Programme Déficience physique FORMATION D ACCUEIL RÔLE DE LA CONSEILLÈRE EN SOINS GESTION DES RISQUES PRÉVENTION DES INFECTIONS APPELS D URGENCE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Programme Déficience physique FORMATION D ACCUEIL RÔLE DE LA CONSEILLÈRE EN SOINS GESTION DES RISQUES PRÉVENTION DES INFECTIONS APPELS D URGENCE"

Transcription

1 Programme Déficience physique FORMATION D ACCUEIL RÔLE DE LA CONSEILLÈRE EN SOINS GESTION DES RISQUES PRÉVENTION DES INFECTIONS APPELS D URGENCE

2 TABLE DES MATIÈRES Gestion des risques Prévention des infections Appels d urgence

3 LA GESTION DES RISQUES Définition : «Processus régulier, continu, coordonné et intégré à l ensemble des systèmes et des sous-systèmes de l organisation qui permet l identification, l analyse, le contrôle et l évaluation des risques et des situations jugées à risque qui ont pu causer ou auraient pu causer des dommages à l usager, au visiteur, au personnel, aux biens de ceux-ci ou à ceux de l établissement.»

4 DÉCLARER ce n est pas d en revendiquer la responsabilité. de s auto-accuser. de dénoncer ou d accuser quelqu un d autre. c est identifier une situation à risque. mettre en lumière un maillon faible dans un processus. permettre que des mesures de prévention soient mises en place.

5 Quand remplir un rapport? Un usager chute lors d une manœuvre de transfert avec un lève-personne. Omettre l administration d un médicament. Un usager chute de son fauteuil roulant en voulant ramasser un objet au sol. Une perte d équilibre entrainant une chute pendant un réentrainement à la marche. Bris de confidentialité. Pour toute situation nonsouhaitée, redoutée ou indésirable qui a nui ou aurait pu nuire à la santé des usagers ou de tiers lors d une prestation de services. Toute chute d un usager constitue un accident aux termes de la loi 113. La déclaration et la divulgation dans tous les cas est obligatoire que la chute ait des conséquences ou non.

6 L amélioration de la qualité des services est le but des rapports incidents-accidents Les incidents/accidents qui se produisent dans le cadre de vos fonctions que ce soit dans le centre, sur la route avec votre client ou au domicile de celui-ci, doivent être déclarés. LE RAPPORT INCIDENTS/ACCIDENTS NE DOIT PAS ÊTRE UTILISÉ POUR DÉCLARER UN ACCIDENT DE TRAVAIL.

7 Il est reconnu que la transmission d infections liées aux soins est un risque présent dans tous les établissements de santé La transmission des infections en milieu de soins serait en grande partie attribuable aux comportements inadéquats du personnel soignant à l égard de l application des pratiques de base. La prévention des infections

8 Les pratiques de base reposent sur le principe selon lequel tous les clients/patients/résidents sont potentiellement infectieux, même s'ils sont asymptomatiques, et selon lequel les mêmes normes sécuritaires de pratique doivent toujours être observées avec tous les clients/patients/résidents en vue d'empêcher toute exposition au sang, à d autres liquides organiques, aux sécrétions, aux excrétions, aux muqueuses, à la peau endommagée ou aux articles contaminés et de prévenir la propagation de micro-organismes

9 LES PRATIQUES DE BASES *** Hygiène des mains *** Équipement nécessaire à la protection des soignants et de leurs usagers Étiquette respiratoire Désinfection de l'environnement et du matériel (hygiène et salubrité) Gestion des déchets Avant et après le contact avec un client Avant d'entreprendre des procédés invasifs Avant de préparer, de manipuler, de servir ou de consommer de la nourriture Après les soins qui impliquent les liquides corporels d'un client (ex.: aider le client à se moucher ou à aller aux toilettes, soigner une plaie) et avant de passer à une autre activité Avant de mettre les gants et après qu'on les a enlevés Après des soins corporels personnels, tels qu'aller aux toilettes ou se moucher le nez Quand un fournisseur de soins de santé est incertain de la nécessité de le faire Quand les mains entrent accidentellement en contact avec des sécrétions, des excrétions, du sang ou des liquides corporels (il faut se laver les mains avec du savon et de l'eau courante) Après le contact avec des objets dans l'environnement du client

10 ÉQUIPEMENT DE PROTECTION INDIVIDUELLE Jacquette Gants Masque À utiliser lorsque qu indiqué sur les portes de la chambre de votre patient. Selon votre bon jugement clinique! Ex.: Patient avec symptômes d allure grippale.

11 HABITUDES À PRENDRE Toujours se laver les mains avant et après une thérapie. Toujours faire laver les mains de votre client avant et après sa thérapie ou rencontre. Toujours nettoyer les équipements ou surfaces en contact avec le client; lingettes de percept jetables. Avoir à dispositions un gel antiseptique sur le plateau, dans le bureau ou dans les gymnases.

12 PARTICULARITÉS Étiquette respiratoire: Toujours appliquer lors de présence de toux, écoulement nasal, température, mal de gorge. L étiquette respiratoire consiste en l application du masque, de gants et de blouse, visière au besoin en présence des symptômes énumérés ci-dessus pour éviter la propagation du virus. Demander au patient de porter un masque, de se couvrir la bouche lors de la toux et le nez lors des éternuements.

13 RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX Gestion des employés présentant des symptômes (SAG, diarrhées, nausées/vomissements) Les employés symptomatiques ne doivent pas se présenter au travail ou si les symptômes surviennent durant leur quart de travail, ils doivent aviser immédiatement leur supérieur et quitter leur travail le plus tôt possible. Si gastro-entérite demeurer à la maison 48 heures après la fin des derniers symptômes.

14 VACCINATION Offerte gratuitement par l établissement pour ce qui est de l influenza. Nous sommes d importants transporteurs de microbes vu le nombre de personnes que nous fréquentons à chaque jour, il est donc très important d y penser sérieusement!

15 APPELS D URGENCE LÉVIS 1. La personne témoin de l accident compose le 6777 et donne sa position exacte (numéro de local inscrit sur le thermostat de la pièce ) et le répète deux fois. *APPEL D URGENCE* COMPOSER 6777 DONNER VOTRE POSITION (# LOCAL ) Cette ligne est dédiée aux appels d urgence, par le téléphone sans fil situé à l URFI 2. L intervenant demeure auprès de la personne en détresse jusqu'à l arrivée de l équipe d urgence. 3. La personne témoin de l évènement contacte la famille ou les proches de l usager dans les plus brefs délais.

Considérez le sang de toute personne comme potentiellement infectée.

Considérez le sang de toute personne comme potentiellement infectée. Considérez le sang de toute personne comme potentiellement infectée. Si vous vous piquez avec une aiguille contaminée : Faites saigner légèrement la plaie et lavez-la avec de l eau et du savon, sans brosser.

Plus en détail

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées Mesures à mettre en œuvre dans les établissements d hébergement pour personnes âgées en cas de syndrome respiratoire aigu lors d une pandémie de grippe A(H1N1) Fiche pour les responsables des établissements

Plus en détail

La prévention et contrôle des infections: C EST L AFFAIRE DE TOUS!

La prévention et contrôle des infections: C EST L AFFAIRE DE TOUS! La prévention et contrôle des infections: C EST L AFFAIRE DE TOUS! Par Cathy Ouellet Conseillère en prévention et contrôle des infections Formation pour les bénévoles Juillet 2013 L exposition à des agents

Plus en détail

La construction de notre PCA a pour but d assurer la protection du personnel et du maintient de notre activité.

La construction de notre PCA a pour but d assurer la protection du personnel et du maintient de notre activité. PLAN DE CONTINUITE D ACTIVITE SOMMAIRE 1. LE CONTEXTE...3 1.1 LA SITUATION ACTUELLE...3 1.2 NOTRE MISE EN PLACE DU PLAN DE CONTINUITE DE L ACTIVITE...3 1.3 NOS CONTACTS...3 2. NOS SERVICES EXPOSES AU RISQUE...4

Plus en détail

LES FEMMES ENCEINTES ET LA GRIPPE A(H1N1)

LES FEMMES ENCEINTES ET LA GRIPPE A(H1N1) LES FEMMES ENCEINTES ET LA GRIPPE A(H1N1) Ce que vous devez savoir Pour vous, pour la vie Qu est-ce que la grippe A(H1N1)? La grippe est une infection virale très contagieuse des voies respiratoires. Il

Plus en détail

Avis de l OIIAQ. concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène

Avis de l OIIAQ. concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène Avis de l OIIAQ concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène Depuis quelques années, les infirmières auxiliaires, les enseignantes

Plus en détail

Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant)

Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant) Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant) 3 mai 2009, 15 h HNE Sur cette page : Que dois-je faire si je contracte ce nouveau virus et que

Plus en détail

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Adopté par : Code : CD-176-2008 Page 1 de 6 Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Comité de direction Adopté le : 2008-10-07 Entré en vigueur le : 2008-10-07 Révisé le : Document(s) remplacé(s)

Plus en détail

Protocole de prévention et contrôle des infections

Protocole de prévention et contrôle des infections Protocole de prévention et contrôle des infections Point de services Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec 27 avril 2015 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION 1 2. OBJECTIFS 1 3. RESPONSABILITÉ

Plus en détail

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012 La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 1 Qu est-ce que la grippe? Infection virale aiguë des voies respiratoires Se propage facilement d un personne à l autre

Plus en détail

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES. 1.

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES. 1. TITRE : POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES 1. Préambule La politique et procédure de déclaration d un incident ou d un accident

Plus en détail

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009 Les Précautions «Standard» Denis Thillard 24 novembre 2009 Les précautions standard Ce sont des règles r de base à appliquer: Par tous les professionnels Pour tous les résidentsr Tous les jours l hygiène

Plus en détail

GRIPPE A /H1N1 ASMT TARBES 2009

GRIPPE A /H1N1 ASMT TARBES 2009 GRIPPE A /H1N1 ASMT TARBES 2009 GENERALITE La grippe est une infection respiratoire aiguë très contagieuse, les virus grippaux se répartissent entre différents types : A,B,C ; Seul le virus A est responsable

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

DIRECTIVES POUR L AGENT A SON DOMICILE OU SUR SON LIEU DE TRAVAIL

DIRECTIVES POUR L AGENT A SON DOMICILE OU SUR SON LIEU DE TRAVAIL CHU DE LIEGE Direction Médicale Sites : Sart-Tilman N.-D. des Bruyères Ourthe-Amblève Brull Aywaille Titre : Procédure de prise en charge des membres du personnel du CHU suspects de grippe A H1N1v2009.

Plus en détail

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER?

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? Isabelle JOZEFACKI IDE HYGIENISTE UPIN DESP Le 17 novembre 2011 3 ème journée régionale de formation destinée aux EHPAD Moyens de

Plus en détail

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >>

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> Qui est concerné? les équipages de collecte, les agents de nettoyage des bennes, les techniciens de maintenance, toute personne

Plus en détail

Faut-il prendre des mesures. d hygiène supplémentaires chez un. patient porteur de MRSA?

Faut-il prendre des mesures. d hygiène supplémentaires chez un. patient porteur de MRSA? Faut-il prendre des mesures d hygiène supplémentaires chez un patient porteur de MRSA? A. Schuermans Dienst Ziekenhuishygiëne UZLeuven, Gasthuisberg Porteur de SARM Colonisé: - nez, gorge, périnée - voies

Plus en détail

La grippe, comment l éviter?

La grippe, comment l éviter? La grippe, comment l éviter? Marine LARRIERE, étudiante en soins infirmiers IFSI Laxou Promotion 2014/2017 Février 2015 Sommaire Qu est-ce que la grippe? Epidémie saisonnière de 2015 Les virus de la grippe

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

Épidémie de grippe. Définitions... 1. Les premiers symptômes de la grippe pandémique... 2. Incubation :... 2. Comment se protéger!...

Épidémie de grippe. Définitions... 1. Les premiers symptômes de la grippe pandémique... 2. Incubation :... 2. Comment se protéger!... Épidémie de grippe Table des matières Définitions... 1 Les premiers symptômes de la grippe pandémique... 2 Incubation :... 2 Comment se protéger!... 2 Mouchage, éternuements, crachat, toux... 2 Éviter

Plus en détail

Chaque année, plus de 25 000 personnes en meurent dans l UE!

Chaque année, plus de 25 000 personnes en meurent dans l UE! L utilisation inadaptée des antibiotiques entraîne la formation de bactéries antibiorésistantes. Chaque année, plus de 25 000 personnes en meurent dans l UE! Les antibiotiques ne sont pas des bonbons!

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE 1 Introduction 822 000 naissances en 2012 14 124 à la Réunion (2011) Infections nosocomiales en maternité Mères bébés Fréquence variable selon le mode d accouchement et le

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

Informer. http://www.grippe-aviaire.gouv.fr/img/pdf/plan_pg_2009.pdf

Informer. http://www.grippe-aviaire.gouv.fr/img/pdf/plan_pg_2009.pdf Nouveau virus de grippe QUESTIONS / REPONSES 5 mai 2009 Fiche 5 Pour les réponses aux questions générales concernant la nature du virus ou les connaissances médicales et épidémiologiques disponibles, nous

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES ADMINISTRATIVES

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES ADMINISTRATIVES MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES ADMINISTRATIVES Titre : Politique de visite aux patients hospitalisés Codification : 0 2 4 5 0 0-0 0 0 Niveau d application : Général Responsable : Direction des opérations

Plus en détail

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F)

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) Dès que le poisson entre dans votre usine, vous

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : Le risque infectieux Qu est ce qu un microbe? Comment les microbes peuvent-ils nous rendre malade? Microbe : virus et microorganismes unicellulaires

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE CONTEXTE (I) Les précautions standard ont pour but d éviter la transmission des infections nosocomiales à la fois aux patients et aux soignants. Elles

Plus en détail

AFFICHES DIVERSES MANIPULATION SÉCURITAIRE DES MÉDICAMENTS DANGEREUX. Affiche porte salle de traitement par aérosolisation

AFFICHES DIVERSES MANIPULATION SÉCURITAIRE DES MÉDICAMENTS DANGEREUX. Affiche porte salle de traitement par aérosolisation AFFICHES DIVERSES MANIPULATION SÉCURITAIRE DES MÉDICAMENTS DANGEREUX Affiche porte salle de traitement par aérosolisation Affiche salles de toilette centre de chimiothérapie.. Affiche salles de toilette

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

Précautions barrière vis à vis de la grippe

Précautions barrière vis à vis de la grippe Précautions barrière vis à vis de la grippe Madame Patricia Lathière en collaboration avec Madame Sophie Steunou 05/12/2006 http://www.grippeaviaire.gouv.fr/ Transmission interhumaine Par l'intermédiaire

Plus en détail

L HÉPATITE B L ABC DE. S informer, se protéger et protéger ses proches LES GESTES À FAIRE

L HÉPATITE B L ABC DE. S informer, se protéger et protéger ses proches LES GESTES À FAIRE L ABC DE L HÉPATITE B LES GESTES À FAIRE S informer, se protéger et protéger ses proches Direction de santé publique de Laval www.santepubliquelaval.qc.ca Je m informe QU EST-CE QUE L HÉPATITE B? 1 C est

Plus en détail

ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER

ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER L hygiène et la propreté générale d un établissement sont essentielles pour la santé et la sécurité du personnel, des clients, des visiteurs et de la communauté

Plus en détail

Pandémie de grippe Guide pour les particuliers et les familles

Pandémie de grippe Guide pour les particuliers et les familles Pandémie de grippe Guide pour les particuliers et les familles 3 Ce guide a pour objectif de vous aider à comprendre le risque que représente la survenue d'une pandémie de grippe dans notre pays ou canton.

Plus en détail

Je fais vacciner mes enfants. Je demande à mes proches de. Je me fais vacciner contre l hépatite A. si le médecin me l a prescrit.

Je fais vacciner mes enfants. Je demande à mes proches de. Je me fais vacciner contre l hépatite A. si le médecin me l a prescrit. Pour plus d information, je contacte : Dr 1 Mon médecin : 2 Le service Info-Santé : 811 3 La Fondation canadienne du foie : www.liver.ca ou 514 876-4170 www.lavalensante.com MA LISTE D ACTIONS Je visite

Plus en détail

INFORMATIONS GENERALES

INFORMATIONS GENERALES POLE SANTE NATIONAL 17 novembre 2009 DEFINITIONS LA CONTAGION est la TRANSMISSION D UNE MALADIE par contact avec un sujet malade. Toutes les maladies ne sont pas contagieuses (par exemple le diabète n

Plus en détail

Les thèmes abordés sont :

Les thèmes abordés sont : Ceci est un protocole réalisé afin de vous guider dans les démarches à suivre en cas de soins à apporter à un enfant. Si un enfant se blesse ou tombe malade dans l établissement, les parents doivent obligatoirement

Plus en détail

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie Premiers secours en équipe L hygiène et asepsie Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados hygiène et asepsie A la fin de cette partie vous serez capable d indiquer : D appliquer les règles

Plus en détail

SOINS SPECIFIQUES. Soins d hygiène ROULE M, Bron Janvier 2010. Soins de bouche

SOINS SPECIFIQUES. Soins d hygiène ROULE M, Bron Janvier 2010. Soins de bouche SOINS SPECIFIQUES Soins d hygiène ROULE M, Bron Janvier 2010 Soins de bouche Assurer l hygiène bucco-dentaire en favorisant bien-être et confort Eviter la mauvaise haleine Prévenir et traiter l infection

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉCLARATION DES INCIDENTS ET DES ACCIDENTS RELATIFS AUX USAGERS ET AUX TIERS

POLITIQUE DE DÉCLARATION DES INCIDENTS ET DES ACCIDENTS RELATIFS AUX USAGERS ET AUX TIERS POLITIQUE DE DÉCLARATION DES INCIDENTS ET DES ACCIDENTS RELATIFS AUX USAGERS ET AUX TIERS POLITIQUE D ESTINATAIRES : TOUT LE PERSONNEL, AUX MÉDECINS, AUX USAGERS ET AUX STAGIAIRES DU CHSLD MANOIR HARWOOD

Plus en détail

INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION

INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION OBJECTIFS SPECIFIQUES : EXPLIQUER L IMPORTANCE DE LA PREVENTION DE L INFECTION DANS LES SERVICES DE SOINS. DECRIRE LE CYCLE DE L INFECTION IDENTIFIER LES MOYENS

Plus en détail

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG F I C H E P R E V E N T I O N N 1 2 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG DEFINITION STATISTIQUES Chaque année dans les collectivités et établissements publics de la Manche,

Plus en détail

Septembre 2009 28/09 Social 14. Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org GRIPPE A H1N1

Septembre 2009 28/09 Social 14. Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org GRIPPE A H1N1 SEPTEMBRE 2009 Auteur : MOS Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org 28/09 Social N 14 GRIPPE A H1N1 Faisant suite aux interrogations de certains exploitants et aux différentes notes, communications

Plus en détail

BROSSAGE DES DENTS CHAPITRE 4 PRATIQUES DE BASE

BROSSAGE DES DENTS CHAPITRE 4 PRATIQUES DE BASE Pour que le brossage des dents devienne une habitude de santé buccodentaire durable, il est important de créer un climat agréable et d encourager les efforts des enfants. Le brossage des dents au moins

Plus en détail

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31 Code : PR-DSI-000-31 PROCÉDURE Instance responsable : Direction des soins infirmiers Approuvée par : Diane Benoit Présentée et adoptée au comité de direction le : 16 janvier 2013 Entrée en vigueur le :

Plus en détail

Mon enfant est malade!! Peut-il fréquenter le Centre de la Petite Enfance??

Mon enfant est malade!! Peut-il fréquenter le Centre de la Petite Enfance?? Centre de la Petite Enfance Baliballon Mon enfant est malade!! Peut-il fréquenter le Centre de la Petite Enfance?? La réponse dans les pages qui suivent En collaboration avec le CLSC-CHSLD «Comme la santé

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES)

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Pour la santé au travail CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Risques d AES Piqûre Coupure Projection sur visage yeux peau lésée Avec l aimable autorisation des sociétés SITA

Plus en détail

Audit Précautions standard

Audit Précautions standard Audit Précautions standard Présentation de l audit Contexte PROPIN (programme national de prévention des infections nosocomiales) 2009-2013 Objectif Renforcer la prévention du risque infectieux soignants/soignés

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE INITIER ET EFFECTUER UN PRÉLÈVEMENT NASOPHARYNGÉ POUR LA RECHERCHE D INFLUENZA Date d entrée en vigueur Date de révision 9 mai 2006 25 mars 2014 Professionnels habilités à exécuter

Plus en détail

1 Organiser et gérer. son poste de travail

1 Organiser et gérer. son poste de travail 1 Organiser et gérer son poste de travail r é f é r e n t i e l Modes de contamination (contamination initiale) Hygiène du personnel Prévention des risques professionnels Situation Dès son arrivée dans

Plus en détail

Combattre les virus. 7 Conseils d hygiène

Combattre les virus. 7 Conseils d hygiène Combattre les virus 7 Conseils d hygiène Afin de vous protéger contre le rhume, la grippe et la gastroentérite, les 7 conseils d hygiène suivants peuvent vous aider à réduire le risque d infection. DG

Plus en détail

Lignes directrices pour le personnel soignant concerné par les infections transmissibles par le sang dans les établissements

Lignes directrices pour le personnel soignant concerné par les infections transmissibles par le sang dans les établissements Lignes directrices pour le personnel soignant concerné par les infections transmissibles par le sang dans les établissements JUIN 2005 1. Objectif Ce document propose des lignes directrices à mettre en

Plus en détail

Chers Néo-Écossais, chères Néo-Écossaises,

Chers Néo-Écossais, chères Néo-Écossaises, Chers Néo-Écossais, chères Néo-Écossaises, J aimerais vous fournir une mise à jour concernant les efforts accomplis par la province dans la lutte contre le virus de la grippe H1N1 (virus dit de la «grippe

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

Pandémie de grippe : mesures spécifiques. Formation 2007 Cours à l intention du personnel des établissements médico-sociaux

Pandémie de grippe : mesures spécifiques. Formation 2007 Cours à l intention du personnel des établissements médico-sociaux Pandémie de grippe : mesures spécifiques Formation 2007 Cours à l intention du personnel des établissements médico-sociaux La grippe (ou influenza) Infection des voies respiratoires déclenchée par les

Plus en détail

Programme d orientation des nouveaux employés

Programme d orientation des nouveaux employés Programme d orientation des nouveaux employés Préposé aux bénéficiaires CHSLD Macamic Étapes d orientation Responsabilité de infirmière chef Tâche Avant l arrivée de l employé Préparer la grille d orientation

Plus en détail

Ebola dans la pratique. Se préparer en 10 étapes

Ebola dans la pratique. Se préparer en 10 étapes Ebola dans la pratique Se préparer en 10 étapes 1 1. Qu est-ce que la fièvre Ebola? Ebola est un virus filiforme qui se rencontre en Afrique sub-saharienne Hôte naturel = animaux sauvages P. ex. chauves-souris,

Plus en détail

Grippe : Recommandations pour les personnes malades et leur entourage

Grippe : Recommandations pour les personnes malades et leur entourage 0800/99.777 Commissariat Interministériel Influenza Eurostation II Place Victor Horta 40 Bte 10 1060 Bruxelles Pour plus d information : www.influenza.be info@influenza.be 0800/99.777 en semaine de 8 heures

Plus en détail

Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées

Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées Ce jeu de questions-réponses est susceptible d évoluer en fonction de la situation épidémiologique,

Plus en détail

PROCÉDURE D HABILLAGE

PROCÉDURE D HABILLAGE PROCÉDURE D HABILLAGE CORRESPONDANT À LA VERSION 1,5 DU PROGRAMME DE FORMATION 1. PRÉPARATION HABILLAGE Vérifier que vous avez tous les équipements : o Survêtement; o Couvre- bottes; o Lunettes étanches;

Plus en détail

Place des PHA en EHPAD

Place des PHA en EHPAD Place des PHA en EHPAD Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème Journée inter-régionale de formation et d information Rennes 15 juin 2010 Prévention du risque infectieux en EHPAD Mesures concernant

Plus en détail

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 24: LE CADRE EVALUE LA QUALITE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES ET PROPOSE DES PERSPECTIVES D AMELIORATION

Plus en détail

Prévention de la transmission des agents infectieux

Prévention de la transmission des agents infectieux PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE DES MICRO-ORGANISMES Précautions standard et complémentaires Elisabeth Laprugne-Garcia CClin Sud-Est 29/04/2015 Prévention de la transmission des agents infectieux

Plus en détail

Établir l orientation du Centre de santé et de services sociaux des Etchemins à l égard de la gestion des risques.

Établir l orientation du Centre de santé et de services sociaux des Etchemins à l égard de la gestion des risques. SERVICES À LA CLIENTÈLE OBJET : Politique de déclaration des incidents et accidents SC-24 Page 1 de 12 1. Principes généraux : Établir l orientation du Centre de santé et de services sociaux des Etchemins

Plus en détail

L enfant avant tout. La grippe et le rhume banal

L enfant avant tout. La grippe et le rhume banal 22 L enfant avant tout La grippe et le rhume banal Les parents s inquiètent souvent de voir leurs enfants enchaîner les rhumes les uns après les autres. Mais, un enfant en bonne santé contracte normalement

Plus en détail

Maladies infectieuses - Coqueluche

Maladies infectieuses - Coqueluche Maladies infectieuses - Coqueluche Document d info La coqueluche 1 Introduction La coqueluche est une maladie aiguë et contagieuse des voies respiratoires provoquée par la bactérie Bordetella pertussis.

Plus en détail

Risque infectieux en pratique dentaire. Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne. Particularités

Risque infectieux en pratique dentaire. Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne. Particularités Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne Dr Christine BONNAL, PH Hygiène Béatrice HEDOUX-QUEAU Cadre hygiéniste Catherine CHARPINET Infirmière hygiéniste Hôpital Bretonneau,

Plus en détail

PROGRAMMES FRANCISATION BOUTS D CHOU PRÉMATERNELLE

PROGRAMMES FRANCISATION BOUTS D CHOU PRÉMATERNELLE 715, rue Priestman (506) 458-9915 info@apmf.ca Fredericton, N.B. E3B 5W7 (506) 457-9120 www.apmf.ca PROGRAMMES FRANCISATION BOUTS D CHOU PRÉMATERNELLE Table des matières ARTICLE 1 - HORAIRE... 3 ARTICLE

Plus en détail

"Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur

Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire? Pasteur "Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Historique Cadre législatif Petits rappels

Plus en détail

Règles d hygiène dans la gastronomie collective

Règles d hygiène dans la gastronomie collective INFORMATIONS Règles d hygiène dans la gastronomie collective Chaque année, en Allemagne, on signale plus de 100 000 cas de maladies qui peuvent avoir été causées par la présence dans les aliments de micro-organismes,

Plus en détail

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LES PRODUITS CYTOTOXIQUES

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LES PRODUITS CYTOTOXIQUES CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LES PRODUITS CYTOTOXIQUES Un guide à l intention des usagers et leurs proches Pour vous, pour la vie Ce document a comme objectif de vous donner des informations concernant

Plus en détail

Les rapports d'incident/accident: au-delà des faits

Les rapports d'incident/accident: au-delà des faits Les enjeux de la sécurité des patients dans le système de santé : innovation ou retour aux sources? Les rapports d'incident/accident: au-delà des faits 20 Novembre 2010 Michelle Dionne, Services conseil

Plus en détail

MÉMO SANTÉ. RISQUES BIOLOGIQUES et travaux d assainissement ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP

MÉMO SANTÉ. RISQUES BIOLOGIQUES et travaux d assainissement ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP MÉMO SANTÉ ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP RISQUES BIOLOGIQUES et travaux d assainissement Certains travaux vous exposent à des agents infectieux qui peuvent avoir des conséquences sur votre santé : bactéries,

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Qu est ce qu une BMR? Bactérie Multi Résistante aux antibiotiques

Qu est ce qu une BMR? Bactérie Multi Résistante aux antibiotiques Les BMR en EHPAD Hygiène et Prévention du risque infectieux en EHPAD 28 mai 2009 SGRIVi CHRU - Lille Qu est ce qu une BMR? Bactérie Multi Résistante aux antibiotiques Résistante aux antibiotiques Ex: SARM

Plus en détail

LAVEZ-VOUS LES MAINS AU SAVON, PLUSIEURS FOIS PAR JOUR, PENDANT 30 SECONDES.

LAVEZ-VOUS LES MAINS AU SAVON, PLUSIEURS FOIS PAR JOUR, PENDANT 30 SECONDES. LAVEZ-VOUS LES MAINS AU SAVON, PLUSIEURS FOIS PAR JOUR, PENDANT 30 SECONDES. Y France 2006-642 016 778 RCS Nanterre - Réf. 313-06280-A SI VOUS ÊTES MALADE, PORTEZ UN MASQUE* POUR PROTÉGER VOS PROCHES.

Plus en détail

PRECAUTIONS STANDARDS

PRECAUTIONS STANDARDS JOURNEE DE FORMATION D AUTOMNE DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE PRECAUTIONS STANDARDS Marc PHILIPPO, PH Hygiène Hélène ZANOVELLO, IDE Hygiène 28/10/2014 1 OBJECTIFS Prévention des AES: lors de

Plus en détail

Centre de la petite enfance Trois Petits Points

Centre de la petite enfance Trois Petits Points POLITIQUE DE SANTÉ DE L INSTALLATION Centre de la petite enfance Trois Petits Points Ajournée le 5 mai 2015, adoptée le 14 mai 2015 Lors d une séance ordinaire du conseil d administration TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

GASTRO-ENTERITE, une histoire qui court..

GASTRO-ENTERITE, une histoire qui court.. GASTRO-ENTERITE, une histoire qui court.. Nous allons vous raconter une histoire qui s est passée dans un hôpital de la Loire. Le samedi 30 novembre 2012, dans le service C3 service de SSR accueillant

Plus en détail

a) conscientiser davantage le personnel à la sensibilité de certaines personnes aux produits parfumés en milieu de travail;

a) conscientiser davantage le personnel à la sensibilité de certaines personnes aux produits parfumés en milieu de travail; Procédure administrative : Produits parfumés en milieu de travail Numéro : PA 6.029 Catégorie : Ressources humaines Pages : 6 Approuvée : le 25 août 2014 Modifiée : 1. Préambule La présente procédure administrative

Plus en détail

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient RÉFÉRENTIEL COMPÉTENCES AMBULANCIERS COMPÉTENCES SAVOIR-FAIRE 1. Assurer les gestes d urgences adaptés à l état du patient Protéger le patient face à son environnement, Installer en position de sécurité

Plus en détail

QCM : Hygiène et sécurité des enfants

QCM : Hygiène et sécurité des enfants QCM : Hygiène et sécurité des enfants 1. En jouant dans la cour, un enfant est tombé et son genou saigne. Quelques gravillons adhèrent à la plaie. Que faites-vous en premier? a. Vous appelez les parents.

Plus en détail

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C.

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. BURTIN Introduction Hygiène : Normes et réglementation (1) Hôpitaux Chapitre

Plus en détail

CHANGEMENT DE COUCHE ET INSTALLATIONS SANITAIRES CHANGEMENT DE COUCHE ESPACE RÉSERVÉ AU CHANGEMENT DE COUCHE

CHANGEMENT DE COUCHE ET INSTALLATIONS SANITAIRES CHANGEMENT DE COUCHE ESPACE RÉSERVÉ AU CHANGEMENT DE COUCHE CHAPITRE 4 - PRATIQUES DE BASE ESPACE RÉSERVÉ AU L espace réservé au changement de couche comprend : Une table à langer dédiée au changement de couche. Les surfaces qui servent à d autres usages sont à

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

Procé duré sur lé suivi dés contacts d'un patiént attéint d'uné fié vré hé morragiqué viralé

Procé duré sur lé suivi dés contacts d'un patiént attéint d'uné fié vré hé morragiqué viralé Procé duré sur lé suivi dés contacts d'un patiént attéint d'uné fié vré hé morragiqué viralé Validé par le RMG le 18 / 12 / 2014 Table des matières Table des matières...2 Objectif...3 Rédaction d une liste

Plus en détail

Comment s occuper de votre santé pendant un voyage

Comment s occuper de votre santé pendant un voyage Comment s occuper de votre santé pendant un voyage www.saude.gov.br/viajante PRÉSENTATION Le Ministère de la Santé présente un guide de santé du voyageur. Une publication spécialement préparée pour ceux

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. Politique du centre concernant les maladies transmissibles par le sang

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. Politique du centre concernant les maladies transmissibles par le sang Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. Politique du centre concernant les maladies transmissibles par le sang Novembre 2006 1. Tous les enfants et employées du centre de la petite enfance Le

Plus en détail

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques!

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! Brochure d information En utilisant mal une ressource, elle devient inefficace! Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! z6creation.net Une initiative européenne en matière de santé. Rhume ou grippe? Pas

Plus en détail

1. Critères d exclusion généraux. 2. Réintégration de l enfant dans le groupe

1. Critères d exclusion généraux. 2. Réintégration de l enfant dans le groupe Ce guide a été conçu afin de mieux cerner les interventions à réaliser lorsqu un enfant est malade. Il nous permet d avoir un cadre à suivre précis qui soit le même pour tous les enfants, tout en favorisant

Plus en détail

NORME 12 TABLEAU DE NOTATION DES ÉLÉMENTS et FORMULAIRES D ÉVALUATION DES ÉLÉMENTS

NORME 12 TABLEAU DE NOTATION DES ÉLÉMENTS et FORMULAIRES D ÉVALUATION DES ÉLÉMENTS NORME 12 TABLEAU DE DES ÉLÉMENTS et FORMULAIRES D ÉVALUATION DES ÉLÉMENTS NORME 12 : SERVICES DE SANTÉ, DE CONSEILS PERSONNALISÉS ET D AIDE FINANCIÈRE À L INTENTION DES ÉTUDIANTS EN MÉDECINE Une faculté

Plus en détail

Version 2.0 : 17 décembre 2014

Version 2.0 : 17 décembre 2014 Gestion de la santé au travail : mesures à prendre pour le traitement des travailleurs de la santé qui ont eu des contacts ou des contacts étroits avec la maladie à virus Ebola (MVE) Version 2.0 : 17 décembre

Plus en détail

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES Janvier 2009 TABLE DES MATIÈRES Page Préambule 3 1. Dotation en personnel 4 1.1 Compétences du personnel 4 1.2 Fonctions

Plus en détail

Le tableau de bord proposé par le MSSS: perspectives et enjeux

Le tableau de bord proposé par le MSSS: perspectives et enjeux Le tableau de bord proposé par le MSSS: perspectives et enjeux Madeleine Tremblay Direction de la protection Direction générale de santé publique 20 novembre 2008 1 Le tableau de bord en prévention et

Plus en détail

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des Grippe : un nouveau dispositif de communication Dossier de presse 24 Août 2009 CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère

Plus en détail

La vie d un résident porteur d une BMR que faire?

La vie d un résident porteur d une BMR que faire? «L hygiène dans tous ses états» CHI de CLERMONT de l OISE Mardi 31 Mars 2015 La vie d un résident porteur d une BMR que faire? Auteur: Ivana NOVAKOVA Infirmière Hygiéniste ARLIN Ile-de-France CCLIN Paris

Plus en détail