COMMENT RÉDUIRE LES EFFETS DE LA FRACTURE NUMÉRIQUE?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMMENT RÉDUIRE LES EFFETS DE LA FRACTURE NUMÉRIQUE?"

Transcription

1 Lutter contre la fracture numérique (2/2) COMMENT RÉDUIRE LES EFFETS DE LA FRACTURE NUMÉRIQUE? Par René Begon, chargé de projet au CVFE La généralisation de l utilisation de l ordinateur dans presque tous les secteurs de la vie économique et sociale n empêche pas l existence, entre les citoyens, d inégalités dans l accès ou la maîtrise des nouvelles technologies. Cet écart, qu on appelle la «fracture numérique», concerne toujours un tiers des Wallons. Après avoir, dans un premier article, cherché comment définir ce phénomène, nous envisagerons, dans ce second article, les moyens mis en œuvre pour en réduire les effets. Selon l OCDE, la fracture numérique est plus accusée en Belgique que dans la moyenne des pays européens et elle touche particulièrement les familles à faibles revenus : «La possession d ordinateur des ménages belges (58 %) se situe en dessous de la moyenne européenne (64 %) et se situe nettement en dessous de celle des pays en tête de liste comme le Danemark (85 %), la Suède (82 %), les Pays-Bas (80 %) et l Allemagne (77 %). Notre score en matière d utilisation de l Internet est un peu meilleur mais toute croissance est limitée par le faible taux de possession d ordinateur. Si on étudie d un peu plus près les chiffres, on constate que ce sont surtout les salariés avec un revenu de moins de euros et les plus démunis, de manière assez logique, qui accusent le plus grand retard. À peine 50 % de ce groupe R. Begon «Comment réduire les effets de la fracture numérique? (2/2)» - 1 -

2 de salariés dispose d un ordinateur à la maison (par rapport à 90 % des salariés qui gagnent davantage)» 1. Dans un précédent article, nous avons vu que cette fracture pouvait se décliner selon deux degrés, le premier étant celui de l accès matériel (possession d un ordinateur et connexion à Internet), tandis que le second est celui des compétences nécessaires à l usage courant de ces technologies. Nous avons également appris qu en 2008, la proportion de la population wallonne des non-utilisateurs d ordinateur ou d Internet se chiffrait à environ un tiers 2. Bien qu elle ait tendance à régresser d année en année, cette «fracture numérique» reste donc encore importante. Dans ce second article, nous allons envisager les moyens mis en œuvre pour tenter de réduire ce phénomène. Epousant les deux degrés définis auparavant, les stratégies adoptées vont dans les deux directions : favoriser l accès matériel et encourager l acquisition d une maîtrise minimale des TIC et cela sous deux formes : ouvrir des lieux d accès public aux nouvelles technologies et proposer des possibilités d initiation. Favoriser l équipement des ménages Des mesures concrètes peuvent permettre aux familles de s équiper et de se connecter pour un coût raisonnable : ce fut l objectif du «Plan Internet pour tous» grâce auquel le SPF technologie de l Information et de la Communication (Fedict) proposait au grand public, d avril à décembre 2006, de bénéficier d un package «Internet pour tous» composé d un ordinateur, des principaux logiciels et systèmes de sécurité, d un an de connexion à l Internet à large bande, ainsi que d une formation de base. Le tout pour une somme réputée «raisonnable» : 850 pour un PC (702,5 après déduction fiscale) et 990 pour un portable (818 après déduction fiscale) 3. Fin 2006 (l opération étant limitée au 31 décembre 2006), «packages» avaient été vendus, ce qui est peu de choses comparé aux 4,8 millions de lettres envoyées à tous les foyers belges pour les informer de cette possibilité. On observera, d une part, que, si la proposition était intéressante, elle était peut-être encore trop onéreuse pour les foyers aux revenus les plus faibles et, d autre part, que le prix anormalement élévé des connexions Internet dans notre pays (comparé à la France, par exemple) ne facilite pas la limitation des coûts. En 2009, le ministre de l Economie et de la Simplification administrative, Vincent Van Quickenborne (Open-VLD), a relancé une mesure similaire et en a pris d autres poursuivant le même objectif 4. D une part, les consommateurs qui le désirent «reçoivent l opportunité d acheter un paquet ordinateur et Internet complet (ordinateur, abonnement Internet, lecteur de cartes, logiciels et formation) à un prix avantageux. Ils peuvent bénéficier d une 1 Morenville (Catherine), «Lutte contre la fracture numérique : les CPAS mis à contribution», dans Alter Echos, n 275, 12/06/ Usages TIC 2008 des citoyens wallons, enquête annuelle réalisée par l AWT (Agence wallonne des télécommunications), juin 2009, page 96 ( 3 «Internet pour tous», AWT ( 08/06/2006 et «Des ordinateurs à prix cassés», dans Le Soir, 19 avril 2006, page 9. 4 Jennotte (Alain), «CPAS : PC contre la fracture numérique», dans Le Soir, 10/06/2009, page 7 et Morenville (Catherine), article cité. R. Begon «Comment réduire les effets de la fracture numérique? (2/2)» - 2 -

3 diminution de 21 % sur le prix du paquet de base via leur déclaration à l impôt» 5. Les montants sont fixés à 890 pour un ordinateur fixe, 990 pour un portable. Trois autres dispositions ont été avancées par le ministre. Tout d abord, une version renouvelée du plan «PC privé» qui permet le remboursement par l employeur de l achat d un ordinateur par son employé, à concurrence de 760 pour l ensemble ordinateur et connexion Internet. «Modification d importance : seuls les salariés à revenus modestes (revenu brut imposable annuel de maximum euros) bénéficieront de la mesure» 6. La deuxième mesure consisterait à offrir aux ménages à revenus modestes un abonnement Internet bon marché (moins de 13 par mois). Enfin, la dernière mesure, mais certainement la plus «sociale», s appellera «PC récup» et entrera en vigueur en septembre 2009 : 5000 ordinateurs déclassés par les services publics seront remis en état, grâce à un subside du gouvernement fédéral ( ), et distribués aux familles les plus démunies par les CPAS et les organisations de jeunesse 7. On peut rappeler qu il existe un certain nombre de possibilités d achat d ordinateurs d occasion avec garantie ou d ordinateurs reconditionnés dans une optique sociale 8. Le service le plus connu est offert par Oxfam-Solidarité qui propose des ordinateurs «performants, testés et vendus avec une garantie de 12 mois et un service après-vente» ( ou 02/ ). Multiplier les accès publics aux TIC et à Internet En matière d accès public à Internet, la Région wallonne a joué un rôle précurseur. Inscrit dans la déclaration de politique régionale du Gouvernement wallon dès 2004, le programme des «Espaces publics numériques (EPN) des pouvoirs locaux de Wallonie» a été doté d un budget de 3,5 millions d (étalé sur 3 ans) et s est concrétisé par deux appels à projets, en 2005 et en Une cinquantaine de projets ont été sélectionnés en 2005 et une vingtaine supplémentaire en A partir de 2007, une charte des EPN a permis à ceux qui la respectaient de recevoir un «label EPN» de l administration wallonne. L ensemble des EPN labellisés constitue désormais un réseau, ce qui permet de «partager les expériences et élaborer de nouveaux projets» 9. L animation de ce réseau a été confiée à un Centre de ressources des EPN de Wallonie, pris en charge par le centre de compétences Technofutur TIC, de Gosselies. L échange d information et d expériences au sein du réseau est soutenu par «un blog de référence (epn-ressources.be) qui comprend plus de 1600 articles et constitue un lieu d information de références : tutoriels, nouveautés logicielles, agenda, analyses et ressources» 10. En définitive, en 2008, 78 communes wallonnes se sont dotées de 90 EPN, répartis en 120 lieux et animés par 130 professionnels. 5 Morenville (Catherine), article cité. 6 Ibidem. 7 Cabinet Van Quickenborne : rue Brederode, 9 à B-1000 Bruxelles (02/ ou Site : 8 Leonardi (Elsa), Maréchal (Stéphane, Begon (René), «Acheter un ordinateur correct à petit prix, c est possible!», Liège, CVFE, octobre 2007 ( ). 9 «Les espaces publics numériques, un outil d intégration sociale», dans La lettre Emerit, n 55, 2008, page Les espaces publics numériques des pouvoirs locaux de Wallonie ( ), Centre de ressources des EPN, Gosselies, 2008, page 7. R. Begon «Comment réduire les effets de la fracture numérique? (2/2)» - 3 -

4 Les Espaces publics numériques (EPN) de Wallonie : des lieux d apprentissage et de socialisation La définition d un EPN donnée par le centre de ressources indique précisément la philosophie du projet : «On entend par espace public numérique communal (ou EPN) un lieu ouvert au public, à vocation non lucrative, disposant d un projet d accompagnement, favorisant l accès et l initiation aux technologies de l information, ainsi que l appropriation de celles-ci. Un tel espace propose à ses usagers des activités variées et encadrées, soit collectives, soit dans le cadre de médiations individuelles. Au-delà de l utilisation des services de base de l internet, l Espace expérimente et promeut les usages publics, notamment dans les domaines de l administration en ligne, la recherche d emploi, de l accès au savoir, à la culture, et à la formation, etc.» 11. Pour recevoir le label, l EPN doit s engager à proposer un minimum de prestations : «mise à disposition du public de minimum 4 postes informatiques connectés à internet, ouverture de 16 heures par semaine au minimum, dont 6 heures de sensibilisation ou de formation et 6 heures d accès libre, affectation d un animateur multimédia qualifié» 12. L objectif visé par les EPN est explicitement de lutter contre la fracture numérique : «Un espace public numérique s engage à renforcer activement l accessibilité de tous à la société de l information, en particulier des publics éloignés de l Internet : les seniors, ceux qui n ont pas de diplôme du secondaire, ceux qui n ont pas d activité professionnelles, les demandeurs d emploi, les femmes seules, les familles monoparentales, les SDF,» 13. L élément fondamental de l approche des EPN est l accompagnement, c est-à-dire, non seulement la mise à disposition de locaux, de matériel et d une connexion, mais la présence d un animateur chargé d accompagner les premiers pas des visiteurs dans le monde des TIC dans une démarche individualisée, en tenant compte des besoins quotidiens directs de la personne. En ce sens, la démarche des EPN se démarque d une formation traditionnelle : «Toutefois, un EPN n est pas un espace de formation classique ; il s agit plutôt d un lieu d apprentissage informel, où l échange et l entraide entre participants sont fréquents. Ainsi, au-delà de leurs deux missions fondamentales d accès et d accompagnement, les EPN se révèlent être des lieux de rencontre et de socialisation. Le constat est unanime, tant en Flandre qu en Wallonie et à Bruxelles. Les EPN sont devenus des espaces citoyens au sein desquels se crée du lien social» 14. Une démarche qu on peut considérer comme complémentaire à celle des EPN a été mise en œuvre par Oxfam-Solidarité, avec l appui financier du ministère fédéral de l intégration sociale (des ministres Marie Arena et Christian Dupont). Depuis 2005, le projet «Easy-(e)- space» propose aux CPAS d ouvrir des lieux d accès équipés d ordinateurs reconditionnés, c est-à-dire peu coûteux, reliés en réseau à un serveur puissant mais dont la sécurité est 11 Centre de ressources des espaces publics numériques de Wallonie, procédure de labellisation des EPN de Wallonie. Disponible sur (cité par Brotcorne (Périne)-Valenduc (Gérard), Construction des compétences numériques et inégalités. Une exploration de la fracture numérique au second degré, Namur, Fondation Travail-Université, 2008, page 32). 12 Les espaces publics numériques des pouvoirs locaux de Wallonie ( ), brochure citée, page Ibidem. 14 «Les espaces publics numériques, un outil d intégration sociale», revue citée, page 7. R. Begon «Comment réduire les effets de la fracture numérique? (2/2)» - 4 -

5 assurée. Le nombre de lieux d accès publics ainsi équipés était en 2008 de 160, répartis dans l ensemble du pays (la province de Liège en comptant 24) 15. Sensibiliser et former aux TIC et à Internet A côté de l ouverture d espaces d accès public aux nouvelles technologies, une autre approche possible consiste à mettre sur pied des modules d initiation aux TIC, qui peuvent s appuyer sur des cours en ligne ou prendre la forme de cours plus traditionnels. Dans la première catégorie, on évoquera évidemment les PMTIC, mis en place par la Région wallonne avec l aide du Labset de l Université de Liège. Organisé par le décret du 3 février 2005, le Plan Mobilisateur des Technologies de l'information et de la Communication (PMTIC) a été lancé par la ministre du Gouvernement wallon Marie Arena. Son objectif : lutter contre la fracture numérique et favoriser l insertion socioprofessionnelle. Il s agit, en effet, de «sensibiliser et d'initier le public des demandeurs d'emploi wallons à Internet, au traitement de texte et au tableur», par l intermédiaire de modules de cours accessibles sur Internet et avec l encadrement de 250 formateurs appartenant à 111 opérateurs de formation reconnus dans l ensemble de la Région wallonne (2008). Trois modules sont dispensés : «sensibilisation» (8 heures), qui propose l «accès de base aux TIC» ; «utilisation des outils» (16 heures), avec l apprentissage du traitement de texte et l approfondissement d Internet et, enfin, la «pratique courante des outils» (24 heures) qui comprend l utilisation du traitement de texte, du tableur et de toutes les ressources d Internet 16. En 2006, personnes ont suivi un ou plusieurs de ces modules, ce qui représente un peu plus de heures de formation. 21% de ces heures ont été consacrées au module 1 de sensibilisation, 36% au module 2 de découverte des outils et 43% au module 3 d'approfondissement des outils 17. Une autre approche possible est celle des cours d initiation à l informatique donnés de manière traditionnelle. Dans ce domaine, on peut pointer le partenariat «Do IT», soutenu financièrement par Microsoft depuis 2005, qui rassemble une dizaine d organismes de formation des trois régions du pays au sein d un projet d initiation aux logiciels de base bureautique. SOFFT (Service d orientation et de formation pour femmes à la recherche d un travail), qui fait partie des opérateurs reconnus par la Région wallonne pour dispenser les modules PMTIC 18, est associé à ce projet. Ce partenariat dispense ses modules d initiation à environ 1700 adultes par an ( heures de formation) et 4650 personnes bénéficient globalement du programme chaque année, si on y ajoute le libre accès et les formations de plus longue durée 19. Chez SOFFT, qui ne s adresse qu au public féminin, 9 modules de 72 heures d initiation aux principaux logiciels de bureautique sont organisés chaque année, permettant à 80 femmes n ayant aucune connaissances de départ de prendre contact avec l informatique et Internet. 15 Cf. (02/ ). 16 Cf. «Réduire la fracture numérique avec PMTIC», 20/09/ Ibidem ( heures en 2008). 18 SOFFT, en Féronstrée, 23 B-4000 Liège (04/ ) ( ). 19 Ces chiffres valent pour 2007 (Cf. «Do IT Partnership meeting minuts», 20/09/2007, page5). R. Begon «Comment réduire les effets de la fracture numérique? (2/2)» - 5 -

6 En conclusion, on peut dire que, si la fracture numérique reste importante en Wallonie, elle s amenuise au fur et à mesure que l équipement des ménages s améliore, ce dont témoigne l enquête annuelle de l AWT. D autre part, on observe que les pouvoirs publics, au niveau fédéral comme au niveau régional, ont pris un certain nombre d initiatives pour lutter contre la fracture numérique, aussi bien du premier que du second degré. Ces dispositions ont certainement contribué à réduire la fracture numérique, mais dans une mesure qui est cependant difficilement quantifiable. Comment réduire les effets de la fracture numérique? (2/2) Collectif contre les violences conjugales et l exclusion (CVFE asbl) : 9, rue Sœurs de Hasque Liège Publications (analyses et études) : Contact : René Begon Avec le soutien du Service de l Education permanente de la Communauté française et de la Région wallonne R. Begon «Comment réduire les effets de la fracture numérique? (2/2)» - 6 -

LA FRACTURE NUMÉRIQUE : UNE QUESTION DE DEGRÉS?

LA FRACTURE NUMÉRIQUE : UNE QUESTION DE DEGRÉS? Lutter contre la fracture numérique (1/2) LA FRACTURE NUMÉRIQUE : UNE QUESTION DE DEGRÉS? Par René Begon, chargé de projet au CVFE La généralisation de l utilisation de l ordinateur dans presque tous les

Plus en détail

La lutte contre la fracture numérique en Belgique

La lutte contre la fracture numérique en Belgique CEP G Le 7 mai 2008. La lutte contre la fracture numérique en Belgique Thierry De Coster Depuis le début des années 90, nous assistons à une véritable invasion des TIC dans la sphère privée de nos concitoyens.

Plus en détail

CHARTE «NETPUBLIC» (Internet pour tous)

CHARTE «NETPUBLIC» (Internet pour tous) CHARTE «NETPUBLIC» (Internet pour tous) Entre l État, représenté par Bernard BENHAMOU, Délégué aux usages de l Internet (Ministère de l Enseignement supérieur et de la Recherche) Et Il est convenu ce qui

Plus en détail

Un outil d intégration sociale

Un outil d intégration sociale NOTES NOTES ÉDUCATION PERMANENTE N N 18 2008-14 OCTOBRE - OCTOBRE 2005 2008 ASSOCIATION POUR POUR UNE UNE FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ CHAUSSÉE DE HAECHT, 579 B-1031 BRUXELLES RUE DE L ARSENAL, 5 B-5000

Plus en détail

Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle

Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle Analyse des Incidences liées à la mise en œuvre de la réforme de la formation professionnelle pour les ACI et propositions d actions Avril 2015 La loi

Plus en détail

Vers une meilleure reconnaissance professionnelle?

Vers une meilleure reconnaissance professionnelle? NOTES NOTES D ÉDUCATION PERMANENTE N N 18 2011-12 OCTOBRE 2005 NOVEMBRE 2011 ASSOCIATION POUR POUR UNE UNE FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ CHAUSSÉE DE HAECHT, 579 B-1031 BRUXELLES RUE DE L ARSENAL, 5 B-5000

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre. Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre»

Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre. Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre» Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre» 1 Constats - diagnostic Etude du CSEF sur la mobilité des demandeurs d emploi (2011) et données

Plus en détail

Le Réemploi du matériel informatique au service de l Insertion, de l Environnement et de la lutte contre la fracture numérique

Le Réemploi du matériel informatique au service de l Insertion, de l Environnement et de la lutte contre la fracture numérique Le Réemploi du matériel informatique au service de l Insertion, de l Environnement et de la lutte contre la fracture numérique AG2I / R2D2 : En Marin route de Pessan 32000 Auch (Gers en Gascogne) ZI du

Plus en détail

Axe prioritaire I: Capacité d insertion professionnelle :

Axe prioritaire I: Capacité d insertion professionnelle : ANNEXE 1 au dossier de présentation pour la presse au sujet du lancement du 2 e tour du PIC EQUAL Présentation des axes prioritaires avec une esquisse des mesures cofinancées pour l exercice 2004-2006:

Plus en détail

PROJET DE LOI 52. Mémoire de. l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au

PROJET DE LOI 52. Mémoire de. l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au PROJET DE LOI 52 Mémoire de l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au Comité permanent de l Assemblée législative Août 2006 L Association des enseignantes et

Plus en détail

PLAN DE FORMATION BPJEPS

PLAN DE FORMATION BPJEPS PLAN DE FORMATION BPJEPS Technique de l Information et de la Communication LE METIER L animateur réalise des prestations d animation, d initiation, d accompagnement ou de médiation. Pour cela, il s appuie

Plus en détail

L INFORMATIQUE D OCCASION OUVRE DE NOUVELLES PERSPECTIVES

L INFORMATIQUE D OCCASION OUVRE DE NOUVELLES PERSPECTIVES Présentation ONU 15 juin 2015 Entreprise Solidaire à but non lucratif L INFORMATIQUE D OCCASION OUVRE DE NOUVELLES PERSPECTIVES Ecologiques Sociales - Economiques LE CONCEPT D AfB Spécialisé dans le reconditionnement

Plus en détail

Apprentissages personnels des pratiques numériques. De l autoformation à l e-inclusion

Apprentissages personnels des pratiques numériques. De l autoformation à l e-inclusion Apprentissages personnels des pratiques numériques De l autoformation à l e-inclusion Médiathèque François Mitterrand - Lorient // Apprentissage personnel des pratiques numériques De l autoformation à

Plus en détail

L article 60 (Mise au travail par le C.P.A.S.) EMPLOYEUR. JEUNE (ou TOUTE PERSONNE EMARGEANT AU CPAS)

L article 60 (Mise au travail par le C.P.A.S.) EMPLOYEUR. JEUNE (ou TOUTE PERSONNE EMARGEANT AU CPAS) Article 60, 7 1 L article 60 (Mise au travail par le C.P.A.S.) JEUNE (ou TOUTE PERSONNE EMARGEANT AU CPAS) Conditions tout ayant droit à l intégration sociale ; tout ayant droit à l aide sociale financière

Plus en détail

Fondation Roi Baudouin

Fondation Roi Baudouin RAPPORT D EVALUATION SUR LES SERVICES DE PROXIMITE ATTEINDRE CEUX QUI PARAISSENT INACCESSIBLES SYNTHESE Fondation Roi Baudouin Le présent rapport consiste en une analyse des projets qui ont été soutenus

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

1. DESCRIPTION DU DISPOSITIF TITRE-SERVICE (TS)

1. DESCRIPTION DU DISPOSITIF TITRE-SERVICE (TS) Résumé du CESRBC relatif au système Titres-Services, 08/10/2013 1. DESCRIPTION DU DISPOSITIF TITRE-SERVICE (TS) Mis en place en 2004, ce dispositif permet à des particuliers d acheter des «chèques-services»

Plus en détail

Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013

Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013 Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013 Bruxelles, le 25 juin 2013 Le SPF Economie publie annuellement un baromètre global de la société de l information. Les résultats

Plus en détail

Chèque-habitat : le nouvel avantage fiscal lié au logement

Chèque-habitat : le nouvel avantage fiscal lié au logement Chèque-habitat : le nouvel avantage fiscal lié au logement Le Gouvernement wallon a décidé de supprimer le bonus logement. A partir du 1 er janvier 2016, cette réduction d'impôt sur le crédit hypothécaire,

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE I. CADRE LÉGAL Développer des compétences, telle est désormais la mission de l école. Le

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 21 du Conseil supérieur du logement du 30 juin 2010 sur la valorisation du droit de superficie. Le Ministre du logement, suite à une interpellation parlementaire (1),

Plus en détail

LE HAUT DEBIT A CHAMPS SUR TARENTAINE

LE HAUT DEBIT A CHAMPS SUR TARENTAINE DOSSIER DE PRESSE LE HAUT DEBIT A CHAMPS SUR TARENTAINE PRESENTATION DE LA BORNE CYBERCANTAL TERRITOIRES Jeudi 8 décembre 2005 à 16 heures 1 Le haut débit dans le Cantal Le Conseil Général du Cantal et

Plus en détail

Projet. Equipement numérique

Projet. Equipement numérique Projet Equipement numérique Service Mécénat Région Ile de France 7 mars 2013 Notre mission NOTRE MISSION Apprentis d Auteuil est une fondation reconnue d utilité publique qui éduque et forme plus de 13

Plus en détail

L ESTIMATION DU COUT SOCIAL ET FINANCIER DE LA VIOLENCE CONJUGALE EN EUROPE : SEIZE MILLIARDS D PAR AN

L ESTIMATION DU COUT SOCIAL ET FINANCIER DE LA VIOLENCE CONJUGALE EN EUROPE : SEIZE MILLIARDS D PAR AN L ESTIMATION DU COUT SOCIAL ET FINANCIER DE LA VIOLENCE CONJUGALE EN EUROPE : SEIZE MILLIARDS D PAR AN Par René Begon, chargé de projet en éducation permanente au CVFE Une étude financée par l Union européenne

Plus en détail

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Algérie Université A-Mira-Bejaia, Algérie La société de l information dans le monde: Etat des lieux et perspectives Introduction L avènement des nouvelles technologies

Plus en détail

Mise en réseau des écoles Québécoises par les TIC

Mise en réseau des écoles Québécoises par les TIC Jean Bouchard, directeur général Direction générale du financement et de l équipement 28 mai 2004 Mise en réseau des écoles Québécoises par les TIC Séminaire de l OCDE-PEB Plan de la présentation 1. Tendances

Plus en détail

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN POLITIQUE : 5-12 Services éducatifs Entrée en vigueur : 19 avril 2011 (CC110419-10) TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

Plus en détail

Plus De Cartouches 2013/2014

Plus De Cartouches 2013/2014 Plus De Cartouches 2013/2014 Page 1 SOMMAIRE INTRODUCTION ET PRESENTATION...3 MISSIONS...4 LE CONTEXTE DES MISSIONS...4 LES OBJECTIFS...4 LES CONTRAINTES...5 REALISATIONS...6 CHOIX EFFECTUÉS...6 RÉSULTATS...10

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE Ministère de la Communauté française Administration générale de l enseignement et de la

Plus en détail

L harmonisation des données d information comptable des opérateurs culturels subventionnés. Bruxelles, le 14/06/07

L harmonisation des données d information comptable des opérateurs culturels subventionnés. Bruxelles, le 14/06/07 Ministère de la Communauté française Observatoire des politiques culturelles L harmonisation des données d information comptable des opérateurs culturels subventionnés Roland de Bodt Codirecteur de recherches

Plus en détail

Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise

Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise Ans Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail Université (FTU) N 2015 5, avril 2015 www.ftu.be/ep Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise Une comparaison avec les pays

Plus en détail

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société Propositions des Assises Nationales pour l éducation 0-6 ans : un enjeu de société Un âge décisif pour l enfant : - Cette tranche d âge est décisive dans le développement et l épanouissement des enfants.

Plus en détail

FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé

FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé A partir du 1 er janvier 2016, toutes les entreprises seront dans l'obligation de proposer une couverture santé minimale

Plus en détail

QUELQUES INDICATEURS DE L ETAT DES LIEUX DES PLUS DE 45 ANS

QUELQUES INDICATEURS DE L ETAT DES LIEUX DES PLUS DE 45 ANS QUELQUES INDICATEURS DE L ETAT DES LIEUX DES PLUS DE 45 ANS 1.Objectif Etat des lieux de la situation des actions déjà entreprises concernant les 45 ans et plus dans l emploi (et hors emploi) définir les

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact DOSSIER DE PRESSE Dispositif d aide à l investissement locatif Paris, le 30 décembre 2012 Contact Service de presse du ministère de l Égalité des territoires et du Logement 72, rue de Varenne, 75007 Paris

Plus en détail

Choisy-le-Roi, le 15 avril 2014

Choisy-le-Roi, le 15 avril 2014 Choisy-le-Roi, le 15 avril 2014 Espace d information et de conseil sur l emploi, l orientation, la formation et la création d entreprise, la Cité des métiers accueille depuis le 10 mars les Val-de- Marnais,

Plus en détail

Pour info: Marypa Carlier E-mail: marypa.carlier@mi-is.be Tél : 02 507.8728I Fax : 02 508 86 72

Pour info: Marypa Carlier E-mail: marypa.carlier@mi-is.be Tél : 02 507.8728I Fax : 02 508 86 72 Pour info: Marypa Carlier E-mail: marypa.carlier@mi-is.be Tél : 02 507.8728I Fax : 02 508 86 72 A Mesdames les Présidentes et à Messieurs les Présidents des centres publics d action sociale Service votre

Plus en détail

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE { GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE L ENGAGEMENT DE SERVICE La caisse d assurances sociales du GROUPE S est un maillon indispensable entre l Administration et le citoyen. Elle contribue de concert

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Permettre l accès aux soins des personnes à revenus modestes

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Permettre l accès aux soins des personnes à revenus modestes COMMUNIQUÉ DE PRESSE Permettre l accès aux soins des personnes à revenus modestes Malakoff Médéric lance Ma Complémentaire Santé ACS, la première complémentaire santé individuelle conçue pour les bénéficiaires

Plus en détail

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 La Belgique joue actuellement un rôle de premier plan dans le déploiement de nouvelles technologies pour l internet à très haut débit. Les

Plus en détail

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS 1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS Parallèlement aux activités d échange et d organisation des rencontres et du séminaire thématique, nous avons réalisé durant les premières phases

Plus en détail

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Académie Ibn Sina Au fil du temps Date : 12/12/2013 Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Table des matières De 1905 à 1960... 1 Le changement... 1 Les causes de ce changement... 1 Les conséquences de ce

Plus en détail

La Belgique bonne élève en matière de TIC selon le Baromètre de la société de l information 2015

La Belgique bonne élève en matière de TIC selon le Baromètre de la société de l information 2015 La Belgique bonne élève en matière de TIC selon le Baromètre de la société de l information 2015 Bruxelles, le 16 juillet 2015 Vous pouvez désormais consulter l édition 2015 du Baromètre annuel de la société

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Plan d action annuel

Plan d action annuel Plan d action annuel Mise en contexte La Coordination ATL a pour objectif de développer l offre d accueil Temps libre sur le territoire de la Commune afin de répondre aux besoins des familles, de développer

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à Le Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du à 1 Présentation générale Annoncé le 14 janvier 2014 par le Président de la République puis présenté par le Premier ministre lors de sa déclaration

Plus en détail

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF Journée de formation FEBISP juin 2001 Intervention de Monsieur Michel COLSON Président de la Section CPAS de l Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

***** Conformément à l arrêté du 17 mars 2008, les crédits régionaux annuels ont été plafonnés par le conseil de la formation.

***** Conformément à l arrêté du 17 mars 2008, les crédits régionaux annuels ont été plafonnés par le conseil de la formation. PROGRAMMATION REGIONALE Préambule 2015 DU CONSEIL DE LA FORMATION PICARDIE ADOPTEE LE 1 ER DECEMBRE 2014 ***** Le décret n 2007-1267 du 24 août 2007 modifie les missions des Chambres Régionales de Métiers

Plus en détail

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Stratégie canadienne pour l égalité des chances. Aider à gérer la dette d études

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Stratégie canadienne pour l égalité des chances. Aider à gérer la dette d études Le budget de 1998 Bâtir le Canada pour le XXI e siècle Stratégie canadienne pour l égalité des chances Aider à gérer la dette d études février 1998 «Il est inutile de rappeler aux Canadiens que l endettement

Plus en détail

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Aider les Canadiens handicapés

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Aider les Canadiens handicapés Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997 Aider les Canadiens handicapés Février 1997 «La plupart d entre nous sommes en mesure de surmonter les nombreuses difficultés que nous rencontrons dans la

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Le CPAS offre plusieurs services d aide aux personnes en difficulté comme l intervention gratuite d un tuteur Energie,

Le CPAS offre plusieurs services d aide aux personnes en difficulté comme l intervention gratuite d un tuteur Energie, Le CPAS intervient également dans le cadre de démarches de soutien aux personnes âgées à domicile, en mettant, à la disposition de ces personnes, des aides ménagères et un service de taxi social visant

Plus en détail

Douzième réunion de la commission de la transparence sur les dispositifs d'aide de l'etat à l'insertion et à l'accompagnement dans l'emploi

Douzième réunion de la commission de la transparence sur les dispositifs d'aide de l'etat à l'insertion et à l'accompagnement dans l'emploi Communiqué de presse Saint-Denis Le 19 février 2015 Douzième réunion de la commission de la transparence sur les dispositifs d'aide de l'etat à l'insertion et à l'accompagnement dans l'emploi Dominique

Plus en détail

Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères

Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères et d origine étrangère. 1 PLAN Introduction Parcours

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

La Prestation sociale Chèque-Vacances

La Prestation sociale Chèque-Vacances La Prestation sociale Chèque-Vacances Les agents bénéficient sous certaines conditions du Chèque-Vacances, prestation sociale destinée à permettre de financer des loisirs et des activités culturelles durant

Plus en détail

50 projets. pour demain. GÉENÉERATIONS demain. c est déjààà

50 projets. pour demain. GÉENÉERATIONS demain. c est déjààà 50 projets pour demain GÉENÉERATIONS demain c est déjààà AUCHAN chez nous Les fondations Auchan et Simply lancent un appel à projets «50 projets pour demain» En 2011, le Groupe Auchan fête ses 50 ans.

Plus en détail

La formation professionnelle des demandeurs d emploi. COE GT formation professionnelle - Dares

La formation professionnelle des demandeurs d emploi. COE GT formation professionnelle - Dares La formation professionnelle des demandeurs d emploi COE GT formation professionnelle - Dares Éléments de cadrage L impact des stages de formation : quelles évaluations, quels enseignements? Perspectives

Plus en détail

EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC

EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC L emploi L emploi est une forme d insertion sociale, un levier qui permet l amélioration des conditions de vie. L emploi est un paramètre révélateur dans l évaluation

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique PROJET DE REDÉVELOPPEMENT DU SITE DES ANCIENS ATELIERS DU CN Mémoire déposé par le Club populaire des consommateurs de Pointe-Saint-Charles dans le cadre des consultations publique

Plus en détail

et vous Brochure d information à l usage des nouveaux bénéficiaires du RSA

et vous Brochure d information à l usage des nouveaux bénéficiaires du RSA et vous Brochure d information à l usage des nouveaux bénéficiaires du RSA Le revenu de solidarité active est une mission majeure du Conseil général des Hauts-de-Seine Le RSA? Le RSA a été créé pour vous

Plus en détail

Modèle du canton de Vaud

Modèle du canton de Vaud Modèle du canton de Vaud Premier bilan Oscar Tosato Directeur de l enfance, de la jeunesse et de la cohésion sociale 1 Vision et stratégie du canton de Vaud «Lutter contre l accroissement des dossiers»

Plus en détail

Le financement de l ESS par la BPI en France

Le financement de l ESS par la BPI en France 1 Le financement de l ESS par la BPI en France Encourager un moteur du développement urbain local Cette fiche utile se propose de revenir sur l importance de l Economie Sociale et Solidaire pour les territoires

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES enseignementsup-recherche.gouv.fr Twitter : @MinistereESR «Après l effort exceptionnel qui avait été fait au budget 2013, avec une progression de plus de 7 % pour

Plus en détail

Extension de l école de la deuxième chance à Marseille

Extension de l école de la deuxième chance à Marseille Extension de l école de la deuxième chance à Marseille CONTEXTE La notion d Ecole de la Deuxième Chance La notion d école de la seconde chance fait suite à la parution, en 1995, d un Livre Blanc de la

Plus en détail

Présentation Fonds Social Chauffage Gasoil de chauffage, pétrole lampant et propane en vrac

Présentation Fonds Social Chauffage Gasoil de chauffage, pétrole lampant et propane en vrac Présentation Fonds Social Chauffage Gasoil de chauffage, pétrole lampant et propane en vrac Historique & structure L ASBL Fonds Chauffage a été constituée le 5 novembre 2004, par les représentants du secteur

Plus en détail

Soutenir les transitions de l école vers le monde du travail:

Soutenir les transitions de l école vers le monde du travail: www.oecd.org/employment/youth/forum Soutenir les transitions de l école vers le monde du travail: Le dispositif JOBTONIC: accompagnement renforcé destiné aux jeunes vers le marché de l emploi. Le Forem

Plus en détail

GUIDE DE L UTISATEUR POUR L AGREMENT

GUIDE DE L UTISATEUR POUR L AGREMENT GUIDE DE L UTISATEUR POUR L AGREMENT PAR BRUXELLES FORMATION D UN PLAN / PROGRAMME DE CIP Quels sont les documents nécessaires à l introduction d un dossier d agrément de plan / programme de CIP auprès

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3249 Convention collective nationale IDCC : 1516. ORGANISMES DE FORMATION ACCORD

Plus en détail

La santé, un facteur d insertion

La santé, un facteur d insertion La santé, un facteur d insertion Anne Danibert - Chef de projets prévention et promotion de la santé Mutuelle Atlantique Une orientation politique de la Mutuelle En 1996, la mutuelle inscrit comme orientation

Plus en détail

Les obligations issues de la loi du 11 février 2005. L accessibilité L emploi

Les obligations issues de la loi du 11 février 2005. L accessibilité L emploi Les obligations issues de la loi du 11 février 2005 L accessibilité L emploi La loi Handicap L obligation d accessibilité 2 Qui est concerné? 1 Européen sur 10 est en situation de Handicap 1 Européen sur

Plus en détail

Le Plan Langues. Trois langues sont visées par le plan : le néerlandais, l allemand et l anglais.

Le Plan Langues. Trois langues sont visées par le plan : le néerlandais, l allemand et l anglais. 1 Le Plan Langues A. Présentation Le Plan Marshall initié par le Gouvernement wallon prévoit un objectif important consacré au développement de la formation aux langues étrangères, soit sur 4 ans : 8.000

Plus en détail

FORMATION DES ACTEURS ASSOCIATIFS 2015

FORMATION DES ACTEURS ASSOCIATIFS 2015 FORMATION DES ACTEURS ASSOCIATIFS Mieux connaître le monde associatif Développer votre association Diversifier vos pratiques Valoriser votre engagement 1 Point d appui et espace ressources, la Chambre

Plus en détail

09 Migration - Politique d asile

09 Migration - Politique d asile 01 Fiscalité 02 Prévention - Sécurité 03 Lutte contre la pauvreté 04 Environnement - Energie - Climat 05 Mobilité 06 Emploi 07 Santé 08 Logement 09 Migration - Politique d asile 10 Beliris INITIATEUR SPP

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

VOTRE MANDAT DE GESTION

VOTRE MANDAT DE GESTION VOTRE MANDAT DE GESTION PRÉSENTATION DU MANDAT DE GESTION La souscription au capital d une PME offre 2 avantages fiscaux : / Une réduction d ISF à hauteur de 50% dans la limite de 45 000 Le souscripteur

Plus en détail

Depuis la loi de 1971, après l accord des partenaires sociaux de 1970, les entreprises ont une obligation de dépense annuelle en formation.

Depuis la loi de 1971, après l accord des partenaires sociaux de 1970, les entreprises ont une obligation de dépense annuelle en formation. LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE Etat des lieux, avant changements Un domaine important dans l activité du pays Plus de 8 millions de personnes sont parties en formation en 2010, qu elles soient :

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME ENTREPRISES DE 300 SALARIÉS ET PLUS, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE. LES ENJEUX MAJEURS POUR LES ENTREPRISES

Plus en détail

s investir pour la relève

s investir pour la relève s investir pour la relève campagne majeure de financement 2009-2013 objectif : 2 000 000 $ S investir pour la relève Mot de la présidente de campagne En Estrie, les étudiants ont la chance de recevoir

Plus en détail

Baromètre de la Société de l information (2012) Mention des sources. Accès à la télévision numérique interactive (idtv )au sein du ménage (graphique)

Baromètre de la Société de l information (2012) Mention des sources. Accès à la télévision numérique interactive (idtv )au sein du ménage (graphique) Mention des sources MÉNAGES ET PARTICULIERS Page 6 Équipement TIC Ménages (tableau) Page 7 Appareils connectés à Internet au sein du ménage (graphique) Accès à la télévision numérique interactive (idtv

Plus en détail

CATALOGUE DES SERVICES TIC DU PAYS HAUT LANGUEDOC ET VIGNOBLES

CATALOGUE DES SERVICES TIC DU PAYS HAUT LANGUEDOC ET VIGNOBLES CATALOGUE DES SERVICES TIC DU PAYS HAUT LANGUEDOC ET VIGNOBLES Catalogue des services TIC 1/18 LE POLE DE RESSOURCE NUMERIQUE DU PAYS LAM de Roujan Maison de la Solidarité 1 Avenue de Caux 34320 ROUJAN

Plus en détail

CRÉER SON SITE INTERNET. Créer son site Internet. Méd de Roanne. FG 16/09/08

CRÉER SON SITE INTERNET. Créer son site Internet. Méd de Roanne. FG 16/09/08 CRÉER SON SITE INTERNET 1 Tout d abord, nous allons réviser quelques notions de base permettant de comprendre ce qu est un site Internet, et ce que cela implique. Dans un second temps, le lien ci-après

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

1. Contexte. 2. Objectifs

1. Contexte. 2. Objectifs Royaume du Maroc Ministère de l Education Nationale Secrétariat Général Direction de la Stratégie, des Etudes et de la Planification L''écolle et lles Technollogiies de ll''iinformatiion et de lla Communiicatiion

Plus en détail

ATELIER TECHNIQUE ASSURANCE MALADIE UNIVERSELLE (AMU)

ATELIER TECHNIQUE ASSURANCE MALADIE UNIVERSELLE (AMU) ATELIER TECHNIQUE ASSURANCE MALADIE UNIVERSELLE (AMU) Groupe 2 : modalités financement l AMU 1. Sources financement: L Assurance Maladie Universelle sera financée par : - Les ressources l Etat (Fonds propres,

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

Prestation de formation sur l ENT école

Prestation de formation sur l ENT école Objet de la demande Accompagner et former les utilisateurs de l environnement numérique de travail ouvert pour les écoles de l académie de Montpellier (ENT école). Cette formation ne concerne que les publics

Plus en détail

100 de plus par mois pour 55 000 étudiants

100 de plus par mois pour 55 000 étudiants Le gouvernement investit pour la réussite de tous les étudiants avec 318 millions supplémentaires entre 2013 et 2014. Revalorisation des bourses des 30 000 étudiants aux revenus les plus faibles Jeunes

Plus en détail

EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN

EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN LE DÉPARTEMENT La stratégie d intervention du Fonds Social Européen pour 2014-2020 vise à corriger les déséquilibres structurels

Plus en détail

École Numérique Rurale. Cahier des charges

École Numérique Rurale. Cahier des charges École Numérique Rurale Cahier des charges 1 L Ecole numérique du plan «école numérique rurale» Le terme «Ecole numérique» recouvre les solutions matérielles et logicielles, les services et ressources numériques,

Plus en détail

OBservatOire du numérique. chiffres clés 2013. oobservatoire du numérique

OBservatOire du numérique. chiffres clés 2013. oobservatoire du numérique OBservatOire du numérique chiffres clés 2013 oobservatoire du numérique oobservatoire du numérique usages des tic - entreprises équipement NUMéRIQUE Utilisation des TIC en 2012 des entreprises * Enquête

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique

Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique A l attention des organismes agréés au titre de l engagement de Service Civique ayant recruté des volontaires avant le

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Direction de l'éducation et de la jeunesse Secrétariat général 5e commission RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Séance du 28 mai 2015 OBJET : MISE EN PLACE D UN CHÈQUE DE RENTRÉE À DESTINATION DE TOUS LES

Plus en détail

FOCUS «Les aînés et le CPAS»

FOCUS «Les aînés et le CPAS» FOCUS «Les aînés et le CPAS» Numéro 11 Mai 2015 1. Introduction En Belgique, 15,1% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce pourcentage est encore plus important parmi les aînés : 18,4% des personnes

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail