- Prévention des chutes accidentelles chez la personne âgée (novembre 2005, éditée par l HAS)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "- Prévention des chutes accidentelles chez la personne âgée (novembre 2005, éditée par l HAS)"

Transcription

1 Evaluation des Pratiques Professionnelles : Evaluation de la prise en charge du risque apriori de chute des patients admis en service de soins de suite et de réadaptation. Introduction La chute n est jamais un événement banal. Les chutes chez le sujet âgé représentent tant par leur fréquence que par leur gravité un problème majeur de santé publique. C est ainsi que le Professeur Pfitzenmeyer, dans son éditorial d Impact Médecin de mi 1999, alerte ses collègues. La chute est définie par l OMS comme un signe de dysfonctionnement entre la personne âgée et son environnement. Près d un million de chutes sont enregistrées chaque année chez les plus de 85 ans conduisant à plus de décès par an et sont dans 40% des cas le motif d entrée en institution devant un déclin fonctionnel avec perte d autonomie. Les personnes âgées vivant en institution, parfois très dépendantes, sont particulièrement exposées à ce risque. Malgré uns surveillance étroite et un suivi médical, les chutes restent nombreuses, souvent liées aux facteurs physiques et environnementaux. Choix de la thématique et origine de la démarche et objectifs L hôpital de Soultz a fait des statistiques sur les chutes intervenues au sein de l établissement. Cette étude porte sur cinq années consécutives soit de 2004 à 2008 et prouve l importance du nombre de chute. En fréquence les chutes passent de moins de 250 en 2004 à 400 en Les conséquences pour la population accueillie, de plus en plus fragilisée par l âge, la dépendance et la polypathologie peuvent être lourdes par rapport à leur projet de vie et sont souvent à l origine de l aggravation de leur dépendance voir de l installation d un syndrome de glissement. Face à cette situation, l hôpital se doit de réagir en identifiant le risque de survenue de chute au plutôt pour en réduire le nombre et les conséquences qui en découlent. Littérature professionnelle de référence - Prévention des chutes accidentelles chez la personne âgée (novembre 2005, éditée par l HAS) - Retour d expérience sur l EPP des chutes des patients, intervention de Anne-Claire AUGEREAU, responsable qualité à l Hôpital Local MARTIGNIE BRIAND dans le cadre du réseau pour l amélioration de la qualité, la gestion des risques et l évaluation de santé en Maine et Loire. (date )

2 Composition du groupe Docteur Djamila Lalwani-Benabid : Docteur Mohamed Louahla : Pierre Lietard : Julia Berger : Jean Jacques Schneider Thérèse Schneiderlin : Christelle Mougel : Marie Thérèse Schleer : Claudine Gsegner : Martine Aubry : Marie-Odile Bogajo Christelle Koch : Praticien hospitalier Praticien hospitalier Kinésithérapeute Psychomotricienne Cadre supérieur de santé Cadre de santé Infirmière Infirmière Qualiticienne Déroulement de la démarche et méthodologie. Un groupe de travail a été constitué et s est réuni pour la première fois le 29 avril A l issue de cette première réunion il a été jugé nécessaire de faire un bilan de la prise en charge des chutes, de définir des actions envisageables et d étayer la réflexion par un audit. Lors de la réunion du 23 mai 2008, La grille d audit est arrêtée par le groupe de travail. Il est décidé que cet audit portera sur 30 dossiers de patient admis en service de soins de suite et de réadaptation Le but est d évaluer la traçabilité de la prise en charge du risque apriori de chute. Le 6 juin 2008 les résultats de l audit sont présentés au groupe de travail. Le groupe décide de faire le choix d un test d évaluation permettant d identifier les personnes âgées présentant un risque de chute. Le choix porte sur la grille Tinetti a utilisée lors de chaque admission par l équipe de rééducation lors de chaque admission de nouveaux patients en SSR. Cette grille permet d évaluer la marche et l équilibre du patient. La grille Tinetti totalise un score de 28 point. Un score inférieur à 26 signifie généralement qu il y a un risque, plus le score est bas plus le risque est important. Ainsi un score inférieur à 19 signifie que le risque de chuter est multiplié par 5. Le 21 octobre 2008, les résultats obtenus grâce à l utilisation de la grille Tinetti sont présenté au groupe. Les résultats ne sont pas concluant. Le test n est pas assez précis et regroupe tous les patients dans une population à risque. Le groupe de travail, sur proposition de l équipe de rééducation opte pour la mise en place d un autre test ; la grille get up and go est choisie.

3 Cette grille est un test rapide que l on peut faire passer à grande échelle. Elle permet d observer comment les personnes se lèvent d une chaise et se rassoient. Or se sont des moments cruciaux par rapport aux chutes. Ce test donne assez d éléments, qui peuvent être affinés par une observation précise, pour détecter des personnes à risque de chute plus important. Le test contient cinq items notés de 1 à 5. Plus le score est élevé, plus il y au risque de chute. Lorsque le score est supérieur ou égale à 3 par item, il y a un risque élevé de chute. Le test est généralement réalisé le matin, les patients étant plus attentif aux consignes et moins fatigués que l après midi. Le test sera réalisé dans la semaine qui suit m admission. Le kinésithérapeute et la psychomotricienne seront en charge de réaliser ce test. Les résultats de l évaluation individuelle sont tracés dans le logiciel de soins et commentés lors des réunions pluridisciplinaires du service. L évaluation selon la grille Get up and go se fera sur la période de février à mai Le 8 juillet 2009, les résultats de l utilisation de la grille get up and go sont analysés. Résultats L étude a porté sur 34 dossiers de patients ayant bénéficié d un test get up and go. Sur les 34 dossiers, 9 patients ont chutés et le nombre de chute est de 17. Le risque de chute détecté est surtout présent au moment des transferts, lors des troubles de la marche et de l équilibre, ou est lié à la pathologie elle-même. Une chute antérieure représente également un facteur de risque de chute et correspond pour la plupart des patients au motif d admission. Sur les 34 dossiers, 22 ont bénéficié d une prise en charge rééducative et 18 avaient une aide technique. Quatre aides techniques ont été mises en place après la réalisation du test, mais ces derniers n ont pas évité aux patients de chuter. A noter toutefois que ces patients présentaient pour trois d entre eux un syndrome démentiel et pour un, une tumeur cérébrale (à l origine du trouble de l équilibre). Conformément aux données de la littérature, plus le score est élevé plus le risque de chute est important. Chez 7 patients dont le score est élevé, une chute est survenue. A noter cependant que 2 patients, ayant un score de 12 et sur 30 ont également chutés. Sur les 9 personnes ayant chuté, 7 patients présentent une pathologie neurodégénérative (démence ), ou une tumeur cérébrale. La réalisation d un tel test ne permet pas d éviter la chute. En effet la chute peut être liée à la pathologie existentielle et nous pouvons également incriminer que même lorsque le test est réalisé, les consignes ne sont pas intégrées par le patient présentant une détérioration cognitive. Certains patients présentaient un score élevé au test Get up and go avec un risque potentiel de chute. Mais notre étude montre que ces derniers n ont pas chuté pendant leur séjour cas ils avaient bien intégré les consignes de rééducation.

4 La rééducation fonctionnelle proposée par le kinésithérapeute aux patients est de type : -musculation et entraînement à l équilibre et plus précisément une «rééducation analytique et globale musculo-articulaire des deux membres inférieurs, de la posture, de l équilibre, de la coordination et de la marche chez le sujet âgé». -rééducation de la déambulation dans le cadre du maintien de l autonomie du sujet âgé. Une consultation chez un podologue peut être programmée à la demande du kinésithérapeute. Par ailleurs une prise en charge psychologique est faite lorsque la chute se complique d un syndrome post chute. Cette montre que la réalisation d un test Get up and go n a pas d intérêt chez les patients présentant une détérioration cognitive modérée à sévère ou une pathologie cérébrale évolutive, car même si ces patients sont identifiés lors de la réalisation du test comme «potentiellement chuteur», non seulement il ne peuvent intégrer les consignes de prévention mais on ne peut pas empêcher la survenue d une chute. Par contre la rééducation est à poursuivre chez de tels patients afin de préserver leur autonomie. Axes d amélioration et calendrier L utilisation de la grille Get up and go n est efficace que chez les patients n ayant pas de troubles cognitifs sévères. Il est décidé que les tests seront maintenus à l admission uniquement pour les patients ne présentant pas de troubles cognitifs sévères. Si le patient est classé à risque de chute, une prescription de kinésithérapie, psychomotricité, ergothérapie est faite ainsi que la mise en place d équipement approprié. Pour les autres, la rééducation est à poursuivre afin de préserver leur autonomie. Les axes d amélioration retenus sont : réaliser un audit sur la base des résultats de la grille get up and go et portant sur : - l exhaustivité de la réalisation du test lors des admissions des personnes cohérente en SSR - l exhaustivité de la traçabilité des ses informations dans le dossier informatisé - L efficacité du test sur la prévention des chutes. Communication La synthèse des travaux du groupe et le plan d action ont été présentés : A la CME en date du 9 septembre Au CA du 9 septembre Au jeudi de l info

5 Le travail du groupe est diffusé sur intranet. Liste des documents annexés Etude chute 2004 à Grille du 1 er audit Résultats du premier audit Résultats de l évaluation de l utilisation de la grille Get up and go Grille du 2 ème audit Résultats du 2 ème audit.

La qualité de la tenue du dossier patient.

La qualité de la tenue du dossier patient. RAPPORT D AUDIT SUR La qualité de la tenue du dossier patient. À L HÔPITAL LOCAL INTERCOMMUNAL DE SOULTZ-ISSENHEIM Date de l audit : 17 novembre 2009 Audit réalisé par : Dr Djamila LALWANI BENABID, praticien

Plus en détail

L évaluation de la prise en charge du risque a priori de chute des patients admis en service de soins de suite et de réadaptation.

L évaluation de la prise en charge du risque a priori de chute des patients admis en service de soins de suite et de réadaptation. RAPPORT D AUDIT SUR L évaluation de la prise en charge du risque a priori de chute des patients admis en service de soins de suite et de réadaptation. À L HÔPITAL LOCAL INTERCOMMUNAL DE SOULTZ-ISSENHEIM

Plus en détail

Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation

Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation Historiquement le Centre SSR St Christophe était une Maison de Repos, La Désix, créée en 1958 sur la commune de Sournia.

Plus en détail

PREVENTION DES CHUTES DE LA PERSONNE AGEE PRISE EN CHARGE PLURIDISCIPLINAIRE EN SERVICE DE SOINS DE SUITE

PREVENTION DES CHUTES DE LA PERSONNE AGEE PRISE EN CHARGE PLURIDISCIPLINAIRE EN SERVICE DE SOINS DE SUITE PREVENTION DES CHUTES DE LA PERSONNE AGEE PRISE EN CHARGE PLURIDISCIPLINAIRE EN SERVICE DE SOINS DE SUITE Baguer Morvan. 1er forum HSTV 11 octobre 2012 HISTORIQUE DU PROJET 2006 UN CONSTAT «Sur 12 millions

Plus en détail

Analyse des incidents

Analyse des incidents Analyse des incidents Formation B-Quanum 26/06/2012 N. Jacques Coordinatrice Qualité CMSE Introduction Contexte Contrat SPF Coordinateur qualité Médecine nucléaire Hôpital = Entreprise à Haut Risque Efficacité

Plus en détail

Les chutes chez la personne âgée à domicile. Quelles prises en charge possibles?

Les chutes chez la personne âgée à domicile. Quelles prises en charge possibles? Les chutes chez la personne âgée à domicile. Quelles prises en charge possibles? Carmad : 6 chemin des Vignes 78340 les Clayes-sous-Bois. Téléphone : 01 30 55 77 50 Portable : 06 71 82 12 27 mail : contact@carmad.fr

Plus en détail

Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires et Affections respiratoires Livret de séjour

Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires et Affections respiratoires Livret de séjour CENTRE HOSPITALIER de BOURG-EN-BRESSE CS 90401 900 route de Paris 01012 BOURG-EN-BRESSE CEDEX 04 74 45 44 08 Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

Yasmina GIEROK-BAHI Kinésithérapeute CHRU Lille Hôpital Gériatrique Les Bateliers

Yasmina GIEROK-BAHI Kinésithérapeute CHRU Lille Hôpital Gériatrique Les Bateliers Kinésithérapie en Gériatrie Yasmina GIEROK-BAHI Kinésithérapeute CHRU Lille Hôpital Gériatrique Les Bateliers Pathologies fréquentes en rééducation Chutes ( traumatismes,fractures,régression psychomotrice)

Plus en détail

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les remontées du terrain Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les programmes d Evaluation des Pratiques Professionnelles Pertinence des hospitalisations en HDT HO *Formalisation de certificats

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Cheffe de projet Brigitte itt Victor, infirmière iè responsable d unité, service de

Plus en détail

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Le présent document fait partie des documents élaborés par la Société Française (SOFMER) et la Fédération Française

Plus en détail

DEFINITION DE FONCTION : MASSEUR - KINESITHERAPEUTE

DEFINITION DE FONCTION : MASSEUR - KINESITHERAPEUTE RESIDENCE HOSPITALIERE DE LA WEISS Définition validée par : Date et Signature : F18 DEFINITION DE FONCTION : MASSEUR - KINESITHERAPEUTE 1. IDENTIFICATION DE LA FONCTION Intitulé exact de la fonction :

Plus en détail

Premières étapes d une étude en gériatrie : à la recherche de solutions différentes

Premières étapes d une étude en gériatrie : à la recherche de solutions différentes Premières étapes d une étude en gériatrie : à la recherche de solutions différentes Dr Negar Sedghi, Dr S. Kleinlogel, Mlle S. Chevalley, Dr K. Fonmartin Pr M. Gonzalez Service de Pathologie Professionnelle

Plus en détail

patient porteur de BHR en SSR

patient porteur de BHR en SSR Gestion d un d patient porteur de BHR en SSR Centre Mutualiste de RééR ééducation et Réadaptation R Fonctionnelles de Kerpape D. HELGUEN-E. LE CAIGNEC EOHH Journée régionale de formation en hygiène hospitalière

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES

APPEL A CANDIDATURES APPEL A CANDIDATURES POUR LE FINANCEMENT DE PRESTATIONS PAR UN DIETETICIEN EN SAAD, SSIAD ET SPASAD INTERVENANT DANS LES 9 ème, 10 ème et / ou 19 ème ARRONDISSEMENTS DE PARIS (Territoire PAERPA) CAHIER

Plus en détail

Le contrat de bon usage des médicaments, produits et prestations

Le contrat de bon usage des médicaments, produits et prestations Le contrat de bon usage des médicaments, produits et prestations 1 ASPECTS RÉGLEMENTAIRES ET IMPACTS Elise Remy Pharmacien coordonnateur Aspects réglementaires 2 S inscrit dans la réforme de la T2A, accès

Plus en détail

Le dossier médical en santé au travail (DMST)

Le dossier médical en santé au travail (DMST) Recommandations de bonne pratique Le dossier médical en santé au travail (DMST) Consensus formalisé Présidente du groupe de pilotage : Dr Catherine Cothereau Chef de projet HAS : Dr Valérie Lindecker-Cournil

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Introduction L anxiété fait partie du registre émotionnel normal de l être humain Le caractère pathologique doit être évalué à partir de critères diagnostiques aussi

Plus en détail

La prescription, la mise en place et la communication autour de la contention.

La prescription, la mise en place et la communication autour de la contention. RAPPORT D AUDIT SUR La prescription, la mise en place et la communication autour de la contention. À L HÔPITAL LOCAL INTERCOMMUNAL DE SOULTZ-ISSENHEIM Date de l audit : 18 novembre 2009 Audit réalisé par

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique

Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique Septembre 2010 Sommaire Réalisé par : Les Médecins du Travail Et Les IPRP du SMTI Comprendre ce qu est la démarche de prévention ainsi que l évaluation

Plus en détail

CHARTE DE L ENFANT HOSPITALISÉ

CHARTE DE L ENFANT HOSPITALISÉ CHARTE DE L ENFANT HOSPITALISÉ 1 2 L Hôpital d Enfants de l Association Saint-François d Assise est situé dans le quartier de la Source de Saint-Denis, entre le jardin de l Etat et le Boulevard sud, 60

Plus en détail

Dr Madani, Gériatre AM Carpentier, Cadre Supérieure de Santé DEMARCHE PROFESSIONNELLE DE PRISE EN CHARGE AU CH DENAIN

Dr Madani, Gériatre AM Carpentier, Cadre Supérieure de Santé DEMARCHE PROFESSIONNELLE DE PRISE EN CHARGE AU CH DENAIN Dr Madani, Gériatre AM Carpentier, Cadre Supérieure de Santé PREVENTION DES CHUTES CONDUITE A TENIR EN CAS DE CHUTE DEMARCHE PROFESSIONNELLE DE PRISE EN CHARGE AU CH DENAIN QUELQUES DONNÉES Les chutes

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

«Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner?

«Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner? «Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner? Congrès du CNGE Angers Novembre 2008 Sébastien Cadier*, Isabelle Aubin**, Pierre Barraine* *Département de médecine générale

Plus en détail

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005 COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE Le Village 04250 TURRIERS Juin 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...p.3

Plus en détail

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232 Famille : Analyse laboratoire Sous-famille : Analyse laboratoire Code ROME : 52232 Technicien(ne) d analyse chimie / physicochimie Chimiste Technicien(ne)-analyste chimie Analyste chimie Définir, réaliser

Plus en détail

LA FIN DE VIE EN EHPAD

LA FIN DE VIE EN EHPAD LA FIN DE VIE EN EHPAD Enquête nationale Mai à Août 2013 Observatoire National de la Fin de vie en lien avec l ANESM, la fédération française des associations de médecins coordonnateurs et le programme

Plus en détail

Troubles fonctionnels urinaires (TFU) (Faire Ctrl-P pour imprimer)

Troubles fonctionnels urinaires (TFU) (Faire Ctrl-P pour imprimer) Troubles fonctionnels urinaires (TFU) (Faire Ctrl-P pour imprimer) Prise en main rapide Avertissement : Le module Troubles Fonctionnels Urinaires développé sur Episodus est un module d aide au diagnostic,

Plus en détail

4 ème réunion PAERPA EHPAD

4 ème réunion PAERPA EHPAD 4 ème réunion PAERPA EHPAD Jeudi 16 avril 2015 14h30 17h Délégation territoriale de Paris 1 Cartographie des EHPAD PAERPA (9-10-19) En attente carte stagiaire géographe 2 Ordre du jour 1. Actions déployées

Plus en détail

ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO

ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO INTERET D UN CARNET SIDIIEF DE MONTREAL SUIVI 2015 EN ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO l di bi Claudine BUSSET Fabienne GRAVERON infirmières cadres de santé Etablissement MGEN

Plus en détail

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3»

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Dossier de Presse 12 Novembre 2008 De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Contact : Professeur Bruno Vellas Responsable du Pôle Gériatie du CHU de Toulouse et du

Plus en détail

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 24: LE CADRE EVALUE LA QUALITE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES ET PROPOSE DES PERSPECTIVES D AMELIORATION

Plus en détail

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4 Code direction : DSQP Pôle émetteur : Appui à la Performance et Gestion du Risque Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire

Plus en détail

Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke

Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke Audrey Samalea Suarez Pharmacien hospitalier CHU de Liège Service de pharmacie clinique Plan Contexte Objectifs/ attentes du séjour Présentation

Plus en détail

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible Plan qualité 2015-2016 pour Soins continus Bruyère Objectifs et initiatives d amélioration BUT Mesure Changement Initiatives prévues Dimension de la qualité Objectif Mesure/indicateur Unité/population

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE ETUDE DE GESTION 1 E STMG

GUIDE METHODOLOGIQUE ETUDE DE GESTION 1 E STMG GUIDE METHODOLOGIQUE ETUDE DE GESTION 1 E STMG 1 Calendrier de réalisation de l étude Phases de travail Axes de travail Dates limites Travail à effectuer Collecter des informations sur Phase 1 : les organisations

Plus en détail

Marie Froesch. La gestion des risques dans la formation des Ibode en France L'analyse des pratiques professionnelles Ibode

Marie Froesch. La gestion des risques dans la formation des Ibode en France L'analyse des pratiques professionnelles Ibode Marie Froesch La gestion des risques dans la formation des Ibode en France L'analyse des pratiques professionnelles Ibode LA GESTION DES RISQUES CONTEXTE Public de l'école : infirmiers expérimentés en

Plus en détail

DOSSIER PATIENT INFORMATISE : Évaluation de la qualité de la documentation clinique

DOSSIER PATIENT INFORMATISE : Évaluation de la qualité de la documentation clinique DOSSIER PATIENT INFORMATISE : Évaluation de la qualité de la documentation clinique 6 ème Congrès mondial du SIDIIEF Montréal (Canada) - Juin 2015 Direction des soins P. Ducloux, A. Sallet, J. Censier,

Plus en détail

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité Réunion nationale des OMEDIT 26 mai 2011 Valerie Salomon Bureau Qualité et sécurité des soins Sous direction du pilotage de la performance

Plus en détail

Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie

Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie La fonction d Assistant de Soins en Gérontologie consiste en une assistance dans les actes de la vie quotidienne des personnes fragilisées par

Plus en détail

À partir d une chute Evaluation des pratiques professionnelles

À partir d une chute Evaluation des pratiques professionnelles À partir d une chute Evaluation des pratiques professionnelles Dr DELMAS Candida Médecin coordonnateur EHPAD USLD EHPAD Résidence Ronzier Joly Journée ARS 29 Novembre 2013 1 Définition EPP Analyse de la

Plus en détail

Démarche d évaluation des pratiques professionnelles (EPP) au centre de long séjour de Rochechouart

Démarche d évaluation des pratiques professionnelles (EPP) au centre de long séjour de Rochechouart Démarche d évaluation des pratiques professionnelles (EPP) au centre de long séjour de Rochechouart «Amélioration de la qualité du dépistage de la dénutrition chez les personnes âgées en institution» «Amélioration

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail

Journée départementale FHF 5 JUIN 2015

Journée départementale FHF 5 JUIN 2015 PROJET DE CENTRE BUCCO DENTAIRE CENTRE HOSPITALIER JANZE en partenariat avec la Résidence Albert Aubry du THEIL DE BRETAGNE Journée départementale FHF 5 JUIN 2015 OUVERTURE D UN CENTRE BUCCO DENTAIRE LE

Plus en détail

IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA

IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA Dominique Combarnous (CSS) Dr Alain Lepape, Réanimation Nord Centre Hospitalier Lyon Sud JLPR 2006 Introduction - Notion

Plus en détail

PRIORISATION DE L ACTION DANS L ENTREPRISE : UN PROJET PLURIDISCIPLINAIRE. Journées Santé Travail CISME 2014

PRIORISATION DE L ACTION DANS L ENTREPRISE : UN PROJET PLURIDISCIPLINAIRE. Journées Santé Travail CISME 2014 PRIORISATION DE L ACTION DANS L ENTREPRISE : UN PROJET PLURIDISCIPLINAIRE Journées Santé Travail CISME 2014 Carpentras L Isle sur la Sorgue Monteux Vaison la Romaine 3800 entreprises, 32000 salariés 7

Plus en détail

AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1)

AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1) AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1) Responsables scientifiques et pédagogiques : Jérôme Palazzolo et Galina Iakimova Jérôme Palazzolo Psychiatre - Psychothérapeute (MD, PhD, HDR)

Plus en détail

I. La politique qualité et gestion des risques de l Hôpital Local Intercommunal Soultz Issenheim.

I. La politique qualité et gestion des risques de l Hôpital Local Intercommunal Soultz Issenheim. I. La politique qualité et gestion des risques de l Hôpital Local Intercommunal Soultz Issenheim. A. Les politiques 1) La politique qualité Les démarches d évaluation et d amélioration continues de la

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 «2012: État des lieux et perspectives de la coordination par

Plus en détail

Procédure générale et critères d appréciation des dossiers pour l entrée en M1

Procédure générale et critères d appréciation des dossiers pour l entrée en M1 Procédure générale et critères d appréciation des dossiers pour l entrée en M1 du master Recherche et Professionnel, Sciences Humaines et Sociale mention - année 2014-2015 La procédure générale de sélection

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER 3, rue du Jeu de Paume 54210 SAINT NICOLAS DE PORT Juin 2008 PARTIE 1 Nom de l établissement Situation géographique

Plus en détail

Commission de Relation avec les Usagers et de la Qualité de la prise en charge (CRU) Rapport 2009

Commission de Relation avec les Usagers et de la Qualité de la prise en charge (CRU) Rapport 2009 CENTRE BRETEGNIER Centre de Réadaptation Fonctionnelle 70400 HERICOURT Commission de Relation avec les Usagers et de la Qualité de la prise en charge (CRU) Rapport 2009 I. Informations générales 1. Constitution

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES PRÉAMBULE La description des activités et des compétences du métier d ostéopathe ne se substitue pas au cadre réglementaire. En effet, la plate-forme

Plus en détail

La programmation de l intervention a été réalisée

La programmation de l intervention a été réalisée Chirurgie ambulatoire - Grille de contrôle interne Mars 2015 tapes Item léments à investiguer Critères tape préopératoire 1 2 3 4 5 6 7 8 Les informations médicales issues de la consultation chirurgicale

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE MEDICOCHIRURGICAL PARIS V

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE MEDICOCHIRURGICAL PARIS V ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE MEDICOCHIRURGICAL PARIS V 36. boulevard Saint-Marcel 75005 PARIS JANVIER 2007 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

ARBRE DECISIONNEL DE LA SORTIE

ARBRE DECISIONNEL DE LA SORTIE ARBRE DECISIONNEL DE LA SORTIE ET SITUATIONS D IMPASSES Docteur Françoise Laloua et Equipe pluridisciplinaire Clinique du Grésivaudan 38700 LA TRONCHE LE TRAUMATISME CRANIEN GRAVE : Un long parcours :

Plus en détail

Le nouveau tableau de bord de gestion

Le nouveau tableau de bord de gestion Formation Rencontre thématique CTC Conseil 2013 Le nouveau tableau de bord de gestion Contrôler Décider Communiquer CTC Conseil a été créé en 1992, à l initiative de Claude CHEZAUD, son Directeur Général,

Plus en détail

«Le Chemin d Éole», une Maison d accueil spécialisée dotée d une unité dédiée aux patients souffrant de la Chorée de Huntington

«Le Chemin d Éole», une Maison d accueil spécialisée dotée d une unité dédiée aux patients souffrant de la Chorée de Huntington «Le Chemin d Éole», une Maison d accueil spécialisée dotée d une unité dédiée aux patients souffrant de la Chorée de Huntington Géré par l institut Camille Miret (association d intérêt général à but non

Plus en détail

Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien. Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre

Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien. Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre Nous n avons aucun conflit d intérêt avec l industrie pharmaceutique

Plus en détail

Prévenir les chutes pour retrouver et maintenir l autonomie

Prévenir les chutes pour retrouver et maintenir l autonomie Prévenir les chutes pour retrouver et maintenir l autonomie Asbl Educasanté Fédération Wallonie- Bruxelles martine.bantuelle @educasante.org Luxembourg, 23 novembre 2012 1 Priorité santé sur fond démographique

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Évaluation gérontologique en EHPAD une démarche qualité

Évaluation gérontologique en EHPAD une démarche qualité Évaluation gérontologique en EHPAD une démarche qualité Dr Robert Abadie, Dr André Stillmunkés Dr Catherine Doze, Dr Jean Favarel, Dr Jean-François Jammes, Dr Adrian Klapouszczak, Dr Georges Mozziconacci,

Plus en détail

89 CONSEIL DE LA COMMUNAUTE

89 CONSEIL DE LA COMMUNAUTE 89 CONSEIL DE LA COMMUNAUTE Séance du 27 juin 2013 Personnel - Délégation de service public pour l'exploitation du restaurant administratif de la Chauvinière - Désignation de l'exploitant Direction Ressources

Plus en détail

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2001 01 89 0195 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 9 janvier 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D IDENTITÉ

Plus en détail

Chapitre VIII : Le Centre de l Ouïe et de la Parole

Chapitre VIII : Le Centre de l Ouïe et de la Parole Chapitre VIII : Le Centre de l Ouïe et de la Parole Le Centre Ouïe et Parole est un Centre de Réadaptation Fonctionnelle (C.R.F.) qui traite principalement des enfants présentant des troubles du développement

Plus en détail

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Bertrice LOULIERE, coordonnateur OMEDIT ARS Aquitaine Journée Qualité et Sécurité des Soins dans les établissements de santé 30 septembre 2011

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

Ateliers «Retours d expériences» REGULATIONDESFLUXDEPATIENTS: la création d un salon de sortie au Centre Hospitalier de MARTIGUES N.

Ateliers «Retours d expériences» REGULATIONDESFLUXDEPATIENTS: la création d un salon de sortie au Centre Hospitalier de MARTIGUES N. Ateliers «Retours d expériences» REGULATIONDESFLUXDEPATIENTS: au Centre Hospitalier de MARTIGUES N.BOURBON N.ESTIENNE S.LUIGI M.ROBIN Le contexte au Centre Hospitalier de Martigues: Augmentation continue

Plus en détail

HOPITAL LOCAL INTERCOMMUNAL SOULTZ ISSENHEIM N :S.PC.A.001.2 PROCEDURE D ACCUEIL ET DE SORTIE SERVICES DESTINATAIRES

HOPITAL LOCAL INTERCOMMUNAL SOULTZ ISSENHEIM N :S.PC.A.001.2 PROCEDURE D ACCUEIL ET DE SORTIE SERVICES DESTINATAIRES HOPITAL LOCAL INTERCOMMUNAL SOULTZ ISSENHEIM N :S.PC.A.001.2 PROCEDURE D ACCUEIL ET DE SORTIE CLASSEUR 1 : CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 5 : CLASSEUR 6 : CLASSEUR 7 : CLASSEUR 8 : CLASSEUR

Plus en détail

REGARDS PLURIPROFESSIONNELS AUTOUR DE L ALIMENTATION DE LA PERSONNE AGEE EN INSTITUTION

REGARDS PLURIPROFESSIONNELS AUTOUR DE L ALIMENTATION DE LA PERSONNE AGEE EN INSTITUTION REGARDS PLURIPROFESSIONNELS AUTOUR DE L ALIMENTATION DE LA PERSONNE AGEE EN INSTITUTION 7 DECEMBRE 2012 Evaluation de l état nutritionnel des résidents EHPAD Les 5 sens à Landouge EHPAD Le Cantou de Condat

Plus en détail

Comment sont utilisés les indicateurs IPAQSS coordonnés par la HAS

Comment sont utilisés les indicateurs IPAQSS coordonnés par la HAS Comment sont utilisés les indicateurs IPAQSS coordonnés par la HAS Mélanie Couralet, Marie Erbault, Sandrine Morin Service IPAQSS Direction de l Amélioration de la Qualité et de la Sécurité des Soins Liens

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 Le réseau de correspondants médicaux et paramédicaux en hygiène hospitalière - la coordination et l animation sont assurées par l EOHH (infirmier et/ou

Plus en détail

Politique Qualité Gestion des Risques

Politique Qualité Gestion des Risques CENTRE HOSPITALIER CHARLES PERRENS Politique Qualité Gestion des Risques Intégrer la Qualité et la Gestion des Risques dans les pratiques professionnelles Centre Hospitalier Charles Perrens [septembre

Plus en détail

CONTRAT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE

CONTRAT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE CONTRAT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE Rédaction : C. COLETTE E. AUDOYE Validation : CSIRMT le 05/09/2014 Service de Soins Infirmiers à Domicile Résidence du Touyre Espace Liberté 09300 LAVELANET Tél :

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

Dossier Médical Personnel et Prévention

Dossier Médical Personnel et Prévention Dossier Médical Personnel et Prévention 29/03/2012 Claire Hassen-Khodja Interne de Santé Publique Introduction Article L1111-14 du Code de la Santé Publique : - «Le dossier médical personnel comporte également

Plus en détail

Hôpitaux pour personnes âgées en France

Hôpitaux pour personnes âgées en France Hôpitaux pour personnes âgées en France Evelyne GAUSSENS Directrice générale Hôpital Gériatrique «Les Magnolias» Ballainvilliers,Île de France, France Relever le «défi du vieillissement», c est avant tout

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU 1. PREAMBULE 2. MODALITES D ACCES AU RESEAU

CHARTE DU RESEAU 1. PREAMBULE 2. MODALITES D ACCES AU RESEAU CHARTE DU RESEAU Adoptée dans le cadre des dispositions de l article D. 766-1-4 du code de la santé publique 1. PREAMBULE La présente charte fixe les règles applicables aux membres du réseau constitué,

Plus en détail

Bilan des résultats de certification Visites initiales V2010

Bilan des résultats de certification Visites initiales V2010 Bilan des résultats de certification Visites initiales V2010 Service Certification des Etablissements de Santé Direction de l Amélioration de la Qualité et de la Sécurité des Soins Juillet 2015 Sommaire

Plus en détail

UNIVERSITE DE LORRAINE CALCIUM

UNIVERSITE DE LORRAINE CALCIUM UNIVERSITE DE LORRAINE CALCIUM Outil pour la gestion des dossiers médicaux des étudiants dans les services universitaires de médecine préventive Table des matières CALCIUM... 0 I. L INFORMATION GÉRÉE PAR

Plus en détail

Phase 2 : Mettre en œuvre. Gestion des projets. Gestion documentaire. Gestion du changement. R Collomp - D Qualité D 2 Ges4on documentaire

Phase 2 : Mettre en œuvre. Gestion des projets. Gestion documentaire. Gestion du changement. R Collomp - D Qualité D 2 Ges4on documentaire Phase 2 : Mettre en œuvre Gestion des projets Gestion Gestion du changement Gestion Plusieurs documents dans un organisme : Documentation technique Documentation sociale Documentation commerciale Documentation

Plus en détail

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles 1 La bientraitance : le socle du programme MobiQual La «trousse de bientraitance» est

Plus en détail

PROCEDURE : CONTENTION

PROCEDURE : CONTENTION Page 1/6 I - Objet : Ce document décrit la conduite à tenir lors de la mise en place d une contention. Son objectif est de limiter les risques de la contention sur la santé des résidents. II - Diffusion

Plus en détail

PREVENTION DES CHUTES: L'approche des Equipes Infirmières et Aides Soignantes

PREVENTION DES CHUTES: L'approche des Equipes Infirmières et Aides Soignantes PREVENTION DES CHUTES: L'approche des Equipes Infirmières et Aides Soignantes I Ingrid VICENTE, Aide Soignante, Christine COLAS,IRUS Unité de Réadaptation Orthopédique 2EK Mars 2015 Forum :Prévention des

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Fonctionnalités HSE PILOT. Groupe QFI www.hse-pilot.com

Fonctionnalités HSE PILOT. Groupe QFI www.hse-pilot.com Fonctionnalités HSE PILOT Groupe QFI www.hse-pilot.com Module produit chimique RECENSEMENT DES PRODUITS Les produits chimiques sont omniprésents dans les entreprises. La gestion qui leur est associée peut

Plus en détail

CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT

CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT 1 CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT Dr Bertrand ISAAC Pharmacien Praticien Hospitalier Centre Hospitalier Loire Vendée Océan

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

PRISE EN CHARGE GLOBALE DES PERSONNES AGEES EN SSR

PRISE EN CHARGE GLOBALE DES PERSONNES AGEES EN SSR Clinique SSR SANCELLEMOZ Plateau d'assy PASSY (Haute Savoie) PRISE EN CHARGE GLOBALE DES PERSONNES AGEES EN SSR Le PIII : Plan d Intervention Individualisé Interdisciplinaire ou LA RENCONTRE DE DEUX ESPRITS

Plus en détail

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Présentation de l outil En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Constats La dépression est très fréquente chez la personne âgée, mais négligée, méconnue

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL SSIAD

LIVRET D ACCUEIL SSIAD Centre Hospitalier LE FAOUET 36, rue des Bergères 56320 LE FAOUET Tél.: 02 97 23 35 18 Standard : 02 97 23 08 99 LIVRET D ACCUEIL SSIAD SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE Page1/8 SOMMAIRE I. Organisation

Plus en détail