Prise en charge de la Douleur

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prise en charge de la Douleur"

Transcription

1 Prise en charge de la Douleur Troisième soirée CAS CONCRETS 4 Décembre 2003 François CHRISTIANN

2 Mme C., 45 ans... Conversion II-III Pose - Dépose de fentanyl TTS

3 Cas n 1 (1) Mme C., 45 ans Néoplasie mammaire, extension foie-poumon-os Plusieurs lignes de CT, toujours un échappement tumoral avant la fin des cycles prévus Actuellement sous CT associant TAXOL et HERCEPTIN Douleurs d hypocondre droit et osseuses diffuses A gravi les paliers de l OMS avec échec des paliers I et II Que proposer comme instauration de palier III? 1.DB MLP 10 mg x 2 / DS MLI 5 mg 2.DB MLP 30 mg x 2 / DS MLI 10 mg 3.DB MLI 10 mg x 6 / DS MLI 10 mg 4.DB fentanyl transdermique 25 µg / DS MLI 10 mg

4 Cas n 1 (1) Mme C., 45 ans Néoplasie mammaire, extension foie-poumon-os Plusieurs lignes de CT, toujours un échappement tumoral avant la fin des cycles prévus Actuellement sous CT associant TAXOL et HERCEPTIN Douleurs d hypocondre droit et osseuses diffuses A gravi les paliers de l OMS avec échec des paliers I et II Que proposer comme instauration de palier III? 1.DB MLP 10 mg x 2 / DS MLI 5 mg 2.DB MLP 30 mg x 2 / DS MLI 10 mg 3.DB MLI 10 mg x 6 / DS MLI 10 mg 4.DB fentanyl transdermique 25 µg / DS MLI 10 mg

5 Cas n 1 (2) Diriez-vous qu avec cette prescription et la co-prescription de laxatif et anti-émétique 1. le traitement de Mme C est complet 2. il faut ajouter un AINS 3. il faut ajouter un AINS et un biphosphonate 4. il faut envisager un flash de radiothérapie

6 Cas n 1 (2) Diriez-vous qu avec cette prescription et la co-prescription de laxatif et anti-émétique 1. le traitement de Mme C est complet 2. il faut ajouter un AINS 3. il faut ajouter un AINS et un biphosphonate 4. il faut envisager un flash de radiothérapie

7 Cas n 1 (3) La titration est parfaitement comprise par la patiente La dose permettant d obtenir une antalgie jugée correcte sera de 180 mg de MLP par jour, avec une rare entredose de 30 mg de MLI, en plus de l AINS (et sa protection gastrique), et du biphosphonate Quelle attitude est conseillée vis à vis de cette patiente? 1.de s en tenir à ce traitement 2.de passer à une MLP de très longue durée d action à une prise par jour 3.de passer à DB fentanyl transdermique 75 µg / 72 heures - DS 30 mg MLI 4.de passer à DB fentanyl transdermique 75 µg / 72 heures - DS 200 µg fentanyl transmuqueux

8 Cas n 1 (3) La titration est parfaitement comprise par la patiente La dose permettant d obtenir une antalgie jugée correcte sera de 180 mg de MLP par jour, avec une rare entredose de 30 mg de MLI, en plus de l AINS (et sa protection gastrique), et du biphosphonate Quelle attitude est conseillée vis à vis de cette patiente? 1.de s en tenir à ce traitement 2.de passer à une MLP de très longue durée d action à une prise par jour 3.de passer à DB fentanyl transdermique 75 µg / 72 heures - DS 30 mg MLI 4.de passer à DB fentanyl transdermique 75 µg / 72 heures - DS 200 µg fentanyl transmuqueux

9 Cas n 1 (4) Chez cette patiente qui comprend parfaitement les explications données, comment réaliser ce relais? 1.prendre la dernière gélule de MLP le soir de J-1 et coller le premier patch le matin de J0 2.prendre la dernière gélule de MLP le matin de J0, en collant le premier patch simultanément 3.prendre une gélule de MLP le matin de J0, en collant le premier patch, et reprendre une gélule de MLP le soir de J0 4.prendre juste une gélule de MLI en collant le patch à J0

10 Cas n 1 (4) Chez cette patiente qui comprend parfaitement les explications données, comment réaliser ce relais? 1.prendre la dernière gélule de MLP le soir de J-1 et coller le premier patch le matin de J0 2.prendre la dernière gélule de MLP le matin de J0, en collant le premier patch simultanément 3.prendre une gélule de MLP le matin de J0, en collant le premier patch, et reprendre une gélule de MLP le soir de J0 4.prendre juste une gélule de MLI en collant le patch à J0

11 Cas n 1 (5) Un épisode de neutropénie fébrile (39,6 C) survient un matin en post chimiothérapie. Il convient de déposer le patch Comment envisager ce geste? 1.retirer le patch de 75 µg et donner simultanément la MLP à 90 mg 2.retirer le patch de 75 µg et reprendre le traitement à MLP 90 mg le soir 3.retirer le patch de 75 µg et attendre 72 heures avant la première prise de MLP 4.glacer le patch

12 Cas n 1 (5) Un épisode de neutropénie fébrile (39,6 C) survient un matin en post chimiothérapie. Il convient de déposer le patch Comment envisager ce geste? 1.retirer le patch de 75 µg et donner simultanément la MLP à 90 mg 2.retirer le patch de 75 µg et reprendre le traitement à MLP 90 mg le soir 3.retirer le patch de 75 µg et attendre 72 heures avant la première prise de MLP 4.glacer le patch vers cas n 2

13 Mme A., 77 ans Titration MLI - MLP Prévention et traitement des effets secondaires

14 Cas n 2 (1) Mme A., 77 ans Carcinome pancréatique découvert au stade de carcinose péritonéale Pas d exérèse, simple biopsie sur quelques nodules péritonéaux CT GEMOX (gemcitabine-éloxatine) J1-J8, reprise à J28 Aujourd hui :.Vient en HdJ à l occasion de C2J8.Dl épigastrique à 8 à l EN : dl parfois diffuse à tout l abdomen.irradiation vers le dos et les 2 épaules.ttt.par IPP totalement inefficace.par DPPX-Paracétamol très partiellement efficace

15 Cas n 2 (2) Quelle est la physiopathologie de cette douleur? 1.douleur d allure neuropathique par compression du plexus splanchnique 2.douleur nociceptive 3.douleur dorsale projetée 4.douleur psychogène

16 Cas n 2 (2) Quelle est la physiopathologie de cette douleur? 1.douleur d allure neuropathique par compression du plexus splanchnique 2.douleur nociceptive 3.douleur dorsale projetée 4.douleur psychogène

17 Cas n 2 (3).TTT habituel post-ct : sétron-corticoïde durant 4 jours.me présente un morceau de papier : Durogésic a été écrit pas l IDE AD, le mari explique qu on lui a dit que c était bien.compréhension très limitée de M. et Mme A. Quelles options thérapeutiques peut-on envisager? 1. obtempérer en délivrant une ordonnance pour un traitement par Durogésic à 25 µg 2.prescrire un traitement par une association paracétamol-codéine 3.tenter d expliquer et surtout de faire comprendre au couple une titration par MLI 4.titrer par MLP/MLI et proposer de revoir dans quelques jours

18 Cas n 2 (3).TTT habituel post-ct : sétron-corticoïde durant 4 jours.me présente un morceau de papier : Durogésic a été écrit pas l IDE AD, le mari explique qu on lui a dit que c était bien.compréhension très limitée de M. et Mme A. Quelles options thérapeutiques peut-on envisager? 1. obtempérer en délivrant une ordonnance pour un traitement par Durogésic à 25 µg 2.prescrire un traitement par une association paracétamol-codéine 3.tenter d expliquer et surtout de faire comprendre au couple une titration par MLI 4.titrer par MLP/MLI et proposer de revoir dans quelques jours

19 Cas n 2 (4) Conduite thérapeutique :.début le vendredi du TTT par MLP 30 mg x 2.entredoses de 10 mg MLI / h maxi.co-prescription laxatif / anti-émétique Le lundi :.appel MT : hallucinations, confusion, difficulté à l alimentation, deshydratation.hospitalisation Que se passe-t-il? 1.confusion liée à la prise du corticoïde 2.confusion liée à la prise de morphine 3.confusion liée à l anti-émétique, également neuroleptique 4.métastase cérébrale vraisemblable

20 Cas n 2 (4) Conduite thérapeutique :.début le vendredi du TTT par MLP 30 mg x 2.entredoses de 10 mg MLI / h maxi.co-prescription laxatif / anti-émétique Le lundi :.appel MT : hallucinations, confusion, difficulté à l alimentation, deshydratation.hospitalisation Que se passe-t-il? 1.confusion liée à la prise du corticoïde 2.confusion liée à la prise de morphine 3.confusion liée à l anti-émétique, également neuroleptique 4.métastase cérébrale vraisemblable

21 Cas n 2 (5) Analyse.iatrogénie.dose élevée chez la personne âgée, bien que DFG correct Effets secondaires et prévention

22 Cas n 2 (6) Quelle prise en charge proposer? 1.halopéridol (dosage faible) : III gouttes 3 fois par jour 2.s assurer de l absence de cause organique ou biologique susceptible d expliquer la confusion 3.diminution de la posologie de MLP à 10 mg x 2 4.nutrition parentérale

23 Cas n 2 (6) Quelle prise en charge proposer? 1.halopéridol (dosage faible) : III gouttes 3 fois par jour 2.s assurer de l absence de cause organique ou biologique susceptible d expliquer la confusion 3.diminution de la posologie de MLP à 10 mg x 2 4.nutrition parentérale

24 Cas n 2 (7) Conduite tenue :.diminution des doses à MLP 10 mg x 2.nutrition parentérale.transfusion CG Evolution :.retour à la normale rapide Revue à la CT suivante (J28) :.retour à l état antérieur des fonctions supérieures.non algique, doses non modifiées, peu d entredoses utilisées Prescription de Durogésic?.difficile ici étant donné l équidose 60 mg M 25 µg fentanyl TTS vers cas n 3

25 M. D., 47 ans Rotation d opioïdes

26 Cas n 3 (1) M. D., 47 ans Adénocarcinome rectal, M+ foie-poumon-péritoine, ascite Suivi depuis plusieurs mois, échappement à la CT CT UFT, vu en consultation mensuelle TTT par paracétamol puis palier II sans efficacité TTT.par DB MLP 90 mg x 2 / DS MLI 30 mg.par laxatif et anti-émétique Vient en consultation car est toujours douloureux (flanc droit). Pas de constipation notable Que proposer à ce patient? 1.il est inutile d augmenter les doses de MLP et MLI, aucun bénéfice n étant attendu 2.augmenter le nombre de DS 3.une rotation d opioïde 4.TTT par DB MLP 100 mg x 2 / DS MLI 30 mg, poursuite de la co-prescription

27 Cas n 3 (1) M. D., 47 ans Adénocarcinome rectal, M+ foie-poumon-péritoine, ascite Suivi depuis plusieurs mois, échappement à la CT CT UFT, vu en consultation mensuelle TTT par paracétamol puis palier II sans efficacité TTT.par DB MLP 90 mg x 2 / DS MLI 30 mg.par laxatif et anti-émétique Vient en consultation car est toujours douloureux (flanc droit). Pas de constipation notable Que proposer à ce patient? 1.il est inutile d augmenter les doses de MLP et MLI, aucun bénéfice n étant attendu 2.augmenter le nombre de DS 3.une rotation d opioïde 4.TTT par DB MLP 100 mg x 2 / DS MLI 30 mg, poursuite de la co-prescription

28 Cas n 3 (2) Aujourd hui :.Vient de façon inopinée, amené par sa femme.constipation opiniatre confinant à la sub-occlusion malgré le laxatif (4 sachets de Movicol/j), nauséeux, et encore un peu douloureux au flanc droit (méta foie) Que lui proposer cette fois? 1.il est inutile d augmenter les doses de MLP et MLI, aucun bénéfice n étant attendu 2.augmenter le nombre de DS 3.une rotation d opioïde 4.TTT par DB MLP 120 mg x 2 / DS MLI 30 mg, poursuite de la co-prescription

29 Cas n 3 (2) Aujourd hui :.Vient de façon inopinée, amené par sa femme.constipation opiniatre confinant à la sub-occlusion malgré le laxatif (4 sachets de Movicol/j), nauséeux, et encore un peu douloureux au flanc droit (méta foie) Que lui proposer cette fois? 1.il est inutile d augmenter les doses de MLP et MLI, aucun bénéfice n étant attendu 2.augmenter le nombre de DS 3.une rotation d opioïde 4.TTT par DB MLP 120 mg x 2 / DS MLI 30 mg, poursuite de la co-prescription

30 Cas n 3 (3) Sit 2 : diminution des doses ; traitement des effets indésirables ; +'/'-' discussion d'une rotation Sit 4 : rotation indiquée Effic M -> Effets Sit 1 : situation stable idéale Sit 3 : réévaluation du mécanisme, de la dose

31 Cas n 3 (3) C A B (en savoir plus)

32 Cas n 3 (4) Comment pratique-t-on cette rotation? 1.proposer DB hydromorphone 16 mg x 2 / DS MLI 40 mg 2.proposer DB oxycodone 60 mg x 2 / DS MLI 40 mg 3.proposer DB fentanyl transdermique 100 µg / DS MLI 40 mg 4.proposer DB fentanyl transdermique 100 µg / DS fentanyl buccal 800 µg

33 Cas n 3 (4) Comment pratique-t-on cette rotation? 1.proposer DB hydromorphone 16 mg x 2 / DS MLI 40 mg 2.proposer DB oxycodone 60 mg x 2 / DS MLI 40 mg 3.proposer DB fentanyl transdermique 100 µg / DS MLI 40 mg 4.proposer DB fentanyl transdermique 100 µg / DS fentanyl buccal 800 µg

34 Cas n 3 (5) Conduite tenue :. DB hydromorphone 16 mg x 2 / DS MLI 40 mg Evolution :.antalgie obtenue.constipation résolue Que pourra-t-on lui proposer comme option thérapeutique lors d une prochaine consultation, à situation stable? 1.poursuivre le TTT à l identique 2.revenir MLP / MLI 3.proposer DB fentanyl transdermique 100 µg / DS MLI 40 mg 4.proposer DB fentanyl transdermique 100 µg / DS fentanyl buccal 200 µg

35 Cas n 3 (5) Conduite tenue :. DB hydromorphone 16 mg x 2 / DS MLI 40 mg Evolution :.antalgie obtenue.constipation résolue Que pourra-t-on lui proposer comme option thérapeutique lors d une prochaine consultation, à situation stable? 1.poursuivre le TTT à l identique 2.revenir MLP / MLI 3.proposer DB fentanyl transdermique 100 µg / DS MLI 40 mg 4.proposer DB fentanyl transdermique 100 µg / DS fentanyl buccal 200 µg Fin

36 Annexes du Diaporama

37 Prévention et traitement des effets secondaires de la morphine (1) - Effets secondaires digestifs - Constipation Duphalac 1-3 sachets par jour Jamylène 1-3 cp par jour Mestinon 1-2 cp par jour Nausées Haldol III-V gouttes 1 heure avant les repas Motilium 1-2 cp 3 fois par jour Primpéran 1-3 cp par jour

38 Prévention et traitement des effets secondaires de la morphine (2) - Effets secondaires cognitifs - Hallucinations Haldol III gouttes 3 fois par jour Agitation Tranxène posologie à adapter à la situation clinique

39 Prévention et traitement des effets secondaires de la morphine (3) - Sécheresse buccale - Sulfarlem S25 1 cp 3 fois par jour Salagen 5 mg 1-2 cp 3 fois par jour

40 Prévention et traitement des effets secondaires de la morphine (4) - Rétention aigüe d urine - Mestinon 1 cp/jour (anticholinestérasique) Narcan

41 Prévention et traitement des effets secondaires de la morphine (5) - Autres effets secondaires - Prurit Zyrtec 1 cp/jour voire Rifampicine mg/jour Tremblements Rivotril V gouttes au coucher Myoclonies Envisager une rotation d opioïdes Comitialité Narcan

42

43 En cas d hyperthermie augmentation de la résorption cutanée (VD) avec augmentation de la température + 3 C + 33% de C max glacer localement enlever le patch si θ > 39 C pendant plus de 8 h revenir à MLP - MLI après 12 heures

44 Rotation d Opioïdes (1) Concept de base.concept développé dans le cadre d un échec ou d une intolérance d un traitement morphinique.socle du concept :.rapport bénéfice / risque différent pour chaque opioïde.tolérance croisée partielle.but :.diminution des signes de toxicité.prévenir l accoutumance (= tolérance)

45 Rotation d Opioïdes (2) Définition. pre-emptive rotation :.rotation préventive.discutable. changement d un médicament opioïde par un autre.changement de voie : hors champ

46 Bases pharmacologiques 1ère hypothèse Rotation d Opioïdes (3).µ1 à µ>7 ; δ ; NMDA. up regulation / down regulation 2ème hypothèse Métabolisme de la morphine morphine antalgie Théorie des récepteurs et leurs sous-types Théorie des métabolites M3G rôle d'une accumulation?? ; non antalgique M6G antalgique ; toxicité normorphine myoclonies Changement d'opioïde ó changement de métabolites hydromorphone / drug design / fonction cétone en C6 / pas de glucuronoconjugaison en 6 oxycodone

47 Rotation d Opioïdes (4) DOULEURS CANCEREUSES : INDICATIONS.Seule indication : " situation dans laquelle la morphine orale ne peut être utilisée ".Plusieurs raisons : effets secondaires trop importants myoclonies hallucinations, dysphorie troubles cognitifs nausées - vomissements efficacité antalgique insuffisante réévaluation du mécanisme : mixte, neurogène, reprise en compte des différentes composantes

48 Les molécules des opiacés La morphine L hydromorphone L oxycodone Le fentanyl

49 Citrate de FENTANYL, comprimé avec dispositif pour application buccale Une dose est consommée en 15 minutes. Si une seconde dose est nécessaire pour contrôler l'accès paroxystique, elle doit commencer à être utilisée 15 minutes après la fin de l'utilisation de la première dose (soit 30 minutes après le début de l'utilisation de la première unité) Un accès douloureux ne doit jamais donner lieu à la prise de plus de 2 doses Ne pas dépasser 4 unités par jour Laisser fondre le comprimé entre la gencive et la joue, en déplaçant de temps en temps le comprimé à l'aide du dispositif. Ne pas croquer, ne pas sucer Accès douloureux Actiq Actiq Actiq Actiq dose n 1 fin dose n 1 dose n 2 fin dose n 2 minute 0 minute 15 minute 30 minute 45

Douleur cancéreuse et morphiniques

Douleur cancéreuse et morphiniques Douleur cancéreuse et morphiniques CAS CONCRETS Suivi conjoint François CHRISTIANN Evolution de l activité de chimiothérapie au Centre Hospitalier de La Châtre 600 500 400 300 200 Nb CT Nb autres 100 0

Plus en détail

La morphine. Alternatives / associations

La morphine. Alternatives / associations Douleur et cancer La morphine Alternatives / associations Tous les droits d auteurs sont réservés à l Institut UPSA de la douleur. Toute modification est interdite. Toute reproduction ou utilisation est

Plus en détail

Prescription des Morphiniques

Prescription des Morphiniques Prescription des Morphiniques Dr Jean-Pierre CORBINAU - Lille Cet exposé se veut essentiellement pratique ayant pour objectif de faire passer 3 messages afin d apporter une aide dans la prescription de

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LES REGLES D OR 1. Demander au patient s il a mal et le croire 2. Ecouter sa réponse et respecter ses choix 3. Traiter si possible les causes de la douleur 4. Evaluer

Plus en détail

DOULEUR ET CANCER. Dr Catherine. CIAIS

DOULEUR ET CANCER. Dr Catherine. CIAIS DOULEUR ET CANCER Dr Catherine. CIAIS IFSI le 2 février 2010 OBJECTIFS Savoir évaluer une douleur cancéreuse Connaître les différents types de douleur en cancérologie Mécanismes Étiologies Stratégies thérapeutiques

Plus en détail

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8.

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8. SOMMAIRE Ordonnance n 1 Remplacer un traitement antalgique de palier 2 par un antalgique de palier 3 Ordonnance n 2 Interdoses lors d un traitement par sulfate de morphine à Libération Prolongée (LP) Ordonnance

Plus en détail

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES PEC Douleur OPC011.00D1 Version 1 du 25.09.08 NOUVEAUTE DE LA VERSION 1 : Création OBJET : Ce guide est un document d information et d aide à : la

Plus en détail

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse S Lozano Hôpital Larrey 08 Octobre 2010 Les métastases osseuses Fréquentes 3 ème localisation (poumon, foie) 30 à 50% des patients 40% dans

Plus en détail

Utilisation pratique de la morphine en gériatrie. Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes

Utilisation pratique de la morphine en gériatrie. Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes Utilisation pratique de la morphine en gériatrie Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes ACTUALITES THERAPEUTIQUES 7 Décembre 2013 Les opioïdes forts comprennent:

Plus en détail

Guide d utilisation des opioïdes forts

Guide d utilisation des opioïdes forts Guide d utilisation des opioïdes forts Dr R. Duclos coordinatrice du réseau douleur Sarthe responsable unité douleur CHG Le Mans expert des SOR douleur «la douleur que l on supporte le mieux? celle des

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE

SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE Saint Didier en Velay SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE Dr Pascale VASSAL, Service de médecine palliative, CHU Saint Etienne Le 16 juin 2009 4 - PRISE en CHARGE de la DOULEUR A - Évaluation de la douleur

Plus en détail

Analgésiques. ü Physiopathologie et classification

Analgésiques. ü Physiopathologie et classification ~ Réflexes ~ On n associe pas 2 antalgiques du même palier OMS. ~ On n associe pas 2 morphiniques. ~ Toujours prendre en charge la douleur +++ ü Physiopathologie et classification Il existe plusieurs types

Plus en détail

Colloque médical du jeudi CHU Grenoble

Colloque médical du jeudi CHU Grenoble Questions de douleur et de refus de traitement pour un patient atteint de cancer métastatique Vignette clinique: prise en charge douleur Dr N. Béziaud aspects éthiques Pr G. Laval Colloque médical du jeudi

Plus en détail

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés cette image. Claude Ecoffey Anesthésiste QuickTime et un décompresseur Photo - JPEG sont requis pour visualiser Les obstacles aux opiacés Crainte liée au traitement (effets secondaires, accoutumance) Système

Plus en détail

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques Le malade cancéreux douloureux à son domicile Traitements symptomatiques Antalgiques et co analgésiques Généralités Le cancer est le plus souvent douloureux Aux stades précoces : douleur modérée à sévère

Plus en détail

chez la personne âgée.

chez la personne âgée. PROMOTION DE L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES dans le cadre du programme MobiQual Prévenir, évaluer, Prendre en charge La douleur chez la Personne âgée FIche pratique utilisation des opioïdes

Plus en détail

Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs

Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs Certificat interuniversitaire de soins palliatifs Université Catholique de Louvain Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs Dr. Vincent Vandenhaute Cliniques de l Europe, Bruxelles

Plus en détail

Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant. Journée du réseau oncopédiatrique

Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant. Journée du réseau oncopédiatrique Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant Journée du réseau oncopédiatrique 17/09/2010 Introduction Démarche de soins palliatifs : substitue

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 01 avril 2009 ABSTRAL 100 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code CIP : 391 042 9 B/30 Code CIP : 391 043 5 ABSTRAL 200 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code

Plus en détail

Stratégies thérapeutiques de la Douleur Chronique. D. BENMOUSSA Centre de Traitement de la Douleur département d Anesthésie Réanimation CPMC- Alger

Stratégies thérapeutiques de la Douleur Chronique. D. BENMOUSSA Centre de Traitement de la Douleur département d Anesthésie Réanimation CPMC- Alger Stratégies thérapeutiques de la Douleur Chronique D. BENMOUSSA Centre de Traitement de la Douleur département d Anesthésie Réanimation CPMC- Alger Le traitement de la douleur chronique Adapté Intensité

Plus en détail

OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES. Extrait de la liste des médicaments de la PIC. Édition juin 2015

OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES. Extrait de la liste des médicaments de la PIC. Édition juin 2015 OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES Extrait de la liste des médicaments de la PIC Édition juin 2015 3. Opiacés Particularités Dose orale equival. à 10 mg de morphine 1 buprénorphine codéine fentanyl Agoniste/antagoniste

Plus en détail

Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire

Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire! M. Luu*, M.T. Gatt Le cancérologue est souvent sollicité par les malades cancéreux pour le soulagement de leur douleur.

Plus en détail

La rotation des opioïdes

La rotation des opioïdes La rotation des opioïdes Prof. Omar BOUDEHANE - UNITE D EVALUATION ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR - Faculté de médecine & CHU Constantine Université «3» de Constantine 9 ème Congrés de la SAETD Université

Plus en détail

Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009.

Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009. Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009. Déclaration sur la promotion des droits des patients en Europe, OMS, 1994 : «Les patients ont le droit d être soulagés de la douleur, dans la mesure ou le permettent

Plus en détail

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique Prescription de morphiniques chez le sujet âgé Cas clinique Clinique 1 Me G. 71 ans. Mariée, 2 enfants Algies diffuses depuis l âge l de 14 ans. Début des douleurs par des cervicalgies et scapulalgies

Plus en détail

GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES. DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014

GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES. DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014 GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014 Les opioïdes partagent tous globalement les mêmes effets indésirables.

Plus en détail

Opioïdes et Douleur du Cancer: Les recommandations en 2013

Opioïdes et Douleur du Cancer: Les recommandations en 2013 Opioïdes et Douleur du Cancer: Les recommandations en 2013 Dr Philippe Poulain USP Polyclinique de l Ormeau 65000 Tarbes phpoulain@wanadoo.fr Les Recommandations RèglesOMS 1986 et 1992 Recommandations

Plus en détail

Cas Clinique. Douleurs cancéreuses

Cas Clinique. Douleurs cancéreuses Cas Clinique Douleurs cancéreuses Monsieur Bernard D., âgé de 45 ans, a été admis dans le Centre d évaluation et de traitement de la douleur courant juillet 2000 en raison de douleurs intenses, d origine

Plus en détail

LA DOULEUR. PRINCIPES DE TRAITEMENT en SOINS PALLIATIFS

LA DOULEUR. PRINCIPES DE TRAITEMENT en SOINS PALLIATIFS LA DOULEUR PRINCIPES DE TRAITEMENT en SOINS PALLIATIFS Principes : Conserver le plus possible l autonomie du patient privilégier la voie orale Ne pas attendre la plainte prévenir : administration à horaires

Plus en détail

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? TEMPS Douleur paroxystique? INTENSITE LOCALISATION TYPE Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Topographie de la ou des

Plus en détail

Prise en charge de la douleur

Prise en charge de la douleur Prise en charge de la douleur 1 Rappel des obligations La prise en charge de la douleur est une obligation légale. Loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits du malade et à la qualité du système

Plus en détail

LES ANTALGIQUES. Règles de prescription et de surveillance. Dr Pierre DELASSUS. Équipe Mobile Douleur et Soins Palliatifs CHU de Caen

LES ANTALGIQUES. Règles de prescription et de surveillance. Dr Pierre DELASSUS. Équipe Mobile Douleur et Soins Palliatifs CHU de Caen LES ANTALGIQUES Règles de prescription et de surveillance Dr Pierre DELASSUS Équipe Mobile Douleur et Soins Palliatifs CHU de Caen Règles de prescription des antalgiques 1. Chercher la cause de la douleur

Plus en détail

EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS. ( Partie II )

EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS. ( Partie II ) EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS ( Partie II ) Quelques points pratiques. Pour adapter la posologie, on peut s'aider du nombre de prises d'inter-doses.

Plus en détail

M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013. Douleur : évaluation, prise en charge

M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013. Douleur : évaluation, prise en charge M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013 Douleur : évaluation, prise en charge Définition douleur «Expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire présente ou potentielle ou

Plus en détail

Carcinose péritonéale.

Carcinose péritonéale. Carcinose péritonéale. C est quoi? Diagnostic. Prise en charge dans objectif «curatif». Prise en charge dans objectif «palliatif». Carcinose péritonéale. La carcinose péritonéale est la présence de nodules

Plus en détail

8. Les connaissances

8. Les connaissances 8. Les connaissances 1 - Titration et douleur nociceptive 2 - Table équianalgésie 3 - Rotation des opioïdes 4 - Douleur et toxicomanie 5 - Douleurs et états de manque Contact : clud@marseille.fnclcc.fr

Plus en détail

Soirée FMC GRASSE. Dr Casini Isabelle. Dr Fignon Laurent. Responsable TERDASP 06. Praticien Hospitalier 21/11/12

Soirée FMC GRASSE. Dr Casini Isabelle. Dr Fignon Laurent. Responsable TERDASP 06. Praticien Hospitalier 21/11/12 Soirée FMC GRASSE Dr Casini Isabelle Responsable TERDASP 06 Dr Fignon Laurent Praticien Hospitalier Alpes Maritimes Ouest BASSIN DE POPULATION: Total (62 communes) 556 000 habitants Plus de 75 ans 11.48%

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques Chez

Plus en détail

LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES

LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES LES PALIERS DE L OMS L Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a établi une échelle des analgésiques selon l intensité de la douleur évaluée. L International Association for

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

Item 66 : Thérapeutiques antalgiques

Item 66 : Thérapeutiques antalgiques Item 66 : Thérapeutiques antalgiques COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Antalgiques de niveau

Plus en détail

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département :

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département : Equipes ressources du département : Consultations d évaluation et de traitement de la douleur : CH Chartres : 02 37 30 38 13 consult-douleur@ch-chartres.fr CH Dreux : 02 37 51 50 63 Douleur aiguë : douleuraigue@ch-dreux.fr

Plus en détail

Le plus difficile est de savoir penser ces douleurs

Le plus difficile est de savoir penser ces douleurs LES INTERDOSES LES DOULEURS PAROXYSTIQUES LES DOULEURS INCIDENTES L INSUFFISANCE DU TRAITEMENT DE BASE (CONTINU) LES DOULEURS QUI POURRAIENT SURVENIR LA VIGILANCE LE DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL AVEC DOULEURS

Plus en détail

Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3

Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3 Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3 Stratégie visant à limiter les tailles et les types de conditionnement disponibles dans les pharmacies publiques. 1. Introduction Le document

Plus en détail

Protocole de prise en charge des EFFETS INDESIRABLES des MORPHINIQUES chez l ENFANT

Protocole de prise en charge des EFFETS INDESIRABLES des MORPHINIQUES chez l ENFANT Comité de lutte contre la douleur Protocole de prise en charge des EFFETS INDESIRABLES des MORPHINIQUES chez l ENFANT Référence : CLUD 20 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010

Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010 Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010 Docteur Laurent FIGNON Soins de Support Service d Oncologie CHR Bon-Secours - 2010 Douleur et Cancer 320.000 nouveaux cas de Cancer par an (2005) 56% des patients

Plus en détail

Fentanyl dans tous ses états. A. Muller

Fentanyl dans tous ses états. A. Muller Fentanyl dans tous ses états A. Muller Echelle thérapeutique de l O.M.S pour le traitement des douleurs par excès de nociception, 1986 FENTANYL Antalgiques non opioïdes pour douleurs faibles coantalgiques

Plus en détail

GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA

GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA 1. INTRODUCTION. La PCA (patient controlled analgesia) est un système d'administration de morphine qui permet au patient de recevoir un débit continu

Plus en détail

SOULAGER LES DOULEURS ÉVOLUTIVES INTENSES : UN SUJET D'ACTUALITÉ (*) Première partie : Considérations générales

SOULAGER LES DOULEURS ÉVOLUTIVES INTENSES : UN SUJET D'ACTUALITÉ (*) Première partie : Considérations générales 113 Bull. Soc. Pharm. Bordeaux, 1999, 138, 113-120 SOULAGER LES DOULEURS ÉVOLUTIVES INTENSES : UN SUJET D'ACTUALITÉ (*) Dr. Benoît BURUCOA (1) Première partie : Considérations générales Les douleurs liées

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS : GUIDE D UTILISATION DES OPIACÉS

SOINS PALLIATIFS : GUIDE D UTILISATION DES OPIACÉS SOINS PALLIATIFS : GUIDE D UTILISATION DES OPIACÉS Présenté par : Dr Réal Villemure Département clinique de médecine générale Le 8 janvier 2002 SOINS PALLIATIFS : GUIDE D'UTILISATION DES OPIACÉS Ce que

Plus en détail

La PCA de Morphine pour la douleur du Cancer

La PCA de Morphine pour la douleur du Cancer La PCA de Morphine pour la douleur du Cancer Dr Luc Brun Unité d Evaluation et de Traitement de la Douleur CHT Nouméa l.brun@cht.nc Paliers de l OMS si échec Palier 1 Non opioïdes Douleurs légères à modérées

Plus en détail

Ictère et sténose duodénale au cours du cancer du pancréas

Ictère et sténose duodénale au cours du cancer du pancréas Ictère et sténose duodénale au cours du cancer du pancréas Situation du problème Survie médiane 11 mois - 80 % d obstruction biliaire - 20 % d obstruction duodénale Maire F,Am J Gastroenterol. 2006 Cancer

Plus en détail

Par de chirurgie possible Radiothérapie «dépassée» Chimiothérapie dans le cadre d un essai proposé et refusé par la patiente.

Par de chirurgie possible Radiothérapie «dépassée» Chimiothérapie dans le cadre d un essai proposé et refusé par la patiente. DES : Médecine physique et de réadaptation Module : Douleur, oncologie, sida, soins palliatifs, nutrition : apports de la médecine de rééducation. Bordeaux : 21, 22 et 23 février 2007 Titre : Douleurs

Plus en détail

SPÉCIFICITÉS ET PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE CHEZ L ADULTE

SPÉCIFICITÉS ET PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE CHEZ L ADULTE SPÉCIFICITÉS ET PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE CHEZ L ADULTE Dr Cécile BESSET Equipe Mobile de Soins Palliatifs CHRU Besançon 23/01/2015 DÉFINITION, GÉNÉRALITÉS «Expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

L analgésie péridurale pour un retour à domicile!

L analgésie péridurale pour un retour à domicile! Vendée L analgésie péridurale pour un retour à domicile! Une expérience partagée Mr AGRES Hugues IADE RD 85925 La Roche sur Yon Journée IRD PL B, 28 janv. 2011- REZE Le patient, La famille, L équipe soignante

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

Pharmacothérapie de la douleur

Pharmacothérapie de la douleur Pharmacothérapie de la douleur Comment utiliser les différentes formes de médicaments? Conseils pratiques à l officine 1 Paracétamol en forme mono Toxicité gastrique peu probable Hépatotoxicité: intoxication

Plus en détail

DEFINITION DE LA DOULEUR

DEFINITION DE LA DOULEUR DEFINITION DE LA DOULEUR Selon l IASP International Association for the Study of Pain «La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire présente ou potentielle

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 mars 2005 MOVICOL ENFANT, poudre pour solution buvable en sachet-dose de 6,9 g (Boîtes de 20) Laboratoire NORGINE PHARMA macrogol Date de l'amm

Plus en détail

Du bon usage des dispositifs transdermiques de fentanyl

Du bon usage des dispositifs transdermiques de fentanyl Du bon usage des dispositifs transdermiques de fentanyl Groupe de travail pluridisciplinaire SFAP - SFETD ARMARI-ALLA Corinne, Médecin pédiatre, Hôpital de Jour d Onco-Pédiatrie, CHU Grenoble BRUXELLE

Plus en détail

DEFINITION DE LA DOULEUR SELON L I.A.S.P.

DEFINITION DE LA DOULEUR SELON L I.A.S.P. DEFINITION DE LA DOULEUR SELON L I.A.S.P. «La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à des lésions tissulaires réelles ou possibles ou décrites comme si ces lésions

Plus en détail

ACTUALITES DANS LE TRAITEMENT DE LA DOULEUR PALIER 3 DES PATIENTS CANCEREUX : L ACCES DOULEUREUX PAROXYSTIQUE

ACTUALITES DANS LE TRAITEMENT DE LA DOULEUR PALIER 3 DES PATIENTS CANCEREUX : L ACCES DOULEUREUX PAROXYSTIQUE ACTUALITES DANS LE TRAITEMENT DE LA DOULEUR PALIER 3 DES PATIENTS CANCEREUX : L ACCES DOULEUREUX PAROXYSTIQUE Katalin TOTH, Pharmacien Nour BANANA, Médecin Assistant, Hôpital de Jour Catherine VAN DEN

Plus en détail

Toujours évaluer l observance du traitement. La mémoire de la douleur peut être plus dommageable que son expérience initiale.

Toujours évaluer l observance du traitement. La mémoire de la douleur peut être plus dommageable que son expérience initiale. La mémoire de la douleur peut être plus dommageable que son expérience initiale. Des mécanismes conservés à travers les âges permettent à de brefs stimuli nociceptifs de modifier de manière persistante

Plus en détail

Avis 19 mars 2014. Laboratoire GRUNENTHAL. HAS - Direction de l'evaluation Médicale, Economique et de Santé Publique 1/12 Avis 2

Avis 19 mars 2014. Laboratoire GRUNENTHAL. HAS - Direction de l'evaluation Médicale, Economique et de Santé Publique 1/12 Avis 2 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 19 mars 2014 RECIVIT 67 microgrammes, comprimé sublingual B/15 en plaquette thermoformée en polyamide aluminium PVC/aluminium (CIP : 34009 276 556 3-0) B/15 en plaquette

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE Réseau Ville-Hôpital de Cancérologie du Val-de-Marne Ouest Guide pratique PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE Guide pratique PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE INTRODUCTION Ce guide pratique

Plus en détail

Utilisation des nouveaux opioïdes en Soins Palliatifs

Utilisation des nouveaux opioïdes en Soins Palliatifs Med Pal 2002; 1: 69-87 Masson, Paris, 2002, Tous droits réservés Guillemette Laval, Unité de Recherche et de Soutien en Soins Palliatifs, CHU, Grenoble, Marie-Laure Villard, Unité de Recherche et de Soutien

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 13 janvier 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 13 janvier 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 janvier 2010 INSTANYL 50 microgrammes/dose, solution pour pulvérisation nasale B/1 flacon (10 doses) (CIP : 397 118 7) INSTANYL 100 microgrammes/dose, solution pour

Plus en détail

Principes thérapeutiques Familles Paliers Effets indésirables

Principes thérapeutiques Familles Paliers Effets indésirables DU de Soins Palliatifs et d Accompagnement Séminaire Evaluation et traitement de la douleur LES ANTALGIQUES ET LEUR UTISATION Principes thérapeutiques Familles Paliers Effets indésirables Service d accompagnement

Plus en détail

Physiopathologie et classification

Physiopathologie et classification Réflexes On n associe pas 2 antalgiques du même palier OMS On n associe pas 2 morphiniques Toujours prendre en charge la douleur +++ Réévaluation régulière de l efficacité du traitement antalgique : EVA

Plus en détail

Evaluation de la douleur Rotation des opioïdes

Evaluation de la douleur Rotation des opioïdes Evaluation de la douleur Rotation des opioïdes APRHOC 1er Octobre 2007 Dr François CHRISTIANN Centre Hospitalier - Châteauroux francois.christiann@ch-chateauroux.fr Evaluation de la douleur EVALUATION

Plus en détail

Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC

Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC Comité de lutte contre la douleur Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC Référence : CLUD 06 Version : 3 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole a pour objet l initiation,

Plus en détail

Information aux patients La morphine

Information aux patients La morphine Information aux patients La morphine Des réponses à vos questions La morphine, un antidouleur couramment utilisé, vous a été prescrite. Cette brochure vous informe sur son emploi, ses effets bénéfiques,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

Souffrance et douleur en fin de vie. Dr Sophie Pugliese Unité de Soins Palliatifs Consultation douleurs chroniques Hôpital J.

Souffrance et douleur en fin de vie. Dr Sophie Pugliese Unité de Soins Palliatifs Consultation douleurs chroniques Hôpital J. Souffrance et douleur en fin de vie Dr Sophie Pugliese Unité de Soins Palliatifs Consultation douleurs chroniques Hôpital J. Ducuing Toulouse Notion de souffrance totale Différentes douleurs Les traitements

Plus en détail

Sevrage du patient alcoolodépendant

Sevrage du patient alcoolodépendant Sevrage du patient alcoolodépendant 1/17 Motivation Le 1 er temps de la prise en charge = temps de renforcement de la motivation. Objectif : proposer au patient un sevrage s il est prêt, sinon l aider

Plus en détail

une maladie handicapante

une maladie handicapante Qualité de vie une maladie handicapante Altération de la qualité de vie Pendant la crise et en inter-crise+++ A prendre en compte pour l instauration du traitement de fond Evaluer le handicap du migraineux

Plus en détail

Antalgiques. Evaluation de la douleur. Classification

Antalgiques. Evaluation de la douleur. Classification Réflexes Jamais 2 antalgiques du même palier OMS Jamais d association de 2 morphiniques Il est fréquent d associer un antalgique d action centrale à un antalgique d action périphérique Réévaluation régulière

Plus en détail

LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE

LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE Définition de la douleur selon l IASP LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE La douleur est une sensation désagréable et une expérience émotionnelle en lien à une lésion tissulaire présente ou potentielle ou décrite

Plus en détail

Prise en charge de la douleur aigue chez le patient sous Traitement de Substitution aux Opiacés Antalgiques et fonction rénale Antalgiques et

Prise en charge de la douleur aigue chez le patient sous Traitement de Substitution aux Opiacés Antalgiques et fonction rénale Antalgiques et Prise en charge de la douleur aigue chez le patient sous Traitement de Substitution aux Opiacés Antalgiques et fonction rénale Antalgiques et fonction hépatique Prise en charge de la douleur chez le malade

Plus en détail

Soins palliatifs. M.T Makhloufi

Soins palliatifs. M.T Makhloufi Cours GOLF-SAPP Alger 2008 Soins palliatifs La prise en charge de la douleur dans le cancer bronchique primitif M.T Makhloufi Clinique des Maladies Respiratoires CHU Mustapha Alger 1 Introduction. Cancer

Plus en détail

DU D ACCOMPAGNEMENT ET DE SOINS PALLIATIFS BORDEAUX 2010 COPIE NO

DU D ACCOMPAGNEMENT ET DE SOINS PALLIATIFS BORDEAUX 2010 COPIE NO ISPED Institut de Santé Publique, d'epidémiologie et de Développement Diplôme Universitaire de Soins Palliatifs Examen écrit Bordeaux Année Universitaire 2009-2010 Le 20 mai 2010 DU D ACCOMPAGNEMENT ET

Plus en détail

Prise en charge de la douleur Instauration d un traitement antalgique Dr Stéphane Moreau

Prise en charge de la douleur Instauration d un traitement antalgique Dr Stéphane Moreau Prise en charge de la douleur Instauration d un traitement antalgique Dr Stéphane Moreau Service Hématologie Clinique et Thérapie Cellulaire CHRU Limoges Introduction DEFINITION «une expérience sensorielle

Plus en détail

Guide d utilisation à destination des professionnels de santé. ACTIQ, citrate de fentanyl

Guide d utilisation à destination des professionnels de santé. ACTIQ, citrate de fentanyl Guide d utilisation à destination des professionnels de santé ACTIQ, citrate de fentanyl 1 ACTIQ, comprimé avec applicateur buccal est indiqué pour le traitement des Accès Douloureux Paroxystiques (ADP)

Plus en détail

Carnet de suivi Lithium. Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg

Carnet de suivi Lithium. Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg Carnet de suivi Lithium Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg Ce carnet est important Si vous le trouvez, merci de le faire parvenir à l adresse ci-dessous Nom Prénom Adresse Téléphone Mobile Date

Plus en détail

Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE

Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE Validé par le Dr Schinkel Dé nition - Une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associée à un lésion

Plus en détail

LES S S U S BS B T S I T T I U T TS T S NICOTINIQUES

LES S S U S BS B T S I T T I U T TS T S NICOTINIQUES LES SUBSTITUTS NICOTINIQUES Les substituts nicotiniques : principe Apporter l équivalent de nicotine contenue dans les cigarettes (un peu -) Pour supprimer, atténuer le manque Durée du traitement : variable,

Plus en détail

DENOMINATION DU MEDICAMENT

DENOMINATION DU MEDICAMENT DENOMINATION DU MEDICAMENT Matrifen 12 microgrammes/heure, dispositif transdermique Matrifen 25 microgrammes/heure, dispositif transdermique Matrifen 50 microgrammes/heure, dispositif transdermique Matrifen

Plus en détail

PRINCIPES GENERAUX Dr REVNIC, Unité de Soins Palliatifs, Hopital Jean Jaurès, Paris 19

PRINCIPES GENERAUX Dr REVNIC, Unité de Soins Palliatifs, Hopital Jean Jaurès, Paris 19 PRINCIPES GENERAUX Chercher la cause de la douleur Soulager une douleur aiguë avant qu elle ne se chronicise Débuter le traitement par la voie d administration la plus simple Différencier les douleurs

Plus en détail

Fiche Information patient : les antalgiques par voie orale après un geste chirugical

Fiche Information patient : les antalgiques par voie orale après un geste chirugical 201 avenue d Alsace B.P. 20129 68003 COLMAR Cedex Fiche Information patient : les antalgiques par voie orale après un geste chirugical Réf : CLU/DIN/INF/012 Version : 3.0 Etat : Applicable Mise en application

Plus en détail

Mésusage et addiction aux antalgiques opioïdes Point de vue de l addictologue Dr Philippe LACK Praticien Hospitalier CSAPA Hôpital Croix Rousse

Mésusage et addiction aux antalgiques opioïdes Point de vue de l addictologue Dr Philippe LACK Praticien Hospitalier CSAPA Hôpital Croix Rousse Mésusage et addiction aux antalgiques opioïdes Point de vue de l addictologue Dr Philippe LACK Praticien Hospitalier CSAPA Hôpital Croix Rousse 13/12/2013 Déclaration de conflits d intérêts Laboratoire

Plus en détail

Les douleurs neuropathiques

Les douleurs neuropathiques Les douleurs neuropathiques Dr LALLIER Emmanuelle Hôpital Louis Pasteur DOLE 1 Thérapeutiques médicamenteuses (1) : les traitements locaux Cibles d actions : décharges ectopiques et sensibilisation des

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. AVIS DE LA COMMISSION Réunion n 22 du 4 juin 1997

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. AVIS DE LA COMMISSION Réunion n 22 du 4 juin 1997 - 322 - COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION Réunion n 22 du 4 juin 1997 DUROGESIC 25 microgrammes/heure, dispositif transdermique, 2,5 mg/10 cm2, sachet (B/5) DUROGESIC 50 microgrammes/heure,

Plus en détail

La migraine : une maladie qui se traite

La migraine : une maladie qui se traite La migraine : une maladie qui se traite L évolution natuelle de la migraine Maladie fluctuante+++ Modification des symptômes avec l âge ++ : Moins de crises sévères Caractère pulsatile moins fréquent Plus

Plus en détail

LA DOULEUR DU CANCER

LA DOULEUR DU CANCER LA DOULEUR DU CANCER Marie Claire BEPOIX et Michel DROUART Pôle SOINS DE SUPPORT Equipe Mobile d Accompagnement d et de Soins Palliatifs CH PONTARLIER Définitions La douleur est une expérience sensorielle

Plus en détail

PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE

PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE Référence : CLUD 31 Version : 1 Date de diffusion Intranet : 01/07/07 Objet

Plus en détail

APPROCHE DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR NEUROPATHIQUE EN MEDECINE GENERALE

APPROCHE DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR NEUROPATHIQUE EN MEDECINE GENERALE APPROCHE DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR NEUROPATHIQUE EN MEDECINE GENERALE Céline Poncin-Mattioda Président: Pr GEORGE Bernard Directeur: Pr HUAS Dominique INTRODUCTION La douleur est le motif de

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Traitement anti-infectieux ambulatoire

Traitement anti-infectieux ambulatoire Traitement anti-infectieux ambulatoire Prescription et suivi Dr Cédric Arvieux - CHU de Rennes - Université de Rennes 1 - unité SeRAIC Objectifs Savoir surveiller un traitement antibiotique ambulatoire

Plus en détail