Cours de mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire. Jean-Paul Widehem Lycée Roland Garros

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cours de mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire. Jean-Paul Widehem 2009-2010 Lycée Roland Garros"

Transcription

1 Cours de mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire Jean-Paul Widehem Lycée Roland Garros

2

3 Table des matières partie 1. Récurrence et suites 1 Chapitre 1. Raisonnement par récurrence 3 1. Principe de récurrence 3 Chapitre 2. Généralités sur les suites 7 1. Suites majorées, minorées, bornées 7 2. Sens de variation 8 3. Suites arithmétiques et suites géométriques 9 partie 2. Limites de suites et de fonctions 13 Chapitre 3. Limites de suites Définitions et premières propriétés Suites de référence Opérations sur les limites Théorèmes importants Exercices Suites adjacentes 20 Méthode 21 Chapitre 4. Limites de fonctions Limites d une fonction à l infini Limites d une fonction en un réel a Opérations sur les limites Théorèmes de comparaison Limite d une fonction composée Asymptote oblique 30 partie 3. Continuité et dérivabilité 31 Chapitre 5. Continuité Exemple de référence : Fonction «partie entière» Continuité 34 Chapitre 6. Dérivabilité Dérivabilité en a - Fonction dérivée Notion de primitive Méthode d EULER 42 iii

4 iv TABLE DES MATIÈRES partie 4. Fonction exponentielle - Équations différentielles 45 Chapitre 7. La fonction exponentielle Introduction Définition de la fonction exponentielle Propriétés de la fonction exponentielle Théorème (Équation fonctionnelle caractéristique) Le nombre e - La notation e x Étude de la fonction exponentielle Fonction composée x e u(x) 53 Chapitre 8. Équations différentielles Activités 1 et 2 pages Équation différentielle y = k y Équation différentielle y = ay+ b 56 partie 5. Les nombres complexes 59 Chapitre 9. Forme algébrique Introduction Points du plan et nombres complexes Opérations sur les nombres complexes Les affixes et la géométrie Nombres complexes conjugués 66 Chapitre 10. Forme trigonométrique Module d un nombre complexe Argument d un nombre complexe non nul Arguments et opérations Notation exponentielle 82 Chapitre 11. Second degré dans C 83 Équations du second degré dans C à coefficients réels 83 Chapitre 12. Transformations Translation Homothétie Rotation Exercices 86 partie 6. Fonction logarithme népérien 91 Chapitre 13. La fonction logarithme népérien Activités Définition et premières propriétés Étude de la fonction logarithme népérien 94 Chapitre 14. Fonctions associées - Croissances comparées 97

5 TABLE DES MATIÈRES v 1. Fonction exponentielle de base a, avec a R Fonctions racines n-ièmes Croissances comparées 99

6

7 Première partie Récurrence et suites

8

9 CHAPITRE 1 Raisonnement par récurrence 1. Principe de récurrence 1.1. Exemples de propositions dépendantes d un entier naturel n P(n) : «2 n 100n» P(n) : « n 2 n(n+ 1)(2n+ 1) =» P(n) : «3 divise 4 n + 1» Soit u la suite définie par u 0 = 0 et n 0, u n+1 = u n + 5. On considère les propositions : P(n) : «0<u n < 3» et Q(n) : «u n u n+1» Toutes ces propositions ont un sens, mais sont-elles vraies pour toutes les valeurs de l entier naturel n? seulement pour certaines valeurs? pour aucune valeur? 1.2. Intérêt et idée du raisonnement par récurrence. Exemple : Notons P n la proposition 1 : « n 3 = (1+2+ +n) 2». Nous pouvons dire que : P 1 est vraie, puisque 1 3 = 1 2 ; P 2 est vraie, puisque = 9=(1+2) 2 ; P 3 est vraie, puisque = 36=(1+2+3) 2. Mais qu en est-il de P n pour les autres valeurs de l entier naturel n? On ne peut pas faire une infinité de vérifications! Peut-on trouver une méthode directe?... On peut remarquer que n est la somme des n premiers entiers naturels non nuls : n= 1 n(n+ 1) 2 D où : pour tout n N, la proposition P n équivaut à : n 3 = 1 2 n2 (n+ 1) 2 Mais à ce stade, il semble difficile, voire impossible de poursuivre une méthode directe. Nous allons introduire une nouvelle méthode de démonstration largement utilisée par les mathématiciens : le raisonnement par récurrence. 1. proposition : phrase ou énoncé mathématique qui est soit vrai, soit faux 3

10 4 1. RAISONNEMENT PAR RéCURRENCE Un peu d histoire 2 : L esprit de ce raisonnement figure déjà implicitement dans les Éléments d Euclide (vers 300), il est clairement formulé par Blaise Pascal vers 1654 dans son traité du triangle arithmétique et, à la fin du XIX e siècle, Richard Dedekind et Giuseppe Peano dressent la liste, en nombre minimal, des axiomes à partir desquels on démontre toutes les propriétés vraies dans N. La récurrence fait partie de ces axiomes. Selon Henri Poincaré, le raisonnement par récurrence «est un instrument qui permet de passer du fini à l infini», c est-à-dire qu avec seulement deux étapes, il permet de démontrer que P n est vraie pour une infinité de valeurs de l entier n. L idée s appuie sur le principe des dominos. Les dominos sont disposés de telle façon que : chaque domino, s il est renversé, renverse le suivant (hérédité). Il suffit de renverser le premier domino (initialisation) pour que tous les dominos soient renversés (c est une réaction en chaîne) Principe du raisonnement par récurrence. Rédaction : Pour démontrer par récurrence qu une propriété P(n) est vraie pour tout entier naturel n n 0, on procède en trois étapes (initialisation, hérédité, conclusion) : on vérifie que P(n 0 ) est vraie. (initialisation) soit n un entier naturel, n n 0. On suppose que P(n) est vraie (c est l hypothèse de récurrence) et on montre qu alors P(n + 1) est vraie. (hérédité) conclusion : pour tout entier naturel n n 0, P(n) est vraie Exemples et contre-exemples. Exemple 1 : exercice résolu 1 page 203 Exemple 2 : exercice résolu 2 page 203 Exemple 3 : exercice 3 page 217 P(n) : « n 2 n(n+ 1)(2n+ 1) =» doit être démontrée pour tout 6 entier naturel n 1. Rédaction : on vérifie que P(1) : «1 2 = 1 (1+1)(2 1+1)» est vraie! (initialisation) 6 2. inspiré de faits réels : les personnages cités ont réellement existé et les esprits curieux peuvent faire des recherches : CDI, encyclopédie, internet,...

11 1. PRINCIPE DE RÉCURRENCE 5 soit n un entier naturel, n 1, on suppose que l égalité P(n) est vraie. Alors, en ajoutant (n+ 1) 2 à chacun de ses membres, on obtient : n 2 + (n+ 1) 2 n(n+ 1)(2n+ 1) = + (n+ 1) 2 6 On factorise par (n+ 1) dans le second membre que l on réduit au même dénominateur. Cela donne : (n+ 1) 2 = (n+ 1)(2n2 + 7n+ 6) 6 Or 2n 2 + 7n+ 6=(n+ 2)(2n+ 3), alors on reconnaît P(n+ 1). (hérédité) conclusion : pour tout entier naturel n 1, n 2 n(n+ 1)(2n+ 1) = 6 est vraie. Exemple 4 : exercice 5 page corrigé page 459 Exemple 5 : exercice 10 page Exercices. n 1, 2, 4 et 9 pages 217 et 218. La suite (u n ) est définie par u 1 = 0 et pour tout n 1, u n+1 = 1 2 u n. Quelle est la valeur exacte du 2009 e terme de cette suite?

12

13 CHAPITRE 2 Généralités sur les suites 1. Suites majorées, minorées, bornées 1.1. Définitions. (u n ) est majorée, s il existe un réel M tel que pour tout entier n, u n M. remarque : Tout réel M supérieur à M est aussi un majorant de (u n ). (u n ) est minorée, s il existe un réel m tel que pour tout entier n, u n m. remarque : Tout réel m inférieur à m est aussi un minorant de (u n ). La suite (u n ) est bornée, si elle est à la fois majorée et minorée Remarques. Une suite croissante est minorée par son premier terme. Une suite décroissante est majorée par son premier terme Méthodes. Dans le cas d une suite (u n ) donnée par u n = f (n), où f est une fonction définie sur [0,+ [, le tableau de variation de f et la limite de f en + permettent de préciser si la suite est bornée. exemple : u n = 2n2 + 1 n 2, pour n N. + 4 Lorsqu une suite est définie par une relation de récurrence, si on conjecture que la suite est majorée (ou minorée ou bornée), on peut envisager de le démontrer par récurrence Exercices. Démontrer selon le cas si la suite de terme général u n est minorée ou majorée : (1) u n = n 2 5n+ 1 (2) u n = n+ 3 n 1 (3) u n = n n 7

14 8 2. GÉNÉRALITÉS SUR LES SUITES Dans chacun des cas suivants, démontrer que la suite (u n ) est bornée : (1) Pour tout n N, u n = ( 1) n + sinn (2) Pour tout n N, u n = cosn+ 5 n (3) Pour tout n N, u n = 3n 2 n+ 2 n 17 et 19 p Sens de variation 2.1. Définitions. Une suite (u n ) est croissante à partir du rang n 0 si : pour tout entier n n 0, u n+1 u n. Une suite (u n ) est strictement croissante à partir du rang n 0 si : pour tout entier n n 0, u n+1 > u n. Une suite (u n ) est décroissante à partir du rang n 0 si : pour tout entier n n 0, u n+1 u n. Une suite (u n ) est strictement décroissante à partir du rang n 0 si : pour tout entier n n 0, u n+1 < u n. Une suite (u n ) est constante (resp. stationnaire à partir du rang n 0 ) si tous ses termes sont égaux (resp. égaux à partir du rang n 0 ) Méthodes et exemples. On peut appliquer directement les définitions en étudiant le signe de u n+1 u n exemple : u n = cos(n 2 ) 2n, pour tout n N. Lorsque la suite est à termes strictement positifs, on peut calculer le quotient u n+1 et le comparer à 1. u n exemple : v n = n!, pour tout n 1. 2n Pour une suite définie par u n = f (n), où la fonction f est croissante (resp. décroissante) sur [n 0,+ [, alors la suite (u n ) est croissante (resp. décroissante) à partir du rang n 0. exemple : w n = n 2 + n 10, pour tout n N. ATTENTION : La réciproque est fausse! par exemple, f (x)=x cos(2πx). La suite (u n ) définie par u n = f (n) est croissante, alors que f n est pas monotone sur [0, + [.

15 3. SUITES ARITHMéTIQUES ET SUITES GéOMéTRIQUES 9 Dans le cas des suites définies par une relation de récurrence u n+1 = f (u n ) Si f est croissante sur un intervalle I contenant tous les u n, alors on démontre par récurrence que, pour tout n, u n+1 u n ou u n+1 u n Exercices. n 15 page 218 Parmi les suites suivantes lesquelles sont croissantes? décroissantes? ni l un ni l autre? { u0 = 7 (1) u n+1 = u n 4 (2) u n = 2n n+ 1 { u0 = 10 (3) u n+1 = u n 5 3. Suites arithmétiques et suites géométriques 3.1. Suite arithmétique Définition. Dire que la suite (u n ) est arithmétique signifie qu il existe un réel r tel que : pour tout entier naturel n, u n+1 u n = r. Le réel r est appelé raison de la suite. Il résulte de cette définition que pour démontrer qu une suite est arithmétique, il suffit de montrer que la différence u n+1 u n entre deux termes consécutifs quelconques est constante. Cette constante est la raison. exemple : (u n ) est définie pour tout n par u n = 3n+ 1. Soit un naturel n, u n+1 u n = 3(n+ 1)+1 (3n+ 1)=3. La suite (u n ) est arithmétique de raison Propriétés. Une suite arithmétique de raison nulle est constante. Une suite arithmétique de raison non nulle est strictement monotone et non bornée. Quels que soient les entiers naturels m et p, u m = u p + (m p)r.

16 10 2. GÉNÉRALITÉS SUR LES SUITES Somme de termes consécutifs. Si S= u m + +u p, avec m< p, est la somme de p m+ 1 termes consécutifs d une suite arithmétique, alors S= (p m+ 1)(u m+ u p ) 2 n(n+ 1) exemple : n=. 2 = (nombre de termes) (1er terme+ dernier terme) Suite géométrique Définition. Dire que la suite (v n ) est géométrique signifie qu il existe un réel b tel que : pour tout entier naturel n, v n+1 = bv n. Le réel b est appelé raison de la suite. Il résulte de cette définition que pour démontrer qu une suite est géométrique, il suffit de montrer (si tous les termes sont non nuls) que le quotient v n+1 de deux termes consécutifs quelconques est constant, cette v n constante est la raison. exemple : (v n ) est définie pour tout n par v n = 2 3 n. Soit un naturel n, v n 0 et v n+1 v n = 2 3 n+1 3n 2 = 1 3. La suite (v n ) est géométrique de raison Propriétés. Une suite géométrique de raison 1 est constante. Une suite géométrique de raison strictement positive, différente de 1, est strictement monotone. Quels que soient les entiers naturels m et p, v m = v p b m p Somme de termes consécutifs. Si S = u m + +u p, avec m < p, est la somme de N = p m+ 1 termes consécutifs d une suite géométrique de raison b (b 1), alors ( 1 b N ) ( 1 raison S= u m = (1 er nombre de termes) terme) 1 b 1 raison exemple : Lorsque z 1, 1+ z+ z 2 + +z n = 1 zn+1 1 z.

17 3. SUITES ARITHMéTIQUES ET SUITES GéOMéTRIQUES Exercices. Parmi les suites proposées, lesquelles sont arithmétiques? géométriques? ni l un ni l autre? (1) { u0 = 4 u n+1 = u n 3 (2) u n = 2 n + 3 (3) { u0 = 6 u n+1 = 2u n

18

19 Deuxième partie Limites de suites et de fonctions

20

21 CHAPITRE 3 Limites de suites La variable d une suite est son indice (entier naturel) : l étude de la limite éventuelle d une suite n a de sens que lorsque n Limite finie. 1. Définitions et premières propriétés Définition. Dire que (u n ) a pour limite l ou converge vers l, l R, signifie que tout intervalle ouvert contenant l contient aussi tous les u n à partir d un certain rang. Notation. lim u n = l n + On dit d une suite qu elle est convergente lorsqu elle a une limite finie ; sinon on dit qu elle est divergente. Propriété. Si la limite existe alors elle est unique. Exemples. La suite de terme général u n = 1, pour n 1, converge vers 0. n La suite de terme général ( 1) n n a pas de limite : elle diverge. Propriété. Si une suite est convergente, alors elle est bornée. Preuve. Si (u n ) converge vers l, alors (définition) tout intervalle ouvert contenant l, contient aussi tous les u n sauf un nombre fini d entre eux. En particulier, ]l 1;l+1[ contient tous les u n à partir d un certain rang n 0. Puisqu un ensemble fini de réels possède toujours un plus petit élément m et un plus grand élément M alors, pour tout entier naturel n, La suite (u n ) est bornée. min(m;l 1) u n max(m;l+1) ATTENTION. La réciproque est FAUSSE! La suite de terme général ( 1) n est bornée MAIS ne converge pas. 15

22 16 3. LIMITES DE SUITES Théorème (admis). (1) Toute suite croissante et majorée converge. (2) Toute suite décroissante et minorée converge. Exemple important. Si (u n ) est une suite géométrique de premier terme>0et de raison q telle que 0 q < 1, alors : (u n ) est décroissante et minorée par 0 donc converge. De plus : lim u n = 0 n Limite infinie. Définition. On dit qu une suite (u n ) diverge vers+ lorsque tout intervalle de la forme ]A,+ [ contient tous les u n à partir d un certain rang. Notation. lim u n =+ n + Théorème. Toute suite croissante et non majorée diverge vers+. Démonstration (R.O.C.). Soit (u n ) une suite croissante et non majorée : la suite n est pas majorée, alors : A R, n 0 N tel que u n0 > A et la suite est croissante, alors : n n 0, u n u n0 Alors pour tout réel A, il existe un entier n 0 tel que : n n 0, u n > A Pour tout réel A, ]A,+ [ contient tous les u n à partir d un certain rang. On définit de manière analogue lim u n = et : n + Toute suite décroissante et non minorée diverge vers. Exemple important. Soit (u n ) une suite arithmétique de raison non nulle r : Si r > 0 alors lim u n =+ n + Si r < 0 alors lim u n = n + Pour déterminer la limite éventuelle d une suite, on peut utiliser les opérations sur les limites avec des suites de référence et/ou la comparaison avec des suites de référence :

23 4. THéORèMES IMPORTANTS Suites de référence Les suites arithmétiques, les suites géométriques, (n 2 ), (n 3 ),..., 1 n, 1 n 2, Opérations sur les limites 3.1. Limite d une somme u n + v n. Si u n a pour limite l l l + + et si v n a pour limite l + + alors u n + v n a pour limite l+l + +??? 3.2. Limite d un produit u n v n. Si u n a pour limite l l>0 l>0 l<0 l< et si v n a pour limite l ou alors u n v n a pour limite ll ??? 3.3. Limite d un quotient u n v n Cas où la limite de v n n est pas nulle. Si u n a pour limite l l ou et si v n a pour limite l 0 + ou l > 0 l < 0 l > 0 l < 0 + ou alors u n l a pour limite v n l 0 + +??? Cas où la limite de v n est nulle. Si u n a pour limite l>0 ou + l>0 ou + l<0 ou l<0 ou 0 et si v n a pour limite 0 en restant positive 0 en restant négative 0 en restant positive 0 en restant négative 0 alors u n v n a pour limite + +??? 4. Théorèmes importants Théorème d encadrement ou des «gendarmes». Soient (u n ), (v n ) et (w n ) trois suites telles qu à partir d un certain rang : Propriété. u n v n w n Si lim u n = lim w n = l, alors lim v n = l. n + n + n + lim n + u n = l lim n + u n l =0

24 18 3. LIMITES DE SUITES Une variante utile du théorème d encadrement. Si à partir d un certain rang u n l v n et si lim v n = 0, alors n + lim u n = l n + Théorème de comparaison. Soient (u n ) et (v n ) deux suites telles qu à partir d un certain rang : u n v n Si lim u n =+, alors lim v n =+. n + n + Si lim v n =, alors lim u n =. n + n + Suite explicite. u n = f (n) et α désigne un réel ou+ ou. Si lim x + f (x)=α, alors lim u n = α n + ATTENTION. La réciproque est FAUSSE! Considérer par exemple : f : x x cos(2πx) et u n = f (n). La suite tend vers+, mais la fonction n a pas de limite en+. 5. Exercices EX1 : d après sujet Amérique du nord, juin 2007 (p n ) est définie par p 1 = 0,2 et, pour tout n 1, p n+1 = 0,05p n + 0,05 On considère la suite (u n ) définie pour tout entier naturel n non nul par u n = p n a. Montrer que (u n ) est une suite géométrique dont on précisera la raison et le premier terme. b. En déduire, pour tout entier naturel n non nul, u n puis p n en fonction de n. c. Calculer la limite de p n quand n tend vers+. EX2 : d après sujet Liban, juin 2007 (p n ) est définie par p 1 = 1 et, pour tout n 1, a. Calculer p 2 et p 3. p n+1 = 0,8p n + 0,05 b. Démontrer par récurrence que, pour tout entier naturel n non nul, p n > 0,25. c. Démontrer que la suite (p n ) est décroissante.

25 5. EXERCICES 19 d. En déduire que la suite p n est convergente vers un réel noté l. e. Justifier que l vérifie l équation l=0,8l+0,05. En déduire la valeur de l. EX3 : Nouvelle Calédonie, novembre 2006 Soit la suite (u n ) définie pour tout entier naturel n par : u 0 = 1 et u n+1 = 1 ( u n + 2 ) 2 2 u n 1. a. Soit f la fonction définie sur ]0;+ [ par : f (x)= 1 ( x+ 2 ) 2 x Étudier le sens de variation de f, et tracer sa courbe représentative ( ) dans le plan muni d un repère orthonormal O ; i, j. (On prendra comme unité 2 cm). b. Utiliser le graphique ( pour ) construire les points A 0, A 1, A 2 et A 3 de l axe O ; i d abscisses respectives u 0, u 1, u 2 et u a. Montrer que pour tout entier naturel n non nul, u n 2 b. Montrer que pour tout x 2, f (x) x. c. En déduire que la suite (u n ) est décroissante à partir du rang 1. d. Prouver qu elle converge. 3. Soit L la limite de la suite (u n ). Montrer que L est solution de l équation : ( ) x= 1 2 x+ 2 x En déduire sa valeur. EXERCICES DU LIVRE HYPERBOLE: 1 ) Sujets guidés 1 et 2 pages 214 et ) Exercices 24 et 27 page ) Exercices 33, 34 et 35 page ) Exercices 46 et 47 page ) Exercice 49 page 225

26 20 3. LIMITES DE SUITES 6. Suites adjacentes Définition. Dire que deux suites (u n ) et (v n ) sont adjacentes signifie que l une est croissante, l autre déroissante et lim (u n v n )=0 n + Propriété. Soit (u n ) et (v n ) deux suites adjacentes. Si (u n ) est la suite croissante et (v n ) la suite décroissante, alors n N, u n v n Démonstration (par l absurde). On suppose qu il existe un entier n 0 tel que v n0 < u n0. Puisque la suite (u n ) est croissante et que la suite (v n ) est décroissante : n n 0, v n v n0 < u n0 u n Alors : n n 0, u n v n u n0 v n0 > 0 En posant δ = u n0 v n0, l intervalle ouvert ] δ;δ[ contient 0 mais ne contient aucun des termes u n tels que n n 0. ABSURDE! Puisque par définition de deux suites adjacentes : lim (u n v n )=0 n + Théorème des suites adjacentes. Si (u n ) et (v n ) sont deux suites adjacentes, alors elles sont toutes les deux convergentes et lim u n = lim v n. n + n + Démonstration (R.O.C.). Si (u n ) est croissante, alors n N, u 0 u n et si (v n ) est décroissante, alors n N, v n v 0 et puisque n N, u n v n On en déduit : n N, u 0 u n v n v 0 Ainsi : La suite (u n ) est croissante et majorée par v 0, alors elle converge vers l 1 et la suite (v n ) est décroissante et minorée par u 0, alors elle converge vers l 2 Par différence de ces deux suites convergentes on obtient : lim (u n v n )=l 1 l 2 n + Or, par hypothèse lim (u n v n ) = 0 et, par unicité de la limite on en n + conclut : l 1 = l 2

27 MéTHODE 21 Exercice 1 France métropolitaine, juin 2005 (4 points) Cet exercice constitue une restitution organisée de connaissances. Partie A : question de cours On suppose connus les résultats suivants : (1) deux suites (u n ) et (v n ) sont adjacentes lorsque : l une est croissante, l autre est décroissante et u n v n tend vers 0 quand n tend vers + ; (2) si (u n ) et (v n ) sont deux suites adjacentes telles que (u n ) est croissante et (v n ) est décroissante, alors pour tout n appartenant à N, on a u n v n ; (3) toute suite croissante et majorée est convergente ; toute suite décroissante et minorée est convergente. Démontrer alors la proposition suivante : «Deux suites adjacentes sont convergentes et elles ont la même limite». Partie B On considère une suite (u n ), définie sur N dont aucun terme n est nul. On définit alors la suite (v n ) sur N par v n = 2 u n. Pour chaque proposition, indiquer si elle est vraie ou fausse et proposer une démonstration pour la réponse indiquée. Dans le cas d une proposition fausse, la démonstration consistera à fournir un contre exemple. Une réponse non démontrée ne rapporte aucun point. (1) Si (u n ) est convergente, alors (v n ) est convergente. (2) Si (u n ) est minorée par 2, alors (v n ) est minorée par 1. (3) Si (u n ) est décroissante, alors (v n ) est croissante. (4) Si (u n ) est divergente, alors (v n ) converge vers zéro. Conséquence du théorème. Soit (u n ) et (v n ) deux suites adjacentes. S il existe un réel l tel que, pour tout entier n, u n l v n, alors lim u n = lim v n = l n + n + Méthode La convergence éventuelle d une suite se justifie en général : soit à l aide de suites de référence (encadrement ou opérations) ; soit on montre que la suite est croissante et majorée ; soit on montre que la suite est décroissante et minorée ; soit on montre que l on a deux suites adjacentes.

28

29 CHAPITRE 4 Limites de fonctions 1. Limites d une fonction à l infini 1.1. Limite finie en+ - Asymptote horizontale Définition. Soit l R. Dire que f (x) admet pour limite l lorsque x tend vers + signifie que tout intervalle ouvert de centre l contient toutes les valeurs f (x) pour tous les x «assez grands», c-à-d pour tous les x d un certain intervalle ]A;+ [. On note lim f (x)=l x + l A lim f (x)=l lim x + x + f (x) l = Interprétation graphique (ou géométrique). La droite d équation y = l est asymptote horizontale à C f en+. 23

30 24 4. LIMITES DE FONCTIONS On définit de manière analogue lim x f (x)=l Exemples. Les fonctions x 1 x ; x 1 x 2 ; x 1 x n (n N ) ; x 1 ont pour x limite 0 en+ et en Limite infinie en Définition. Dire que f (x) admet pour limite+ lorsque x tend vers+ signifie que tout intervalle ]M;+ [ contient toutes les valeurs f (x) pour tous les x «assez grands». On note lim f (x)=+ x + M A On définit de manière analogue lim f (x)= et aussi les limites infinies en. x +

31 1. LIMITES D UNE FONCTION À L INFINI Exemples. Les fonctions x x ; x x 2 ; x x n (n N ) ; x x ont pour limite + en +. Si n est pair, la fonction x x n (n N ) a pour limite+ en. Si n est impair, la fonction x x n (n N ) a pour limite en Les fonctions sin et cos n ont pas de limite en l infini.

32 26 4. LIMITES DE FONCTIONS 2. Limites d une fonction en un réel a 2.1. Limite infinie en a - Asymptote verticale Définition. Dire que f (x) admet pour limite + lorsque x tend vers a signifie que tout intervalle ]A;+ [ contient toutes les valeurs f (x) pour tous les x «assez proches de a», c-à-d pour tous les x dans D f et dans un certain intervalle ]a h; a+ h[. On note lim f (x)=+ x a A a Interprétation graphique (ou géométrique). La droite d équation x = a est asymptote verticale à C f On définit de manière analogue lim x a f (x)= Exemples. Les fonctions x 1 x 2 ; x 1 x ont pour limite+ en 0. Si n est pair, la fonction x x n (n N ) a pour limite+ en 0. Si n est impair, la fonction x x n (n N ) a pour limite+ en 0 + et en 0.

33 2.2. Limite finie en a. 2. LIMITES D UNE FONCTION EN UN RÉEL A Définition. Dire que f (x) admet pour limite l lorsque x tend vers a signifie que tout intervalle ouvert de centre l contient toutes les valeurs f (x) pour tous les x «assez proches de a». On note lim f (x)=l x a l a lim x a f (x)=l lim f (x) l =0 x a Exemples. sin(x) cos(x) 1 lim = 1 ; lim = 0 x 0 x x 0 x

34 28 4. LIMITES DE FONCTIONS 3. Opérations sur les limites 3.1. Limite d une somme f + g. Si f a pour limite l l l + + et si g a pour limite l + + alors f + g a pour limite l+l + +??? 3.2. Limite d un produit f g. Si f a pour limite l l>0 l>0 l<0 l< et si g a pour limite l ou alors f g a pour limite ll ??? 3.3. Limite d un quotient f g Cas où la limite de g n est pas nulle. Si f a pour limite l l ou et si g a pour limite l 0 + ou l > 0 l < 0 l > 0 l < 0 + ou alors f g a pour limite l Cas où la limite de g est nulle. l 0 + +??? Si f a pour limite l>0 ou + l>0 ou + l<0 ou l<0 ou 0 et si g a pour limite 0 en restant positive 0 en restant négative 0 en restant positive 0 en restant négative 0 alors f g a pour limite + +???

35 4. THÉORÈMES DE COMPARAISON Théorèmes de comparaison 4.1. Théorème d encadrement ou des «gendarmes». Soit f, g et h trois fonctions définies sur un même intervalle I et l R, α désigne un réel de I ou une borne (éventuellement + ou ) de I. Si pour tout x I, g (x) f (x) h(x) et lim g (x) = lim h(x) = l x α x α alors lim x α 4.2. Démonstration (R.O.C.) dans le cas où α=+. f, g et h sont définies sur un intervalle I dont une borne est +. Soit J un intervalle ouvert de centre l. Par définition de lim g (x)=l, il existe A 1 I tel que, pour tout x A 1, x + Par définition de g (x) J lim h(x)=l, il existe A 2 I tel que, pour tout x A 2, x + h(x) J On pose A= max{a [ 1, A 2 }. ] Pour tout x A, g (x);h(x) J or g (x) f (x) h(x), alors f (x) J Ainsi, tout intervalle J ouvert de centre l contient toutes les valeurs f (x) pour tous les x «assez grands», c-à-d. lim f (x)=l. x Théorème de comparaison 2. Soit f et g deux fonctions définies sur un même intervalle I et l R, α désigne un réel de I ou une borne (éventuellement + ou ) de I. Si pour tout x I, f (x) l g (x) et si lim g (x)=0, alors x α lim f (x)=l x α 4.4. Théorème de comparaison 3. Soit f et g deux fonctions définies sur un même intervalle I, α désigne un réel de I ou une borne (éventuellement + ou ) de I. (1) Si pour tout x I, f (x) g (x) et si lim x α g (x)=+, lim f (x)=+ x α (2) Si pour tout x I, f (x) g (x) et si lim x α g (x)=, lim f (x)= x α alors alors

36 30 4. LIMITES DE FONCTIONS 5. Limite d une fonction composée 5.1. Théorème. Soit f et u deux fonctions telles que u est définie sur un intervalle I et f est définie sur un intervalle J et, pour tout x I, u(x) J. α désigne un réel de I ou une borne (éventuellement + ou ) de I ; β désigne un réel de J ou une borne (éventuellement + ou ) de J ; γ désigne un réel ou+ ou. Si lim u(x)=β et si lim f (x)=γ alors lim f ((u(x))=γ x α x β x α Définition. 6. Asymptote oblique C f désigne la courbe représentative d une fonction f dans un repère donné. Dire que la droite d équation y = ax+ b, (a 0), est asymptote oblique à C f au voisinage de+ signifie que [ ] f (x) (ax+ b) = 0 lim x + On définit pareillement une asymptote oblique au voisinage de. C f

37 Troisième partie Continuité et dérivabilité

38

39 CHAPITRE 5 Continuité 1. Exemple de référence : Fonction «partie entière» Un réel est : soit un entier relatif ; soit strictement compris entre deux entiers relatifs consécutifs. Pour tout réel x, il existe un unique entier relatif n tel que n x < n+ 1. L entier n que l on associe ainsi au réel x est appelé la partie entière de x. On note E (x) cet unique entier relatif tel que : E (x) x < E (x)+1 x 1<E (x) x et on définit ainsi sur R une fonction : la fonction «partie entière». Du dernier encadrement ci-dessus, on déduit (par comparaison) que lim E (x)=+ et lim x + E (x)= x Exemples : E (π)=3 ; E ( 5)= 3 ; E (10 6 )=10 6 La fonction «partie entière» est constante sur tout intervalle de la forme [n ; n+ 1[ où n Z. En particulier, pour tout x [0;1[, E (x)=0. Soit n Z, alors lim x n x< n E (x) = n 1 et lim x n x> n E (x) = n, limite à gauche et une limite à droite, mais elles sont différentes. La limite («tout court») en n, n Z, n existe pas. Représentation graphique il y a une Graphiquement : la courbe représentative de la fonction «partie entière» est formée de plusieurs «morceaux», le tracé est «discontinu». 33

40 34 5. CONTINUITÉ 2. Continuité 2.1. Continuité en un point, sur un intervalle. Définitions Soit f une fonction définie sur un intervalle I et a un réel de I. Dire que f est continue en a signifie que lim f (x)= f (a) x a Dire que f est continue sur I signifie que f est continue en tout réel de I Remarques Graphiquement, la continuité d une fonction f sur un intervalle I se traduit par le fait que la courbe représentative de f, restreinte à I, est d un seul «morceau», elle peut être tracée «sans avoir à lever le crayon». L étude de la continuité n a aucun sens en un point n appartenant pas à l ensemble de définition de la fonction. Exemples et contre-exemple page 122 et exercices résolus page Propriétés. La somme et le produit de fonctions continues sur un même intervalle I sont des fonctions continues sur I. La composée de deux fonctions continues sur des intervalles «compatibles» est une fonction continue sur l intervalle de départ. Le quotient de deux fonctions continues sur le même intervalle I sur lequel le dénominateur ne s annule pas est une fonction continue sur I. Les fonctions polynômes, sin, cos et. sont continues sur R. La fonction. est continue sur [0;+ [. Les fonctions rationnelles sont des fonctions continues sur chacun des intervalles de leur ensemble de définition. La fonction partie entière, définie sur R, n est pas continue sur R.

41 2.3. Suites et fonctions continues. 2. CONTINUITÉ 35 Théorème : Si (u n ) est une suite convergente vers un réel l et si f est une fonction continue en l, alors : lim f (u n)= f (l) n + Application : On pourra démontrer que la suite (u n ) définie par : u 0 = 4 et, pour tout n N, u n+1 = u n + 1, est une suite décroissante et minorée par 0, par conséquent : (u n ) converge vers un réel l 0. Par ailleurs, la fonction f : x x+ 1, définie sur [ 1;+ [, est la composée de fonctions continues, alors f est continue sur [ 1; + [ qui contient l 0. Alors : lim f (u n)= f (l) n + Or, u n+1 = f (u n ) et lim n + u n+1= lim n + u n = l. Finalement, puisque la limite est unique : l= f (l)

42 36 5. CONTINUITÉ 2.4. THÉORÈME DES VALEURS INTERMÉDIAIRES. Représentation graphique d une fonction continue sur un intervalle [a; b] G H m entre f (a) et f (b), la droite d équation y = m coupe C au moins une fois sur l intervalle [a; b] y = m a α Intervalle [a; b] b Énoncépstandard Si f est continue sur l intervalle I = [a;b] et si le réel m est compris entre f (a) et f (b), alors l équation f (x)=m possède au moins une solution dans l intervalle I. L intervalle I de départ n est pas forcément fermé, ni borné. On adapte alors l énoncé du théorème à la nature de I, par exemple : Énoncé adapté à I = [a; + [ Si f est continue sur l intervalle I = [a;+ [ et si le réel m est compris entre f (a) et lim f (x), alors l équation f (x) = m possède au moins x + une solution dans l intervalle I. Le théorème des valeurs intermédiaires (T.V.I.) ne résout pas les équations de la forme f (x) = m, mais il permet de justifier l existence de solutions dans un intervalle I. Attention! l hypothèse de continuité est essentielle. [ [ 3 Considérons l équation : E (x) = 2, 5 sur l intervalle I = 2 ;+. ( ) [ ( ) [ 3 3 E = 1 et lim E (x)=+, alors 2,5 E ; lim 2 n + 2 E (x) x + 2, 5 est une valeur intermédiaire de la fonction partie entière sur l intervalle I mais l équation E (x)=2,5 n a pas de solution dans I. La fonction «partie entière» n est pas continue sur I : on ne peut pas appliquer le T.V.I.

43 2.5. Corollaire : le théorème de la bijection. 2. CONTINUITÉ 37 Si aux hypothèses du T.V.I., assurant l existence de solution(s) dans l intervalle I pour l équation f (x) = m, s ajoute l hypothèse de stricte monotonie de f sur I, alors on peut conclure à l unicité d une telle solution dans I. Démonstration : On considère comme prérequis le théorème des valeurs intermédiaires : Si f est continue sur l intervalle [a;b] et si m est compris entre f (a) et f (b), alors il existe un réel c [a;b] tel que f (c)=m. Si on suppose (par exemple) f strictement croissante sur [a;b] : x [a;c[, f (x)< f (c), donc f (x) m, et x ]c;b], f (c)< f (x), donc f (x) m. Alors : c est l unique solution dans [a; b] de l équation f (x) = m.

44

45 CHAPITRE 6 Dérivabilité 1. Dérivabilité en a - Fonction dérivée Soit f une fonction définie sur un intervalle I et a un réel de I Définitions. (1) f est dérivable en a si le quotient f (a+ h) f (a) admet une li- h mite finie lorsque h tend vers 0. (2) Dans ce cas, cette limite est notée f (a) et est appelée nombre dérivé de f en a. f (a+ h) f (a) f (x) f (a) lim = lim = f (a) h 0 h x a x a Exemples : Exercice résolu 1 page 93 Démontrer que la fonction x x 3 est dérivable en 2. Attention, il existe des fonctions non dérivables en un point : la fonction valeur absolue et la fonction racine carrée ne sont pas dérivables en 0. (3) On dit que f est dérivable sur l intervalle I, si f est dérivable en tout x de I, et on appelle fonction dérivée ou dérivée de f la fonction, notée f, qui à chaque x de I associe f (x). Si la fonction f est elle-même dérivable sur I, la dérivée de f est appelée la dérivée seconde de f et notée f. En cinématique, lorsque f (t) est la distance parcourue par un mobile sur une ligne droite depuis l instant origine jusqu à l instant t, les nombres f (t) et f (t) sont respectivement la vitesse instantanée et l accélération instantanée du mobile l instant t. Exemple : Soit n 2, démontrer que x x n est dérivable sur R. On utilisera le résultat suivant : a n b n = (a b) ( a n 1 + a n 2 b+ a n 3 b ab n 2 + b n 1) } {{ } n termes 1.2. Interprétation géométrique. Si f est dérivable en a, alors la courbe représentative de f admet, en son point d abscisse a, une tangente de coefficient directeur f (a). 39

46 40 6. DÉRIVABILITÉ On dit aussi que f (a) est le coefficient directeur de la tangente à la courbe représentative de f au point de coordonnées ( a, f (a) ). Une équation de cette tangente est : y = f (a) (x a)+ f (a) Exercice 3 page Approximation affine. Si f est dérivable en a, alors f f (a+ h) f (a) (a)= lim. h 0 h f (a+ h) f (a) Pour tout h 0 tel que (a+h) I, on pose : ϕ(h)= f (a), h alors : f (a+ h)= f (a)+h.f (a)+h.ϕ(h), avec lim ϕ(h)=0 h 0 Pour h suffisamment proche de zéro, h.ϕ(h) peut être négligé. On obtient l approximation de f (a+ h) : f (a+ h) f (a)+h.f (a) Le second membre est une expression affine en h, h f (a) h+ f (a), appelée approximation affine de f en a + h. Plus h est proche de zéro, meilleure est l approximation affine. Exemples Déterminer, sans calculatrice, une valeur approchée de 1,99 4 et de 2, A(a, f (a)) N M(a+ h, f (a+ h)) (AM) (T A ) C f 1.4. Lien entre dérivabilité et continuité. Si f est dérivable en a, alors lim x a f (x)= lim h 0 f (a+ h)= f (a).

47 1. DÉRIVABILITÉ EN a - FONCTION DÉRIVÉE 41 La dérivabilité implique la continuité. La réciproque est fausse! La fonction racine carrée continue en 0, mais non dérivable en 0. Même chose pour la fonction valeur absolue. La dérivabilité est une notion plus «forte» que la continuité Dérivées usuelles et opérations sur les dérivées. (page 94) 1.6. Signe de la dérivée - sens de variation de la fonction. Soit f une fonction dérivable sur un intervalle I. si pour tout x I, f (x) 0, alors f est croissante sur I. si f ne s annule qu en des valeurs isolées de I, la croissance est stricte. si pour tout x I, f (x) 0, alors f est décroissante sur I. si f ne s annule qu en des valeurs isolées de I, la décroissance est stricte. si pour tout x I, f (x)=0, alors f est constante sur I. Si f s annule en a I en changeant de signe, alors f admet sur I un extremum (relatif) en a Dérivée d une fonction composée. Soient u une fonction dérivable sur un intervalle I à valeurs dans un intervalle J et f une fonction dérivable sur J. Pour tout x 0 I et pour tout X 0 J, on a : u(x) u(x 0 ) lim = u f (X ) f (X 0 ) (x 0 ) et lim = f (X 0 ) x x 0 x x 0 X X 0 X X 0 En particulier, si X 0 = u(x 0 ) et puisque lim u(x)=u(x 0 ) (dérivabilité continuité) x x0 et si u n est pas constante au voisinage de x 0, alors, pour x assez proche de x 0, x x 0 on a : u(x) u(x 0 ), et f (u(x)) f (u(x 0 )) = f (u(x)) f (u(x 0)) x x 0 u(x) u(x 0 ) } {{ } tend vers f (u(x 0 )) u(x) u(x 0) x x 0 } {{ } tend vers u (x 0 )

48 42 6. DÉRIVABILITÉ Finalement : f (u(x)) f (u(x 0 )) lim = u (x 0 ) f (u(x 0 )) x x 0 x x 0 ( f u ) (x)=u (x) f u(x) 2. Notion de primitive Soit f une fonction définie sur un intervalle I. On appelle primitive de f sur I toute fonction F dérivable sur I telle que : x I, F (x)= f (x) Par exemple, F : x x 2 + x+ 1 et G : x x 2 + x sont deux primitives sur R de la même fonction f : x 2x Méthode d EULER 3.1. Présentation de la méthode. Cette méthode est utilisée pour approcher la représentation graphique d une fonction f lorsqu on connaît sa valeur en un réel x 0 et sa dérivée. Le principe est basé sur l approximation affine : pour h voisin de 0 : f (x+ h) f (x)+h f (x) En exploitant ce résultat, on peut approcher la courbe C de f à l aide d une courbe constituée de segments de droites. On considère un réel h strictement positif. On pose x 1 = x 0 + h ; x 2 = x 1 + h ; x 3 = x 2 + h ;... ; x n+1 = x n + h On considère les points M 0, M 1, M 2,... de la courbe C, d abscisse respective x 0, x 1, x 2,... Chaque point M n a donc pour coordonnées ( x n ; f (x n ) ). On cherche à construire, uniquement à l aide de la connaissance de f, une suite de points P 0, P 1, P 2,..., qui approchent les points M 0, M 1, M 2,... de la courbe C. On part du point P 0 = M 0 ( x0 ; f (x 0 ) ) de la courbe C pour lequel f (x 0 ) est non nul. On pose :

49 3. MÉTHODE D EULER 43 y 1 = f (x 0 )+h f (x 0 ) et on construit le point P 1 (x 1 ; y 1 ), alors y 1 f (x 0 + h), c est-à-dire y 1 f (x 1 ) donc le point P 1 est proche du point M 1. y 2 = y 1 + h f (x 1 ) et on construit le point P 2 (x 2 ; y 2 ), alors y 2 f (x 1 )+h f (x 1 ) f (x 1 + h)= f (x 2 ), c est-à-dire y 2 f (x 2 ) donc le point P 2 est proche du point M 2. On recommence ainsi de suite. On construit ainsi une suite de points P n (x n ; y n ) tels que y n+1 = y n + h f (x n ) En joignant les points P 0, P 1, P 2,... on obtient une courbe affine par morceaux qui approche celle de f Étude d un exemple. On considère la fonction f définie sur l intervalle [1;4] par f (x)= 1 x. On souhaite observer la courbe obtenue par la méthode d EULER, en comparaison avec la courbe de f. 1. Déterminer la fonction dérivée f de f. 2. On choisit ici x 0 = 1. h étant un réel strictement positif fixé, la suite (x n ) est définie par x 0 = 0 et x n+1 = x n + h. Définir la suite (y n ) obtenue par la méthode d EULER pour cette fonction f en donnant y 0 = f (x 0 ) et en explicitant clairement la valeur de y n+1 en fonction de y n et x n. 3. Réaliser une feuille de calcul à l aide d un tableur et utiliser l assistant graphique pour visualiser les courbes représentant f et son approximation par la méthode d EULER. voir fichier Euler-ex1.ods ou.xls 3.3. Approcher la courbe d une primitive à l aide de la méthode d EULER. On admet le théorème (d existence) suivant : Toute fonction continue sur un intervalle I admet des primitives sur I La fonction inverse est continue sur ]0; + [ donc admet des primitives sur cet intervalle :

50 44 6. DÉRIVABILITÉ Soit F celle des primitives sur ]0;+ [ de f : x 1 qui prend la valeur 0 x en 1, c est-à-dire F (1)=0. On ne connaît pas explicitement une telle primitive, mais en utilisant la méthode d EULER, avec un pas égal à 0,01, on peut visualiser la courbe approximative de F sur [1; 4]. voir fichier Euler-ex2.ods ou.xls

51 Quatrième partie Fonction exponentielle - Équations différentielles

52

53 CHAPITRE 7 La fonction exponentielle 1. Introduction 1.1. Activités. Nous avons entrevu (TP «Demi-vie» et activité 2 pages 10-11) et nous verrons («désintégration radioctive») que, dans la description de certains phénomènes d évolution, la vitesse de variation d une quantité est proportionnelle à cette quantité. La modélisation mathématique nous conduit à chercher des fonctions dérivables vérifiant une relation de la forme f = k f où k R Il s agît donc de résoudre une équation dont l inconnue est une fonction et dans laquelle intervient la dérivée de cette fonction inconnue. Une telle équation, faisant intervenir une fonction inconnue et ses dérivées successives, s appelle une équation différentielle. On s intéresse à l équation différentielle y = k y dans le cas où k = 1 et la «condition initiale» f (0)=1, alors avec l activité 2 page 11 et la méthode d EULER on conjecture : l existence d une unique fonction f dérivable sur R et vérifiant : pour tout x R, f (x)= f (x) et f (0)= Propriété. S il existe une fonction f dérivable sur R telle que f = f et f (0)=1, alors f ne s annule pas sur R Démonstration On considère une fonction auxilliaire définie sur R par ϕ(x)= f (x) f ( x). ϕ est dérivable sur R et, pour tout x R, ϕ (x)= f (x) f ( x) f (x) f ( x). De f = f, on en déduit ϕ = 0, alors ϕ est constante sur R et comme ϕ(0)=1, on en conclut que La fonction f ne peut pas s annuler. x R, f (x) f ( x)=1 47

54 48 7. LA FONCTION EXPONENTIELLE 2. Définition de la fonction exponentielle 2.1. Théorème et définition. Il existe une, et une seule, fonction f vérifiant : f est dérivable sur R pour tout x R, f (x)= f (x) f (0)=1 Cette fonction s appelle la fonction exponentielle, elle est notée exp. Démonstration L existence d une solution est admise. (cf. conjecture de l activité 2) Pour démontrer l unicité, on suppose qu il existe une autre fonction g dérivable sur R telle que g = g et g (0)=1. Puisque f ne s annule pas sur R, on peut considérer la fonction auxilliaire g f et montrer qu elle est constante et égale à 1, d où g = f. 3. Propriétés de la fonction exponentielle (1) La fonction exponentielle est dérivable sur R et sa dérivée est égale à elle-même, pour tout réel x : exp (x)=exp(x) (2) La fonction exponentielle est continue sur R et, de plus, (3) Quels que soient les réels a et b, exp(0)=1. exp(a+ b)= exp(a) exp(b) (4) Quels que soient les réels a et b et l entier n, (a) exp(2a)= ( exp(a) ) 2 1 (b) exp( a) = exp(a) (c) (d) exp(a b)= exp(a) exp(b) exp(na)= ( exp(a) ) n (5) Quel que soit le réel a, exp(a)>0

55 Démonstrations 4. THÉORÈME (ÉQUATION FONCTIONNELLE CARACTÉRISTIQUE) 49 (1) Par définition de exp. (2) Par définition de exp. (3) On considère la fonction auxilliaire g définie sur R par g (x)=exp(a+ b x) exp(x) On démontre que g est constante, donc : g (0)= g (b). (4) (a) On applique la formule précédente avec b = a. (b) exp(0) = exp(a+ ( a)) = exp(a) exp( a), or exp(0) = 1 et exp(a) 0,... (c) On applique 3. et 4. b.. (d) On démontre cette propriété pour tout n N, à l aide d un raisonnement par récurrence. Puis, à l aide de 4. b., on étend la propriété à tout n Z. ( a (5) Pour tout réel a, exp(a)=exp 2 + a ( ( a )) 2 = exp et exp(a) 0. 2) 2 4. Théorème (Équation fonctionnelle caractéristique) La fonction exponentielle est la seule fonction f, dérivable sur R, non nulle, telle que : Quels que soient les réels a et b, f (a+ b)= f (a) f (b) et f (0)=1 Démonstration La fonction exponentielle vérifie les quatre conditions : dérivable sur R, non nulle, exp(a+ b)=exp(a) exp(b) et exp (0)=1. Soit f une fonction vérifiant ces quatre conditions. Démontrons, en exploitant les données, que f = exp. f est dérivable sur R et, quels que soient les réels a et b, f (a+ b)= f (a) f (b). L idée consiste à fixer un réel x quelconque, puis à considérer la fonction auxilliaire ϕ, de la variable t, définie sur R par ϕ(t )= f (t+ x)= f (t ) f (x). ϕ est dérivable sur R. On calcule l expression de sa dérivée de deux façons. En identifiant les deux calculs, on obtient, lorsque t = 0 : f (x)= f (0) f (x) f (0)=1, alors d après ce qui précède, x étant quelconque, on a f = f Il reste à prouver que f (0)=1 et il reste une hypothèse non utilisée : f n est pas la fonction nulle, alors il existe un réel c tel que f (c) 0. Or, f (c)= f (0+c)= f (0) f (c) et f (c) 0 impliquent f (0)= 1 Conclusion : f est solution de l équation différentielle f = f et f (0)=1, par définition, c est exp.

56 50 7. LA FONCTION EXPONENTIELLE 5. Le nombre e - La notation e x L image de 1 par la fonction exponentielle est notée e, soit exp(1)=e. Une valeur approchée au millième de e est 2,718. Des propriétés précédentes, on déduit que, pour tout entier relatif n, exp(n)=exp(n 1)= ( exp(1) ) n = e n On convient d étendre cette notation pour tout réel x, alors l écriture e x désigne l image de x par la fonction exponentielle. exp(x)=e x On réécrit donc toutes les propriétés avec cette nouvelle notation : (1) La fonction x e x est dérivable sur R et sa dérivée est ellemême. (2) e 0 = 1 et quel que soit le réel x, e x > 0. e a+b = e a e b (3) Quels que soient les réels a et b et l entier n : e a = 1 e a e a b = ea e b (e a ) n = e na Exercices 11, 13 et 14 pages 30 et 31 Exercices 37 à 40 page 32 Exercices 42 et 43 page 32

57 6. ÉTUDE DE LA FONCTION EXPONENTIELLE Étude de la fonction exponentielle 6.1. Sens de variation et limites. (1) Nous avons vu que pour tout réel x, e x > 0 et exp (x)=e x, alors exp est strictement croissante sur R (2) On démontre que, pour tout x R, e x x. Pour cela on étudie la fonction définie sur R par f (x) = e x x et on montre qu elle admet un minimum positif. On conclut par comparaison : lim x + ex =+ (3) On pose X = x, alors lim x ex = 0 (4) La fonction exp est dérivable en 0 et e 0 = 1, alors par définition de la dérivabilité en un point : e h 1 lim = 1 h 0 h (5) Équation de la tangente au point d abscisse 0 : y = x+ 1 (6) Équation de la tangente au point d abscisse 1 : y = e.x 6.2. Tableau de variation. x 0 + exp (x) + + exp 0 1

58 52 7. LA FONCTION EXPONENTIELLE 6.3. Représentation graphique. e 6.4. Autres limites-croissances comparées. (1) Étudier la fonction définie sur R par f (x)=e x x2 et en déduire : 2 (2) En déduire par composition : e x lim x + x =+ lim x xex = Équations et inéquations Hyperbole pages 16, 17 et 19. (1) Pour tous réels a et b, e a < e b a< b (2) Pour tous réels a et b, e a = e b a= b

59 7. FONCTION COMPOSÉE x e u(x) Fonction composée x e u(x) Étant donnée une fonction u définie et dérivable sur un intervalle I, alors (par composition) la fonction exp u est dérivable sur I et, pour tout réel x de I, ( exp u ) (x)=u (x) exp (u(x))=u (x) e u(x) Puisque pour tout x I, e u(x) > 0, le signe de ( exp u ) (x) est exactement celui de u (x), alors exp u et u ont les mêmes variations sur I.

60

61 CHAPITRE 8 Équations différentielles 1. Activités 1 et 2 pages Équation différentielle y = k y Théorème Soit k un réel non nul. L ensemble des solutions de l équation différentielle (E 0 ) y = k y est l ensemble des fonctions de la forme x C e kx, où C est une constante réelle quelconque. Démonstration : R.O.C. Soit C R une constante fixée, on considère la fonction f définie sur R par f (x)= C e kx f est dérivable sur R et, pour tout réel x, f est solution de (E 0 ). f (x)=kc e kx = k f (x) On désigne par g une solution quelconque de l équation (E 0 ). On souhaite démontrer qu elle est nécessairement de la forme g (x)= C e kx. C est-à-dire que ϕ : x ϕ(x)= g (x) e kx est constante sur R. On étudie donc la fonction ϕ ainsi définie : ϕ est dérivable sur R et, pour tout réel x, ϕ (x)=g (x) e kx k g (x) e kx = [ g (x) k g (x) ] e kx = 0 } {{ } g solution de (E 0 ) ϕ est la fonction nulle sur R, donc ϕ est constante sur R. CQFD! Exercices : n 1, 2 et 3 page 50. Théorème Soient x 0 et y 0 deux réels donnés, alors l équation différentielle (E 0 ) y = k y admet une unique solution f vérifiant la condition initiale f (x 0 )= y 0. 55

62 56 8. ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES Démonstration : R.O.C. Il suffit d appliquer la condition initiale à l expression générale d une solution de (E 0 ). Cela détermine la constante C, d où l unicité de la solution de (E 0 ) telle que f (x 0 )= y 0 Exemples et exercices : n 1 résolu page 43 ; n 4 à 9 page 50 ; TD 1 page Équation différentielle y = ay+ b Théorème Soient a et b deux réels tel que a 0. L ensemble des solutions de l équation différentielle (E ) y = ay+ b est l ensemble des fonctions de la forme x C e ax b où C est une constante réelle quelconque. a Démonstration : R.O.C. Vérifier que la fonction f définie sur R par f (x)= C e ax b est solution de (E). a Soit g une solution de (E), on souhaite démontrer qu alors g est de la forme ce qui équivaut à g (x)= C e ax b a g (x)= f (x) b a où f = g + b a est solution de l équation (E 0) y = a y (cf. paragraphe précédent). ( Soit x R, on calcule f (x)=g (x)= ag (x)+b= a g (x)+ b ) = a f (x) CQFD! } {{ } a g solution de (E) Théorème Soient x 0 et y 0 deux réels donnés, alors l équation différentielle (E ) y = ay+ b admet une unique solution f vérifiant la condition initiale f (x 0 )= y 0. Démonstration : R.O.C. Appliquer la condition initiale à l expression générale d une solution de (E). Cela détermine la constante C, d où l unique solution de (E) vérifiant f (x 0 )= y 0. Exemples : n 2 résolu page 43 ; sujets guidés 1 et 2 pages 47, 48 ; sujet corrigé page 49. Exercices : n 13 à 21 page 51 ; n 30 page 53.

Cours de terminale S Suites numériques

Cours de terminale S Suites numériques Cours de terminale S Suites numériques V. B. et S. B. Lycée des EK 13 septembre 2014 Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

Devoir surveillé n 1 : correction

Devoir surveillé n 1 : correction E1A-E1B 013-01 Devoir surveillé n 1 : correction Samedi 8 septembre Durée : 3 heures. La calculatrice est interdite. On attachera une grande importance à la qualité de la rédaction. Les questions du début

Plus en détail

Limite d une suite - Terminale S Exercices corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompris.com. v n. lim. lim

Limite d une suite - Terminale S Exercices corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompris.com. v n. lim. lim Limite d une suite - Terminale S Exercices corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompriscom Reconnaitre les formes indéterminées Dans chaque cas, on donne la ite de et v n Déterminer si possible, ( +

Plus en détail

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7.

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7. Mathématiques pour l informatique IMAC première année - Soutien - Nombres complexes Rappels. Un nombre complexe z admet plusieurs représentations : représentation vectorielle z = (a, b) où a, b R représentation

Plus en détail

Cours de Mathématiques

Cours de Mathématiques Cours de Mathématiques Lycee Gustave Eiffel PTSI 02/03 Chapitre 3 Fonctions usuelles 3.1 Théorème de la bijection Une fonction dérivable sur un intervalle I, strictement monotone déþnit une bijection.

Plus en détail

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions Cours de Mathématiques Seconde Frédéric Demoulin 1 Dernière révision : 16 avril 007 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 1 frederic.demoulin (chez) voila.fr gilles.costantini

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

CH1 : Langages de la continuité Limites

CH1 : Langages de la continuité Limites CH : Langages de la continuité Limites I. Continuité- Théorème des valeurs intermédiaires. Définition : Soit f une fonction définie sur un intervalle I de R. Lorsque la courbe représentative de f ne présente

Plus en détail

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales Recueil d annales en Mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire Frédéric Demoulin Dernière révision : 3 juin 2 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 2. frederic.demoulin

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle La fonction exponentielle Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 2015/2016 Table des matières 1 Existence et unicité de la fonction exponentielle 2 1.1 Deux résultats préliminaires.......................................

Plus en détail

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy V. Latocha PACES UHP septembre 2010 remerciements à D. Schmitt et V. Ries V. Latocha (PACES UHP) Cours mathématiques Paces septembre 2010 1 / 48 1 Fonctions d une variable

Plus en détail

Fonction inverse Fonctions homographiques

Fonction inverse Fonctions homographiques Fonction inverse Fonctions homographiques Année scolaire 203/204 Table des matières Fonction inverse 2. Définition Parité............................................ 2.2 Variations Courbe représentative...................................

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail

TS. 2012/2013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 20/11/12

TS. 2012/2013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 20/11/12 TS. 01/013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 0/11/1 Exercice 1 : ( 6,5 pts) Première partie : Démonstration à rédiger { Démontrer que si ( ) et (v n ) sont deux suites telles

Plus en détail

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique Analyse et Géométrie Différentielle Première Année I NOMBRES REELS ET COMPLEXES, SUITES ET FONCTIONS 1 Nombres réels et complexes 2 Suites de nombres

Plus en détail

Mathématique - Cours Filière STAV 2014-2015 Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge

Mathématique - Cours Filière STAV 2014-2015 Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge Mathématique - Cours Filière STAV 2014-2015 Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge Le programme se compose ainsi : Rappels collège/seconde Partie STAV 1/3 Partie STAV 2/3 Partie STAV

Plus en détail

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité).

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Lycée Jacques Monod février 05 Exercice : Voici les graphiques des questions. et.. A 4 A Graphique Question. Graphique Question..

Plus en détail

Primitives Cours maths Terminale S

Primitives Cours maths Terminale S Primitives Cours maths Terminale S Dans ce module est introduite la notion de primitive d une fonction sur un intervalle. On définit cette notion puis on montre qu une fonction admet une infinité de primitives

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Dans ce module, introduction d une nouvelle notion qu est la continuité d une fonction en un point. En repartant de la définition et de l illustration graphique

Plus en détail

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J.

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. FAIVRE s de cours exigibles au bac S en mathématiques Enseignement

Plus en détail

Fonctions de référence Variation des fonctions associées

Fonctions de référence Variation des fonctions associées DERNIÈRE IMPRESSION LE 9 juin 05 à 8:33 Fonctions de référence Variation des fonctions associées Table des matières Fonction numérique. Définition.................................. Ensemble de définition...........................3

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle La fonction exponentielle L expression «croissance exponentielle» est passée dans le langage courant et désigne sans distinction toute variation «hyper rapide» d un phénomène. Ce vocabulaire est cependant

Plus en détail

Programme de Première

Programme de Première BAC TECHNO STAV 66 I. Algèbre Programme de Première Objectif 1 - Effectuer de manière autonome des calculs numériques ou algébriques, résoudre des équations ou inéquations en vue de résoudre des problèmes

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques Cours de mathématiques Terminale S3 Année 2009-2010 Table des matières I Les fonctions. 4 1 Les limites (suite du cours) 5 IV Limites par comparaison....................................... 5 V Fonctions

Plus en détail

Révisions Maths Terminale S - Cours

Révisions Maths Terminale S - Cours Révisions Maths Terminale S - Cours M. CHATEAU David 24/09/2009 Résumé Les résultats demandés ici sont à connaître parfaitement. Le nombre de réponses attendues est parfois indiqué entre parenthèses. Les

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

Mathématique - Cours

Mathématique - Cours Mathématique - Cours Filière STAV 2014-2015 Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge Le programme se compose ainsi : partie seconde partie 1/3 partie 2/3 partie 3/3 Sommaire 1 Ensemble

Plus en détail

Cours de mathématiques. Chapitre 4 : Dérivabilité. Terminale S1. Année scolaire 2008-2009 mise à jour 22 novembre 2008. Fig.

Cours de mathématiques. Chapitre 4 : Dérivabilité. Terminale S1. Année scolaire 2008-2009 mise à jour 22 novembre 2008. Fig. Cours de matématiques Terminale S1 Capitre 4 : Dérivabilité Année scolaire 008-009 mise à jour novembre 008 Fig. 1 Jean Dausset Fig. alliday Fig. 3 Joann Radon Il y a des gens connus et des gens importants-idée

Plus en détail

MATHÉMATIQUES TERMINALE ES A. YALLOUZ. Ce polycopié conforme au programme 2002, regroupe les documents distribués aux élèves en cours d année.

MATHÉMATIQUES TERMINALE ES A. YALLOUZ. Ce polycopié conforme au programme 2002, regroupe les documents distribués aux élèves en cours d année. MATHÉMATIQUES TERMINALE ES A. YALLOUZ Ce polcopié conforme au programme 00, regroupe les documents distribués au élèves en cours d année. Année 0-0 Année 0-0 T le ES A. YALLOUZ (MATH@ES) TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Sciences Po Paris 2012 Mathématiques Solutions

Sciences Po Paris 2012 Mathématiques Solutions Sciences Po Paris 202 athématiques Solutions Partie : Le modèle de althus odèle discret a Pour tout entier naturel n, on a P n+ P n = P n donc P n+ = +P n Par suite la suite P n est géométrique de raison

Plus en détail

Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln

Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln Thèmes. fonction ln, théorème des valeurs intermédiares, suite définie par récurrence : majoration, minoration, monotonie, convergence, eistence.

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-201 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre III : Polynômes 1 Fonctions polynômes & polynômes Définition 1. Soit

Plus en détail

CALCULATRICE AUTORISEE

CALCULATRICE AUTORISEE Lycée F. MISTRAL AVIGNON BAC BLANC 2012 Epreuve de MATHEMATIQUES Série S CALCULATRICE AUTORISEE DUREE : 4 heures Dès que le sujet vous est remis, assurez-vous qu il est complet Ce sujet comporte 3 pages

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques Cours de mathématiques Thomas Rey classe de première ES ii Table des matières 1 Les pourcentages 1 1.1 Variation en pourcentage............................... 1 1.1.1 Calcul d une variation............................

Plus en détail

Cours de mathématiques pour la Terminale S

Cours de mathématiques pour la Terminale S Cours de mathématiques pour la Terminale S Savoir-Faire par chapitre Florent Girod 1 Année scolaire 2015 / 2016 1. Externat Notre Dame - Grenoble Table des matières 1) Suites numériques.................................

Plus en détail

LIMITES EXERCICES CORRIGES

LIMITES EXERCICES CORRIGES ours et eercices de mathématiques LIMITES EXERIES ORRIGES M UAZ, http://mathscyrreer Eercice n Déterminer la ite éventuelle en de chacune des onctions suivantes : ) ) ) 4 ( ) Déterminer la ite éventuelle

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2 ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2 Le sujet est numéroté de 1 à 5. L annexe 1 est à rendre avec la copie. L exercice Vrai-Faux est

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

FICHE DE RÉVISION DU BAC

FICHE DE RÉVISION DU BAC Note liminaire Programme selon les sections : - fonctions de références, représentations graphiques, dérivées, tableau de variations : toutes sections - opérations sur les limites, asymptotes : STI2D,

Plus en détail

Calculs préliminaires.

Calculs préliminaires. MINES-PONTS 005. Filière MP. MATHÉMATIQES 1. Corrigé de JL. Lamard jean-louis.lamard@prepas.org) Calculs préliminaires. Notons que si f H alors f)e / est bien intégrable sur R car continue positive et

Plus en détail

La maison Ecole d ' Baccalauréat blanc Classe de terminale ES. Exercice 1 - sur 4 points

La maison Ecole d ' Baccalauréat blanc Classe de terminale ES. Exercice 1 - sur 4 points La maison Ecole d ' Baccalauréat blanc Classe de terminale ES Année scolaire 00-004 Copyright c 004 J.- M. Boucart GNU Free Documentation Licence On veillera à détailler et à rédiger clairement les raisonnements,

Plus en détail

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE Mardi 26 juin 2012 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 4h

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE Mardi 26 juin 2012 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 4h Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE Mardi 26 juin 2012 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 4h A. P. M. E. P. Le problème se compose de 4 parties. La dernière page sera à rendre avec

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : Accès à l'université chez DUNOD Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD Les supports de cours ne sont pas complets, ils ne contiennent ni les démonstrations,

Plus en détail

Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements

Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements Exo7 Logique et raisonnements Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements Quelques motivations Il est important d avoir un langage rigoureux. La langue

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Soutien illimité 7j/7 en maths: Coach, profs, exercices & annales, cours. Sujet de Bac 2013 Maths S Obligatoire & Spécialité - Liban

Soutien illimité 7j/7 en maths: Coach, profs, exercices & annales, cours. Sujet de Bac 2013 Maths S Obligatoire & Spécialité - Liban Sujet de Bac 2013 Maths S Obligatoire & Spécialité - Liban EXERCICE 1 : 4 Points Cet exercice est un questionnaire à choix multiples. Aucune justification n est demandée. Pour chacune des questions, une

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

2. u 3 = 16, u 7 = 1 et u p = 1 8.

2. u 3 = 16, u 7 = 1 et u p = 1 8. EXERCICE 1 (u n ) est une suite arithmétique de raison a, déterminer l entier k dans chacun des cas suivants : 1. u 21 = 34, a=1,5 et u k = 1 2. u 10 = 64, u 5 = 14 et u k = 114. EXERCICE 2 (u n ) est

Plus en détail

Dérivation : cours. Dérivation dans R

Dérivation : cours. Dérivation dans R TS Dérivation dans R Dans tout le capitre, f désigne une fonction définie sur un intervalle I de R (non vide et non réduit à un élément) et à valeurs dans R. Petits rappels de première Téorème-définition

Plus en détail

Suites : Calcul et comportement asymptotique.

Suites : Calcul et comportement asymptotique. 4 Chapitre 3 Suites : Calcul et comportement asymptotique. 3. Méthodes de définition. Comment définir une suite (u n ) n N de réels? Par l expression de son terme général, Par une formule de récurrence

Plus en détail

Complément d information concernant la fiche de concordance

Complément d information concernant la fiche de concordance Sommaire SAMEDI 0 DÉCEMBRE 20 Vous trouverez dans ce dossier les documents correspondants à ce que nous allons travailler aujourd hui : La fiche de concordance pour le DAEU ; Page 2 Un rappel de cours

Plus en détail

Séquence 6. Fonctions dérivées. Sommaire

Séquence 6. Fonctions dérivées. Sommaire Séquence 6 Fonctions dérivées Sommaire Pré-requis Définition Dérivées des fonctions usuelles Dérivation et opérations algébriques Applications de la dérivation Synthèse de la séquence Eercices d approfondissement

Plus en détail

Raisonnement par récurrence Suites numériques

Raisonnement par récurrence Suites numériques Chapitre 1 Raisonnement par récurrence Suites numériques Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Raisonnement par récurrence. Limite finie ou infinie d une suite.

Plus en détail

Le raisonnement par récurrence

Le raisonnement par récurrence Le raisonnement par récurrence Nous notons N l ensemble des entiers naturels : N = {0,,, } Nous dirons naturel au lieu de entier naturel Le principe du raisonnement par récurrence Soit A une partie de

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1 Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1 Cours de Mathématiques 1 Table des matières 1 Un peu de formalisme mathématique 7 1.1 Rudiments de logique........................................

Plus en détail

BACCALAURÉAT BLANC 2013

BACCALAURÉAT BLANC 2013 BACCALAURÉAT BLANC 203 Série S Corrigé Exercice. a) On traduit les données de l énoncé et on représente la situation par un arbre pondéré. PF ) = 2, PF 2) = 3, P F ) = 5 00 = 20, P F 2 ) =,5 00 = 3 3,5,

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

Licence MIMP Semestre 1. Math 12A : Fondements de l Analyse 1. http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html

Licence MIMP Semestre 1. Math 12A : Fondements de l Analyse 1. http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html Licence MIMP Semestre 1 Math 12A : Fondements de l Analyse 1 http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html Septembre 2013 Table des matières Chapitre I. Les nombres réels et les suites numériques 1 1

Plus en détail

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque FNCTINS I Généralités sur les fonctions Définitions Soit D une partie de l'ensemble IR. n définit une fonction f de D dans IR, en associant à chaque réel de D, un réel et un seul noté f() et que l'on appelle

Plus en détail

I Exercices. 1 Définition de suites. 2 Sens de variation d une suite

I Exercices. 1 Définition de suites. 2 Sens de variation d une suite I Exercices 1 Définition de suites Pour toutes les suites (u n ) définies ci-dessous, on demande de calculer u 1, u, u 3 et u 6 1 u n = 7n n + { u0 = u n+1 = u n + 3 3 u n est le n ième nombre premier

Plus en détail

TS - Cours sur le logarithme népérien

TS - Cours sur le logarithme népérien Lcée Europole - R. Vidonne 1 TS - Cours sur le logarithme népérien Fonction carrée et racine carrée Considérons les fonctions f : R + R + g : R + R + 2 Dans un repère orthonormal, les courbes C f et C

Plus en détail

Première partie. Deuxième partie

Première partie. Deuxième partie PC 96-97 correction épreuve X97 Première partie. f étant convexe sur l intervalle [t, t 2 ], sa courbe représentative est en dessous la corde joignant les points (t, f(t )) et (t 2, f(t 2 )). Comme f(t

Plus en détail

Cahier de textes Mathématiques

Cahier de textes Mathématiques Cahier de textes Mathématiques Mercredi 6 janvier : cours 2h Début du chapitre 12 - Convergence de suites réelles : 12.1 Convergence de suites : suites convergentes, limites de suites convergentes, unicité

Plus en détail

Baccalauréat Série S Métropole, juin 2014

Baccalauréat Série S Métropole, juin 2014 Baccalauréat Série S Métropole, juin 4 Sujet et Corrigé Stéphane PASQUET Disponible sur http://www.mathweb.fr juin 4 Exercice (5 points) - Commun à tous les candidats Partie A Dans le plan muni d un repère

Plus en détail

Cours de mathématiques. Chapitre 9 : Nombres complexes

Cours de mathématiques. Chapitre 9 : Nombres complexes Cours de mathématiques Terminale S1 Chapitre 9 : Nombres complexes Année scolaire 2008-2009 mise à jour 15 février 2009 Fig. 1 Gerolamo Cardano Médecin et mathématicien italien qui ne redoutait pas les

Plus en détail

TD Dérivation n 2 : étude des variations de fonctions

TD Dérivation n 2 : étude des variations de fonctions 1) f (x) = 7x+3 TD Dérivation n : étude des variations de fonctions Étude de variations f est une fonction affine, de coefficient directeur négatif, on sait donc qu elle est décroissante surê. Le calcul

Plus en détail

MATIÈRE DU COURS D'ALGÈBRE ET D'ANALYSE

MATIÈRE DU COURS D'ALGÈBRE ET D'ANALYSE MATIÈRE DU COURS D'ALGÈBRE ET D'ANALYSE Titulaire : A.M. Tilkin 8h/semaine 1) MATIERE DE 4 e ANNEE a) ALGEBRE - Rappels algébriques concernant la résolution d équations et d inéquations (fractionnaires

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Université Paris Diderot Langage Mathématique (LM1) Département Sciences Exactes 2011-2012 Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Durée : 3 heures Exercice 1 Dans les expressions suivantes, les

Plus en détail

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats)

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) On cherche à modéliser de deux façons différentes l évolution du nombre, exprimé en millions, de foyers français possédant un téléviseur à écran plat

Plus en détail

- Module M2 - Fondamentaux d analyse

- Module M2 - Fondamentaux d analyse - Module M - Fondamentau d analyse Cléo BARAS, cleo.baras@ujf-grenoble.fr IUT - Grenoble Département Réseau et Télécommunications DUT - ère année Année universitaire 9- Web : http ://iut-tice.ujf-grenoble.fr/gtr/mathm/inde.asp

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Seconde-Fonctions homographiques-cours Mai 0 Fonctions homographiques Introduction Voir le TP Géogébra. La fonction inverse. Définition Considérons la fonction f définie par f() =. Alors :. f est définie

Plus en détail

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation )

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation ) DÉRIVÉES I Nombre dérivé - Tangente Eercice 0 ( voir animation ) On considère la fonction f définie par f() = - 2 + 6 pour [-4 ; 4]. ) Tracer la représentation graphique (C) de f dans un repère d'unité

Plus en détail

Nombre dérivé et tangente

Nombre dérivé et tangente Nombre dérivé et tangente I) Interprétation graphique 1) Taux de variation d une fonction en un point. Soit une fonction définie sur un intervalle I contenant le nombre réel a, soit (C) sa courbe représentative

Plus en détail

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé CCP PSI - 00 Mathématiques : un corrigé Première partie. Définition d une structure euclidienne sur R n [X]... B est clairement symétrique et linéaire par rapport à sa seconde variable. De plus B(P, P

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

Un corrigé de l épreuve de mathématiques du baccalauréat blanc

Un corrigé de l épreuve de mathématiques du baccalauréat blanc Terminale ES Un corrigé de l épreuve de mathématiques du baccalauréat blanc EXERCICE ( points). Commun à tous les candidats On considère une fonction f : définie, continue et doublement dérivable sur l

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Nombre dérivé, interprétations géométrique et cinématique

Nombre dérivé, interprétations géométrique et cinématique CHAPITRE 4 DÉRIVATION ET PRIMITIVATION Nombre dérivé, interprétations géométrique et cinématique 08. Nombre dérivé Soit f une fonction numérique, définie sur un intervalle ou une réunion d intervalles,

Plus en détail

Examen 2 Mathématiques L1S1 TD 1104 2015 2016 Université Paris 1

Examen 2 Mathématiques L1S1 TD 1104 2015 2016 Université Paris 1 Examen Mathématiques LS TD 04 05 06 Université Paris Nom : Prénom : Durée : heure. Calculatrice interdite. Aucun document autorisé. Chaque question de la partie QCM vaut un point. Identifiez toutes les

Plus en détail

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10 PCSI - 4/5 www.ericreynaud.fr Chapitre Points importants 3 Questions de cours 6 Eercices corrigés Plan du cours 4 Eercices types 7 Devoir maison 5 Eercices Chap Et s il ne fallait retenir que si points?

Plus en détail

MATHÉMATIQUES TERMINALE ES A. YALLOUZ. Ce polycopié conforme au programme 2012, regroupe des documents distribués aux élèves en cours d année.

MATHÉMATIQUES TERMINALE ES A. YALLOUZ. Ce polycopié conforme au programme 2012, regroupe des documents distribués aux élèves en cours d année. MATHÉMATIQUES TERMINALE ES A. YALLOUZ Ce polycopié conforme au programme 01, regroupe des documents distribués aux élèves en cours d année. CERTAINS CHAPITRES DU PROGRAMME NE SONT PAS TRAITÉS Année 013-014

Plus en détail

MATHS Rappels Suites, Fonctions, Développements limités

MATHS Rappels Suites, Fonctions, Développements limités INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE MATHS Rappels Suites, Fonctions, Développements limités Pascal Floquet Xuân Meyer Première Année à Distance Septembre 006 Jean-Claude Satge Table des matières

Plus en détail

Commun à tous les candidats

Commun à tous les candidats EXERCICE 3 (9 points ) Commun à tous les candidats On s intéresse à des courbes servant de modèle à la distribution de la masse salariale d une entreprise. Les fonctions f associées définies sur l intervalle

Plus en détail

Suites numériques. Sommaire :

Suites numériques. Sommaire : Suites numériques I Activité n o 2 page 295 Sommaire : II Généralités sur les suites numériques III Variations et bornes IV Suites arithmétiques V Suites géométriques VI Suites convergentes VII Représentation

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Dérivation Primitives

Dérivation Primitives Cours de Terminale STI2D Giorgio Chuck VISCA 27 septembre 203 Dérivation Primitives Table des matières I La dérivation 3 I Rappels 3 I. exemple graphique............................................. 3

Plus en détail