EMBOLIE PULMONAIRE. E Ferrari. Service de cardiologie. CHU Nice.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EMBOLIE PULMONAIRE. E Ferrari. Service de cardiologie. CHU Nice."

Transcription

1 EMBOLIE PULMONAIRE E Ferrari. Service de cardiologie. CHU Nice. GENERALITES 1) Définition. L Embolie pulmonaire (EP) est la conséquence de l obstruction des artères pulmonaires ou de leurs branches par des embols le plus souvent cruoriques. 2) Incidence de l EP L EP est une maladie très fréquente. Les données épidémiologiques actuelles estiment à plus de l incidence annuelle de l EP en France. Ce chiffre est fort probablement très sous-estimée. Plusieurs arguments vont dans ce sens. - Bien que strictement asymptomatique sur le plan pulmonaire, prés d 1 patient sur 2 qui présente une thrombose veineuse profonde proximale (TVP) (au dessus du genou) présente aussi une EP. - 15% des patients qui décèdent de cause inconnue à l hôpital présentaient, en fait, une EP - L EP est la principale cause non carcinologique de mortalité des patients atteints d un cancer. - C est aussi la première cause extra obstétricale de décès des parturientes. 3) Est ce une maladie Grave? L EP est une maladie grave qui nécessite une prise en charge rapide et rigoureuse. La mortalité de l EP non traitée est de l ordre de 30 à 40% alors qu elle sera inférieure à 15 voire 8% lorsqu une prise en charge thérapeutique adéquate est entreprise. Cette prise en charge thérapeutique a été parfaitement étudiée et validée et il importe que les mesures thérapeutiques efficaces soient effectivement utilisées. 1

2 4) Diagnostic non facile. Malheureusement, force est de constater que le diagnostic clinique de l EP reste trop fréquemment non fait. On estime que moins de 40% des EP sont effectivement diagnostiquées. Ceci doit conduire à élargir les situations où le diagnostic devra être évoqué et également à bien connaître les formes cliniques atypiques. 5) Provenance du caillot. L embol cruorique qui vient obstruer l artère pulmonaire provient le plus souvent d une veine des membres inférieurs. Cela ne signifie pas pour autant que ce thrombus qui se sera détaché de la paroi veineuse aura engendré une symptomatologie au niveau des membres inférieurs Par ailleurs ce thrombus migrateur peut provenir des veines pelviennes, abdominales, des veines des membres supérieurs voire des cavités cardiaques droites, situations qui ne donnent que peut fréquemment une symptomatologie facile à reconnaître. L Embolie pulmonaire peut donc venir compliquer une thrombose veineuse qui était déjà connue (cette complication survient alors essentiellement du fait d une mauvaise prise en charge thérapeutique de la TVP), elle est le plus souvent inaugurale et révélatrice de la «maladie thrombo-embolique veineuse». Il est effectivement capital de considérer que la thrombose veineuse et l EP représente une seule et même maladie. L EP pouvant être considérée comme la principale complication de la TVP 6) Conséquences physiopathologiques de l obstruction vasculaire pulmonaire : 1) Il est capital de comprendre que les conséquences cliniques d une EP sont le plus souvent proportionnelles à l importance du territoire vasculaire amputé. On peut distinguer les EP qui n amputent qu une ou quelques branches distales des artères pulmonaires. En ce cas, les conséquences sur l hématose, l hypertension artérielle pulmonaire et donc les répercussions cardiaques seront peu importantes. En revanche l atteinte distale peut donner une symptomatologie fonctionnelle plus riche du fait de l atteinte de la plèvre et de la constitution d infarctus pulmonaires. A l opposé si le thrombus migrateur est de grosse taille, ou si, comme souvent, plusieurs épisodes emboliques se sont rapidement succéder, l amputation vasculaire pulmonaire sera plus importante, souvent proximale, les conséquences sur l hématose et les répercussions cardiaques seront plus graves. 2

3 2) Hypoxie-Hypocapnie «paradoxale» : L amputation d une artère pulmonaire alors que la ventilation reste fonctionnelle crée normalement un effet espace mort. L existence d une hypoxie-hypocapnie est habituellement évocatrice d un effet shunt (correspondant à un territoire normalement perfusé mais une ventilation non fonctionnelle). Cette paradoxale hypoxie-hypocapnie est engendrée par une réaction de broncho-constriction qui touche non seulement les bronches dans le territoire où les artères sont obstruées mais aussi la quasitotalité du parenchyme pulmonaire. Cette broncho-constriction serait due à la sécrétion de médiateurs qui ont un effet vaso et bronchoconstricteurs. 7) Le terrain de survenue : les circonstances Les facteurs favorisants une EP sont ceux (décrits il y plus de 150 ans par Virchow), qui favorisent une thrombose veineuse, en résumé : - La stase sanguine ; qu elle soit du à un alitement, une période post-opératoire, une insuffisance cardiaque, un trouble du rythme ou un voyage en position assise - Une lésion de la paroi veineuse ; qu elle soit du à une lésion mécanique (post chirurgicale ou traumatique) ou médicamenteuse (certains médicaments perfusés : chimiothérapie anticancéreuse, cordarone..) - Une propension anormale à créer un thrombus dans le système veineux ; que cette propension soit constitutionnelle: thrombophilie : déficit en protéines C et S, Déficit en Antithrombine, Résistance à la protéine C, Hyper-homocystéinémie.. ou acquise : Pilule oestro-progestative en particulier de 3eme génération Traitement hormonal substitutif de la ménopause, Traitement antidépresseur 3

4 DIAGNOSTIC CLINIQUE : 1) Signes fonctionnels : 1.1 Dyspnée : En théorie, proportionnelle au degré d amputation vasculaire et donc aux conséquences sur l hématose. En fait les «petites» EP périphériques qui n obstruent qu une branche distale des artères pulmonaires peuvent engendrer une dyspnée du fait de la réaction pleurale, mais dans ce cas il n y aura pas d hypoxie profonde. Les EP gravissimes peuvent être responsables d une mort subite par arrêt respiratoire. 1.2 Douleur thoracique : Signe non spécifique, classiquement basi-thoracique, elle suppose une réaction pleurale et donc une atteinte plutôt périphérique. Des embols distaux peuvent coexister avec des obstructions plus proximales et donc une réaction pleurale avec une atteinte proximale. La douleur pleurale peut survenir tardivement alors que le patient est en cours de traitement. 1.3 Fièvre : Peu fréquente. Suppose un infarctus pulmonaire mais peut aussi être due à la thrombose veineuse coexistante. 1.4 Tachycardie : Parfois le seul symptôme, en particulier en post opératoire, qui devra faire évoquer la maladie. Peut être due à l hypoxie et à l hypertension artérielle pulmonaire induite. En ce sens elle peut être considéré comme un signe de gravité. Mais une augmentation de la fréquence cardiaque peut également être causée par la douleur et l angoisse engendrées. 1.5 Hémoptysie : Rare. Suppose la constitution d un infarctus pulmonaire qui se déterge dans une bronche et donc de survenue tardive. Habituellement faite de sang rouillé. 1.6 Syncope : Suggère une amputation vasculaire importante avec répercussions sévères sur le fonctionnement du cœur droit. En ce sens correspond à un critère de gravité. Peut, moins fréquemment être engendrée par la douleur et un syndrome vagal réactionnel. 4

5 1.7 Collapsus cardiovasculaire : Forme clinique gravissime de l EP. Dû aux amputations vasculaires les plus importantes responsables d un «barrage» à l éjection du ventricule droit et/ou à une grande hypoxie. Les Formes Cliniques : Il faut évoquer le diagnostic d EP devant -Toute aggravation de la dyspnée chez un patient insuffisant cardiaque -Toute aggravation de la dyspnée chez un patient insuffisant respiratoire -Tout situation de tachycardie, d essoufflement, d angoisse, de fièvre inexpliquée ou d anomalie radiologique pulmonaire chez un patient en postopératoire. -Tout malaise ou tachycardie anormale du post-partum. 2) Signes d examens: L examen d un patient suspect d EP doit viser autant à éliminer une autre pathologie qu à confirmer l hypothèse d EP. L interrogatoire est un moment capital. Il visera à préciser le contexte (post chirurgie,alitement..) la prise de traitement thrombogène (pilule, antidepresseurs, chimiothérapie..), les ATCD thromboembolique personnels ou familiaux, l existence éventuelle d une thrombophilie connue. La prise de la TA et de la fréquence cardiaque peuvent permettre d emblée de distinguer les formes avec importantes répercussions cardiaques. La recherche de signes cliniques en faveur d une thrombose veineuse concomitante bien que peut souvent contributive est impérative La recherche d un tableau d insuffisance cardiaque droite doit être rigoureux - Reflux hépato-jugulaire, - hépatomégalie, - Souffle d Insuffisance tricuspide, - Eclat du B2. Il est capital que le clinicien se fasse une idée claire à la fin de cet examen et qu il établisse un score de probabilité avant tout examen complémentaire important (probabilité clinique pré-test). On peut globalement classifier cette probabilité en 3 catégories : faible («l impression» du clinicien est qu une EP est peu probable) Moyenne («l impression» est qu une EP est possible mais non certaine) Forte (une EP est hautement probable d après le contexte et l examen clinique). 5

6 Cette probabilité pré-test servira à pondérer certains résultats d examen complémentaires. Diagnostic Paraclinique: Les Outils diagnostiques: Les d-dimères : Leur dosage doit se faire au mieux par la méthode Elisa. La valeur seuil utilisée est habituellement à 500 microg/l Leur positivité n est qu exceptionnellement suffisante pour avoir une quelconque signification. En revanche leur valeur prédictive négative est excellente ; Un taux de d-dimères < 500 microg/l élimine avec une très forte probabilité une thrombose veineuse et donc une EP. La radio thoracique : Elle peut montrer de nombreux signes évocateurs d EP : Signe de Westermark : Hyperclarté localisée du parenchyme (due à une moindre vascularisation) Ascencion de la coupole diaphragmatique (induite par la rétraction du parenchyme par les troubles ventilatoires) Atelectasie en bande Elargissement des artères pulmonaires Opacité triangulaire à base pleurale (Infarctus pulmonaire) Grosse artère pulmonaire Un épanchement pleural habituellement modéré est possible. Une radiographie normale n élimine pas une EP, elle a le mérite d éliminer d autres diagnostics qui auraient échappé à la sagacité du clinicien (pneumopathie, pneumothorax ou hémothorax, pleurésie) ECG : Normal dans les formes périphériques sans répercussion cardiaque. Peut montrer Une tachycardie habituellement sinusale Des signes de cœur droit aigu : 6

7 Aspect S1Q3 (onde S en D1 et onde Q en D3) signifiant une rotation axiale droite par hypertrophie des cavités droites BBDroit complet ou incomplet des troubles du rythme : Fibrillation plus fréquemment que flutter, rarement tachycardie ventriculaire. Des troubles de la repolarisation à type d onde T négatives dans le précordium (parfois sur les dérivations inférieures) qui témoignent alors d une EP sévère. GAZOMETRIE : Une gazométrie normale n exclut pas le diagnostic Les signes classiques sont une hypoxie (signe de gravité lorsqu inférieure à 60 mm Hg) une hypocapnie une alcalose respiratoire remplacée par une acidose métabolique dans les formes graves. Attention aux ponctions artérielles inconsiderées qui risqueraient de poser problème en cas d indication de thrombolyse. ECHO-DOPPLER VEINEUX : Principe : La découverte d un thrombus dans une veine des membres inférieurs chez un patient suspect d EP est un excellent argument pour une EP. La mise en évidence d une thrombose veineuse impliquera un traitement anticoagulant qui dans la très grande majorité des cas sera aussi celui de l EP. Il est donc important de comprendre qu il n est pas nécessaire de mettre en évidence le thrombus pulmonaire pour bien prendre en charge le traitement de l EP. Cet examen est anodin, peut se faire au lit du malade. Le signe essentiel est la non compressibilité d une veine. La visualisation directe du caillot est cependant fréquente. ECHOCARDIOGRAPHIE-DOPPLER TRANSTHORACIQUE: A le mérite de pouvoir être fait au lit du malade. L echocardiographie montre les répercussions cardiaques de l EP, cela suppose environ une amputation de 50% du territoire vasculaire. Sa normalité n élimine donc certainement pas une EP périphérique, en revanche elle est un bon argument contre une EP sévère. Les signes en faveur d une EP sont Une dilatation du cœur droit (rapport des diamètres ventricule droit/ventricule gauche > 0.7) Une dilatation du tronc de l artère pulmonaire Une diminution de la contractilité du ventricule droit (signe de gravité) Une perméabilité du foramen ovale (créant un shunt droit gauche avec majoration de l hypoxie et risque d embolie paradoxale dans la grande circulation) 7

8 Le doppler permet de mesurer le gradient entre l oreillette droite et le ventricule droit en systole et donc d apprécier la pression pulmonaire systolique. La non variabilité du calibre de la veine cave inférieure est corrélée à l insuffisance cardiaque droite. Plus rarement l échocardiographie peut montrer un caillot (en transit) dans le ventricule droit. L échocardiographie trans-thoracique est très utile par le fait qu elle permet d éliminer d autres diagnostics (Tamponnade, Infarctus du VD..) L ECHOCARDIOGRAPHIE TRANS-OESOPHAGIENNE Peut être contributive par la visualisation du premier segment des artères pulmonaires en particulier à droite. Cet examen nécessite un opérateur expérimenté mais peut éviter de déplacer un patient instable dans les cas douteux ; SCANNER SPIRALE : Permet une très bonne visualisation des artères pulmonaires proximales et moyennes. La définition des branches plus distales s améliore avec la technique (scanner multibarettes). Cet examen est en train de détrôner l angiographie pulmonaire. Nécessite une injection de produit de contraste ainsi que le transport du patient. SCINTIGRAPHIE PULMONAIRE Le principe est un marquage : des territoires perfusés par un traceur radioactif (habituellement du technétium) injecté dans une veine au pli du coude des territoires ventilés par un autre traceur radioactif (Xénon ou Krypton) inhalé. Les territoires bien ventilés mais non perfusés correspondent au «mismatched» évocateur d EP. Conditions techniques : Patient compliant Nécessité de 6 incidences L examen doit être fait le plus rapidement possible idéalement avant 48 heures. Inconvénients : Nécessite le transport dans une unité d imagerie isotopique Radioactivité (minime) Interprétation très aléatoire dés lors qu existe une pathologie bronchopulmonaire concomitante (nécessité d une radiographie thoracique préalable à l examen) 8

9 Les conclusions ne donnent une certitude que dans environ 40% des cas. ANGIOGRAPHIE PULMONAIRE : Technique et Principe : ponction d une veine (de préférence brachiale), cathétérisme cardiaque par une sonde «queue de cochon», mesure des pressions ventriculaire droite et pulmonaire indispensable, injection de produit de contraste pour opacification du lit vasculaire pulmonaire. L image caractéristique d EP est la visualisation du ou des thrombi obstructifs : image de «feeling defect» (arrêt en pince de crabe du produit de contraste qui moule le caillot) avec amputation vasculaire en aval. L avantage de l angiographie est qu elle permet de quantifier la gravité et les répercussions sur la vascularisation pulmonaire par l indice de Miller. Ce score tient compte de la localisation des caillots dans l arbre artériel et également de l hypoperfusion périphérique éventuelle. Il permet de distinguer les formes très sévères (Miller > 60%). Examen considéré en théorie comme le «Gold Standard». En fait son caractère «invasif», les risques liés au cathétérisme et à l injection d iode font que le diagnostic d EP gagne à être poser en évitant cet examen. AUTRES : L IRM est en cours de validation et pourrait s avérer utile dans la stratégie diagnostique. UTILISATION des OUTILS DIAGNOSTIQUES : ARBRE DECISIONNEL DIAGNOSTIQUE Voir schéma annexe Principes : Il faut d emblée distinguer 2 situations : -Si l EP que l on suspecte est grave : dans ce cas les répercussions cardiaques sont importantes, il peut exister une instabilité hémodynamique : le principe est de confirmer au plus vite le diagnostic par des examens qui peuvent se faire, si possible, au lit du malade et qui permettront de prendre rapidement la meilleure 9

10 décision thérapeutique (Thrombolyse..). Il peut être dangereux de mobiliser inconsidérément ce type de patient à fortiori pour un examen long dont le résultat peut ne pas être très contributif. -Si l EP que l on suspecte est non grave : Dans ce cas, il existe une gradation dans les outils à employer. A chaque stade, il est nécessaire de faire intervenir la probabilité clinique pré-test, c est à dire la probabilité du diagnostic d EP qui aura été forgée par l interrogatoire, le contexte et l examen clinique (et l expérience du clinicien). Les schémas reprennent les arbres décisionnels validés en fonction de ces 2 circonstances. TRAITEMENT : Il faut distinguer les EP Graves mettant immédiatement en jeu le pronostic vital et les EP non immédiatement graves. Le traitement essentiel est la mise en route des anticoagulants : Dans cette indication d EP non grave, une héparine de bas poids moléculaire (HBPM) possède l AMM : La Tinzaparine (Innhohep ) en une seule fois par jour en SC. La dose standard est de 175 UI/Kg/j, correspondant à 0,6 ml pour un poids de 70kg. La surveillance de l activité thérapeutique n est pas nécessaire sauf en cas de très faible ou de très fort poids du malade ou d insuffisance rénale modérée. Cette surveillance se fera par l activité anti-xa dont le prélèvement doit être fait à partir du second jour de traitement 6 à 7 heures après une injection SC. En cas d insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine < 30 ml/mn), les HBPM sont contre-indiquées en curatif, dans ce cas l héparine standard doit être utilisée. La dose initiale est alors de 80 unités par Kg de poids en bolus (soit environ 5000 U) suivi d une perfusion de 18 U/Kg/heure soit environ unités par 24h. A la différence des HBPM l héparine non fractionnée donne des réponses pharmacologique très variable en fonction des sujets. Il importe donc de vérifier le TCA à la 6 ème heure et d adapter la dose en fonction de l abaque de Raschke (Voir tableau 1). 10

11 Tableau I : Adaptation posologique de l héparine continue en fonction du TCA de contrôle Si TCA < 35 sec Rajouter un bolus de 80U/kg puis augmenter de 4U/kg/h (7000 u/24h pour un poids de 70 kg) Si TCA [35-45sec] Rajouter un bolus de 40U/kg puis augmenter de 2U/kg/h (3600u/24h pour un poids de 70 kg) Si TCA [46-70sec] Aucun changement Si TCA [71-90sec] Diminuer la perfusion de 2U/kg/h (3600U/24h) Si TCA [> 90sec] Stop perfusion pendant 1 h diminuer la dose de 3U/kg/h (5400 U /24h) Quelle que soit l héparine utilisée la vérification de la numération plaquettaire est nécessaire (2 fois/semaine pendant la durée du traitement) afin de diagnostiquer au plus tôt les thrombopénies induites par l héparine complication rare mais grave du traitement par héparine. Quelle que soit l héparine utilisée, un relais par Anti-vitamine K sera obligatoire dans la majorité des situations. Le début du traitement AVK gagne à être débuté le plus tôt possible (J0 ou J1), ceci pour plusieurs raisons : - Permettre un équilibre de ce traitement plus rapide et donc une sortie du patient plus rapide avec une phase suffisante d apprentissage du patient quant à ce traitement. - Permettre une réduction de la durée de l héparinothérapie afin d éviter ou de limiter les thrombopénies induites par l héparine (TIH) qui surviennent habituellement au delà du 7ème jour. - Permettre un chevauchement adéquat (au moins 4 jours) de l héparine et de l AVK afin de protéger la paradoxale réaction thrombogène parfois induite par l institution des AVK. La dose initiale du traitement AVK sera de 5 mg de Coumadine (warfarine) ou de 20 mg de Previscan (Fluindione) à ajuster dés les premiers INR de contrôle. Il ne faut pas prescrire de dose de charge. 11

12 Le traitement par héparine sera arrêté lorsque 2 INR successifs à plus de 2 auront été atteints à 24 h d intervalle et de toute façon jamais avant 4 à 5 jours d héparinothérapie. Pour la gestion du traitement AVK en ville, la motivation et l éducation du patient ainsi que la collaboration du médecin traitant sont indispensable. L INR cible est situé entre 2 et 3. Un surveillance au moins mensuelle de cet INR est indispensable. En cas de thrombose veineuse, le port de bas de contention pendant au moins 2 ans permet de limiter les complications à distance à type de maladie postphlébitique. TRAITEMENT DES EP GRAVES : Mise en condition du patient : - Oxygène nasal ou au masque - Voie(s) veineuse(s) périphérique(s) - Inotropes + en cas de dysfonction ventriculaire droite sévère, à fortiori en cas de collapsus. - Nécessité parfois de catécholamines - Malgré l élévation des pressions cardiaques droites, un remplissage prudent (< 500cc) peut être tenté. - Lorsque la situation est critique, il faut savoir discuter l indication d une reperméabilisation rapide le plus souvent par thrombolyse médicamenteuse. La trombolyse médicamenteuse : Son objectif est, contrairement à l héparine, de dissoudre une partie des caillots qui obstruent les artères pulmonaires et donc de diminuer rapidement la postcharge ventriculaire droite (que l on peut assimiler à la pression pulmonaire). La relation entre le degré d obstruction des artères pulmonaires et la post-charge du ventricule droit n est pas linéaire mais exponentielle, expliquant qu une EP bien tolérée peut devenir gravissime à la moindre petite récidive. A contrario une petite diminution de l obstruction pulmonaire par la lyse de caillots peut permettre de revenir rapidement à un degré de surcharge du VD acceptable et compatible avec l attente de la dissolution du reste des caillots par la fibrinolyse spontanée. Le protocole classique est l administration de rtpa (Actilyse): 10 mg en bolus puis 45 mg/heure pendant 2 heures soit au total 100mg sur 2 heures. L inconvénient de ce traitement est le taux de complication hémorragique grave de l ordre de 2%. Les contre-indications doivent donc être connues et respectées : 12

13 Absolues : Hémorragies interne active ou récente, ATCD d hémorragie cérébrale, affection intracrânienne ou médullaire évolutive, intervention neuro-chirurgicale ou traumatisme crânien récent. Relatives : Chirurgie de moins de 10 j, AVC ischémique de moins d un an, HTA sévère et non contrôlée, grossesse. L embolectomie chirurgicale : Peut encore se discuter dans les situations d EP gravissimes quand existe une contre-indication au traitement fibrinolytique. Cette chirurgie est cependant grevée d une lourde morbi-mortalité. Mise en place d un filtre cave : Principe : Lorsque des thrombi sont mis en évidence dans la système veineux des membres inférieurs, leur migration dans le poumon peut être, en théorie, éviter par la mise en place d un «filtre» positionné dans la veine cave. Technique : Ces filtres se mettent en place par voie transcutanée. Après ponction de la veine jugulaire droite ou d une veine fémorale (dont il faut préalablement s assurer la vacuité) un cathéter est introduit qui contient le filtre en position fermée. L extrémité du cathéter est positionnée à hauteur des veines rénales. Le filtre est poussé en dehors de sa gaine plastique et va s ouvrir dans la veine cave. De petits crochets sur chacune de ses pâtes métalliques vont permettre son «arrimage» aux parois de la veine cave. Le filtre ainsi positionné ne peut plus être retirer. En Europe, un consensus existe pour n utiliser cet outil que dans les situations où aucune autre solution n est possible : - Récidives d une EP malgré un traitement anticoagulant bien conduit - Contre-indication formelle aux anticoagulants (hématome cérébral..) COMPLICATIONS En dehors du traitement : La mortalité de l EP non traitée est de l ordre de 30 à 40% A la phase aigue peuvent survenir : - Récidives emboliques, collapsus cardiaque, mort subite. - L hypertension pulmonaire droite peut créer la réouverture d un foramen ovale qui peut être responsable d hypoxies sévères réfractaires et d embolies paradoxales dans la grande circulation en particulier cérébrales. A long terme -Cœur pulmonaire chronique. 13

14 -Récidives thrombo-emboliques Avec le traitement : - La mortalité de l EP traitée est de l ordre de 8 à 15%. - Les récidives thrombo-emboliques si elles sont beaucoup moins fréquentes peuvent persister surtout si le traitement anticoagulant est mal géré. Le traitement peut entraîner des complications propres. - Complications hémorragiques estimées à 1 à 3% avec les héparines et de 3 à 5% par an avec les AVK. - Thrombopénies induites par les héparines qu il faut savoir évoquer devant une extension du processus thrombotique, l apparition d une CIVD, une résistance à l héparine. Cette complication impose une surveillance de la numération plaquettaire sous héparine. - Elévation des transaminases sous héparines. - Nécrose cutané qui peuvent être due à l héparine ou aux AVK chez les patients déficitaires en protéine C ou S. 14

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS DEFINITION FORMATION D UN THROMBUS DANS UNE VEINE DISTALE OU PROXIMALE (FEMORO-POPLITEE OU PELVIENNE) DONT LE RISQUE IMMEDIAT EST

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE DROITE Dr Dassier HEGP

INSUFFISANCE CARDIAQUE DROITE Dr Dassier HEGP INSUFFISANCE CARDIAQUE DROITE Dr Dassier HEGP I Définition L'insuffisance cardiaque droite (IVD) se traduit par une augmentation des pressions de remplissage télédiastolique du ventricule droit (VD). Le

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

B08 - CAT devant une thrombose veineuse profonde des membres inférieurs

B08 - CAT devant une thrombose veineuse profonde des membres inférieurs B08-1 B08 - CAT devant une thrombose veineuse profonde des membres inférieurs 1. I n t r o d u c t i o n La thrombose veineuse profonde (TVP) des membres inférieurs est indissociable de sa complication

Plus en détail

EMBOLIES PULMONAIRES. D après une présentation du Dr J. Dorsett (Pneumologue au GHEM séance du 8/01/2015)

EMBOLIES PULMONAIRES. D après une présentation du Dr J. Dorsett (Pneumologue au GHEM séance du 8/01/2015) EPU-95 Montmorency Formation Médicale Continue du Val d'oise - Agrément provisoire DPC ASSOCIATION AMICALE D ENSEIGNEMENT POST UNIVERSITAIRE DE LA RÉGION DE MONTMORENCY Siège social : 1 rue Jean Moulin

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

E03 - Héparines non fractionnées (HNF)

E03 - Héparines non fractionnées (HNF) E03-1 E03 - Héparines non fractionnées (HNF) Les héparines sont des anticoagulants agissant par voie parentérale. 1. Modalités d u tilisation Mode d action : l héparine est un cofacteur de l antithrombine

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 mars 2010 ARIXTRA 1,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue pré-remplie - Boîte de 2 (CIP : 363 500-6) - Boîte de 7 (CIP : 363 501-2) - Boîte de 10 (CIP : 564

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

Maladie thrombo-embolique veineuse (135) Docteur Jean-Luc BOSSON Juillet 2002 (Mise à jour Janvier 2005)

Maladie thrombo-embolique veineuse (135) Docteur Jean-Luc BOSSON Juillet 2002 (Mise à jour Janvier 2005) Maladie thrombo-embolique veineuse (135) Docteur Jean-Luc BOSSON Juillet 2002 (Mise à jour Janvier 2005) Pré-Requis : Anatomie du réseau veineux Physiologie de l hémostase et de la respiration Résumé :

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier OBJECTIFS Savoir: DiagnosHquer un accident des anhcoagulants. IdenHfier les situahons d urgence et

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence Nathalie Bourdages, inf., B. Sc., conseillère en soins infirmiers, Direction des soins infirmiers et des regroupement clientèles, Centre hospitalier de

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux?

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux? La nouvelle convention pharmaceutique offre l opportunité aux pharmaciens d accompagner les patients traités par anticoagulants oraux au long cours afin de prévenir les risques iatrogéniques. Les anticoagulants

Plus en détail

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Mr A.A. âgé de 55ans. Facteurs de risque: Diabétique depuis 5ans. Antécédents: aucun. Fumeur 15paquets/année.

Plus en détail

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de D O S S I E R Cœur et accidents de la voie publique M. LERECOUVREUX, F. REVEL Hôpital d Instruction des Armées de Percy, CLAMART. Contre-indications cardiovasculaires temporaires ou définitives à la conduite

Plus en détail

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Les anticoagulants 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Traitements I. Héparine et HBPM II. Antivitamines K (AVK) III. Hirudines recombinantes IV. Inhibiteurs sélectifs

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE Assurer le suivi des personnes recevant un Page 1 de 12 O.C. 6.5 Professionnels visés : Les infirmières qui possèdent la formation, les connaissances et les compétences nécessaires,

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement Communiqué de presse Bayer HealthCare S.A.S. Parc Eurasanté 220, avenue de la Recherche 59120 LOOS France Tel.+333 28 16 34 00 www.bayerhealthcare.fr Favoriser l observance avec ALTO : l engagement de

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou Conseils aux patients* Lutter activement contre la thrombose *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou 2 Mentions légales Directeur de la publication : Bayer

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 mars 2012 XARELTO 15 mg, comprimés pelliculés B/14 (CIP: 34009 219 225 1 6) B/28 (CIP: 34009 219 226 8 4) B/42 (CIP: 34009 219 227 4 5) B/10 (CIP: 34009 219 228 0

Plus en détail

MTEV. La thrombophlébite (2) La thrombophlébite (1) Thrombophlébite 24/01/2010 PREVENTION DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBO-EMBOLIQUE

MTEV. La thrombophlébite (2) La thrombophlébite (1) Thrombophlébite 24/01/2010 PREVENTION DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBO-EMBOLIQUE MTEV PREVENTION DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBO-EMBOLIQUE Dr Jean-Mathieu Pujalte Hôpital Saint-Louis TVP Risque d embolie pulmonaire 50% si TVP proximale Mortalité? 10 à 1% Laroche JP. JEMU 1995;16(4):

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

Pas traitement fibrinolytique ni de filtre cave pour les thromboses du membre supérieur. Recommandation 9.2.1

Pas traitement fibrinolytique ni de filtre cave pour les thromboses du membre supérieur. Recommandation 9.2.1 CAS N 1 : Thrombose du membre supérieur Monsieur A présente un KT sous clavier droit mis en place pour l'instauration d'une chimiothérapie. Il vous est adressé pour un œdème du membre supérieur droit.

Plus en détail

FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS»

FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS» FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS» Dinan Port Lanvallay Jeudi 21 mai 2015 Professeur Patrick Jégo Service de Médecine Interne Professeur Patrick Jégo Service de Médecine Interne LA PRISE

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ Plan de la présentation Introduction L enfant Le cathéter court La voie veineuse centrale La voie intra-osseuse Plan de la présentation Le

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

Maladie thrombo-embolique veineuse

Maladie thrombo-embolique veineuse SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Maladie thrombo-embolique veineuse 28/04/2014 DUPESSEY Florence L3 Système Cardiovasculaire Dr. SARLON-BARTOLI (fait par le CCA du Pr.HABIB) 32 pages, Relecteur 7 Maladie thrombo-embolique

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Épreuve d effort électrocardiographique

Épreuve d effort électrocardiographique Épreuve d effort électrocardiographique J. Valty Diagnostic des coronaropathies. Pronostic après infarctus du myocarde. Indications particulières. Risques de l épreuve d effort? 1- Épreuve positive : segment

Plus en détail

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille ANTIVITAMINES K ANTIVITAMINES K Antidotes disponibles (CCP, vit

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

Traitement anticoagulant au cours de la thrombose veineuse

Traitement anticoagulant au cours de la thrombose veineuse Traitement anticoagulant au cours de la thrombose veineuse D. Boutarene Service de Médecine Interne Hopital Bachir Mentouri Kouba Introduction Depuis plus de 40 ans le trt anticoagulant est dominé par

Plus en détail

Questions/Réponses. Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions.

Questions/Réponses. Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions. Questions/Réponses Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions. 1. Qu est-ce qu un contraceptif oral combiné? 2. De quelle génération est ma pilule? 1 ère, 2 ème, 3 ème ou 4 ème génération?

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

Maladie thrombo embolique veineuse IADE. D.SCARLATTI Praticien Hospitalier Cardiologie I4C scarlatti.d@chu-nice.fr

Maladie thrombo embolique veineuse IADE. D.SCARLATTI Praticien Hospitalier Cardiologie I4C scarlatti.d@chu-nice.fr Maladie thrombo embolique veineuse IADE D.SCARLATTI Praticien Hospitalier Cardiologie I4C scarlatti.d@chu-nice.fr 1 Prétest 1/ Au retrait d un KT sous clavier, vous constatez un œdème persistant du bras

Plus en détail

Traitements anticaogulants

Traitements anticaogulants Traitements anticaogulants UE 2.11 S3 2010-2011 V2.3 / PF 1 Hémostase : Chronologie Effraction vasculaire 5 minutes 10 minutes Hémostase primaire Thrombus plaquettaire Coagulation Fibrine Polymère Fibrinolyse

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Tronc Artériel Commun

Tronc Artériel Commun Tronc Artériel Commun Cardiopathie congénitale conotroncale. 1.4% des cardiopathie congénitales. (1/10000) CIV Diagnostic anténatal Souvent associé à un 22q11. Anomalies associées Définition EMBRYOLOGIE

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

prise en charge médicale dans une unité de soins

prise en charge médicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K)

Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K) Ce carnet a été réalisé sous la coordination de l Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K) Carte à découper

Plus en détail

de la thrombose veineuse et de l embolie pulmonaire

de la thrombose veineuse et de l embolie pulmonaire & Prévention TRAITEMENT de la thrombose veineuse et de l embolie pulmonaire Brochure d information pour le patient Service offert par TAIN 2006 CARDIO 17 CONTENU 1 Introduction 3 La maladie thromboembolique

Plus en détail

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes engendrer, des conséquences physiques engendrées par la chute et de l entourage familial (classe 1). Il est recommandé d évaluer l intérêt de mettre en place une téléalarme, surtout après une chute. 5.3

Plus en détail

Item 175 : Prescription et surveillance des antithrombotiques

Item 175 : Prescription et surveillance des antithrombotiques Item 175 : Prescription et surveillance des antithrombotiques Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE

Plus en détail

admission directe du patient en UNV ou en USINV

admission directe du patient en UNV ou en USINV Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip sur la valve mitrale Support destiné aux médecins en vue d informer les patients. À propos de l insuffisance mitrale L insuffisance

Plus en détail

Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions.

Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions. Mis à jour le 23/01/2013 Questions/Réponses Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions. 1. Quelles sont les récentes recommandations émises par le Ministère de la Santé concernant

Plus en détail

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants.

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. P. Fajadet, L. Carfagna, O. Loustau, J. Vial, J. Moscovici, J.J. Railhac, N. Sans. Radiologie Interventionnelle

Plus en détail

Cas clinique n 1. Y-a-t-il plusieurs diagnostics possibles? Son HTA a t elle favorisé ce problème?

Cas clinique n 1. Y-a-t-il plusieurs diagnostics possibles? Son HTA a t elle favorisé ce problème? Cas clinique n 1 Michel que vous suivez de longue date a l impression depuis quelques jours, d entendre des battements irréguliers le soir en se couchant ; il va parfaitement bien par ailleurs et rapporte

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

LE SYNDROME DE BUDD CHIARI

LE SYNDROME DE BUDD CHIARI CENTRE DE REFERENCE DES MALADIES VASCULAIRES DU FOIE (C.R.M.V.F.) Hôpital Beaujon 100 bd du Général Leclerc 92110 Clichy Service d Hépatologie Pavillon Abrami (consultation) Pavillon Sergent (hospitalisation)

Plus en détail

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice HTA et grossesse Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice Définition HTA gravidique: Après 20 SA Systole> 140mmHg et/ou Diastole>90mmHg A 2 reprises séparées de plus de 6 heures Résolutive

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Limites du traitement par AVK Fenetre therapeutique

Plus en détail

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Infospot Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) - Octobre - Novembre - Decembre 2014 1 I. Définition Il est actuellement

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Maladie thrombo embolique veineuse IADE

Maladie thrombo embolique veineuse IADE Maladie thrombo embolique veineuse IADE Didier SCARLATTI Praticien hospitalier mi temps - Rythmologie Département pédagogique faculté de médecine de Nice Rythmologie Interventionnelle Club des cardiologues

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire Vivre avec une cardiopathie valvulaire Décembre 2008 En cas de cardiopathie valvulaire opérée

Plus en détail

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament Xarelto 2,5 mg; 15 mg et 20 mg de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique

Plus en détail

Réparation de la communication interauriculaire (CIA) Informations destinées aux patients

Réparation de la communication interauriculaire (CIA) Informations destinées aux patients Réparation de la communication interauriculaire (CIA) Informations destinées aux patients Schéma du cœur avec CIA Aorte Artère pulmonaire Oreillette gauche CIA Appendice auriculaire gauche Oreillette droite

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail

11/ Antivitamines K & Héparines

11/ Antivitamines K & Héparines SEMESTRE 1 UE 2.11.S1 Pharmacologie et thérapeutiques I. Introduction 11/ Antivitamines K & Héparines Les anticoagulants sont des médicaments qui empêchent la coagulation sanguine La coagulation est un

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS Céphalées 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée EPU DENAIN -14 novembre 2006 Dr Kubat-Majid14 novembre 2006 Dr KUBAT-MAJID Céphalées 1 Mise au point sur la migraine

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Emmanuel HAZARD/Jean-loup HERMIL Chronologie Héparine non fractionnée 1950 HBPM 1980 NACO >2008 AVK 1960 Fondaparinux 2002 2 Les indications des NACOs En médecine

Plus en détail

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile Systématisation VCI Fémorale Superf. 3/4 Iliaque Poplitée La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier Mars 2015 Fémorale Sural Difficultés et Pièges: écho-doppler Veineux

Plus en détail

Quelles analyses de sang avant la prise de la pilule contraceptive?

Quelles analyses de sang avant la prise de la pilule contraceptive? Quelles analyses de sang avant la prise de la pilule contraceptive? Pourquoi une analyse du sang avant la prise de la pilule? En France 10% de la population est porteuse de mutations génétiques d hypercoagulabilité,

Plus en détail

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 La prévalence de la FA double à chaque décennie après 50 ans et approche 10% chez les sujets de plus de 80 ans (Framingham

Plus en détail

Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM)

Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM) Hématologie biologique (Pr Marc Zandecki) Faculté de Médecine CHU 49000 Angers France Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM) 1. Structure et mode d'action

Plus en détail