LA MESURE DE MASSE POUR LA DÉTERMINATION DE PÉRIODES RADIOACTIVES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA MESURE DE MASSE POUR LA DÉTERMINATION DE PÉRIODES RADIOACTIVES"

Transcription

1 LA EURE DE AE POUR LA DÉTERINATION DE PÉRIODE RADIOACTIVE CEA ACLAY, DEN/DAN/DPC ervice d Études Analytiques et de Réactivité des urfaces Laboratoire de développement Analytique Nucléaire Isotopique et Élémentaire, GIF-UR-YVETTE CEDEX, FRANCE. Journées utilisateurs LNHB 05/12/2013 PAGE 1

2 Laboratoire de développement Analytique Nucléaire Isotopique et Élémentaire Division de l Énergie Nucléaire Département de Physico-chimie (DPC) ervice d Étude Analytique et de Réactivité des urfaces Les missions du laboratoire Le LANIE est en charge de réaliser des analyses spécifiques, de mettre au point des techniques et des protocoles innovants pour l analyse chimique, ainsi que de réaliser des études de spéciation des radionucléides Les développements analytiques et l innovation sont au service des programmes de la direction de l Énergie Nucléaire et en relation avec d autres laboratoires du CEA plus axés sur la recherche appliquée Analyse isotopique et élémentaire de haute précision 9 DÉCEBRE 2013 icrosystèmes analytiques Analyse physico-chimique et spéciation Analyse par LIB PAGE 2

3 esures isotopiques et élémentaires Échantillons d étude Combustibles irradiés atériaux irradiés (isotopes purs séparés ) Autres : échantillons environnementaux Techniques analytiques Techniques de séparations chimiques (chromatographie liquide, techniques électrophorétiques, ) PF +Am/Cm Pu U Techniques de spectrométrie de masse : mesures de rapports isotopiques à des incertitudes de quelques (TI, ICP C) TI 9 DÉCEBRE 2013 PAGE 3

4 Détermination de périodes radioactives éthodes de détermination Période du 176 Lu Comptage direct : mesures nucléaires alpha, bêta ou gamma esures de masse - Produits formés après une période de temps. Exemple : mesure du 87 r produit par décroissance du 87 Rb (Rotenberg et al GCA, 85, pp ) - esure en masse d une solution associée à une mesure en activité sur la même solution. Autres.. 9 DÉCEBRE 2013 PAGE 4 Kossert et al. Applied Radiation and Isotopes, 2013, 81, pp

5 Détermination de périodes radioactives 9 DÉCEBRE 2013 PAGE 5

6 éthodologie et choix de l échantillon Détermination de la période 1/2 2 N (Isotope) est le nombre d atomes de l isotope (mesure en masse) A est l activité de l isotope (mesure en activité) Choix de l échantillon d étude Exemple : solution pour la redétermination de la période de 166m Ho Activité de la solution = 1,5 Bq asse de 166m Ho dans la solution = 22 microgrammes 9 DÉCEBRE 2013 PAGE 6

7 éthodologie et choix de l échantillon Caractérisation en masse de la solution par ICP Q 167 Er 168 Er 159 Tb 151 Eu 153 Eu Élements présents en solution (masse) : 165 Ho= 44 mg 166 Ho+ 166 Er=550 g (estim. 22g 166 Ho) 167 Er= 17g 168 Er=11g Eu= 4.4 g Tb= 4 g 165 Ho 166 Ho Er 9 DÉCEBRE 2013 PAGE

8 éthodologie et choix de l échantillon olution de 151 m pour la redétermination de la période du 151 m Irradiation d une poudre d oxyde de m enrichi en 149 m Isotopie m après séparation HPLC Isotopie Eu après séparation HPLC 9 DÉCEBRE 2013 PAGE 8

9 éthodologie et mesure en masse esure en masse Détermination de la composition isotopique Détermination de la concentration de l isotope étudié (Dilution Isotopique) esure par spectrométrie de masse multicollecteur pectrométrie de masse à thermo-ionisation (TI) pectrométrie de masse à source plasma et multicollection (ICP C) Thermo-ionisation COLLECTEUR OURCE D ION ANALYEUR Aimant ulticollection 1- Plasma HF (Ar) Plasma (ICP) Incertitudes de quelques PAGE 9

10 esure en masse et ICP C L ICP C 238 U/ 235 U 137, 137,94 137,92 137,90 137,88 137,86 137,84 137,82 ICP C Neptune Plus 0,02% 0,02% Technique apparue dans les années 1995 Efficacité d ionisation (accès aux compositions isotopiques d éléments à fort potentiel d ionisation) Très bonne sensibilité : possibilité de travailler sur quelques ng de l élément Incertitudes meilleures que le pour mille (au mieux quelques dizaines de ppm) Large gamme dynamique (association de différents types de détecteurs) Accès à la concentration d un élément en solution à des incertitudes de quelques avec la technique de dilution isotopique 9 DÉCEBRE 2013 PAGE ,80

11 esure en masse et Dilution Isotopique Principe de la Dilution Isotopique Ajout à l échantillon d une quantité donnée de traceur constitué du même élément que celui à doser dans l échantillon mais avec une composition isotopique différente Intensity Intensity N 1 élange N p p 2 N 2 N sp p 1 m1 m2 N p p 1 Intensity m1 m2 N p p 2 m 1 et m 2 sont les 2 isotopes de l élément EE1 NTT1 N est le nombre d atomes N i et p i sont les abondances atomiques en 1 R N 1 + N p p 1 % dans l échantillon et le traceur N 2 N E E N p Np TT 2 2 m1 9 DÉCEBRE 2013 PAGE 11 m2

12 esure en masse et Dilution Isotopique Avantages de la Dilution Isotopique 9 DÉCEBRE 2013 La concentration d un élément est déterminé par la mesure des rapports isotopiques de l élément dans l échantillon, le traceur et le mélange traceur échantillon Une incertitude < 1 % peut être obtenue Les sources d incertitudes sont contrôlées Ab. At. % p m m p 90 Echantillon p=traceur, =Echantillon, :mélange échantillon-traceur []= Concentration, m= masse de solution = asse atomique du, ()= abondance atomique p TRACEUR p( atom) ( atom) Chartier et al. IJ, 2008, 270, pp Cassette et al. Applied Radiation and Isotopes, 2010, 68, pp

13 Exemple de la mesure en masse du p m m p p p( atom) ( atom) Traceur : poudre de O 2 (Eurisotop) dissoute dans HNO 3 + HF Détermination de la composition isotopique par ICP C Détermination de la concentration en [] par dilution isotopique inverse avec une solution certifiée en concentration NIT R 3169 (à 0,4 %, k=2) spike atom. % 5.05(1) 1.87(1) 2.69(1) 4.02(1) 86.4(2) (mg/g) oyenne (n=6) PAGE 13

14 Exemple de la mesure en masse du p m m p p p( atom) ( atom) esure de la composition isotopique en de l échantillon Détermination de la composition isotopique par ICP C Correction de biais de masse réalisée avec NIT R 3169, valeurs de référence IUPAC. Reproductibilité obtenue de l ordre du pour mille 91 / / 90 / / 90 / 90 Échantillon 0, (6) 0, (12) 0, (2) 0, (20) 0, (6) À partir de la composition isotopique, on en déduit s et () (atom) 9 DÉCEBRE 2013

15 Exemple de la mesure en masse du esures (g.g -1 ) TA 0,06297 TB 0,062 TC 0,06314 TD 0,06315 TE 0,06333 TF 0,06317 TG 0,06313 oyenne 0,06312 ±0, DÉCEBRE 2013 p m m p p p( atom) ( atom) ( / ) 19% m 6% m p 18% () p atom 2% [] p 55% Concentration finale = 0,06310 ± 0,00004 g.g -1

16 Période radioactive du Yang et al. Radiochim.Acta, 2010, 98, pp

17 Conclusions éthode pour la détermination de périodes radioactives basée sur des mesures sur une même solution de l activité et de la masse esure en masse par spectrométrie de masse multicollecteur associée à la technique de Dilution Isotopique ise en place d étapes de purification chimique pour s affranchir des interférences isobariques Nécessité de disposer de solution(s) certifiée(s) en composition isotopique et en concentration pour calibration du spectromètre de masse et la mise en place de la Dilution Isotopique. Référence au I Intercomparaison de la mesure en masse par plusieurs laboratoires : cas idéal 9 DÉCEBRE 2013 PAGE 17

18 erci de votre attention DEN/DAN/DPC/EAR/LANIE PAGE 18 CEA 10 AVRIL 2012 Commissariat à l énergie atomique et aux énergies alternatives Centre de aclay Gif-sur-Yvette Cedex T. +33 (0) F. +33 (0) DÉCEBRE 2013 Etablissement public à caractère industriel et commercial RC Paris B

L'analyse élémentaire en "routine"!

L'analyse élémentaire en routine! L'analyse élémentaire en "routine"! Christophe Cloquet SARM- CNRS Basé à Vandoeuvre-lès-Nancy dans le Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques (CRPG) UMR7358 Le SARM, comme le CRPG font parties

Plus en détail

Métrologie de l environnement

Métrologie de l environnement Métrologie de l environnement Méthodes d analyse de l arsenic au laboratoire Patrick Thomas Département Eaux & Environnement Institut Pasteur de Lille L arsenic L arsenic appartient au groupe Va de la

Plus en détail

Apport de l'analyse multiélémentaire associée à une démarche de qualité pour la résolution de problèmes environnementaux

Apport de l'analyse multiélémentaire associée à une démarche de qualité pour la résolution de problèmes environnementaux Apport de l'analyse multiélémentaire associée à une démarche de qualité pour la résolution de problèmes environnementaux R. Losno, Professeur, Université Paris 7 Denis-Diderot, LISA EECA - EUROFINS Alan

Plus en détail

Détermination de l activité alpha/bêta globale dans les filtres de prélèvement atmosphériques. Journées utilisateurs LNHB.

Détermination de l activité alpha/bêta globale dans les filtres de prélèvement atmosphériques. Journées utilisateurs LNHB. Détermination de l activité alpha/bêta globale dans les filtres de prélèvement atmosphériques S. Brun, J.C. Rémy, S. Scapolan Journées utilisateurs LNHB 5 décembre 2013 Direction des Sciences de la Matière

Plus en détail

SPECTROMETRIE DE MASSE et HORMONOLOGIE : Le futur des immunodosages?

SPECTROMETRIE DE MASSE et HORMONOLOGIE : Le futur des immunodosages? 30 e colloque ACORATA 15 mai 2014 SPECTROMETRIE DE MASSE et HORMONOLOGIE : Le futur des immunodosages? Diane Dufour Pr Guilloteau, Dr Collet, Pr Emond Laboratoire Médecine Nucléaire In-Vitro CHRU Tours

Plus en détail

insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques

insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques Dominique Robin Ricardo Stouvenel Frédéric Jaquenod Gilles Triscone Martina Zsely-Schaffter Des

Plus en détail

ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES

ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES Alain DODI - Laboratoire d Analyses Radiochimiques et Chimiques 31 JANVIER 2013 Rencontre CEA Industrie pour l innovation et le transfert de technologie Instrumentation 30 JANVIER 2013 Mesure Caractérisation

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R.

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R. 60 ÉCOLE EUROPÉENNE DES SCIENCES ANALYTIQUES Connaissances de base en chimie sur l atome et la lumière 4 jours Être capable de choisir la technique appropriée Fiabiliser les résultats Définitions en absorption

Plus en détail

EVOLUTION DES METHODES DE MESURE EN ROUTINE ET EN INTERVENTION

EVOLUTION DES METHODES DE MESURE EN ROUTINE ET EN INTERVENTION EVOLUTION DES METHODES DE MESURE EN ROUTINE ET EN INTERVENTION SFRP Xavier MILLOT SACLAY/LBM 6 OCTOBRE 2015 7 octobre 2015 SFRP NOVEMBRE 2013 PAGE 1 EVOLUTION DES METHODES DE MESURE EN ROUTINE ET EN INTERVENTION

Plus en détail

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Marc Chaussidon CRPG-CNRS, Nancy Laboratoire de sonde ionique (laboratoire national INSU-CNRS) (chocho@crpg.cnrs-nancy.fr) http://www.crpg.cnrs-nancy.fr/sonde/intro-sonde.html

Plus en détail

Tableau 1. Limites de quantification pour les différents métaux. Elément Limite de quantification

Tableau 1. Limites de quantification pour les différents métaux. Elément Limite de quantification E-II-1.2.2V1 DOSAGE DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACES DANS LES EAUX MÉTHODE PAR SPECTROMÉTRIE DE MASSE AVEC PLASMA INDUIT PAR HAUTE FRÉQUENCE (ICP-MS) 1. Objet : Dosage des éléments suivants dans l'eau

Plus en détail

La classification périodique

La classification périodique Chapitre 3 : UE1 : Chimie Chimie physique La classification périodique Pierre-Alexis GAUCHARD Agrégé de chimie, Docteur ès sciences Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble -

Plus en détail

Arrondissage des résultats de mesure. Nombre de chiffres significatifs

Arrondissage des résultats de mesure. Nombre de chiffres significatifs BUREAU NATIONAL DE MÉTROLOGIE COMMISSARIAT À L'ÉNERGIE ATOMIQUE LABORATOIRE NATIONAL HENRI BECQUEREL Note technique LNHB/04-13 Arrondissage des résultats de esure Nobre de chiffres significatifs M.M. Bé,

Plus en détail

Méthodes géophysiques et géochimiques

Méthodes géophysiques et géochimiques Méthodes géophysiques et géochimiques 1.3. TD Introduction Il y a 4.567 milliards d années (Ga), au moment où le nuage de gaz et de poussière qui va constituer le système solaire s effondre sur lui même,

Plus en détail

Le cyclotron ARRONAX

Le cyclotron ARRONAX Le cyclotron ARRONAX Un accélérateur pour la recherche en radiochimie et en oncologie à Nantes-Atlantique Séminaire généraliste 20/10/2005 François GAUCHÉ Objectifs du cyclotron La médecine nucléaire Utilise

Plus en détail

Détermination des métaux dans l eau : méthode par spectrométrie d émission au plasma d argon et détection par spectrométrie de masse

Détermination des métaux dans l eau : méthode par spectrométrie d émission au plasma d argon et détection par spectrométrie de masse Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 203 Mét. ICP-MS Détermination des métaux dans l eau : méthode par spectrométrie d émission au plasma d argon et détection par spectrométrie

Plus en détail

Examen Méthodes spectroscopiques 2

Examen Méthodes spectroscopiques 2 16 décembre 2010 Examen Méthodes spectroscopiques 2 Durée 2 h Calculatrice et tables spectroscopiques (fournies en début d année) autorisées Exercice 1 (3 pts 10min) Il est possible de doser simultanément

Plus en détail

Plan du cours. 1. Généralités sur l analyse chimique. 2. Préparation de l échantillon. 3. Analyse des métaux. 4. Analyse des polluants inorganiques

Plan du cours. 1. Généralités sur l analyse chimique. 2. Préparation de l échantillon. 3. Analyse des métaux. 4. Analyse des polluants inorganiques Plan du cours 1. Généralités sur l analyse chimique 2. Préparation de l échantillon 3. Analyse des métaux 4. Analyse des polluants inorganiques 5. Analyse des polluants organiques 6. Assurance qualité

Plus en détail

Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C

Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C Cyril BARSU Laboratoire de Chimie Département des sciences de la matière Spectrométrie de masse - Actuellement, le secteur le plus dynamique

Plus en détail

Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse :

Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse : Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse : Sensibilité, limite de détection faible ( fento mole dans certaines conditions ) Variétés des applications : analyses chimiques

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

1. Laboratoire National de métrologie et d Essais (LNE) 1rue Gaston Boissier 75724 Paris Cedex sebastien.sannac@lne.fr

1. Laboratoire National de métrologie et d Essais (LNE) 1rue Gaston Boissier 75724 Paris Cedex sebastien.sannac@lne.fr IMPORTANCE DE LA PREPARATION DE L ECHANTILLON POUR UNE ANALYSE DE SPECIATION DU SELENIUM PAR HPLC-ID-ICP-MS. DETERMINATION D INCERTITUDES DU RENDEMENT D EXTRACTION AU RESULTAT SUR LA SELENOMETHIONINE.

Plus en détail

ANALYSES MINIÈRES. De la prospection géo-chimique à l exploitation Votre partenaire pour avancer en terrain minier. www.htds.fr

ANALYSES MINIÈRES. De la prospection géo-chimique à l exploitation Votre partenaire pour avancer en terrain minier. www.htds.fr ANALYSES MINIÈRES De la prospection géo-chimique à l exploitation Votre partenaire pour avancer en terrain minier www.htds.fr La technologie, l expertise et le support... pour garantir votre succès. Tout

Plus en détail

Gaz de fonctions pour l'analyse

Gaz de fonctions pour l'analyse Gaz de fonctions pour l'analyse L'analyse est l'art de décomposer un échantillon et de déterminer la qualité et la quantité de chaque composant qui en résulte Les méthodes d analyses trouvent leur application

Plus en détail

Version default Titre : TPLP02 - Carré orthotrope Date : 12/12/2011 Page : 1/6 Responsable : Jessica HAELEWYN Clé : V4.05.002 Révision : 7963

Version default Titre : TPLP02 - Carré orthotrope Date : 12/12/2011 Page : 1/6 Responsable : Jessica HAELEWYN Clé : V4.05.002 Révision : 7963 Titre : TPLP02 - Carré orthotrope Date : 12/12/2011 Page : 1/6 TPLP02 - Carré orthotrope Résumé : Ce test est issu de la validation indépendante de la version 3 en thermique stationnaire linéaire. Il s

Plus en détail

ANF Becquerel Assurance qualité Normalisation. http://reseau-becquerel.in2p3.fr

ANF Becquerel Assurance qualité Normalisation. http://reseau-becquerel.in2p3.fr ANF Becquerel Assurance qualité Normalisation http://reseau-becquerel.in2p3.fr P. 2 Un peu d histoire Le code Hammourabi (-2150) «Si un maçon construit une maison et que celle-ci s écrase et tue ses habitants,

Plus en détail

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES (1) Chapitre 4 : Radioactivité, décroissance radioactive Pré requis : La structure de l atome et de son noyau vue en nde et en 1 ère S (composition, ordre de grandeur

Plus en détail

Plateforme d analyse spectrochimique et isotopique

Plateforme d analyse spectrochimique et isotopique Plateforme d analyse spectrochimique et isotopique Présentation Une plateforme est le regroupement sur un même site des équipements et des moyens humains destinés à offrir à une communauté d utilisateurs

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

CONTRÔLE DES INSTRUMENTS DE MESURE MENTIONNÉS À L'ARTICLE R. 1333-7 DU CODE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET À L'ARTICLE R. 231-84 DU CODE DU TRAVAIL

CONTRÔLE DES INSTRUMENTS DE MESURE MENTIONNÉS À L'ARTICLE R. 1333-7 DU CODE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET À L'ARTICLE R. 231-84 DU CODE DU TRAVAIL Article ANNEXE 2 En savoir plus sur cet article... CONTRÔLE DES INSTRUMENTS DE MESURE MENTIONNÉS À L'ARTICLE R. 1333-7 DU CODE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET À L'ARTICLE R. 231-84 DU CODE DU TRAVAIL 1 Cadre du

Plus en détail

LA GESTION DURABLE DE L EAU : LES NORMES, UN OUTIL INDISPENSABLE

LA GESTION DURABLE DE L EAU : LES NORMES, UN OUTIL INDISPENSABLE Introduction LA GESTION DURABLE DE L EAU : LES NORMES, UN OUTIL INDISPENSABLE Dominique CALMET Commissariat à l Energie Atomique et aux Energies alternatives Pôle Maîtrise des Risques Direction Protection

Plus en détail

Analyse des alkylphénols et de leurs éthoxylats

Analyse des alkylphénols et de leurs éthoxylats Conférence Alkylphénols AQUAREF, 17/01/2011 Analyse des alkylphénols et de leurs éthoxylats M. François DAVID Responsable Recherche et développements SGS MULTILAB ROUEN Technopôle du Madrillet 65 rue Ettore

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées»

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» 30/04/10 Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» Arrêté du 23 octobre 2009 portant homologation de la décision n 2009 DC 0150 du 16/07/09 de l ASN définissant les critères techniques

Plus en détail

Responsable de la formation :

Responsable de la formation : La faculté des Sciences Pharmaceutiques de Toulouse propose la formation suivante : DU «TECHNIQUES CHROMATOGRAPHIQUES APPLIQUEES A LA BIOLOGIE HUMAINE» Année 2015-2016 Lieu : TOULOUSE Responsable de la

Plus en détail

Catalogue des équipements. Analytique

Catalogue des équipements. Analytique Catalogue des équipements Analytique Table des matières Équipement analytique... 3 Laboratoire analytique... 3 Calorimétrie différentielle à balayage (DSC)... 3 Analyse thermogravimétrique (TGA)... 4 GC-MS

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 I. La source d énergie du Soleil : calcul de son temps de vie. Question

Plus en détail

Acquisition et installation d un couplage chromatographie liquide haute pression et simple spectrométrie de masse

Acquisition et installation d un couplage chromatographie liquide haute pression et simple spectrométrie de masse DOSSIER D APPELS D OFFRES Acquisition et installation d un couplage chromatographie liquide haute pression et simple spectrométrie de masse Laboratoire Biomolécules et Biotechnologies Végétales Faculté

Plus en détail

Objet : Étalonnage de dosimètres de référence pour la Radiothérapie, de dosimètres et de kvp mètres pour le Radiodiagnostic et la Radioprotection

Objet : Étalonnage de dosimètres de référence pour la Radiothérapie, de dosimètres et de kvp mètres pour le Radiodiagnostic et la Radioprotection Référence : LIST/DM2I/LNHB/14-0470/LdC-dr Saclay, le 10 octobre 2014 Objet : Étalonnage de dosimètres de référence pour la Radiothérapie, de dosimètres et de kvp mètres pour le Radiodiagnostic et la Radioprotection

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

M. LE ROY, L. DE CARLAN, F. DELAUNAY, J. GOURIOU V. LOURENÇO, A. OSTROWSKY, S. SOREL, A. VOUILLAUME J-M. BORDY, S. HACHEM*

M. LE ROY, L. DE CARLAN, F. DELAUNAY, J. GOURIOU V. LOURENÇO, A. OSTROWSKY, S. SOREL, A. VOUILLAUME J-M. BORDY, S. HACHEM* Développement de références dosimétriques pour les petits champs dans des faisceaux de photons de haute énergie Présentation du projet et premiers résultats M. LE ROY, L. DE CARLAN, F. DELAUNAY, J. GOURIOU

Plus en détail

CCP Chimie MP 2011 Énoncé 1/5 6(66,21 03&+ (35(89(63(&,),48(),/,(5(03 zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz &+,0,( 'XUpHKHXUHV zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

CCP Chimie MP 2011 Énoncé 1/5 6(66,21 03&+ (35(89(63(&,),48(),/,(5(03 zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz &+,0,( 'XUpHKHXUHV zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz CCP Chimie MP 20 Énoncé /5 6(66,2 03&+ C O N C O U R S C O M M U N S P O LY T E C H N I Q U E S (35(89(63(&,),48(),/,(5(03 zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz &+,0,( 'XUpHKHXUHV zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz %/HFDQGLGDWDWWDFKHUDODSOXVJUDQGHLPSRUWDQFHjODFODUWpjODSUpFLVLRQHWjODFRQFLVLRQGH

Plus en détail

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES Questionnaire EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES SCP 4010-2 LE NUCLÉAIRE, DE L'ÉNERGIE DANS LA MATIÈRE /263 FORME C Version corrigée: Équipe sciences LeMoyne d'iberville, septembre 2006. QUESTION 1 (5 pts) 1. La

Plus en détail

Données de validation

Données de validation Données de validation Données de validation principales Généralités Substance Existe-t-il une VLEP? VLEP 8h Méthyldiglycol oui 50 mg/m3 Choix du domaine de validation : Le domaine de validation a été choisi

Plus en détail

Développement du couplage LC-MALDI-MS/MS pour l analyse des toxines d origine phytoplanctonique

Développement du couplage LC-MALDI-MS/MS pour l analyse des toxines d origine phytoplanctonique Développement du couplage LC-MALDI-MS/MS pour l analyse des toxines d origine phytoplanctonique Christelle DELEUZE Licenciée en Sciences Chimiques Laboratoire de Spectrométrie de Masse Service du Professeur

Plus en détail

ABSORPTION ATOMIQUE DE FLAMME : DETERMINATION DE LA TENEUR EN CUIVRE ET FER DANS DE L HUILE DE VIDANGE

ABSORPTION ATOMIQUE DE FLAMME : DETERMINATION DE LA TENEUR EN CUIVRE ET FER DANS DE L HUILE DE VIDANGE TP ANA3 INSA DE ROUEN Laboratoire de chimie analytique ABSORPTION ATOMIQUE DE FLAMME : DETERMINATION DE LA TENEUR EN CUIVRE ET FER DANS DE L HUILE DE VIDANGE Les huiles lubrifiantes sont cruciales pour

Plus en détail

Objet : Étalonnage de dosimètres de référence pour la Radiothérapie, de dosimètres et de kvp mètres pour le Radiodiagnostic et la Radioprotection.

Objet : Étalonnage de dosimètres de référence pour la Radiothérapie, de dosimètres et de kvp mètres pour le Radiodiagnostic et la Radioprotection. Réf. : LIST/DM2I/LNHB/15 0420/LdC mig Saclay, le 22 octobre 2015 Objet : Étalonnage de dosimètres de référence pour la Radiothérapie, de dosimètres et de kvp mètres pour le Radiodiagnostic et la Radioprotection.

Plus en détail

Elaboration des règles pour la codification Sandre

Elaboration des règles pour la codification Sandre Elaboration des règles pour la codification Sandre Nathalie Guigues 12 mars 2010 Séminaire ONEMA : Atelier 4 - AQUAREF 1 Enjeux et mission Aquaref Enjeux : Codification des données pour faciliter les échanges

Plus en détail

EPREUVE TECHNIQUE D ADMISSION

EPREUVE TECHNIQUE D ADMISSION CONCOURS EXTERNES IT 2014 EPREUVE TECHNIQUE D ADMISSION Durée : 1 heures 30 Coefficient : 2 CONCOURS N 91 Corps : Technicien de la recherche BAP : B : Analyse chimique Sciences des matériaux Synthèse chimique

Plus en détail

FICHE RADIONUCLÉIDE &pulxpet environnement

FICHE RADIONUCLÉIDE &pulxpet environnement &H FICHE RADIONUCLÉIDE &pulxpet environnement Cette fiche résume le comportement de l'élément chimique dans les principaux compartiments des écosystèmes terrestres et aquatiques, sous les deux hypothèses

Plus en détail

CHAPITRE 2 DIAGRAMME DES PHASES A L EQUILIBRE

CHAPITRE 2 DIAGRAMME DES PHASES A L EQUILIBRE CHAPITRE 2 DIAGRAMME DES PHASES A L EQUILIBRE Contenu : Miscibilité totale Miscibilité partielle Plan du cours Objectif général Acquérir les notions de base associées à la formation des phases, de leurs

Plus en détail

Chimie / Physique. Classe de. 5 ème

Chimie / Physique. Classe de. 5 ème Chimie / Physique Classe de 5 ème 2 Table des Matières Mode d emploi... 8 1. Matière, corps purs et mélanges...11 1.1. La matière...12 1.2. Les corps purs...13 1.2.1. Les états de la matière... 13 1.2.2.

Plus en détail

Spectrométrie de Masse

Spectrométrie de Masse Spectrométrie de Masse ENCPB, 2012 1 Repères historiques 1910 : J.J. THOMSON mesure des abondances isotopiques du néon 20 et 22 (gaz). (Prix Nobel en 1906) 1938 : Premier spectre de masse d'une molécule

Plus en détail

Notions scientifiques pour les chimistes

Notions scientifiques pour les chimistes Notions scientifiques pour les chimistes 1 - Unités SI Les scientifiques du monde entier ont adopté un système unifié d unités appelé «International System of Units» (SI). Ce système se base sur sept grandeurs

Plus en détail

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme.

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme. S-II-2.1V1 DOSAGE DES ELEMENTS METALLIQUES EN TRACE DANS LES EXTRAITS À L EAU RÉGALE : MÉTHODE PAR ABSORPTION ATOMIQUE AVEC FLAMME ET ATOMISATION ÉLECTROTHERMIQUE (AAS/GF) 1. Objet Dosage des éléments

Plus en détail

LE PLOMB ET LE SATURNISME

LE PLOMB ET LE SATURNISME LE PLOMB ET LE SATURNISME De la recherche aux actions de réduction des expositions 29 Janvier 2015, Paris 29 Janvier 2015, Paris Les méthodes de mesure développées pour le projet Plomb-Habitat Barbara

Plus en détail

L Absorption Atomique Haute Résolution à Source Continue, la nouvelle alternative

L Absorption Atomique Haute Résolution à Source Continue, la nouvelle alternative L Absorption Atomique Haute Résolution à Source Continue, la nouvelle alternative Méthodes pour l analyse élémentaire SAA une méthode bien établie depuis plus de 45 ans Simplicité peu d interférences Robustesse

Plus en détail

1. Introduction. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille:

1. Introduction. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille: 1. Introduction échelle macroscopique échelle moléculaire La chimie est la science des propriétés et des transformations de la matière. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille: Demokrit

Plus en détail

PRESENTATION GROUPE LHP

PRESENTATION GROUPE LHP PRESENTATION GROUPE LHP 1. PRESENTATION DU GROUPE Micropolluants Technologie : Laboratoire d analyses spécialisé dans la détection de polluants présents à l état de traces et d ultra traces dans les domaines

Plus en détail

PHYSIQUE DES MATÉRIAUX

PHYSIQUE DES MATÉRIAUX PHYSIQUE DES MATÉRIAUX Laboratoire n 1 : Métallographie Diagrammes de phase Applications Henri-Michel Montrieux hmmontrieux@ulg.ac.be MENU Métallographie Diagrammes de phase Applications MÉTALLOGRAPHIE

Plus en détail

Point zéro radiologique dans le lagon du Taaone avant la mise en exploitation de l hôpital Jacques Chirac de Tahiti Année 2009

Point zéro radiologique dans le lagon du Taaone avant la mise en exploitation de l hôpital Jacques Chirac de Tahiti Année 2009 R A P P O R T Point zéro radiologique dans le lagon du Taaone avant la mise en exploitation de l hôpital Jacques Chirac de Tahiti Année 2009 DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT ET DE L INTERVENTION Service d

Plus en détail

Air intérieur Réglementation Etablissements recevant du public

Air intérieur Réglementation Etablissements recevant du public Air intérieur Réglementation Etablissements recevant du public Version «organismes accrédités» SOMMAIRE Etablissements recevant du public concernés par la surveillance de la qualité de l air intérieur

Plus en détail

Pour la communauté internationale,

Pour la communauté internationale, INSPECTIONS NUCLÉAIRES : LES INSTRUMENTS CLÉS PRÉLÈVEMENT D ÉCHANTILLONS D ENVIRONNEMENT AUX FINS DES GARANTIES DAVID L. DONOHUE Pour la communauté internationale, l été 1991 a marqué, en matière de découverte

Plus en détail

Registre STS Numéro d accréditation : STS 0197

Registre STS Numéro d accréditation : STS 0197 Norme internationale : ISO/CEI 17025:2005 Norme suisse : SN EN ISO/CEI 17025:2005 ABL Analytics SA Rue Victor-Helg 18 2800 Delémont Responsable : Responsable SM : Blaise Allemann Lucas Costato Téléphone

Plus en détail

Complémentarité des mesures nucléaires et de spectrométrie de masse, dans le cadre de l analyse radiotoxicologique. Application aux urines et fèces

Complémentarité des mesures nucléaires et de spectrométrie de masse, dans le cadre de l analyse radiotoxicologique. Application aux urines et fèces Radioprotection 1997 Vol. 32, n 5, pages 673 à 683 Article Complémentarité des mesures nucléaires et de spectrométrie de masse, dans le cadre de l analyse radiotoxicologique. Application aux urines et

Plus en détail

Les Techniques Chromatographiques :

Les Techniques Chromatographiques : Conférence Eurocopter 1 er Juin 2006 Les Techniques Chromatographiques : RIENTÉES SUR LES MATÉRIAUX CMPSITES Lionel PANAIVA Responsable Analytique - CATALYSE CATALYSE, Master Park Lot 25, 116 Boulevard

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air

Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air Jean de Boutiny M1 STEM Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air Maître de stage : Jean-Ulrich Mullot Tuteurs de stage : Aurélie Gollion, Lucien

Plus en détail

CHROMATOGRAPHIE EN PHASE GAZEUSE

CHROMATOGRAPHIE EN PHASE GAZEUSE CHROMATOGRAPHIE EN PHASE GAZEUSE Tranchant J., 1995, Manuel pratique de chromatographie en phase gazeuse, Masson, Paris, 700 pages. Grob K., 1986, Classical split and splitless injection in capillary GC,

Plus en détail

Analyse des PCB dans les biotes marins

Analyse des PCB dans les biotes marins Analyse des PCB dans les biotes marins Références de la méthode La méthode qui suit est dérivée de la publication suivante Norme française et/ou européenne dont est tirée la méthode Niveau de validation

Plus en détail

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE 1. Objet Méthode pour l extraction des éléments en traces présents dans les sols (y compris les sédiments), les matières

Plus en détail

CALCULS CONVERSION D UNITES

CALCULS CONVERSION D UNITES CALCULS CONVERSION D UNITES JOURNEE DE FORMATION CONTINUE 10.11.2005 MEDICAMENT: DE LA COMMANDE A L ADMINISTRATION PLAN DU COURS CONVERSIONS D UNITES TABLEAU DE CONVERSIONS D UNITES CALCULS DES DILUTIONS

Plus en détail

Dosage des Pesticides au Laboratoire Départemental de Martinique

Dosage des Pesticides au Laboratoire Départemental de Martinique Dosage des Pesticides au Laboratoire Départemental de Martinique 1 L Unité des micropolluants Organiques Recrutement du personnel en 28 3 personnes Une ingénieur Deux techniciennes 1 Matériel de l UMPO

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA)

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M1 S2 VRV) I) Introduction L eau minérale Contrex est connue pour être riche en minéraux, notamment

Plus en détail

Estimation de l'incertitude de mesure intra laboratoire pour les analyses physico-chimiques : exemple de l'analyse de l'atrazine dans l'eau

Estimation de l'incertitude de mesure intra laboratoire pour les analyses physico-chimiques : exemple de l'analyse de l'atrazine dans l'eau Estimation de l'incertitude de mesure intra laboratoire pour les analyses physico-chimiques : exemple de l'analyse de l'atrazine dans l'eau Rapport final BRGM/RP-54734-FR juin 2006 Estimation de l'incertitude

Plus en détail

Terminologie recommandée pour l analyse des métaux

Terminologie recommandée pour l analyse des métaux Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec Terminologie recommandée pour l analyse des métaux 4 e édition : 2012-06-28 Coordination de la rédaction Jean-Pierre Blouin Centre d expertise en

Plus en détail

Surveillance des nouvelles molécules de pesticides dans les eaux du département des Côtes d Armor

Surveillance des nouvelles molécules de pesticides dans les eaux du département des Côtes d Armor Surveillance des nouvelles molécules de pesticides dans les eaux du département des Côtes d Armor Laboratoire de Développement et d Analyses de Côtes d Armor LDA22 C.Prodhomme 19 mars 2008 WWW.LDA22.com

Plus en détail

Exercices de structure de la matière

Exercices de structure de la matière Exercices de structure de la matière PSI* - Collège Stanislas Philippe Ribière Année Scolaire 2014-2015 1 Ph. Ribière PSI* 2014/2015 2 1 Le spectre de l atome d hydrogène et des éléments hydrogénoïdes.

Plus en détail

1 / Evaluations des retombées de Tchernobyl effectuées par le laboratoire de la CRIIRAD avant 1993

1 / Evaluations des retombées de Tchernobyl effectuées par le laboratoire de la CRIIRAD avant 1993 Objet : Note Scientifique CRIIRAD / Version N 2 du 23 avril 2001 Rédacteur : Bruno Chareyron, responsable du laboratoire de la CRIIRAD 1 / Evaluations des retombées de Tchernobyl effectuées par le laboratoire

Plus en détail

INITIATION PREVENTION RADIOPROTECTION

INITIATION PREVENTION RADIOPROTECTION INITIATION PREVENTION ou la Protection contre les dangers des Rayonnements Ionisants 1 ère ETAPE Identifions le danger : la RADIOACTIVITE 1 ère ETAPE Identifions le danger : la RADIOACTIVITE Processus

Plus en détail

FICHES DE RADIOPROTECTION DONNEES ESSENTIELLES NECESSAIRES A LA MISE EN OEUVRE DE LA RADIOPROTECTION UNIVERSITE DE LIEGE

FICHES DE RADIOPROTECTION DONNEES ESSENTIELLES NECESSAIRES A LA MISE EN OEUVRE DE LA RADIOPROTECTION UNIVERSITE DE LIEGE FICHES DE RADIOPROTECTION DONNEES ESSENTIELLES NECESSAIRES A LA MISE EN OEUVRE DE LA RADIOPROTECTION UNIVERSITE DE LIEGE Contrôle Physique des Radiations Allée du 6 Août n 3 Bâtiment B12B 4000 SART TILMAN

Plus en détail

Analyse HPLC-ESI-MS/MS du glyphosate et de l AMPA dans les eaux de surface (phase dissoute)

Analyse HPLC-ESI-MS/MS du glyphosate et de l AMPA dans les eaux de surface (phase dissoute) Analyse HPLC-ESI-MS/MS du glyphosate et de l AMPA dans les eaux de surface (phase dissoute) Références de la méthode La méthode qui suit est dérivée de la publication suivante Development of purification

Plus en détail

Comment améliorer l'efficacité d'un système de management de la qualité? Exemple d'une démarche. 1 ère rencontre du réseau qualité en recherche 19 20

Comment améliorer l'efficacité d'un système de management de la qualité? Exemple d'une démarche. 1 ère rencontre du réseau qualité en recherche 19 20 Comment améliorer l'efficacité d'un système de management de la qualité? Exemple d'une démarche. 1 ère rencontre du réseau qualité en recherche 19 20 octobre 2009 - Bordeaux SOMMAIRE Améliorer l efficacité

Plus en détail

Matières et déchets nucléaires : de quoi parle-t-on?

Matières et déchets nucléaires : de quoi parle-t-on? Matières et déchets nucléaires : de quoi parle-t-on? Rédaction de Global Chance Quand on parle de déchets nucléaires aujourd hui pour aborder leur gestion à court et moyen terme, leur entreposage ou leur

Plus en détail

SIMS. Les techniques d analyse de surfaces : SIMS. Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires

SIMS. Les techniques d analyse de surfaces : SIMS. Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires SIMS Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires La Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires (SIMS) est une technique d analyse physico-chimique de l'extrême surface des matériaux. Elle est basée sur la

Plus en détail

4 èmes Rencontres de la Vilaine

4 èmes Rencontres de la Vilaine 4 èmes Rencontres de la Vilaine Décryptage d une méthode d analyse de micropolluants organiques dans l eau : du développement analytique au bulletin d analyse Fabien Mercier Usine de Férel 19 septembre

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC RAPPORT. Comparaison des limites de détection déterminées par répétabilité et par reproductibilité

INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC RAPPORT. Comparaison des limites de détection déterminées par répétabilité et par reproductibilité INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC RAPPORT Comparaison des limites de détection déterminées par et par AUTEUR Mario Marchand, coordonnateur qualité Direction de la santé environnementale et

Plus en détail

RAPPORT DE TEST DE CONFINEMENT SELON BS 7989-4

RAPPORT DE TEST DE CONFINEMENT SELON BS 7989-4 E R L A B D. F. S RAPPORT DE TEST DE CONFINEMENT SELON BS 7989-4 CAPTAIR FLEX M391 L A B O R A T O I R E R & D E R L A B D. F. S P A R C D A F F A I R E S D E S P O R T E S V O I E D U F U T U R 2 7 1

Plus en détail

Les différents traceurs et leur production

Les différents traceurs et leur production Médecine Nucléaire 1 Les différents traceurs et leur production Les détecteurs g et b+ Irène Buvat U678 INSERM Paris buvat@imed.jussieu.fr http://www.guillemet.org/irene octobre 2006 MN1 : Les différents

Plus en détail

Schéma de parcours du courant N 57 / 1

Schéma de parcours du courant N 57 / 1 Page 1 of 7 Schéma de parcours du courant N 57 / 1 Edition 09.1996 Equipement camping "California Coach" A partir de janvier 1996 Emplacements différents des relais et des fusibles ainsi que des connexions

Plus en détail

«Nouveaux» traitements pour polluants émergents

«Nouveaux» traitements pour polluants émergents «Nouveaux» traitements pour polluants émergents Valérie HEQUET Colloque IMT «Ressources naturelles et environnement» les 5 et 6 Novembre 2014, Paris Laboratoire GEPEA UMR CNRS 6144 Unité Mixte de Recherche

Plus en détail

RISQUES RADIOLOGIQUES

RISQUES RADIOLOGIQUES Introduction Nous verrons ici les signes permettant de définir la gravité de l accident et d en déduire la protection adaptée pour les intervenants. Comme pour toute autre intervention, la protection du

Plus en détail

SpectraPURE IC/ICP/ICP-MS

SpectraPURE IC/ICP/ICP-MS SpectraPURE IC/ICP/ICP-MS étalons de calibration multi-éléments 99.999% Produits sources, si disponible, tracés NIST SRM s Salle blanche, ASTM Type 1, Eau 18 Megohm ultra low TOC (

Plus en détail

Validation d un Protocole Permettant le Dosage Simultané des Cations Majeurs et Traces dans les Eaux Douces Naturelles par ICP-MS

Validation d un Protocole Permettant le Dosage Simultané des Cations Majeurs et Traces dans les Eaux Douces Naturelles par ICP-MS M. BOUHNIK - LE COZ P. PETITJEAN E. SERRAT G. GRUAU ISSN En cours ISBN 2-914375-01-8 Validation d un Protocole Permettant le Dosage Simultané des Cations Majeurs et Traces dans les Eaux Douces Naturelles

Plus en détail

Spectrométrie de Masse

Spectrométrie de Masse Spectrométrie de Masse Principe Ionisation-Séparation-Détection Analyse d un échantillon pur : chromatographie préalable puis : Vide Repères historiques 1910 : J.J. THOMSON mesure des abondances isotopiques

Plus en détail

DOSSIER 2 TRAITEMENT ET CONDITIONNEMENT DES DÉCHETS

DOSSIER 2 TRAITEMENT ET CONDITIONNEMENT DES DÉCHETS R A P P O R T D E S Y N T H È S E 2 0 1 5 C H A P I T R E 5 - L E S D O S S I E R S T H É M AT I Q U E S - D O S S I E R 2 DOSSIER 2 TRAITEMENT ET CONDITIONNEMENT DES DÉCHETS INVENTAIRE NATIONAL DES MATIÈRES

Plus en détail

Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG

Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG L. David 1, G. Carlot 2, S. Gomès 1, P. Garcia 2, M. Raynaud 1,T. Petit 2 1 INSA-Lyon,

Plus en détail

La traçabilité Une démarche qualité au service de la chimie Autrans 12 au 15 octobre 2010

La traçabilité Une démarche qualité au service de la chimie Autrans 12 au 15 octobre 2010 La traçabilité Une démarche qualité au service de la chimie Autrans 12 au 15 octobre 2010 Le Service Central d Analyse DIRECTION Processus Responsabilité de la Direction COMPTABILITE MANAGEMENT DE LA QUALITE

Plus en détail

Protocole de mesure directe de l uranium dans les urines par ICP-MS

Protocole de mesure directe de l uranium dans les urines par ICP-MS Radioprotection 2001 Vol. 36, no 2, pages 167?I 18 1 Article Protocole de mesure directe de l uranium dans les urines par ICP-MS J. RITT*, C. COSSONNET* (Manuscrit reçu le 22 novembre 2000, accepté le

Plus en détail