Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "www.bredbanqueprivee.com"

Transcription

1 BRED Banque Populaire - Société anonyme coopérative de banque populaire régie par les articles L et suivants du code monétaire et financier et l ensemble des textes relatifs aux banques populaires et aux établissements de crédit au capital de euros RCS Paris - Siège social : 18, quai de la Rapée Paris cedex 12 - Courtier en assurance inscrit au registre de l ORIAS sous le numéro Agence : Illustration : Tokonoma Impression : PDI Impression : PDI

2 RÉFORMES FISCALES Document à caractère publicitaire

3 L année 2012 a été marquée par une série de réformes fiscales, amenées à se poursuivre sur l année Quelle que soit votre situation, particulier ou professionnel, résidant en France ou à l étranger, ce document est conçu pour vous aider à mieux comprendre la refonte fiscale en cours.

4 BRED BANQUE PRIVÉE LES IMPACTS SUR VOTRE PATRIMOINE Document à caractère publicitaire

5 Quelle que soit la composition de votre patrimoine ou votre situation personnelle, il est essentiel que votre patrimoine puisse s apprécier avec le temps. Votre situation et vos besoins évoluent, l environnement économique et fiscal aussi. BRED Banque Privée déploie toutes ses expertises pour vous accompagner à chaque moment clé de votre vie. Prenez rendez-vous avec votre Conseiller Patrimonial pour faire un bilan de votre situation en vue d optimiser votre patrimoine et votre charge fiscale.

6 SYNTHÈSE : RÉFORMES FISCALES 2013 L année 2012 a été marquée par une série de réformes fiscales. L année 2013 s inscrit dans ce même mouvement avec pour objectif majeur la réduction du déficit public en deçà de 3 % du Produit Intérieur Brut. Bref récapitulatif des changements les plus importants de votre fiscalité pour l année Prélèvements Sociaux TVA (Taxe sur la valeur ajoutée) IR (Impôt sur le revenu) Placements immobiliers (Plus-values) Imposition des hauts revenus Revenus mobiliers Plus-values de cession de valeurs mobilières ISF (Impôt de solidarité sur la fortune) Transmissions à titre gratuit (droits d enregistrement) Pour les professionnels Pour rappel en 2012 : une hausse de 2 % ; le taux global passe à 15,5 % et impacte tous les revenus d activité ou du patrimoine au sens large. Une augmentation en 2014 à 20 %, 10 % et 5 %. Pour rappel en 2012 : pas d augmentation du taux ordinaire de 19,6 %, mais hausse du taux réduit à 7 % (sauf certains produits tels que l alimentation, services de gaz et électricité qui conservent le taux de 5,5 %). Pas d actualisation du barème de l IR, mais une baisse des «avantages» fiscaux. Création d une tranche supplémentaire à 45 %. Pour rappel en 2012 : la durée de détention aboutissant à une exonération totale de la plusvalue de cession allongée de 15 à 30 ans. En 2013, création d une surtaxe sur la plus-value de cession imposable supérieur à Pour rappel en 2012 : mise en place d une taxe supplémentaire sur les hauts revenus, y compris les revenus exceptionnels (primes, plus-values de cessions ). Suppression du Prélèvement Forfaitaire Libératoire (PFL). Les revenus mobiliers perçus à compter du 01/01/2013 sont désormais imposables au barème progressif de l IR. Imposition des plus-values au barème progressif de l IR à l exception des plus-values des dirigeants détenant plus de 10 % du capital social entre autres conditions. Réforme de certains régimes de faveur et d exonération : maintien du seuil de déclenchement à 1,3 M, retour à un barème à 6 tranches. Mise en place d un plafonnement à 75 %. Pour rappel en 2012 : suppression du bouclier fiscal en 2011 puis ajout d une contribution exceptionnelle sur la fortune pour Augmentation globale de la taxation. Pour rappel en 2012 : contribution supplémentaire à l IS et diverses augmentations du coût du travail. Imposition des heures supplémentaires à l IR et aux prélèvements sociaux : des augmentations marginales des cotisations sociales.

7 ce qui a changé En 2012, les prélèvements sociaux augmentent de 2 % pour atteindre 15,5 % contre 0,5 % lors de l entrée en vigueur de la CRDS en février 1996! Selon le type de revenus, cette hausse s applique à différentes dates (janvier ou juillet 2012). Les prélèvements sociaux sur les revenus du capital Quel que soit votre revenu : une hausse des prélèvements sociaux Pour rappel, les prélèvements sociaux sont les suivants : La CSG : contribution sociale généralisée La CRDS : contribution sur le remboursement de la dette sociale Le prélèvement social et sa contribution additionnelle de solidarité Le prélèvement de solidarité Rappel : la CSG est partiellement déductible des revenus imposables. Taux de cotisations sociales sur les revenus du patrimoine et de placements (01/01/2013) CSG 8,2 % CRDS 0,5 % Prélèvement social Contribution additionnelle 4,5 % (versus 5,4 %) 0,3 % Prélèvement de solidarité (nouveau) 2 % Total 15,5 %

8 La TVA Une nouvelle hausse dès le 1 er janvier 2014 Une hausse générale des taux doit entrer en vigueur en 2014 : Le taux normal de 19,6 % passerait à 20 % le taux réduit de 7 % passerait à 10 % (restauration, logements neufs et travaux) le taux réduit de 5,5 % passerait à 5 % (alimentation et produits de première nécessité)

9 Votre impôt sur le revenu ce qui a changé Rappelons que depuis 2012, une contribution exceptionnelle de 3 ou 4 % impacte les revenus supérieurs à pour les célibataires ou pour les couples (mariés ou pacsés) soumis à une imposition commune. Cette contribution concerne les revenus habituels comme les revenus d activité ou de placements, mais aussi exceptionnels tels que les primes, les indemnités de licenciement et les plus-values de cession d entreprise. Un système de lissage peut dans certains cas modérer l imposition des revenus «réellement» exceptionnels. Un barème de l IR inchangé Les tranches du barème de l IR ne sont pas revalorisées pour tenir compte de l inflation. En revanche, la décote est revalorisée afin d éviter aux ménages dont les revenus n ont pas progressé de devenir imposables à l IR. De nouvelles mesures alourdissant la taxation des hauts revenus Création d une tranche du barème de l IR à 45 % pour les revenus > net par part. Le plafond du quotient familial pour les ménages les plus aisés est abaissé de 2300 à Alignement de la taxation des revenus mobiliers sur celle du travail. Les prélèvements forfaitaires libératoires sont supprimés et le barème de l IR s applique, depuis le 1 er janvier 2013, aux revenus et plus-values de valeurs mobilières perçus ou réalisés. Les réductions d impôt : des «avantages» fiscaux plafonnés Dès 2013, le plafonnement global de la plupart des avantages fiscaux est fixé à Toutefois, il est prévu un plafond majoré de d'impôt accordé au titre d'investissements outre-mer et/ou pour le financement en capital d'œuvres cinématographiques (SOFICA). Il n y a plus de plafonnement pour les opérations Malraux. Cette restriction s ajoute au coup de rabot sur les taux de réduction.

10 à noter L imposition des revenus de placements au barème progressif de l IR peut augmenter votre assiette d imposition et donc potentiellement augmenter le taux de votre tranche marginale. Nous vous invitons à contacter votre Conseiller Patrimonial pour faire le point. Un bilan de votre situation avec un Conseiller Patrimonial est nécessaire afin d optimiser votre patrimoine et votre charge fiscale.

11

12 VOS PLACEMENTS FINANCIERS ET IMMOBILIERS Les biens immobiliers détenus à titre privé Le régime des plus-values de cession des biens immobiliers est réformé : Allongement de 15 à 30 ans de la durée de détention pour bénéficier de l exonération totale de la plus-value de cession (depuis le1 er février 2012). En deçà de ce délai, des abattements sont possibles : 2 % par an au-delà de la 5 e année de détention 4 % par an au-delà de la 17 e année de détention 8 % par an au-delà de la 24 e année de détention Exonération totale après 30 ans de détention Une taxe supplémentaire vient alourdir le taux forfaitaire de 19 % déjà majoré des prélèvements sociaux de 15,5 %. Pour les cessions réalisées à compter du 1 er janvier 2013, une taxe additionnelle est due aux taux maxima de : 2 % sur le montant de la plus-value imposable entre et % sur le montant de la plus-value imposable entre et % sur le montant de la plus-value imposable entre et % sur le montant de la plus-value imposable entre et % sur le montant de la plus-value imposable au-delà de

13 Les placements L épargne réglementée Les plafonds du Livret A et du LDD ont été portés respectivement à et à compter du 1 er octobre Un second relèvement a porté le plafond du Livret A à au 1 er janvier L imposition des revenus des placements financiers dividendes, intérêts sur obligation ou sur créance. À compter du 1 er janvier 2013, ces revenus sont imposés au barème progressif de l IR sans possibilité d opter pour un prélèvement forfaitaire libératoire. Ils supportent par ailleurs un prélèvement forfaitaire obligatoire faisant office d accompte d IR, aux taux de 21 % pour les revenus distribués et de 24 % pour les intérêts (sauf demande de dispense expresse). Seuls peuvent être soumis à un prélèvement forfaitaire libératoire sur option les produits de contrats d assurance vie et bons de capitalisation. Si au titre d une année, le montant des intérêts perçus par un foyer fiscal est inférieur à 2000, le contribuable peut demander, dans le cadre de sa déclaration de revenus, l imposition de ces intérêts à l IR à un taux forfaitaire fixé à 24 %. Les dividendes et revenus assimilés bénéficient d un abattement de 40 %. L abattement forfaitaire de ou 3050 (personne seule/couple marié ou pacsé) est en revanche supprimé à compter du 1 er janvier Le montant de la CSG déductible du revenu imposable diminue également pour s aligner sur la fiscalité du travail : le taux déductible passe de 5,8 % à 5,1 %.

14 L imposition des plus-values de cession de valeurs mobilières Si vous détenez un portefeuille de titres et que vous décidez de les céder, vous devrez acquitter des droits d enregistrement (qui diffèrent selon la nature des droits sociaux : parts, actions ) et éventuellement un impôt sur la plus-value réalisée. Les plus-values : pour les cessions réalisées à compter du 1 er janvier 2013, deux régimes coexistent selon le statut du cédant. Des régimes de faveur et d exonération de la plus-value sont encore possibles : Les associés dirigeants partant en retraite peuvent être exonérés de l impôt de plus-value après 8 ans de détention des titres cédés.

15 Les associés particuliers peuvent eux aussi bénéficier de régimes de faveur : Un régime d abattement en fonction de la durée de détention permet une exonération de la plus-value à hauteur de : 20 % pour les titres détenus depuis plus de 2 ans et moins de 4 ans 30 % pour les titres détenus depuis plus de 4 ans et moins de 6 ans 40 % pour les titres détenus depuis plus de 6 ans La durée de détention s apprécie de date à date. Un second régime de faveur, applicable seulement aux plus-values de cession de titres de société à l IS, permet un report de l imposition de la plus-value sous réserve notamment du réinvestissement d au moins 50 % du montant de la plus-value dans des sociétés opérationnelles ou des FCPR.

16 La plus-value dégagée lors d opération d apport-cession est désormais soumise à un régime moins favorable lorsque la société bénéficiaire de l apport est contrôlée par l apporteur. Dans ce cas, le mécanisme de sursis est remplacé par un mécanisme de report d imposition. Le report est automatique et n a pas à faire l objet d une option par le contribuable. La plus-value devient imposable en cas de cession par le contribuable des titres reçus en échange de l apport, mais également en cas de cession par la société bénéficiaire des titres reçus au titre de l apport, moins de 3 ans après l apport, sauf si elle prend l engagement de réinvestir dans les 2 ans au moins 50 % du produit de cession dans le financement d une activité économique. Pour les cessions au-delà de 3 ans, aucune obligation de réinvestissement du prix n est posée. Consultez votre Conseiller Patrimonial afin d optimiser les enveloppes de détention de vos placements financiers bénéficiant d une fiscalité favorable (contrat d assurance, PEA, LDD ). plus-value : 2 régimes coexistent Statut d associé particulier 19 % 19 % Taux rehaussé de 19 % à 24 % Imposition au barème progressif de l IR avec application de l abattement par durée de détention Dirigeants d entreprise sous conditions 2011 Année de cession 2012 Année de cession 19 %, mais soumis à des conditions de durée et de pourcentage de détention du capital social* 2013 Année de cession 19 %, mais soumis à des conditions de durée et de pourcentage de détention du capital social* sans possibilité d abattement selon la durée de détention * Selon les conditions légales en vigueur.

17 VOTRE IMPÔT SUR LA FORTUNE à noter Trois mesures principales impactent l ISF : Un système de plafonnement du montant de l impôt à 75 % des revenus est mis en place. Seuls les passifs (crédits, engagements ) liés aux actifs taxables sont déductibles de l assiette de l ISF. (L administration fiscale appliquait déjà ce principe : il n y a pas ici de changement impactant.) Suppression de la réduction pour charge de famille de 300. Pour 2013, le seuil d imposition est maintenu à 1,3 M et la taxation commence à compter de (et non dès le 1 er euro de patrimoine). La déclaration et l évaluation des biens à l ISF sont obligatoires et spontanées, à l initiative du déclarant dont le patrimoine net est supérieur ou égal à 2,57 M. Les contribuables détenant un patrimoine inférieur à ce montant doivent déclarer leur patrimoine net taxable dans leur déclaration d impôt sur le revenu ainsi que le montant brut de leur patrimoine. Le barème de 6 tranches est remis en vigueur, avec une décote pour les patrimoines entre 1,3 et 1,4 M. On peut noter que la tranche marginale pour 2013 est fixée à 1,50 % versus 1,80 % en (En euros) - de = 0 % + de et - ou égal à 1,3 million = 0,50 % + de 1,3 million et - ou égal à 2,57 millions = 0,70 % + de 2,57 millions et - ou égal à 5 millions = 1 % + de 5 millions et - ou égal à 10 millions = 1,25 % + de 10 millions = 1,50 %

18 VOS TRANSMISSIONS À TITRE GRATUIT : DONATIONS, SUCCESSIONS Une augmentation globale de la taxation qui pénalise les transmissions à titre gratuit L abattement applicable aux transmissions entre parent et enfant est réduit à , contre avant la réforme Durcissement du barème : gel définitif des abattements et des tranches : non revalorisation du barème. hausse de 5 points des deux dernières tranches (jusqu à 45 %). Cette réforme pénalise les transmissions particulièrement importantes en ligne directe ainsi que les donations entre personnes mariées ou pacsées. Un seul et même barème est applicable pour toutes les donations et successions intervenues dans le délai de rappel fiscal désormais allongé de 10 à 15 ans. Le droit de partage est porté à 2,5 % Versus 1,1 %, il s applique à l actif net issu des partages d indivisions successorales ou matrimoniales. La taxation sur les avoirs Taxation à 60 % (droits dus sur les transmissions à titre gratuit entre tiers) sur les avoirs inscrits sur un compte ou un contrat d assurance vie étranger et dont l origine et les modalités d acquisition ne peuvent être justifiées. Ces droits sont calculés sur la valeur la plus élevée connue de l administration au cours des 10 dernières années.

19 LES CHANGEMENTS IMPACTANT LES PROFESSIONNELS Renforcement de l imposition du résultat d exploitation De nouvelles contributions Une contribution additionnelle de 3 % sur les distributions versées par les sociétés imposées à l IS. Sont exonérés de cette taxation les OPC (1), PME (2) et les distributions en action ou dans le cadre du régime des sociétés mère-fille. Une contribution exceptionnelle de 5 % du montant de l IS est due par les sociétés réalisant un chiffre d affaires supérieur à 250 M. Cette taxe est due sur les exercices clos entre le 31/12/2011 et le 30/12/2015. Hausse de l assiette d imposition Diminution de la quote-part déductible des charges financières (intérêts d emprunt ). Seuls 85 % des charges sont déductibles pour les exercices clos avant le 31/12/2013. Seuls 75 % des charges sont déductibles pour les exercices clos à compter du 31/12/2012. (1) OPC : organisme de placement collectif. (2) PME : petites et moyennes entreprises au sens de la réglementation européenne.

20 Baisse du plafond de report en avant des déficits : le report est d au maximum 1 million majoré de 50 % du bénéfice imposable qui excède 1 million (versus le plafond 2012 de 1 million majoré de 60 %). Réduction de la niche Copé : lors d une cession de titres de participation détenus depuis au moins 2 ans, seuls 10 % de la plus-value sont réintégrés et imposés avec le résultat de la société cédante. À compter de 2013, l assiette de ces 10 % est élargie, car calculée sur le montant brut de la plus-value, sans prise en compte des moins-values. Durcissement de la fiscalité des cessions temporaires d usufruit à titre onéreux depuis le 14 novembre Taxation du gain au barème progressif de l IR selon les modalités propres à chaque catégorie de revenus relatifs à l usufruit (revenus fonciers, revenus mobiliers, BNC) et non plus en tant que plus-value.

21 Diverses augmentations du coût du travail, un alourdissement des charges Imposition des heures supplémentaires : désormais soumises à l IR et aux cotisations sociales sauf exception : les entreprises de moins de 20 salariés sont exonérées des cotisations patronales. Augmentation du forfait social (20 % depuis le 1 er août) dû sur l intéressement, la participation, l abonnement de l employeur aux PEE et aux PERCO, les contrats «article 83», la prime dividende sauf exception : les contributions destinées au financement des prestations complémentaires de prévoyance versées au bénéfice des salariés ne sont pas impactées par cette hausse. Doublement de la contribution des employeurs au financement de la solidarité sur les retraites chapeau (contrat de l article 39) à compter de La contribution varie selon l option choisie : 32 % pour la contribution sur les rentes 24 % pour la contribution sur les primes (ou 48 % si la gestion est réalisée en interne). Hausse de 0,10 point de la contribution au financement de la formation professionnelle continue. Cette contribution est due par tout employeur y compris ceux n employant aucun salarié.

22 Réduction de l abattement forfaitaire de 10 % pour frais professionnels déductible Pour l imposition des traitements et salaires à l IR : baisse du plafond du forfait de 10 % des frais professionnels de à Concernant les cotisations sociales des non-salariés (gérant majoritaire de SARL à l IS) : l abattement de 10 % des frais professionnels n est plus déductible de l assiette des cotisations. sauf exception : cependant, le forfait de 10 % des frais professionnels reste déductible fiscalement du résultat social soumis à l IS. Réintégration à l assiette des cotisations sociales des dividendes versés qui dépassent 10 % des capitaux propres de la société. Cette réintégration est déjà appliquée aux indépendants exerçant dans les SEL et est donc étendue aux indépendants travaillant en société à l IS. Création d une contribution additionnelle de solidarité sur les pensions de retraite et d invalidité à compter du 1 er avril Cette contribution est perçue à un taux de 0,15 % en 2013 et 0,3 % en 2014.

23 LA FISCALITÉ DES NON-RÉSIDENTS Les prélèvements sociaux En principe, seuls les résidents français sont redevables des prélèvements sociaux. Par exception, depuis 2012, les revenus locatifs et les plus-values réalisées sur des biens immobiliers en France perçus par des non-résidents sont également soumis aux prélèvements sociaux.

24 Un rendez-vous dédié avec un expert peut vous permettre d établir un diagnostic patrimonial de votre situation. Prenez rendez-vous avec votre Conseiller Patrimonial pour faire un bilan de votre situation en vue d'optimiser votre patrimoine et votre charge fiscale.

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012 Panorama de l actualité fiscale Séminaire APL 30 Octobre 2012 Plan I. Introduction Chronologie des évènements II. Projet de loi de finance 2013 Impôt sur le Revenu Fiscalité des revenus du capital Fiscalité

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE Crédit Photo : FANCY/Jupiterimages Septembre 2007 TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE 1. En un coup d œil... À l entrée, sur les versements de l entreprise À LA CHARGE DU BÉNÉFICIAIRE

Plus en détail

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial.

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial. ! PARTICULIERS Article du projet de loi Article 3 Article 4 Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur Modifications apportées par l AN Création d une tranche création d une

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013 PLAN Loi de Finances rectificative du 14 mars 2012 (1 ère LFR) Loi de Finances rectificative du 16 août 2012 (2 ème LFR) Loi de Finances rectificative de décembre 2012 (3 ème LFR) Doctrine et jurisprudence

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros EXTRAITS DU N 47 NOVEMBRE 2011 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 A apprécier Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros Vers

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation par l Ordre des avocats de Narbonne 1 Partie 1 : La fiscalité des particuliers

Plus en détail

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 INTRODUCTION : Le projet de loi de finances est bâti sur une prévision de croissance de +0,1 % en 2013 et de +0,9 % en 2014. Cette dernière

Plus en détail

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL GESTION PRIVÉE VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL 2013 - Particuliers - Mise à jour octobre 2013 I - IMPÔT SUR LE REVENU Barème 2013 de l impôt sur les revenus (IR) 2012 Revenu imposable (R/N)

Plus en détail

Les Patrimoniales 2013

Les Patrimoniales 2013 Les Patrimoniales 2013 La nouvelle fiscalité dans votre stratégie patrimoniale Nathalie ROUVIERE Crédit Agricole Banque Privée Bruno DUCASTEL Amundi Gestions Spécialisées page 1 La gestion de patrimoine

Plus en détail

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES SUPPLEMENT JANVIER 2012 DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES DISPOSITIONS FISCALES CONCERNANT LES ENTREPRISES (B.I.C., I.S. ET AGRICOLE) DATE DE DEPOT DES DECLARATIONS FISCALES

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

Les nouveautés fiscales de 2012

Les nouveautés fiscales de 2012 Les nouveautés fiscales de 2012 Sommaire Les dispositifs fiscaux Le plafonnement global des niches fiscales Le barème de l IR L imposition des plusvalues L imposition des revenus mobiliers Scellier Les

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

Cas pratique de synthèse BOND

Cas pratique de synthèse BOND Cas pratique de synthèse BOND I. L impôt sur le revenu M. BOND Jean est chef d entreprise. Il détient 60% d une SA assujettie à l impôt sur les sociétés dont le siège est à MONTPELLIER. Marié, M. BOND

Plus en détail

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE PLUS VALUES DE CESSIONS D ACTIONS Contribuables fiscalement domiciliés en France Régime 2013/2014 Art. 17

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Octobre 2012 Sommaire 1. CONTRIBUTION EXCEPTIONNELLE SUR LA FORTUNE...2 2. DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION...2 2.1 Réduction de l abattement

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Heureusement, il reste des possibilités pour maîtriser ses impôts.

Heureusement, il reste des possibilités pour maîtriser ses impôts. Paris - Marseille - Toulon Dirigeant du Cabinet LEFEVRE & Associés Jean-Yves LEFEVRE Chargé de cours à l université Paris Dauphine Les impôts augmentent! L insécurité fiscale aussi avec 7 lois de finances

Plus en détail

LES NOUVEAUTES 2013. - Impôt sur le revenu : ENTREE EN VIGUEUR. Barème progressif sur l impôt sur le revenu : Impôt sur le revenu 2013 (revenus 2012)

LES NOUVEAUTES 2013. - Impôt sur le revenu : ENTREE EN VIGUEUR. Barème progressif sur l impôt sur le revenu : Impôt sur le revenu 2013 (revenus 2012) LES NOUVEAUTES 2013 La loi de finances pour 2013, la troisième loi de finances rectificative pour 2012 et la loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 sont désormais publiées au Journal officiel.

Plus en détail

Point de vue d experts

Point de vue d experts Point de vue d experts Largement médiatisée, la séquence fiscale de l automne dernier s est achevée par l adoption courant décembre de la troisième Loi de finances rectificative pour 2012 ainsi que de

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE La fiscalité simplifiée des valeurs mobilières Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)...

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)... TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 I. L impôt... 1 II. Les classifications usuelles des impôts et des taxes... 3 III. Le rendement des différents impôts et taxes... 5 IV. Les sources du droit fiscal...

Plus en détail

Plan d'epargne Retraite Populaire

Plan d'epargne Retraite Populaire Plan d'epargne Retraite Populaire Préparez votre retraite en bénéficiant d une fiscalité avantageuse (1) grâce au Plan d Épargne Retraite Populaire. EN BREF Le Plan d Épargne Retraite Populaire est un

Plus en détail

REUNION DU 10 DECEMBRE 2013 GERANT MAJORITAIRE : LA NOUVELLE DONNE FISCALE 2013

REUNION DU 10 DECEMBRE 2013 GERANT MAJORITAIRE : LA NOUVELLE DONNE FISCALE 2013 REUNION DU 10 DECEMBRE 2013 GERANT MAJORITAIRE : LA NOUVELLE DONNE FISCALE 2013 Timing de la réunion 1. Tour de table 2. Présentation 3. Questions 4. Une clôture conviviale 2 Sommaire 1. Quels avantages

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

Contenu. 1. Vous et votre impôt sur le revenu. 2. Vous et l immobilier. Contenu

Contenu. 1. Vous et votre impôt sur le revenu. 2. Vous et l immobilier. Contenu Contenu 1. Vous et votre impôt sur le revenu 1.1. Présentation générale........................................ 1 1.1.1. Le nouveau barème.................................... 1 1.1.2. Quelques remarques....................................

Plus en détail

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005 Lettre d Information Juridique et Fiscale 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005 1. Informatique et Libertés ALERTES PROFESSIONNELLES La loi «SARBANES OXLEY», adoptée aux Etats-Unis, impose aux filiales

Plus en détail

Ce qui va changer pour les entreprises

Ce qui va changer pour les entreprises C A B I N E T B R A H I N DANSK-FRANSK ADVOKATFIRMA I FRANKRIG / DANISH-FRENCH LAW FIRM IN FRANCE Ce qui va changer pour les entreprises Si les entreprises profiteront d un allégement de l ordre de 11

Plus en détail

Versions 7.1.0.2 7.2.1

Versions 7.1.0.2 7.2.1 Versions 7.1.0.2 7.2.1 Septembre 2012 Dernières évolutions 1. Loi de Finances rectificative 2012 Impacts edixit... 2 1.1. Transmission Droits de mutation à titre gratuit... 2 1.2. Contribution exceptionnelle

Plus en détail

Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013)

Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013) Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013) Loi de finance 2013 SOMMAIRE 1. Impôt sur le revenu... 2 2. ISF... 4 3. Réforme sur l immobilier... 4 4. Autres taxes.... 7 1 1. Impôt sur le revenu 1.1 Règles

Plus en détail

Les changements qui peuvent pour intéresser. nouvelles mesures fiscales la fiscalité du patrimoine

Les changements qui peuvent pour intéresser. nouvelles mesures fiscales la fiscalité du patrimoine Les changements qui peuvent pour intéresser. nouvelles mesures fiscales la fiscalité du patrimoine Pour tout renseignement complémentaire, veuillez vous rapprocher de votre cabinet comptable. 1 éléments

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Chapitre 3 Le compte titres ordinaire GÉNÉRALITÉS Le compte titres ordinaire

Plus en détail

Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300

Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300 Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300 Massy 06 51 65 38 80 Eléments importants de la loi de

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE. Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine

Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE. Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine Crée en 1990 Votre déclaration d impôt! Dates Limites : Déclaration Papier 27 Mai Déclaration Internet 7 Juin Barême

Plus en détail

SOMMAIRE. Mesures relatives aux travailleurs indépendants... 2. Cotisations sociales d assurance maladie : Déplafonnement de l assiette de calcul...

SOMMAIRE. Mesures relatives aux travailleurs indépendants... 2. Cotisations sociales d assurance maladie : Déplafonnement de l assiette de calcul... Nouvelles Mesures Loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 Plus d informations sur www.apce.com Loi n 20121404 du 17 décembre 2012 SOMMAIRE Mesures relatives aux travailleurs indépendants...

Plus en détail

LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012

LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 CONSEIL La loi 2012-958 du 16 août 2012 consistant en la deuxième loi de finances rectificative pour 2012 a été publiée au JO du 17 août 2012. C est la première

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LES PRINCIPALES MESURES PATRIMONIALES DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 ET DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 La présente lettre a pour

Plus en détail

L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres

L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres mesures L IMPÔT SUR LE REVENU Nouveau barème applicable :

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus Newsletter Fiscalité Janvier 2013 Sommaire Fiscalité des personnes physiques Page 3 Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les

Plus en détail

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015.

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015. L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER 1 Objectif

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

israéliens Les intérêts Principes : retenue à la source limitée à 10 % Mais exonérés d imposition en France depuis le 1 er mars 2010

israéliens Les intérêts Principes : retenue à la source limitée à 10 % Mais exonérés d imposition en France depuis le 1 er mars 2010 des revenus catégoriels dans la convention fiscale France-Isra Charles SCHEER, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet SCHEER Hervé OLIEL, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal,

Plus en détail

N 4 NOVEMBRE 2012 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS)

N 4 NOVEMBRE 2012 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) N 4 NOVEMBRE 2012 Le projet de loi de finances pour 2013 (PLF 2013) a été déposé par le gouvernement le 28 septembre 2012 à la présidence de l Assemblée nationale. Plusieurs objectifs sont poursuivis par

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS 4 4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS Le dirigeant d une entreprise soumise à l IS dispose d une grande liberté pour construire sa rémunération, puisqu elle peut

Plus en détail

RÉFORMES FISCALES. www.gestionprivee.banquepopulaire.fr. Document à caractère publicitaire

RÉFORMES FISCALES. www.gestionprivee.banquepopulaire.fr. Document à caractère publicitaire www.gestionprivee.banquepopulaire.fr BPCE Société Anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 155 742 320 - Siège social : 50, avenue Pierre-Mendès-France - 75201 Paris Cedex 13 R.C.S

Plus en détail

Les dépenses fiscales. Les dépenses fiscales et les «remboursements et dégrèvements»

Les dépenses fiscales. Les dépenses fiscales et les «remboursements et dégrèvements» Les dépenses fiscales Les difficultés de définir la norme Les dépenses fiscales s analysent comme «des dispositions législatives ou réglementaires dont la mise en œuvre entraîne pour l Etat une perte de

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail

assurance-vie creditfoncier.fr FONCIER CAPITAL VIE La solution pour épargner simplement

assurance-vie creditfoncier.fr FONCIER CAPITAL VIE La solution pour épargner simplement assurance-vie creditfoncier.fr FONCIER CAPITAL VIE La solution pour épargner simplement LA SOLUTION POUR ÉPARGNER SIMPLEMENT Vous souhaitez vous construire progressivement un patrimoine, transmettre votre

Plus en détail

CHOIX DU STATUT FISCAL ET SOCIAL

CHOIX DU STATUT FISCAL ET SOCIAL CHOIX DU STATUT FISCAL ET SOCIAL DU DIRIGEANT 5 février 2014 1 Les structures potentielles L entreprise individuelle Deux statuts particuliers peuvent être adoptés La société L auto-entrepreneur L entreprise

Plus en détail

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I.

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I. LE CONTRAT DE RETRAITE À COTISATIONS DÉFINIES(ART. 83 DU C.G.I) Il s agit d un contrat collectif d assurance retraite par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de l

Plus en détail

Comment optimiser fiscalement la cession de votre entreprise. Cabinet Roche et Cie Expert-Comptable

Comment optimiser fiscalement la cession de votre entreprise. Cabinet Roche et Cie Expert-Comptable Comment optimiser fiscalement la cession de votre entreprise. Cabinet Roche et Cie Expert-Comptable Quels sont les impôts que je devrai payer lors de la cession de mon entreprise? Exclusivement une taxe

Plus en détail

Que faire? Conseils et Précautions. Optimisations patrimoniales et fiscales. Jeudi 1 er Novembre 2012

Que faire? Conseils et Précautions. Optimisations patrimoniales et fiscales. Jeudi 1 er Novembre 2012 Que faire? Conseils et Précautions Optimisations patrimoniales et fiscales Jeudi 1 er Novembre 2012 Plan I. Réduire la base imposable II. Réduire l impôt III. Conclusion : Conseils et précautions L épargne

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU Revalorisation des limites de l ensemble des tranches du barème de l impôt applicable aux revenus perçus en 2013 Barème (pour une part fiscale) Revenus de 2013 Impôt à

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

Simulateur EIRL Notice et exemple commenté

Simulateur EIRL Notice et exemple commenté Simulateur EIRL Notice et exemple commenté 1 er janvier 2011 1 Sommaire 1. Données relatives à l entreprise... 4 2. Renseignements relatifs au foyer fiscal... 5 3. Le comparatif... 6 4. Détails du calcul...

Plus en détail

Fiche Produit : Article 39 du C.G.I. Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I)

Fiche Produit : Article 39 du C.G.I. Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I) Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I) Il s agit d un régime de retraite collectif par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de tout ou partie

Plus en détail

Les nouvelles mesures pour consolider la trajectoire de finances publiques

Les nouvelles mesures pour consolider la trajectoire de finances publiques Les nouvelles mesures pour consolider la trajectoire de finances publiques Intervention de Pascal LABET Comité Directeur Confédéral 14 septembre 2011 Un effort de consolidation budgétaire qui passe par

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Arnaud JAMIN Avocat Directeur Associé 1 Les plus-values de cession de valeurs mobilières ou droits sociaux 2 Les plus-values de cession de valeurs mobilières

Plus en détail

M. BONUS Louis. mercredi 15 octobre 2014. Le 10/11/2014

M. BONUS Louis. mercredi 15 octobre 2014. Le 10/11/2014 M. BONUS Louis mercredi 15 octobre 2014 1 Sommaire Sommaire... 2 La méthode de raisonnement... 3 Le graphique... 4 Le tableau de synthèse... 4 Les données saisies... 19 Les tableaux intermédiaires de calcul...

Plus en détail

INFORMATION CONCERNANT VOTRE DECLARATION DES REVENUS DE 2013 FISCALITE DES PLUS OU MOINS-VALUES DE CESSIONS DE VALEURS MOBILIERES

INFORMATION CONCERNANT VOTRE DECLARATION DES REVENUS DE 2013 FISCALITE DES PLUS OU MOINS-VALUES DE CESSIONS DE VALEURS MOBILIERES INFORMATION CONCERNANT VOTRE DECLARATION DES REVENUS DE 2013 FISCALITE DES PLUS OU MOINS-VALUES DE CESSIONS DE VALEURS MOBILIERES La Loi de Finances pour 2014, publiée au Journal Officiel de la République

Plus en détail

Les modalités pratiques

Les modalités pratiques Les modalités pratiques Avertissement Conformément à l article 211-4 du règlement général de l AMF (Autorité des Marchés Financiers), nous vous informons que cette opération s effectue hors du champ de

Plus en détail

---------------------------

--------------------------- F I S C A L I T E A P P L I C A B L E A U X D I V I D E N D E S P A Y E S P A R D E X I A Principe général : Les dividendes d actions payés par des sociétés belges à leurs actionnaires, quelque soit leur

Plus en détail

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues Commission des Affaires économiques «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues La protection des épargnants «Le Gouvernement ne protège pas les petits épargnants comme

Plus en détail

24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance

24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance 24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance La gestion de patrimoine du chef d entreprise. Les options d investissements dans chaque pays. Les informations essentielles à connaitre Le 23 Octobre 2015

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2014 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2014 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.7 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.7 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

Mesures phares de la 3ème Loi de Finances Rectificative 2012 et de la Loi de Finances 2013

Mesures phares de la 3ème Loi de Finances Rectificative 2012 et de la Loi de Finances 2013 Mesures phares de la 3ème Loi de Finances Rectificative 2012 et de la Loi de Finances 2013 Madame, Monsieur, Nous souhaitons vous présenter les quelques mesures phares contenues dans la dernière Loi de

Plus en détail

Rémunération du Dirigeant : Faut il transformer les SARL en SAS?

Rémunération du Dirigeant : Faut il transformer les SARL en SAS? Rémunération du Dirigeant : Faut il transformer les SARL en SAS? Quel est l'impact des nouvelles mesures au 1er janvier 2013 pour le DIRIGEANT TNS? Modifications sociales pour les TNS (Dirigeants assimilés

Plus en détail

FISCAL ET DOUANIER. Actualité fiscale post-électorale. Commission ouverte. Jeudi 25 octobre 2012

FISCAL ET DOUANIER. Actualité fiscale post-électorale. Commission ouverte. Jeudi 25 octobre 2012 Commission ouverte FISCAL ET DOUANIER Co-responsables : Louis-marie bourgeois et alain theimer Jeudi 25 octobre 2012 Actualité fiscale post-électorale 1 LA FISCALITÉ DU PATRIMOINE - ISF ISF 2012 CE ISF

Plus en détail

Extension Retraite Supplémentaire. Pour que chacun y gagne : vous, vos collaborateurs, votre entreprise LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS

Extension Retraite Supplémentaire. Pour que chacun y gagne : vous, vos collaborateurs, votre entreprise LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS COMPLÉMENT DE RETRAITE Février 2006 Extension Retraite Supplémentaire Pour que chacun y gagne : vous, vos collaborateurs, votre entreprise Extension Retraite

Plus en détail

SYNTHESE DES PRINCIPALES MESURES ET IMPACTS DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013

SYNTHESE DES PRINCIPALES MESURES ET IMPACTS DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 SYNTHESE DES PRINCIPALES MESURES ET IMPACTS DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 Les principales mesures de la loi de finances adoptée pour 2013 modifient la fiscalité personnelle et patrimoniale des personnes

Plus en détail

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015 Nouvelles mesures Plus d informations sur www.apce.com Loi de finances pour 2016 Loi n 20151785 du 29 décembre 2015, Journal officiel du 30 décembre 2015 Loi de finances rectificative pour 2015 Loi n 20151786

Plus en détail

FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX

FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX I. Différentes formes juridiques d exercice de son activité : L entreprise individuelle ou la Société - A :

Plus en détail