PROBLÉMATIQUE DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES RISQUES DE MASSE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROBLÉMATIQUE DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES RISQUES DE MASSE"

Transcription

1 Institut des actuaires -Séminaire Sépia du 15 mars 2010 sur les nouvelles techniques de tarification des risques de masse PROBLÉMATIQUE DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES RISQUES DE MASSE 15/03/2010 1

2 Dans un séminaire comme celui-ci, on s attend à ce qu il soit question de variables aléatoires, de probabilités, de modélisation, d algorithmes Il va bien en être question 2

3 Les exposés de ce jour vont traiter des avancées théoriques sur les point suivants : risques où il y a très peu de sinistres («zero-inflated») écrêtement des sinistres prise en compte des non-linéarités (modèles GAM) impact des franchises 3

4 Mais on m a demandé d introduire ces exposés en me laissant libre de mes propos, et j ai souhaité évoquer des questions qui, sans relever des calculs proprement dits, ont un impact important sur les tarifs que l on peut mettre en œuvre 4

5 Ces questions «encadrent» dans une certaine mesure les calculs. La plupart d entre elles sont des questions préalables, mais certaines sont postérieures aux calculs et concernent la phase de mise en application 5

6 1 ÉRE QUESTION PRÉALABLE AUX CALCULS : LA SEGMENTATION DES RISQUES 6

7 La question fondamentale de la segmentation des risques Dans l espace concret de la tarification de l assurance des risques de masse, la meilleure segmentation des risques n est pas seulement mathématique 7

8 Rappel rapide Bien entendu, si l on regarde un risque «tout seul», on ne peut pas en dire grandchose si ce n est que, quand il a un sinistre, «il n a pas de chance» 8

9 La tarification de l assurance nécessite des regroupements de risques Le calcul des probabilités fait de même, il étudie des populations, non des individus 9

10 La question difficile est celle de la délimitation des populations homogènes de risques, autrement dit la segmentation des risques 10

11 Comment identifie-t-on deux risques? Comment détermine-t-on qu ils relèvent de la même population et qu entre eux la mutualisation doit jouer? 11

12 Inversement, comment sépare-t-on deux risques? Comment détermine-t-on qu ils relèvent de deux populations différentes, entre lesquelles la mutualisation ne doit pas jouer? 12

13 Si l on veut «calculer un tarif à neuf» et définir un nouveau plan de segmentation, les calculs donnent des éléments, mais ils ne suffisent pas 13

14 Il faut tenir compte de ce que, à un moment donné, la «collectivité» accepte comme solidarités inter-risques Cette normalité est souvent implicite, sous-entendue et il faut décrypter cet implicite 14

15 Exemple : la segmentation inachevée des jeunes conducteurs En France, en assurance automobile, toutes choses égales par ailleurs, les jeunes conducteurs du sexe masculin sont des risques plus lourds que les autres Ceci est vrai autant pour les voitures que pour les motos 15

16 Le marché ne leur fait pas payer, pas plus aujourd hui qu hier, le prix de leur risque 16

17 Cette problématique existe depuis longtemps Ainsi la MAIF a-t-elle longtemps refusé toute majoration du tarif selon l âge 17

18 Longtemps les jeunes enseignants n ont pas payé, toutes choses égales par ailleurs, plus cher que leurs aînés Si, aujourd hui, ils paient un peu plus cher, ce n est toujours pas à concurrence du risque réel qu ils représentent 18

19 Les explications mises en avant sont parfois philosophiques («solidarité intergénérationnelle») et parfois commerciales («futurs bons assurés») 19

20 Mais ne s agit-il pas là d explications apportées après coup, au vu des rapports sinistres à primes de la sous-population des jeunes conducteurs? Cette sous-tarification n a-t-elle pas son origine dans le mode de calcul du tarif? 20

21 La sous-tarification des jeunes n est-elle pas due au fait que leur exposition aux sinistres très graves est estompée par l écrêtement des sinistres? Cette question est évoquée plus loin et fait l objet d un exposé spécifique 21

22 Mais le fait demeure : si la segmentation tarifaire des assurés automobiles selon leur âge est aujourd hui la norme, il y a toujours une pratique de marché, sinon un consensus explicite, qui fait que l on ne fait pas payer aux jeunes conducteurs le prix de leur risque 22

23 Cette pratique de marché s impose aux tarificateurs sous peine de voir leur tarif n assurer dans les faits aucun «jeune conducteur» 23

24 «L air du temps» permet certaines segmentations, parfois partiellement comme pour les jeunes conducteurs, et en refuse d autres comme celle résultant du fait qu au-delà de 25 ans, les conductrices ne sont plus un meilleur risque 24

25 La segmentation des risques peut bouleverser un marché L efficacité de la segmentation des risques a été flagrante dans les deux cas suivants : France MACIF Grande-Bretagne DIRECT LINE INSURANCE 25

26 Mais comme on va le voir, «ça ne marche pasà tous les coups» 26

27 La création de la MACIF en 1960 A la fin des années 1950, des commerçants et des industriels de la région de Niort, suivant l exemple des artisans qui avaient créé la MAAF quelques années plus tôt, veulent lancer leur propre mutuelle pour assurer leurs risques professionnels 27

28 Jacques VANDIER, pressenti pour en prendre la direction, n accepte qu à la condition que cette mutuelle soit ouverte aussi aux risques des salariésdu commerce et de l industrie 28

29 En effet ils ne bénéficient pas, comme les fonctionnaires et les enseignants d une mutuelle «à eux» pour assurer leurs risques auto et habitation personnels 29

30 Les conditions posées par Jacques VANDIER ont été acceptées, la MACIF a vu le jour, et elle a bouleversé le marché français de l assurance automobile 30

31 Jusque là, ce marché n avait été touché que marginalement par les mutuelles d assurance professionnelles existantes, GMF, MAIF, MAAF, Mutuelles Agricoles 31

32 Avec la MACIF créée en 1960 à Niort, et sa consœur la MATMUT créée en 1962 à Rouen, le marché de l assurance automobile des particuliers bascule : En 20 ans, 50% de ce marché passe des sociétés d assurance avec intermédiaires commissionnés aux «MSI» -Mutuelles sans Intermédiaires 32

33 Parmi les raisons de ce succès il y a eu la banalisation de l automobile qui a rendu le service d un Agent Général ou d un Courtier en assurance moins nécessaire Il y a eu surtout un changement dans la segmentation tarifaire 33

34 Jacques VANDIER avait pu constater, quand il était Commissaire-Contrôleur des Assurances, que les Compagnies d Assurances dégageaient des marges en assurance automobile des particuliers, marges qu elles utilisaient pour équilibrer les risques auto-entreprises (flottes, TPM, TPV, réparateurs, etc ), souvent déficitaires 34

35 L idée de base de la MACIF était, comme dans les mutuelles d assurance existantes, que les particuliers n avaient pas à subventionner les entreprises. 35

36 Ceci semble aller de soi aujourd hui. Mais peut-être avant 1960, une certaine solidarité entre risques professionnels et risques privés était-elle admise? 36

37 Toujours est-il qu en segmentant les risques de cette nouvelle manière, la MACIF a pu faire pour les particuliers des tarifs inférieurs de 30 % à 50% aux tarifs des Compagnies avec intermédiaires commissionnés 37

38 Cet avantage de la MACIF en termes de segmentation tarifaire a été renforcé par d autres innovations comme dans le règlement des sinistres matériels auto, où, très tôt, la MACIF a constitué des réseaux de réparateurs agréés 38

39 Les «compagnies d assurance classiques» ont mis du temps à réagir efficacement Elles n ont arrêté leur perte de clientèle de particuliers que dans les années 70 et 80, quand, entre autre mesures, elles ont adopté des segmentations du même type 39

40 C est une sorte de «révolution culturelle» que les «compagnies d assurance traditionnelles» ont dû faire pour arriver à faire face à la concurrence des MSI 40

41 La création de DIRECT LINE INSURANCE en Grande-Bretagne en 1985 En 1985, un ingénieur commercial d IBM, Peter WOOD, convainc la ROYAL BANK of SCOTLAND d apporter le capital nécessaire à son projet de création, pour le marché du Royaume-Uni, d une société d assurance automobile «entièrement informatisée» et vendant exclusivement par téléphone 41

42 La caractéristique «entièrement informatisée» a du mal à être comprise aujourd hui, où toutes les sociétés d assurance le sont 42

43 Mais en 1985 le niveau d informatisation était très différent entre les sociétés «à la pointe» et celles qui n avaient changéqu au minimum leurs méthodes de travail à base de traitement de «dossiers papier» 43

44 DIRECT LINE INSURANCE, créée à neuf en 1985, a été bâtie autour de processus informatiques qui permettaient une segmentation tarifaire sophistiquée 44

45 En 1987, dans une conférence à Paris, Peter WOOD s est vanté du fait que l absence de tarif «papier»(«we have no printbook») lui donnait un avantage décisif sur les autres sociétés d assurance par la réactivité que cela lui donnait pour ajuster son tarif 45

46 L algorithme complet du tarif n était connu que des actuaires qui l ajustaient en permanence L opérateur de DLI dialoguait au téléphone avec le prospect, entrait ses données et obtenait le tarif à l écran 46

47 Si en 2010 un tel processus apparaît banal, en 1986 il était exceptionnel Comme les sociétés d assurance françaises vis-à-vis de la MACIF, les sociétés d assurance anglaises ont été lentes à réagir vis-à-vis de DLI Ceci a permis à DLI de prendre 30% du marché anglais 47

48 Dans les années 1990, Peter WOOD a dû quitter DLI sous la pression tant des actionnaires que du pouvoir politique, qui trouvaient sa rémunération trop élevée 48

49 Ça ne marche pas à tous les coups Il est parti aux Etats-Unis où il a créé des sociétés d assurances sur le modèle de DLI La recette n a pas marché En 2004, ces sociétés ont cessé leur activité 49

50 L imitation ne marche pas non plus à tous les coups Sur le marché anglais lui-même, DLI a suscité de nombreux imitateurs A un moment donné, quasiment tous les groupes d assurance actifs en assurance automobile en Angleterre avaient une filiale de vente directe par téléphone 50

51 La plupart d entre elles n ont pas réitéré le miracle de DLI, et ont cessé leur activité 51

52 Quant à la ROYAL BANK of SCOTLAND, elle a eu des déboires financiers graves du fait de son association avec FORTIS pour la reprise de la banque ABN-AMRO 52

53 La crise financière de a non seulement fait échouer cette opération mais fait éclater FORTIS et fragilisé la ROYAL BANK of SCOTLAND 53

54 La ROYAL BANK of SCOTLAND est en train aujourd'hui, tant sous la pression des autorités que pour compenser ses pertes, de vendre ses activités d assurance, y compris leur fleuron, DIRECT LINE INSURANCE 54

55 Au démarrage, une nouvelle segmentation est un avantage irrésistible Le principal avantage de la MACIF par rapport au marché français de 1960, comme le principal avantage de DLI par rapport au marché anglais de 1985, résidaient dans l actualisation de la segmentation des risques face à des segmentations de marché vétustes devenues inadéquates aux risques 55

56 La segmentation a une dynamique propre Mais une fois qu elle est mise en place, une nouvelle segmentation tarifaire, si l on n y prend pas garde, tend à se compliquer indéfiniment 56

57 N y a-t-il pas un optimum de finesse à ne pas dépasser? L adjonction d un critère améliore-t-elle toujours une modélisation tarifaire? Intuitivement on peut penser que ce nouveau critère va enlever de l information, de la signification aux critères existant précédemment 57

58 La question est redevenue d actualité avec le «pay as you drive», qui fournit en permanence des informations fraîches sur les risques automobiles assurés 58

59 Une segmentation tarifaire trop fine est un handicap commercial Plus une tarification est fine, plus le processus de souscription est compliqué Cette complication est un handicap commercial 59

60 Cet inconvénient est actuellement neutralisé par les réseaux de vente 60

61 Les réseaux de professionnels de l assurance ont en effet l expérience des réponses possibles Ils rassurent le client sur la réponse à apporter et n hésitent pas à faire des approximations si nécessaire Ceci donne une première limite à la validité des données, question évoquée plus loin 61

62 Mais pour la souscription par internet, cette complication est rédhibitoire 62

63 Le retard français dans la souscription d assurance par internet En France, actuellement, la proportion des devis d assurance automobile réalisés par internet qui débouche sur un contrat ferme est plus faible qu au Royaume-Uni 63

64 On peut expliquer ce retard par un naturel français plus méfiant, mais aussi par la sophistication de la segmentation tarifaire actuellement en vigueur en France 64

65 Si, en tant que candidat à l assurance, on connaît : sa propre adresse, son âge et la date de son permis ainsi que ceux de son conjoint, la marque, le modèle et la date de 1 ère mise en circulation de son véhicule, se souvient-on de la version exacte de ce véhicule, s il a déjà quelques années? 65

66 Trouve-t-on toujours sans hésitation sa propre catégorie socioprofessionnelle ainsi que celle de son conjoint dans la nomenclature de l assureur? 66

67 Une question similaire se pose quant à l usage que l on fait de son véhicule On trouve toujours sur le marché français les 4 niveaux d usage suivants Déplacements privés Déplacements privés et trajet domiciletravail Besoins de la profession Tournées et visites régulières de clientèle 67

68 Non seulement le client peut hésiter pour savoir où se classer, mais en plus ces 4 usages recouvrent, sous les mêmes intitulés, des contenus différents d un assureur à l autre 68

69 Ainsi certaines sociétés d assurance ontelles élargi l usage intitulé «déplacements privés et trajet» pour y inclure les «besoins professionnels occasionnels» 69

70 On comprend bien qu il faille modifier les clause d usage du véhicule pour suivre les évolutions générales du travail lui-même, qui voit la mobilité se développer 70

71 Mais par là on vide de sa substance, donc de sa signification statistique, l usage «besoins de la profession», sans le supprimer pour autant 71

72 Ce type de problème, à savoir le fait qu une donnée se vide de sa substance et perd sa signification, est fréquent, et pernicieux, car difficilement décelable 72

73 La question se pose souvent, quand on refait un tarif, de savoir si l on conserve ou non un critère tarifaire du fait d un doute quant à sa qualité 73

74 Retour à la souscription par internet Dans le bureau d un professionnel de l assurance (courtier, Agent, Mutuelle), comme on l a vu, le client est guidé sur les réponses à apporter En souscription directe par internet, il est seul 74

75 Pour un devis qui n engage pas, il n a pas peur de répondre approximativement Mais pour contracter ferme, c est autre chose Si une question le fait trop hésiter, il «laisse tomber» 75

76 Les sites internet d assurance qui fonctionnent actuellement en France font essentiellement des devis et peu de souscription en ligne 76

77 Le prospect qui a laissé ses coordonnées est relancé chez lui, et la vente, si elle se fait, est faite selon le processus, déjà ancien, de la vente par téléphone 77

78 Par rapport à ce processus de vente par téléphone mis au point il y a vingt ans, internet n apporte, pour l instant, en France, aucun gain de productivité 78

79 La souscription par internet est néanmoins possible puisqu elle se fait ailleurs Mais l algorithme de souscription doit être revu dans le sens de la simplification 79

80 2 ÈME QUESTION PRÉALABLE AUX CALCULS : LA CONCURRENCE ENTRE SOCIÉTÉS D ASSURANCE 80

81 L inconvénient de la concurrence entre sociétés d assurance pour les risques IARD des particuliers est clair, c est le manque de clarté, le «maquisdes tarifs» 81

82 Ainsi en Grande-Bretagne, où la segmentation tarifaire n a cessé de se complexifier depuis la création de Direct Line Insurance, l opinion est lasse de cette complexité si l on en croit le succès de comparateur de prix comme «CONFUSED», dont le but affiché est d y voir clairdans la «confusion» des tarifs. 82

83 Cette aspiration à la clarté et à la simplicité ne doit pas faire oublier l avantage de la concurrence, en assurance comme dans tout secteur économique 83

84 La concurrence est une force de rappel automatique vers la vérité des prix, une pression permanente sur les marges des fournisseurs 84

85 Les instances politiques, nationales comme européennes, ne s y trompent pas puisque, depuis des dizaines d années, leurs réglementations vont toutes dans le sens d un renforcement de la concurrence entre assureurs 85

86 Ainsi les directives européennes de 1993 et 1994 sur l assurance ont-elles : interdit les tarifs d entente entre assureurs pour les risques de masse facilité la liberté d établissement et instauré la libre prestation de service entre pays de l Union Européenne 86

87 En France la «loi CHATEL» a assoupli en 2007 les règles de résiliation des contrats à l échéance pour faciliter le changement d assureur 87

88 La concurrence fait baisser les prix Avant les directives européennes de , en assurance automobile, les pays européens étaient séparés en deux groupes, ceux où il y avait de la concurrence tarifaire et ceux où il n y en avait pas 88

89 En Allemagne, Belgique, Suisse et Italie, les tarifs étaient quasiment les mêmes d une société à l autre En Grande-Bretagne et en France, les tarifs étaient fortement dispersés, pour le même risque, d une société à l autre 89

90 Au total, en moyenne, les tarifs d assurance automobile étaient sensiblement plus chers dans les pays à tarif unique (Allemagne, Suisse, Belgique, Italie) que dans les pays à concurrence tarifaire (France et Grande-Bretagne) 90

91 L explication du tarif moins élevé ne réside pas seulement dans les marges moindres faites dans les pays où il y a concurrence tarifaire 91

92 L explication se trouve aussi dans le fait que ces marges moindres dans les pays concurrentiels obligent les assureurs à surveiller leurs risques en portefeuille 92

93 En effet quelle soit la qualité de sa segmentation et de son algorithme, un tarif «a priori» laisse toujours passer des risques «anormalement sinistrés» vis-àvis desquels seul un traitement «à la main» de «surveillance du portefeuille» est efficace Ce traitement est d autant plus nécessaire que les marges sont plus serrées 93

94 Cette «surveillance du portefeuille» consiste, vis-à-vis d un risque anormalement sinistré, à effectuer l une ou l autre des opérations suivantes : augmentation de tarif, réduction de garantie par application d une franchise, suppression de garantie, résiliation du contrat 94

95 Cette pratique a suscité en France la création de courtiers spécialisés en risques automobiles aggravés qui proposent des solutions, plus chères, aux «exclus» Ces risques, ensuite, redeviennent de bons risques, et retrouvent de bons tarifs 95

96 Derrière la répression des excès de vitesse et des conduites en état d ivresse ou sous l emprise de stupéfiants, le développement des autoroutes l amélioration de la sécurité des véhicules, cette «sanction par le porte-monnaie» du tout petit nombre de conducteurs anormalement sinistrés a peut-être elle aussi une petite part dans la diminution des accidents 96

97 Cette amélioration a été spectaculaire entre 1972, où il y a eu morts pour 10 millions de voitures et 2009 où il y a eu morts pour 30 millions de voitures. 97

98 La probabilité annuelle de décéder d un accident de la route a chuté de 1,6 pour mille en 1972 à 0,14 pour mille en 2009, c est-à-dire a été divisée par plus de 10 98

99 L amélioration a été particulièrement sensible en 2004, année où les radars automatiques ont changé le comportement des français au volant 99

100 Résumé Les marchés ont des degrés de concurrence plus ou moins élevés Si le niveau de concurrence est fort, les marges sont restreintes, et l équilibre des comptes ne peut être obtenu qu en associant au tarif a priori un traitement a posteriori des risques les plus sinistrés 100

101 3 ÈME QUESTION PRÉALABLE AUX CALCULS : LES CYCLES DE SOUSCRIPTION 101

102 L assurance IARD suit en France, comme les autres secteurs économiques, des «cycles économiques», encore appelés «cycles de souscription» 102

103 Quoi que l on fasse, ces cycles reviennent et imposent leurs ambiances successives 103

104 En haut de cycle, les affaires sont faciles, on peut «faire des efforts commerciaux», regarder d un œil favorable les innovations du marché En bas de cycle, les sociétés d assurance se demandent si elles vont s en sortir, si les «mesures de redressement» prises vont être suffisamment efficaces 104

105 En prenant comme point de départ le moment de la prise de conscience du déficit et de la nécessité de mesures de redressement, l assurance IARD a connu en France depuis 40 ans 4 cycles : Cycle n 1 : Cycle n 2 : Cycle n 3 : Cycle n 4 : 2000-? 105

106 On observe pour chacun de ces cycles les mêmes phases successives, dans cet ordre Inquiétude généralisée et durcissement des conditions tarifaires, Retour progressif à l équilibre des comptes Sérénité, Euphorie, Remontée progressive de l inquiétude Début du cycle suivant 106

107 Certains évènements peuvent avancer ou retarder le déroulement des cycles : En 1978, les résultats de l assurance automobile ont été étonnamment bons en France, peut-être du fait de l impact sur l opinion de l accident d autocar de Beaune Ceci a pu contribuer à prolonger le cycle commencé en

108 Inversement les tempêtes LOTHAR et MARTIN de fin décembre 1999, bien qu elles n aient quasiment pas concerné l assurance automobile, ont pu contribuer à avancer à l année 2000 au lieu de 2001 le démarrage d un nouveau cycle, du fait de l ambiance générale de durcissement des conditions tarifaires, notamment de réassurance, qui en a résulté 108

109 Quelques mois plus tard, le sinistre du WORLD TRADE CENTER survenu le 11 septembre 2001 ne concernait pas non plus l assurance automobile en France Il a néanmoins assombri l ambiance du début du cycle commencé en

110 Les inquiétudes des années ont conduit à des mesures de redressement brutales en assurance comme en réassurance IARD En , les comptes se sont redressés 110

111 En 2004, les radars automatiques ont encore amélioré les choses En 2004, 2005 et 2006, l assurance automobile a été euphorique en France 111

112 Où en est-on au début de 2010? Depuis 2007 quatre évènements sont survenus 112

113 1 -la crise financière fait faire du «yo-yo» aux provisions techniques 113

114 2 selon les déclarations des assureurs européens, un film d épouvante a commencé avec la mise en place de SOLVABILITE II 114

115 3 beaucoup de sociétés d assurance constatent qu en 2009, leurs marges d exploitation en assurance IARD ont disparu 115

116 4 si la tempête XYNTHIA du 28 février 2010 ne concerne pas plus l assurance automobile que LOTHAR et MARTIN, comme eux elle assombrit l ambiance 116

117 Changement de cycle? L assurance IARD semble entrer, en France, en 2010, dans la zone d incertitude et de turbulence où l on ne sait plus si l on est encore dans la dernière phase d un cycle ou déjà dans la première phase du cycle suivant 117

118 Impact pour la tarification Quelles que soient les qualités d un tarif, la phase du cycle où l on se trouve au moment de son lancement a un impact inévitable sur ses résultats initiaux Si on le lance en bas de cycle, il aura du mal à être équilibré dès le démarrage 118

119 Mais démarrer en bas de cycle présente aussi des avantages Les majorations de tarif que pratique le marché rendent les assurés plus enclins à changer d assureur, alors qu en haut de cycle, c est la torpeur, rien ne bouge 119

120 Ajoutons qu un nouveau tarif a l avantage d une segmentation tarifaire actualisée Les majorations que l on doit lui appliquer pour ramener les comptes à l équilibre sont moins génératrices d antisélection que celles que l on fait sur des structures tarifaires qui n ont pas été réactualisées depuis longtemps 120

121 4 ÈME QUESTION PRÉALABLE AUX CALCULS : L OBTENTION DES DONNÉES 121

122 L acquisition et la validation des données sont des phases décisives auxquelles, trop souvent, on n accorde pas une attention suffisante 122

123 Les données peuvent être (cas réels rencontrés, non limitatifs) absentes présentes déjà cumulées selon des plans de regroupement qu il faut remettre en cause présentes partiellement présentes sans information quant à leur définition présentes avec une information contradictoire 123

124 Les données peuvent être : de 1 ère main (données d exploitation directes) de 2 ème main (données transformées pour être mises dans un «infocentre») 124

125 Si l on veut remettre en cause la structure tarifaire existante, les données de l infocentre sont souvent insuffisantes Il faut alors reconstituer l historique des situations de garantie et des sinistres dans une base de données nouvelle. 125

126 Résumé La phase d acquisition et de validation des données peut être assimilée à l achat des denrées par un restaurateur : s il ne veille pas à la qualité et à la fraicheur de ses ingrédients, il ne fera pas une bonne cuisine 126

127 5 ÈME QUESTION PRÉALABLE AUX CALCULS : LE DANGER DES HYPOTHÈSES IMPLICITES 127

128 Il y a quelques semaines, Christian WALTER, actuaire agrégé, a publié un livre intitulé «le virus B» où il met en lumière le fait que dans quasiment tous les modèles mathématiques qui sous-tendent les innovations financières des dernières décennies, et qui ont conduit à la crise que l on sait, il y a l hypothèse implicite du «mouvement brownien», d où le titre «virus B» 128

129 Christian Walter explique en quoi cette hypothèse du mouvement brownien, dans la «sagesse» qu elle suppose au comportement des individus, est loin de la réalité Selon lui, cette inadéquation de l outil mathématique à la réalité est une des raisons de la catastrophe dont le système financier mondial a été victime en 2007 et

130 En matière de tarification de l assurance automobile, il existe aussi des hypothèses implicites aux conséquences potentiellement dangereuses Deux exemples : la tarification analytique par garantie l écrêtement des sinistres 130

131 Les assurés qui ne veulent pas de garantie «dommages» On observe depuis longtemps le paradoxe suivant : Toutes choses égales par ailleurs, les assurés qui ne prennent aucune garantie pour les dommages de leur véhicule, mais seulement la garantie obligatoire de Responsabilité Civile, ont un coût en sinistres RC plus élevé que ceux qui ont au moins une garantie dommages 131

132 Ce phénomène, difficile à expliquer, a été constaté depuis longtemps par certains assureurs, qui majorent leur tarif RC s il n y a pas de garantie dommages Tous ne le font pas 132

133 Conséquence : antisélection Les sociétés d assurance qui tarifient les garanties de manière analytique, séparément les unes des autres, et qui, pour la RC, ne tiennent pas compte du fait qu il y ait ou non une garantie «dommages», sous-tarifient les assurés en RC seule et sur-tarifient les autres Ces sociétés d assurance sont en situation d antisélection 133

134 L écrêtement des sinistres Il va en être question dans un exposé d aujourd hui Le problème que j évoque ici est celui de la répartition de la sur-crête : si elle est faite de manière uniforme sur tous les assurés alors que les sinistres très graves sont concentrés sur une sous-population particulière, il en résulte un avantage tarifaire indu pour cette sous-population, donc une antisélection en leur faveur 134

135 Si l on change la manière selon laquelle on répartit la surcrête des sinistres, le tarif de l assurance change assez sensiblement Comment être sûr de l équité de cette répartition lorsqu elle ne concerne que quelques sinistres? 135

136 On a évoqué le fait qu il était possible que les jeunes conducteurs bénéficient indûment de la répartition de la surcrête, mais d autres sous-segments de risques peuvent être concernés, certaines zones, certains types de véhicules, etc Dans tous ces cas, on est en antisélection par rapport aux assureurs qui répartissent la surcrêtede manière plus adéquate au risque 136

137 Quelle aide les dernières théories du calcul des probabilités peuvent-elles apporter pour affecter ces pointes aux bons segments d assurés? Une dose d observation empirique n estelle pas inévitable? 137

138 6 ÈME QUESTION EN AVAL DES CALCULS : LES DIFFICULTÉS PRATIQUES DU CHANGEMENT DE STRUCTURE TARIFAIRE 138

139 Passons en aval des calculs Supposons que les difficultés en amont aient été surmontées et que l on ait obtenu, grâce aux calculs, une excellente structure de tarif Toutes les difficultés n ont pas disparu pour autant 139

140 Le passage d une structure tarifaire à une autre, pour un portefeuille de contrats d assurance existant, est une phase commercialement difficile 140

141 En effet tout changement dans la structure tarifaire a pour conséquence des hausses relativement fortes pour certains contrats, et inversement des baisses pour d autres Commercialement, on ne peut pas «bousculer» un portefeuille de la sorte 141

142 Il est donc nécessaire de mettre des «butoirs» tant à la hausse qu à la baisse pour les contrats en portefeuille Le nouveau tarif ne sera appliqué dans son intégralité que pour les affaires nouvelles et à l occasion d avenants Il y a alors 2 tarifs pour le même risque, selon le moment où il est entré en portefeuille, avec les inconvénients associés 142

143 Malgré ces inconvénients, l immobilisme est encore plus dangereux Il faut mettre régulièrement à jour les structures tarifaires 143

144 Sinon les évolutions du risque continuent, lentement mais inexorablement, l inadéquation de la structure tarifaire s aggrave, et avec elle l antisélection 144

145 7 ÈME QUESTION EN AVAL DES CALCULS : LES DANGERS DE LA «BOITE NOIRE» 145

146 Un dernier danger guette un tarif, celui de la «boite noire» 146

147 Il faut que ceux qui gèrent les mises à jour d un tarif adhèrent aux grandes lignes de son algorithme et à la segmentation des risques sur laquelle il s appuie 147

148 Sinon, sous la pression du petit nombre de dérogations indispensables, ces gestionnaires prendront l habitude de le «tourner» par un coefficient «fourretout» et, rapidement, il n y aura plus de tarif mais seulement du «doigt mouillé» 148

149 RÉSUMÉ ET CONCLUSION 149

150 Avant les calculs, il faut travailler sur ces questions-ci segmentations acceptées et refusées par le marché, complément «a posteriori» de la tarification «a priori» en cas de pression concurrentielle forte, surdéterminisme des cycles de souscription, qualité des données, détection des hypothèses implicites 150

Journées d études IARD

Journées d études IARD Journées d études IARD Gestion des risques liés à la refonte tarifaire d un portefeuille automobile Niort, le 20 mars 2014 Marie Foucher mfoucher@galea-associes.eu Pierre Thérond ptherond@galea-associes.eu

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France COMMUNIQUE DE PRESSE (V1.10 au 24 août 2012) Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France (réalisé sur les comptes arrêtés fin 2010) Analyse stratégique du marché et Mise en

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Bonjour et merci de me recevoir. Je vais essayer d être le plus bref possible.

Bonjour et merci de me recevoir. Je vais essayer d être le plus bref possible. Tarification: calcul d une prime d assurance Mémoire sur le document de consultation: Pour un régime durable et équitable Jean-François Guimond 16 mai 2006 Prime = Fréquence x Coût moyen Facteurs influençant

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

6. Assurance automobile et assurance multirisques habitation : une année riche en actualité

6. Assurance automobile et assurance multirisques habitation : une année riche en actualité 6. Assurance automobile et assurance multirisques habitation : une année riche en actualité Comité consultatif du secteur financier Rapport 2010-2011 77 Au cours des années 2010 et 2011, le CCSF a porté

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Risque et assurance : quelques éléments théoriques Ecole des Ponts - Le 6 Avril 01 Jacques Pelletan 1 Théorie du risque et pérennité de l

Plus en détail

Présentation des résultats semestriels 2007

Présentation des résultats semestriels 2007 Présentation des résultats semestriels 2007 Faits marquants du premier semestre 2007 Henri de CASTRIES Président du Directoire Les résultats d AXA du 1 er semestre 2007 sont parfaitement en ligne avec

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

L assurance française contre les catastrophes. Colloque HCFDC/FFSA du 2 juin 2010 1

L assurance française contre les catastrophes. Colloque HCFDC/FFSA du 2 juin 2010 1 L assurance française contre les catastrophes 1 Les différents périls et leurs victimes Catastrophes naturelles (hors vent) Tempêtes Terrorisme Catastrophes technologiques Catastrophes écologiques Dommages

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. 1080, chemin Saint-Louis, Sillery, C. P. 1907, succursale Terminus, Québec (Québec) G1K 7M3 www.inalco.com

COMMUNIQUÉ. 1080, chemin Saint-Louis, Sillery, C. P. 1907, succursale Terminus, Québec (Québec) G1K 7M3 www.inalco.com COMMUNIQUÉ L INDUSTRIELLE ALLIANCE TERMINE L ANNÉE 2002 EN FORCE : AUGMENTATION DU REVENU DE PRIMES DE 20 % ET RENDEMENT ANNUALISÉ SUR LES CAPITAUX PROPRES DE 14,5 % POUR LE QUATRIÈME TRIMESTRE Québec,

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

Le métier d actuaire IARD

Le métier d actuaire IARD JJ Mois Année Le métier d actuaire IARD Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 PLAN Présentation de l assurance non vie Le rôle de l actuaire IARD La tarification des contrats L évaluation

Plus en détail

La tarification vue par les commissaires aux comptes

La tarification vue par les commissaires aux comptes La tarification vue par les commissaires aux comptes Journées d études IARD - Institut des Actuaires Niort, 20 & 21 Mars 2014 Cédric FONTAN Groupe Y Audit Département Actuariat 1 Sommaire Les obligations

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder?

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder? ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE Y-a-t-il moins de sociétés à céder? La mise en place du financement est-elle toujours stricte? Les repreneurs sont-ils plus motivés?

Plus en détail

INTRODUCTION (Eric BERTHOUX Directeur Délégué Administratif et Financier MAIF)

INTRODUCTION (Eric BERTHOUX Directeur Délégué Administratif et Financier MAIF) JOURNEES D ETUDES IARD 20 et 21 mars 2014 «Les nouveaux défis de la tarification» INTRODUCTION (Eric BERTHOUX Directeur Délégué Administratif et Financier MAIF) Quelques réflexions sur le contexte, le

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 9 bis du 25 novembre 2008 C2008-61 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 31 juillet

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

Conférence Gestion des Sinistres Quelle industrialisation des approches adopter en sinistres de masse?

Conférence Gestion des Sinistres Quelle industrialisation des approches adopter en sinistres de masse? Conférence Gestion des Sinistres Quelle industrialisation des approches adopter en sinistres de masse? 5 avril 2012 L industrialisation de la gestion des sinistres, une nécessité pour les assureurs Un

Plus en détail

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité 1 CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité Une situation fréquente en pratique est de disposer non pas d un résultat mais de plusieurs. Le cas se présente en assurance, par exemple :

Plus en détail

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS».

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS». 1 LA BREVETABILITÉ DES «BUSINESS METHODS» INTRODUCTION: a) La question qui sera traitée dans le cadre de mon exposé c est le problème de la protection en Europe, c est-à-dire dans les pays du brevet européen

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL Rapport statistique des accidents du travail de 2012- Secteur privé 1 Diminution en 2012 de 7,7% des accidents du travail 157.131 accidents du travail sont survenus dans

Plus en détail

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé Plan de l intervention 1 2 3 Généralités sur le fonctionnement de l assurance

Plus en détail

3.5 Schéma récapitulatif. Marge ou résultat d exploitation PRIX DE VENTE. Charges directes et indirectes d achat. Coût d achat. Achats.

3.5 Schéma récapitulatif. Marge ou résultat d exploitation PRIX DE VENTE. Charges directes et indirectes d achat. Coût d achat. Achats. LES COÛTS COMPLETS 1 Introduction 2 Les différents types de charges 2.1 Les charges directes 2.2 Les charges indirectes 2.3 Les charges supplétives 2.4 Les charges non-incorporables 2.5 Les charges incorporées

Plus en détail

sur votre crédit Tout connaître et les assurances

sur votre crédit Tout connaître et les assurances sur votre crédit Tout connaître et les assurances Introduction Le principe d équité en assurance de dommages veut que la prime reflète le risque à assurer. Un des critères utilisés par les assureurs de

Plus en détail

Aperçu sur le contrat d assurance

Aperçu sur le contrat d assurance Aperçu sur le contrat d assurance I. Les caractéristiques du contrat d assurance L article 1 de la loi 17-99 portant code des assurances définit le contrat d assurance comme la convention passée entre

Plus en détail

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1 RÉPONSE DE GAZ MÉTRO À UNE DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS Origine : Demande de renseignements n o 1 en date du 14 juin 2010 Demandeur : Fédération canadienne de l entreprise indépendante SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS

Plus en détail

L opération d assurance

L opération d assurance Fiche 1 L opération d assurance I. Distinctions II. La mutualisation III. La sélection des risques Définition Opération d assurance : opération par laquelle un assureur organise en une mutualité une multitude

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

L assurance est une relation de confiance. Tarifs et conditions d assurance pour les véhicules de collection. en partenariat avec Axa Assistance

L assurance est une relation de confiance. Tarifs et conditions d assurance pour les véhicules de collection. en partenariat avec Axa Assistance L assurance est une relation de confiance Tarifs et conditions d assurance pour les véhicules de collection en partenariat avec Axa Assistance Cotisations annuelles toutes taxes comprises Responsabilité

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

B.C.T. BUREAU CENTRAL DE TARIFICATION. Statuant en matière de véhicules terrestres à moteur. Paris, le

B.C.T. BUREAU CENTRAL DE TARIFICATION. Statuant en matière de véhicules terrestres à moteur. Paris, le B.C.T. BUREAU CENTRAL DE TARIFICATION Statuant en matière de véhicules terrestres à moteur.... Paris, le Comme suite à votre demande reçue ce jour, nous avons l honneur de vous prier de bien vouloir trouver

Plus en détail

L assurance, source de connaissance sur la sinistralité des évènements naturels

L assurance, source de connaissance sur la sinistralité des évènements naturels Mercredi 12 juin 2013, AG de l AFPS L assurance, source de connaissance sur la sinistralité des évènements naturels Michel LUZI 2 Segmentation des risques Le Régime des Catastrophes Naturelles Dommages

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

La Nouvelle tarification des risques professionnels Accidents du travail et maladies professionnelles

La Nouvelle tarification des risques professionnels Accidents du travail et maladies professionnelles La Nouvelle tarification des risques professionnels Accidents du travail et maladies professionnelles 1 La nouvelle tarification ne change pas dans son principe mais elle est plus simple à comprendre et

Plus en détail

Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs, 1 Mesdames et Messieurs, A mon tour, j ai le plaisir de vous souhaiter la bienvenue pour une Journée de l Assurance placée sur un thème qui nous est cher : l Assurance et plus particulièrement son rôle

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE Table des matières 1. Introduction... 1 2. Développement... 2 2.1. Droit successoral, réserve des héritiers... 2 2.2.

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Baromètre Image des Assureurs

Baromètre Image des Assureurs Contacts : Alain RENAUDIN / Frédéric ALBERT Shanghai Paris Toronto Buenos Aires 2005-5 édition www.ifop.com Baromètre Image des Assureurs Introduction 1 Les objectifs et la méthodologie Cette 5ème édition

Plus en détail

quel mode d emploi? Devant des valeurs à risque,

quel mode d emploi? Devant des valeurs à risque, Devant des valeurs à risque, quel mode d emploi? Dans les sciences exactes, la précision est reine. Pas en économie où il est difficile de quantifier certaines variables. Notamment le risque qui n est

Plus en détail

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE DES PERTES FINANCIÈRES DU NAVIRE DE COMMERCE

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE DES PERTES FINANCIÈRES DU NAVIRE DE COMMERCE Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

5255 Av. Decelles, suite 2030 Montréal (Québec) H3T 2B1 T: 514.592.9301 F: 514.340.6850 info@apstat.com www.apstat.com

5255 Av. Decelles, suite 2030 Montréal (Québec) H3T 2B1 T: 514.592.9301 F: 514.340.6850 info@apstat.com www.apstat.com Application des réseaux de neurones au plan de répartition des risques 5255 Av. Decelles, suite 2030 Montréal (Québec) H3T 2B1 T: 514.592.9301 F: 514.340.6850 info@apstat.com www.apstat.com Copyright c

Plus en détail

Recruter et animer un réseau d agents commerciaux dans l Union Européenne Pour toute information complémentaire, contactez : Le Département

Recruter et animer un réseau d agents commerciaux dans l Union Européenne Pour toute information complémentaire, contactez : Le Département Recruter et animer un réseau d agents commerciaux dans l Union Européenne Pour toute information complémentaire, contactez : Le Département Développement International de la Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

DOSSIER SPÉCIAL : TOUT SAVOIR SUR L ASSISTANCE AUTO! Présenté par Transpoco

DOSSIER SPÉCIAL : TOUT SAVOIR SUR L ASSISTANCE AUTO! Présenté par Transpoco DOSSIER SPÉCIAL : TOUT SAVOIR SUR L ASSISTANCE AUTO! Présenté par Transpoco En prévision de vos vacances, vous avez fait révisé votre voiture et êtes couvert par une assurance. Cependant, vous vous demandez

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE AUTOMOBILE

NOTE DE SYNTHESE AUTOMOBILE NOTE DE SYNTHESE AUTOMOBILE Novembre 2013 I. INTRODUCTION : L obligation d assurance automobile, apparue en 1958 -durant l ère coloniale-, a été reconduite après l indépendance. C est en 1974 que le législateur

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Optimisation des ressources des produits automobile première

Optimisation des ressources des produits automobile première EURIA EURo Optimisation produits automobile première Pauline PERROT promotion 2011 EURIA EURo 1 ère partie : contexte MMA (FFSA) MAAF (GEMA) SGAM : COVEA (AFA) GMF (GEMA) MMA : Plus 3 millions clients

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

Décision n 14-DCC-109 du 28 juillet 2014 relative à la prise de contrôle exclusif de la Mutuelle Myriade par Eovi-MCD Mutuelle

Décision n 14-DCC-109 du 28 juillet 2014 relative à la prise de contrôle exclusif de la Mutuelle Myriade par Eovi-MCD Mutuelle RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-109 du 28 juillet 2014 relative à la prise de contrôle exclusif de la Mutuelle Myriade par Eovi-MCD Mutuelle L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

Décision n 11-DCC-97 du 29 juin 2011 relative à l affiliation de l institution de prévoyance Apgis à la société de groupe d assurance mutuelle Covéa

Décision n 11-DCC-97 du 29 juin 2011 relative à l affiliation de l institution de prévoyance Apgis à la société de groupe d assurance mutuelle Covéa RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-97 du 29 juin 2011 relative à l affiliation de l institution de prévoyance Apgis à la société de groupe d assurance mutuelle Covéa L Autorité de la concurrence, Vu

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE PRODUIT VOITURE

INFORMATIONS SUR LE PRODUIT VOITURE INFORMATIONS SUR LE PRODUIT VOITURE Table des matières page 1. ÉCHELLE DE BONUS-MALUS 2 1.1. Responsabilité civile Aperçu du degré bonus-malus 2 1.2. Responsabilité civile Entrée dans le système bonus-malus

Plus en détail

Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM

Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM Contenu Contenu... 1 1. Facultés... 2 2. CMR... 3 3. Corps fluviaux... 4 4. Corps maritimes... 5 5. Conclusion... 5 Le 8 juin 2011, l Association

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE 1/5 Marie-Anne Barbat-Layani : «C est le bon moment pour investir, pour aller voir sa banque avec un projet». Retrouvez l interview de Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la FBF, qui était

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

10 contrats pour votre prochain Projet Logiciel Agile

10 contrats pour votre prochain Projet Logiciel Agile 10 contrats pour votre prochain Projet Logiciel Agile Auteur : Peter Stevens Son article du 29 avril 2009 : http://agilesoftwaredevelopment.com/blog/peterstev/10-agile-contracts Son blog : http://www.scrum-breakfast.com/

Plus en détail

CONFÉRENCE NATIONALE DES PENSIONS : QUEL DOIT ÊTRE NOTRE OBJECTIF?

CONFÉRENCE NATIONALE DES PENSIONS : QUEL DOIT ÊTRE NOTRE OBJECTIF? 10 mars 2009 15.681 SIGNES CONFÉRENCE NATIONALE DES PENSIONS : QUEL DOIT ÊTRE NOTRE OBJECTIF? Dalila Larabi & Michel Rosenfeldt Rétroacte La Conférence Nationale sur les Pensions, lancée cette année, a

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Gilbert Saporta Chaire de Statistique Appliquée, CNAM ActuariaCnam, 31 mai 2012 1 L approche statistique

Plus en détail

Séance publique du 22 janvier 2001. Délibération n 2001-6185

Séance publique du 22 janvier 2001. Délibération n 2001-6185 Séance publique du 22 janvier 2001 Délibération n 2001-6185 commission principale : déplacements et voirie commission (s) consultée (s) pour information : finances et programmation commune (s) : Caluire

Plus en détail

Bruxelles, le 18 novembre 2004 CIRCULAIRE D. 249 AUX ENTREPRISES D ASSURANCES. Objet : transposition des directives :

Bruxelles, le 18 novembre 2004 CIRCULAIRE D. 249 AUX ENTREPRISES D ASSURANCES. Objet : transposition des directives : Contrôle prudentiel des entreprises d'assurances Bruxelles, le 18 novembre 2004 CIRCULAIRE D. 249 AUX ENTREPRISES D ASSURANCES Objet : transposition des directives : - 2002/12/CE du Parlement européen

Plus en détail

happy family règlement client

happy family règlement client happy family règlement client Article 1. Cadre général Happy Family est un programme qui permet d offrir des avantages aux membres d une famille qui détient des produits Auto, Habitation et Vie Privée

Plus en détail

EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés)

EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés) EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés) Journées d études de l Institut des Actuaires et du SACEI Deauville 20 septembre 2012 par Anne DECREUSEFOND

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

avs : la hausse de l espérance de vie impose des réformes

avs : la hausse de l espérance de vie impose des réformes 23 OCTOBRE 2011 FICHE THEMATIQUE: ASSURANCE VIEILLESSE ET SURVIVANTS avs : la hausse de l espérance de vie impose des réformes Le nombre croissant de retraités va placer l AVS face à un défi de taille

Plus en détail

Centre International de Recherche et de Développement

Centre International de Recherche et de Développement Centre International de Recherche et de Développement Publication UNGANA 701 CIDR Tous droits de reproduction réservés Réflexion sur les outils de consolidation financière - Union des mutuelles de santé

Plus en détail

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC JE SUIS UN AGENT PUBLIC MA PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? AGENTS PUBLICS, NOTRE PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? DEVRA-T-ON SE RÉSIGNER À TOUJOURS MOINS DE SOINS? Dépassements d honoraires, franchises,

Plus en détail

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 L Institut canadien des évaluateurs (ICE) soumet les recommandations

Plus en détail

«Les Français et l optique»

«Les Français et l optique» Dossier de presse 3 octobre 2012 «Les Français et l optique» Une enquête IPSOS pour la Mutualité Française Le coût et la qualité des prestations optiques, en tête des préoccupations des Français. Les réseaux

Plus en détail

DONNEES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BÉNIN EN 2014

DONNEES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BÉNIN EN 2014 Atelier de dissémination des données du marché de l assurance au titre de l exercice 2014 et échanges sur les problèmes du secteur DONNEES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BÉNIN EN 2014 Présenté par: Urbain

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Fiche d information sur la politique de la santé

Fiche d information sur la politique de la santé Fiche d information sur la politique de la santé V. Questions et réponses concernant la compensation des risques dans l assurance-maladie Etat: juillet 2012 Chères lectrices, chers lecteurs, Dans l assurance

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Première problématique. Quel programme de prévention et de gestion des risques pour l équilibre de la branche automobile?

Première problématique. Quel programme de prévention et de gestion des risques pour l équilibre de la branche automobile? Première problématique Quel programme de prévention et de gestion des risques pour l équilibre de la branche automobile? Introduction Problématique Méthodologie : Plan de communication - Recueil des textes

Plus en détail

L Imprimerie nationale

L Imprimerie nationale L Imprimerie nationale L Imprimerie nationale, qui était un service central du ministère des finances jusqu en 1993, est devenue à partir du 1er janvier 1994 une société anonyme appartenant à l Etat. La

Plus en détail

1. Théorie classique de l échange international

1. Théorie classique de l échange international DEUXIEME PARTIE : 1. Théorie classique de l échange international LES FONDEMENTS THEORIQUES DE l INTEGRATION ECONOMIQUE La théorie (néo)-classique de l échange international trouve ses fondements dans

Plus en détail

SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3

SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3 SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3 U3 Corrigé Page 1 Sujet n 1 1. Indiquez les éléments pris en compte pour déterminer une cotisation d assurance. La prime dépend de : (3x0,5 pt = 1,5) - La fréquence

Plus en détail

LES CHEFS D ENTREPRISE

LES CHEFS D ENTREPRISE Prud hommes La réforme des prud hommes : pour une justice plus prévisible et plus rapide. Aucun chef d entreprise n aime se séparer d un salarié. Mais c est parfois nécessaire et c est à cette éventualité

Plus en détail

L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE

L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE Robert L. Brown Professeur d actuariat Darren Charters Professeur adjoint de droit commercial Sally Gunz Professeure de droit commercial

Plus en détail

Atradius Buyer Ratings

Atradius Buyer Ratings Atradius Buyer Ratings Le pouvoir de prévoir FAQ A. Questions générales 1. Que signifie le Buyer Rating? Le Buyer Rating d Atradius est un score statistique sur une échelle de 1 à 100 qui a été développé

Plus en détail

MANITOBA Ordonnance 156/06 LOI SUR LA RÉGIE DES SERVICES PUBLICS LOI SUR LA SOCIÉTÉ D ASSURANCE PUBLIQUE DU MANITOBA

MANITOBA Ordonnance 156/06 LOI SUR LA RÉGIE DES SERVICES PUBLICS LOI SUR LA SOCIÉTÉ D ASSURANCE PUBLIQUE DU MANITOBA MANITOBA Ordonnance 156/06 LOI SUR LA RÉGIE DES SERVICES PUBLICS LOI SUR LA SOCIÉTÉ D ASSURANCE PUBLIQUE DU MANITOBA LOI SUR L EXAMEN PUBLIC DES ACTIVITÉS DES CORPORATIONS DE LA COURONNE ET L OBLIGATION

Plus en détail

GROUPE RATP SYNDICAT DES CADRES, DES AGENTS DE MAITRISE ET DES TECHNICIENS SUPERIEURS. COMITE REGIE D ENTREPRISE Séance du 27 novembre 2013

GROUPE RATP SYNDICAT DES CADRES, DES AGENTS DE MAITRISE ET DES TECHNICIENS SUPERIEURS. COMITE REGIE D ENTREPRISE Séance du 27 novembre 2013 GROUPE RATP SYNDICAT DES CADRES, DES CRE Déclaration CFE-CGC Groupe RATP Consultation sur le projet d avenant au protocole d accord en faveur de l insertion et de l alternance à la RATP La CFE-CGC est

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES 1189 PUBLICATIONS PÉRIODIQUES (COMPTES ANNUELS, SITUATIONS TRIMESTRIELLES, TABLEAUX D ACTIVITÉ ET DE RÉSULTATS, CHIFFRES D AFFAIRES, INVENTAIRES DE PORTEFEUILLES) SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES

Plus en détail

chaînes de monopole : intégration, externalités et contraintes verticales

chaînes de monopole : intégration, externalités et contraintes verticales II. RELATIONS VERTICALES ENTRE FIRMES (2 ème partie) II.1 chaînes de monopole : intégration, externalités et contraintes verticales A Hypothèse : coûts de production nuls B1 B2 Demande globale : elle dépend

Plus en détail

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Contenu 1. Facultés : la Belgique reste dans le top 15... 2 2. La branche CMR reste dans le vert... 3 3. Corps fluviaux... 4 4. Corps maritimes...

Plus en détail

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199 Chapitre 5 LE PILOTAGE DES RISQUES DANS LE GROUPE Le changement et l incertitude sont les seuls éléments constants du monde actuel. Le nombre d événements susceptibles d affecter une entreprise et de la

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

Mon véhicule. «En auto ou à moto, chaque jour, je veux pouvoir me déplacer facilement.»

Mon véhicule. «En auto ou à moto, chaque jour, je veux pouvoir me déplacer facilement.» Mon véhicule «En auto ou à moto, chaque jour, je veux pouvoir me déplacer facilement.» Pour la Macif, être à vos côtés au quotidien, dans chacun de vos déplacements, est essentiel. «POUR VOUS, LA MACIF

Plus en détail

Ma première assurance auto. Je suis en contrôle!

Ma première assurance auto. Je suis en contrôle! Ma première assurance auto Je suis en contrôle! L assurance auto, c est obligatoire! Obligatoire L assurance auto sert d abord à couvrir les dommages que tu pourrais causer aux autres. Ça s appelle la

Plus en détail

GÉDIA AUDIT & SURVEILLANCE DES COÛTS D ENTRÉE DES ARTICLES FABRIQUÉS

GÉDIA AUDIT & SURVEILLANCE DES COÛTS D ENTRÉE DES ARTICLES FABRIQUÉS GÉDIA AUDIT & SURVEILLANCE DES COÛTS D ENTRÉE DES ARTICLES FABRIQUÉS 1. Pourquoi il est indispensable de surveiller les coûts d entrées des articles fabriqués 1.1. La règle de base de valorisation du stock

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail