- Hydrogéologie - L3 Pro CTH.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "- Hydrogéologie - L3 Pro CTH. cedric.legout@ujf-grenoble.fr"

Transcription

1 - Hydrogéologie - L3 Pro CTH 1

2 2 2.

3 Bilan d eau en km 3 en France 3 Figure: D après Roux

4 Les enjeux associés aux ressources souterraines : utilisateurs Eaux de surface (hm 3 /an) Eaux de source (hm 3 /an) Eaux souterraines pompées (hm 3 /an) Total (hm 3 /an) Collectivités industries Centrales thermiques agriculture total Figure: D après SVT, 2 nde, Hachette,

5 Plan 1. Caractéristiques d un milieu poreux 2. Écoulement d eau dans un milieu poreux 3. Les différents types d aquifères 4. Applications à quelques cas 5

6 1- Caractéristiques d un milieu poreux Très faiblement saturé Sol/zone non saturée Partiellement saturé Sol-altérite-roche /zone saturée Quasi-saturé agrégats eau air 6

7 milieu triphasique Va Ma Gaz (air) Ve Vv Vt Ml Me Liquide (eau) Vs Ms Solide 7

8 Distribution granulométrique: Courbes mono et poly dispersées, mono et mutli modes Comment les obtenir? v = 2r 2 e g( ρs ρ ) 9µ 8

9 Figure: D après Udden (1914) et Wentworth (1922) 9

10 La structure du milieu poreux «La structure désigne le mode d'assemblage, l'arrangement des particules minérales du sol et les liaisons éventuelles avec les colloïdes ou d'autres éléments» Arrangements typiques: Arrangement cubique Arrangement hexagonal compact 10

11 Porosité totale : n n = = V V V v t t V V t s = 1 V V s t = 1 ρd ρ s Comment mesurer la porosité? Quelques valeurs de porosité Argile. 0,4-0,6 m 3 /m % Sables fins. 0,4-0,5 m 3 /m % Sables moyens. 0,35-0,4 m 3 /m % Sables grossiers. 0,25-0,35 m 3 /m % graviers. 0,2-0,3 m 3 /m % 11

12 Porosité efficace = Volume eau gravitaire Volume total TYPES DE RESERVOIRS POROSITE EFFICACE (%) graviers 25 sables 15 limons 2 vase argileuse 0.1 calcaires fissurés 2 à 10 craie 2 à 5 granite fissuré 0,1 à 2 basalte fissuré 8 à 10 schistes 0,1 à 2 Figure: Différents types d'eau au voisinage d'un grain dans un aquifère (Polubrina-Kochina in Castany) 12

13 Etat énergétique de l eau dans le milieu poreux Le potentiel de l eau dans le milieu poreux correspond à la différence d énergie libre entre l eau du milieu poreux et une eau de référence, libre et pure à la pression atmosphérique. Le potentiel traduit l état de liaison de l eau du milieu poreux ou la quantité d énergie qu il faudrait exercer pour l extraire. Le potentiel s exprime sous forme d une énergie par unité de quantité de matière, de volume, de masse ou de poids 13

14 E = Ec +Ep avec Ec <<<<Ep Plusieurs types d énergie potentielle: Potentiel gravitaire ψ g Potentiel de pression ψ p (positif ou négatif) Potentiel de pression osmotique ψ o (potentiel négligeable en sols non salés) ψ = ψ g + ψ p + ψ o 14

15 Principales forces agissant sur un volume d eau du sol: force de gravité force de pression énergie potentielle énergie de pression hydrostatique (nappe) ou capillaire (ZNS) Très faiblement saturé Zone non saturée Nappe Partiellement saturé Quasi-saturé grains eau air 15

16 Le potentiel de gravité s écrit: ψ g = M i g z = V i ρ g z [J/mol] ψ g = ρ g z [J/m 3 ] [Pa] 16

17 La phase liquide est soumise à la pression atmosphérique Son état de pression varie autour de celle-ci en fonction des forces auxquelles elle est soumise (hydrostatique ou capillaire) Le potentiel de pression s écrit : ψ p = V i (p e p at ) = V i p e [J/mol] ψ p = p e [J/m 3 ] [Pa] Dans la nappe : h 1 ψ p = p e = ρ g h 1 > 0 17

18 Expression du potentiel total sous forme d une énergie par unité de : quantité de matière: ψ = ψ p + ψ z [J mol -1 ] volume: ψ = ρ g h + ρ g z [J m 3 ] [Pa] masse: ψ = g h + g z [J/kg] poids: ψ = h + z [J/N] [m] 18

19 Notion de charge hydraulique H Potentiel de gravité // charge de gravité Potentiel de pression // charge de pression: hydrostatique matricielle z h Potentiel total // charge hydraulique totale H 19

20 2- Écoulement de l eau dans un milieu poreux Sens des écoulements Z, altitude Z, altitude 150 cm 100 cm Zone plus humide 50 cm 0 H, charge hydraulique 50 cm 150 cm 100 cm Zone plus sèche 50 cm 0 H, charge hydraulique 50 cm Zone plus sèche Direction des écoulements 100 cm 150 cm Direction des écoulements Zone plus humide 100 cm 150 cm 20

21 Ecoulement selon grad H 21

22 Ecoulement en milieu saturé Loi de Darcy (1856) Η Q H = S K s [ m s L 3 1 ] avec Ks la conductivité hydraulique à saturation du milieu [L/T] souvent exprimée en densité de flux ou vitesse de filtration: q Q H = = K s [ ms S L 22 1 ]

23 La conductivité hydraulique à saturation Ordres de grandeurs Ks (m /s) m/j 10 m/j 1 m/j 0.1 m/j Perméabilité Perméable Semi-perméable Imperméable Type de sol Gravier sans sable ni éléments fins Sable avec gravier Sable grossier à sable fin Sable très fin Limons grossiers à limons argileux Argile limoneuse à argile homogène D après Musy et Soutter, 1991! Ks varie aussi et surtout avec la structure (compaction, labour, battance) Roches fissurées Calcaires et roches solubles 23

24 Notion de perméabilité intrinsèque, k K s = k ρ g µ Ks dépend du milieu (k) et du fluide (ρ/µ) k dépend de la texture et de la STRUCTURE qui influent sur les vitesses porales et les trajectoires (tortuosité)! µ varie avec la température 24

25 3- Les différents types d aquifères Définitions Aquifère: milieu poreux totalement saturé en eau (contenant+contenu) Nappe: ensemble du volume d eau compris dans la partie saturée d un aquifère 2 types de nappe Nappe à surface libre Nappe captive 2 types de porosité interstitielle fissures et fractures Figure: Schéma d une nappe captive. D après Champoux et Toutant,

26 Nappes libres Nappe de vallée: climats tempérés, sols à surface perméable, ex des nappes sur socle (massif armoricain) ex de la nappe de la craie (Nord de la France) Figure: D après De Marsilly (1986). Hydrogéologie quantitative 26

27 ! L échelle verticale était exagérée (*100) dans le schéma précédent! En réalité: Équipotentielles quasi verticales Lignes de courant quasi horizontales Figure: D après De Marsilly (1986). Hydrogéologie quantitative 27

28 pg2 pg3 pg4 pg5 pg6 Deux caractéristiques majeures: faible profondeur en général fluctuations de la surface libre rivière nappe Figure: Donnée du bassin versant de Naizin. Source UMR SAS. 28

29 Nappe de vallée: cas particulier en pays aride faible infiltration ruissellement de surface temporairement important formation de rivières temporaires, principale source d alimentation des nappes Figure: D après De Marsilly (1986). Hydrogéologie quantitative 29

30 Nappe alluviale: localisée dans les alluvions/colluvions le long d un cours d eau Equilibre avec le niveau de la rivière: Épaisseur et perméabilité variable: 100 m 30

31 Entrée de la plaine: la rivière alimente la nappe, les équipotentielles sont serrées, l écoulement est rapide Plaine: écoulement lent, rivière et nappe à l équilibre Sortie de la plaine: la nappe aliment la rivière (zone humide) Figure: D après De Marsilly (1986). Hydrogéologie quantitative 31

32 Nappes captives Forage: l eau remonte au dessus du plancher supérieur sous l effet de la pression. Nappe artésienne: l eau remonte au dessus de la surface topographique 32

33 ! Une nappe libre présente une surface piézométrique qui coincide avec la surface de la nappe Nappes superposées Figure: D après De Marsilly (1986). Hydrogéologie quantitative 33

34 Milieux fissurés fracturés Figure: Schéma d un aquifère fissuré fracturé 34

35 Milieux karstiques Figure: Représentation d un karst (Source: BRGM). Figure: Presses Univ. de Franche Comté). 35

36 Processus de karstification CaCO3 + CO2 +H2O = Ca(HCO 3 ) 2 Si la roche ne contient pas 65% de calcite au minimum, le processus de karstification ne se produit pas Capacité de dissoudre la calcite dépend de la teneur en CO2 de l eau: Température: plus elle est basse, plus l'eau peut contenir de CO2: régions polaires ou de haute montagne. Végétation: un sous-sol contenant beaucoup de matière organique dégage du CO2: milieux forestiers. Force ionique de l'eau: plus elle augmente, plus l'eau peut contenir de CO2: milieux marins. 36

37 Le karst du Vercors Plusieurs épisodes de karstification Fin crétacé inférieur Fin crétacé supérieur Tertiaire Quaternaire (pas la plus intense) 2 localisations principales dans le Vercors Urgonien: grandes salles et galeries Calcaires à silex du sénonien supérieur (fissures surtout verticales, chenaux étroits) Peu de communication entre les 2 systèmes: Lauzes du sénonien inférieur = imperméable sauf dans le cas de faille recoupant l ensemble de la série 37

38 Les eaux de Sassenage ont 3 origines: 38

39 BV topographique BV hydrogéologique Figure: Distinction entre BV réel et BV topographique (Doc. M. Lelay) Figure: Exemple de modifications de la délimitation du BV suite à des modifications anthropiques (D après A. Musy, le BV et son complexe). 39

40 BV topographique BV hydrogéologique Exemple du Vercors 40

41 Localisation des différentes nappes régions montagneuses: nappes rares et fragmentaires dues au morcellement des réservoirs régions de plateau sédimentaire calcaire: Jura, Vaucluse, Grands Causse karst-circulation plus proche d un système de drainage par rivière souterraines bassin sédimentaires: Parisien km², Aquitain km² alternance de roche perméable et peu perméable, nappe libre puis succession de nappe captive plaine alluviale: présent le long des cours d eau, région sur socle: 1/3 France Massif Central, Bretagne, Vosges, Ardennes, granites, schistes, réserve en eau superficielle dans l arène, essais de pompage dans les zones de fracturation 41

42 42

43 Prélèvement des eaux souterraines en France Grandes nappes libres 4,4 millions de m3 par jour Nappes captives 2,7 Nappes alluviales 6 Figure: D après Roux 43

44 Quels temps de transfert? Types d'aquifères vitesses calculées (m/an) vitesses par traceurs (m/an) temps de séjours (an/km) Sables verts du Bassin de Paris Continental Intercalaire (Sahara) Alluvions du Rhin Alluvions du Rhône Aquifère karstique 10 à 100 m /heure 44

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail

Bruno Arfib Université Aix-Marseille www.karsteau.fr

Bruno Arfib Université Aix-Marseille www.karsteau.fr Bruno Arfib Université Aix-Marseille www.karsteau.fr Quelques documents pour illustrer le cours d'hydrogéologie générale Réservoir Temps de renouvellement (Jacques, 1996) Temps de renouvellement (Gleick,

Plus en détail

Connaissance et gestion de l eau souterraine

Connaissance et gestion de l eau souterraine Connaissance et gestion de l eau souterraine Projet d acquisition de connaissances sur les eaux souterraines de la Montérégie Est Hélène Montaz Cycle de l eau Moteur du cycle :énergie solaire Les différents

Plus en détail

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Table des matières Introduction 1 Les stocks d'eau de surface 1 Les stocks d'eau souterraine 2 L'eau du sol 2 L'eau du sous-sol ou souterraine 3 Les stocks

Plus en détail

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Unité d hydrologie et d hydraulique agricole Génie rural et environnemental ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Notes de cours provisoires année académique 2010-2011 Aurore Degré Table des matières CHAPITRE

Plus en détail

L infiltration. Définitions Equations de base Facteurs influençant l infiltration et Profils hydriques Ex de Modélisation à l échelle du bassin

L infiltration. Définitions Equations de base Facteurs influençant l infiltration et Profils hydriques Ex de Modélisation à l échelle du bassin Valérie Borrell Estupina FLST403 - Montpellier 2011 L infiltration Définitions Equations de base Facteurs influençant l infiltration et Profils hydriques Ex de Modélisation à l échelle du bassin 1 Définitions

Plus en détail

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE DE COORDINATION Office de l environnement AUTRES INSTANCES CONCERNÉES Service de la santé publique Service de l aménagement du territoire Service

Plus en détail

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU Libellé de la masse d'eau : Estuaire - Loire Code de la masse d'eau : Code européen : FRG022 Ecorégion : Plaines occidentales Départements et régions concernées : N Département

Plus en détail

OLYMPIADES DES GEOSCIENCES

OLYMPIADES DES GEOSCIENCES SESSION 2009 OLYMPIADES DES GEOSCIENCES ACADEMIES DE CRETEIL, LILLE, ORLEANS-TOURS, PARIS & VERSAILLES Proposition de corrigé et barème. Exercice : Hydrates de méthane Saisie d informations Interprétations

Plus en détail

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES Codes entités aquifères concernées (V1) ou (V2) ou secteurs hydro à croiser : 1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE Code entité V1 Code entité V2 105 Type de masse d'eau souterraine : Imperméable

Plus en détail

Hydrogéologie [idʀoʒeɔlɔʒi] : science qui étudie

Hydrogéologie [idʀoʒeɔlɔʒi] : science qui étudie Eau souterraine [o sutɛʀɛñ] : Eau sous tension hydrostatique présente dans les vides interconnectés de la zone de saturation. Cette eau émerge à la surface sous forme de sources et pénètre dans des puits.

Plus en détail

- LES PROCESSUS HYDROLOGIQUES -

- LES PROCESSUS HYDROLOGIQUES - - LES PROCESSUS HYDROLOGIQUES - Cours Master 1 C. Legout Laboratoire d étude des Transferts en Hydrologie et en Environnement Université Joseph Fourier Cedric.Legout@hmg.inpg.fr Plan 1- L eau dans les

Plus en détail

L eau sur la Terre. 5. Les ressources en eau. 1. Eau salée, eau gelée, eau douce. Chapitre

L eau sur la Terre. 5. Les ressources en eau. 1. Eau salée, eau gelée, eau douce. Chapitre 5. Les ressources en eau La totalité de l eau présente sur la Terre forme ce que l on appelle l hydrosphère. Son volume total est estimé à 400 millions de km 3. Ce volume paraît considérable : il correspond

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

Les eaux souterraines de Midi- Pyrénées : préjugés et vérités. BRGM Midi-Pyrénées

Les eaux souterraines de Midi- Pyrénées : préjugés et vérités. BRGM Midi-Pyrénées Les eaux souterraines de Midi- Pyrénées : préjugés et vérités Qu est-ce qu un aquifère? Les grands types d aquifères de Midi-Pyrénées > 3 Les grands types d aquifères de Midi-Pyrénées AQUIFERES ALLUVIAUX

Plus en détail

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES 1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE Codes entités aquifères Code entité V1 Code entité V2 concernées (V1) ou (V2) ou secteurs hydro à croiser : 532a 532b Type de masse d'eau souterraine : Imperméable

Plus en détail

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr.

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. Physique vs chimie des sols Avant, l état de santé des sols était trop souvent basé sur le résultat d analyse chimique (ph, P, K, ). Maintenant,

Plus en détail

HYDROTHERMALISME et GEOTHERMIE

HYDROTHERMALISME et GEOTHERMIE HYDROTHERMALISME et GEOTHERMIE P. Patrier Mas Lien : http://sfa.univ-poitiers.fr/geosciences/ (ressources pédagogiques) Quelques définitions. Gê : terre - thermos : chaleur Géothermie : «C est l utilisation

Plus en détail

État de l'eau dans le sol

État de l'eau dans le sol État de l'eau dans le sol Expressions du statut hydrique du sol A) Teneur en eau volumique θ r < θ = Vol eau / Vol tot < θ s Vol tot espace poral θ r Vol eau M eau θ s espace solide M solide sec humide

Plus en détail

Des outils bien adaptés à une régie de l irrigation efficace

Des outils bien adaptés à une régie de l irrigation efficace Des outils bien adaptés à une régie de l irrigation efficace JÉRÉMIE VALLÉE, agr., Attaché de recherche - IRDA Hôtel Gouverneurs, Trois-Rivières, 17 février 2015 Plan de présentation Caractérisation du

Plus en détail

Séance technique du CFGI

Séance technique du CFGI Séance technique du CFGI La géothermie de minime importance du 21 mai 2015 Xavier du CHAYLA Directeur de GEOTHER 2/20 rue Salvador Allende 92 000 Nanterre Tel : 01 55 17 16 10 Document protégés par Copyright.

Plus en détail

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES Codes entités aquifères concernées (V1) ou (V2) ou secteurs hydro à croiser : 1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE Code entité V1 Code entité V2 177 Type de masse d'eau souterraine : Imperméable

Plus en détail

CLER. Schémas Régionaux du Climat, de l Air et de l Energie. Propositions géothermie - SRCAE. La géothermie, un potentiel insoupçonné

CLER. Schémas Régionaux du Climat, de l Air et de l Energie. Propositions géothermie - SRCAE. La géothermie, un potentiel insoupçonné l: CLER Propositions géothermie - SRCAE Schémas Régionaux du Climat, de l Air et de l Energie La géothermie, un potentiel insoupçonné Association CLER 2-Bât-B rue Jules Ferry 93100 Montreuil Tél : 01 55

Plus en détail

Généralités sur les relations nappes rivières

Généralités sur les relations nappes rivières Généralités sur les relations nappes rivières Eaux souterraines et eaux de surface sont deux états de la ressource en eau, deux phases du cycle de l'eau. Elles présentent des relations et une interdépendance

Plus en détail

Master Professionnel DESS Cours d hydrogéologie Octobre 2002. François Renard

Master Professionnel DESS Cours d hydrogéologie Octobre 2002. François Renard Master Professionnel DESS Cours d hydrogéologie Octobre 2002 François Renard Table des matières 1 Hydrogéologie générale, cycle de l eau : les différentes phases, volumes, flux, vitesses...4 1.1 Quelques

Plus en détail

À FORMATION DU PÉTROLE À PARTIR D UNE ROCHE MÈRE PLANCTONIQUE

À FORMATION DU PÉTROLE À PARTIR D UNE ROCHE MÈRE PLANCTONIQUE Géosciences Aux débuts de la prospection en Pennsylvanie en 1860, les méthodes étaient "hautement scientifiques". (À l ombre des derricks, Morris, éditions Dupuis, 1997) Depuis, la consommation de pétrole

Plus en détail

Technologie du béton GCI 340

Technologie du béton GCI 340 Ammar Yahia, ing., Ph.D. Génie civil. Automne 2011 Les granulats à béton - Généralités variables influençant la qualité du béton - Caractéristiques des granulats - Propriétés des granulats à béton - Essais

Plus en détail

Bilan TP7 : géothermie. 1- Modélisation de la conduction (transfert d énergie thermique sans transfert de matière, de proche en proche) :

Bilan TP7 : géothermie. 1- Modélisation de la conduction (transfert d énergie thermique sans transfert de matière, de proche en proche) : Bilan TP7 : géothermie Activité 1 : Mesures de la conduction et de la convection 1- Modélisation de la conduction (transfert d énergie thermique sans transfert de matière, de proche en proche) : Montage

Plus en détail

Géothermie. 1. La ressource

Géothermie. 1. La ressource Géothermie Le but est de prélever ou d extraire l énergie accumulée dans la terre, qu elle soit stockée dans l eau des aquifères ou directement dans les terrains pour l amener à la surface pour l'utiliser

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés CONVECTION - 93 Introduction Ce mode de transfert est basé sur le fait qu il y a déplacement de matière : il ne concerne donc que les fluides (liquides et gaz). Contrairement à la conduction où le transfert

Plus en détail

3 De la pluie aux inondations Le rôle des roches

3 De la pluie aux inondations Le rôle des roches 3 De la pluie aux inondations Le rôle des roches Cette fiche permet à l élèves de développer plusieurs connaissances et compétences du socle commun au palier 3. Parmi celles-ci, les principales sont :

Plus en détail

PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY

PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY PIÈCE 4.2 : ÉTUDE D IMPACT SOUS-SOL RÉSUMÉ NON TECHNIQUE NOVEMBRE 2014 2 SOMMAIRE SOMMAIRE... 3 I. LE CONTEXTE DE LA NOTICE D IMPACT SOUS-SOL...

Plus en détail

Erosion, corrosion, transport et sédimentation

Erosion, corrosion, transport et sédimentation Erosion, corrosion, transport et sédimentation par Johan et Lionel BARRIQUAND ARPA, UFR des Sciences de la terre, Université Claude Bernard, Lyon I, Villeurbanne, France Sommaire 1. Dossier de documentation

Plus en détail

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU INTRODUCTION L'eau est une ressource finie, recyclable et inégalement répartie. Elle est une ressource indispensable aux êtres vivants et aux activités humaines.

Plus en détail

Notions simplifiées sur la nature des réservoirs pétroliers conventionnels et non-conventionnels. Collectif 07

Notions simplifiées sur la nature des réservoirs pétroliers conventionnels et non-conventionnels. Collectif 07 Notions simplifiées sur la nature des réservoirs pétroliers conventionnels et non-conventionnels 1 Au commencement, il y a 2 La roche-mère La roche-mère désigne la roche où se forment des hydrocarbures.

Plus en détail

ANNEXE C-3.4. Méthodes de détermination de l infiltration efficace I et de la teneur volumique en eau dans la vadose θ v.

ANNEXE C-3.4. Méthodes de détermination de l infiltration efficace I et de la teneur volumique en eau dans la vadose θ v. ANNEXE C-3.4 Méthodes de détermination de l infiltration efficace I et de la teneur volumique en eau dans la vadose θ v. Outils présentés : Palier 1 (ESR-N) : Valeurs par défaut Données d infiltration

Plus en détail

Fiche ressource n 1b : à la découverte des roches calcaires et des roches granitiques

Fiche ressource n 1b : à la découverte des roches calcaires et des roches granitiques Fiche ressource n 1b : à la découverte des roches calcaires et des roches granitiques Les roches calcaires : Les calcaires sont des roches sédimentaires, facilement solubles dans l eau. Lorsque la roche

Plus en détail

Liste des symboles. Liste des variables

Liste des symboles. Liste des variables Liste des symboles Liste des variables a Coefficient d ajustement (loi de rétention paillis) - a LAI Propension de la culture à l interception de l eau de pluie m a s Albédo du sol - a p Albédo du paillis

Plus en détail

Les modèles numériques en hydrologie et en hydraulique

Les modèles numériques en hydrologie et en hydraulique Les modèles numériques en hydrologie et en hydraulique V. Guinot Université Montpellier 2 Maison des Sciences de l Eau 34095 Montpellier Cedex 5 guinot@msem.univ-montp2.fr 1. L hydrologie et l hydraulique

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Gestion des eaux pluviales sur la parcelle Bruxelles Environnement LES CARACTÉRISTIQUES DU SOL ET DE LA PARCELLE Maggy HOVERTIN MATRIciel Objectifs de la présentation Définir

Plus en détail

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES Codes entités aquifères concernées (V1) ou (V2) ou secteurs hydro à croiser : 1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE Code entité V1 Code entité V2 556a Type de masse d'eau souterraine : Imperméable

Plus en détail

Extraction 40 cm au dessus du faîtage Puits d eau potable déclaré et utilisé. Pluvial séparé de l assainissement

Extraction 40 cm au dessus du faîtage Puits d eau potable déclaré et utilisé. Pluvial séparé de l assainissement Tranchées d épandage à faible profondeur Principe de fonctionnement Cette filière est généralement utilisée dans un sol perméable et d épaisseur suffisante (environ 1 mètre de terre végétale) pour permettre

Plus en détail

5. Infiltration et écoulements

5. Infiltration et écoulements 5. Infiltration et écoulements 5.1. Définitions et paramètres descriptifs de l infiltration 5.2. Facteurs influençant l infiltration 5.3. Variation du taux d infiltration au cours d une averse 5.4. Modélisation

Plus en détail

Le choix entre les différentes possibilités se faisant en fonction du prix, les éléments à prendre en compte sont : - prix du forage - installation

Le choix entre les différentes possibilités se faisant en fonction du prix, les éléments à prendre en compte sont : - prix du forage - installation Le choix entre les différentes possibilités se faisant en fonction du prix, les éléments à prendre en compte sont : - prix du forage - installation du massif de gravier - tubage (plein + crépine) - pompe

Plus en détail

LES SYSTEMES AQUIFERES

LES SYSTEMES AQUIFERES LES SYSTEMES AQUIFERES Page 1 sur 43 LES SYSTEMES AQUIFERES D.E.S.S. "Qualité et Gestion des Eaux" 1. QUELQUES DEFINITIONS Le bassin hydrologique est délimité par les lignes de crêtes topographiques isolant

Plus en détail

Partie 2. Quelques notions d Hydrogéologie Générale. Hydrogéologie : discipline qui a pour objet l étude de l eau souterraine

Partie 2. Quelques notions d Hydrogéologie Générale. Hydrogéologie : discipline qui a pour objet l étude de l eau souterraine Partie 2. Quelques notions d Hydrogéologie Générale Hydrogéologie : discipline qui a pour objet l étude de l eau souterraine 23 précipitations ruissellement infiltration évaporation Pluie = E + R + I Alimentation

Plus en détail

APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX

APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX Communauté urbaine de Bordeaux APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX CAHIER DES CHARGES DES RECONNAISSANCES ET ETUDES DE SOL A REALISER SEPIA CONSEILS - 53, rue

Plus en détail

Les natures de terrain

Les natures de terrain Les argiles Les natures de terrain Les argiles sont des roches sédimentaires à grains fins, de taille inférieure à 0,005 mm, contenant au moins 50 % de silicate d'alumine. Elles absorbent l'eau et forment

Plus en détail

BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES

BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES MINISTÈRE DE L'INDUSTRIE BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES SERVICE GÉOLOGIQUE NATIONAL B.P. 6(X)9-45060 Orléans Cedex - Tél.: (38) 63.80.01 DEPARTEMENT DE LA CHARENTE CARTE DE VULNERABILITE

Plus en détail

Propriétés physiques des sols

Propriétés physiques des sols Propriétés physiques des sols Propriétés physiques des sols Liées à 2 notions fondamentales : la texture et la structure Comportements de l air et de l eau du sol en dépendent 1) Texture 2 définitions

Plus en détail

Cours de physique du sol

Cours de physique du sol Logo optimisé par J.-D.Bonjour, SI-DGR 13.4.93 ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours de physique du sol G E N E R A L I T E S Copie des transparents Version provisoire Prof. A. Mermoud Janvier

Plus en détail

Eaux souterraines 04/09/2013. A. Dassargues Prof. ULg & KULeuven. Enjeux et défis de l utilisation des eaux souterraines

Eaux souterraines 04/09/2013. A. Dassargues Prof. ULg & KULeuven. Enjeux et défis de l utilisation des eaux souterraines Eaux A. Dassargues Prof. ULg & KULeuven Eaux dans le cycle de l eau Qualité des eaux Contaminations des eaux Vulnérabilité et protection des eaux 1 2 Eaux dans le monde Répartition des eaux continentales

Plus en détail

Domaine des principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique : Cycle 3 niveau : 3 Le cycle de l'eau

Domaine des principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique : Cycle 3 niveau : 3 Le cycle de l'eau Domaine des principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique : Cycle 3 niveau : 3 Le cycle de l'eau Champ disciplinaire : Les sciences expérimentales Domaine : la matière

Plus en détail

Gisements et production

Gisements et production Plan du cours Page 1 Thème Gisements et production Source Pétrole et gaz naturel, pages 24-25, 26-27 Objectif Les élèves apprendront que la porosité désigne le pourcentage de trous (pores) dans la roche.

Plus en détail

Chapitre IV La disparition des reliefs

Chapitre IV La disparition des reliefs Chapitre IV La disparition des reliefs Vestiges d anciennes chaînes de montagnes datant de plusieurs centaines de millions d années observables sur tous les continents. Quels sont les processus responsables

Plus en détail

Interactions forêt et eau : recommandations de gestion forestière pour la qualitéde l'eau

Interactions forêt et eau : recommandations de gestion forestière pour la qualitéde l'eau Interactions forêt et eau : recommandations de gestion forestière pour la qualitéde l'eau Julien Fiquepron, Centre national de la propriété forestière Olivier Picard, CNPF - Eric Toppan, FPF - Aurélien

Plus en détail

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne.

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne. Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Introduction : L existence d un flux de chaleur d origine interne fait l objet de nombreuses manifestations en surface (sources d eaux chaudes,

Plus en détail

EAUX PLUVIALES. sable

EAUX PLUVIALES. sable 1.Généralités EAUX PLUVIALES Des dispositifs doivent reprendre les eaux de ruissellement pour éviter la submersion des voies; la formation du ruissellement est due en milieu urbain à l'imperméabilisation

Plus en détail

MASSE D EAU SOUTERRAINE :

MASSE D EAU SOUTERRAINE : DIRECTIVE CADRE EUROPEENNE Date de mise à jour : 01/06/04 Fiche de caractérisation initiale des masses d eau souterraine MASSE D EAU SOUTERRAINE : 2017 1. IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE (cf.

Plus en détail

par Jacques REY, Muriel HÉLALI & Claude BOU

par Jacques REY, Muriel HÉLALI & Claude BOU LES RESSOURCES EN EAU POTABLE ET LEUR PROTECTION DANS LE DÉPARTEMENT DU TARN par Jacques REY, Muriel HÉLALI & Claude BOU 5 et 19 0ctobre 2008 Cette manifestation a été réalisée dans le cadre de l Année

Plus en détail

ÉNERGIES RENOUVELABLES

ÉNERGIES RENOUVELABLES ÉNERGIE HYDRAULIQUE ÉNERGIE ÉOLIENNE ÉNERGIE SOLAIRE LA BIOMASSE LA GÉOTHERMIE ÉNERGIES MARINES ÉNERGIE HYDRAULIQUE L énergie hydraulique provient de la force de l eau en mouvement, c est-à-dire l énergie

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

Y a-t-il infiltration verticale sous drainage agricole? Conséquence pour la recharge de la nappe de Brie

Y a-t-il infiltration verticale sous drainage agricole? Conséquence pour la recharge de la nappe de Brie Y a-t-il infiltration verticale sous drainage agricole? Conséquence pour la recharge de la nappe de Brie TOURNEBIZE Julien, CLEMENT Rémi, GUERIN Alain, ANSART Patrick, CHAUMONT Cédric, MOREAU Sylvain,

Plus en détail

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX Fosse toutes eaux 1F O S S E Une fosse toutes eaux est un appareil destiné à la collecte, à la liquéfaction partielle des m a t i è res polluantes contenues dans les eaux usées et à la rétention des matières

Plus en détail

> Reconquête de la qualité de l eau destinée à l eau potable. > Préservation des captages pour prévenir leur dégradation

> Reconquête de la qualité de l eau destinée à l eau potable. > Préservation des captages pour prévenir leur dégradation Directive Cadre Eau 2000/60/CE Objectifs : > Reconquête de la qualité de l eau destinée à l eau potable Réduction du degré de traitement des eaux brutes pour la production d eau potable > Préservation

Plus en détail

L eau, sa pollution, et son traitement. René Moletta

L eau, sa pollution, et son traitement. René Moletta L eau, sa pollution, et son traitement René Moletta «Moletta Méthanisation» 1504 Route des Bottières 73470 Novalaise (France) e mail : rene.moletta@yahoo.fr nota bene : Toute mise en œuvre de ce qui est

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques. Guide de terrain

Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques. Guide de terrain Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques Guide de terrain Introduction La réalisation d un diagnostic approfondi est indispensable pour proposer des solutions spécifiques

Plus en détail

Extraire l information d un texte, d un tableau, d un graphique, d un schéma,

Extraire l information d un texte, d un tableau, d un graphique, d un schéma, 1 1. Savoir-faire du module 3 S informer Modéliser Extraire l information d un texte, d un tableau, d un graphique, d un schéma, Utiliser un modèle Élaborer un modèle Sélectionner des données Choisir,

Plus en détail

GEO / EAU La Fosse Dionne, Tonnerre, 200 l/s >

GEO / EAU La Fosse Dionne, Tonnerre, 200 l/s > La Fosse Dionne, Tonnerre, 200 l/s > 1 Les aquifères en France Etat des lieux Christophe RIGOLLET, GEO Jean-François VERNOUX, EAU INTRODUCTION La connaissance géologique et hydrogéologique des AQUIFERES

Plus en détail

L eau invisible 1 Tous les sols contiennent-ils de l eau?

L eau invisible 1 Tous les sols contiennent-ils de l eau? L eau invisible 1 Tous les sols contiennent-ils de l eau? Les sols reçoivent de l eau provenant de différents flux, et une partie de l eau arrivant dans le «compartiment» sol y est retenue. Ainsi, la pluie

Plus en détail

Qu est-ce qu une étude BAC?

Qu est-ce qu une étude BAC? Qu est-ce qu une étude BAC? Réglementation Définition du BAC Objectifs de l étude Etapes de réalisation de l étude Leviers de réussite Arnaud HÉBERT Chargé d opérations «Collectivités et Industrie» Direction

Plus en détail

Dossier Technique de l Assainissement Non Collectif

Dossier Technique de l Assainissement Non Collectif Dossier Technique de l Assainissement Non Collectif Quelques conseils simples pour bien choisir, implanter et dimensionner votre installation L objectif est de mettre en place une installation permettant

Plus en détail

ÉNERGIES NON RENOUVELABLES

ÉNERGIES NON RENOUVELABLES ÉNERGIES FOSSILES ÉNERGIE FISSILE ÉNERGIES FOSSILES Les énergies fossiles proviennent, comme leur nom l indique, de la fossilisation de grandes quantités de matière organique, provenant de la décomposition

Plus en détail

Le climat et les problèmes d eau

Le climat et les problèmes d eau CHAPITRE 3 Le climat et les problèmes d eau 3.1 INTRODUCTION Au cours des millénaires, l homme a surtout observé de l eau les phénomènes de précipitation etd écoulementdanslescoursd eau,parcequelapluieluitombaitsurlatêteetquel

Plus en détail

ENJEUX ET OBJECTIFS DU PROJET ARK

ENJEUX ET OBJECTIFS DU PROJET ARK ENJEUX ET OBJECTIFS DU PROJET ARK Mieux comprendre, pour mieux protéger et gérer durablement la ressource en eau L aquifère jurassique d Aix-Gardanne est considéré dans le Schéma directeur d aménagement

Plus en détail

AUCE1172 Mécanique des sols Correction des séances d'exercice. Damien Janssens

AUCE1172 Mécanique des sols Correction des séances d'exercice. Damien Janssens Correction des séances d'exercice Damien Janssens TABLE DES MATIÈRES 1 Analyse Volumétrique des sols 2 1.1 Exercice 1................................................. 2 1.2 Exercice 2.................................................

Plus en détail

Les Méthodes Géophysiques. Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique. Appliquées à la Géothermie

Les Méthodes Géophysiques. Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique. Appliquées à la Géothermie Les Méthodes Géophysiques Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique Appliquées à la Géothermie Introduction Structure du globe Etude des ondes sismiques : caractériser les grandes discontinuités

Plus en détail

Écoulements potentiels

Écoulements potentiels Chapitre 2 Écoulements potentiels O. Thual, 26 juin 21 Sommaire 1 Perte de charge...................... 3 1.1 Équation de Bernoulli................. 3 1.2 Charge moyenne.................... 4 1.3 Loi de

Plus en détail

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Introduction Introduction Sources d EnR Issues du soleil : biomasse solaire thermique et photovoltaïque éolien hydraulique Issues de la chaleur

Plus en détail

Impacts de l élévation du niveau de la mer lié au changement climatique dans la région de Pointe-à-Pitre

Impacts de l élévation du niveau de la mer lié au changement climatique dans la région de Pointe-à-Pitre Impacts de l élévation du niveau de la mer lié au changement climatique dans la région de PointeàPitre Convention DEALBRGM (déc. 2010) Rapport BRGM/RP60857FR (mars 2012) Contenu & objectifs Région pointoise

Plus en détail

Mécanique des sols. Chapitre I Caractéristiques physiques et classification Chapitre II Eau dans le sol. Chapitre III Déformations des sols

Mécanique des sols. Chapitre I Caractéristiques physiques et classification Chapitre II Eau dans le sol. Chapitre III Déformations des sols Mécanique des sols Chapitre I Caractéristiques physiques et classification Chapitre II Eau dans le sol Chapitre III Déformations des sols Chapitre IV Résistance au cisaillement des sols Introduction à

Plus en détail

PROSPECTION GEOPHYSIQUE POUR L ORPHELINAT CHILDREN S HOME. Sano Khokana Népal

PROSPECTION GEOPHYSIQUE POUR L ORPHELINAT CHILDREN S HOME. Sano Khokana Népal PROSPECTION GEOPHYSIQUE POUR L ORPHELINAT CHILDREN S HOME Sano Khokana Népal S.A.R.L GEOGEOPHY Jean-Marc Ragot FONDATION SOGREAH Les Taureaux Nord RAPPORT 10/03/686 26300 Besayes Mars 2010 Tel/Fax/rep

Plus en détail

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION CE CAHIER DES CHARGES TYPE A POUR OBJECTIF DE DEFINIR LE CONTENU TECHNIQUE MINIMUM DU RAPPORT REMIS EN FIN D ETUDE AU PARTICULIER DEMANDEUR. OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION L objet de l étude

Plus en détail

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes.

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes. II/ Traitement des eaux (CDI) 1/ Le traitement des eaux à Aix pour les rendre potables Activité TD 1/ Indiquer une station de traitement des eaux de la ville d Aix. http://www.mairie-aixenprovence.fr/article.php3?id_article=60

Plus en détail

CONCEVOIR UNE INSTALLATION D ANC SUR UN TERRAIN SATURE EN EAU

CONCEVOIR UNE INSTALLATION D ANC SUR UN TERRAIN SATURE EN EAU CONCEVOIR UNE INSTALLATION D ANC SUR UN TERRAIN SATURE EN EAU Franck WANERT Expert Judicaire docteur en géologie Un sol se sature en passant d un état tri-phasique à un état bi-phasique C est-à-dire qu

Plus en détail

Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés

Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés Le chapitre précédent a montré la réalité de la tectonique des plaques et notamment la création permanente de lithosphère nouvelle dans l axe des dorsales océaniques.

Plus en détail

Le gaz de schistes : sa genèse Une vieille histoire géologique

Le gaz de schistes : sa genèse Une vieille histoire géologique Le gaz de schistes : sa genèse Une vieille histoire géologique La genèse du gaz de schistes se confond avec la genèse du pétrole, du gaz naturel et du charbon. Dans tous ce cas, ces matériaux se sont formés

Plus en détail

A LA DÉCOUVERTE DES EAUX SOUTERRAINES

A LA DÉCOUVERTE DES EAUX SOUTERRAINES C A H I E R P É D A G O G I Q U E N 4 A LA DÉCOUVERTE DES EAUX SOUTERRAINES ISBN (PDF) : 978-2-916869-52-0 À LA DÉCOUVERTE DES EAUX SOUTERRAINES À LA DÉCOUVERTE DES EAUX SOUTERRAINES SOMMAIRE pages 1-

Plus en détail

Sondes capacitives : l efficience de l irrigation passe avant tout par une optimisation de l état structural des sols

Sondes capacitives : l efficience de l irrigation passe avant tout par une optimisation de l état structural des sols Sondes capacitives : l efficience de l irrigation passe avant tout par une optimisation de l état structural des sols Éric FAURE / Sébastien CLAVÉ Chambre d Agriculture de Vendée Le réseau de sondes implanté

Plus en détail

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE Dernière mise à jour : 30/03/2005 Codes entités aquifères concernées (V1) ou (V2) ou secteurs hydro à croiser : 1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE Code entité V1 Code entité V2 141a 141b 141c

Plus en détail

GUIDE-FORMULAIRE pour la création de sondages, de forages, de puits, d ouvrages souterrains et le prélèvement d eaux souterraines dans une I.C.P.E.

GUIDE-FORMULAIRE pour la création de sondages, de forages, de puits, d ouvrages souterrains et le prélèvement d eaux souterraines dans une I.C.P.E. Direction de la cohésion sociale et du développement durable ------- Bureau de l environnement et du développement durable ------- GUIDE-FORMULAIRE pour la création de sondages, de forages, de puits, d

Plus en détail

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Gilbert LE BRAS (IUT de st nazaire, Dépt. Génie Civil) Alain ALEXIS (GeM) 1/42 Introduction Domaine

Plus en détail

Gaz de schistes Gaz de roche mère Gaz de Shale Gaz non conventionnels Bruno Goffé

Gaz de schistes Gaz de roche mère Gaz de Shale Gaz non conventionnels Bruno Goffé Gaz de schistes Gaz de roche mère Gaz de Shale Gaz non conventionnels Bruno Goffé Affleurement de couches contenant du gaz de schiste (Fontaine ardente de Gua dans le Dauphiné) Terminologie Schiste, shale,

Plus en détail

RÉSEAU DE SURVEILLANCE ET PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES EN VALAIS

RÉSEAU DE SURVEILLANCE ET PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES EN VALAIS CAPOFILA DI PROGETTO Regione Lombardia, Agenzia Regionale per la Protezione dell Ambiente PARTNER DELL ATTIVITA 3 GESTIONE SORGENTI DI MONTAGNA Regione Valle d Aosta, Dipartimento Difesa del Suolo e Risorse

Plus en détail

11- LE MILIEU PHYSIQUE

11- LE MILIEU PHYSIQUE 11- LE MILIEU PHYSIQUE Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 181 11.1 LE RELIEF DE PLAINE ALLUVIALE Clichy est située dans la plaine alluviale de la Seine. C est une commune de configuration

Plus en détail

La protection des infrastructures et les drainages

La protection des infrastructures et les drainages La protection des infrastructures et les drainages SOMMAIRE 1- Migration de l eau dans le sol.... 2 2- Protection contre les remontées capillaires.... 2 a) Phénomène de capillarité.... 2 b) Protection

Plus en détail

238 Chapitre 4 Le traitement des pollutions : comment et jusqu où intervenir

238 Chapitre 4 Le traitement des pollutions : comment et jusqu où intervenir 238 Chapitre 4 Le traitement des pollutions : comment et jusqu où intervenir Huile Eau Huile de saturation résiduelle Toit de la nappe Pompe d écrémage Huile flottante Pompe de rabattement Figure 4.15

Plus en détail

Les risques liés aux cavités L exemple de la région parisienne

Les risques liés aux cavités L exemple de la région parisienne Les risques liés aux cavités L exemple de la région parisienne Anne-Marie Prunier Leparmentier Inspection générale des Carrières 4 avril 2013 CFGI SGF - CNAM 1/45 Sommaire I. Des incidents à la création

Plus en détail

Association pour les Sciences de la Terre, l Environnement et la Recherche Association Loi 1901. 73, rue Jean-Jacques Frugier - 91 200 ATHIS-MONS

Association pour les Sciences de la Terre, l Environnement et la Recherche Association Loi 1901. 73, rue Jean-Jacques Frugier - 91 200 ATHIS-MONS 1 Association pour les Sciences de la Terre, l Environnement et la Recherche Association Loi 1901 73, rue Jean-Jacques Frugier - 91 200 ATHIS-MONS ASTER 7-6-1 EXPERTISE DU DOSSIER CONCERNANT LA RÉALISATION

Plus en détail