fréquentes (+) formation de nombreuses pousses périphériques et augmentation de la densité des feuilles

Plus en détail

Evaluation de la production de Bois Raméal Fragmenté (B.R.F.) à partir d une coupe de peupliers issue d une parcelle en agroforesterie

Evaluation de la production de Bois Raméal Fragmenté (B.R.F.) à partir d une coupe de peupliers issue d une parcelle en agroforesterie Evaluation de la production de Bois Raméal Fragmenté (B.R.F.) à partir d une coupe de peupliers issue d une parcelle en agroforesterie Compte-rendu d expérimentation Service Développement économique des

Plus en détail

Couverts associés au colza Premiers résultats

Couverts associés au colza Premiers résultats Le 29 juillet 21 Couverts associés au colza Premiers résultats AVERTISSEMENT LA NOTE QUI SUIT CORRESPOND AUX PREMIERS RESULTATS PARTIELS DE DEUX ANNEES D ESSAIS REALISES EN SEMIS DIRECT DANS UN CONTEXTE

Plus en détail

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes?

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Un producteur agricole peut-il en même temps protéger l environnement, améliorer les relations avec ses voisins et sauver de l argent? La réponse

Plus en détail

CENTRE TECHNIQUE HORTICOLE DE GEMBLOUX HORTIFORUM a.s.b.l. Comparaison de différentes tailles pour la conduite de raisin de table

CENTRE TECHNIQUE HORTICOLE DE GEMBLOUX HORTIFORUM a.s.b.l. Comparaison de différentes tailles pour la conduite de raisin de table CENTRE TECHNIQUE HORTICOLE DE GEMBLOUX HORTIFORUM a.s.b.l Comparaison de différentes tailles pour la conduite de raisin de table Janvier 2010 Olivier Gricourt Table des matières 1.Thème de l essai et objectifs

Plus en détail

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants.

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Mesure n 1 Périodes d'interdiction d'épandage des fertilisants Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Types

Plus en détail

Fertilisation azotée des prairies : mise au point d un outil de conseil en Wallonie

Fertilisation azotée des prairies : mise au point d un outil de conseil en Wallonie Earth & Life Institute - Pôle agronomie Fertilisation azotée des prairies : mise au point d un outil de conseil en Wallonie Marc De Toffoli 1, Dimitri Wouez 2, Christian Decamps 1, Richard Lambert 1,3

Plus en détail

La fumure d entretien

La fumure d entretien Septième note inter régionale Rhône Méditerranée fertilisation de la vigne 2008-2009 Cette note a pour destinataires les conseillers viticoles et les vignerons de la région Rhône-Méditerranée. Elle a pour

Plus en détail

Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS

Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS Risque verse Comment bien prélever? AGRO-METEO Les températures enregistrées ces derniers mois restent exceptionnelles. Pour les premiers semis

Plus en détail

vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir!

vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir! vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir! Les principaux objectifs et avantages L agronomie En étudiant scientifiquement les critères biologiques, physiques et chimiques, elle joue un rôle

Plus en détail

l implantation Réussir des prairies GNIS 44, rue du Louvre 75001 PARIS Photos GNIS

l implantation Réussir des prairies GNIS 44, rue du Louvre 75001 PARIS Photos GNIS Réussir l implantation des prairies GNIS Ref. : DO757 GNIS 44, rue du Louvre 75001 PARIS Photos GNIS Réussir l implantation de sa prairie est la première condition à satisfaire pour profiter pleinement

Plus en détail

Production de la biomasse végétale

Production de la biomasse végétale 4 Production de la biomasse végétale Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation, de l'agriculture

Plus en détail

L AGRO-ECOLOGIE AU BURKINA FASO : technologies mises au point par l INERA-Burkina Faso

L AGRO-ECOLOGIE AU BURKINA FASO : technologies mises au point par l INERA-Burkina Faso L AGRO-ECOLOGIE AU BURKINA FASO : technologies mises au point par l INERA-Burkina Faso Kambiré Sami Hyacinthe Somé Léopold Ouagadougou le 15 février 2013 Les cordons pierreux 2 Les bandes enherbées 3 Conservation

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

Essai «engrais starter» à Franchimont CIPF 2007

Essai «engrais starter» à Franchimont CIPF 2007 Essai «engrais starter» à Franchimont CIPF 2007 1. Protocole Dans un contexte où la productivité reste importante, les producteurs de maïs sont démarchés régulièrement par des firmes qui proposent des

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES Avant-propos: Le sol est un milieu vivant et fragile en constante évolution. On pourra l améliorer ou le détruire en fonction des actions que l on effectuera sur

Plus en détail

Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C

Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C Évaluation de l exportation en phosphore lors de la récolte de gazon en plaques et comparaison des grilles

Plus en détail

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Objectif. Il y a 4 ans je m installait dans une ferme de 100Ha. Apres 2 ans observant l'état si pauvre et usé de la terre, j ai devenu

Plus en détail

Analyses agronomiques

Analyses agronomiques 4 C H A P I T R E Analyses agronomiques De nombreux moyens existent pour analyser et décrire les sols et les matières organiques. Les résultats des analyses agronomiques permettent d évaluer leurs caractéristiques

Plus en détail

CONSEQUENCES DU COMPACTAGE

CONSEQUENCES DU COMPACTAGE Page : 1 / 6 L évolution des pratiques viticoles a conduit, dans les dernières décennies, à une indéniable modification de la structure des horizons superficiels des sols. Le passage répété d engins lourds

Plus en détail

Couverture des sols en interculture Choisir et conduire un couvert adapté à ses besoins

Couverture des sols en interculture Choisir et conduire un couvert adapté à ses besoins Note technique n 25 Mai 2012 L opération de conseil Agr Eau Madon, co-financée par l Agence de l Eau Rhin Meuse et le CASDAR, est destinée à vous apporter des informations et des conseils en faveur de

Plus en détail

4. Indices de précipitations

4. Indices de précipitations 4. Indices de précipitations Cette partie présente les évolutions prévues de cinq indices de précipitations. Il s agit de moyennes annuelles (voir annexes 1 à 4 pour les valeurs saisonnières). Il est à

Plus en détail

REF : 2010/03/AB-LLB EXPERIMENTATEURS : N. MANIEZ, N. GOUSSARD, D. HOUDMON, L. SIKA, A.BARRIER

REF : 2010/03/AB-LLB EXPERIMENTATEURS : N. MANIEZ, N. GOUSSARD, D. HOUDMON, L. SIKA, A.BARRIER ESSAI ROTATION / SALADE ESSAI VARIÉTAL DE LAITUES POMMÉES, BATAVIA ET FEUILLES DE CHÊNE BLONDES EN CULTURE AGROBIOLOGIQUE SOUS SERRE VITREE CULTURE D HIVER REF : 2010/03/AB-LLB EXPERIMENTATEURS : N. MANIEZ,

Plus en détail

Sur nos captages... cultivons l eau des Vosges

Sur nos captages... cultivons l eau des Vosges Inconvénient Avantages Fiche n 29 Septembre 2012 Cette fiche technique, co-financée par l Agence de l Eau Rhin-Meuse, le Conseil Général des Vosges et le CASDAR, est destinée à vous apporter des informations

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

Comprendre la formation et la fertilité des sols

Comprendre la formation et la fertilité des sols Comprendre la formation et la fertilité des sols Un sol est constitué d'éléments minéraux et de matières organiques. Il prend naissance à partir de la roche puis évolue sous l'action du climat et de la

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

Optimisation de la fertilisation azotée chez la betterave à sucre

Optimisation de la fertilisation azotée chez la betterave à sucre RESUME Journée Nationale sur la valorisation des Résultats de la Recherche Optimisation de la fertilisation azotée chez la betterave à sucre Dalel Toumi Azouz (1) & Mohamed Lassoued (2) (1) : IRESA (2)

Plus en détail

Le climat et les problèmes d eau

Le climat et les problèmes d eau CHAPITRE 3 Le climat et les problèmes d eau 3.1 INTRODUCTION Au cours des millénaires, l homme a surtout observé de l eau les phénomènes de précipitation etd écoulementdanslescoursd eau,parcequelapluieluitombaitsurlatêteetquel

Plus en détail

Semis direct: de l essai à la pratique

Semis direct: de l essai à la pratique Travail du sol - Semis direct 2.4.3 Semis direct: de l essai à la pratique Expériences acquises dans un système de semis direct en continu A. Chervet 1, L. Gubler 1, P. Hofer 1, C. Maurer-Troxler 1, M.

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET SESSION 2011 France métropolitaine BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Option : Génie des équipements agricoles Durée : 3 heures 30 Matériel(s)

Plus en détail

Essai Variétés de blé tendre En agriculture biologique Campagne 2008-2009

Essai Variétés de blé tendre En agriculture biologique Campagne 2008-2009 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES Essai Variétés de blé tendre En agriculture biologique Campagne 2008-2009 Loïc PRIEUR

Plus en détail

AVANT-PROPOS... LISTE DES TABLEAUX... LISTE DES FIGURES...

AVANT-PROPOS... LISTE DES TABLEAUX... LISTE DES FIGURES... AVANT-PROPOS... LISTE DES TABLEAUX... LISTE DES FIGURES... CHAPITRE 1. PRODUCTION, UTILISATION, CLASSIFICATION ET BUDGETS DE CULTURE...1 Djiby Sall Guy Durivage Marcel Frenette LA PRODUCTION ET L UTILISATION...3

Plus en détail

Dossier céréales d automne semis 2014 récolte 2015

Dossier céréales d automne semis 2014 récolte 2015 Dossier céréales d automne semis 2014 récolte 20 Liste des variétés Page 2 Herbicides d automne Page 4 Fumure Page 6 Rendements des essais blés Page 9 Recommandations de production Page 10 Page 1 Page

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2009

Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2009 ISSN 17128315 Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2009 Ning Wang Gestionnaire de programme, Recherches sur les légumineuses Personneressource : Ning Wang Gestionnaire de programme Laboratoire de

Plus en détail