Supplément Brussels European Business & Services Center. Bruxelles trilingue, selon Philippe Van Parijs. Table ronde : les marchés publics de l eau

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Supplément Brussels European Business & Services Center. Bruxelles trilingue, selon Philippe Van Parijs. Table ronde : les marchés publics de l eau"

Transcription

1 p Novembre 2013 n 09 Magazine mensuel de Brussels Enterprises Commerce & Industry Supplément Brussels European Business & Services Center Bruxelles trilingue, selon Philippe Van Parijs Table ronde : les marchés publics de l eau

2 A Daimler Brand G CO 2 /KM Informations environnementales AR 19/3/2004: - Donnons priorité à la sécurité.

3 À l extérieur c est une voiture. La nouvelle Classe S. Avec la nouvelle Mercedes Classe S, vous conciliez parfaitement vie professionnelle et vie privée. Outre ses grandes qualités fonctionnelles, elle vous comble par ses nombreuses innovations. Pour un confort absolu. Grâce à sa technologie de pointe, elle fait preuve d une efficience énergétique impressionnante. Vous ne pouvez rêver meilleure compagne de voyage. Découvrez-la chez votre Concessionnaire Agréé Mercedes-Benz.

4 sommaire NOVEMBRE 13 BECI 4 Le mois politique 6 L'actualité économique en un clin d'œil 8 Interview : Olivier Maingain, l empêcheur de penser en rond 12 Réglementation européenne : aides d État régionales pour PME 15 Lancement du Brussels Best Exporters BECI reçoit la Business Association Géorgie 18 Table ronde : les marchés publics de l eau 22 Thierry Willemarck : un expert en mobilité à la présidence de BECI 32 PAGES DE SUPPLÉMENT ENCARTÉ : BRUSSELS EUROPEAN BUSINESS & SERVICES CENTER FOCUS TÉLÉCOMS 26 État des lieux des technologies : pour ne pas être un arriéré numérique 28 État des lieux du marché : Belgacom, de la tête et des épaules L'ENTREPRISE AU QUOTIDIEN 30 PME : l appel à une harmonisation européenne 32 Enquête : qu attendent les commerçants pour recruter? 34 Info PwC : administrateurs et occupation internationale 35 Statut unique : un sujet en débat 36 Start-Up : Exit21, l entreprise transparente BECI & CO Entreprendre est le mensuel de BECI (Chambre de Commerce & Union des Entreprises de Bruxelles) Editeur responsable Olivier Willocx Avenue Louise Bruxelles t f Rédaction Media Coordinator : Emmanuel Robert Production & Abonnements Administration : Emmanuel Robert Graphisme Impression: DB Print Traduction: Litteris Tous droits réservés Reproductions interdites sans autorisation écrite de l éditeur Abonnements Prix : 80 pour 10 numéros Infos : t PUBLICITÉ Entreprendre/Dynamiek est lu chaque mois par plus de décideurs. Tirage moyen par numéro : ex. Infos et réservations : Geneviève N. Juste T F Véronique Legein T F MEMBERSHIP: Catherine Mertens T 0032 (2) NOTRE PROCHAIN DOSSIER Décembre 2013 Dossier commerce international 37 Espace réservé aux membres BECI 38 Marketing : un livre pour écrire vite et bien 39 L actualité BECI en photos 40 Annual Event : BECI propose la Blue Economy 44 Demandes d'admission 45 Agenda PRINTED ON TCF PAPER

5 édito Thierry Willemarck, Président de BECI Bienvenue à Bruxelles, la cosmopolite Bruxelles est sans doute la métropole la plus diversifiée d Europe par le nombre de nationalités, de langues parlées et de cultures présentes sur son sol. Le cosmopolitisme fait désormais partie intégrante de l identité bruxelloise. Une part significative de la population de Bruxelles est constituée d expatriés, liés aux institutions européennes, à l OTAN, aux multiples représentations régionales ou internationales, aux fédérations, groupements et autres lobbys, ou encore aux grandes entreprises multinationales qui ont choisi Bruxelles comme plateforme européenne. Selon les chiffres de Brussels Metropolitan, les expatriés installés à Bruxelles et dans sa grande périphérie seraient entre et De plus en plus, ce sont aussi des extra-européens : carrefour géographique et commercial, porte d entrée vers l Europe, la métropole bruxelloise est parfaitement située pour accueillir les entreprises des pays émergents, dont les BRIC ou les Next 11. Selon d autres chiffres, collectés cette fois par la banque ING, les communautés brésilienne, indienne, chinoise ou encore russe figurent parmi celles qui se développent le plus vite dans la région métropolitaine. Cet épanouissement international est bien sûr une chance pour Bruxelles. C est, au premier sens du mot, une richesse : selon les estimations du magazine The Bulletin, les expatriés dépenseraient au bas mot 1,5 milliard d euros par an en logement, voitures et au restaurant. La part des institutions européennes et internationales dans l'emploi et le PIB de la Région bruxelloise est estimée quant à elle à 13 %. L internationalisation de Bruxelles représente aussi un défi : celui de l intégration. La récente enquête du BLBE montre que les expatriés aiment Bruxelles et s y sentent bien. Cependant, ils se définissent d abord comme Européens ou expatriés plutôt que Bruxellois. À notre sens, l intégration de la communauté internationale à Bruxelles passe par deux conditions : la langue et la citoyenneté. L anglais est la langue maternelle de 400 millions de personnes et la deuxième langue d un milliard de personnes. C est par excellence la langue des échanges internationaux. Nous l avons déjà affirmé : l anglais, lingua franca moderne, doit trouver un statut de langue administrative à Bruxelles, à côté du français et du néerlandais. Quant aux jeunes Bruxellois, il est essentiel que l école les rende trilingues. Être pleinement citoyen, c est aussi voter. À cet égard, les expatriés ne peuvent rester des «citoyens de seconde zone». En 2012, plus de étrangers (européens ou non) ont participé au scrutin communal à Bruxelles, soit 14 % de ceux qui auraient pu voter. C est trop peu ; il faut agir pour encourager la participation citoyenne des expatriés l obligation de vote est un autre débat. Mais il faut aussi étendre ce droit de vote à l échelon régional, parce que tous ceux qui prennent part à la vie de la cité doivent avoir la possibilité de se prononcer sur sa gestion. Le statut international de Bruxelles est une formidable chance. Rapprocher les expatriés des autres Bruxellois, c est le renforcer. 3 N 09 - NOVEMBRE ENTREPRENDRE

6 Beci PSYCHANALYSE DE L ACTUALITÉ : LE MOI(S) POLITIQUE Gazette d octobre : un mois de questions importantes, ou pas... 4 Il y a deux types de questions dans la vie. Celles qui sont importantes, voire existentielles, et puis les autres. On reconnaît souvent les premières au fait qu il vaut mieux ne pas les poser trop franchement. Ces questions touchent par exemple à oups, j ai failli me faire avoir. Au temps pour moi, ça aurait pu me coûter cher. Heureusement qu il y aussi toutes les autres questions. Celles moins importantes, sans enjeux ni urgence mais largement discutées. Si elles n avaient qu un mérite, ce serait de nous permettre d agiter nos langues de vipères. Voilà ce que je me suis en entendant l idée de Brigitte Grouwels de repeindre les feux de circulation bruxellois en bleu et jaune. La Ministre (CD&V, faut-il le rappeler) y voyait une question d image. C est vraiment l exemple de l idée pour rien, si ce n est pour nous arracher un sourire. Ou un soupir. Mais comme mieux vaut rire, j opte pour le sourire. «sans nous et surtout sans moi ce serait pire». Merci Elio de tout ce que tu fais pour nous. Amen. Face à Elio Di Rupo, son meilleur ennemi : Bart De Wever. Celuilà n a pas connu un bon mois, c est le moins qu on puisse dire : qualification des Diables Rouge pour la Coupe du Monde, prix Nobel pour un belge (francophone en plus!), succès de Stromae La feria noire-jaune-rouge n a pas dû bien passer du côté d Anvers. D autant que De Wever a par ailleurs dû virer fissa le responsable de sa section N-VA Forest-St Gilles-Uccle. La faute de ce militant? Avoir été condamné pour trafic d armes en ex- Yougoslavie. Comme le disait Al Capone, «Franchement, on n encourage pas le commerce» Reste que, sans rire, les questions de fond n ont une fois de plus pas été posées : Avec des cadres pareils, la NVA est-elle prête à exercer le pouvoir? Quel est son fond idéologique? Où ira-t-on avec ceux-là dans un Gouvernement fédéral? N 09 - NOVEMBRE ENTREPRENDRE D autant que les idées saugrenues permettent à d autres de s exprimer. Ainsi le cdh Benoît Cerexhe a, en réaction, estimé qu il serait plus opportun de lancer un vrai débat sur «l identité bruxelloise». En voilà une idée utile, créatrice d emplois, utile au développement de la ville (hum hum). Tiens au fait, n aurait-il pu l avoir lorsqu il était lui-même ministre? Autre idée qui n a pas séduit grand monde, et c est sans doute dommage car elle mérite au moins un débat, celle de la députée Catherine Fonck d encourager le travail des chômeurs de longue durée. Pas question de travail obligatoire mais «d incitants» nous dit-on. Reste que je me demande quelle entreprise aura l envie et les moyens d accueillir dans ses bureaux, quelques jours par semaine, des personnes en décrochage professionnel total. Rayon gonflé, on retiendra aussi l augmentation des tarifs de la Stib, prévue pour l année prochaine. Sans rire, qui imagine un employé arrivant toujours en retard et demandant (pardon, exigeant) une augmentation? Facile je sais. Mais j avais trop envie. Et la question de la N-VA au Gouvernement se pose avec d autant plus de sel que c est aussi durant ce mois que d aucun au MR ont cru bon d évoquer un Gouvernement Reynders après les prochaines élections. Gasp, après un premier Ministre wallon, on pourrait en avoir un bruxellois? La belle idée que voilà. Si ce n est qu en disant cela, le député MR Jean-Luc Crucke a également donné à tous les adversaires des libéraux l argument par excellence pour la campagne à venir. On les entend d ici : voter MR = voter N-VA. Vrai ou pas? Une fois encore, les traditionnels «laissons l électeur se prononcer», ou autres «je ne suis pas encore en campagne» n ont pas convaincu grand monde. Chaque parti spécule et se prépare à tout. Autre question non ou mal posée, celle de la confiance au patron de Belgacom, le très estimable mais si peu estimé Didier Bellens. Heureusement, le mois qui s est écoulé n a pas manqué de questions vraiment importantes, évoquées par nos élites régionales ou fédérales. Pensons au plan de relance ou à la rentrée du Parlement. Réduction de cotisations sociales, augmentation du bonus à l emploi pour les bas salaires Un peu de tout et pour tout le monde. Du pur cocktail belge puisque même les libéraux ont pu se distancier de leurs camarades socialistes en appelant, sitôt après le vote, à un autre plan, plus ambitieux. Au final, l essentiel aura visiblement été de permettre au Premier Ministre de réutiliser le discours qu il affectionne. Celui sur «la Belgique qui tire son épingle du jeu», sur la situation «difficile» mais sur le «travail immense» réalisé pour améliorer les choses, «limiter les dégâts faits par d autres». En gros et pour faire simple,

7 merak sa la meilleure alternative : lisibilité garantie, authenticité, confidentialité et trace d'audit.

8 Beci «Il y a un problème Bellens», a même fait savoir la Vice-Première Laurette Onkelinx, lors d une interview à la radio publique. Ah ben oui ça, un administrateur brillant, placé par les soins du Gouvernement, avec lequel celui-ci a négocié un contrat mais en même qu on ne cesse de critiquer en public, c est un problème. Heureusement, d autres ont songé à nos problèmes à notre place. Ainsi, le Gouvenement flamand a décidé d étendre le Ring. Le Ministre-Président Rudi Vervoort n a pu qu en «prendre acte». Bon sang, n est-ce pas là le Ring de Bruxelles? Oui, mais il passe en Flandre, et donc Bruxelles n a rien à dire. Ou si peu. Quant à la future ex-députée européenne Isabelle Durant, elle a jugé l idée has been (un peu comme elle quoi). Toutefois, une fois encore, la vraie question n a pas été posée : que fera-t-on de toutes ces voitures lorsqu elles arriveront dans notre capitale? À nouveau, mieux vaut en rire! Michel Geyer PSYCHANALYSE DE L ACTUALITÉ : LE MOI(S) ÉCONOMIQUE Cicéron, Montaigne et Sabine Laruelle 6 N 09 - NOVEMBRE ENTREPRENDRE Dans l excellent petit livre qu a publié l été dernier Antoine Compagnon un livre sur Montaigne qui se vend comme des petits pains, il faut le faire!, ce prof d univ qui enseigne à la fois au Collège de France et à Columbia écrit que «Comme Cicéron, Montaigne pense que l homme n est pas vraiment lui-même dans la vie publique, le monde et le métier». Et Sabine Laruelle? Elle pense sans doute la même chose : «Vous savez, moi, les soupers, pfff», aurait-elle dit à un confrère journaliste. Si cette ministre efficace a décidé de ne plus se présenter aux élections en juin 2014, c est parce qu elle veut partir, dit-elle, avant d en avoir assez. Bref, elle commence à en avoir assez. Pourtant, à 48 ans seulement, Sabine Laruelle est une de ces rares élues à pouvoir mentionner dans son CV «mission accomplie». Avant son installation au poste de Ministre des Classes moyennes dix ans sans interruption, qui dit mieux?, c était qui, c était quoi, les classes moyennes? Aujourd hui, ça existe. Avec une pension minimale comparable à celle des salariés. Avec une protection sociale et un calcul des cotisations de sécu qui ne sont plus complètement tordus. Chapeau, madame. On vous souhaite de faire aussi bien dans ce que vous entreprendrez demain. Ils sont fous, ces Américains! Astérix et Obélix ont déjà fait le voyage. Ils pourraient le refaire. Imaginons qu au lieu de couler pour la énième fois le drakkar de Barbe-Rouge ils soient montés à bord pour retrouver leurs amis du Nouveau Monde. Qu auraient-ils pensé de la curieuse propension d Oumpah-Pah à faire croire qu il n a plus un radis en poche? Car c est bien de cela qu il s agit : LA superpuissance qui ferme la statue de la Liberté aux touristes parce qu elle n a plus de quoi payer ses poinçonneurs des Lilas? Les plus gros créanciers de la planète qui claquent à la face du monde : «On n aura plus en balle en caisse le 17 octobre!». En fait, quand vous questionnez les habitués, ils ne sont pas plus étonnés que ça. Tout qui a travaillé avec les hommes d affaires américains, réputés, à juste titre d ailleurs, pour leur sidérante capacité à innover, à s adapter, à réagir aux impulsions du marché, sait que si d aventure il faut faire revoir un contrat par leurs avocats, on se retrouve en face d ombrageux procéduriers coupeurs de virgules en quatre, à côté desquels Joëlle Milquet fait figure de joyeuse dilettante. Ils sont fous, ces Américains Surtout parce qu ils nous ont flanqué une sacrée frousse. Vous imaginez ce qui se serait passé si le marché obligataire mondial avait calé? Il serait et vos économies avec dans l état où se trouve la ville de Detroit. Pour en juger, voyez le reportage photo sur l ex-capitale de l automobile que le journal financier L Echo a publié le mois passé. Et si on f la paix aux indépendants? Ils ne demandent que ça vu qu ils sont persuadés que lorsqu on s occupe d eux c est uniquement pour les «strogner», comme on dit au sud de la Dyle. Le débat, ou plutôt l absence de débat autour du précompte sur les bonis de liquidation en est un bel exemple. Un précompte qui passe de 10 à 25 %. Comme ça. D un coup. Notez, on le sentait venir. Votre serviteur a entendu il y a plusieurs années un des dirigeants de la Banque Degroof dire à un naïf : «10 %, ce n est pas grave? Non, mais attendez que ça passe à 20, à 30 %!». On y est. N importe quel Belge digne de ce nom sait que si nos gouvernants avaient la glorieuse idée de taxer à 10 % la mousse de Kriek, ce serait 1) parce que 10 %, ça s avale avec le reste ; et que 2) une fois que le client s est fait à l amertume on peut grimper à 20 ou 30 %. On rit, mais c est dramatique. Il y a eu les voitures de société, les intérêts notionnels, les dépenses non admises taxées à 309 %, on en a vu de toutes sortes, mais surtout des vertes et des pas mûres, chez les indépendants et les patrons de PME. Mais taxer à 25 % les bonis de liquidation, c est-à-dire le capital-pension, là non, ça ne passe pas. La révolte gronde. «Toutes ces aides, ces mesures de soutien, oubliez-les et oubliez-moi avec, dit un patron de PME. Je veux simplement qu on me f la paix!» Jean Blavier

9 Pour protéger vos employés, nous avons mieux. ETHIAS EMPLOYEE CARE SOLUTIONS Une entreprise n est rien sans ses employés. C est pourquoi vous voulez leur garantir la meilleure des protections. Avec Ethias, vous profitez de solutions sur mesure en accidents du travail, soins de santé et assurances de groupe, ainsi que d un traitement rapide de vos dossiers et de conseils en prévention. Pas étonnant que nos courtiers partenaires recommandent Ethias! Pour en savoir plus: ou Ethias SA, rue des Croisiers 24, 4000 Liège. RPM Liège TVA BE

10 Beci HOMMES ET FEMMES DU POUVOIR OLIVIER MAINGAIN BOURGMESTRE DE WOLUWE-SAINT-LAMBERT L'empêcheur de penser en rond Il est étonnant que cet homme posé, poli, au discours limpide et pétri des valeurs des Lumières, suscite parfois tant de haine. Il est vrai qu'il peut mettre du mordant sous les mots les plus délicatement prononcés. D'aucuns lui font procès de faire fructifier le fonds de commerce du FDF en entretenant l opposition avec une NVA décrite comme son «meilleur ennemi». Mais peut-être cette association manichéenne lui déplaîtelle, car elle occulte la visibilité de son axe politique le libéralisme social. 8 N 09 - NOVEMBRE ENTREPRENDRE Quelle différence y-a-t-il entre le libéralisme social du MR et celui du FDF? Le libéralisme social du MR est mort. On en est loin même car je constate, sur le plan économique, une connivence croissante du discours de ce parti avec celui de la NVA, très éloigné d'une dynamique d'intégration sociale qui soutient la croissance économique. Lorsque j'ai déposé, par exemple, une proposition de loi visant à associer, pour les entreprises cotées en bourse, les représentants syndicaux aux comités des rémunérations dans un souci de saine transparence là, on est dans le libéralisme social, les deux partis qui ont mené la plus farouche opposition au projet étaient le MR et la NVA. Cet exemple est révélateur. Le MR est devenu le parti qui défend l'actionnariat de grandes sociétés et non plus les PME. Vous êtes donc le parti qui défend aujourd'hui la libre entreprise, selon un concept de libéralisme social. Exactement. Notre ligne idéologique est clairement identifiée. Pour reprendre une formule : nous sommes plus libéraux que les égoïstes de droite qui ne font que protéger le grand capital, et nous sommes plus sociaux que les socialistes qui ne défendent que les droits acquis. On vous voit et vous entend plus comme défenseur des francophones que comme propagateur d'un libéralisme réinventé, ou bon gestionnaire de la chose publique en tant que bourgmestre. Problème d'image? Sans doute. Car on nous interroge plus sur les thèmes institutionnels que sur les thèmes économiques. Il va de soi que nous devons réhabiter notre discours, retisser la toile de notre présence locale, etc. Le tout avec des moyens extrêmement modestes. Car vous ne bénéficiez plus de financement public... En effet, mais nous continuons malgré tout à marquer notre spécificité. Tout notre travail de terrain dans les communes plaide en notre faveur : là où des bourgmestres FDF ont la gestion publique en main, nous sommes reconnus comme très bons gestionnaires. Ce n'est pas pour rien que l'on garde des majorités absolues dans nos communes - et il y en a peu à Bruxelles! Après les élections, Bruxelles pourrait-elle être le lieu et l'enjeu d'un conflit néerlandophonesfrancophones? La cogestion de Bruxelles, spectre ou fantasme? C'est toujours une menace. Il n'y a pas que la NVA. Kris Peeters, par exemple, demeure ambigu quant au statut de la Région. Ils n'acceptent pas que cette Région puisse décider sans s'aligner sur les positions flamandes. Cela me frappe beaucoup dans les dossiers au quotidien. De Lijn, par exemple, a des projets très développés pour marquer sa présence en tant qu'opérateur de transport public à Bruxelles. Mais avant de discuter sur l'amélioration éventuelle de l'offre de service, il y a une question de principe à poser : quelle est la réciprocité en faveur de la STIB en périphérie? Il n'y en a pas. C'est ce que j'appelle les indices ou les éléments de mise en place d'une cogestion de Bruxelles. Lorsqu'on examine de plus près la stratégie de De Lijn dans et autour de Bruxelles, elle vise clairement le développement du pôle économique du Brabant flamand et plus particulièrement celui de Zaventem. Bruxelles doit-elle accepter sans exigence le développement déséquilibré d'une offre de transport public, à seule fin de favoriser le développement d'un pôle économique qui vise à capter une part substantielle de sa richesse? On est, du côté francophone, dans une logique à courte vue, tandis que les partis flamands agissent stratégiquement pour la Flandre. Lorsque je vois leurs projets à 10, 15 ou 20 ans, je dirais presque : chapeau!. Mais pourquoi pas nous? Il y a des potentialités économiques extraordinaires à Bruxelles. La gare de Schaerbeek Formation, Josaphat, etc. : il y a encore de très grands espaces de développement économiques à exploiter mais cela suppose une vision. Le quartier européen, purement fonctionnel et administratif, n'a aucune puissance d'attractivité. N'a-t-on pas pourtant quantités d'institutions publiques dédiées à l'urbanisme, à l'aménagement du territoire, à la promotion du tourisme? On n'a pas, à ce jour et en termes d'attractivité, tiré le moindre avantage de la Je prône une simplification drastique des institutions bruxelloises. Quand vous considérez, autre exemple, la politique du logement, il y a l'administration du logement, la SLRB, la SRIB qui investit dans des participations, la SDRB, etc. Ne pourrait-il y avoir un opérateur qui a une vue d'ensemble?

11 Beci qu'elle ne fait pas : qu'on vienne expliquer, par exemple aux petits commerçants, qu'on est favorable au développement d'un centre commercial parce que cela permet d'éviter que de grands pôles commerciaux se développent en périphérie et privent Bruxelles de son développement économique, qu'il y a complémentarité plutôt que concurrence, etc. Or, Atrium, l'agence régionale chargée du développement commercial de Bruxelles, ne vient même pas me voir pour cela. dimension européenne de Bruxelles, qui pourrait être une carte de visite exceptionnelle. Les touristes qui cherchent le quartier ne rencontrent même pas un panneau indicateur On a manqué plusieurs occasions de mettre Bruxelles en valeur sur le plan urbanistique. Beaucoup de villes d'europe, sans réel rayonnement, se sont donné une identité forte en couplant déploiement économique et culturel : Bordeaux, Metz, Bilbao, Barcelone... Je salue donc l'idée d'un musée d'art contemporain à Bruxelles, même si le lieu choisi est discutable (zone du canal, ndlr). Au-delà d'un certain manque d'ambition, la faute en revient aussi à ce trop d'opérateurs à Bruxelles. Que l'on m'explique, par exemple, ce que fait l'agence de Développement Territorial, par rapport au nouveau service de Développement Urbanistique de la Région. Trop d'institutions tournent à vide, sont en surnombre et inefficaces. On s'y perd. Je prends l'exemple illustratif de ma commune avec l'extension du Shopping Center. Sur le plan urbanistique, le dossier a déjà pris deux ans pour être bouclé : pour un investisseur, c'est lourd. Si la Région prend le dossier en charge, qu'elle agisse à bon escient, plus vite et soit efficace. Et qu'elle fasse ce Je prône une simplification drastique des institutions bruxelloises. Quand vous considérez, autre exemple, la politique du logement, il y a l'administration du logement, la SLRB, la SRIB qui investit dans des participations, la SDRB, etc. Ne pourrait-il y avoir un opérateur qui a une vue d'ensemble? Quid du transfert des compétences? On va vers de grandes difficultés. Ce n'est pas la Région Bruxelloise qui devient compétente mais ce bidule que personne ne connaît et dont le seul nom démontre toute l'opacité : la Cocom, pour Commission Communautaire Commune. C'est un organisme hybride, ni tout à fait régional, ni tout à fait communautaire. Bref, toutes les conditions sont réunies pour avoir des blocages. C'est là que la menace de la cogestion se concrétise : quand on devra faire, demain, des arbitrages pour savoir ce que l'on maintient dans chaque régime d'allocations familiales, on va rencontrer des moments difficiles. Ni les néerlandophones, ni les francophones ne voudront a priori de disparités entre ce qui se fait dans leurs Régions respectives. Mobilité des familles aidant, on va vers une gestion intenable! Les néerlandophones de Bruxelles se sentent-ils vraiment en phase avec les Flamands de Flandre? Pas plus sans doute que les francophones avec les Wallons. Non, la plupart d'entre eux se sentent Bruxellois avant tout et c'est bien. Le La menace de la cogestion se concrétise : quand on devra faire, demain, des arbitrages pour savoir ce que l'on maintient dans chaque régime d'allocations familiales, on va rencontrer des moments difficiles. 9 N 09 - NOVEMBRE ENTREPRENDRE

12 Beci 10 N 09 - NOVEMBRE ENTREPRENDRE grand vice de construction du parlement bruxellois, c'est l'existence des groupes linguistiques avec une surreprésentation flamande. Car elle se fait au départ des partis du nord du pays, pas au départ des partis bruxellois, ce qui fait que les élus n'ont pas d'autres choix que d'être à la merci de ces partis extérieurs à la Région. Il faut couper définitivement ce lien avec les partis du Nord. Le système électoral communal fournit un exemple qui fonctionne, de listes plurilingues où les néerlandophones ne sont pas discriminés et sont libérés d'une maison mère qui leur dicte leur conduite. Les représentants des Bruxellois peuvent prendre le destin de la Région en mains, sans l'intervention de représentants d'une communauté externe qui, par la magie de la représentation garantie, peuvent s'imposer avec un nombre ridicule de voix et qui, de surcroît, sont le ferment de la division à Bruxelles. Que pensez-vous du projet du nouveau stade, vous qui étiez été échevin des sports à la ville de Bruxelles lors de la construction du stade Roi Baudouin? Que la capitale de l'europe ne soit pas capable de mener un projet de cette ampleur sur son propre territoire est un aveu de faiblesse. Depuis la fin des années 90, on sait qu'il faut faire des aménagements au stade Roi Baudouin. Qu'a fait la ville pour faire progresser le dossier? Aujourd'hui, par manque de prévoyance, on se met la tête dans la gueule du lion. Car nous payerons un prix à la Flandre pour cela et, plus le temps passera, plus la pression sera forte. Picqué était plus critique par rapport à ce genre d'option et il n'a pas voulu l'avaliser ; on a attendu qu'il quitte ses fonctions pour la faire passer. Votre commune favorise-t-elle les entreprises de la Région lors de marchés publics? Si on doit faire des appels d'offres, adjudications publiques, nous n'avons pas le choix de sélectionner des entreprises. Dès que nous sommes dans des procédures négociées et quand nous ne sommes pas contraints par des conditions techniques spécifiques, la commune privilégie toujours le commerce local en premier lieu ; ensuite la Région, puis la Fédération Wallonie Bruxelles et ainsi de suite. Les grands marchés publics vous apparaissent-ils toujours clairs? Et constatez-vous quelquefois qu'une main d'œuvre payée au rabais, mais légalement, permet des offres qui confinent à la concurrence déloyale? Concernant le dumping social, il y a bien sûr, selon la loi et les cahiers de charges, des obligations de respect de la législation sociale ; mais lors de l'exécution du marché, nous sommes quasiment dans l'impossibilité de vérifier s'il y a appel à de la sous-traitance et si celle-ci est respectueuse de la législation sociale. Nous n'avons aucun pouvoir de contrôle de ce point de vue. Il n'est pas aisé sur le plan juridique d'interdire au soumissionnaire de travailler avec de la sous-traitance ; il y a là, certainement, matière à une évolution législative. Il y a une métamorphose sociologique de Bruxelles, accentuée par une démographie en croissance. N'y a-t-il pas auprès d'une partie de notre nouvelle population un déficit d'éducation à la citoyenneté? C'est un vrai débat. Je trouve que c'est une des faiblesses de la Région : on n'a pas dégagé un projet de citoyenneté qui permette de lutter contre toutes les formes de dualités sociales. On ne l'a pas fait car Bruxelles se veut tolérante et ouverte, ce qui est à notre honneur. Mais on n'a pas construit en même temps un projet de citoyenneté, qui permette aux jeunes de se donner un projet de vie satisfaisant. C'est le problème de la formation, mais à coupler à une exigence forte quant au respect d'un certain nombre de valeurs démocratiques qui sont réunies par le principe de la laïcité de l'état. J'ose ce mot. Ce n'est pas un choix philosophique, c'est un choix de respect de l'autorité publique. La laïcité de Je trouve que c'est une des faiblesses de la Région : on n'a pas dégagé un projet de citoyenneté qui permette de lutter contre toutes les formes de dualités sociales. l'état, que je voudrais voir inscrite dans la Constitution, est une exigence démocratique qui dit que l'autorité du religieux et du moral s'arrête là ou l'autorité de l'état s'exerce. Le principe de l'égalité hommefemme, qui est à mon avis le vrai débat, est la plus grande avancée démocratique du 20e siècle en Europe. Il faut l'expliquer, notamment aux jeunes. L'enseignement professe des cours de religion mais ne fait aucune part à cette éducation à la citoyenneté. C'est un manquement? Il faut expliquer l'histoire de la pensée à travers la comparaison des systèmes religieux et philosophiques, pour conduire à un cours de citoyenneté. Il faut que les jeunes sachent, au sortir de l'enseignement secondaire, quelles sont les valeurs qui rassemblent dans une société démocratique telle que la nôtre et qu'ils puissent savoir comment les faire respecter concrètement ; car ça ne doit pas être une approche exclusivement théorique mais être aussi traduit dans des choix de comportements au quotidien. Qu'on leur explique, par exemple, que pour aller à la piscine, il n'y a pas une obligation de venir à des heures distinctes selon qu'on est femme ou homme. L'autonomie de la femme est la condition même de la réussite d'un projet de citoyenneté démocratique. Propos recueillis par Didier Dekeyser

13 assurance unique qui me rembourse même quand il ne m arrive rien. La prudence, ça paie! Editeur responsable : G.Deschoolmeester Rue de Laeken Bruxelles Tél. : SEP235 10% de vos primes remboursés chaque année Regroupez vos assurances PME dans un package All-in-One Pro et soyez récompensé : sans sinistre Contactez vite votre courtier ou consultez monallinonepro.allianz.be Avec vous de A à Z Allianz Belgium s.a. Rue de Laeken Bruxelles Tél. : TVA : BE RPM Bruxelles Entreprise d assurances agréée par les autorités de contrôle sous le n 0097 pour pratiquer les branches «Vie» et «non Vie»

14 Beci AIDES D ÉTAT À FINALITÉ RÉGIONALE Impact sur les PME de la nouvelle réglementation européenne En fonction de l'endroit où elles sont situées, les entreprises sont ou non susceptibles de réduire leurs coûts d'investissement par des aides d'état. La Commission européenne a adopté le 28 juin 2013 les nouvelles règles qui définissent les conditions selon lesquelles les Etats membres peuvent accorder des aides à finalité régionale aux entreprises. 12 N 09 - NOVEMBRE ENTREPRENDRE Ces nouvelles règles entreront en vigueur le 1 er juillet 2014 et resteront valables jusqu'à la fin Les lignes directrices concernant les aides d'état à finalité régionale sont les premières directives adoptées par la Commission européenne dans le cadre d'une vaste réforme lancée par le Commissaire Joaquin Almunia en mai 2012 (modernisation des aides d'état). L'objectif premier de l'aide régionale consiste à réduire les écarts de développement entre diverses régions d'europe. De ce fait, le niveau de l aide dépendra de l'état de développement de la région concernée et doit se focaliser avant tout sur les zones les moins avantagées. Cette aide vise à changer le comportement du bénéficiaire en stimulant l'investissement dans une zone donnée. C'est par une telle aide d'état qu'une entreprise pourra consentir des investissements complémentaires ou démarrer de nouvelles activités économiques dans la région où elle est implantée. Cette aide peut encourager une entreprise à consentir un investissement prévu dans une zone donnée plutôt que dans une autre, dans la mesure où l aide compense les désavantages et les coûts inhérents à la zone en question. Cette nouvelle politique d'aide d'état à finalité régionale est animée par la volonté de soutenir les PME en tant que premier moteur de l'économie européenne. On estime que les entreprises de plus grande envergure ont beaucoup moins besoin d aides régionales, puisque la Commission constate qu'elles accèdent plus facilement aux capitaux, qu'elles peuvent bénéficier d'économies d'échelle et qu'elles sont bien mieux armées pour L Union Européenne autorise sous certaines conditions les aides d État à finalité régionale, au bénéfice des PME. négocier une aide de la part des pouvoirs publics. Par ailleurs, toute initiative de ce type émanant d'une grande entreprise risque davantage de fausser la concurrence. Comment définir la PME selon la législation européenne et plus particulièrement dans le cadre des aides d'état à finalité régionale? La PME se définit comme toute entreprise qui emploie moins de 250 personnes et dont le chiffre d'affaires annuelles ne dépasse pas 50 millions d euros et/ou dont le bilan financier annuel ne dépasse pas 43 millions d euros 2. Quelles sont les activités économiques qui peuvent bénéficier d'une aide régionale? Les lignes directrices concernant les aides d'état à finalité régionale s'appliquent aux entreprises de tous les secteurs d'activité économique, à l'exception de l'acier et des fibres synthétiques. Les secteurs de la pêche, de l'aquaculture, de l'agriculture 3 et du transport bénéficient pour leur part de règles spécifiques en matière d'aides régionales. Des dispositions particulières s'appliquent en outre aux aéroports et au secteur de l'énergie. La Commission européenne examine actuellement les règles existantes. Quelles formes d aides régionales? L aide d'état à finalité régionale se décline en deux formules : l'aide à l'investissement (qui réduit les coûts d'un investissement initial) et l'aide opérationnelle (qui réduit les dépenses d'une entreprise et qui n'est pas liée à un investissement initial). L'aide à l'investissement peut être accordée à titre individuel (à une seule entreprise) ou dans le cadre d'un programme (en fonction duquel

15 Beci plusieurs entreprises peuvent solliciter l'aide régionale). L'aide à l'investissement L'entreprise peut recevoir une aide régionale pour des investissements dans des immobilisations corporelles ou incorporelles liées à une nouvelle implantation, l'extension d'un site existant, la diversification de la production par de nouveaux produits ou une modification du processus de production dans sa globalité. Les coûts d'investissement peuvent également intégrer jusqu'à 50 % des coûts d'analyse préparatoire ou des frais de consultance, des coûts de dépréciation et des coûts de financement de l'investissement. L'aide opérationnelle Les entreprises peuvent bénéficier d'une aide régionale pour réduire leurs dépenses au quotidien. Cela se traduit par des taux plus bas de contributions à la sécurité sociale, une taxation revue à la baisse etc. L'aide opérationnelle couvre toute forme de soutien qui réduit les dépenses qui ne concernent pas directement un investissement, notamment les coûts de personnel, de matières premières, de services, de communications, d'énergie, de maintenance, de location, d'administration etc. Où la PME doit-elle être implantée pour bénéficier d'une aide régionale? Les aides d'état à finalité régionale ne peuvent être accordées qu'à des entreprises qui sont situées sur la carte des aides régionales de l'état membre. La Commission européenne définit, dans ses lignes directrices concernant les aides d'état à finalité régionale, les critères et conditions selon lesquels les Etats membres peuvent soumettre une carte qui définit les régions susceptibles de bénéficier d'aides régionales. Ces régions se divisent en deux catégories, essentiellement : les zones A 4 : des régions où le niveau de vie est anormalement faible ou qui souffrent d'un taux de chômage sévère les zones C qui ont besoin d'aide pour développer certains domaines économiques, pour autant que cette aide n'affecte pas négativement le contexte des activités commerciales au point de compromettre l'intérêt général. Étant donné qu'en Belgique, le PIB en termes de pouvoir d'achat dépasse 75 % de la moyenne des 27 pays de l UE, la carte des aides régionales en Belgique ne comportera que des zones C. Les aides régionales dont les entreprises peuvent bénéficier plafonnent donc à 10 % (en province de Hainaut, une majoration complémentaire de 5 % est possible jusqu'au 31 décembre 2017). Les primes peuvent atteindre 20 % pour les petites entreprises (10 % pour les entreprises de taille moyenne). Les conditions à remplir pour bénéficier des aides régionales Pour qu'une aide régionale soit accordée conformément aux lignes directrices de la Commission européenne, les pouvoirs publics doivent veiller à ce que les conditions suivantes soient remplies : cette mesure doit contribuer à la réalisation d'un objectif bien défini et d'intérêt général (l aide régionale doit faire partie intégrante d'une stratégie de développement régional cohérente) ; l'aide d'état est indispensable (le marché ne parvient pas par lui-même à apporter une amélioration significative) ; cette mesure doit être appropriée (dans le cas spécifique, l'aide d'état doit se révéler plus efficace que des alternatives de soutien à l'investissement ou à la création d'emploi telles que le développement de l'infrastructure, l'enseignement et la formation, ou l'amélioration du contexte économique) ; l'initiative doit avoir un effet stimulant (l aide ne doit pas couvrir les coûts d'une activité auxquels l'entreprise aurait dû faire face de toute façon) ; l'intervention doit être proportionnée et limitée autant que possible pour éviter des conséquences négatives telles que le développement d'une surcapacité dans un secteur en déclin. Les atouts pour les PME Les PME prennent de plus en plus conscience des possibilités de bénéficier du soutien des pouvoirs publics. Ceci est particulièrement vrai en matière de subventions régionales ou locales. Il faut cependant stimuler la prise de conscience quant à l'existence d'autres outils qui sont à la disposition des pouvoirs publics au bénéfice des PME, et qui ne se résument pas à la simple attribution d'un montant donné. Les entreprises situées dans les zones de la carte des aides régionales peuvent bénéficier d'un soutien accru sous la forme de capital à risque. Cette formule est malheureusement peu utilisée. Par ailleurs, de nombreuses entreprises petites et moyennes s'investissent dans des activités très dynamiques axées sur l'innovation et pourraient vraiment tirer profit des aides d'état pour faciliter la recherche, le développement et l'innovation ou encore pour contribuer à la préservation de l'environnement, parmi d'autres exemples. La Commission européenne corrigera bientôt les modalités d'application de certains de ces instruments, dans le cadre d'un processus de modernisation. Clayton & Segura - Conseillers juridiques en aides d'état 13 N 09 - NOVEMBRE ENTREPRENDRE

16 AVEC LES BRUSSELS BEST EXPORTERS 2013, UN MONDE DE PERSPECTIVES S OUVRE À VOUS. Les Brussels Best Exporters 2013 récompensent des entreprises bruxelloises qui réussissent à l étranger. Inscrivez la vôtre avant le 17 décembre sur Il y a de belles opportunités en perspective... Sponsors principaux Sponsors

17 Beci LANCEMENT DU BRUSSELS BEST EXPORTERS 2013 Prix bruxellois à l exportation : tentez votre chance! Vous développez un courant d affaires à l export depuis 3 ans au moins? Vous avez maintenu ou développé votre personnel dédié à l export depuis 2010? Alors, peut-être êtes-vous l un des deux futurs Brussels Best Exporters 2013 Rebaptisé Brussels Best Exporters 2013, le Prix Mercurius de 2012 a changé de nom pour gagner en lisibilité mais en a gardé l essence. Organisés de concert par Bruxelles Invest & Export et BECI, les Brussels Best Exporters visent à récompenser et encourager les entreprises bruxelloises de services et de biens performantes sur les marchés étrangers. L octroi de ce Prix vise à souligner toute l importance des exportations pour le développement de l activité économique et de l emploi en Région bruxelloise. Pourquoi y participer? Six entreprises seront nominées : trois dans le secteur des biens et trois dans le secteur des services. Le lauréat de chaque catégorie sera remboursé, à concurrence de maximum, des frais qu il aura injectés dans une ou plusieurs initiatives en lien avec l exportation : mission de prospection, networking ou support de communication. Cerise sur le gâteau : les gagnants recevront la capsule vidéo qui sera présentée lors de la cérémonie de remise des prix. Ils pourront également apposer le logo Brussels Best Exporters 2013 dans leur communication et seront placés sous les feux des projecteurs. Un diplôme et un trophée leur seront remis par la Ministre en charge du Commerce Extérieur, Madame Céline Fremault, le 18 février Last but not least, chacune des six entreprises nominées recevra, grâce aux sponsors du Prix, un accès à une base de données internationale, une formation linguistique et un billet d avion. Recevoir un tel prix transcende cependant l aspect purement matériel. Carine Gilson de Maille France, lauréate du Prix en 2012 : «Cela nous a en effet apporté une reconnaissance en Belgique où la notoriété de la marque est encore à développer ( )». Et Geert Palmers de 3E, autre société lauréate, de renchérir : «( ) Le Prix a été la consécration de nos efforts, une grande fierté pour chaque personne de l équipe ( )». Comment y participer? Condition sine qua non : votre siège d exploitation se situe en Région de Bruxelles-Capitale depuis au moins 3 ans et vous répondez à la définition européenne de la PME, à savoir : vous comptez moins de 250 employés et disposez d un CA consolidé inférieur à 50 millions et / ou d un total bilantaire inférieur à 43 millions. Vous pouvez prendre connaissance du règlement du concours et compléter le formulaire d inscription, tous deux disponibles sur notre site : be sous la rubrique : Brussels Best Exporters Faites ensuite parvenir votre formulaire par à l adresse suivante : irisnet.be ou encore enregistrez-le sur clé USB et faites-le parvenir par la poste. Date limite d inscription : le 17 décembre Un jury chevronné se prononcera sur votre présence à l international sur la base des critères repris dans le règlement. Par la suite, il ne vous reste plus qu à attendre et à bloquer la date du 18 février 2014 dans votre agenda en croisant les doigts. Envie de participer? A vos marques! Contacts : Bruxelles Invest & Export - Avenue Louise, 500 bte Bruxelles Laurent Lamberts T : et Stéphane Decoster T : Les lauréats de la première édition : Carine Gilson (Catégorie biens) et 3 E (Catégorie services) Carine Gilson fait rêver femmes (et hommes!) grâce à sa lingerie somptueuse. Trois boutiques à Paris, Londres et Bruxelles vendent ses créations haut-de-gamme auxquelles s ajoutent de nombreux points de vente dans le monde. Le pourcentage de son CA à l export atteint 92 % du CA global de sa société. Carine Gilson a, à plusieurs reprises, bénéficié de l aide de nos attachés économiques et commerciaux lors de l organisation de défilés. Créé en 1999, 3 E propose des services de conseil et des outils logiciels en énergie renouvelable et efficacité. 3 E dispose de 4 bureaux à l étranger et suit des projets dans plus de 30 pays sur 5 continents. A son actif, la société compte la conception de l illustre station polaire Princesse Elizabeth en Antarctique. Bruxelles Invest & Export accompagne 3 E dans ses nombreuses démarches de prospection (missions, mise à disposition de stagiaires) et d ouverture de bureaux à l étranger. 15 N 09 - NOVEMBRE ENTREPRENDRE

18 Beci EAST INVEST BECI reçoit la Business Association Géorgie BECI a accueilli Mme Nini Panjikidze, Deputy CEO de la Business Association Géorgie, dans le cadre d East Invest, le programme européen de développement d'organisations commerciales en Europe centrale et Europe de l'est. 16 N 09 - NOVEMBRE ENTREPRENDRE Cette organisation regroupe 65 membres issus de secteurs aussi divers que l'industrie manufacturière, les matériaux de construction, la construction de machines, la chimie, l'informatique et les télécoms, le secteur bancaire, le transport, l'industrie pétrolière, le secteur de l'alimentation humaine et la logistique. En outre, des efforts considérables sont consentis en matière d'énergies renouvelables. Cela concerne essentiellement les grandes entreprises, qui représentent ensemble quelque travailleurs. L'organisation détient un rôle politique important et pèse donc lourd dans la définition des stratégies. Le réseau que BECI peut donc offrir aux entrepreneurs bruxellois par cet intermédiaire est considérable. La Géorgie constitue un marché en forte croissance et une voie d'accès intéressante à l'asie centrale, l'arménie, l'azerbaïdjan, la Turquie et la Russie. Le pays a traversé des réformes économiques majeures au cours des dernières années. Mme Panjikidze a assisté à Bruxelles à Nini Pandjikidze, Deputy CEO de la Business Association Géorgie, aux côtés de Jan De Brabanter, Secrétaire Général Adjoint de BECI. une réunion du Conseil Social et Economique et a découvert notre manière de faire du lobbying et de négocier, qu'elle dit très différente de la façon dont cela se passe en Géorgie. Elle a également fait la connaissance de la Brussels Hotel Association et a estimé qu'une organisation équivalente pourrait se révéler particulièrement utile en Géorgie. Si vous souhaitez davantage d'informations sur la Géorgie ou sur la Business Association Géorgie, merci de contacter Sabine Soetens, Bye, bye SDRB Welcome citydev.brussels Un nouveau nom et un nouveau logo pour mieux refléter la dynamique et le rôle prépondérant que remplit citydev.brussels dans le développement de la Région.

19 VOUS SOUHAITEZ UN VÉHICULE ESSENCE? OUI NON VOUS SOUHAITEZ UN VÉHICULE DIESEL? OUI NON VOUS SOUHAITEZ UN VÉHICULE AU Golf TSI OUI NON Golf TDI Golf TGI* VOUS SOUHAITEZ UN VÉHICULE NON OUI VOUS SOUHAITEZ UN VOUS N AVEZ PAS NON OUI Golf Hybrid* E-Golf* Limitez le TCO avec la diversité de la Golf. Grâce à nos différents types de motorisations toujours plus propres, vous pouvez anticiper les futures mesures fiscales en tant que Fleet Manager. Proposez une liste de véhicules qui correspondent aux vrais besoins de chacun de vos collaborateurs, et économisez au niveau du Total Cost of Ownership (TCO). C est le cas de la Golf. Elle dispose déjà aujourd hui de nombreuses technologies de sécurité active - de série - et elle sera, en 2014, la seule voiture au monde disponible dans 5 types de motorisations différents. Soyez prêt pour le futur, surfez vite sur vw.be/thinkblue Golf TDI à partir de 365 par mois HTVA en Location Long Terme Full Service ** TSI: 4,7-6,4 L/100 KM G/ KM TDI: 3,8-4,7 L/100 KM G/ KM *La Golf TGI, la Golf Hybrid et l E-Golf seront disponibles courant Les moyennes de consommation et émissions de CO2 ne sont pas encore connues aujourd hui. ** Volkswagen Golf Trendline 1.6 l CRTDI 90 CV. Prix catalogue TVAC: Loyer TVAC: 433,40. Offre en Location Long Terme Full Service Volkswagen Finance calculée sur base de 60 mois et km. Offre réservée aux professionnels. Sous réserve d acceptation du dossier par D Ieteren Lease s.a., Leuvensesteenweg 679, 3071 Kortenberg avec siège social à 1050 Bruxelles, rue du Mail 50. CBFA CA. Prix au Consommation moyenne (l/100 km): 3,80. Emission CO2 (g/km): 99. Volkswagen Finance est une dénomination commerciale de D Ieteren Lease et de Volkswagen D Ieteren Finance s.a. Modèles équipés d options à titre illustratif. Informations environnementales (AR 19/03/2004):

20 Beci ALLIANCE EMPLOI-ENVIRONNEMENT, AXE EAU Table ronde «Marchés publics dans le secteur de l'eau» Que les marchés publics soient clairs et accessibles est un enjeu à la fois pour nos entreprises et pour la Région. Pour nos entreprises car ils peuvent être source d'un chiffre d'affaires important ils représentent près de 20% du PIB ; pour la Région car ils recèlent des potentialités d'emplois et de développement. Une certaine opacité et des contraintes d'accès dissuadent cependant trop d'entreprises d'y concourir. 18 N 09 - NOVEMBRE ENTREPRENDRE Emploi-Environnement, initiative du Gouvernement bruxellois que soutient L'Alliance BECI, vise précisément à mettre les entreprises bruxelloises en capacité de participer à ce développement et à la Région d'en récolter les fruits en termes d'emplois et de dynamisme économique. Les principaux acteurs du secteur de l'eau se sont réunis récemment pour évaluer l'évolution de leurs pratiques en termes de marchés publics dans le sens souhaité par le Gouvernement bruxellois et de leur engagement dans cette dynamique. 1,5 milliards d euros sur 20 ans Xavier Dehan, Coordinateur du Centre de connaissance de BECI rappelle d'abord que, si le secteur de l'eau est au cœur du second axe de l'alliance Emploi-Environnement, c'est que les opportunités d'emplois et de création de richesses liées à la rénovation des égouts et du réseau de distribution sont liées à l'importance des investissements en jeu, soit 1,5 milliards d euros échelonnés sur 20 ans. Des investissements importants se font également chaque année dans le cadre du maillage bleu (rivières, étangs, zones humides) ou de l exploitation du canal de Bruxelles. Il pointe ensuite les obstacles à une plus grande implication des PME, TPE et acteurs de l'économie sociale, plus particulièrement les barrières que pourraient tenter de lever les grands donneurs d ordre dans le respect de la législation des marchés publics en vigueur. L objectif de l Alliance est de rendre les entreprises adjudicataires plus enclines à sous-traiter spécifiquement vers les entreprises bruxelloises ou à solliciter plus régulièrement les organismes publics de l emploi pour rechercher de la main d œuvre bruxelloise. Il souligne toutefois que les commandes publiques représentent des chantiers de grande taille qui ne correspondent pas naturellement au profil Bruxelles : la station d épuration sud. des entreprises bruxelloises en termes de caractérisation, de dimensionnement et d'agréments. Élargir le champ des prestataires Bruno Lecomte, du département achat de Vivaqua, réagit en premier et confirme que les soumissionnaires sont souvent les mêmes mais que le souhait de son entreprise est d'élargir le champ des prestataires le plus possible. La question du dimensionnement des marchés pèse cependant car l'importance des chantiers de Vivaqua requiert de l'expertise et des capacités matérielles que seules de très grandes entreprises possèdent (exigence de classe minimale de 5 ou 6) ; les candidats sont donc naturellement peu nombreux. Face à cette difficulté de descendre sous une certaine classe, Bruno Lecomte rapporte cependant deux initiatives intéressantes prises par son entreprise pour travailler avec de plus petites sociétés. Pour certains travaux, au lieu de privilégier un seul accord-cadre pour l'ensemble des travaux et ainsi faire appel à une société de classe 8 capable de répondre à l ensemble du marché, un système a été adopté, basé sur le nombre d'équipes nécessaires : au lieu de retenir une entreprise unique qui pourrait mettre 14 équipes à disposition, des sociétés ont été autorisées à remettre offre pour 4, 6, 8 ou 14 équipes, ce qui a permis de faire descendre la classe requise de 8 à 3 et a stimulé la concurrence. Dans le même ordre d'idées et pour un autre projet, plusieurs entreprises de classe 2 ont pu être sélectionnées en se basant sur le nombre de chantiers à mener simultanément, plutôt que sur base d'une charge de travail annuelle qui n'aurait permis de ne retenir que les gros entrepreneurs. Cette dernière action a réuni un nombre assez exceptionnel de candidats. Bruno Lecomte rappelle toutefois que cela ne signifie pas que les entreprises candidates sélectionnées vont nécessairement proposer une offre et remettre un prix car il arrive qu'elles ne donnent pas suite à leur sélection en tant que candidat. Xavier Thirionet et Laurent Vanden Broeck du Port de Bruxelles insistent sur l'aspect «compétences» des entreprises appelées à soumissionner, qui

"High Performance Workplace Event: People mean business"

High Performance Workplace Event: People mean business "High Performance Workplace Event: People mean business" (Cette conférence a été organisée par la Présidence britannique de l'union européenne, avec le soutien de la Commission européenne) Londres, le

Plus en détail

Le Microcrédit Relance

Le Microcrédit Relance La Ministre Céline Fremault soutient une nouvelle aide pour favoriser la relance des petites entreprises bruxelloises Le Microcrédit Relance Un partenariat CEd Crédal Conférence de presse du 17 décembre

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

COMMISSION EUROPEENNE

COMMISSION EUROPEENNE COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, 12.10.2011 C(2011)7309 final Sujet: Aide d'etat SA.32206 (2011/N) France Prolongation du Régime temporaire de prêts bonifiés pour les entreprises fabriquant des produits

Plus en détail

Remise du Prix Créateur 2012 Discours de Monsieur KUHN, Président de la Chambre des Métiers

Remise du Prix Créateur 2012 Discours de Monsieur KUHN, Président de la Chambre des Métiers Remise du Prix Créateur 2012 Discours de Monsieur KUHN, Président de la Chambre des Métiers - Madame la Ministre, - (Monsieur le député), - Monsieur le Président du comité de direction BGL BNP PARIBAS

Plus en détail

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION Discours de clôture de Clotilde VALTER, Secrétaire d Etat chargée de la Réforme de l Etat et de la Simplification

Plus en détail

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Bercy Financements Export Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Bercy Mardi 17 mars 2015 Contact presse :

Plus en détail

Faillites : évolution, dispositif et pistes d actions

Faillites : évolution, dispositif et pistes d actions Faillites : évolution, dispositif et pistes d actions Table des matières : 1 Faits et chiffres... 2 1.1 Evolution... 2 1.1.1 Taux de faillite 2 1.1.2 Nombre absolu 2 1.2 Ventilation par classe de taille

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Pour participer il vous suffit de retourner votre dossier de candidature accompagné d une copie de vos cartes d étudiant, diplôme ou attestation du statut étudiant entrepreneur avant le lundi 15 décembre

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

DOSSIER DE PARTICIPATION

DOSSIER DE PARTICIPATION DOSSIER DE PARTICIPATION " Marquez une page de votre entreprise avec les Trophées de la performance environnementale 2014 " L ENVIRONNEMENT ET MON ENTREPRISE... Vous avez à cœur de développer votre activité

Plus en détail

SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique»

SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique» SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique» CLÔTURE DES TRAVAUX PAR MADAME CYNTHIA LIGEARD PRESIDENTE DU GOUVERNEMENT DE LA NOUVELLE-CALEDONIE 6 novembre 2014 1 Mesdames, Messieurs les

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE

DOSSIER DE CANDIDATURE Lundi 23 mars 2015 5 e NUIT DE L ENTREPRISE NUMERIQUE «Les technologies à travers la performance de l entreprise et l amélioration de la vie de ses collaborateurs» DOSSIER DE CANDIDATURE 1 Vos coordonnées

Plus en détail

F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS. sur

F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS. sur F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS sur UN PROJET DE LOI RELATIF AU STATUT ET AU CONTRÔLE DES PLANIFICATEURS FINANCIERS INDEPENDANTS ET A LA FOURNITURE DE

Plus en détail

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa.

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa. réformiste efficace www.unsa.org libre Pour agir utile, utile et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! solidaire autonome1 Depuis 1993, l UNSA a connu un fort développement

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

LES SERVICES DE LA REGION BRUXELLOISE A L ATTENTION DES COMMERCANTS, ENTREPRISES, PME, INDEPENDANTS,

LES SERVICES DE LA REGION BRUXELLOISE A L ATTENTION DES COMMERCANTS, ENTREPRISES, PME, INDEPENDANTS, F i c h e / mémo LES SERVICES DE LA REGION BRUXELLOISE A L ATTENTION DES COMMERCANTS, ENTREPRISES, PME, INDEPENDANTS, AVANT-PROPOS Les informations reprises dans la présente fiche sont transmises à titre

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Paris, le lundi 15 juin 2015 Seul le prononcé fait foi DISCOURS de Sylvia PINEL Installation du Conseil supérieur de la

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Paris, le 04 novembre 2013. Page 1 sur 8

Paris, le 04 novembre 2013. Page 1 sur 8 Charte d Engagement des industries des produits entrant dans la construction pour le développement des formations aux économies d énergie dans le bâtiment et la promotion de la mention RGE «Reconnu Garant

Plus en détail

EXPERTISE COMPTABLE. Libérer. Développer. de la Gestion Quotidienne, la Stratégie d Entreprise.

EXPERTISE COMPTABLE. Libérer. Développer. de la Gestion Quotidienne, la Stratégie d Entreprise. EXPERTISE EXPERTISE COMPTABLE Libérer de la Gestion Quotidienne, Développer la Stratégie d Entreprise. De l'audit au conseil et à la mise en place de missions d'expertise comptable, S&A vous apporte une

Plus en détail

Investissement au Maroc

Investissement au Maroc Investissement au Maroc Pourquoi le Maroc La compétitivité des coûts A seulement 14 km de l Europe, le Maroc se positionne comme une plateforme compétitive à l export: o Des charges salariales réduites

Plus en détail

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe L assurance de Groupe Un must, aussi pour les PME 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe Les pensions complémentaires ont le vent en poupe La pension légale d un travailleur salarié belge

Plus en détail

CONCOURS PETIT POUCET BP 50135 75263 PARIS Cedex 06

CONCOURS PETIT POUCET BP 50135 75263 PARIS Cedex 06 Pour participer il vous suffit de retourner votre dossier de candidature accompagné d une copie de vos cartes étudiants avant le mardi 15 décembre 2009 (cachet de la Poste faisant foi) par courrier à :

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES CIVIQUES, DE L'IMMIGRATION ET DU COMMERCE INTERNATIONAL

MINISTÈRE DES AFFAIRES CIVIQUES, DE L'IMMIGRATION ET DU COMMERCE INTERNATIONAL BUDGET DES DÉPENSES 1 DU COMMERCE INTERNATIONAL Le ministère des Affaires civiques, de l'immigration et du Commerce international (MACICI) sert trois ministres : le ministre des Affaires civiques, de l'immigration

Plus en détail

Séminaire des cadres de l administration centrale. Université René- Descartes lundi 3 juin 2013

Séminaire des cadres de l administration centrale. Université René- Descartes lundi 3 juin 2013 Séminaire des cadres de l administration centrale Université René- Descartes lundi 3 juin 2013 Allocution de Manuel VALLS, ministre de l Intérieur Monsieur le Secrétaire Général, Messieurs les Directeurs

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin»

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin» 1er réseau de financement des créateurs d entreprise 228 plateformes d accompagnement dans toute la France 16 200 entreprises et 38 500 emplois créés ou maintenus en 2014 CAHIER DES CHARGES Animation de

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME transmission oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6521-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME transmission oser pour gagner! Vous voulez reprendre une entreprise? Les opportunités

Plus en détail

L emploi des jeunes. Les résultats de l étude Avril 2015. pour

L emploi des jeunes. Les résultats de l étude Avril 2015. pour L emploi des jeunes Les résultats de l étude Avril 2015 pour Contact : Laurent Bernelas Directeur de l activité Corporate & Management Tel : 01 78 94 89 87 Mob : 07 77 94 30 21 Email : lbernelas@opinion-way.com

Plus en détail

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015 Projet de loi Modernisation du dialogue social Suivi du projet par l UNSA 25 mai 2015 La commission des affaires sociales de l Assemblée nationale a adopté le projet de loi relatif au dialogue social et

Plus en détail

Global Network. La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales

Global Network. La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales Employee Benefits Global Network La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales À l heure actuelle, les multinationales doivent relever des défis notables en matière de

Plus en détail

Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015. Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse,

Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015. Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse, Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015 Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse, Rachid MADRANE Mesdames, Messieurs, Chers journalistes,

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE

DOSSIER DE CANDIDATURE Lundi 23 mars 2015 5 e NUIT DE L ENTREPRISE NUMERIQUE «Les technologies à travers la performance de l entreprise et l amélioration de la vie de ses collaborateurs» DOSSIER DE CANDIDATURE 1 Vos coordonnées

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

BP 50135 75263 PARIS Cedex 06

BP 50135 75263 PARIS Cedex 06 Pour participer il vous suffit de retourner votre dossier de candidature accompagné d une copie de vos cartes d étudiant, diplôme ou attestation du statut étudiant entrepreneur avant le mardi 15 décembre

Plus en détail

AVIS. 19 décembre 2013

AVIS. 19 décembre 2013 AVIS Projet d ordonnance modifiant l ordonnance du 19 juillet 2001 relative à l'organisation du marché de l'électricité en Région de Bruxelles-Capitale et l ordonnance du 1er avril 2004 relative à l'organisation

Plus en détail

Financer et accompagner les entreprises

Financer et accompagner les entreprises Financer et accompagner les entreprises EN HAUTE-NORMANDIE Créer EN HAUTE-NORMANDIE Innover Fiches pratiques Développer Transmettre Outils communs Édito des Présidents La Région Haute-Normandie et OSEO,

Plus en détail

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets?

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? LES ENTRETIENS EXCLUSIFS Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? Entretien avec Mehdi Salmouni-Zerhouni, Conseil

Plus en détail

Pour bien démarrer et pour durer!

Pour bien démarrer et pour durer! oseo.fr OSEO Document non contractuel Conception-Réalisation : W & CIE Réf. : 6522-04 Septembre 2009 Ce document est imprimé sur du papier fabriqué à 100 % à base de fibres provenant de forêts gérées de

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB «seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la conférence du CECOGEB le lundi 7 octobre 2013 Monsieur le Président du Conseil régional, Messieurs les Présidents des Chambres consulaires,

Plus en détail

Concours sur la protection du climat

Concours sur la protection du climat Concours sur la protection du climat Les maisons des Amis de la Nature tissent un réseau international pour protéger le climat 3 La protection du climat nous concerne tous! La protection du climat est

Plus en détail

TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Avril 2013 TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Position de l Afep et de l Ansa L Afep et l Ansa soutiennent l adoption par la Commission européenne d une directive sur le

Plus en détail

Observatoire ROOMn 2016 De la stratégie à l action. Janvier 2016

Observatoire ROOMn 2016 De la stratégie à l action. Janvier 2016 Observatoire ROOMn 2016 De la stratégie à l action Janvier 2016 Contexte Pour la 2ème année, ROOMn - Rencontre d'affaires de la mobilité et du digital - fait le point auprès de son écosystème sur l'intégration

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II

A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II Bruxelles, le 1 er mars 2011 A propos des conclusions définitives de la mission d information de Didier REYNDERS

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

Devenir partenaire X2com! Fort en innovation Niveau eleve de connaissances Soutien maximal

Devenir partenaire X2com! Fort en innovation Niveau eleve de connaissances Soutien maximal Devenir partenaire X2com! Fort en innovation Niveau eleve de connaissances Soutien maximal Pionnier en X2com X2com fournit des services télécom professionnels aux entreprises et aux institutions. L organisation

Plus en détail

Et l électricité vient à vous

Et l électricité vient à vous Conception : Crédits photos : Fotolia, Médiathèque ERDF, Médiathèque EDF avril 2010 ERDF - Électricité Réseau Distribution France Tour Winterthur 92085 Paris La Défense cedex www.erdfdistribution.fr ERDF

Plus en détail

Dossier de presse. 100 000ème Prêt à la Création d Entreprise. 14 avril 2008 1

Dossier de presse. 100 000ème Prêt à la Création d Entreprise. 14 avril 2008 1 Dossier de presse 100 000ème Prêt à la Création d Entreprise 14 avril 2008 1 OSEO ET LA CREATION D ENTREPRISE..3 PRET A LA CREATION D ENTREPRISE....4 L objectif.. 4 Caractéristiques....4 PREMIERE ETUDE

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Dossier PME. Positionnement salarial

Dossier PME. Positionnement salarial Dossier PME Positionnement salarial Imaginons la situation suivante: l'entreprise X, active dans le secteur des services, compte 40 collaborateurs et est située en région bruxelloise. La société se développe

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

Synthèse des observations de la Cour

Synthèse des observations de la Cour Synthèse des observations de la Cour L Association pour la recherche sur le cancer a fait l objet pour la deuxième fois d un contrôle de la Cour, portant sur les années 1998 à 2002. Cette association,

Plus en détail

Bienvenue dans l univers de We Group

Bienvenue dans l univers de We Group Bienvenue dans l univers de We Group Le 19 mai 2005 Laurent Jaquier fonde la société We Group SA avec son siège social à Bulle. We Group SA est une société indépendante soumise au secret professionnel

Plus en détail

Deutsche Bank Dossier spécial

Deutsche Bank Dossier spécial Deutsche Bank Dossier spécial Tout ce que vous devez savoir sur la réforme du livret d épargne Sommaire La réforme des comptes d épargne réglementés en 9 points Introduction...3 1. Plus de conditions pour

Plus en détail

Loi Aillagon : Que retenir des 10 ans du «dispositif mécénat»? Enquête

Loi Aillagon : Que retenir des 10 ans du «dispositif mécénat»? Enquête Loi Aillagon : Que retenir des 10 ans du «dispositif mécénat»? Enquête Rappel du «dispositif mécénat» issu de la Loi Aillagon, un dispositif unique au monde La loi n 2003-709 du 1er août 2003 relative

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008. Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France

Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008. Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008 Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, Je suis

Plus en détail

Favor i du e-commerce. Prix espoir 2015

Favor i du e-commerce. Prix espoir 2015 Favor i du e-commerce Prix espoir 2015 Sommaire Présentation du prix Le dossier Promotion Les lauréats des précédentes éditions Contacts Présentation du prix Présentation du Prix Depuis 9 ans, les Favor'i

Plus en détail

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le Améliorer la lisibilité des contrats d assurance complémentaire santé : Engagements pris, engagements tenus! Première évaluation du dispositif instauré par les Fédérations membres de l UNOCAM 5 mars 2012

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

Dossier de presse. Création du Fonds de dotation Adie pour l entrepreneuriat populaire. Contacts presse :

Dossier de presse. Création du Fonds de dotation Adie pour l entrepreneuriat populaire. Contacts presse : Dossier de presse Création du Fonds de dotation Adie pour l entrepreneuriat populaire Contacts presse : Sandrine Bonamy Tél. : 01 56 03 59 03 06 86 17 48 76 - s.bonamy@adie.org Audrey Thirot Tél. : 01

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

La rigueur alsacienne ne me laissait aucun doute sur la qualité du concept et sur la fiabilité de la démarche.

La rigueur alsacienne ne me laissait aucun doute sur la qualité du concept et sur la fiabilité de la démarche. Madame la Secrétaire Générale,.. Tester dans l Auxerrois, une invention d Alsace du Nord qui fonctionne depuis trois ans, était une excellente idée surtout quand je vous aurais dit que mon activité professionnelle

Plus en détail

Le portage salarial caractéristiques et avantages

Le portage salarial caractéristiques et avantages LE PORTAGE SALARIAL Le portage salarial caractéristiques et avantages Le portage salarial consiste à transformer des honoraires en salaires. Il permet: De bénéficier d un statut de salarié : continuité

Plus en détail

Présentation du programme. Brussels Greenfields. Bruxelles Environnement (IBGE) Brussels Greenfields 1

Présentation du programme. Brussels Greenfields. Bruxelles Environnement (IBGE) Brussels Greenfields 1 Présentation du programme Brussels Greenfields Bruxelles Environnement (IBGE) Brussels Greenfields 1 Agenda Partie générale : contexte du projet Partie détaillée : fonctionnement du projet Bruxelles Environnement

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail

Les entreprises et le Développement durable. FEDERE 23 mars 2010

Les entreprises et le Développement durable. FEDERE 23 mars 2010 Les entreprises et le Développement durable FEDERE 23 mars 2010 Fiche technique Mode de recueil Échantillon Dates du terrain Enquête par téléphone (sur système CATI) 200 décideurs en entreprises > 500

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

Diagnostic départemental de la création d entreprise par les femmes Octobre 2014 Mars 2015

Diagnostic départemental de la création d entreprise par les femmes Octobre 2014 Mars 2015 Diagnostic départemental de la création d entreprise par les femmes Octobre 2014 Mars 2015 Mission Droits des femmes et égalité DDCSPP28 1 L'entrepreneuriat par les femmes La Mission départementale aux

Plus en détail

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection PROCEDURE NEGOCIEE AVEC PUBLICITE PREALABLE POUR UNE MISSION DE CONSEIL ET D APPUI EN MATIÈRE DE L'ÉLABORATION D'UN CADRE GÉNÉRAL CONCERNANT

Plus en détail

9HUV XQH SODWHIRUPH LQGXVWULHOOH SRXU OHVQDQRWHFKQRORJLHV

9HUV XQH SODWHIRUPH LQGXVWULHOOH SRXU OHVQDQRWHFKQRORJLHV 63((&+ 3KLOLSSH%XVTXLQ Commissaire européen chargé de la Recherche 9HUV XQH SODWHIRUPH LQGXVWULHOOH SRXU OHVQDQRWHFKQRORJLHV Conférence "Production durable : le rôle des nanotechnologies" &RSHQKDJXHRFWREUH

Plus en détail

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION CONNAISSANCES

Plus en détail

Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services. Vers une réforme de la structure du secteur bancaire européen?

Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services. Vers une réforme de la structure du secteur bancaire européen? SPEECH/12/XXX Michel BARNIER Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services Vers une réforme de la structure du secteur bancaire européen? Débat organisé au Parlement européen

Plus en détail

CEREMONIE DE LANCEMENT DU SITE WEB DE LA PHARMACIE NATIONALE D APPROVISIONNEMENT DU SENEGAL. (SISDAK 2012 : 05 au 08juillet 2012)

CEREMONIE DE LANCEMENT DU SITE WEB DE LA PHARMACIE NATIONALE D APPROVISIONNEMENT DU SENEGAL. (SISDAK 2012 : 05 au 08juillet 2012) CEREMONIE DE LANCEMENT DU SITE WEB DE LA PHARMACIE NATIONALE D APPROVISIONNEMENT DU SENEGAL (SISDAK 2012 : 05 au 08juillet 2012) DISCOURS DU DIRECTEUR DE LA PNA Madame le Ministre de la Santé et de l Action

Plus en détail

Communiqué de Presse

Communiqué de Presse 1er réseau de financement des créateurs d entreprise 230 plateformes d accompagnement dans toute la France 16 565 entreprises et 39 538 emplois créés ou maintenus en 2013 Communiqué de Presse Lancement

Plus en détail

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé 2013 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Ipsos Public Affairs 24/06/2013 1 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Table

Plus en détail

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif Charte 22 avril 2009 l investissement responsable de la maif objectifs considération sur l investissement responsable les axes d engagement l investissement responsable de la maif /// Préambule La MAIF

Plus en détail

Mardi 22 novembre 2005, Bruxelles

Mardi 22 novembre 2005, Bruxelles DISCOURS DE M. LE VICE PRÉSIDENT FRATTINI, À L OCCASION DU SÉMINAIRE DE TRAVAIL DES MEMBRES DU RÉSEAU DES PRÉSIDENTS DES COURS SUPRÊMES DE L UNION EUROPÉENNE AVEC LES REPRÉSENTANTS DES INSTITUTIONS DE

Plus en détail

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF Journée de formation FEBISP juin 2001 Intervention de Monsieur Michel COLSON Président de la Section CPAS de l Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil M 1114-B

Secrétariat du Grand Conseil M 1114-B Secrétariat du Grand Conseil M 1114-B Date de dépôt: 19 janvier 2000 Messagerie Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la motion de M mes et M. Chaïm Nissim, Fabienne Bugnon et Sylvia Leuenberger

Plus en détail

Conclusion du rendez-vous du commerce «Transition numérique du commerce BtoB» -Lundi 19 octobre 2015 -

Conclusion du rendez-vous du commerce «Transition numérique du commerce BtoB» -Lundi 19 octobre 2015 - MARTINE PINVILLE SECRETAIRE D ETAT CHARGEE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT, DE LA CONSOMMATION ET DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE, AUPRES DU MINISTRE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE D i s

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

E-commerce B2B en France : un secteur méconnu mais au fort potentiel de croissance

E-commerce B2B en France : un secteur méconnu mais au fort potentiel de croissance Bureau de Paris 18, boulevard Montmartre 75009 Paris Tel : (33) 1 42 77 76 17 Internet : www.sia-partners.com Paris Lyon Bruxelles Amsterdam Roma Milano Casablanca Dubaï New-York E-commerce B2B en France

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail