22 Cours - Espaces vectoriels.nb 1/8. Espaces vectoriels. I) Généralités II) Applications linéaires III) Sous espaces vectoriels IV) Générateurs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "22 Cours - Espaces vectoriels.nb 1/8. Espaces vectoriels. I) Généralités II) Applications linéaires III) Sous espaces vectoriels IV) Générateurs"

Transcription

1 22 Cours - Espaces vectoriels.nb /8 Espaces vectoriels K -espace vectoriel, loi de composition interne (commutative, associative), élément neutre, symétrique, loi externe, vecteur nul, E, sous espace vectoriel, F est stable pour + (par.), application linéaire, L HE, FL, endomorphisme, L HEL, isomorphisme, automorphisme, GL HEL, forme linéaire, E *, homothétie de rapport k, Ker f, Im f, noyau, image, combinaison linéaire, sous espace vectoriel de E engendré par A, Vect HAL, somme de sev, A + B, somme directe, A B, sev supplémentaires, projection sur F suivant la direction G, symétrie par rapport à F suivant la direction G, famille génératrice (libre, liée, base), base canonique de K n, coordonnées d un vecteur dans une base I) Généralités II) Applications linéaires III) Sous espaces vectoriels IV) Générateurs Dans tout le chapitre l ensemble K est égal à ou à I) Espace vectoriel, sous espace vectoriel ) Espace vectoriel Un ensemble E est un K-espace vectoriel (K -ev) pour les deux lois notées + et. lorsque: () La loi + a les propriétés suivantes: (a): " x, y œ E, x + y existe et x + y œ E (+ est une loi de composition interne sur E) (b): " x, y œ E, x + y = y + x (+ est une loi commutative) (c): " x, y, z œ E, Hx + yl + z = x + Hy + zl ( + est une loi associative) (d): $ e œ E ê " x œ E, x + e = x (il y a un élément neutre (ici e) pour + dans E) (e): " x œ E, $ x' œ E ê x + x' = e (tout élément x de E a un symétrique x' pour + dans E) (Les propriétés () traduisent le fait que E est un groupe commutatif pour la loi +) (2) La loi. a les propriétés suivantes: (2a) " l œ K, " x œ E, l.x existe et l.x œ E (. est une loi externe sur E) (2b) " l œ K, " x, y œ E, l.hx + yl = l.x + l.y (2c) " l, m œ K, " x œ E, Hl + ml.x = l.x + m.x (2d) " x œ E,. x = x (2e) " l, m œ K, " x œ E, l.hm.xl = Hl ml.x Les élements d un espace vectoriel sont appelés des vecteurs. On adopte une notation additive de l élément neutre et du symétrique: Les vecteurs sont souvent notés x, y, z... et les éléments de K, (qu on appelle scalaires) sont souvent notés l, m, a, b... L'élément neutre de E pour la loi + est appelé vecteur nul de E et est noté E. Le symétrique x' de x pour + est noté -x. On a donc: " x œ E, x + E = E + x = x et " x, y œ E, x + y = E ñ y = -x. 2) Exemple de base 2 est un -ev pour les lois + et. définies par: " Ha, bl, Hc, dl œ 2, " l œ, ; Le vecteur nul de 2 est 2 = H, L, le symétrique de u = Hx, yl est -u = H-x, -yl. Ha, bl + Hc, dl = Ha + c, b + dl. l.ha, bl = Hl a, l bl

2 22 Cours - Espaces vectoriels.nb 2/8 On peut voir dans le plan usuel les opérations + et. sur 2 3) Autres exemples classiques a) K n est un K-ev pour les lois ; Hx, x 2,..., x n L + Hy, y 2,..., y n L = Hx + y, x 2 + y 2,..., x n + y n L. Le vecteur nul est (,,..,). l.hx, x 2,..., x n L = Hl x, l x 2,..., l x n L HP + QL HXL = P HXL + Q HXL b) est un K -ev pour les lois ;. Le vecteur nul est le polynôme nul. Hl.PL HXL = l P HXL Hf + gl HxL = f HxL + g HxL c) FHI, L (fonctions de I dans est un -ev pour les lois ;. Le vecteur nul est la fonction nulle. Hl.f L HxL = l f HxL d) L ensemble K des suites de K est un K -ev pour les lois ; Hu nl + Hv n L = Hu n + v n L. Le vecteur nul est la suite nulle (). l.hu n L = Hl u n L e) L ensemble M n,p HKL est un K -ev pour les lois Ia i,j M + Ib i,j M = Ia i,j + b i,j M. Le vecteur nul est la matrice nulle (). l.ia i,j M = Il a i,j M 4) Règles de calcul dans un espace vectoriel Soit HE, +,.L un K -ev. Alors: " l, m œ K, " x, y œ E on a: () l.x = E ñ l = ou x = E (2) l.h-xl = H-lL.x = - l.x et l.hx - yl = l.x - l.y et Hl - ml.x = l.x - m.x 5) Sous espace vectoriel a) Définition Une partie F du K -espace vectoriel HE, +,.L est un sous espace vectoriel de HE, +,.L ñ HF, +,.L est un K -ev. b) Théorème de caractérisation Soit F une partie du K -espace vectoriel HE, +,.L. Alors: F est un sous espace vectoriel de E HL ñ E œ F " x, y œ F, x + y œ F " l œ K, " x œ F, l.x œ F ñ H2L ; E œ F " x, y œ F, " l, m œ K, l.x + m.y œ F () Les propriétés ; " x, y œ F, x + y œ F F est stable pour + se traduisent par ; " l œ K, " x œ F, l.x œ F F est stable par. (2) E et 8 E < sont toujours des sous espaces vectoriels de E. c) Intérêt de la notion de sous espace vectoriel Chaque fois que l on doit montrer qu un ensemble A est un K -espace vectoriel pour des lois + et. on cherche (et on trouve presque toujours) un ensemble E qui contient A et qui est un K -ev pour les mêmes lois + et. Alors A est un K -espace vectoriel ñ A est un sous espace vectoriel de E: c est beaucoup plus simple à faire. 6) Exemples de sous espaces vectoriels a) Dans 2, montrer que D = 8 Hx, -2 xl ê x œ < est un sous espace vectoriel. Chercher d autres sous espaces vectoriels de 2. b) Montrer que P = 9Hx, y, zl œ 3 ë x - y + 2 z = = est un sous espace vectoriel de 3. c) Montrer que est un sous espace vectoriel c2) E = 8P ê PHX + L = X P HXL< est-il un sous espace vectoriel d) C n H L, l ensemble des fonctions de classe C n sur, est il un sous espace vectoriels de E = FH, L?. d2) L'ensemble des fonctions monotones sur est-il un sous espace vectoriel de E = FH, L?

3 22 Cours - Espaces vectoriels.nb 3/8 d3) Avec a : ö fonction continue, montrer que l'ensemble des fonctions y solutions sur de l'équation différentielle y' + ahxl y = est un sous espace vectoriel de F H, L. e) L ensemble des suites convergentes est-il un sous espace vectoriel de S = {suites de réels}? e2) L ensemble des suites ayant une limite (finie ou infinie) est-il un sous espace vectoriel de S? f) Montrer que les ensembles S et AS des matrices symétriques et antisymétriques sont des sous espaces vectoriels de M n HKL. 7) Intersection de sous espaces vectoriels Une intersection de sous espaces vectoriels est un sous espace vectoriel. C est faux pour une réunion. 8) Allègement occasionnel des notations du vecteur nul ou de la loi externe Dans la suite, le vecteur nul E d un espace vectoriel E sera noté souvent et la loi. sera omise. Par exemple, au lieu d écrire 2. x + 3. y = E, on pourra écrire 2 x + 3 y =. Pour s y retrouver: entre un scalaire l œ K et un vecteur x œ E, il y a un. implicite : l x désigne l.x Le symbole désigne le vecteur nul lorsque dans une expression c est un vecteur et le bon vieux zéro de ou lorsqu il doit être un nombre. II) Applications linéaires ) Définition et notation Soient E et F deux K -ev et f : EöF une application. Alors: " x, y œ E, f Hx + yl = f HxL + f HyL f : E öf est linéaire ñ; ñ" x, y œ E, " l, m œ K, f Hl.x + m.yl = l.f HxL + m.f HyL " l œ K, " x œ E, f Hl.xL = l.f HxL L ensemble des applications linéaires de E dans F est noté L HE, FL. 2) Cas particuliers d applications linéaires Soit f œ LHE, FL une application linéaire de E dans F. Lorsque: () E = F, on dit que f est un endomorphisme. On note LHEL l ensemble des endomorphismes de E. (2) f est bijective, on dit que f est un isomorphisme. (3) E = F et f est bijective, on dit que f est un automorphisme. On note GL HEL l ensemble des automorphismes de E. (4) F = K, on dit que f est une forme linéaire de E. On note E * l ensemble des formes linéaires de E. 3) Image du vecteur nul Si f œ LHE, FL alors f H E L = F. C est utile par exemple pour montrer rapidement qu une application n est pas linéaire. 4) Exercices a) Pour k œ K, on appelle homothétie de rapport k l application h : EöE définie par " x œ E, hhxl = k.x Prouver que h est linéaire, montrer que h est un automorphisme lorsque k et calculer alors h -.

4 22 Cours - Espaces vectoriels.nb 4/8 b) Montrer que l application f définie sur E = 2 par: " Hx, yl œ E, f HHx, yll = H2 x + y, x - yl est un automorphisme de E. Calculer f ëf puis f - : sont-elles linéaires? c) Montrer que l application f définie sur E par: " P œ E, f HPL = X P' HXL - PHXL est un endomorphisme de E. Calculer f ë f : est-elle linéaire? d) Montrer que l application j définie sur E = C ( ) par: " f œ E, j Hf L = f '' + f est un endomorphisme de E. e) Trouver tous les endomorphismes de 2. 5) Quelques propriétés () La composée de deux applications linéaires est une application linéaire. (2) La bijection réciproque d un isomorphisme est linéaire (et donc est un isomorphisme). (3) HL HE, FL, +,.L est un K -espace vectoriel. () Soient f œ LHE, FL et g œ LHF, GL. Alors: " x, y E, " l, m œ K, gëf Hl x + m yl = ghf Hl x + m yll = ghlhf HxL + m f HyLL = l ghf HxLL + m ghf HyLL donc gëf œ LHE, GL. (2) Soit f œ L HE, FL bijective. " x, y œ F, " l, m œ K, f - Hl x + m yl = l f - HxL + m f - HyL ñ f If - Hl x + m ylm = f Il f - HxL + m f - HyLM (car f est injective) ñ l x + m y = l f If - HxLM + m f If - HyL M (car f est linéaire) ñ l x + m y = l x + m y. C est vrai donc f - est bien linéaire (3) Un peu fastidieux, mais facile à démontrer. 6) Image directe ou réciproque d un sous espace vectoriel par une application linéaire L image directe ou réciproque d un sous espace vectoriel par une application linéaire est un sous espace vectoriel. 7) Noyau et image d une application linéaire a) Définitions Soit f : E öf une application linéaire. Alors: Le noyau de f est Ker f = 8x œ E ê f HxL = F } = f - H8 F <L L image de f est Im f = 8f HxL ê x œ E< = f HEL Donc: x œ Ker f ñ Hx œ E et f HxL = F L et y œ Im f ñ Hy œ F et $ x œ E ê y = f HxLL b) Théorème Soit f œ L HE, FL. Alors Ker f est un sous espace vectoriel de E et Im f est un sous espace vectoriel de F. C est une conséquence du théorème 6) car 8 F < est un sev de F, donc Ker f = f - H8 F <L est un sev de E et E est un sev de E, donc Im f = f HEL est un sev de F. c) Caractérisation de l injectivité d une application linéaire Soit f œ L HE, FL. Alors: f est injective ñ Ker f = 8 E <. Notons que: f œ LHE, FL est surjective ñ Im f = F. (fi): f H E L = F donc E œ Ker f. Soit x œ Ker f. Alors f HxL = F = f H E L donc (f est injective) x = E. D où Ker f = 8 E <. ( ) Soient x, y œ E tels que f HxL = f HyL. Alors (f est linéaire), f Hx - yl = f HxL - f HyL = F, donc x - y œ Ker f = 8 E <, donc x - y = E et x = y. Donc f est injective. a) Chercher le noyau de l endomorphisme f de 3 défini par f Hx, y, zl = H-2 x + y + z, x - 2 y + z, x + y - 2 zl b) Chercher le noyau de l endomorphisme f tel que f HPL = 3 P - X P' (Vérifier déjà que f est linéaire) c) Chercher le noyau de l application j définie sur C 2 H L par: " f œ E, jhf L = f '' + f d) Soient f, g œ L HEL. Comparer pour l inclusion kerhf ëgl et ker g, puis ImHf ëgl et Im f. e) Soit f œ L HEL. Montrer que : Ker f = Ker Hf ëf L ñ Im f Ker f = 8 E }.

5 22 Cours - Espaces vectoriels.nb 5/8 III) Sous espaces vectoriels ) Combinaison linéaire d une famille de vecteurs Soit A = Ha, a 2,..., a n L une famille de vecteurs d un K -espace vectoriel E. Une combinaison linéaire de vecteurs de A est un vecteur x de E qui peut se mettre sous la forme x = l a + l 2 a l n a n avec l i œ K. Avec a = 2 et b = 3 4 dans E = 2, les combinaisons linéaires de la famille Ha, bl sont les vecteurs x = l a + m b =l 2 + m 3 4 = l + 3 m 2 l + 4 m avec l, m œ. 2) Sous espace vectoriel engendré par une famille finie de vecteurs Soit A = Ha, a 2,..., a n L une famille de vecteurs d un K -espace vectoriel E. Alors: () L ensemble VectHAL = 8l a + l 2 a l n a n ê l i œ K < des combinaisons linéaires des vecteurs de A est un sev de E. (2)Vect HAL s appelle le sous espace vectoriel engendré par A. (3) VectHAL est le plus petit (pour l inclusion) sous espace vectoriel de E qui contient A. Notons CL HAL l ensemble des combinaisons linéaires des vecteurs de A. n n n (). a = E œ CLHAL. Soient x = S li a i, y = S l'i a' i œ CLHAL et a, b œ K. Alors a x + b y = S Ha li + bl' i L a i œ CLHAL qui est donc un sev de E. k= k= k= (2) Si B est un sev de E qui contient A, alors (stabilité pour + et par.) B contient CLHAL = vecthal qui est donc le plus petit (pour l inclusion) sous espace vectoriel de E qui contient A. Par exemple, si a, b, c sont trois vecteurs de E, alors Vect Ha, b, cl = 8a a + b b + g c ê a, b, g œ K< a) Dans 2, on pose a = H, L et b = H, 2L. Montrer que vectha, bl = 2. b) est-ce-que vect IX -, X 2 M = Vect IX 2 -, XM? 3) Somme de sous espaces vectoriels Soient A et B deux sev de E. Alors l ensemble A + B = 8a + b ê a œ A et b œ B< est un sev de E, appelé somme de A et B. 4) Somme directe La somme A + B des sous espaces vectoriels A et B est directe lorsque A B = 8 E <. Dans ce cas on note A B = A + B. Donc: A B = A + B sachant que A B = 8 E <. Soient A et B deux sev de E. Montrer que: A et B sont en somme directe ñ " Ha, bl œ AäB, a + b = E ñ a = b = E. 5) Sous espaces vectoriels supplémentaires a) Définition Les deux sous espaces vectoriels A et B de E sont supplémentaires dans E ñ A B = E ñ ; A + B = E A B = 8 E <. b) Théorème de caractérisation Les deux sous espaces vectoriels A et B de E sont supplémentaires dans E ñ " x œ E, $! Ha, bl œ AäB ê x = a + b ñ tout vecteur de E peut s écrire de façon unique comme somme d un vecteur de A et d un vecteur de B.

6 22 Cours - Espaces vectoriels.nb 6/8 a) Dans E = 3, a = H, 2, -L, b = H,, L et c = H,, L, puis F = vectha, bl et G = vect HcL. Démontrer que F G = E. b) Dans E = 4, on pose F = 9Hx, y, z, tl œ 4 ë x - y + 2 z - 3 t = = et G = VectHg = H,,, -LL. Prouver que F G = E. c) Dans E = F H, L, prouver que P = 8fonctions paires< et I = 8fonctions impaires< sont deux sev supplémentaires de E d) Soient E un espace vectoriel et u œ L HEL telle que uëu = Id E. a) Démontrer que A = kerhu - Id E ) et B = kerhu + Id E ) sont deux sous espaces vectoriels supplémentaires de E. b) Démontrer que l exercice c) est un cas particulier de d) 6) Projections et symétries a) Définitions Soient F et G deux sous espaces vectoriels supplémentaires d un espace vectoriel E. (C est à dire F G = E ) On sait que tout vecteur x œ E s écrit de façon unique sous la forme x = x F + x G avec x F œ F et x G œ G. Alors: () L application p : E öe définie par: " x œ E, phxl = x F est la projection sur F suivant la direction G. (2) L application s : E öe définie par: " x œ E, shxl = x F - x G est la symétrie par rapport à F suivant la direction G. b) Interprétation géométrique c) Théorème Les projections et les symétries de E sont des endomorphismes de E. d) Théorème de caractérisation Soit f œ L HEL. f est une projection ñ f ëf = f. Alors f est la projection sur F = Im f suivant la direction G = Ker f. f est une symétrie ñ f ëf = Id E. Alors f est la symétrie par rapport à F = KerHf - Id E L suivant la direction G = KerHf + Id E L. a) Dans E = 3, soient a = H, 2, -L, b = H,, L, c = H,, L, puis F = VectHa, bl et G = VectHcL. Vérifier que F G = E. Soient p la projection sur F suivant G et s la symétrie par rappport à F suivant G. Pour X = Hx, y, zl œ 3, calculer p HXL et s HXL. b) Soient f, g œ HEL. On suppose que f ëg = g et gëf = f. Prouver que f et g sont des projecteurs. c) Soit p une projection d un espace vectoriel E. Pour a œ, on pose f a = Id E + a p. Calculer f a ëf b et en déduire que f a est inversible, sauf peut-être pour une valeur de a. IV) Générateurs ) Famille génératrice, libre, liée, base La famille Hx, x 2,..., x n L de vecteurs d un K espace vectoriel Eest une famille: () génératrice de E ñ VectHx, x 2,... x n L = E ñ " x œ E, $ l, l 2,..., l n œ K ê x = l x + l 2 x l n x n ñ Tout vecteur de E peut s écrire comme combinaison linéaire des vecteurs x, x 2,..., x n (2) libre de E ñ " l, l 2,..., l n œ K, l x + l 2 x l n x n = E fl l = l 2 =... = l n = ñ La seule combinaison linéaire nulle des vecteurs x, x 2,..., x n est celle où tous les coefficients sont nuls (3) liée de E ñ Hx, x 2,..., x n L n est pas une famille libre de E ñ $ Hl, l 2,..., l n L œ K n î 8H,,..., L< ê l x + l 2 x l n x n = E ñ il existe une combinaison linéaire nulle à coefficients non tous nuls des vecteurs x, x 2,..., x n (4) base de E ñ Hx, x 2,... x n L est une famille libre et génératrice de E

7 22 Cours - Espaces vectoriels.nb 7/8 2) Propriétés des familles liées () Une famille contenant le vecteur nul est liée. (2) Une famille contenant plusieurs fois un même vecteur est liée. (3) Une famille est liée si et seulement si l un de ses vecteurs peut s écrire comme combinaison linéaire des autres. 3) Exercices a) On pose a = -2, b = -2, c = -2 et d = b) A = IX 2, X X +, X 2-2 X +, X + M est-elle une famille libre -. Les familles Ha, b, cl et Ha, b, dl sont-elles libres? c) Vrai ou faux? On rappelle que deux vecteurs a et b sont colinéaires ñ il existe l œ K tel que a = l b ou b = l a. a) Une famille contenant deux vecteurs colinéaires est liée. b) Une famille ne contenant pas deux vecteurs colinéaires est libre. g) La famille est liée si et seulement si elle contient deux vecteurs colinéaires. d) On pose f HxL = e x, g HxL = x et h HxL = sin HxL. La famille Hf, g, hl est-elle libre dans FH, L? 4) Bases des espaces vectoriels usuels Dans tout espace vectoriel E non réduit à 8 E < il y a une base. () B =, est une base de K 2 et B = ª, ª,... ª est une base de K n (base canonique de K n ) (2) B = I, X, X 2,..., X n M est une base de K et B = I, X, X 2,...M est une base de (3) Dans FH, L il y a des bases mais on ne sait pas en expliciter. (4) Dans M n,p HKL, une base est constituée de la famille des matrices dont tous les termes sont nuls sauf un qui vaut. a) Ecrire des bases de 3, et M 2 H L. b) Prouver que F = 9Hx, y, z, tl œ 4 ë x - y + 2 z - 3 t = = est un sev de 4 et trouver une base de F. 5) Coordonnées d un vecteur dans une base B = He, e 2,... e n L est une base de E ñ " x œ E, $! Hl, l 2,..., l n L de K n ê x = l e + l 2 e l n e n ñ Tout vecteur x de E s'écrit de manière unique comme combinaison linéaire des vecteurs de B. Si B = He, e 2,... e n L est une base de E, l unique n-uplet Hl, l 2,..., l n L de K n tel que x = l e + l 2 e l n e n s appelle le n-uplet des coordonnées du vecteur x dans la base B. On note alors x = Hl, l 2,..., l n L B ou encore x = l l 2 ª. Et donc: dans une base B = He, e 2,... e n L alors: x = Hl, l 2,..., l n L B ñ x = l e + l 2 e l n e n. l n B a) Prouver que B = Ha = H, 2L, b = H2, LL est une base de 2 et trouver les coordonnées d un vecteur u = Hx, yl de 2 dans B. b) Trouver les coordonnées du polynôme P = X 2 + X + 2 dans la base B = I, X, X 2 M puis C = IX 2, X -, X + M. c) On pose P k = X k + et B = HP, P,..., P n L. Montrer que B est une base de E = et trouver les coordonnées d un polynôme P de E dans la base B.

8 22 Cours - Espaces vectoriels.nb 8/8 d) Soit B = He, e 2,... e n L la base canonique de n. On pose f = e, f 2 = e + e 2,..., f n = e + e e n. Démontrer que C = Hf, f 2,..., f n L est une base de n. Trouver les coordonnées du vecteur e n, puis d un vecteur u = Hx,..., x n L de n dans la base C. e) On pose f k HxL = e k x pour k œ et x œ. Montrer que " n œ, la famille F = Hf, f,..., f n L est une famille libre de FH, L. 6) Propriétés des familles contenues ou contenant une famille libre, liée, génératrice ou base () Toute famille contenue dans une famille libre est libre. (2) Toute famille contenant une famille liée est liée. (3) Toute famille contenant une famille génératrice est génératrice. (4) Toute famille contenant strictement une base est liée et génératrice. (5) Toute famille contenue strictement dans une base est libre et non génératrice.

Un K-espace vectoriel est un ensemble non vide E muni : d une loi de composition interne, c est-à-dire d une application de E E dans E : E E E

Un K-espace vectoriel est un ensemble non vide E muni : d une loi de composition interne, c est-à-dire d une application de E E dans E : E E E Exo7 Espaces vectoriels Vidéo partie 1. Espace vectoriel (début Vidéo partie 2. Espace vectoriel (fin Vidéo partie 3. Sous-espace vectoriel (début Vidéo partie 4. Sous-espace vectoriel (milieu Vidéo partie

Plus en détail

NOTATIONS PRÉLIMINAIRES

NOTATIONS PRÉLIMINAIRES Pour le Jeudi 14 Octobre 2010 NOTATIONS Soit V un espace vectoriel réel ; l'espace vectoriel des endomorphismes de l'espace vectoriel V est désigné par L(V ). Soit f un endomorphisme de l'espace vectoriel

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

Problème 1 : applications du plan affine

Problème 1 : applications du plan affine Problème 1 : applications du plan affine Notations On désigne par GL 2 (R) l ensemble des matrices 2 2 inversibles à coefficients réels. Soit un plan affine P muni d un repère (O, I, J). Les coordonnées

Plus en détail

Le produit semi-direct

Le produit semi-direct Le produit semi-direct Préparation à l agrégation de mathématiques Université de Nice - Sophia Antipolis Antoine Ducros Octobre 2007 Ce texte est consacré, comme son titre l indique, au produit semi-direct.

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voie : Biologie, chimie, physique et sciences de la Terre (BCPST) Discipline : Mathématiques Seconde année Préambule Programme

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques DEUG MIAS premier niveau Cours de mathématiques année 2003/2004 Guillaume Legendre (version révisée du 3 avril 2015) Table des matières 1 Éléments de logique 1 1.1 Assertions...............................................

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Capes 2002 - Première épreuve

Capes 2002 - Première épreuve Cette correction a été rédigée par Frédéric Bayart. Si vous avez des remarques à faire, ou pour signaler des erreurs, n hésitez pas à écrire à : mathweb@free.fr Mots-clés : équation fonctionnelle, série

Plus en détail

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La licence Mathématiques et Economie-MASS de l Université des Sciences Sociales de Toulouse propose sur les trois

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Programme de la classe de première année MPSI

Programme de la classe de première année MPSI Objectifs Programme de la classe de première année MPSI I - Introduction à l analyse L objectif de cette partie est d amener les étudiants vers des problèmes effectifs d analyse élémentaire, d introduire

Plus en détail

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la Programmation Linéaire. 5 . Introduction Un programme linéaire s'écrit sous la forme suivante. MinZ(ou maxw) =

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité Chapitre 1 Calcul différentiel L idée du calcul différentiel est d approcher au voisinage d un point une fonction f par une fonction plus simple (ou d approcher localement le graphe de f par un espace

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation «Sur C, tout est connexe!» www.h-k.fr/publications/objectif-agregation L idée de cette note est de montrer que, contrairement à ce qui se passe sur R, «sur C, tout est connexe». Cet abus de langage se

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres Énoncé Soit E un ensemble non vide. On dit qu un sous-ensemble F de P(E) est un filtre sur E si (P 0 ) F. (P 1 ) (X, Y ) F 2, X Y F. (P 2 ) X F, Y P(E) : X Y Y F. (P 3 ) / F. Première Partie 1. Que dire

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables

Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables 6. 1 Fonctions différentiables de R 2 dans R. 6. 1. 1 Définition de la différentiabilité Nous introduisons la différentiabilité sous l angle des développements

Plus en détail

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5.

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. DÉVELOPPEMENT 32 A 5 EST LE SEUL GROUPE SIMPLE D ORDRE 60 Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. Démonstration. On considère un groupe G d ordre 60 = 2 2 3 5 et

Plus en détail

Étudier si une famille est une base

Étudier si une famille est une base Base raisonnée d exercices de mathématiqes (Braise) Méthodes et techniqes des exercices Étdier si ne famille est ne base Soit E n K-espace vectoriel. Comment décider si ne famille donnée de vecters de

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables et applications pour l ingénieur

Fonctions de plusieurs variables et applications pour l ingénieur Service Commun de Formation Continue Année Universitaire 2006-2007 Fonctions de plusieurs variables et applications pour l ingénieur Polycopié de cours Rédigé par Yannick Privat Bureau 321 - Institut Élie

Plus en détail

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions Formes quadratiques Imen BHOURI 1 Ce cours s adresse aux étudiants de niveau deuxième année de Licence et à ceux qui préparent le capes. Il combine d une façon indissociable l étude des concepts bilinéaires

Plus en détail

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables PC*2 2 septembre 2009 Avant-propos À part le théorème de Fubini qui sera démontré dans le cours sur les intégrales à paramètres et qui ne semble pas explicitement

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Programmation linéaire

Programmation linéaire 1 Programmation linéaire 1. Le problème, un exemple. 2. Le cas b = 0 3. Théorème de dualité 4. L algorithme du simplexe 5. Problèmes équivalents 6. Complexité de l Algorithme 2 Position du problème Soit

Plus en détail

Produit semi-direct. Table des matières. 1 Produit de sous-groupes 2. 2 Produit semi-direct de sous-groupes 3. 3 Produit semi-direct de groupes 4

Produit semi-direct. Table des matières. 1 Produit de sous-groupes 2. 2 Produit semi-direct de sous-groupes 3. 3 Produit semi-direct de groupes 4 Produit semi-direct Table des matières 1 Produit de sous-groupes 2 2 Produit semi-direct de sous-groupes 3 3 Produit semi-direct de groupes 4 1 1 Produit de sous-groupes Soient G un groupe et H et K deux

Plus en détail

Corrigé Problème. Partie I. I-A : Le sens direct et le cas n= 2

Corrigé Problème. Partie I. I-A : Le sens direct et le cas n= 2 33 Corrigé Corrigé Problème Théorème de Motzkin-Taussky Partie I I-A : Le sens direct et le cas n= 2 1-a Stabilité des sous-espaces propres Soit λ une valeur propre de v et E λ (v) le sous-espace propre

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

Simulation de variables aléatoires

Simulation de variables aléatoires Chapter 1 Simulation de variables aléatoires Références: [F] Fishman, A first course in Monte Carlo, chap 3. [B] Bouleau, Probabilités de l ingénieur, chap 4. [R] Rubinstein, Simulation and Monte Carlo

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 30 avril 2015 Enoncés 1

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 30 avril 2015 Enoncés 1 [http://mpcpgedupuydelomefr] édité le 3 avril 215 Enoncés 1 Exercice 1 [ 265 ] [correction] On note V l ensemble des matrices à coefficients entiers du type a b c d d a b c c d a b b c d a et G l ensemble

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Chapitre 7. Statistique des échantillons gaussiens. 7.1 Projection de vecteurs gaussiens

Chapitre 7. Statistique des échantillons gaussiens. 7.1 Projection de vecteurs gaussiens Chapitre 7 Statistique des échantillons gaussiens Le théorème central limite met en évidence le rôle majeur tenu par la loi gaussienne en modélisation stochastique. De ce fait, les modèles statistiques

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

ENSAE - DAKAR BROCHURE D'INFORMATION SUR LE CONCOURS DE RECRUTEMENT D ÉLÈVES INGÉNIEURS STATISTICIENS ÉCONOMISTES (I S E) Option Mathématiques CAPESA

ENSAE - DAKAR BROCHURE D'INFORMATION SUR LE CONCOURS DE RECRUTEMENT D ÉLÈVES INGÉNIEURS STATISTICIENS ÉCONOMISTES (I S E) Option Mathématiques CAPESA ENSEA - ABIDJAN ENSAE - DAKAR ISSEA - YAOUNDÉ BROCHURE D'INFORMATION SUR LE CONCOURS DE RECRUTEMENT D ÉLÈVES INGÉNIEURS STATISTICIENS ÉCONOMISTES (I S E) Option Mathématiques CAPESA CENTRE D APPUI AUX

Plus en détail

Axiomatique de N, construction de Z

Axiomatique de N, construction de Z Axiomatique de N, construction de Z Table des matières 1 Axiomatique de N 2 1.1 Axiomatique ordinale.................................. 2 1.2 Propriété fondamentale : Le principe de récurrence.................

Plus en détail

Equations cartésiennes d une droite

Equations cartésiennes d une droite Equations cartésiennes d une droite I) Vecteur directeur d une droite : 1) Définition Soit (d) une droite du plan. Un vecteur directeur d une droite (d) est un vecteur non nul la même direction que la

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Chapitre 2. Matrices

Chapitre 2. Matrices Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Chapitre 2 Matrices Emmanuel Royer emmanuelroyer@mathuniv-bpclermontfr Ce texte mis gratuitement à votre disposition a été rédigé grâce

Plus en détail

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Denis Vekemans R n est muni de l une des trois normes usuelles. 1,. 2 ou.. x 1 = i i n Toutes les normes de R n sont équivalentes. x i ; x 2

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés 2012-2013 1 Petites questions 1) Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? 2) Si F et G sont deux tribus, est-ce que F G est toujours une tribu?

Plus en détail

Théorie et codage de l information

Théorie et codage de l information Théorie et codage de l information Les codes linéaires - Chapitre 6 - Principe Définition d un code linéaire Soient p un nombre premier et s est un entier positif. Il existe un unique corps de taille q

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

Mathématiques Algèbre et géométrie

Mathématiques Algèbre et géométrie Daniel FREDON Myriam MAUMY-BERTRAND Frédéric BERTRAND Mathématiques Algèbre et géométrie en 30 fiches Daniel FREDON Myriam MAUMY-BERTRAND Frédéric BERTRAND Mathématiques Algèbre et géométrie en 30 fiches

Plus en détail

rf( 1 f(x)x dx = O. ) U concours externe de recrutement de professeurs agreg6s composition d analyse

rf( 1 f(x)x dx = O. ) U concours externe de recrutement de professeurs agreg6s composition d analyse page 8 AGREGATIN de MATHEMATIQUES: 1991 1/5 externeanalyse concours externe de recrutement de professeurs agreg6s composition d analyse NTATINS ET DGFINITINS Dans tout le problème, R+ désigne l intervalle

Plus en détail

Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe

Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe des n n groupes quantiques compacts qui ont la théorie

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé CCP PSI - 00 Mathématiques : un corrigé Première partie. Définition d une structure euclidienne sur R n [X]... B est clairement symétrique et linéaire par rapport à sa seconde variable. De plus B(P, P

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercice 1 On considére le sous-espace vectoriel F de R formé des solutions du système suivant : x1 x 2 x 3 + 2x = 0 E 1 x 1 + 2x 2 + x 3

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples 45 Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples Les espaces vectoriels considérés sont réels, non réduits au vecteur nul et

Plus en détail

Plan du cours : électricité 1

Plan du cours : électricité 1 Semestre : S2 Module Physique II 1 Electricité 1 2 Optique géométrique Plan du cours : électricité 1 Partie A : Electrostatique (discipline de l étude des phénomènes liés aux distributions de charges stationnaires)

Plus en détail

Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2

Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2 Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2 Albert Cohen Dans ce cours, on s intéresse à l approximation numérique d équations aux dérivées partielles linéaires qui admettent une formulation

Plus en détail

Premiers exercices d Algèbre. Anne-Marie Simon

Premiers exercices d Algèbre. Anne-Marie Simon Premiers exercices d Algèbre Anne-Marie Simon première version: 17 août 2005 version corrigée et complétée le 12 octobre 2010 ii Table des matières 1 Quelques structures ensemblistes 1 1.0 Ensembles, relations,

Plus en détail

Exemple 4.4. Continuons l exemple précédent. Maintenant on travaille sur les quaternions et on a alors les décompositions

Exemple 4.4. Continuons l exemple précédent. Maintenant on travaille sur les quaternions et on a alors les décompositions Exemple 4.4. Continuons l exemple précédent. Maintenant on travaille sur les quaternions et on a alors les décompositions HQ = He 1 He 2 He 3 He 4 HQ e 5 comme anneaux (avec centre Re 1 Re 2 Re 3 Re 4

Plus en détail

1 Complément sur la projection du nuage des individus

1 Complément sur la projection du nuage des individus TP 0 : Analyse en composantes principales (II) Le but de ce TP est d approfondir nos connaissances concernant l analyse en composantes principales (ACP). Pour cela, on reprend les notations du précédent

Plus en détail

Moments des variables aléatoires réelles

Moments des variables aléatoires réelles Chapter 6 Moments des variables aléatoires réelles Sommaire 6.1 Espérance des variables aléatoires réelles................................ 46 6.1.1 Définition et calcul........................................

Plus en détail

Déterminants. Marc SAGE 9 août 2008. 2 Inverses et polynômes 3

Déterminants. Marc SAGE 9 août 2008. 2 Inverses et polynômes 3 Déterminants Marc SAGE 9 août 28 Table des matières Quid des formes n-linéaires alternées? 2 2 Inverses et polynômes 3 3 Formule de Miller pour calculer un déterminant (ou comment illustrer une idée géniale)

Plus en détail

1S Modèles de rédaction Enoncés

1S Modèles de rédaction Enoncés Par l équipe des professeurs de 1S du lycée Parc de Vilgénis 1S Modèles de rédaction Enoncés Produit scalaire & Corrigés Exercice 1 : définition du produit scalaire Soit ABC un triangle tel que AB, AC

Plus en détail

Résumé du cours d algèbre 1, 2013-2014. Sandra Rozensztajn. UMPA, ENS de Lyon, sandra.rozensztajn@ens-lyon.fr

Résumé du cours d algèbre 1, 2013-2014. Sandra Rozensztajn. UMPA, ENS de Lyon, sandra.rozensztajn@ens-lyon.fr Résumé du cours d algèbre 1, 2013-2014 Sandra Rozensztajn UMPA, ENS de Lyon, sandra.rozensztajn@ens-lyon.fr CHAPITRE 0 Relations d équivalence et classes d équivalence 1. Relation d équivalence Définition

Plus en détail

Marc HINDRY. Introduction et présentation. page 2. 1 Le langage mathématique page 4. 2 Ensembles et applications page 8

Marc HINDRY. Introduction et présentation. page 2. 1 Le langage mathématique page 4. 2 Ensembles et applications page 8 COURS DE MATHÉMATIQUES PREMIÈRE ANNÉE (L1) UNIVERSITÉ DENIS DIDEROT PARIS 7 Marc HINDRY Introduction et présentation. page 2 1 Le langage mathématique page 4 2 Ensembles et applications page 8 3 Groupes,

Plus en détail

VI. COMPLÉMENTS SUR LES MODULES, THÉORÈME CHINOIS, FACTEURS INVARIANTS SÉANCES DU 15, 16 ET 22 OCTOBRE

VI. COMPLÉMENTS SUR LES MODULES, THÉORÈME CHINOIS, FACTEURS INVARIANTS SÉANCES DU 15, 16 ET 22 OCTOBRE VI. COMPLÉMENTS SUR LES MODULES, THÉORÈME CHINOIS, FACTEURS INVARIANTS SÉANCES DU 15, 16 ET 22 OCTOBRE 12. Compléments sur les modules 12.1. Théorème de Zorn et conséquences. Soient A un anneau commutatif

Plus en détail

Mesures gaussiennes et espaces de Fock

Mesures gaussiennes et espaces de Fock Mesures gaussiennes et espaces de Fock Thierry Lévy Peyresq - Juin 2003 Introduction Les mesures gaussiennes et les espaces de Fock sont deux objets qui apparaissent naturellement et peut-être, à première

Plus en détail

COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE

COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE Le cours de la première année concerne les sujets de 9ème et 10ème années scolaires. Il y a bien sûr des différences puisque nous commençons par exemple par

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle Chapitre 6 Fonction réelle d une variable réelle 6. Généralités et plan d étude Une application de I dans R est une correspondance entre les éléments de I et ceu de R telle que tout élément de I admette

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

Résolution de systèmes linéaires par des méthodes directes

Résolution de systèmes linéaires par des méthodes directes Résolution de systèmes linéaires par des méthodes directes J. Erhel Janvier 2014 1 Inverse d une matrice carrée et systèmes linéaires Ce paragraphe a pour objet les matrices carrées et les systèmes linéaires.

Plus en détail

Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations

Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations Chapitre 11. 2ème partie Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES 2ème partie Produit scalaire Produit scalaire

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Maths MP Exercices Fonctions de plusieurs variables Les indications ne sont ici que pour être consultées après le T (pour les exercices non traités). Avant et pendant le T, tenez bon et n allez pas les

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie

Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie 1 Définition des nombres complexes On définit sur les couples de réels une loi d addition comme suit : (x; y)

Plus en détail

Développements limités. Notion de développement limité

Développements limités. Notion de développement limité MT12 - ch2 Page 1/8 Développements limités Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R non vide et non réduit à un point. I Notion de développement limité Dans tout ce paragraphe, a désigne un

Plus en détail

= 1 si n = m& où n et m sont souvent des indices entiers, par exemple, n, m = 0, 1, 2, 3, 4... En fait,! n m

= 1 si n = m& où n et m sont souvent des indices entiers, par exemple, n, m = 0, 1, 2, 3, 4... En fait,! n m 1 épartement de Physique, Université Laval, Québec Pierre Amiot, 1. La fonction delta et certaines de ses utilisations. Clientèle Ce texte est destiné aux physiciens, ingénieurs et autres scientifiques.

Plus en détail

Relation d ordre. Manipulation des relations d ordre. Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 Feuille d exercices

Relation d ordre. Manipulation des relations d ordre. Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 Feuille d exercices Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 MPSI 1 Feuille d exercices Manipulation des relations d ordre. Relation d ordre Exercice 1. Soit E un ensemble fixé contenant au moins deux éléments. On considère la relation

Plus en détail

Algorithmes pour la planification de mouvements en robotique non-holonome

Algorithmes pour la planification de mouvements en robotique non-holonome Algorithmes pour la planification de mouvements en robotique non-holonome Frédéric Jean Unité de Mathématiques Appliquées ENSTA Le 02 février 2006 Outline 1 2 3 Modélisation Géométrique d un Robot Robot

Plus en détail

L ANALYSE EN COMPOSANTES PRINCIPALES (A.C.P.) Pierre-Louis GONZALEZ

L ANALYSE EN COMPOSANTES PRINCIPALES (A.C.P.) Pierre-Louis GONZALEZ L ANALYSE EN COMPOSANTES PRINCIPALES (A.C.P.) Pierre-Louis GONZALEZ INTRODUCTION Données : n individus observés sur p variables quantitatives. L A.C.P. permet d eplorer les liaisons entre variables et

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Représentation des Nombres

Représentation des Nombres Chapitre 5 Représentation des Nombres 5. Representation des entiers 5.. Principe des représentations en base b Base L entier écrit 344 correspond a 3 mille + 4 cent + dix + 4. Plus généralement a n a n...

Plus en détail

MATHÉMATIQUES EN PREMIER CYCLE PRÉSENTATION DU PROGRAMME

MATHÉMATIQUES EN PREMIER CYCLE PRÉSENTATION DU PROGRAMME Notre cadre de réflexion MATHÉMATIQUES EN PREMIER CYCLE PRÉSENTATION DU PROGRAMME La proposition de programme qui suit est bien sûr issue d une demande du Premier Cycle : demande de rénovation des contenus

Plus en détail

aux différences est appelé équation aux différences d ordre n en forme normale.

aux différences est appelé équation aux différences d ordre n en forme normale. MODÉLISATION ET SIMULATION EQUATIONS AUX DIFFÉRENCES (I/II) 1. Rappels théoriques : résolution d équations aux différences 1.1. Équations aux différences. Définition. Soit x k = x(k) X l état scalaire

Plus en détail

Espérance conditionnelle

Espérance conditionnelle Espérance conditionnelle Samy Tindel Nancy-Université Master 1 - Nancy Samy T. (IECN) M1 - Espérance conditionnelle Nancy-Université 1 / 58 Plan 1 Définition 2 Exemples 3 Propriétés de l espérance conditionnelle

Plus en détail

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Département de Mathématiques École polytechnique Remise en forme mathématique 2013 Suite de Cauchy Soit (X, d) un espace métrique. Une suite

Plus en détail