DETERMINATION DE LA CAPACITE D'ECHANGE DES SOLS AU MOYEN DU RADIO-STRONTIUM

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DETERMINATION DE LA CAPACITE D'ECHANGE DES SOLS AU MOYEN DU RADIO-STRONTIUM"

Transcription

1 CEA-R GRAUBY André, SAAS Arsène DETERMINATION DE LA CAPACITE D'ECHANGE DES SOLS AU MOYEN DU RADIO-STRONTIUM Sommaire. - Pour améliorer la technique et surtout réduire le temps de manipulation que nécessite la mesure de la capacité d'échange des sols. Les auteurs ont mis au point une méthode de mesure rapide qui fait appel aux traceurs radioactifs. V-C'est le radio-strontium qui a été choisi pour la mise en évidence des bases échangeables. Il permet de déplacer les ions Ca" 1^, Mg" 1 "" 1 ", Na +, K* du sol. Un désorbant, le chlorure de baryum, permet de récupérer la quantité du su'ontium fixé. La comparaison des résultats obtenus par les deux méthodes semble très satisfaisante. La méthode classique nécessite 1 jtmr et demi à 2 jours - là méthode radiostrontium exige seulement 3 heures avec la possibilité de grandes séries H p. Commissariat à l'energie Atomique - France CEA-R GRAUBY André, SAAS Arsène DETERMINATION OF THE EXCHANGE CAPACITY OF SOILS USING RADIO-STRONTIUM Summary.- In order to improve the technique and in particular to reduce the. time required for measuring the exchange capacity of soils, the authors have developed a rapid measurement method based on the use of radio-active tracers.. ;.. * The element chosen-for showing the occurence of exchangeable bases is radio-strontium...; it 1 can displace*the ions Ca, Mg*"*", Na ++, K + from the. soil. The use of a de sorb ant, barium chloride, makes it possible to recover the strontium if-ixed. ' A comparison of the results obtained using the two methods appears to'be very satisfactory. : The conventional method requires from 1 1/2 to 2 days - the radiostrontium method requires only 3 hours with the possibility also of carrying out large series of measurements. : p. Commissariat à l'energie Atomique - France ;

2

3 PREMIER MINISTRE COMMISSARIAT A L'ENERGIE ATOMIQUE C Ε A - R 2543 DETERMINATION DE LA CAPACITE D'ECHANGE DES SOLS AU MOYEN DU RADIO-STRONTIUM par André GRAUBY et Arsène SAAS Rapport C Ε A R 2543 CENTRE D'ETUDES NUCLÉAIRES DE SACLAY

4

5 Les rapports du COMMISSARIAT A U ÉNERGIE ATOMIQUE sont, à partir du n 2200) en vente à la Documentation Française, Secrétariat Général du Gouvernement, Direction de la Documentation, 16, rue Lord Byron, PARIS-8 e. The CE. A. reports starting with n 2200 are available at the Documentation Française, Secrétariat Général du Gouvernement, Direction de la Documentation, 16, rue Lord Byron, PARIS-8:

6 - Rapport CEA-R SERVICE DE CONTROLE DES RADIATIONS ET DE GENIE RADIOACTIF Etude et Contrôle des Sites DETERMINATION DE LA CAPACITE D'ECHANGE DES SOLS AU MOYEN DU RADIO - STRONTIUM par André GRAU Β Y et Arsène SAAS - Octobre

7

8 SOMMAIRE I - Introduction II - La capacité d'échange des sols 90 III - La détermination de la capacité d'échange à l'aide d'un isotope (strontium ) - Principe - Procédure expérimentale - Calcul de la capacité d'échange - Discussion IV - V - VI - Conclusion Bibliographie Annexe : Guide de manipulation

9

10 DETERMINATION DE LA CAPACITE D'ECHANGE DES SOLS AU MOYEN DU RADIO-STRONTIUM I - INTRODUCTION : Dans le cadre des études de Pédologie Nucléaires appliquée à la sécurité des sites, nous avons été amené à perfectionner les techniques classiques de mesure des caractéristiques -chimiques des sols. Parmi ces caractéristiques nous avons étudié en premier lieu la mesure de la capa- ^-d'échange des sols. Cette mesure est en effet indispensable pour définir un sol, en particulier pour connaître le comportement des ions stables ou radioactifs, introduits dans les horizons superficiels. Une méthode, déjà ancienne, permet d'évaluer cette capacité d'échange, mais devant la nécessité d'effectuer de grandes séries de mesure, nous avons envisagé de mettre au point une méthode plus rapide et suffisamment simple utilisant des radioéléments comme traceurs. Ainsi à l'aide du radio-strontium, nous avons pu déterminer la capacité d'échange des sols en quelques heures et avec une précision supérieure à celle de la méthode classique. La mise au point de cette méthode a été faite au laboratoire de pédologie de la Section d'etudes et Contrôle des Sites Nucléaires du CEN FAR. II - LA CAPACITE D'ECHANGE DES SOLS Définition ; - Le sol retient plus ou moins énergiquement les cations lorsqu'il est traversé par une solution saline. Ce pouvoir absorbant est en liaison avec le complexe argilo-humique. Dans le sol les bases sont échangeables et peuvent être remplacées en totalité ou en partie par d'autres bases. - Dans le but d'accélérer la saturation et de pouvoir faire de nombreux échantillons, nous avons laissé momentanément de coté les prélèvements de sol en place selon la méthode Vergière (l) et nous nous sommes adressés à des échantillons de sol de 20 g. - La méthode est basée sur la percolation d'un poids donné de sol par un grand excès d'une solution saline en l'occurence l'acétate d'ammonium.

11 Après un lavage à l'alcool, on prélève une partie aliquote de terre que l'on distille et on dose soit directement soit indirectement l'ammonium fixé sur le sol. - Une variante consiste à refaire après le lavage à l'alcool une percolation au chlorure de calcium ou de baryum et de doser par distillation l'ammonium échangé. Technique isotopique : L'emploi des isotopes radioactifs a permis ces dernières années d'utiliser des techniques nouvelles en pédologie. Ainsi, la méthode du radiostrontium que nous préconisons est plus rapide et ne nécessite qu'un comptage de radioactivité. L'activité employée est faible et compatible avec les précautions exigées dans les laboratoires. La sensibilité de la méthode, sa rapidité sont autant d'éléments demandés aux nouvelles méthodes d'analyses. Plusieurs rapports paru ces dernières années soulignent l'importance et la précision des méthodes isotopiques. Des savants norvégiens (2) ont travaillé à la détermination de la capacité d'échange des cations au moyen du radio-strontium, ils se sont adressés uniquement à la phase colloïdale (diamètre des particules inférieur à 1 μ). Blume et SMITH (3) d'une part, ABDEL SALAM et HASHISH (4) d'autre part ont 45 employé le Ca pour l'étude des échanges de cations. Leurs travaux concernent le calcium échangeable. Nous avons également consulté l'étude de M. M. KIRCHMANN et KROTOZYNER 90 consacré au comportement du strontium dans le sol (5). II est à noter aussi que des essais ont été effectués aux U.S.A. avec le Césium pour la mise en évidence de la capacité d'échange des sols (6). Partant de cet ensemble de recherche, nous avons essayé de définir une méthode d'analyse de la capacité d'échange d'un sol en place, comprenant tous les éléments constitutifs; III - DETERMINATION DE LA CAPACITE D'ECHANGE A L'AIDE D'UN ISOTOPE (STRONTIUM) a.) Principe : Nous faisons percoler à travers une colonne une solution de nitrate de strontium (21 g/l). Nous ne pouvons évidemment pas nous servir de cette concentration en nitrate de strontium uniquement actif, car l'activité nécessaire pour saturer notre échantillon en serait dangereuse, Nous tournons la difficulté en nous servant de nitrate de strontium non actif comme "entraineur" et d'une faible quantité de nitrate de strontium actif comme "traceur". La première percolation se fait avec le strontium ; les ions bivalents Sr 137, saturent le sol en s'échangeant avec les cations du sol Ca,Mg,K, Na et les autres ions minoritaires. On effectue ensuite un lavage à l'eau permutée ou à l'alcool qui entrafne l'excès des ions Sr contenus dans la colonne de terre puis l'on opère une deuxième percolation avec une solution de chlorure de baryum tamponnée, qui a pour effet de remplacer les cations Sr échangés. On détermine le strontium contenu dans ce dernier percolat par la mesure de l'activité et, par comparaison à l'activité de la solution initiale, on calcule la capacité d'échange.

12 - 3 - b) Procédure expérimentale ; Réactifs Nous avons employé une solution de nitrate de strontium à 0, 2 Ν (21, 165 g/l) addi tionnée d'une faible quantité de strontium actif, l'activité étant de l'ordre de 10 μ Ci/cm. L solution au chlorure de baryum de 0,5N a été tamponnée (ph 7). Elle contient 12,5 g de par litre et 37,5 cm d'acide chlorhydrique Ν et de la triéthanolamine, à raison de 11,25 cm par par li litre. Procédure. On prélève 20 g de terre que l'on introduit dans une colonne à percolation. Un volume de 300 cm d'une solution de 0,2 Ν de nitrate de strontium est mis à percoler. La percolation sera progressive. La colonne à percolation est en vinyle pour éviter les adsorptions d'ions actifs par les parois. L'écoulement se fait par un conduit en plastique muni d'une pince à lame parallèle permettant de régulariser la percolation. La terre est retenue par un filtre ; il faut autant que possible éviter l'emploi du coton hydrophile qui absorbe en partie l'activité et fausse ainsi les résultats (fig. I) Le percolat obtenu permet de calculer la capacité de rétention, tel qu'on le fait sur les cubes Verg^éres. Dans cette solution on déterminera aussi les diverses bases échangeables Mg, Ca, Κ, Na. On procède ensuite à un lessivage éliminant l'excès des ions strontium. Puis un volume de chlorure de baryum est mis à percoler dans les mêmes conditions que le nitrate de strontium. La solution recueillie contient les ions Sr échangés, lcm est prélevé dans la solution. On procède à l'évaporation sous une lampe infra-rouge et l'on compte l'activité au scintillateur Par conséquent avec la solution initiale de Sr (N0 ) _ on peut calculer en milliéquivalent la capacité d'échange. Détermination de la quantité de Sr (N0 ). Pour calculer la capacité d'échange, il est essentiel de mettre un excès de nitrate de strontium afin de saturer le sol. Dans le cas contraire, le chlorure de baryum finit de saturer le sol, mais les résultats obtenus sont différents. Nous avons donc en premier lieu déterminé la quantité de strontium nécessaire. La courbe de saturation nous montre qu'il faut atteindre le plateau pour être sûr de la saturation. En effet au début de la percolation, l'échange est très rapide, mais il atteint un certain équilibre et une fois cet équilibre atteint le strontium n'est plus retenu, on recueille alors dans le percolat la solution initiale (fig. 1). Action du lessivage - quantité d'eau à employer : Après la première percolation au nitrate de'strontium, le lessivage a pour but d'éliminer les ions strontium en excès. Il a fallu déterminer l'effet du lessivage et le volume d'eau nécessaire. L'activité du percolat diminue assez rapidement. Un volume de 50 cm d'eau élimine l'excès du percolat - en effet en employant cm d'eau permutée le comptage de l'activité donne la même valeur, (fig. 2)

13 - 4 - Détermination de la quantité de BAC1, Le tâtonnement se fait comme pour la détermination de la quantité de nitrate de strontium. Il est à noter cependant que l'allure du phénomène est un peu plus rapide. L'équilibre est atteint plus rapidement (fig. 3). c) Calcul de la capacité d'échange : soit A : l'activité de la solution initiale par cm de solution, soit Α^ : l'activité du percolat par cm de solution après saturation au BaCl2- La mesure de l'activité donne la concentration. Si notre solution initiale est de 0, 2 N, 5 cm contiennent 1 milliéquivalent ; donc 5 A = 1 milliéquivalent. soit Y : le volume recueilli après percolation au chlorure de baryum. A χ Y cm" 5 A = M milliéquivalent Exemple : sol brun lessivé de la région parisienne : La solution initiale A de nitrate de strontium 0, 2 Ν a une activité de chocs / 60 secondes. - donc 1 milliéquivalent = 5 cm de solution = χ 5 = c/60 s - le volume Y est ramené à cm. Echantillons A en c/s A en c/s A i Y Milliéquivalent pour 20 g de terre Milliéquivalent pour g de terre ,10 15, ,05 15, , 10 15, ,00 15,00 Nous avons travaillé de la même façon sur une centaine d'échantillons de terre. Voici un tableau qui donne les principales valeurs obtenues, on peut y observer la grande régularité des résultats.

14 Echantillon A l Y Α ι γ A milliéquiva lent 20 g terre - milliéquivaient g terre ,25 10, ,15 10, ,25 10, ,30 11, ,10 15, ,20 16, ,15 15, ,10 15, ,10 10, ,10 10, ,15 10, , ,10 15, ,25 15, ,15 15, ,00 15, ,15 10, ,25 9, ,75 13, ,85 14,25

15 - 6 - d)discussion : Nous nous sommes tout d'abord attachés à comparer nos résultats avec ceux de la méthode classique. 5!îLy a iî_4 e _ 22!ïSiL!LJ. s - o il. : Chaque série représente la moyenne de 5 échantillons provenant d'un même prélèvement. Série Méthode au Sr98 10,5 11,6 15,7 10,25 15,3 Méthode à l'acétate d 1 ammonium 10, 7 13,8 15,8 11,2 15,5 Commentaire du tableau : Pour chaque série, les valeurs sont comparables ; ainsi pour la série 5 la moyenne est de 15, 3 alors que la valeur obtenue par la méthode classique à l'acétate d'ammonium est de 15, 5. Les écarts sont très faibles quand on sait que pour un même sol, les écarts peuvent être de 25 % par la méthode classique. Le premier élément que nous pouvons donc dégager est la régularité des résultats. Les 4 échantillons de la série 5 ont un écart de 0, 5 milliéquivalent. Notons aussi que nous pouvons déterminer la quantité de strontium qui éventuellement n'aurait pas été remplacée par le baryum, en effectuant un prélèvement d'une partie aliquote de terre et en déterminant son activité. IV - CONCLUSION La similitude des résultats et leur concordance semblent justifier l'exploitation de la méthode. Car cette méthode peut être réalisée avec les moyens classiques d'un laboratoire utilisant les radioéléments comme traceurs ce qui est ou sera le cas pour beaucoup de labora- 90 toires des sols en France. De plus les concentrations en Sr sont très faibles et compatibles avec les normes de manipulation. Le temps de manipulation est d'environ 3 heures avec la possibilité de réaliser simultanément des séries de 20 échantillons et même plus, alors que la méthode classique exige de 1 jour et demi à 21 jours par échantillon. La méthode n'est pas restrictive quant au choix du radioélément, ainsi nous pensons qu'il est possible d'utiliser le Cs, Ca etc... à condition toutefois que la saturation et la désorption soient complètes. Actuellement dans une deuxième phase de recherche, nous nous proposons d'adapter cette technique à l'étude de la capacité d'échange d'un massif de sol non perturbé dont la perméabilité, la texture et la structure ne sont pas altérées. Cette propriété pouvant être utilisée pour des expériences de stockage dans le sol en place.

16 - 7 - II est bon de rappeler enfin que cette technique est une forme nouvelle d'utilisation 90 des radioéléments éments en particulier du Sr Sr, radioélément peu employé comme traceur jusqu'ici pour des méthodes classiques d'études. 1) BOURRIER - BOVARD - GRAUBY : - BIBLIOGRAPHIE - Mesure pratique de la vocation des sols à la rétention des radioéléments. Compte rendu à l'académie d'agriculture de France - Mars I960-2) H. BERGSETH, FA. HAGEB0, H. LIEN and K. STEENBERG : Determination of cation exchange in colloidal soil material by mean? of 87 radiostrontium (Sr ). Soil Science Volume 95 FEBRUARY ) BLUME et SMITH 1954 Determination of exchangeable calcium and cation exchange capacity by equilibration with Ca Soil Science ) ABD^L SALAM and HASHISH S The use of Ca for the determination of exchangeable calcium in soils containning appreciable amoonts of calcium carbonate and gypsum. Pror U.N. Intern Conf. Peaceful Uses Atomic Energy end Genève èl ) KROTOSZ YNER et KIRCHMANN R : Contribution à l'étude de la rétention du strontium 90 dans le sol. Symposium sur l'application des Sciences Nucléaires en pédologie : 27 Octobre ) BEETEM WA - JANZER - WAHLBERG : Use of césium 137 in the determination of cation exchange capacity. Geological Survey - Bulletin 1140 B.

17 - 8 - ANNEXE Guide de manipulation: - 20 g de terre sont mis dans une colonne 3 87 X 90 - On fait percoler 300 cm de Sr (NO ) à 0, 2 Ν et du Sr (N0 ) dont l'activité A. 3 est de l'ordre de u Ci / cm. - Le percolat servira au calcul des bases échangeables. - On lave avec 50 cm d'eau permutée ou avec de l'alcool. - On fait percoler une solution de 50 cm de BAC1 _ (12, 5 g/l) contenant 11, 25 cm ù 3 de triethanolamine et 37, 5 cm de HC1 (N) - (ph 7). - Le percolat II est complété à cm. Valeur de la capacité d'échange : - Comptage de 1 cm du percolat II. - Soit A son activité - Soit Y le volume du percolat. - Soit A l'activité de la solution initiale par cm - 5 cm^ de la solution à 0, 2 Ν contiennent 1 milliéquivalent d'où A l A χ 5 Y = M milliéquivalent une solution de 0, 2 Ν de Sr (N0 ) contient 21,1 65 g/l Manuscrit reçu le 10 juin 1964

18 'Hie qui valent" 30 _^;.... Cour be de saturation d'un échantillon de 2ûg 4e terre par percolafton d«s r (NOA 0,2. Ν 25 _..:.-i:.- - r~r ;::.( ^ iâkm[ w, reuk.j..^pi,,...:: JB9" :':::.:: RO oiutnë vierje ; _L. \ - Fig Fig. 2 -

19 - Fig. 3 -

20

THE SEPARATION OF A TRACER FOR THE RADIOCHEM1CAL ANALYSIS OF RADIUM 226.

THE SEPARATION OF A TRACER FOR THE RADIOCHEM1CAL ANALYSIS OF RADIUM 226. CEA-R 2419 - BUTAYE Michel ISOLEMENT D'UN TRACEUR POUR L'ANALYSE RAJDIOCHIMIQUE DU RADIUM 226. 223 Sommaire.- Ce rapport décrit une méthode d'isolement du Ra à partir d'un minerai d'uranium et son utilisation

Plus en détail

SOMMMAIRE INTRODUCTION AUX TRAVAUX PRATIQUES DE PEDOLOGIE...2 PREPARATION DES ECHANTILLONS DE TERRE...3 DETERMINATION DE L'HUMIDITE DU SOL...

SOMMMAIRE INTRODUCTION AUX TRAVAUX PRATIQUES DE PEDOLOGIE...2 PREPARATION DES ECHANTILLONS DE TERRE...3 DETERMINATION DE L'HUMIDITE DU SOL... SOMMMAIRE PAGE INTRODUCTION AUX TRAVAUX PRATIQUES DE PEDOLOGIE...2 PREPARATION DES ECHANTILLONS DE TERRE...3 DETERMINATION DE L'HUMIDITE DU SOL...5 LE PH ET LE POUVOIR TAMPON DU SOL...6 LE CALCAIRE TOTAL

Plus en détail

«Une eau, trois possibilités!»

«Une eau, trois possibilités!» «Une eau, trois possibilités!» Edith ANTONOT (edith.antonot@ac-nancy-metz.fr) Cette séance de travaux pratiques a été réalisée avec des étudiants de BTS chimie première année en décembre 2013. Elle fait

Plus en détail

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité GRAVIMETRIE 1 - Principe de la gravimétrie Cette méthode d analyse quantitative a pour but d obtenir une séparation quantitative (c'est-àdire totale) d'un cation ou d'un anion (en solution aqueuse) par

Plus en détail

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons Les définitions d acidité et de basicité ont beaucoup évoluées depuis leur apparition. Aujourd hui, on retient deux définitions valables. Celle donnée

Plus en détail

Sulfate SO 4. Potassium K + b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette.

Sulfate SO 4. Potassium K + b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette. 2 nde : Sciences et laboratoires (SL) Activité : Etude qualitative d une eau minérale Objectif : Comparer les résultats expérimentaux observés avec les valeurs données sur les étiquettes de quelques eaux

Plus en détail

19 CENTRE D'ETUDES Aa NUCLÉAIRES DE SACLAY

19 CENTRE D'ETUDES Aa NUCLÉAIRES DE SACLAY PREMIER MINISTRE C E A - R 2783 COMMISSARIAT A L'ÉNERGIE ATOMIQUE APPAREIL DE MESURE DU POUVOIR THERMOELECTRIQUE ET DE LA RESISTIVITE A HAUTE TEMPERATURE RESULTATS SUR LE FER ARMCO par Michel VANDEVYVER,

Plus en détail

Rapport C.E.A. n 2236 UTILISATION D'UN COMPTEUR PROPORTIONNEL A GRANDE SURFACE POUR LA MESURE DES FAIBLES ACTIVITES. par. P. AMARDEIL et R.

Rapport C.E.A. n 2236 UTILISATION D'UN COMPTEUR PROPORTIONNEL A GRANDE SURFACE POUR LA MESURE DES FAIBLES ACTIVITES. par. P. AMARDEIL et R. PREMIER MINISTRE COMMISSARIAT A L'ÉNERGIE ATOMIQUE UTILISATION D'UN COMPTEUR PROPORTIONNEL A GRANDE SURFACE POUR LA MESURE DES FAIBLES ACTIVITES par P. AMARDEIL et R. GONNARD Rapport C.E.A. n 2236 C E

Plus en détail

TP III. Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse

TP III. Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse CHAMPREDONDE Renaud DAUNIS Mélanie TP III Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse Module de géochimie Responsable : J.-L. DANDURAND SOMMAIRE INTRODUCTION I / Etude théorique

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

Mise à l essai des stratégies de collecte pour les enquêtes en ligne fondées sur l autodéclaration

Mise à l essai des stratégies de collecte pour les enquêtes en ligne fondées sur l autodéclaration Recueil du Symposium 2014 de Statistique Canada Au-delà des méthodes traditionnelles d enquêtes : l adaptation à un monde en évolution Mise à l essai des stratégies de collecte pour les enquêtes en ligne

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

Partie Comprendre : Lois et modèles CHAP 13-ACT EXP Effets thermiques des réactions acido-basique - solution tampon et ph des milieux biologiques

Partie Comprendre : Lois et modèles CHAP 13-ACT EXP Effets thermiques des réactions acido-basique - solution tampon et ph des milieux biologiques Partie Comprendre : Lois et modèles CHAP 13-ACT EXP Effets thermiques des réactions acido-basique - solution tampon et ph des milieux biologiques CORRIGE Objectifs : Mettre en évidence l'influence des

Plus en détail

2 nd 1 Enseignement d exploration 2 nd 2. Thème 2. Utilisation des ressources naturelles. L eau

2 nd 1 Enseignement d exploration 2 nd 2. Thème 2. Utilisation des ressources naturelles. L eau 2 nd 1 Enseignement d exploration 2 nd 2 Thème 2 Utilisation des ressources naturelles L eau Problématique générale: Des millions d hommes, dans les pays défavorisés, meurent encore chaque année pour avoir

Plus en détail

BTS CHIMISTE Session 2015 EPREUVE FONDAMENTALE DE CHIMIE. - Pratique expérimentale -

BTS CHIMISTE Session 2015 EPREUVE FONDAMENTALE DE CHIMIE. - Pratique expérimentale - BTS CHIMISTE Session 2015 EPREUVE FONDAMENTALE DE CHIMIE Durée : 6 heures Coef. : 7 Poste n : SUJET n 1 - Pratique expérimentale - DOSAGES D UNE EAU MINÉRALE D HÉPAR Fiche de choix (à rendre avec la copie)

Plus en détail

I. Principe des dosages :

I. Principe des dosages : Dans les cours d'eau, notamment canalisés, et dans les régions densément habitées ou d'agriculture intensive, les nitrites sont souvent un paramètre important de déclassement des cours d'eau. Chez l'homme

Plus en détail

Cyanures non oxydables au chlore : fraction massique des cyanures totaux moins la fraction massique des cyanures libres.

Cyanures non oxydables au chlore : fraction massique des cyanures totaux moins la fraction massique des cyanures libres. 1. Objet E.II.4.V1 DOSAGE DES CYANURES TOTAUX ET LIBRES : MÉTHODES D ANALYSE EN FLUX CONTINU Cette procédure a pour objet la détermination de la teneur en cyanures libres, en cyanures non oxydables au

Plus en détail

DETERMINATION DE LA TENEUR EN 14 C DANS L'ETHANOL (Recueil BS 1994)

DETERMINATION DE LA TENEUR EN 14 C DANS L'ETHANOL (Recueil BS 1994) DETERMINATION DE LA TENEUR EN 14 C DANS L'ETHANOL (Recueil BS 1994) INTRODUCTION De l alcool pouvant être utilisé pour l élaboration de certaines boissons spiritueuses il est nécessaire de pouvoir en vérifier

Plus en détail

DST de sciences physiques

DST de sciences physiques Terminales S DST de sciences physiques (5 pages) Exercice n 1 (7 points) Acide et base faible Toutes les solutions aqueuses sont à 25 C. 1. On dispose d'une solution S a d'acide éthanoïque CH 3 COOH de

Plus en détail

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat - 186 - CHAPITRE 7 Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat 1. INTRODUCTION En végétalisation, l'utilisation d'un matériau provisoire fixé au sol est prévue pour servir de points d'ancrages

Plus en détail

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec 527-3 (1978-1982-1990-1992) L'Assemblée des radiocommunications de l'uit, considérant a) que la propagation de

Plus en détail

Cours de physique du sol

Cours de physique du sol Logo optimisé par J.-D.Bonjour, SI-DGR 13.4.93 ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours de physique du sol MAITRISE DE LA SALINITE DES SOLS Copie des transparents Version provisoire Prof. A. Mermoud

Plus en détail

- Objectifs méthodologiques et/ou technologiques

- Objectifs méthodologiques et/ou technologiques Activité 42 : Découvrir des facteurs d érosion de la roche 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Géologie externe ; évolution des paysages Notions. contenus Compétences Exemples d activités

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE

E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE 1. Objet La présente méthode de référence spécifie une méthode de détermination de l azote nitreux dans l eau

Plus en détail

MPS : Eaux de consommation

MPS : Eaux de consommation Activité expérimentale n 1 M. Suet 2nd Compétences travaillées Compétences S approprier : Réaliser : Mobiliser et Exploiter ses connaissances : Mettre en œuvre une démarche expérimentale : Valider : Communiquer

Plus en détail

CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE

CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE I - PRINCIPE La chromatographie est une méthode physique de séparation de mélanges en leurs constituants; elle est basée sur les différences d affinité des substances à

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

Martin Lapierre 704 Avenue Roberval, Roberval (Québec) G8H 3K6 (418) 275-6868 mandelbros@hotmail.com

Martin Lapierre 704 Avenue Roberval, Roberval (Québec) G8H 3K6 (418) 275-6868 mandelbros@hotmail.com Pratico-Plastique Martin Lapierre 704 Avenue Roberval, Roberval (Québec) G8H 3K6 (418) 275-6868 mandelbros@hotmail.com et Catherine Verreault 561 8ième rue, Saint-Prime (Québec) G8J 1P2 (418)251-2255 cathverreault@hotmail.com

Plus en détail

Opération Goutte d'eau

Opération Goutte d'eau Analyse du Fer École Secondaire But: Déterminer la concentration de fer dans de l'eau potable provenant de 4 sources différentes plus un échantillon à la valeur limite en fer selon les recommandations

Plus en détail

Didactique Kit de chimie

Didactique Kit de chimie Kit de chimie Français p 1 Version : 1110 1 Description 1.1 Généralités Le kit effet d un azurant sur le coton permet la mise en œuvre d une réaction photochimique en utilisant un azurant optique. Cette

Plus en détail

Dureté d'une eau - Dosage complexométrique

Dureté d'une eau - Dosage complexométrique Dureté d'une eau - Dosage complexométrique Objectifs : Découvrir un autre type de dosage, Prendre conscience de l existence de critères auxquels doit répondre une eau potable. A Introduction : 1 Généralités

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA)

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M1 S2 VRV) I) Introduction L eau minérale Contrex est connue pour être riche en minéraux, notamment

Plus en détail

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -,

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -, Document du professeur 1/5 Niveau 3 ème Physique Chimie Programme A - La chimie, science de la transformation de la matière Connaissances Capacités Exemples d'activités Comment reconnaître la présence

Plus en détail

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Nom : Prénom: n groupe: TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Consignes de sécurité de base: Porter une blouse en coton, pas de nu-pieds Porter des lunettes, des gants (en fonction des espèces

Plus en détail

1 sur 5 10/06/14 13:10

1 sur 5 10/06/14 13:10 Time Machine est un outil proposé par Mac OS depuis sa version 10.5 (Leopard) et qui permet d'effectuer des sauvegardes de votre disque dur de manière régulière. Mais au-delà de la simple sauvegarde périodique,

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009 DETERMINATION DE LA CAPACITE D'UNE PREPARATION ENZYMATIQUE A COUPER LES CHAINES PECTIQUES PAR LA MESURE DE LA VISCOSITE (OIV-Oeno 351-2009) 1. PRINCIPE On se propose ici de mesurer la quantité d'enzyme

Plus en détail

On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette.

On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette. CONTROLE D'UNE EAU On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette. Données : couleur des complexes : Ca-NET : rouge ; Mg-NET

Plus en détail

GRANDEURS ET MESURE ET RESOLUTION DE PROBLEME. Enseigner la notion de contenance et celle de sa mesure par la résolution de problème CYCLE 2

GRANDEURS ET MESURE ET RESOLUTION DE PROBLEME. Enseigner la notion de contenance et celle de sa mesure par la résolution de problème CYCLE 2 GRANDEURS ET MESURE ET RESOLUTION DE PROBLEME Enseigner la notion de contenance et celle de sa mesure par la résolution de problème CYCLE 2 Compétence : Apprendre et comparer les unités usuelles de longueur

Plus en détail

PC Brizeux TP N 1 - Correction Altmayer- Henzien 2015-2016

PC Brizeux TP N 1 - Correction Altmayer- Henzien 2015-2016 Correction TP N1 I. Etalonnage d'une solution de soude Q1. Si la solution de soude n'est pas fraîchement préparée, du dioxyde de carbone de l'air peut se dissoudre dedans puis réagir avec la soude par

Plus en détail

la matièr cuivre (II) Donner la 2) Déterminer et Cu 2+ + Correction : ions chlorure. 1) Chlorure de cuivre neutralité CuCl 2. = =

la matièr cuivre (II) Donner la 2) Déterminer et Cu 2+ + Correction : ions chlorure. 1) Chlorure de cuivre neutralité CuCl 2. = = 1) Chlorure de cuivre Le chlorure de cuivre (II) est un composé ionique constitué d'ions chlorure Cl - et d'ions cuivre (II) Cu 2+. Donner la formule statistique de ce composé. Écrire l'équation de sa

Plus en détail

TP Maîtrise Statistique des Procédés

TP Maîtrise Statistique des Procédés TP Maîtrise Statistique des Procédés Vous allez utiliser un programme informatique «SIMDI Tour» qui simule (sommairement) le fonctionnement d un tour à commande numérique. Pendant ce TP, qui se déroule

Plus en détail

Équations et inéquations du 1 er degré

Équations et inéquations du 1 er degré Équations et inéquations du 1 er degré I. Équation 1/ Vocabulaire (rappels) Un équation se présente sous la forme d'une égalité constituée de nombres, de lettres et de symboles mathématiques. Par exemple

Plus en détail

LE SPECTRE D ABSORPTION DES PIGMENTS CHLOROPHYLLIENS

LE SPECTRE D ABSORPTION DES PIGMENTS CHLOROPHYLLIENS Fiche sujet-élève Les végétaux chlorophylliens collectent l énergie lumineuse grâce à différents pigments foliaires que l on peut classer en deux catégories : - les chlorophylles a et b d une part, - les

Plus en détail

TP 3 diffusion à travers une membrane

TP 3 diffusion à travers une membrane TP 3 diffusion à travers une membrane CONSIGNES DE SÉCURITÉ Ce TP nécessite la manipulation de liquides pouvant tacher les vêtements. Le port de la blouse est fortement conseillé. Les essuie tout en papier

Plus en détail

Les minéraux calcium et magnésium jouent un rôle utile pour la santé (os, dents, cheveux, muscles). Ils rendent l eau plus agréable à boire.

Les minéraux calcium et magnésium jouent un rôle utile pour la santé (os, dents, cheveux, muscles). Ils rendent l eau plus agréable à boire. Calcaire En traversant les diverses couches géologiques, l'eau se charge en de nombreux minéraux et notamment en carbonate de calcium, plus communément appelé calcaire. Une eau riche en calcaire est qualifiée

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

Objectif : Effectuer le traitement chimique d une solution dont la composition est représentative de déchets de travaux pratiques.

Objectif : Effectuer le traitement chimique d une solution dont la composition est représentative de déchets de travaux pratiques. OLYMPIADES DE LA CHIMIE 005 EPREUVE PRATIQUE DES ELIMINATOIRES REGIONALES POITOU-CHARENTES le février 005 Traitement de déchets minéraux "D'après la préparation aux olympiades de l'académie de Nancy-Metz

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

Étude de validation du Bluestar Forensic

Étude de validation du Bluestar Forensic Étude de validation du Bluestar Forensic I. Matériels et matières utilisés II. des tests 2.1. Détermination du seuil de sensibilité du kit Bluestar 2.2. Détermination de taches en fonction de leur volume

Plus en détail

Enquêtes auprès des éleveurs laitiers ayant installé un pré-refroidisseur dans le cadre du programme régional "éco énergie lait"

Enquêtes auprès des éleveurs laitiers ayant installé un pré-refroidisseur dans le cadre du programme régional éco énergie lait Enquêtes auprès des éleveurs laitiers ayant installé un pré-refroidisseur dans le cadre du programme régional "éco énergie lait" Juillet 2014 Rapport de résultats Avec le soutien et le partenariat de :

Plus en détail

ENRICHIR LES DONNEES DE DETAILS ACCEDEES A TRAVERS UN RAPPORT OLAP

ENRICHIR LES DONNEES DE DETAILS ACCEDEES A TRAVERS UN RAPPORT OLAP ENRICHIR LES DONNEES DE DETAILS ACCEDEES A TRAVERS UN RAPPORT OLAP SAS Web Report Studio offre depuis de nombreuses versions la possibilité de visualiser les observations spécifiques à partir des données

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

Un guide concis de contrôle de qualité des médicaments

Un guide concis de contrôle de qualité des médicaments Un guide concis de contrôle de qualité des médicaments 1 2 Sommaire 1. Inspection visuelle (p.4) 2. Tests de réactions colorées (p.7) 2.1. Préparation d un comprime pour un test de réaction colorée (p.10)

Plus en détail

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P)

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P) bioch/enzymo/tp-betagal-initiation-michaelis.odt JF Perrin maj sept 2008-sept 2012 page 1/6 Etude de la β-galactosidase de E. Coli : mise en évidence d'un comportement Michaélien lors de l'hydrolyse du

Plus en détail

Dureté de l eau et son traitement

Dureté de l eau et son traitement I - Introduction : Dureté de l eau et son traitement L eau bien que sans danger n est pas chimiquement pure. Après son évaporation, il reste des sels minéraux dont certains rendent l eau dure. Ces sels

Plus en détail

CHAPITRE 5 Dosages par précipitation

CHAPITRE 5 Dosages par précipitation CHAPITRE 5 Dosages par précipitation I- Introduction Une réaction formant un précipité peut être utilisée comme réaction de dosage, à condition qu elle soit : totale, le précipité doit être pratiquement

Plus en détail

Sommaire INTRODUCTION GÉNÉRALE... 5 CHAPITRE I : L ACTIVITÉ ANTICANCÉREUSE DES COMPLEXES DE PLATINE... 8. A Le cisplatine... 8

Sommaire INTRODUCTION GÉNÉRALE... 5 CHAPITRE I : L ACTIVITÉ ANTICANCÉREUSE DES COMPLEXES DE PLATINE... 8. A Le cisplatine... 8 Sommaire INTRODUCTION GÉNÉRALE... 5 CHAPITRE I : L ACTIVITÉ ANTICANCÉREUSE DES COMPLEXES DE PLATINE... 8 A Le cisplatine.... 8 A.I Découverte de l activité anti-tumorale du cisplatine... 8 A.II Activité

Plus en détail

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif Communauté d Agglomération de Marne et Gondoire Commune de LESCHES Zonage d assainissement EU Notice d enquête publique ANNEXES Annexe 1 : Annexe 2 : Annexe 3 : Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des

Plus en détail

différence groupe-conseil en statistique

différence groupe-conseil en statistique Vais-je atteindre mon objectif cette année? Par Martin Carignan, associé chez Différence www.difference-gcs.com Contexte Les gestionnaires sont souvent évalués sur des résultats mesurés par des indicateurs

Plus en détail

E-I-4V1 : DÉTERMINATION DES MATIERES EN SUSPENSION METHODE PAR FILTRATION SUR FILTRE EN FIBRES DE VERRE ET GRAVIMETRIE

E-I-4V1 : DÉTERMINATION DES MATIERES EN SUSPENSION METHODE PAR FILTRATION SUR FILTRE EN FIBRES DE VERRE ET GRAVIMETRIE E-I-4V1 : DÉTERMINATION DES MATIERES EN SUSPENSION METHODE PAR FILTRATION SUR FILTRE EN FIBRES DE VERRE ET GRAVIMETRIE 1. Objet La présente méthode de référence spécifie une méthode de détermination gravimétrique

Plus en détail

ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES

ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES Alain DODI - Laboratoire d Analyses Radiochimiques et Chimiques 31 JANVIER 2013 Rencontre CEA Industrie pour l innovation et le transfert de technologie Instrumentation 30 JANVIER 2013 Mesure Caractérisation

Plus en détail

Exercice I: solution tampon (7 points)

Exercice I: solution tampon (7 points) Classes : SG Année scolaire : 2010/2011 Matière : Chimie Cette épreuve est constituée de trois exercices. Elle comporte trois pages numérotées de 1 à 3. L usage d une calculatrice non programmable est

Plus en détail

ECE BLANC 4 : PARCE QUE VOUS LE VALEZ BIEN!

ECE BLANC 4 : PARCE QUE VOUS LE VALEZ BIEN! TS Thème : Observer ECE BLANC 4 : PARCE QUE VOUS LE VALEZ BIEN! Compétences travaillées (capacités et attitudes) : ANA : proposer une stratégie (protocole expérimental) pour répondre à un problème posé.

Plus en détail

Contenu. Compétences

Contenu. Compétences Séance 2 Correction Contenu Composition chimique d une eau de consommation Compétences Analyse qualitative d une eau Exercice I Les différentes eaux L eau minérale naturelle possède des propriétés favorables

Plus en détail

Qui de Monsieur EAUCLAIR ou de son ami a raison?

Qui de Monsieur EAUCLAIR ou de son ami a raison? CME 5.3 Pourquoi adoucir l eau? Monsieur EAUCLAIR emménage dans une nouvelle région. Il constate que sa cafetière s est entartrée au bout de deux mois. Un de ses amis lui dit que : «ton eau n est pas claire

Plus en détail

Chapitre V : Qualité des eaux d'irrigation

Chapitre V : Qualité des eaux d'irrigation Chapitre V : Qualité des eaux d'irrigation Les eaux d irrigation par leur composition peuvent avoir une influence sur le sol (Coutinet, 1965). Comme, les eaux de la nappe du Mio-plio-quaternaire de la

Plus en détail

Exemple de situation d évaluation Niveau BEP

Exemple de situation d évaluation Niveau BEP Exemple de situation d évaluation Niveau BEP Proposé par Fabien MAESTRACCI Lycée Mendès-France VIC-EN-BIGORRE ANALYSE DE 3 EAUX MINERALES Certaines eaux minérales sont déconseillées pour les nourrissons

Plus en détail

A. - MISE AU POINT DES TECHNIQUES D'ANALYSE

A. - MISE AU POINT DES TECHNIQUES D'ANALYSE 8 DIVISION IV - AMÉLIORATION DU SOL - ANALYSES A. - MISE AU POINT DES TECHNIQUES D'ANALYSE En 1951, la Section Chimie de la Di vision a poursuivi l'adoption de méthodes d'analyses, plus rapides permettant,

Plus en détail

Un ion monoatomique est formé d'un seul atome chargé. Les ions poly-atomiques sont formés de plusieurs atomes. Il s'agit d'une molécule chargée.

Un ion monoatomique est formé d'un seul atome chargé. Les ions poly-atomiques sont formés de plusieurs atomes. Il s'agit d'une molécule chargée. CHAPITRE 5 : LES IONS I. QU'EST CE QU'UN ION. Un ion est un élément qui porte une charge électrique. Il existe deux types d'ions différents les cations et les anions. Les cations sont des ions qui portent

Plus en détail

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière.

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière. Chapitre n 2 3 Conduction électrique et structure de la matière. T.P.n 1: Les solutions aqueuses sont-elles conductrices? >Objectifs: Tester le caractère conducteur ou isolant de diverses solutions aqueuses.

Plus en détail

1 Le flux lumineux. C'est aussi cette énergie, transportée par le faisceau lumineux, qui impressionne la rétine et provoque le mécanisme de la vision.

1 Le flux lumineux. C'est aussi cette énergie, transportée par le faisceau lumineux, qui impressionne la rétine et provoque le mécanisme de la vision. Photométrie Nous allons voir dans ce chapitre comment les phénomènes d'émission et d'absorption de lumière par les atomes ou les molécules peuvent être utilisés pour le dosage de certaines solutions les

Plus en détail

TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Deuxième Partie

TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Deuxième Partie TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Deuxième Partie Rappel : Lorsque l on chauffe un mélange d une solution de glucose et d une solution d acide 3,5- dinitrosalycilique

Plus en détail

Exercice 1. AUTOUR DE LA VOITURE (7 points) http://labolycee.org. Partie A : Le stationnement «ultra-simple» avec les ultrasons

Exercice 1. AUTOUR DE LA VOITURE (7 points) http://labolycee.org. Partie A : Le stationnement «ultra-simple» avec les ultrasons Afrique 2008 Les parties A et B sont indépendantes. Exercice 1. AUTOUR DE LA VOITURE (7 points) http://labolycee.org Partie A : Le stationnement «ultra-simple» avec les ultrasons Les ultrasons sont des

Plus en détail

Fidélité des méthodes analytiques (Résolution oeno 5/99)

Fidélité des méthodes analytiques (Résolution oeno 5/99) (Résolution oeno 5/99) Les données concernant la fidélité des méthodes analytiques déterminées par des études collaboratives sont applicables dans les cas suivants : ) Vérification de l'acceptabilité des

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

Création d un catalogue en ligne

Création d un catalogue en ligne 5 Création d un catalogue en ligne Au sommaire de ce chapitre Fonctionnement théorique Définition de jeux d enregistrements Insertion de contenu dynamique Aperçu des données Finalisation de la page de

Plus en détail

Notes techniques et réflexions

Notes techniques et réflexions Notes techniques et réflexions Comparaison par mesure des consommations annuelles d énergie de la vaisselle faite manuellement et en lave vaisselle Auteur : Olivier SIDLER Octobre 998 Ingénierie énergétique

Plus en détail

Études et Réalisation Génie Électrique

Études et Réalisation Génie Électrique Université François-Rabelais de Tours Institut Universitaire de Technologie de Tours Département Génie Électrique et Informatique Industrielle Études et Réalisation Génie Électrique Chargeur de batterie

Plus en détail

Système Expert pour Smartphones

Système Expert pour Smartphones INSA Rennes Département INFORMATIQUE Système Expert pour Smartphones Rapport de Planification Olivier Corridor;Romain Boillon;Quentin Decré;Vincent Le Biannic;Germain Lemasson;Nicolas Renaud;Fanny Tollec

Plus en détail

CREER UNE BASE DE DONNEES ACCESS AVEC DAO (étape par étape)

CREER UNE BASE DE DONNEES ACCESS AVEC DAO (étape par étape) CREER UNE BASE DE DONNEES ACCESS AVEC DAO (étape par étape) NIVEAU : PREMIERE RENCONTRE AVEC VB INITIES/EXPERIMENTES Pré requis pour comprendre ce tutorial : - Connaître les principales commandes de VB

Plus en détail

Etude du Lave-vaisselle Mesures chimiques

Etude du Lave-vaisselle Mesures chimiques ACADEMIE DE LILLE Baccalauréat Professionnel Systèmes Electroniques Numériques Mathématiques et Sciences Physiques épreuve E1 Durée : 3 h Date : Sous - épreuve E 12 : Travaux pratiques scientifiques sur

Plus en détail

Effets des hormones sur la glycémie du rat

Effets des hormones sur la glycémie du rat UNIVERSITE MONTPELLIER II Sciences & Techniques du Languedoc Licence Biologie des Organismes Travaux Pratiques de Physiologie Animale : Effets des hormones sur la glycémie du rat . La glycémie est une

Plus en détail

PARTIE 1 : DETERMINATION DE LA DURETE DE L HEPAR

PARTIE 1 : DETERMINATION DE LA DURETE DE L HEPAR TP 11 : RESINES ECHANGEUSES D IONS OU COMMENT ADOUCIR L EAU? Objectif : Déterminer la composition d une eau par titrage complexométrique. Utiliser une résine échangeuse d ions. PARTIE 1 : DETERMINATION

Plus en détail

insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques

insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques Dominique Robin Ricardo Stouvenel Frédéric Jaquenod Gilles Triscone Martina Zsely-Schaffter Des

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

Accident de la centrale nucléaire Fukushima Dai-Ichi - Décontamination et gestion des déchets - Point de la situation en mars 2015

Accident de la centrale nucléaire Fukushima Dai-Ichi - Décontamination et gestion des déchets - Point de la situation en mars 2015 9 mars 2015 Accident de la centrale nucléaire Fukushima Dai-Ichi - Décontamination et gestion des déchets - Point de la situation en mars 2015 L accident de la centrale de Fukushima Dai-Ichi (F-1), survenu

Plus en détail

DS n 8 Physique & Chimie

DS n 8 Physique & Chimie DS n 8 Physique & Chimie CONTROLE DE QUALITE D UN LAIT D APRES PONDICHERY 2014 (+ LIBAN 2014) [7 PTS] Le lait de vache est un liquide biologique de densité 1,03. Il est constitué de 87 % d'eau, 4,7 % de

Plus en détail

Fiche de présentation de la ressource

Fiche de présentation de la ressource Fiche de présentation de la ressource Classe : Terminale Enseignement : Chimie biochimie sciences du vivant THEME 5 du programme : Des systèmes vivants existent à grande échelle : écosystèmes et biosphère

Plus en détail

DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine

DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine Selon la légende, le café fut remarqué pour la première fois quelques 850 ans avant notre è r e : u n b e r g e r d u Y é m e n n o t a

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES Collège Voltaire, 2014-2015 AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE http://dcpe.net/poii/sites/default/files/cours%20et%20ex/cours-ch2-thermo.pdf TABLE DES MATIERES 3.A. Introduction...2 3.B. Chaleur...3 3.C. Variation

Plus en détail

EPFL SB-ISIC. laborantin en chimie. laboratoire-école appren tis

EPFL SB-ISIC. laborantin en chimie. laboratoire-école appren tis EPFL SB-ISIC laborantin en chimie laboratoire-école appren tis info Description de la profession La chimie est une science très ancienne qui fait partie intégrante de notre vie quotidienne. Les secteurs

Plus en détail

Visite du laboratoire d'analyses d'issoudun

Visite du laboratoire d'analyses d'issoudun Visite du laboratoire d'analyses d'issoudun Sommaire : Présentation de l'entreprise Accueil et secrétariat Salle de prélèvements Tri Centrifugation L'analyse biochimique et microbiologique et l'hygiène

Plus en détail

Comment Définir une Plage de données Pour Utiliser Fonctions de Filtres et de Tris

Comment Définir une Plage de données Pour Utiliser Fonctions de Filtres et de Tris Comment Définir une Plage de données Pour Utiliser Fonctions de Filtres et de Tris Diffusé par Le Projet Documentation OpenOffice.org Table des matières 1. Définir les plages...3 2. Sélectionner une plage...4

Plus en détail

L isolation des pavillons

L isolation des pavillons L isolation des pavillons 1 Que connaissez-vous comme type d isolation. Donnez une définition. Nous connaissons : - l isolation thermique : L'isolation thermique désigne l'ensemble des techniques mises

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage

PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage I) Qu'est-ce qu'un savon et comment le fabrique-t-on? D'après épreuve BAC Liban 2005 Physique-Chimie dans la cuisine Chapitre 3 1/6 1- En vous

Plus en détail

LNA à 2x PGA-103+ By F1JKY

LNA à 2x PGA-103+ By F1JKY LNA à 2x PGA-103+ By F1JKY Introduction : Après avoir testé un kit de conception basic à un seul PGA-103+ venant de chez WA3IAC, l idée saugrenue m est venue de tester une version à deux étages. Pourquoi

Plus en détail

Rapport 3 Dosage de la caféine dans des sodas et des boissons énergisantes par spectroscopie UV

Rapport 3 Dosage de la caféine dans des sodas et des boissons énergisantes par spectroscopie UV Rapport 3 Dosage de la caféine dans des sodas et des boissons énergisantes par spectroscopie UV Raphaël Braunschweig, Stefan Binder Groupe A, Binôme 3 Résultats selon Benjamin Buhr et Lucile Koch-Schlund

Plus en détail

Les terpènes sont des hydrocarbures dérivés de l isoprène C 5 H 8 et de formule générale (C 5 H 8 )n.

Les terpènes sont des hydrocarbures dérivés de l isoprène C 5 H 8 et de formule générale (C 5 H 8 )n. Les terpènes sont des hydrocarbures dérivés de l isoprène C 5 H 8 et de formule générale (C 5 H 8 )n. Très présents dans le monde végétal, ils peuvent être extraits du bois en particulier des conifères

Plus en détail