Insécurité routière et délinquance routière en 2014

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Insécurité routière et délinquance routière en 2014"

Transcription

1 Sanctions pénales Sous la direction de Rapport annuel 2015 de l ONDRP Insécurité routière et délinquance routière en 2014 Observatoire national interministériel de la sécurité routière La criminalité en France Rapport de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Cadre de vie et sécurité Fraude Trafic de drogues Atteintes aux personnes et aux biens Crime Violences Viols victimation Analyse Cybercriminalité Menaces Agressions Insécurité Cambriolages Tendances Mis en cause Injures Statistiques Homicides Outrage Contrefaçon Vols 2015 Stéfan LOLLivieR et Christophe SOuLLez L accident de la circulation est un mécanisme complexe dans lequel interviennent de très nombreux facteurs. Il traduit, à un premier niveau d analyse, un dysfonctionnement du système de circulation dans l interaction de ses composantes : l usager de la route, le véhicule, la route. C est généralement dans ces interactions qu il faut chercher les relations causales menant à l accident. Certaines recherches ont permis de mieux connaître les comportements naturels du conducteur au-delà des spécificités du comportement «délictuel». Elles mettent en évidence que la conduite est une tâche nécessitant la mobilisation de toutes les facultés physiques et intellectuelles du conducteur. Elles ont ainsi permis de préciser deux concepts fondamentaux : la vigilance et l attention dont la dégradation peut se traduire par des erreurs de conduite. Ces erreurs peuvent être de différente nature. Il peut s agir d une erreur de perception, d une erreur d interprétation ou d une mauvaise réaction. Des éléments d aptitude peuvent intervenir également comme l expérience du conducteur, sa formation initiale ou encore ses capacités physiques. Le non-respect des règles de conduite et de comportement est donc une erreur parmi d autres. Dans bien des cas, il s agit d un acte d incivilité plutôt que d un acte de délinquance, toutes les infractions routières n étant pas délictuelles (au sens du Code pénal). C est pourquoi la délinquance routière proprement dite ne concerne qu une partie de l accidentalité. D ailleurs, les auteurs de «petites» infractions ne se considèrent pas comme des délinquants (des «chauffards» dans le langage populaire). Ils se sentent donc individuellement moins concernés par les campagnes de communication. L introduction du contrôle/sanction automatisé des excès de vitesse et ses résultats positifs ont permis de faire des progrès significatifs en matière de réduction de l accidentalité, particulièrement en agissant sur cette population de conducteurs. On estime qu à partir de 2000 plus de vies ont été ainsi préservées. Cette politique a engendré une prise de conscience collective de l impact de la vitesse sur l insécurité routière. Elle s est traduite par une baisse des vitesses moyennes pratiquées de l ordre de 10km/h sur la période 2000/2014. Si le nombre d excès de grande vitesse du domaine de la délinquance a fortement diminué, c est la sanction de tous les dépassements de la limitation de la vitesse autorisée même les plus petits qui a permis d obtenir des flux de circulation moins rapides et les gains constatés. 1

2 2 Les infractions au Code de la route sont un des facteurs de l insécurité routière soit dans l occurrence de l accident, soit dans sa gravité : les vitesses excessives (au-delà de la limitation de vitesse ou inadaptées aux circonstances) et/ ou l alcool sont les facteurs principaux de plus de 45 % des accidents mortels. C est par une meilleure connaissance de tous les facteurs concourant à l accident et une évaluation de leurs enjeux réels, qu il est possible de trouver les moyens de prévenir les accidents et d atteindre les objectifs assignés en termes de réduction du nombre des victimes de la route. Pour y parvenir, des démarches scientifiques sont utilisées, principalement en exploitant les données sur les accidents recueillies par les forces de l ordre pour tous les accidents corporels. Sont utilisés à cet effet une fiche appelée «Bulletin d analyse des accidents corporels» (BAAC). L exploitation de ces fiches permet une analyse descriptive de l accidentalité et d en appréhender les enjeux. Des procès-verbaux d accidents sont également systématiquement dressés à la suite d un accident corporel. Leur analyse permet une meilleure compréhension de l accident et d identifier les facteurs d occurrence et de gravité. Comme dans le monde médical, les progrès dans le domaine de la sécurité routière se font à travers les échanges entre experts internationaux. L insécurité routière est en effet un enjeu planétaire. D après l Organisation mondiale de la santé, 1,2 million de personnes décèdent chaque année dans le monde sur les routes. En 2014, le bilan provisoire des 28 états membres de l Union européenne s élève à décès. En France, l Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) a la charge de collecter toutes les informations statistiques pertinentes relatives à l accidentalité routière, de les mettre en forme, de les interpréter et de les diffuser. La présente contribution au rapport annuel de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales se propose de rassembler les éléments particuliers concernant la délinquance routière parmi l ensemble des infractions au Code de la route et d analyser de manière plus approfondie les deux principales causes d occurrence d accidents pouvant présenter un caractère délictuel : l excès de vitesse et la conduite sous l influence de l alcool. Figurent également des éléments liés à la conduite sous l influence de psychotropes. Cette contribution reprend un certain nombre de données du Bilan de l année 2014 La sécurité routière en France Bilan de l accidentalité consultable en ligne et téléchargeable sur les pages Web de l ONISR du site Internet de la Sécurité routière. Ces analyses se fondent notamment sur les données «accidents», sur les données 2014 «infractions» et «permis à points» rassemblées par l ONISR à partir des transmissions ou fichiers des forces de l ordre et des préfectures, ainsi que sur les données «condamnations» communiquées par la Sous-direction de la statistique et des études au ministère de la Justice.

3 Panorama général des infractions au Code de la route 1 Les contraventions routières constatées contraventions ont été constatées en 2014, en hausse de 1,1 % par rapport à l année Elles représentent 97 % des infractions établies en 2014 (graphique 1) délits routiers ont été constatés en 2014 par les forces de l ordre. En constante progression depuis 2001, le nombre des délits routiers est en augmentation de 17,6 % par rapport à 2013 (graphique 2). Graphique 1 évolution de la répartition des familles de contraventions Graphique 2 évolution de la répartition des familles de délits

4 Les sanctions judiciaires Compte tenu des délais qui s écoulent entre la survenue d une infraction, le prononcé de sa peine et son inscription au casier judiciaire, les données définitives publiées par la Sous-direction de la statistique et des études du ministère de la Justice portent sur les condamnations de l année Ainsi, condamnations et compositions pénales ont sanctionné infractions routières, ce qui représente 43 % de l ensemble des condamnations et 37 % de l ensemble des délits et contraventions de 5 e classe sanctionnés par une condamnation ou une composition pénale. Ces infractions routières sanctionnées par la Justice peuvent être regroupées en quatre grandes catégories. 1- Les infractions liées au non-respect des règles de conduite sont les plus nombreuses. Elles représentent 60 % des condamnations prononcées. Y sont rassemblés la conduite en état alcoolique mais également le grand excès de vitesse. 2- Les infractions dites «papiers» représentent 31 % des condamnations. Elles comprennent notamment tous les manquements ou irrégularités en matière de permis de conduire ou d assurance du véhicule. Graphique 3 Part des usagers selon les trois comportements délictuels depuis Source : ONISR, fichier des accidents.

5 L analyse de l accidentalité menée par l ONISR met en évidence que, depuis 2004, l infraction «sans permis» (conducteur ne disposant pas d un permis valide) dans les accidents corporels est en hausse régulière, passant de 1,7 % à 2,4 % en Cette progression est plus sensible encore pour les accidents mortels, passant 3,4 % à 4 % en Les infractions tendant à faire obstacle aux contrôles constituent 5 % des condamnations (délit de fuite, refus d obtempérer ou de se soumettre aux vérifications). 4- Les atteintes corporelles involontaires par conducteur avec ou sans état alcoolique représentent 3 % des condamnations prononcées et 3 % des infractions sanctionnées (cf. Les sanctions judiciaires ci-après). Les sanctions administratives Le nombre total de points retirés dans le cadre du permis à points a diminué de 7 % par rapport à 2013 passant de à Les atteintes corporelles 2 Le bilan de l accidentalité Le bilan «France entière» intègre les cinq départements d outre-mer. Il s établit en 2014 à : accidents corporels dont mortels personnes tuées à trente jours (+ 3,8 % par rapport à 2013), soit 54 personnes tuées par million d habitants personnes blessées dont hospitalisées plus de 24h. Le bilan France entière est marqué par une hausse de tous les indicateurs par rapport à 2013 : + 2,5 % pour le nombre d accidents corporels, + 3,8 % pour le nombre de personnes tuées et + 3,4 % pour le nombre de blessés, dont + 2,3 % pour le nombre de blessés hospitalisés. Le bilan 2014 «France métropolitaine» est de : accidents corporels dont mortels personnes tuées à trente jours, soit 116 personnes tuées en plus par rapport à personnes blessées dont hospitalisées plus de 24h. Ce bilan 2014 est marqué par une hausse de tous les indicateurs par rapport à 2013 : + 2,4 % pour le nombre d accidents corporels, + 3,5 % pour 5 Tableau 1 Bilan de l accidentalité France entière.

6 Tableau 2 Bilan de l accidentalité en métropole. 6 le nombre de personnes tuées et + 3,5 % pour le nombre de blessés, dont + 2,6 % pour le nombre de blessés hospitalisés. Rapporté à la population, le nombre de personnes tuées par million d habitants s établit à 53 (calculé à partir des 63,92 millions d habitants de France métropolitaine). Ce taux est de 125 pour les ans. L année 2014 a connu une hausse de la mortalité routière au premier semestre avec deux hausses exceptionnelles en mars (+ 16 %) et en juin (+ 19,6 %) et deux légères baisses en février ( 4,2 %), avril ( 2,6 %) et juillet ( 2,6 %). Au cours du second semestre 2014, seul le mois de novembre a connu une forte baisse ( 19,3 %). Entre 2000 et 2010, la mortalité routière a baissé de 51,1 %. Entre 2010 et 2014, elle a baissé de 15,2 %. L année 2014 présente une hausse de la mortalité routière pour la première fois depuis Cependant, en France métropolitaine, la mortalité a baissé de 15,2 % entre 2006 et 2010, et de 15,2 % entre 2010 et Les blessés hospitalisés ont diminué de 25,3 % entre 2006 et 2010 et de 12,4 % entre 2010 et En 2014, pour dix personnes tuées, 79 personnes sont hospitalisées plus de 24 h. Ce ratio est assez stable dans le temps. La baisse de la mortalité depuis une décennie s accompagne d une diminution similaire des hospitalisations. Les sanctions judiciaires Les atteintes corporelles involontaires par conducteur avec ou sans état alcoolique constituent le quatrième groupe d infractions à caractère délictuel. Elles représentent environ 3 % des condamnations condamnations ont été ainsi prononcées en 2014 dont 901 homicides involontaires, parmi lesquels 161 pour conducteur en état alcoolique, ce qui représente une baisse de 17,1 % depuis On remarquera que 27,2 % des accidents mortels se traduisent par la condamnation pour homicide du conducteur (45 % si l on considère uniquement les accidents mortels avec un tiers en France métropolitaine). Les sanctions administratives Parmi les délits routiers ayant entraîné un retrait de point, infractions concernent une atteinte corporelle.

7 La vitesse 3 Les enjeux La vitesse pratiquée des véhicules dans le flux de la circulation est un facteur de risque d accident particulier : il est quasiment toujours présent dans une collision comme facteur d occurrence et/ou facteur de gravité. En effet, indépendamment de la genèse de l accident, la marge de réaction des conducteurs pour éviter le choc est déterminée par leurs vitesses. Par ailleurs, la gravité de l accident (le degré d atteinte corporelle) dépend étroitement de l énergie de choc, donc des vitesses en jeu avant et au moment du choc. Près des trois quarts de la baisse de la mortalité constatée entre novembre 2003 et décembre 2010 peuvent être attribués à la mise en place du dispositif de déploiement des radars. En 2014, la «vitesse» est le facteur principal d accidents mortels parmi l ensemble des facteurs, dans au moins 26 % selon les premiers retours sur accident des forces de l ordre. Il faut cependant savoir qu à ce stade, le facteur principal n a pu être identifié dans 33,6 % des accidents. Dans une étude sur réseau départemental, le facteur «vitesse» était compris entre 27 % et 42 % selon le type d accidents mortels impliquant un véhicule de tourisme. Sur autoroute concédée, parmi l ensemble des facteurs, le facteur «vitesse excessive ou inadaptée» est présent en 2014 dans 28 % des accidents mortels. C est pourquoi il est important de suivre l évolution des vitesses pratiquées pour comprendre l évolution du nombre d accidents et leurs conséquences. Graphique 4 évolution comparée du nombre de personnes tuées et des vitesses moyennes Nombre des personnes tuées 7

8 Graphique 5 Vitesses moyennes des véhicules de tourisme 90,1 en km/h 79,8 8 Ainsi, des mesures des vitesses pratiquées sont réalisées par l Observatoire national interministériel de sécurité routière depuis 2000, selon un protocole opératoire très précis utilisant des radars identiques à ceux des forces de l ordre. Ces mesures représentent environ données par an. Leur analyse donne un éclairage sur les vitesses moyennes pratiquées par les différentes catégories d usagers et leurs évolutions. Ils portent sur les différents réseaux routiers français urbains et de rase campagne, ainsi que sur les dépassements de la vitesse maximale autorisée. Graphique 6 Taux de dépassement des VMA. Sur les autoroutes limitées à 130 km/h, la vitesse moyenne des véhicules de tourisme est sur une pente ascendante (+ 4 km/h environ depuis ). Elle est globalement stable depuis 2011 sur les réseaux limités à 110 km/h, et depuis 2008 sur les réseaux limités à 90 km/h. En revanche, on observe en agglomération une baisse de l ordre de 3 km/h depuis La vitesse moyenne pratiquée de jour par les automobilistes qui se situait autour de 90 km/h en 2000 se situe maintenant autour de 80 km/h en 2014, tous réseaux confondus. La vitesse moyenne de jour en proportion du trafic

9 des motocyclistes a suivi la même évolution mais se situe environ 5 km/h au-dessus de la vitesse moyenne pratiquée par les automobilistes. Ceci représente une baisse significative de la vitesse avec un impact majeur dans la réduction de la mortalité enregistrée durant la même période. Cependant, l année 2014 marque une inflexion de cette tendance avec une légère hausse de la vitesse moyenne pratiquée. Le taux de dépassement de plus de 10 km/h de tous les véhicules, proche des 40 % en 2002, est descendu pour la première fois sous les 20 % en Il se situe en 2014 à 4,9 %. Ce taux est nettement supérieur pour les motocyclistes. Il est de l ordre de 20 % en 2014 après avoir été aux environs de 50 % en Les petits dépassements des vitesses maximales autorisées restent néanmoins une pratique encore très répandue malgré une baisse très significative de 31,4 points entre 2002 et Quant aux grands excès de vitesse, ils ont pratiquement disparu (moins de 1 % des infractions à la vitesse). Les infractions constatées Les contraventions à la vitesse (contrôle traditionnel et contrôle automatique) ont représenté infractions en 2014 contre en 2013 soit une augmentation de 11,4 % concernent uniquement le contrôle automatisé (soit 93 % des contraventions vitesse). Le nombre de dispositifs de contrôle automatisé de la vitesse installés fin 2014 s élève à 3 352, dont 2187 radars fixes, 661 radars mobiles, 225 radars discriminants, 180 radars de nouvelle génération et 99 radars vitesse moyenne (source: DSCR- DCA 2014). La répartition des radars fixes de vitesse par type de voie est la suivante : 15 % des radars fixes étaient installés sur les autoroutes, 27 % sur les routes nationales, 55 % sur les routes départementales, 3 % sur les voies communales et 1 % sur les boulevards périphériques. Les sanctions judiciaires condamnations ont été prononcées pour un grand excès de vitesse en Ce nombre est le plus élevé depuis six ans. Il est cependant deux fois moins important qu au début des années 2000 (source: ministère de la Justice Sous-direction de la statistique 2013). Le grand excès de vitesse étant une contravention de 5 e classe, il est traité par les tribunaux de police. La peine prononcée est pour l essentiel une amende d un montant moyen de 367. Les sanctions administratives La poursuite du déploiement du système contrôle/ sanction s est néanmoins accompagnée d une diminution de 3,5 % du nombre de points retirés pour excès de vitesse. Ce nombre est de , soit 59,1 % du nombre total des points retirés. La ventilation par nombre de points perdu était la suivante : Perte d un point : points ont été retirés pour un excès inférieur à 20 km/h lorsque la vitesse est supérieure à 50 km/h (54,3 % des points retirés pour excès de vitesse). Perte d un point : points ont été retirés pour un excès inférieur à 20 km/h lorsque la vitesse est égale ou inférieure à 50 km/h (23,8 %). Perte de 2 points : points ont été retirés pour un excès de vitesse entre 20 et 30 km/h (13,6 %). Perte de 3 points : points ont été retirés pour un excès de vitesse entre 30 et 40 km/h (5,6 %). Perte de 4 points : points ont été retirés pour un excès de vitesse entre 40 et 50 km/h (1,6 %). Perte de 6 points : points ont été retirés pour un excès de vitesse d au moins 50 km/h (0,8 %). Perte de 6 points : 462 points ont été retirés pour une récidive d excès de vitesse de plus de 50 km/h (0,006 %) 9

10 4 L alcool 10 Les enjeux Une conduite sûre nécessite une vigilance de tous les instants. Les facteurs pouvant affecter la vigilance sont nombreux : la fatigue, les troubles du sommeil, le temps de conduite excessif. Parmi ces facteurs, les psychotropes (alcool, cannabis, médicaments) sont fréquemment retrouvés chez les conducteurs accidentés. Ces substances affectent fortement mortels. les fonctions du système nerveux en induisant notamment des modifications des capacités physiologiques de l individu. l amélioration globale de la sécurité routière. L alcool est un des facteurs qui revient le plus fréquemment dans les accidents corporels et mortels. Le bilan des accidents dans lesquels le facteur «alcool» est présent reste lourd malgré l amélioration globale de la sécurité routière. En 2014, accidents corporels se sont produits alors qu au moins un des conducteurs présentait un taux d alcool supérieur au taux légal. Dans les accidents mortels pour lesquels le taux d alcool est connu, 935 personnes ont été tuées, soit 17 de moins par rapport à Ce nombre est en réalité plus important dans la mesure où dans 19 % des accidents mortels, le résultat du test n a pu être enregistré dans les fiches BAAC. Depuis plus de vingt ans, la présence d un taux supérieur à 0,5 g/l d alcool chez au moins un conducteur impliqué dans un accident mortel est une constante autour de 30 %. Dans 90 % des cas, le conducteur est présumé responsable de l accident. Entre 2010 et 2014, la mortalité de l alcool au volant baisse de 22 %. Entre 2000 et 2010, elle diminue à un rythme comparable ( 51 %) à la baisse de la mortalité des accidents sans présence d alcool ( 51 %). Si la part de l alcool reste constante, le nombre d accidents de ce type baisse néanmoins grâce aux effets de la politique de sécurité routière, notamment la baisse des vitesses excessives et moyennes. Les campagnes de prévention spécifiques aux jeunes ont réduit le nombre de conducteurs imprégnés d alcool, plus fortement que pour les autres classes d âge. Entre 2010 et 2014, le nombre de jeunes conducteurs sous l emprise de l alcool impliqués dans les accidents corporels a diminué de 21 %, une L alcool est un des facteurs qui revient le plus fréquemment dans les accidents corporels et Le bilan des accidents dans lesquels le facteur «alcool» est présent reste lourd malgré En 2014, accidents corporels se sont produits alors qu au moins un des conducteurs présentait un taux d alcool supérieur au taux légal. Dans les accidents mortels pour lesquels le taux d alcool est connu, 935 personnes ont été tuées, soit 17 de moins par rapport à Ce nombre est en réalité plus important dans la mesure où dans 19 % des accidents mortels, le résultat du test n a pu être enregistré dans les fiches BAAC. Depuis plus de vingt ans, la présence d un taux supérieur à 0,5 g/l d alcool chez au moins un conducteur impliqué dans un accident mortel est une constante autour de 30 %. Dans 90 % des cas, le conducteur est présumé responsable de l accident. Entre 2010 et 2014, la mortalité de l alcool au volant baisse de 22 %. Entre 2000 et 2010, elle diminue à un rythme comparable (- 51 %) à la baisse de la mortalité des accidents sans présence d alcool (- 51 %). Si la part de l alcool reste constante, le nombre d accidents de ce type baisse néanmoins grâce aux effets de la politique de sécurité routière, notamment la baisse Tableau des vitesses 3 excessives et moyennes. Evolution Tableau de 3. la Evolution mortalité de au volant mortalité et du taux volant d alcoolémie et du taux du d alcoolémie conducteur. du conducteur Au moins un conducteur a un taux d'alcool > 0,5 g/l Tous les conducteurs ont un taux d'alcool < 0,5 g/l Taux d'alcool connu Ensemble de la mortalité Taux d'alcool connu 30,8% 30,8% 30,9% 29,1% 28,3% Ensemble des accidents mortels 24,1% 24,3% 25,3% 23,3% 23,0% Les campagnes de prévention spécifiques aux jeunes novembre ont réduit le INHESJ/ONDRP nombre de conducteurs Rapport annuel 2015 avec alcool, plus fortement que pour les autres classes d âge. Entre 2010 et 2014, le nombre de

11 baisse légèrement plus forte que pour l ensemble des conducteurs ( 16 %). Sans évolution notable d une année sur l autre, une infraction au taux d alcool ayant lieu la nuit est présente dans 36 % des accidents mortels en semaine (du lundi au vendredi) ; les fins de semaine et jours fériés, ce taux atteint 60 %. Les lieux d alcoolisation précédant un accident mortel sont majoritairement le domicile ou chez des amis, à un degré moindre les bars et cafés, et plus rarement les discothèques. Dans ces accidents mortels, 68 % des personnes tuées sont les conducteurs alcoolisés, 16 % les passagers de ces conducteurs, 13 % les usagers de véhicules tiers et 3 % les piétons. Parmi les conducteurs, les ans représentent 23 % des personnes tuées en présence d alcool ; les ans 21 %. Pour une personne tuée en présence d alcool, 4 sont hospitalisées soit 3 fois moins que pour les accidents sans présence d alcool. La présence d alcool engendre essentiellement des accidents mortels car elle est souvent associée à une vitesse excessive, à l usage de stupéfiants (19 % des accidents corporels et 32 % des accidents mortels) ou l absence de ceinture de sécurité. Ainsi 32 % des tués dans un accident mortel avec alcool n utilisent pas cet équipement contre 13 % dans un accident mortel sans alcool. 5,3 % des conducteurs impliqués dans les accidents corporels non mortels ont une alcoolémie supérieure au taux légal, contre 16,3 % dans les accidents mortels. En 2014, 32 % des cyclomotoristes, 21 % des motocyclistes et 19 % des automobilistes présentent une alcoolémie supérieure au taux légal dans les accidents mortels de leur catégorie. Graphique 7 Taux d alcoolémie des conducteurs de véhicules selon l âge et le type de véhicule. 11

12 Graphique 7suite Taux d alcoolémie des conducteurs de véhicules selon l âge et le type de véhicule. 12 Les accidents avec alcool (mortels ou non) sont les plus nombreux entre 19h00 et 21h00 y compris en semaine ; puis de 6h00 à 7h00 où la moitié des accidents sont répertoriés le dimanche matin ; puis de 21h00 à 6h00. Pour les conducteurs de véhicules de tourisme âgés de 18 à 24 ans, le pic des accidents est décalé entre 1h00 et 7h00. La moitié des accidents avec un conducteur âgé de 18 ans à 24 ans au taux d alcool illégal surviennent les samedis et dimanches entre minuit et 8h00. Pour les conducteurs de cyclomoteurs et de motos, le pic de début de soirée (17h00-22h00) est plus marqué, tous les jours de la semaine. L alcool au volant concerne tous les âges ; 23 % des ans et 21 % des ans. Seuls les seniors de 75 ans et plus présentent un taux faible (3 %) de conducteurs alcoolisés dans les accidents mortels. 92 % des conducteurs alcoolisés impliqués dans un accident mortel sont des hommes. Parmi les conducteurs impliqués dans un accident corporel ayant une alcoolémie positive, elle est comprise entre 0,5 g/l et 0,8 g/l pour 11,4 % d entre eux, et supérieure à 1,5 g/l dans la moitié des cas. Pour les jeunes, chez les automobilistes de ans ayant une alcoolémie supérieure à 0,5 g/l, 15 % étaient entre 0,5 g/l et 0,8 g/l, et 60 % entre 0,5 g/l et 1,5 g/l. D après l étude Stupéfiants et accidents mortels de la circulation routière (SAM), le risque pour un conducteur sous la seule influence de l alcool d être responsable d un accident mortel est multiplié par 2 à 0,5 g/l, et par 32 à 1,6 g/l.

13 Les infractions constatées 10,8 millions de dépistages de l imprégnation alcoolique ont été effectués en 2014, en hausse de 3,1 % par rapport à Ce volume a augmenté de 7,5 % en 10 ans. Le taux de positivité est de 2,9 %. Il est relativement constant depuis tests sont réalisés en cas d accident mortel, corporel ou matériel. Ils sont positifs dans 8,1 % des cas. La conduite sous l emprise de l alcool constitue le second délit routier, après les délits de fuite après un accident. En 2014, 24,5 % des délits sont des infractions relatives à l alcoolémie au volant (taux d alcool supérieur à 0,8 g/l), soit un volume de Les contraventions pour infraction avec un taux d alcool compris entre 0,5 et 0,8 g/l diminuent de 9 % ( infractions contre en 2013). 89,7 % des condamnés sont des hommes. La classe d âge la plus représentée est la classe des ans (38,1 % des condamnés). La classe d âge des ans représente 16,8 % d entre eux. Lorsque le conducteur est sous l influence de l alcool lors d un accident corporel (1 761 condamnations en 2013), l emprisonnement est prononcé dans 84,1 % des peines dont 6,3 % avec une partie ferme. Si l accident corporel a provoqué le décès d une personne (161 condamnations), l emprisonnement est la règle puisqu il est prononcé en moyenne dans 99,4 % des sanctions dont 9,3 % avec une partie ferme. 69,9 % des compositions pénales sont des conduites en état alcoolique qui se traduisent par une inscription au casier judiciaire et 46,6 % par des ordonnances pénales. Les jugements du tribunal sont pour près de la moitié des condamnations pour conduite en état alcoolique. Les sanctions judiciaires Ces infractions se sont traduites en 2013 par condamnations dont concernaient de la récidive (16 %). 28 % ont fait l objet d une peine d emprisonnement dont 7 % ferme, 52 % d une peine d amendes et 20 % d une peine de substitution (source : ministère de la Justice Sous-direction de la statistique et des études 2013). Les sanctions administratives Les infractions à l alcoolémie délictuelles (taux supérieur à 0,8 g/l) représentent 4 % du nombre de points retirés, en baisse de 2,1 % par rapport à Le nombre de points retirés pour les infractions comprises entre 0,5 et 0,8 g/l est également en baisse de 9,5 %. Il représente 3,4 % du nombre de points retirés. 13 Les stupéfiants 5 Les enjeux L enquête de référence SAM Convention OFDT/ CEESAR septembre 2005), menée en avait permis d évaluer à 230 le nombre annuel de décès sur la route imputable au cannabis, directement ou indirectement (sur-responsabilité et survulnérabilité). Cette assertion a été faite sur la base d une enquête qui avait tout juste précédé la création du délit de conduite sous l emprise de stupéfiants (loi n dite loi Dell Agnola, applicable au 31 mars 2003). Cette enquête a estimé que le risque pour un conducteur sous la seule influence du cannabis d être responsable d un accident mortel est multiplié par 1,8. Depuis cette loi, une rubrique «drogue» a été ajoutée au recueil des données «accidents». L ONISR exploite cette donnée depuis En 2014, l exploitation de cette rubrique a mis en avant accidents corporels dont 449 accidents mortels (soit 24,1 % d entre eux), où au moins un conducteur a subi un test positif aux stupéfiants, que

14 Tableau 4 Nombre de personnes tuées dans les accidents. Tableau 5 Part de la mortalité avec un conducteur positif. 14 l accident lui soit imputable ou non. Ces accidents mortels en présence de stupéfiants ont provoqué 492 décès (soit 13,8 % de la mortalité routière). Le résultat d un test stupéfiant lors d un accident mortel n est enregistré que pour 69 % des conducteurs impliqués dans les accidents mortels. Cependant, dans les accidents mortels 2014 pour lesquels les tests aux stupéfiants sont renseignés, 23 % des personnes tuées le sont alors qu un des conducteurs était positif aux stupéfiants. Cette proportion extrapolée à l ensemble de la mortalité conduit à une estimation du nombre de personnes tuées dans les accidents avec stupéfiants de 775 (contre 686 en 2013, soit 89 de plus). Parmi les conducteurs ayant pu être testés aux stupéfiants, la part de conducteurs impliqués dans les accidents corporels ayant un test positif est de 5,2 % et de 13,5 % dans les accidents mortels. 91 % des conducteurs ayant un test positif impliqués dans un accident mortel sont des hommes. Dans de ce type d accident, près d un cyclomotoriste sur quatre (26,9%), un motocycliste sur cinq (18,8%) et un conducteur d automobile sur sept (14,7%), présentent un test aux stupéfiants positif. La proportion de tests positifs est la plus forte chez les ans avec 22,1 %. La consommation chez les ans est de 20,9 %; cette classe d âge représente 27 % des conducteurs de cyclomoteur impliqués dans les accidents mortels. Parmi les 460 conducteurs positifs aux stupéfiants impliqués dans un accident mortel en 2014, la moitié (227) présente également un taux illégal d alcool, quel que soit l âge du conducteur entre 18 et 65 ans. Les conducteurs de deux-roues motorisés positifs aux stupéfiants sont à 39 % également alcoolisés, contre 59 % pour les automobilistes. Parmi les conducteurs au taux d alcool supérieur à 0,5 g/l impliqués dans les accidents mortels, au moins un tiers est également positif aux stupéfiants. D après l étude SAM, le risque d être responsable d un accident mortel est multiplié par 14 en cas d association alcool stupéfiant. Les infractions constatées En 2014, dépistages de stupéfiants ont été réalisés. Ce nombre, en baisse de 13 % par rapport à 2013, reflète en fait une meilleure pré-sélection via des tests comportementaux.

15 Graphique 8 Part des conducteurs contrôlés positifs aux stupéfiants au sein de chaque classe d âge. Graphique 9 Part des conducteurs contrôlés positifs aux stupéfiants au sein de chaque catégorie d usagers tests se sont avérés positifs pour en 2013, soit une hausse de 5,9 %. Le taux de positivité est ainsi en hausse. Les sanctions judiciaires En 2013, les conduites en ayant fait usage de stupéfiants sont en hausse par rapport à 2012 : condamnations prononcées contre en 2012 (source : ministère de la Justice Sous-direction de la statistique 2013). Parmi ces condamnations, 14 % ont fait l objet d une composition pénale, 47 % d une ordonnance pénale, 40 % d un jugement en tribunal. Les sanctions administratives Le nombre d infractions ayant engendré un retrait de point pour conduite d un véhicule en ayant fait usage de substances ou plantes classées comme stupéfiants est en augmentation de 44,1 % en 2014 soit délits contre en 2014 (soit 6,8 % du total des délits et 0,8 % du total des points retirés en 2014). En 2013, 24,4 % ont fait l objet d une peine d emprisonnement dont 5,1 % fermes, 51,4 % d une peine d amendes et 23,8 % d une peine de substitution. Le nombre de délits de ce type a été multiplié par 3,58 depuis 2008 où infractions avaient été relevées. * * *

Insécurité routière et délinquance routière en 2012 Observatoire national interministériel de la sécurité routière

Insécurité routière et délinquance routière en 2012 Observatoire national interministériel de la sécurité routière 1 Insécurité routière et délinquance routière en 2012 Observatoire national interministériel de la sécurité routière Introduction L Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR)

Plus en détail

L accidentalité dans l Orne en 2013

L accidentalité dans l Orne en 2013 08 juillet 2014 2009 2010 2011 2012 2013 provisoire Accidents 185 148 178 131 129 37 25 22 26 26 Blessés 228 186 272 180 152 L insécurité routière recule légèrement en 2013. Le nombre d accidents corporels

Plus en détail

L accidentalité routière en 2012 Bilan sommaire (en estimations provisoires)

L accidentalité routière en 2012 Bilan sommaire (en estimations provisoires) janvier 2013 L accidentalité routière en 2012 Bilan sommaire (en estimations provisoires) Sommaire 1. Les résultats provisoires de 2012 2. Perspectives longues 3. L image globale de l année 2012 4. L année

Plus en détail

Bilan et évolution de l accidentologie en Creuse

Bilan et évolution de l accidentologie en Creuse Bilan et évolution de l accidentologie en Creuse mardi 9 décembre 0 Forum IDSR source Google (intervenants départementaux de sécurité routière) Observatoire Départemental de Sécurité Routière Direction

Plus en détail

La sécurité routière en France Bilan de l année 2007

La sécurité routière en France Bilan de l année 2007 La sécurité routière en France Bilan de l année 2007 Hôtel de Roquelaure 18 juin 2008 Jean CHAPELON Secrétaire général de l Observatoire national interministériel de sécurité routière (ONISR) La sécurité

Plus en détail

EN 2005, 248 845 condamnations ont été prononcées pour infraction à la sécurité routière, soit 40,2% de

EN 2005, 248 845 condamnations ont été prononcées pour infraction à la sécurité routière, soit 40,2% de INFOSTAT JUSTICE Juin 2007 Numéro 95 Bulletin d information statistique Les condamnations pour infraction à la sécurité routière en 2005 Odile Timbart *, Tiaray Razafindranovona ** EN 2005, 248 845 condamnations

Plus en détail

Observatoire départemental interministériel de la sécurité routière

Observatoire départemental interministériel de la sécurité routière Direction des Services du Cabinet de la Préfecture Direction Départementale de l Équipement et de l Agriculture Aveyron P Observatoire départemental interministériel de la sécurité routière Bilan décembre

Plus en détail

PERSONNES AGEES ET ACCIDENTOLOGIE

PERSONNES AGEES ET ACCIDENTOLOGIE PERSONNES AGEES ET ACCIDENTOLOGIE ROUTIERE ACCIDENTOLOGIE Selon les statistiques de la prévention routière, 3645 personnes ont été tuées sur les routes en 2012 contre 3963 en 2011 L année 2012 marque le

Plus en détail

DGO 2013-2017. Données de l'enjeu "jeunes de moins de 25 ans" Période d'étude : 2009-2013. Septembre 2014

DGO 2013-2017. Données de l'enjeu jeunes de moins de 25 ans Période d'étude : 2009-2013. Septembre 2014 SERVICE EXPERTISE TERRITORIALE RISQUES ET SECURITE Sécurité Routière et Déplacements Septembre 2014 DGO 2013-2017 Données de l'enjeu "jeunes de moins de 25 " Période d'étude : 2009-2013 Direction Départementale

Plus en détail

Bilan annuel des accidents corporels. les données. Direction départementale des territoires et de la mer de la Loire-Atlantique.

Bilan annuel des accidents corporels. les données. Direction départementale des territoires et de la mer de la Loire-Atlantique. Direction départementale des territoires et de la mer de la Loire-Atlantique Observatoire départemental de sécurité routière les données 29 Bilan annuel des accidents corporels Sommaire I - LE BILAN GLOBAL...4

Plus en détail

TEST D'ACCÈS AU DALF CO. SESSION DE JANVIER 2004. Sécurité routière : les Français amorcent un virage

TEST D'ACCÈS AU DALF CO. SESSION DE JANVIER 2004. Sécurité routière : les Français amorcent un virage TEST D'ACCÈS AU DALF CO. ÉPREUVE ÉCRITE 1 : COMPRÉHENSION ÉCRITE Lisez attentivement le document ci-dessous, puis répondez aux questions : Sécurité routière : les Français amorcent un virage Systématisation

Plus en détail

Bilan des actions août 2015

Bilan des actions août 2015 Ministère de l Intérieur Le 13 août 2015 Sécurité routière : 26 mesures pour une nouvelle mobilisation Présentées le 26 janvier 2015 par Bernard CAZENEUVE, ministre de l Intérieur. Bilan des actions août

Plus en détail

La sécurité routière en France Bilan de l année 2004

La sécurité routière en France Bilan de l année 2004 Observatoire national interministériel de sécurité routière La sécurité routière en France Bilan de l année 2004 10 mai 2005 Jean CHAPELON, secrétaire général de l ONISR 0 La sécurité routière en France

Plus en détail

bilan routier 2012 Département de police de laval

bilan routier 2012 Département de police de laval bilan routier 2012 Département de police de laval 1 2 2012 : UN BILAN ROUTIER STABLE Le volume de la circulation routière est en constante croissance à Laval. Le Département de police de Laval est soucieux

Plus en détail

Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière

Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière Condamnations et sanctions prononcées en matière de sécurité routière Année 2011 Les condamnations pour infraction

Plus en détail

PREFET DE LA HAUTE-LOIRE. Bilan de l accidentalité routière 2012

PREFET DE LA HAUTE-LOIRE. Bilan de l accidentalité routière 2012 PREFET DE LA HAUTE-LOIRE Bilan de l accidentalité routière 01 Bilan national France métropolitaine Accidents corporels Tués Blessés dont blessés hospitalisés 01 60 437 3 653 75 851 7 14 011 65 04 3 963

Plus en détail

Observatoire national interministériel de la sécurité routière

Observatoire national interministériel de la sécurité routière Observatoire national interministériel de la sécurité routière Observatoire des vitesses : résultats de l année 2011 Extrait de «la sécurité routière en France Bilan de l année 2011» La vitesse pratiquée

Plus en détail

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions Pour connaître le nombre de points sur votre permis, connectez-vous sur le site : www.interieur.gouv.fr les principales infractions au code de la route et leurs sanctions En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr

Plus en détail

Maîtriser sa vitesse : Premier enjeu. de la Sécurité Routière

Maîtriser sa vitesse : Premier enjeu. de la Sécurité Routière Sécurité routière Maîtriser sa vitesse : Premier enjeu de la Sécurité Routière ETE 2003 Sécurité routière Sommaire Communiqué d actualité A l occasion du second chassé croisé de l été 2003, la Sécurité

Plus en détail

Découverte de l accident. Découverte de l accident

Découverte de l accident. Découverte de l accident Découverte de l accident 1 Découverte de l accident Découverte de l accident Pour vous, un accident de la route, c'est quoi? 2 Découverte de l accident Pour certain un accident c est : Un fait divers dans

Plus en détail

Les accidents corporels de la route 2008-2012

Les accidents corporels de la route 2008-2012 Les accidents corporels de la route 2008-2012 Editorial Depuis 2002, la lutte contre l insécurité routière est une priorité du Gouvernement. Une forte mobilisation nationale et un programme d actions ambitieux

Plus en détail

Synthèse générale de l année 2004

Synthèse générale de l année 2004 Synthèse générale de l année 2004 Pour la première fois cette année, le bilan France entière inclut les résultats enregistrés dans les quatre départements d outre-mer (Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion).

Plus en détail

SÉCURITÉ ROUTIÈRE LES GRANDES DONNÉES DE L ACCIDENTOLOGIE 2007 3. Préambule

SÉCURITÉ ROUTIÈRE LES GRANDES DONNÉES DE L ACCIDENTOLOGIE 2007 3. Préambule SÉCURITÉ ROUTIÈRE LES GRANDES DONNÉES DE L ACCIDENTOLOGIE 2007 3 Préambule C e document d information conçu par l Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) présente la synthèse

Plus en détail

AUTOMOBILISTE MOTOCYCLISTE PASSAGER PIÉTON TÉLÉPHONE VITESSE ALCOOL ACCIDENT DÉCÈS ROUTE RAPPORT ANNUEL #2013 LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE EN LOIR-ET-CHER

AUTOMOBILISTE MOTOCYCLISTE PASSAGER PIÉTON TÉLÉPHONE VITESSE ALCOOL ACCIDENT DÉCÈS ROUTE RAPPORT ANNUEL #2013 LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE EN LOIR-ET-CHER AUTOMOBILISTE MOTOCYCLISTE PASSAGER PIÉTON TÉLÉPHONE VITESSE ALCOOL ACCIDENT DÉCÈS ROUTE RAPPORT ANNUEL #2013 LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE EN LOIR-ET-CHER -1 Édition #2014 < ALLO > UN COUP DE FIL AU VOLANT, UN

Plus en détail

Le permis à points. Comment fonctionne le permis à points? R. Comment restituer votre capital de points? R BIZART

Le permis à points. Comment fonctionne le permis à points? R. Comment restituer votre capital de points? R BIZART 10 Le permis à points Comment fonctionne le permis à points? R Comment restituer votre capital de points? R Février 01 BIZART Le permis à points Comment fonctionne le permis à points? Le permis à points

Plus en détail

L ALCOOL. Connaître les effets de l alcool et ses conséquences sur la conduite et connaître des solutions pour éviter les risques.

L ALCOOL. Connaître les effets de l alcool et ses conséquences sur la conduite et connaître des solutions pour éviter les risques. Fiche 13 L ALCOOL Evaluation specifique Questions Connaissez-vous des effets de l alcool sur le conducteur? Quelles peuvent être les conséquences? Dans quel cas? Quelles solutions connaissez vous pour

Plus en détail

Les conduites addictives

Les conduites addictives Les conduites addictives Depuis 2006, l alcool est le premier facteur d accidents au niveau national et est responsable de plus de 29 % des accidents mortels il est présent dans 9% des accidents corporels

Plus en détail

- LES INFRACTIONS AU CODE DE LA ROUTE - L IMPACT SUR LE PERMIS A POINTS

- LES INFRACTIONS AU CODE DE LA ROUTE - L IMPACT SUR LE PERMIS A POINTS - LES INFRACTIONS AU CODE DE LA ROUTE - L IMPACT SUR LE PERMIS A POINTS Bilan statistique de l année GENDARMERIE/LPC/C.THOREL MI/DICOM/GROISARD OBSERVATOIRE NATIONAL INTERMINISTÉRIEL DE LA SECURITE ROUTIERE

Plus en détail

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions les principales infractions au code de la route et leurs sanctions Les infractions liées à l alcoolémie En 2009, 1 200 vies auraient pu être sauvées si tous les conducteurs avaient respecté la limite légale

Plus en détail

Le bilan provisoire sécurité routière en Haute-Savoie en 2013

Le bilan provisoire sécurité routière en Haute-Savoie en 2013 Les chiffres clés de la sécurité en Haute-Savoie en 213 Le bilan provisoire sécurité routière en Haute-Savoie en 213 www.haute-savoie.gouv.fr Les chiffres clés de la sécurité en Haute-Savoie en 213 Bilan

Plus en détail

Majeurs et mineurs mis en cause par les services de Police en 2013

Majeurs et mineurs mis en cause par les services de Police en 2013 La criminalité en France Rapport annuel 2014 de l ONDRP Premier ministre Majeurs et mineurs par les services de Police en 2013 Antoine le graët, Chargé d études statistiques à l ONDRP 2 Principaux enseignements

Plus en détail

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions les principales infractions au code de la route et leurs sanctions Les infractions liées à l alcoolémie CONTRAVENTION Conduite avec une alcoolémie égale ou supérieure à 0,5 et inférieure à 0,8 g/ l de

Plus en détail

Bilan sécurité routière Mercredi 4 février 2015 14h45

Bilan sécurité routière Mercredi 4 février 2015 14h45 DOSSIER DE PRESSE Bilan sécurité routière Mercredi 4 février 2015 14h45 Dossier de presse ordre public et sécurité routière Page 1 de 14 Bilan Sécurité routière 2014 Le bilan de l année 2014 est encourageant

Plus en détail

LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006

LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006 Janvier 2007 LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006 Note sur la méthodologie : Les données chiffrées présentées dans ce document sont issues de l état 4001, qui est tenu et mis à jour par la Direction

Plus en détail

Coutances Étude d'accidentologie 2008-2012

Coutances Étude d'accidentologie 2008-2012 SERVICE RISQUES ET SECURITE Sécurité Routière et Déplacements Septembre 23 Coutances Étude d'accidentologie 28-22 Direction Départementale des Territoires et de la Mer de la Manche . DONNÉES GÉNÉRALES

Plus en détail

PRESENTATION DU BILAN DE L EVOLUTION DE LA DELINQUANCE EN 2011 EN LOIRE-ATLANTIQUE

PRESENTATION DU BILAN DE L EVOLUTION DE LA DELINQUANCE EN 2011 EN LOIRE-ATLANTIQUE PREFECTURE DE LA LOIRE-ATLANTIQUE Le 17 janvier 2011 PRESENTATION DU BILAN DE L EVOLUTION DE LA DELINQUANCE EN 2011 EN LOIRE-ATLANTIQUE par Monsieur Jean DAUBIGNY, préfet de la région Pays de la Loire,

Plus en détail

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 2 Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 Informations et rappels Lorsqu une personne au moins est mise en cause pour un fait constaté de crime et délit non routier enregistré

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 Le nombre de victimes d accidents de la route en Belgique a diminué en 2012 La Direction générale Statistique et Information économique publie aujourd hui

Plus en détail

La Sécurité Routière dans l'aisne Tableau de bord mensuel

La Sécurité Routière dans l'aisne Tableau de bord mensuel La Sécurité Routière dans l'aisne Tableau de bord mensuel FEVRIER 211 7/3/11 Données de l'observatoire départemental 211 21 Variation 21/211 Aisne National 23 3-7 -23,3% +1,6% Tués 3 4-1 -25,% +7,5% Blessés

Plus en détail

a) COMPARAISON des accidents, tués et blessés entre le mois de novembre 2010 et le mois de novembre 2011

a) COMPARAISON des accidents, tués et blessés entre le mois de novembre 2010 et le mois de novembre 2011 PREFET DES DEUX-SEVRES LA SECURITE ROUTIERE EN DEUX-SEVRES SYNTHESE GENERALE : Jeudi 14 décembre 2011 à 11 h - augmentation du nombre d accidents, de tués, de blessés et de blessés hospitalisés depuis

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Opération de contrôles routiers alternatifs à la sanction. Lundi 20 octobre 2014 à 15h00 Sur la RD 1120 dans le sens Naves - Tulle

DOSSIER DE PRESSE. Opération de contrôles routiers alternatifs à la sanction. Lundi 20 octobre 2014 à 15h00 Sur la RD 1120 dans le sens Naves - Tulle Service départemental de communication interministérielle de la Corrèze Tulle, 2 octobre 24 DOSSIER DE PRESSE Opération de contrôles routiers alternatifs à la sanction Lundi 2 octobre 24 à 5h Sur la RD

Plus en détail

Quelle efficacité en 35 ans? Forum France Traumatisme Crânien. Évolution de la mortalité routière 03/12/2009. Les choix du CISR du 18/12/2002

Quelle efficacité en 35 ans? Forum France Traumatisme Crânien. Évolution de la mortalité routière 03/12/2009. Les choix du CISR du 18/12/2002 Quelle efficacité en 35 ans? Forum France Traumatisme Crânien 9 juin 2006 Claude GOT Deux ruptures brutales ont été observées Elles ont toutes les deux été provoquées par des décisions politiques Juillet

Plus en détail

Évolution de l accidentalité et futurs enjeux

Évolution de l accidentalité et futurs enjeux COTITA Centre Est 29 mai 2012 Évolution de l accidentalité et futurs enjeux Christian Machu Secrétaire général-adjoint Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) Sommaire 1.

Plus en détail

Table des matières. Abréviations... 7 Préface... 9. Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique. A. La législation routière...

Table des matières. Abréviations... 7 Préface... 9. Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique. A. La législation routière... Abréviations... 7 Préface... 9 Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique A. La législation routière... 12 1) Quelques mots d histoire... 12 2) Législation actuelle... 18 a) Législation nationale...

Plus en détail

Poids lourds en 2007

Poids lourds en 2007 Poids lourds en 2007 Avertissements : Toutes les données contenues dans ce document concernent uniquement la métropole. A compter du 1 er janvier 2005, le «tué» est la personne décédée dans les trente

Plus en détail

Le portail automobile de référence!

Le portail automobile de référence! Article 83 (Modifié par la loi n 2009-66 du 12 août 2009). Les infractions aux dispositions du présent Code et à celles de ses textes d application se divisent en trois classes : - contraventions - délits

Plus en détail

Bilan sécurité routière 2014

Bilan sécurité routière 2014 CABINET DU PREFET BUREAU DE LA COMMUNICATION INTERMINISTERIELLE PREFECTURE DE L'AUDE Bilan sécurité routière 2014 Conférence de presse du 6 février 2015 Sommaire 1) L'accidentalité en 2014 2) Les actions

Plus en détail

I.5.5. La sécurité routière et les accidents corporels

I.5.5. La sécurité routière et les accidents corporels I.5.5. La sécurité routière et les accidents corporels Les informations qui suivent sont extraites des bilans établis par : la Gendarmerie Nationale, Groupement de Nouvelle-Calédonie, la Police Nationale,

Plus en détail

Chiffres sécurité routière Bilan de 2008 à 2012 Bilan 2013 Chiffres 2014 au 31 janvier. Observatoire Régional de Sécurité Routière

Chiffres sécurité routière Bilan de 2008 à 2012 Bilan 2013 Chiffres 2014 au 31 janvier. Observatoire Régional de Sécurité Routière Chiffres sécurité routière Bilan de 2008 à 2012 Bilan 2013 Chiffres 2014 au 31 janvier Observatoire Régional de Sécurité Routière Ministère de l Egalité des Territoires et du Logement - Ministère de l'ecologie,

Plus en détail

La sécurité routière dans le Bas-Rhin

La sécurité routière dans le Bas-Rhin La sécurité routière dans le Bas-Rhin Avril 2014 Le nombre d'accidents corporels survenus en avril 2014 ainsi que le nombre de personnes blessées ont baissé par rapport à la même période de l année 2013.

Plus en détail

de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez Janvier 2014 Tableaux de bord annuels sur les

Plus en détail

Les «radars mobiles de nouvelle génération»

Les «radars mobiles de nouvelle génération» Les «radars mobiles de nouvelle génération» Pourquoi il est nécessaire de lutter contre les excès de L excès de provoque et aggrave les accidents. La excessive est une cause majeure de la mortalité routière,

Plus en détail

BILAN DE L'ACCIDENTALITE ROUTIERE 2012. Jeudi 24 janvier 2013 Hôtel de Beauvau

BILAN DE L'ACCIDENTALITE ROUTIERE 2012. Jeudi 24 janvier 2013 Hôtel de Beauvau BILAN DE L'ACCIDENTALITE ROUTIERE 2012 Jeudi 24 janvier 2013 Hôtel de Beauvau Paris, le 24 janvier 2013 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Manuel VALLS, ministre de l'intérieur, annonce un bilan de l accidentalité routière

Plus en détail

Conduites Professionnelles VIGILANCE et ADDICTION

Conduites Professionnelles VIGILANCE et ADDICTION Conduites Professionnelles VIGILANCE et ADDICTION Les Entreprises et Artisans partenaires de la Sécurité Routière. Conduite professionnelle et conduite addictive (1/3) La conduite professionnelle pourrait

Plus en détail

Séminaire «alcohol interlock» Mardi, le 19 mai 2015

Séminaire «alcohol interlock» Mardi, le 19 mai 2015 Séminaire «alcohol interlock» Mardi, le 19 mai 2015 9h45 10h00 Les «alcohol interlocks» dans le contexte de la lutte contre l insécurité routière au Luxembourg François BAUSCH Ministre du Développement

Plus en détail

Le casier judiciaire : source et méthodes

Le casier judiciaire : source et méthodes Le casier judiciaire : source et méthodes Fiche descriptive Organisme Type d'opération Objectif et thèmes Champ Hors champ Unité de compte de base Unité de compte Périodicité de l opération Historicité

Plus en détail

PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE

PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE PRÉFET DE LA LOIRE PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE Année 2015 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION...3 1. BILAN 2014...4 1.1. Accidentologie dans le département de la Loire

Plus en détail

Conseil national de la sécurité routière. Mardi 27 novembre 2012 Hôtel de Beauvau

Conseil national de la sécurité routière. Mardi 27 novembre 2012 Hôtel de Beauvau Conseil national de la sécurité routière Mardi 27 novembre 2012 Hôtel de Beauvau Sommaire 27 novembre 2012 : Manuel Valls, ministre de l Intérieur, relance le Conseil national de la sécurité routière (CNSR)

Plus en détail

Accidentalité provisoire Année 2012

Accidentalité provisoire Année 2012 Accidentalité provisoire Année 01 I ANALYSE GLOBALE Accidents Tués Blessés hospitalisés Blessés non hospitalisés Total blessés 01 11 18 54 18 011 18 18 89 Évolution 4 4 55 5 90 Évolution en %,4 % + 18,

Plus en détail

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010 n 13 REPÈRES Septembre 2010 Directeur de la publication : André-Michel VENTRE, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe SOULLEZ, chef du département de l ONDRP Les mineures mises en cause pour

Plus en détail

SECURITE ROUTIERE. Sommaire

SECURITE ROUTIERE. Sommaire SECURITE ROUTIERE Sommaire 1 BILAN DE L ACCIDENTOLOGIE 2 - ENGAGEMENT DES FORCES DE L ORDRE 3 LA PREVENTION ACCIDENTOLOGIE 30 tués (+2 par rapport à 2013) 119 accidents corporels 177 blessés dont 134 hospitalisés

Plus en détail

l L immense majorité des condamnations concernent des délits

l L immense majorité des condamnations concernent des délits Prévention de la récidive et individualisation des peines Chiffres-clés Juin 2014 Les condamnations En 2012, environ 900 000 infractions ont donné lieu à environ 600 000 condamnations pénales prononcées

Plus en détail

Quizz s é c u r i t é

Quizz s é c u r i t é Quizz s é c u r i t é r o u t i è r e Selon vous, le nombre de personnes tuées sur les routes dans le monde chaque année représente environ : A. La population de l Estonie B. C. Les populations des villes

Plus en détail

Les grandes données de l accidentologie. Caractéristiques et causes des accidents de la route

Les grandes données de l accidentologie. Caractéristiques et causes des accidents de la route Les grandes données de l accidentologie Caractéristiques et causes des accidents de la route Mai 24 SÉCURITÉ ROUTIÈRE - LES GRANDES DONNÉES DE L ACCIDENTOLOGIE Préambule Ce document d information conçu

Plus en détail

Quizz Sécurité Routière

Quizz Sécurité Routière Quizz Sécurité Routière Quizz Sécurité Routière 30 questions 20 secondes pour répondre Plusieurs réponses possibles Question N 1 Combien de personnes perdent la vie sur les routes de France chaque jour?

Plus en détail

Accidents de la route dans le département de la Marne. Bilan et évolution DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE LA MARNE 1/24

Accidents de la route dans le département de la Marne. Bilan et évolution DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE LA MARNE 1/24 Accidents de la route dans le département de la Marne Bilan et évolution 202 20 DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE LA MARNE /24 2/24 Quelques données sur les radars dans le département En 202,

Plus en détail

Les produits psychoactifs. Prev. Prévention des. 2 r Risques Routiers. Modèle déposé Prev2r Copyrigth 2014 - reproduction interdite

Les produits psychoactifs. Prev. Prévention des. 2 r Risques Routiers. Modèle déposé Prev2r Copyrigth 2014 - reproduction interdite Les produits psychoactifs Prev Prévention des 2 r Risques Routiers Les produits psychoactifs L alcool Les contrôles préventifs, Les contrôles lors des accidents corporels, Les contrôles lors des accidents

Plus en détail

Réponses pénales. Pierre-Victor Tournier, Directeur de recherches au CNRS, Centre d histoire sociale du XX e siècle, Université Paris I

Réponses pénales. Pierre-Victor Tournier, Directeur de recherches au CNRS, Centre d histoire sociale du XX e siècle, Université Paris I Sanctions pénales prononcées en 00 Quelles sont les infractions sanctionnées? À quoi condamne-t-on? Quelles évolutions dans la façon sanctionner puis 0 ans? Pierre-Victor Tournier, Directeur recherches

Plus en détail

G- Annexe. du plan. départemental. de contrôles routiers

G- Annexe. du plan. départemental. de contrôles routiers G- Annexe du plan départemental de contrôles routiers 2013 Annexe 1 : répartition des accidents mortels en Morbihan en 2012 Annexe 2 : répartition des accidents mortels en Morbihan sur la période 2008-2012

Plus en détail

Sur la route, soyons responsables!

Sur la route, soyons responsables! Juillet 2015 Sur la route, soyons responsables! L'insécurité routière augmentant en ce 1 er semestre à La Réunion, le préfet Dominique SORAIN a choisi de se rendre sur des contrôles routiers pour appeler

Plus en détail

Relevé et évolution des accidents corporels en. Seine-et-Marne

Relevé et évolution des accidents corporels en. Seine-et-Marne Sommaire Pages Eléments de contexte...2 Comparatif régional de l accidentalité...3 Bilan et évolution de l accidentalité 2012-...4 Évolution de l accidentalité en sur 20 ans...5 La politique de contrôle

Plus en détail

Dossier de presse... Petit déjeuner - sécurité routière

Dossier de presse... Petit déjeuner - sécurité routière Dossier de presse... Petit déjeuner - sécurité routière Mercredi 1er juillet 2015 Bilan de l accidentologie en Saône-et-Loire Évolution des ATBH 2015/2014 pour la période du 1er janvier au 28 juin Période

Plus en détail

Plan Pluriannuel Départemental de Sécurité Routière

Plan Pluriannuel Départemental de Sécurité Routière Plan Pluriannuel Départemental de Sécurité Routière Période 2012-2014 Direction Principale des Routes Sous Direction des Politiques de l Entretien et de la Sécurité Routière CG 77 - SDPESR -SCSR Service

Plus en détail

Le stage de récupération de points se déroule sur 2 journées consécutives de 7H30 chacune.

Le stage de récupération de points se déroule sur 2 journées consécutives de 7H30 chacune. Déroulement du stage Durée Le stage de récupération de points se déroule sur 2 journées consécutives de 7H30 chacune. Le respect des horaires est impératif. En cas de non-respect des horaires, le stagiaire

Plus en détail

Les journées "Trajectoires" au service des motards

Les journées Trajectoires au service des motards PRÉFET DE LA HAUTE-SAVOIE Point presse Les journées "Trajectoires" au service des motards 19 avril 2015 Direction départementale des Territoires de la Haute-Savoie www.haute-savoie.gouv.fr Les journées

Plus en détail

L accidentalité 2014 du transport routier

L accidentalité 2014 du transport routier VU : véhicule utilitaire (PTAC < 3,5t) PL : poids lourd Manuelle Salathé Secrétaire générale L accidentalité 2014 du transport routier 1 3 384 personnes tuées sur les routes en 2014 2014 Progression 2013-2014

Plus en détail

USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - DES DEPISTAGES PLUS PERFORMANTS ET RAPIDES

USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - DES DEPISTAGES PLUS PERFORMANTS ET RAPIDES Les conditions de dépistage de l alcoolémie par les différents corps de contrôle sont connues de tous. Rapides et sans équivoque, les dépistages permettent de constater rapidement si un conducteur est

Plus en détail

Baromètre mensuel janvier 2015

Baromètre mensuel janvier 2015 SECURITE ROUTIERE TOUS RESPONSABLES Meurthe-et-Moselle Observatoire Départemental de la Sécurité Routière Baromètre mensuel janvier 2015 www.meurthe-et-moselle.gouv.fr DONNÉES DÉPARTEMENTALES Bilan de

Plus en détail

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Grand angle Juillet Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez n

Plus en détail

LES ACCIDENTS DU TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS

LES ACCIDENTS DU TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS Les accidents du trport routier de voyageurs Chapitre 6 LES ACCIDENTS DU TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS En 2000, le trport routier de voyageurs est une activité où le risque d'accident de travail avec

Plus en détail

Les défaillances du conducteur:

Les défaillances du conducteur: Les défaillances du conducteur: L accident est dû non pas à la fatalité mais dans 90 % des cas au conducteur luimême. Conduire demande une attention particulière afin de réagir efficacement. Cette attention

Plus en détail

Calcul du coût moyen d un type d accidents donné

Calcul du coût moyen d un type d accidents donné Calcul du coût moyen d un type d accidents donné L ONISR fournit chaque année dans son bilan de la sécurité routière en France les coûts actualisés des victimes et des dégâts matériels résultant de l insécurité

Plus en détail

Les vitesses pratiquées

Les vitesses pratiquées 3-1 Les vitesses pratiquées La vitesse est en rapport direct avec la fréquence et la gravité des accidents. C est pourquoi il est important de suivre l évolution des vitesses pratiquées pour comprendre

Plus en détail

Problèmes judiciaires. Problèmes judiciaires

Problèmes judiciaires. Problèmes judiciaires Problèmes judiciaires 61 62 63 Contrôles et délits routiers À partir de 0,5 g/l d alcool dans le sang, la conduite est interdite en France [Voir : Cadre légal en matière d alcool]. Par ailleurs, depuis

Plus en détail

Numéro du rôle : 5297. Arrêt n 62/2012 du 3 mai 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5297. Arrêt n 62/2012 du 3 mai 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5297 Arrêt n 62/2012 du 3 mai 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 38, 5, des lois relatives à la police de la circulation routière, coordonnées par

Plus en détail

SECURITE ROUTIERE CONFERENCE DE PRESSE CONJOINTE ETAT /GOUVERNEMENT - JEUDI 23 DECEMBRE 2010 -

SECURITE ROUTIERE CONFERENCE DE PRESSE CONJOINTE ETAT /GOUVERNEMENT - JEUDI 23 DECEMBRE 2010 - SECURITE ROUTIERE CONFERENCE DE PRESSE CONJOINTE ETAT /GOUVERNEMENT - JEUDI 23 DECEMBRE 2010 - DOSSIER DE PRESSE Les actions de la Nouvelle-Calédonie pour lutter contre l insécurité routière La lutte contre

Plus en détail

Les mesures administratives en matière de circulation routière. Présentation à l'afcas

Les mesures administratives en matière de circulation routière. Présentation à l'afcas Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le retrait du permis de conduire et les nouvelles mesures du programme de sécurité routière «Via Sicura» sans jamais oser le demander! 5 mai 203 Les mesures

Plus en détail

Les accidents de la route en lien avec le travail. Barbara Charbotel, MCU-PH UMRESTTE, Université Claude Bernard Lyon 1

Les accidents de la route en lien avec le travail. Barbara Charbotel, MCU-PH UMRESTTE, Université Claude Bernard Lyon 1 Les accidents de la route en lien avec le travail Barbara Charbotel, MCU-PH UMRESTTE, Université Claude Bernard Lyon 1 Sources de données pour l étude des accidents de la route liés au travail Régimes

Plus en détail

Extrait du Guide d aide à la codification du BAAC. Document réalisé par l ONISR et le SETRA Avec la collaboration du CETE du Sud-Ouest

Extrait du Guide d aide à la codification du BAAC. Document réalisé par l ONISR et le SETRA Avec la collaboration du CETE du Sud-Ouest Extrait du Guide d aide à la codification du BAAC Document réalisé par l ONISR et le SETRA Avec la collaboration du CETE du Sud-Ouest Décembre 2012 Définition de l accident corporel de la circulation routière

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER

SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER 2013 SOMMAIRE Depuis 1978,... le nombre de décès a chuté de 77,4 %. Il y a eu 399 décès sur les routes en 2013, soit 22 de moins qu en 2012, ce

Plus en détail

Sommaire. Formation spécialisée du CDPD de lutte contre l'insécurité routière 16.12.2010

Sommaire. Formation spécialisée du CDPD de lutte contre l'insécurité routière 16.12.2010 Sommaire Quelques mots sur l'accidentalité routière en Haute-Savoie L'enjeu alcool : le premier enjeu en France... et en Haute-Savoie La prévention de la récidive : une thématique large... L'étude «éthylotests

Plus en détail

Les grandes dates de la sécurité routière

Les grandes dates de la sécurité routière Les grandes dates de la sécurité routière 1893 Circulaire ministérielle du 14 août définissant le certificat de capacité valable pour la conduite des véhicules. 1899 Décret du 10 mars réglementant la circulation

Plus en détail

LA SECURITE ROUTIERE LIVRE BLANC PRESENTE AU PREMIER MINISTRE. Pierre GIRAUDET, 1988 ETAT D AVANCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE JANVIER 2002

LA SECURITE ROUTIERE LIVRE BLANC PRESENTE AU PREMIER MINISTRE. Pierre GIRAUDET, 1988 ETAT D AVANCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE JANVIER 2002 08/07/02 LA SECURITE ROUTIERE LIVRE BLANC PRESENTE AU PREMIER MINISTRE Pierre GIRAUDET, 1988 ETAT D AVANCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE JANVIER 2002 MESURES ET ORIENTATIONS PROPOSEES PAR LE LIVRE BLANC SUITES

Plus en détail

Baromètre mensuel avril 2014

Baromètre mensuel avril 2014 Meurthe-et-Moselle Observatoire Départemental de la Sécurité Routière Baromètre mensuel avril 214 www.meurthe-et-moselle.gouv.fr DONNÉES DÉPARTEMENTALES Bilan de l accidentologie par mois (provisoire)

Plus en détail

Liste des délits et infractions au code de la route.

Liste des délits et infractions au code de la route. Liste des délits et infractions au code de la route. Délits Conduite en état d'ivresse manifeste ou sous l'empire d'un état alcoolique (>= 0.8 g/l de sang ou 0.4 mg/l d'air expiré) CR: code de la route,

Plus en détail

SECURITE ROUTIERE. Quelques données générales sur l insécurité routière francilienne

SECURITE ROUTIERE. Quelques données générales sur l insécurité routière francilienne SECURITE ROUTIERE Les données sont issues de l exploitation des Bulletins d Analyse d Accidents Corporels (BAAC) 24.Source : SETRA-DREIF 2 Quelques données générales sur l insécurité routière francilienne

Plus en détail

Conférence de presse du 12 mai 2015. Permis à points - Nouveau barème à partir du 1 er juin 2015

Conférence de presse du 12 mai 2015. Permis à points - Nouveau barème à partir du 1 er juin 2015 Conférence de presse du 12 mai 2015 Permis à points - Nouveau barème à partir du 1 er juin 2015 Nouveau barème du permis à points à partir du 1 er juin 2015 Contexte politique gouvernementale en matière

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 7 Titre I La police de la circulation routière 9

Table des matières. Sommaire 7 Titre I La police de la circulation routière 9 Table des matières Sommaire 7 Titre I La police de la circulation routière 9 Chapitre 1 La police de la circulation routière, les infractions et les procès-verbaux 9 Section 1 Introduction 9 Section 2

Plus en détail

Dossier de presse. Sécurité routière en Martinique Bilan 2014 et plan 2015. Conférence de presse Vendredi 13 février 2015 à 11h30

Dossier de presse. Sécurité routière en Martinique Bilan 2014 et plan 2015. Conférence de presse Vendredi 13 février 2015 à 11h30 Cabinet du préfet Bureau de la communication interministérielle Fort-de-France, le 2015 Dossier de presse Sécurité routière en Martinique Bilan 2014 et plan 2015 Conférence de presse Vendredi 13 février

Plus en détail

Principes de bonne pratique :

Principes de bonne pratique : Principes de bonne pratique : Recommandations en vue de la création de bases de données génétiques nationales Le présent document a été élaboré par le Groupe d experts d INTERPOL sur le suivi des techniques

Plus en détail