Les Banques face à la gestion des incidents liés aux moyens de paiement : Cas de la BIBE INTRODUCTION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Banques face à la gestion des incidents liés aux moyens de paiement : Cas de la BIBE INTRODUCTION"

Transcription

1 INTRODUCTION Née à partir de l échec du marché de la finance directe, marché sur lequel demandeurs et offreurs de capitaux se rencontrent pour se procurer de la liquidité, les banques apparaissent aujourd hui comme intermédiaires transformateurs. Elles sont aussi capables de gérer au mieux les informations afin de garantir les intérêts des uns et des autres. Sous un autre angle enfin, elles sont intermédiaires entre une multitude de demandeurs et d offreurs dans le but de pratiquer un taux d intérêt raisonnable sans que ceci ne porte atteinte à leurs profits. De part son statut d intermédiaire financier, la banque joue un rôle prépondérant dans la vie socio-économique de chaque pays. Suite à la faillite générale de l ensemble du système bancaire dans tous les pays de l UEMOA, occasionnée par la reforme de 1974, on a assisté de nouveau à un retour au système bancaire libérale. La refonte systématique de l ancien système (privatisation des banques) ainsi que la création de nouveaux établissements bancaires ont permis d aboutir à l actuel système bancaire. Si à un moment donné de l histoire, les transactions monétaires s effectuaient en espèces (billets et pièces), les difficultés et limites liées à ce moyen d échange, à savoir : le vol, l encombrement, la dépréciation et la destruction, ont conduit à l avènement d instruments plus souples et moins contraignants du point de vue logistique. Au nombre de ces instruments de paiement figure en bonne place les chèques, les virements, les effets de commerce et les cartes bancaires. Etant donné que ces instruments de paiement constituent l essentiel des liens transactionnels entre les agents économiques, soit d un même pays, soit avec ceux de l extérieur, il apparaît donc normale que le rôle prépondérant que jouent les banques dans une économie moderne n est plus à 1

2 démontrer. Qu on les appelle banque, établissements de crédit ou institutions financières, ces entités chargées, de recevoir du public des fonds qu elles utilisent en opérations d escompte ou de crédit se retrouvent, de part leur fonction, au cœur de l activité économique (financement, investissement ) Il est communément admis qu il existe un lien entre la vitesse de circulation de la monnaie (monnaie fiduciaire et monnaie scripturale) et le volume des transactions effectuées dans une économie. Il est également admis que lorsque, le volume de la monnaie fiduciaire en circulation dans une économie est trop important, le volume des transactions est assez limité du fait de la lenteur des dites transactions. Or trop de lenteurs ne favorisent pas l évolution, bien au contraire elles entraînent la stagnation et la régression. Plusieurs auteurs soutiennent (et certaines expériences le prouvent) que le progrès et le développement d une économie sont en partie liés à l importance du volume de la monnaie scripturale en circulation, ainsi qu a sa vitesse de circulation, d où l intérêt de se poser un certain nombre de questions relatives à la place qu occupe la monnaie scripturale et son utilisation, dans un pays comme le Bénin, pays en voie de développement (PVD). De façon plus précise, il y a lieu de se demander quels sont les moyens de paiement utilisés de nos jours à la? Ces instruments, compte tenu de leur diversité et de leur complexité, engendrent des problèmes aussi bien dans leur utilisation que dans leur gestion malgré qu ils soient régis par une loi. Le récent mémoire propose une contribution à la réduction des incidents relatifs aux moyens de paiement au Bénin en particulier au chèque. Cette contribution fera partie intégrante de nos réflexions dans le cadre du thème du présent mémoire, thème intitulé << LES BANQUES FACE A LA GESTION DES INCIDENTS LIES AUX MOYENS DE PAIEMENT : CAS DE LA >>. 2

3 Notre étude abordera ces problèmes par une approche structurée en trois chapitres : Le premier abordera le cadre institutionnel et théorique de l étude, Le second sera consacré à la présentation des moyens de paiement ainsi qu aux incidents liés à ces derniers, Le troisième présentera enfin les analyses et les suggestions. 3

4 CHAPITRE I : CADRE INSTITUTIONNEL ET de l étude. THEORIQUE DE L ETUDE Ce chapitre sera consacré au cadre institutionnel et au cadre théorique SECTION 1 : CADRE INSTITUTIONEL DE L ETUDE L institution ayant servi de cadre à notre étude est la Banque Internationale du Bénin (). Cette section de notre étude sera consacrée à sa présentation à travers son historique, ses activités et son organisation. PARAGRAPHE 1 : HISTORIQUE ET ACTIVITES DE LA A- La genèse de la Après la structuration du système bancaire béninois, on assiste à l émergence d un certain nombre de banques commerciales dont la Banque Internationale du Bénin () créée le 04 décembre 1989 par les opérateurs économiques bénino-nigérians en partenariat avec trois des plus grandes banques du Nigeria à savoir : UNION BANK OF NIGERIA PLC UNITY BANK FIRST BANK OF NIGERIA PLC. La est immatriculée au registre de commerce le 04 décembre 1989 sous le N B et enregistrée le 05 février 1990 sur la liste des banques implantées dans les pays de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA ex-umoa) sous le N B0066H. 4

5 Elle a commencé ses opérations à Cotonou le 02 avril 1990 avec un capital social libéré d un milliard de FCFA détenu à hauteur de 90% par un consortium de banques nigérianes et 10% par les investisseurs béninois. Après son ouverture en 1990, la s est imposée sur le marché comme une banque commerciale dont la réputation transcende les frontières béninoises. Elle montre son efficacité à travers les résultats obtenus. En effet, son bilan est passé de trois (03) milliards de francs CFA en 1991 à près de quarante (40) milliards en 1997 (après une augmentation du capital social de deux (02) milliards de francs CFA en 1996) tandis que les bénéfices sont passés de quatre-vingt dix huit (98) millions à plus de 1,05 milliards de francs CFA sur la même période. Le développement des affaires ainsi réalisées et les attentes des clients la poussa en 1997 à diversifier ses activités en les étendant aux opérations du marché financier régional des Etats membres de l UEMOA. Pour mieux satisfaire le marché elle crée une filiale sous forme de société anonyme : c est la Finance and Security (BFS) qui est une Société de Gestion et d Intermédiation (SGI) agréée sous le numéro 15 /12/002/97 par le Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF). Elle dispose d un capital social de trois cent cinquante (350) millions de francs CFA détenu à hauteur de 75% par la et 25% par des opérateurs économiques. Mais, il faut signaler que cette croissance notée au niveau de la banque s est arrêtée en 1999 jusqu au point ou elle a enregistré un résultat négatif de 1,3 milliards de francs CFA. Ceci est dû d une part à la mauvaise gestion qui résulte de l incompétence du personnel ainsi que de la concentration des engagements de la banque sur une minorité de personnes qui sont actuellement en difficulté. D autre part, on peut citer le changement du système informatique Autobank à ISBA Bun qui a créé beaucoup de suspends aussi bien des comptes clients dont l apurement continue jusqu à ce jour 5

6 qu au niveau des comptes internes. Toutes ces difficultés qu éprouve la et qui entachent sa pérennité ont amenés la Commission Bancaire (CB) à prendre un certain nombre de dispositions. La première a consisté en la dissolution du conseil d administration et à la mise en place d une administration provisoire en 2001 où le directeur général a plein pouvoir de décision et la seconde disposition qui pour porter le capital à neuf (09) milliards de francs CFA. Grâce à ces dispositions suivies d un licenciement économique intervenu en 2001, la continue jusqu à nos jours d assurer sa mission qui est d être une institution bancaire innovatrice de premier rang fournissant une large gamme de produits et services financiers efficaces à sa clientèle. En s appuyant sur une équipe de professionnels créatifs, hautement qualifiés, avisés, motivés et dotés de moyens technologiques modernes,la joue un rôle de premier ordre dans la satisfaction des besoins de sa clientèle. Tous ces atouts permettent à la dont l administration provisoire est levée à nos jours de bien mener ses activités et d améliorer ses performances qui d ailleurs sont orientées dans plusieurs domaines. B-ACTIVITES ET PERFORMANCES DE LA En tant qu établissement bancaire, la a pour objet principal, la prestation de services financiers à sa clientèle privée. Ces services comprennent entre autre : les prêts et avance, le financement des entreprises, les activités du marché monétaires, les opérations de commerce extérieur et les services accessoires. Elle dispose de neuf (09) agences dont quatre (04) à Cotonou (agence Marina, agence steinmetz, agence Dantokpa, agence Jéricho) ; une (01) agence à Porto-Novo (agence Kokoyè) ; une agence à Abattoir ; une agence à Sèmè-Kraké ; une agence à Savè et une (01) agence à Parakou (agence 6

7 Parakou). A tout cela s ajoute la filiale de Nigeria : la Nigeria Limited. Toutes ces dispositions font d elle une banque à vocation de proximité. A travers son réseau d agences, la développe les activités comme : - la tenue des comptes (compte courant, compte d épargne et de dépôt) ; - le change ; - le transfert d argent (grâce à son système très efficace le Money Gram) ; - la collecte des fonds ; - la location de coffre fort Par sa structure de gestion et d intermédiation financière ( FINANCE & SECURITY), elle offre divers services aux investisseurs comme aux émetteurs. 1. Les services aux investisseurs La BFS intervient de façon directe sur le marché boursier régional et bénéficie à ce titre de la négociation des valeurs mobilières cotées sur ce marché ; elle assure en grande partie la conversion des titres pour le compte de ses clients. Elle procède aussi à la tenue des comptes de ses investisseurs et règles leurs portefeuilles de titres. De plus elle leur propose deux formules de gestion : a) la gestion assistée par laquelle la BFS mandatée par son client gère le portefeuille de valeurs mobilières pour le compte de ce dernier ; b) la gestion autonome par laquelle l investisseur préfère intervenir lui-même dans le choix des investissements et d orienter les arbitrages futurs. La est prête à financer des PME française désireuses d investir au Bénin et présentant des projets d un montant supérieur à 50 millions de francs CFA (environs ) avec une nette préférence pour les secteurs de l industrie et du commerce. 7

8 2. Les services aux émetteurs : La BFS assiste les émetteurs dans leurs opérations de mobilisation de ressource auprès du public ainsi que dans la gestion de leur trésorerie. Elle leur propose des services d ingénierie financière tels que le pilotage des opérations de privatisation, de dissolution et de fusion d entreprise. Outre ces services, la BFS aide dans l organisation et le montage des opérations d Appel Public à l Epargne (APE) et les conseils sur les Offres Publiques de Ventes (OPV) d actions et d obligations. Elle organise également l introduction en bourse de toute entreprise désireuse de se coter. 8

9 Outre la qualité des produits et des services qu elle offre, la fait également de son organisation un atout en vue d atteindre ses résultats. 9

10 PARAGRAPHE 2 : STRUCTURE ET ORGANISATION Pour accomplir efficacement sa mission, la s est dotée d une organisation hiérarchique dont l organigramme est annexé au présent document (annexe n 1 : organigramme). Son organigramme interne se présente comme suit : L assemblée Générale (AG) Elle est l organe suprême de prise de toutes les décisions engageant la vie de la banque. A ce effet, c est elle qui à travers le conseil d administration : a) définit la politique d orientation générale de la banque ; b) adopte le budget ; c) nomme le directeur général (DG) ; d) approuve les états financiers et les rapports du DG et des commissaires aux comptes (CC) ; e) renouvelle ou relève le DG et des CC Le Conseil d Administration (CA) Organe suprême de direction, elle exerce ses pouvoirs au nom de l institution et dans la limite de l objet social. Il définit la politique d orientation générale de la banque et la transmet à l assemblée générale pour amendement et adoption. Il amende et adopte le budget élaboré par la direction générale. En matière de crédit il est garant de l approbation de tous les crédits octroyés et délègue donc son pouvoir aux différents comités. Il institue des procédures de contrôle interne, adopte des politiques comptables 10

11 convenables ainsi que leur application régulière et l exécution effective de l objet social. La Direction Générale (DG) Elle est constituée d un directeur et de son Adjoint (DGA). Elle a pour rôle : - de mettre en œuvre la politique d orientation générale définie par le CA ; - de représenter la banque dans tous les actes de la vie publique ; - de nommer ses collaborateurs après avis du CA. la Direction Exécutive : (DE) Elle a pour rôle : - de faire la gestion courante ou quotidienne de la banque ; - de décider de l octroi de crédit dans la mesure des pouvoirs qui lui sont concédés par le DG ou le CA Le Secrétariat Général : (SG) Il assure la mémoire de la banque, prépare les conseils d administrations et les assemblées générales des actionnaires. La Division Gestion des Risques : (DGR) Elle est chargée de la gestion des études de demande de concours de la clientèle. Cette division occupant une position clé dans la prise de risque sur le marché, les objectifs qui lui sont assignés sont les suivants : - prendre des risques calculés sur un marché cible connu et étudié à l avance ; - contribuer à diversifier le portefeuille en essayant de réduire progressivement la concentration des risques dans les secteurs ; - appuyer l équipe marketing en contribuant au développement des 11

12 produits adaptés aux besoins de la clientèle ; - assurer une gestion administrative de haute qualité des dossiers de crédit ; - contribuer au maintien d une gestion optimale des risques bancaires. La Division Trésorerie et des Relations Internationales : (DTRI) Elle intervient sur le marché monétaire et des changes afin de maximiser la trésorerie de la banque, elle évite à la banque d avoir des encaisses oisives. Elle s occupe aussi de la gestion des opérations du commerce extérieur. La Division Affaire Juridique : (DAJ) Cette division a pour rôle de sécuriser d avantage la banque sur le plan juridique, d améliorer la gestion du post contentieux tout en maximisant les efforts de recouvrement des créances compromises, d examiner annuellement tous les dossiers de crédits, de s occuper de la formalisation des garanties et de préparer la gestion des contentieux. La Division Recouvrement : (DR) Elle est chargée du suivi et du recouvrement des créances en difficultés. La Division Marketing : (DM) Elle a pour rôle la prospection et le démarchage de nouveaux clients ainsi que la conception de nouveaux produits bancaires. La Division Inspection et Contrôle Interne : (DICI) Elle est chargée du suivi du respect des procédures, de la vérification des opérations réalisées par les différentes divisions de la direction générale. Elle fournit à travers des analyses objectives et indépendantes, des 12

13 commentaires, des évaluations et des recommandations pertinents sur les secteurs d activités contrôlés. La Division contrôle Financier : (DCF) Elle a pour rôle : - d élaborer, de réviser et de suivre l exécution du budget ; - d établir les états financiers de fin d exercice comptable et de comptabiliser les factures fournisseurs ; - de suivre le respect des ratios prudentiels de la banque et les déclarations nécessaires à la banque centrale et à l administration fiscale ; - de régulariser les comptes de la clientèle et les comptes généraux en cas d erreurs ; - d initier les études d impacts des tarifs appliqués sur la rentabilité de la banque ; - de contrôler la régularité et la sincérité des écritures passées par les autres divisions ; - de relever les suspends et faire procéder à leurs apurements. Division Administration, Ressources Humaines et Communication (DARHC) Elle est chargée de la gestion administrative des carrières du personnel et du matériel ainsi que du système de communication au sein de la banque. La Division Opération Agence : (DOA) Faisant office de direction de l exploitation, elle est chargée de l animation du réseau d agence de la banque, du fonctionnement des agences et de la gestion des relations avec la clientèle. Elle prend aussi en charge le plan d action commercial des agences de la banque. 13

14 La Division Informatique et Technologie : (DIT) Elle a pour rôle, la gestion des équipements informatiques, le traitement des données informatiques, l édition d états informatiques, la codification des données ainsi que l automatisation des opérations de la banque. La Division Gestion Stratégique et Coordination des Filiales (DGSCF) Elle est chargée de l élaboration du plan ; du rappel des axes de priorités stratégiques à long terme ; la présentation des objectifs de recette et de charge et de coordination des filiales de la banque. 14

15 SECTION 2 : CADRE THEORIQUE DE L ETUDE Dans cette section nous mettrons l accent d une part sur la problématique, les objectifs et les hypothèses de recherche et d autre part, la revue de littérature et la méthodologie de recherche adoptée dans le cadre de notre étude. PARAGRAPHE 1 : PROBLEMATIQUE, CHOIX DES OBJECTIFS ET HYPOTHESES DE L ETUDE A PROBLEMATIQUE DE L ETUDE JACQUES BRANGER (1975) définissait déjà les opérations de banque comme toute opération tendant à faciliter le règlement des transactions dans le temps. Un autre auteur Michelle DE Mourge (2001) apporte la précision que les banques créent la monnaie en consentant des crédits. Ce sont elles qui procurent à l économie, les instruments de paiement en mettant à la disposition des clients leur propre monnaie ou en leur procurant la monnaie émise par la banque d émission : ainsi, à première vue, il apparaît que l activité bancaire est indissociable de la monnaie. Aussi, est-il évident qu au début, les opérations de banque ne portaient pas sur la monnaie mais plutôt sur les biens matériels, bien entendu qu à cette époque les échanges se faisaient par le troc (échange d un bien ou d un service contre un autre). Désormais, avec l apparition de la monnaie, les hommes ont cessé d échanger directement les biens les uns contre les autres. Ainsi, on est passé de l économie de troc à l économie monétaire dans 15

16 laquelle l échange direct (bien ou service contre un autre) se décompose en bien ou service contre la monnaie d une part et monnaie contre bien ou service d autre part. Dès lors, née pour servir d intermédiaire dans les échanges en palliant aux problèmes liés au troc et à l évolution du commerce (coût d information et de transport élevé ; commodité) ; la monnaie subira de profondes mutations voire une diversification spectaculaire. De la simple pièce, on distingue aujourd hui en tant qu instruments les billets de banque, les chèques, les cartes bancaires, la monnaie électronique Néanmoins, en se référant au contexte des pays en voie de développement ; en particulier ceux de l U.E.M.O.A, on note une prépondérance dans l utilisation de la monnaie fiduciaire lors des règlements des transactions à cause de sa rapidité et de son caractère irrévocable. Des transactions se font aussi par l entremise de la monnaie scripturale mais elle est moins utilisée que la première. Il est nécessaire de rappeler qu aujourd hui c est l ensemble de la monnaie fiduciaire (pièces et billets de banque) et la monnaie scripturale (chèque, lettre de change, billet à ordre, carte bancaire, virement ) qui constitue les moyens ou instruments de paiement. Par ailleurs lorsqu on se fonde sur la définition du Larousse la banque est un «Etablissement où se fait le commerce de la banque». Le commerce de la banque étant «le commerce de l argent et des titres fiduciaires de toute nature, effets de commerce et valeur de bourse». Il est évident que le développement des moyens de paiement ne peut se faire sans le contrôle et la régularité de la banque. Ainsi, au moment des opérations de caisse ou de crédit, les banques ont un rôle certain à jouer. Ainsi, tout banquier, lors du règlement d un instrument quelconque ou lors de la mise en place d un crédit, doit procéder à certaines vérifications et prendre certaines précautions à défaut desquelles sa 16

17 propre responsabilité et la responsabilité de la banque pour le compte de qui il agit, serait engagée : il s agit alors d incidents de paiement. De même, lorsqu on sait que le développement et le progrès d une économie sont en partie liés à l importance du volume de la monnaie scripturale mise en circulation ainsi qu à sa vitesse de circulation, il y a lieu de poser certaines questions relatives à la place qu occupe cette forme de monnaie et son utilisation dans un pays comme le Bénin : Quels sont les moyens de paiement dont dispose la? Il y a-t-il des incidents relatifs à ces moyens de paiement? Quelle est le règlement en vigueur régissant les moyens de paiement, en particulier le chèque? La recherche des réponses à ces diverses interrogations nous conduit à intituler le thème du présent mémoire : «LES BANQUES FACE A LA GESTION DES INCIDENTS LIES AUX MOYENS DE PAIEMENT». B OBJECTIFS ET HYPOTHESES Nous abordons dans cette partie les objectifs visés par notre étude ainsi que les hypothèses de travail formulées que nous présenterons dans un tableau de bord. 1 Objectifs de l étude Les objectifs poursuivis sont de deux ordres : l objectif général et les objectifs spécifiques. a) L objectif général La présente étude est de contribuer à la réduction des incidents de 17

18 paiement par chèque à la. b) Les objectifs spécifiques Ils sont relatifs aux problèmes spécifiques identifiés et se présentent comme suit : - Amener le système bancaire à faire une large diffusion de la loi portant sur les moyens de paiement notamment sur ses aspects coercitifs, - Amener la banque à mettre en place un système d information permanente des clients sur leur position bancaire, - Amener les banques à appliquer intégralement et sans complaisance la loi prévue en cas d émission de chèque sans provision. 2 Les hypothèses de travail Notre étude sera dirigée par les hypothèses suivantes : Hypothèse 1 L inadéquation des moyens de diffusion de la loi en vue de sa vulgarisation est à l origine de la méconnaissance de la loi. Hypothèse 2 L information du client dans les délais conditionne la connaissance de sa position bancaire. Hypothèse 3 La non application complète de la loi est à la base de la subsistance des chèques sans provision. TABLEAU DE BORD 18

19 NIVEAU D ANALYSE GENERAL SPECIFIQUES Notre étude sera axée sur le tableau récapitulatif suivant : PROBLEMES La persistance des incidents de paiement malgré les dispositions légales La méconnaissance de la loi régissant les moyens de paiement La non connaissance de la situation de son compte bancaire La subsistance des chèques sans provision OBJECTIFS Contribuer à la réduction des incidents de paiement Amener le système bancaire à faire une plus large diffusion de la loi Amener la banque à prendre des dispositions permettant une information permanente des clients Amener les banques à appliquer intégralement et sans complaisance la loi CAUSES SUPPOSEES Insuffisance d information disponible au sujet de loi par le client La non information du client à bonne date (dans les délais) sur sa situation bancaire La non application de la loi ou son application partielle HYPOTHESES L inadéquation des moyens de diffusion de la loi est à la base de la méconnaissance de la loi L information du client dans les délais conditionne la connaissance de sa position bancaire La non application complète de la loi est à la base de la subsistance des chèques sans provision 19

20 PARAGRAPHE 2 : REVUE DE LITTERATURE ET METHODOLOGIE DE RECHERCHE A REVUE DE LITTERATURE La revue de littérature consistera pour nous à donner une définition succincte ou une clarification de certains concepts qui meubleront la suite de notre travail ; de même les contributions de certains auteurs sur le sujet seront apportées. Ainsi, les concepts liés aux différents moyens de paiement à savoir le chèque, le virement, les cartes bancaires, les effets de commerce, les transferts, les prélèvements ; seront présentés et clarifiés pour établir le consensus sur le sens à donner à nos développements futurs. 1 Clarification des concepts Moyen de paiement Au terme des dispositions de la loi bancaire, «sont considérés comme moyens de paiement, tous les instruments qui, quel que soit le support ou le procédé technique utilisé, permettent à toute personne de transférer des fonds». Les moyens de paiements peuvent être regroupés en deux (02) catégories : a) Les instruments de paiements dits «traditionnels» qui représentent les instruments de paiement les plus anciens et les premiers à connaître une utilisation de la part du public (le chèque, le virement, les effets de commerce, le crédit documentaire, les transferts, la remise documentaire) ; b) Les instruments de paiement «modernes» dont l utilisation au Bénin n est pas encore effective ou connaît un timide début en raison de 20

21 certaines difficultés (les prélèvements automatiques, les cartes bancaires et autres instruments électroniques de paiement). Chèque Le chèque est, selon le sens commun, un papier imprimé où est écrite la somme à toucher dans une banque. Le maxi dictionnaire (1990) définit le chèque comme «un titre de paiement par lequel le titulaire d un compte donne l ordre à sa banque de verser une somme au profit d un tiers ou au sien propre» ; de même, le dictionnaire universel (1995) entend par chèque, «un mandat de paiement adressé à un banquier et servant au titulaire d un compte à effectuer, à son profit et au profit d un tiers, le retrait de tout ou partie des fonds disponibles à ce compte». BERNET ROLLANDE (2001) précise la notion de chèque comme suit : «le chèque est un écrit par lequel une personne le tireur donne l ordre à une autre personne le tiré de payer une certaine somme au titulaire du compte ou à un tiers le bénéficiaire à concurrence des fonds déposés chez le tiré».le chèque fait intervenir trois (03) personnes (le tireur, le tiré et le bénéficiaire) qui seront beaucoup plus détaillées dans le premier paragraphe de la première section du deuxième chapitre de notre mémoire. Le chèque est un titre négociable représentant une catégorie de monnaie (la monnaie scripturale) et comporte pour sa validité quelques mentions importantes : le mot «chèque», l indication du montant en chiffre et en toutes lettres, le nom du tiré, le lieu de paiement, l adresse complète, la date et le lieu de création du chèque, la signature de l émetteur du chèque, le nom du bénéficiaire. Deux (02) types principaux de chèques sont à distinguer : les chèques pré barrés et non endossables, les chèques non barrés et endossables qui seront beaucoup plus détaillés dans le deuxième chapitre. 21

22 Virement Selon Luc BERNET ROLLANDE (2001), le virement s entend comme «une opération qui consiste à débiter un compte pour en créditer un autre» Les professionnels définissent le virement comme «l opération par laquelle la banque, à la demande de son client donneur d ordre débite le compte de celui-ci pour créditer ou faire créditer le compte du bénéficiaire». Le compte à créditer peut être : 1. Soit un compte du client lui-même : c est l ordre de virement ; 2. Soit le compte d un tiers possédant dans la même banque un compte (c est le virement direct ou virement interne), ou dans une autre banque (c este le virement indirect ou virement interbancaire). Le virement peut être simple, permanent : le premier généralement pour une seule opération et le second en cas d opérations périodiques avec montants fixes. Effets de commerce - Lettre de change Encore appelé TRAITE, la lettre de change est un écrit par lequel une personne (le tireur) donne l ordre à une autre personne (le tiré) de payer une somme donnée à une troisième personne (le bénéficiaire) à une date déterminée ; c est donc une initiative du créancier. Le tireur demande le paiement à la banque du tiré le 10/12/08 22

23 Existence d une Tireur Dette = Provision Ordre de payer Tire Existence d une dette Le tiré tenu d approvisionner son compte avant le 10/12/08 Paiement Bénéficiaire Schéma récapitulatif d une lettre de change Charles DEL BUSTO (1998) définit la traite comme «un ordre inconditionnel écrit et signé par lequel le signataire requiert une autre personne le tiré de payer sur demande ou à une date future et fixée, une somme à un tiers ou pour le compte de ce dernier, ou au porteur» - Billet à ordre Le billet à ordre est, pour le dictionnaire universel, «un engagement écrit de payer une somme d argent». C est donc une initiative du débiteur. D une manière plus technique, le billet à ordre est défini comme «un écrit par lequel le débiteur reconnaît la dette et s engage à la payer à une date donnée». 23

24 Le prélèvement automatique D après Luc BERNET ROLLANDE (2001), le prélèvement automatique consiste en une procédure par laquelle le titulaire du compte autorise un créancier à prélever sur son compte toute somme due à ce dernier. Remarquons que cette autorisation est générale et rarement déterminée quant au montant ou à l échéance. Le transfert Le transfert est un type de virement dont la caractéristique principale est qu il sert à effectuer des virements internationaux c est-à-dire d un pays à un autre. Très utilisé dans le commerce international, il peut se faire par courrier, télex ou swift. La carte bancaire La carte bancaire est un support de règlement des transactions établie par la banque dans le souci de faciliter à sa clientèle les opérations qu elle effectue. La carte bancaire regroupe : - La carte de retrait exclusivement destinée à des retraits ; - La carte de paiement définie comme «une carte émise par la banque ou tout autre organisme habilité et qui permet d effectuer des retraits ou de virer des fonds». Le crédit documentaire Pour Charles DEL BUSTO (1998), «le crédit documentaire ou lettre de crédit est un engagement donné par une banque pour le compte de l acheteur (donneur d ordre) ou pour son propre compte de payer au bénéficiaire, la valeur d un effet de commerce (traite) et / ou de documents 24

I. L EMISSION DU CHEQUE :

I. L EMISSION DU CHEQUE : LE CHEQUE I. L EMISSION DU CHEQUE : En tant qu instrument de paiement, le chèque obéit à des règles précises régissant son émission. Caractéristiques du chèque : C est un instrument de paiement à vue,

Plus en détail

CHAPITRE 5 : CADRE COMPTABLE, LISTE DES COMPTES ET FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES

CHAPITRE 5 : CADRE COMPTABLE, LISTE DES COMPTES ET FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES 230 CLASSE 1 : COMPTES DE TRESORERIE ET D OPERATIONS AVEC LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT ET ASSIMILES 1 - CONTENU DE LA CLASSE 1 La classe 1 enregistre, outre les espèces,

Plus en détail

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation 1. Instruction n 1 du 8 mai 2004 relative à la promotion des moyens de paiements scripturaux et à la détermination des intérêts

Plus en détail

Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement

Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement 1 / 10 Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement Le P6 regroupe 3 parties : - Le suivi et l optimisation de la trésorerie à court terme (au jour le jour) ; - La détermination des besoins

Plus en détail

PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT

PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT 1. Les pièces comptables A. La facture Définition : Etat détaillé des biens et services vendus que le fournisseur remet ou envoie à l acheteur. C est un document

Plus en détail

Fonds pour l adaptation

Fonds pour l adaptation Fonds pour l adaptation Conseil du Fonds pour l adaptation Deuxième réunion Bonn, 16-19 juin 2008 AFB/B.2/10 22 mai 2008 Point 6h) de l ordre du jour FONCTIONS ET ATTRIBUTIONS DE L ADMINISTRATEUR DU FONDS

Plus en détail

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation A. Le cycle d exploitation L activité de l unité commerciale

Plus en détail

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA Plan INTRODUCTION 1 / LA SOCIÉTÉ DE BOURSE DE CASABLANCA 2 / L AUTORITE DE SURVEILLANCE (CDVM) 3 / LES SOCIETES DE BOURSE 4 / LES ORGANISMES DE PLACEMENT

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Règlement de la Banque d n 92-08 du 17 novembre 1992 Le Gouverneur de la Banque d, Vu la Loi n 88-01

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO Janvier 2004 CONVENTION DU CAISSIER DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ENTRE La REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, représentée par le Ministre

Plus en détail

Plan LA BANQUE CONCLUSION INTRODUCTION. 1. Définition de la Banque ; 2. Types de banques ; 3. Les produits bancaires ; 4. La Clientèle de la banque ;

Plan LA BANQUE CONCLUSION INTRODUCTION. 1. Définition de la Banque ; 2. Types de banques ; 3. Les produits bancaires ; 4. La Clientèle de la banque ; LA BANQUE Plan INTRODUCTION 1. Définition de la Banque ; 2. Types de banques ; 3. Les produits bancaires ; 4. La Clientèle de la banque ; 5. Opérations de banque. CONCLUSION INTRODUCTION La banque est

Plus en détail

Le crédit documentaire PRESENTEE PAR :

Le crédit documentaire PRESENTEE PAR : Le crédit documentaire PRESENTEE PAR : Introduction 1. Définition: Le crédit documentaire est un arrangement bancaire pour le règlement des transactions commerciales internationales. Plus précisément,

Plus en détail

Accès au crédit et foncier

Accès au crédit et foncier Réseau National des Chambres d'agriculture du Niger Note d information Accès au crédit et foncier RECA Réseau National des Chambres N d Agriculture du Niger iger 22 mai 2015 / Rédaction : Florence Bron-Saïdatou

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

La lettre de change ou traite

La lettre de change ou traite 1 Le règlement Le règlement est l opération par laquelle un acheteur remet au vendeur, sous diverses formes, l équivalent de la marchandise reçue. L acheteur et le vendeur ont pris des accords au préalable

Plus en détail

Chapitre 8. Les règlements et le rapprochement bancaire

Chapitre 8. Les règlements et le rapprochement bancaire Chapitre 8 et le rapprochement bancaire Les opérations financières Le rapprochement bancaire Les moyens de règlement sont divers : espèces, chèque, virement, carte bancaire, lettre de change, etc. Ils

Plus en détail

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES PAGE 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 3.00 ÉVALUATION DU RISQUE... 3 3.01 Demande d ouverture de crédit...

Plus en détail

Le Crédit documentaire

Le Crédit documentaire FinancEmEnt En devises Et trade FinancE Le Crédit documentaire que vous exportiez ou importiez des marchandises et/ou des services, vous avez besoin de garanties : garantie du paiement de vos ventes si

Plus en détail

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE Article 1 : La société (émetteur ou intermédiaire en bourse

Plus en détail

Le revenu et le pouvoir d achat

Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu & le pouvoir d achat Le revenu d une personne est la somme d argent perçue en contrepartie du travail fourni, de ses placements, d un service rendu ou d une situation

Plus en détail

Comptabilité Générale II

Comptabilité Générale II Université IBN ZOHR Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales Agadir Economie et Gestion Semestre 2 Sections G H I Comptabilité Générale II Mohamed LAABOUBI Année universitaire 2014-2015

Plus en détail

I- DÉFINITION DU CHÈQUE

I- DÉFINITION DU CHÈQUE I- DÉFINITION DU CHÈQUE II- UTILISATION ET CONDITION DE FORME DU CHÈQUE - LE CHÈQUE INSTRUMENT DE PAIEMENT - LE CHÈQUE INSTRUMENT DE RETRAIT - LA PROVISION DU CHÈQUE III- ENCAISSEMENT DU CHÈQUE - PAIEMENT

Plus en détail

I Les choix financiers : les besoins et les sources de financement

I Les choix financiers : les besoins et les sources de financement I Les choix financiers : les besoins et les sources de financement 1. Les besoins de financement 2. Le cycle d'exploitation II Les moyens de financement A. Le financement des investissements A1. Les capitaux

Plus en détail

Présenté par Monsieur WALY NDOUR Trésorier général Direction générale de la Comptabilité publique et du Trésor Ministère de l Economie et des

Présenté par Monsieur WALY NDOUR Trésorier général Direction générale de la Comptabilité publique et du Trésor Ministère de l Economie et des Présenté par Monsieur WALY NDOUR Trésorier général Direction générale de la Comptabilité publique et du Trésor Ministère de l Economie et des Finances INTRODUCTION I. AVANT L INTERVENTION SUR LE MARCHE

Plus en détail

FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 2 : FONCTIONNEMENT D UNE BOURSE : ORGANISATION DES ÉCHANGES PAR LA COSUMAF

FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 2 : FONCTIONNEMENT D UNE BOURSE : ORGANISATION DES ÉCHANGES PAR LA COSUMAF FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 2 : FONCTIONNEMENT D UNE BOURSE : ORGANISATION DES ÉCHANGES PAR LA COSUMAF SOMMAIRE DU THEME 2 I LES DIFFÉRENTS ORDRES DE BOURSE 1. Les caractéristiques d un ordre de bourse

Plus en détail

La carte d achat, c est quoi ça?

La carte d achat, c est quoi ça? La, c est quoi ça? C est un outil mis à disposition des structures publiques et privées qui modifie et simplifie l acte d approvisionnement : C est une carte bancaire nominative et sécurisée qui permet

Plus en détail

Constitution des sociétés

Constitution des sociétés Chapitre Constitution des sociétés O b j e ctifs du chapitre : Etre capable de procéder aux écritures comptables de constitution de différentes sociétés en fonction des situations qui se présentent. D

Plus en détail

Togo. Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe

Togo. Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe Loi uniforme n 2009-23 du 14 octobre 2009 [NB - Loi uniforme n 2009-23 du 14 octobre 2009 relative aux entreprises d investissement à capital

Plus en détail

Emprunt obligataire par appel public à l épargne

Emprunt obligataire par appel public à l épargne «Etat du Tchad 6% net 2013-2018» Emprunt obligataire par appel public à l épargne CARACTERISTIQUES Conseil financier de l Etat du Tchad Co-Arrangeurs I. Caractéristiques de l emprunt Les principales caractéristiques

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

J exposerai à ce titre les deux problématiques suivantes :

J exposerai à ce titre les deux problématiques suivantes : Monsieur le Premier Président, Monsieur le Procureur Général, Mesdames et Messieurs les Présidents, Mesdames et Messieurs, Dans le cadre des débats de ce jour, relatifs aux premières expériences vécues

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS

POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS La présente section vise à vous communiquer, conformément à la Directive, des informations sur la politique d exécution des ordres sur instruments

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie OCTOBRE 2015 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & aveclespme.fr Le nouveau site pratique de la Fédération Bancaire

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail

Guide d information sur les OPCVM

Guide d information sur les OPCVM Guide d information sur les OPCVM 1. Les OPCVM : Définition et types. 2. Les Avantages d un placement en OPCVM. 3. L a constitution d un OPCVM. 4. Le fonctionnement d un OPCVM. 5. Les frais de gestion

Plus en détail

COMMENT LES BANQUES PRIMAIRES POURRAIENT FACILITER L ACCES DU SECTEUR PRIVE AU FINANCEMENT

COMMENT LES BANQUES PRIMAIRES POURRAIENT FACILITER L ACCES DU SECTEUR PRIVE AU FINANCEMENT COMMENT LES BANQUES PRIMAIRES POURRAIENT FACILITER L ACCES DU SECTEUR PRIVE AU FINANCEMENT Présenté par: Mme Vololomanitra RAKOTONDRALAMBO DIRECTEUR GENERAL ADJOINT DE LA BOA-MADAGASCAR 1 PARTIE I: RAPPEL

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2005-10

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2005-10 Tunis, le 14 juillet 2005 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2005-10 Objet : Tenue et administration des comptes de certificats de dépôt et des comptes de billets de trésorerie. Le Gouverneur de

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS Présenté par : YEO SIONLE Date : 4 au 6 novembre 2009 Lieu : CCT/BNETD Département des Etudes Economiques et Financières Plan

Plus en détail

Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Les conseillers en investissements financiers (CIF)

Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Les conseillers en investissements financiers (CIF) MARS 2006 S informer sur... Les conseillers en investissements financiers (CIF) Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Un conseiller en investissements financiers est une personne

Plus en détail

FICHE 24 LES PROCÉDURES DE DÉCLARATION DIRECTE

FICHE 24 LES PROCÉDURES DE DÉCLARATION DIRECTE Deuxième PARTIE FICHE 24 LES PROCÉDURES DE DÉCLARATION DIRECTE 1. OBJET L obligation de fournir les éléments d identification correcte des opérations relevant de la balance des paiements repose sur les

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

Condition d'utilisation. Conditions générales de vente des cours de cuisine pour les particuliers

Condition d'utilisation. Conditions générales de vente des cours de cuisine pour les particuliers Condition d'utilisation Conditions générales de vente des cours de cuisine pour les particuliers Article 1- Objet : Casa d'arno propose des cours de cuisine pour les particuliers dont les différentes formules

Plus en détail

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ :

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : LOI N 2010-737 DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT RÉFORME DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : CHAPITRE II Publicité et information de l emprunteur Article

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques Règlement de la Banque d n 09-04 du 23 juillet 2009 Source : www.droit-algerie.com [NB - Règlement de la Banque d n 09-04 du 23 juillet

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Foire aux questions (FAQ)

Foire aux questions (FAQ) Règlement (CE) n 924/2009 concernant les paiements transfrontaliers dans la Communauté (Règlement concernant l égalité des frais pour les paiements nationaux et transfrontaliers) Foire aux questions (FAQ)

Plus en détail

CIRCULAIRE N 09/01 RELATIVE A L ANIMATION DU MARCHE DE VALEURS MOBILIERES COTEES

CIRCULAIRE N 09/01 RELATIVE A L ANIMATION DU MARCHE DE VALEURS MOBILIERES COTEES Rabat, le 14 juin 2001 CIRCULAIRE N 09/01 RELATIVE A L ANIMATION DU MARCHE DE VALEURS MOBILIERES COTEES Aux termes de l article 14 ter du dahir portant loi n 1-93-211 relatif à la Bourse des valeurs, tel

Plus en détail

choix de la banque tirée choix de la date de rédaction du chèque absence de frais bancaires à ce jour

choix de la banque tirée choix de la date de rédaction du chèque absence de frais bancaires à ce jour III. Les conditions bancaires 1. La problématique du choix de la banque 2. Les principaux instruments de paiement domestiques 3. Les jours de valeur et les jours de banque 4. Les taux d intérêt 5. Les

Plus en détail

Les moyens de financement du commerce international :

Les moyens de financement du commerce international : Les moyens de financement du commerce international : CREDIT DE PRE FINANCEMENT : C est un crédit contracter par l exportateur au prés de sa banque pendant la période de fabrication parce que les acomptes

Plus en détail

Entre : - Le Professionnel (raison sociale) [ ] numéro SIREN adresse du siège social numéro d habilitation numéro d agrément

Entre : - Le Professionnel (raison sociale) [ ] numéro SIREN adresse du siège social numéro d habilitation numéro d agrément MINISTERE DE L'INTÉRIEUR MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE ET DES FINANCES CONVENTION D AGRÉMENT EN VUE DE LA PERCEPTION DES TAXES ET DE LA REDEVANCE DUES SUR LES CERTIFICATS D IMMATRICULATION DES VÉHICULES À MOTEUR

Plus en détail

Politique de Gestion des Conflits d Intérêts

Politique de Gestion des Conflits d Intérêts Politique de Gestion des Conflits d Intérêts Rédigé par : Olivier Ramé Signature : Autorisé par : Olivier Ramé (RCCI) Signature : Date de création : 23/03/2012 Diffusé le : 26/03/2012 auprès de : Collaborateurs

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

REGLEMENT FINANCIER. Règlement financier validé par l Assemblée Générale Fédérale du 1 er février 2014 1

REGLEMENT FINANCIER. Règlement financier validé par l Assemblée Générale Fédérale du 1 er février 2014 1 REGLEMENT FINANCIER Règlement financier validé par l Assemblée Générale Fédérale du 1 er février 2014 1 SOMMAIRE 1. REGLEMENT FINANCIER 3 1.1. Elaboration du budget 3 1.2. Responsabilités et compétences

Plus en détail

Les instruments de règlement à l international

Les instruments de règlement à l international Les instruments de règlement à l international Les instruments de règlement à l international En fonction du degré de confiance que vous accordez à votre client ou à votre fournisseur, BMCE Bank vous propose

Plus en détail

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 I L ENTREPRISE ET LA FAMILLE La famille est une entreprise La famille dépend de l entreprise La famille et l entreprise se gèrent de la même manière mais indépendamment

Plus en détail

Le crédit documentaire. Mai 2014

Le crédit documentaire. Mai 2014 Le crédit documentaire Mai 2014 Le crédit documentaire 2 S O M M A I R E PAGES Définition 3 Fonctionnement 4 Les différents types de crédit documentaire 6 Les conditions du crédit documentaire 7 Les documents

Plus en détail

SERVICE DES RESSOURCES FINANCIÈRES PROCÉDURE ADMINISTRATIVE CONCERNANT LE TRAITEMENT DES FACTURES À PAYER

SERVICE DES RESSOURCES FINANCIÈRES PROCÉDURE ADMINISTRATIVE CONCERNANT LE TRAITEMENT DES FACTURES À PAYER 1120-11-05 SERVICE DES RESSOURCES FINANCIÈRES PROCÉDURE ADMINISTRATIVE CONCERNANT LE TRAITEMENT DES FACTURES À PAYER Révisé en septembre 2003 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 3 1. Bon de commande...

Plus en détail

ROLE DE LA STICODEVAM ET GESTION DES BONS DU TRESOR

ROLE DE LA STICODEVAM ET GESTION DES BONS DU TRESOR ROLE DE LA STICODEVAM ET GESTION DES BONS DU TRESOR L internationalisation croissante des investissements et la mobilité des capitaux incitent toutes les places financières à s adapter en permanence voire

Plus en détail

GUIDE DE GESTION BANCAIRE

GUIDE DE GESTION BANCAIRE GUIDE DE GESTION BANCAIRE À DESTINATION DES JEUNES PRIS EN CHARGE PAR LES SERVICES DE L AIDE SOCIALE À L ENFANCE ET AUX FAMILLES Pour vos premiers pas dans la gestion de vos biens R1400020-2 4 novembre

Plus en détail

SOMMAIRE G.1 COMPOSANTES DE LA TRESORERIE... 2

SOMMAIRE G.1 COMPOSANTES DE LA TRESORERIE... 2 SOMMAIRE G.1 COMPOSANTES DE LA TRESORERIE... 2 G.2 GESTION DES COMPTES BANCAIRES ORDINAIRES... 3 G.2.1 Retrait du compte bancaire... 4 G.2.2 Contrôle du compte bancaire... 5 G.2.3 Déroulement du rapprochement

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I PRESENTATION Article 1 Le CCAS de Bourg en Bresse, participe depuis juin 2003 à la coordination des aides

Plus en détail

CHAPITRE I : LES PRINCIPES GENERAUX DE LA LIQUIDATION SECTION 1 : DÉFINITION DE LA LIQUIDATION :

CHAPITRE I : LES PRINCIPES GENERAUX DE LA LIQUIDATION SECTION 1 : DÉFINITION DE LA LIQUIDATION : INTRODUCTION : Dans la vie économique nous avons marqué des nombreuses annonces de dissolution d entreprises, que notre choix s est porté, pour l élaboration de mon sixième rapport qui est son titre «la

Plus en détail

LES ECHOS DE LA BOURSE

LES ECHOS DE LA BOURSE LES ECHOS DE LA BOURSE Newsletter N 041(25 au 29/07/2011) Dans ce numéro : Evolution graphique des indices 25 au 29 Juillet 2011 Evolution des indices au cours de la période BILAN DE LA SEMAINE AGENDA

Plus en détail

COOPERATION DECENTRALISEE ET RESEAU FRANÇAIS DU TRESOR PUBLIC

COOPERATION DECENTRALISEE ET RESEAU FRANÇAIS DU TRESOR PUBLIC Service de Coopération et d Action Culturelle AMBASSADE DE FRANCE AU SENEGAL -------- Pôle de la Coopération Non Gouvernementale COOPERATION DECENTRALISEE ET RESEAU FRANÇAIS DU TRESOR PUBLIC A L ATTENTION

Plus en détail

Ch. 4. Les risques et les garanties du commerce international!

Ch. 4. Les risques et les garanties du commerce international! Ch. 4. Les risques et les garanties du commerce international! Ch. 4. Les risques et les garanties du commerce international Introduction Garantie = assurance d être payé Difficulté accrue dans l ordre

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 VERSION OFFICIELLE POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 Par la résolution no C-163-06-14 Service des ressources financières www.csp.qc.ca TABLE DES MATIÈRES 1. But de

Plus en détail

Instruction COSOB n 99-05 du 17 Octobre 1999 relative à la tenue de la comptabilité des titres par les intermédiaires en opérations de bourse

Instruction COSOB n 99-05 du 17 Octobre 1999 relative à la tenue de la comptabilité des titres par les intermédiaires en opérations de bourse Instruction COSOB n 99-05 du 17 Octobre 1999 relative à la tenue de la comptabilité des titres par les intermédiaires en opérations de bourse Article 1er. La présente instruction a pour objet de fixer

Plus en détail

CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE

CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE Rabat, le 11 juillet 2000 CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE Aux termes de l article 1 er du Dahir portant loi n 1-93-212

Plus en détail

APPEL PUBLIC A L EPARGNE

APPEL PUBLIC A L EPARGNE FICHES PEDAGOGIQUES APPEL PUBLIC A L EPARGNE PAR LA COSUMAF APPEL PUBLIC A L EPARGNEL L Appel Public à l Epargne (APE) est une opération du marché financier qui permet à un émetteur (Etat, Collectivités

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA)

CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) Préambule La loi du 13 juillet 1992 a modifié la loi du 10 septembre 1947 portant statut

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille Conformément à l article 14 de ses statuts, le «Orchestre Universitaire de Lille» arrête son Règlement Intérieur d association. ARTICLE 14 - Règlement

Plus en détail

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE Reshaping Canada s Equities Trading Landscape OCTOBER 2014 Horaire des marchés Toutes les données de marché du simulateur sont différées de 15 minutes (sauf

Plus en détail

entreprises Performance LC Stand By Développement à l international Sécurisez vos contrats commerciaux à l international On est là pour vous aider

entreprises Performance LC Stand By Développement à l international Sécurisez vos contrats commerciaux à l international On est là pour vous aider entreprises Développement à l international Performance LC Stand By Sécurisez vos contrats commerciaux à l international On est là pour vous aider Sécurisation des transactions L offre page 1 Le déroulement

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Les Entrepreneuriales. Financer un projet de création d entreprise et bâtir une cohérence financière du projet

Les Entrepreneuriales. Financer un projet de création d entreprise et bâtir une cohérence financière du projet Les Entrepreneuriales Financer un projet de création d entreprise et bâtir une cohérence financière du projet SOMMAIRE Introduction L image du banquier, le rôle de la banque? Les différents moyens de financement

Plus en détail

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Danemark Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES. Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. TABLE DES MATIERES

LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES. Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. TABLE DES MATIERES LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. Pré-requis : Principes comptables. Modalités : Schéma d'organisation comptable. TABLE

Plus en détail

L Adhérent s engage à fournir des informations exactes et sera seul responsable de la fourniture d informations erronées.

L Adhérent s engage à fournir des informations exactes et sera seul responsable de la fourniture d informations erronées. L Adhérent s engage à fournir des informations exactes et sera seul responsable de la fourniture d informations erronées. Aucune demande d adhésion ne sera prise en compte par téléphone, fax, courrier

Plus en détail

SOCIETE ELECTROSTAR. Siège Social : Boulevard de l Environnement route Naâssen. 2013 Bir El Kassâa Ben Arous

SOCIETE ELECTROSTAR. Siège Social : Boulevard de l Environnement route Naâssen. 2013 Bir El Kassâa Ben Arous AUGMENTATION DE CAPITAL Décision à l origine de l émission SOCIETE ELECTROSTAR Siège Social : Boulevard de l Environnement route Naâssen 2013 Bir El Kassâa Ben Arous L Assemblée Générale Extraordinaire

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises

Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises Structure du cours Introduction à la comptabilité Comptabilité générale et comptabilité analytique: Objectifs, définition et champ d action Du patrimoine

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE DECEMBRE 2014 Etabli en application des dispositions de l article R. 823-21 du Code de commerce 1 Préambule Le présent rapport établi par la Société Thierry MOREL & Associés

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine

Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine NEU NOUVEAU NUOVO NOVO 12.03.2009 Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine Entré en vigueur le 1er avril 2009 Titre I er Dispositions générales Article 1er - Objet

Plus en détail

Appels d Offres : Sachez les gagner et sécuriser votre financement. Innovation Trésorerie Croissance International Création Transmission oseo.

Appels d Offres : Sachez les gagner et sécuriser votre financement. Innovation Trésorerie Croissance International Création Transmission oseo. Appels d Offres : Sachez les gagner et sécuriser votre financement Innovation Trésorerie Croissance International Création Transmission oseo.fr Info Valeur totale des marchés publics dans l Union Européenne

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DE SOLIDARITE DES AGENTS DU TRESOR DE COTE D IVOIRE

REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DE SOLIDARITE DES AGENTS DU TRESOR DE COTE D IVOIRE REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DE SOLIDARITE DES AGENTS DU TRESOR DE COTE D IVOIRE Le présent Règlement Intérieur a pour objet de déterminer les modalités d application des Statuts : organisation des structures

Plus en détail

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE INTRODUCTION : L institution judiciaire en Tunisie a réalisé, au cours des vingt dernières années, un effort de modernisation sans précédent. Cette modernisation

Plus en détail

1. faciliter la création des sociétés à responsabilité limitée (SARL) :

1. faciliter la création des sociétés à responsabilité limitée (SARL) : Note de présentation du projet de loi modifiant et complétant la loi n 5-96 sur la société en nom collectif, la société en commandite simple, la société en commandite par actions, la société à responsabilité

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie JUIN 2013 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & banques-sepa.fr les banques accompagnent les entreprises pour le

Plus en détail

Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie, Tunis, le 14 juillet 2005 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2005-09 Objet : Organisation du marché monétaire. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie, Vu la loi n 58-90 du 19 septembre 1958

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

LES MOYENS DE PAIEMENT GESTION DU RISQUE CREDIT

LES MOYENS DE PAIEMENT GESTION DU RISQUE CREDIT LES MOYENS DE PAIEMENT GESTION DU RISQUE CREDIT Les éléments ci-après sont d ordre général. Ils doivent être adaptés en fonction des produits et de leurs contraintes propres. JAY C.I. PARTENAIRE - 06.09.02.03.44

Plus en détail

SOMMAIRE. Flash sur l Augmentation de Capital... 3. Chapitre 1. Responsables de la note d opération... 5

SOMMAIRE. Flash sur l Augmentation de Capital... 3. Chapitre 1. Responsables de la note d opération... 5 1 SOMMAIRE Flash sur l Augmentation de Capital... 3 Chapitre 1. Responsables de la note d opération... 5 1.1 Responsable de la note d opération. 5 1.2 Attestation du responsable de la note d opération......

Plus en détail

DIRECTIVE N 15/2009/CM/UEMOA PORTANT ORGANISATION DU SYSTEME DE FORMATION A L OBTENTION DU PERMIS DE CONDUIRE DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA

DIRECTIVE N 15/2009/CM/UEMOA PORTANT ORGANISATION DU SYSTEME DE FORMATION A L OBTENTION DU PERMIS DE CONDUIRE DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 15/2009/CM/UEMOA PORTANT ORGANISATION DU SYSTEME DE FORMATION A L OBTENTION DU PERMIS DE CONDUIRE

Plus en détail